POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

There will be blood || Lincoln

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: There will be blood || Lincoln Mar 10 Juin - 17:04

« Monsieur ? »

Mike Witcher ne prêta pas la moindre attention à ce que disait son secrétaire. Il était absorbé dans ses chiffres pour l'heure, à savoir son bilan au bout de presque un an d'occupation du territoire irlandais. Plusieurs milliers de commissions de sécurité réalisées, des centaines de personnes arrêtées et expédiées devant la Haute-Cour. Il pouvait être fier de son travail – de toute façon, il était rare que le mangemort ne le soit pas – autant que celui des commissaires du sang, car on atteignait à peu près partout le très bon chiffre de 75 % des nés-moldus répertoriés, emprisonnés, ou anéantis. Aucune pitié ne leur avait été accordée. La haine de Michael Witcher n'avait jamais disparue. Par moment elle devenait même plus grande. Dans l'ensemble, il passait pour un homme charmant. Le parfait fonctionnaire de l'armée, avec sa canne et son uniforme bien mis, agrémenté parfois de ces petites lunettes de fer rondes qu'il portait comme ici pour travailler. Il produisait des chiffres, de manière totalement inpersonnelle, en se fichant de tout. Il pouvait vous expliquer le pourquoi du comment en faisant de l'esprit et en faisant totalement oublier les sévices de ses hommes. Il pouvait. Il faisait. Voilà bien ce qui pouvait le résumer lorsqu'il était dans cet état d'esprit là. Mais derrière cet homme aux traits droits et au sourire sympathique se cachait une vision plus tordu du monde.

Comme si le fonctionnaire, le juriste, n'arrivait pas à oublier le soldat. Mercenaire il avait été et c'était finalement toujours en mercenaire qu'il agissait. Puriste ? Sans aucun doute. Franc-tireur ? Toujours. Le respect qu'il avait pour les gens venait du fait qu'ils réussissaient à comprendre ce qu'il faisait, sinon à la rigueur il les appréciait, sinon il les méprisait. Mais il agissait par lui même. Sans réellement prendre en compte les autres. Et lorsqu'il le faisait c'est bien parce qu'il avait accepté d'obéir, parce que les gens avait compris ce qu'il faisait. Au service du purisme, bien sur, il ne faisait pas confiance à sa famille – même s'il l'utilisait – pas plus qu'à l'Etat – même s'il en faisait partie – pas plus qu'à l'armée. Il utilisait tout le monde mais ne croyait en personne. Tout le monde magouillait. Pour le purisme, pour soi même, pour son nom. Dans l'armée, dans sa famille, même dans son département, Mike n'était jamais sur d'avoir un total contrôle. Même s'il pouvait se révéler totalement tyrannique et qu'on lui obéissait majoritairement rapidement. Non, il ne faisait confiance à personne, alors d'une certaine manière, il avait recréé un groupe de mercenaires au service du purisme, via le Convent. Eux aussi le tenaient pour ce charmant fonctionnaire. Mais ils voyaient déjà plus le soldat, celui qu'on suivait jusqu'au bout du monde parce qu'il y avait quelque chose dans le fond de ce regard doré qui était visionnaire. Ils ne voyaient encore la haine.

Parfois la folie prenait le dessus. Le bruit et les cris, il ne supportait pas – d'où le fait qu'il aimait aligner ses chiffres silencieusement, les chiffres ne le contredisaient jamais. Et quand tout devenait trop horrible, quand les gémissements l'agaçaient trop, alors c'était la colère qui reprenait le dessus et il détruisait. Il aimait faire du mal, pas pour la puissance que ça apportait mais bien parce qu'après, la colère cessait, et il était en paix. Mais ça ne durait pas longtemps. Il fallait remettre le masque. Il fallait continuer, faire bonne figure, il fallait sourire. Il fallait supporter la pluie et la boue. Il n'en pouvait plus de l'Irlande. Cela faisait des semaines qu'il préparait un nouveau projet à soumettre à l'Intendant. Un projet qui incluait la même gestion sans lui sur place.

