POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Mar 28 Oct - 0:42

Kimeria ne s'attendait pas à ce qu'Eileen soit aussi à l'aise, du moins en apparence, elle appréciait la franchise de cette dernière, du moins pour ce qui était de l'aspect rustique de son habitat. On ne pouvait pas dire que la maison était neuve, ça non, et encore, elle arrivait en période de beau temps, difficile de faire mieux, car lorsqu'il pleuvait, l'endroit devenait morne, silencieux et presque glauque, si bien qu'on se serait presque cru dans un film d'horreur. Imaginez la chose, une ferme au bord d'une falaise, des maisons anciennes, une pluie incessante, des éclairs fendant le ciel, un décors à faire flipper n'importe qui n'étant pas habitué à cela.
Il n'y avait pas de bétail, enfin plus, cette année avait été bonne et les dragons n'avaient pas eu besoin de taper dans les troupeaux alentours, une bonne chose pour ce qui était des relations avec les moldus, car il n'était pas rare de voir un reptile géant s'attaquer à du bétail pour trouver des proies faciles, une chance que le clan MacFusty avait su se diversifier et avait appris à gérer d'autres bêtes que les reptiles volants.
Qu'importait vraiment pour l'instant, Eileen souhaitait voir des dragons et Kimmy comptait bien lui en faire voir, avec prudence évidemment, peut être qu'après deux ou trois jours, la Serpentard prendrait le coup et elles pourraient s'aventurer un peu plus loin dans la réserve, il n'était pas rare de voir des combats entre mâles pour une partie de territoire, c'était toujours assez impressionnant, surtout la première fois, mais le spectacle valait le détour, tout en sachant que cela pouvait dégénérer rapidement. Le choix de la sang-pur se porta sur la progéniture, avec un argument qui ne tenait pas vraiment la route.

« Les enfants, c’est ce qui me parait le moins dangereux. »

Kimeria approuva d'un signe de tête pour lui montrer qu'elle marchait. Elle n'osa toutefois pas la contredire sur le danger, bien que spécialiste, elle savait que qui disait progéniture, disait mère, donc attitude surprotectrice et danger permanent, mais Kimeria savait comment gérer la chose, il fallait juste qu'elle n'ait pas à tirer Eileen d'un mauvais pas, car la situation deviendrait plus compliquée, et de loin, car se sauver soi était chose aisée quand on savait comment faire, sauver quelqu'un d'autre était de suite plus complexe. Mais c'était le choix de son amie et elle ne souhaitait pas l'influencer ou lui montrer des choses qu'elle jugerait inintéressantes.

« Enfin tu  peux bien m’emmener un peu ou tu veux, je ne protesterai pas. »

Kimeria eut un petit rire, elle n'avait pas l'habitude de tirer les ficelles, du moins pas comme ça, elle était plutôt suiveuse que meneuse, même si elle savait ce qu'elle voulait. Toutefois, imaginer Eileen en victime la faisait plutôt rire, elle ne la voyait absolument pas comme tel. Non, son amie était une personne forte, inflexible, implacable, il n'était pas né celui qui la mettrait facilement à bas, elle pouvait le jurer, à tord. À peu de choses près, elle pouvait voir Eileen comme un modèle, modèle qu'elle ne pourrait jamais atteindre ou égaler, mais ça n'avait pas d'importance, seule son amitié comptait à ses yeux, les ambitions passaient largement après.

Alors qu'elles s'élevaient dans les airs, la petite MacFusty expliqua la suite à Eileen.

« Ok, on va aller à la bordure la plus proche de la réserve.»

Faisant signe à la Serpentard de la suivre, la pouffy prit le chemin en direction de la mère, passant au dessus des falaises qui formaient la côte de l'île. Sur la route, elle expliqua un peu à son amie comment cela allait se passer, cette dernière n'ayant aucun mal à tenir la distance vu la différence de bolides.

« Lorsqu'on arrivera vers le nid, faudra faire attention à la mère, en général elles aiment pas trop qu'on s'approche, surtout si ses œufs ont à peine éclos.»


Elle disait cela de manière on ne peut plus naturelle, on voyait là que la gamine était pleinement dans son élément, une attitude rare comparée à celle qu'elle avait à Poudlard l'an passé.

« Si elle n'est pas là quand on arrive, on fera encore plus attention … faudrait pas qu'elle nous tombe dessus comme ça ...»

Oui, car elle ne voulait pas avoir à ramener son amie avec un bras ou une jambe en moins, si ce n'était pire, elle ne se le pardonnerait jamais, et Eileen ne lui pardonnerait probablement pas non plus. Mais Kimmy se sentait confiante, elle avait le contrôle d'habitude et ce coup là, elle ferait encore plus attention à son amie, à son tour de veiller sur elle maintenant, le gage d'une confiance totale de la part de la Serpentard, cela lui faisait du bien.
Elle ne s'était jamais vraiment imaginée emmener quelqu'un voir les dragons avec elle, pas même une amie, c'était étrange de se dire qu'il y avait quelques mois, elle ne connaissait pas cette fille, curieux comme tout, comme quoi, la vie était faite de surprises. Et là, elle avait une personne de confiance à coté d'elle, quelqu'un sur qui elle pouvait compter, une amie à qui elle faisait partager sa passion sans hésiter. Au fond, la vie était belle … surtout ici.

Voyant qu'à mesure qu'elles passaient les récifs et autres petits îlots entre deux parties de mer, la tension augmentait chez Eileen, elle lui demanda gentiment avec un grand sourire :

« Anxieuse ?»

