POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Things are Changing [PV Mary] [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 06/01/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 06/12/2012
Parchemins postés : 170



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Sara Engels


MessageSujet: Things are Changing [PV Mary] [Abandonné] Mer 26 Mar - 1:02

Comme toujours, les choses avançaient vite à Poudlard. Bien plus vite que l'on ne l'aurait cru en vérité. Si les cours eux passaient avec une lenteur affligeante, ce n'était pas forcément le cas pour ce qui se passait en dehors. Certaines choses n'échappaient pas au processus. Pour la plupart dirons nous. Ces choses là, Sara en avait eut vent avant qu'elles n'arrivent véritablement. La discussion qu'elle avait entretenu avec Mercurius au coin du feu lui avait laissé sous entendre ce qui viendrait rapidement aux oreilles de toute l'élite. Si la Gryffondor aurait en sort fort intérieur bien voulu participer à ces petites festivités, elle s'était rendu compte qu'en fait – sans prendre en compte les sanctions survenues par la suite – elle n'était pas spécialement adepte de ce genre de règlement de compte. Elle avait vu la mort d'une élève en la personne de Nora. Non, elle n'y avait pas seulement assisté, elle avait participé à sa torture et admiré le travail de maitre qui avait suivit par la suite. Somme toute, peut être qu'à l'époque, la  lionne aurait pu faire ça. Aujourd'hui elle se rendait compte qu'elle n'en avait plus envie, que les choses évoluaient. Elle s'était persuadée des jours durant d'un mensonge qu'aujourd'hui elle devait contempler en pleine fasse. Elle était blessée. Comme un animal, mais plus encore... elle était malheureuse de ce qui était arrivée, malheureuse du mal qui la touchait encore alors que pourtant, elle n'était plus amoureuse de Llewelyn. Il avait mérité ce qui lui était arrivé, il avait mérité de se faire larguer, il n'était qu'un crétin égoïste. Mais ce que Sara ne supportait pas, c'était que elle, elle n'avait pas mérité pour sa part un tel traitement. La jeune fille s'était dit qu'en quittant le Serpentard, c'était lui qui en aurait eut le plus à souffrir. C'était faux. Pas que la lionne n'avait pas eut l'occasion de retrouver un remplaçant, mais contrairement à d'autres, elle avait un cœur, et celui-ci mettait du temps à se soigner et se réveiller. Elle avait mal, elle ne pouvait rien y faire. Elle maudissait Llewelyn et sa petite amie Mary. Mais en vérité, la pauvre fille de Serdaigle n'avait pas non plus mérité tout ce qui lui arrivait.

Sara ne s'était pas connue aussi conciliante par le passé. Elle aurait sans hésité dénigré l'Aigle sans se soucier de son bien être – c'était d'ailleurs déjà un peu le cas – mais à la réflexion, elle n'avait contre Mary rien de particulier, sinon peut être la jalousie d'une fille blessée. Ce n'était qu'une chose naturelle. La lionne se demandait seulement comment cette demoiselle avait bien pu attirer le regard du Serpent, lui qui avait toujours détesté les sangs-mêlés, les méprisants sans crier gare, en face à face comme dans leur dos. Sara avait toujours été un peu plus... souple. Elle n'aimait pas cette race, elle était puriste, mais trainait néanmoins avec certain d'entre eux. L'exemple le plus flagrant était sa relation avec le capitaine des rouges et ors qu'elle appréciait énormément, qu'importe son origine. C'était surprenant de voir comment les personnes évoluaient. Si la jeune fille avait du évaluer son ex, elle aurait surement dit qu'il avançait vers le mauvais chemin. Plus il fréquentait Mary, et plus son honneur de sang pur était bafoué. Il faisait du mal autour de lui et apportait par ses actions irréfléchies la honte sur sa famille, ses proches et ses amis. Pensait-il seulement à ça ? Sara aimait trop les siens pour ne serait-ce qu'oser penser les trahir de la sorte. Elle ne reconnaissait plus Llewelyn, il avait beaucoup changé. Une des raisons d'ailleurs qui avait poussé la Gryffondor à le quitter, entre ça et le fait qu'il ne faisait plus la moindre attention à elle. L'orgueil blessé faisait beaucoup de mal.

Mais qu'importe, aux vus des derniers événements survenus dans l'enceinte de l'école, pas mal de choses allaient de nouveau changer. Un nouvel Inquisiteur ? Pourquoi pas. Des élèves en moins ? Quoi de surprenant. L'élite dissoute ? Possible. Mais Sara se demandait si elle faisait bien d'exister encore, surtout si les principaux chefs venaient de se faire arrêter. Après tout, c'était bien ce qui était arrivé. La torture de Mary Kane n'avait pas été gardé sous silence très longtemps, ni les arrestations de Mercurius, d'Ariana et des autres présents lors du « massacre ». Pas une mauvaise chose qu'au fond elle n'y soit pas allée... La lionne n'était pas certaine d'avoir pu servir à grand chose de toute façon si elle y avait seulement participé.

