POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Memories [RP solo, QG OP, Chili]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 19/09/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 24/05/2014
Parchemins postés : 474



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hermione Granger Origins


MessageSujet: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Lun 14 Juil - 6:20

"La démarche vers le savoir n'est pas d'accumuler de la science, comme d'aucuns accumulent des richesses ; c'est de reconnaître sa propre réalité dans le monde, et de la juger ; c'est de renouveler en soi le mystère de la création" - Le médecin de Cordoue, de Herbet Le Porrier

Prendre une telle décision ne fut pas chose aisée, croyez-le. Cela faisait des mois qu'Hermione se trouvait confronter à un grave dilemne qu'elle avait su mettre à profit en lisant tout ce qu'elle avait pu dénicher à propos de l'occlumancie. Depuis quelques mois, elle repensait à cette séance de torture en compagnie de Bellatrix, à la force de caractère et à la détermination affichée pour résister jusqu'à l'abandon de ses forces, pour envisager puis accepter le sacrifice de sa vie afin de protéger Harry et la résistance. Elle songeait parfois à ce qui arriverait si un légilimens parvenait à pénétrer violemment son esprit, à accéder à toutes sortes de souvenirs en relation avec ses secrets, son enfance, des détails d'ordre privé, sur la résistance ou ses connaissances sur les horcruxes. Elle voyait cet intru lui infliger une immense souffrance, une torture de l'esprit et une profonde humiliation en l'exposant ainsi, impuissante et non-consentante, à ce qui serait devenu un acte de voyeurisme et un viol mental. Elle voyait l'intru se délecter de sa vulnérabilité, de ses vaines tentatives de résistance, en jouant avec ses souvenirs et ses émotions afin de lui infliger une terrible souffrance jusqu'à la folie ou la mort.

Être privée de son libre-arbitre était intolérable. Hermione savait qu'en cas de capture, elle pourrait surement tenir assez pour ne pas trahir, pour laisser à ses compagnons le temps de prendre des dispositions afin d'assurer leur sécurité. Elle savait que rare était ceux qui parvenaient à tenir jusqu'au sacrifice sans lâcher des noms, des informations et des localités, à moins d'y être contraint par le sortilège du Fidelitas ou un sortilège de mutisme. Mais en dehors des instruments de torture et du chantage, il existait l'impérium et le véritaserum pour vous faire agir et parler contre votre volonté. Combien de fois en avait-elle entendu parler ? Pour résister aux tentatives d'intrusion et aux influences extérieures, pour renforcer son esprit, dissimuler ses pensées, ses souvenirs et ses émotions, il lui fallait l'organiser, l'endurcir, se construire une barrière défensive, ranger son esprit, développer et entretenir cette capacité. Oh, pour l'instant, il lui serait impensable d'opposer une résistance suffisante pour contrer un expert comme l'était Tom Jedusor, certes, mais plus vite elle réussirait et plus elle pourrait s'entraîner, faire des progrès et l'utiliser comme compétence défensive.

Si cette technique était utile, le choc psychologique que l'apprentissage de l'occlumancie suscitait dans l'esprit et la chair de son pratiquant exigeait certaines qualités personnelles telles qu'une véritable force de caractère, une grande capacité de concentration, beaucoup de discipline, de maîtrise de soi, d'entêtement et de résistance physique. Ne devenait pas occlumens qui voulait. Le professeur Rogue avait été un occlumens de talent, bien plus que son ancien Maître, lui qui avait le défaut de perdre tout discernement et toute concentration lors de grosse colère. C'était ainsi qu'il avait su le berner durant des années jusqu'à sa mort tragique à Poudlard ; une ironie du destin que celle d'avoir été trahi par un homme dont il avait cru les mensonges et les promesses, y compris de Dumbledore. Severus était mort par les crochets de Nagini après avoir confié à Harry de précieux souvenirs, après lui avoir avouer la vérité en guise de rédemption : il avait aimé Lily et jurer de protéger son fils en paiement de sa dette, sans lui mentionner que la mort de ses parents étaient en partie de sa faute. Une tragédie.

Hermione n'avait pas oublié l'instant où Severus perdit le contrôle de sa barrière mentale pour exprimer sa peur, son chagrin, ses regrets, son Amour. Elle qui l'avait toujours défendu de Harry et Ron au motif qu'il avait la confiance du professeur Dumbledore, la née-moldue avait cru à sa trahison, au fait qu'il ne l'avait jamais apprécié en qualité d'élève de Gryffondor et de meilleure-amie de Harry. Mais qu'en était-il en réalité, lui qui s'était montré si odieux et injuste durant des années ? Il avait aimé une née-moldue qui lui ressemblait beaucoup, mais en plus superficielle et dénuée de psychologie. Elle ignorait que Severus avait été harcelé, humilié durant sa scolarité, qu'il avait manqué de chance et fait preuve de maladresse avec Lily. Elle ne savait pas que James Potter était une andouille, quelqu'un qui se prenait pour un mousquetaire invincible, le garçon le plus populaire et le plus doué de sa génération, en compagnie de Sirius Black, de Remus Lupin et de Peter Petigrew. La mort les avaient marqué du seau de la malédiction et tous ou presque avaient passé l'arme à gauche dans des circonstances tragiques. Oui, la magie noire était corruptrice et contre nature, un chemin à éviter. Elle exigeait des sacrifices tantôt sadiques tantôt en sang. Elle endommageait l'âme.

Spoiler:
 

Pour Hermione, l'un des chemins vers la sagesse consistait à connaitre ses forces et ses faiblesses, à jauger ses limites avec prudence et à déterminer celles de ses adversaires. Dans son grimoire, elle avait appris que lorsque l'on subissait une intrusion il était possible de sentir une présence étrangère dans son esprit, particulièrement lorsque celle-ci était violente. Elle se souvenait avoir été soumise à l'Impérium en quatrième année. Elle avait senti la présence de Croupton Jr dans sa tête et elle n'avait rien pu faire de mieux que de lui obéir, en oubliant de l'avoir fait dès lors que le contact avait été rompu. La légilimancie s'apparentait à la même chose, à la différence qu'elle n'était pas faite pour vous dire quoi faire ou quoi penser. Et bien que la jeune femme comprenait, elle avait du mal à se représenter concrétement la manière dont un légilimens agissait, ce qu'il voyait une fois le sort lancé et de quelle manière il agissait sur les souvenirs, car son livre indiquait aussi l'existence d'intrusions "discrètes". Dans ce cas, comment faire pour repousser l'intrusion ? Penser très fort qu'il devait s'en aller ? Comment réaliser la présence d'un intru ? Comment Harry avait-il fait pour éjecter Tom Jedusor alors qu'il n'avait montré aucune aptitude ?

Elle envisageait donc d'apprendre l'occlumancie pure ou comment séparer temporairement ses émotions de ses souvenirs en purgeant ses pensées immédiates ; une technique basique qui impliquait de "ranger" son esprit, en sachant que des émotions fortes attiraient les légilimens aussi surement qu'une trainée de sang dans un banc de requins. L'ennui avec cet art occulte c'était son aspect sado-masochiste. Pour renforcer son esprit, il fallait endurer une souffrance aussi bien mentale que physique, apprendre à la gérer et à en prendre l'habitude afin de parvenir à résister aux perturbations induites par les intrusions violentes, par la présence de quelqu'un d'autre dans votre cerveau afin de trouver la force et la détermination pour l'expulser. L'enseignement serait éprouvant et dérangeant. Hermione devrait endurer ce mal pour son bien et surtout trouver un professeur digne de confiance, en sachant que cet exercice revêtait un caractère intime. Mais qui choisir pour un rôle aussi important ? Horace Slughorn ? Kingsley Shacklebolt ? Elphias Dodge ? Tout trois étaient des occlumens et des légilimens expérimentés, mais si son choix se porta sur Kingsley, ce fut à cause de son ancien métier, de son expérience et de son charisme.

Quartier-Général de l'Ordre, zone AmSud, Chili...

Aussi, en cette fin d'après-midi, Hermione se trouvait au quartier-général Chilien de l'Ordre du Phénix, sur les haut-plateaux de la cordillère des Andes où le climat était aride et les températures fraîches. Elle portait un vieux jean, un pull surmonté d'un poncho et une paire de bottines sans tâlons. La pièce était chauffée, mais elle avait pris soin de déposer un bocal contenant une flamme bleue - l'une de ses spécialités - sur ses genoux et par dessus une couverture. Elle lisait d'un air absorbé un traité d'Alchimie sur les sympathies et les antipathies avec pour objectif de comprendre le principe de la transmutation des métaux, pour transformer du plomb en or, mais aussi pour fabriquer des pierres précieuses, ce qui n'était rien de plus que la première étape vers la réalisation du "grand oeuvre", à savoir la pierre philosophale. La quête de l'immortalité n'était pas son but, contrairement à la transmutation de l'esprit, à la quête d'une plus grande sagesse et connaissance sur l'univers. Cette quête initiatique ressemblait à un jeu de pistes, avec des énigmes et des indices dissimulés dans des poèmes, des formules mathématiques, des tableaux et des livres, comme la table d'émeraude d'Hermès Trismégiste. Il était question d'un art occulte qui ne pouvait être révélé qu'aux initiés, qu'à ceux ayant l'intelligence sûre.

L'intérêt qu'elle manifestait pour l'occlumancie, la légilimancie et l'alchimie lui permettait d'oublier un peu les tracas du quotidien et ses responsabilités. Sa curiosité scientifique, son désir d'apprendre poussait la jeune femme à s'intéresser à tout ou presque afin de s'en faire une idée et d'en retirer quelque-chose. Hermione savait que la capacité à fermer son esprit était un pré-requis, pour apprendre à se maîtriser et à entrer dans le cerveau de quelqu'un. La colère, la suscéptibilité et l'esprit de vengeance étaient des moteurs qui pourraient sans doute lui permettre de contrecarrer certaines faiblesses comme son hyper-émotivité, son manque de confiance en elle et sa crainte de l'échec. Une Granger déterminée, féru de travail, ayant l'envie d'en découdre et focaliser sur son objectif serait difficile à vaincre et à décourager. Elle l'avait démontré à maintes reprises, bien qu'elle ne pouvait s'empêcher d'avoir des doutes quant à ses chances de réussite. Dès lors, un bon professeur pourrait lui apprendre à se servir de sa force de caractère pour faire des progrès, pour mettre en place de solides défenses et devenir un occlumens et un légilimens redoutables d'ici à quelques années. Car, oui, si la légilimancie permettait d'organiser son esprit et de mieux réfléchir, on pouvait aussi s'en servir comme d'une arme.

En donnant rendez-vous à Kingsley en fin de soirée, dans l'une des salles de détente vide afin d'assurer le secret, Hermione avait pris soin de disposer des sortilèges d'impassibilité autour de la pièce - en dehors de la porte - pour en être certaine. Cette histoire ne revêtait pas un caractère ultra-confidentiel, mais dissimuler une compétence utile au regard des autres - comme le professeur Dumbledore l'avait fait avec Harry - serait plus intelligent afin de garantir l'effet de surprise et permettre de tromper l'ennemi de manière plus crédible. Et Ron ? Eh bien, elle n'avait pas jugé utile de lui donner trop de détail. Sa compagne l'avait averti qu'elle suivrait des cours particuliers, selon un planning qui restait à définir et qu'il n'avait pas besoin d'en savoir plus. Lui n'avait guère broncher, trop content d'avoir remarqué depuis quelques jours un changement dans l'attitude de sa compagne. Devait-il espérer une amélioration notable de leur rapport, un sauvetage de leur relation intime ? C'était encore prématurée. Ils avaient beaucoup de travail, peu de temps à se consacrer, des difficultés à avoir une vie privée et certaines choses à règler. Quant à songer au mariage ou à avoir des enfants, elle n'y pensait même pas. Comment pourrait-on envisager une chose pareille dans leur situation ?