« Monsieur le Directeur ? »

Il reprit soudainement conscience de l'existence de Douglas McNamara et releva la tête. Celui ci tenait un téléphone à la main. On ne se servait de cet engin moldu que pour les communications urgentes. Mike ne l'aimait guère, n'aimant pas du tout la technologie moldue. Il s'empara néanmoins du combiné et fit signe à son assistant de sortir. Celui-ci s'exécuta :

« Witcher. Qui est à l'appareil ?
-C'est moi, Mike. J'ai...
-Antoine ? Qu'est-ce que tu fiches à m'appeler ici ? J'ai déjà dit que je ne voulais aucun membre du Convent qui interfère avec les affaires de mon département, et je travaille, là.
-J'ai un problème majeur et j'avais besoin de parler à quelqu'un de ton gouvernement.
-Antoine Hellmeister, quand on est le président de la confédération magique suisse, on peut appeler l'Intendant de Grande-Bretagne, qu'est-ce que tu veux 
-Justement. Crow a..tu es au courant de l'offre de Mulciber ?
-Oui. Ne me dis pas qu'il a accepté ? Ce n'était pas le plan. Tu devais faire en sorte que Mulciber vienne pour que nous l'attrapions.
-Eh bien...en fait si. Nous avons prévenu votre directeur de la Sécurité Intérieure, et Herr Crow va bien, enfin il est à Sainte-Mangouste. Mais Mulciber s'est échappé....
-Pourquoi tu n'as pas mis au courant Lincoln ? Il est numéro trois, après tout. Pourquoi tu n'as pas prévenu le Prêcheur ? Pourquoi tu n'as prévenu personne ?
-J'ai pensé...
-Ah, c'est ça. Mais pourquoi Diable faut-il que tout le monde pense ?
-Mais...Mike...allô ? Allô ? »

Mais le Directeur du Département de l'Ordre Nouveau avait déjà raccroché. Il reprit son rapport, finalement le finit, et partit pour Londres. Débarquant à l'improviste à Buckingham Palace, il ne pensait pas y être attendu, et put simplement parler rapidement avec John de l'état de Crow – stable pour l'instant, et récupérer la dernière version de son projet de loi sur le sang. Il se rendit ensuite à Sainte-Mangouste, où il apprit du directeur que « monsieur l'Intendant venait de regagner Buckingham »...ils s'étaient croisés, mais Mike aurait du s'en douter. Il regagna donc le Palais et signala à la secrétaire qu'il voulait voir l'Intendant. Affaire urgente, il demandait en plus un rendez-vous depuis un bail. On le laissa entrer – non sans lui avoir dit qu'il ne fallait pas fumer dans les locaux. Il ignora le commentaire, il fumait dans son département, il fumerait ici. Il avait l'air plutot en forme, Lincoln, pour quelqu'un qui venait de subir une attaque et qui sortait de Sainte-Mangouste, et Mike le salua poliment, puisque rien de cet échec n'était de sa faute.Witcher s'autorisa un sourire :

« Une action préparée depuis six mois loupée pour le Convent, Ben Mulciber et Sheldon Ferguson en fuite, une insulte à l'Intendance, et Antoine Hellmeister est toujours président en Suisse alors que tout est de sa faute. Je me demande où va le monde, parfois. »

Il sourit, pas en colère, pas mauvais, pas surpris, rien. Neutre. Il était là pour parler, qu'importait le reste. Il sourit encore.

« Apparemment tu t'en remets. Je me trompe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: There will be blood || Lincoln Sam 28 Juin - 13:47

