POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Cours I, Cycle II : Les impardonnables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 07/02/2014
Parchemins postés : 49



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Atticus Grey


MessageSujet: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Mar 17 Juin - 18:59

Nouveau cours aujourd'hui. C'était peut être la seule nouveauté du jour, il fallait bien l'avouer. Car de nouvelle inquisitrice, point, on gardait celle qu'on avait, de nouveaux élèves, non plus. Alors Atticus Grey avait pris cette journée à peu près comme toutes les autres, c'est-à-dire avec philosophie. Après tout, les jours se suivaient et se ressemblaient. Quoi de neuf ? Rien. Ah si. Il avait rasé sa barbe et s'était fait une magnifique moustache de pirate, parce qu'il trouvait ça classe. Le vieux professeur de magie noire avait ainsi l'air encore plus fou. Cela dit il n'avait pas besoin de pousser très loin pour le paraître car même sans accessoires ni pilosité il avait l'air foncièrement barge, sans doute parce qu'il était vraiment timbré. Lui même disait que non. Au contraire, doué d'une intelligence certaine, il pouvait facilement camoufler ses pires travers, ainsi il passait simplement pour un excentrique total. Un excentrique total un peu dangereux, quand on savait qu'il était tout de même professeur de magie noire.

Il exerçait une partie de la sécurité, mais personne ne l'avait vraiment vu faire quoi que ce soit. Malgré tout le rumeurs courraient, on disait qu'il aidait l'Inquisitrice dans les tortures, qu'il y avait déjà eu des meurtres. La panique quoi. Il examina la Grande Salle avec un air auto-satisfait puis étala devant lui la gazette de la Magie Noire. Qu'ils aient peur. Ca ne leur fait pas de mal. Lui aussi avait eu peur, parfois, souvent. Le courage était d'aller au delà de la peur, de vivre avec, parce qu'elle faisait partie du monde, parce que le monde était là pour détruire les gens. Ni plus ni moins. Il continua à lire un petit moment son journal puis quitta la table du petit déjeuner pour aller préparer le cours.

Aujourd'hui au programme, les impardonnables. Matière fondamentale de l'enseignement de la magie noire, demandé aux BUSEs depuis que le programme avait été fait. Bien sur, Atticus avait un programme plus complet pour les deuxièmes cycles mais il ne pensait pas avoir le temps de tout faire, c'était le désavantage d'être arrivé en cours d'année. D'ailleurs, ça avait aussi du pénaliser ses élèves de faculté. Bah, qu'importait. Il n'aimait pas les universités de toute façon. Un point commun avec De SaintClair, à qui il devait répondre. Mais pour ça, eh, faut encore que je relise la moitié de ma bibliothèque...au moins c'était stimulant intellectuellement.

Il entra dans la salle de classe où un brigadier l'attendait. Il surveillait un type à moitié groggy qui ne paraissait pas devoir faire du mal à une mouche : le type en question était un petit Gryffondor de cinquième année qui s'était cru malin et avait voulu trainer dans les couloirs la nuit. Il avait de peu échappé aux détraqueurs mais on avait découvert qu'il allait à la volière communiquer avec son hors la loi de père. Il avait été torturé, devait être envoyé en camp : Grey avait fait valoir qu'il ferait un excellent entrainement pour les impardonnables, comme les furets et les araignées qui attendaient sagement les élèves sur leurs pupitres. Il remercia le brigadier :

« Merci Lethbridge. Vous repasserez le prendre dans une heure ?
-Oui monsieur le sous-directeur. Stewart l'emmène dans les camps si aucun de vos gamins n'arrive à lui faire la peau. »

Il adressa un sourire terne à Grey, celui ci le raccompagna à la porte et fit rentrer ses élèves. Ils étaient plus nombreux que les troisième cycles mais plus petits et plus calmes. La plupart regardaient avec appréhension leur camarade attaché sur sa chaise, devant le bureau du professeur. Grey attendit que tout le monde s'assoit et commença :

« Bonjour à tous ! Comme vous le savez sans doute, je suis Atticus Grey, votre nouveau professeur de magie noire. On va se passer de mes autres titres, vous les connaissez aussi. Bien, l'objectif pour votre cycle, ce sont les BUSEs, j'attends de vous de la motivation et du sérieux, et pas que vous regardiez la loque à coté de mon bureau, c'est moi qui cause, alors on me regarde. DISCIPLINE, Wolfgang, DISCIPLINE. Ca vaut pour vous aussi. » Il fit une pause et prit le cahier d'appel et commença à appeler tout le monde. Arrivé à une Poufsouffle, il releva la tête : «  McFusty, quand on t'appelle, tu réponds...pas avec un couinement, je te prie. »

Il n'était pas sympathique, mais personne ne pouvait lui reprocher, il était le professeur, après tout. Il n'allait pas se justifier. Une fois l'appel finit, il commença le cours en lui même :

« Alors, vous avez eu pas mal de remplaçants, je n'aurais pas le temps de faire le programme en entier. C'est moi qui fait les sujets d'examens, moi qui vous examine, vous avez de fortes chances de tomber sur le sujet de ce cours. Nous allons travailler sur les Impardonnables, et je peux déjà vous annoncer que pour la prochaine fois, vous devrez répondre à la question suivante : en quoi le sortilège de mort diffère-t-il des autres impardonnables ? » Notez le, et nous commençons.

En premier lieu, mis à part l'Avada Kedavra, les autres Impardonnables sont le Doloris, qui a pour formule « Endoloris », et l'Imperium qui a pour formule Impero. Ce sont des sorts de magie noire, ils peuvent être informulés et sont dit Impardonnables car mis à part les membres de l'Intendance, leur utilisation constitue un crime passible d'emprisonnement à Azkaban.

Le sortilège de mort  est réputé imparable et sans contre-sort. La formule produit un jet ou un éclair de lumière verte, et un bruit semblable à une rafale de vent, comme si quelque chose d'invisible et d'énorme prenait brusquement son vol. Il est le plus difficile des trois à lancer. Sa formule viendrait de l'araméen "adhadda kedhabhra" c'est-à-dire "que la chose soit détruite". C'est le sort suprême de la magie noire, qui vise en général à la destruction, car il permet l'anéantissement complet de la cible.

Le Doloris, lui,  inflige à la victime une douleur presque intolérable. Certains sont devenus fous d'avoir subi ce sortilège trop longtemps. D'autre en sont morts. Il faut vouloir infliger la douleur, il vous faut ressentir l'envie de faire du mal, à la cible.

