POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Ven 28 Mar - 16:09

Quelque chose clochait. Elle n'aurait pas su dire quoi. Mary avait beau essayé, elle ne parvenait pas à mettre le doigt dessus mais elle en était sûre quelque chose n'allait pas. Elle n'était pas là où elle aurait dû se trouver. La jeune fille regardait autour d'elle et elle ne reconnaissait pas l'endroit où elle se tenait. C'était grand, majestueux et ne ressemblait en rien à ce qu'elle connaissait. Autour d'elle des sorciers passaient sans se soucier de sa présence comme si celle-ci était naturelle en ces lieux. Peut-être ne la voyaient-ils tout simplement pas songeât-elle. Elle était habituée à ce qu'on ne la voit pas. Oui, c'était ça. Etre ignorée lui rappelait quelque chose. Elle se souvenait de ça, de Poudlard. A Poudlard, la mauvaise puriste, celle qui fallait éviter. Celle à qui on ne parlait que pour l'insulter. C'était un peu flou pour la Serdaigle, mais elle se souvenait. N'étais-ce pas là qu'elle aurait dû se trouver en ce moment ?

"Non, non" entendit-elle une voix lui répondre. Elle se tourna surprise en direction de la voix qu'elle reconnut sans difficulté. Elle se trouvait nez à nez avec sa sœur et fronça les sourcils.

"Qu'est-ce que tu fais ici Eleonore ? Tu es en France avec maman.
En France ? Non, comme toi, ça fait longtemps que je suis rentrée en Angleterre.
Qu'est-ce que tu fais ici ?"

Sa sœur ne répondit pas à sa question et se contenta d'avancer tranquillement dans le hall où elles se trouvaient. Mary lui suivit, un peu déconcertée, on la saluait et elle répondit machinalement aux saluts qu'on lui adressait.

"Poudlard, c'était il y a des années tu sais. Ca fais longtemps que c'est fini."

Elle voulait répondre que ça lui semblait pourtant proche mais la foule dans le hall était dense et elle perdit sa sœur de vue. Elle regarda autour d'elle, nulle trace de sa jumelle. Avait-elle eu une hallucination ? Ça n'aurait pas été la première fois. En attendant, elle s'assit sur un banc contemplant la foule de personne circulant. Elle ne savait pas où elle était, ni même ce qu'elle faisait ici. Mary regarda de nouveau autour d'elle essayant de trouver une réponse à ses questions muettes. Elle était trop gênée pour poser la question à l'une des personnes qui traversait le couloir. A la place, elle examina l'endroit où elle était. Non loin d'elle, il y avait une porte sur laquelle était fixée une plaque dorée. Elle se leva de son banc et franchit les quelques pas qui la séparait de la porte pour lire ce qui était écris.

"Département de l'Ordre Nouveau : W.Witcher"

L'Ordre Nouveau, elle devait être à l'Intendance du Royaume-Unis. Elle regarda étonnée autour d'elle, examinant l'endroit d'un œil neuf. C'était donc ça Buckingham Palace. Elle n'avait pas reconnu l'endroit. Elle se souvenait de l'Ordre Nouveau. Elle avait eu un entretien avec le directeur quand elle était élève. Elle fronça les sourcils. Dans ses souvenirs, le nom du directeur commençait par M et non pas W. Sa mémoire lui jouait-elle des tours ? Elle demanderait à Wayland quand elle le verrait. Encore fallait-il qu'elle trouve ce qu'elle faisait ici. Sa mémoire semblait défaillante et elle ne pouvait pas se permettre de le montrer. Que faisait-elle à l'Intendance ? N'importe quelle sorcière dans sa position aurait évité l'endroit comme la peste. Encore aurait-il fallu savoir qu'elle était sa position aujourd'hui. Continuons, pensât-elle. Elle finirait bien par trouver quelque chose.

Mary se balada donc de couloir en couloir, cherchant quelques indices avant de ressentir les premiers lancements de la faim. Machinalement, elle mit sa main dans la poche de sa robe pour en sortir sa montre. C'était une jolie montre à gousset, en or blanc finement ouvragée, qu'elle avait reçu en héritage à la mort de sa grand-mère. L'objet appartenait à son arrière-grand-mère et avait été enchantée pour ne jamais se dérégler. Elle consultât l'heure distraitement dans un premier temps. Il n'était pas loin de midi, rien d'étonnant à ce qu'elle ait faim. Elle s'apprêtait à ranger le bijou quand elle fut prise d'un éclair de lucidité. La date. Elle rouvrît le cadran et consultât la date. Ce fut un choc. Avril 2028. Ça ne lui faisait pas loin de quarante ans. Elle ne se souvenait pas être aussi vieille. Si tant est qu'on puisse considérer que quarante ans était vieux. Les sorciers, après tout, vivaient bien plus longtemps que les moldus. Il n'était pas rare de voir l'un des leur atteindre les cents vingt-cinq ans, quand les seconds peinaient à dépasser les quatre-vingt. Quarante ans, pour un sorcier, restait la fleur de l'âge mais elle n'avait pas vu le temps passer. Son errance continua encore un moment dans les couloirs toujours remplis, jusqu'à ce qu'on l'interpelle :

"Madame Mulciber."

Elle ne se retourna pas. A vrai dire, elle entendit à peine l'appel. Le nom retentit une seconde fois et si elle y fit attention, ce ne fut que pour se demander si ce n'était pas une des cousines de Llew dont on parlait. La troisième fois pourtant, une main se posa sur son épaule alors qu'elle ne s'y attendait pas. Elle sursauta et instinctivement sa main se porta à la baguette qu'elle pointa sur la gorge du nouvel arrivant. C'était un petit homme d'une cinquantaine d'année. Chauve, avec un certain embonpoint, il semblait surprit par sa réaction qui semblait trahir les réflexes de quelqu'un qui a l'habitude d'être traqué et pris par surprise. Quoique sa surprise fût évidente, il rajusta ses lunettes sur son nez avec calme et lui demanda avec circonspection :

"Madame Mulciber, vous vous sentez bien ?"

C'était donc à elle qu'il s'adressait. C'était dans ce genre de moment que Mary bénissait l'éducation que lui avaient donné ses grands-parents qui lui permettait en presque toute situation de contrôler ses expressions et ses émotions. Elle baissa sa baguette avec calme constatant qu'à sa main se trouvait une bague qu'elle ne se rappelait pas avoir vu quelques secondes auparavant et s'adressa à l'homme devant elle.

"Pardon Perkins.", le nom de l'homme qu'elle ne connaissait pas était sorti tout naturellement de sa bouche. "Je pensais à autre chose et votre main m'a surprise. Vous désiriez ?"

Il ne cilla pas mais recula d'un pas lui indiquant le fond du couloir.

"Naturellement Madame, naturellement, je m'excuse. " répondit le petit homme. "Je vous cherchais pour vous informer que l'Intendant vous attend dans son bureau. Si vous voulez bien me suivre."