Attachant ses cheveux en un chignon rapide, la née-moldue se servit une tasse de maté, une infusion traditionnelle de la culture des amérindiens Guaranis, que l'on retrouvait dans plusieurs pays d'Amérique du Sud ainsi qu'au Moyen-Orient et dont les effets étaient comparables à ceux du thé et du café. La boisson, au goût fort et amer, pouvait se consommer aussi bien chaude que froide et était réputée pour favoriser la résistance au froid. On en trouvait à profusion au Chili et cela ne coûtait rien. Ajoutant un peu de sucre dans son verre, la jeune femme en prit quelques gorgées lorsque celui qu'elle voulait voir fit son apparition. Vêtu de sa tenue traditionnelle Africaine, avec une grosse boucle dorée sur une oreille, Kingsley était revenu d'une mission diplomatique en Afrique centrale. L'ancien Auror devait à présent songer à établir son rapport préliminaire et à prendre un peu de repos. Lorsque leur conversation toucha à sa fin, Hermione aborda une question d'ordre plus personnelle. Après une discussion où elle évoqua les raisons de sa demande, Kingsley accepta.

Deux jours plus tard, la née-moldue rejoignit Kingsley dans un endroit sûr et peu fréquenté de la base. Après avoir pris les précautions d'usage, Shacklebolt placa une pensine sur une table en prenant soin d'y placer ses souvenirs les plus intimes et les plus dérangeants. Il installa une chaise pour son élève au centre d'une pièce vide de toute décoration, pour lui donner l'illusion d'un interrogatoire et d'un espace peu chaleureux. La résistante lui avait demandé de ne pas faire semblant, de ne pas la ménager, mais l'ex Auror se refusa à aller trop loin pour ne pas mettre Hermione en danger. Le rôle d'un professeur était d'enseigner, de guider et de veiller sur la sécurité de ses élèves. Elle qui aimait le challenge, qui était capable d'opposer une puissante détermination, il était important de maîtriser sa capacité à se mettre au travail jusqu'à l'épuisement.

"- Nous allons commencer par une expérience simple..." fit Kingsley avec sa voix puissante et un ton très calme. "Je vais entrer dans votre esprit sans vous expliquer comment me repousser. Cela vous montrera ce que cela fait lorsqu'un legilimens s'attaque à vous, pour que vous reconnaissiez une intrusion. Je n'agirai pas de manière agressive, mais sachez qu'à l'avenir plus l'agressivité sera là, plus nous nous entraînerons et plus l'intrusion sera exigeante et douloureuse. Vous apprendrez à résister à cette douleur, à endurcir votre esprit, à aller aux limites de votre résistance physique. Sachez qu'un mage noir utilisera contre vous toutes sortes d'artifices : des images et des émotions violentes, des attaques psychiques, il tentera de manipuler vos souvenirs et vos sentiments, à accéder à ce qu'il convoite sans se soucier de votre survie. Savez-vous ce qui se passe en cas d'échec lorsque vous vous entraîner en compagnie d'un individu inexpérimenté ou si vous rencontriez le Seigneur des ténèbres ?", lui demanda-t-elle avec gravité.

Hermione réfléchit un bref instant. Elle savait ce qui l'attendait et elle avait compris la mise en garde qui venait de lui être formulée. Interrogeant sa mémoire, elle extirpa ses connaissances apprises durant l'étude de ses grimoires d'occlumancie. Elle connaissait les risques.

"- Eh bien, en cas de perte de contrôle catastrophique l'occlumens et le legilimens peuvent subir certains désagréments, tels que des souvenirs endommagés, des troubles de la mémoire, de l'aphasie, de la névrose, de l'amnésie, des transferts de souvenirs, des accès de délirium et de folie irréversible. Dans certains cas rares, ils peuvent perdre leurs pouvoirs magiques ou subir une dislocation de leurs âmes, le plus souvent fatal.", répondit-elle sur un ton professoral.

C'était à cause de la vieille magie, du sacrifice de Lily Potter que le sortilège de l'Avada Kedavra avait rebondit sur Harry et détruit l'enveloppe physique de Vous-Savez-Qui, faisant de son meilleur-ami un "survivant", l'élu, un horcruxe créer de manière involontaire par le Seigneur des ténèbres. C'était ainsi qu'il lui avait transmis le don rare de fourchelang, cette cicatrice qui le brûlait, lui faisait mal. C'était à cause de cela qu'il cauchemardait parfois, qu'il entrait dans l'esprit de son pire ennemi, un peu comme un art divinatoire.

"- Je vois que vous avez étudié la question, Hermione", ajouta-t-il avec un sourire appréciateur. "Fermez les yeux et respirer profondement. Tâchez de vous détendre au maximum. Pour plus de sécurité, je vais mentionner l'incantation. Par la suite, ce ne sera plus le cas. Préparez-vous...", lui demanda-t-il avec une certaine autorité.

Se concentrant sur les battements de son coeur, Hermione tenta de gérer au mieux son appréhension du mieux possible en essayant de ne pas penser à toutes ces choses qui l'avaient inquiétée à propos de l'occlumancie et de la légilimancie. La maîtrise de soi et la concentration étaient essentielles. En soupirant d'appréhension, elle concentra ses efforts sur l'idée qu'elle ne pourrait pas résister à l'intrusion, qu'elle était entre de bonnes mains. Pour l'instant, il ne s'agissait qu'à faire l'expérience d'une intrusion, non de la repousser. Lorsque cela fut chose faite, elle fronça les sourcils et s'adressa à son professeur :

"- Je suis prête...", lui dit-elle d'un air concentré et déterminé.

"- Legilimens !", lança Kingsley avec détermination, en braquant sa baguette magique droit sur son élève.

La résistante eut à peine le temps de ressentir cette onde frappant son cerveau de plein fouet, de faire l'expérience de cette étrange sensation que l'on éprouvait lorsque l'on tombait de sommeil ou lorsque l'on subissait les effets d'une légère cuite. Elle pensait avoir tourner de l'oeil. Le décor minimaliste s'était mit à onduler et à flotter autour d'elle avant de disparaître dans une déformation brumeuse. Tout cela venait de se produire en fraction de seconde. De nombreuses images se succédérent rapidement dans son esprit, lui donnant l'impression de revoir sa vie à vitesse accélérée sous la forme de flashs, comme un film d'une nature si réaliste et si vivant que l'expérience occultait tout le reste.

L'ancienne Gryffondor se trouvait à présent dans la salle sur demande vêtue de son uniforme de Poudlard. Elle était accompagnée de Harry et de Ron, eux aussi vêtus de leurs uniformes. Le décor ressemblait étonnement à celui qu'ils utilisaient pour leurs réunions de l'A.D. au cours de leur cinquième année. Ils n'étaient que tout les trois. Il s'agissait sans doute de la fin du cours de Défense contre les forces du Mal pendant le "règne" d'Ombrage.

" - Les cours particuliers de Rogue aggravent les choses" ,dit Harry d'un ton tranchant. " J'en ai assez que ma cicatrice me fasse mal et je commence à me lasser de marcher chaque nuit dans ce couloir" ,conclût--il d'un air furieux tout en se massant sa cicatrice. " J'aimerai bien que cette porte s'ouvre enfin, je ne peux plus supporter de rester devant à la contempler bêtement..."

" - Ca n'a rien de drôle" ,répliqua sèchement Hermione. "Dumbledore ne veut plus que tu fasses ce rêve de couloir sinon, il n'aurait pas demandé à Rogue de t'enseigner l'occlumancie. Il faut simplement que tu travailles un peu plus tes leçons."

" - Je travaille" ,protesta Harry, l'air mécontent. " Tu n'as qu'à essayer, toi, un de ces jours - te retrouver face à Rogue qui cherche à entrer dans ta tête - ce n'est pas une partie de plaisir, crois-moi ! "

" - Peut-être que..." ,dit lentement Ron.

"- Peut-être que quoi ? " ,lanca Hermione sur un ton plutôt sec.

" - Peut-être que ce n'est pas de la faute de Harry s'il n'arrive pas à fermer son esprit." ,reprit Ron, l'air grave.

" - Qu'est-ce que tu veux dire ?" ,demanda Hermione d'un air étonné.

" - Eh bien, peut-être que Rogue n'essaye pas vraiment d'aider Harry..."

Harry et Hermione s'observèrent avec des yeux ronds. Ron leur jeta à chacun un regard sombre et éloquent.

" - Peut-être... (il baissa la voix) qu'il essaye d'ouvrir un peu plus l'esprit d'Harry... pour faciliter la tâche de Tu-Sais...

" - Tais-toi Ron " ,l'interrompit Hermione avec colère. "Combien de fois as-tu soupçonné Rogue sans avoir jamais eu raison de le faire ? Dumbledore a confiance en lui et il travaille pour l'Ordre, ça devrait te suffire."

" - Il a été un mangemort" ,répliqua Ron d'un air têtu. " Et on a jamais eu la preuve qu'il avait véritablement changé de camp."

" - Dumbledore lui fait confiance" ,répéta Hermione. " Et si on ne peut pas faire confiance à Dumbledore, alors on ne peut faire confiance à personne."

Puis, le décor changea à nouveau. Kingsley avait interrompu le contact, ramenant ainsi son élève dans la réalité du monde tangible. Hermione fut comme extirpée de son propre cerveau, comme si elle venait de se plonger dans une sorte de sommeil en apné et en être sorti avec un léger picotement aux tempes et un peu de désorientation. Une expérience étonnante, mais fascinante ! Mais lorsqu'elle réalisa qu'elle se trouvait face à son professeur et qu'elle ne rêvait pas, sa respiration s'était un peu accelérée à cause d'un léger malaise. Cette fois, elle savait, oui, elle savait que les exercices suivants seraient plus  difficiles, plus exigeants. Elle savait ce que Harry avait expérimenté, en moins désagréable. L'espace d'un instant, elle se mit à douter puis à adopter un air sombre. Non, elle ne renoncerait pas si vite. Elle s'était engagée à devenir occlumens, elle devait prouver qu'elle en était capable, qu'elle n'était pas faible. Son regard se fit plus dur : elle n'échouerait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/09/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 24/05/2014
Parchemins postés : 474



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hermione Granger Origins


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Ven 18 Juil - 14:35

"La psychanalyse est au subconscient ce que la cartographie est aux dunes du Sahara." - Anonyme

Spoiler:
 

Toujours assise dans cette salle vide, Hermione venait de vivre l'une des expériences les plus fascinantes et les perturbantes de sa vie. Perturbée par une respiration haletante, par des picotements aux tempes et par un léger malaise, elle avait senti la présence d'un autre esprit dans le sien, elle s'était revue à une époque qui lui semblait à la fois proche et lointaine, celle où elle luttait déjà contre les forces du Mal, où elle était Préfète de Gryffondor et où elle sonna la révolte contre le Ministère et la dictature d'Ombrage. Ce fut une expérience étrange, comme un retour dans le temps. Cela lui avait fait repenser à Harry, aux cours d'occlumancie du professeur Rogue, à la bataille du Ministère, à ses BUSES et à sa rencontre avec les Centaures, au fait qu'elle allait devoir endurer une épreuve physique et mentale pour devenir elle-même occlumens.

Son regard s'était fait plus dur tant sa détermination à échapper à l'échec était puissante. Elle comprenait ce qu'avait vécu son meilleur-ami, ce qui l'attendait au cours des prochains mois. "Lire dans les pensées" était une simplification moldue, alors qu'il s'agissait plutôt d'une fouille archéologique. L'esprit était constitué en couches successives, organisées de manière plus ou moins rationnelles selon les individus : une partie pour les idées superficielles, une pour les tâches répétitives, les pensées immédiates, les souvenirs les plus anciens, etc. Le légilimens parcourait ces couches à la recherche d'émotions fortes, de désirs cachés, de souvenirs compromettants ou douloureux afin d'atteindre sa cible. C'était là tout l'intérêt de savoir dissocier temporairement ses émotions de ses souvenirs, pour ôter à l'intrus toute emprise. Mais c'était sans compter les souvenirs manipulés ou créer de toute pièce pour vous abuser.

