POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Prince Consort Road

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2013
Parchemins postés : 267



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Isaac Bedan


MessageSujet: Prince Consort Road Jeu 1 Mai - 22:38

Obtenir la permission de se rendre à Londres n'avait pas été bien difficile. Wiltord Bedan avait d'autres soucis que de surveiller étroitement son neveu, d'autant que celui-ci, devenu sage et même réservé, semblait tout mettre en œuvre pour ne pas déranger. Après sa période d'agitation extrême de l'été, le garçon avait pris un traitement magique puissant, qui l'avait, peu à peu, calmé. Désormais, il se montrait discret, comme s'il craignait de gêner son oncle et sa tante en leur imposant sa présence. Du reste, il n'était pas désagréable ; au contraire, il était serviable et docile, cherchant à ne donner aucun motif de mécontentement à son tuteur. C'est qu'il n'était pas facile de venir vivre sous un toit qui n'était pas le sien ; le jeune Bedan ne voulait pas que son oncle ait le moindre motif de regretter de l'avoir recueilli, ce qui expliquait ce comportement policé.

Ainsi, lorsque son neveu était venu lui demander, sur un ton timide, la permission de passer une journée à Londres, Wiltord Bedan n'avait vu aucune raison de la lui refuser. Le gamin lui donnait entière satisfaction. Ses notes étaient plus que correctes, et il avait eu la bonne idée de se tenir à l'écart des ennuis de ses aînés. Cela valait la peine de le récompenser pour ce comportement inattendu chez un trublion de son genre. Il fut convenu que l'adolescent pourrait partir le lendemain à neuf heures, via la cheminée de son oncle, et qu'il serait de retour le soir à six heures, dernier délai. L'oncle Wiltord ajouta même une poignée de Gallions, pour permettre à Isaac d'aller déjeuner avec les amis qu'il prétendait devoir rencontrer – des amis qui s'appelaient probablement, Mr Bedan l'aurait juré, Jill Witcher.

Car le gamin était amoureux, cela sautait aux yeux. La transformation spectaculaire de son caractère avait été en grande partie provoquée par une influence bénéfique ; Mr et Mrs Bedan avaient également remarqué qu'il envoyait de très nombreux hiboux durant ces vacances, et ils avaient appris, de la bouche de leur fils, qu'Isaac sortait à présent avec Jill. Une jeune fille issue d'une famille au sang pur, honorablement connue dans la société sorcière : ils n'avaient qu'à se féliciter de ce choix.

Le lendemain, comme pour confirmer les intuitions de son oncle, Isaac s'habilla avec un soin tout particulier – pantalon noir, chemise noire impeccable et veste de la même couleur ; il poussa même le souci du détail jusqu'à se parfumer, si bien que lorsqu'il prit place à la table du petit déjeuner, plus personne ne douta qu'il s'apprêtait à rendre visite à sa petite amie. Grand bien lui fasse : si cela le rendait plus agréable et plus mature, qu'il soit donc amoureux !

Le temps lui sembla interminable jusqu'à neuf heures, mais il ne demanda pas la permission de quitter le manoir avant l'heure convenue. Il attendit que son oncle lui confirme qu'il pouvait partir, écouta sans broncher les ultimes recommandations, puis, enfin, put s'avancer dans la cheminée en disant :

-Chemin de Traverse !

Arriver dans la plus célèbre rue sorcière de Londres lui donna une sensation de liberté presque grisante. Il avait devant lui toute une journée sans personne pour le surveiller, chose rare pour un élève de Poudlard. Il commença par un petit tour dans ses boutiques favorites, fit quelques achats chez Fleury and Bott et à la papeterie magique, puis s'installa dans l'un des cafés pour boire un thé en attendant non pas Jill Witcher, mais Ariana Bedan, sa cousine.

Ils avaient convenu, par hibou, de se rencontrer à Londres durant les vacances du garçon. Lorsqu'il serait de retour à Poudlard, tout son courrier serait à nouveau surveillé, et, même si correspondre avec sa cousine n'était pas un délit (elle avait été libérée, après tout), Isaac n'avait guère envie que cela se sache. L'oncle Wiltord le trouverait certainement moins parfait s'il apprenait qu'il entretenait dans son dos une correspondance avec la fugitive.

Ariana devait venir le chercher sur le Chemin de Traverse et le conduire jusqu'à son nouvel appartement. Le gamin avait pris soin de glisser dans son sac un petit assortiment des bonbons préférés d'Ariana – non qu'elle n'eût pas les moyens de se les offrir, mais une petite attention fait toujours plaisir.

