POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2013
Parchemins postés : 267



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Isaac Bedan


MessageSujet: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Jeu 22 Mai - 20:37

C'est un samedi matin ordinaire à Poudlard. Dans la Grande Salle, le plafond enchanté reflète le temps magnifique de cette journée de mai ; il va faire beau, comme tous les jours depuis quelque temps. Une période de chaleur s'est installée sur l’Écosse, et pas un souffle d'air pour chasser cette inhabituelle douceur.
Aux quatre longues tables des maisons, les élèves prennent un petit déjeuner un peu plus long que d'habitude. C'est le jour de profiter des plats proposés tout en bavardant avec ses amis, avant d'aller faire un tour dans le parc ou réviser à la bibliothèque. Les professeurs eux-mêmes semblent plus détendus, et s'attardent un peu à table.
Rien, dans les conversations des élèves, n'est différent de d'habitude. Il faut dire que chacun a pris des habitudes de prudence ; on sait qu'à Poudlard, l'expression « les murs ont des oreilles » prend tout son sens et qu'il faut surveiller ce que l'on dit. Des brigadiers, des Exécuteurs, des balances aussi traînent un peu partout dans le château, prêts à aller rapporter tout propos suspect à la redoutable Inquisitrice Bellatrix Lestrange.

Vers neuf heures quinze, il s'est levé de sa table. Lui, c'est un grand élève de septième année, semblable à tant d'autres. C'est lui qui, le premier, a eu l'idée de la course de balais. C'est lui qui a lancé les premières invitations, mais il sera quasiment impossible de remonter jusqu'à lui. Depuis qu'il a commencé à en parler, le lundi précédent, le mot a fait le tour de l'école, toujours à voix basse.
L'air de rien, il est sorti du château et a gagné le terrain de Quidditch. Il n'a pas pris son balai : il n'a pas l'intention de participer à la course, mais plutôt de prendre les paris dans les gradins. C'est un peu pour cela qu'il a eu cette idée. Dans l'excitation de la course – les distractions sont si rares à Poudlard ! - il est certain qu'il pourra ramasser une jolie petite somme. Il est arrivé parmi les premiers, et s'est installé paisiblement dans les tribunes. Des élèves ont commencé à se rassembler, certains déballent des bouteilles d'alcool ou divers autres produits plus ou moins autorisés. Il y en a même qui fument, alors qu'il est quasiment impossible de se procurer du tabac à Poudlard. On va passer un bon moment.

Les compétiteurs commencent à arriver sur la pelouse et à se toiser. Les règles ont été fixées presque tacitement : on fera trois tours, et tous les coups seront permis. Que ce soit les coups de pied ou les sortilèges pour se débarrasser d'un concurrent. Quelqu'un – qui ? Ce n'était pas prévu au départ – a mis en jeu un magnum de whisky Pur-Feu, pour l'heure soigneusement gardé par les elfes des cuisines. Installé dans les tribunes, l'adolescent songe que c'est drôle comme les choses s'organisent toutes seules : les participants à la course s'alignent d'eux-mêmes sur une ligne, balais en main, prêts à partir. Une fille s'est avancée pour donner, à dix heures pile, d'ici quelques minutes, le signal du départ. Et, dans les gradins, certains commencent à commenter l'affiche et à sortir des pièces d'or de leurs bourses pour parier sur le résultat de la course.



[ HJ : Le topic est lancé. Chacun peut poster pour décrire son arrivée et, le cas échéant, son PNJ.
Les participants sont priés de se signaler clairement. Ceux qui n'ont pas de personnage élève peuvent jouer un PNJ qui doit être nommé et décrit précisément : âge, maison, etc.
Vous avez jusqu'au 30 mai pour vous poster en vous déclarant participant. Je lancerai la course à ce moment-là. Si vous voulez participer mais que vous n'avez pas le temps de poster pour cause de partiels ou autres joyeusetés, faites-le-moi savoir par MP !
À vous ! Amusez-vous bien! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Ven 23 Mai - 23:21

Ce qu’il y avait d’amusant avec les rumeurs, c’est qu’on savait rarement comment elle était propagée et de qui elle venait. Elle en avait entendu parler dans le dortoir des filles il y avait quelques jours et en avait parlé à Llewelyn. Apparemment, le mot était passé auprès des Serpentard aussi puisque Jill et lui semblaient être au courant. D’après ce qu’elle avait compris, Tally en avait également entendu parler et même si elle n’était pas proche des rouges et or, elle imaginait qu’ils avaient du entendre la rumeur aussi.

Une course s’organisait à Poudlard. Une course de balai. Evènement totalement inhabituel dans un château sous dictature. A vrai dire, elle était presque certaine que cette course n’avait rien de légal. Dés qu’elle en avait entendu parler, Mary avait relu le règlement pour la centième fois de l’année. Il n’était pas bien dur à trouver, il était placardé dans chaque pièce du château. La jeune fille s’étonnait de ne pas en avoir vu aux toilettes ou dans les salles de bain … Elle n’avait rien trouvé qu’il t’interdise spécifiquement mais rien trouver qui l’autorise explicitement non plus.

Citation :
Article 1 L'Ecole Poudlard étant un lieu d'apprentissage pour l'avenir du Purisme, les élèves pourront se livrer à différents jeux et loisirs seulement dans leurs dortoirs. Tout manquement à cet article se verra sévèrement puni par les professeurs et l'Inquisiteur.

L’article était contestable à bien des niveaux. Une course de balai pouvait être considéré comme un entrainement de Quidditch, en particulier si elle était organisée sur le terrain de Quidditch. Les spectateurs aux entrainements n’étaient pas interdit, tout comme il n’était pas interdit de venir voler sur le terrain même si on ne faisait pas partie d’une équipe. Mary n’était pas stupide pour autant. Elle pouvait contester l’article mais se doutait bien que son argumentation ne tiendrait pas plus d’une seconde devant l’Inquisitrice. On parlait de Bellatrix Lestrange après tout, une des plus grandes mangemortes que le monde sorcier ait jamais porté. Mais également quelqu’un dont on jugeait le caractère assez imprévisible et colérique pour employer les termes les plus doux qu’elle ait entendu sur leur nouvelle Inquisitrice. Si elle décidait que la course était illégale, peut importait ce qui serait inscrit ou non dans le règlement. Sa parole ferrait force de loi. D’un côté, elle avait autorisé le retour de la magie à Poudlard. Il était donc peut-être possible qu’elle ferme les yeux mais Mary en doutait.