Elle n'avait pas changé tant que ça. Elle restait la Gryffondor au mauvais caractère pourtant combattante, assez orgueilleuse et surtout qui ne se laissait surement pas faire. Elle n'avait même pas tendance à devenir solitaire, bien que ses amies elles souffraient des paroles assez mal aimable de la lionne quand celle-ci était en colère. Mais ça ne changeait pas grand chose. Les cours venaient tout juste de se terminer pour la matinée et le repas de midi n'allait pas tarder à commencer quand Sara et deux de ses amis descendirent vers la Grande Salle pour le déjeuner.

« ... et il m'a confisqué le parchemin. Dire que j'avais écrit tellement de bêtise dessus !
-Ça t'apprendra peut être à faire gaffe en cours... »

Le genre de discussion lassante que Sara avait continué d'entretenir, bien que le goût n'y était pas. Elle préférait parler Quidditch. Mais ça, c'était trop demander il fallait croire. Cependant, alors que ses deux amies continuaient leur discussion passablement pleine d'intérêt, la lionne ralentit son pas lorsqu'elle aperçu du regard le visage de Mary Kane. Le hasard avait voulu que les deux rivales – quoique le terme n'était pas juste en vérité – en cette fin de matinée. Bien sur, les deux jeune filles avaient l'habitude de se croiser plusieurs fois par jour, mais faisaient en sorte de ne pas s'adresser la parole. En fait... il n'y avait pas d'intérêt à le faire. Ce qui expliquait pourquoi elle ne se parlait pas. La jalousie ne pouvait plus parler pour Sara puisqu'il n'y en avait plus, et elle préférait ne pas s'attirer des ennuies avec un coup de poing lâché « sans le vouloir ». En toute amitié. Mais cette fois-ci, la Gryffondor abandonna ses deux amies pour s'arrêter au niveau de la Serdaigle qui attendait dieu sait quoi au pied des escaliers. Elle l'accosta, comme si de rien n'était, l'habituel ton de la lionne allemande qui bien que blessée resplendissait toujours de fierté et de surprise.

« Salut Mary. Comment vas-tu depuis... tu t'es bien remise ? » La question et l'arrivée pouvaient paraître à la fois indiscrète et incongrue, mais Sara était en cet instant persuadée qu'elle devait parlé à la jeune fille au risque de ne pas le faire une prochaine fois. Après tout, il y avait des moments où certaines discussions s'imposaient. Et curieusement en ce jour, la Gryffondor n'était pas disposée à être spécialement méchante. Elle ne plaignait pas Mary, c'était sans doute trop lui demander, mais elle devait avouer que son sort était... dur et... pas franchement mérité. « Tu attends quelqu'un peut-être ? J'aimerais te parler. Je crois qu'on aurait du le faire il y a un moment. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Things are Changing [PV Mary] [Abandonné] Mer 26 Mar - 20:58

« Je ne reconnais pas les murs.» avait-elle songé en remettant pour la première fois les pieds à Poudlard. Pour la première fois depuis plusieurs semaines, elle avait revu le château. C’était à se demander comment un endroit pouvait autant changer en si peu de temps. Pourtant, les murs étaient les mêmes, les escaliers aussi. Les gens continuaient d’arpenter les couloirs avec cette insouciance propre aux adolescents teintées d’une certaine peur quand un brigadier croisait leur chemin. Elle avait quitté le château à moitié consciente et ses souvenirs de ses dernières heures étaient flous. C’était comme mourir en fait avait-elle songé. Elle avait cru mourir. A vrai dire, la jeune fille était certaine que, l’espace d’un moment, la distance entre la vie et la mort avait été si proche, qu’elle avait franchis un côté pour revenir de l’autre par la suite. Sensation étrange mais qui ne la quittait pas. Elle était sûre que pendant une fraction de seconde, la faucheuse était venue la chercher. Pourquoi avoir résisté à son appel ? Pour l’avoir ramenée à la vie ? Elle ne savait pas trop. Mary n’avait jamais envisagé vouloir vivre à se point. On la considérait en général comme une fille passive. Ce n’était pas faux, sa vocation avait toujours été de se poser en observatrice du vaste monde. Jamais en actrice. Il était de ces gens qui veulent absolument se démarquer, faire valoir leurs idées. Montrer qu’ils existent que s’en est maladif. Mary ne l’avait jamais voulu. Une partie d’elle aurait aimé rester cachée et ne pas devoir se montrer. C’était trop tard. C’était fini. Quoiqu’elle en ait pensé. Finalement, elle avait eu envie de vivre. Une envie qu’elle ne s’était pas soupçonnée. Parce qu’elle aimait sa vie, elle aimait être heureuse et voulait continuer de l’être en dépit de ce qu’Ariana Bedan aurait bien voulu. Mise au centre d’un conflit qu’elle n’avait pas voulu commencer, les noms Bendan, Mulciber et Kane avaient été sur toutes les lèvres pendant plusieurs mois. Un trio maudit. Une combinaison perdante.