Mary le suivit sans faire d'histoire. A ce stade, elle était persuadée que quelque chose ne tournait pas rond. Il n'avait pas besoin d'avoir fait ses études à Serdaigle pour le savoir. L'Intendant, qu'est-ce qu'Eris Valverde pouvait bien lui vouloir ? La dernière fois qu'elle avait dû aller dans son bureau, à l'époque où il était encore Inquisiteur les choses ne s'était pas bien passée mais ça remontait à plus de dix ans. Il fallait encore que ça soit lui l'Intendant. Malgré tout, elle ne pouvait pas demander à Perkins son nom, ça aurait paru suspect. Beaucoup de chose semblait avoir changé, pourquoi l'avait-on appelé Mulciber ? Elle supposait qu'elle était mariée, sans quoi elle n'aurait pas eu de bague au doigt. Mais à qui ? Llew ? Ca semblait impossible, après tout, il était bien plus Witcher que Mulciber et à moins que le Seigneur des Ténèbres ne soit plus au pouvoir, ce dont elle doutait, il était impossible qu'ils aient pu se marier. Non, décidément, quelque chose ne tournait pas rond.

Il ne fallut pas longtemps pour arriver au bureau de l'Intendant. Perkins entre dans l'antichambre lui tenant la porte pour qu'elle passe en premier et s'adressa au secrétaire en faction.

"Pouvez-vous dire à Madame l'Intendante que Madame Mulciber est arrivée ?
Elle n'est pas encore arrivée mais je vous en prie, allez déjà dans son bureau, un thé, un café ?
Rien merci."

Ce qui a été, ce qui serra, ce qui pourrait être, ce qui est.

"Toi"

C'est la voix déformée par la haine qu'elle avait prononcé son prénom. Et finalement, comme une onde de choc, elle sentit ses souvenirs revenir à elle. En la jeune fille se confondait Mary du haut de ses seize ans et Mary vingt deux ans plus tard. Le local de l'élite. H, la torture. Le Doloris. Ariana et Emma assissent sur leur siège commentant d'un air distrait ce qui se passait alors que chacun de ses os se brisaient peu à peu. La douleur, les larmes. Tout lui revient en une fois. Ses yeux lançaient des éclairs et sa main était crispée sur sa baguette tandis qu'elle contemplait la femme assise en face d'elle. C'était Ariana, aucun doutes la dessus. Elle était plus âgée mais en même temps tout aussi jeune, comme si, en cet instant, le passé et l'avenir se confondait.

"Wayland m'a dit que tu étais morte."

Elle se souvenait de la discussion qu'ils avaient eue à l'hôpital alors qu'il n'avait aucune nouvelle d'elle. Pendant un moment, elle avait souhaité pour lui qu'elle ne le soit pas. Elle avait encore été assez gentille pour ça. Pas gentille non, naïve, stupide. Oui, voilà le mot, stupide. Soudain sans qu'elle sache pourquoi, ça la fit rire. Elle, Intendante, Mary n'aurait pas dû être surprise. Elle ne savait pas trop ce qu'elle faisait là, ni même comment il était possible qu'elle soit là. Elle tira la chaise devant elle et s'assit en face de son ennemie. C'était ce qu'elles étaient après tout.  

"C'est dommage, j'aurais bien pris une tasse de thé finalement."

Elle contempla la plaque qui était sûr le bureau d'Ariana et qui donnait son grade ainsi que son nom de famille. Mage-Commandeur de l'Ordre de Salazar, Bedan-Witcher. Eh bien, certains ne s'étaient pas ennuyés ces dernières années. Elle regarda devant elle, la femme sans âge. Cette situation était totalement irréaliste, Mary se demandait si elle n'était pas tout simplement en train de rêver. Elle contempla la bague à son doigt, un bel anneau finement ouvragé, élégant et discret dans les goûts de sa propriétaire et réalisa ce que ça devait signifier. Sa baguette toujours en main, elle s'installa confortablement dans le fauteuil. 

"Eh bien très chère belle-sœur que me voulais-tu ?"

Et encore une fois, ça la fit rire, non rien de tout ça ne pouvait être réel. La seule chose qui paraissait réel à Mary dans cette pièce, c'était la haine qu'elle lui portait. Le reste n'avait aucune importance.


____________________________________


Dernière édition par Mary Kane le Mer 7 Mai - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Sam 29 Mar - 18:21

L'endroit était inconnu. Elle n'y avait jamais été d'elle-même, jamais physiquement. Elle n'avait jamais vu les tableaux ornant les murs, jamais vu les escaliers majestueux, jamais vu la foule qui peuplait désormais le hall somptueux. Elle n'avait aucune conscience visuelle de cet endroit, pourtant, à cet instant précis, c'était le lieu qu'elle connaissait le mieux. Elle savait où elle était, elle n'avait plus besoin de se poser la question. Voilà plus d'une semaine qu'elle y était plongée jour après jour, nuit après nuit. Un rêve comme un autre ? Elle préférait se dire qu'il s'agissait d'un geste magique naturel qui la transportait vers un lieu spirituel précis. Un entre-deux entre le réel et l'irréel. Elle n'était pas sûre de son état mental. Devenait-elle folle ? Avait-elle simplement besoin d'un remontant ? D'un lieu sûr, où elle contrôlait la situation ? Elle rêvait de cette situation depuis toujours. On lui avait tellement rabâché qu'elle pourrait y arriver, qu'elle était destinée à remplacer les grands noms de ce régime poisseux. On lui avait tellement appris à croire en elle et en son avenir, comment pouvait-elle prendre cette chute ?

On pouvait dire qu'elle avait tout perdu. Elle était réduite à... rien ? Elle avait disparue. Une semaine ? Deux ? Trois peut-être ? Elle ne savait même plus quand est-ce que les services secrets l'avaient emmenée. Le pire dans l'histoire était l'absence de visite depuis ce jour là. Elle avait rencontré Valverde directement après son arrestation, et depuis plus rien. Elle ne se rappelait même plus de ce qu'il s'était passé tant ses souvenirs se confondaient avec l'irréel auquel elle appartenait. Ce rêve, magique s'il en était, qui l'empêchait catégoriquement de sombrer dans la folie pure. Elle avait pleuré, plus d'une fois, mais ne savait plus pourquoi. Elle se réveillait dans le noir, sentant ses joues humides. Elle s'endormait en grelottant. Torture psychologique ? Probablement. Ils étaient tombé sur la mauvaise personne au fond. Ariana était une personne qui craquait physiquement. Rarement, mais c'était possible. Elle pleurait beaucoup moins souvent que sa sœur. Mais moralement, il était très difficile de la briser. Son caractère fort prenait le dessus sur tous les événements qu'elle subissait. Elle savait pourquoi elle avait ordonné cette torture, elle savait aussi que tout n'était pas terminé. Elle tuerait Kane. Coûte que coûte. Au fond, tout ceci lui avait permis de comprendre une chose essentiel : le régime totalitaire de Voldemort prétendu puriste n'était pas politisé. Il construisait jour après jour une façade afin de cacher le machiavélisme du grand dirigeant et de ses sbires. Elle avait été éduqué d'une certaine manière, mais elle était intelligente. Bien plus que la plupart des abrutis de Poudlard. Et désormais, les chaînes étaient brisées, elle voyait les ficelles tenir les marionnettes. Elle voyait Valverde manipuler les foules, elle voyait Mulciber voler le peuple, elle voyait Witcher mentir à ses semblables. Elle voyait qu'on lui avait menti. Rien de tout ceci n'était puriste. Elle avait cru au début à un acte bourbiste de la part d'Eris. Au fond, elle continuait de croire que l'Intendant n'avait rien d'un puriste, et s'apparentait plus à une saleté de bourbiste. Cependant, elle n'était pas suffisamment stupide pour dire que le régime était de cette affiliation. Non. Tout ceci était une machination terrible qui servait à une unique personne : Voldemort. Maître du monde ? Plus grand illusionniste que l'humanité ait connu plutôt.