Gardant ce sourire qui se voulait rassurant au possible, elle ajouta :

« Faut pas. Tu sais, ils le sentent. C'est étrange, c'est comme s'ils avaient un sixième sens, comme s'ils pouvaient sentir ce qu'on ressent … »

Elle ne le savait que trop bien, elle qui avait passé plus de temps avec qu'eux qu'avec des humains, elle savait que ces créatures n'étaient pas dénuées d'intelligence et de sentiments, elle savait qu'ils pouvaient ressentir des choses aussi.
Voyant que son discours n'avait rien de rassurant, elle ajouta toutefois :

« Ne t'en fais pas, ça va bien se passer.»

Elle aurait pu ajouter un 'je suis là', mais c'était trop présomptueux à son goût, elle pensait pouvoir gérer pour deux mais n'en était pas certaine, elle ne voulait paraître trop vaniteuse aux yeux de sa précieuse meilleure amie. Quoi qu'il en soit, elles allaient arriver après cinq bonnes minutes de vol, la limite de la réserve n'était guère loin de chez les MacFusty, on voyait là l'emplacement stratégique pour intervenir rapidement.

La Poufsouffle fit quelques signes à son amie pour qu'elle regarde plus loin en bas. On pouvait déjà apercevoir des nids vides, probablement trop anciens ou délaissés pour une partie de chasse, ces derniers étaient nichés au sommet de rochers abrupts et difficilement accessibles autrement que par voie aérienne, le signe de l'intelligence des dragons pour protéger leurs éventuels œufs.
Guettant les alentours, Kimmy chercha un nid occupé, il y en avait peu dans cette zone, mais elle allait bien trouver quelque chose pour Eileen, oui, en cherchant bien, il devait y avoir matière à étonner la jeune femme.
Retrouvant un spot connu après quelques minutes de recherches, Kimmy retrouva l'endroit, et le désigna à son amie avant de descendre lentement vers ce dernier avec aisance.

L'endroit était un bout de terre bien plus grand que les autres. L'herbe y était verte, on y trouvait quelques buissons, et sa superficie devait être d'un petit kilomètre carré, mais il y avait largement de la place pour un dragon, toutefois, l'endroit semblait inhabité. Se posant là, on y trouvait aucune trace d'un éventuel seigneur du ciel, rien, pas de traces, pas de buissons arrachés ou fracassés, pas de brûlures ni de marques de passage, rien de rien. Devant ce constat qui aurait pu déstabiliser n'importe qui, la gamine expliqua à Eileen où elles se trouvaient.

« C'est un poste de garde pour les battues. C'est ici que mes parents se mettent pour rabattre un dragon qui serait sorti de son territoire.»

Peut être que l'assidue élève qu'était son amie avait du lire des choses là dessus, mais il était vrai que l'endroit paraissait étrange, il y avait suffisamment de place pour que le reptile décide de se poser ici.
Haussant les épaules, elle avança à pieds, son balais dans une main.

« On ne sait pas pourquoi, mais ils ne viennent jamais faire leur nid ici … personne ne sait pourquoi ...»

Un des mystères des Hébrides encore.
Poursuivant sa route, la gamine écarta quelques branches et branchages pour se frayer un chemin à travers l'endroit, on voyait qu'elle était à l'aise dans cette nature un peu spéciale. Elle, la fille des Hébrides, semblait revivre en ces lieux, comme si elle les connaissait par cœur alors qu'elle ne passait pas tout son temps sur ce bout de caillou là en particulier. Ses cheveux pâles tombant derrière elle alors qu'elle avançait tranquillement, sereine dans cet environnement hostile. On voyait là la fille qui craignait plus les hommes que les dragons.
Attaquant une légère côte, elle affirma en arrivant presque au dessus :

« C'est juste derrière.»

Arrivées au dessus, les filles sortirent de l'endroit pour arriver sur la pointe du caillou, plus de verdure ici pour se dissimuler, juste ce duvet confortable d'herbe. Avançant lentement Kimeria se baissa naturellement avant de chuchoter à Eileen, comme lorsqu'elle parlait avec ses parents.

« Le nid est juste là bas, on va essayer de pas se faire repérer ...»

Accroupie, elle avança un peu avant d'arriver clairement sur le rétrécissement de section. Déjà, à quelques centaines de mètres, on voyait un de ces pics s'élever, avec au sommet une masse gigantesque bougeant peu distinctement, sombre et noir.
Avant d'arriver sur la pointe, la petite MacFusty laissa son balais plus loin, et en rampant, elle prit place pour admirer le spectacle grandiose, avec un grand sourire, laissant une place pour Eileen à coté d'elle.
Sur le pic, on voyait un noir des Hébrides, plutôt grand et imposant, large, presque trop gros pour son nid. Ses écailles noires luisaient au soleil, avaient l'air tranchantes comme des rasoirs alors que ses ailes de chauve-souris restaient bien collées au reste de son corps pendant que sa queue en flèche balançait dans le vide.
En faisant bien attention, on pouvait voir une ou deux têtes dépassées à certains endroits, et en ayant le coup d’œil, on pouvait voir les petits corps se dandiner. Ils ne devaient pas être plus gros qu'un chien, signe qu'ils étaient nés il y a peu, et les piaillements que l'on entendait signifiaient que la mère n'avait pas encore pris le soin de les nourrir.
Chose surprenante, la pierre semblait plus noire sur le dessus du rocher, comme si elle avait été brûlée, cela rendait assez bien, mais encore fallait il savoir pourquoi il en était ainsi.

Se tournant vers son amie avec un grand sourire, la petite MacFusty demanda à Eileen à voix basse :

« Alors, qu'est ce que tu en dis ?»