Perdante pour qui ? Selon les dires, c’était Llew et elle-même qui avaient gagné. Elle n’en avait pas eu l’impression. Y avait-il eu quelque chose à gagné dans ce combat ? Ni elle, ni le Serpentard n’avaient cherché à prouver un quelconque point de vue. Personne ne l’avait compris ou n’avait voulu le comprendre. Sortir avec Llewelyn avait été une déclaration de guerre non voulue envers l’école entière. Elle ne pensait pas que la bagarre entre Isaac et Llew à Pré au Lard ait été la raison de sa mise à tabac. Non, Ariana aurait trouvé autre chose. Ca aurait simplement mit plus de temps. Toutes les raisons sont bonnes quand on en veut à quelqu’un. A vrai dire, aucune raison n’est nécessaire. Il suffit juste de le décider et ensuite d’agir. Chaque acte, engendre une conséquence. H et Bedan ne faisaient que payer celle de leurs actes. Il n’y avait pas de victoire pour la Serdaigle. Simplement la fatalité, le cours des choses. La roue finit toujours par tourner. C’est un principe auquel elle avait toujours cru. Rien ne restait jamais statique. On pouvait essayer tant que l’on voulait de maintenir les choses dans l’état dans lequel elles étaient, elles finissaient toujours par bouger à un moment où un autre. Le but du jeu n’était jamais que de s’arranger pour les maintenir en place le plus longtemps possible.

Ariana n’avait pas su et celle qui perdait le plus c’était elle. Jeune puriste venue d’une des meilleures familles d’Angleterre. Héritière d’une énorme fortune. Promise à un avenir plus que glorieux. Elle perdait tout. Néanmoins, pour Mary, dans cette histoire, le plus grand perdant restait Wayland. Son ami n’était plus le même depuis. Il errait dans l’école sans but, comme si on lui avait hanté toute vie. Ca semblait cruel. C’était cruel, il n’avait rien demandé. N’avait pas participé et il l’avait aimé. Elle le savait, il aurait fait n’importe quoi pour elle. Ils en avaient parlé un soir, dans la salle commune des Serdaigles après l’attaque qu’il avait subis au manoir Witcher. Mary n’était peut-être pas douée pour les relations sociales mais elle savait reconnaître les différentes émotions que les gens en face d’elle éprouvait. On parlait souvent d’amourette d’adolescent mais Mary était certaine que pour Way, au moins, ça avait été bien plus que ça. Dans l’ensemble, elle était chanceuse. La jeune Serdaigle était encore en vie. Aucune de ses blessures ne serraient handicapantes pour la suite. Elle garderait juste des cicatrices. Et puis elle avait Llew. Ca semblait stupide, mais cette certitude d’avoir quelqu’un avec elle qui l’aimait et la soutenait, donnait envie d’aller de l’avant. Elle n’en aurait peut-être pas eu la volonté sans leur discussion à l’hôpital.

Désormais, elle avait des projets, un but. Et au moins jusqu’à la fin de l’année, elle comptait profiter du temps qui leur restait. Elle n’aimait pas vraiment se plonger dans l’avenir. Elle avait toujours pensé qu’elle aurait une vie morne et rangée avant de comprendre que ce n’était pas du tout ce qu’elle ambitionnait. Le futur, vu son statut, était désormais bien trop incertain que pour essayer de faire des plans. Il valait mieux vivre un jour à la fois, en essayant de ne pas trop de soucier du reste. C’était déjà bien assez dur de vivre au jour et le jour. Surtout en ce moment. Ses muscles à cause de ses blessures et des trois semaines qu’elle avait passée alitée étaient raides. Elle marchait avec difficulté, comme une convalescente qui doit réapprendre à marcher. De même, elle ne faisait toujours pas confiance à ses os. Une bonne partie de ceux-ci avaient été brisé et il avait fallu un certain temps pour qu’on puisse tous les ressouder. Vu son état, elle n’avait pas supporté directement des traitements trop lourd. Elle avait toujours peur de les voir se briser à nouveau. C’était une peur un peu bête, irrationnelle. Elle le savait mais ca ne l’empêchait pas de revivre la scène où H l’avait délivrée de ses liens pour la laisser tomber au sol. Dans un mouvement naturel, elle avait voulu se relever et la douleur se mêlent au reste, elle avait constaté qu’aucun membres de son corps ne répondait plus à son appel. Un pantin cassé, désarticulé entre les mains d’un bourreau particulièrement doué. Voilà ce qu’elle avait été. Et le souvenir la faisait frissonner.

