POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

La bataille de Glasgow partie I || TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 19/09/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 24/05/2014
Parchemins postés : 474



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hermione Granger Origins


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Mer 20 Aoû - 18:45

« Il faut tant de courage pour faire face à votre ennemi, mais encore plus d'être gentil avec ceux qui vous blessent. » - Anonyme

Hermione n'avait pas eu le temps de croiser le regard courroucé de Leonheart, car dans le feu de la bataille, vous n'aviez pas le temps. Un manque d'attention, un excès de confiance, une mauvaise appréciation de la situation ou tout autre chose et c'était prendre le risque d'être blessée ou même tuée par vos adversaires. Septimus n'était intervenu que pour mettre un terme à une provocation inutile. Light était jeune, rempli de haine et bouffi d'orgueil. Le vrai courage n'était pas la force brutale des héros vulgaires ni la malveillance de ceux qui ne faisaient que démontrer combien ils étaient petits comparé à d'autres. Le vrai courage se lisait dans la ferme volonté de la vertu et de la raison, dans cette capacité à faire preuve de bonté et de solidarité dans le feu de la bataille, dans les pires instants. On ne pouvait hurler contre la guerre et réclamer ce que l'on considérait comme une utopie - la Paix - lorsque l'on ne faisait soi-même aucun effort, lorsque l'on n'essayait pas de devenir une meilleure personne.

Hélas, Light devenait paranoïaque et se méfiait des mauvaises personnes. Hermione ne lui reprochait rien sinon l'idée qu'elle se passait bel et bien de ses remarques. Être considérée comme "ennemie" par une arriviste qui n'espérait peut-être qu'une chose : se faire bien voir de son chef et coucher avec lui, cela n'était guère une preuve d'intelligence, mais plutôt de carriérisme. Elle ne méritait aucune attention. Il était seulement dommage que la jalousie à l'égard d'un rouquin et sa faiblesse de caractère n'aient conduit cette jeune femme courageuse - car il fallait lui reconnaître cela - à la haïr. Mais cela n'empêcherait pas la née-moldue à lui porter secours et à lui accorder une oreille attentive, si un jour elle en éprouvait le besoin, même si elle doutait que ce jour n'arrivasses un jour. Car oui, même lorsque l'on était en guerre, ce qui nous distinguait des idiots et des barbares, c'était cette propension à aimer son prochain, à montrer des valeurs autre que l'égoïsme, différentes de celles conduisant à la haine, au conflit et à la barbarie.

Si quelqu'un devait retourner sa veste, cela ne viendrait pas de Miss Granger. Elle n'avait pas désertée l'Ordre ni démontrée qu'elle n'accordait sa loyauté qu'à celui qui lui promettrait du sang. Hermione ne trahirait jamais ses convictions pour une affaire de mecs ou parce que les choses n'iraient pas dans le sens qu'elle l'aurait espérée. Elle valait mieux que cela. Avoir une foi aveugle en son entourage n'était jamais bon, en effet, surtout venant d'individus prêts à vous planter un couteau dans le dos où à vous achever pour un quignon de pain. "Si ce que tu vas dire est moins beau que le silence, alors tais-toi". Des paroles qu'elle avait médité et qu'Hermione s'était bornée à appliquer pour se concentrer sur ce qui avait le plus d'importance : la bataille, la vie des inconnus qui étaient autour d'elle, qui comptait malgré tout sur son soutien pour éliminer leurs ennemis communs et pour faire preuve d'assez de bonté - en dépit de ce qui pourrait les opposer - pour les soigner, si le besoin s'en faisait sentir. Car des amis fidèles et sincères, elle en avait encore et elle savait quelle valeur cela pouvait avoir.