Légal ou non, Mary avait décidé d’y aller. Elle n’avait rien à dis à Llew de peur qu’il lui dise que ce n’était pas raisonnable parce qu’elle était encore blessée. En vrai, elle aurait voulu y participer mais elle avait du s’adapter. Elle avait encore du mal à monter les escaliers sans s’appuyer sur une de ses béquilles – elle n’avait plus besoin des deux désormais – elle ne pouvait pas monter sur un balai sans courir le risque de tomber au premier tour. Elle avait donc décidé de se poser distraitement dans les gradins. Elle en profiterait pour prendre quelques photos, elle n’en avait plus fais depuis un moment.

Le jour J à l’heure dites, elle se dirigea vers le terrain, il y avait déjà pas mal de monde sur place, la plupart était déjà sur le terrain avec leur balai. Il y avait tout de même quelques spectateurs. Elle monta les escaliers qui menaient au gradin des Serdaigles. Une fois dans les gradins, elle avança pour essayer de trouver une place correcte où elle pourrait prendre des photos mais en chemin, sans le vouloir, elle trébucha et tomba durement sur une planche de bois.

« Oh non … »

Mary ne fit même pas attention à la personne qui l’avait faite trébucher, tout ce qui l’intéressait c’était de savoir si on appareil photo était en bon état. C’était Llew qui lui avait offert pour son anniversaire et elle y tenait énormément.

« J’espère qu’il n’est pas cassé… », Murmura-t-elle en déballant l’appareil pour vérifier qu’il n’avait rien.

Il lui pardonnerait surement s’il s’avérait qu’elle l’avait abîmé mais pour ne pas changer, Mary se sentait coupable rien qu’à l’idée.

~~

« Alors tu y vas ?
Et comment que j’y vais !
Mais c’est dangereux, imagine si l’Inquisitrice en entend parler…
J’y vais quand même, si H était encore là, il y serrait allé et vous aurait dis de faire pareil.  On va montrer aux autres maisons ce qu’on vaut sur un balai.
H n’est plus là au cas où tu n’aurais pas remarqué !
Par les couilles de Gryffondor, vous n’êtes qu’une bande de trouillard, vous faites honte à l’équipe. »

Sans un mot de plus à ses coéquipiers de Gryffondor, Magda avait tourné les talons. Elle avait beau être la plus jeune de l’équipe – elle était en cinquième année – elle avait bien plus de courage que tout ses prétendus Gryffondor.

Où était passé le courage qui caractérisait sa maison quand il le fallait ? On aurait dis que depuis que H avait été renvoyé de l’école, une partie de leur maison c’était éteinte avec lui. Magda l’avait toujours trouvé un peu bizarre et violent mais ce n’était pas un mauvais bougre aux yeux de la jeune fille. Il était un bon capitaine et un type avec qui on pouvait bien s’entendre si on aimait les blagues grasses et qu’on n’était pas trop coincé.

Elle se souvenait du jour où elle avait été prise dans l’équipe deux ans plus tôt. H l’avait trouvée dans un couloir en train de tabasser un Poufsouffle de la même année parce qu’il s’était moqué d’elle.

« Tu n’es qu’une grosse vache de sang-mêlé », lui avait-il dis en sortant du cours de Métamorphose.

Ni une ni deux, Magda lui avait mis la raclée de sa vie. L’ancien capitaine des Gryffondors, plutôt que d’intervenir, l’avait laissé faire puis lui avait demandé si elle ne mettrait pas plutôt sa force au service de l’équipe de Quidditch. La gamine avait accepté, on lui avait fais passé des tests et depuis, elle était batteuse pour les Gryffondors.

Alors oui, H n’était peut-être plus là mais elle irait quand même, puis elle avait entendu dire qu’il y aurait une récompense alléchante pour le gagnant et un gage embarrassant pour le perdant. Quoi de mieux ? En arrivant sur le terrain, elle salua plusieurs de ses amis, et attendit que le tout commence vraiment.

Spoiler:
 

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 02/05/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 04/12/2013
Parchemins postés : 42



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Alexander Gittens


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Sam 24 Mai - 3:33

Alexander tournait les pages de son journal depuis son duel avec le Gryffondor, il arborait une tout autre personnalité de lui. Il s'était découvert faible et à la merci du premier requin venu. Il fallait qu'il devienne fort ou tout du moins qu'il se fasse remarquer. Il le savait depuis ce jour, c'était dans ses gênes... C'est pour cela qu'il jouait au quidditch probablement pour ça qu'il avait pendant un temps fait de le gringue à a sœur de Nash. Il n'y avait rien de personnel, mais, voilà. Il pouvait se sentir tellement vivant, tellement humain en faisant cela. Il relisait doucement les pages de son journal.

Il arriva enfin à la page de sa défaite. Cette lourde défaite, cette défaite qui réveillait sa blessure, le sentiment d'humiliation, le sentiment qu'il avait failli. Il était devenu faible. Il avait échoué. Il devait se relever et combattre de nouveau qui sait si quelqu'un trouvait ce journal après lui. Personne ne devrait être au courant. Il caressa doucement le papier lisse. Il traça du bout d'un de ses doigts les contours. Il était temps, il tira ses jambes de sur la table sur laquelle il se trouvait et les reposa lourdement à terre. C'est ce bruit qui eut pour effet de réveiller ses deux camarades. Il les observa un instant.