Elle ne se lassait jamais de ce spectacle, d'autant plus que le vent devait être avec elles si la mère ne les avait pas repéré. De toute façon, elle n'allait vraisemblablement pas prendre le risque de laisser son nid sans surveillance pour chasser deux intrus, mais tout de même, les voir naturels était, selon Kimeria, bien plus beau.
Elle appréciait ce moment, vraiment, elle aimait surtout le partager avec une amie, cela la rendait tout bonnement heureuse, cet instant de pur bonheur, elle l'avait attendu tellement longtemps ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Dim 2 Nov - 15:52

Si Kimeria approuvait c’est qu’il n’y avait pas de danger, ou pas trop, enfin c’était ce qu’Eileen aimait se répéter. Elle n’était pas très courageuse, elle ne l’avait jamais été, elle savait qu’elle pouvait montrer du courage, raisonnablement mais elle ne serait jamais téméraire, c’était pour ça qu’elle n’était pas chez Gryffondor, Kimeria elle semblait à l’aise, comme un poisson dans l’eau, c’était agréable de la regarder comme ça, Eileen avait enfin l’impression d’avoir vraiment quelqu’un avec une volonté, qui fait des choix et qui vit, elle ne pensait pas pouvoir voir tout ça chez la Poufsouffle un jour, pas quand elle considérait l’état dans lequel elle l’avait trouvée et celui dans lequel errer dans Poudlard la mettait. Mais sitôt qu’elle sortait du château, qu’elle était plongée dans son environnement naturel tout changeait, il fallait être idiot pour ne pas le remarquer et Eileen n’était pas idiote, elle se surestimait parfois peut-être un peu mais elle n’était pas idiote.

Elles étaient maintenant dans les airs et Kimeria lâcha une dernière phrase avant de se mettre totalement en route.


« Ok, on va aller à la bordure la plus proche de la réserve. »

Ça marchait pour elle, de toute manière elle n’était pas tellement en position pour protester, que pouvait-elle proposer d’autre ? Ce n’était pas chez elle, elle ne connaissait pas l’endroit. Alors elle suivait, presque mal à l’aise au bout du compte.
Au fur et à mesure qu’elle avançait dans le ciel, Eileen contemplait la vue, c’était magnifique elle ne pouvait le nier, l’Ecosse avait toujours eu ce petit truc magique, elle le savait, elle y vivait. Mais ici c’était encore plus flagrant, si elle n’avait jamais visité les Hébrides elle ne regrettait pas d’être venue ici c’était certain.


« Lorsqu'on arrivera vers le nid, faudra faire attention à la mère, en général elles aiment pas trop qu'on s'approche, surtout si ses œufs ont à peine éclos. Si elle n'est pas là quand on arrive, on fera encore plus attention … faudrait pas qu'elle nous tombe dessus comme ça ...»

Ah. Elle aurait dû se douter que quoi qu’elle choisisse, si ça concernait les dragons il y avait du danger, ça ne serait jamais des animaux inoffensifs et voir Kimeria si à l’aise avec ça et en parler comme si de rien était commençait à l’angoisser un peu. Après tout elle avait peut-être l’habitude d’y aller seule mais probablement d’y trimballer des gens et Eileen n’avait pas totalement confiance, elle aurait bien aimé mais elle n’y arrivait pas, alors elle avait peur et elle se demandait pourquoi elle était venue. D’ailleurs ça devait se voir puisque la Poufsouffle fit une remarque.

« Anxieuse ? »

Un simple petit mot et un sourire à la con, d’un coup Eileen avait bien envie de lui sauter au visage pour la frapper, elle n’appréciait pas tellement qu’on lui renvoie ses faiblesses en pleine figure comme ça et elle avait de moins en moins de patience sur ce point. Mais ce n’était pas voulu, Kimeria ne faisait pas des choses comme ça pour blesser ou déstabiliser, c’est aussi parce qu’elle était certaine de ça qu’elle resta calme à l’extérieur.

« Faut pas. Tu sais, ils le sentent. C'est étrange, c'est comme s'ils avaient un sixième sens, comme s'ils pouvaient sentir ce qu'on ressent … Ne t'en fais pas, ça va bien se passer. »

Elle ne disait rien et la laissait seulement parler, elle n’acquiesçait même pas, peut-être que la Poufsouffle passerait d’elle-même à autre chose si elle voyait qu’Eileen n’était pas réceptive à ça.
Elle n’eut pas le temps de savoir si ça fonctionnait ou pas puisqu’elles arrivaient, la petite MacFusty lui fit signe de regarder en bas, ce qu’elle fit. Des nids. Vides. On progressait. Il suffisait de trouver les dragons maintenant.
Elle descendit ensuite en même temps que Kimeria vers ce bout de terre en bas. Il était étrangement clean mais Eileen ne le remarqua pas ou en tout cas elle n’y fit pas attention.


« C'est un poste de garde pour les battues. C'est ici que mes parents se mettent pour rabattre un dragon qui serait sorti de son territoire. On ne sait pas pourquoi, mais ils ne viennent jamais faire leur nid ici … personne ne sait pourquoi ...»

Hmm. Étrange en effet. La Serpentard n’eut pas le temps de se pencher plus longtemps sur la question que Kimeria repartait déjà. Eileen la suivit, avec pas moins d’aisance que dans les airs, pourtant l’endroit était particulièrement inhospitalier et dangereux, mais elle n’avait pas peur des ronces, des buissons sauvages ou des terrains cabossés, étrangement, elle se sentait plutôt bien. Elle avançait simplement en se laissant porter et en regardant tout juste où elle mettait les pieds pour ne pas tomber.
Elles grimpèrent encore un peu et arrivèrent sur un terrain totalement à découvert. Et Eileen n’aimait pas beaucoup ça. Si la végétation ne l’effrayait pas, les dragons avaient plus de chance de provoquer ce sentiment chez elle. Mais en même temps elle savait très bien dans quoi elle s’embarquait et avait même vraiment voulu en voir pendant un moment.