Il avait hâte de la voir, de parler avec elle. Il n'en avait pas eu l'occasion depuis qu'elle avait été arrêtée, plusieurs mois auparavant ; il s'était senti terriblement coupable de ce qui était arrivé, et la culpabilité demeurait même si Ariana lui avait assuré, dans ses lettres, qu'il n'avait pas à s'en vouloir. Rien ne vaudrait une bonne conversation pour classer l'affaire. Ariana le traiterait d'idiot et lui ordonnerait de ne plus y penser – et il s'efforcerait de lui obéir, habitué qu'il était à accepter l'autorité de sa cousine. Tout, en somme, repartirait comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Prince Consort Road Ven 2 Mai - 22:50

Ariana souriait ce matin-là. Un sourire qui alliait malice sournoise et bonne humeur. Elle était dans un entre-deux. Entre la joie de vivre et l'envie de planifier sa vengeance avec le plus grande enthousiasme dont elle pouvait faire preuve. Elle n'abandonnait pas l'idée, loin de là, elle la mûrissait. Lentement, jour après jour. Ce qui la réjouissait aujourd'hui était de nature inconnue. Elle-même ne savait pas pourquoi elle était entraînante et agréable à vivre. Elle était seule, d'ailleurs, aujourd'hui. Comme tous les autres jours. Ruth n'était toujours pas passée la voir dans son nouvel appartement, chose qu'elle comprenait, et évidemment Wayland non plus. Lui avait-elle communiqué l'adresse d'ailleurs ? Elle ne s'en souvenait plus. Ces derniers jours avaient été forts intenses. Le quotidien de galère dans lequel elle s'était elle-même plongée pendant trois bonnes semaines s'était soudainement transformé en un calme luxueux et agréable ponctué de taches administratives et vitales relativement embarrassantes. Elle entreprit de prendre un bain long et relaxant sur les coups de neuf heures, puis elle se prépara lentement, maquillage discret mais diablement bien réalisé et esthétique. Elle enfila ensuite une robe moulante la mettant clairement en valeur, mais toujours de façon à avancer sa supériorité sociale. Elle n'était pas n'importe qui, et le nom ne faisait pas tout. Elle était plus qu'une gamine virée de Poudlard. Elle était un visage de la jeunesse, du purisme, de l'audace. A y repenser plus, Ariana avait été virée et écartée des médias et Jugson avait tué Maleficus. Les deux plus grandes icônes de la jeunesse s'étaient effacées. Drôle de propagande. Elle repensait rarement à Serpens. Non pas qu'elle ne l'appréciait pas. Elle avait été si admirative que cela avait viré au fanatisme, voire à l'amour obsessionnel. Quoiqu'il en soit, elle quitta l'appartement aux alentours de dix heures et demie.

Londres était une ville passionnante. Elle grouillait de vie. Poudlard était, en comparaison, bien morne. On se lassait de l'école de sorcellerie. Ariana n'entrevoyait pas la possibilité de se lasser de la cité anglaise. Elle ne prenait évidemment ni métro, ni tout autre utilitaire mobile en lien avec les moldus. Elle marchait. Pour le moment, cela lui convenait parfaitement. A vrai dire, elle avait une fois hésité à prendre le Magicobus, mais cet espèce de tacot sur roue la faisait plus vomir qu'autre chose. D'autant qu'on y était foutrement mal accueillie. A préciser, néanmoins, que le degré de politesse auquel s'attendait Ariana ressemblait plus à de la plate servitude voire à de l'esclavage qu'à autre chose. Tout le problème d'une éducation élitiste. Elle prit son temps pour gagner le centre marchand de Londres où se trouvait le fameux Chemin-de-Traverse. Elle n'aimait pas spécialement l'endroit, c'était bondé et pas franchement intéressant. Il n'y avait aucune boutique de luxe. Ariana préférait se rendre dans un petit quartier sorcier de la capitale où se trouvaient une bonne poignée de magasin où les prix les plus faibles approchaient les milles gallions. Pour l'image, sans aucun doute, bien que ce soit absolument inutile.

Elle se balada le long de l'allée, jetant un œil dédaigneux aux boutiques pouilleuses ici et là. Elle s'arrêta un instant devant une charmante devanture rappelant un mauvais goût certain. Elle eut un rire amusé, bref, hautain et continua sa route. Tout ce qui amusait le peuple, semblait ridicule à ses yeux. Elle était supérieure, c'était indéniable. Elle aurait même dit que tout ceci participait à son envie d'exterminer toute la vermine présente sur cette planète. Dieu savait qu'il y en avait beaucoup... pourrait-elle y parvenir ? Elle voulait se dire « oui », mais elle savait qu'elle n'en était pas capable.

Elle gagna Gringott en premier lieu. C'était le seul lieu remarquable du quartier. Autrefois il y avait eu le Parti Puriste Anglais dont elle avait été l'une des personnalités les plus médiatisées de part son statut de Chef des Jeunesses Puristes. Mais aujourd'hui le siège n'était plus là, remplacé depuis. On avait gardé une stèle en mémoire à l'attentat commis contre cette institution, mais tout le reste n'était plus là... comme si rien de tout ceci ne fut réel. Elle se présenta au comptoir et demanda l'accès à son coffre immédiatement. Elle ne se fit pas prier, les Bedan étaient des gros clients, on ne leur refusait rien, ni ne les faisait patienter. Elle pénétra dans l'immense pièce – leur coffre était une grotte comme tous les autres, mais Wiltord l'avait faite aménager pour l'embellir avec sobriété. C'était d'un goût discret et raffiné – et prit une poignée de pièces qui lui tiendraient environ deux mois en dépensant régulièrement. Elle remonta à la surface et retourna dans l'avenue marchande avant de bifurquer par les petites allées, pour le coup charmantes, du Londres Sorcier. Elle gagna un café non loin de là et entra directement à l'intérieur. Elle regarda lentement autour d'elle, jusqu'à capter ce qu'elle désirait trouver : Isaac Bedan.

