POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

La bataille de Glasgow partie I || TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 07/05/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 13/04/2014
Parchemins postés : 390



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Sheldon H. Ferguson


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Ven 29 Aoû - 12:37

Le dernier homme tomba. C'était toujours le dernier le plus dur, mais Sheldon le vit comme une sorte de libération. Enfin, ils avançaient. Il avait cru un instant qu'ils allaient rester là, cloitrés dans cette université qu'il n'aimait guère – il ne se sentait jamais à sa place dans les lieux d'éducation, sans doute parce qu'il n'en avait aucune et que cela lui donnait une conscience profonde de ses lacunes. S'il méprisait le système éducatif, c'était sans aucun doute parce qu'il jugeait qu'il n'ouvrait aucune porte, ou peut-être justement parce qu'on n'ouvrait pas assez grande la porte du système éducatif, et que du coup, d'un système à l'autre il était passé en système D, se faisant sa propre éducation, comme il avait faite celle des jeunes après lui. Pour en revenir au combat, oui, il était heureux qu'il se termine, heureux de pouvoir avancer, car il savait parfaitement que les renforts puristes existaient et qu'ils ne tiendraient pas forcèment le coup. Alors oui, il fallait continuer au plus vite, et leur latter la figure.

Ben semblait avoir plus d'un tour dans son sac et Ferguson était heureux de l'avoir aidé. Il eut un grand sourire lorsqu'ils avancèrent et trouvèrent face à eux un régiment qu'il connaissait bien, puisqu'il s'agissait du sien. Ah, ça pour une surprise, c'en était une, et une bonne, de voir le Royal Highland Fusiliers avec eux. Il ne savait pas comment Limonkov avait fait, préférait à la rigueur ne pas savoir, ça lui allait, il pouvait en rire :

« Bon dieu, tu m'avais caché qu'il y aurait des gens que je connaissais à ta surprise party, Benjamin ! »
Il eut un rire tranquille et salua militairement le général Sellers : « Capitaine Sheldon H. Ferguson, du Royal Highland Fusiliers. J'avais entendu dire que vous aviez succédé au vieux McGregor, ravi de vous rencontrer général. »

On s'organisa pour prendre Parkhead, et la résistance fila au centre ville. Le centre ville, qui n'était pas le quartier de Ferguson, celui-ci s'y était imposé : il refusait la ghettoïsation, refusait d'être cloîtré dans sa banlieue, alors il s'en foutait il y allait. Même s'il n'aimait guère le commissariat. Il sourit :

« Eh, McLear, c'est la première fois que je vais dans un commissariat volontairement, tu te rends compte, la blague ! »


Il rit tout seul de sa plaisanterie, mais il fallut rapidement se reconcentrer. Les sorts fusèrent rapidement. Apparement, le commissaire ne plaisantait pas, et même Limonkov fut touché rapidement. Si Marion n'arrivait pas à grand chose, Sheldon n'était pas Socia : il ne se démonta pas, visa, et toucha l'un des acolytes de Richard Attenborough. Mais ce n'était pas gagné d'avance, le vieux commissaire de police semblait décidé à lutter, et il s'en sortait plutot bien : il réussit rapidement à capturer celle que Ferguson pensait être Leonheart. Il jura :

« Ils l'embarquent, merde ! Ben, fais quelque chose ! »


Lui essaya bien, mais il était sans doute déjà trop tard : un des puristes avait transplané aussi sec, emportant avec lui Light. Ca faisait un allié en moins. Merde

Spoiler:
 


Dernière édition par Sheldon H. Ferguson le Mar 2 Sep - 8:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Ven 29 Aoû - 12:37

Le membre 'Sheldon H. Ferguson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 5' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 15/07/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2012
Parchemins postés : 268



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Minerva R. McGonagall


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 31 Aoû - 15:54

La résistance bravait tous les obstacles qui se mettaient au travers de leur chemin. Et quel chemin ! Voilà maintenant des heures durant lesquelles les forces alliées combattirent les offensives ennemies. Cela était épuisant autant physique que moralement, mais il y avait chez les membres de la Vague et de l'Ordre du Phénix cette lueur d'espoir de vaincre et de gagner la bataille qui se jouait devant eux. Ils étaient les principaux acteurs, et leurs adversaires, leur rendait bien l'appareil, se défendre oui, mais gagner, marquer le coup était l'enjeu primordial de cette bataille. 