Il ferma son carnet et reposa son stylo dessus. Il se leva et se dirigea vers la sortie. Il s'arrêta à la sortie à la sortie le temps que ses acolytes le suivent. Il vérifia son chemin dans son esprit. Il devait encore repasser dans sa chambre pour prendre son balai. Il y avait une course aujourd'hui. Lorsqu'il entra, il tira son balai, radieux comme toujours. Il observa le temps dehors pendant un instant et tira un sweat de son armoire. Il se retourna vers ses deux camarades, hochant la tête. « Tu vas vraiment y participer ? Toi ? » « Je ne suis pas dans l'équipe pour rien... Faut bien que ça serve un jour, mais tous les coups sont permis. » « Eh bien bonne chance... » Gittens hocha simplement la tête.

Il observa son carnet et le posa dans sa commode qu'il ferma à clef. Il reprit son balai et tira sa baguette pour la vérifier. Il releva doucement le regard avant de la ranger à portée. Il était prêt maintenant à vaincre ou périr. Il avait un plan. Il devrait exécuter quelques coups bas,mais qui n'en avait jamais fait à Poudlard. C'était pour la cause de Serdaigle. C'était pour sa maison, pour la victoire, pour la gloire...

Il passa sa porte et fit un petit saut au petit-déjeuner. Il s'enfonça quelques tartines dans la bouche et avala son jus de fruit avant de se diriger vers le terrain de quidditch. Il refit ses lacets avant d'y arriver et prenant une grande inspiration, il murmura deux trois mots à voix basse pour se donner du courage. Il soupira doucement et s'avança vers la ligne d'arrivée tendis que ses acolytes prenaient place sur les gradins tout en l'observant. Il cherchait des visages familiers, mais rien pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 29/12/2013
Parchemins postés : 856



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Nash Collins


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Dim 25 Mai - 9:59

La fin de semaine avait été assez difficile du côté de Collins. Un Troll à son devoir de potion ainsi que deux heures de retenues pour travailler cette fichu leçon sur la loi de Bromure sous les yeux du professeur. La discussion avec Mary Kane avait laissé des traces. Il s'était fortement engueulé avec sa sœur au sujet de sa fréquentation actuelle et depuis le jeudi soir, elle l'évitait. Nash ne comprenait pas sa réaction... De ce qu'il avait entendu, elle n'était pas restée pas sans rien faire et avait fait ravalé sa langue de vipère à Kane avec quelques retenues à la clé. Personne ne pouvait s'attaquer à un Collins sans en subir les conséquences.

La rumeur de la course de balai était parvenu jusqu'à ses oreilles. Il n'y avait pas prêté attention, ne voulant pas se mêler aux autres élèves jusqu'au moment où il entendit Gittens annonçait sa participation. Là, il vit une occasion rêvée de régler son conflit avec ce moineau et devant toute l'école. Sans même consulter sa sœur, Nash sut qu'il en serait. Après tout, lui aussi faisait partie de l'équipe de quidditch et il avait entre les mains l'objet qui lui permettait de remettre les points sur les i. Peut être avec une petite chance, Mary Kane en serait aussi et les deux ne finiraient pas la course.

9h50. Vêtu du pull bleu de l'équipe des Aigles, Nash se tenait un peu en retrait s'appuyant sur son balai. La baguette et la batte dans l'autre main, Collins se focalisait sur ses cibles. Gittens était bien de la partie mais Kane s'était trouvé une petite place dans les tribunes. Position qu'elle croyait peut être tranquille, il allait lui démontrer le contraire mais avant il fallait régler le problème Gittens. Montant sur le balai, il se stabilisa à quelques centimètres du sol et moulina machinalement la batte avec sa main droite. Elle risquait de bien servir celle-là, de briser quelques os. La main gauche lui permettrait de manœuvrer le balai et de tenir sa baguette magique afin de pouvoir se protéger. Quelques minutes encore à attendre et il mettrait son plan à éxécution.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2014
Parchemins postés : 103



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Jill Witcher


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Dim 25 Mai - 19:21

Jill Witcher aurait-elle fait une bonne joueuse de Quidditch ? Oui, sans doute. Elle aimait ce sport, elle aimait voler, simplement, une jeune fille de bonne famille ne pouvait pas faire ça, c'était trop inconfortable et ça demandait trop de temps. Et elle détestait perdre son temps, surtout avec des buses comme H – la violence gratuite matinée de bourrinerie, ce n'était pas son truc. Ca ne voulait pas dire que Jill était pacifique. Oh non. Bien au contraire. Mais elle était également intelligente : si elle était particulièrement rancunière et prêt à être violente, de façon purement extrème et froide, presque machiavélique, lorsqu'elle décidait que quelque chose en valait la peine, elle le faisait de manière subtile. La subtilité qui permettait qu'on lui fiche la paix, qu'on ne cherche pas à se mêler de ce qu'elle faisait de sa vie. Ca ne voulait pas dire, là non plus qu'elle ne faisait rien. Elle était là, elle observait, et elle agissait lorsqu'il le fallait. Souriante et sure d'elle, elle jouait à la fille cool. La reine du lycée, vous voyez, limite blonde. Mais Jill était réellement intelligente. Elle avait compris depuis longtemps que personne n'y croyait ou ne voulait que ça arrive, mais c'était le cas, et elle savait se servir de son cerveau. Sous-estimée ? Oui. Son mensonge permanent et cette façade lui servaient à avoir la paix, mais surtout à ce que personne ne se soucie d'elle.

Et donc à ce qu'elle aie le champ libre pour à peu près tout. On ne s'amusait pas beaucoup à Poudlard vu les réglements drastiques et sévères de l'Inquisitrice, mais elle si. Rien ne changeait pour elle, elle était toujours aussi flamboyante. Et toujours présente. Membre de l'Elite et ayant pris part au pouvoir ? De loin, oui. Jill était sang pur, et la raison de son engagement s'arrêtait à peu près là. Que les sang purs dominent, oui, pourquoi pas, mais maintenant qu'il n'y avait plus personne elle ambitionnait qu'on lui fiche la paix et que personne n'essaye de prendre le pouvoir à nouveau. Surtout pas des sang mêlés. Surtout pas le duo Collins. Les crétins – même s'ils étaient à Serdaigle – elle en avait assez.