L'Imperium, lui, permet de soumettre la cible à la volonté du lanceur. Cela peut avoir l'air moins terrible que les deux premiers, mais imaginez un instant qu'on peut vous contraindre à tuer toute votre famille en le lançant. Vous devrez avoir de la volonté pour le lancer, et pouvoir tenir sur la durée. Si votre cible à un mental fort, il sera moins facile de lui lancer, et elle pourra s'en libérer. »

Il laissa le temps de noter, puis reprit :

« Maintenant, nous passons à la pratique. Vous commencerez facilement, avec une araignée. Un peu plus gros, avec un furet. Enfin, vous passerez à tour de rôle vous entrainez sur monsieur Grant, qui a mérité par son comportement cette punition. Je passe dans les rangs voir ce que vous faites. Vous commencez par l'imperium. Au travail ! »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Mar 17 Juin - 19:13

Il était presque l'heure d'aller se coucher, Kimmy était une nouvelle fois seule dans son dortoir, les autres préférant rire dans la salle commune. Elle en avait profité pour sortir sa petite figurine représentant un noir des Hébrides, elle avait alors donné un petit coup de baguette sur lui, l'animant ainsi. Depuis que la magie avait été tolérée en dehors des cours, elle ne risquait plus grand chose avec de la métamorphose de deuxième année. La créature s'envola du creux de sa main pour virevolter dans la pièce, fendant les airs en lançant parfois des petits piaillements à peine audibles.
Du bout de sa baguette, elle guidait le petit animal, le forçant à exécuter magiquement quelques figures acrobatiques, pour s'amuser, comme pour s'évader.
Pendant qu'elle faisait ça, elle n'était pas en train de penser à tel ou tel cours, elle se retrouvait ailleurs, comme si elle avait réussi à faire venir un morceau de chez elle ici. Après une petite minute, elle laissa le jouet libre de ses mouvements et replia ses bras sur elle, toujours sur son lit adossée au mur. Il en fallait peu pour qu'elle se sente bien, mais l'inverse était vrai aussi.
Le professeur Worell avait beau essayer de faire en sorte que tout se passe bien, elle demeurait bien seule finalement. À quoi bon s'acharner se disait elle, elle perdait peut être son temps à essayer de tisser des liens ici. Peut être que ça n'était pas pour elle … peut être qu'elle n'avait rien à faire ici.
D'un autre coté, elle était obligée de rester, elle n'allait pas fuir comme une hors-la-loi, pas elle, pas la petite Kimeria MacFusty, ça n'était pas ce qu'elle était. Et pourtant elle en avait tellement envie.

Elle resta encore quelques secondes à regarder son jouet, jusqu'à ce qu'il se repose sur sa table de nuit et ne reprenne sa forme immobile. Machinalement, elle s'allongea, se blottit contre un coussin et fixa le ciel dehors à travers sa fenêtre. Il était sombre, parsemé de quelques nuages, et comment était il chez elle ? Elle voulait le savoir, elle voulait partir, elle voulait oublier …


*******************************************


Silencieusement, comme à son habitude, elle prit son repas, sans lever la tête, sans adresser un seul mot à ses voisins de table, la petite était là, invisible, inexistante. Personne ne remarqua que, ce jour là, ses cheveux étaient un peu plus peignés, personne ne remarqua qu'elle avait pris du bacon, alors que d'habitude elle préférait prendre autre chose, personne ne la remarqua finalement.
Elle lâcha même un soupir à contrecœur, soupir qui ne fut même pas aperçu, elle était seule, comme toujours.

Les examens approchaient et les vacances aussi. Kimmy se fichait bien des examens, elle avait surtout envie de retourner chez elle, de ne plus être ici. Elle, qui était studieuse auparavant, ne révisait plus, elle n'avait pas ouvert un seul parchemin à l'approche des examens, et ne semblait pas plus inquiète que d'habitude. Excès de zèle ? Pas du tout, elle n'aimait tout simplement pas se prendre la tête avec des cours alors que son quotidien était un enfer déjà difficilement supportable.
La petite savait qu'elle ne pouvait pas avoir toutes ses BUSEs, et surtout celles de politique internationale et de magie noire, deux grosses matières mais dans lesquelles elle était loin d'exceller.
Pour le reste, elle s'en sortirait avec des A, des EE, et un ou deux O, mais sans plus, elle était une élève dans la norme, passée d'élément prometteur à la normalité, par leur faute. Elle était une élève esseulées, en perdition, qui perdait un peu plus pieds jour après jour.
Son comportement était foutrement trop impersonnel pour être parfaitement normal, mais ça, qui le voyait ?

Personne ne la remarqua quand elle quitta la table, ni quand elle passa en direction de la sortie, traversant l'allée, elle grimpa ensuite jusqu'au premier étage, ses affaires dans son sac. Elle fixa un temps le portrait de l'inquisitrice Lestrange avant de rentrer dans la salle de cours avec les élèves, étant parmi les derniers à rentrer, elle trouva une place plutôt à l'arrière, par manque de chance et peut être d'intérêt aussi, il ne fallait pas le cacher. Un sourire discret à Eileen, mais elle ne se déplaça pas pour venir s'asseoir vers elle, inutile, elle avait une image à défendre après tout.
Elle se plaça donc à coté d'une Serdaigle, s'excusant du dérangement occasionné par un sourire en coin vraiment gêné. Après quoi, elle sortit ses affaires et attendit que le cours commence véritablement.
On disait que le sous directeur, le professeur Grey, était un individu pour le moins étrange, et assez spécial dans son genre, en témoignait le Gryffondor attaché devant son bureau. La petite Pouffy ne le connaissait pas mais elle l'avait déjà vu en cours avec elle, c'était dommage pour lui, mais s'il en était arrivé là, c'était qu'il l'avait mérité non ?

« Bonjour à tous ! Comme vous le savez sans doute, je suis Atticus Grey, votre nouveau professeur de magie noire. On va se passer de mes autres titres, vous les connaissez aussi. Bien, l'objectif pour votre cycle, ce sont les BUSEs, j'attends de vous de la motivation et du sérieux, et pas que vous regardiez la loque à coté de mon bureau, c'est moi qui cause, alors on me regarde. DISCIPLINE, Wolfgang, DISCIPLINE. Ca vaut pour vous aussi. »

C'était un étrange charisme qui émanait de cet homme, une aura de folie douce mais pas malsaine, quoi qu'un peu dérangeante quand on était très formel. Son attitude contrastait avec ce qu'on pouvait attendre du professeur lambda de magie noire, encore qu'il n'y avait rien d'étonnant à le voir ainsi, on disait que ça pouvait rendre fou, il en était peut être le meilleur exemple finalement. Kimmy ne savait pas trop quoi penser, elle faisait ce qu'on attendait d'elle. Enfin elle faisait, elle essayait, la réussite n'était pas toujours là, elle était douée dans certaines matières, mais avait quelques lacunes dans les autres, dont la magie noire, elle ne parvenait pas à maîtriser tous les sorts qu'on tentait de lui apprendre. Peut être était ce une question de mentalité ? Peut être pas, elle était un peu trop jeune pour avoir la maturité nécessaire pour apprendre ce genre de chose.
Encore, elle arrivait à s'en sortir avec certains sorts, mais pas avec tous, et elle avait bien peur que cet homme, le professeur Grey, ne daigne le comprendre.