« Le nid est juste là-bas, on va essayer de pas se faire repérer ... »

Ah ça elle pouvait compter sur Eileen pour se mettre en mode sécurité maximale, aucune chance qu’elle ne veuille se faire repérer, elle n’était pas du genre à vouloir courir vers le dragon pour lui faire des câlins c’était certain.
Elles étaient allongées dans l’herbe et contemplait la dragonne et ses petits. Enfin ce qu’on pouvait voir de ses petits. Elle voyait des têtes mais c’était tout, peut-être manquait-elle de concentration. Ou d’habitude. C’était quand même vraiment gros ces bêtes. Mais beau, étrangement. C’était un spectacle assez epoustouflant quand on laissait la peur de côté, ce que la Serpentard arriva à faire, assez longtemps pour souffler un mot.


« Woooa. »

Assez impressionnée. Elle l’était c’était certain, qui ne l’aurait pas été ? Il fallait être le plus grand blasé de la Terre pour ne pas être impressionné par ça.
Elle continua à contempler un moment avant que Kimeria ne parle.


« Alors, qu'est-ce que tu en dis ? »

Elle pensait pourtant que sa première appréciation en disait bien assez long sur ce qu’elle ressentait en ce moment mais elle se risqua tout de même à sortir quelques paroles.

« C’est splendide, vraiment. Effrayant mais splendide. »

Elle venait de dire qu’elle avait peur, bien sûr elle était humaine et avait peur comme tout le monde mais elle ne l’assumait pas toujours et là elle venait de le faire, sans problème, c’était probablement une bonne chose.
Et étrangement elle était bien ici, parfaitement bien même, elle se sentait prête à rester ici, à plat ventre sur l’herbe à côté de Kimeria, toute la journée, plus même. Tant qu’aucun dragon ne venait les attaquer tout irait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Dim 9 Nov - 18:14

Bien, elle se sentait bien. C'était ici chez elle. On ne voyait Kimeria vraiment heureuse qu'ici, dans ce lieu perdu, reclus du monde, un endroit à part, où le danger était omniprésent, mais on s'y sentait tellement à l'aise qu'on l'oubliait assez vite finalement. Voir la gamine sourire n'était pas rare, mais un sourire vrai, c'était plus difficile, et là elle ne pouvait pas mentir. Vivre ici était son rêve, elle ne demandait rien de plus pour être heureuse. Pour l'instant elle profitait du bonheur fugace qu'elle connaissait avec Eileen. Elle ne savait pas trop comment l'expliquer, mais la compagnie de la Serpentard lui faisait du bien, elle se sentait en sécurité avec elle, comprise, jamais jugée, toujours appréciée, c'était bizarre à décrire, mais elle s'était attachée à elle, vraiment. Son sourire, sa voix, tout était agréable chez elle, elle semblait comme parfaite. Elle l'était peut être, riche, belle, sang-pur, honnête et droite, appréciable, gentille, il n'y avait pas à tortiller, Eileen était la fille la plus parfaite que Kimeria connaissait, et elle ne démordrait pas là dessus, sans aucune jalousie.
La Poufsouffle se sentait tellement bien qu'elle songeait à se laisser aller aux confidences, parler à son amie, sans avoir peur d'être jugée, sans se poser de questions, juste lui parler à cœur ouvert, lui dire ce qu'elle n'avait jamais pu dire aux autres, lui parler de ses projets, de ses envies. Tout serait plus simple … elle s'y voyait déjà. Mais on allait la prendre pour une folle, elle, une gamine à peine rompue à l'art social, c'était du suicide tout simplement. Personne n'allait la croire, surtout si elle évoquait son rêve de domestiquer les dragons, du moins les dresser, les monter, vivre en harmonie parfaite avec eux, la symbiose parfaite, jusqu'à ne faire plus qu'un avec son dragon. Être amie avec l'un d'eux semblait déjà surnaturel, alors aller jusqu'à vivre avec, c'était inimaginable, du moins pour qui n'était pas Kimeria MacFusty.

« C’est splendide, vraiment. Effrayant mais splendide. »

La gamine eut un sourire à cette réponse. Elle aurait pu s'offusquer que l'on trouve sa passion effrayante, mais non, elle comprenait que tout le monde n'était pas forcément aussi intéressé qu'elle, tout du moins, elle essayait de rendre cela intéressant. Hochant la tête avec un sourire amusé, elle répondit simplement à Eileen :

« Ils ne sont pas effrayants, je trouve … »

A peine avait fini sa phrase que la mère poussait un cri tonitruant qui secoua un peu les alentours. Déployant ses ailes de chauve-souris, elle s'envola en un battement, continuant son cri perçant avant de tourner autour de son nid. Et puis elle se mit à cracher des flammes sur ce dernier.
Connaissant le spectacle, Kimmy eut un bref rire, voilà qui était ironique, elle se faisait l'avocat des dragons et voilà que la mère affichait tout ce qu'il y avait de plus flippant chez un dragon, ou presque. Quand on était pas habitué, la chose devait paraître vraiment impressionnante et effrayante, mais la jeune fille des Hébrides connaissait la façon dont les seigneurs du ciel procédaient, aussi elle expliqua à Eileen, osant un contact sur son bras pour la rassurer sans vraiment le faire exprès.

