POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Lun 11 Aoû - 0:39

Parfaite ? Elle ne l'était pas, et ne le serait sans doute jamais. Lorsqu'elle portait son regard sur ce miroir, elle ne voyait pas une jeune femme mais une enfant, un gamine qui n'avait pas vraiment depuis changé depuis ses douze ans. Ses cheveux avaient poussé, ses traits n'avaient guère évolué, elle gardait cet aspect enfantin, presque poupon, comment se voir autrement si l'apparence était ainsi ? Elle comprenait presque pourquoi ses anciennes amies l'avaient jeté, trainer avec elle ressemblait à faire du baby-sitting, elle se faisait presque honte. D'un coté, elle en voulait à la nature de l'avoir faite ainsi, mais elle n'en faisait pas grand cas car cela la mettait à l'abri des insubordinations masculines, et dieu savait qu'elle ne savait pas comment gérer ça. À coté d'elle, Eileen était une femme en devenir, elle avait cette maturité dans son attitude, même au niveau physique, qui faisait toute la différence, c'était ça qui marquait une fois de plus le gouffre entre elles. Si Kim n'avait pas vraiment pensé à cela au début, là, elle pensait à cette énorme faille, elle n'avait rien en commun avec son amie …
Elle se força à un petit sourire qui ne passa pas, décidément, ça n'était pas sa journée, le moral n'était pas au beau fixe. Il était rare que Kimmy soit triste, mais cela arrivait parfois, aujourd'hui était un grand jour, mais l'anxiété venait troubler ce ciel sans nuage. Et si Eileen ne se plaisait pas ici ? Il était vrai que l'endroit était pour le moins rustique, quelques maisons, plus ou moins grandes, le long d'une falaise donnant sur la mer, quelques granges et entrepôt pour stocker la paille et les bêtes d'élevage. Ça n'avait pas grand chose à voir avec les grandes villas et manoirs des sangs purs, loin de là, les MacFusty avaient beau garder les Hébrides depuis des siècles, ils n'avaient jamais cherché la richesse. Et si cela ne lui plaisait pas …

La moue de la petite Poufsouffle ne fut pas cachée par ses cheveux, pour une fois, seule elle s'autorisait quelques petits extra, elle était comme ça, plus à l'aise en solitaire qu'avec une autre personne, même de sa famille. Kimmy parlait peu, voir pas du tout lors des repas de famille, elle arrivait avec les autres, disait bonjour poliment, s'asseyait pour manger, répondait quand on lui parlait, donnait quelques précisions si le ton était conciliant, ça se limitait à ça. Elle ne savait pas comment elle allait se comporter avec Eileen devant sa famille, c'était difficile comme première, presque plus que de présenter un petit ami … encore fallait il en avoir un, ou pire encore, encore fallait il avoir des amis. Sa mère et sa sœur lui auraient dit d'être naturelle, mais c'était bien là une belle injonction paradoxale, comment pouvait on ordonner à quelqu'un d'être naturel, la stupidité parfois.
Ne pas se prendre la tête, c'était difficile, mais c'était toujours ceux qui disaient qu'il ne fallait pas agir ainsi qui le faisait, étonnamment. Le monde ne tournait pas rond, mais avec elle, tout semblait différent, n'être qu'une poussière et en avoir conscience, c'était déjà savoir qu'un nom sur une pierre ne rendait jamais les gens heureux, loin de là. Elle, petite gamine de quinze piges, ne pouvait pas grand chose, alors pourquoi se tracasser ? Qu'importe, elle chassa ses mauvaises pensées en se voyant déjà emmener son amie voir la réserve, et avec un peu de chance, elle pourrait toucher Veyperon, mais ça n'était pas dit. Parfois, il pouvait se montrer aussi caractériel qu'attentionnée, le lunatisme draconique comme disait son oncle en rigolant, ce même oncle qui avait nourri calmement une femelle avant qu'elle ne lui lacère le flanc et l'expulse en bas de son nid dans l'eau glacée. Enfin, elles verraient bien, mais elle se voyait mal expliquer aux parents d'Eileen comment leur fille c'était faite arracher un bras par un dragon pour de la merde … il faudrait plus de prudence que d'habitude, c'était une certitude. Mais elle n'en était pas là.

Il fallait encore aller chercher Eileen, car il en était convenu ainsi. Aussi, il fallait se rendre dans une ville plus ou moins grandes pour y être desservie par un réseau de cheminée ou des portoloins, et il fallait admettre que l'île d'Islay n'était pas très bien lotie à ce niveau. De ce fait, les filles allaient se retrouver à Portnahaven, plus grosse ville à proximité des habitations des MacFusty, et majoritairement fréquentée par des moldus. On avait beau avoir levé le secret magique, il valait mieux éviter de trop s'afficher, surtout en Écosse et dans un endroit aussi reculé. Car le clan MacFusty n'avait pas spécialement envie de se faire mal voir, leur travail était essentiel et il leur arrivait de commercer avec les moldus, mieux valait préserver sa réputation.

Remettant ses cheveux comme elle put, la gamine soupira, décidément elle n'arrivait pas à faire quelque chose d'elle même, tout du moins au niveau de l'apparence. Grandirait elle un jour ? C'était à espérer, quoi que sa sœur n'avait guère grandi depuis sa sortie de Poudlard et elle conservait un visage très jeune, mais on voyait bien en elle une jeune adulte, rien à voir avec elle …

« Kimmy, on va y aller !»

La gamine soupira avant de répondre à sa sœur qui l'attendait en bas.

« J'arrive !»

C'était une des rares occasions où on pouvait voir la timide Kimeria MacFusty se mettre à crier, mais il s'agissait là du moyen de communication maison. Au moins comme ça, on était sûr de se faire entendre, ça avait ça de bon …
Un dernier coup d'oeil, on respire et on se lance, il ne fallait pas faire attendre Eileen.


***************************************


Les deux sœurs parcouraient les rues tranquilles de la ville de Portnahaven. Difficile de ne pas voir le lien de parenté, car toutes les deux avaient des cheveux très clairs, Kimeria plus que sa sœur, mais elles se ressemblaient vraiment, il n'y avait pas de doute permis. Ces cheveux très clairs, ses peaux pâles, elles avaient tout en commun et appartenaient bien au clan MacFusty, elles le portaient sur elles. Outre la différence de taille, les tenues contrastaient entre l'une et l'autre.
Valeria avait opté pour son habituelle robe noire de sorcier assez longue et serrée qui lui affinait la silhouette, celle qu'elle mettait la plupart du temps pour aller travailler, surtout depuis qu'elle collaborait avec les mystères. Kim, quant à elle, avait enfilé une de ces tenues passe-partout, robe discrète et assez ample qui cachait le peu de formes qu'elles avaient, un tissu commun pour un bleu clair estival très enfantin. On devinait là le monde qui les séparait.

« Et elle est d'où ta copine ?»

La conversation était calme et posée alors que les deux jeunes filles marchaient, elles parlaient souvent mais guère de la vie de Kimeria, cette dernière ne s'étendait dessus qu'en cas d'extrême nécessité. Sa sœur, pourtant bienveillante, avait selon elle commis une énorme bourde en écrivant à Poudlard, on ne lui avait pas fait confiance sur ce coup là, et cela se ressentait un peu dans leur relation, mais voilà, chacun reconnaissait ses torts et il fallait avancer.

« Du continent … des Highlands, je crois.»

Pas besoin d'en dire plus.

« Son nom c'est Anderson, c'est ça ?

_ Oui, Eileen Anderson.

_ C'est une très vieille famille de sorciers, elle doit être sang-pur ...

_ Je crois.

_ En tout cas ça me fait plaisir que tu invites une de tes amies à la maison.

_ J'espère que ça se passera bien ...

_ Ya pas de raison que ça se passe mal, ton frère va se tenir à carreau le temps qu'elle sera là.

_ Hmm … j'espère.

_ Mais oui, ne t'inquiète pas pour ça. »

Chacune sourit à l'autre, y trouvant là un réconfort et une certaine complicité muette. Les deux s'entendaient bien, contrairement à leur frère qui avait largement pris ses distances et le parti de ne pas traiter avec elles. Tout semblaient les opposer, si bien qu'il n'était pas rare qu'il y ait quelques tensions entres les aînés de Kimeria, cette dernière assistant, souvent impuissante, aux engueulades.
Elle espérait qu'Eileen n'ait pas droit à ce triste spectacle qu'est le déchirement familial.
Les deux MacFusty arrivèrent devant le bureau de poste de la ville, là elles attendirent quelques instants avant que Valeria ne consulte sa montre et remarque qu'il était l'heure pour elle d'y aller.

« Bon, je vais y aller, ta copine ne devrait pas tarder. N'attends pas trop, si elle n'est pas là rentre à la maison … bisous ma puce, à ce soir.»

Elle déposa un bisou amical sur le front de sa sœur avant de s'engouffrer dans le bâtiment moldu, endroit par lequel se faisait la majeur partie du transit sorcier du coin.

« Travaille bien, à ce soir.»

Désormais seule, elle regarda autour d'elle, cherchant son amie, espérant la voir arriver d'ici quelques dizaines de secondes. La petite Poufsouffle prenait soin de détailler chaque personne autour d'elle, ne souhaitant pas rater Eileen qui ne devait pas connaître la ville. D'un coté il y avait le stress de revoir son amie et de l'autre l'excitation de passer de bons moments avec elle. Ce mélange la rendait étrangement nerveuse et heureuse. D'un coté elle avait hâte et de l'autre non … en attendant, elle cherchait toujours Eileen, peut être avait elle sans le savoir croiser sa sœur ? Curieux tiens, elle le saurait probablement au repas ce soir, c'était amusant de se dire ça. N'osant pas entrer dans le bâtiment moldu, elle continua de scruter du regard les environs à la recherche de sa seule et unique amie.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Mar 19 Aoû - 0:57

Tout était beau, tout était parfait, comme d’habitude, la nature environnante continuait sa petite vie pendant qu’Eileen, à l’intérieur, avait mis pause sur la sienne. La seule chose qu’elle faisait était travailler, lire, dormir, manger, rien de plus. De temps à autres elle sortait faire une petite balade autour mais rien de bien folichon. Ses seules vraies sorties ayant été celle au chemin de Traverse pour voir son cousin et son voyage chez sa cousine, elle avait accueilli avec un vrai plaisir l’offre de Kimeria, sa camarade de Poudlard, de la même année mais chez Poufsouffle. Même si passer du temps dans ce qu’elle imaginait déjà être une chaumière poisseuse remplie de bouseux arriérés elle était contente de quitter l’endroit dans lequel elle vivait depuis le début des vacances. Et peut-être même qu’avec un peu de chance ce que Kimeria appelait un manoir se révèlerait être au moins une grande maison.
Tant de préjugés pour une si jeune personne faisait presque de la peine.