C'était sans compter les renforts qui arrivaient à point nommer. Si seulement les troupes supplémentaires avaient été que de leur côté ? Mais non, l'ennemi eurent le plaisir d'accroître également leur nombre. Ils étaient d'ailleurs plus nombreux, mais leur qualité de ripostes n'avaient rien à voir avec les résistants. Un point à prendre en considération dans la balance. 
Au bout de quelques minutes, Benjamin réunit ses forces et indiqua les nouvelles directives à ses troupes. 

Apparemment, les résistantes devaient poursuivre dans un autre quartier, tandis que les renforts s'occupaient d'un autre lieu. Attaquer à plusieurs et divers lieux, bonne idée. Au moins, les sorciers pourraient frapper les dernières forces ennemies. 
Minerva et August poursuivirent leur avancée, ce n'est que plus loin, qu'ils croisèrent un homme d'une cinquante d'années. Ils ne virent pas qui s'était et ne cherchaient pas à le connaître davantage d'ailleurs. Tous deux levèrent leur baguette et lancèrent un sort. 

-Bombarda !

-Stupefix !

Chacune des couleurs de sortilèges filèrent aussi vite qu'un éclair sur leur cible. L'homme fut projeté en arrière, avant de reprendre ses esprits pour la suite du combat. 

Spoiler:
 
Les résistants :
Benjamin Mulciber : 5/3
Serguei Hurlev : 7/3 
Arthur North-Verbois : 10/3
Minerva McGonagall 8/4
August Jordans : 8/4
Sheldon Ferguson : 11/3
Marion Socia : 11/3
Adam Park : 15/4
Alice McLear : 6/3
Esther Cornac : 10/3
Gordon Weiss : 10/3
Neal Carlyle : 10/3
Hermione Granger 12/4
Septimus Signus 10/3
Miles O'Brien 10/3
Billy Crawford 10/3 

Les puristes :
Richard Attenborough 8/6 ( - 4 Minerva et  - 4 August)
Malcolm McFinn 12/5 
Kenneth McAlpine 15/5 


Dernière édition par Minerva R. McGonagall le Mar 2 Sep - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 31 Aoû - 15:54

Le membre 'Minerva R. McGonagall' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 6' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 6' :

#2 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 19/09/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 24/05/2014
Parchemins postés : 474



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hermione Granger Origins


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 31 Aoû - 16:16

"Ce n'est pas tant l'intervention de nos amis qui nous aide, mais le fait de savoir que nous pourrons toujours compter sur eux." - Epicure

Après l'incroyable numéro que Benjamin lui avait sorti lors de leur première rencontre, Hermione n'avait toujours pas accordée d'intérêt stratégique à l'opération Reconquista. Personne n'était infaillible - lui le premier - , mais contrairement à ce qu'il lui avait dit, il n'écoutait pas l'avis des autres, surtout lorsqu'on lui démontrait que le plan qu'il était chargé d'appliquer était fou. Alors oui, on pouvait ne pas admettre que quelqu'un ait pu vous dire que votre manière d'agir était mauvaise - on pouvait même la démolir pour avoir raison - mais on lui avait aussi signifié qu'en dépit de ses belles paroles, personne n'avait le droit de contester son point de vue. Or, elle n'imposait rien. Elle n'était confrontée qu'à un individu borné qui ne cherchait qu'à lui imposer ses idées, à justifier sa position pour trois malheureuses questions. Et il appelait cela confronter des avis et des idées...

Non, confronter des avis et des idées, ce n'était pas expliquer par le menu aux gens ce qu'ils devraient faire et pourquoi ce qu'ils ont fait est moins bien que votre argumentation. Elle n'avait jamais rien imposé, contrairement à ce que l'on tentait de faire avec elle, y compris par la violence verbale et la manipulation. Tout cela restait très culotté, en sachant qu'Hermione ne l'avait en aucun cas provoquée, qu'elle n'avait fait que poser trois questions et donner qu'un avis. Alors oui, la jeune femme serait tenté de dire que l'on ne pouvait pas provoquer et démolir les gens et ensuite leur balancer les défauts des autres en pleine figure pour avoir raison, mais puisque Reconquista n'existait que pour déclarer la république et rappeler au régime l'existence de la résistance, alors soit ! Seulement, la confiance - contrairement à ce qu'il lui avait dit - ne s'offrait pas : elle se méritait. Il suffisait d'observer le comportement de certains pour savoir qu'il valait mieux se méfier de ces gens là pour sa propre sécurité et celle des autres, que cela n'avait rien de stupide, au contraire.