Oui, Hermione avait peut-être mal démarrée sa relation avec Benjamin, elle avait noté le risque qu'il venait de prendre pour lui sauver la vie, pour venir contredire toutes les vacheries qu'ils s'étaient lancés à la figure quelques jours auparavant. Et cela changea un peu sa vision des choses. Elle aussi pourrait se méfier des résistants de la Vague, mais la seule personne qui lui donna le sentiment d'être armée de mauvaises intentions n'était autre que Leonheart, alors qu'elle ne lui voulait aucun mal. Pourtant, elle ne la détestait pas, du moins elle ne la connaissait pas assez pour avoir une opinion objective et l'heure n'était pas venue de perdre son temps en vaines parlotes. Ce que Ben et 'Mione pensaient l'un de l'autre ne concernaient qu'eux. Des gens étaient blessés, souffraient et mourraient. Ils avaient besoin de tout le monde, de chacun d'eux. Comme le disait Antoine de Saint-Exupéry : La guerre, ce n'est pas l'acceptation du risque. Ce n'est pas l'acceptation du combat. C'est à certaines heures, pour le combattant, l'acceptation pure et simple de la mort. Seulement, aucun d'eux n'était disposé à mourir.

Hermione ne trahirait pas ses engagements avec la Vague. Elle n'était pas de celles qui revenaient sur leur parole sans une excellente raison. Lorsqu'elle vous offrait son amitié, son silence ou sa parole d'honneur, elle ne trompait jamais. Alors, oui, voir Miss Granger mettre son nez dans la Vague pouvait susciter tout un tas d'émotions chez les résistants, mais la méfiance et le manque de cohésion n'étaient pas les seuls soucis qu'elle avait noté. Il y avait aussi une sorte de chaos régnant au sein de ce groupe et de l'ambition, beaucoup d'ambition personnelle. Elle n'en fut pas surprise. Cela ne faisait que confirmer ses impressions et surtout le malaise qu'elle ressentait à leur contact. Alice lui semblait sympathique, Fergie aussi. Elle éprouvait un profond respect pour Minerva tandis que le Monsieur barbu aux cheveux mi-longs lui donnait l'impression de ne pas se mêler des affaires des autres, mais seulement d'être là pour leur donner un coup de main. Mais pour l'instant, elle appréciait leur comportement et elle faisait son possible pour faire évoluer son opinion, sans rester sur une mauvaise impression.

Oh non, l'Ordre n'était pas faible et elle n'avait que faire de ce genre de prisonniers à l'heure actuelle. L'important était de prendre cette université et chacun pouvait voir clairement qu'aucun de leurs ennemis n'étaient résolus à se rendre, que des renforts arriveraient bientôt. Cela ne laissait donc pas la place pour ce genre de choses, même si la résistance au complet aurait appréciée mettre la main sur quelques individus pour tenter d'en apprendre davantage. Hermione avait d'ailleurs anticipée en demandant à ces hommes de récupérer tout ce qui était exploitable - informations comme armes - au sein du commissariat pour les remettre à la Vague. Au moins pourraient-ils tous espérer en apprendre plus si jamais ils devaient battre en retraite. Là, nous verrions qui était loyal et réellement digne de foi, lorsqu'il serait question de reconnaître qu'elle avait tenu ses engagements, en répondant à l'invitation de Benjamin.

On ne pouvait pas tout résoudre par la violence comme on ne pouvait pas tout résoudre par la bonté. Mais à quoi bon se battre pour la liberté, le droit de vivre, la morale, pour une meilleure justice si en fin de compte l'on finissait par ressembler trait pour trait à ses ennemis ? Oui, l'espoir, l'Amour, la générosité, la bonté, l'honneur, la solidarité, des valeurs du Bien qui comptaient plus que le purisme quelle qu'ait pu être sa forme, plus importante que l'anarchie et la stupidité ; des valeurs qui ne semblaient pas être présentes en abondance chez certains et c'était bien dommage. Encore une fois, à l'heure du choix, chacun était libre, y compris de faire le mauvais. Des millions d'individus à travers le monde adhéraient au Merlinisme, aux droits fondamentaux, à ce qui les rendaient différents des animaux, des barbares, des criminels et des individus dénués de valeurs. Au diable, l'égoïsme ! Hermione aurait ajoutée que l'intérêt général devait l'emporter sur l'intérêt personnel. Oui, la guerre faisait des morts, mais la paix gagnée sur l'autel de l'anarchie, non merci.