En réalité, y penser la transportait dans l’horreur du passé. Dans son sommeil, elle revivait encore souvent cette journée sans pouvoir s’en empêcher. Le sommeil la fuyait si elle ne prenait pas de potion pour s’aider à dormir. Elle s’assit sur les marches des escaliers du Hall, un peu tremblante. Elle ne sut pas exactement combien de temps elle resta assise mais elle ne se rendit pas tout de suite compte que Sara se dirigeait vers elle.

Les deux jeunes filles ne s’étaient jamais parlé. Elles n’avaient jamais eu aucune raison de le faire. Sara était à Gryffondor, Mary à Serdaigle. L’une était une sang-pur, admirée et adulée. L’autre une sang-mêlée que l’on évitait et insultait. Rien ne les réunissait si ce n’était Llew. Le jeune homme était la seule chose qu’elles avaient en commun. Et Mary se doutait que la Lionne aurait aimé que ça ne soit pas le cas. A vrai dire, elle avait été surprise. Mary s’était toujours attendue à écopée d’une réflexion de sa part. Elle avait commencé à sortir avec Llew très peu de temps après leur rupture. C’était indélicat du point de vue de la Serdaigle mais elle n’y avait pas réfléchis sur le moment. Si elle était honnête, elle pouvait même affirmer ne pas avoir réfléchis du tout. Ce fut donc avec une certaine surprise qu’elle la vit arriver vers elle. Le ton était amical, aussi amical qu’il pouvait l’être dans cette circonstance et ça mis la jeune fille dans de bonne disposition. Il n’en fallait d’ailleurs pas beaucoup. Mary n’était pas rancunière de nature et n’avait rien à reprocher personnellement à Sara. On aurait pu mettre en avant le fait que la Gryffondor faisait partie de l’élite et avait donc indirectement participer à sa torture mais la Serdaigle savait reconnaître un coupable. Elle avait mal, elle était blessée, en colère mais elle n’imputerait pas la faute à des innocents pour passer ses nerfs. Elle fit l’effort de se lever en s’appuyant sur la rampe tout en laissant ses béquilles dans les escaliers pour se mettre à hauteur de son interlocutrice, lui offrant un sourire courtois.

« Sara. », la salua-t-elle d’un ton neutre. Elle mit un moment avant de répondre, ne sachant pas réellement quoi dire. « Aussi bien qu’on peut aller je pense. Ce n’est pas encore parfait mais les médicomages m’ont bien remise en état. »

Oui c’était ça, remise en état. Comme une machine dont les mécanismes sont cassés et que l’on répare. Le reste, le mental, c’était à elle de le faire. Et c’était cette partie là, la plus compliquée.

« J’attends Llewelyn. », le mot était lâché.

Encore une fois, on voyait ici le manque d’habitude de Mary en ce qui concernait les relations sociales. Il ne lui avait pas semblé utile de mentir sachant que le Serpentard pouvait débarquer à un moment où à un autre. Une fille différente, pour ne pas blesser ou irriter son interlocutrice n’aurait pas prononcé le nom de son ex-copain pour la mettre dans de bonne disposition. Mary n’en avait pas vu l’utilité. A quoi bon mentir, elle devait s’en douter après tout. Elle était désolée pour Sara en un sens. Elle n’avait pas pitié d’elle. Mary n’aimait pas l’idée de la pitié, ça avait une connotation dégradante mais elle comprenait quel soufflet ça devait être pour la sulfureuse Gryffondor de se voir remplacer par quelqu’un comme elle. La Serdaigle n’avait pas une très haute opinion d’elle-même. Elle se savait intelligente, physiquement jolie mais c’était tout. Elle ne se dénigrait pas intentionnellement mais il lui semblait que des personnes comme Jill et Sara étaient bien au dessus d’elle par le rang et la beauté. Par conséquent, comme Sara, elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce que Llew avait bien pu lui trouver sans oser lui poser la question.

« Je l’attendais pour remonter dans mon perchoir avant qu’il n’aille manger. »

Elle faisait référence à la tour des Serdaigles. Elle-même n’avait pas fort faim et préférait s’y reposer le temps de la pause midi. Llew étant un estomac sur pâte qui engloutissait tout sur son passage, lui faisait l’immense faveur de monter les sept étages avec elle pour s’assurer qu’elle ne tomberait pas. Avant de les redescendre à toute allure pour aller manger.

