POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Dossier Worell || Bedan || TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 08/05/2014
Parchemins postés : 58



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Edwyn Bedan


MessageSujet: Dossier Worell || Bedan || TERMINE Jeu 15 Mai - 11:31

La journée s'annonçait spécialement intéressante. Notez l'ironie du propos, je sens que mis à part des sang mêlés qui seront vraiment sang mêlés, il ne se passera rien. Edwyn Bedan était à sa manière un scientifique, étudiant une science contestable, mais logique dans un régime puriste et s'il n'avait personne à étudier, il s'ennuyait. Comment dresser le portrait type du sang-de-bourbe lorsque l'on n'a pas de sang-de-bourbe sous la main ? Difficile tâche. Aussi il fallait ruser et se rabattre sur autre chose : le portrait type du sang mêlé, par exemple. Mais Edwyn les trouvait tous affreusement communs et ternes, à croire qu'ils n'avaient aucune personnalité. Sans jamais s'être soucié de savoir si le fait de passer son temps à se dire qu'il valait mieux que les autres était tout à fait normal, le commissaire du sang jugeait qu'il n'était pas n'importe qui, et que tout de même, sans rire, il se demandait toujours comment les gens faisaient pour être aussi ennuyants...mais il n'y avait que deux catégories de gens intéressants pour Edwyn Bedan : les sang purs – et encore pas tous, il avait toujours des doutes sur sa femme et son beau-frère – et les criminels. Déformation professionnelle, je suppose. Quand on avait fait du droit pénal toute sa vie, on ne trouvait pas les délinquants inintéressants – ou alors c'est qu'on avait un gros, un sérieux problème.

Pour en revenir à sa journée de travail, elle s'annonçait lente, avec des gens stressés qui n'avaient aucune raison de l'être. Tout le problème des sang mêlés était là : ils paniquaient pour rien parce qu'ils étaient persuadés qu'Edwyn leur voulait du mal. Concrètement, il ne leur voulait pas de bien, il voulait bien l'admettre mais il voulait surtout qu'ils dégagent de son bureau. Respirer le même air qu'eux, foncièrement pollué par leur présence, il ne supportait pas. Edwyn était un radical. Un type du siècle que dernier. Le fait d'intégrer des sang mêlés dans le gouvernement, même mangemorts, même bien intégrés, responsables, tout, lui semblait toujours une aberration. Beaucoup de choses lui semblaient une aberration, et ceci depuis longtemps, mais il faisait avec. La vie est compliquée, le monde fait ce qu'il peut...c'était déjà mieux qu'avant le Lord, il n'allait pas se plaindre, même s'il y avait encore des erreurs terribles. Dans la famille Bedan, il y avait eu le scandale du à Ariana. Lui n'en disait rien. C'était son attitude naturelle. Edwyn n'était pas très proche de sa famille. Pas très proche des gens en général. Ca n'empêchait pas qu'il les appréciait, mais il sortait rarement de sa réserve. Sa propre compagnie lui suffisait. Cela ne veut pas dire que je ne sais rien, que je ne comprends pas. Il avait peu de pouvoir mais n'avait jamais couru après. Intellectuel pur et dur, il dénonçait le concept, ne l'approuvait pas, mais jugeait que ce n'était pas son rôle d'intervenir. A l'Etat de corriger ses propres dysfonctionnements.

Quant aux sang mêlés, ils allaient paniquer, être bordéliques – ils avaient toujours des tas de papiers inutiles – et il allait encore passer une journée à se demander ce qu'il avait fait au bon Dieu pour être entouré de tels crétins. Et effectivement, ce furent de beaux crétins. Edwyn ferma la porte de son bureau à dix-sept heure pour écrire les courriers des convoqués qui passeraient trois jours plus tard. L'une d'elle, non pas la plus intéressante mais la plus utile pour notre histoire, fut celle ci :

Citation :
Intendance du Royaume-Uni
Palais de Buckingham, Londres
Département de l'Ordre Nouveau Bureau 58
Edwyn J. Bedan,
Commissaire du sang


Georges I. Worell
Pembrokeshire
Brandy Bay
Pays de Galles
Monsieur Worell,

Vous êtes convoqués le 15 Mars 2006 à 16H au département de l'Ordre Nouveau pour authentifier votre statut du sang. Vous vous présenterez au bureau 58 muni de cette convocation. Veuillez à vous munir de tous les documents nécessaires. Tout refus de vous présenter constitue un délit et entrainera votre classification comme né-moldu.