En tout cas, Hogan vit sa vie être achevée par l'action concertée de Fergie et Alice. L'un des leurs finit par périr dans un torrent de flammes tandis que Sally Bancroft finit de rendre son dernier souffle après l'attaque d'Hermione et de Light grâce à un tir bien placé d'Adam. Il ne restait plus qu'un ennemi sur le champ de bataille qu'était cette rue de Glasgow, là où il y avait encore quelques heures des étudiants, des professeurs, des anonymes la fréquentait. Ces gens allaient payer le mal qu'ils leur faisaient, à eux et à la population civile. Restant tous à couvert après avoir lancé leurs attaques, Septimus alla soigner August Jordan, Billy vit son attaque être bloquée par Stanford, mais ni Hermione ni O'Brien ne lui laissèrent le temps de riposter. Un Procella - un éclair provenant du ciel et du sol - foudroya l'ennemi suivis d'un Osteoclaste qui brisa les os de leur cible. S'en était fini pour lui...

Spoiler:
 


Dernière édition par Hermione Granger le Lun 25 Aoû - 6:35, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Mer 20 Aoû - 18:45

Le membre 'Hermione Granger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 4' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 14/12/2010
Parchemins postés : 1218



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Gordon Weiss


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 24 Aoû - 17:14

Gordon en avait vu des choses horribles dans sa vie mais, contempler un type brûler comme une vraie torche vivante était un spectacle assez saisissant. Aurait-il été plus sensible qu'il se serait vomi dessus fort heureusement, le petit homme ne se laissa pas impressionner. Enfin pas trop impressionner plutôt, parce que ce type aurait pu être lui, ou la jeune femme du parc, où son partenaire ou encore Mcgonagall et c'étaient des perspectives assez effrayants du coup. Il était donc partagé or, ce n'était peut-être pas le moment de s'appesantir sur le spectacle d'un mec mort en flamme et sur la possibilité que cela aurait bien pu tomber sur le coin de sa gueule ou sur celles de personnes qu'il connaissait, il n'avait pas envie qu'ils meurent en fait.

Certes, Gordon ne connaissait pas vraiment ces gens personnellement toutefois, ils étaient ses alliées, des gens qu'il avait déjà croisés auparavant, sauf dans le cas de son partenaire mais, aller savoir pourquoi, il s'y sentait attacher. Peu importe, cela ne menait nulle part de pensé comme ça, il devait au contraire être vif et rapide, se rendre utile également, ce qui ne serait pas une mauvaise chose. Neal lança un sort, qui se fit bloquer par le dernier type encore debout, dans le rang des ennemis. Le petit homme avait cru la situation plus désespéré que ça, a part le type en feu, ils tenaient bon et prenaient le dessus, à moins qu'une quinzaine d'autres types débarque et les écrase impitoyablement. Eh bien, le guérisseur n'avait pas tellement envie d'y songer à vrai dire, l'idée lui tordait déjà plus ou moins les tripes, autant ne pas en ajouter n'est ce pas.

Parfois il avait des pics d'adrénalines qui lui donnait du courage, parfois il revenait à sa vraie nature, un petit gars pas bien courageux. Quoi qu'il en soit, le sorcier hésitait entre lancer un sort contre le dernier ennemi ou soigner quelqu'un, parce qu'il était bon dans ce domaine, soigner des gens. La vieille professeur de métamorphose semblait blesser de plus, elle était l'un des meilleurs éléments de ce groupe, elle était quelqu'un de bien, elle était une personne presque familière à ses yeux. Il décida donc de la soigner, se dirigeant droit vers elle, sans mot dire, Juste examinant rapidement ses blessures. Arrivant auprès de la sorcière, il se mit au travail, lançant un sortilège censé la soulager un peu. Il ne pouvait guère faire plus, c'était déjà bien que son sort ait fonctionné sans qu'il ne se rate à cause de la pression, après tout, soigner des gens en plein milieu d'une bataille n'était pas ce qu'il avait fait le plus dans sa vie.