« Il attendra un peu. Tu préfères parler ici où autre part ? »

« Méfies toi ! » lui aurait dis sa sœur, il n’y a rien de pire qu’une ex-copine en colère. Ca fit sourire Mary. Que pouvait-il bien lui arriver de pire désormais ?

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 06/01/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 06/12/2012
Parchemins postés : 170



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Sara Engels


MessageSujet: Re: Things are Changing [PV Mary] [Abandonné] Lun 26 Mai - 19:35

Le ton neutre de Mary avait quelque chose de rassurant. Pas que Sara eut peur d'une réaction excessivement négative à son égard, cela l'aurait même étonné en fait, mais elle se félicitait de voir que la Serdaigle n'avait contre elle pas de rancœur visible. La lionne était la première à en avoir et à bien le cacher quand cela s'avérait nécessaire – qu'on se le dise, ce n'était plus le cas ici. Elle patienta pour obtenir une réponse de l'aigle, visiblement perdue quant-aux soins qu'elle avait eut et son actuelle situation. À la regarder, Mary avait effectivement bien meilleure mine, si l'on pouvait parler en ces termes. Elle n'affichait certes pas non plus une forme Olympienne et les béquilles qui la soutenaient n'étaient surement pas de trop. La pitié de Sara aurait pu être sollicité, mais elle n'en avait pas assez pour une fille comme Kane. D'autre part, celle-ci n'aurait sans doute pas aimé qu'on la regarde de cette manière. Sara était de ce genre là aussi, elle refusait la pitié qu'on pouvait lui accorder. C'était trop dégradant et humiliant. De toute façon, on n'était jamais mieux servit que par soit même dans ce monde. Elle acquiesça à la réponse, sans pour autant afficher un quelconque regard désolé. Elle en restait au point de la neutralité, même si elle ne pouvait nier avoir voulu les pires tourments pour cette voleuse. Qui n'en était pas une. Mais la jalousie poussait aux vices. Ce temps semblait désormais derrière elle, et si Sara n'était pas au point de vouloir aider Mary – il ne fallait pas non plus pousser le bouchon trop loin – elle n'en était pas à vouloir la faire couler par le fond.

« On dit que le temps soigne tous les maux. »

Qui sait, c'était peut-être vrai. Sara n'était pas du genre philosophe, mais elle pensait effectivement que toute blessure pouvait un jour trouver la baume pour la soigner. Le temps finirait par l'effacer. Que la peine soit physique ou mentale. Même si au fond, le reste dépendait surtout de la personne.

Les mots qui suivirent eurent l'effet d'un petite choc. « Ah. » Seule réponse qui avait daigné sortir de sa bouche. Elle aurait dû se douter que ce n'était pas n'importe qui que la Serdaigle attendait. C'était même trop évident et il avait fallu pourtant que la jeune fille pose la question en toute connaissance de cause. Et elle devait l'avouer, la réponse donnée était comme une morsure qui venait tout juste de se rouvrir. Ce n'était pas la faute de Mary, elle ne faisait que répondre comme le lui avait demandé la lionne. Et elle s'en mordait les doigts d'avoir parlé de cela. Que pouvait-elle répondre à ça ? Elle n'était plus rien pour Llewelyn sinon une ex, et elle parlait avec l'actuelle petite amie de celui-ci. Pour une première fois depuis longtemps, Sara n'avait rien à répondre, et cela lui laissa un goût amer qu'elle ne parvint pas à dissimuler sur son visage. Elle était expressive, loin de prendre la peine de cacher les sentiments qui pouvaient la traverser. Fougueuse et téméraire, oui, mais elle pouvait être sensible lorsqu'on la blessait, tel l'animal, le fauve, le lion... ce n'est qu'au bout de quelques instants qu'elle tenta de répondre, essayant de cacher la gène qui paraissait encore sur ses joues.

« J'aurais dû m'en douter. » Elle haussa les épaules. Malgré tout, elle se repris en main. Ce n'était pas le passé qui l'arrêterait. Elle était de Gryffondor, et le premier obstacle ne serait pas celui qui la ferait ralentir définitivement. Sara était venue pour parler à Mary, et elle le ferait, qu'importe que Llewelyn se pointe au bout d'un moment – le plus tard ou jamais serait le mieux... « Je peux te raccompagner à sa place si tu veux ? J'ai encore le temps et il pourra aller manger tranquillement. » Non, ce n'était pas une tentative pour la pousser l'air de rien dans les escaliers de la tour des aigles. Ou peut être que si. Non. Non non. La jeune fille n'en était pas encore là – quoiqu'elle avait déjà fait pire – et puis elle s'était promis d'être pacifique, du moins en geste. Les mots, ce serait une autre histoire. Elle insista d'un regard pour que la Serdaigle accepte. Pire même, elle lança un regard qui ne souffrait pas de refus. Elle était bien loin la gène de l'instant d'avant. Il n'y avait certes pas réellement d'agressivité, mais Sara tenait à être tranquille lorsqu'elles parleraient de sujets délicats. Enfin, de son point de vue à elle.  « Allons autre part donc. »