Mais propriété poisseuse perdue au milieu des falaises et des dragons ou pas elle ne pouvait plus revenir en arrière. Mais déjà elle devait convaincre ses parents et ce n’était pas tout à fait gagné. Surtout pour son père.


« Une Poufsouffle. Et puis quoi encore ? Tu traînes avec cette vermine maintenant ? Je savais que quelque chose clochait chez toi. Et puis ces MacFusty j’en ai entendu parler, je ne suis même pas sûr qu’ils soient sang-pur et tu voudrais aller nous déshonorer en te montrant avec ça ? »

Si c’était un peu exagéré, Eileen y était habitué, son père était très élitiste même s’il n’était pas très actif dans la communauté puriste, il se contentait de s’asseoir au fond de son fauteuil pour y critiquer les hors-la-loi, moldus et autres sang-mêlés. Le ministre y était passé lui aussi. Mais c’était tellement ridicule de s’invectiver comme ça, sans même essayer de changer quoi que ce soit pour atteindre cette perfection donc il parlait souvent. Mais s’il se prenait en exemple pour cette dernière, ça devenait encore plus ridicule. Devenir un vieux sang-pur acariâtre et aigri, complètement déconnecté des réalités et besoins du monde n’était pas franchement dans les plans des jeunes d’aujourd’hui. Si seulement la petite blonde finissait par voir elle aussi que son père ne valait rien elle pourrait avancer, mais elle l’idéalisait, elle l’aimait et elle n’était pas prête à le lâcher tout de suite. Tant pis pour elle si elle aimait la souffrance inutile.

« Tu ne comprends pas. J’ai besoin d’aller là-bas, elle n’est même pas vraiment mon amie, j’ai juste besoin d’elle pour un truc à Poudlard. »

Ne voulant pas en entendre parler plus longtemps l’homme haussa les épaules et conclut la conversation d’un :

« Ne m’embête plus avec ça, si ça t’amuse de traîner avec cette racaille et que ta mère est d’accord … »

C’était le mieux qu’elle aurait pu espérer, il retournait à son état normal de « Tu n’es  pas mon fils alors je m’en fiche ». Et étrangement elle préférait quand il lui opposait de la résistance, elle avait comme l’impression que quelque part elle comptait quand même pour lui.
Bien sûr sa mère accepta, trop heureuse qu’Eileen fasse autre chose que traîner à la bibliothèque, la seule condition étant qu’elle devait être rentrée pour assister aux jeux, la Serpentard envoya donc un hibou à Kimeria pour lui confirmer sa présence. Elle monta donc dans sa chambre pour commencer à préparer ses affaires, elle partait dans deux jours.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Et le jour arriva, enfin, synonyme de liberté comme d’angoisse. Angoisse car Eileen ne savait définitivement pas ce qui l’attendait dans les Hébrides, ce n’était pas faute d’avoir posé des questions à sa mère mais cette dernière n’était pas plus renseignée qu’elle. Au moins elle ne partait pas trop loin. Elle avait répondu à Kimeria qu’elle la retrouverait bien à Portnahaven et avait grimacé en lisant que sa famille faisait commerce avec des moldus. Elle espérait juste qu’elle n’en verrait pas de son séjour, elle ne se sentait pas prête pour ça et risquait d’avoir une réaction effrayante aux yeux de Kimeria. Ce serait bête.

Depuis le début du mois, Eileen adhérait de plus en plus à la mode sorcière et avait acheté des tas de robes, toutes de première qualité, de toutes sortes pour refaire sa garde-robe. Elle avait dû garder un pantalon et quelques habits qui n’étaient pas purement sorciers mais elle revendiquait son appartenance à cette race supérieure, y compris par les vêtements. Son besoin de supériorité s’était encore accentué avec la levée du secret magique et avait mené au renouvellement de sa garde-robe. C’est donc vêtu d’une robe d’un bleu très clair et brodée d’argent qu’elle descendit vers le salon pour accéder à la cheminée. Kimeria lui avait dit que la ville dont elle lui avait parlé était reliée au réseau de cheminées.
Attrapant une petite poignée de poudre de cheminette elle s’installa dans l’âtre et prononça à haute-voix :


« Portnahaven. »

Elle espérait qu’elle le prononçait correctement, elle ne voulait pas atterrir dans un endroit inconnu et dangereux. Elle arriva donc dans un bâtiment et ne vit qu’à peine une blonde prendre le chemin inverse, il fallait dire qu’elle ne se souciait pas vraiment des gens ici, elle voulait juste sortir de cet endroit pour retrouver Kimeria et être sûre de ne pas s’être trompée de destination.

Il ne lui fallut pas très longtemps pour trouver la demoiselle en question, elle qui ressemblait à une albinos, on ne pouvait pas la confondre ou la perdre au milieu de cette petite foule qui allait au travail. Eileen s’approcha donc d’elle, sourire toujours aux lèvres et ses valises flottant derrière elle, même si Kimeria l’avait prévenue qu’elle arriverait en territoire presque moldu, elle s’en fichait pas mal et les laisserait voler sauf si Kimeria lui demandait de les prendre à la main bien entendu.
Elle fit la bise à son « amie » avant de la saluer.


« Salut Kim ! »

Elle avait gardé le surnom qu’elle utilisait dans ses lettres, ce n’était pas si mal en fin de compte.

« Je suis heureuse d’être arrivée, j’ai hâte de voir où tu habites ! »

Elle lui offrit un plus large sourire et ce qui ressemblait à un petit rire avant de replacer une mèche rebelle derrière son oreille. On pourrait facilement penser qu’Eileen était vraiment plus âgée que Kimeria, tout était dans l’attitude, pas seulement dans l’apparence. Parce que même avec ce visage enfantin, Eileen était sûre que Kimeria pourrait donner une impression plus adulte si elle s’en donnait un peu la peine, si elle essayait d’en avoir l’air. Mais à la place elle s’infantilisait encore plus. C’était dommage.

Suivant, la gamine qui l’emmenait elle-ne-savait-trop-où, elle espéra un instant que là où les MacFusty vivaient était confortable et qu’elle n’aurait pas à dormir sur un lit en bois dans une chambre minuscule.
Bien sûr même si elle ne tombait pas sur un château et n’arriverait pas non plus dans un taudis mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer que la Poufsouffle vivait au milieu de la boue et des dragons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Ven 22 Aoû - 16:48

Les secondes paraissaient des minutes et les minutes des heures. L'interminable attente transformait Kimmy, d'ordinaire si calme, en puce excitée, si bien qu'elle ne pouvait rester plus en place et faisait les cent pas, regardant tantôt ses pieds, tantôt en direction de la poste pour y voir son amie arriver. Plus le temps passait et plus la tension était palpable, elle espérait ne pas faire mauvaise impression, vraiment. C'était quelque chose de relativement dérangeant de se dire qu'on pouvait rebuter quelqu'un simplement, ça l'angoissait, sa seule amie humaine pouvait s'échapper à tout moment et l'abandonner. Cette pensée la mortifiait littéralement, c'était quelque chose d'horrible, vraiment. Difficile d'être aimée pour ce que l'on est quand on ne s'aime pas vraiment, c'était peut être ça le problème avec elle … peut être qu'elle ne pouvait avoir que des amies narcissiques et prétentieuses car elle ne pouvait guère entretenir de relation saine avec des gens calmes, posés et bienveillants.
En y repensant, elle se souvenait d'avoir souvent vu des ami(e)s de sa sœur chez elle par le passé. Des Gryffondors, elle avait eu cette petite pointe de jalousie, et s'était mise à rêver qu'un jour, elle aussi, pourrait inviter trois ou quatre personnes chez elle. Mais non, rien à y faire, Eileen inaugurait l'ère presque terminée de Kimeria MacFusty.
D'un coté, elle enviait sa sœur, de l'autre elle ne souhaitait pas abandonner sa petite vie, ce lien qu'elle entretenait avec son dragon. D'ailleurs, elle avait hâte de le montrer à Eileen, et aussi de voir la réaction de ce dernier face à elle. Oh il n'avait pas vu grand monde d'extérieur à la réserve, mais les dragons avaient comme un sixième sens, ils avaient une façon de sentir les bonnes et les mauvaises personnes, enfin, Kimmy le pensait, c'était ce qu'on lui avait toujours dit.

Perdue dans ses pensées, elle n'avait pas encore vu la porte de la poste s'ouvrir pour laisser sortir Eileen. Lorsque la petite Poufsouffle releva les yeux, elle vit son amie. Elle était magnifique dans cette robe bleu, très clair, moins délavée que la sienne évidemment, elle était d'une matière plus noble, les brodures brillaient au soleil, laissant apparaître les reflets angéliques d'une amie venue la délivrer du mal. Son ange gardien avait fière allure, très féminine, très jolie, presque femme.
La regardant un instant, elle resta figée devant cette vision sortie de nulle part. Cela changeait des robes noires de Poudlard, les couleurs claires lui allaient vraiment bien, cela mettait ses cheveux en valeur, presque tout en fait, elle avait l'impression de redécouvrir Eileen. Eileen la Serpentard avait laissé place à Eileen la sang-pur, fille de bonne famille, sorcière et fière de l'être. Kimmy se sentait presque gênée de sa tenue ridicule à coté de son amie, elle lui faisait honte, et jamais on avait vu pareille tenue chez les MacFusty, elles étaient si différentes …

Toutefois, ce fut avec un sourire qu'elle l'accueillit, un sourire aussi libérateur qu'attentionné, elle était venue ! Oui, elle était venue, elle était là, son amie. Le soulagement avait pris la place du dérangement, qu'importe, il fallait qu'elle soit là, cela lui faisait du bien. Elle eut envie de lui sauter au cou, de lui faire un calin amical, mais la retenue était de rigueur, encore une fois, alors elle se contenta de lui faire la bise avec un grand sourire, et la laissa parler en premier.