Elle s'était attendu à un commentaire de la part de Kingsley, mais celui-ci ne vint pas. Il aurait pu lui parler de Harry ou de Rogue. L'Auror se contenta de l'observer en silence, avec bienveillance. Puis, lorsqu'il fut assuré que son élève avait repris ses esprits, il se prépara pour la suite des exercices. Le sorcier allait lui apprendre les bases de l'occlumancie pure, à fermer son esprit grâce à une technique simple. Si Hermione progressait vite, il songeait à lui apprendre à repousser l'intrusion à l'aide de sa volonté, puis à l'aide d'une série ultra rapide de souvenirs ou d'émotions afin de submerger et de perturber son adversaire. La suite exigerait de sa part la maîtrise des bases de la légilimancie et l'utilisation d'une pensine. Raffermissant son emprise sur sa baguette, Shackelbolt s'adressa à son élève avec sa voix grave et apaisante :

"- Je vais maintenant vous apprendre à fermer votre esprit en séparant temporairement vos émotions de vos souvenirs. Fermez les yeux...", lui demanda-t-il. Lorsqu'elle fut prête, il ajouta : "A présent, concentrez-vous et videz votre esprit de toute pensée immédiate. Restez calme et détendu. Respirez calmement." Kingsley attendit plusieurs minutes en silence. "Bien... Maintenant, imaginez une immense salle contenant l'ensemble de vos souvenirs et émotions, l'essence de votre individualité. Avertissez-moi lorsque vous visualiserez cela dans les moindres détails".

Miss Granger faillit perdre sa concentration à cause de sa demande. Les yeux clos et sa respiration sous contrôle, Hermione tenta de s'imaginer dans une immense salle beignant dans l'obscurité puis dans une lumière diaphane. Ayant eu un peu de mal à concevoir les contours de la pièce, elle visualisa un espace gigantesque aux contours un peu flous. Bien-sûr, si l'imprécision ne lui plaisait guère, elle trouva cela acceptable pour un début, en sachant qu'il lui faudrait remédier à cet écueil aussitôt que possible. Il fallait espérer que cela soit suffisant. La suite fut délicate puisqu'il s'agissait d'une exigence métaphorique. Elle devait se replier sur elle-même, s'imaginer recluse dans cette immense salle, comme prisonnière de son propre cerveau. Lorsqu'elle ne pensa plus à rien et que tout n'était plus que calme et solitude, elle avertit son professeur :

"- Je suis prête, professeur...", lui fit-elle avec calme.

Pour visualiser ce qu'elle était en train de faire, imaginez que vous ayez la possibilité de vous replier dans votre esprit, en contrôlant vos pulsations cardiaques et votre respiration, sans une pensée parasite. Songez à la possibilité de créer un souvenir immédiat ressemblant à une immense salle vide ; une pensée où attérirait un legilimens tentant de pénétrer vos esprits. Voilà ce qu'elle faisait. Lorsqu'on lui disait que l'occlumancie nécessitait une véritable force de caractère ainsi que de la détermination, on avait oublié de lui préciser que cela exigerait aussi de sa part une faculté de synthèse, de logique, d'adaptation, d'imagination et de contrôle de soi. Rien d'étonnant à ce que la légilimancie soit une matière complémentaire à cet art occulte !
Au bout de cinq minutes, Kingsley reprit la parole :

"- A présent, un brouillard épais s'infiltre dans cette pièce jusqu'à en recouvrir votre champ de vision. Vous devez en dissimuler les moindres contours. Prévenez-moi lorsque vous serez prête."

Hermione fronça légèrement les sourcils. Du brouillard ? N'importe qui d'autre aurait pu sourire et perdre sa concentration en imaginant cette scène et le caractère singulier de sa demande, mais Hermione demeura concentrée et en plein travail. A ses yeux, cela n'avait rien de drôle. C'était même très sérieux. Cela voulait-il dire qu'elle devrait maintenir le brouillard et son étonnante "neutralité" en dépit de la douleur et du malaise qui ne manquerait pas de croître à mesure où le legilimens augmenterait la violence de ses attaques ? Rester concentrée et faire barrage ne seraient pas facile ! Effectivement, cela exigeait une véritable force morale, une grande résistance physique. Il ne fallut que quelques minutes à la née-moldue pour se retrouver encerclée dans son esprit par un brouillard métaphorique, à l'intérieur d'une pièce imaginaire gigantesque. Ainsi, lorsqu'elle fut satisfaite par l'opacité, elle reprit la parole avec calme et les yeux fermés :

"- Je suis prête."

La résistante ne s'attendait pas à réussir. Elle s'était préparée à une confrontation musclée, à certains échecs et à des troubles physiques. On venait de lui expliquer comment fermer son esprit de manière basique, mais pas comment éjecter l'intrus. Sans attendre, Kingsley lanca le sortilège du legilimens de manière plus ferme, à puissance normale. Hermione fut frappée en pleine tête par cette étrange sensation qui la fit chavirer, en voyant le décor onduler et s'effacer pour laisser place à ce brouillard métaphorique. Sentant la présence de Kingsley dans son esprit et ayant eu un peu plus de mal à s'adapter à la douleur, elle fit de son mieux pour rester immobile à l'intérieur de son esprit, détendu, sans la moindre pensée. Ses efforts étaient dirigés vers ce brouillard, cette barrière invisible qui la séparait de son adversaire. Elle ressentit aussitôt une certaine résistance puis une volonté assez forte et une douleur plus forte l'envahir. En tentant de s'y opposer, sa situation devint de plus en plus inconfortable, mais ce ne fut qu'à cause de son inexpérience qu'elle ne sentit que trop tard la présence de son professeur s'accroître dans son esprit. Et comme elle n'avait pas mis toute sa volonté pour le repousser, par crainte de le blesser, elle fut assez vite submerger.

Son brouillard s'estompa. De nouveaux souvenirs en flash... Voilà qu'Hermione devait avoir environ cinq ans. Elle se trouvait assise devant un piano à côté d'une femme qui devait être sa mère ou son professeur particulier. C'était difficile à dire pour Kingsley. Puis, il vit le souvenir d'une Hermione plus âgée qui se trouvait toute seule dans sa chambre, allongée sur son lit et pleurant à chaudes larmes. A en juger par l'agenda ouvert qui se trouvait prés de ses livres d'école, il s'agissait de la St-Catherine. Elle n'avait reçu aucune lettre... Puis un autre souvenir s'imposa : Un décor de bibliothèque, visiblement moldu. Hermione etait en train de lire et de faire ses devoirs. Trois filles passèrent devant elle, s'arrêtérent et se mirent à chuchoter. L'observant d'un air moqueur, les trois filles se mirent à glousser. "- Pourquoi tu n'as aucun ami, Granger ?" ...

D'autres souvenirs... Hermione se trouvait dans la cour de récréation de son école moldue. Un garçon et une fille s'approchèrent d'elle en lui souriant d'un air moqueur. "- Hey Granger ! J'ai un problème avec mon devoir de maths. Tu veux pas m'aider ? ", fit le jeune garçon tandis que sa copine semblait trouver la situation des plus drôles. Hermione lui répondit sèchement en prenant un air autoritaire : "- Tu n'as qu'à te débrouiller tout seul ! J'ai réalisé que tu t'étais servis de moi en faisant semblant de vouloir être mon ami. Tu espérais juste que je fasse ton devoir. Tu sais où tu peux te le mettre maintenant... Ah !", fit-elle en se retournant et faire mine de s'en aller. Le jeune garçon rétorqua : "- Eh oh ! Granger ! C'est pas sympa ça ! Reviens içi espèce d'intello !" Hermione s'arrêta net, se retourna en toisant les deux zigotos avec un air sévère : "- Je préfére être une intello plutôt qu'un scolopendre de la pire espèce tel que toi. " Le jeune garçon écarquilla les yeux : "- Un quoi ??" Hermione leva les yeux au ciel et ricana d'un air amusé avant d'ajouter : "- Tu n'as jamais ouvert un dictionnaire de ta vie, ma parole ? Eh bien tu devrais, crétin !"

Poudlard, jour d'Halloween 1991. Hermione venait de sortir dans les derniers de son cours de sortilèges lorsqu'elle arriva à hauteur d'Harry, Ron et Seamus, en s'approchant assez pour entendre le rouquin se moquer d'elle. La cloche sonnant le prochain cours retentissait dans la cour extérieure : "- Il fallait dire leviiiiosa et pas leviosa ! (rires) Elle est vraiment cinglée cette fille. On comprend pourquoi elle n'a aucun ami". Le coeur d'Hermione se déchira en mille morceaux. Serrant plus intensément son cahier contre sa poitrine, elle accéléra le pas en baissant la tête, déployant de gigantesques efforts pour éviter de verser une larme devant eux. Son désir était de filer droit vers les toilettes des filles où personne ne viendrait la chercher, ne penserait à elle, car cela valait mieux ainsi. "- Je crois bien qu'elle t'a entendu." ,déclara Harry à Ron.

Soudain, le décor changea de nouveau. Hermione était de retour dans la pièce vide. Kingsley venait d'interrompre le contact et de sortir de son esprit. La jeune femme ne prononça pas un mot. Perturbée par des picotements sur les tempes, une douleur au niveau des globes oculaires et une légère nausée, cette étape l'avait un peu éprouvée. Que penserait l'ancien Auror d'elle ? Son professeur n'avait eu accès qu'à certains faits particuliers, non à l'ensemble de sa vie. Elle  remarqua que les quelques souvenirs auxquels il avait assistés avaient tous un lien avec son enfance, à la tristesse et à la souffrance qu'elle avait éprouvée de n'avoir aucun ami ni personne en dehors de ses parents et de ses professeurs pour lui accorder un peu d'affection et d'attention. Pas étonnant qu'elle se soit réfugiée dans les études surtout avec un talent qui contribuait à faire son malheur. Recevoir un sourire ou un compliment de la part d'un professeur étaient les seules choses qui lui donnaient cette impression de sécurité, d'exister et de contrôler sa vie. Ce besoin d'être aimer, d'exister étaient devenus une question de survie ; un besoin qui s'estompa, mais qui perdura par la suite.

"- Ce n'est pas mal du tout, Hermione. Pour réussir à me repousser, vous devriez surmonter ce que vous avez ressenti lors de l'intrusion et focaliser toute la puissance de votre volonté afin de surmonter mon emprise, me maintenir en respect et m'éjecter avec toute la conviction et la brutalité de votre esprit. Votre seul but c'est de vous faire violence afin de faire barrage. La puissance de votre mental et la douleur que vous lui infligerez forcera votre agresseur à lâcher prise. Ne prenez pas de gants. Allez-y franchement..."

Ce que Kingsley ne mentionnait pas c'était la manière de parvenir au même résultat en opposant à son adversaire une âme et des sentiments si purs qu'ils provoqueraient chez un mangemort et surtout chez ceux qui s'étaient enfoncés très loin dans la magie noire et leur cruauté une souffrance si terrible qu'ils leurs seraient impossibles de maintenir le contact sans provoquer chez eux des dégats importants voire même la mort. C'était ce qui c'était passé avec Harry. "Ce ne sont pas vos ressemblances qui comptent, ce sont vos différences" avait déclaré Dumbledore à son jeune protégé. L'Elu avait opposé sa pitié, des sentiments puissants face au Seigneur des Ténèbres qui finit par vaincre l'un des legilimens les plus puissants. De la vieille magie, du mysticisme ou de la science chamanique élémentaire, mais bigrement efficace... Bon, eh bien, puisqu'il lui disait de ne pas y aller de main morte...

"- Je vous remercie. Je ferai mon possible..."

"- Voulez-vous faire une pause pour reprendre quelques forces ?"

Miss Granger ajusta une mèche de cheveu et se pinça un peu les lèvres. Intérieurement, elle pensait qu'en cas de capture, on ne lui laisserait pas le temps de boire, de manger, de dormir, qu'on lui infligerait d'autres formes de torture, le cas échéant. Alors, même si ceci ne ressemblait en rien à un interrogatoire ou à un véritable viol mental, il était hors de question de faire une pause.