Peut-être une main amie offerte pour l'aider à monter les marches. La lionne n'était pas altruiste, loin de là. Quoique les apparences pouvaient être trompeuses. Non. La seule pensée qu'elle avait été un mélange d'envie de partir avant que Llew ne se pointe, et peut être – oui peut être – un soupçon de sympathie. Mais fortement caché.

C'est en silence qu'elles montèrent toutes deux les marches jusqu'aux premiers escaliers de la tour des aigles. Il n'y avait personne, tout le monde était partit manger, et c'était les murmures éloignés du hall d'entré qui résonnaient encore dans les couloirs. Sara s'arrêta à cet endroit pour commencer à parler. Ce qu'elle dirait serait sans doute une chose qu'elle ne répéterait jamais, une chose qu'elle même ne s'était pas attendue à dire plusieurs années auparavant.

« Je suis désolée de ce qui t'es arrivée. C'est pas ma faute, mais je t'avoue que j'étais plus ou moins au courant de certaines choses avant qu'elles ne se produisent. Le passé est passé, et j'ai pas de remords d'avoir rien dit. Juste... désolé. En fait, je t'en ai voulu pour des choses dont tu n'étais pas coupable. Le seul à qui j'en veuille en vérité c'est... Llewelyn. »

Elle aurait aimé éviter de prononcer son nom, mais en l'état actuel des choses, c'était un peu difficile. Tant pis, elle mettrait sa rancœur de côté pour mettre les choses au point. Pendant plusieurs semaines la lionne avait posé sur la Serdaigle un regard de haine, aujourd'hui, elle s'en excusait. Certes maladroitement, mais venant de Sara, c'était l'exploit qu'on ne lui connaissait pas encore. Surtout pas avec des petits sang-mêlés de rien du tout qui ne valaient rien à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Things are Changing [PV Mary] [Abandonné] Sam 31 Mai - 12:50

Le temps soignerait-il ses maux ? Feraient-ils disparaître ses blessures et ses cauchemars ? Rendrait-il ses nuits moins éprouvantes, son sommeil moins agité, ses décisions moins difficiles, effacerait-il ses souvenirs ? Elle en doutait. Pardonner ? Oui peut-être qu'un jour quand ils serraient mort, elle pardonnerait. Oublier ? Jamais. Elle n'était pas la fille la plus malheureuse que la terre ait portée. Non, Mary n'était pas assez présomptueuse pour penser ça. Et en général, elle restait quelqu'un d'assez modeste. La jeune fille savait que dans le monde, des enfants, femmes et hommes avaient reçu des outrages bien pires que les siens. Ce n'était qu'une séance de torture après tout. Tu pourrais être morte, enfuie six pieds sous terre, mais tu es vivante. Bien entendu, il fallait relativiser et c'était ce qu'elle tentait de faire, mais c'était humain de tout ramener à soi-même, non ? On voyait toujours sa propre douleur avant de voir celle des autres. Elle n'était pas altruiste, pas au point de se dire que rien de tout ça n'était grave parce que d'autre avaient plus mal qu'elle. C'était sa douleur, ses souvenirs et si elle ne voulait pas qu'on fasse d'elle une martyre, elle refusait qu'on les lui prenne. Ce n'était pas parce qu'elle refusait d'oublier qu'elle désirait la compassion des autres aussi fut-elle soulagée en voyant que Sara ne faisait pas mine d'être désolée pour elle. S'eut été embarrassant non ? L'ex-copine de son petit ami, un membre du Quartel (désormais inexistant sachant que Sara était le seul membre restant), ancien membre de l'Elite, désolée pour elle ? Non décidément ça ne collait pas. Mary se contenta donc d'un sourire où se sentait une partie des sarcasmes qu'elle avait sous la langue. Et se contenta de répondre un très évasif :

« Peut-être que oui, peut-être que non. »