Pour le reste, Hermione avait été convaincue par la fin de leur conversation. Benjamin avait fini par montrer plus d'honnêteté et de maîtrise de soi ; un comportement nettement plus intelligent. Et vous voulez savoir la meilleure ? Quand bien même elle n'avait pas appréciée pas ses manières, si elle avait tendance à voir en lui un peu de Ron et de Rogue, mais aussi une dose probable de mensonge, il avait fini par lui donner matière à réflexion, en lui montrant plus de respect et en lui parlant comme le dirigeant et le rassembleur qu'elle voulait qu'il soit. Car contrairement à Ron, son ambition ne visait pas à diriger toute la résistance. Elle était une intellectuelle, une duelliste talentueuse et un atout dans une équipe, mais elle n'avait pas assez de confiance en elle pour être au centre de toutes les attentions. Elle était prête à croire en son histoire, en sa volonté d'obtenir la rédemption, mais il ne fallait pas la prendre pour une idiote, car elle voyait clairement ce qu'il était en train de faire. Et il avait intérêt à lui avoir dit la vérité.

En cela, Benjamin avait tenté de la rassurer, de lui expliquer qu'il ne dictait pas la conduite des gens. Il ne faisait que proposer des missions, laisser les autres soumettre leurs idées sans les obliger à partir au combat à la manière de l'armée Soviétique. Il l'avait assuré - à priori - que deux de ses trois compromis seraient respectés, mais Hermione avait éprouvé l'envie de prendre du recul pour y réfléchir, car en dépit de ses doutes et de ses opinions, elle avait entre ses mains la vie de ses partisans. Elle voulait voir l'Ordre du Phénix établir une alliance avec la Vague dans l'équité et dans l'honneur, mais elle en voulait à Ron de les avoir mis dans une telle situation où elle était obligée d'essuyer des propos pas toujours très censés ni très polis. Et bien-sûr, elle n'était pas disposée à recevoir de leçon de la part de quelqu'un qui tenterait de la manipuler et de la faire passer pour plus idiote et mauvaise qu'elle ne l'était, alors qu'elle n'avait rien eu à se reprocher.

Mais son sauvetage par Benjamin avait eu un étrange écho. Il était, certes, différent, mais il lui rappelait son compagnon, en moins stupide et en plus tourmenté. Elle n'avait pas oublié ses propos : "Natasha a pu sauver mon corps et les gens que j'essaye d'aider ont peut-être sauvé ma raison. En revanche, pour mon âme, je crois que c'est foutu." Hermione craignait de se faire avoir par ses sentiments - surtout la compassion et la pitié - mais elle ne pensait pas que son âme "était foutu". La sienne aussi avait été assez endommagée. Elle se souvenait encore des paroles de Trelawney : "votre âme est celle d'une vieille fille ; aussi sèche que les pages de ces livres que vous lisez avec assiduité". Vous comprendrez donc pourquoi elle avait toujours été paniquée lorsqu'il s'agissait de s'assurer de la sécurité de Harry et Ron, pourquoi elle défendait ses amis au péril de sa vie. Elle les aimait, plus que sa propre vie, parce que la sienne ne valait pas autant que la leur - de son point de vue - , que s'il leur arrivait malheur, elle perdrait ce qui comptait le plus dans sa vie. Hélas, il n'y avait eu que le professeur Dumbledore pour le comprendre et pour tenter de lui faire admettre qu'elle faisait erreur.

Benjamin avait beau être intelligent et ne pas s'être présenté comme étant son ennemi, Hermione n'était pas encore certaine de lui faire confiance, même s'il venait de lui sauver la vie. Etais-ce un acte calculé ou quelque-chose de totalement désintéressé ? Elle n'avait pas eu le temps de se poser la question ; pas encore. Quant à la république, la née-moldue pensait que ce n'était pas forcément le bon moment ni la bonne stratégie à employer dans les circonstances actuelles, mais s'il décidait de remettre ça sur le tapis, il fallait espérer ne pas se tromper et en assumer les conséquences. On pouvait fort bien le créer en Amérique du sud, dans un gouvernement d'exil ou pas du tout. Et puis, il lui avait dit que l'objectif de Glasgow n'était pas de tenir la ville - ce qui aurait été irréaliste et elle le savait - mais de montrer au régime que la résistance était toujours là. Comme si ils ne le savaient pas déjà. Et ce fut pour cette raison - aussi surprenant cela puisse paraître - qu'elle s'était rangée à son avis ; ça et sa volonté de relancer l'Ordre du Phénix, en dépit de ce que Ron pourrait bien penser.