« Ne t'inquiète pas, elle fait juste ça pour réchauffer le nid quand la température baisse.»

La pierre rougeoyante agissait comme conducteur thermique. Noircies par endroit, les bases du nid étaient solides et la mère protégeait ainsi sa progéniture, les créatures à sang froid avaient besoin de chaleur pour survivre. Pourquoi faisait elle cela ? Simple à déduire. Elle s'envolait déjà au loin, laissant le nid sans surveillance pour aller chasser et nourrir sa portée, la pierre se chargerait de remplacer sa couvaison pour la chaleur.
Se rendant compte de sa maladresse, Kimeria retira sa main, un peu gênée par cette proximité qui dérangeait peut être son amie. Regardant ailleurs avec un sourire en coin maladroit, elle reposa son regard sur le nid. Désormais, il était plus simple d'observer les rejetons, plus mobiles et vivaces.
Roulant sur le dos, les yeux fermés, un sourire apaisé sur son visage, Kimeria se laissa aller à ses pensées. Le vent frais contrastait avec les reflux d'air chaud venant du nid, elle se sentait bien ici.
Un soupir de soulagement vint de lui même, léger, futile, mais bien présent, elle aimait cet endroit, elle aimait ce moment, tout ça avait des airs de paradis.

L'espace d'un instant, elle revit cette scène qui l'avait marqué.
Encore gamine, elle jouait dans sa chambre avant de passer devant sa fenêtre. Un regard curieux, comme celui d'un enfant qui découvre le monde, et elle entrevit ce qui se passait plus loin. L'herbe verte, devant la falaise, elle découvrait sa sœur, allongée là, sur le dos, à coté d'elle, ce garçon dont elle avait oublié le nom. Billy peut être, elle ne se souvenait plus très bien. Ils étaient là, comme elle l'était, alors sa sœur avait laissé sa main trainée vers lui, main qu'il prit, et l'espace d'un instant, il y eut ce contact ce moment qu'elle ne comprit pas. Elle avait demandé à sa mère ce que cela signifiait, elle ne souvenait déjà plus de la réponse, cela ressemblait à quelque chose quand on est bien, une façon de partager ce moment. Est ce que cela voulait dire que c'était un moyen physique de communiquer ? Peut être. Elle n'était pas très sûre de sa vision des choses. Cela valait il vraiment la peine de laisser trainer sa main, en espérant qu'Eileen la prenne ? Était ce bien cela que cela voulait dire ? C'était dingue comme un simple geste pouvait faire naître autant de questions, quelque chose de si anodin …

Elle resta là, immobile, sa main ne bougea pas. Difficile pour elle de savoir combien de temps elle avait pensé, une seconde ? Une minute ? Savourer ce moment n'avait pas de prix, pas même celui du temps qui, inlassablement, s'écoulait, et rapprochait Eileen d'un départ éventuel. Dieu, qu'elle aurait aimé que son amie reste plus longtemps, elle était si bien avec elle, c'était ça le partage, l'échange, l'amitié, quelque chose de beau, de grand. Tout semblait tourbillonner autour d'elle, elle profitait, tout simplement.
Après quelques instants, elle rouvrit les yeux et tourna la tête pour voir Eileen. Elle aimait ce sourire, ce regard, cela lui faisait du bien, presque autant que d'être là, une sorte de petit rayon de soleil. Curieux comme une personne pouvait changer votre vie presque du jour au lendemain, s'en aurait été presque effrayant si elle n'avait pas été aussi bien.
Et pour une fois, le silence ne la gênait pas, bien au contraire.

Repassant sur le ventre, elle posa sa tête sur ses mains jointes devant elle, contempla les dragonnets qui se déplaçaient les uns entre les autres. Et puis elle osa, chose que jamais elle n'aurait faite avant d'être ici.

« Tu veux qu'on aille les voir de plus près ? »

Le danger lui semblait bien loin maintenant, elle se sentait pousser des ailes, une énergie débordante l'envahissait, l'enhardissant à un point presque déraisonnable, mais n'était elle pas là pour faire plaisir à sa meilleure amie ? Elle savait que cela était interdit d'ordinaire, mais elle l'avait oublié l'espace d'un instant, elle voulait faire plaisir à Eileen, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Mar 25 Nov - 0:16

Le temps passait mais ne rendait pas la chose plus aisée ou confortable, en fait c’était un mélange, elle avait une sorte « d’habitude » qui s’installait et en même temps elles prenaient de plus en plus le risque d’être découvertes par la dragonne. Double tranchant donc.

« Ils ne sont pas effrayants, je trouve … »

Alors non, Eileen ne comprenait pas quand Kimeria lui sortait des trucs comme ça parce qu’elle n’était pas à l’aise, vraiment pas et elle ne le nierait pas, elle n’était pas courageuse ou téméraire et elle le vivait plutôt bien. Elle ne pensait pas que Kimeria soit du genre téméraire non plus, juste passionnée, parfois ça suffisait, enfin peut-être que la Poufsouffle avait un fond de témérité tout de même, c’était juste sa timidité qui formait une barrière. Enfin peu importe, la seule chose dont se souciait pour le moment Eileen était la dragonne qui pour protéger ses petits serait prête à cramer tout ce qui passe non loin de nid, à savoir les deux élèves de Poudlard si elle les repérait, elle exagérait probablement mais elle préférait ça à mourir maintenant et de cette manière.