« Salut Kim ! »

Ladite Kim remit une de ses mèches de cheveux en place, derrière son oreille, avant de lui répondre gentiment.

« Salut !»

Impossible de dire plus tant son stress et son excitation la parasitait, trop heureuse pour vraiment s'exprimer à ce sujet. Toutefois le ton était très enthousiaste, cela ne trompait pas évidemment.

« Je suis heureuse d’être arrivée, j’ai hâte de voir où tu habites ! »

Elle espérait ne pas la décevoir, vraiment. C'était difficile à dire, mais elle espérait que l'endroit ne soit pas trop rustique pour elle. C'était une vieille maison, dans la famille depuis toujours, depuis aussi longtemps que le clan gardait la réserve, autant dire une éternité. En tout cas, elles prirent la direction des rues, dans le sens inverse cette fois ci, Kim ajoutant :

« J'espère que ça va te plaire. Tu as trouvé facilement ? »

Elle avait tellement envie de parler avec son amie, qu'elle n'avait pas noté que les valises flottaient derrière elles. Au diable le monde extérieur, Eileen était là, c'était tout ce qui comptait. D'ailleurs elle ne se priva pas de lui parler une fois la réponse obtenue, cela lui faisait le plus grand bien, c'était comme si les lettres les avaient rapproché, comme si l'amitié avait été scellée par ce biais, c'était curieux de voir la petite Pouffy se laisser aller comme ça, difficile à dire quand elle s'était comportée ainsi pour la dernière fois.

« Tu verras, c'est sur la côte, on est juste au dessus de la mer. C'est pas tout neuf, mais l'endroit est vraiment sympa. »

Elle avait haussé les épaules en disant ça, puis elle ajouta.

« On va y aller en portoloin, il est juste à la sortie de la ville, c'est pas très loin.»

Elles avaient déjà remonté la rue et la petite blondinette avait involontairement pressé le pas, trop impatiente de présenter son chez-elle à son amie.
Rapidement, elles passèrent le panneau de sortie de la ville et firent encore quelques mètres avant que Kim ne s'arrête sur le coté de la route.

« Je vais le chercher, il est là.»

Oui mais où ? Quand on ne connaissait pas, ça ne devait pas être facile de le trouver. La miss se dirigea vers un muret en pierre à moitié éboulé. Là, elle retira une pierre ou deux avant d'en sortir un vieux réveil à moitié cassé. Elle le posa sur le dessus du muret et regarda les aiguilles, la trotteuse tournait encore, un miracle ou presque quand on ne connaissait pas la magie. D'un air convaincu, Kimmy expliqua :

« On a encore trois minutes à attendre.»

Se posant sur le muret, elle battit des jambes en attendant l'heure tant désirée, laissant Eileen libre de la rejoindre ou pas. Elle était à la fois anxieuse et impatiente, elle décompressait comme elle pouvait pour l'instant, et si l'envie se voulait plus forte, c'était parce qu'elle avait hâte de passer un peu de bon temps avec son amie.
Sourire aux lèvres, elle attendait le moment de partir, incapable de dire un mot, trop occupée à profiter de la présence d'Eileen. D'ici quelques minutes, elle allait lui montrer chez elle et le séjour commencerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Lun 1 Sep - 2:39

On ne pouvait pas dire qu’un voyage sorcier était long, même pour aller d’un pays à un autre seulement quelques minutes étaient nécessaires. Elle se savait chanceuse de vivre dans ce monde, privilégiée, personne n’oserait la contredire sur ce point. Alors elle marchait fièrement comme on le lui avait appris, comme elle devait le faire, en honorant son rang dans la société sorcière et même humaine.
Elle salua Kimeria qui la salua en retour.


« J'espère que ça va te plaire. Tu as trouvé facilement ? Tu verras, c'est sur la côte, on est juste au-dessus de la mer. C'est pas tout neuf, mais l'endroit est vraiment sympa. On va y aller en portoloin, il est juste à la sortie de la ville, c'est pas très loin. »

Sincèrement elle espérait aussi que ça lui plairait, sinon il lui faudrait de très grands efforts pour survivre à ces jours passés au domaine MacFusty. Elle fit un sourire qui se voulait rassurant à la petite Poufsouffle.

« Je suis sûre que ça me plaira, ne t’en fais pas, Tant que je suis avec toi et qu’on s’amuse je ne vois pas comment je pourrais trouver à me plaindre. »

En fait si elle avait sa petite idée mais ça risquait de casser l’ambiance, elle se contenta de la suivre, en silence jusqu’à la sortie de la ville. Elle observa le panneau indiquant la fin de Portnahaven puis s’en désintéressa bien vite quand elle vit que la petite blonde avançait encore et toute seule, très enjouée. Eileen n’avait pas souvent eu l’occasion de la voir dans cet état et elle était presque soulagée, vraiment, de voir qu’elle pouvait encore être heureuse et sourire simplement. Comme quoi ses foutus dragons avaient vraiment une incidence sur son comportement et son humeur. C’était donc ça la passion, la vraie, sans concession ni compromis. Dingue. Là elle sentait une pointe de jalousie, la même que la dernière fois. Elle qui n’était pas capable de voir ce qui la motivait dans la vie à part son père. Elle pensait que connaître son affinité l’aiderait mais elle restait pour l’instant dans le flou. Elle avait rapidement pensé à la botanique et aux facilités qu’elle avait depuis toujours dans cette matière mais elle ne pouvait décemment pas travailler dans ce domaine en sortant de Poudlard. Si ? Elle trouvait ça très peu, trop peu, ambitieux pour être viable. Alors elle continuait à s’accrocher à ce projet d’entrer au Ministère ou à l’Intendance, que pouvait-elle faire d’autre ? Elle pourrait au pire faire ses premiers pas dans le bureau de la protection de l’environnement, elle ne voyait que ça. Sinon elle partirait tout à fait autre part, ce qui n’était absolument pas irréalisable.
Enfin il lui restait encore deux années pleines à faire à Poudlard avant qu’elle n’ait à faire des choix comme cela, autant en profiter.


« Je vais le chercher, il est là. On a encore trois minutes à attendre. »

Ah. Très bien. Elle chercha d’abord du regard le portoloin, espérant le voir mais elle ne le trouva que quand Kimeria le brandit dans les airs. Ah oui, pas simple. Elle ne risquait pas de le trouver seule, elle aurait pu ratisser toute la zone, le seul moyen aurait été un accio et même si le réveil n’était pas sorti de derrière les pierres il aurait, au pire, fait du bruit en cognant contre celles-ci ou, au mieux, les aurait fait bouger un peu, assez pour qu’Eileen le remarque. Heureusement Kimeria connaissait la cachette.
Trois minutes. Faudrait-il qu’elle tienne la conversation tout ce temps ? Très probablement, mais elle s’était embarquée d’elle-même là-dedans et il n’était plus question pour elle de se plaindre.
La Serpentard s’approcha du muret où s’était assise Kimeria mais resta debout, ses valises flottant toujours derrière elle.


« Tu viens souvent par-là ? »

C’était lancé comme ça, en référence à la facilité avec laquelle elle avait réussi à trouver le portoloin. Et aussi parce qu’il lui fallait quelque chose à dire et que c’était la première phrase qui lui était venue à l’esprit, elle faisait donc avec.

Elle épousseta une seconde fois sa longue robe et rompit le lien magique avec ces valises, ces dernières venant de se déposer tranquillement toutes seules au sol. Elle resta droite, debout, à observer les alentours, de grands champs principalement, grandes étendues vertes dont on ne voyait pas le bout, c’était assez joli lorsqu’on prenait le temps de regarder. Elle aurait presque pu s’allonger dans l’herbe là-bas pour feuilleter ses livres sur l’élémentalisme qui l’attendaient sagement dans une de ses valises mais elle n’était pas là pour ça.
Quelque part, elle avait presque hâte de voir les dragons, tout le monde n’était pas forcément amené à en voir dans sa vie, encore moins à vivre à côté, c’était une chance qui lui était offert et même si elle n’était pas passionnée par ces bêtes et qu’elle avait même plutôt peur elle était aussi très curieuse.
En regardant Kimeria, elle pensait à tous les plans qu’elle avait pour elle, est-ce que planifier de se servir d’elle faisait d’Eileen une mauvaise personne ? Elle ne s’était jamais pensée mauvaise, pas fondamentalement en tout cas, elle ne pensait pas non plus être complètement bonne, qui l’était ? Elle avait effectué son lot de mauvaises actions en effet, toujours pour les plus mauvaises raisons mais ne s’était jamais changée en une mauvaise personne. Peut-être arrivait-elle ici avec de mauvaises intentions en effet, mais elle ne pense pas qu’elle se serait un jour intéressée à Kimeria sans ces intentions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. De plus, elle pouvait tout à fait avoir de bonnes et saines intentions, c’était principalement pour cela qu’elle pouvait affirmer ne pas être mauvaise. Elle était grise, un mélange, comme chaque personne de cette planète. Qui pouvait seulement se vanter d’être tout blanc ou tout noir ? Même s’il fallait avouer que le Seigneur des Ténèbres s’était pas mal avancé du côté sombre et qu’il se rapprochait chaque jour un peu plus du point de non-retour. Mais comptait-il vraiment ? Était-il toujours humain ou n’en avait-il plus que la forme ? Comme un déguisement que l’on enfilerait, il ressemblait à un être humain mais n’avait plus rien pour y ressembler sitôt passé l’enveloppe corporelle. Son esprit était vicié et s’il voulait un jour se vanter d’être tout noir, Eileen le laisserait faire tranquillement.

