POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Tendre l'autre joue (Bella)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2013
Parchemins postés : 267



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Isaac Bedan


MessageSujet: Tendre l'autre joue (Bella) Mar 22 Juil - 14:54

-Non, Isaac, ce n'est même pas la peine d'y penser.
-Mais, oncle Wiltord...
-Je croyais pourtant avoir été clair !
tonna Wiltord Bedan. Je suis ton tuteur et c'est encore moi qui décide, il me semble. Alors oublie cette bêtise, et retourne à ton travail ! Parce que je te rappelle que ton comportement remarquablement mature (il appuya cruellement sur le mot, qui avait fait partie, cinq minutes avant, de l'argumentaire de son neveu) à Poudlard cette année t'a valu d'être puni tout l'été. Si tu reviens m'échauffer les oreilles avec cette histoire idiote, je te garantis que je te ferai passer l'envie de me faire perdre mon temps. C'est compris ?

Isaac capitula. Il avait essayé, sans grande conviction à vrai dire, d'arracher à son oncle la permission de quitter Poudlard le week-end pour aller rejoindre Jill. À mi-voix, il murmura un « c'est compris » résigné qui sembla apaiser son oncle. Cependant, au lieu de regagner le bureau où l'attendaient ses devoirs de vacances, il resta planté devant son tuteur, qui finit par poser un regard encore irrité sur lui :

-Eh bien, qu'est-ce que tu fais encore là ?
-Je voulais te demander... (Wiltord fronça les sourcils, comme pour avertir qu'au premier mot de travers, la correction allait tomber) Je dois aller acheter mes fournitures scolaires à Londres, s'empressa de poursuivre le gamin. Je pensais que je pourrais y aller cet après-midi, si tu veux bien. J'ai presque fini mon travail du jour, tu peux vérifier, ajouta-t-il avec un vague geste en direction de son bureau.
-Ah... oui, pourquoi pas, fit Wiltord d'un air absent. C'est vrai que tu as reçu ta liste de livres, et ça te permettrait de travailler un peu sur le programme de septième année.

Le gamin eut un faible sourire devant cette enthousiasmante perspective. Depuis plusieurs jours, il n'avait pas été autorisé à quitter Krakendor une seule fois. Son tuteur avait très peu apprécié les rapports reçus de Poudlard durant le dernier trimestre – l'un relatif à la course de balais, l'autre, plus grave encore, faisant état d'un début de bagarre en plein cours – et il le tenait sous une surveillance étroite pour lui passer le goût de faire l'imbécile. Il lui avait établi tout un programme de révisions et d'exercices pour chaque jour des vacances, et avait même menacé – argument suprême – de lui interdire de voir Jill s'il ne filait pas droit.

-Oui, allez, tu peux aller à Londres, décida soudain le chef de famille. Quand tu auras fini, tu n'as qu'à appeler un elfe, il t'aidera à tout ramener. Et sois de retour pour sept heures, dernier délai !

Isaac remercia et se dépêcha d'emprunter la poudre de Cheminette avant que Wiltord puisse changer d'avis. Il avait terriblement besoin de se changer les idées, de prendre l'air et d'oublier un peu ces foutus grimoires. Et il tenait à s'acquitter de la corvée de l'achat des fournitures ce jour-là, car Jill avait des choses à régler de son côté ; ainsi, lors de leur prochaine rencontre, ils seraient libres de faire des choses bien plus agréables que d'aller courir les boutiques du Chemin de Traverse. En plus, Ruth lui avait dit qu'ils pourraient prendre un verre ensemble, et il espérait la convaincre de fléchir l'oncle Wiltord au sujet de ces révisions d'été. Il n'était pas sûr de pouvoir la rejoindre, mais elle devait l'attendre, au cas où, sur le Chemin de Traverse, dans un pub apprécié des sang-purs à la mode.