Elle s'approcha de sa table, lui se leva, et ils s'embrassèrent. Elle était élégante et respirait le luxe et le raffinement, mais Isaac n'était pas en reste. On aurait presque dit qu'Ariana n'était autre que sa fiancée ou future petite amie tout du moins. Elle ne prit pas le temps de s'asseoir.

-On y va ? Traîner ici, je sais pas comment tu fais. On se sent tellement banal.

Elle accompagna son immonde remarque d'un rire amusé et profondément mesquin. Elle se retourna et jeta sur le comptoir du bar un gallion. Mille fois trop que ce qu'Isaac devait payer, mais qu'importe, les Bedan ne comptaient pas, et Ariana n'avait pas de temps à perdre dans un quartier aussi populaire, voire bourgeois tout au plus. Ils marchèrent un long moment jusqu'à Prince Consort Road. Ils parlèrent de tout et de rien. Somme toute, ce fut relaxant pour Ariana et assez amusant. Au moins, ils ne se prenaient pas la tête, ce fut une discussion banale autour de sujets probablement aussi fades que ce que l'on pouvait imaginer, mais pour des retrouvailles, c'était utile, divertissant et absolument naturel.

Ils arrivèrent dans la rue qui rompait déjà avec le reste. Elle était non pas belle et élégante, mais royale et grandiose. On sentait toute la superficialité d'Ariana quant à l'argent en jetant un simple coup d'oeil à la rue qu'elle avait choisie pour élire domicile. Elle se pointa devant une porte qu'elle ouvrit d'un coup de baguette. L'immeuble était réservé aux sorciers depuis l'avènement du Seigneur des Ténèbres. Ainsi, seuls de riches puristes logeaient dans l'endroit – Ariana ne pouvait que s'en réjouir, malgré le fait qu'elle n'en ait rencontré aucun. Ils montèrent jusqu'au dernier étage en riant. Les deux s'entendaient bien. A Poudlard leur relation ne fut pas exceptionnelle, loin de là, mais à l'époque où Hugo était encore là, Isaac était un gamin bien plus entraînant. Il avait regagné de sa superbe depuis, Ariana le constatait alors, après une coupure brutale de plusieurs mois.

Les deux Bedan entrèrent dans l'appartement alors qu'Ariana déposait son sac à main sur le bar de la cuisine. Il était spacieux, lumineux, ouvert et plus qu'agréable. L'entrée faisait face à un escalier montant à l'étage où se trouvaient deux chambres, une salle de bain et une salle annexe dont Ariana allait se servir comme bureau. En bas, à gauche de l'escalier depuis l'entrée se trouvait la cuisine. Un bar coupait la moitié de l'espace, permettant une assise rapide. Derrière, tous les ustensiles nécessaires se suivaient et un plan de travail en marbre était planté au milieu. Un couloir partait derrière l'escalier menant à une chambre ainsi qu'une autre salle de bain, des toilettes et une penderie déjà bien annexée par la propriétaire des lieux. A droite de l'escalier, le salon. Immense. Juste avant les sofas se trouvait une grande table faisant office de salle à manger. Derrière des grands canapés de cuir formait un coin de détente agréable. Une table basse était installée sur un tapis. L'immense baie vitrée parcourant tout le mur de cette pièce permettait à l'ensemble une excellente percée lumineuse. Derrière celle-ci, un balcon des plus élégants se tenait. Quelques plantes étaient installées, donnant au tout un aspect végétal plutôt agréable et dont l'on ne se privait pas.

Elle invita Isaac à s'installer sur un canapé après lui avoir permis de déposer ses affaires. Elle rejoignit la cuisine et lui demanda ce qu'il désirait boire. Elle se servit un jus de pomme bien frais qu'elle agrémenta de quelques glaçons puis regagna le salon où elle se posa enfin tout en apportant à son cousin sa boisson.

-Je suis contente de te voir Isaac.

Elle le fixait continuellement.

-Alors dis-moi, tout va bien à Poudlard ? Wayland m'a dit quelques anecdotes amusantes... si tu vois ce que je veux dire.

Elle souriait. Elle souriait sincèrement.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2013
Parchemins postés : 267



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Isaac Bedan


MessageSujet: Re: Prince Consort Road Jeu 15 Mai - 17:32

Le thé, dans ce café du Chemin de Traverse, n'était pas vraiment bon – du moins, pas assez pour Isaac Bedan, habitué à en boire du bien meilleur. Wiltord se fournissait, comme Hugo de son vivant, auprès des compagnies les plus renommées ; les riches familles puristes tenaient à leur standing en toute chose, y compris en matière d'alimentation. Le gamin ne toucha à sa tasse que pour la forme, juste le temps de se convaincre qu'on lui avait servi de l'eau chaude vaguement teintée et non un thé digne de ce nom. Il songea avec amertume qu'il aurait mieux fait de demander une Bièraubeurre ; au moins, il aurait su à quoi s'attendre. Il fit d'ailleurs signe au serveur de revenir près de sa table et fit :

-Dites, il me semblait avoir demandé du thé.
-Mais c'est du thé, monsieur,
répondit l'autre déconcerté.
-Oh, non, je vous assure, ce n'est pas du thé. Le véritable thé ne se présente pas en sachets. Je me demande d'ailleurs comment il est encore autorisé de vendre du thé en sachets en Angleterre, de nos jours.