Alors le vieux bonhomme attaqua l'appel. Quand vint son tour, elle baissa la tête et leva haut la main de sa place, ayant magnifiquement droit à une réprimande qui la surprit.

«  McFusty, quand on t'appelle, tu réponds...pas avec un couinement, je te prie. »


Son regard perdu témoignait de l'instant de solitude qu'elle vivait actuellement. Visiblement, il l'avait déjà dans le viseur, pas spécialement dans le bon sens du terme, comme par enchantement.
Elle ne comprenait pas pourquoi elle. Peut être avait il entendu les rumeurs la concernant ? Peut être détestait il un membre de sa famille ? Peut être qu'il n'aimait pas sa tête, tout simplement. Ça y était, elle ne l'aurait pas sa BUSE de magie noire, c'était fixé. À quoi bon s'acharner Kimmy …
Elle bredouilla alors, plus pour faire bonne figure qu'autre chose.

« Présente … p … professeur.»

Elle baissa les yeux ensuite, retourna à son mutisme, laissant disparaître sa voix d'enfant. Elle se cacha presque derrière ses longs cheveux pâles pour ne pas avoir à subir le regard des autres. Sérieusement, pourquoi elle ? Pourquoi faire une fixette, ça ne rimait à rien.
Quand vint la fin de l'appel, le professeur leur expliqua la suite :

« Alors, vous avez eu pas mal de remplaçants, je n'aurais pas le temps de faire le programme en entier. C'est moi qui fait les sujets d'examens, moi qui vous examine, vous avez de fortes chances de tomber sur le sujet de ce cours. Nous allons travailler sur les Impardonnables, et je peux déjà vous annoncer que pour la prochaine fois, vous devrez répondre à la question suivante : en quoi le sortilège de mort diffère-t-il des autres impardonnables ? » Notez le, et nous commençons.

S'exécutant, elle prit le sujet en note. Et bien, ça n'était pas simple, elle qui n'y connaissait rien, ça allait être délicat encore tout ce bazar, comme si elle avait bien besoin d'un devoir à rendre juste avant les BUSEs.
Prenant ensuite en note l'intégralité du cours, le professeur, à la surprise générale, enchaînant sur la pratique :

« Maintenant, nous passons à la pratique. Vous commencerez facilement, avec une araignée. Un peu plus gros, avec un furet. Enfin, vous passerez à tour de rôle vous entrainez sur monsieur Grant, qui a mérité par son comportement cette punition. Je passe dans les rangs voir ce que vous faites. Vous commencez par l'imperium. Au travail ! »

Quoi ?! De la pratique ?! Kimmy écarquilla les yeux alors qu'elle découvrait avec stupeur qu'elle allait devoir user de ces sortilèges. Elle n'avait jamais pensé qu'un jour elle en viendrait à tenter de les utiliser, surtout pas en cours. Mais où allait le monde ? Non vraiment, ça n'avait pas d'intérêt de les faire pratiquer puisque l'usage leur était interdit, mais ça, allez le lui faire dire. Elle se pensait suffisamment mal-vue pour ne pas empirer les choses avec une remarque de ce genre, mieux valait le silence que le cachot … ou que la place de monsieur Grant, non vraiment, le silence était préférable selon elle.
Dans sa boîte, elle trouva les deux animaux. L'araignée était tout à fait repoussante, comme la plupart des araignées, et elle n'eut pas de mal à s'imaginer lancer un sort de la sorte sur de ces bestioles. D'un air peu convaincu et probablement assez dégoûté, elle pointa sa baguette sur la créature avant de formuler :

« Impero.»

Mais rien ne se passa, à son grand soulagement pour être honnête. Visiblement, ça n'était pas son truc puisqu'il n'y avait rien eu. Plus loin, elle voyait ses camarades jouer avec les créatures sous leur contrôle partiel ou total, elle, était tout bonnement incapable de dominer une créature de ce genre. Pourquoi ? Parce qu'elle n'éprouvait rien pour elle, pas plus de pitié que d'envie de la voir souffrir, à quoi bon contrôler une araignée ? À rien, tout bonnement.
Oui, elle faisait peut être du mauvais esprit, mais ça ne changeait rien. Et puis soudain, elle vit le regard du professeur Grey se poser sur elle. Panique à bord, il se dirigeait vers elle, que faire ? L'exercice suivant, ne pas se faire remarquer, et essayer de réussir.

Rapidement, elle approcha sa main du furet, le caressa un peu avant de lui murmurer à voix basse :

« Détends toi … je ne te veux aucun mal … tout va bien se passer.»

Puis elle pointa sa baguette sur l'animal, sentant le regard fou du professeur, avant de formuler une nouvelle fois :

« Impero.»

Elle sentit alors le lien se créer avec la créature, sentant son esprit entrer en communion avec celui du furet, comme si c'était elle qui tirait les ficelles désormais. Le picotement dans ses doigts lui indiquèrent que le lien était établi, présent mais pas total, mais ça ne la dérangea pas pour autant, tant que la créature lui obéissait, il ne lui serait fait aucun mal.
La jeune fille cligna des yeux et la créature sortit de sa boîte, courant à quatre pattes pour se diriger vers elle et grimper sur manche, avant de tourner autour de son bras, ce qui la laissa sourire devant cette réussite amusante et non douloureuse pour l'animal. Après quoi, elle le fit redescendre et le laissa devant elle. La créature releva difficilement le museau et se fit gratter le cou par la petite Poufsouffle. Il fallait rassurer l'animal, lui indiquer que tout ça n'était qu'un 'jeu' et que ça n'allait pas aller plus loin, elle ne voulait pas que ça aille plus loin de toute manière.
Au moins, elle avait su contrôler une créature sur deux, et la plus intéressante des deux, c'était déjà ça se disait.
Lorsque le professeur s'éloigna, elle prit la bestiole dans ses bras avant de lui murmurer à l'oreille encore et de le reposer dans sa boîte :

« Voilà, c'est terminé … tu as été génial, merci … »

La créature retrouva ses esprits et le lien se coupa. La petite Pouffy évita le regard de sa voisine de table, pour ne pas être soumise à un éventuel jugement. Elle se fichait bien de ce que l'autre pouvait penser, mais jamais, jamais on ne dirait que Kimeria MacFusty avait fait du mal à un animal, jamais.

La jeune fille se leva alors pour attendre son tour et essayer de lancer l'imperium sur monsieur Grant. Le pauvre avait eu droit à divers supplices, mais pas avec elle, ça serait simple ce qu'elle lui demanderait, s'il fallait le montrer, elle le ferait mais pas méchamment, il avait suffisamment souffert comme ça, elle lui épargnerait une douleur supplémentaire. Oh il ne lui en serait jamais reconnaissant, mais c'était peut être plus juste selon elle. Elle était comme ça après tout …
Lorsqu'elle s'approcha, pour lancer le sort, elle regarda le corps abîmé du pauvre garçon et compatit un instant. Pointant sa baguette sur lui, elle formula le sortilège pour la troisième fois :

« Impero.»