Elle ne fréquentait pas beaucoup de sang mêlés. Mais elle aimait bien Mary. Malgré les réticences d'Isaac, ils leur arrivaient assez souvent de se voir – après tout, elle était aussi amie avec Way, et elle n'avait pas envie d'ignorer Llewelyn, malgré tout. Donc finalement, elle s'était résignée à ne pas parler de tout ce qu'elle faisait à Isaac – de toute façon, elle n'avait pas à le faire. Il y avait une part assez héroïque de féminisme chez elle : même s'il devrait se résigner à être une bonne épouse fidèle, pour l'instant elle était libre et n'avait de comptes à rendre à personne. Et comme elle détestait qu'on s'en prenne à des gens qu'elle connaissait, elle avait décidé de participer à la course ? Rapport ? Presque aucun sinon que c'était l'occasion de s'amuser, que Garry, son cadet, participait, que ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas volé et que si Collins participait, elle allait lui apprendre la galanterie à coups de sortilèges.

A l'heure dite, elle était là. Le jour où Jill avait renoncé à entrer dans l'équipe de Serpentard, celle ci avait perdu une potentielle bonne poursuiveuse, mais elle allait s'amuser. D'autant que oui, Collins était sur le départ. Et Garry aussi. Elle lui adressa un signe de tête :

« Prêt à perdre, petit frère ? »

Car elle allait gagner, oh oui. Et en plus, elle allait s'arranger pour démontrer à Nash que les femmes ne se laissaient pas faire – même si Mary l'avait déjà démontré efficacement – et que les Collins ne dirigeraient pas Poudlard. Aucun d'eux n'avaient la classe de Gabriel, de Maleficus, ou d'Ariana. Elle adressa un signe de la main au reste de sa fratrie restée dans les gradins, et jeta un œil autour d'elle. Isaac était là aussi. Elle l'embrassa, souriante, avant de plaisanter :

« Tu me laisses gagner, hein ? Sois gentil, dis oui. »


Elle savait très bien manœuvrer pour avoir ce qu'elle voulait, parfois.


-------------------

Une course de balai. Voilà bien quelque chose à laquelle Way n'entendait pas participer. Il avait toujours détesté voler. Et l'esprit de compétition, très présent chez lui, n'existait foncièrement que s'il avait une chance de gagner. Or là, il n'en possédait vraiment aucune. Il ne s'intéressait pas au Quidditch. Il trouvait ça assez peu intelligent, en fait. Globalement, les sports de masse idiots, qu'ils soient moldus ou sorciers, ce n'était pas ce qu'il préférait. Alors pourquoi s'intéresser a minima à cette course de balai ? Outre le fait qu'elle était organisée par des gens manifestement suicidaires, même si non expressément interdite par le règlement, et qu'in extenso ils pouvaient tous se faire engueuler, punir, ou torturer (au choix, cochez la case correspondante) par l'inquisitrice, ce qui faisait que par solidarité avec le reste des crétins inconscients qui composaient de prêt ou de loin sa famille, il venait. Et puis il en avait lui aussi assez d'être enfermé, de ne pouvoir rien faire. En gros, il s'ennuyait, ses livres lui manquaient et il avait terminé toute la lecture qu'il avait emmené. Et puis, point le plus négatif, il n'y avait plus Ariana. Elle lui manquait, même si la savoir en vie et qu'elle allait bien – voire qu'elle s'amusait plus que lui – le rassurait. Si Way avait été un moldu, doté d'un téléphone portable, il aurait probablement appelé sa copine tous les soirs – quitte à se faire engueuler à cause de ça.

En attendant, il était là à la course. Dans la mesure où Jill et Garry participaient, les trois autres, à savoir Megan, Malone, et lui, s'étaient retrouvés là. Normalement, Llewelyn devait se joindre à eux – s'il surmontait son vertige, et donc Mary aussi. Si son frère et sa sœur n'étaient pas ravis de ce fait, eux qui n'étaient pas au courant de leur lien avec Llewelyn, ils le cachaient bien. Jill et Way menaient la danse au niveau des idées. S'ils appréciaient quelqu'un les autres suivaient. Comme Meg n'était pas méchante – juste maline, d'où le fait qu'elle soit à Serpentard – et que Garry n'était pas du genre à se mêler de politique, personnifiant le portrait des Witcher comptables et exploitant terriens, restait à peine Junior, qui se gardait bien de causer.

Il y avait de quoi s'amuser, il fallait bien le dire, et il faisait beau. Meg avait improvisé un mini pique-nique et l'ambiance était bon enfant. Il salua Mary d'un geste de la main lorsqu'il la vit. Elle était accompagnée d'une autre Serdaigle, qui était dans la même année que lui mais qu'il ne fréquentait guère. Way leur adressa cependant un sourire, poli :

« Venez donc, on a des sandwichs au poulet. Llew devrait pas tarder à arriver aussi. Vous connaissez Malone, je suppose. Enfin, Junior, comme on l'appelle, et puis ma sœur Megan, ou Meg, si vous préférez. »

Manquait plus que Llew, et ils seraient au complet pour voir le départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 30/04/1996
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/03/2013
Parchemins postés : 39



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Georgie Travis


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Lun 26 Mai - 14:46

Cinq heure. C’était l’heure affichée sur la pendule de son dortoir. Georgie avait les yeux grands ouverts dans le jour naissant. Elle était réveillée depuis une demi-heure déjà, et il lui semblait que ça faisait une éternité. Cinquante-huit, cinquante-neuf, soixante secondes. Une minute. Ses yeux brillants regardaient dans le vide, mais le cauchemar qui l’avait extirpée de son sommeil la hantait. Elle aurait d’ailleurs été incapable de décrire précisément ce cauchemar, si on le lui avait demandé. C’était un enchevêtrement de réel et d’irréel, de pulsions inconscientes et conscientes. Une folie douce, exprimée par le moment où l’esprit se met en veille. Evidemment, les rêves sont faits pour ça. Georgie était, toutefois, intimement convaincue que ce cauchemar en particulier, n’était pas de l’ordre de la norme. Il était trop inexplicable, trop loin d’une possible interprétation. Pourtant, la jeune blonde voulait donner du sens à ce mélange singulier d’images fantasmées, de sensations et de souvenirs. Mais c’était à devenir fou. Il fallait dire qu’elle ne prenait pas un très grand risque à essayer, n’est-ce-pas ?