De toute sa vie, Lincoln n'avait jamais fui. Il n'en était pas particulièrement fier, ni même honteux, on pouvait le prendre pour une demeuré, un suicidaire, il était simplement concerné. Il ne se sentait pas proche des autres, ni de leurs causes, mais il savait pourquoi il continuait de mettre un pied devant l'autre, tous les jours, sans broncher. Il ne vivait pas pour faire plaisir au grand mage noir, il ne vivait pas pour l'Intendance. Il n'aimait pas le peuple, ni ceux qui le dirigeaient, Crow, en somme, n'aimait personne, pas même lui en vérité, et pourtant, malgré tous ses ennemis, il était encore debout, stable, dangereux. On ne fuyait pas ce dont on avait peur. Et on n'arrêtait pas de fuir l'Intendant du Royaume-Uni. Cela voulait-il dire que lui n'avait peur de personne ? En quelques sortes, oui. Il n'avait peur probablement que d'une seule chose, du Lord. Mais, il ne vivait pas par crainte. Ce dont il avait peur chez Lord Voldemort, c'était son incapacité notoire à suivre une ligne fixe. Sans aucun doute, c'était voulu et réfléchi, une manière de perdre ses suiveurs et de n'être que seul maître à bord. Crow ne comprenait pas Lord Voldemort, pas tout le temps, mais il se fiait à son seul jugement de Mage Noir, et c'était probablement pour cela qu'il avait peur de celui à qui il avait prêté allégeance : il dépendait des décisions d'un autre, et non pas de son propre chef. Drôle de situation pour un type qui avait tout fait pour n'être rien d'autre qu'un énième traqueur. Il avait commencé comme cela, il terminerait on ne sait trop comment. Traqueur un jour, désormais Intendant du Royaume-Uni... si il y avait une seule chose que Lincoln ne comprenait pas ici, c'était bien ça. Pourquoi lui infliger, à lui, ce poste ? Il ne râlait pas pour aller au travail, il ne râlait pas souvent à vrai dire, mais Dieu qu'il détestait son quotidien. On ne pouvait pas s'imaginer un Eris Valverde, ou un Mike Witcher autre part que dans la paperasse. C'était devenu leur manière de vivre depuis quelques temps, leur quotidien. Un quotidien qu'ils avaient choisi, car aucun d'eux n'avait été forcé à faire un travail bureaucratique. Lincoln était un tout autre genre puisqu'il n'était pas destiné à être au sommet de la pyramide. Pas plus qu'il n'était destiné à devenir un type bien, fut un temps. Il crachait volontairement sur ce siège d'Intendant, car ce n'était pas à lui. Brom, ou Valverde, ou un autre, à eux toutes ces conneries, Crow n'avait que faire de commander un peuple. Le peuple ne lui apprenait rien, et le peuple ne l'intéressait pas. Lincoln ne voulait être entouré que de véritables chasseurs, des types qui, comme lui, avaient volontairement choisi de devenir des chiens de chasse. C'était son milieu, là où il était utile. Citez donc une seule bonne chose qu'avait entreprit Crow depuis son avènement ? Tout ceci n'avait de sens que pour le Lord. Personne ne comprenait sa décision, pas même le concerné, et à vrai dire, Lincoln doutait fort que ce choix soit judicieux et avisé vis à vis de l'Intendance. Le mangemort imaginait mille raisons à donner à son maître, dont la plus probable se résumait à un intérêt personnel gardé secret pour Lord Voldemort. Crow ne voulait pas savoir, il était là pour exécuter, alors il exécuterait.

L'Intendant avait vite regagné la forme. On se remettait facilement d'une blessure, même profonde, quand nous n'avions fait que cela durant toute une vie. Crow était en constante remise en forme, il ne s'arrêtait jamais de s'entraîner physiquement pour regagner de la vitalité, de la force. Surtout depuis son enlèvement par l'Ordre. Seuls ceux qui osent, chutent. Il l'avait bien saisi, mais il ne comptait pas changer la donne. Il était un première ligne, certainement pas un soutien, ou un affecté administratif de l'arrière. Le titre d'Intendant, pour Crow, sonnait bien moins fort que sa vie de militaire. Il avait quitté Saint-Mangouste rapidement, emportant avec lui les deux gardes de sa chambre, affectés à l'Escadron d’Élite. Il n'aimait pas avoir de gardes, ça le rendait faible, mais force était de constater qu'il en avait eu besoin durant sa récupération primaire. Il gagna Buckingham Palace en un rien de temps et débarqua par cheminettes, directement dans son office. De là, il fit dégager ses hommes, et se contenta, avec un geste lent et précis, de déposer sa veste, de retirer sa cravate et de se mettre à l'aise en allumant une cigarette tout en sirotant un habituel verre de whisky. Alcoolique, ou presque, il ne se rendait pas compte du nombre de litres consommés. Il se fixa devant la baie vitrée donnant sur l'Atrium, et se contenta d'observer d'un regard pesant.

Il avait finalement recruté un nouveau secrétaire, afin de remplacer l'incompétente qu'il avait dû se traîner quelques semaines. C'était un type fin, sec, à l'allure limite insultante et au regard désabusé, détaché. Il était attentif et compétent, Crow s'en était assuré, et il était au moins sûr de n'avoir aucun problème de communication avec lui : le type allait à l'essentiel. Cohle, de son nom de famille, pénétra dans le bureau en précisant sa venue par une frappe lourde et courte sur la porte.

-Monsieur l'Intendant, Monsieur Witcher souhaiterait s'entretenir d'urgence avec vous.

Sans bouger, il fit un signe de la main afin de permettre au père de sa femme de pénétrer dans la pièce. Lentement, il se tourna, posa son verre sur le bureau et en servi un nouveau pour Mike qu'il lui avança sur l'office. Il l'écouta parler, sans répondre. Benjamin Mulciber et son acolyte s'étaient enfui, quoi de moins surprenant ? La Suisse était un pays opportuniste, il ne savait simplement pas toujours où était l'argent le plus facile à se faire, et ici, ils s'étaient lourdement trompés.
Est-ce qu'il s'en remettait ? Oh, oui, sans nul doute.

-J'ai vu pire.

Il termina son verre avant de s'asseoir au fond de son siège en cuir.