Le gamin n'avait pas osé demander le moindre sou à son oncle, et, dans sa précipitation, il était parti sans sa bourse, comme il s'en rendit compte en inspectant ses poches. Bon, pas grave, il avait largement de quoi payer ses achats dans son coffre de Gringotts. Il prit donc la direction de la banque des sorciers qui se dressait à quelques centaines de mètres, sans prêter grande attention à ce qui l'entourait. Des gamins galopaient dans la foule, des marchands ambulants essayaient d'attirer le chaland (« tombola des Orphelins du Purisme, de nombreux lots à gagner ! »), bref le Chemin de Traverse connaissait son agitation habituelle, malgré l'écrasante chaleur qui semblait tout ralentir. Isaac était trop maussade pour considérer tout ce monde bigarré autrement que d'un regard exaspéré. Qu'est-ce que tous ces gens fichaient là ? Ils ne pouvaient pas rester chez eux plutôt que de traîner dans cette rue sans avoir rien à y faire ? Il dépassa, en ronchonnant, un groupe de jeunes femmes en pleine virée shopping, maudissant cette manie de la gent féminine d'acheter sans compter tout ce qui lui tombait sous le nez. Et ces mioches, là ! Un groupe de garçons à peine plus jeunes que lui, qu'il connaissait de vue, se pressait devant le Magasin d'Articles de Quidditch. Pourquoi n'étaient-ils pas consignés chez eux à faire des putains d'exercices, eux ?

-Mon père va me l'acheter pour mon anniversaire, annonçait l'un d'eux en désignant un superbe balai de course exposé en vitrine.

Isaac eut un ricanement amer. Son propre balai lui avait été confisqué après la course, et il n'était pas certain que Wiltord accepterait de le lui rendre pour la rentrée des classes. Les poings serrés dans ses poches, la tête rentrée dans les épaules, le Serpentard pressa le pas jusqu'à la banque, s'agaçant des lenteurs des badauds, bousculant ceux qui ne se poussaient pas assez vite.

-Mais dégagez, bordel, grognait-il tout en progressant. Poussez-vous, espèce de vieille morveuse ! Et toi, là, le veau marin, tu te mets à droite ou à gauche mais tu laisses passer ceux qui ont à faire ! C'est pas parce que tu es enceinte jusqu'au pif qu'il faut emmerder tout le monde !

À force d'invectives, il se fraya un chemin jusqu'à la banque. Mais les fâcheux étaient là aussi. Une femme vêtue de sombre montait lentement les marches du perron, bien au milieu, occupant tout l'espace. Avec toute la mauvaise humeur qu'il avait accumulée, et toute l'assurance d'un gamin de sang-pur, Isaac lui lança :

-Allez, poussez-vous un peu, la mère ! Vous vous croyez majestueuse avec votre démarche de vache laitière, lança-t-il en la dépassant sans ménagement, ben c'est rat...

Le mot mourut dans sa gorge, et il essaya de corriger le tir en lançant un « bonjour madame l'Inquisitrice » qui refusa tout net de sortir de sa bouche. Il se sentit pâlir et regarda la sortie de la banque, mais il avait trop avancé et Bellatrix Lestrange se dressait à présent entre la porte et lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1997
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 01/01/2012
Parchemins postés : 204



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 11PV
Pr Bellatrix B. Lestrange


MessageSujet: Re: Tendre l'autre joue (Bella) Lun 28 Juil - 17:24

"Elle a vraiment fait ça ?!"
"Puisque je te le dis !"
"Putain le botruc, mais comment tu veux qu'on fasse pour s'occuper de ça ? C'est beaucoup trop... énorme !"
"Je sais pas qui va s'en charger, elle devrait nous en parler à la rentrée..."
"Avant j'espère !"