Veuillez agréer, monsieur, l'expression de mes salutations distinguées,

Edwyn J. Bedan,
Commissaire du Sang.

Au jour dit, à l'heure dite, la secrétaire introduisit dans le bureau du commissaire le nommé Worell. Edwyn, toujours abrité derrière ses lunettes teintées, impeccable dans son costume sombre, désigna une chaise au type. La gueule banale d'un type banal. Les fourbes et les bourbistes avaient toujours l'air banal. Il s'en méfiait. Et ce type là aussi lui parut suspect. Rien que le dossier, un ex-auror, ça ne peut qu'être un type peu fréquentable. Il commença l'entretien :

« Bonjour monsieur Worell. Asseyez vous. Vous prétendez bien au statut de sang mêlé ? D'accord. En ce cas je vais vous demander de me parler de votre famille en précisant bien qui sont vos ancêtres moldus et vos ancêtres sorciers. Bien entendu vous fournirez des documents pour préciser et prouver vos propos, je remplirais les formalités à la fin. »


Dernière édition par Edwyn Bedan le Jeu 22 Mai - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 08/04/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 14/04/2014
Parchemins postés : 33



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Georges I. Worell


MessageSujet: Re: Dossier Worell || Bedan || TERMINE Ven 16 Mai - 0:16

Sa mère avait débarqué au cottage à la première heure du jour. Il avait immédiatement regretté d’avoir confié à sa sœur ainée que sa convocation était pour aujourd’hui. D’ailleurs il ne voyait pas bien pourquoi il lui avait fait part de cette information, avec le recul. Toujours était-il, qu’à 8h00 tapantes, Mrs Worell, impeccable dans sa robe de sorcière dès les premières lueurs du matin, avait fait irruption chez son fils – oui celui-là même âgé de 29 ans, un adulte, un grand garçon.  Elle tenait dans les mains une imposante liasse de papier et paraissait si paniquée que n’importe quel badaud aurait cru que c’était elle qui passerait la Commission du Sang l’après-midi même. Elle ne faisait visiblement pas confiance à son fils pour ressortir vivant de l’entretien, et c’était mis en tête de lui fournir un tas de paperasse pour prouver son sang mêlé. Elle déballa sur la table de la cuisine un arbre généalogique remplis de couleur. Georges avait fermé les yeux un instant, pris sa respiration, puis avec l’ironie qui le caractérisait depuis quelques années, il s’était efforcé d’expliquer à sa mère que oui, il y avait les papiers, ceux nécessaires, que c’était fort aimable de sa part d’avoir voulu changer de couleur en fonction de la maison de répartition de chaque personne mais que le résultat était plus digne d’un coloriage magique que d’un document officiel. Il se résolu quand même à mentir en assurant qu’il utiliserait l’arbre lors de l’entretien. Et il ne put résister d’ajouter un petit sarcasme sur l’absence délibérée de sa défunte femme née-moldue sur l’arbre. Il doutait qu’un détail pareil échappe à un inspecteur du sang, mais c’était bien essayé, se moqua-t-il. 
Avec toute la délicatesse dont il était capable, il mit sa mère dehors. Il ramassa les papiers qu’il avait lui-même préparé en vue de l’entretien et jeta la liasse de paperasse inutile au feu qui ronflait dans l’âtre. Quelques instants plus tard, il avait transplané chez la vieille Smith-Porridge, pour accomplir son travail au combien dangereux et palpitant de garde du corps d’une sang-pur âgé de quelques centaines d’années. A part quelques héritiers particulièrement opportunistes, le danger était relativement faible. 
A 15h30, il avait quitté son service avec l’accord de la vénérable sorcière. Il avait dû patienter devant le bureau des enregistrements. Il s’était séparé à contrecœur de sa baguette avec la sensation désagréable d’être vulnérable. Finalement, on l’avait mené devant le bureau 58, et une secrétaire l’avait introduit dans un bureau où il se retrouva face au dénommé Edwyn J. Bedan. Son œil valide se fixa sur les lunettes teinté du commissaire et il se surprit à se demandait si lui aussi avait des problèmes de vue. « Bonjour, commissaire Bedan. » La politesse ni plus ni moins. Il posa sur le bureau sa convocation.