Elle, Ariana Bedan, était désormais désillusionnée. Elle n'y croyait plus. Elle ne croyait plus en ce régime miteux, faux, vil. Elle croyait en un purisme véritable. Elle ne renierait jamais ses idéaux, impossible, à l'heure d'aujourd'hui il n'y avait que ça qui la faisait tenir debout.

Était-elle éveillée ? Certainement pas, non. Elle était là, derrière ce bureau d'ébène qu'elle avait fait venir d'Afrique. Elle rêvait. Et ce rêve semblait si réel qu'elle préférait y croire. Elle contrôlait tout ici. Rien ne lui échappait. Tout le monde était à ses pieds, si puissante qu'elle était.

-Madame l'Intendante ? On nous signale une intrusion.
-Qui donc?
-L'ennemie publique numéro une.
-Hum... donnez lui l'impression d'être à un haut poste de mon gouvernement. Qu'elle y croit, qu'elle en ait les expressions. Faîtes la mariée à Llewelyn Mulciber. Et amenez la moi. Ne précisez pas « Intendante », mais plutôt « Intendant ». Exécution.

L'espèce de créature affreuse claqua des doigts et disparue dans un élan de fumée. C'était grâce à ce serviteur qu'Ariana dirigeait tout au sein du rêve. Elle donnait ses ordres, et tout ce qu'elle demandait était exécuté à la lettre. Ainsi Kane allait être considérée par tous comme une personne importante du régime, elle se croirait naturellement chez elle, tout à fait normalement. Et on la mènerait jusqu'à Ariana. Jusque dans ses griffes aiguisées. Elle la tuerait. Elle l'avait promis. Dans le vrai monde ou ici ? Elle ne savait plus vraiment...

La créature revint quelques minutes plus tard. Elle s'inclina nettement devant sa maîtresse et l'informa que Kane arrivait au bureau. Devait-elle la faire exécuter dans ce rêve ? Ou devait-elle la laisser vivre ? Elle était tiraillée... D'un côté l'envie d'en finir, d'achever son projet, de l'autre, elle savait qu'avoir Kane dans les parages était stimulant.

-Moi, oui, moi.

Elle observait son ennemie avec un regard attentif. Le mépris était passé, désormais, Kane était l'une des rares personnes ayant droit à un certain intérêt visible dans les yeux de la Verte et Argent. Un intérêt nocif certes, mais certain. Elle claqua des doigts, et la créature toujours aussi affreuse apporta une tasse de thé à la Serdaigle. Elle avait dépassé la haine concernant cette personne. C'était le simple moteur de destruction qui la poussait à vouloir la tuer. Elle voyait Kane comme un problème, un microbe, une bactérie qu'il fallait exterminé. Plus elle la laissait vivre, plus elle propageait son venin.

-Ce que je te veux ? La question devrait-elle t'être destinée Mary.

Elle continuait de l'observer avec une espèce de satisfaction intense. Elle avait tué Llewelyn ici. Elle l'avait pendu, et son corps siégeait encore dans le tribunal, au plafond. Il ne se décomposait évidemment pas. Dans ce rêve, les sangs-mêlés étaient tué ou envoyé à l'esclavage à la naissance, les moldus n'existaient plus, les sangs-de-bourbe non plus. Tout était pur, serein. Le seul élément perturbateur restait cette Mary Kane. Elle était unique ici. Ariana savait tout, grâce à ce serviteur qui lui rapportait les moindres faits et gestes de la population. Aucun traître n'était accepté, et Lord Voldemort était désormais réduit à l'état de poussière. Elle était surpuissante car tout lui était permis. Rien n'était réel, mais tout portait à lui faire croire qu'elle pouvait vivre ici pour toujours.

-Tu as pénétré mon rêve. Tu es chez moi, tout ceci a été bâti par mon esprit, tout ici est à mes ordres, même toi. Tu n'es pas réellement Madame Mulciber ici, tu n'es pas connue pour un haut poste. Ici rien n'est réel, sauf toi et moi. Et encore, ce ne sont que des projections de nos esprits respectifs. Je suis vivante dans le vrai monde, mais personne ne peut me retrouver.

Elle posa sa baguette sur la table.

-J'ai chuté Mary. Tu peux en être fière, ou tu peux t'en ficher. Au fond, peu m'importe, je ne regrette rien. Tout ceci m'a par contre permis de saisir beaucoup de choses. Notamment que je me faisais salement baiser par ce régime stupide. Peut-être devrais-je te remercier?

Tout ceci était réel, les dires, les gestes, mais jamais Mary ne pourrait s'en servir contre Ariana. La situation était parfaite pour des confidences.

-Dans tous les cas, on va devoir se dire au revoir Mary.

Elle prit sa baguette lentement, sans même regarder sa cible.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Sam 29 Mar - 19:32

Un rêve, un songe, un cauchemar ? Elle en était venue à cette conclusion un peu plus tôt tandis qu’elle longeait le couloir en compagnie de Perkins. Beaucoup de chose dans la situation dans laquelle elle se trouvait, étaient impossibles. Si ses déductions étaient correctes, ils se pouvaient que rien de tout ceci ne soit réel. On la saluait dans les couloirs de toute part, prouvant qu’on la connaissait mais qu’on ne faisait pas d’excès de familiarité avec elle. Ca sous-entendait qu’elle était soit une personne importante, quelqu’un dont on reconnaissait le poids où simplement quelqu’un qu’on évitait. La seconde situation n’aurait rien eu d’étonnant pour Mary. Elle en avait l’habitude. C’était comme ça qu’on l’avait toujours considérée. Un papier peint dans une pièce, toujours là mais faisant tellement partie du décor qu’il en devenait invisible. Ca ne l’avait jamais gêné parce que c’était de son fait. Elle se sentait plus à l’aise dans les ombres que sur le devant de la scène. Ici, on ne l’approchait pas, non pas parce qu’elle n’était pas visible, mais simplement parce qu’elle n’était pas accessible. Pourquoi aurait-elle été convoquée par l’Intendant sinon ?

Une question se posait donc : étais-ce donc son rêve ?  Probablement pas. Si c’était un rêve, il ne représentait pas sa vision du futur. Membre du gouvernement, elle, c’était risible. Elle n’avait rien d’une politicienne. Elle était trop timide et timorée pour ça. Ca ne lui ressemblait pas. Intelligente, elle aimait analyser, mais elle n’aimait pas devoir donner le résultat de ses analyses. Quel intérêt alors ? Aucun. Elle n’avait jamais prétendu qu’il y en ait un. En attendant, ci ceci était un rêve, ce n’était pas le sien. Jamais elle n’avait rêvé d’une haute position et son passé la rendait impossible. Qu’elle soit dans un régime puriste ou merliniste, le fait qu’elle soit la fille d’un criminel recherché la rendait non éligible pour occuper un poste d’état. Pas plus qu’elle ne pouvait être mariée à Llewelyn. Mary se voyait comme quelqu’un de réaliste mais elle était également profondément désillusionnée. Elle voyait la fidélité comme une qualité mais savait que celle-ci était plutôt rare. Sans compter que les gens se lassaient vite. Elle avait rencontré Llew alors qu’elle n’avait que seize ans, se pouvaient-ils vraiment que vingt-deux ans plus tard ils soient encore ensemble ? Ca paraissait impossible aux yeux de Mary.  