Elle ne sentit aucun lien, peut être à cause de son manque d'empathie pour son camarade.
Encore un peu perdue, elle baissa les yeux et retourna à sa place. C'était mieux que rien et ça n'avait pas été sa tasse de thé, mais c'était fait. Elle se disait que jamais le professeur ne pourrait les faire pratiquer les autres, c'était bien trop dangereux pour eux …
Alors une fois à sa place, la petite Pouffy gratta le furet dans sa boîte, pensant que peut être l'imperium était lié au sentiment d'assimilation qu'elle pouvait éprouver pour la créature en face d'elle. C'était peut être ça, être en symbiose plutôt que de dominer ? C'était plus dans son cadre à elle, en tout cas, elle ne souhaitait pas voir le mustélidé souffrir inutilement. Pour l'instant, elle n'en était pas là ...

Elle attendait de voir ce que serait la suite du cours, sans grande impatience d'ailleurs.


Dernière édition par Kimeria MacFusty le Mer 18 Juin - 18:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Mar 17 Juin - 19:13

Le membre 'Kimeria MacFusty' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'COURS PA 3 (élève)' :

#1 Résultat :
   

--------------------------------

#2 'Dé PA 4' :

#2 Résultat :
   

--------------------------------

#3 'Dé PA 5' :

#3 Résultat :
   

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Mer 18 Juin - 18:43

Plus de béquilles, une libération bienvenue dans le quotidien parfois bien morose de Mary Kane. Elle avait détesté ses béquilles. Elles avaient été une partie d'elle-même pendant plusieurs mois, la trainant d'un endroit à l'autre de l'école avec une lenteur affligeante. C'était toujours mieux qu'être en chaise roulante ou sur le dos de Llewelyn, mais elle appréciait avoir retrouvé l'ensemble de ses fonctions motrices. Désormais, elle pouvait donc se balader dans Poudlard sans problème, et mieux, descendre et monter les escaliers de l'école à une vitesse normale sans risquer d'être en retard à ses différents cours de la journée. Une bénédiction aux yeux de la jeune Serdaigle.

C'est donc avec un enthousiasme qui ne lui ressemblait pas qu'elle se dirigea vers son cours de Magie Noire. Pourtant, elle n'était pas plus motivée que ça. Son retard en Magie Noire était énorme. Elle avait beau faire, il y avait des matières où elle ne pouvait pas se rattraper seule, peu importait sa bonne volonté ou non. Beauxbâton et Poudlard avaient un programme de magie bien différent. Ils n'étudiaient pas les mêmes matières et la magie noire n'était mise qu'en option à Beauxbâton. Ça n'avait rien d'obligatoire. Mary avait suivi des cours de magie noire parce qu'elle en avait fait son option. C'était ça ou divination, autant dire que le choix n'avait pas été compliqué. Par contre, elle n'avait jamais été bonne. Toujours moyenne. Quand elle était partie de Poudlard, elle était encore une gentille fille qui n'avait jamais fait de mal à personne dans sa vie. Ça avait duré jusqu'à son retour ici. Pour pouvoir utiliser correctement la magie noire, il faut connaître la douleur et vouloir l'infliger. Autant dire que jusqu'à maintenant, Mary n'avait jamais eu aucune raison de le faire.

Désormais, si elle voulait réussir son année, il fallait qu'elle ait une moyenne de treize en magie noire, et non plus dix. Ordre de l'Inquisitrice Bellatrix Lestrange. Dans le fond, quelle importance si elle ne réussissait pas son année. Ça ne changeait rien. À partir de l'an prochain, elle n'aurait plus jamais de cours, tout comme elle ne serrait jamais diplômée. Drôle d'avenir pour une enfant comme elle. Elle aurait pu faire une carrière brillante s'il n'avait pas eu sa timidité et ses antécédents familiaux. Et si un jour, elle voulait quitter Vaas, que ferait-elle ? Rien. Elle s'engageait dans un chemin où aucun retour en arrière n'était possible. Il était déjà trop tard pour elle, il ne pouvait pas y avoir de rédemption.

Ayant participé de son plein gré à la séquestration et la torture d'un de ses camarades, ça faisait d'elle une criminelle. Est-ce que ça changeait quelque chose pour elle ? Mary ne se rendait compte rien. Elle qui était si réaliste et pragmatique, ne voyait pas de changement dans sa vie quotidienne. La seule chose qui changeait, c'est qu'elle n'en avait parlé à personne. Elle n'en avait pas dit un mot à Llewelyn. Pourquoi ? Elle avait probablement peur de sa réaction. Elle avait participé à une torture sans que ça lui pose le moindre problème, pire, elle avait apprécié voir Nash recevoir plus de coups qu'il ne lui en avait donnés. La punition avait été totalement disproportionnée comparé à ce qu'il lui avait fait. Il n'y avait aucune justice là-dedans. Rien. Juste une sanction expéditive. Était-ce de ça que serrait fait sa vie ? À quel point désirait-elle le pouvoir pour pouvoir se venger ? Tant de questions dont elle n'avait pas conscience tandis qu'elle avançait dans le couloir pour se rendre aux cours de Magie Noire de Grey.

Il avait fallu lui envoyé un courrier, expliquant qu'avec son retard en Magie Noire, elle n'était pas certaine d'avoir toutes les cartes en main pour passer son année, et elle avait demandé si elle pouvait suivre des cours supplémentaires. Autant dire que la démarche avait été gênante pour elle. En général, les professeurs étaient ravis de voir des élèves impliqués dans leur cours et Grey faisait partie des professeurs qu'elle appréciait pour sa manière dynamique d'enseigner. Sa demande avait été acceptée sans soucis. Après tout, on faisait désormais la promotion de la Magie Noire à Poudlard et il semblait logique qu'elle veuille réussir son année. Malgré tout, en arrivant devant la salle de cours, se rendant compte qu'elle ne connaissait personne parmi les élèves de second cycle, elle sentit le rouge lui monter aux joues. Oh si, elle reconnaissait Eileen, la Serpentard avec qui elle avait eu une discussion pour le moins intéressante sur la Magie et son utilisation dans les toilettes. Elle ne la salue pas, et se contenta d'un signe de tête de loin. Ça aurait pu passer pour de la froideur de sa part, mais c'était simplement de la timidité.

Une fois entrée en classe, elle s'assit à côté d'une jeune Poufsouffle à l'air aussi timide qu'elle, voir plus qui répondait au nom de MacFusty. Ça aurait pu passer pour de la froideur de sa part, mais c'était simplement de la timidité.