A Poudlard, dés qu'un Brigadier ou tout autre employé du Château prononçait le mot "elle", cela signifiait "la splendide, belle et mauvaise Grande Inquisitrice Bellatrix Lestrange". Personne ne disait vulgairement "Lestrange" et aucun ne s'aventurerait au point de l'appeler par son prénom. Les murs de l'école avaient des oreilles, et cet organe auditif était relié à un cerveau. Lequel était, en l'occurrence, la Mangemort de renom.
Les mesures de sécurité pour la rentrée avaient étés de nouveau modifiées. Désormais, le nombre de Détraqueurs patrouillant la nuit dans les couloirs et les escaliers de Poudlard serait de dix, et non plus seulement de trois. A l'inverse, les six Mangemorts qu'Eris Valverde avait convoqué se voyaient expulsés du Château sans aucune forme de procès.  Bellatrix Black Lestrange était et demeurerait la seule à la barre, elle n'aimait pas l'ingérence des espions et des autres Serviteurs des Ténèbres dans son établissement, voilà pourquoi elle appréciait l'Intendance Crow. L'ancien Directeur des Exécuteurs de Nuisibles ne lui avait jamais adressé d'ordres. Pas le moindre. La main de fer de la plus fidèle chérie du Seigneur des Ténèbres se resserrait douloureusement sur les choses et les êtres de la fabuleuse école de Magie de Grande-Bretagne.

Bellatrix Lestrange, en ce jour de fin de vacances, avait affaire. Bientôt, dans quelques jours, quelques heures, des hordes d'élèves ayant soif de connaissances et de Magie noire pénétreraient de nouveau le Château avec fougue et indolence. Vêtue d'une longue cape noire et d'une robe dentelée de la même sombre couleur, la Mangemort transplana aussitôt de Poudlard vers le Chemin de Traverse. Son arrivée au centre de la célèbre allée sorcière fit tourbillonner quelques feuilles mortes et décoiffa la plupart des passants qui se trouvait dans un périmètre de moins de quinze mètres de la Grande Inquisitrice. Qu'elle était grande ! Qu'elle était belle ! Qu'elle était impressionnante ! Le menton aussi haut qu'elle le pouvait - et elle parvenait à le faire naturellement - Bellatrix Lestrange commença à marcher lentement sur les pavés du Chemin de Traverse. De son air hautain, elle balaya tous les regards apeurés ou admiratifs qui s'étaient posés sur sa personne. Ils furent peu nombreux à conserver la plus fidèle serviteur du Seigneur des Ténèbres dans leur champ de vision. La minute de silence qui avait suivi son arrivée se dissipa peu à peu et la vie reprit son cours. Ses talons produisaient un bruit de métal sur les pavés qui s'entendait aisément malgré le niveau sonore de la foule venue acheter et consommer des produits magiques.


Alors qu'elle se dirigeait vers la banque de Gringotts dans le but de retirer de l'argent, un énorme groupe de mômes regardant avec envie les nouveautés de la vitrine de la boutique d'articles de Quidditch bloquait le passage. Muette comme une carpe et totalement impassible, Bellatrix Lestrange continua son chemin de sa démarche sensuelle et méprisante, et ledit groupe se sépara solennellement sur son passage afin de la laisser passer. Elle montait à présent les marches de marbre du beau bâtiment lorsqu'une voix d'adolescent l'interpella vulgairement. La Mangemort se retourna lentement et fit rapidement face à Isaac Bedan, un Serpentard qu'elle avait envoyé aux cachots quelques temps avant le début des vacances scolaires.

"Tiens tiens."

Le visage de l'élève venait de pâlir à une vitesse effrénée, si bien qu'il paraissait atteint d'une quelconque maladie désagréable. Toujours aussi lentement, Bellatrix s'approcha de lui et lui colla une gifle monumentale, cette fois très rapide.

"Bedan... Comment va ton bras ?"

Ses yeux d'un noir de jais fixaient ceux d'Isaac Bedan. Elle ne connaissait pas le nom de la plupart des résidents du Château, excepté ceux des Sang-Pur. Un sourire maléfique s'était dessiné sur le beau visage de Bellatrix Lestrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2013
Parchemins postés : 267