"- Merci, mais cela ne sera pas nécessaire. J'imagine qu'en cas de véritable attaque on ne me laissera pas le temps de souffler. J'ai accepté ces cours en sachant ce que cela impliquait. On prétend souvent qu'il ne faut pas rester sur un échec et je n'ai pas l'intention d'abandonner. Alors, si ça ne vous faire rien, j'aimerais recommencer, s'il vous plait."

Kingsley esquissa un sourire. Il se rappela cette jeune femme qui avait défendu son point de vue face à Alastor, lors de l'élaboration de la tactique des sept Potter, lorsqu'elle fit preuve d'entêtement en prétendant que Harry ne se laisserait pas prendre une poignée de cheveux sans la ramener et qu'elle se proposait d'agir avec ruse, mais fermeté. Le plus drôle était de se dire qu'une jeune de dix-sept ans avait fait valoir son opinion de manière ferme, mais un peu craintive ; quelque-chose de rare lorsque l'on savait que peu avait osé s'opposer au caractère puissant, paranoïaque et relativement dingue de l'Auror. En réalité, il n'était pas si méchant une fois qu'on le connaissait et sa perte avait été vécu comme une tragédie au sein de l'Ordre. Shackelbolt se souvint l'espace d'un instant du danger, de cette jeune adulte luttant à ses côtés sur ce sombral contre cinq mangemorts. Deux furent blessés, un autre tué avant que le Seigneur des ténèbres lui-même ne se mette à les poursuivre. Il avait confondu la meilleure-amie de l'Elu avec son ennemi mortel, preuve de son talent de duelliste. Sa détermination à endurer les pires souffrances, à ne pas renoncer face à la difficulté et son courage étaient admirables. Cela et ce qu'il avait vu à propos de son enfance ne faisaient que le conforter dans l'excellente opinion qu'il avait d'elle. Cette petite aurait fait une bonne Auror...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 19/09/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 24/05/2014
Parchemins postés : 474



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hermione Granger Origins


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Mer 30 Juil - 20:59

« Quand le passé n'éclaire plus l'avenir, l'esprit marche dans les ténèbres. » Alexis de Toqueville

Après avoir averti qu'elle souhaitait poursuivre, Hermione ferma les yeux, vida son esprit de toute pensée puis fit de son mieux afin de reconstruire avec précision cette immense salle baignant dans un brouillard opaque. Cela ne lui prit que quelques minutes, mais tout avait à nouveau disparu. Cette fois, elle n'allait pas laisser à Kingsley le temps d'intensifier sa volonté lorsqu'il heurterait son esprit. Aussi, plus cette attaque serait violente, plus sa détermination devrait s'opposer à celle de l'intrus, plus elle serait physiquement éprouvée et plus la douleur serait intense, plus les tentatives s'enchaîneraient et plus tôt elle s'y ferait. Eh bien, allons-y !

Voilà qui n'avait pas déplu à son professeur. Son élève se montrait bien plus déterminée, disciplinée et beaucoup plus forte qu'il ne l'avait imaginé. Bien qu'hyper-sensible et victime de certains handicaps, la jeune femme disposait d'un caractère très affirmé ainsi que d'étonnantes ressources qui la rendaient têtue et particulièrement redoutable lorsqu'elle était en colère ou déterminée à défendre une cause quelconque. Lorsqu'elle fit le vide dans son esprit, Kingsley utilisa à nouveau la légilimancie pour une énième tentative. Les yeux clos, la née-moldue sentit une onde la frapper de plein fouet, jusqu'à sentir la présence de son professeur dans son esprit.

L'état émotionnel de "la victime" faisait toujours resurgir des souvenirs ou des émotions précises à la surface. On brusquait son élève pour déclencher chez elle une réaction précise et surtout l'absence de réaction, dans le cadre d'un apprentissage de l'occlumancie. Dissocier temporairement ses souvenirs et ses émotions, mais aussi s'obliger à ne pas penser était une pratique défensive permettant de résister aux influences, mais surtout à mentir avec plus de crédibilité. Seulement, voilà : Hermione en était à son troisième essai pour son premier cours et en dépit de ses maigres progrès, elle ne parvenait pas à tenir plus de cinq minutes.

**Concentrez-vous... Faîtes barrage...**, lui martelait Kingsley dans son esprit.

Grimaçant et se tortillant légèrement sur sa chaise, Hermione donnait l'impression à son professeur de subir une grande douleur, comparable à un violent mal de crâne, lancinant et épuisant, vous donnant presque la nausée et l'impression de perdre pied. C'était comme si on tentait de lui arracher le cerveau par le crâne. "- Arghhh...", fit-elle en mettant toutes ses forces dans la bataille pour repousser son agresseur, avec la seule puissance de sa volonté, en agrippant les rebords de sa chaise. Hélas, il s'en fallut de peu.

" - Harry ! Harry, par ici ! ", fit Hermione en faisant des signes de la main à son meilleur-ami se trouvant à l'autre bout d'une salle qui n'était autre que l'auberge des Trois Balais.

L'endroit était surpeuplé. La jeune femme etait en compagnie de vieilles connaissances : Luna Lovegood et Rita Skeeter, ex-journaliste à la Gazette du sorcier, l'une des personnes que Miss Granger detestait le plus au monde. Cette bouse de dragon ne ressemblait plus à celle qu'ils avaient rencontrés lors du Tournoi des Trois sorciers l'année précédente. Rita possédait à présent les cheveux ternes, négligés et pendants autour de son visage. Le vernis écarlate qui recouvrait autrefois ses ongles, semblables à des serres, etait désormais écaillé et deux ou trois fausses pierres manquaient à ses lunettes en amande.

" Tu es en avance ! " ,lui fit-elle remarquer en se poussant afin de faire un peu de place à son meilleur-ami. " Je pensais que tu etais avec Cho, je ne t'attendais pas avant encore une heure ! "

" - Cho ?", répliqua aussitôt Rita qui venait à l'instant de pivoter sur son siège pour dévisager Harry avec avidité. " Une fille ?" Elle fit mine d'attraper son sac en crocodile et sembla fouiller à l'intérieur.

" - Même si Harry sortait avec une centaine de filles, cela ne vous regarderait pas ", déclara Hermione à Skeeter sur un ton glacial. " Alors vous pouvez tout de suite ranger votre petit matériel". Voilà qui obligea Rita à remettre aussitôt sa plume d'un vert criard dans le fond de sac avec l'air de quelqu'un que l'on venait d'obliger à avaler un flacon d'Empestine.

" - Qu'est-ce que vous fabriquez-là ?" ,demanda Harry avant de s'asseoir aux côtés d'Hermione et de fixer chacune des personnes présentes à la table.

" - C'est ce que la petite Miss Parfaite s'apprêtait à me dire lorsque tu es arrivé ", répondit Skeeter en buvant bruyamment une grande gorgée de son verre. " J'espére que j'ai quand même le droit de lui parler ?", demanda t-elle à Hermione.

" - En effet, vous en avez le droit", répondit cette dernière avec froideur.

" - Elle est jolie, Harry ?", demanda Skeeter.

" - Un mot de plus sur la vie sentimentale de Harry et le marché ne tient plus, je vous le garantis", dit Hermione sur un ton irrité.

" - Quel marché ? ", s'indigna Skeeter en s'essuyant la bouche d'un revers de la main. " Tu ne m'as pas encore parlé de marché, Miss Bégueule, tu m'as simplement dit de venir te retrouver ici. Oh, toi, un de ces jours..."

" - C'est ça, un de ces jours, vous écrirez d'autres articles horribles sur Harry et sur moi", dit Hermione avec indifférence. " Allez-y, trouvez donc quelqu'un que ça interresse."

Aussitôt, le souvenir commenca à s'estomper et les voix devinrent beaucoup plus lointaine. Hermione semblait essayer de repousser son adversaire à l'aide de son esprit. Kingsley venait de ressentir la résistance de son élève, ce qui le poussa à renforcer sa propre détermination. La lutte ne dura que quelques instants avant que son professeur ne puisse avoir la possibilité d'accéder à une autre partie du souvenir.

"Nous n'avons pas besoin d'un nouvel article pour dire que Harry a perdu la boule !", coupa Hermione avec colère. " Nous avons deja ce qu'il nous faut, merci ! Je veux qu'il ait la possibilité de dire la vérité !"

A nouveau, le souvenir se mit  à ralentir puis à se dissiper. Il s'en était fallu de peu. Shackebolt intensifia son attaque. Son élève tenta de faire barrage en se servant de son esprit comme d'une arme, en se faisant violence, en imposant sa force de caractère à son adversaire et en l'expulsant manu-militari de son esprit. La lutte se poursuivit pendant un instant lorsque soudain :

" - Je suis censé faire ça gratuitement ?", demanda Rita.

"- Eh bien, oui" ,assura Hermione sur un ton très calme en buvant une gorgée de son verre. "Sinon, comme vous le savez... " **NOOOOOONNN !**

Miss "je-sais-tout" venait d'oublier ses réticences. Elle venait de manifester une telle détermination et une violence tellement grande qu'elle expulsa Kingsley sans ménagement de son esprit. Celui-ci venait de reculer un peu, d'être projeter comme un malpropre, avec un mal de crâne à décorner les boeufs. Par Merlin, cette petite avait un sacré punch ! Voilà que son professeur venait d'être pris à son propre jeu, en éprouvant un mal de crâne carabiné. Hermione, elle, venait à peine de réaliser qu'elle venait de réussir un petit exploit.

La née-moldue s'était montrée déterminée, rusée, méthodique et implaccable dans son enquête. Elle était parvenue à perçer le secret de la journaliste. Celle-ci avait employé la calomnie, la diffamation et porter atteinte à la vie privée des gens, qu'Hermione n'avait eu aucun scrupule à utiliser le chantage, en sachant que le secret de Skeeter aurait valu à cette dernière un petit séjour à Azkaban. Ce n'était que Justice face à une personne aussi malveillante. Et maintenant qu'elle lui proposait un travail honnête et gratifiant pour une fois, n'etais-ce pas là généreux de sa part ? Au moins, aurait-elle l'opportunité de faire son travail de journaliste pour la toute première fois.

Pour Kingsley, Rita Skeeter semblait n'avoir aucun scrupule lorsqu'il s'agissait de dénigrer les gens, quitte à enfraindre la loi. Il n'avait aucune sympathie pour elle. Cela s'était vu clairement. Quant à Hermione, elle semblait détenir une information compromettante, même si dans l'état actuel des choses, on ne pouvait pas savoir si elle avait employé le chantage pour une bonne raison ou si elle lui proposait simplement un arrangement entre un journaliste et une célèbrité. Et ce ne fut que parce que c'était son rôle que de tenter de percer ses défenses qu'il tenta de pénétrer à nouveau son esprit afin d'en apprendre davantage.

A peine eut-elle le temps de se reconcentrer, que Miss Granger subit une nouvelle attaque. Elle monta d'un cran. A travers cette brume opaque, l'intrus ne voyait rien. Il ne ressentait rien. Il cherchait, tentait d'asseoir son emprise sur son esprit, ce qu'elle ne lui permit pas de faire. Lorsqu'elle reconnut l'intrusion et la présence de son
professeur, elle se concentra avec une telle intensité et une telle détermination qu'elle l'éjecta en une fraction de seconde. **NOOOOON !! IL NE DEVAIT PAS Y ARRIVER DE NOUVEAU !! IL FALLAIT QU'IL S'EN AILLE !! TOUT DE SUITE !!** Qu'importe le moyen, elle devait l'éjecter, protéger ses secrets !

Kingsley tituba, sa baguette à la main, se tenant le crâne dans l'autre. Hermione, elle, affichait un air impassible, en dépit de ses sourcils, légèrement froncés. Elle venait de repousser deux attaques consécutives, ce qu'elle perçue comme une performance. Retenant sa jubilation et son émotivité dérrière cette barrière mentale, fragile, mais acquise, elle s'enquit de sa santé. Rha, si seulement, elle avait pu mettre la main sur une potion calmant le mal de crâne ou un peu d'aspirine ! Elle aussi avait été pas éprouvée par cette séance !

"- Est-ce que cela ira ?", demanda-elle avec calme.

