POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Un monde sans interprètes [Pv' Seth Wilson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Un monde sans interprètes [Pv' Seth Wilson] Mar 13 Mai - 15:47

«Le monde bouge, la vie politique bouge … je ne comprends pas pourquoi tu restes terrer dans cet endroit. Endroit sordide qui plus est, ce noir, c'est presque plus déprimant qu'Azkaban. »

Le français ne bougea pas. Les coudes posées sur son fauteuil, mains croisées devant lui, il fixait la jeune femme avec ce regard froid que les mystères subissaient depuis déjà un moment.
Le silence plana un moment, la jeune femme reprit alors, comme pour exiger la conversation.

«Je veux dire, tout ces remaniements et tu ne fais rien ? Je suis sûre que tu n'as même pas pris contact avec Eccleston pour éclaircir la situation. »

Toujours immobile, il lui répondit alors :

« Parce que c'est précisément ce qu'ils veulent que je fasse Roxane. »

La blonde parut surprise, elle ne comprenait pas le sens de ces propos et l'interrogea du regard, espérant une explication un tant soit peu détaillée pour mieux se faire un avis. Son vœu fut exaucé dans les secondes qui suivirent.

« Ils s'imaginent que je vais me dresser contre eux, que je vais les faire chier encore plus qu'avant. Ça n'est pas à moi de venir à Eccleston mais l'inverse. C'est un sang-mêlé, même ministre, il reste sang-mêlé … inutile de t'expliquer ce que cela veut dire.
Pour les autres, c'est très simple, je ne tenterais rien contre eux tant qu'ils ne tenteront rien contre moi. Le purisme attend de moi que je fasse un travail, travail que je réalise en temps et en heures, ça s'arrête là.»


Prenant un attitude plus décontractée, il passa un main sur son visage, se tenant les tempes avant de poursuivre.

« Je n'ai pas besoin des médias, bien au contraire. La course à la popularité n'est pas dans mes priorités, loin de là. La recherche magique n'a rien à voir avec la politique que j'avais au Rccm. À l'heure actuelle, je n'ai pas l'intention de me montrer, pour la simple et bonne raison que ça n'apporterait rien à personne. Ton père et ses chien-chiens peuvent dormir tranquilles, ils n'ont pas à s'inquiéter de moi.»

Se sentant presque offensée, elle afficha une moue particulièrement dépitée. Elle n'aimait pas que l'on parle de son père. John Mulciber, un homme qu'elle détestait car il lui avait tout ôté, sa dignité, sa liberté, son corps, tout, elle n'était restée qu'une ombre, qu'une inconnue à ses yeux, pire encore, elle avait été sa victime. Toutefois, elle s'était relevée, pas seule, mais elle vivait normalement désormais. Fini ses cheveux d'un brun attirant, fini ses poitrines particulièrement mises en valeur, fini cette attitude provocante, elle était devenue madame tout le monde et cela changeait. Personne ici ne pouvait la reconnaître sans avoir vu la transformation s'effectuer. Désormais, elle était blonde, seules les racines de ses cheveux laissaient entrevoir un timide brun, sa poitrine semblait bien plus petite et dissimulée qu'avant, ses robes n'étaient plus provocantes mais à l'image de celles des secrétaires modèles, ni trop longues, ni trop courtes. Même son attitude semblait différente, en l'espace de plusieurs mois, elle était devenue une autre personne. Et comme pour échapper à sa sinistre réputation, elle avait gardé son nom de mariage bien qu'elle n'habitait plus avec son mari et ne partageait plus rien avec lui, pas même un contact épistolaire régulier. Fini les luxueuses places, elle habitait un petit appartement perdu, elle était retournée dans l'ombre pour échapper à ce père qui lui avait fait tant de mal, elle était devenue une ouvrière dans la fourmilière.
Et pourtant elle était là, dans le bureau du directeur du département des mystères, incognito, comme si de rien n'était.