Tout concentrer qu'il était, sur les blessures de Minerva (d'ailleurs, il ne lui avait même pas demandé son avis, agissant comme à son habitude, de façon un peu rustre), cela l'aida à s'apaiser un peu. Le petit homme bénissait le fait en tout cas, qu'il ait eu le temps de faire ça, même si ce n'était que quelques minutes de répit ....


Spoiler:
 


Dernière édition par Gordon Weiss le Dim 24 Aoû - 22:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 24 Aoû - 17:14

Le membre 'Gordon Weiss' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 4' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 15/07/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2012
Parchemins postés : 268



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Minerva R. McGonagall


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 24 Aoû - 20:43

hj : désoolée j'ai pas eu le temps avant d'éditer

La fin est proche, les renforts n'allaient pas tarder. Il fallait l'espérer, la balance restait en la faveur des hors-la-loi. Excellent point, à moins qu'il y ait une contre-offensive de leurs adversaires. D'ailleurs en parlant d'eux, ils n'en restaient qu'une poignée. Petit à petit, ils tombaient, pas de prisonniers aucun d'entre eux ne survivaient aux assauts magiques. Les morts étaient des gens vils, qui pour beaucoup voulait accroître la suprématie du purisme, ce n'était plus qu'une question de temps. La bataille avait été rude, le calme serait bientôt de rigueur, les renforts...mais que font-ils ? Où sont-ils ?


Pendant ce laps de temps de répit, le groupe d'alliés en profitait pour s'entraider, survivre parmi les décombres des explosions, de la bataille. Minerva eut la chance de se faire soigner, ici et là, les sorts de soin étaient nécessaires lors d'une bataille. C'était bien beau de se jeter corps et âme dans la bataille mais si c'est pour mourir à cause d'une blessure bénigne ça ne valait pas le coup. Être lié, organisé et solidaire, permettait d'attaquer et se défendre ensemble, sans brèche, sans faille.


Minerva se plaça pas au centre mais presque vers ses alliés, elle voulait elle aussi permettre un sort de soin, pour revitaliser les troupes. Elle n'hésita et lança d'une voix claire.


-Epiksey !  


Spoiler:
 


Dernière édition par Minerva R. McGonagall le Jeu 28 Aoû - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Dim 24 Aoû - 20:43

Le membre 'Minerva R. McGonagall' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 4' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 4' :

#2 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 05/08/2013
Parchemins postés : 202



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Benjamin Mulciber


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Ven 29 Aoû - 10:34

Victoire pour ce quartier ci. Il fallait s'y attendre. Ben s'était attendu, lui, s'attendait à plus de morts, plus de sang, de leur coté. Nous avons bien résisté, jusqu'à maintenant, mais après ? Il fallait que le général Roy Sellers soit avec eux, sinon ils resteraient bloqués ici, et il fallait absolument qu'ils avancent. Un mort. Benjamin ne le connaissait absolument pas, mais c'était un camarade, et il ne méritait pas de finir ainsi. Qu'avait-il de différent avec les morts d'en face ? Au début, rien. Il n'était pas sur que les gens qu'ils avaient affrontés au commissariat aient choisi plus qu'eux d'être là...enfin, lui si. Ils se battaient par choix, à Glasgow. Mais au départ, personne ne voulait se battre. A moins d'être fou ou sadique, personne ne veut faire la guerre. On n'aspire à rien d'autre que vivre notre vie. Voilà tout. Les gens de la Vague, de l'Ordre, peut-être du commissariat aussi, n'avaient pas choisi de  se battre : on avait mis un frein à leur vie, et ils n'avaient pas eu le choix, tout simplement. Mais les morts de l'université, Benjamin Mulciber n'avait pas eu trop le choix, il fallait faire avec. Eux faisaient partie des fous et des sadiques, eux avaient choisis de venir se battre. Mais le combat cessa vite.