Cinq heure et demi. Le regard toujours vitreux, concentré sur un point précis et invisible. Georgie n’avait pas vraiment bougé, elle savait pertinemment qu’elle ne parviendrait pas à retrouver le sommeil. Alors elle n’avait même pas pris la peine de le chercher. Sommeil y es-tu ? Sommeil m’entends-tu ? Absolument pas. Avant, elle aurait tiré profit de ce temps à combler. Comme l’élève modèle qu’elle avait pu être il y a un an. Elle se serait levée, préparée, puis penchée sur ses devoirs dans la salle commune des Aigles. Mais la demoiselle n’arrivait pas à quitter son lit avec la perspective du travail en tête. A vrai dire, elle ne parvenait plus à quitter son lit qu’avec un intense effort de volonté. Il faut le faire, je dois le faire. Georgie se faisait violence tous les matins, mais avait-elle vraiment le choix ? La Brigade serait venue la sortir de son lit. Ils l’auraient sans doute frappée. La violence, le sang, apparaissaient en flash dans son esprit, la faisant tressauter sous son draps. Ils l’auraient traînée dans les couloirs glauques de Poudlard, jusqu’à Bellatrix Lestrange. L’Inquisitrice aurait sans doute trouvé une sentence exemplaire. Un mauvais élément, voilà ce qu’était devenue Georgie Travis en l’espace de quelques instants d’imagination.

Quand la pendule se décida à indiquer sept heures du matin, l’anglaise jugea qu’il était temps de se lever. Comme une ombre, elle esquiva les différentes choses qui traînaient au sol dans le dortoir, pour ne réveiller personne. Un samedi matin, c’est un moment sacré. Du moins, pour les non insomniaques, mais elle respectait ça. L’aiglonne vérifia que toutes les paupières étaient closes, puis s’amusa à sauter par-dessus des grimoires empilés, ou des bouteilles de Bièraubeurre vides. Le but du jeu : demeurer silencieuse. Georgie se lassa au bout de cinq sauts allers retours, et quitta le dortoir pour atteindre la salle d’eau. C’était le seul point positif ; pas besoin de se bousculer pour les douches, elle était seule. Eperdument seule. L’eau chaude lui brûla la peau, mais elle ne s’en écarta pas. Automutilation inconsciente.

Vingt minutes plus tard, l’élève sortait de la douche, sa peau blafarde légèrement rougie par la température de l’eau. Deux autres Serdaigle matinales pénétrèrent la pièce emplie de vapeur, et dévisagèrent la blonde quand elle croisa leurs regards. La Travis faisait peur à voir, avec son corps amaigri, son teint pâle, et ses cernes qui noircissaient et s’allongeaient de jour en jour. La maladie, ça ravage presque autant qu’une drogue. Subitement, cette pensée lui rappela H Yakovsky. H… Il était à l’origine de ce qu’elle était devenue. Ou du moins, elle en était convaincue. Mais dis-moi, Georgie, ça n’était pas H qui t’avais incité à tuer ta mère, tu étais assez grande pour le faire seule. Alors pourquoi le maudissais-tu à ce point ? Parce qu’il était parti, parce qu’elle n’était plus rien aux yeux de personne, maintenant. Parce qu'il était le seul à avoir lu entre les lignes, à avoir su ce qu’elle était réellement. La violence sans la cruauté, la soumission sans hypocrisie, la crainte sans remords. Il était parti, englouti par Azkaban. Tout en s’égarant dans les méandres de son psychisme, Georgie s’était arrêtée nette dans le couloir entre les dortoirs et les douches, sous les yeux interloqués d’autres filles bleues et argent. Elle secoua la tête pour se donner une contenance, et reparti d’un pas un peu trop rapide vers sa malle, pour se vêtir d’un uniforme gris anthracite et noir, avec son blason brodé sur sa robe de sorcière.

Le ciel était dégagé en ce matin printanier, et la rumeur qui s’était répandue comme une traînée de poudre au château avait attirée Georgie dehors. Sans même être passée par la Grande Salle pour envisager un petit déjeuner, elle s’était faufilée avec d’autres élèves jusqu’au stade de Quidditch. Une course de balais. Il y avait de l’idée, mais le but ? Précisément. Les organisateurs avaient agis dans l’ombre, comme des conspirateurs. Des chuchotements entre les murs s’étaient répandus dans les oreilles de chacun, pour tous les rassembler ici. Précisément ce samedi matin-là. La jeune fille se hissa lentement sur les gradins destinés aux Aigles, puis s’assit en étendant ses jambes pour finalement croiser ses chevilles. Pendant quelques secondes, elle laissa son regard balayer les petites fourmis qui se regroupaient sur leurs bancs respectifs. Son sang se mit à bouillir, et elle repensa à H. Lui, il aurait voulu tout détruire, mais il serait venu à cette course. Il aurait forcément agi. Agi, Georgie, prends ta baguette, et prononce le mot. Bombarda Maxima, allez, dis-le. Le conflit intérieur la paralysait, à l’extérieur, elle semblait en proie à un sortilège. Son visage crispé, ses yeux fermés, si fort, qu’on aurait cru qu’en les ouvrant elle pourrait mourir. Fort heureusement, un choc pour le moins inattendu mit un terme à ce bordel interne dans lequel elle avait failli se noyer. La blonde senti quelque chose buter contre ses chevilles, et entendit le bruit sourd d’un corps qui tombe. Instantanément, elle rouvrit les yeux, et s’octroya quelques secondes pour comprendre la situation. Une jeune fille, de Serdaigle aussi visiblement, semblait avoir perdu l’équilibre avec ses béquilles en trébuchant sur les jambes étendues de Georgie. Cette dernière, légèrement confuse, se baissa au niveau de l’inconnue, qui auscultait d’un air inquiet son appareil photo.