Il n'y avait rien de plus à dire, mais même ça elle n'aurait pas osé le dire quelques mois plus tôt. C'était étonnant à quel point elle avait changé sans même y faire attention. C'était des petites choses pour les autres, insignifiantes, mais c'était des pas-de-géant pour la Serdaigle. Fut un temps, elle n'aurait même pas osé regarder Sara en face et encore moins lui parler. C'était une sang-pur, la fille du chancelier Allemand, une jeune femme intimidante, l'ex-copine de Llew, une amie de H, et elle en passait. Tant de choses qui faisait qu'elles n'auraient jamais dû s'adresser la parole. Dire qu'elle n'était pas mal à l'aise eut été un mensonge, mais elle essayait de combattre ce malaise. N'était-ce que parce que Sara faisait l'effort d'être aimable. Du moins, Mary voyait ça comme de l'amabilité. Après tout, la Lionne n'était pas réputée pour son caractère facile et la jeune fille était étonnée de ne pas avoir eu de représailles de sa part, la rumeur disait qu'elle n'avait pas été enchantée du nouveau choix de copine de son cousin. Pour sa défense, elle connaissait peu de gens à Poudlard qui avait vu ça d'un bon œil, on ne pouvait donc pas dire que Sara détonnait dans le paysage.

Si la Gryffondor était aimable pour le moment, ça risquait de ne pas durer. Il suffisait de voir son visage à la mention de Llewelyn. Ce ne fut qu'en voyant l'expression de sa compagne que Mary se rendit compte qu'elle avait fait une gaffe. Elle se morigéna, mais c'était trop tard et elle s'en sentit gênée le rouge lui montant également aux joues. Il y eut ce moment embarrassant où elle ne sut pas quoi dire et Sara non plus. Néanmoins la rouge et or se reprit assez vite, lui proposant de l'accompagner à la tour des Serdaigles à la place de Llewelyn. Mary en resta un bref instant surprise avant d'admettre qu'il y avait une certaine logique dans la démarche. Elle était pragmatique après tout, la tour des Serdaigles et celle des Gryffondors n'étaient pas éloignés l'une de l'autre. Elle aurait pu demander « Tu ne préfères pas manger ? » , mais la question était stupide. Si elle lui proposait de faire le chemin avec elle, c'est qu'elle voulait lui parler de préférence sans Llewelyn dans les parages. C'était comme ça que Mary voyait les choses. Sa sœur aurait avancé que ce n'était pas prudent de se balader avec une personne qui, à priori, ne vous voulait rien de bien, mais Mary et Eleonore étaient rarement d'accord. Il semblait à la jeune fille que si sa camarade avait voulu lui faire quelque chose, elle l'aurait fait au su et vu de tous. Les embuscades ne semblaient pas être le genre de la maison. Donc non, elle n'avait pas d'objection, tant qu'elle pouvait dire à Llew de ne pas l'attendre. Elle ne répondit pas directement même si elle prit note du fait que Sara ne lui laissait pas réellement pas le choix.

« Garry. »

Où Garryson Witcher de son vrai nom. Un des innombrables frères et sœurs de Wayland, Jill et Llewelyn. Ils ne se connaissaient pas très bien, mais puisque Mary fréquentait Jill et Wayland, ils s'étaient déjà parlé plusieurs fois. Garry suivant l'opinion de ses ainés en presque toute chose, n'était pas dérangée par sa présence et à priori, il n'avait rien contre elle. Il se tourna vers elle peut habituer à ce qu'elle l'interpelle en public.

« Tu as vu Llew ? »

Signe négatif de la part de l'intéresser.

« Tu peux lui dire que je suis déjà à la tour et qu'il peut aller manger s'il veut.
Pas de problème. »

Elle lui adressa un sourire reconnaissant, espérant qu'il aurait assez de tact pour éviter de préciser avec qui elle était remontée à la tour des Serdaigles. Il n'y avait pas si longtemps que ça qu'elle était sortie de l'hôpital et elle n'était pas sûre qu'il se sente rassuré s'il apprenait que Sara et elle discutaient ensemble. Puisque la proposition ne souffrait pas de refus Mary se résigna à l'accompagner lentement. On ne pouvait pas dire qu'elle allait pouvoir courir un marathon sous peu. Le silence entre elles était d'ailleurs un peu lourd, heureusement, elles n'allèrent pas loin et quand Sara s'arrêta, Mary fit de même, secrètement soulagée d'avoir un peu de répit. Elle n'était pas spécialement orgueilleuse, mais elle n'aimait pas admettre qu'elle avait mal. Elle ne le faisait pas devant Llew, alors encore moins devant Sara.

