POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Entre collègues || Georges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 07/02/2014
Parchemins postés : 49



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Atticus Grey


MessageSujet: Entre collègues || Georges Mer 28 Mai - 23:18

Le club de duel était devenu en quelques jours la principale préoccupation d'Atticus Grey. Ca et essayer de trouver de nouveaux professeurs pour compléter l'équipe pédagogique. Enfin, il ne ferait pas passer de candidatures, ni d'entretiens, mais il sondait le terrain pour faciliter la tâche de l'Inquisitrice. C'était surtout ça, son boulot, à Grey. Faciliter la tâche de Lestrange. Il possédait du pouvoir, oh, ça oui, mais pas beaucoup et il devait respecter la volonté de madame l'Inquisitrice et ses colères à tout bout de champ, imprévisibles et ennuyantes. Il aimait bien Bellatrix Lestrange, c'était un femme de tête qu'il respectait mais il aimait aussi travailler en silence et le fait qu'on lui hurle dessus « GREY » d'un ton mélangeant la colère, les sons aigus et le mépris – du genre viens là toi le sang mêlé qui me sert de paillasson comme un bon chienchien que tu es - en permanence, ou disons tous les jours, même si ce n'était qu'une fois, lui vrillait complètement les nerfs, lui qui n'était
déjà pas très sain d'esprit d'habitude.

Il essayait aussi de sympathiser avec ses collègues pour qu'ils l'aident. Depuis le départ de Saint-John mis à part avec Madne, Atticus sentait qu'il n'allait plus trop pouvoir rigoler, alors il cherchait à voir qui serait marrant. Mais pas mal de gens étaient des remplaçants et Atticus les voyait plus vite partir que venir, alors il fallait se tourner vers les titulaires. Tous coincés, tous pas bavards. Bon Dieu, à croire que tous les mecs marrants de ce foutu pays sont morts et enterrés ou sont des terroristes, c'est dingue, ça. Mais il fallait jouer la carte de l'union et être un bon sous-directeur. Il aidait à tenir l'école d'une main de fer – on l'entendait plus souvent qu'à son tour aboyer sur les élèves et les tortures étaient monnaies courantes, sans parler des sévices plus bizarres que les jeunes filles disaient parfois subir, sans être vraiment écoutées. Qui s'intéressent à des petites gamines de moins de quatorze ans, sang mêlée et sans défense, hm ? Personne, sauf moi, Atticus, dommage, messieurs les parents donneurs de leçons. En attendant, il se devait de montrer qu'il dirigeait une équipe pédagogique soudée et c'est pour ça qu'il rencontrait souvent ses collègues. Aujourd'hui, c'était le tour de Worell et Grey avait une proposition à lui faire.

« Entrez ! »


Il alla ouvrir la porte, et fit entrer son collègue, lui serrant la main, lui donna une chaise et immédiatement le babillage incessant d'Atticus Grey reprit son cours sans aucune pitié pour son interlocuteur.

« Je crois pas qu'on ne se soit déjà vu avant que vous ne bossiez ici. Vous n'êtes pas prof de profession, hein ? Moi non plus remarque, mais eh ! J'ai l'impression d'avoir passé plus de la moitié de ma vie à enseigner à des petits idiots ingrats. Vous verrez, à mon âge, vous aurez la même impression. Enfin bref. Vous voulez du thé ? Il est potable, ici. Mieux que dans mes voyages. Je vous ai parlé de mes voyages ? »


Et ainsi de suite. Même si son interlocuteur avait l'air de s'en ficher entièrement, Atticus Grey était toujours comme ça, à secouer les gens pour qu'ils agissent. Avec un peu de chance, il tombait sur des marrants qui voulaient bien lui causer, mais sinon ça ne marchait guère. Lui, il est pas drôle. Ca se voyait dès le premier coup d'oeil, mais qui savait, il fallait espérer qu'il était un partisan de l'humour glacé. Il aimait les gens pince-sans-rire, car même si ce n'était pas son humour, c'était de l'humour quand même, et Grey aimait l'humour. Dans tous les cas, il n'avait pas le choix, il allait devoir composer avec Georges.