Limonkov jeta un œil aux corps, histoire de bien regarder s'ils étaient morts, sans passion aucune, ni dégout, ni joie, avec prudence, avant d'envoyer de nouveau un patronus pour appeler les autres équipes. Les instructions se firent minutieuses lorsqu'ils arrivèrent : déblayer, organiser les barricades. Réunir les habitants qui restaient, comme pour les autres quartiers. On faisait prisonniers  ceux qui voulaient résister ou se rendre pour les forces de l’ordre, sorcières ou moldues, les habitants ne pouvant pas se battre (femmes, enfants, vieillards) étaient évacués, ceux qui voulaient défendre la ville et se battre étaient armés et affectés à différents postes. Les barricades étaient correctes, mais Ben savait que tot ou tard la réponse puriste viendrait. On est prêts. Aussi il avait organisé du mieux possible l'arrière base à Hyndland, quartier où la police entrerait de toute façon le  moins facilement.

En attendant, on poursuivait. Normalement, Roy Sellers était au courant et devait les attendre, en ayant pris le contrôle de la ville. C'était bien ça. Ou a peu près. Ils avancèrent tout de même assez prudemment vers le Gorbals, car il n'y avait plus un bruit. Ca fout presque les jetons, tout ça, bordel...Puis il y eut les soldats. Alignés, en rang, sur les toits, prêts. Et leur commandant. Il causait avec un aide de camps et se tourna vers eux pour les saluer d'un impeccable garde à vous et se présenter :

« Général Roy H. Sellers des Royal Highland Fusiliers. Madame la maire, ça faisait longtemps. J'ai cru un moment qu'ils vous avaient tuée, je suis heureux que ce ne soit pas le cas.

-Capitaine Benjamin W.E. Mulciber de l'armée magique britannique, commandant de la Vague. » Il laissa les autres se présenter et Roy les saluer avant de reprendre : « Heureux de voir que vous êtes avec nous, général. Je ne savais pas si Billy avait pu vous transmettre le message.
-Je l'ai eu. Avez vous pu récupérer monsieur Bones ? C'est un jeune gars très brave.
-Non. » Ben secoua la tête. « On l'a capturé, je regrette, général. » Il fit une pause : « Nous devons parler de la situation actuelle. Où en est-t-on ? Attenborough est au courant pour vous ? 
-Non, pas pour l'instant. Nous recevons encore les transmissions. Il s'est retranché dans le commissariat du centre ville. Actuellement, si on compte le Gorbals que je contrôle, et les quartiers que vous tenez, il ne contrôle plus que Parkhead et le centre. L'armée magique écossaise occupe Parkhead.
-Edimbourg est au courant, donc ?
-Oui. Londres le sera bientôt, je pense. Je suggère que vous essayez de prendre le commissariat central. Nous nous occupons de Parkhead.
-Très bien. Vous y laissez une partie de vos hommes, et puis retour sur Hyndland une fois que la ville sera libérée.
-Très bien. »

Une fois le plan mis en route, Ben et la résistance obliquèrent sur le commissariat central. Les rues étaient vides, de plus en plus vides. Et le commissariat central de Glasgow se dressa soudain devant eux, mastodonte énorme qu'il fallait prendre. On y entra avec prudence, et rapidement, on tomba sur les derniers hommes en uniforme de la ville, les quatre sorciers les plus puissants du coin. Attenborough, qui dirigeait la police de Glasgow. Douglas McPherson, son adjoint. Malcolm McFinn, qui gérait la police pour le comté de Glasgow, et Kenneth McAlpine, le dirigeant officiellement nommé par le régime de la ville. Hurlev attaqua le premier, mais Attenborough lui renvoya son diffindo. Ben ne réussit pas à mieux à le toucher, quant à Arthur et Adam, ils manquèrent tous leurs cibles.