-Quelque chose de particulier à me présenter?

____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: There will be blood || Lincoln Lun 30 Juin - 18:21

Mike Witcher. Ce salaud à qui tout réussit, parce qu'il a une certaine intelligence pour ça. Pour une partie de la population, la plus lucide, la plus intelligente, voilà qui était le Directeur du Département de l'Ordre Nouveau. Pour ces gens là, il avait du respect. Cela ne voulait pas dire qu'ils ne lui trouvaient pas de qualités, juste qu'ils savaient qu'il était. La plupart du temps, Mike savait qui étaient les gens. Soit ils se comprenaient parce qu'ils étaient tous lucides, rien d'idéaliste chez eux, juste la capacité et les moyens de faire ce qu'ils voulaient faire, soit ils ne se comprenaient pas. S'ils ne se comprenaient pas, cela voulait dire qu'ils voyaient Mike Witcher comme un salaud, mais rien de plus, pas de réflexion, juste le mépris et l'idée qu'ils valaient mieux que lui, soit qu'ils le voyaient comme un héros. Dans les deux cas ils n'étaient pas intéressants. Au mieux, il pouvait en faire des pions. Au pire ils deviendraient des ennemis. Dans tous les cas, ils avaient une vision du monde simpliste et inintéressante qui s'ils étaient bourbistes n'étaient qu'un prétexte de plus pour les éliminer, et si ils étaient puristes était une bonne chose pour les manipuler.

C'était plus compliqué que ça. Ca le désolait, car il n'aimait guère cette phrase. Il n'aimait pas l'usage qu'en font les esprits subtils. Le malheur était qu'elle était souvent vraie. En l'occurrence, elle l'était. La première chose à savoir sur Mike Witcher, c'est qu'en effet, il était un salaud, et qu'en effet, il était intelligent. La deuxième chose, c'est qu'il avait rapidement compris qu'il y avait deux espèces de gens : ceux qu'on peut battre et ceux qu'on ne peut pas battre, et ceux qu'on ne peut pas battre, ce n'est pas qu'ils sont plus forts ou mieux entraînés, mais qu'ils sont plus malins. Qu'ils jouent mieux que vous, en somme. Mike n'était ni le plus intelligent, ni sans doute le meilleur des mangemorts. Mais c'était un type déterminé, jusqu'au boutiste, et prêt à tout. Pour faire simple, il se donnait les moyens de faire triompher ce en quoi il croyait. Sa détermination, son courage avaient quelque chose d'inhumain, d'autant que ce qu'il exigeait de lui-même il l'attendait aussi des autres. Mais la chose principale à savoir, c'est que Mike Witcher restait un mercenaire. Son cheval de bataille, c'était l'autonomie. Rendre des comptes ? Bien sur qu'il rendait des comptes. Bon soldat, il n'avait jamais oublié l'armée et il respectait ses chefs. Mais il était lui même tellement habitué à ordonner, et tellement paranoiaque, qu'il ne faisait pas confiance à beaucoup de gens, voire à personne. Déléguer, ce n'était pas son truc. Admettre que quelqu'un d'autre puisse s'occuper de quelque chose et prendre le risque de foirer, il ne savait pas faire. Le gouvernement était composé de gens de confiance. Oui. Mais voilà, même comme ça, parfois il ne pouvait pas intervenir. On connaissait le gouvernement. On ne connaissait pas le Convent. On ne devinait qu'à moitié ce qu'était Mike. Moins on en savait sur le gens, moins on pouvait les contrôler.

Se considérait-il comme le meilleur, se voyait-il comme ayant le droit de tout faire ? Non. La plupart du temps, Mike n'agissait même pas. Mais il avait besoin de regarder, de contrôler, de comprendre, c'était quelque chose de maladif chez lui, tout comme ce besoin de faire quelque chose, d'agir, et de faire avancer les choses. On lui assignait des objectifs, il s'y tenait. Cela dit, c'est principalement de son département qu'il s'était occupé, de la question du sang, et de l’Irlande, ces derniers temps. C'est aussi pour cela qu'il venait voir Lincoln. Bien sur, le reste de la politique l'intéressait. Mais la tâche qu'on lui avait assigné était immense.