Pour le moment, bonne personne ou non, elle était là, à attendre que le portoloin s’active, peut-être ferait-elle mieux de se concentrer sur Kimeria plutôt que sur elle-même pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Mar 2 Sep - 23:57

L'amitié, c'était cette petite lueur d'espoir au fond des ténèbres du désespoir. L'amitié, c'était ce sourire contagieux mais non moins rassurant. L'amitié, c'était ces bras qui, même si frêles, pouvaient se révéler être le rempart ultime. L'amitié, c'était parfois un geste anodin, si anodin qu'il en devenait salvateur. L'amitié, c'était peut être ce que l'amour n'avait jamais pu nous donner correctement …
Une année durant, ou presque, Kimeria se demanda ce qu'était vraiment l'amitié. Au fond, elle avait presque fini par ne plus y croire, le monde avait été intensément dressé contre elle, du moins elle l'avait ressenti ainsi, seule et sans défenses, jusqu'à l'affront et la rédemption. Venue d'une inconnue avec une promesse de vengeance qui n'était qu'une tâche sur le tableau idyllique de leur relation amicale, si elle avait su. Tout avait un prix, qu'on le veuille ou non, et la solitude fait parfois plus de mal que de bien, elle le savait, et pourtant ne se rendait pas à l'évidence qu'un jour, il faudrait l'accepter. Pas maintenant, plus jamais, pas tant qu'Eileen serait là pour elle. Deux ans, c'était tout ce qu'elle demandait, deux petites années, mais à leur niveau, c'était peut être trop.
Enfin, elle aurait le temps d'y penser plus tard, pour l'instant elle profitait de ses vacances et de la visite de sa meilleure amie, elle comptait bien ne pas se prendre la tête avec ce genre de pensées, d'autant plus qu'il y avait plus important, n'est ce pas ?

Sincèrement, elle espérait qu'Eileen comprendrait son mode de fonctionnement après avoir été dans son univers. Elle verrait les dragons, sentirait le vent de la liberté dans ses cheveux, elle découvrirait une vie loin de tout, mais si proche de la simplicité et du bonheur … peut être qu'elle ne comprendrait pas, mais au moins, Kimeria aurait essayé de lui montrer toute sa vie. D'ici une petite heure, elle espérait bien voir son amie prête à partir pour la réserve, elle avait hâte de lui exposer la sublime vision draconique de son quotidien. Avec un peu de chance, elle pourrait peut être même comprendre le lien qui unissait la petite Poufsouffle à ces reptiles mythiques et ô combien puissants.
Et de l'autre coté, la miss MacFusty avait hâte de voir la réaction d'Eileen au milieu de la réserve, cela se promettait d'être intéressant, par curiosité mais aussi comme moyen pour la découvrir un peu. Pour l'instant, la Serpentard n'affichait pas de réelle peur vis à vis des dragons, mais en serait il ainsi une fois devant ceux ci ? À voir, la chose se promettait d'être intéressante.

Perdue dans ses pensées, elle n'avait pas vu son amie s'approcher, et n'avait guère prêtée attention à elle, sa voix la tira de sa rêverie.

« Tu viens souvent par-là ? »

Ses valises étaient au sol, elle avait décidé de les laisser ainsi en attendant le portoloin, et en plus de faire la conversation, elle s'intéressait à son amie, cette dernière en fut presque touchée de tant d'attention, ça n'était pas pour lui déplaire vu le contexte informel, c'était différent du temps où elles étaient encore à Poudlard, ici elles pouvaient presque tout se dire.
La petite blondinette leva les yeux au ciel pour regarder les nuages, battant encore des pieds et lui répondant non sans essayer de savoir à quoi ressemblait ces curieux tissus de brume céleste.

« Pas vraiment … mes parents n'aiment pas trop que l'on traine vers les moldus, c'est plutôt eux qui voient avec eux. »

Avec un sourire en coin, elle hocha la tête.

« Ils ont peut être peur pour notre sécurité, ou qu'on fasse des erreurs avec eux … je sais pas trop. »

D'un coté elle comprenait ce point de vue. Elle n'avait pas vraiment peur des moldus, elle en avait déjà vu plein, mais elle ne se sentait pas aussi à l'aise qu'en milieu sorcier, probablement à cause de l'éducation et du formatage qu'elle subissait à Poudlard. Difficile à dire mais cela ne dérangeait pas plus que ça la gamine de se balader ici. Cette histoire d'espèce supérieure et inférieure lui passait au dessus de la tête, elle n'y accordait pas d'importance, elle préférait de loin s'attarder sur l'hybridation des dragons que sur celle des hommes, simple question de passion. Peut être que Poudlard avait eu une influence sur sa vision de voir les choses, mais elle était rapidement reléguée au second plan pour peu qu'on touche du doigt ce qui l'intéressait vraiment.
Il était bien inutile de lui retourner la question, une sang-pur ne devait pas fréquenter les moldus, et si elle, petite sang-mêlée plus ou moins contrainte à le faire n'y avait presque pas droit, alors elle, pensez vous. La politesse aurait voulu qu'elle lui retourne la question mais le réveil commençait déjà à s'agiter et le tic-tac devenait plus sonore, l'heure arrivait.
Immédiatement, la gamine descendit du muret pour regarder l'objet, ajoutant avec un sourire et une pointe d'impatience excitée :

« Ça va être l'heure !»

La blondinette aida son amie à prendre ses valises, avant d'en saisir également une, tenant le portoloin dans une et le reste des affaires d'Eileen dans l'autre. Au moment où l'objet sonna, les deux jeunes filles s'élevèrent dans le ciel en tournant à toute vitesse. Kimeria regarda autour d'elle, on voyait la mer et divers endroits qu'elle connaissait, elle repérerait rapidement l'endroit où elles devraient s'arrêter. Ajoutant pour rassurer un peu Eileen :

« Je te dirai quand il faudra lâcher.»

Pour qui n'était pas habituer, les endroits devaient tous se ressembler, la mer, des falaises, des rochers, des plaines vertes, il fallait connaître les lieux pour ne pas se perdre.
En quelques secondes, Kimeria indiqua à son amie :

« On y est.»

Lâchant le portoloin, elle réapparut sur le sol, avant de rouler sous l'inertie. Se mettant en position assise, elle secoua la tête, ses longs cheveux cachant son visage. Elle souffla sur ces derniers pour dégager la vue avant d'enlever un peu de mousse qui s'était logée là. Secouant ses bras, elle ne prit pas le soin de regarder l'endroit où elle était, elle le connaissait bien. Ce petit endroit à l'ombre d'un arbre, avec des pierres recouvertes de mousse et une légère brise, pas forcément froide, mais qui indiquait une proximité évidente de la mer. Un peu comme le bruit lointain que l'on pouvait percevoir en tendant l'oreille avec attention.
Se relevant, elle se débarrassa du reste de mousse sur ses vêtements avant de désigner le haut de la colline voisine à Eileen.

« C'est juste derrière.»

Prenant le chemin, inondé de rayons de soleil entrecoupés de nuages, les deux miss, valises derrière elles, grimpaient sur le flanc de la petite colline. À mesure qu'elles avançaient, le bruit de la mer se faisait plus évident, jusqu'à devenir un murmure apaisant.
Une fois au sommet, la petite Pouffy fit halte, laissant son amie admirer la vue. En descendant en contrebas, il y avait un petit plateau avancé vers la mer. Surplombant les falaises, le groupement de bâtiments MacFusty se trouvaient là. On pouvait voir un hangar, deux ou trois maisons en pierre, dont une clairement plus grande que les autres, et un chemin de sable qui ressemblait à une piste de décollage. La mer s'écrasait contre les falaises de la côte, falaises que l'on pouvait apercevoir sans le moindre problème alors qu'elles s'étendaient encore et encore.
Se tournant vers la Serpentard, elle ajouta, pas peu fière :

« Voilà, c'est là que j'habite.»

Elle souriait, contente de voir son chez elle, toujours aussi heureuse de constater qu'il n'avait pas bougé. Prenant le chemin pour y descendre, elle respira l'air marin, celui qui lui manquait tant lorsqu'elle était cloîtrée à l'école. Eileen devait désormais comprendre qu'il était difficile pour une gamine du grand air de rester enfermer trop longtemps, et encore, elle n'avait pas tout vu.
Si elle avait été seule, Kimeria aurait couru vers la maison, comme d'habitude, mais elle ne l'était pas, non, elle se devait d'être 'normale' devant Eileen, rester digne, comme elle, ou au moins essayer de l'être.
La descente ne fut pas bien longue, et quand les deux jeunes filles se retrouvèrent dans ce qui semblait être une grande cours, Kimeria compris que c'était là qu'elle verrait ce que pensait Eileen de son chez elle. Le grand hangar métallique contenait du lisier, l'odeur étant retenue par une barrière magique, il n'y avait rien de gênant mis à part la vue. De l'autre coté, il y avait quelques cabanons pour le rangement de divers outils, ainsi que les niches des chiens du clan qui aboyèrent au passage d'une inconnue. Être gardien de dragons signifiaient aussi être plus ou moins fermier, ou tout du moins être capable de gérer du bétail, pour nourrir les bêtes en cas de disette. Mais ça, qui le savait en dehors des gens du milieu ?
Continuant d'avancer dans l'endroit, la gamine désigna tour à tour les maisons, en commençant par la plus grande.

« C'est là qu'habite mes grands parents. Là c'est la maison de mon oncle et de ma tante, et moi j'habite celle là. »

Lorsqu'elles se posèrent devant la dite maison, Eileen put se faire une idée de l'endroit. La façade en pierre était assez vieille, tout comme les fenêtres d'un style relativement ancien, sans pour autant être cassée. La porte en bois foncé semblait très marquée et lourde, et ça n'était pas la petite sonnette sur le coté qui rendait la chose plus neuve. Difficile de ne pas se rendre compte que cette baraque était dans la famille depuis des lustres. Toutefois, il y avait un parchemin cloué à cette dernière, arrachant ce dernier, Kimeria le parcourut du regard.

'Kimmy,

Nous sommes partis en intervention en Irlande avec Papa et Tonton, suite à une demande du RCCM concernant une morsure. Occupe toi bien de la maison et ton amie en notre absence.
Bisous.

Maman.'


Haussant les épaules, la jeune fille ramassa la clef de la maison dans un pot de fleur et put enfin ouvrir la lourde porte. Elle laissa Eileen la suivre avec ses bagages, et prendre place dans le couloir. Le parquet en bois sombre était propre, tout comme le mobilier, en bois également. Il était assez amusant de constater que la quasi-intégralité de la maison était ainsi faite, curieux pour des gens supposant garder des cracheurs de feu. Pourtant les murs en pierre étaient là, parsemés de décorations, des photos de famille, des portraits, des fresques sur les dragons, et bien d'autres choses encore. Dès l'entrée se trouvait un escalier menant à l'étage, mais Kimeria se devait de faire visiter le bas de la maison à son invitée. Elle lui désigna donc ses valises avec un aplomb rare.

« Tu peux laisser tes valises là, je vais te faire visiter la maison.»