Comme pour le cours des troisièmes cycles, le cours commença sur les chapeaux de roue avec un Professeur Grey très en forme et un élève à l'air peu rassurer à ses côtés. Elle prit le temps de noter ce qu'il disait avant de comprendre de quoi on parlait réellement. Les Impardonnables. Les trois sorts interdits. Quel adolescent n'était pas attiré par eux ? Les adolescents et l'homme en particulier sont attirés par ce qu'ils ne peuvent avoir. C'était le cas des impardonnables. Utilisable uniquement par les membres de l'Intendance, ils avaient longtemps été interdits par le pouvoir et uniquement utilisés par les fidèles du Seigneur des Ténèbres. Il fallait une volonté incroyable pour lancer ce genre de sort. Tout le monde s'accordait à le dire et quoi de plus grisant et effrayant que d'essayer de le faire.

Grisant parce qu'elle était attirée par la connaissance et que c'était le genre de chose que l'on ne pouvait pas connaître sans pratiquer au moins une fois. Toute la théorie du monde ne peut valoir la pratique. Effrayant parce que c'était du haut degré en Magie Noire. N'importe qui ne pouvait pas le lancer. Elle avait autant peur d'échouer que de réussir. Lancer un Impardonnable, c'était définitivement touché à la Magie Noire dans son aspect le plus sombre.

Sur son pupitre, il y avait cette boite contenant deux animaux. Elle se dit qu'elle allait commencer par ça. Ça évitait de se poser des questions inutiles. Les animaux, c'était facile, elle ne les aimait pas. Elle n'avait jamais compris ses camarades qui s'extasiaient sur des bestioles qui n'avaient aucun intérêt. Ils ressemblaient à des parasites. Elle regarda l'araignée. Comment faire pour lui imposer sa volonté. C'était le but du sort après tout.

"Impero"

Prononcé avec conviction et le bon mouvement de baguette, elle sentit l'araignée sous son contrôle. C'était une sensation étrange. Elle se contrôlait elle-même, ses muscles, ses membres et par extension ceux de l'araignée. Elle pouvait lui faire, faire ce qu'elle voulait, la volonté de l'animal ayant été totalement annihiler par la sienne. D'un air un peu distrait, elle la fit sortir de la boite, et tisser sa toile lui donnant des motifs particuliers, comme une artiste, lui ordonnant de faire son dessin par sa simple volonté. C'était grisant et cruel à la fois. Ici, c'était un petit jeu inoffensif qu'elle lui faisait faire, mais jusqu'où pouvait-elle aller, y avait-il une limite ?

Si son contrôle de l'araignée avait été total. Il n'en était pas de même pour le furet. L'animal était plus gros, sa volonté était probablement plus dure à contrer aussi, mais contre toute attente, elle réussit tout de même à faire quelque chose. Elle sentit son contrôle se raffermir et prendre le dessus sur l'esprit de l'animal. Que pouvait-elle lui faire faire ? Sans vraiment réfléchir, elle le lança à la poursuite d'un des furets de ses camarades. Comme un jeu, tout en laissant ses pensées dérivées. Et comme souvent, la première chose à laquelle elle pensa fut Ariana. Quel plaisir si un jour, elle avait pu l'avoir sous sa coupe ainsi. Dire qu'il suffisait d'un simple sort. De pensées, en pensées, celles-ci se firent plus violente et ce qui pour le furet avait commencé comme un jeu devient quelque chose de plus cruel, cherchant à mordre l'autre animal. Ce ne fut que quand Mary s'en aperçut qu'effrayée, elle lâcha sa baguette, rompant son contact avec l'animal et donc le sort.

Elle se sentit soudain très fatiguée et effrayée. Il restait encore un sort à lancer, sur un élève. Un type qu'elle ne connaissait pas. Elle n'avait même jamais entendu son nom. Elle tenta de lancer le sort, mais sans effet.

____________________________________


Dernière édition par Mary Kane le Jeu 26 Juin - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Mer 18 Juin - 18:43

Le membre 'Mary Kane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'COURS PA 3 (élève)' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 4' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'Dé PA 5' :

#3 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Sam 21 Juin - 0:44

Magie noire. Oui. Bon. Ce n’était définitivement pas la tasse de thé d’Eileen, sauf qu’en étudiant dans une école comme Poudlard elle n’avait d’autre choix que de se forcer et d’assister aux cours donnés. Ils avaient eu toutes sortes de profs en magie noire et aucun n’avait jamais réussi à intéresser Eileen. Aujourd’hui ils avaient un nouveau professeur, elle l’avait déjà vu dans l’école auparavant et puis elle le connaissait forcément puisqu’il avait été nommé sous-directeur par Bellatrix Lestrange, à priori, rien que ne lui permette de l’apprécier.
Arrivée avec les premiers élèves (la politesse primait toujours sur le manque d’envie) elle attendait devant la salle, et jeta un coup d’œil à l’intérieur de celle-ci puisqu’elle était ouverte et aperçut un brigadier tenant fermement un gamin qui semblait avoir leur âge. Haussant les épaules, elle décida que tout ça n’était pas ses affaires et qu’il lui valait mieux attendre le professeur sans trop se poser de questions, tout leur serait expliqué ensuite.

Elle entra, s’installa au rang du milieu, plus loin que là où elle se plaçait pour tous les autres cours parce que non, elle n’appréciait pas de devoir se rendre à un cours tel que celui-ci. On ne devrait pas les obliger à pratiquer telle ou telle magie, c’est purement barbare, tout le monde devrait pouvoir choisir ce qu’il veut faire de sa vie, ou en tout cas de sa magie. Seulement Poudlard excellait dans le bourrage de crâne maintenant, alors pourquoi se priver ?

Elle vit Kimeria lui faire un sourire mais resta en place puis aperçut Mary Kane, se remémora leur discussion dans les toilettes des filles, c’était dingue ce qu’elle pouvait être patiente et conciliante quand elle le voulait vraiment.


« Bonjour à tous ! Comme vous le savez sans doute, je suis Atticus Grey, votre nouveau professeur de magie noire. On va se passer de mes autres titres, vous les connaissez aussi. Bien, l'objectif pour votre cycle, ce sont les BUSEs, j'attends de vous de la motivation et du sérieux, et pas que vous regardiez la loque à coté de mon bureau, c'est moi qui cause, alors on me regarde. DISCIPLINE, Wolfgang, DISCIPLINE. Ça vaut pour vous aussi. »

Arquant seulement un sourcil en voyant que le garçon restait et surtout en apercevant la moustache de son professeur, elle resta néanmoins silencieuse et répondit comme d’habitude lorsqu’on appela son nom, et ne put réprimer un sourire lorsqu’on appela Tiéphaine juste après elle, ça lui faisait ça à chaque fois, c’était idiot mais elle le vivait bien.