Ben voyons. Il ne fallut pas deux secondes après que Kimeria ait terminé sa phrase pour que la dragonne s’agite et fasse sursauter la Serpentard. Une chose était sûre : elle ne comptait pas travailler avec les dragons. Ni même avec n’importe quelle autre créature magique qu’elle pouvait considérer comme dangereuse, elle n’avait pas encore de tendances suicidaires.


« Ne t'inquiète pas, elle fait juste ça pour réchauffer le nid quand la température baisse.»

Ne t’inquiète pas. Facile à dire. Évidemment qu’elle s’inquiétait, un dragon venait de se mettre à cracher des flammes devant elle, la seule chose qu’elle voyait à présent était elle-même au milieu du brasier, complètement impuissante, merci pour l’image. Mais elle s’efforça de respirer un bon coup, elle ne pouvait pas se permettre de tout foutre en l’air parce qu’elle avait peur, alors comme la plupart des choses qui pouvaient l’irriter ou la perturber, elle décida de mettre tout ça de côté comme elle pouvait.
Mais la mère s’envole, simplement, ça paraissait logique quelque part après tout ce spectacle.
Eileen ne remarqua que Kimeria avait posé sa main sur son bras que quand elle l’enleva, elle avait été bien trop perturbée par l’action devant elle auparavant pour même sentir le geste qui se voulait rassurant. Elle ne s’offusqua cependant pas, pas même intérieurement, déjà parce qu’une fois que le geste était interrompu ça ne servait à rien et puis elle reconnaissait que si elle avait remarqué le geste de la jaune et noir un peu plus tôt elle n’aurait probablement pas craché dessus tant elle était inquiète.

La Serpentard resta sur le ventre pendant que Kimeria roulait sur son dos, la paix et le bien-être se lisaient sur son visage depuis qu’elles étaient arrivées à la propriété mais là c’était encore plus flagrant, la Poufsouffle aurait été au Paradis qu’elle n’aurait pas réagi différemment. Peut-être était-ce son paradis après tout, ça pouvait être compréhensible même si à cet instant Eileen se disait qu’elle aimait bien le confort et la sûreté de Kinloch, au moins elle n’avait pas de dragons volant autour.

Mais il ne lui fallut que quelques instants pour laisser sa peur totalement s’évaporer, la dragonne partie elle sentait moins de danger, la taille de l’animal jouait beaucoup et elle était moins effrayée de quelques bébés que d’une adulte prête à tout.
Elle avait tourné son regard sur les dits-bébés, maintenant que la mère était partie elle pouvait vraiment les observer, elle les distinguait mieux, pleins d’énergie et si petits par rapport aux autres dragons. Elle se laissa même aller à les trouver mignons, ça ne pouvait pas lui faire de mal après tout.

Elle entendit la Poufsouffle bouger à côté, elle semblait sortie de ses pensées si captivantes.


« Tu veux qu'on aille les voir de plus près ? »

Hmm. Quelques minutes plus tôt elle lui aurait répondu non sans hésiter, mais là, sans la mère et depuis qu’elle avait un peu observé les petits remuer dans leur nid elle avait bien envie de répondre par la positive sans même essayer d’imaginer ce qui pourrait arriver si la mère revenait au même moment ou même si les petits étaient plus dangereux que ce qu’elle imaginait, c’était étrange venant d’elle mais elle essayait de se laisser porter. Alors soit, allons-y.
Elle haussa les épaules et répondu brièvement.


« Oui si tu veux. »

Ce n’était pas totalement tranché, elle avait quelque part l’impression de plus faire plaisir à Kimeria qu’elle ne se faisait plaisir à elle-même, ça changeait. Mais avec ses paroles elle laissait la responsabilités à la Poufsouffle, si quoi que ce soit arrivait elle ne se tiendrait jamais pour responsable, elle faisait ça avant tout pour elle-même, elle savait qu’elle n’avait pas besoin d’une telle tournure de phrase pour s’assurer que Kimeria culpabilise à sa place, c’était essentiellement pour qu’elle ne culpabilise pas, elle, qu’elle ne se trouve pas stupide après coup si quoi que ce soit arrivait, elle arrivait souvent à s’arranger avec sa conscience depuis quelques temps, elle apprenait à faire avec.

Elle suivit la Poufsouffle lorsqu’elle se leva, c’était à son tour, elle devait rester sur ses talons, elle l’imitait, mettait ses pas dans ceux de la Poufsouffle et reproduisait ses gestes, c’était elle l’experte ici, pas Eileen et la Serpentard savait parfaitement le reconnaître, elle n’était pas persuadée d’être la meilleure partout au point de se surestimer d’une telle manière, elle n’avait aucune expérience avec les dragons, nada, zéro alors elle déléguait volontiers la charge de les garder toutes les deux en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Sam 29 Nov - 15:36

Leur amitié avait ce petit truc spécial qui rendait la chose aussi mystique qu'intrigante. Kimmy n'avait jamais vraiment mis le doigt dessus, elle se contentait souvent de profiter, sans se poser de questions, juste profiter, être avec elle et se laisser aller à un bonheur aussi incertain qu'éphémère. C'était ça, vivre, être heureux. Lorsque l'on est ami, on a envie de faire plaisir à l'autre, de lui donner de bons moments, pas forcément mémorables, mais suffisamment importants pour avoir une réelle signification. L'amitié, c'était lumière qui, du fond du puits, vous permettait de remonter, la petite voix qui vous guide dans un labyrinthe truffé de ténèbres, ce soutien inextinguible qui survit, jour après jour, se nourrissant des bons moments, se renforçant par les mauvais. Il suffisait d'un sourire, d'un contact, d'une parole, pour que renaisse l'espoir, l'envie, et tant de choses si nécessaire à l'épanouissement.
Eileen avait eu cet effet sur Kimeria, sans elle, jamais elle n'aurait pu remonter la pente, jamais elle n'aurait pu survivre dans ce Poudlard hostile, elle aurait pu ne rien faire, mais non, elle avait été là. Les raisons importaient peu à la gamine, tout ce qu'elle voyait, c'était ce geste et la portée qu'il avait eu sur elle. Voilà pourquoi elle était là, chez elle, à montrer à Eileen ce que peu de gens avaient pu voir. Elle n'aurait souhaité partager ce moment avec personne d'autre qu'elle, elle le méritait tant …