Et elle prit la direction de la suite de l'entrée. Là, se trouvait une petite pièce, avec de multiples placards et plan de travail, tout comme le frigo, facile de conclure qu'il s'agissait de la cuisine. Pourtant il n'y avait pas de table, cette dernière se trouvait dans la pièce suivante : le salon. La pièce était vraiment bien plus grande que les autres, il y avait au centre de celle ci une immense table en bois, capable d'accueillir facilement une bonne vingtaine de personne. Accolé au mur, une cheminée inactive, de l'autre coté, il y avait une armoire. La décoration était simple et dans la lignée des précédentes pièces, à ce détail prêt que les tableaux étaient animés et semblaient correspondre tous plus ou moins à des nids de dragons. Certains occupés, d'autres non.

« Donc avant on était dans la cuisine, ici c'est le salon. C'est là qu'on mange aussi.»

Ne sachant pas si Eileen avait compris le truc ou pas, elle désigna un tableau de nid.

« C'est pour surveiller les nids. Ça aide mes parents à savoir si les dragons sont là ou pas. Aussi pour la période de ponte, ça permet aussi de savoir où en sont les œufs.»

Sur l'un d'eux, une dragonne était en train de couver et semblait en train de se reposer. Elle faisait partie des seuls tableaux à contenir un dragon, tous les autres semblaient absents.

« Par exemple, celle la est en train de couver, tu vois ? Normalement c'est l'heure où les dragons vont chasser, mais elle préfère attendre plus tard que les autres soient rentrés pour y aller, les dragonnes n'aiment pas laisser leurs œufs sans surveillance trop longtemps, surtout si c'est l'heure de la chasse. Ça arrive que certains mâles veulent les détruire pour s'accoupler avec elle, mais l'instinct maternel prime ...»

Se rendant compte qu'elle était partie dans une explication exhaustive sans avoir pris le temps de demander à son amie si ça l'intéressait, elle se ravisa et rentra la tête dans les épaules, un sourire gêné sur son visage.

« Désolée, je m'emporte … euh par là c'est la chambre de mes parents, celle de mon frère, les toilettes et la salle de bain. Mais tu peux utiliser celle d'en haut, il n'y a que ma sœur et moi qui nous en servons. »

Se tournant cette fois vers son amie, elle se rendit compte qu'elle avait manqué à un des principes élémentaires de la politesse. Surprise, elle se ravisa immédiatement avant d'enchaîner rapidement :

« Oh je t'ai pas demandé, tu veux quelque chose à boire avant qu'on visite le haut ? Comme tu as fait du chemin pour venir, j'y avais pas pensé … »

Kimmy avait trop hâte de lui présenter son cadre de vie, tellement hâte qu'elle en avait presque négligé son invitée de marque. Elle aurait presque passé plus de temps à lui parler du grand tapis vert sur lequel était posé la table qu'à s'occuper d'elle … un comble. Mais elle se ravisait et comprenait son erreur, non sans être un peu gênée, elle ne voulait pas acculer son amie aussi tôt.
En tout cas, elle attendait déjà les premières réactions d'Eileen, qu'elle espérait positives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Mer 3 Sep - 3:38

Tout était dans l’ordre, ici tout semblait être sa place. Enfin tout sauf Eileen. La demoiselle n’appartenait pas à cet endroit, elle n’y était pas parfaitement à l’aise même s’il était beau et reposant, elle se sentait toujours un peu mal à l’aise à cause de son passage dans cette ville moldue, peut-être en avait-elle touché quelques-uns par mégarde. L’éducation faisait des ravages et la sienne, en l’occurrence, la conduisait à trouver répugnant et repoussant ne serait-ce qu’un simple petit effleurement par un moldu. Mais elle se sentirait sûrement mieux tout à l’heure en arrivant sur les terres des MacFusty. Oui, sûrement.
Kimeria, elle, paraissait pleinement épanouie, c’en était beau à voir et presque attendrissant même quand on la connaissait un peu.
La gamine ne tarda pas à répondre à la question que lui posa Eileen.


« Pas vraiment … mes parents n'aiment pas trop que l'on traîne vers les moldus, c'est plutôt eux qui voient avec eux. Ils ont peut-être peur pour notre sécurité, ou qu'on fasse des erreurs avec eux … je sais pas trop. »

Eileen voulut ricaner mais se retint. Évidemment que les moldus étaient dangereux, pourquoi tout le monde s’évertuerait à le dire si c’était faux ? Ça n’avait aucun sens. Alors oui, les parents de Kimeria avaient raison de craindre pour sa sécurité et Eileen ne pouvait que les respecter pour ça. Même si apparemment ils traitaient avec eux au moins avaient-ils le bon sens de ne pas trop exposer leurs enfants à ce genre de vermine.
La Serpentard ne sut vraiment trop quoi ajouter sans devenir mauvaise et intolérante.

Mais elle fut sauvée par le gong.
C’est l’heure.

Elle laissa Kimeria prendre une de ses valises et lui lança un petit :


« Merci. »

Puis elle prit la dernière valise qui lui restait avant d’attraper aussi le portoloin. Elle ne regarda pas trop autour d’elle, le tournoiement lui donnant quelques hauts le cœur, elle avait toujours détesté ce moyen de transport et ne l’avait que très peu utilisé dans sa vie. Alors quand Kimeria lui dit de lâcher elle hésita un instant avant de se laisser tomber et de faire un rouler-bouler et manqua de peu de s’assommer contre un arbre, il lui faudrait vraiment revoir l’atterrissage. Elle fit en sorte de nettoyer ses vêtements et cheveux comme elle put histoire d’être toujours présentable, surtout si les parents de la Poufsouffle attendaient à la maison.

« C'est juste derrière… Voilà, c'est là que j'habite. C'est là qu'habitent mes grands-parents. Là c'est la maison de mon oncle et de ma tante, et moi j'habite celle-là. »

Eileen se laissa d’abord subjuguer par la vue, si les maisons étaient très rustiques et paraissaient sommaires au moins la vue était exceptionnelle. Mais quitte à habiter dans un endroit perdu, loin de toute civilisation elle préférait largement le château de ses parents, question d’habitude.

Bon. Concrètement c’était mieux que ce à quoi Eileen pouvait s’attendre mais ce n’était pas le grand luxe non plus. Bilan mitigé donc même s’il avait plutôt tendance à tirer sur le négatif à cause des vieilles granges, de la pollution sonore canine et des maisons qui étaient tellement vieilles qu’elle hésitait à entrer dedans.
Enfin elle suivit quand même son amie à l’intérieur, après avoir lu le mot au-dessus de son épaule, contre toute règle de politesse. Elle déposa ses bagages à l’entrée sur indication de Kimeria.

Les deux jeunes filles entrèrent dans une première pièce qui semblait être une cuisine puis dans une autre qui devait être le salon. Mais de toute la décoration ce fut de bien singulières peintures qui attirèrent l’œil et l’attention d’Eileen. Il y en avait plusieurs qui semblaient identiques à l’exception que l’une d’elle contenait aussi un dragon ou peut-être était-ce une dragonne, ça semblait plus logique puisqu’elle se trouvait avec des œufs.


« Donc avant on était dans la cuisine, ici c'est le salon. C'est là qu'on mange aussi. C'est pour surveiller les nids. Ça aide mes parents à savoir si les dragons sont là ou pas. Aussi pour la période de ponte, ça permet aussi de savoir où en sont les œufs.  Par exemple, celle-là est en train de couver, tu vois ? Normalement c'est l'heure où les dragons vont chasser, mais elle préfère attendre plus tard que les autres soient rentrés pour y aller, les dragonnes n'aiment pas laisser leurs œufs sans surveillance trop longtemps, surtout si c'est l'heure de la chasse. Ça arrive que certains mâles veulent les détruire pour s'accoupler avec elle, mais l'instinct maternel prime ...»

Oh. Intéressant. C’était parfaitement nouveau pour Eileen, toutes ces choses autour des dragons, sa curiosité naturelle la poussait à s’intéresser à tout même si elle ne comptait pas en faire son métier. Elle s’approcha des tableaux et en observa les détails c’était vraiment remarquable.

« C’est superbe. »

Souffla-t-elle. Superbe et très pratique.

« Désolée, je m'emporte … euh par là c'est la chambre de mes parents, celle de mon frère, les toilettes et la salle de bain. Mais tu peux utiliser celle d'en haut, il n'y a que ma sœur et moi qui nous en servons. »

Pourquoi devait-elle toujours s’excuser de tout ? C’était terrible cette manie. On ne s’excusait pas d’être passionné, c’était comme s’excuser d’être amoureux, c’était stupide.
Elle hocha simplement positivement la tête une fois pour lui montrer qu’elle avait tout bien compris. Elle nota aussi mentalement le frère et la sœur, peut-être les avait-elle déjà vus à Poudlard, elle n’avait pas fait très attention au nom MacFusty auparavant mais peut-être que leurs visages lui sembleraient familiers.
Mais elle eut à peine le temps de se chercher un peu plus encore si des noms ou des visages lui revenaient que la Poufsouffle passait déjà à autre chose. Trop d’énergie.


« Oh je t'ai pas demandé, tu veux quelque chose à boire avant qu'on visite le haut ? Comme tu as fait du chemin pour venir, j'y avais pas pensé … »

Sincèrement, elle non plus n’y avait pas pensé une seule fois. Mais évidemment, maintenant que Kimeria amenait le sujet elle se prenait à avoir d’un coup la gorge bien sèche. Ou peut-être s’en rendait-elle seulement compte maintenant.
En tout cas ce n’était pas de refus. Elle offrit un sourire à la Poufsouffle et répondit.


« Oui je veux bien merci. Un jus de citrouille si tu as. »

Non elle ne buvait pas d’alcool, pas même de la bièraubeurre dont elle ne supportait ni le goût ni l’odeur, il n’y avait guère que les jus et l’eau qu’elle supportait.
Pendant qu’elle suivait Kimeria jusqu’aux boissons elle se permit quelques paroles.