« C’est un peu trop beau pour être vrai tu ne crois pas ? »

Ca la fit frissonner encore une fois, elle entendait sa sœur mais sans la voir. Eleonore n’avait jamais été aussi présente maintenant qu’elles allaient être séparées probablement à tout jamais. Qu’elle soit présente ou que les paroles qu’elle venait d’entendre ne soit qu’une simple projection de son esprit, il n’en restait pas moins qu’elles étaient vraies. Tout ça était en effet trop beau pour être vrai. Alors voir Ariana, assise derrière ce bureau, son nom affiché sur une jolie plaquée dorée n’aurait pas du être une surprise pour Mary. Oui, ce genre de décor lui correspondait bien. Du moins elle le pensait. Dans le fond, les deux jeunes filles – femmes en devenir- ne se connaissaient pas bien. Elles n’avaient en commun que quelques mois passés à Poudlard. Mary n’aurait su dire quel était ces goûts, ce qui l’intéressait. Qu’est-ce qui se cachait sous Ariana Bedan, Chef de l’élite et des Jeunesses Puristes. La verte et argent avait probablement encore tout un tas de titre que Mary ne connaissait pas. Qui avait-il derrière ça ? Peut-être rien. Comme un château de carte, peut-être que si on enlevait celle du dessus, ses croyances, ses convictions, peut-être Ariana s’effondrerait-elle. C’était assez triste quand on y pensait. Qu’importait, elle ne saurait jamais.

Ca n’aurait pas du être une surprise mais s’en était tout de même une. Il fallait croire que ses capacités de déduction n’étaient pas aussi bonnes qu’elle aurait bien voulu le croire. Bénit soit les bonnes manières, tout ce qui lui avait appris à ne pas afficher ce qu’elle ressentait. Est-ce qu’Ariana avait vu le trouble qui l’avait agité quand elle l’avait vue dans la pièce. Probablement pas. Alors qu’elle prenait place dans un siège en face d’elle, son ennemie appela une créature dont elle n’aurait pas su dire l’espèce pour qu’elle lui apporte une tasse de thé. Elle la regarda avec intérêt dépassant la laideur physique pour se demander qu’elle sorte d’intelligence celle-ci avait. Elle aurait presque posé la question mais il ne fallait pas oublier où elle était. Ce n’était pas le moment de prendre la curiosité prendre le dessus. Elle prit le petit plateau posé un peu plus tôt sur le bureau et saisit la théière. Thé à la vanille, son préféré, elle se servit et y mis un peu de sucre avant de regarder son hôte. Même dans une situation pareille Mary était la correction même.

« Tu n’en désires pas je suppose ? »

Il n’y avait qu’une tasse sur le plateau mais rien n’empêchait d’aller en quérir une seconde. Les manières de Mary agaçaient ou plaisaient. Elle n’y pouvait rien, c’était comme ça qu’elle avait été élevées mais en général, elles ne laissaient pas indifférente. Elle porta la tasse à sa bouche prenant le temps de profiter des effluves du thé pour en boire une petite gorgée, savourant le goût à la fois un peu sucré et amer du thé. Elle reposa la tasse sur sa soucoupe tout en écoutant et observant son interlocutrice. Ca pouvait sembler étrange de prendre le temps d’apprécier du thé dans une situation pareille mais puisqu’elle était probablement dans un rêve pourquoi pas ? Il y avait un changement d’attitude chez Ariana. Aucune trace du mépris qu’elle lui réservait habituellement. C’était étonnant et elle n’aurait pas su dire d’où ça venait. De son côté, est-ce qu’elle haïssait Ariana ? Oui sans aucun doute. Mary n’aurait jamais cru pouvoir éprouver un sentiment aussi puissant. Tellement puissant qu’elle n’arrivait pas à l’exprimer. A quoi sert les cris, les hurlements, à rien. Chez Mary, la haine était froide et glaciale. Patiente comme elle-même. Elle n’était pas passionnée de nature, la douleur la rendait nerveuse et inconstante mais ici, dans ce monde irréel créé par leurs subconscients, elle redevenait elle-même ou du moins une des multiples versions d’elle-même. Froide, maitrisée et patiente. C’était sa principale qualité, une de celle qu’on ne pouvait pas lui retirer. Tout vient à point à qui sait attendre. Maxime dites et redites, qu’on connaissait par cœur mais qui, ici prenait tout son sens.

Ce qu’elle faisait ici ? Ce qu’elle voulait ? Aucunes idées. Si elle en croyait Ariana, c’était elle qui avait pénétré dans le rêve de son ennemie. Elle n’en avait pas eu conscience. Pour tout dire, elle se sentait déconnectée de la réalité. Parce qu’ici, ce n’était qu’un rêve mais qu’en était-il d’elle dans la vraie vie. Impossible de se souvenir. Quel était son dernier souvenir ? Je ne sais pas. Je ne trouve pas.

« Oh si, tu le sais. », répondit une voix.

De nouveau sa sœur était là, à côté d’elle, identique à elle dans sa version plus jeune. Un étranger n’aurait pas su les différencier quand elles étaient jeunes. Mary, elle, voyait dans le visage de son boucle des petites choses qui n’existait pas dans le sien, qui lui permettait de se rappeler qu’elles étaient deux créatures différentes.

« Non, je ne me rappelle pas.
Si, les cachots. Tu essayes de te relever par réflexe, tu n’y arrives pas. Tout tes os sont brisés. H s’y est employé, un à un. Un vrai travail d’artiste. Puis il y a eu le Doloris. Longtemps, très longtemps. Tu avais presque perdu conscience quand les secours sont arrivés. Presque Mary. La question étant. Es-tu vivante ou morte ?  Puisque tout ceci n’est qu’un rêve.
Arrête de parler. ARRÊTE. »

« Elle s’agite, je crois qu’elle fait une rechute.
Stabiliser là. Le chef veut l’interroger. Il a ordonné qu’on la maintienne en vie. Si elle meurt, ça serra de votre faute. 
Un Philtre Calmant ici, vite. »

Ses yeux lançaient des éclairs, elle avait le souffle court et les mains crispées sur l’accoudoir de son fauteuil. Ses doigts, laissant des marques dans le cuir. Elle ne savait pas si elle l’avait crié tout haut ou si tout se passait dans son subconscient mais les propos de sa sœur étaient insupportables. Ils faisaient remonter à la surface, encore une fois, le souvenir de ce qui c’était passé. Souvenir que son subconscient refusait de prendre en compte parce que son esprit n’arrivait pas encore à en assimiler l’horreur. C’était trop proche et à la fois très éloigné. En cet instant, Eleonore semblait très matérielle aussi prit-elle la peine de la présenter à la verte et argent avant de reprendre la discussion.