Elle qui avait terminé l'époque des pleurs de sang, se voyait gratifiée d'une amitié plus que sincère, un attachement que la gamine n'avait jamais pu avoir pour un être humain, un lien fort et important à ses yeux. Lorsqu'elle était là, la solitude s'évaporait et se condensait un bonheur réel, un sourire de tous les instants pour celle qui lui avait tendu la main, une fois … une fois, au moment où elle était au fond du trou, au bord du gouffre. Longtemps, Kimeria s'était demandée comment elle payerait cette dette, désormais elle savait qu'il n'était plus question de ça, que cette amitié se verrait au delà de ce simple fait. Si Eileen avait besoin, la Poufsouffle serait là, peu importe les circonstances et les raisons, elle était toujours là, avec elle, dans les pires moments, espérant également partager les meilleurs. Ça n'était pas égoïste, pas venant d'elle, il s'agissait simplement de voir le bonheur de son amie, cela lui suffisait. Voir un sourire sur le visage d'Eileen était une victoire pour Kimmy, la preuve qu'elle n'était pas totalement bonne à rien.

Certes, lorsqu'il s'agissait de dragons, elle était intarissable, mais à Poudlard, tout le monde s'en fichait, alors il fallait trouver d'autres sources de gratitude pour ne pas sombrer. Elle n'en avait pas eu, elle savait ce que c'était que d'errer seule et sans but, cette expérience ne lui avait pas été des plus agréables, pas en milieu hostile. À coté des couloirs de l'école, les nids de dragon lui paraissaient être des bacs à sable, la cruauté de l'homme dépassait de loin celle de l'animal.
Elle ne pouvait nier qu'elle avait besoin de ce contact, pas permanent, mais présent, cela avait quelque chose de rassurant, de savoir que dans le besoin, elle serait là, l'avenir paraissait plus serein, meilleur. Elle était tout ce dont Kimmy avait besoin pour avancer, et dieu savait qu'elle avançait à son contact. Depuis qu'Eileen était là, la gamine avait fait des progrès, elle s'était mise à parler à d'autres personnes, pas forcément pour nouer de liens, juste comme ça, sans raison. Coïncidence ? Peut être pas, car on apprenait toujours, même involontairement, d'une rencontre. Et cette rencontre se poursuivait ici, dans le fief natal de la plus vulnérable des deux, un cadre unique qui l'avait formaté depuis sa plus tendre enfance.

« Oui si tu veux. »

Il n'en fallut pas moins pour arracher un sourire à Kim. Contente de pouvoir faire partager sa passion, elle se leva de l'herbe, ne prenant même pas la peine de chasser cette dernière de sa tenue, trop heureuse et négligée à ce niveau.
Attrapant son balais, elle l'enfourcha pour s'élever dans les airs, et approcher lentement du nid, les dragonnets ne semblaient pas vraiment inquiétés de cette présence d'ailleurs. On voyait les petites créatures s'amuser, deux d'entre eux se battaient pour jouer tandis que d'autres dormaient. C'était amusant de voir à quel point ils évoluaient vite, très vite. D'ici quelques mois, ils pourraient voler, s'ils survivaient, car il n'était pas à exclure que quelques uns se fassent dévorer, ou ne chutent durant un essai de vol, contrairement à ce qu'on pensait, même protégés par une dragonne, les créatures restaient fragiles. Et dans un peu plus d'une dizaine d'année, ceux qui avaient survécu deviendraient des seigneurs du ciel … une évolution semblable à l'homme à leur échelle.
En les regardant, Kimeria ne voyait pas de monstres, elle voyait une progéniture, des êtres à protéger, comme des enfants un peu, c'était étrange et difficile à décrire, mais elle sentait ce profond désir de les voir biens, en bonne santé, et en vie. Elle avait même envie de les toucher, de jouer avec, mais savait cela défendu. Alors elle s'approcha encore sur son balais, jusqu'à ce qu'ils la remarquent et se mettent à piailler, dans un gazouillement amusant mais pas inquiétant, du moins pas pour elle. Les regardant avec un grand sourire, elle se retourna pour parler à Eileen et ajouter quelque chose qui n'était pas forcément utile.

« Approche toi un peu plus si tu veux … »

Elle voyait que la Serpentard hésitait, elle restait toujours un peu en arrière, et c'était tout à fait normal, elle ne connaissait pas vraiment l'endroit ni les créatures. Se décalant un peu avec son balais, elle laissa sa place libre si son amie voulait s'avancer encore un peu, mais pas trop près.
Consciente toutefois des risques, la gamine lui expliqua gentiment, sans se la péter en sortant sa science.

« Par contre on a pas le droit de les toucher … c'est à cause de l'odeur. Si la mère revient et qu'elle ne sent plus son odeur, elle va penser que ça n'est pas ses petits et va les laisser mourir … »

Elle hocha la tête, rajoutant sans remarquer qu'elle s'emportait un peu sur le sujet, trop contente de pouvoir partager ça avec une amie.