Roxane Mulciber était elle de retour aux affaires ? Non, non … il n'y avait plus de Roxane Mulciber, c'était Roxane Travers qui était dans le bureau de Tryan De SaintClair, pas Roxane Mulciber. Personne ne savait qui était cette Roxane travers, elle même n'était pas sûre de le savoir réellement, mais elle faisait avec, ça lui avait plutôt bien réussi jusque là. Elle oubliait les têtes, piques, créneaux, elle oubliait tout et repartait à zéro, comme si rien n'avait existé.
Le français la regarda, constatant à quel point elle avait changé, constatant à quel point il avait réussi à la sortir de ce merdier, il lui devait bien ça. Elle avait toujours été fidèle, un peu trop d'ailleurs, c'est ce qui lui avait valu la correction de sa vie, mais il ne pouvait en vouloir ni à la victime, ni à l'agresseur, le seul fautif c'était lui. Roxane avait appris le prix de la fidélité et de la franchise … si seulement elle avait menti, elle aurait pu s'en sortir, mais non, trop honnête et trop loyale, elle avait subi ça, seule, sans broncher. Si Tryan l'avait abandonné, peut être aurait elle souhaité une corde pour en finir, mais le directeur des mystères était un homme juste, du moins elle essayait de l'être le plus possible, il lui avait offert une nouvelle vie.
Si elle était en face de lui aujourd'hui, nouvelle et changée, c'était pour une raison bien particulière, une offre, encore une …

« Ainsi donc tu ne veux pas reprendre ...»

Impensable, elle avait décliné. Tryan ne s'y était pas vraiment attendu et elle le prenait au dépourvu. Elle était venue ici, avait discuté et avait quasiment de suite refusé, sans prendre le temps de réfléchir, elle l'avait fait naturellement, chose qu'elle n'aurait même pas envisagé du temps du RCCM. Si cela gênait fortement le français, il ne lui en voulait pas, il n'allait pas l'immoler pour un simple refus, elle avait suffisamment donné et souhaitait se retirer définitivement, quel dommage, elle était douée au fond.
Il ne cacha pas l'embêtement que cela lui évoquait et elle le remarqua, de ce fait elle put se justifier.

«C'est pas que je n'aime pas travailler avec toi … j'ai juste … pas envie de revenir ici. Je veux dire … le ministère, l'importance que ça implique … j'en veux plus. Je sais que ça ne t'arrange pas, qu'on fonctionnait plutôt bien, et que ça roulait mais ...

_ Je comprends.»

Il l'avait coupé, comme s'il avait senti qu'elle allait s'enfoncer. Un simple 'je ne veux pas' avait suffi, et il savait à quel point il était impossible de justifier ce genre de point de vue. Lui aussi était passé par là, et il savait à quel point l'éloignement du monde était bénéfique, sans ça, il aurait probablement pété les plombs.

«Tu ne m'en veux pas ? »

L'autre eut un sourire en coin amusé et lui répondit naturellement.

« Pourquoi je t'en voudrais … tu es encore libre de tes choix.»

Par cynisme, il ajouta ensuite :

« Et puis je finirais bien par trouver une secrétaire compétente en ce bas monde.»

Elle parut aussi amusée que lui par cette blague. Après quoi, on vint toquer à la porte du bureau du directeur. Une jeune recrue, probablement en attente du poste de secrétaire, annonça la venue d'un certain monsieur Wilson. Le français ordonna qu'on le fasse entrer dans son bureau.
Saluant Roxane avant qu'elle ne se retire, elle lui précisa qu'elle avait hâte qu'il se revoit, un simple à bientôt suffit à clore cette discussion.
Dès que la porte du bureau fut refermée, le directeur des mystères replongea dans la principale activité de la journée.

Il était actuellement presque huit heures du matin à Londres, et les déjeuners venaient d'être ingurgités à la hâte avant que la foule de sorciers n'envahissent le ministère. C'était précisément à cette heure que le français avait souhaité rencontrer Seth Wilson. Commissaire d'évaluation des moldus, ce jeune sang-mêlé avait de la ressource et semblait, contre toute attente, bien connaître le monde des moldus, tout du moins, c'était ce qu'indiquait le papier officiel de son affectation à la commission.
Une semaine avant cet entretien, le français avait eu une idée. Quasi-ignorant du monde des moldus, il était difficile pour lui de juger de la crédibilité ou non de ce qu'avançaient ses homologues, l'idée était donc simple, trouver une personne fidèle au purisme et connaisseuse du monde sans magie pour avancer plus rapidement sur la question de l'armement moldu.
S'il avait déjà une équipe langues-de-plomb sur la question, dont un particulièrement connaisseur, il préférait en référer à une double institution afin que le travail effectué soit clair, net et précis.
On pouvait alors se demander, pourquoi Seth Wilson ? Principalement parce qu'il avait déjà vécu dans ce même monde moldu, et bien qu'il ait eu à subir une commission de sécurité et un examen de son dossier, il demeurait le plus calé. C'était aussi simple que ça. Tryan se foutait de l'allégeance, il voulait avant tout de la compétence, et c'était pour cela que ce petit gars avait été choisi.
La proposition était claire : un poste de consultant aux mystères sur la question de l'armement moldu. Avec accord du directeur de la commission, mais là n'était pas le problème.