Il prit place sur la chaise qui lui était destiné, et écouta silencieusement le petit discours du commissaire avec une certaine indifférence. Ce qui caractérisait Georges, plus que la banalité, était son indifférence au monde environnant. Finalement, lorsque Bedan se tut, il acquiesça puis prit la parole, fixant de son œil valide l’homme qui lui faisait face. Il n’avait rien à cacher. Toutes les erreurs de sa vie étaient répertoriés quelques parts dans les archives du ministère, au vu et au su de tous.
« Je suis Georges Izsak Worell, fils de James et Irén Worell – Il posa à côté de la convocation les actes de naissance de ses parents et leur certificat de scolarité signés de Poudlard – leur actes de naissance (celui de mon père vient de Saint-Mangouste, celui de mère du hôpital hongrois, son pays d’origine) et leur certificat de scolarité à Poudlard respectivement à Serpentard et Serdaigle. J’ai effectué ma scolarité chez les Poufsouffles – il déposa son propre certificat de scolarité. J’ai trois sœurs, nous avons tous été réparti dans une maison différente. » Il fit une pause, c’était un portrait fidèle de la famille Worell. Une famille simple, honnête, sans chichi. « Mes parents sont commerçants à Cardiff. Je suis employé par Mme Smith-Porridge afin de garantir sa sécurité physique.  – il tendit un contrat de travail contracté entre lui et la sang-pur – j’ai effectué une formation d’auror avant de quitter la fonction sans avoir exercé le métier très longtemps – il désigna son œil gauche invalide – j’ai demandé à rencontrer l’Inquisitrice Lestrange pour le poste de professeur de Défense Absolue qui est vacant. »
Il s’arrêta à nouveau et fixa son interlocuteur. Il reprit sur le même ton égal à lui-même, indifférent, il faisait une étude clinique de sa propre situation. « Il n’y a aucun arbre généalogique de notre famille estampillé par le ministère que je ne puisse vous présenter. Je prétends au sang-mêlé. Ma famille est sorcière depuis des générations, si ancêtres moldus il y a eu son nom s'est perdu. Nous nous marions généralement avec d’autres sang-mêlés, parfois des Sang-Purs ou des nés-moldus. Nous n’avons pas de contact avec les moldus. La famille est  hétérogène au niveau de la Répartition à Poudlard, aucune tendance ne domine l’autre. » Il s’arrêta à nouveau, laissant le temps au commissaire d’assimiler les informations qu’il venait de lui donner. Il n’avait plus de papier en main, il avait donné tous les papiers officiels le concernant qu’il avait à sa disposition. Il restait bien les papiers de ses sœurs, qu’il avait dans une poche de sa cape de voyage, au cas où. Mais cet entretien le concernait lui, et non ses sœurs, il pensait donc inutile sortir encore plus de paperasses, il avait déjà l’impression que le bureau était trop encombré de feuilles. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 08/05/2014
Parchemins postés : 58



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Edwyn Bedan


MessageSujet: Re: Dossier Worell || Bedan || TERMINE Mer 21 Mai - 11:55

En ce monde si fermé qu'était la commission du sang, Edwyn Bedan ne voyait pas tant de type de gens que ça. Il y avait tout d'abord les gens honnêtes, qui n'avaient rien à cacher et qui possédaient une histoire des plus simples, qu'ils soient sang purs ou sang mêlés, ceux qu'il classait sans faire de vague, malgré le fait qu'ils étaient souvent ennuyant et paniqués sans raison – surtout les sang mêlés, car les sangs purs ne s'abaissaient jamais à un tel degré de stress.  Ensuite, il y avait les menteurs, et ceux là, ils se divisaient en deux catégories : ceux qui stressaient parce qu'ils mentaient et ceux qui faisaient front en se disant qu'ils arriveraient à vous berner. Ca marchait rarement sur Edwyn Bedan. Il n'était pas du tout du genre à se laisser impressionner et au fil du temps, des instructions, des procès et à force de voir des étudiants essayer de lui mentir, il avait fini par savoir quand on lui mentait ou pas à la seconde où l'on proférait le mensonge. Et puis il y avait les inconscients. Ceux qui vous disaient précisement ce qu'il fallait pour s'enfoncer mais qui voulaient bien faire. Ca devait être ceux là qui excédaient le plus Ed. Car les autres pouvaient se réveler ennuyants – Bedan ne comprenait pas le stress de toute façon. Par nature, il ne l'avait jamais été. Mais il fallait dire qu'il n'avait jamais eu de raison de l'être. Il était sang pur et n'avait rien à prouver à personne.  La masse populaire nous admire pour ça, de toute façon.