Et parfois, souvent, épuisante. Il se demanda un instant s'il faisait aussi vieux qu'il avait l'impression de l'être. Juste après, il était quasiment sur qu'il paraissait en moins bonne forme que Lincoln, alors que lui n'avait pas réellement subi d'agression. Il avait les cheveux qui devenaient gris. Il avait presque quarante ans. Et il en avait assez de la pluie et de tous ces rouquins dégénérés. Jamais il n'avait pensé qu'un jour il préférerait l'Angleterre à un quelconque endroit à l'étranger où il pouvait régner en Maitre – ce qui était plus ou moins le cas en Irlande où il était autorité quasiment à demeure depuis la fin de la guerre – mais c'était arrivé. Comment, il ne savait pas. C'était peut-être l'âge, et le fait que son foutu piano lui manquait, peut-être qu'il ne voyait pas assez les rapaces qui lui servait de famille. Peut-être que le niveau intellectuel frôlait le zéro – et pourtant Michael Witcher n'essayait pas de passer pour un savant, un théoricien du purisme.

Non. L'Angleterre lui manquait, et cette histoire irlandaise manquait de rationalité. La lutte contre la résistance, la vraie, l'aurait intéressé aussi...le meilleur candidat à l'Intendance, d'après lui, aurait été John. Mulciber Intendant aurait probablement pu lui assurer un poste de directeur de la sécurité intérieure. Peut-être. Mike s'intéressait au cas Benjamin Mulciber. Pour le coup, par intérêt personnel. Ben, même si Ruth ne sortait plus avec, était un obstacle sérieux entre lui et Ruth et avoir sa peau ne lui aurait pas déplu. Aussi avait-il espéré plus de détails, mais c'était sans compter sur le laconisme habituel de Lincoln. Pas du genre commère. Il fallait cela dit s'en douter. Mike sourit, vaguement amusé :

« Et mieux aussi, je suppose. Tant qu'on parle du meilleur et du pire, on peut espérer te voir à mon mariage ? Il va me falloir un témoin, de toute façon. »


Mais ce n'était guère le sujet principal et la question n'était qu'incidente. Mike continua avec plus de sérieux et beaucoup moins de légereté.

« Il faut qu'on parle de cette histoire de loi sur le sang. J'ai du l'évoquer je ne sais quand, le travail de réflexion juridique est fini. L'objectif de clarification est atteint, je pense. On a défini précisement les statuts du sang et les preuves à apporter, on a aussi abordé la question des résidants étrangers et ceux des sorciers britanniques d'origines étrangères, ainsi que le cas des cracmols. La liste des preuves à apporter sera désormais écrite, ce qui laisse donc moins de possibilité de frauder que quand le commissaire du sang était maitre à bord. Là, il a une grille de critère fixés et non modifiable. Il faudra sans doute réexaminer des dossiers déjà passés. On table en effet sur une marge d'erreur et de fausse attribution du statut du sang, soit par négligence ou tromperie de huit ou dix pour cent, ce qui est trop. Voici le texte :

Article 1 : La présente loi concerne tous les sorciers. Elle est applicable immédiatement par les commissaires du sang.

Article 2 : Toute négligence de la présente loi entrainera une procédure disciplinaire contre le commissaire du sang auteur de cet acte de négligence. La procédure est menée par le directeur du département de l'Ordre Nouveau.
Tout refus d'appliquer cette loi de la part des commissaires du sang sera considéré comme un acte d'insubordination, passible d'arrestation par les agents du département de la Sécurité Intérieure ainsi que d'une peine laissée à l'appréciation de la Haute Cour de Justice Magique.

Article 3 : Le directeur du département de l'Ordre Nouveau contrôle les conclusions des commissaires. Il peut ordonner le réexamen des dossiers.

Article 4 : Sont de sang pur les sorciers pouvant justifier d'une ascendance sorcière complète.
Sont de sang mêlés les sorciers pouvant justifier d'au moins un ancêtre sorcier en ligne directe, non né-moldu.
Sont considérés comme nés-moldus les individus ne pouvant justifier d'aucun ascendant sorcier.

Article 5 : Les individus dits cracmols sont obligatoirement et d'office classés sang mêlés.
Les individus issus de l'union d'un(e) moldu(e) et d'un(e) né(e)-moldu(e) sont obligatoirement et d'office classés nés-moldus.

Article 6 : Le sang pur se prouve obligatoirement par les preuves suivantes réunies :
- un arbre généalogique complet authentifié par le département de l'Ordre Nouveau du coté maternel et paternel
- les certificats de naissance, scolarité, et travail de l'individu
- les certificats de naissance, scolarité, travail, et éventuellement du sang des parents et grand-parents
-une attestation fournie par un sorcier de sang pur déjà reconnu comme tel par le département de l'Ordre Nouveau, du coté maternel et paternel

Le sang mêlé se prouve obligatoirement par les preuves suivantes réunies :
- les certificats de naissance, scolarité, et travail de l'individu
- les certificats de naissance, scolarité, travail, et éventuellement du sang des ascendants sorciers

Le sang impur se prouve par l'absence des susdites preuves mentionnées.