Finissant les préparatifs du déplacement dans le complexe militaire à visiter, on toqua à sa porte. On fit ensuite entrer le dénommé Seth Wilson, et on s'inclina avant de refermer la porte. Immédiatement, le français leva le nez de son dossier, se leva, se pencha au dessus du bureau avant de serrer la main de son invité.

« Monsieur Wilson. Je vous en prie asseyez vous.»

Laissant l'individu s'asseoir sur un des fauteuils qui faisaient face à son bureau, le directeur, rangea sa plume et tria le dossier, en s'adressant à son peut être nouvel employé à temps partiel.

« On m'a dit … enfin on m'a dit, j'ai lu beaucoup de bien de vous.»

Il avait rapidement pris en main l'évaluation de l'individu au ministère.

« Bonne connaissance du monde moldu, professionnalisme, et j'en passe.»

Reposant le dossier, il fixa ensuite son invité dans les yeux, ajoutant rapidement et de manière directe :

« Je n'irais pas par quatre chemin, votre profil m'intéresse.»

L'annonce était tombée, c'était clair, net et précis.

« Je travaille actuellement sur un projet impliquant le monde moldu. N'ayant pas de connaissances particulières concernant dernier, dans le cadre de l'étude réalisée par les mystères, je vous propose un poste de consultant sur la question.»

Ne laissant pas le temps à l'autre de répondre, il enquilla rapidement sur les modalités afin que tout soit clair.

« En tant que consultant pour les mystères, vous aurez donc les mêmes formalités que les langues-de-plomb classiques. Serment inviolable, salaire et tout ce qui va avec, en plus de votre poste de commissaire pour l'évaluation des moldus. Bien évidemment vous aurez des horaires aménagés et ce poste de consultant n'est qu'un temps partiel … autant dire quand on a besoin de vous.»

Tryan De SaintClair était un des rares politiciens à jouer franc jeu, et c'était peut être sa marque de fabrique, toujours dire ce qu'il pense, avec ses supérieurs comme avec ses subordonnés, c'était quelque chose de rare et bien trop souvent sous-évalué.
Ici, il exposait ce qu'il attendait de son invité en cas d'acceptation, il voulait que l'autre ait toutes les informations nécessaires pour juger de l'intérêt de sa proposition.

« Je peux vous laisser un délai de réflexion si vous en désirez un. Sachez tout de même que si vous acceptez dans l'instant, vous vous joindrez à moi puisque j'ai besoin de vos services pour la journée.»

Se reculant, bien dans son fauteuil, le français lui fit un signe de la main pour lui préciser qu'il lui laissait dès à présent la parole. Calme et détendu, le directeur des mystères se voulait confiant. Qu'importe la réponse, sa journée était déjà bien remplie et le programme déjà établi. Bizarrement, il ne voyait pas comment l'autre pouvait refuser, mais un second refus ne pouvait guère le surprendre plus, il était déjà habitué à en subir quelques un.
Jetant un rapide coup d’œil à sa montre à gousset, il reporta ensuite son attention sur le commissaire en charge de l'évaluation des moldus. Le verdict se faisait déjà presque attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 10/02/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 03/02/2014
Parchemins postés : 58



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Seth Wilson


MessageSujet: Re: Un monde sans interprètes [Pv' Seth Wilson] Mar 27 Mai - 17:37

Un bâillement grossier et bouche grande ouverte sans aucune retenue, ce son si particulier provenait du bureau du commissaire d’évaluation moldu, Seth Wilson. Cela va bientôt faire quatre mois qu’il était en place au ministère et il avait trouvé son rythme de croisière dans cette nouvelle fonction. Malgré son manque d’expériences, voir aucune, dans l’administratif, Seth avait su s’imposer comme l’un des meilleurs commissaires d’évaluation de moldu, en fait ça le changeait pas beaucoup par rapport aux deux ans qu’il avait passé dans leur monde a les observer, étudier leur mode de vie, se fondre dans la masse, être considérer comme l’un des leurs. Le moldu était un être très amusant et très intriguant à la fois, ils ont la capacité de construire de grande chose, malgré leur handicap majeur par rapport aux sorciers ce qui les rendaient obligatoirement inférieurs à eux et donc étudiable, mais ils préféraient passer leur savoir à s’entretuer entre eux, encore et encore. Si les sorciers n’avaient pas révélé leur existence au monde moldu, ces derniers auraient fini par s’autodétruire sans l’aide de personne comme des grands.