« Voyez vous – prenez du thé, je vous dis- l'inquisitrice m'a demandé de monter un club de duel. Je pourrais faire ça tout seul – vous voulez un gateau, avec le thé ? J'ai des shortbreads, ça vous tente ? - le duel, je connais, même si ce n'est pas ma spécialité, mais je crois que c'est dommage de faire ça tout seul, vous comprenez. J'aime pas être tout seul, c'est emmerdant. Je parles beaucoup, vous avez remarqué, et il faut quelqu'un pour me subir, hein. Ahaha ! Je plaisantes, vous en faites pas, je suis moins méchant que j'en ai l'air. Moins gâteux, aussi, m'enfin, ça vous verrez. »

Il continua avec bonhomie, sur de ce qu'il disait et de ce qu'il voulait. Atticus était têtu et il ne proposait rien au hasard, il savait que Georges pourrait l'aider, du moins il l'espérait. T'es peut être pas marrant, mais j'espère au moins que tu seras compétent, hein. Sinon tu dégages. Mais bon si Bellatrix l'avait pris, il devait être à la hauteur. Alors oui, il continua :

« Voilà. Vous avez faits des duels, vous êtes prof de Défense Absolu, le club de Duel, c'est fait pour vous autant que pour moi. J'ai besoin de quelqu'un pour m'aider à sélectionner les élèves, à organiser tout ça, et à faire des démonstrations. Ca vous tente ? »

Il jouait cash, toujours, et il allait à chaque fois droit au but. Sans prendre de gants, jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 08/04/1994
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 14/04/2014
Parchemins postés : 33



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Georges I. Worell


MessageSujet: Re: Entre collègues || Georges Jeu 29 Mai - 14:43

A moitié assis sur le bord de son bureau, il observa le dernier élève sortir de son cours. Il s’agissait de sages deuxièmes années, qui s’étaient échappé de son cour sur les pièges magiques avec la rigueur d’une armée de cœur vivant. Il semblait loin le temps où les élèves sortaient d’un cours dans une cohue bohue assourdissante. Georges trouvait que l’école manquait singulièrement de vie. Poudlard était devenu si différent du collège de sorcellerie qu’il avait connu. Il avait remarqué que les classes supérieures étaient plus vivantes, mais il n’était pas certain que cela soit de la bonne manière. Il se mit debout, les pieds fermement ancrés au sol et attrapa sa baguette qui était négligemment posé sur le bord du bureau. Il la glissa à sa ceinture et se mit en marche. Un rendez-vous l’attendait et Georges mettait toujours un point d’honneur à être ponctuel, il ne tolérait pas le retard des autres et se montrait aussi exigeant avec lui-même.
Il parcouru rapidement la distance entre le quatrième et deuxième étage. Les couloirs lui paraissaient plus sombres qu’à une autre époque, et il soupçonnait l’Inquisitrice –l’actuelle ou les précédents peut-être- d’avoir réduit la lueur de l’éclairage pour faire planer un climat propice au monde extérieur à l’intérieur du château. Lui avait fait le contraire dans sa salle de classe et son bureau. Il avait repoussé tous les rideaux, laissant un maximum de lumière naturelle inondée la classe. Sa matière avait besoin de clarté pour être enseigné, estimait-t-il. Il se dit que finalement, si l’école avait changé, lui aussi. Il n’avait plus grand-chose en commun avec l’élève de Poufsouffle qu’il avait été.
Il arriva finalement devant le bureau du professeur Atticus Grey. Il n’avait pas eu le temps de beaucoup fréquenter son collègue, le rendez-vous qu’on lui avait donné allait lui permettre de faire connaissance. Il n’y tenait pas plus que cela, mais puisqu’il était là autant maintenir les apparences. Il frappa quelques coups secs sur la porte, entra dans le bureau et salua son collègue d’une poigné de main. A peine assis, Grey se mit à parler. Un fin sourire ironique s’afficha sur le visage de Georges.
Au moins, il n’aurait pas à faire la conversation. Son collègue parlait suffisamment pour deux. Georges écouta attentivement son interlocuteur. Il paraissait désintéressé –et il l’était aussi un peu c’est vrai. Mais on pouvait lui reconnaitre son attention. « Vous verrez, à mon âge, vous aurez la même impression. » Georges eut un nouveau sourire cynique, même un léger rire. « Pas sûr d’arriver à ce stade. Pas en vivant sous le même toit que notre éminente Inquisitrice au bord de l’implosion » Il parut presque surpris d’avoir ouvert la bouche, les paroles avaient dépassé ses pensées. Atticus Grey était visiblement entrain de déteindre sur lui. Il adressa un sourire d’excuse à son interlocuteur. Grey évoqua des voyages, Georges n’avait jamais voyagé plus loin que les Iles Britanniques. Il accepta le thé, parce qu’il aimait ça, mais déclina les shortbreads, il n’était pas trop gâteaux. Il ne l’était plus, pour être exact, depuis que sa femme n’était plus là pour les faire elle-même.
Puis le professeur de potion évoqua un club de duel, et Georges releva la tête. Une lueur d’intérêt apparu dans son œil valide, l’autre était désespéramment vide de vie. Une chose qu’appréciait Georges chez son collègue c’est que son léger handicap ne semblait pas lui posait de problème. Il ne faisait pas parti des gens incapables de le regarder dans les yeux ou de parler normalement. Non Atticus Grey semblait être capable de faire la conversation à un mur de toute façon. «  J'aime pas être tout seul, c'est emmerdant. » Georges aimait la solitude, elle ne la dérangeait absolument pas. Mais cette fois, il prit garde à ne faire aucun commentaire. « Je parle beaucoup, vous avez remarqué, et il faut quelqu'un pour me subir, hein. Ahaha ! Je plaisante, vous en faites pas, je suis moins méchant que j'en ai l'air. Moins gâteux, aussi, m'enfin, ça vous verrez. » Gâteux n’était pas le terme qu’il aurait utilisé pour décrire un professeur de magie noire. Et pour ce qui est du flux de paroles, oui il avait remarqué, effectivement.
« Voilà. Vous avez faits des duels, vous êtes prof de Défense Absolu, le club de Duel, c'est fait pour vous autant que pour moi. J'ai besoin de quelqu'un pour m'aider à sélectionner les élèves, à organiser tout ça, et à faire des démonstrations. Ça vous tente ? » Enfin ! Voilà qui devenait intéressant, Georges se pencha légèrement vers son collègue, un sourire éclaira clairement son visage cette fois-ci. Parler de duels faisait remonter une petit part du Poufsouffle qu’il avait été. Celui qui participait aux clubs de duels, qui était enjoué, qui était presque aussi bavard que le professeur Grey. Presque.
« Ca me tente. Du moment que vous ne me faites pas tenir le rôle de Lockhart. » Il doutait que Grey est entendu du professeur de sixième année de Georges. Le célèbre sorcier s’était pris une raclée face à Rogue au cours d’une démonstration. Georges n’était pas présent, mais l’histoire avait fait le tour de l’école très rapidement et les cours de duels avaient été interrompus. « Vous parlez bien assez pour deux, de toute façon. » Oui, cela lui avait échappé, sur un ton cynique encore une fois. Mais il avait raison, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 07/02/2014
Parchemins postés : 49