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Isaac Bedan


MessageSujet: Re: Tendre l'autre joue (Bella) Jeu 7 Aoû - 22:34

Vie de merde. C'est en substance ce qu'aurait pu dire Isaac Bedan à cet instant précis, s'il avait été moldu et avait donc eu de telles références. Il y avait donc des jours où – cruelle ironie du sort ! - on aurait presque souhaité être moldu. C'était presque le cas d'Isaac alors que la redoutable Bellatrix Lestrange le toisait. Le fait était que s'il avait appartenu à cette lamentable population, les choses auraient sans doutes été moins graves. Car à tout prendre, qu'aurait risqué un lycéen moldu coupable d'une blague irrespectueuse sur la personne de la directrice de son école ? Pas grand-chose, quelques jours de renvoi peut-être, ou l'obligation d'écrire une lettre d'excuses... Mais pour le jeune Bedan, l'addition allait très certainement être corsée. L'Inquisitrice n'était pas femme à se laisser marcher sur les pieds, fût-ce, comme cela venait d'être le cas, sans intention d'offenser son altière personne. C'était la pure vérité : Isaac n'avait en aucun cas voulu manquer de respect à Bellatrix Lestrange ; il aurait été désagréable avec n'importe qui se serait trouvé devant lui, et la malchance avait voulu que ce fût l'une des Mangemorts les plus hystériques, pour ne pas dire les plus sanguinaires.

La réponse ne se fit pas attendre. D'un geste dont la vivacité contrastait avec la lenteur calculée de chacun de ses mouvements, Bellatrix Lestrange lui administra une gifle qui résonna dans tout le hall de Gringott's. L'adolescent manqua de tomber, et il dut faire un pas en arrière pour rétablir son équilibre. Les autres personnes présentes dans la banque, alertées par le bruit de la gifle, se tournèrent vers eux, mais se hâtèrent de revenir à leurs occupations en reconnaissant la Mangemort. Isaac eut un ricanement dédaigneux en les voyant détourner précipitamment le regard, comme si d'un simple coup d'oeil, l'Inquisitrice avait pu les tuer tous. Bande de lâches... il suffisait donc de s'appeler Bellatrix Lestrange pour les terrifier. Lui refusait de se laisser impressionner de la sorte, même si c'était suicidaire. La joue lui cuisait, mais il se força à ne pas y porter la main ; pas question de montrer la moindre faiblesse face à cette harpie. Il avait déjà suffisamment eu affaire à elle pour la haïr cordialement, et elle ne s'y trompait pas. Elle avait d'ailleurs retenu son nom, depuis l'épisode de la course de balais qui avait marqué la fin de l'année. Il y avait eu une mémorable séance de torture collective, durant laquelle l'Inquisitrice s'était personnellement acharnée sur plusieurs élèves, puis les divers participants avaient été bouclés aux cachots, tous séparés. Isaac avait eu l'insigne privilège d'avoir, des mains de sa bien-aimée Directrice, le mot « traître » gravé sur l'avant-bras ; durant les quelques jours passés dans les cachots, il avait eu tout le temps de ruminer sa haine de cette femme, de se jurer de se venger...

Mais il n'avait que seize ans, et il ne pouvait certainement pas rivaliser avec une telle furie. D'ailleurs, si Jill était là, elle lui recommanderait sans doute de faire profil bas, ce qui était mal le connaître. Il refusa de baisser les yeux malgré le regard impérieux que lui jetait Lestrange, et, lorsqu'elle prit ironiquement des nouvelles de son bras, il répondit sur un ton badin :

-Beaucoup mieux, Madame l'Inquisitrice, je vous remercie. Vous voyez, il n'y a presque plus de cicatrices.