« Ma jumelle, Eleonore.  Je ne sais pas ce qu’elle fait ici. Pas plus que moi mais je suppose qu’il y a un but à tout ça. »

Elle écouta les explications celle qui était ici l’Intendante. Elle était donc dans son rêve. Rien d’étonnant. Tout ceci était sa création. Et uniquement la sienne. Mary n’avait donc pas de prise sur le monde que la Serpentard avait mis en place. Elle songea avec une certaine ironie que dans le monde des rêves, comme dans le monde réel, Mary n’avait jamais eu de prise sur le monde dans lequel vivait Ariana. Les petits poissons se font manger par les gros. Était-elle un petit poisson ? Le simple fait qu’elle soit ici, dans le rêve d’Ariana, qu’elle y ait accès traduisait l’importance qu’elle devait avoir pour la jeune femme. Importance réciproque vu qu’Ariana occupait souvent les pensées de la Serdaigle. Il eut été agréable de croire que c’était l’affection qui les portaient à pensé aussi souvent l’une à l’autre mais ce n’était rien de ça. La haine, l’envie, la non-compréhension, la reconnaissance de l’autre. Il y avait chez ces deux adolescentes une intelligence hors du commun. Chacune, dans son propre domaine étaient excellentes. Ensemble, elles auraient probablement pu faire de grande chose. Il aurait suffit qu’elles mettent en commun leurs talents respectifs pour qu’elles puissent accomplir beaucoup ensemble. C’était trop tard, si cela avait jamais été possible. Il n’y avait pas de retour en arrière envisageable pour les deux femmes. Plutôt que de construire ensemble, elles finiraient probablement par se détruire mutuellement pour assurer leur survie. Passé un certain stade, pourraient-elles encore vivre l’une sans l’autre ? Parce qu’il semblait que se détruire soit devenu un but dans la vie de l’une et l’autre. Cela prendrait du temps, s’il s’avérait qu’elles étaient encore vivantes passé ce rêve. Elles n’avaient encore aucun pouvoir. Ce serrait l’œuvre d’une vie que d’en obtenir assez pour annihiler la plus simple expression de l’autre. Mary et Ariana, le plus bel exemple de l’effet papillon qui puisse exister. C’était partis de rien et pourtant, plus le temps passait, plus ce petit battement d’aile, anodin de prime abord, promettait d’enfler pour détruire tout sur son passage.

« Je ne pense pas que tu puisses me contrôler Ariana. C’est tout le problème d’ailleurs. Sans le vouloir, j’échappais à ton contrôle. Je remettais en cause tes règles, ton monde. Ici, pas plus qu’à Poudlard tu n’as de prise sur moi. »

Simple constatation. Elle n’avait pas besoin de la défié. Sa présence ici-même, dans ce bureau était un défis. Elle reprit sa tasse dont le liquide avait refroidis quelque peu et la porta de nouveau à ses lèvres.

« Je me disais bien que ça devait être ton rêve cela dit. Ca ne me ressemble pas. Je n’ai jamais voulu de reconnaissance, encore moins un titre. Madame Mulciber, c’est d’un guindé. La bague est jolie cela dit. Je suppose que je ne risque pas croiser Llew ici ? »

Elle eut un fin sourire, sachant qu’elle babillait. Elles en arriveraient bien assez tôt au point crucial de leur rencontre. Car après tout, rien de tout ceci ne pouvait se finir pacifiquement. Non, aucune d’elles ne ferraient de concession.

« Ne me remercie pas Ariana. Pas de ça entre nous.» Elle ne pouvait pas s'empêcher de faire du sarcasme quand bien même ce n'était pas le moment. Elle reprit plus sérieusement.«C’est étrange tu sais, mon but n’a jamais été de te faire chuter. Ni même de me mettre en travers de ton chemin à vrai dire et pourtant, inéluctablement, même en rêve, nous voici, l’une en face de l’autre… »

Elle eut un haussement d’épaule désabusé. Etrange moment d’honnêteté entre deux personnes qui n’avaient jamais eu ne serais-ce qu’une conversation depuis qu’elles se connaissaient. Son sourire se perdit progressivement à mesure que des images qu’elle ne pouvait pas voir revenaient en tête. Sa sœur, silencieuse depuis que Mary lui avait dis de se taire semblait étrangement agitée, comme si elle-même était en proie aux mêmes images mais ce ne fut que quand Ariana mentionna qu’il était temps de se dire au revoir qu’elle réagit. Prestement, elle sortit sa baguette et commença à prononcé la formule du sort qu’elle désirait lancer quand Mary intervient durement.

« Non, disparais. Tu n’as rien à faire ici. C’est entre elle et moi. Personne d’autre. »

Llewelyn, Wayland, Eleonore, l’Intendance. Personne n’interviendrait ici. 

Spoiler:
 


____________________________________


Dernière édition par Mary Kane le Mer 2 Avr - 0:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Sam 29 Mar - 19:32

Le membre 'Mary Kane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Mer 2 Avr - 0:57

Le problème des autres, vis à vis d'Ariana, était leur méconnaissance de sa personne. Ce n'était pas elle le problème, c'était eux. Eux et leur comportement. Eux et leurs manières. C'était eux, et non pas elle. Au début, elle s'en était offusquée, ce qui lui avait donné cette réputation de fille agressive et capricieuse. On ne pouvait, cependant, pas dire qu'elle ne l'était pas. On pouvait seulement espérer qu'elle le savait. Et c'était le cas. Elle connaissait sa nature, elle savait comment elle agissait, pourquoi elle le faisait, qu'est-ce qu'elle aimait, qu'est-ce qu'elle détestait. Elle s'aimait elle, et elle haïssait le reste. Rien de plus, rien de moins. Mais elle ne le montrait, finalement, que très peu. Elle restait suffisamment intelligente pour masquer sa véritable nature, celle qui en repousserait plus d'un, que même le Seigneur des Ténèbres dénigrerait. Ce n'était même pas qu'elle les haïssait, c'était plus profond que cela. Ils étaient ce qu'elle craignait le plus. Elle avait peur des autres. Elle qui prétendait et avait l'air de n'avoir peur de rien, était en réalité effrayée par ce qui lui était le plus semblable. Les gens ne comprenaient pas. Ils en étaient foutrement incapable. Emma était de cette nature là-aussi. A ceci près qu'elle avait développé une aversion pour la foule assez rapidement. Elle était agoraphobe depuis toute petite. Ariana terrait ce mal en elle, comme un virus, une gangrène. Alors, on croyait qu'elle voulait tout contrôler – et il y avait du vrai – qu'elle voulait le pouvoir pour tous les gouverner. Non. Erreur monumentale. C'était démontrer sa stupidité et son manque de perspicacité que de croire qu'elle était aussi simple d'esprit que cela. Elle voulait tout contrôler pour s'élever au-dessus du reste. C'était ce qu'elle avait fait en mettant en avant son sang, son rang social, son argent. En s'élevant de la foule, elle finissait par la voir de loin, et apprendre à ne plus en avoir peur.

Elle fit une moue désespérée. Mary était, au final, comme tous les autres. Incapable de comprendre ce qu'elle avait face à elle. Même en étant une ennemie, elle s'engouffrait dans une banalité sans nom. Stupide créature que voilà, Ariana n'avait pas de qualificatif assez raisonnablement poli pour définir le spécimen Kane.

-Le problème, tu vois, c'est que tu ne sais pas détester quelqu'un. Tu es aveuglée par des présomptions, fausses qui plus est, que tu tires des on-dit de la foule. C'est ridicule, mais c'est à l'image de ce qui me semblait être ton quotidien : plongé dans l'anonymat et la peur d'apprendre à connaître l'autre.

Elle était toujours enfoncée dans son siège, telle une reine. Mains sur les accoudoirs, à l'aise, elle dominait la scène. Sa coiffure était soignée, noble, son maquillage discret mais bien présent, et son regard foudroyant et espiègle ne pouvait que démontrer sa beauté fatale et meurtrière.

-Je n'essaye pas de te contrôler Mary. A quoi est-ce que ça pourrait me servir ? Ni ici, dans ce rêve somptueux avouons le, ni à l'extérieur. Si tu étais manipulable Mary, on ne serait pas devenues ennemies. Tu as ta personnalité, et je te respecte pour ça tu sais. Vraiment. Si tu n'avais pas été trop stupide pour te mettre à dos la seule personne qui aurait pu t'aider, peut-être tout ceci aurait été différent mais...