Le fait d’avoir passer beaucoup temps avec eux, avait permis au jeune homme de savoir ce qu’il pensait, ce qu’il se passait dans leur petites cervelles et voilà comment il arrivait décelé le vrai du faux durant ses auditions, il lui arrivait d’utiliser des sortilège pour faire dire la vérité au moldu afin de vérifier s’il a un doute sur un élément que l’interrogé lui avait donné, mais la plus part du temps il n’en n’avait pas vraiment besoin. Il était souriant, propre, il m’était à l’aise de le moldu, l’écouter, il lui parle un peu de leur culture pour le mettre en confiance, il fait aller dans son sens et ils finissent par leur révéler leurs petits secrets assez facilement. Il avait l’impression d’être un psychologue pour certains et c’était assez gonflant. Il n’était pas là pour les aider, il leur fait croire qu’il est là pour ça ou qu’il est leur « amis », que son rôle est juste d’évaluer si le moldu en face de lui est un danger pour le régime et la race supérieur des sorciers. Rien de plus, rien de moins. Il travaille pour la solde du régime comme un petit sorcier obéissant, il suivait les traces de son père et de sa sœur certes, mais contrairement à eux, il n’attendait pas que le régime lui fasse une fleur ou lui donne une quelconque promotion, il veut juste découvrir, étudier, écrire, lire et jouer. Vivre en paix et en autonomie sans contrainte particulière. C’était d’ailleurs pour ça qu’il s’était exilé du monde des sorciers pendant deux ans, loin de la juridiction de son père qui l’empêchait de faire ce qu’il voulait. Il était parti chez les moldus au début par pur désir de rébellion envers son père, mais au fil des mois il s’était rendu compte que les moldus pouvaient lui apprendre quelque chose et que cela pouvait lui être utile plus tard. Il avait pensé juste, il était presque sur que le secret magique aller sauter un jour ou l’autre et que les deux cultures, politique, mode de vie allaient s’entrechoquer et s’opposer, mais bon le terme opposition était un peu fort, la supériorité des sorciers étaient telle que les moldus même s’ils avaient de quoi protester, n’avaient la présence d’esprit le faire. C’était malheureux…
Non, le contact avec les autres étaient facile, c’était plutôt l’administration qui était plus délicat pour Seth qui avait déjà du mal avec tout ça quand il travaillait pour la Gazette et avec son nouvel emploi s’était pire, trois fois plus de paperasse. Voilà pourquoi il se trouvait aussi tôt dans son bureau, il avait passé la nuit au ministère à mettre à jour ses différents dossiers pour éviter de se faire taper sur les doigts par Selwyn. S’il voulait être tranquille, il se devait de faire son boulot correctement et dans les règles comme cela il n’aura pas d’ennuis.

Après cette nuit quasiment assis devant son bureau derrière sa pile d’archive et dossiers à trier en retard, et avec quelques heures de sommeil dans les pattes, il pouvait enfin sortir se dégourdir les jambes avant que son premier « interrogatoire » ne commence. Il partit au toilette afin de se rafraichir un peu et effacer les marques de sa nuit blanche. Une fois bien réveillé il déambula dans les couloirs silencieux du département de la Justice avec une tasse de café en main. Quand il entendit son nom dans son dos. Surpris, il se retourna et se retrouva nez à nez avec une femme la quarantaine passé, Zoé Thompson, une autre commissaire d’évaluation avec laquelle le jeune homme entretenait une relation amical – ce qui n’était pas le cas de tout ses collègues –

Elle lui adressa un sourire en guise de bonjour et lança la conversation :

- Tiens Seth, tu es déjà là ? J’en connais un qui avait du retard dans la classification de ses dossiers.

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre, elle enchaina directe.