« C’est étrange chez toi, enfin, je veux dire, ça change quoi, j’ai pas l’habitude des endroits comme ça et puis les tableaux sont vraiment cools. Mais je dois reconnaître que l’extérieur fait très vieux. Au moins ça s’accorde bien avec le paysage. »

Et coupez. Qu’elle stoppe ce début de franchise, c’était la porte ouverte à toutes les catastrophes et autres incidents diplomatiques. Sourire. Vrai que ça faisait vieux mais vrai que les tableaux étaient sympathiques. Tant de vérité lui ferait presque tourner la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Mer 10 Sep - 2:39

Dans la vie, il y avait des êtres que l'on chérissait plus que soi même, des gens pour qui on pouvait faire n'importe quoi ou presque. De ces êtres au sourire empli de réconfort, on attendait parfois trop. Les promesses étaient ce qu'elles étaient, on ne pouvait être toujours là pour quelqu'un, il fallait le dire, mais le promettre était un acte osé, vraiment très osé. Lorsque ces mêmes personnes ne sont pas là, on se sent seul, complètement con, énervé de s'être trouvé si naïf, et si faible … tout ça n'était il que de la manipulation dans le but d'éviter quelque chose de plus abrupt ? Difficile à dire, Kimmy ne l'avait jamais vraiment vécu, une seule fois, et ça lui avait littéralement ruiné l'existence durant une trop longue période. Elle n'avait pas encore réellement compris le petit manège de ses anciennes amies, les piques et autres provocations n'étaient pas de la taquinerie, à défaut de la faire partir d'elle même, elles avaient bravé leur parole pour résoudre le problème. Et visiblement ça ne les avait pas tant dérangé que ça.
Être rejeté, la solitude, on avait beau s'y faire, ça faisait toujours mal, très mal.

Ces filles, avaient elles vu les pleurs de la petite MacFusty ? Comprenaient elles la douleur qu'elle avait ressenti ? Une seule et même réponse : pas que ça à faire.
De ces gens qui vous disent qu'ils sont là, sans jamais pouvoir vous aider quand vous en avez réellement besoin … des menteurs. Rien qu'y repenser laissait la petite dans un tel état, qu'il était difficile de la faire sourire. Le retour à ce sentiment de vide intérieur la minait complètement, même ici, chez elle, elle ressentait sans problèmes la même douleur, parce qu'elle était vraiment attachée à ces personnes, même si elles lui faisaient du mal, elle ne pouvait pas réellement s'en défaire comme ça. Était ce bien ça, des amis ?

Alors elle avait trouvé sa solution. Elle se repliait en position fœtale, serrait quelque chose dans ses bras, et pleurait. C'était un moment de craquage, de faiblesse, mais lâcher prise lui faisait du bien. Depuis peu elle avait changé de méthode. Elle s'asseyait contre un mur, n'importe lequel, repliait ses genoux contre son buste, les ceinturait de ses petits bras, et elle essayait de retenir ses larmes de souffrance morale. On avait beau lui parler, lui dire l'inverse, que certaines personnes seraient là, elle n'y croyait plus, trop têtue pour accepter ça …
Eileen ne le voyait pas, elle pensait que tout allait bien pour Kim, mais ça n'était pas le cas. Oui, il y avait du mieux, mais ça n'était pas terminé pour autant, on effaçait des liens forts aussi facilement, pas sans pleurs, pas sans larmes, ou alors c'était qu'on y avait pas vraiment tenu. Eileen, cet ange gardien, mais un ange n'était pas omnipotent, loin de là. Son ange serait tôt ou tard son bourreau … inconsciemment elle l'avait su dès le premier regard, mais on oublie vite …

« Oui je veux bien merci. Un jus de citrouille si tu as. »

Se servant dans le frigo, elle prit une carafe contenant le fameux jus avant d'en servir un verre et de le tendre à Eileen. Kim, elle, se servit un verre d'eau, pas besoin de plus selon elle.

« C’est étrange chez toi, enfin, je veux dire, ça change quoi, j’ai pas l’habitude des endroits comme ça et puis les tableaux sont vraiment cools. Mais je dois reconnaître que l’extérieur fait très vieux. Au moins ça s’accorde bien avec le paysage. »

Elle était franche en avouant les défauts qu'elle percevait. Eileen n'avait visiblement pas sa langue dans sa poche et Kimmy y voyait là un signe d'amitié réelle, c'était peut être tout là le génie de la manipulation. Eileen ne le savait peut être pas, mais le meilleur de mentir ou de cacher son jeu, c'était en donnant une petite partie de vérité, lui donner un air un peu dérangeant et le tour était joué, enfin en théorie. Sa manipulation était parfaite, rien à redire là dessus, son 'amie' n'y voyait que du feu, c'était vraiment bien joué.
Kimeria afficha un sourire en coin un peu dérangé, mais rien de plus, elle se contenta de hausser les épaules et de répondre honnêtement elle aussi.

« Oui c'est vrai, mais on a pas de problèmes de chauffage.»

C'était une petite blague qu'elle trouvait assez drôle. Est ce que ça l'était vraiment, elle ne savait pas, mais elle se laissait aller à l'humour avec son amie, elle se sentait en confiance, elle appréciait vraiment Eileen et de ce fait, elle essayait vraiment d'instaurer une réelle proximité et complicité. C'était encore un peu hésitant, mais au moins elle avait tenté, cette simple pensée la rassura assez pour proposer à son amie de continuer la visite.

« Je te montre ta chambre ?»

Elle avait fini son verre d'eau et l'avait reposé sur la paillasse. Elle regarda Eileen faire de même et retourna dans l'entrée de la maison, récupérant une valise, elle grimpa les escaliers en premier, ces derniers ne grinçant même pas sous le poids des deux jeunes filles et de la garde-robe de l'une d'elle.
Sans s'appuyer sur la rambarde, elles arrivèrent dans un coin inutilisé, sorte de hall miniature pour l'étage où trouvait un autre tapis pas beau et des décorations plus anciennes, dont une maigre commode qui faisait office de bibliothèque des pauvres. Passant devant, la valise sous le bras, Kimeria entra dans un long couloir. Il y avait énormément de pièces sur le coté, et pas de lumière, le bois sombre ne devait que peu voir le soleil, à part à travers les fenêtres des chambres ouvertes, mais il n'y en avait pas, la simple lumière du bas de la maison suffisait pour que l'on puisse se repérer sans trop de problèmes.

La Poufsouffle ouvrait les portes, de droite à gauche avant de laisser Eileen regarder rapidement, elle aurait tout le temps de se familiariser avec les lieux plus tard.

« Alors, dans l'ordre, ta chambre, tu peux poser tes valises devant. Là c'est un pièce de rangement, le bureau de mon père, ma chambre, la salle de bain et celle de ma sœur.»

Puis elle fit volte face pour retourner dans la chambre d'Eileen. L'endroit était assez vieux mais avait clairement été lavé pour l'occasion, cela se sentait encore. Le lit était fait avec de beaux draps verts et la pièce était rangée, on avait même libéré un pan de l'armoire pour que la sang-pur puisse y ranger ses affaires. Kimmy se déplaça pour ouvrir les volets et la fenêtre, la chambre donnait sur la cour, mais ça n'était pas trop dérangeant, avec le beau temps, Eileen pourrait facilement sortir pour admirer la vue à loisir. Cette pièce était d'ailleurs peu décoré, juste sur le petit bureau, il y avait une photo de famille et au mur, une gravure de dragon sur une plaque en bronze.

Se penchant au dessus de la fenêtre pour regarder dehors, Kim tourna plusieurs fois la tête, rien à l'horizon, peu de nuages, ça allait être bon pour aller faire un tour dans la réserve … les parents n'avaient pas besoin d'être là de toute manière, la Poufsouffle se sentait de gérer seule.
Se retourna, assez excitée, et ajouta, sa voix traduisant une envie certaine :

« Je te laisse t'installer, et après si ça te dit, on va faire un tour vite fait dans la réserve.»

Sous-entendu qu'elles n'auraient pas assez de temps pour tout voir l'après midi, mais ça n'était en rien gênant, le séjour allait être optimisé un maximum pour qu'elles s'amusent.
Sortant de la chambre, Kimmy, s'arrêta sur le pas de la porte et se retourna pour ajouter :

« Si tu me cherches je suis dans ma chambre … et si t'as besoin, tu m'appelles, hésite pas.»

Il était temps pour la Serpentard d'avoir un peu d'intimité et de se familiariser elle même avec son nouvel environnement. Il était peu probable qu'elle s'attarde sur la pièce de rangement, le bureau bordélique du père MacFusty ou bien la chambre de la grande sœur de Kim. Elle pourrait à loisir aller se rafraîchir dans la salle d'eau, somme toute très classique, avec une baignoire, deux lavabos et des toilettes. Kim, elle, retourna dans sa chambre, prenant soin de laisser la porte ouverte.
La décoration était … assez impersonnelle. On trouvait sur les murs quelques rares posters animés de noirs des Hébrides, des photos qui n'avaient pas vraiment de sens, une d'une jeune fille blonde, probablement Kim plus jeune, tenant un bébé dragon, une autre où elle était avec sa sœur, plus moderne, mais très peu de posters autres que se rattachant à sa famille ou aux dragons. Jusqu'à l'agencement de sa chambre, très peu de meubles, posés sur les cotés avec au centre de la pièce un de ces horribles tapis qui hantaient la maison. Tout était vert, du même vert que la chambre d'Eileen, ce fameux vert dont on ne savait pas vraiment s'il était clair ou foncé, tout dépendait de l'éclairage sûrement. Mais il n'y avait pas grand chose dans la chambre de Kim, un balais de sorti avec quelques affaires, sur son bureau un sac baillant quelques cours qu'elle n'avait pas du ouvrir, une lampe, et des malles en bois pour servir de rangements suppléants à l'armoire qui, stupeur, portait également un miroir.

Se posant devant ce dernier, la petit pouffy se regarda et parla à voix basse, comme pour se donner du courage et se rassurer.

« Allez courage Kimmy, ça se passe bien, ça va bien se passer, ne t'inquiète pas.»

Elle souffla un peu avant de fixer encore un peu son reflet, de sourire légèrement et se vautrer sur son lit. Rampant jusqu'à la tête de ce dernier, elle s'adossa au mur avant d'attraper une autre photo d'elle et de son dragon, cette fois ci sur sa table de nuit. Elle caressa l'animal sur la photo, lui parlant alors :

« J'espère qu'on te verra toi ...»