Article 7 : Les sorciers étrangers ou bénéficiant d'une double nationalité, ou ayant un parent étranger doivent justifier d'au moins un ancêtre sorcier d'origine anglaise pour obtenir le sang mêlé.
Pour obtenir le sang pur, les individus dans ces situations doivent justifier du lien avec deux familles anglaises de sang pur déjà authentifiée par l'Ordre Nouveau ; une du coté maternel, et une du coté paternel.

Normalement, la loi donne un vrai cadre aux entretiens et aux commissions du sang. De plus, il est très probable que devant le durcissement des conditions d'attribution du statut du sang les impurs restant tentent de fuir. On pourrait les rattraper aux frontières, ce sera relativement facile. »


Venait enfin la difficile question de l'Irlande qu'il se devait d'aborder.

« Sinon, je voudrais ton avis sur la possibilité de retirer les commissaires du sang en Irlande. Il y en a vingt-quatre, mais je pense qu'accorder un traitement de faveur n'est pas un service à rendre à la population irlandaise. D'une part parce qu'ils sont soumis à Londres et que les laisser aller rien qu'à Dublin laisse tout de même un certain sentiment d'indépendance, d'autre part parce qu'en allant à Londres ce sera la même chose pour tout le monde, donc ce sera plus simple, plus carré et plus rationnel. Et puis enfin parce qu'ils doivent comprendre qu'ils rendent des comptes à l'Intendance, donc à Londres. Buckingham est plus impressionnant que l'antenne de l'Ordre Nouveau à Dublin ou Belfast. Je pense donc rajouter ceci à la loi :

Article 8 : Les commissions du sang des individus irlandais s'effectueront à partir du Premier Aout 2006 au département de l'Ordre Nouveau à Londres. Le retrait des commissaires du sang des villes irlandaises s'échelonnera à partir du Premier Juillet 2006. Les rafleurs stationnés en Irlande conservent leur affectation.

Je ne peux pas laisser partir les rafleurs, en revanche : d'une ça assure notre présence là-bas, ce qui me permettra de plus me concentrer sur Londres, de deux il reste encore vingt-cinq pour cent d'impurs non raflés. Il faudra les localiser, donc je pense laisser Asbach se charger de ça. »


Vision construite, pensée, et complète. Mike avait du temps pour présenter un projet sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 08/10/2011
Parchemins postés : 1575



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
Lincoln Crow


MessageSujet: Re: There will be blood || Lincoln Lun 7 Juil - 14:10

De tout ce qu'il avait connu dans sa vie, rien n'ennuyait plus Crow que d'écouter parler les gens. Il savait parfaitement qu'il était « obligé » selon sa fonction, à le faire, et il le ferait, sans trahir son ennui, en restant concentré et attentif, mais il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il n'était ni fait pour cela, ni qu'il était capable d'y trouver un quelconque intérêt. Pour sûr, des candidats au poste d'Intendant, il y en avait. Crow n'avait jamais vraiment cherché à comprendre pourquoi lui avait été placé là alors que tous ses attributs n'avaient aucune efficacité assis derrière un foutu bureau de bureaucrate, mais soit, il endurait encore et toujours, au nom de la grande et parfaite idéologie puriste. Que cela pouvait être pompeux que de dire qu'on servait le purisme en toute circonstance. Crow ne le servait que par intérêt. Le purisme était l'intérêt, il naissait de l'intérêt et ne servait qu'à le nourrir. Sinon, à quoi bon ? Aussi, être Intendant n'avait aucun intérêt à ses yeux, il n'agissait que par crainte – véritable – de recevoir une lourde correction par son maître. Mais à choisir, il aurait préféré renoncer à tout statut social et à devenir un simple mangemort solitaire, que de prendre place à Buckingham. Qu'importe, il était là il devait être selon son maître, et il avait formé un gouvernement efficace. Aucune tension apparente, et chacun à son poste, agissant au mieux pour une plus belle cohésion. Crow n'était pas un bon politicien, il n'était pas non plus un Intendant pharaonique, mais il avait au moins le mérite d'avoir formé le meilleur gouvernement connu à ce jour depuis l'avènement du Lord. Tous étaient plus que compétents, Witcher, Mulciber, Valverde ou les autres, mais plus encore, ils étaient là où ils devaient être, très précisément, et sans se tromper. Crow avait passé la plupart des réunions ou des rencontres avec les autres mangemorts à les observer, à tenter de les comprendre – c'était plus ou moins une réussite – et il en avait tiré ses conclusions. Professionnellement parlant, il ne s'était pas trompé. Chacun avait eu droit au siège où il se plairait le plus et où il effectuerait le meilleur travail possible. Tout fonctionnait à merveille, mais il restait, comme toujours, des petites broutilles à formaliser, et c'était cela qui agaçait l'Intendant.