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Atticus Grey


MessageSujet: Re: Entre collègues || Georges Ven 6 Juin - 17:15

Est-ce qu'il parlait trop ? Oh, sans doute. Atticus Grey parlait en tout cas beaucoup. Mais il aimait autant parler qu'écouter les autres, quand bien même ils disaient des conneries. Même s'il était capable de parler à un parpaing mort, il avait besoin qu'on le contredise. J'aime les gens qui ont de la gueule, du répondant, qui ont un point de vue. Oui, il aimait ça parce que ces gens là se révélaient bien souvent être comme lui, et Atticus Grey n'avait du respect que pour les gens qui lui ressemblaient, parce que dans le fond, il n'appréciait pas grand-monde, voire personne, sauf sa propre personne, bien sur. En fait, il était du genre à s'acharner à prouver qu'il avait raison alors qu'il aurait simplement pu laisser les autres avoir tort. Il n'était pas capable de cette dernière manœuvre intellectuelle. Pas plus qu'il n'arrivait à être conscient qu'il pouvait déranger les autres. Enfin, non. Ca, il le savait, mais en fait, il s'en foutait éperdument. Qu'est-ce que je m'en cogne, de l'avis des gens ? Ils n'aiment personne. Dans le meilleur des cas, ils s'aiment eux même, et encore pas souvent, alors ? Globalement, il jugeait qu'il était entouré de crétins. Alors pourquoi s'acharner à vouloir leur expliquer puisqu'ils ne comprendraient pas, en bons idiots qu'ils étaient ? Tout simplement parce qu'il ne pouvait pas faire le contraire. A quoi ça sert d'avoir raison si personne ne le sait ? Grey n'était pas altruiste, il n'était pas sympathique, il n'enseignait pas parce qu'il aimait ça mais bien parce qu'il aimait montrer qu'il avait raison. Complexe d'infériorité ? Rangez les psychanalyses à deux balles. Il se foutait des sangs purs, et d'être lui un sang mêlé. Il avait réussi et se savait plus brillants qu'eux. Ce n'était pas à démontrer. Pas à eux. Ils enragent. Ils m'écoutent, ils me voient, et ils enragent. Ca lui aurait suffi pour être heureux. Amplement.