Le serveur fit la moue. Encore un de ces rejetons de familles de sang-pur, trop gâté pour boire ce qu'on lui donnait et trop mal élevé pour la boucler. Cette manière de parler comme un adulte ! Ils se croyaient vraiment au-dessus des autres, ceux-là... et ils n'avaient pas tort, songea le brave homme en faisant un effort pour ne pas perdre patience. Commerçant, il demanda avec amabilité :

-Désirez-vous prendre autre chose, monsieur ? C'est la maison qui offre.
-Oui. Une Bièraubeurre, bien fraîche.

Le serveur débarrassa la tasse de thé qu'Isaac regardait d'un œil noir, et fila chercher une Bièraubeurre qui, il l'espérait, suffirait à contenter ce sale gosse. Isaac se replongea dans l'examen d'un des livres dont il venait de faire l'acquisition chez Fleury et Bott. Un manuel de dessin magique, très bien fait, expliquant les diverses techniques en images animées. Dans l'autre sac, posé sur la banquette, de nouveaux carnets de croquis et différentes fournitures achetés à la papeterie magique n'attendaient que le moment de servir enfin. Dès le lendemain, si tout se passait bien.

Tout à sa lecture, Isaac but sans même s'en rendre compte sa Bièraubeurre, tandis que l'heure du rendez-vous avec Ariana approchait. Il ne releva la tête qu'en entendant tinter la clochette de la porte : sa cousine était entrée, et s'avançait vers lui non sans poser sur le décor ce regard d'incrédule dédain qu'il lui connaissait bien. Elle avait toujours l'air étonnée que des endroits aussi indignes d'elles pussent exister, et elle ne manqua pas de le faire savoir à son cousin. Le jeune homme eut un sourire pour répondre :

-Bof, tu sais, je m'en fous un peu, moi. Je peux bien rester là un quart d'heure une fois dans ma vie, non? C'est toujours mieux que de traîner dehors en t'attendant.

Il récupéra ses affaires tandis qu'Ariana jetait une pièce d'or sur la table – une pièce dont le bruit fit tourner la tête au serveur occupé à essuyer ses verres. Elle avait payé une tournée de Bièraubeurre pour trente personnes, là... Ce n'était même pas par morgue qu'Ariana agissait ainsi (regardez, bande de bouseux, moi j'ai les moyens) mais juste pour gagner du temps. Elle n'avait pas l'habitude de compter, et Isaac remarquait avec plaisir qu'elle demeurait fidèle à elle-même.

Tout le temps que dura leur trajet jusqu'à son nouvel appartement, il n'osa pas la questionner trop précisément. Elle avait l'air d'aller bien, et elle semblait avoir pas mal mûri en peu de temps. Autant qu'Isaac pouvait en juger, elle s'était bien remise de son séjour à Azkaban, aussi bien que l'on pouvait s'en remettre, du moins. Plus les minutes passaient, plus il savait qu'il ne lui demanderait jamais rien au sujet de cette période. S'il avait dû aborder le sujet, ç'aurait été dès les premiers instants de leurs retrouvailles ; maintenant, il était trop tard. Ils continuèrent donc à parler de tout et de rien, du cousin Machin qui avait été piétiné par un hippogriffe furieux la semaine précédente, des derniers règlements de compte à Poudlard, d'Emma et Haytham... Peu à peu, ils quittèrent l'agitation du centre de Londres pour s'engager dans des rues bien plus calmes, ressemblant à s'y méprendre à des voies privées. Lorsqu'Ariana désigna une rue en indiquant que c'était là, Isaac regarda machinalement le panneau apposé sur le premier immeuble ; en y lisant qu'il se trouvait dans Prince Consort Road, il eut un éclat de rire que sa cousine ne sembla pas comprendre. Après tout, elle n'était pas au courant du surnom que les frères Bedan avaient donné à Wayland Witcher...

L'immeuble d'Ariana était un de ces vastes bâtiments, calmes et opulents. Des escaliers tellement brillants qu'on se serait cru en plein soleil. De la moquette épaisse dans les couloirs. Des portes de chêne, aux poignées dorées. Et, surtout, un silence parfait. Rien à voir avec les immeubles mal insonorisés qu'habitaient les pauvres. Les deux jeunes gens riaient aux éclats en montant l'escalier, mais ils étaient certains qu'on ne pouvait pas les entendre. Luxe, calme et volupté.

L'appartement d'Ariana, au dernier étage, était aussi vaste qu'accueillant. Isaac déposa ses achats dans un coin, et s'avança dans le salon. Sa cousine l'invita à s'asseoir dans l'un des canapés, ce qu'il fit, tout en observant les lieux.

-C'est chouette, chez toi, finit-il par commenter. Très lumineux, vraiment agréable. Mes félicitations.