Elle sourit, un large et beau sourire.

-Mais au final, le passé est tout ce qu'il nous reste.

Llewelyn. Ah, ce bon vieux traître à son sang, cette saloperie de virus. Elle l'avait tué de ses propres mains, ici. Ce fut amusant, mais pas jouissif. Rien d'extravagant en somme. Ici rien n'était jouissif. Elle était trop conscient qu'il s'agissait d'un songe pour apprécier ses actions et leurs conséquences. Elle comprenait juste qu'elle en était réduite à vivre ainsi : en rêvant. Elle détester rêver. Elle préférait la réalité, le concret. Sauf que cette fois-là, on lui avait tourné le dos. Méchamment. Sans excuse, sans prévenir.

-Si, il est quelque part ici. Mais où est l'intérêt de le retrouver ici, alors que tu peux le voir à l'extérieur ?

Question pertinente et non dénué d'intérêt. Ariana était curieuse. Est-ce que Mary pensait réellement vouloir voir son bien aimé ici ? Ou était-ce simplement une feinte affreuse pour faire la discussion à une personne qu'elle détestait ? Car Mary ne savait pas haïr. Elle haïssait bêtement en méprisant. Ariana méprisait le monde, mais lorsqu'elle haïssait quelqu'un particulièrement, elle dépassait ce stade de degré un. Elle devenait non plus méchante, mais subtile. Elle quittait sa violence primitive et devenait sournoise et agile.

-Parce qu'au fond, tout ceci ne sont que des projections.

Ce qui était vrai. Peut-être se rappelleraient-elles des événements dont elles étaient les principales protagonistes actuellement à leur réveil ? Peut-être pas. Il s'agissait ni plus ni moins d'une rêverie, d'une simple utopie. Le combat final, un espèce d'espoir naissant en chacune d'elle de pouvoir affronter l'autre, seule à seule, sans risquer de se faire interrompre, par la loi, par l'école, par l'Intendance, par Wayland ou Llewelyn, par Valverde.

-Nous ne sommes pas amies Kane, le sarcasme tu te le gardes pour des pantins comme Llewelyn s'il te plaît.

Ariana restait Ariana. On ne changerait jamais sa nature, et elle n'appréciait pas d'être proche, ne serait-ce que verbalement, avec une sang-mêlé, encore moins une saleté telle que Mary Kane. Elle aurait pu l'égorger sur place qu'elle l'aurait fait, mais au fond, en avait-elle réellement envie ? Cela ne laisserait-il pas un vide ? Elle aurait voulu pouvoir la tuer à l'infini pour ne jamais se lasser de l'instant où la lueur vitale s'éteindrait au fin fond de sa pupille.

-Tu savais que tu n'avais pas ta place au Royaume-Uni, pourtant tu es revenue. Tu savais que si tu te mettais contre des sangs-purs, tu allais te faire remarquer, pourtant tu l'as fait, tu savais qu'en te rapprochant de Wayland, tu allais attirer mon attention, pourtant tu l'as fait. Tu as toujours su comment te mettre en travers de ma route, et tu as toujours eu l'intention de le faire.

C'est l'heure de dire au revoir aurait dit un autre. La sœur supposée de Mary leva sa baguette et s'apprêta à lancer un sort lorsque Mary intervint. Alors c'était entre elles ? Voilà de l'audace, c'était amusant. Au fond, Eleonore n'aurait pas pu faire grand chose. Tout projection était proprement inoffensive face à Ariana dans ce rêve. Seule Mary était réellement capable de la toucher. Elle qui était réelle, elle qui était considérée comme quelqu'un à part entière. Elle seule en avait le pouvoir. Pas de sourire, tout ceci n'avait rien d'amusant. La mine d'Ariana faisait très solennel. Là où d'habitude elle s'exprimait avec violence, elle devenait ici incroyablement agréable. Son visage transpirait presque la pitié, qu'elle n'avait pas. L'Intendante leva sa baguette et d'un geste du poignée, un ostéoclaste s'exécuta, en souvenir d'un personnage qu'elle hésitait à considérer dans ses pensées comme un ami. L'avait-il été ? Avait-elle le droit de dire qu'elle l'avait été ?

Le sort percuta sa cible en pleine cage thoracique, obligeant Mary à respirer avec peine. Ariana quitta sa position, elle se dégagea de son bureau, et d'un geste de baguette, écarta tous les sièges, dégageant un espèce de bataille. Une scène où se déroulerait un combat d'anthologie, assurément.

____________________________________



Dernière édition par Ariana Bedan le Mar 8 Avr - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Mer 2 Avr - 0:57

Le membre 'Ariana Bedan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Mar 8 Avr - 18:14

Ariana la croyait incapable de détester. Mary aurait pu s’insurger et répondre que c’était faux qu’Ariana ne la connaissait pas mais elle ne le fit pas. Elle estimait qu’on ne pouvait se connaître réellement soi-même. Bien entendu, on se connaît, on sait à quoi ressemble nos peurs les plus sombres, nos rêves mais on finit toujours par être aveuglé par une perception que l’on a de soi-même qui vient obscurcir notre jugement. Alors quand la Serpentard déclarait qu’elle ne savait pas haïr. Mary y réfléchissait et voyait du vrai dans le discours de son ancienne camarade. En effet, ce genre de sentiment n’était pas pour elle. Ce n’était pas qu’elle ne l’éprouvait pas. Elle ressentait la haine et la colère mais elle ne s’attardait pas dessus. Ce genre d’émotion, mal contrôlée, vous faisait faire les pires bêtises.

Se laisser guider par ses sentiments pouvait parfois être utile mais pas ici. Elle voulait prendre sa revanche sur Ariana, de ça elle en était sûre. Tout comme elle était certaine de ne pas y arriver en laissant la haine supplanter le reste. Honnêtement, Llewelyn était un parfait exemple de ce qu’il ne fallait pas faire dans ce genre d’occasion. Elle savait apprendre de ses erreurs mais aussi de celle des autres. Si elle voulait se venger, elle devait attendre, peut-être longtemps, très longtemps pour arriver à faire quelque chose à la hauteur de ce qu’elle voulait faire mais ça valait le coup. Il valait mieux une vengeance bien exécutée et qui prend longtemps à préparer, qu’un petit coup d’éclat d’une enfant en colère parce qu’elle a mal. Mary était patience, nul besoin de se précipiter. Comme disait le dicton, tout vient à point à qui sait attendre, elle attendrait.

Etre ici en revanche, dans le rêve de son ennemie lui permettait de mieux l’appréhender. Peut-être même essayer de la comprendre un peu mieux. Elle ne se targuait pas d’y arriver. Contrairement à ce qu’elle avait pu penser en début d’année, la Serpentard était plus qu’une gamine gâtée et capricieuse. Il y avait autre chose derrière. Mary cherchait d’une certaine manière à en savoir plus sur celle qui était devenue sa Némésis sans qu’elles aient un jour pu se parler correctement. C’était son rêve pas le sien et qu’était un rêve à part l’extension des désirs et des espoirs de son propriétaire ? La question était de savoir si elle se souviendrait de tous ceci une fois réveillée. Probablement pas songeât-elle. On se souvenait rarement de ses rêves mais celui-ci était différent. C’était un rêve magique et elle était présente physiquement ici, de même qu’Ariana. Elle ne savait pas comment c’était possible mais la magie restait mystérieuse en bien des points.