Pour preuve de ses dires, il leva son bras, montrant un avant-bras nu. Depuis peu, il pouvait de nouveau s'autoriser les manches courtes ; un onguent cicatrisant avait fait des miracles sur les traces profondes laissées par la dague de Bellatrix. Bien sûr, il resterait quelques petites marques ; Ruth lui avait expliqué qu'il aurait fallu pouvoir appliquer cette préparation immédiatement pour que son effet soit optimal, mais personne, à Poudlard, n'avait accepté de fournir quoi que ce soit au gamin. Personne n'aurait voulu s'attirer les foudres de l'Inquisitrice en aidant l'un des punis à soigner ses blessures ; l'infirmerie ne s'occupait pas de ce genre de cas, et l'intention de Bellatrix était vraisemblablement que le jeune Bedan conserve à jamais le mot « traître » gravé sur le bras. Elle allait être furieuse en voyant qu'il n'avait plus que quelques fines traces blanchâtres, dans lesquelles il était impossible de lire le mot soigneusement inscrit dans sa chair. Une lueur de défi passa dans les yeux du garçon, tandis qu'il abaissait lentement son bras. Vous n'avez pas réussi à me marquer comme vous le vouliez, regardez. Tout ce que vous avez fait, c'est me donner l'envie de vous tuer. De vous égorger avec les dents. De vous faire subir le Doloris, comme vous me l'avez fait subir. De vous écrire tout votre testament dans la peau, avec la pointe d'un couteau rouillé. Vous devez comprendre tout cela rien qu'à la façon dont je vous regarde, mais je m'en fous. Vous ne me tuerez pas aujourd'hui, hein ? Je suis un sang-pur, le fils d'un héros de l'armée puriste, un rejeton de grande famille. Vous ne pouvez pas me laisser sur le carreau, il y a des choses que même vous, vous ne pouvez pas vous permettre. Et à l'école... eh bien, on verra. Nous n'en sommes pas là. Sans s'en rendre compte, le gamin avait bombé le torse, et toisé l'Inquisitrice avec autant d'arrogance qu'elle-même aurait pu le faire. Il jugea cependant plus prudent de ne pas en rajouter dans les provocations verbales, et fit aimablement :

-Merci de vous inquiéter ainsi de ma santé, madame. Vous devez être pressée, je ne vais pas vous retenir plus longtemps...

Autrement dir : allez, lâchez-moi, m'dame. L'air dégagé, il eut un signe de tête pour prendre congé, et, sans s'occuper davantage de sa directrice, chercha des yeux un guichet disponible pour y retirer l'argent dont il avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 23/04/1997
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 01/01/2012
Parchemins postés : 204



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 11PV
Pr Bellatrix B. Lestrange


MessageSujet: Re: Tendre l'autre joue (Bella) Mer 20 Aoû - 20:03

La sorcière avait pénétré si profondément les méandres de la branche maléfique de la Sorcellerie que cela se répercutait sur son corps. Oh ! Elle ne paraissait ni lassée ni faible. Bien au contraire, l'étude de cette forme de Magie semblait l'avoir renforcé en tous points. De ses petits pieds de danseuse jusqu'à ses ongles longs vernis de noir, de ses hanches élégantes à sa bouche d'un rouge vif couronnée de petites dents pointues aussi blanches que la neige. Son imposante chevelure brune et bouclée renvoyait à ses yeux sombres aux paupières lourdes. Bellatrix Lestrange jugeait du regard l'élève qui se dressait devant elle.

Le visage durci par les années, la Magie noire et toute la souffrance que le monde pouvait infliger à une de ses parties, s'était subitement éclairci à la vue du jeune Bedan. Ainsi réagissait-elle lorsqu'elle croisait une de ses anciennes victimes. Aussi stoïque fût-il, Isaac Bedan ne pouvait résister à la fureur du Mangemort. Devant la sorcière au Sang Pur, on se laissait emporter ou on mourrait. Rien de plus simple à comprendre. Mais voilà deux êtres que peu de choses reliait. Mis à part le Sang bien sûr.

La Grande Inquisitrice de Poudlard aimait le Sang Pur comme le plus précieux de ses bijoux, le chérissant, l'adulant quasiment telle une force grandement supérieure à sa personne. Elle-même, pensait-elle, représentait la Sang Pur parfaite car elle faisait Un avec la noblesse de son rang... et de son Sang. La pureté émanait de Bellatrix Lestrange et Bellatrix Lestrange était une création de la pureté. Au-delà, il n'y avait que le Seigneur des Ténèbres, Maître parmi les Maîtres, ombre dans l’obscurité elle-même, ne s'encombrant d'aucune compassion dans son combat de tous les jours contre le Sang moldu.

Bellatrix considéra un moment les cicatrices que Bedan avait réussi à arranger sur son avant-bras. On remarquait la signature et toute la cruauté de la célèbre Mangemort, cependant, et le Serpentard aurait dû le comprendre, on comprenait du premier coup d'oeil que le mot « Traître » avait été gravé dans une pure perspective éphémère. En d'autres termes, Bellatrix Lestrange n'avait pas utilisé sa Magie Noire pour infliger une marque permanente à son ancienne victime. Aussi ne fût-elle ni surprise ni frustrée du fait que de fins sillons blancs seuls sur la peau encore jeune et tendue de Bedan témoignaient du moment de torture que la Grande Inquisitrice avait fait subir à ses jeunes rebelles dans la Grande Salle, quelques semaines auparavant.