Etre sur de lui et hautain n'empêchait pas Edwyn Bedan d'être un homme affable. Sur de ce qu'il avançait mais aimable. Poli, mais circonspect. Par défaut il partait du principe que les gens lui mentaient, puisqu'ils étaient justement, d'une classe inférieure à lui, et qu'ils ne pouvaient que vouloir ne pas subir ses foudres, annonciatrices, ni plus ni moins, de celles de l'Intendance.  Appréciation erronée. Distant du monde, abrité de lui, le commissaire Bedan n'était pas un homme colérique. Au contraire. En fait, il manifestait juste une sincère indifférence à l'égard des gens qu'il expédiait à Azkaban.  Le bien du monde nécessite des sacrifices. Le bien du monde nécessite qu'on mette à l'écart les brebis galeuses. Le monde tournait vite, il était violent et vulgaire, très peu accordé à l'intellectuel qu'était Edwyn. Il n'avait pas besoin de lunettes, mais s'abritait derrière celles ci. Il n'avait pas besoin de fermer la porte de son bureau, mais mettait une barrière entre le commun des mortels. Ca ne l'empêchait pas d'être sympathique.

Il jouait de la musique avec les collègues de temps en temps, il prenait le café avec eux : en gros il n'était pas malheureux. Mais eux, ce sont de bons sorciers, des gens bien. Pas des crétins qui essayent de me mentir.

Qu'en était-il de Worell ? Dans le fond, Edwyn était un peu atterré. C'était manifestement un inconscient. Il n'en disait pourtant rien et notait imperturbablement ce que l'autre disait. En plus, c'est un ancien auror. Rien pour lui. Que de la méfiance. Il reprit alors :

« Alors, vous devez savoir que nous ne pouvons pas vérifier les archives du sang des pays étrangers, je vais donc exclure de facto le coté maternel, qui sera classé moldu d'office. Bien du coté Worell maintenant. J'avoue avoir des doutes. Vous me dites que vous avez une ascendance sorcière, mais des sorciers dignes de ce nom ne seraient pas compromis avec des moldus ou des nés-moldus. Si sang pur il y a, alors vous êtes le rejetons de bâtards car aucun sang pur ne se...comment dire, ne choisirait époux ou épouse parmi des gens aux sang souillé, même de sang mêlé. Vous venez de Poufsouffle, une maison qui accueille souvent des nés-moldus. Vous avez exercé la fonction d'auror, certes pas longtemps, mais ce serait cohérent avec les idées bourbistes d'un né-moldu. Vous avez épousé une né-moldue. Vos parents exercent la profession de commerçant, ce que pourrait très bien faire un moldu. Concrètement, tout me porte à croire que vous descendez de moldus et de né-moldus et que vous pourriez avoir des idées bourbistes. »

Il nota encore quelques détails et compléta :

« Comprenez moi bien, monsieur Worell, je suis sur que vous êtes honnête, mais ce que vous dites ne me porte pas à vous donner le statut de sang mêlé. Je ne peux pas laisser en liberté une menace potentielle pour nos concitoyens. Cela ne veut pas dire que je vous veux du mal ou que cela à quoi que ce soit de personnel. Je voudrais simplement que vous réussissiez à m'expliquer en quoi vous n'êtes pas un danger pour le régime. Et je voudrais que vous  lanciez un sort quelconque. Voilà votre baguette. Si vous êtes un sang mêlé, cela ne devrait pas vous poser de difficulté majeure, je suppose. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 08/04/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 14/04/2014
Parchemins postés : 33