"- Oui, ne vous en faîtes pas", rétorqua l'Auror."Joli travail. Je vous félicite. Sacré punch !"

L'attitude de son élève n'avait pas changé, en dehors de ses pupilles qui scintillaient un peu.

"Bien...", fit-il en se redressant et en observant Hermione avec son charisme habituel. "Dès ce soir, je vais vous demander de vider votre esprit avant d'aller dormir. Prévoyez une heure. Cela améliorera votre capacité de résistance. Nous pratiquerons ce cours deux fois par semaine."

Hermione hocha la tête en guise d'acquiescement.

"- Très bien, professeur".

Deux semaines plus tard...

Hermione avait acquis une bonne maîtrise des bases de l'occlumancie. Le temps était alors venu pour elle d'expérimenter une autre pratique défensive, celle qui consistait à projeter de façon ultra rapide des souvenirs et des émotions sur sa cible afin de repousser une intrusion dans son esprit. Cette pratique était simple, mais d'un niveau un peu plus élevé. Pour renforcer sa maîtrise et ce nouveau moyen de défense, la résistante allait devoir apprendre les bases de la légilimancie, pratiquer davantage et reconnaître diverses techniques afin de parfaire sa formation.

"- Je vais vous apprendre à projeter des souvenirs et des émotions sur votre adversaire. Il faut vous rappeler que l'on ne se souciera pas de votre bien être. Le Seigneur des ténèbres viole l'esprit de ses victimes avec une extrême brutalité, en recherchant une information précise, en profitant de vos souvenirs et émotions pour s'en servir contre vous, pour les manipuler, en créer d'autres afin de vous faire plier et vous conduire à la mort. Se servir de souvenirs susceptibles de perturber la sérénité du légilimens et lui faire ressentir une immense souffrance est une pratique basique parmi d'autres pour s'en débarrasser.", fit-il sur un ton professoral. "Cela exigera toute votre détermination ainsi qu'une concentration plus forte. Vous devrez me repousser comme d'habitude, mais en faisant appel également à des souvenirs et des émotions choisies."

Kingsley ne lui laissa aucun répit.

**LEGILIMENS !**

Spoiler:
 

Règles des lancers :

* Réussi : Hermione réussit à repousser l'intrusion.
* Raté / Bloqué : Presque réussi, mais la riposte finit par être bloquée.
* Renvoyé : La riposte est bloquée par le légilimens.


Dernière édition par Hermione Granger le Sam 2 Aoû - 3:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Mer 30 Juil - 20:59

Le membre 'Hermione Granger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 5' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 19/09/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 24/05/2014
Parchemins postés : 474



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hermione Granger Origins


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Sam 2 Aoû - 3:24

"Peu d'entre nous font vraiment usage de leur cerveau. Le corps cesse de grandir après quelques années, mais l'esprit lui peut grandir toute la vie" - John Lubbock

Dans ses recherches, Hermione était parvenue à identifier huit pratiques d'occlumancie et de légilimancie. Outre les classiques tels que l'opposition/dillution - qui consistait à vider son esprit et à faire barrage par la seule force de sa volonté - et la substitution - qui revenait à focaliser son esprit sur un sujet unique ou plusieurs à la suite afin d'épuiser votre adversaire - il était possible d'organiser son esprit, de "ranger" ses souvenirs et émotions avec plus d'efficacité. Ces pratiques requéraient l'usage d'une panoplie de sortilèges complexes permettant d'extraire et de modifier, de créer de faux souvenirs et de fausses émotions, à modifier ou à effacer la mémoire de quelqu'un et à créer des souvenirs pièges. L'usage d'une pensine s'avérait dès lors indispensable. D'ailleurs, il s'agissait d'un objet très personnel, à ne pas laisser entre toutes les mains, à moins de vouloir offrir à un petit curieux une opportunité d'assouvir votre penchant pour l'exhibitionnisme.

A un niveau supérieur, un occlumens ayant appris les bases de la légilimancie pouvait être en mesure de sonder l'esprit de sa cible avec l'aide de sa baguette puis par l'usage de sa seule volonté, même si le contact visuel restait une nécessité. Un occlumens/légilimens expérimenté pouvait apprendre à créer des barrières magiques invisibles autour de son esprit afin de protéger ses souvenirs les plus importants bien que la résistance de ce type de défense dépendait toujours de la concentration, de l'endurance et de la force de caractère. A un niveau plus élevé, un expert en occlumancie et en légilimancie pouvait ajouter un niveau supplémentaire de protection en enfermant ses souvenirs dans des sphères à couches multiples et même créer un lieu qu'il affectionnait afin de faire office de forteresse. Ce lieu pouvait prendre la forme d'une plage, d'une forêt, d'une tour d'ivoire, du sommet d'une montagne ou de la grande salle de Poudlard par exemple.

Quant aux Maîtres en occlumancie et en légilimancie, on racontait qu'ils étaient capables de créer un labyrinthe interactif, modifiable en temps réel, en faisant intervenir dans des souvenirs construits de toute pièce des personnages représentant chaque élément de leur personnalité, de démultiplier leur présence, de créer d'autres lieux ou des espaces identiques afin de dérouter l'intrus. Ils leur seraient également possible de reconnaître des potentiels magiques, des traces invisibles de magie, comme le professeur Dumbledore en fut capable dans la caverne où s'était trouvé le faux médaillon de Serpentard. Autant avouer que pour atteindre ce niveau d'excellence, il fallait des dizaines d'années de pratique, des compétences et des qualités personnelles, une grande sagesse ainsi qu'une sacrée intelligence ! Voilà pourquoi ses recherches lui avaient appris que seul un faible pourcentage de sorciers étaient en mesure d'atteinte un tel niveau.

En l'occurence ici, Hermione avait appris les bases de l'occlumancie. Désormais dotée d'une barrière mentale et d'une défense, la née-moldue devait s'efforcer de la maintenir en permanence, de pratiquer ses exercices de méditation chaque soir en vidant son esprit de toute pensée parasite puis - lorsqu'elle serait devenue légilimens - à organiser ses souvenirs avec davantage d'efficacité et de rigueur. Pour l'instant, Kingsley Shackelbolt était très satisfait des performances et du sérieux de son élève. Il avait eu plaisir de la voir progresser rapidement, poser des questions pertinentes et démontrer un talent certain pour cette pratique défensive. Seulement, elle n'en était qu'à ses débuts. Il lui restait à apprendre certaines pratiques et à s'entraîner régulièrement. Cette fois, il comptait lui apprendre à repousser un intrus par le biais d'une technique connue sous la dénomination de "souvenirs catapulte", autrement dit le processus qui consistait à jeter sur un intrus une multitude de souvenirs et d'émotions susceptibles de le saturer et lui faire lâcher prise.

Sans lui laisser le moindre répit dans ses exercices, Kingsley tenta encore et encore de pénétrer l'esprit de son élève et en dépit d'une résistance plus qu'honorable, Hermione lâcha prise. Elle n'avait apparemment pas saisi comment bombarder son adversaire avec ses propres souvenirs et émotions et c'était un peu normal puisque ce fieffé coquin ne lui avait expliqué ! En tout cas, sa tentative fut bloquée et son professeur pu avoir accès à un autre de ses souvenirs.

Hermione était vêtue de son uniforme de Gryffondor. Elle semblait se trouver en compagnie de Harry et Ron tandis qu'ils étaient tout trois en train de quitter la grande salle.

"- Enfin, c'est insensé, c'est beaucoup trop lourd, tout ce qu'on mange à Potdelard", fit la voix reconnaissable de Fleur Delacour avec mauvaise humeur. Ron s'était caché derrière Harry afin qu'elle ne le voit pas. "Je ne vais plus pouvoir rentrer dans mes robes !"

"- Oh, mais voilà une véritable petite tragédie", fit sèchement Hermione. "Elle se prend vraiment pour quelqu'un celle-là !"

"- Hermione, avec qui tu vas au bal ?", lui demanda Ron.

Combien de fois lui avait-il posé la question en dépit de son refus, hm ? Mais elle se contenta de froncer les sourcils et de répondre :

"- Je ne te le dirai pas, tu te moquerais de moi".

"- Tu plaisantes Weasley ?", fit cette espèce de petite fouine de Malefoy qui venait d'arriver dans leur dos. "Tu ne vas quand même pas me dire que quelqu'un a demandé à ça de l'accompagner au bal ? Une sang-de-bourbe aux dents de lapin ?"

Harry et Ron firent brusquement volte-face, mais Hermione agita la main en regardant par-dessus l'épaule de Malefoy.

"- Bonjour, professeur Maugrey !" Malefoy devint livide. Il fit un bond en arrière, jetant des regards frénétiques autour de lui, mais celui-ci se trouvait toujours à la table des professeurs, où il terminait son assiette de ragoût.

"- Tu m'as l'air d'une petite fouine très nerveuse, Malefoy !", dit Hermione sur un ton cinglant.

Ils éclatèrent de rire puis le souvenir s'embruma.

"Ce que tu peux être bête !", fit-elle après un moment de stupeur. "Non, mais vraiment ! Qui est-ce qui était tout excité quand il est arrivé ici ? Qui est-ce qui voulait un autographe ? Qui est-ce qui a une figurine de lui dans son dortoir ?'"

"-J'imagine qu'il t'a demandé de l'accompagner au bal quand vous êtiez tous les deux à la bibliothèque ?"

"- Exactement et alors ?", fit Hermione, avec les joues de plus en plus roses.

"-Comment ça s'est passé ? Tu as essayé de lui vendre un badge sale, c'est ça ?"

"- Pas du tout ! Si tu veux vraiment le savoir, il... il a dit qu'il venait tous les jours à la bibliothèque pour essayer de me parler, mais qu'il n'avait jamais osé !" Elle avait dit cela tellement vite que son teint était devenu d'un rose très vif.

"- Oui bien-sûr, c'est ce qu'il t'a raconté", fit Ron avec l'air mauvais.

Le souvenir s'estompa à nouveau. Ron et Hermione se trouvaient dans leur salle-commune et se disputaient violemment, debout face à face, à trois mètres l'un de l'autre, le visage écarlate.

"- Si ça ne te plaît pas, tu sais ce qu'il faudra faire, à l'avenir !", cria t-elle. Ses cheveux étaient hirsutes et les traits de son visage déformé par la rage. Ils semblaient sortir tout droit du bal des trois sorciers.

"- Ah ouais ?", répliqua Ron en criant aussi fort qu'elle. "Et qu'est-ce qu'il faudra faire ?"'

"- La prochaine fois qu'il y aura un bal, tu n'auras qu'à me demander d'y aller avec toi avant que quelqu'un d'autre le fasse à ta place et non pas au dernier moment parce que tu n'as personne d'autre !"

Ron ouvrit la bouche comme un poisson hors de l'eau tandis qu'Hermione lui tourna les tâlons et monta les escaliers quatre à quatre. Puis, Kingsley fut éjecté de son esprit.

En dépit d'un teint un peu rose, Hermione était resté stoïc, sans la moindre expression. Elle était en train de fixer un point imaginaire au niveau des chaussures de son professeur. S'efforçant de conserver l'esprit vide de toute pensée et émotion, ce souvenir faisait écho aux difficultés rencontrées par son couple à l'heure actuelle. Comme chien et chat en dépit d'une amélioration. A cela, s'ajoutait des actes stupides et barbares ainsi qu'une légère infidélité. Ce pauvre type ne méritait pas une femme aussi brillante et aussi jolie. Quand bien même elle aurait voulu se venger ou le remplacer par un autre, Viktor s'était fait tuer à Privet drive. Aimait-elle toujours Ron ? Il était difficile de tirer un trait sur tout ce qu'ils avaient vécus ensemble. Si vous saviez...

"- Pénétrer un esprit préparé s'avère un avantage pour un legilimens. J'entends par là que la colère, la vexation, le rappel d'un souvenir précis peuvent être utilisés pour vous vaincre si vous ne prenez pas garde à conserver le contrôle. Elle peut aussi servir à repousser un intrus... Parfois, la vision d'un être aimé se trouvant en face de vous alors que vous subissez une attaque peut déclencher dans votre esprit un souvenir, une émotion pouvant procurer une grande souffrance à votre adversaire.", fit Kingsley avec aplomb, sur un ton professoral.