Quant à l'île de Skye, Hermione savait qu'il n'existait qu'une route principale pour la relier à l'Ecosse. Quand bien même iraient-ils sur l'île de Harris - plus au nord-ouest - il ne fallait pas oublier que l'Intendance pourrait les y encercler, surtout avec la Royal Navy et Army. Un blocus de l'île n'était pas concevable, si l'on considérait que les résistants étaient en mesure d'utiliser le transplanage et des portoloins illégaux pour aller et venir, à moins de les bombarder, mais bon... Quant à songer à un Repello inimicum, un Repello moldum, un charme du cridurut ou autre chose autour de l'île ou à certains endroits... Elle espérait que Benjamin ait pensé à cette éventualité, à la manière de défendre cette position, car se maintenir au Royaume-Uni semblait irréaliste. Et puis le Groenland... Alors là, ils avaient intérêt à prévoir des protections, de l'équipement et de quoi manger pour résister aux températures, car ce n'était pas l'idéal, surtout si l'ennemi pouvait bénéficier des satellites moldus. Non, si l'idée d'un gouvernement en exil était retenue, peu importait l'endroit, bien que la simple pensée de changer autant de fois d'avis était exaspérant. Mais oublions tout cela pour l'instant. A l'heure actuelle, l'Ordre du Phénix et la Vague luttaient ensemble à Glasgow, en espérant faire tomber la ville, quand bien même, Hermione craignait la riposte ennemie. Eh oui, à vingt contre un, on avait beau se montrer courageux, elle n'oubliait pas que leur présence risquait fort de coûter cher.

Pour l'instant, la résistance n'avait pas à déplorer de grosses pertes, mais ils avaient vus l'un des leurs finir en torche humaine et par s'écrouler. Cet homme avait montré un grand courage et il ne méritait pas de finir ainsi. Une vie restait une vie et elle méritait d'être défendue, comme le dirait Kingsley. Hermione n'avait pas eu le temps de le pleurer - aucun d'entre eux. Lorsque le dernier ennemi fut tué, elle fit comme les autres,  à savoir le tour des blessés et des victimes. La bouche légèrement entre-ouverte, avec la mine grave et l'air peiné, elle fit le tour des corps sans vie. L'heure n'était pas venu de pleurer, mais elle espérait qu'ils auraient l'occasion de leur accorder un enterrement décent. Pour elle, chaque vie perdue était une tragédie et une raison supplémentaire qui alimentait son combat contre les forces du mal. Elle participa au déblaiement, à l'organisation des barricades sans se soucier du regard ou des récriminations des autres. Elle ne s'estimait guère différente d'eux.

Elle vit Benjamin donner des ordres. Elle avait vu la Vague se comporter comme elle l'avait espéré, avec humanité, en songeant aux autres, aux civils. Mais pourquoi Ron pouvait-il encore croire que leurs alliés n'étaient que des terroristes sans foi ni loi lorsqu'on lui montrait la preuve du contraire ? Les résistants avancèrent vers les Gorbals où ils ne rencontrèrent plus la moins escarmouche. Elle vit des soldats, alignés sur les toits, des jeunes appartenant au premier bataillon Ecossais, puis un général se présenter à eux :

« - Général Roy H. Sellers des Royal Highland Fusiliers. Madame la maire, ça faisait longtemps. J'ai cru un moment qu'ils vous avaient tuée, je suis heureux que ce ne soit pas le cas.

Eh bien, pour une femme qui ne s'estimait ne plus être maire, cela avait du lui faire plaisir.

-Capitaine Benjamin W.E. Mulciber de l'armée magique britannique, commandant de la Vague. Heureux de voir que vous êtes avec nous, général. Je ne savais pas si Billy avait pu vous transmettre le message »

-Je l'ai eu. Avez vous pu récupérer monsieur Bones ? C'est un jeune gars très brave.

-Non. » Ben secoua la tête. « On l'a capturé, je regrette, général. » Il fit une pause : « Nous devons parler de la situation actuelle. Où en est-t-on ? Attenborough est au courant pour vous ?

-Non, pas pour l'instant. Nous recevons encore les transmissions. Il s'est retranché dans le commissariat du centre ville. Actuellement, si on compte le Gorbals que je contrôle, et les quartiers que vous tenez, il ne contrôle plus que Parkhead et le centre. L'armée magique écossaise occupe Parkhead.