«  MacFusty, quand on t'appelle, tu réponds...pas avec un couinement, je te prie. Alors, vous avez eu pas mal de remplaçants, je n'aurais pas le temps de faire le programme en entier. C'est moi qui fais les sujets d'examens, moi qui vous examine, vous avez de fortes chances de tomber sur le sujet de ce cours. Nous allons travailler sur les Impardonnables, et je peux déjà vous annoncer que pour la prochaine fois, vous devrez répondre à la question suivante : en quoi le sortilège de mort diffère-t-il des autres impardonnables ? » Notez-le, et nous commençons.»

Les impardonnables comme sujet de BUSEs ? Ben voyons. Il ne manquait plus que ça. C’était un sacré coup pour elle, ces trois sorts (ou au moins deux d’entre eux) rassemblaient ce qu’elle détestait le plus dans la magie noire : l’envie de faire souffrir & la torture pour le plaisir & la mort, l’envie tellement irrépressible de tuer un être que vous étiez obligés d’en arriver à ce sort, c’était terrible selon elle, elle se voyait blesser gravement, oui, s’il le fallait. Mais tuer … elle préférait attendre un peu avant d’en arriver là, elle n’était absolument pas prête à le faire. Alors intérieurement elle espérait qu’on lui laisse le choix, qu’après tout lancer le sort de la mort en cinquième année n’était pas un but en soi puis elle se rappela qu’elle était à Poudlard, elle n’avait pas le choix, si jamais Grey avait décidé qu’ils lanceraient ce sort eh bien ils le feraient, ou au moins ils essaieraient.
Elle trouva cependant dommage qu’il n’aient pas le temps d’aller bien plus loin dans le programme car elle aurait bien voulu voir ce à quoi ressemblait la nécromancie, elle avait toujours peur du résultat – soyons francs, jouer avec les morts n’avait rien de plaisant sur le papier – mais Tryan avait tenté de dédramatiser la chose dans ses lettres et elle avait au moins assez de curiosité pour vouloir tenter le coup. Il ne lui restait plus qu’à espérer qu’ils aient le temps de le faire.

Quant à la question, elle la nota bien sûr mais bon, elle ne savait même pas d’où elle tirerait la motivation pour y répondre.
S’en suivit la description intégrale de chaque sort et de leurs effets, Eileen nota tout, bien évidemment mais sans grande conviction, elle espérait simplement rester le plus longtemps possible sur la théorie.


« Maintenant, nous passons à la pratique. Vous commencerez facilement, avec une araignée. Un peu plus gros, avec un furet. Enfin, vous passerez à tour de rôle vous entraînez sur monsieur Grant, qui a mérité par son comportement cette punition. Je passe dans les rangs voir ce que vous faites. Vous commencez par l'imperium. Au travail ! »

Dommage pour toi mon chou. Comme pour le dernier cours de défense absolue, la pratique était arrivée très rapidement sur le tapis. Au moins commençaient-ils par le moins barbare des trois, elle était sûre de ne pas avoir à puiser une envie de faire souffrir ou de tuer gratuitement, comme ça au fond d’elle, non, contrôler l’esprit paraissait plus dans ses cordes ou en tout cas dans ses envies. Après, elle n’était pas obligée de torturer lorsqu’elle obtenait le contrôle, tout était dans la modération.

La Serpentard s’approcha donc de l’araignée, plutôt grosse d’ailleurs pour un insecte de son genre, c’était à se demander s’ils rechargeaient les stocks dans la forêt interdite.
Pointant sa baguette sur la dame à huit pattes qui se fichait royalement de sa présence elle prononça distinctement la formule, pas question de se foirer sur celui-ci.


« Impero. »

À sa (pas si) grande surprise, l’araignée sembla d’un coup comme éveillée et commençait à s’agiter un peu dans son bocal. Eileen se demanda si sa tentative d’intrusion l’avait mise en colère puis elle se rendit compte qu’elle aussi ressentait cette agitation, cette envie de sortir de ce petit bocal, ça avait donc fonctionné. Elle fit donc sortir premièrement l’araignée de son bocal et lui fit faire plusieurs fois le tour de la table, un petit sourire aux lèvres. Bon, une araignée ce n’était pas grand-chose mais c’était un bon début. Elle réquisitionna ensuite sa voisine de table, Regina comme c’était bizarre. C’était pour Eileen l’occasion de faire d’une pierre deux coups : tester la puissance de son sort et emmerder un peu celle qui la gênait encore plus qu’un bout de papier toilette long comme un balai collé sous ses chaussures en sortant des toilettes. Elle réquisitionna donc le bras de l’asiatique qui n’avait d’autre choix que d’obéir et fit marcher l’araignée sur celui-ci. Elle n’avait pas envie que la bestiole pique sa camarade alors si cela arrivait, elle saurait qu’elle contrôlait mal la situation, dommage pour Regina. Puis, quand elle vit que Miss-pot-de-colle était à deux doigts de défaillir après plusieurs traversées de l’araignée, la blonde fit partir la bestiole sur le côté et voulut essayer quelque chose d’autre avant de passer à la cible suivante. Elle voulait essayer de lui faire tisser une toile, un truc joli quoi. Elle accrocha le premier fil au coin de la table et la fit le dérouler jusqu’à son encrier, ce n’était pas très haut mais elle ne voulait pas se lancer dans l’ascension de l’Everest pour le moment, restons humble. Ceci dit elle lui fit faire une plutôt chouette toile, et, fière d’elle, la fit retourner dans son pot et lui fit un clin d’œil avant de passer à la cible suivante. C’était assez drôle de contrôler une araignée et surtout de pénétrer dans son esprit, elle avait hâte de voir le reste.

« Impero. »

Elle avait maintenant tenté le sort sur le furet, mais dès le début elle ne sentit pas la même connexion, elle avait la ferme impression de ne pas le maîtriser correctement, il fallait dire que c’était un peu plus compliqué que le très faible esprit de l’araignée. Elle le fit cependant sortir de sa cage et arriva à le faire avancer un peu sur la table, cependant, elle sentait l’affolement interne de l’animal et l’envie de se libérer qu’il ressentait, cette envie était d’ailleurs presque aussi forte que l’envie d’Eileen de le contrôler ce qui rendait l’échange compliqué.
Elle essaya tout de même de le faire sauter de la table mais il prit tellement peur et refusa tellement avec tout son esprit de le faire qu’il rompit de force le lien et retourna en couinant dans la cage. Hmm. Tant pis. Il ne lui restait plus qu’à passer à la prochaine cible, l’humain. Elle se sentait déjà fatiguée magicalement et mentalement parlant, ce n’était pas une partie de plaisir de lancer ces sorts tout de même, ça demandait un gros paquet d’énergie.
Elle s’approcha tout de même du garçon, se disant que quelque part, la violence n’était plus gratuite lorsqu’on l’avait méritée. Même si elle se doutait bien que parmi les élèves passés avant elle il y en avait un bon nombre qui faisaient cela sans même se demander s’il l’avait vraiment mérité. En tout cas, même si elle arrivait à le contrôler elle ne ferait rien d’extravagant, il ne s’arracherait pas d’œil seul ou ne mettrait pas à danser la lambada tout nu. En tout cas pas avec elle. Elle avait dans l’idée de le faire marcher, ramper peut-être aussi ou même se rouler par terre mais rien de plus. Enfin avant fallait-il encore réussir le sort.
Le garçon n’avait pas l’air très frais mais elle pensait quand même arriver dans les premiers pour lui lancer son sort.