-----------

Du coté de Roy Sellers, la partie allait plus serrée puisqu'il devait affronter, avec une centaine d'homme, une centaine de sorciers plus puissants. Eux aussi étaient prêts à se battre, et eux aussi avaient des tireurs de baguettes d'élites, des abris, et surtout des renforts infinis. Sellers allait se battre seul. Qu'importait. Il avait fait l'Irak et l'Afghanistan, il n'avait pas peur, il allait continuer, et le quartier de Parkhead tomberait entre ses mains. Il était ici chez lui et il se battrait jusqu'au bout. Sellers était un type brillant et énergique, pas le genre de type qu'on s'attendait à voir trahir ou déserter. Il ne se pensait ni un traitre ni un déserteur. C'était ceux qui servaient le régime qui en étaient. Et même si désobéir à des ordres ne lui plaisait pas, il estimait agir ainsi en son âme et conscience et ne le regrettait pas. Il donna des ordres précis à ses hommes :

« En position ! Formation de combat. Feu à Midi, quatorze heures et et onze heures, allez ! »

Lui même se battait comme un lion, et des hommes tombaient, tombaient...jusqu'à la victoire, ou la défaite de l'un ou l'autre des camps...

Spoiler:
 


Dernière édition par Benjamin Mulciber le Lun 8 Sep - 8:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Ven 29 Aoû - 10:34

Le membre 'Benjamin Mulciber' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 6' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 5' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'Dé PA 5' :

#3 Résultat :


--------------------------------

#4 'Dé PA 4' :

#4 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 13/08/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 13/08/2014
Parchemins postés : 358


Maître du Jeu


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Ven 29 Aoû - 10:43

« Vous avez appelé Edimbourg ?
-Oui commissaire. L'armée est en place à Parkhead. »

Richard Attenbrough était un homme fier : il voulait arrêter lui même ces petits cons qui avaient eu l'audace de s'en prendre à sa ville et il allait matraquer la gueule des résistants. On devrait alors reconnaître à Londres qu'il valait mieux que le simple poste de commissaire de la police de Glasgow et alors peut-être qu'on commencerait à parler de lui, et qu'on le nommerait à Edimbourg. In fine, il se rêvait ministre de la magie écossais, n'avait jamais renoncé à ce rêve – galvanisé, qui plus est, par la nomination de James Eccleston au poste de Ministre de la Magie d'Angleterre – et comptait bien se servir de cette attaque pour obtenir une promotion. Attenborough était un homme intelligent et solide, l'ambition et la folie puristes étaient sans doute ses seuls défauts. Il était prêt.

« Que fait Sellers ? » Silence. « Qu'est-ce qu'il fout, ce moldu ?
-Je vais l'appeler, général. »

Mais il n'y eut pas de réponse. Son assistant le regarda, livide. Richard était connu pour ses colères monstrueuses, mais le commissaire semblait avoir d'autres choses en tête, à savoir la bataille qui approchait à grand pas. Il murmura entre ses dents qu'il prévoyait la cour martiale et Azkaban pour tout le monde, et puis reprit avec les autres son travail de barricades. Une fois que cela fut fait, il ne restait plus qu'à attendre. L'attente ne fut pas longue. Les résistants entrèrent. Aucun ne fut capable de toucher au premier coup le commissaire, qui ricana en renvoyant un sort. Si c'était là tout ce qu'ils pouvaient faire, personne n'allait faire long feu et sa promotion était assurée. En un instant, il stupefixia Leonheart, et ordonna à McPherson de transplaner avec elle à Edimbourg, où on  l'emprisonnerait.  Mauvaise nouvelle, il perdait un homme, mais les résistants aussi.


Du coté de l'armée sorcière, on s'en sortait moyennement bien. Personne ne pensait qu'une attaque allait venir d'une armée régulière, qui plus est alliée, et ce fut la débandade, il y eut rapidement de nombreux morts et la riposte fut assez faible.
Spoiler:
 


Dernière édition par Maître du Jeu le Ven 29 Aoû - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE Ven 29 Aoû - 10:43

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 4' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 3' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'Dé PA 3' :

#3 Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La bataille de Glasgow partie I || TERMINE

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Glasgow partie I || TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 10 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-