Oui mais voilà être heureux, c'est ennuyant. Il préférait être actif et s'amuser. Atticus était quelqu'un d'agité, de passionné, et il ne volait pas sa réputation d'ancien Gryffondor. Courageux et travailleur, il restait intelligent, mais il avait besoin de travailler. Obstiné et curieux, il trouvait toujours de nouvelles recherches à mener, au grand dam des gens qui lui servaient de cobaye. Etait-il agaçant ? Il pouvait l'être, mais on ne pouvait qu'être impressionné par ce vieux bonhomme rabougri, ronchon et pas du tout orthodoxe, qui savait ce qu'il disait. Oh, il aimait parler, mais il aimait surtout rire, et s'il trouvait quelqu'un qui pouvait rire avec lui, qu'il aie ou non le même humour, il s'adaptait. Ou plutot il continuait à parler, ça, ça ne changeait jamais, mais il tenait la personne en haute estime.

En l'occurrence, Worell avait de l'esprit, on ne pouvait pas lui nier ça. Ah, lui aussi est agacé par Lestrange ? Enfin, pas agacé. Atticus aimait bien la mangemorte, mais lui le franc-tireur, toujours maitre de ce qu'il faisait, disait et pensait, supportait mal l'autorité. Sans parler du chercheur qui supportait mal qu'on l'interrompe en pleine expérience pour répondre à la moindre volonté de Bellatrix Lestrange, mais il l'aimait bien. Elle lui permettait d'être un vrai démon, c'était le cas de le dire, avec les élèves, alors il ne se moquait de ses défauts qu'en pensée, sauf avec son jeune collègue :

« Oh, notre Inquisitrice peut être charmante quand elle ne se décide pas à m'exploiter...mais il ne faut pas le dire trop haut. Puis moi je ne vais pas me plaindre, un créneau horaire de magie noire en plus, ça m'arrange, moi, hein, après tout. »

Ils embrayèrent sur le club de duel. Atticus s'était douté que Worell serait partant et était ravi qu'il le soit. Plus on est de fous, plus on rit, après tout, n'est-ce pas ? Atticus en avait toujours été persuadé. Il sourit amusé par la remarque de Georges : il connaissait de nom Lockhart, mais pas plus.

« Lockhart ? Ce fichu imposteur ? Que vient-il faire là-dedans ? Bon, peu m'importe de toute façon. Puisque vous me laissez parler, je pense ouvrir les inscriptions à tout le monde, puis que nous sélectionnons ensemble les participants, on ne peut pas faire une quinzaine de duels, en même temps, n'est-ce pas ? Nous ferons des démonstrations – comment désarmer, comment immobiliser, comment blesser, je pense que c'est la base – avant de les laisser prendre la main, qu'est-ce que vous en dites ? »


Il avait un autre sujet à aborder, tant qu'il y pensait. Il fallait qu'il note tout ça et qu'il voit les autres directeurs de maison pour tout référence. Atticus était méthodique et organisé dans son boulot, même si dans le reste il était nul et bordélique :

« Bien, sinon. Je demande ça à tous les directeurs de maison. Je voudrais que vous parliez des éléments à problème, ou étranges, de Poufsouffle, en bien ou en mal, les individus remarquables, quoi, ceux qui ont des difficultés...bref, tous ceux qui sortent du lot. Les référencer permettra de mieux traiter leur cas. Vous pouvez me faire ça ? A moins que vous n'ayez déjà une petite idée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 08/04/1994
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 14/04/2014
Parchemins postés : 33