« Impero. »

Comme pour le furet, elle sentit une connexion, un petit quelque chose s’établir puis le fit lever sa main, très haut au-dessus de sa tête puis la replaça. Elle le fit très péniblement se lever mais n’arriva pas à lui faire faire plus d’un ou deux pas avant qu’il ne s’écroule de lui-même au sol. Il avait rompu le lien mais n’avait pas la force de se relever, elle voulut relancer le sort pour l’aider mais elle n’était plus dans le truc et se loupa alors elle laissa aux autres élèves le soin de faire ce qu’ils voulaient avec lu et retourna à sa place.

Elle avait peur de devoir utiliser le doloris ou l’avada kedavra, c’était réellement contre ses principes.


Spoiler:
 


Dernière édition par Eileen A. Anderson le Sam 21 Juin - 1:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Sam 21 Juin - 0:44

Le membre 'Eileen A. Anderson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'COURS PA 3 (élève)' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 4' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'Dé PA 5' :

#3 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 24/08/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 07/02/2014
Parchemins postés : 49



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Pr Atticus Grey


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Mer 2 Juil - 18:08

La mort, la douleur, le fait de contrôler quelqu'un était-il grisant ? De tous les sorts qu'il faisait aujourd'hui lancer à ses élèves, Atticus préférait le doloris, en bon – ou plutôt mauvais dans son cas – médicomage. Celui qui maitrisait la douleur, le fait de faire mal, et de savoir comment soigner, était le maitre du monde, le vrai maitre, car cette personne avait le vrai pouvoir de vie et de mort sur les gens. Le reste ce n'était que des moyens subsidiaires de contrôle. Atticus avait toujours été un garçon curieux, ravi d'apprendre et de comprendre, de repousser toujours les limites du connu vers celle de l'inconnu, et il était devenu un adulte sans limite. Plus on sait, plus on connait, plus on veut apprendre, et mieux on y arrive. La connaissance passait par la pratique. Il ne paraissait pas méchant professeur, mais il restait sévère et ne tolérait pas les cas de conscience. La conscience, chez lui, c'était pour les faiblards et les perdants.  Il avait toujours vu le monde en deux catégories : ceux qui étaient des ratés et ceux qui n'étaient pas des ratés. Il avait bataillé, mais il n'appartenait pas à la deuxième catégorie, lui il faisait au lieu de penser, ce qui était mieux. Scientifique fou ? Oui, peut-être mais au moins lui, il avait vécu, il n'avait pas eu, contrairement à tous ces résistants, oui même Ben Mulciber, qui pourtant passait pour un terroriste, une vie honnête et un peu conne, parce non, Atticus Grey n'était pas honnête et un peu con, il était un mec qui en voulait, et il se donnait les moyen d'avoir, les moyens de gagner.

Parce que le reste du monde était constitué d'une bande de perdant – enfin non. Tous ceux qui ne pouvaient pas tuer ou martyriser des gens sans qu'on leur pose de questions étaient des perdants, tous ceux qui ne voulaient pas le faire ou n'en étaient pas capables aussi. Atticus Grey était un type méprisable et méprisant, mais on ne pouvait pas lui oter cela, il était un dur, un vrai. Et le reste du monde ne valait la peine d'être considéré que s'il était dur ou possédait son égal en matière d'intelligence. Le premier cas se produisait assez souvent pour être notable, le second cas, presque jamais.

De ses élèves, en général, Atticus n'attendait pas grand chose, sinon rien. Je me demande qui est l'intellectuel de la bande. Qui voudra étudier à la faculté. Il était là pour leur donner les bases, parce qu'il était épuisé de voir arriver des larves à la fac mais également parce qu'il aimait engueuler des élèves sans défense...pardon leur apprendre des choses. Il n'avait pas spécialement la vocation du hussard noir de l'Intendance, mais il aimait le pouvoir, et écraser des gamins, et se taper des gamines, elles aussi sans défense. Cas désormais banal dans l'administration intandancienne. Aussi banal que les gamins qu'elle construisait, sans personnalité, sans talent, bons à servir. Qui auraient une vie honnête et un peu conne. Atticus Grey préférait s'intéresser à ceux, même pas forcément les plus brillants, mais les plus malins et débrouillards, qui ne seraient pas forcément honnêtes mais surement pas cons. Des gens admirables en somme.

Il circula un peu pour voir comment ce petit monde se débrouillait, pris des notes, félicita ceux qui réussissaient des sorts parfaits, et revint à la chaire.

« Avant de passer au Doloris, vous noterez que l'Imperium est le seul sortilège impardonnable qu'un sorcier peut lancer à plusieurs personnes : certes il doit le faire les unes après les autres, mais il peut maintenir le sortilège sur plusieurs personnes – mettons vous trois si vous m'emmerdez trop, je suis clair ? RUBBER ! Réponds quand je te cause, petit con ! » Le gamin donna l'impression de rentrer sous sa chaise tellement l'explosion de colère avait été soudaine. Et c'est d'ailleurs tout aussi soudainement qu'elle s'évanouit pour laisser place au cours, de nouveau : « Maintenir l'Imperium sur plusieurs personnes est difficile car le contrôle est divisé par le nombre de personnes ensorcelés. La puissance magique est divisée par trois si vous jetez l'imperium à trois personnes, ect. De plus il faut compter sur un double paramètre – le deuxième principe d'Often-Meyers : : plus le jeteur de sort est puissant plus le controle est fort, et plus la personne ensorcelée est puissante moins le contrôle est fort. Il y a également une histoire de volonté qui peut être couplée avec ce paramètre. 

Ce qui nous amène au doloris. Le doloris est le moyen le plus sur de faire du mal à la personne en face de vous. Bien entendu, ses effets varient selon une règle semblable au second principe d'Often-Meyers, plus le lanceur est puissant, plus les dégâts sont grands, plus celui qui subit le doloris est puissant, plus les résultats s'annulent. A noter cependant que si vous avez subi plusieurs fois le doloris d'un sorcier très puissant, si un sorcier moins puissant vous le lance, il y a de fortes chances pour que vous trouviez que c'est de la gnognotte.

Le doloris nécessite l'envie de faire mal : il est donc utilisé par des gens qui aiment la cruauté gratuite, ceux qui veulent punir, et ceux qui haissent à un point tel la personne en face d'eux qu'ils n'hésitent pas à s'en servir. Le Doloris est donc généralement utilisé dans des combats – en général votre adversaire ne s'en relevera pas, et vous avez une bonne raison de le hair, si vous en êtes rendus  à lui lancer ce sort, c'est qu'il veut votre peau et mérite qu'on le déteste – et comme châtiment pour les criminels qui ont trahi l'intendance.