Est-ce que Mary estimait Sara coupable au même titre que tous les membres de l'élite qui avait su ce qui allait se passer ? Bonne question. Sa colère se concentrait principalement sur Ariana et H même si Emma avait sa part aussi. Le reste de l'Elite ? Elle n'en avait cure, elle estimait qu'ils étaient juste des pions destinés à suivre leurs dirigeants, sauf que Sara en faisait partie, mais elle avait eu le bon sens de ne pas être présente. Ça lui avait bon nombres d'ennuis. Est-ce que ça aurait changé quelque chose si Sara les avait prévenus ? Surement, elle préférait ne pas y penser, mais elle n'en était pas certaine pour autant. Ils avaient été trop sûrs d'eux. Ils avaient fini par se persuader que rien ne les toucherait. Cruelle erreur. Erreur que Mary n'était plus prête de faire. La leçon avait été dure, mais elle l'avait apprise. Elle se tourna vers Sara, silencieuse, réfléchissant à quoi répondre. Son visage n'exprimait pas grand-chose. Contrairement à sa compagne, elle était maîtresse de ses émotions en presque toute occasion, mais elle n'était pas hostile ce n'était pas son genre.

« Je ne peux pas te pardonner. »

Elle prononça la phrase d'une voix douce, un sourire presque serein aux lèvres, mais se corrigea rapidement comprenant que sa phrase pouvait être vexante.

« Pardon, je m'exprime mal. Je ne peux pas te pardonner parce qu'il n'y a pas à être désolé. Tu n'avais rien à voir là-dedans. Je sais parfaitement qui a commandité ma torture et ce n'était pas toi. Tu n'y étais pas et tu ne t'es pas délectée de ce que Mercurius m'infligeait. »

Elle frissonna désagréablement à l'évocation de H et se sentit trembler. Elle adressa un sourire un peu gêné à Sara.

« Excuse-moi, je vais m'asseoir si tu permets. »

Elle n'était pas certaine de tenir debout sans vaciller et préférait éviter l'humiliation publique si possible. Ce n'était pas comme si elle n'en avait pas eu son comptant ces derniers temps. Une fois qu'elle fut assise, elle continua :

« On récolte ce qu'on sème. Frapper Isaac Bedan n'était pas malin, sortir ensemble en public non plus. Sortir ensemble tout court, tu me diras et je ne peux pas te donner tord. Je sais que ce qu'on fait ne se fait pas et croit-moi, ce n'est pas comme si je n'avais pas tenté de le convaincre du contraire... »

Non ça, on ne pouvait pas lui reprocher. Mary toute adolescente qu'elle était, c'est-à-dire incertaine d'elle et de ses sentiments, aimaient vraiment Llewelyn. Elle était persuadée que pour lui, son avenir, son futur, rompre avec elle dés l'année prochaine était la meilleure chose à faire. La jeune fille restait encore persuadée qu'elle arriverait à le faire changer d'avis et qu'il ne s'enfuirait pas avec elle chez Vaas. En attendant, ce n'était pas des choses qu'elle pouvait dire à Sara.

« Je suis désolé pour Llewelyn et toi, ce n'est pas ma faute, mais s'il faut être honnête, je ne comprends pas ce qu'il peut bien me trouver comparer à toi. »

Elle haussa les épaules avec une certaine désinvolture. Mary n'était fière. Ça ne lui coutait rien d'admettre qu'elle trouvait sa camarade de Gryffondor bien plus attirante physique qu'elle. Et il y avait de quoi. Mary était une beauté classique, discrète et élégante. Elle n'avait rien d'ostentatoire, elle ne brillait pas. Sara était le genre de fille à faire tourner les têtes sur son passage doté d'un fort caractère et de bonne famille pour arranger le tout. Promise à un avenir brillant, elle était tout l'inverse de la Serdaigle.

Pourtant malgré tout ça, elle était tout de même venue la trouver pour parler avec elle pour s'excuser d'une chose à laquelle elle n'avait pas pris part. Mary se disait qu'il fallait un courage immense pour entamer ce genre de démarche, surtout quand on était sang-pur et qu'on n'avait jamais besoin de s'excuser pour quoique ce soit. C'était quelque chose qu'elle admirait profondément sans qu'elle puisse le dire tout haut.

« Pour Llew... Je suppose que c'est tout naturel que tu lui en veuilles, mais je ne peux pas juger, je ne suis pas douée pour les relations humaines en général. Je n'ai jamais eu les détails de ce qui c'était passé, je trouvais ça indiscret de m'en mêler, mais j'imagine qu'il l'a mérité si c'est le cas. »

Ça pouvait sembler dur pour Llewelyn, en particulier sachant qu'il la soutenait sans faillir. Pourtant, ça ne l'était pas. Mary était simplement objective et pragmatique. L'histoire que Sara et Llewelyn avaient eue ensemble n'était pas de son ressort. Il n'était pas un enfant de choeur après tout, elle l'avait toujours su et ça ne la dérangeait pas. Elle l'acceptait pour ce qu'il était mais rien de bon n'en sortirait si elle s'en mêlait et elle n'avait pas à le faire.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Things are Changing [PV Mary] [Abandonné]

Revenir en haut Aller en bas

Things are Changing [PV Mary] [Abandonné]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-