"- J'ai lu quelque part qu'il était possible de dédoubler sa concentration et d'attaquer sa cible par deux endroits à la fois. On nommait cela la rayonnancie. Et même qu'il était possible pour un legilimens expérimenté de lancer des attaques "discrètes.", fit Hermione en regardant Kingsley droit dans les yeux.

"- En effet, ce sera l'objet d'un prochain cours où vous apprendrez à reconnaître ses attaques et à les contrer, dans la mesure du possible.", fit Kingsley en souriant. "Mais n'oubliez pas que temps et espace ont une énorme importance en magie. Aucun legilimens au monde - pas même le Seigneur des ténèbres - n'est en mesure d'entrer dans l'esprit d'une victime s'il n'est pas à proximité de lui, pas plus qu'il ne serait capable de la contrôler à si longue distance", ajouta-t-il avec gravité. "Le bon legilimens est celui qui adapte sa stratégie en fonction de sa cible, car l'information recherchée ou l'effet escompté ne viendra pas directement à lui. "Lire dans les pensées" n'est qu'une simplification du langage pour désigner une tâche éminemment plus complexe".

"- Je comprends, comme je conçois le fait que ce genre d'intrusion peut être épuisante physiquement et magicalement parlant", fit Hermione avec gravité. "Résister ne dépend pas seulement de nos compétences propres, mais aussi de la stratégie employée et de notre capacité de résistance physique et psychologique".

"- Oui et cela implique parfois de contrer une attaque de légilimancie par une autre et comme vous l'avez vu certaines méthodes sont très difficiles, surtout si l'on ne pratique pas ces exercices de manière régulière. Mais c'est en forgeant que l'on devient..."

"- Forgeron.", répondit Hermione au tac-o-tac.

Spoiler:
 

"- Bien... A présent, j'aimerais que vous adaptiez votre stratégie. Cette technique est un peu compliquée à appréhender, même si elle peut être utilisée de manière involontaire à l'aide d'un stimulus extérieur, mais une fois comprise..."

Balancer une série ultra-rapide d'émotions et de souvenirs ne semblaient pas chose facile. Comment faire lorsque l'on vous incitait à ne penser à rien ou à une seule image ? Oh certainement que la légilimancie l'aiderait à mieux organiser son esprit.

"Retenez que cette pratique est efficace lorsque vos défenses sont tombées. Si l'on tente de vous opposer une résistance ou de faux souvenirs, il conviendra de lutter afin d'imposer à l'autre une série d'images et de sensations pour le perturber. Maintenant, laissez-vous faire et essayer de me repousser en sélectionnant très rapidement de quoi m'expulser de votre esprit."

Hm... Cela ne semblait pas évident à concevoir, mais pourquoi pas... En tout cas, Hermione fut à nouveau frapper par le sortilège de légilimancie. Luttant un peu pour la forme, elle se laissa envahir par son intrus puis elle fit appel à diverses émotions contenu en elle : une profonde souffrance comparable au Crucio, un désespoir profond ressenti lors de l'abandon de Ron au début de la guerre, l'envie de mourir suite à la torture de Bellatrix Lestrange, une profonde angoisse et de la tristesse.

Kingsley fut attiré par cela et fut bombardé par tout une flopée de sentiments et de souvenirs en rapport avec eux avec une telle rapidité que le contact le fit souffrir atrocement et lâché prise au bout d'un instant. Car l'avantage de cette technique n'était pas d'épuiser votre adversaire, mais d'atteindre son âme, comme pouvait le faire des émotions pures telles que l'Amour, la générosité, l'amitié ou des choses propres à la magie noire. Sa seconde tentative fut presque immédiate et aussitôt repoussée. Cela changea quelque peu la perception que Kingsley pouvait avoir à propos d'Hermione. Une jeune femme si courageuse, avec un tel caractère... Comment faisait-elle pour gérer toutes ces émotions et faire front, même dans les instants les plus délicats ? Car en dehors du sortilège de torture, jamais l'Auror n'avait ressenti des émotions négatives aussi puissantes.

"- Joli travail, Hermione. Nous allons poursuivre un peu cet exercice et les précédents. D'ici peu, nous étudierons les tactiques de diversion permettant à un legilimens d'attaquer sa cible, mais aussi de s'introduire dans son esprit de manière "discrète. Bien... Tenez-vous prête..."

Et l'exercice se poursuivit...

Spoiler:
 


Dernière édition par Hermione Granger le Ven 22 Aoû - 19:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Sam 2 Aoû - 3:24

Le membre 'Hermione Granger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 5' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 19/09/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 24/05/2014
Parchemins postés : 474



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hermione Granger Origins


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Ven 22 Aoû - 4:10

"Mon âme a son secret, ma vie a son mystère : Un amour éternel en un moment conçu. Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire, Et celle qui l'a fait n'en a jamais rien su." - Aléxis-Félix Arvers

Voilà plus d'un mois qu'Hermione pratiquait ses exercices d'occlumancie avec assiduité, vigueur et détermination, qu'elle endurait cette douleur aussi bien physique que psychologique qui était destinée à endurcir son esprit et à l'aider à résister aux intrusions et aux influences extérieures. Mais outre le viol et la torture psychologique, la capacité de mentir et de mieux résister à la fatigue et à la douleur, il existait d'autres menaces importantes que cette pratique défensive permettait de contrer avec plus ou moins de succès, en fonction de votre caractère, de votre volonté, de votre endurance et de votre maîtrise de l'occlumancie et de la légilimancie. Car, ne l'oublions jamais : si l'occlumancie et la légilimancie étaient érigés au rang d'art accessibles aux initiés ayant les qualités requises, elles exigeaient des années de pratique, beaucoup d'effort et quelques sacrifices. En tout cas, si elles étaient très utiles chez un sorcier, elles ne représentaient qu'un moyen d'élever son esprit et de le défendre, mais puisque rien n'était parfait en ce monde, il ne fallait pas les confondre avec la panacée, la solution à tous les maux.

Le véritaserum était une potion incolore et inodorante, difficile et longue à préparer. Elle possédait comme autres inconvénients d'être coûteuse et de ne pouvoir être produite en grande quantité, car le produit lui-même devait subir une série d'étapes afin d'en extraire un concentré efficace. Bien-sûr, ce produit était très réglementé jusqu'à la chute du Ministère, car il n'était pas question de l'utiliser sur des présumés innocents pour en extirper des aveux. La charte du Magenmagot - entre autres - l'interdisaient. On ne l'utilisait dès lors que dans certains cas précis - le plus souvent avec l'autorisation de l'intéressé. Trois gouttes suffiraient à Vous-Savez-Qui pour lui faire avouer ses pires secrets, à condition que les effets induit chez lui aient une chance de durer aussi longtemps que chez un individu lambda qui ne serait pas doté de son caractère, d'une barrière mentale et d'une endurance qui lui permettraient d'opposer une résistance plus puissante que les autres. Tout comme l'opposition/dilution ou la substitution, résister face aux effets de cette potion était possible. Seule la durée variait selon les individus, mais Hermione avait retenu de ses innombrables lectures qu'il existait un antidote. Seulement, en cas de capture et d'interrogatoire sous la torture, il lui serait impossible d'en prendre et c'était là que résidait la faille.

Ensuite, il y avait le sortilège de l'imperium ; une pratique de magie noire figurant parmi les trois sortilèges impardonnables interdits par le Ministère de 1717 à 1997, avant que la Loi n'ait apportée quelques exceptions qui autorisèrent son enseignement et sa pratique dans certaines professions et situations tandis qu'elle demeurait toujours interdite pour les autres. Ce sort avait cette particularité de provoquer une grande joie - une extase - qui détendait sa victime, en la plaçant dans une sorte de transe comparable à l'hypnose et qui la rendait très vulnérable. Soumis à la volonté d'un dominateur, ce sortilège pouvait être contré par un autre esprit possédant une maîtrise de l'occlumancie. Car oui, il était possible d'y résister et même de repousser ses effets, bien que la pratique était très difficile. Barty Croupton Jr (déguisé en Alastor Maugrey) avait déclaré lors de son cours de défense contre les forces du mal qu'il avait passé plus d'un mois à tenter d'en repousser les effets avant d'obtenir des résultats, et puis, ce fut aussi pour ce genre de raison que certains haut-fonctionnaires furent si difficiles à soumettre, comme Pius Thickenesse par exemple.

Seulement, tout le monde n'était pas capable d'y parvenir et ne résistait pas de la même façon. Un désavantage de ce sortilège c'était son altération, la nécessité de le renouveler et de ne pas se faire prendre à défaut par sa victime. Cependant, il était faux de croire que les gobelins possédaient tous un caractère et une endurance qui leur permettraient de mieux résister que les autres. Songeons donc à l'ancien directeur de Gringotts, que Harry et Ron avaient soumis grâce à ce maléfice - certes peu efficace puisqu'ils n'y avaient pas mis suffisamment de volonté et de maîtrise dans son exécution. Mais en dehors de cela, il n'y avait que la torture, la fatigue physique et psychologique ainsi que la puissance du légilimens opposé à un occlumens qui lui permettrait de briser ses barrières et sa volonté. Il suffisait d'être très malade, de traverser une phase de déprime, de subir une fatigue intense ou de rechercher cette extase pour fragiliser son esprit et en devenir vite dépendant. Dès lors, il suffisait de changer régulièrement les ordres pour s'assurer d'un contrôle total sur sa victime.

Hélas, si son élève manifestait des qualités d'occlumens et si celle-ci progressait vite, elle n'en restait pas moins une novice voire une initié. Kingsley s'était donc mis à hésiter quant à la manière d'achever son cours. Car s'il souhaitait lui faire expérimenter les diverses menaces et techniques qu'ils connaissaient, jusqu'aux plus insoutenables, afin d'en faire une bonne occlumens, il se demandait s'il serait sage de l'entraîner à résister à l'Impérium lors de séances régulières, en sachant les risques encourus. Certes, Hermione avait beaucoup souffert, endurée une grande fatigue et déployée de gros efforts dans ses exercices. Elle était suffisamment intelligente et douée pour connaître les risques, pour savoir s'arrêter et reprendre des forces, même s'il avait du l'y contraindre. L'ennui était qu'en y allant trop fort et de manière trop régulière, Kingsley prenait le risque de provoquer chez elle des troubles de la mémoire, puisqu'à force de reprendre ses esprits sans se souvenir d'avoir obéi à des ordres quelconque, le cerveau lui-même risquait un crash si elle réalisait qu'une partie de sa vie lui était manquante.

Il se souvenait aussi de la manière de briser une victime sans ménagement, comme le faisait le Seigneur des ténèbres ou comme cette fois-là où deux sorciers avaient fini par un match nul lors d'un affrontement : l'un avait perdu le contrôle et en était mort tandis que l'autre était devenu fou. Il savait que toutes les formes de magie laissaient des marques indélébiles, comme la cicatrice de Harry, les nombreuses blessures d'Alastor ou celle du député moldu Herbert Chorley qui finit par être envoyé à St-Mangouste afin d'y être soigné, mais qui passa le reste de sa vie persuadé qu'il était un canard. Il était fort possible que le couple Londubat ait eu à souffrir de ce désagrément lorsqu'ils furent torturés par le couple Lestrange et Croupton jr. Tout cela pour vous dire que l'on ne pratiquait pas ces matières ni ce type de maléfice sans songer aux effets indésirables et aux conséquences probables d'un échec catastrophique ! La décision fut prise de ne pas trop la solliciter, de lui recommander certaines potions mémorielles et de lui montrer ses souvenirs afin qu'elle puisse faire la part des choses à chaque fois. C'était mieux ainsi.