Les sangs-purs considéraient la magie comme quelque chose d’acquis qu’ils ne pouvaient pas perdre. Ils avaient raison, sorcier de génération en génération, ils avaient réussi à garder leur sang et leur magie pure. Pourtant, ça ne la rendait pas plus puissante pour autant. Parfois ils semblaient à Mary que beaucoup d’entre eux ne mesuraient pas l’importance de cette magie. On parlait de sang bien plus que de magie au final, alors que ce qui importait réellement, c’était cette capacité qu’ils avaient à produire quelque chose grâce à leur pouvoir par le biais de leur baguette. Mary, probablement parce qu’elle était sang-mêlée mesurait cette chance. Elle voyait ça comme un don et plus que le sang, c’était sa magie qui lui semblait importante. C’était elle et sa capacité à s’en servir qui la rendait supérieure aux moldus. Il y avait, après tout, des cramols au sang-pur, mais de ceux-là, on ne parlait pas. Ils étaient une honte, une dégénérescence, qu’on cachait ou que l’on tuait selon les cas. C’était une des différences entre Mary et Ariana. Une s’attardait sur l’importance du sang, l’autre sur celle de la magie.
Peut-être Mary, malgré son esprit d’analyse avait-elle une image tronquée d’Ariana. Ses présomptions étaient probablement fausses tout comme celle d’Ariana était sur elle. Mary n’était pas la foule, loin de là. Elle se fondait dedans, s’y cachait parce qu’elle avait peur des autres. Quel est le meilleur moyen de se cacher qu’exposé à tous dans une foule. Du reste, elle n’y appartenait pas. Si elle en avait fais partie, s’eu été plus simple. Ariana ne l’aurait jamais vue et elle ne se serrait pas retrouver ici.

« Ferais-tu les choses autrement si tu pouvais revenir en arrière ?
Non.
Pourquoi ?
Je ne sais pas.
Alors ça ne valait pas la peine.
Si, je ne sais pas pourquoi. Même si ce que je fais est probablement insignifiant mais je crois qu’il est important que je le fasse. »


Elle se tourna vers celle qui s’était posée en reine dans ce monde. Impératrice suprême du purisme. Elle était belle, Mary ne l’avait jamais nié. Elle pouvait comprendre pourquoi Wayland la trouvait attirante. Elle avait cette beauté sensuelle et frappante qu’on remarquait au premier abord. On pouvait difficilement rester indifférent à Ariana Bedan, on la détestait ou on l’aimait mais on ne pouvait pas passer à côté d’elle. La Serdaigle n’avait pas pu.

« Je te déteste, ne pense pas le contrairement mais c’est inutile. Pour le moment, te détester ne me sert à rien. Plus tard. »

Elle lui accorda un sourire presque amical tout en savourant son thé.

« Je t’enviais je crois. Sans le savoir ou l’admettre. »

Comment ne pas l’envier après tout. Mary n’était pas différente d’une autre adolescente de son âge. Le pouvoir lui faisait peur mais comme beaucoup elle ne pouvait pas s’empêcher de vouloir en toucher la flamme. Ca avait quelque chose d’attirant. Le pouvoir attirait les mortels comme la lumière attirait le papillon.

« Mais ce n’est pas moi finalement. Je n’aurais pas pu. Tout comme tu n’aurais pas su m’aider. Même si on avait réussi à s’entendre, il y aurait eu une cassure à un moment ou l’autre. Ma situation familiale me rend suspicieuse aux yeux de l’Intendance. Une mère sang-mêlée qui n’a pas passé sa commission de sang. Un père supposé né-moldu qui sert de couverture au véritable géniteur, un mercenaire recherché aussi bien par les moldus que par les sorciers. Non, c’est mieux ainsi. »

Oui c’était mieux. Elles auraient peut-être pu être amies mais s’eu été pour mieux se séparer par la suite comme elle le ferrait avec chaque personne qui avait un peu compté pour elle à Poudlard. Jellyka, Wayland, Jill, Tally, Llewelyn, bientôt elle leur tournerait le dos pour ne plus jamais les revoir. Ca la rendait triste en y pensant mais si la vie s’était résumée en une série de décision facile à prendre, ça se serrait su depuis longtemps. Chacun sa voie, elle choisissait la sienne.

« Oh j’étais simplement curieuse, je voulais savoir ce qu’il était devenu sous ton régime. Vous le voyez tous comme un traitre à son sang après tout. Je suis curieuse de savoir à quoi ressemble le monde sous ta direction. »

Elle s’éternisait en bavardage. Quoiqu’il arrive maintenant, peu importe ce qu’elles se disaient, leur discussion n’avait qu’une seule issue : le combat. Oui, elle en viendrait aux mains. Elles étaient destinées à le faire. Une fois Eleonore disparue, le premier sort vient la frapper en plein fouet. Elle se sentit respirer avec difficulté tandis qu’elle reconnaissait le sort qu’Ariana lui avait lancé.


« Ses blessures se rouvrent. Je ne comprends pas.
Comment ?
Elle perd du sang, son rythme cardiaque s’accélère. »


Réel, tout ça semblait si réel. La douleur était la même. Identique à celle qu’elle avait ressentie dans les locaux de l’élite. Ce n’était pas le moment de se laisser happer par ses souvenirs pour autant.

« Oh vraiment c’est comme ça ? En souvenir de Mercurius peut-être ?»

Sa voix était un peu sifflante à cause du sort. Elle se leva à son tour laissant Ariana dégagé l’espace du bureau pour faire place nette. Elles avaient désormais l’espace qu’il fallait pour s’affronter. Elle lança son sort sans attendre, hors de question de se faire battre. Elle refusait d’être défaite en rêve comme dans la réalité. Son Confringo provoqua une explosion violente tandis que des flammes apparaissaient, brûlant sa victime.

« Je ne suis attachée à un mur cette fois-ci Ariana et H n’est pas entre nous deux. Voyons voir de quoi tu es faite. »

Oh oui, qu’est-ce qu’elles valaient ces deux gamines maintenant qu’elles étaient seule à seule ? Laquelle des deux craquerait en premier.

Spoiler:
 

____________________________________


Dernière édition par Mary Kane le Dim 13 Avr - 20:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Mar 8 Avr - 18:14

Le membre 'Mary Kane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Mer 16 Avr - 0:31