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Georges I. Worell


MessageSujet: Re: Entre collègues || Georges Lun 23 Juin - 17:23

Georges hocha la tête la tête en signe d’assentiment lorsque son ainé lui parla du recrutement des participants du club des duels. Puisque son collègue semblait lui parlait d’égal à égal, il se permit une remarque, un avis : « On ne peut pas faire quinze duels en même temps, mais avoir un public ne pourrait qu’être bénéfique. Les élèves observant apprendront des erreurs de leurs camarades, et les duellistes auront la pression du groupe pour les pousser à faire les choses biens. Il faudra sans doute faire des groupes de niveau, mais je ne pense pas que l’on puisse se contenter de perfectionner les plus doués. Les débutants doivent aussi apprendre à se battre, si on ne leur laisse pas la possibilité de s’entrainer ils n’auront jamais l’opportunité de s’améliorer. »
Il pensa à son cours sur les informulés avec le cycle III et reprit la parole : « Il faudrait peut-être exiger des sixièmes et septièmes années qu’ils s’affrontent en utilisant uniquement des informulés. Certains maitrisent le procédé plutôt bien, mais d’autres ont clairement des progrès à faire. » Il fit une pause, avec un petit sourire sardonique : « Quitte à les soumettre au mutisme avant le début du duel. » C’est le choix qu’il avait lui-même fait pendant son cours. A vrai dire, c’était une situation de la vie réelle que d’être soumis au bloclangue pendant un combat. Bien plus que de s’envoyer un experlliarmus dans le couffin rassurant d’une salle de cours, contre un adversaire de force égale, sans agitation environnante, sans obstacle.
Il appréciait vraiment la manière dont Atticus Grey semblait le traiter comme un collègue comme un autre. Pas comme un petit jeune de quarante-cinq ans son benjamin, ou comme un ex-auror miraculeusement réchappé de la traque, ni comme un borgne handicapé. Il se méfiait tout de même un peu du jugement de Grey. N’est pas professeur de magie noir, qui veut. Cette matière de macabre réputation exigeait un certain sadisme. Au fond, lui-même était attiré par cette facette obscure de leurs pouvoirs. Pas parce que la magie noire permettait de faire souffrir, d’invoquer des démons, de détruire massivement ou de créer des animaux fantastiquement dangereux. Georges était attiré par cette magie noire, qui paraissait-il faisait revivre, oublier, effacer les mauvais souvenirs. Mais il était loin d’être très informé sur la matière. Il se souvenait des informations que l’on donnait aux aurors pendant leur formation. Pour combattre un fléau, il faut le connaitre, leur avait-on dit à l’époque. Aurait-il pu imaginer que dix ans plus tard la magie noire serait la matière la plus importante de Poudlard ? Que l’inquisitrice décernerait une mention aux élèves excellant en magie noire ? Non, décidément pas. Lorsqu’il avait fait ses études, la magie noire était le propre de Durmstrang et l’Institut russe avait sinistre réputation.
Il aurait aimé discuter un peu de sa matière avec le professeur Grey, mais celui-ci mener la conversation et dévia sur les élèves. Que dire des élèves de Poufsouffle ? Il avait rencontré la petite Macfusty quelques soirs auparavant. Sa famille était inquiète pour leur fille. Georges n’avait pas tout de suite fait cas de leur lettre. A vrai dire tout le monde s’inquiétaient pour rien, en ce moment. Finalement, il avait convoqué Kimeria dans son bureau, mais il avait retenu de leur entretien que la Poufsouffle manquait de confiance en soi. Rien de bien révolutionnaire. Quant aux éléments particulièrement doués, il n’avait pas encore fait de découvertes agréables. Mais il espérait que les prochains cours feraient ressortir quelques talents prometteurs. 
« Je vous informerais si je remarque quelque chose chez les Poufsouffle. Pour le moment, il n’y a pas grand-chose à signaler. Les Poufsouffles semblent juste manquer cruellement de confiance en leur maison et en ses qualités.»
Il pensa à Mulciber, qui c’était montré quelque peu irrévérencieux pendant la première séance. Rien de bien inquiétant, il était naturel que les élèves testent leurs professeurs, et il lui appartenait de mater les plus récalcitrants. Et puis Mulciber n’était pas de sa maison, c’était un Serpentard. Il pensa aussi à l’élève de Serdaigles qui c’était visiblement senti dispensé d’assister à son cours. Il estimait cette fois que le directeur-adjoint devait en être informé.
« J’ai relevé l’absence d’un Serdaigle à mon cours, un certain Alexandre Gittens. Vous avez peut-être des informations au sujet de son absence dont je ne dispose pas ? Une indisposition quelquonque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Entre collègues || Georges

Revenir en haut Aller en bas

Entre collègues || Georges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-