Lorsqu'elle lui demanda ce qu'il voulait boire, il répondit, comme il le faisait la plupart du temps : « Quelque chose de frais, avec des bulles ». Il n'était pas difficile, comme garçon. Tandis qu'Ariana allait chercher les boissons, il tira de sa poche le sac de bonbons destiné à la jeune fille, le posa sur la table basse et, pris d'une inspiration soudaine, agita sa baguette magique pour faire apparaître un bouquet de fleurs. Son hôtesse revint, lui apportant un verre de soda (elle le connaissait assez pour savoir ce qu'il aimait) et lui déclara à brûle-pourpoint qu'elle était contente de le voir. Il répondit à mi-voix, un peu gêné :

-Moi aussi, Ariana.

Il manqua recracher sa première gorgée de soda en entendant la suite. Wayland avait raconté des anecdotes amusantes... Il ne fallait pas chercher lesquelles, c'était évident. Le jeune Bedan se sentit rougir furieusement, et fit :

-Ah ? Euh... je … oui, je crois que je vois... ben... enfin...

Sa pathétique explication s'arrêta là, et il s'empressa de boire une gorgée pour masquer son trouble. Parler de Jill l'embarrassait plus qu'il n'aurait imaginé – et d'ailleurs il n'en avait parlé à personne. Si ces idiots de Wayland et d'Abarta pouvaient tenir leurs langues, tout serait tellement plus simple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Prince Consort Road Jeu 22 Mai - 21:28

Ariana n'était pas simple. Elle ne l'avait jamais été. Que cela soit dans sa vie, dans ses habitudes, ses goûts, ou son tempérament, elle n'était jamais facile à aborder, ni à comprendre. Elle ne recherchait pas l'originalité, pour l'originalité. Le fait était qu'elle était, tout simplement, hors normes. Non pas extraordinaire, ou magnifique, ou même spécialement intéressante – car en fin de compte, elle ne l'était que pour ceux qui voulaient bien le croire – mais elle avait ce petit-quelque chose qui la rendait différente. Si différente... même au sein de sa famille, elle n'avait pas d'exemple de comparaison. On croyait qu'Emma était similaire à sa sœur jumelle, mais loin de là. Elles ne se ressemblaient que dans le but à atteindre : dominer, mépriser, gouverner. Mais les méthodes, les pensées, les façons de faire, étaient radicalement différentes. Quand Ariana était brutale, froide et dominatrice, Emma était souvent bien plus machiavélique, mesquine, souriante et avenante. Laura, sa cousine était une prétendante à la ressemblance, également. Mais là encore, les deux se différenciaient nettement dans la conceptualisation du monde extérieur. Laura imaginait le monde tourner autour de deux entités liées : la magie et le purisme. Ariana ne concevait les choses qu'à partir d'elle-même. Son égocentrisme n'avait probablement aucune limite. C'était sa plus grande force, comme sa plus grande faiblesse. Elle savait qu'elle réussirait grâce à cela. Mais elle échouerait sans aucun doute de la même manière.

L'ancienne verte et argent se relevait vite. Plus vite qu'on aurait pu le croire, en tout cas. Elle n'était pas restée cloîtrée chez son père, en attendant qu'on vienne la déterrer. Non. On pouvait au moins lui reconnaître qu'elle avait pris les devants en s'adaptant à une vie de labeur. Elle s'en était parfaitement bien sortie. Mary Kane aurait été fière d'elle, tiens. Au final, elle vivait dans un appartement et dialoguait avec Ruth, une énième cousine du côté Mulciber à qui elle était liée par Laura, pour obtenir un entretien d'embauche au sein même de l'Intendance du Royaume-Uni. Elle devenait indépendante, ce qui représentait un énorme pas en avant dans une vie de princesse assumée. Elle s'installa sur le canapé faisant face à celui d'Isaac, et croisa les jambes. Elle était élégante, c'était le principe même de son éducation : l'image. Elle en était imprégnée tant est si bien qu'elle ne pouvait plus vivre sans.

-Tu trouves ? J'aime bien aussi. C'est Ruth qui m'a refilé l'adresse.

Elle n'était pas mécontente de l'endroit, il fallait bien l'avouer. Elle avait payé la blinde pour l'obtenir. En fait, elle aurait pu s'en tirer pour une somme relativement abordable si elle s'était contentée de le louer. Mais louer n'était pas digne de l'héritière de la fortune de Krakendor. Non. Elle l'avait tout simplement acheté. Elle avait tilté sur l'endroit car il était calme et respirait la luxure. Tout ce qu'elle appréciait dans un lieu de vie. Elle avait besoin de se sentir au-dessus du lot, surtout lorsqu'elle était chez elle. Son cousin avait quelque chose de mignon. Pas au sens où elle aurait aimé lui sauter dessus, se déshabiller et copuler avec. Non. Elle le trouvait mignon car gêné par la moindre présence féminine. Il ne savait tout simplement pas être proche du sexe opposé sans rougir. Haytham était tout l'opposé. On pouvait dire qu'Isaac avait eu la chance d'avoir eu un frère et non une sœur. Imaginez la scène, chaque jour, à la maison. Maintenant qu'il vivait chez ses cousines, il avait une présence féminine bien trop imposante. On pouvait pas dire qu'elles étaient discrètes vis à vis de leur intimité. Entre les sous-vêtements en vrac, à l'air libre, de la chambre d'Emma et le sans-gêne ambiant d'Ariana... il avait de quoi se dévergonder le gamin.