« - Euh.. excuse-moi, je.. je ne t’avais pas vue. Tu t’es pas fait mal au moins ? » bégaya-t-elle de sa voix rauque, un brin métallique. Elle aida avec précaution l’infirme à se relever, et esquissa un sourire gêné quand elle croisa son regard, comme pour s’excuser.

Avant même qu’elles aient pu échanger, un autre Serdaigle vint les rejoindre, pour leur proposer de se joindre à leur petit groupe. Visiblement, les deux se connaissaient déjà, et Georgie eut soudain l’impression de faire tâche. Le vilain petit canard. Mais ce qui la rassura, c’est l’air sincère de sa nouvelle rencontre, qui lui intimait silencieusement de l’accompagner vers ses amis. Rassurée, la jeune fille alla s’installer avec plusieurs personnes qu’elle ne connaissait absolument pas. Ce qui lui redonna l’impression d’être de trop, et de ne pas pouvoir s’intégrer correctement. Impressionnée et quelque peu sur la défensive face à tous ces gens joyeux, elle resta silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 04/02/2013
Parchemins postés : 229



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Llewelyn Mulciber


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Mar 27 Mai - 15:12

Course de balais ? Une activité qui avait fait dresser la tête de Llewelyn Mulciber. Non pas parce qu'il y participerait mais bien parce qu'elle semblait tout droit sortie d'un autre temps, où il n'y avait pas de détraqueurs dans les couloirs la nuit – même que Jill s'était fait très peur en rentrant son chat dans la salle commune à onze heures du soir – et où l'Inquisition n'interdisait pas tout...un temps à la Dumbledore. Mouais, n'exagérons rien, un temps à la LeeRoy. En tout cas, cela relevait de l'inconscience d'organiser ça, enfin pour tous ceux qui participeraient. Et toi, tu vas y aller ? Oui, il irait sans doute. Notamment parce qu'il en avait assez de rester enfermé sans rien faire. Puis de toute façon, tout ce que je fais est dangereux, alors...Llewelyn pouvait se réveler un peu inconscient parfois, mais pour cette occasion, il ne l'était pas plus que le reste du monde, enfin que tous ceux qui iraient à la course. En plus, il y avait pas mal de gens qu'il connaissait qui participeraient. Ca lui changerait les idées. Et puis on pouvait espérer que Bellatrix Lestrange ne pointerait pas son nez. Ouais, l'espoir fait vivre, comme on dit...Llew ne croyait pas vraiment à ça, il se doutait un peu que ça allait finir bizarrement. Même si c'était seulement Grey qui se pointait, ça pourrait mal tourner.

M'enfin, il n'envisageait pas trop la possibilité. Préférait l'oublier ? Motif ? Mary y allait aussi. Et elle n'avait pas tout à fait tort. C'est un moyen comme un autre de prouver qu'on n'est pas encore morts, qu'ils n'ont rien réussis à nous faire. Donc voilà, comme les autres, Llewelyn se pointa au stade, vers dix heures du matin. Il devait rejoindre Mary à la tribune des Serdaigle, et peut-être qu'il y aurait Way aussi, remarque. Il n'en savait trop rien. En tout cas, il y avait du monde. Vraiment beaucoup de monde. Et malheureusement, il y avait autre chose. La hauteur des tribunes. Llewelyn ne venait pas trop souvent au stade : une fois sur deux il oubliait combien tout ça était immense, et la puissance de son vertige. Il pâlit instanément, et faillit faire demi-tour sur le champ. Il aurait pu, il aurait expliqué à sa copine qu'il ne pouvait pas, que c'était impossible, mais finalement, il se reprit. Llew se remit en marche avec lenteur et commença à monter les escaliers de la tribune des Serdaigle en évitant de regarder en bas. Mais pour voir la course, il faudrait bien qu'il le fasse. Il évita aussi de penser à ça.

Arrivé dans les gradins, il chercha Mary du regard et la trouva avec le reste de la tribu Witcher – ses frères et sœurs, même si ça faisait bizarre de le penser – et une fille de septième année, Georgie qu'il ne connaissait guère. Il la salua poliment, néanmoins, et embrassa Mary, avant de se risquer à jeter un œil en bas, ce qu'il regretta instantanément. Il s'assit prudemment, et lança :

« Vous auriez du choisir plus haut, sérieusement...tiens, des sandwichs. On fait une garden-party, ici ? »


Fallait avouer qu'il ne fallait pas grand chose pour le distraire.

------------

Garrison Witcher, dit Garry, était batteur dans l'équipe de Gryffondor. Enfin, batteur remplaçant. Enfin, tout le monde s'en foutait, sauf les filles, c'est pour ça qu'il disait batteur, ça faisait mieux que d'être sur le banc de touche, plus séduisant, vous voyez. Il était un bon batteur, cela dit, et jugeait qu'il aurait mérité mieux que ce poste là, mais c'était H qui décidait, à ce moment là, et comme il l'aimait bien, il ne disait rien. Maintenant qu'il n'était plus là, il aurait bien aimé récupérer un vrai poste au sein de l'équipe, mais ça restait à voir. Pourtant il estimait avoir toutes les qualités pour : un bon coup de batte, une vitesse en vol superbe, un look et un nom prestigieux – Garry Witcher, Gryffondor de Sixième année, ça en jetait ! - et surtout la ténacité nécessaire pour porter la fierté de son équipe.

Il espérait bien que cette course de balai, improvisée, pourrait lui servir de tremplin pour se faire un nom. Il y avait beaucoup de concurrents mais Garry s'en foutait. Il y avait surtout Collins, à qui il allait faire la peau : faire du mal à un mec d'une équipe adverse, ça lui parlait. D'autant que Jill avait décidé de faire pareil, on ne savait pour quelle raison obscure. Garry avait accepté depuis longtemps que Way et Jill étaient plus intelligents que lui – même si sous des dehors de branleurs, il n'était pas idiot – et il s'en foutait. Cogner sur des gens à coup de batte en volant, ça lui parlait. Qui ? On s'en foutait un peu.