-J'ai déjà du mal avec un mariage, si tu me demandes en plus d'être ton témoin, Mike, je ne réponds plus de mes actes. Pourquoi tu ne demandes pas à John ?

Lincoln, en témoin de mariage ? C'était une blague ? Parfois, Mike avait un humour véritable. Il ne le contrôlait pas toujours, d'ailleurs. Ce qui était caractéristique du bonhomme. Crow n'aimait pas les vies mondaines, les vies des grandes familles. Il avait été affilié à ces gens-là par alliance, car de base, les Crow, même si très anciens, étaient peu connus. Ils étaient pauvres et reclus, seul Lincoln avait fait la différence. Il avait signé pour ces vies-là aussi. Il ne pouvait pas dire non à Mike concernant sa venue, c'eut été une insulte quant à sa fille désormais mariée à l'Intendant, mais il se devait de refuser le statut de témoin qu'il n'assumerait, de toutes façons, pas.

-Bien, ça m'a l'air prometteur. Je t'écoute.

Mike s'élança alors dans un grand récital de la nouvelle loi sur le sang. C'était complet, assurément. Il n'y avait rien de spécial à redire en fait, mais venant de Witcher, Crow avait peu de doutes là-dessus. C'était un type carré et professionnel, comme son cousin aussi gendre. Chaque article résonnait dans l'esprit de Crow. Rapidement, il en faisait le tour, essayant d'en décrypter les conséquences et sous-conséquences. C'était tout un art, que d'autres maîtrisaient bien mieux que lui. Il s'en était accommodait en faisant passer nombreux décrets au Bureau des Exécuteurs.

-Pour les cracmols, tu veux vraiment leur attribuer le droit au sang-mêlé ? Le Lord en a aussi besoin de ceux-là, à d'autres fins.

Il nota quelques phrases sur un parchemin, brièvement.

-Alors renforce le contrôle aux frontières. Si tu estimes que les impurs vont tenter de s'enfuir, je ne veux pas plus de deux pour cent de marge d'erreur. Plus on garde et on rafle les impurs, plus nos objectifs fixés par le Lord seront remplis vite. Concernant la reprise de certains dossiers, pourquoi pas, c'est intéressant. Tu auras assez d'effectif pour assurer la réouverture des dossiers plus gérer les nouveaux cas?

Vint une demande particulière. Mike voulait retirer ses commissaires du sang d'Irlande. En soi, la demande était étrange car l'Irlande était un pays très récemment conquis. Espérer gérer les commissions depuis l'Angleterre était un pari risqué, mais Crow était un Intendant très enclin à l'essai. Il n'était pas laxiste, bien au contraire. Il était même bien plus strict qu'un Valverde. Lui laissait la possibilité d'agir selon ses envies, mais toutes les conséquences devaient être assumées. Si c'était un franc succès, il féliciterait l'individu concerné, si c'était un échec fatal, alors il serait le seul à en assumer la correction.

-Retire tes hommes si tu le penses nécessaire, Mike. Je n'y vois pas d'objection particulière. Tu veilleras cependant à garder un rythme exact à l'actuelle, voire supérieure, et tu me feras trois rapports détaillés, un toutes les deux semaines, sur les rythmes des commissions et les objectifs atteints, à partir du premier Août. Le Maître demande de grandes rafles, efficaces, qui lui rapporteront plus d'impurs qu'il n'en a déjà, il faut que tu accélères le processus.

C'était on-ne-peut plus clair, les ordres étaient tombés.

-Autre chose?

____________________________________





Seul l'agent :geek:surveille les deux côtés de la force

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: There will be blood || Lincoln Sam 12 Juil - 18:58