D'ailleurs, le sujet principal du moment, la nouvelle copine d'Isaac, semblait provoquer une crise de timidité aiguë. C'était amusant. Ariana se délectait de l'instant, c'était le moment le plus détendu qu'elle ait passé depuis son arrestation, elle en profitait. De plus, elle avait réellement envie de savoir comment Jill s'était rapprochée de son cousin. Désormais le frère et la sœur Witcher sortaient simultanément avec les cousins Bedan. Les dîners de couples annonçaient des discussions mouvementées.

-Quoi ? C'est tout?

Elle sourit, amusée, ravalant un rire nettement prononcé et continua.

-Allez Isaac ! Tu vas pas rougir à chaque fois que j'évoque le problème féminin.

Elle but son verre, ce qui restait du moins, d'une gorgée. Elle enchaîna directement. Elle était avide de savoir, sans-gêne reconnue et terriblement prête à tout pour obtenir satisfaction. D'ailleurs, désormais qu'elle avait son appartement, elle ne comptait pas rester sans sexe très longtemps. L'année était presque finie, dès que Wayland pourrait la rejoindre, l'endroit se transformerait en Moulin Rouge.

-Vous avez couché ensemble ? Comment vous vous êtes rencontrés ? Et c'est toi qui l'a embrassée en premier ? Dis oui, sinon je te castre. Allez Isaac je veux savoir ! C'est trop drôle comme situation!

Elle sautait presque d'impatience sur son canapé. Elle pouvait être joyeuse, souriante et clairement amicale quand elle le désirait. Mais ce n'était pas fréquent et rarement bon pour la personne en face d'elle. Cette fois c'était au tour d'Isaac de tomber sous la fameuse et rarissime joyeuse Ariana. Mais qui disait joyeuse, signifiait fouineuse.

-Tu sais que tu ne sortiras pas d'ici tant que j'en aurai pas marre de te questionner. Donc range la timidité, t'as pas à avoir honte ici.

Elle se recadra au fond du canapé, s'entourant du cuir frais et délicieusement cher.

-Et puis, t'as passé l'âge.

Elle ne traitait personne avec tendresse, c'était un fait. Même sa famille n'était pas épargnée, ni même Emma. Pourquoi faire du traitement de faveur ? Au fond, elle n'avait aucun intérêt à agir de la sorte, sinon à s'avouer faible. Elle était dure à vivre en toute circonstance, mais c'était aussi pour cela qu'on l'appréciait, car elle n'hésitait pas. Elle était directe, ne divergeait pas. Isaac devait bien s'habituer à ce caractère si trempé. Il vivait désormais dans une famille réellement agressive. Entre Wiltord, les jumelles et Abarta, tout semblait tourner autour de l'attaque comme meilleure défense. Il ne fallait pas se justifier, simplement démontrer qu'on ne se laissait pas faire. A lui de s'avouer difficile à vivre aussi en s'affirmant à son tour.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2013
Parchemins postés : 267