Alors voilà, il était là, sur la ligne de départ, prêt à courir. Jill se plaça prêt de lui pour se moquer de lui. Garry sourit et ne releva pas. Il ne relevait jamais ce que disait sa sœur : personne ne pouvait gagner contre elle à ce jeu là, elle était aussi irrésistible qu'elle était peste. Il se demandait d'ailleurs comment Isaac pouvait rester avec. Mais les couples chez les Witcher, ça le laissait sceptique, il n'y avait qu'à voir Way et Ariana pour comprendre. Lui, Garry, voulait juste s'amuser. C'est pour ça qu'il était là, et qu'il attendait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 08/04/1994
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 14/04/2014
Parchemins postés : 33



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Georges I. Worell


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Jeu 29 Mai - 19:08

---- pnj ----

Du haut de son mètre soixante trois, Jimmy Sweety traîna son corps sur le terrain de Quidditch. Il tenait à la main un vieux Brossdur 5 qu'il avait récupéré à dans le stock de l'école. Le quatrième année de Poufsouffle regretta très vite d'être venu à cette course de balais. La majorité des élèves étaient plus agés, et bien plus costaud que lui. On pouvait lui reconnaitre une certaine stature, mais elle était plus du à un embonpoint qu'à une musculature conséquante. 
Quand il avait entendu parlé de cette course dans la salle commune des Poufsouffles, il s'était dit que c'était un moyen de se faire des amis, parce que ce que recherchait déséperement Jimmy était de la compagnie. Mais son embonpoint, sa maladresse, sa timidité et ses épaisses lunettes de binoclard avaient toujours formé une barrière aux échanges sociaux. Il avait beau se montrer gentil, il était collant. Il avait beau essayé d'être intéressant, il était assommant. Jimmy recherchait désperement une popularité qui ne voulait pas de lui. 
Il n' avait sans doute pas compris que cette course était illègale, parce que si Jimmy voulait des amis, il était aussi trouillard et l'idée même que l'Inquisitrice Lestrange deboullant sur le terrain de Quidditch lui aurait fait fait faire d'affreux cauchemard. 
Il s'approcha d'un groupement d'élèves, leur adressa un sourire mal-assuré et leur demanda "Heu sa-salut ... on-on commence quand ?" Lorsqu'il était mal à l'aise, Jimmy buttait sur chaque début de phrase, et cela ne faisait qu'empirer son mal-être. Vu le regard que lui jetèrent les autres participant, il comprit que, un, il n'était pas à sa place, deux, il était un Poufsouffle maladroit, et trois, il allait se faire bouffer. Pour se donner constance, il glissa le Brossdur entre ses jambes dodues, pas très sur de ce qu'il faisait. Jimmy n'était plus monté sur un balais depuis sa première année,et réflexion faite ce n'était peut-être dans une course de balais qu'il pourrait le mieux se socialiser. Il se demandait serieusement si le Brossdur allait pouvoir supporter ces dix kilos de trop  et regretta la part de tarte à la mélasse qu'il avait engloutis ce matin. 
Comme les autres élèves le regardaient toujours, soit avec horreur et ahurissement - impossible, ce boulet allait forcément les faire prendre - ou avec une certaine ironie -charmant pushing-ball n'est ce pas ?-, il se dandina sur ses pieds, passa une main dans ces cheveux blonds coupé en brosse et leur offrit un sourire qui se voulait vainement avenant.
HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 06/01/1995
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 06/12/2012
Parchemins postés : 170



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Sara Engels


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Jeu 29 Mai - 22:36

L'envie de retourner en Allemagne avait toujours trotté dans l'esprit de Sara depuis qu'elle faisait ses études à Poudlard. Ce depuis sa première année et aujourd'hui encore alors qu'elle finissait presque sa sixième années. Le temps et l'ambiance de sa terre natale lui manquait cruellement et n'avait pas grand chose à voir avec l'ambiance de la Grande Bretagne – quoiqu'on aurait pu y trouver nombre de ressemblances. Mais elle devait avouer que la vie à Poudlard ne lui plaisait plus et ce pour beaucoup de raisons. La première d'entre elle et qui avait marqué un grand élan de déprime pour la demoiselle avait été la disparition de H du jour au lendemain. Oh, elle n'ignorait pas ce qui avait provoqué ce départ, l'affaire avait fait beaucoup de bruit dans l'école, mais elle n'avait pas imaginé qu'il puisse se faire prendre et ainsi être condamné, ce qui étant sans nul doute arrivé. Elle était jeune mais elle n'était pas idiote. Elle doutait de le revoir un jour quoiqu'il arrive, et c'était vraiment une vision affligeante de ce que la vie était devenue. Pas que Sara soit contre ce régime et tout ce qui était désormais établi en Angleterre – elle n'aurait osé pour rien au monde contredire tout cela, pis encore elle l'approuvait bien au contraire – mais elle était du genre rebelle elle aussi tout en étant, à sa manière, très docile. Elle savait bien ces choses là avec son père au pouvoir dans un autre pays et sa mère issue d'une des plus grandes familles de Sang Pur du Royaume Uni. Elle avait baigné dans cette vie depuis sa naissance, mais elle se rendait compte que lorsque cela touchait ses amis, cela la blessait cruellement aussi. Évoluer à Poudlard en ayant connaissance de cette triste vérité ne donnait guère envie à Sara de continuer.