-Edimbourg est au courant, donc ?

-Oui. Londres le sera bientôt, je pense. Je suggère que vous essayez de prendre le commissariat central. Nous nous occupons de Parkhead.

-Très bien. Vous y laissez une partie de vos hommes, et puis retour sur Hyndland une fois que la ville sera libérée.

-Très bien. »

Hermione écouta tout cela avec la plus grande attention. Jusqu'à présent, si on avait omis de lui parler de certaines choses, les gens se comportaient comme elle l'avait imaginé. Mais la nouvelle qu'Edimbourg et  Londres puissent être au courant l'avait plongé dans l'expectative. De là, elle en avait déterminé que l'Intendance serait vite averti et de là le Seigneur des ténèbres lui-même. Aussi, n'étais-ce qu'une question d'heures avant de voir débarquer une riposte qui ferait peut-être regretter aux résistants de s'être risqué en pareil endroit sans armée à la hauteur. Mais la résistance finit par obliquer vers le commissariat central, là où se tenait Richard Attenbourough. La sorcière aperçut les derniers hommes en uniforme, prêts à défendre leur quartier-général. Le combat fut presque immédiat et la réussite - côté résistant - plutôt moyen.

"- Hermione Granger, Co-dirigeante de l'Ordre du Phénix, résistante. Heureuse de vous compter parmi nous, Général", fit-elle avec gravité, mais avec un léger sourire.

L'arrivée de renforts était un soulagement, mais peut-être cela voulait-il dire que les autorités avaient envoyées leurs propres troupes. D'autres hommes - moldus ou sorciers - étaient en train de se battre pour le contrôle de certains quartiers de la ville. Le quartier numéro 4 était tombé entre leurs mains, dirigé par la troupe dirigée par le Général Sellers, mais le quartier numéro 5 restait encore à prendre. Quant aux résistants de la Vague et de l'Ordre du Phénix, on leur avait assigné la prise du quartier numéro 6 et pas des moins puisqu'il s'agissait de prendre le quartier-général ennemi ! Mais lorsque Leonheart fut stupéfixée et emmenée par l'ennemi, Hermione était occupée à viser Attenborough depuis l'endroit où elle s'était mise à couvert avec les autres résistants. Son sort fut réussi, mais stoppé par l'intéressé avant que Minerva n'entre en jeu. Billy vit son sort bloqué par Kenneth tandis que Septimus fit mouche en balançant un Secare en plein sur McFinn tandis qu'O'Brien stupéfixa McAlpine...

Spoiler:
 


Dernière édition par Hermione Granger le Mer 3 Sep - 4:51, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 31 Aoû - 16:16

Le membre 'Hermione Granger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 5' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 6' :

#2 Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 13/04/2014
Parchemins postés : 50



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Alice McLear


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 31 Aoû - 16:27

Une chose était sure, Alice n'avait plus vingt ans. A quarante-huit ans, elle était encore jeune et dans la force de l'âge. Pour un sorcier, ça n'aurait du être rien, eux qui vivaient souvent jusqu'à plus de cent ans, mais Alice n'était pas une sorcière à part entière. Elle était une Cracmol avec tout ce que ça comportait de honte et de déception. Un poids, un secret qu'elle portait, et qu'elle n'avalait toujours pas, même des années plus tard.  Alors plutôt que d'utiliser sa baguette qu'elle avait gardé chez elle, et dont elle savait bien peu se servir, elle en était réduite à devoir se servir d'un fusil d'assaut. D'un côté, ce n'était peut-être pas plus mal, du fusil, elle savait se servir, et être capable de tuer son adversaire efficacement lui serait bien plus utile pour rester en vie qu'avoir une baguette dont elle ne savait pas se servir.

Le quatrième quartier tomba enfin, et quand tout fut sécurisé, ils avancèrent silencieusement vers le Gorbals, où les attendaient, à la grande surprise d'Alice, le Général Roy H. Sellens, et son régiment. C'est avec un sourire qu'elle salua le général.

" Ravie de vous revoir Sellers. Il y en a plus d'un qui aimerait avoir ma peau ici, mais ça ne sera pas encore pour tout de suite.", dit-elle tout en lançant un coup d'oeil significatif à Sheldon. Ca faisait un moment qu'elle n'avait pas eu l'occasion d'échanger une pique où deux avec lui.