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Isaac Bedan


MessageSujet: Re: Prince Consort Road Lun 23 Juin - 22:53

Ariana avait énormément changé en peu de temps, songeait Isaac, ou peut-être était-ce simplement dû au fait qu'il la voyait désormais en maîtresse de maison et non en jeune fille vivant chez son père. Elle avait toujours été sûre d'elle et à l'aise en société, mais jamais elle n'avait semblé aussi adulte. À coup sûr, elle était taillée pour le nouveau rôle qui s'offrait à elle : jeune femme active, installée dans un luxueux appartement après avoir connu les cachots d'Azkaban, rayonnante de se voir à nouveau dans un cadre digne d'elle. Elle n'avait plus cette espèce de morgue adolescente que son cousin lui avait toujours vue et qui pouvait agacer tout contradicteur en butte à sa mauvaise foi ; elle n'avait rien perdu de sa superbe, au contraire, mais elle affichait désormais une assurance bien plus posée, plus élégante, plus... plus femme, conclut-il en la regardant croiser ses jambes gainées dans la soie brillante des bas. Rien de provocant chez Ariana, mais elle savait se mettre en valeur par une tenue dont la simplicité même avait quelque chose de terriblement attirant. C'est qu'elle était belle, sa grande cousine, finalement. Il ne se l'était jamais avoué aussi explicitement, mais depuis des années, cela avait toujours plus ou moins tourné dans son esprit. Les jumelles étaient deux sublimes jeunes filles, aussi proches que des sœurs pour le garçon. Et comme tout jeune homme le fait avec ses sœurs aînées, il s'était parfois laissé aller à perdre son regard sur leurs formes, ou à passer un index distrait sur un sous-vêtement abandonné dans un coin. Toujours discret, au point qu'il passait pour un enfant sage et presque coincé, mais il n'en avait pas perdu une miette. Il était silencieux et complaisant, et les grands l'avaient toujours admis sans difficulté dans leur petite bande – alors qu'Abarta, le jeune frère d'Ariana, en avait toujours été exclu. Et il y avait passé de mémorables moments, par exemple lorsqu'en été, ils allaient tous ensemble se baigner dans le petit lac du domaine de Krakendor. L'air de rien, il s'était abondamment rincé l’œil, ces jours-là, si bien qu'entendre à présent Ariana l'interroger sur sa copine avait quelque chose de cocasse et de gênant à la fois. S'était-elle jamais doutée du regard que le petit cousin timide promenait sur son corps et celui de sa sœur ? Elle avait toujours semblé prendre plaisir à le faire rougir, à lui mettre sous les yeux, avec un sans-gêne incroyable, ses petites culottes ou les interrogations les plus crues qu'elle puisse imaginer. Elle s'amusait ainsi, aux dépens des autres, fussent-ils proches. Le gamin prit une gorgée de soda tandis que sa cousine, inlassable, revenait à la charge. Devait-il répondre ? Parler de Jill n'était pas facile. Si encore il ne s'était agi que d'une passade, d'une de ces filles avec lesquelles on ne sort que pour pouvoir leur mettre le souafle au fond des anneaux... mais c'était différent. Certes, il couchait avec Jill, toutes les fois où c'était possible, et avec un plaisir intense, mais ce n'était pas le plus important. En fait, Jill, je l'aime. Il piqua un fard en pensant cette simple phrase. Ce que cela pouvait faire cliché de dire les choses comme ça ! C'en était ridicule de niaiserie. Il ne pourrait jamais prononcer une telle phrase. Et Ariana qui continuait de le presser de questions... Le garçon capitula – on capitulait toujours en face d'Ariana, de toute manière. Lorsqu'elle voulait savoir quelque chose, elle pouvait devenir proprement infernale, et Isaac n'avait pas la force morale d'un saint ; il finissait toujours par céder. Un peu embarrassé, il se lança :

-Ben... Je suppose que ton cher informateur t'a dit que c'était Jill Witcher... et euh...

Ce n'était pas facile. Il avait l'impression d'être face à un agent du Ministère chargé de passer toute sa vie au peigne fin. Pour se donner contenance, il prit une nouvelle gorgée de sa boisson, puis reprit, le regard dans le vague :

-On s'est rencontré... enfin, c'est pas vraiment ça, on se connaissait déjà, bien sûr, mais bon, tu me comprends... le jour où ce connard de Mulciber m'est tombé dessus à Pré-au-Lard.

C'était moins difficile comme ça, sans croiser le regard de sa cousine. Il continua de parler, moins gêné soudain, mais déconcerté de s'entendre raconter tout cela :

-Elle m'a accompagné aux Trois-Balais pour s'assurer que j'allais bien, et puis... elle est restée avec moi. Et non, c'est pas moi qui l'ai embrassée le premier. Tiens, et toi, fit-il en levant soudain les yeux vers Ariana, tu as couché avec Wayland ?

Le regard pétillant de malice, il termina son verre. Elle avait de ces questions idiotes, sa cousine, quand elle s'y mettait, il fallait bien le lui faire remarquer... Il savait qu'il ne s'en tirerait pas à si bon compte, cependant, et reprit sans tarder :

-Parce que nous, oui. Dans les douches de Serpentard, la première fois. Et puis dans son dortoir, et dans le mien, et dans les cachots aussi, et dans les toilettes du troisième étage, et à Pré-au-Lard. Partout où on peut, en fait, et à chaque fois qu'on peut.

Il adressa un sourire à Ariana, pas vraiment gêné de parler de sexe avec elle. Tant qu'il ne s'agissait que de cela, ce n'était rien ; ce qu'il redoutait par-dessus tout était de devoir parler de ses sentiments. Les parties de jambes en l'air étaient bien moins délicates à évoquer que ce qu'il éprouvait pour Jill et qu'il n'osait nommer. De l'amour. Être amoureux était presque une honte, il fallait le cacher soigneusement. Faire des galipettes à s'en ruiner la santé, en revanche, c'était honorable. Espérant que l'interrogatoire était terminé, le gamin lança, sur un ton de défi :

-Alors, t'es contente, madame la commissaire aux mœurs et aux petits potins ? J'ai assez répondu comme ça ? C'est ça que tu devrais faire comme boulot à l'Intendance, tu serais parfaitement dans ton élément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Prince Consort Road Sam 9 Aoû - 19:43

De toute sa vie, la jeune héritière des Bedan ne s'était jamais sentie aussi seule et puissante à la fois. Elle avait la nette impression qu'on l'oubliait, là-bas, chez elle, à Krakendor, tandis qu'elle continuait de sentir en elle le luxe de l'indépendance naissante. Elle aimait son domicile familial, c'était en soi, une entité à part entière qu'elle le laisserait jamais tomber, c'était elle, et toute sa vie. Mais elle ne s'y sentait, pour l'instant, mal à l'aise. Elle n'y était pas la bienvenue. La Grande Coquelette, une noble Anglaise proche des Bedan aurait dit que les Ancêtres la testaient, mais Ariana n'y croyait guère. A vrai dire, elle avait plus l'impression que tant qu'elle ne s'excusait pas auprès de son père, elle n'y serait pas chez elle. Drôle d'impression alors qu'elle ne s'était jamais excusée de sa vie. Encore moins auprès de son père qui n'avait jamais réellement eu de contrôle sur elle. Elle était là, dans un appartement qu'elle habitait sans grande conviction et elle avait la très nette impression que sa vie ne faisait que commencer. Les ennuis aussi.