Et puis il fallait l'avouer, la vie y était devenue bien monotone, répétitive et sans beaucoup d'activité. H et l'équipe de Quidditch de Gryffondor avaient toujours été pour la jeune fille une source de détente et lui avait permis de ne pas rester uniquement focalisé sur les cours – ce que la lionne ne supportait pas – mais les choses avaient légèrement changé et le poste de capitaine se retrouvant vaquant pour l'instant, les entrainement n'étaient plus d'actualité. Ce qui était bien dommage et rendait le train train quotidien plus ennuyeux encore qu'il ne l'était avant. C'était pour ça que Sara avait prit la rumeur de cette course comme un don du ciel. Enfin rumeur, c'était pire que ça même, puisque l'information avait fait bien vite le tour de l'école, tout discrètement, sans que personne ne sache qui avait ébruité l'affaire en premier. Résultat des courses, les murmures s'étaient fait bien plus présent les derniers jours dans la salle commune de Gryffondor, les lions réputés pour être coureur et franc amateurs de sensations fortes avaient accueilli la nouvelle avec beaucoup d'enthousiasme.

Le jour J, comme beaucoup d'autres, la lionne se présenta sur le terrain de quidditch même, pourvu de son balais préféré et d'une tenue faite pour ce genre d'activité. Il y avait beaucoup de monde dans le coin, beaucoup de participant, mais elle ne comptait pas laisser sa chance de gagner la course. Sara était compétitive, elle n'aimait pas perdre, et ça, beaucoup des élèves le savaient pour connaître la jeune fille lors des matchs passés. Dans la foulée, elle croisa Jill, une cousine – il y en avait tellement dans cette famille – qu'elle connaissait assez pour pouvoir la taquiner, accompagnée d'Isaac Bedan que le destin voulait voir ensemble visiblement. Quelle était cette mode des couples ?!

« Ne compte pas trop sur l'amabilité de ton homme pour gagner cette course cousine. » Pour autant, Sara était bonne joueuse, et curieusement assez honnête (quoiqu'elle se serait permis quelque coup de pied pour éloigner les concurrents). « Bonne chance. » Ajouta-t-elle avec un sourire amusé et peut être un peu mesquin. Qu'importe la sympathie qu'elle pouvait avoir pour les quelques membres de sa famille qu'il lui arrivait de côtoyer, elle ferait tout pour gagner. Il fallait pas non plus déconner !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !] Ven 30 Mai - 17:50

Jouez, amusez-vous bien, profitez de ces rares moments de félicité avant qu’il n’en reste plus aucun. Cette phrase aurait presque pu être une sorte de slogan pour promouvoir la course de balai tant elle résonnait de vérité quant à la situation actuelle de Poudlard. Il fallait dire qu’avec Bellatrix Lestrange aux commandes ce ne serait pas Noël tous les jours. Alors forcément, un évènement comme celui-ci attirait les gens comme un pot de miel le ferait avec Winnie l’Ourson. C’est donc sans vraiment hésiter que Regina décida de se lancer dans la course. Elle qui suivait toujours Eileen partout depuis quelques temps avait décidé de se détacher d’elle le temps d’une après-midi.

« Cette course est stupide Regina et en plus elle est interdite. Tu fais bien ce que tu veux en tout cas moi je ne m’y rendrai pas. Le jeu n’en vaut pas la chandelle. »

Et c’est devant le regard étonné – mais soulagé d’être libérée d’un poids comme Regina – d’Eileen que la gamine s’éloigna sans un mot vers son dortoir pour récupérer ses affaires de quidditch. Elle avait en effet été prise comme remplaçante dans l’équipe des Serpents au début de l’année. Tout était bon pour couvrir son envie de gloire et de célébrité. La gamine venait du petit monde, ses parents n’étaient pas extrêmement riches ou influents, elle était de sang-mêlé, dans la moyenne et détestait ça. C’est pourquoi elle essayait tant bien que mal – plutôt mal cependant – d’être la meilleure en cours et de se faire remarquer. Cette course serait donc une bonne opportunité pour elle-même si elle savait très bien que beaucoup d’autres élèves avec les mêmes objectifs – pour la plupart – concourraient tout en ayant un niveau bien supérieur au sien. Mais elle se savait forte et douée en sortilèges alors elle avait confiance en elle et en ses chances de faire mordre la poussière à ces vieux arrogants.
Quand elle fut prête elle rangea sa baguette dans un étui au niveau de sa taille et facilement accessible en étant sur un balai puis sortit de la salle commune en jetant un dernier regard à la blonde qui apparemment se fichait bien de savoir ce qu’elle faisait de sa vie. C’est un pincement au cœur qu’elle rejoignit le stade et les autres concurrents. Elle aurait tant aimé qu’Eileen la suive ici, qu’elle s’installe au moins dans les gradins pour l’encourager ou la regarder mais rien de tout ceci ne pouvait arriver, la jeune fille ne l’estimait pas assez pour faire ce genre de chose, de toute manière cette fille n’aimait personne. Parfois, Regina en venait même à se demander comment elle supportait cette relation à sens unique, c’était douloureux mais elle voulait être son amie, elle voulait montrer qu’elle pouvait s’approcher des gens qui avaient tout pour plaire sans se faire refouler, tout simplement. Portant sur ses épaules son balai, toute nouvelle génération récupéré dans le vestiaire des Serpentard elle se mêla à la – grande – foule des concurrents et se mit sur la ligne de départ, le balai entre ses jambes, prête à décoller dès que retentirait le coup de sifflet.

Un rapide regard tout autour d’elle lui fit comprendre qu’ici personne n’était là pour rire, sauf peut-être un petit Poufsouffle rondouillet qu’elle jurerait avoir vu en classe et qui faisait tâche sur le tableau, un peu comme la blague du jour, celui qu’on voyait aisément au fin fond du classement. Si ça se trouve son vieux balai miteux n’arriverait même pas à porter sa lourde carcasse et il s’écraserait avant même d’avoir fait deux mètres. Elle était mauvaise mais peu lui importait, il n’était qu’un Poufsouffle, faible en plus de ça mais s’il arrivait à s’envoler peut-être pourrait-elle commencer par taper sur lui histoire de lui montrer qu’il n’était vraiment pas à sa place.


PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !]

Revenir en haut Aller en bas

Hogwarts First Great Broomstick Race [Ouvert à tous !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-