Nouveau sourire avant de reposer la photo, de fixer le plafond quelques instants et puis elle décida de se changer. La petite robe d'été n'était pas vraiment adaptée à la visite d'une réserve de dragon.
Elle se débarrassa de sa robe et enfila rapidement un pantalon de monte gris clair, un t-shirt qui ne craignait rien et un veston de cavalerie marron plutôt modeste. Pour le reste, elle prit soin de mettre ses bottes hautes noires, sait on jamais, ça pouvait servir. Habillée comme ça, elle avait plutôt l'air d'un garçon manqué qu'autre chose, sauf pour ce qui concernait ses longs cheveux blonds, presque blancs. C'était la tenue de rigueur pour tout bon gardien de dragons qui se respectait, mais plus que ça, Kim avait un autre objectif, être la première personne à dresser et dompter des dragons.
Prête, elle regarda par les carreaux, pas de dragons en vue au dessus de l'archipel, dommage, le spectacle était toujours joli, voir un des seigneurs du ciel fendre l'air au dessus de la mer au soleil couchant, c'était un de ses spectacles favoris.

Cela dura deux ou trois minutes, puis elle se posa sur son lit, sortant un magasine sur les dragons de sa table de nuit, elle commença à le feuilleter, attendant que son amie soit prête pour ce qui, elle l'espérait, allait être une des meilleures expériences de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Sam 11 Oct - 13:17

C’est étrange, elle en venait presque à se sentir bien ici, comme si ça l’apaisait un peu, le paysage devait y être pour beaucoup. Cependant elle en venait aussi à rechercher un peu de temps seule, pas grand-chose, juste de quoi faire une pause, Kimeria n’était pas méchante mais Eileen ne recherchait pas particulièrement sa compagnie, preuve de ce qu’elle était capable de faire pour arriver à ses fins, elle allait passer plusieurs jours en sa compagnie pour voir des dragons. Tous les jours. Elle était persuadée qu’elle apprécierait sa visite au milieu des dragons mais de là à y aller tous les jours, à en entendre parler tout le temps, à en voir des reproductions partout, il ne fallait pas exagérer. Démesure. Mais c’était pour la bonne cause alors elle souffrirait en silence, même si en soi ça n’était pas non plus une souffrance insupportable. Elle avait connu et connaîtrait pire que ça, elle le constaterait d’elle-même.

Elle accepta avec gratitude le verre de jus de citrouille qu’elle vida de moitié puis reposa sur la table.


« Oui c'est vrai, mais on a pas de problèmes de chauffage. »

Eileen mis un petit moment à comprendre la blague de Kimeria. Quand elle la saisit enfin, elle voulut sourire mais se retint, sûre que ça ferait forcé, alors elle afficha simplement un air neutre, comme si elle n’avait pas saisi que Kimeria venait de faire une plaisanterie.

« Je te montre ta chambre ? »

Elle hocha positivement la tête puis suivi la petite Poufsouffle et grimpa les escaliers à sa suite et avec son aide pour les bagages. L’étage était aussi vieillot que le reste mais cette fois Eileen se garda bien de commenter, il ne manquerait plus qu’elle finisse par vexer son hôte.
La visite rapide commença.


« Alors, dans l'ordre, ta chambre, tu peux poser tes valises devant. Là c'est un pièce de rangement, le bureau de mon père, ma chambre, la salle de bain et celle de ma sœur. »

Elle posa ses valises devant sa chambre, repéra les pièces dont elle se servirait et celles où elle n’irait jamais, jeta un coup d’œil dans toutes puis termina dans sa chambre, les valises avec elle. Elle inspecta rapidement du regard l’endroit, au moins il sentait bon. C’était peu décoré mais c’était tant mieux, elle ne voulait pas dormir dans un musée du souvenir. Elle passa sa main sur les draps verts.

*Très bon choix de couleur.*

Pensa-t-elle. Le vert ne pouvait que la mettre à l’aise, elle, membre de la maison Serpentard.

« Je te laisse t'installer, et après si ça te dit, on va faire un tour vite fait dans la réserve. Si tu me cherches je suis dans ma chambre … et si t'as besoin, tu m'appelles, hésite pas. »

Parfait. Elle allait pouvoir souffler rapidement, se changer, se familiariser totalement avec sa chambre et en faire son territoire pour le temps qu’elle resterait ici. D’un coup de baguette elle rangea la moitié de ses vêtements dans le pan d’armoire qu’on lui avait laissé, elle n’avait pas assez de place pour tout mettre alors laissa une valise ouverte à côté pour ranger le reste des vêtements.
Elle s’assit quelques secondes sur son lit, et se pencha pour attraper la seule photo de la pièce qui trônait fièrement sur le bureau. C’était une photo de famille, ils avaient l’air heureux. Grand bien leur fasse. Elle le reposa à sa place mais face au mur cette fois, elle ne voulait pas se rappeler de sa désastreuse situation familiale à chaque fois qu’elle tournerait la tête dans ce sens. Elle déposa quelques livres sur une sorte d’étagère en hauteur, ses magazines féminins type Sorcière Hebdo sur sa table de nuit puis fit quelques pas pour se retrouver devant l’armoire. Au moins il y avait un miroir.
Elle fit rapidement le tour de ses habits et déposa sur le lit une sorte de tunique de travail et un pantalon épais, tous deux en cuir, si elle allait voir les dragons il était hors de question qu’elle abîme une de ses robes hors de prix, elle avait acheté plusieurs ensembles – puisqu’il était inconcevable qu’elle remette le même à chaque fois – exprès avant de venir ici. Elle ne s’en servirait probablement qu’une seule fois et s’en débarrasserait sitôt rentrée chez elle mais au moins elle aurait quelque chose à mettre pour les visites dangereuses du domaine. Le cuir était solide, cher mais pas de dragon. Elle avait longuement hésité à en prendre mais elle s’est dit que ce serait peut-être un peu de mauvais goût quand on considérait l’endroit où elle se rendait et que dans le doute il valait mieux prendre autre chose. Le tout était plutôt sombre et tournait autour du marron, vert foncé.
Elle se changea rapidement, rangea sa baguette dans la poche prévue à cet effet puis rassembla ses cheveux en une queue de cheval.
La voilà prête. Elle s’observa un moment dans le miroir, un sourire au coin des lèvres, plutôt fière du résultat. Elle aimait se contempler, c’était indéniable.
Elle se laissa encore quelques secondes de répit, observa la vue par la fenêtre puis sortit de sa chambre en refermant la porte derrière elle.
Il était temps qu’elle aille voir Kimeria. Elle toqua à la porte de la chambre de la jeune fille et lui fit un grand sourire lorsque la porte s’ouvrit.


« Prête. »

Ajoute-t-elle simplement pour souligner ce qui paraissait déjà évident.
Quelque part elle avait hâte d’être dans la réserve pour voir de vrais dragons, pas juste des représentations ou des miniatures, aussi, son ton enjoué était tout ce qu’il  a de plus vrai.


« Tu crois qu’on va voir beaucoup de dragons ? »

Elle fit quelques pas en arrière en même temps que Kimeria sortait de sa chambre et se posta, droite, en plein milieu du petit hall.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Sam 18 Oct - 18:21

L'appréhension de bien faire, c'était un peu ce qui envahissait Kimeria en cette première journée, elle espérait que son amie n'allait pas être trop déçue. Elle ne voulait pas perdre sa seule et unique amie, Eileen était trop précieuse pour elle, elle ne pouvait pas s'en priver, elle en avait besoin, en plus de vraiment l'apprécier pour ce qu'elle était, ou du moins ce qu'elle lui paraissait être. À mesure qu'elle feuilletait son magasine, elle se demandait où elle allait emmener la Serpentard, seule, elle savait où elle serait allée, mais avec Eileen … déjà que ses parents lui interdisaient d'aller voir les nids en période de ponte et de couvaison, ce qui ne l'empêchait pas de le faire accessoirement, mais emmener une novice là bas était dangereux, en plus elle n'était pas sûre que son amie soit parfaitement à l'aise avec un balais. Peut être devait elle la présenter à Veyperon ? Elle avait envie, mais le jeune dragon n'avait jamais vu personne d'autres que ses parents et elle, autant dire que la venue d'une étrangère serait étrange et incertaine, peut être faudrait il former Eileen avant ? D'un autre coté, Kimeria n'avait pas envie de trop donner d'ordres, surtout à une amie, ça n'était pas trop le genre de Kim de faire ça. Difficile de savoir par où commencer, il y avait tant de choix … entre les nids, les terrains de chasse, les reproductions, c'était la période où il y avait tout à voir, non sans un certain danger, mais le métier même de gardien était dangereux, alors les risques étaient une habitude.
Et pourtant elle était là, la déception de tout perdre.

Se dire que tout pouvait se terminer était aussi effrayant que douloureux, Kim le savait, elle avait déjà vécu cette déception une fois, et elle l'avait très mal vécu, par chance, Eileen avait été là, et sur un mensonge, avait récupéré son amitié, et une charge qu'elle lâcherait tôt ou tard, à elle seule elle portait tous les espoirs d'une gamine.
Sans Eileen, elle aurait coulé, encore et encore, toujours un peu plus, sans voir le fond. Y en avait il seulement un ? Difficile de savoir où il est, peut être s'agit il du moment où on décide d'en finir une bonne fois pour toute, pas avec la question, mais avec le monde, avec tout, décider de couper les ponts avec tout, et d'accepter d'avoir perdu la partie. Le roi tombe, sans honneur ni gloire, car il n'y avait rien de tout ça pour les perdants, juste la souffrance, la haine et la déception. Mais avoir trop peur de la mort pour le faire … c'était retomber dans ce piège vicieux, de la souffrance, encore et encore, jusqu'à ce qu'une main arrive, main qui pouvait ne jamais arriver. Alors il n'y avait plus que cette spirale, encore … et encore … et encore …
Imaginez comme le temps peut paraître long, atrocement douloureux et ravageur, seul …

Il fallait passer à autre chose, avancer, ignorer l'obstacle, c'était le fuir d'une certaine manière, mais valait il mieux mourir en ne pouvant le vaincre, ou le fuir et rester en vie ? Là encore, cela dépendait de la personne, l'honneur et la fierté étaient les plus grands ennemis de la solution de vie, elle, elle avait reculé pour mieux sauter. Et lorsque tout s'achèverait dans les larmes, car cela finissait toujours ainsi, Kimeria ferait face au premier vrai drame de sa vie. Cela avait déjà commencé, il ne restait qu'à attendre qu'Eileen se lasse.
La sang-pur jouait une comédie parfaite, un sans faute avec Kimmy ou presque, venir chez elle était osé, car indirectement, elle essayerait de duper toute la famille de la jaune, mais elle se sentait visiblement en confiance. Qu'à cela ne tienne, la technique semblait rodée, il n'y avait qu'à attendre et voir.