Cette fois, Shackelbolt avait l'intention de lui apprendre à reconnaître et à repousser des intrusions "discrètes" ; une pratique de légilimancie qui n'était pas à sa portée. Il ne s'attendait pas à la voir reconnaître et réussir à repousser des attaques qui dépassaient son niveau d'occlumancie, mais avec Hermione, il avait appris qu'il était préférable de ne jamais la sous-estimée. Donc, il prépara une attaque avec diversion, une attaque discrète, une attaque dédoublée et une dernière accompagnée d'une fausse retraite. Oh, il savait que si elle échouait, ça n'allait pas lui plaire, mais il se disait qu'à travers ses recherches, elle aurait compris qu'il lui faudrait des années de pratique pour devenir une experte voire une Maîtresse dans ce domaine. Cette fois, Miss Granger était assise sur sa chaise, dans la même salle dépourvue de décoration. Avec un visage dénué de la moindre expression, mais avec ses yeux couleur noisette qui vous fixait avec attention, tel un fauve guettant sa proie, elle donnait l'impression d'être plus dure et plus posée qu'auparavant.

- Aujourd'hui, nous allons débuter un chapitre portant sur les intrusions "discrètes", Hermione. Le principe des exercices qui auront lieu au cours de ce mois seront une sorte de mélange entre les différents types d'attaque que vous avez apprises à reconnaître et à repousser, mais aussi sur celles que je vais vous apprendre durant ce cours.

Je ne m'attends pas à votre réussite, car la manière de repousser ces intrusions ne sont guère à la portée d'une initié, mais si vous me faîtes la surprise, alors je n'aurai d'autre choix que de rendre mon tablier. ,fit-il en souriant, chose rare chez cet homme.

Hermione parvenait à fermer son esprit, mais il lui manquait de l'entraînement pour développer son talent d'actrice, ne serais-ce que pour ressembler le moins possible au professeur Rogue. Ah non ! Si désormais sa voix, sa respiration et son rythme cardiaque étaient sous contrôle, il ne fallait pas que ce changement ne l'isole encore plus des autres ! Elle avait beau passé son temps à lire et à monter des opérations qu'il ne fallait pas oublier qu'un petit mot ou un petit geste pouvait soutenir le moral des autres et les aider à surmonter leurs soucis étaient tout aussi important qu'une bonne baguette ! Prendre exemple sur le professeur Dumbledore s'avérait donc la meilleure solution, ce qui - elle l'espérait - lui conférait un meilleur charisme de façade.

En tout cas, pour la prendre par surprise et détourner son attention, Kingsley fit exploser quelque-chose derrière le dos de son élève qui se leva et se retourna d'un bond sans manifester d'émotions et sans prononcer de parole qui aurait pu la trahir. Celui-ci en profita pour l'attaquer avec le sortilège de légilimancie. Cette technique s'avérait similaire à celle utiliser par Dumbledore sur Harry lors de sa seconde année, lorsque ce dernier assista à la "mort" puis à la renaissance de Fumseck sous ses yeux ébahis. Le directeur en avait profité pour sonder son esprit afin de vérifier si Harry était responsable de la pétrification de Miss Teigne, le chat de Monsieur Rusard et s'il mentait. Mais lorsque Hagrid arriva en prétendant qu'il était innocent et qu'il était prêt à le jurer devant le Ministre de la magie, Dumbledore le rassura avec une étrange certitude.

Bien-sûr, Hermione n'y avait pas assisté, mais Kingsley avait profité de cette diversion pour entrer dans son esprit en espérant se faire le plus discret possible dans son attaque. Hélas, son élève avait bien réagi, avec le sang froid qu'on lui connaissait en pareil instant, ce qui lui permit de sentir la présence d'un intrus dans son esprit. Shakelbolt se heurta à sa barrière mentale et il ne lui fallut guère plus de quelques instants pour l'en éjecter. Hermione se retourna vers lui, le regard dur, comme si elle s'apprêtait à répliquer à son attaque. La seconde offensive ne tarda pas. Cette fois, son professeur l'attaquait de manière classique. Elle était sur le point de le repousser lorsqu'elle sentit trop tard une autre présence, guère similaire à la première en fait, qu'elle tenta de repousser en lui faisant opposition. Le soucis était son manque de préparation face à une attaque provenant de deux fronts. Et évidemment, elle céda rapidement ce qui permit à Kingsley d'accéder de nouveaux à certains souvenirs.

Hermione se trouvait dans une étrange salle de Poudlard en compagnie d'un Harry à peine plus âgé qu'un élève de seconde année. Elle poussa un profond soupir tandis que Harry l'observait d'un air stupéfait.

- Remarquable ! ,s'écria t-elle. Ce n'est pas de la magie, c'est de la logique. Une énigme. Il y a beaucoup de grands sorciers qui n'ont pas la moindre logique, ils n'arriveraient jamais à trouver la solution.

- Et nous non plus, fit Harry.

- Bien-sûr que si. Tout ce dont nous avons besoin est écrit sur ce papier. Il y a sept bouteilles, trois contiennent du poison, deux du vin, l'une d'elles permet de franchir sans mal les flammes noires et une autre permet de retourner sur nos pas en traversant les flammes violettes.

- Mais comment savoir laquelle boire ?

- Laisse-moi réfléchir.

Hermione relut le papier plusieurs fois. Puis elle examina attentivement les bouteilles en marmonnant pour elle-même. Enfin, elle poussa un cri de victoire.

- Ca y est, j'ai trouvé ! C'est la plus petite bouteille qui nous permettra de franchir les flammes noires et d'arriver jusqu'à la pierre philosophale.

- Il y a tout juste une gorgée là-dedans. Ce n'est pas assez pour nous deux.

Le souvenir s'estompa un peu. Elle était en train de reprendre le dessus.
Elle se précipita sur Harry pour le serrer dans ses bras.

- Hermione !
- Harry, tu es un grand sorcier !
- Pas autant que toi... , répondit-il un peu gêné.
- Moi ? J'ai tout appris dans les livres. Mais il y a des choses plus importantes, le courage, l'amitié... Oh, Harry, fais bien attention...

L'attaque suivante fut quasi systématique, ne laissant à Hermione aucune chance de reprendre des forces. Elle reconnut l'intrusion et elle sentit la force de Kingsley faiblir au bout d'un instant. Mais au moment où il fit mine de perdre du terrain et d'être proche d'être éjecté, en pensant qu'elle croirait trop tôt en sa victoire, il fit mine de battre en retraite pour l'attaquer de nouveau avec virulence. Combat - retraite, combat - retraite. Ce manège dura plusieurs minutes, mais la jeune femme qui avait pourtant reconnu l'intrusion et compris comment le repousser, finit par faiblir et lâcher prise. Le manque d'entraînement et de pratique sans aucun doute...

- Mais où diable étiez-vous passés ? ,demanda Harry.
- Dans la chambre des secrets , répondit Ron.
- La chambre... quoi ? ,s'écria Harry en s'arrêtant devant eux d'un pas vascillant.
- C'est Ron qui a eu l'idée, lui tout seul ! ,assura Hermione, le souffle court. Absolument génial, non ? Nous étions restés là après ton départ et j'ai dis à Ron : Même si nous trouvons l'horcruxe, comment allons-nous faire nous en débarrasser ? On avait toujours pas réussi à détruire la coupe ! Alors, il a pensé à ça ! Le basilic !

Le souvenir s'estompa un peu.

- C'est Hermione qui l'a transpercée. J'ai pensé qu'elle devait le faire. Elle n'avait pas encore eu ce plaisir.
- Un génie, s'écria Harry.

Hermione commença à lutter avec plus de verve, mais Kingsley eut accès à une dernière miette de souvenir avant d'être éjecté de son esprit.

- Attends un peu, s'exclama Ron. On a oublié quelqu'un !
- Qui ? s'étonna t-elle
- Les elfes de maison. Ils doivent tous être dans les cuisines, non ?
- Non, répondit Ron avec gravité. Je veux dire que nous devrions les évacuer, eux aussi. Nous ne voulons pas de nouveaux Dobby, n'est-ce pas ? Nous ne pouvons leur donner l'ordre de mourir pour nous...

Il y eut un grand fracas lorsque les crochets de basilic tombèrent sur le sol. Hermione s'était ruée sur lui pour lui sauter au cou et l'embrasser avec une telle passion que Ron lâcha ses crochets et le balai qu'il tenait pour lui rendre son baiser avec tant de fouge qu'il l'a souleva de terre.

- C'est vraiment le moment ? ,interrogea Harry d'une voix timide. Mais voyant que sa question n'avait eu pour effet que renforcer leur emprise sur leur baiser tandis que Ron et Hermione se balançaient sur place, il haussa le ton :

- Hé ! Il y a une guerre ici !
- Je sais mon vieux, répliqua Ron qui semblait avoir reçu l'équivalent d'un cognard en pleine tête. Mais justement, c'est maintenant où jamais, tu ne crois pas ?

Le cours fut interrompu après plusieurs autres essais. Un soir, alors qu'Hermione se trouvait au mess, Kingsley était parvenu à se faufiler sans être vu et par attaquer son élève de manière discrète tandis qu'elle mangeait son plat de poulet au curry accompagné d'une portion de riz. C'était une attaque de fourbe, mais l'un des meilleurs exemples d'attaque que la Miss aurait à subir pour démontrer si oui ou non elle avait pris ce travail très au sérieux. Et la réaction fut quasi immédiate. Elle n'avait pas réellement senti l'intrusion, mais il y avait un je-ne-sais-quoi d'étrange qui lui trottait dans l'esprit. Une pensée fuyante ou autre chose ? Elle s'interrompit un instant comme si elle avait une drôle d'idée ou comme si elle se comportait comme une machine recevant des instructions. Sa concentration redoubla et elle se mit à rechercher cette infime sensation qui la perturbait. D'un point de vue extérieur, Hermione donnait l'impression d'être plongée dans ses pensées ou une intense réflexion, mais à la grande surprise de Kingsley, elle finit par mettre la main dessus et par l'éjecter comme un malpropre.

En se retournant et en scrutant le mess à la recherche du voyou qui avait osé cette intrusion dans son esprit, elle ne trouva personne. Nom d'un chouette ! Jusqu'à présent, elle n'avait jamais réalisé qu'elle pouvait être aussi vulnérable à de telles attaques, avant d'avoir sauté le pas pour apprendre une matière qui lui avait fait un peu peur au début. Seulement, elle n'était pas au bout de ses peines. L'entraînement continuerai. L'apprentissage serait long, la vigilance devrait être constante, mais elle ignorait que son professeur lui réservait encore quelques unes de ses fameuses surprises...

Spoiler:
 


Dernière édition par Hermione Granger le Lun 8 Sep - 2:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Ven 22 Aoû - 4:10

Le membre 'Hermione Granger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 4' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 5' :

#2 Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 19/09/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 24/05/2014
Parchemins postés : 474



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hermione Granger Origins


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Dim 7 Sep - 22:48

"La domination, la domination totale et absolue de mon être, c'est là où je trouve ma liberté." - Toni Bentley

Lorsque l'on souffrait de phobie sociale et d'un complexe d'infériorité, les choses les plus simples se transformaient souvent en quelque-chose de plus compliquée. Ne pas craindre le regard des autres, d'être entouré par la foule, de se retrouver serrer dans le métro, de faire face à l'inconnu pour affronter les difficultés et les dangers du monde n'étaient pas chose facile. Il fallait apprendre à raisonner, à dominer ces émotions puissantes, à gérer le doute et les angoisses, à dépasser ses complexes en agissant avec violence contre soi-même, en faisant état d'un caractère assez fort pour oser, par fierté ou orgueil, pour ne plus vivre cette soumission comme un malheur et une malédiction, et l'étouffer ou la chasser pour s'imposer en tant qu'individu.

Ce travail était l'un des plus difficiles. Cela revenait à lutter contre soi, à se convaincre de prendre un risque, de dépasser ces signaux d'alarme, cette crainte et cette douleur qui vous rendez esclave, qui vous empêchez de briser ces chaînes que vous vous imposiez pour garantir votre sécurité, votre bien-être psychologique et la préservation de vos forces. C'était ce que Hermione avait appris très tôt à faire. Ressentir une trop forte empathie, être hyper-sensible, elle le vivait à la fois comme une chance et une malédiction. D'une part, cela lui permettait d'être sensible aux malheurs des autres et de se construire une moralité, de pouvoir se mettre à leur place et à aller vers eux pour les aider, pour donner un sens à sa vie. Mais d'autre part, c'était handicapant, douloureux et surtout dramatique pour votre entourage, bien qu'elle apprenait à surmonter cela de son mieux, avec le soutien de ceux qui comptaient le plus à ses yeux.