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Georges I. Worell


MessageSujet: Re: Dossier Worell || Bedan || TERMINE Mer 21 Mai - 14:24

Il n’avait cure de ce que pensait son interlocuteur. Il écouta les remarques du commissaire dans la plus grande indifférence, les remarques et les réflexions sur son sang souillé ne l’atteignirent pas plus que celle sur son ancienne maison ou sur des pseudo-idées bourbistes. Toutefois il écouta avec attention. Il ne s’inquiétait pas pour sa mère, c’était ce genre de petite femme replète au caractère fort, qui aurait retourné Terre et Ciel pour arriver à ses fins. Elle pourrait prouver son ascendance sorcière, il y a des signes qui ne trompent pas, estima-t-il.
Il partageait plus ou moins l’avis du commissaire sur la question des mariages entre sang-pur et sang-mêlé. Certes, à l’heure actuelle cela n’arrivait plus, mais dix ou quinze ans auparavant ce n’était pas si rare. Sa sœur ainée elle-même avait épousé un fière Serpentard, tout droit sorti d’une noble famille. Cette noble famille devait maintenant amèrement regretter cette union. Georges s’était toujours interrogé sur la manière dont sa sœur avait pu convaincre son époux. A l’époque le sang ne comptait pas tant, c’était sans doute la raison.
Lorsque Bedan évoqua Mary, sa femme désormais enterrée dans une fosse commune d’Askaban, Georges sentit peut-être un léger pincement au cœur. Mais il n’en était même pas certain. En mourant, sa femme avait emporté avec bien plus qu’elle ne l’imaginait. Il ne regrettait ni de s’être marié –pour rien au monde- et paradoxalement, il ne regrettait pas non plus sa femme. Il n’avait pas honte d’elle, mais n’en était pas non plus fière. Il était froid. C’était ça. L’indifférence encore et toujours. Du moins, en surface, mais Bedan évacua le sujet aussi rapidement qu’il l’avait abordé. Il s’attaquait maintenant à la profession des parents. Une profession de commerçant pourrait être exercée dans un bureau. Certes, mais être assis le cul sur une chaise à décortiquer la vie d’un inconnu en face de soi, ce n’était pas bien magique non plus, pensa Georges. Toutefois, étant doté d’un curieux instinct de survie qui se manifester par intermittences irrégulières, il se retint de faire part de ses profondes réflexions philosophiques à son interlocuteur. Il se retint aussi de lui faire remarquer que les moldus avaient devancé –pour le pire-  les sorciers d’un bon demi-siècle en matière de races humaines, et que ce métier qu’il était en train de pratiquer, à savoir, juger le sang d’une personne en fonction de son ascendance, les nazis l’avaient fait avec autant –si ce n’est plus- de rigueur que le gouvernement actuel. Et sans magie.
Georges regarda en silence le commissaire prendre des notes. Il jeta un coup d’œil autour de lui, avec soupçon d’ennui qui commençait à apparaitre. Lorsque le commissaire reprit la parole, il braqua à nouveau son regard sur lui. Oui, monsieur Worell comprenait bien. Et monsieur Worell n’était pas une menace potentielle pour qui que ce soit, pour cela il aurait encore fallu qu’il ait une croyance en laquelle se raccrocher, à défendre. Il jeta un coup d’œil à la baguette que lui tendait le commissaire et il identifia effectivement l’objet comme lui appartenant. Il saisit le bois d’aulne, et il sentit cette chaleur caractéristique d’une baguette reconnaissant son sorcier. Il s’aperçut à cet instant qu’il était en état de tension depuis qu’il avait laissé sa baguette à l’accueil. La retrouver lui procurait une sensation de sécurité. Il agita la baguette vers un verre vide posé sur le bureau et le rempli d’eau avec un « aguamenti » avec la désinvolture d’un homme sûr de lui, qui ne doutait pas un instant que le sortilège réussirait. Il reposa la baguette sur le bord du bureau face à lui, puis guetta la réaction du commissaire. Il prit la parole, « Je dois vous prouver que je ne suis pas une menace pour le gouvernement  et que je n’ai pas de pensées bourbistes ? Le sort des nés-moldus ne m’intéresse pas et je ne peux que reconnaitre que le ministère fait son travail avec une application qui force au respect. » Il ne pensa pas un instant que son petit discours impressionnerait le commissaire, à vrai dire il devait entendre à longueur de journée, les mêmes discours formatés et psychotés qui tentaient prouver que leur orateur n’était pas opposé au ministère, cela devait être d’un ennui. Georges se comportait sans doute comme les autres, mais il ne voyait rien à ajouter.
 