Cette incapacité à être heureux handicaperait sans aucune doute les mangemorts toute leur vie, les choses simples prenant chez eux un tour compliqué et les choses réputées heureuses pour le commun des mortels un tour agaçant. Mike était un peu comme ça, mais sans doute moins que Lincoln, qui à ce sujet là pouvait se réveler plutôt borné, il fallait bien le dire : curieux choix du Lord que de placer à la tête de son Empire un type qui affectionnait le style de vie des ermites et des ascètes alors que le rôle d'Intendant, même déchargé de la propagande, nécessitait tout de même d'écouter les gens et au moins, à défaut, de parler avec eux, de se montrer, bref un rôle représentatif que Lincoln ne saurait jamais avoir. Mike connaissait bien son cousin, mais il cherchait encore si c'était un simple trait de caractère ou une manière de se protéger des autres : car ce n'était pas réellement du mépris, il y avait chez Lincoln une certaine forme de politesse que lui, par exemple, n'avait pas, en politicien gouailleur et avisé. Witcher ne savait pas faire preuve de respect : il connaissait la crainte, le fait de soumettre et savait traiter les gens en égaux. Il craignait le lord, soumettait ses ennemis et parlait d'égal à égal avec les mangemorts. Chez Lincoln, cette froideur, c'était peut-être bien le fruit d'un mélange des deux hypothèse qu'il avançait. Il sourit, amicalement, sans méchanceté :

« Parce que si c'est John, alors Ruth n'a plus de témoin étant donné que c'est James qui célèbre le mariage. Je ne vais tout de même pas demander à Eris, imagine s'il fait une crise cardiaque parce qu'il faut qu'il organise mon enterrement de vie de garçon – ce que je ne compte pas te demander d'ailleurs, ce n'est pas comme si c'était mon premier mariage. »

Y avait-il un amour des traditions chez Mike ? Très certainement, à sa manière, il était le descendant  de gens que la tradition avait modelé. Il était un Witcher et à l'encontre de sa famille, il éprouvait beaucoup d'affection, et à l'encontre des traditions de cette famille de paysans amoureux de leurs terres, beaucoup de respect, si bien qu'il ne lui serait pas venu à l'idée de demander à quelqu'un d'autre d'être son témoin. Mais il connaissait Lincoln : avec lui la famille avait perdu d'avance, et Witcher ne pouvait que plier. Cela ne le rendait pas malheureux, juste un peu triste pour Crow, et encore pas tellement, car on ne pouvait pas être triste pour quelqu'un qui choisissait en son âme et conscience.

Enfin, de toute façon, peu importait, puisque ce n'était qu'un sujet subsidiaire, un mariage arrangé, qui respecterait la tradition mais pas grand chose de plus, et il n'était pas fait pour, du moins Mike le prétendait-il : et d'une certaine manière exploser, grâce à Lincoln ou non, les codes d'une société patriarcale dont il s'était démarqué – mariage d'amour, divorce d'amour, le tout à moins de vingt ans, Mike faisait ce qu'il voulait depuis toujours et continuait à le faire - lui plaisait. La deuxième raison pour laquelle ce n'était pas important c'est qu'il n'était pas venu pour ça, mais bien pour l'Irlande et surtout pour la loi sur le sang.

On murmurait déjà que ça serait sa grande œuvre. Qu'il partirait après l'avoir faite passée car il ne pourrait rien faire de mieux. Il avait bien envie, quant à lui, de trouver la mauvaise langue qui avait lancé cette rumeur et de lui faire passer l'envie de sortir des ragots à grands coups de poings dans la gueule. Mais en attendant, il allait rester à l'Ordre Nouveau et mettre en œuvre la loi correctement, et de manière solide. Pour l'heure, il fallait simplement la modifier encore un peu : il haussa les épaules à la remarque de Lincoln.

« Comme tu veux. Les déclarer sang-de-bourbe ne me dérange pas.  A vrai dire, le débat entre les théoriciens puristes est tel que je préfère m'en remettre au jugement du Maitre. »

L'exposé de la loi continua, précis et net : aucun des mots écrits ne cachait quelque chose, finalement, il disait juste ce qu'il allait faire et comment il comptait le faire, rien de plus et rien de moins, Mike n'étant pas du genre à mentir s'il n'y était pas obligé, d'autant qu'ici, la loi avait justement pour but d'être claire. Il commenta la question de Crow en ce sens :

« De facto la marge d'erreur sera réduite par le décret d'application de la loi. Jusqu'à là toute personne essayant de se faire passer pour sang pur était classée sang mêlée, là ils seront classés sang-de-bourbe s'ils fournissent de faux documents. Quant aux rééxamens des dossiers, cela restera très ponctuels : j'en ai trouvé une dizaine au total. »

Rien de bien méchant ni d'insurmontable, donc. Il approuva simplement ce que disait Lincoln : de toute façon, il resterait encore deux jours par semaine en Irlande et les rafleurs ne bougeaient pas. Il se leva et serra la main de Crow :

« Non, rien de plus. A bientôt. »

A vrai dire ils se voyaient de moins en moins et à chaque fois Mike restait sceptique. Comment dire à ses amis qu'on les comprenaient de moins en moins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: There will be blood || Lincoln

Revenir en haut Aller en bas

There will be blood || Lincoln

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-