Imaginez vous dans un café, seul à une table. Pour un phobique social, il fallait déjà vaincre la hantise de franchir la porte, d'être observé et de devoir passer commande. Il fallait se trouver une place, si possible dans un coin, loin des regards et surtout avec le moins de personnes possibles. Ensuite, vous deviez vous convaincre de rester naturel, de ne pas vous sentir systématiquement sous pression, comme si vous étouffiez. Enfin, il fallait chasser cette angoisse qui commençait à naître et à vous rendre la respiration plus délicate, à vous faire légèrement trembler. On se sentait mal à l'aise, scruter dans chacun de ses mouvements et dans l'incapacité d'agir avec naturel. On se repliait, on affichait un visage fermé, on se montrait attentif à tout, même aux rires et par développer une image à fleur de peau, une susceptibilité et une volonté d'établir autour de soi un bouclier infranchissable. C'était comme se sentir en danger, pousser à réagir par auto défense, comme un animal blessé sur le qui-vive. C'était là le genre de situation très exigeante qui finissait par vous mettre sur les nerfs, par vous épuiser, par vous donner envie de vous isoler. Personne ne pouvait comprendre, car il s'agissait d'un stress intense, pire qu'à la veille des examens, de quelque-chose qui faisait très mal.

La phobie sociale n'était pas une maladie, mais un trouble de la personnalité. Elle provoquait des dégâts dans votre entourage, car personne n'était capable d'en saisir les origines, de comprendre que ces réactions étaient involontaires, que l'on avait toujours conscience des réalités, du caractère contradictoire de la situation par rapport au vécu, mais il suffisait d'un rien, d'une petite contrariété, pour déclencher un stress intense ou une réaction excessive, plus ou moins néfaste selon l'intensité. Bien-sûr, Hermione avait l'habitude d'être traitée comme une cinglée, surtout par Ron, lorsqu'elle se mettait à stresser pour un rien, que cela fusse à cause de Harry ou à la veille des examens. La douleur produite pouvait être aussi vive qu'un endoloris et durable. Elle vous incitez à rester à l'écart, à craindre les confrontations et les moqueries, à ne pas vous sentir comme il fallait pour être accepté par les autres. Elle faisait de votre vie un enfer, en compromettant vos relations sociales et sentimentales. Evidemment, Hermione savait ce que les mots solitude, souffrance, incompréhension, rejet et stigmatisation signifiaient. Pourtant, elle s'était battu, avec un courage et une force de caractère admirables en dépit de ses défauts et faiblesses. Elle avait résisté, mener la lutte pour dépasser ses complexes, pour aller plus loin que les autres, sans se laisser faire, en craignant l'échec, mais en poursuivant son combat avec détermination.

Si la peur d'échouer, de ne pas réussir dans la vie étaient ses pires craintes, elle en était venue à redouter de perdre ce qui lui avait sauvé la vie : ses plus proches amis. La torture et la mort n'étaient pas ce qu'elle craignait le plus, contrairement à la perte de son libre-arbitre. Être réduite à l'esclavage, pieds et poings liés, dressée comme un animal ou un objet, rabaissée, humiliée et forcée à vivre en étant privé de toute liberté et de n'être plus qu'un jouet entre les mains d'un sadique, voilà sa crainte depuis un certain nombre d'années, depuis qu'elle avait expérimenté le sortilège de l'Impérium en cours de Défense contre les forces du Mal. Bien-sûr, Hermione avait prouvé sa capacité à fermer son esprit, à résister aux intrusions et aux influences extérieures au prix d'énormes efforts et d'un travail accompli avec assiduité et application. Mais il existait des choses contre lesquelles il était très difficile voire impossible de résister : la torture, l'impérium et le véritaserum. Mais bien qu'étant courageuse et féministe, elle avait toujours refusée de sacrifier une partie d'elle même pour devenir une femme, pour rassurer les hommes et se soumettre à eux. Elle préférait être un esprit libre, appréciée davantage pour sa personnalité que pour son physique, être respectée et traitée à égalité dans une société machiste, bourrée de contradictions et de préjugés.

Ce jour-là, Kingsley l'avertit que ses leçons touchaient à leur fin, qu'il ne lui restait qu'à faire l'expérience d'une résistance face à une tentative de soumission par l'impérium. Ils se mirent d'accords sur les conditions de l'exercice, sur les limites à ne pas franchir et lui demanda d'essayer de se défaire de son emprise, en lui soulignant avec insistance qu'elle avait de fortes chances de ne pas y parvenir et de ne pas obtenir des résultats probants avant plusieurs mois. Il lui déclara aussi qu'elle n'aurait jamais l'assurance d'être pleinement protégée contre ces menaces. Kingsley lui promis de ne pas profiter de sa vulnérabilité, qu'il pratiquerait cet exercice en présence de Ron, comme témoin, et qu'il partagerait ses souvenirs en guise de bonne foi. Aussi, cette fois-là, le rouquin fut présent dans cette salle dénuée de toute décoration. Hermione ne l'avait pas averti à propos de l'occlumancie, même s'il pouvait être capable de deviner ses intentions à cause de la nature de l'exercice. Elle ne lui avait parlé que de l'impérium, du besoin qu'elle éprouvait de le savoir présent à ses côtés afin d'être le garant que tout se déroulerait bien.

Lorsque le cours commença, Kingsley parvint à soumettre Hermione sans difficulté. La grande joie - cette extase - qui l'avait submergé était différente de ce que l'on affrontait lorsqu'un esprit différent tentait de pénétrer votre esprit pour y rechercher une information, pour vous nuire, pour tenter de prendre le contrôle ou de torturer votre esprit jusque là folie ou la mort. Détendue, assise sur cette chaise et donnant le sentiment d'avoir été plongée dans une sorte de transe comparable à l'hypnose, son esprit avait été influencé pour ne plus trop opposer de résistance. Le plus difficile allait être de lutter contre cette extase et cette suggestion. Comment opposer une résistance en pareille condition, lorsque vous éprouviez l'envie d'obéir et de satisfaire aux exigences ? Cela exigeait une forte volonté pour avoir envie de renoncer à cette sensation et se défaire de cette hypnose. L'effort était énorme et déterminé par la puissance et la maîtrise de votre agresseur. Hermione n'était pas certaine d'y arriver. Ce n'était peut-être pas dramatique ni un aveu de faiblesse, mais elle s'imposait un jugement très dur envers sa personne. Elle était très compétitive, ne renonçant devant rien.

Ron se disait qu'il ne serait pas trop de deux ce coup-ci pour l'empêcher d'aller trop loin, car il connaissait sa compagne, l'horreur qu'elle ressentait face à l'échec, le colère et le malaise qu'elle pouvait ressentir lorsqu'elle ne parvenait pas à réaliser quelque-chose. Il n'avait pas oublié le travail qu'elle avait accompli durant ces années à Poudlard, sa propension à aller jusqu'à la bibliothèque pour obtenir des réponses, s'isoler et assouvir sa soif de connaissances. Elle avait des excès qui parfois pouvaient aller jusqu'à lui nuire, par lui faire manquer d'objectivité. Qui mieux que lui pouvait savoir cela ? Il se sentait comme un devoir de la protéger, parfois contre elle-même, en sachant qu'il avait sacrément merdé ces derniers temps. Bien-sûr, il avait conscience d'avoir commis des erreurs, d'être à deux doigts de la perdre et cela lui causait un tel tracas qu'il essayait de se racheter par tous les moyens.

Kingsley lui fit faire le tour de la pièce et quelques pompes avant de lui ordonner de reprendre place sur la chaise et de rompre la connexion. Lorsqu'elle reprit conscience, Hermione semblait un peu déboussolée, ne se souvenant pas de ce qui s'était passé. Après l'explication, Shackelbolt essaya de lui fournir quelques conseils et encouragements tandis que Ron tenta de faire de même en lui déclarant que si elle ne pouvait le faire, alors personne n'y arriverait. Forte de ce soutien, elle accepta une autre tentative qui fut soldée par un échec. Cette fois, elle reprit conscience en réalisant qu'elle ne portait plus ni chaussures ni chaussettes et qu'elle ne se rappelait pas les avoir retirer. L'entrainement prit fin quelques minutes plus tard ; son professeur estimant qu'elle devait se reposer et qu'il ne valait mieux pas trop abuser de cet impardonnable.

Quelques semaines plus tard, toujours en présence de Ron, les exercices plus ou moins réguliers qu'il proposait à Hermione ne connurent que des échecs cuisants jusqu'à ce jour où Kingsley et Ron constatèrent un changement, une sorte d'hésitation, un blocage qui lui avait presque redonnée le contrôle de son corps, mais dont la tentative fut hélas contrée lorsqu'il renouvela le maléfice en modifiant l'ordre de départ. Il lui avait fait faire toutes sortes de choses durant ces exercices : retirer un vêtement, faire de l'exercice, tenir un objet, rédiger quelque-chose et l'obliger à danser. Bien-sûr, Ron aurait pu trouver cela hilarant et vouloir en profiter, mais lorsqu'il la voyait reprendre ses esprits, lorsqu'il voyait ce spectacle depuis plus d'une dizaine de fois, il avait fini par en culpabiliser, par comprendre pourquoi elle lui avait expliquée que c'était important pour elle.

Et puis, après un bon mois de tentatives infructueuses lors de ses séances de travail, après avoir passé ce temps à poursuivre ses exercices de méditation afin de renforcer sa barrière mentale, l'impensable se produisit. Hermione était soumise à l'imperium, mais à un moment son esprit parvint à annuler les effets du maléfice et par reprendre le contrôle. Elle obéit à la demande suivante, puis à la suivante, en réalisant qu'elle avait conscience de ses actes. Venait-elle de réussir ? La réponse ne tarda pas et lorsque Kingsley lui ordonna d'accomplir autre chose, elle désobéit.

- Moi faire le chat ? Et puis quoi encore !? ,fit-elle avec autorité.

Kingsley n'afficha pas grand chose, mais il semblait satisfait et agréablement surpris. Ron ce fut autre-chose. Il s'était tellement ennuyé comme un rat mort, à jouer les témoins qu'il haussa les sourcils de stupéfaction et sauta de sa chaise pour exprimer sa joie mêlée de surprise en la prenant dans ses bras afin de la faire tournoyer dans les airs afin de la féliciter pour ce succès. Lorsqu'il la reposa au sol, Hermione s'humecta les lèvres, baissa les yeux et ajusta quelques mèches derrière ses oreilles. Puis, elle s'adressa à son professeur avec sérieux et beaucoup d'humilité.

J'imagine que ce succès ne prouve pas grand-chose, même s'il me semble difficile de croire que vous l'avez fait exprès ou qu'il puisse s'agir d'un coup de chance, hm ? ,fit-elle en le regardant fixement.

Si vous le permettez, j'aimerais poursuivre ces exercices avec les mêmes précautions d'usage et améliorer ma résistance dans ce domaine, car je suis encore loin de la réussite. Qu'en pensez-vous ?

Kingsley sembla réfléchir un instant.

- Si vous me promettez d'être prudente et de vous contenter de mes séances, nous pouvons l'envisager.

Hermione sembla soulagée et satisfaite.

- Vous avez ma parole. ,conclût-elle en souriant.

Non, Hermione ne se contenterait pas d'échecs cuisants. Peu importait le temps que cela prendrait, elle n'avait pas l'intention de baisser les bras et encore moins de se résigner...

Spoiler:
 


Dernière édition par Hermione Granger le Ven 3 Oct - 18:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5397



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili] Dim 7 Sep - 22:48

Le membre 'Hermione Granger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 5' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Memories [RP solo, QG OP, Chili]

Revenir en haut Aller en bas

Memories [RP solo, QG OP, Chili]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-