Ca tombe bien, car si je ne suis pas sur que les araignées et les furets soient des traitres, monsieur Grant l'est. Vous pouvez commencer. »


Il s'assit à son bureau et entreprit de noter les points déjà acquis au premier lancer. Certains hésitaient et il releva la tête, durement :

« Et par pitié, mesdemoiselles, arrêtez de vous extasier sur les furets tous mignons, s'ils vous mordent, vous pourriez avoir la rage. EXECUTION ! »

RP :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Mer 2 Juil - 18:22

Pour une première fois, ce n'était pas mauvais, c'était probablement ça qui était effrayant. Mary s'était toujours considérée comme faible. Faible face à sa sœur, faible face à l'autorité, aux adultes, à Poudlard, au régime. Jamais dans sa vie, la jeune fille n'avait eu l'impression d'avoir un talent particulier. On peut être intelligent et ne pas se rendre compte de sa vraie valeur. C'était le cas de Mary. Intelligente, avec un bon esprit d'analyse, sa tendance à se croire inférieure aux autres la rendait parfois moyenne et l'empêchait de s'épanouir pleinement. Avoir quelqu'un à ses côtés qui lui répétait, et lui montrait qu'elle n'était ni faible, ni inférieure aidait. Elle se rendait compte que Llewelyn participait beaucoup aux changements qui s'opéraient en elle.

Bien entendu, il n'y avait pas que lui. Vaas n'était pas étranger à ses changements, il y était même au cœur. Aurait-elle particip2 à une torture avant de le rencontrer ? La question la tracassait. Ce qui était fait, était fait. Elle ne reviendrait pas là-dessus, et à bien y penser, elle n'éprouvait pas de regret pour ce qui c'était passé. Non, Nash Collins n'avait eu que ce qu'il méritait. Rien de plus. Quoique parler de mérite ici n'était peut-être pas une bonne chose. On n'a pas ce qu'on mérite. À bien y penser, malgré ce qu'elle avait dit sur son lit d'hôpital, elle n'avait pas mérité d'être torturée comme elle l'avait été. Dans le cas de Collins, peut-être la punition était-elle disproportionnée par rapport à ce qu'il lui avait fait subir. En étant un minimum honnête, elle ne pouvait que la trouver disproportionnée. Il avait simplement ennuyé la mauvaise personne, et par extension, il avait payé pour ce qu'il avait fait, mais également pour ce qu'Ariana et H avaient fait. Non, la torture en elle-même ne la perturbait pas. Ce qui occupait son esprit, c'était de savoir si elle tombait dans la violence parce qu'elle côtoyait Vaas, ou si c'était quelque chose qui était simplement inévitable qu'elle le veuille ou non. Était-ce dans sa nature profonde ? Llewelyn la disait gentille, mais souvent, elle n'en était pas si sûre. Peut-on être gentille et prendre du plaisir à voir les autres avoir mal ?

En attendant, ce n'était pas le moment de se poser la question. Après l'Imperium, c'était le Doloris qui était au programme. Il y eut quelques explications sur l'Impérium qu'elle nota consciencieusement. Les Impardonnables l'avaient toujours intéressée de prêt et ce n'était pas tous les jours qu'on les étudiait en cours. La suite allait leur donner plus de mal. Lancer l'Impérium était une chose, on ne faisait que contrôler sa cible et on n'était pas obligé d'être forcément cruel avec. Le Doloris par contre, relevait de la douleur pure. De l'envie de faire mal à autrui. Une sensation familière pour Mary vu qu'elle la quittait rarement depuis qu'elle était sortie de l'hôpital.

Inconsciemment, son regard se tourna vers Eileen, elle se souvenait de la discussion sur la magie noire qu'elle avait eue avec la jeune Serpentard. Elle ne devait pas être à l'aise, ici, dans cette salle de classe, à jeter des impardonnables. Elle n'était pas la seule d'ailleurs. La plupart des élèves, même ceux qui avaient une « grande gueule » semblaient hésitants à l'idée de jeter le sort. Les filles en particulier lorsqu'on en venait au furet. Le Professeur Grey ne tarda pas à le remarquer, et un rappel à l'ordre assez sec, vient régler le problème.
Sans plus attendre, Mary se tourna vers les animaux. Le premier à passer était l'araignée. Elle n'aimait pas les animaux, mais les détestait-elle au point de vouloir les faire souffrir ?

« Endoloris »

La formule avait été prononcée timidement, elle se sentait impressionnée de tenter de lancer un sort aussi puissant. C'était un peu comme si elle n'osait pas le dire. Après tout, le Professeur Grey avait bien dit que ces sorts n'étaient autorisé à être lancés que part des gens faisant partie de l'Intendance. Autant dire que vu la tournure que prenait sa vie, il y avait peu de chance pour qu'elle soit un jour autorisé à le lancer. Et d'un côté, bientôt, elle n'aurait plus besoin d'autorisation pour rien. Autant saisir cette chance et en profiter pour apprendre à le faire.

L'araignée ne s'était pas vraiment tordue de douleur. C'était frustrant, parce qu'elle voulait vraiment réussir son sort, mais il était difficile de détester un animal de ce genre. Ce fut la même chose avec le furet. Oh certes, il manifesta quelque signes de douleur, mais rien de concluant. C'est un peu découragé qu'elle se dirigea vers le pauvre Grant, qui venait de recevoir une bonne dizaine de Doloris consécutif. Elle le regarda attentivement avant de lancer son sort. Il pleurait et semblait être au bout du rouleau. Elle eut un sourire méchant. Mon pauvre, pensât-elle, si tu crois que ce que tu subis est dur, tu n'as encore rien vu. Ils en ont probablement encore des pires en réserve. Nuls doutes que quand les brigadiers viendraient s'occuper de lui, il comprendrait que ce qu'il venait de subir n'était rien. En attendant, c'était à son tour.

« Endoloris »

Peut-être parce que c'était un humain, peut-être parce qu'elle pensait à Ariana à ce moment-là, mais le sort lancé de façon bien plus puissante que précédemment. La douleur ne semblait pas insupportable, mais elle était bien présente chez sa cible. Mary sentait une partie de sa colère et de sa haine se déverser à travers le sort. C'était un sentiment puissant et grisant à la fois, tout en étant effrayant. Le sort s'arrêta, et c'est à moitié satisfaite qu'elle se détourna de sa cible, elle aurait bien voulu réessayer.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5408



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables Mer 2 Juil - 18:22

Le membre 'Mary Kane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 4' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 5' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'Dé PA 6' :

#3 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cours I, Cycle II : Les impardonnables

Revenir en haut Aller en bas

Cours I, Cycle II : Les impardonnables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-