"Pas besoin d'être si formel général, je ne suis plus Maire de grand chose si vous voulez mon avis."

De manière tout à fait étonnante, elle restait très populaire dans la ville dont elle était maire. Malgré son caractère peu facile, et son envie de pouvoir, elle était une bonne dirigeante, et la population ne s'était jamais plainte pendant ses mandats, n'en déplaise à son ancien amant.

Les autres se présentèrent, et Alice nota avec un certain amusement que les hommes donnaient leurs titres tout en se présentant. Ca semblait être un tic masculin, se besoin de mettre en avant leur grade pour voir qui aurait le plus important. En attendant, ils n'allaient pas pouvoir jouer à ça bien longtemps puisque le combat reprenait de plus belle, et le commissaire en face d'eux ne plaisantait pas.

Leonheart fut rapidement capturée, et avant que ses alliés ne puissent faire quoique ce soit, son ravisseur transplana, la mettant directement hors de portée. Touché à l'abdomen par un ennemi, c'est avec une certaine difficulté qu'elle retrouva son souffle, pouvant à peine répondre à Sheldon qui avait blagué quelques minutes pus tôt sur son entrée volontaire dans un commissariat de police pour la première fois de sa vie.

"Si j'avais su qu'il suffisait de ça Sheldon, on aurait commencé la révolution un peu plus tôt."

Entre temps, elle et Esther avait canardé McFinn et avec un peu de chance, ils s'en sortiraient tous sans trop de dégâts, mais depuis quand la chance était avec eux ?
Spoiler:
 


Dernière édition par Alice McLear le Ven 5 Sep - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 31 Aoû - 16:27

Le membre 'Alice McLear' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 5' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 14/12/2010
Parchemins postés : 1218



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Gordon Weiss


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Mar 2 Sep - 21:28

Gordon, ne comprenait pas toute la situation, en réalité, il se contentait de suivre les autres hors la lois, sachant que de toute manière on ne lui demandait qu'une chose, dégommer des ennemis.

Ou bien soigner des gens, comme il avait réussi à le faire avec l'ancienne professeur de métamorphose, ce qui était une bonne chose, qu'est ce qu'il donnerait pas pour des potions. Oui, des potions, pleins de petites fioles de potions, des truc bien utile pour soigner efficacement certaines blessures dû à des sorts, des malédiction ou d'autres maux que l'on peut avoir lors de combats. Malheureusement, ce n'était pas la ville de Londre qu'ils tentaient de reprendre mais, Glasgow et, le petit homme n'avait pas la moindre idée ou se trouvait l’hôpital sorcier de cette ville, si il y en avait vraiment un. Des hopitaux moldus devaient exister néanmoins, les potions des moldus étaient si étrange, le guérisseur en avait presque horreur, évidement, quelle idée aussi de vouloir les tester sur lui même (ah, sa folle jeunesse, qu'est ce qu'il était idiot parfois).

Bref, il n'avait pas de potion sur lui, elles n'allaient certainement pas apparaître par miracle, alors tant pis, autant suivre le mouvement et, continuer à se rendre utile. Sauf, qu'il n'y arriva pas, avec son charmant acolyte, il se rata en beauté, son sort bloquer. C'était prévisible au fond, parce qu'il n'était pas un combattant finalement. Par contre, c'était un peut plus curieux de la part de Neal, qui se contenta de hausser les épaules lorsqu'il l’interrogea du regard. Ce qui affligea quelque peut Gordon, son compagnon ne prenait il pas ce combat au sérieux ? Pensait il qu'après ça ils se retrouveraient tous au pub boire un coup entre amis ? Quoique, pourquoi pas, s'ils remportaient la victoire, quoi de mieux que de s'enfiler un bon whisky écossais ? Enfin, ce n'était pas encore tout a fait le moment d'avoir de telles pensées, même si c'étaient des pensées agréable, cela dit, c'était assez encourageant de rêvasser ainsi.

Ce qui, ne l'empêcha pas de se préparer à jeter un autre sort, tout comme Neal, celui ci ayant un air totalement concentrer sur le visage. Gordon essaya également de ne pas ressembler de trop à une cible facile, essayant de paraître aussi expérimenter que ses camarades.



Spoiler:
 


Dernière édition par Gordon Weiss le Lun 8 Sep - 0:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Mar 2 Sep - 21:28

Le membre 'Gordon Weiss' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 5' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Glasgow partie I || TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 11 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-