« Je vois. »

Et si les élèves ne valaient rien à ses yeux, la jeune marmaille de Sang Pur comptait assez pour recevoir un traitement particulier de la part de la Grande Inquisitrice, dans le bon comme dans le mauvais sens. Ainsi souffraient-ils plus des punitions en cas de non-respect du règlement et étaient-ils d'autant pus récompensés grâce à leurs réussites. La Mangemort souhaitait édifier une génération de combattants, de guerriers au Sang Pur et maîtrisant au moins les bases de la Magie Noire. Voilà pourquoi elle avait créé la mention spéciale Magie Noire et voilà pourquoi Atticus Grey la secondait. Si un jour Grey venait à quitter le Château, Bellatrix Lestrange prendrait la suite, tout en conservant évidemment son poste de seule et unique dirigeante de Poudlard.

Elle considérait la gifle comme une punition nécessaire et suffisante, du moins pour le moment. Intégralement sociopathe et maître dans l'art de l'arrogance et de l'hautaineté, la puissante sorcière ne remarqua même pas que le jeune Bedan se voulût désobligeant envers sa personne. C'était comme un ver de terre imitant une étoile, ou encore, un Épouvantard voulant être un Détraqueur.  L'héritière des Black leva un sourcil inquisiteur et méprisant.


« Hum. J'ai tout mon temps pour un élève appartenant à la noble Maison Serpentard. »

Bellatrix se tourna soudainement puis déploya toute sa grandeur et sa propre noblesse vers le guichet principal de la Banque pour sorcières et sorciers Gringotts. Sa voix virulente aussi sèche que du sable au soleil gronda un instant dans la bâtisse.

« Suis-moi, Bedan. »

Sans vérifier si le jeune homme la suivait, car il avait grand intérêt à suivre un ordre de Bellatrix Lestrange, la fidèle du Seigneur des Ténèbres se dressa fièrement devant un des derniers Gobelins encore en poste sur le Chemin de Traverse. Était-il esclave ou lui-même fidèle du Lord ? Elle s'en fichait. Tout ce qu'elle voulait, c'était...  

« Emmène-moi dans mon coffre, vermine. »

… qu'on l'emmène au plus profond des mystères de cette banque aussi vieille que Herpo l'Infâme. Et avec Isaac Bedan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2013
Parchemins postés : 267



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Isaac Bedan


MessageSujet: Re: Tendre l'autre joue (Bella) Dim 24 Aoû - 14:58


Bellatrix Lestrange, jamais où on l'attend. Si un jour je rencontre un type assez givré pour écrire la biographie de notre douce Inquisitrice, je lui fais cadeau du titre. C'est du testé et approuvé. Une folle furieuse capable de torturer plusieurs élèves à la chaîne pour une bête course de balais, et qui, face à une provocation manifeste, se contentait d'une gifle. Que voulez-vous y comprendre ? Isaac demeurait stupéfait. On aurait presque eu envie de demander : quoi, c'est tout ? Presque, bien entendu. Parce que c'était tout de même un coup à se retrouver pendu au plafond de Gringotts par une partie du corps absolument pas prévue à cette effet. Le Serpentard demeura donc silencieux, tandis qu'autour d'eux, le ronronnement de la banque, un instant interrompu par la gifle sonore, reprenait. Il avait fallu un peu de temps pour que les clients et les employés de la banque osent à nouveau parler normalement. La présence de Bellatrix Lestrange, comme celle d'un Détraqueur, glaçait tout ce qui l'entourait.

Bon, l'altercation s'arrêtait là, donc. L'Inquisitrice n'avait même pas sorti sa baguette magique et semblait considérer qu'une gifle était une punition suffisante. Il ne restait plus qu'à prendre congé, ce qu'Isaac tenta de faire, en vain. La Mangemort répliqua aimablement qu'elle avait toujours du temps pour un élève de la maison Serpentard.