 

 


Dernière édition par Georges I. Worell le Mer 21 Mai - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Dossier Worell || Bedan || TERMINE Mer 21 Mai - 14:24

Le membre 'Georges I. Worell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 1' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 08/05/2014
Parchemins postés : 58



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Edwyn Bedan


MessageSujet: Re: Dossier Worell || Bedan || TERMINE Jeu 22 Mai - 18:08

Il devait s'en passer, des choses, dehors, alors qu'Edwyn interrogeait ce pauvre monsieur. Enfin pauvre. Personne ne l'a attaché, il n'y a pas de détraqueurs, et je ne suis pas terrifiant. Edwyn était même plutot sympathique par rapport à certains commissaires du sang. Le vieux Yaxley, par exemple, était franchement une sorte de pierre sans cœur. Ou alors la vieille qui était partie, la cousine de Menroth, celle qui n'avait pas de dents...comment s'apellait-elle ? Edwyn n'en savait rien , il évitait de l'appeler. Elle lui faisait peur à lui aussi, en fait. Ed était un type méprisant, cela ne voulait pas dire qu'il détestait tout le monde. Il n'avait pas le temps, car il arrivait qu'il passe des jours sans voir personne que des convoqués, et pour se faire une opinion sur les gens, il estimait qu'il fallait du temps et une fréquentation assidue. Mis à part pour les sang-de-bourbe, on peut les reconnaître au physique, d'abord. Ce n'était pas pour rien qu'il avait écrit un livre là dessus. Pour le reste du monde, mis à part qu'il valait mieux que tous les sorciers puisqu'il était sang pur et que tous les moldus puisqu'il était sorcier, Edwyn se contentait de vivre sa vie avec ses livres et son boulot, c'était globalement un type paisible qui ne demandait rien à personne.

Il n'était pas un monstre. Ils sont ennuyants, mais quand ils se mettent à pleurer, je ne vais les laisser sans rien dire...sauf pour les menteurs, eux, il s'en fichait royalement. Quand bien même même le commissaire du sang trouvait cela déplacé et humiliant de pleurer, il essayait tout de même d'être un minimum rassurant. Lui ne serait jamais abaissé à ça, mais bon, les gens étaient émotifs. Un truc qu'il ne comprenait pas vraiment d'ailleurs : est-ce qu'il faisait peur ? Sérieusement, j'ai jamais été terrifiant. Il n'avait pas une grosse voix, n'était pas particulièrement terrifiant, il n'avait en gros, rien d'un monstre.

Au moins, aujourd'hui le convoqué n'avait pas trop l'air d'avoir peur. Edwyn pensait Worell honnête. Ils avaient l'air si blasés de tout, tous les deux, qu'il ne pouvait que comprendre l'attitude de cet homme en fait un peu trop las pour essayer de mentir. Néamoins, Edwyn avait appris à se méfier de tout et tout le monde, y compris de lui même. Notre pire ennemi sait très bien nous mentir et nous induire en erreur, et pour cause : il s'agit de nous même. Aussi il préféra vérifier par lui même. Le sort était bon. Bon, il n'allait pas demander grand chose de plus.

Il ne demandait, après tout, qu'à croire ce brave monsieur Worell. Mais il se méfiait tout de même des sang mêlés et tout le toutim. Il écouta le bon préchi-précha du sieur Georges et nota dans le même temps de demander une observation par le département. Ca permettrait de confirmer ou d'infirmer ses dires. Il termina ensuite en remplissant son papier :

« Donc, monsieur Georges Izsak Worell né le 25 Juillet 1976 à Londres, hopital Sainte-Mangouste, de nationalité britannique et résidant à Brandy Bay, Pembrokeshire, Pays de Galles, et possiblement à Poudlard si accepté dans cette école, classé sang mêlé par le commissaire Edwyn Julian Bedan. Voilà votre certificat du sang, monsieur Worell, veuillez ne pas le perdre, nous n'en délivrons pas de copie. Bonne journée à vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dossier Worell || Bedan || TERMINE

Revenir en haut Aller en bas

Dossier Worell || Bedan || TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-