- En tout cas ça tombe bien que tu sois là, on te demande au Département des Mystère dans deux minutes, à croire qu’il était déjà au courant que tu étais déjà là.

Puis elle partit sans donner plus précision, laissant Seth perplexe avec sa tasse de café. Le jeune homme prit donc la direction du département des Mystères. Pendant le court trajet, il se demanda qu’est-ce que lui voulait le Département du Mystères, la réponse ne fit pas attendre. Une fois arrivé, il fut conduit aussitôt auprès du Directeur de Département, Tryan De SaintClair, puissant sorcier avec une carrière politique bien rempli. Voilà ce que Seth savait, son père le détestait, donc cet homme ne pouvait pas être que quelqu’un de bien, cet entretien promet d’être intéressant et fort instructif.

Le jeune homme entra et s’installa sur le siège en face du Directeur après lui avoir serré la main, Seth remarqua tout de suite l’absence du salut puriste de la part de son supérieur, cela l’intrigua, mais pas très longtemps, si quelqu’un au ministère pouvait se priver le luxe « d’oublier » le salut Puriste, c’était bien De SaintClair, malgré son statut de simple et jeune Directeur, il émanait une aura supérieur de lui, il savait ce qu’il faisait et cela plaisait beaucoup à Seth, il attendait avec impatience de savoir ce qu’il lui voulait.
Au fil des minutes et des explications de son interlocuteur, Seth se rendit compte de la bonne réputation qu’il avait gagnée tout au long de ses trois mois à travailler pour le ministère. Rigoureux, professionnaliste et surtout bonne connaissance des moldus. Il avait bien fait de partir voir de l’autre côté de la barrière durant deux ans, il savait qu’un jour ou l’autre cette expérience lui servira et ce jour semblait être arrivé plus tôt que prévu. En effet le chef des Langues-de-Plombs ne l’avait pas convoqué juste pour le féliciter pour son travail ou pour admirer son CV, non il l’avait fait venir parce que son profil l’intéressait, sa connaissance du monde des moldus, il avait besoin de lui. On venait de lui proposer un job à temps partiel au sein du Mystère. Un sentiment de fierté traversa le jeune homme qui imaginait déjà la tête de son père en apprenant que son satané fils indigne touche plus que lui et traite directement avec son supérieur. Quel doux sentiment de vengeance que Seth ne se connaissait pas.
Bon il n’y avait pas que du blanc dans le tableau, Tryan avait besoin de lui pour un projet d’armement et il avait besoin d’un « guide et interprète » lorsqu’il visite des bases militaires moldus. Seth ne s’y connaissait pas spécialement en arme, il n’était pas aller au fond des choses sur la culture militaire moldu, mais connaissait l’essentiel et il pouvait toujours peaufiner ses connaissances sur le tas, puis cela ne doit pas si compliquer que ça, après tout ce ne sont que des moldus.

Il fut sortit de ses pensées par Tryan qui lui fait savoir que s’il acceptait maintenant sa proposition, il partirait aussitôt avec lui car il avait besoin de lui aujourd’hui. C’était à ce moment là que Seth avait compris, il était passé au niveau au dessus d’un simple commissaire avec ses deux emplois. Il adressa un
sourire de coin au Directeur et ouvrit la bouche pour la première fois de l’entretien.

« J’accepte. »

Il n’avait rien de plus à ajouter, il avait déjà perdu trop de temps au sein de la Gazette de Sorcier, on lui offre une opportunité, il l’a saisi sans hésiter. Maintenant il avait qu’une seule hâte commencer la visite d’un nouveau lieu du monde des moldus dont il ne connait pas encore tout, il avait décidément bien fait de rester au ministère cette nuit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2011
Parchemins postés : 6967