-Ah, vous avez étudié à Serpentard aussi ? demanda bêtement le gamin, déjà certain de la réponse.

Sans ajouter un mot, Lestrange se détourna, et arrêta un gobelin qui passait par là en essayant de se faire tout petit – encore plus petit qu'il n'était réellement, en fait. Isaac eut une seconde l'espoir qu'elle allait le planter là et vaquer à ses affaires, mais il n'en fut rien ; son premier ordre, avant même de s'adresser au gobelin qui la regardait pétrifié, fut pour lui : elle voulait qu'il la suive. Le garçon se sentit pâlir. La suivre dans ce dédale de couloirs souterrains ? Était-ce bien prudent ? On racontait des tas de trucs effarants au sujet des sous-sols de Gringotts, avec des détails sur les créatures horribles qui s'y trouvaient enfermées... il ne manquait plus que Lestrange, tiens. Le jeune Bedan ne bougea pas, dans un premier temps, tandis que sa directrice emboîtait le pas au gobelin. Même pas par provocation, cette fois-ci, mais simplement parce qu'il était trop déconcerté pour faire quoi que ce soit. Bon, j'y vais ou pas ? Après tout, elle ne va pas m'assassiner là-dedans. Si elle voulait m'assassiner, elle n'aurait pas besoin de se cacher...

L'Inquisitrice et son guide avaient presque atteint l'une des portes, au fond du grand hall, lorsqu'Isaac se décida à les suivre. En quelques foulées, il les rejoignit, silencieusement. Il n'avait jamais pénétré dans les sous-sols de Gringotts ; lorsqu'il avait besoin d'argent, c'était soit son père, soit son oncle qui s'occupait de venir en retirer. L'avantage d'être avec Bellatrix Lestrange, même si c'était sous la contrainte, c'est que personne ne lui demanda ni qui il était, ni ce qu'il voulait. Au contraire, chacun, homme ou gobelin, s'écartait sur leur passage. Peut-être le prenait-on pour un proche de la redoutable Mangemort... son fils, son neveu, son cousin... L'idée le fit sourire. Encore qu'à bien y réfléchir, il n'était pas impossible qu'ils fussent cousins, tous les deux. Les familles de sang-pur étaient toutes liées entre elles, de manière plus ou moins proche. Il faudrait qu'il vérifie en sortant de là. S'il sortait, bien sûr.

Le gobelin les conduisit jusqu'à une espèce de quai et leur désigna un minuscule chariot. Les rails s'enfonçaient très vite dans l'obscurité, si bien qu'on avait l'impression d'un trou noir guettant les visiteurs pour les happer.

-Vous croyez qu'on passe tous là-dedans ? Il n'y a rien de plus grand ? demanda Isaac au gobelin, tandis que celui décrochait une lanterne du mur.

Pour toute réponse, la créature le poussa pour l'inciter à s'installer en vitesse, ce qu'il fit, prenant place en face de Bellatrix, dos aux rails. Il ramena ses genoux presque sous son menton pour ne pas risquer de frôler ou de heurter ceux de sa directrice, et se tourna d'un air vaguement inquiet pour voir le démarrage du wagonnet. Au début, cela ne lui sembla pas trop pénible, mais l'engin prit rapidement de la vitesse, si bien que l'estomac du jeune Bedan commença à protester. Bientôt, le gamin, qui s'était empiffré comme à son habitude, fut au bord de la nausée, et il ferma les yeux. S'il dégobillait sur les pieds de Lestrange, sûr qu'elle allait le noyer dans son propre vomi. Il se retint donc de son mieux, le teint verdâtre, jusqu'à ce que le wagonnet s'immobilise devant une rangée de coffres-forts. Cette pause lui causa un soulagement immédiat, mais il se rembrunit en songeant qu'il y avait encore le retour à assurer.

-Je... euh... vous voulez que je vous accompagne, madame ? demanda-t-il à l'Inquisitrice d'une voix faible, bien loin de celle qu'il avait eue dans le hall pour ramener sa fraise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tendre l'autre joue (Bella)

Revenir en haut Aller en bas

Tendre l'autre joue (Bella)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-