Au fond, qu'on l'aime ou qu'on la déteste, Ariana ne changerait pas. Elle avait une personnalité bien à elle, et pour ainsi dire, c'était une belle qualité. Elle ne se laissait pas marcher dessus, elle ne renonçait pas à ce qu'elle désirait le plus, ni même à qui elle était fondamentalement parlant. Elle savait mettre les formes, jouer sur le mensonge, pour obtenir ce qu'elle voulait, mais elle ne divergeait jamais. Prévisible ? Loin de là. Elle restait une personne surprenante, quoiqu'on en dise. Elle n'était pas une Grande Personne, et à vrai dire, plus le temps passait, plus elle doutait de vouloir en devenir une. Mais elle était de ceux capables d'avoir de l'importance. Elle était suffisante car elle était complète. On avait pas besoin de deux Ariana Bedan. D'ailleurs, personne n'en aurait voulu plusieurs. Alors que des Llewelyn Mulciber ou des Mary Kane, on en demandait des milliers. Cela donnait-il de l'importance à son ennemie ? Pas réellement. D'un côté, évidemment que le caractère de Mary Kane était plus souple, plus malléable. On pouvait la faire plier plus facilement, on pouvait la voir s'adapter à bien des situations. Mais au fond, elle restait une personne parmi tant d'autres, semblables à elle-même. Ariana était unique. D'un point de vue caractériel, elle différait complètement de sa propre sœur jumelle, Emma, qui était la plus disposée à lui ressembler. Cela donnait à la fois du cachet à l'ex-serpentard, mais aussi une grande force de persuasion. A ses yeux, l'unicité était gage de qualité. Elle était même de cet avis lorsqu'il s'agissait de ses ennemis idéologiques. Jugson par exemple, ou Weasley, même Potter. Ces trois là étaient uniques en leurs genres. Personne n'oserait dire le contraire, à part peut-être le Seigneur des Ténèbres. Certains avaient échoué aujourd'hui, d'autres échoueraient demain, mais au fond, on ne pouvait pas les remplacer, ils étaient parfaitement uniques. Alors qu'un Llewelyn Mulciber se remplaçait en deux temps trois mouvements. Ainsi, la haine qu'on portait sur Ariana Bedan semblait l’embellir, la satisfaire, elle aimait, de façon littérale, se faire détester. L'amour des autres la laissait indifférente, elle se sentait noyée dans une masse informe. Aussi cela expliquait probablement son comportement irascible face au reste de la population.

Elle eut envie de rire tant elle tombait devant un cliché incroyable. Mais elle ne le fit pas. La situation n'était pas drôle, elle aurait plutôt dû s'énerver devant tant de crédulité. Mary croyait-elle réellement à ce qu'elle disait ? Alors elle ne savait ni détester ni se servir de ce sentiment. Parfois, la Serdaigle donnait l'impression qu'elle ne voyait que des arcs-en-ciel et le Bien en chacun. Parfois elle transpirait l'enfance et la mièvrerie. Dégueulasse. Ariana ne releva, cependant, pas. A quoi bon ? Kane n'apprendrait rien venant d'Ariana simplement par pseudo-haine, dont elle ne connaissait même pas la nature. Alors elle laissa faire, s'amusant simplement du peu d'expérience de la Serdaigle. On aurait pu lui rétorquer, d'ailleurs, qu'elle ne savait rien de l'amour, et c'était vrai. En soi, les deux gamines se valaient puisque l'une connaissait la paix et l'amitié, l'autre la haine et la violence. Deux extrêmes, ou deux enfants stupides, ce n'était franchement pas loin d'être semblable.

-Tout le monde m'a envié. Tu n'as pas fait exception, c'est normal.

Fatalité incroyablement présomptueuse. Elle n'avait pas peur de paraître péteuse à souhait, sa vie fut celle rêvée par un nombre incroyable de gamines, ou de garçons. Elle n'était pas à plaindre, elle vivait avec l'argent, la reconnaissance sociale, la tranquillité future, et le pouvoir. Elle était un luxe à elle toute seule, comment ne pas l'envier ? Au fond, c'était probablement ce qui l'avait faite plonger. Elle n'avait pas envie de reconnaître qu'elle chutait lourdement, l'admettre aurait été l'accepté, et une fille comme elle n'admettait pas l'échec.

-Tu te trompes, mais tu continues de croire que je suis celle que les autres disent. C'est amusant, je dois bien le reconnaître. J'ai aidé Jellyka bien plus que tu ne peux le croire. Elle a été réintégré à ma famille grâce à moi. Que tu le crois, ou non, être sang-mêlé chez moi est bien pire que d'être reconnu suspicieuse aux yeux de l'Intendance. Je n'aide pas n'importe qui, et je ne le fais pas sans arrière-pensée. Cependant, croire que je n'en suis pas capable démontre simplement que tu sous-estime tes ennemis, et c'est bien la pire chose que tu puisses faire aujourd'hui Mary.

Croire Ariana défaite et hors du jeu était une foncière erreur. Non pas que Kane l'ait un jour cru, c'était plutôt un avertissement. Elle refusait de croire que Mary était une imbécile. Elle était juste trop pure et innocente pour se rendre compte des choses. Ariana sous-estimait toujours la foule, la réduisait à un tas de sous-merde informe incapable de se démerder sans un leader-né. Mais ses ennemis, elle les plaçait sur un véritable piédestal. Ils avaient plus d'importance pour elle que ses amis, aussi rares soient-ils.

-Tu as une famille amusante en tout cas.

Elle était curieuse de savoir qui était ce fameux père mercenaire. Elle n'avait jamais soupçonné Mary d'être une fille de criminel, encore moins d'un type si bien connu selon ses propos. De mémoire, Ariana ne connaissait aucun homme connu et recherché dans les deux mondes. Mais visiblement, il y en avait au moins un. Tant mieux pour lui, ou tant pis pour elle. Elle semblait accumuler les fautes, sans les avoir un jour voulues sur le dos.

Le monde sous Ariana Bedan était un vaste champ de ruines car c'était tout ce qu'elle désirait à l'heure actuelle : détruire. Détruire ses ennemis, détruire ses anciens protecteurs, détruire les institutions, celles qui l'avaient condamnée pour un crime qu'elle n'avait pas commis. Elle en voulait à la Terre entière, et plus particulièrement à ceux en qui elle avait placé sa confiance pourtant si dure à donner. Elle avait été largement et allègrement trahie. Elle s'en remettrait, mais jamais la plaie ne se refermerait totalement, quand bien même sa vengeance soit exécutée. Mary était un détail du fond de sa pensée actuellement, mais un détail épineux, à n'en pas douter.

-C'est un rêve Mary, tout ceci n'est que fantasme et illusion. Mon monde est à mon image, c'est tout. Le comprendre est impossible.

Ce qui était vrai. Tout cet espace était construit par l'inconscient d'Ariana. Même elle était incapable de tout comprendre, certains signes lui semblaient invraisemblables tant elle ne soupçonnait pas leur rapport à sa propre personnalité. La verte et argent continuait d'observer sa victime du jour, car telle serait la situation de Kane d'ici quelques minutes. Elle ne pouvait pas gagner, c'était impossible. Non pas car elles étaient au cœur d'un rêve dirigé par Bedan, mais plutôt car Ariana ne se laissait pas aveugler par sa propre haine. Malgré le caractère faussement serein de Mary, elle transpirait l'envie d'exploser.

Le confringo dirigé contre Ariana trouva sa cible et brûla une partie de ses vêtements. Elle avait mal, oui, mais sans plus. Le rêve atténuait nettement la douleur pour elle, comme pour Mary. Et pour ce qui en était en dehors, ça, elle n'en savait rien.

-En souvenir, je ne sais pas, mais j'aimais bien ses méthodes.

Elle informula un Aguamenti qui percuta de plein fouet Mary, l'expulsant à travers la pièce et la faisant percuter lourdement le mur puis le sol. Elle était trempée, mais ce n'était que dommageable face aux dégâts subis et au traumatisme crânien.

-Ne joue pas la grande duelliste Mary, il y a peu tu n'osais même ouvrir la bouche de peur de te faire gifler par la honte.

La réalité était que Mary avait changé, mais l'admettre aurait été accepter une défaite, c'était impossible.

Spoiler:
 

____________________________________



Dernière édition par Ariana Bedan le Ven 18 Avr - 12:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini] Mer 16 Avr - 0:31

Le membre 'Ariana Bedan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Elève Connaisseur' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

You shall be Queen until comes another || Ariana [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-