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Tryan De SaintClair


MessageSujet: Re: Un monde sans interprètes [Pv' Seth Wilson] Mer 28 Mai - 15:17

A chacun ses ambitions. Tryan ne s'occupait que peu de ce que voulait les autres, il pensait avant tout à lui, au purisme. S'il fallait faire sauter un pion, il sauterait, il avait toujours fonctionné ainsi. Certains pensent que la victoire requiert stratégie et intelligence, d'autres que seules la force et la puissance brut permettent une domination totale … il était peut être le subtil mélange de ces deux aspects, plutôt porté sur la stratégie, il avait toutefois su évoluer au fil des années, et devenir un sorcier dangereux, suffisamment pour inquiéter ceux qui autrefois l'avait toisé.
Le Directeur des Mystères était un duelliste de talent mais qui ne se montrait jamais vraiment en tant que tel, peu de sorciers l'avaient vraiment vu combattre. Et qui pouvait dire ce dont il était véritablement capable ? On l'avait survivre à l'ambassade en Irlande, puis mettre en déroute la numéro deux de Dumbledore, vaincre l'ancien leader de la vague et sa compagne, mener une guerre dans la moitié d'un pays, participer à l'assaut de la capitale bourbiste du Royaume-Uni, et finalement survivre à tout cela.
Au fond, Tryan De SaintClair était peut être une des étoiles montantes du régime, un symbole de réussite sur quasiment tous les plans, mais qui le disait tout haut ?

Lorsqu'il regardait un individu comme Seth Wilson, il voyait le travail, la persévérance, mais ça n'avait rien à voir avec son œuvre. Il se débrouillait bien Seth Wilson, pour ce qu'un sang-mêlé pouvait accomplir, mais jamais il ne pourrait égaler un sang-pur, c'était d'une évidence redoutable.
Tryan méprisait la plupart des sangs-mêlé, peut être involontairement, il en appréciait certains, mais peu, il se montrait souvent hautain avec ces derniers, stigmates d'une éducation puriste radicale et d'un narcissisme à toute épreuve.
Oh on pourrait disserter des pages et des pages sur ce regard froid et presque insultant tant il était suffisant, sur cette posture qui témoignait d'une fierté égocentrique incommensurable, et puis de ce verbe sarcastique, volontiers acéré et acerbe, mais non moins redoutable. Tryan De SaintClair, ça n'était pas qu'un bon duelliste doué en magie, c'était aussi un personnage à ne pas sous-estimer … certains en avait fait les frais.

Alors qu'était Seth Wilson sinon une pièce de plus sur son échiquier ? Pas grand chose. Tout au plus un collaborateur de fortune, une aide la bienvenue mais pas indispensable finalement. Mais comment pouvait il seulement refuser ? Ce gars était parti de rien, il avait grimpé, grimpé et grimpé tant qu'il pouvait. Cracher sur cette opportunité c'était désavouer son succès grandissant, c'était refuser de grimper encore un peu plus … pouvait il seulement se le permettre …

« J’accepte. »

Il ajouta :

« Parfait.»

Le français ne perdit pas de temps, et ouvrit la porte d'un coup de baguette, dévoilant ainsi l'apprenti qui attendait derrière. Comment avait il fait pour savoir qu'un individu était là ? Seul lui le savait.
Il n'attendit pas plus pour se lever et prendre la direction de la sortie de son bureau, indiquant tacitement à son nouvel employé qu'il devait le suivre.
Suivi par l'apprenti secrétaire, il poursuivit oralement dans le couloir alors que des papiers volaient derrière eux pour atterrir dans les bras du larbin.

« Ne perdons pas plus de temps en vaines cérémonies, le purisme, lui, n'attend pas. »

Alors qu'il accélérait le rythme, l'apprenti donnait du mieux qu'il pouvait les papiers évoqués à Seth, avec une plume pour signer.

« Les formalités sont à régler dès à présent.
Ordre d'affectation aux mystères, autorisation de travail sur le dossier de l'armement moldu, serment inviolable. Inutile de vous préciser que si vous parlez de quoi que ce soit à un membre extérieur aux mystères, je le saurai rapidement ainsi que les pompes funèbres. Si jamais vous parlez trop, ou par la force, sait on jamais, le sort de langue-de-plomb fera effet … si on pénètre votre esprit ou si on parvient à déjouer le sortilège, je ne pourrais plus rien pour vous, cher ami.»


Passant par la salle aux douze portes, ils se rendirent ensuite dans le couloir qui donnait sur l'ascenseur.

« Pourvu que nous n'en arrivions pas là, n'est ce pas.»

Pénétrant dans l'alcôve qui allait les mener dans l'atrium, le français laissa l'apprenti sur le seuil de la porte, les bras chargés de documents signer à envoyer aux archives des mystères.
Indiquant 'RDC Atrium' à l'ascenseur, il fit un rapide check-up à son consultant.