Pour le moment, elle n'avait de yeux et d'oreilles que pour son petit cousin Isaac Bedan. Ce garçon là était d'une discrétion hors norme. Elle n'avait jamais réussi à le comprendre totalement, à l'appréhender. Il était différent d'elle et sa sœur, mais il les complétait. A dire vrai, c'était à croire qu'il était innocent au point de n'avoir jamais de mauvaises pensées, de pensées mal placées ou dérangées. Pourtant, comme tous les garçons de son âge, il avait dû s'intéresser aux filles, aux seins, au sexe. Mais... Ariana ne l'imaginait pas ainsi. Elle ne le voyait pas coucher, comme si Isaac était son protégé, son petit frère intouchable qui ne grandira jamais.

-Jill... hé ben ! Monsieur s'intéresse aux Witcher, tu prendrais pas exemple sur quelqu'un d'exceptionnel des fois?

Elle lui adressa un sourire amusé. Voilà que les deux cousins Bedan sortaient simultanément avec les jumeaux Witcher. Étrangement, elle n'aurait pas pensé que l'infâme traître Mulciber était à l'origine d'un si heureux événement. Jill était donc une sauveteuse en herbe ? L'idée fit sourire Ariana, à l'occasion elle lui glisserait la remarque, elle ne doutait pas que cela ferait rire sa comparse Serpentard. Elle ne l'avait pas vue depuis un long moment. Heureusement, Wayland s'était libéré pour qu'ils puissent se revoir, mais mis à part lui et Isaac, elle n'avait plus aucun contact avec Poudlard. Même Emma n'était pas encore venue la voir. Cela ne saurait tarder, elle en était consciente, mais elle se sentait exclue du système.

-Le principal c'est le résultat hum ? Que tu ais fait le premier pas ou non, qu'importe tant qu'aujourd'hui tu la combles. Tu la combles hein Isaac?

Elle insistait pour titiller, amusée. Elle sirota son verre lentement.

-Si j'ai couché avec Wayland?

Elle éclata de rire.

-Comme si tu n'avais pas eu vent des rumeurs de la salle commune des Serpentards. On racontait que Wayland me courait après, sexe à l'air, à travers le château tant on le faisait souvent et à répétition.

Ariana n'avait aucune gêne concernant cette partie là de sa vie privée. Elle était une nymphomane, tout le monde le savait, ou presque. Elle couchait car elle adorait ça, elle ne pouvait pas s'en passer. Un exploit qu'elle n'ait trompé Wayland qu'une seule fois avec son cousin et chef de famille, car fut un temps où elle n'hésitait pas à aller voir à droite et à gauche, en couple ou non, juste pour se faire tirer un coup, passer un bon moment et hurler de jouissance. A croire que le Witcher était suffisamment bon au lit pour la combler sexuellement parlant, l'empêchant naturellement d'aller voir si le voisin ne possédait pas un meilleur débit d'arrosage.

Elle se leva lentement, faisant signe à Isaac de la suivre sur le balcon. Elle tira une cigarette et en proposant une à Isaac. Elle aimait bien fumer occasionnellement. Elle n'en avait aucunement besoin, elle n'était pas adepte pour un sou, mais cela la détendait une fois ou deux par semaine. Elle jeta quelques regards dans la rue calme et luxueuse à laquelle elle appartenait désormais.

-Rigole pas, John Mulciber m'a proposé un super taff. Je vais travailler à la Sécurité Intérieure au service de la désinformation civile. Ça risque d'être génial. Et puis ça me fait rebondir, j'en peux plus de me sentir exclue de Poudlard. C'est la mort quand on ne voit personne. Et puis, même si je commençais à en avoir marre des couloirs... au final, ils me manquent pas mal. Surtout les potins, j'avoue. Les ragots, les rumeurs... c'était drôle.

Elle avait ce sourire nostalgique qu'on lui connaissait peu. Elle se reprit vite et d'un sursaut reprit.

-J'espère au moins que tu l'as faite jouir ! Sinon je te castre. Je le saurai de toute façon gamin.

Elle tira sur sa cigarette et relâcha lentement la fumée avant de reprendre tranquillement, sur un ton plus gentil, plus proche, celui de la confidence, de la grande sœur.

-Et que tu l'aimes. Sinon, ça n'en vaut pas la peine.

Un regard en coin, sincère, elle était contente pour Isaac, mais tant de problèmes lui plomber la cervelle. Tant et si bien qu'elle ne savait plus où donner de la tête. Isaac resta encore un long moment à l'appartement de Prince Consort Road, et ils discutèrent tout du long. Ils étaient proches, oui, mais jamais autant que ce jour-là.

Spoiler:
 


____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Prince Consort Road

Revenir en haut Aller en bas

Prince Consort Road

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-