À voir la photo de Kim et Veyperon, on devinait le lien fort entre les deux, difficile d'en douter, car ils avaient grandi ensemble. On ne pouvait pas dire qu'un dragon était domestiqué, mais celui ci avait pris pour habitude de ne plus se méfier de cette humaine si gentille et attentionnée avec lui, en un sens, c'était peut être le moment pour Kim de voir si les dragons amicaux avec certaines personnes, pouvaient être calmes en présence d'étrangers. Ça, elle n'y penserait qu'après, ou alors en chemin, pour l'instant, elle lisait tranquillement sa revue, attendant sa prétendue amie pour lui faire partager son univers.

« Prête. »

Elle n'avait pas entendu Eileen taper à sa porte. Relevant les yeux de son magasine, elle regarda la jeune femme et son joli sourire. Elle avait l'air plutôt enthousiaste et cela faisait plaisir à Kim. Même curieuse, ce qui lui plut d'avantage, elle marquait énormément de points aujourd'hui, c'était indéniable.

« Tu crois qu’on va voir beaucoup de dragons ? »

Reposant à l'arrache son magasine sur sa table de nuit, la petite Poufsouffle se dirigea vers son armoire pour sortir son balais, répondant à Eileen en sortant de sa chambre.

« Je sais pas, on verra bien.»

Difficile de prévoir ce genre de choses, l'archipel était tellement vaste qu'il était difficile de se prononcer, il n'y avait plus qu'une seule chose à faire.

« J'espère … enfin, vu les nids, ça m'étonnerait qu'on en croise pas quelques uns.»

Eileen l'attendait au milieu du hall, bien droite dans cette tenue assez garçonne. Il fallait dire que la Serpentard portait bien bon nombre de vêtements, mais cette tenue là rendait étrangement bien. Toute le monde ne portait pas bien le cuir, mais elle si, Kimeria avait un peu perdu de vue l'aspect esthétique de ce genre de tenue, principalement parce qu'elle ne la mettait pas tous les jours mais presque, il était extrêmement rare qu'elle ne la garde pas la journée pour aller voir les acteurs de sa passion. Simple soucis pratique, mais là, il fallait se rendre à l'évidence, elle avait encore plus l'air d'une enfant à coté d'elle.
Qu'importe. Avant de descendre, elle se rappela d'un léger détail, mais qui avait toute son importance avant de partir.

« Oh j'allais oublier, tu as pris un balais ? Sinon c'est pas grave, il y en a en bas … »

Vrai. Elle avait directement pensé à en prendre un par réflexe, mais ça n'était pas très intuitif pour Eileen, de ce fait, elle avait en main son nimbus 2001 et attendait une réponse de son amie. La famille avait investi il y a peu dans de nouveaux balais, cela faisait partie de leurs outils de travail de tous les jours, et pour cela, il fallait avoir de la qualité, les nimbus duraient suffisamment longtemps pour tenir le choc. Même si la famille avait acheté les nouveaux modèles, Kim préférait son bon vieux balais, question d'habitude, elle ne s'imaginait pas en changer tout de suite de toute manière.

Les filles descendirent ensuite dans le bas de la maison, la petite MacFusty ouvrit la porte à Eileen pour qu'elle puisse sortir, alors qu'elle prenait ses dispositions avant de partir. Un petit mot pour ses parents sur la porte, la maison fermée à clef, la venue d'Eileen annoncée et le fait qu'elles soient parties volées dans la réserve un peu, le compte y était. Ne restait plus qu'à récupérer un éventuel balais pour la sang-pur, si elle n'avait pas pensé au sien.
Avançant dans la cour, avec son balais dans une main à coté d'elle, Kimmy demanda à son amie :

« Tu veux visiter quelque chose en particulier ?»

Dis comme ça, c'était un peu obscur et elle ne le comprit pas tout de suite, son amie ne devait connaître des dragons que ce qu'elle avait lu dans les livres, rien de plus, elle ne connaissait pas bien le milieu, aussi, la Poufsouffle lui soumit plusieurs idées.

« Je sais pas … un nid de femelle en couvaison, un mâle en chasse, des adultes, des enfants, ou juste voler là bas pour voir ce qu'on trouve. Tu me dis. »

Encore une fois, elle ne voulait pas s'imposer et laisser le choix à Eileen, elle voulait lui montrer quelque chose qui l'intéresserait, elle souhaitait préserver l'intérêt de son amie pour la chose, et par dessus tout son amitié avec elle. C'était un peu sa façon à elle de lui prouver qu'elle l'acceptait chez elle, dans son univers, dans son petit monde de dragons. Elle allait se mettre dans la peau de Kimeria MacFusty pour un petit moment, peut être cela allait il lui permettre de mieux comprendre celle qu'elle manipulait, à voir.
En attendant, il fallait qu'elle choisisse quelque chose, la guide l'attendait avec un grand sourire, plus qu'impatiente de décoller pour faire découvrir son monde à sa seule et unique amie, la seule personne extérieure à sa famille à compter pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Lun 27 Oct - 14:17

Rester dans sa chambre encore un peu plus longtemps, Eileen aurait pu le faire sans aucun problème, sans craindre pour autant que Kimeria se doute de quoi que ce soit. Mais elle en avait décidé autrement, elle se disait que i elle voulait que tout fonctionne correctement autant y mettre un peu du sien et vraiment passer du temps avec la Poufsouffle.
C’est pourquoi elle se retrouvait maintenant devant sa porte à l’attendre.


« Je sais pas, on verra bien. J'espère … enfin, vu les nids, ça m'étonnerait qu'on en croise pas quelques-uns. »

Elle l’espérait bien, elle ne voulait pas se taper des kilomètres en balai pour ne pas voir de dragon, ça n’aurait aucun sens.
La Serpentard commença à faire quelques pas quand elle fut stoppée dans sa lancée par Kimeria qui reprenait la parole.


« Oh j'allais oublier, tu as pris un balais ? Sinon c'est pas grave, il y en a en bas … »

Ah oui ! Vrai que la petite MacFusty lui avait mentionné avant qu’elle ne parte qu’elles se déplaceraient beaucoup en balai.
Hochant positivement la tête, Eileen se dirigea tranquillement jusqu’à sa chambre et récupéra son balai avant de revenir sur le palier. C’était le tout dernier modèle de balai sorti cette année, elle en changeait tous les ans de toute manière, qu’un nouveau modèle sorte ou non, elle ne restait jamais plus d’un an avec le même balai. Il fallait dire qu’elle avait les moyens pour s’amuser à faire ce genre de choses. Elle ne savait même plus qu’elle modèle elle avait ni combien il avait couté, elle ne s’en souciait pas vraiment.
Elle ajouta ensuite en brandissant le balai vers Kimeria :


« Non c’est bon j’en ai un. »

Puis elle ponctua sa phrase d’un sourire bien placé avant de suivre Kimeria en bas des escaliers.
Elle observa Kimeria et ses petites attentions et précautions et la suivit jusqu’à ce qu’elle s’arrête de nouveau, en plein milieu de la cour cette fois-ci. D’un coup elle se mit à appréhender un peu le diner de ce soir. Et si elle n’arrivait pas totalement à duper les parents et les frères et sœurs ? Que se passerait-il si ces derniers ne l’appréciaient pas ? Elle doutait d’avoir à faire ses valises immédiatement mais tout de même. Elle allait devoir se tenir à carreaux pendant qu’elle serait là, ces gens étaient ses hôtes, ils avaient tous les pouvoirs au sein de leur propriété. Et ce serait trop bête de tout gâcher maintenant avec Kimeria juste parce qu’elle s’était surestimée et qu’elle pensait pouvoir berner toute sa famille alors que pourtant elle avait un alibi efficace et parfaitement réel, à savoir : mes parents ne veulent pas me laisser venir, il suffisait ensuite de jouer la carte de la surprotection et le tour était joué. En parlant de ca il ne fallait pas qu’elle oublie d’envoyer un hibou ce soir à sa mère. Eileen ne savait trop dire si cette femme était véritablement inquiète pour elle tout le temps ou si elle exagérait un peu la chose parce qu’elle se sentait un peu coupable en voyant que son mari s’amusait à l’ignorer les trois quarts du temps ou si c’était tout simplement pour faire bonne figure. Enfin quoi qu’il en soit la Serpentard ne s’en souciait pas, elle ne voulait pas s’encombrer d’un problème supplémentaire, puisque la famille n’était rien d’autre qu’un problème pour elle et ce depuis toujours, se disait-elle lorsqu’elle se sentait d’humeur particulièrement ingrate, surtout qu’elle était loin de pouvoir mettre tout le monde dans le même panier.


« Tu veux visiter quelque chose en particulier ? Je sais pas … un nid de femelle en couvaison, un mâle en chasse, des adultes, des enfants, ou juste voler là-bas pour voir ce qu'on trouve. Tu me dis. »

C’était à elle de choisir donc. Dur choix d’ailleurs. Un male en chasse elle ne préférait pas, elle se voyait déjà se faire déchiqueter par un dragon qu’elle aurait dérangé par inadvertance, non merci. Pour les femelles en couvaisons il faudrait probablement qu’elle essaye d’éviter d’approcher les œufs de trop près, oui, c’était une idée. Elle ne voulait pas non plus voler au hasard par peur de tomber sur quelque chose d’affreux. C’est donc d’une voix décidée qu’elle lui répondit.

« Les enfants, c’est ce qui me parait le moins dangereux. »

Oui elle était assez peureuse de nature et peut-être se trompait-elle ici en supposant que les enfants étaient les moins dangereux, elle n’en savait fichtrement rien. Et puis si elle avait tort elle espérait simplement que Kimeria le lui fasse remarquer, elle ne pouvait pas avoir toujours raison même si elle le voulait très fort, ça ne fonctionnait pas comme ça.

« Enfin tu  peux bien m’emmener un peu ou tu veux, je ne protesterai pas. »

Non en effet elle ne protesterait pas, ça faisait partie de ce projet de se laisser porter par la Poufsouffle pour lui montrer (faire croire ?) qu’elle aussi avait de pouvoir dans cette relation amicale.
Elle enfourcha ensuite son balai une fois que Kimeria lui répondit et commença à s’élever doucement dans les airs, ça avait toujours été assez agréable comme sensation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen]

Revenir en haut Aller en bas

Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-