« Rapide état de la situation avant de nous rendre sur place. Nous allons visiter le complexe Bêta trois des forces armées moldus … il ne connaisse du monde sorcier que ce qu'on a bien voulu leur dire. Est ce que cela est bien ou pas, ça n'est pas à nous d'en juger. Cependant ils n'ont pas encore pris de réel contact avec le département des affaires moldus, ce dernier recevra ce soir un compte rendu de notre visite, et j'espère ne pas avoir à annoncer un échec dans la coopération … si vous voyez ce que je veux dire.»

L'ascenseur arriva à l'endroit souhaité et le français continua de marcher, ignorant le salut des personnes qu'ils croisaient pour continuer ses explications.

« Pour moi c'est du charabia, mais vous y comprendrez peut être quelque chose … nous visiterons un centre d'infanterie et d'artillerie spécialisé dans la logistique et principalement les manœuvres au sol. Ils ont également un pôle d'armement et aéronautique pour ce qui est de la maintenance … avec centre de recherches en ingénierie … c'est grosso-modo tout ce qu'on a bien voulu me dire sur l'endroit.»

Rapidement, ils furent rejoint par un sorcier lui aussi plutôt jeune, une petite vingtaine d'années, les cheveux bruns assez courts et un long manteau noir. Ses yeux clairs et son visage fin témoignaient d'une origine européenne nette, tout comme son teint pâle le signifiait.
Ce dernier accéléra le pas pour se placer à coté du directeur, qui continua son chemin.

« Lawliet Lawford, notre expert sur la question moldue, c'est lui notre principal spécialiste sur le monde moldu … autant dire que vous allez devoir travailler ensemble efficacement messieurs.»

Ce dernier salua le commissaire d'évaluation des moldus. Lui aussi avait passé du temps dans le monde moldu, principalement parce qu'il en était originaire, plus que du monde sorcier. Ce jeune sang-mêlé avait été élevé par sa mère dans le monde moldu avant d'intégrer Poudlard, puis le monde magique, autant dire qu'il avait été discriminé durant le régime puriste, mais le sang sorcier de son père lui avait épargné le pire. À l'heure actuelle, il avait obtenu une belle promotion et travaillait désormais sur la question moldue aux mystères, une belle réussite.

Ils prirent ensuite une cheminée pour arriver dans une pièce sombre, dont le plancher craqua lorsqu'ils arrivèrent, là, les attendaient deux hommes, probablement des langues-de-plomb, avec devant eux une sorte de chaise mais plutôt dans un sale état.
On leur désigna la chose, que les trois nouveaux arrivés prirent avant d'être téléportés au milieu d'une pelouse verte. Le vent était frais et on devinait une certaine proximité avec la mer.
Plus loin, se dressaient plusieurs bâtiments de facture moldue, clôturés par une enceinte grillagée. On pouvait apercevoir la route à quelques mètres qui donnait sur l'entrée du complexe, nul doute qu'il s'agissait de l'endroit que les hommes des mystères devaient visiter.
Regardant ce dernier silencieusement, dans un premier temps, le français se détourna des deux individus. Il jouait gros sur cette visite, très gros, mais il n'avait pas le choix, c'était le seul moyen que le purisme avait de comprendre et de connaître les armes ennemies, encore une fois, c'était lui qui passait devant pour essuyer les plâtres.
Fixant le complexe, le directeur s'adressa froidement à ses subalternes.

« Messieurs, je n'ai aucune foutue idée de ce qui se trouve là bas … vous serez mes yeux, mes oreilles … je vous donne mon entière confiance … j'espère que vous ferez en sorte de m'éviter de regretter cet acte.»

Le ton était donné. Tryan n'aimait pas avoir à s'en remettre aux autres, mais il n'avait pas le choix, il ignorait tout du monde moldu, jusqu'à son fonctionnement le plus simple, autant dire qu'il n'était là que pour apprendre et chercher à comprendre sans avoir les bases.
Se retournant vers eux, il leur demanda en leur laissant ensuite la parole :

« Avez vous quelque chose à ajouter ? Des questions, des remarques, des choses que je devrais savoir avant d'entamer la visite avec vous ?»

Remets t'en à Dieu … la devise des SaintClair n'avait jamais été aussi vraie qu'à cette heure là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un monde sans interprètes [Pv' Seth Wilson]

Revenir en haut Aller en bas

Un monde sans interprètes [Pv' Seth Wilson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-