« Une fois, avec mon père, on a vu une dragonne manger un de ses petits parce qu'il n'avait plus son odeur … mais c'est rare.»

Forcément, ça ne contribuait pas vraiment à donner une bonne image des dragons, mais elle voulait expliquer à Eileen le pourquoi de cet interdit, elle aimait bien comprendre pourquoi on lui empêchait de faire certaines choses, elle prenait cela pour une généralité sans forcément se poser trop de questions non plus. Elle avait beau concevoir que le sujet n'était pas très intéressant pour les autres, elle ne pouvait s'empêcher de parler de ça, c'était comme un besoin vital pour elle.
L'envie de jouer avec eux étaient là, même sans vraiment qu'elle y pense en réalité, elle se sentait bien ici, libre, jamais jugée, elle était qui elle voulait être, ce qu'elle voulait être, c'était pour elle le seul endroit sur terre où elle était parfaitement acceptée pour qui elle était, une chose aussi rare qu'unique.
Eileen ne le ressentait peut être pas comme ça, mais pour Kimeria, c'était un lieu presque sacré, le sanctuaire de sa vie. Était elle différente de ce qu'elle était à Poudlard ? Peut être un peu, elle ne savait pas vraiment et n'y réfléchissait pas, il n'y avait que son amie de Serpentard pour le savoir, et elle ne semblait pas vraiment décidée à aborder ce sujet, comme un tabou sans vraiment en être un.

Flottant sur son balais, la gamine souriait en regardant ces petites bêtes s'activer, comme passionnée, elle ne s'était pas retournée, pas une fois, trop absorbée pour voir si la mère arrivait déjà ou pas. Oh elle l'aurait sûrement entendu venir si cela avait été le cas, mais sa passion avait pris le dessus sur la sécurité, comme une hypnose. Il fallut qu'une goutte d'eau tombe sur son nez pour qu'elle sorte de ses pensées. Reculant la tête en fronçant les sourcils et retroussant le nez, elle releva la tête. Forcément, on était en Écosse, impossible de rater ça … de gros nuages noirs flottaient au dessus de leurs têtes blondes, une fine pluie commençait à tomber, humidifiant les chevelures des miss. Après un sourire en coin un peu contrarié, Kimmy se tourna vers Eileen pour lui demander :

« Il va bientôt pleuvoir des cordes, tu veux qu'on rentre ? »

Elle aurait aimé faire découvrir un peu plus son univers à son unique amie, mais elle savait que cela n'était pas prudent, surtout ici. Lorsqu'il pleuvait, il y avait toujours une chance pour que cela se transforme en une tempête, avec de violentes bourrasques de vent et une mer déchaînée, une chute dans l'eau se voulait souvent mortelle, il fallait avoir l'habitude de voler par un temps pareil pour pouvoir être certain de rentrer à bon port. En soit, Kim avait déjà volé par un temps pareil, plusieurs fois, mais jamais seule, ou peut être une fois ou deux, mais d'habitude, si elle était seule dans la réserve avec un temps pareil, elle restait où elle était, souvent au même endroit d'ailleurs, où elle se sentait en sécurité, et attendait que le temps se calme pour repartir. Là, elle ne pouvait se le permettre, d'une parce qu'elle n'était pas seule, et de deux parce qu'elle voulait éviter à Eileen de trop avoir à donner d'elle même.

Il fallait se décider vite, car la mère allait revenir et le temps se dégradait déjà. La sécurité s'imposa et il fallut rentrer. Aussi les deux filles filèrent en direction du retour, poussant le balais de la jaune pas à son maximum mais presque. Cette dernière restait d'ailleurs assez vigilante, car si elles croisaient quelques dragons sur le retour, il faudrait se montrer prudent, par chance, leur principal ennemie fut la pluie qui tombait férocement sur elles. Rapidement, il fut difficile de se repérer, tout du moins si on ne connaissait pas par cœur l'endroit. Impossible de se parler avec le vent, et il fallut attendre de revoir les maisons sur la bordure de l'île pour que le filles entament la descente, atterrissant dans la cour dont les cailloux et la terre étaient totalement mouillés et entrecoupés de flaques d'eau grandissantes.
Se précipitant en courant sous le porche de la maison, Kimeria farfouilla dans ses poches à la recherche de la clef, remarquant après coup que le mot avait disparu de la porte. Aussitôt, elle ouvrit la porte pour laisser entrer Eileen avant de lui dire en restant sur le porche.

« Je reviens, j'en ai pas pour longtemps.»

Puis elle se précipita en courant dans la cours, balais à la main.
Elle rejoignit le parc des chiens pour vérifier que ce dernier était bien fermé, tout comme la cabane où était rangé le matériel. Après quoi elle revint, encore plus trempée, dans la maison. Ses parents étant rentrés, elle n'avait pas songé une seconde que son amie pouvait tomber sur eux comme ça, une situation qui pouvait s'avérer très stressante. Par chance, ou pas d'ailleurs, cela dépendait des points de vue, pas de signe des parents. Refermant la porte, elle souffla aussitôt, regardant Eileen légèrement … trempée … cela l'amusa assez, sans vraiment pouvoir expliquer ce qui était drôle, et osa une question plutôt humoristique.

« Ça va, pas trop mouillée ? »

C'était vrai qu'à les voir, dégoulinantes de flotte, la question prêtait à sourire. Retirant ses bottes qu'elle laissa sur le tapis, laissant Eileen l'imiter, elle retira sa veste pleine d'eau et la posa sur le porte manteau. Déjà occupé par deux manteaux bien plus grand. Elle accrocha aussi celui de son amie. Lui montrant ainsi que ça ne dérangeait pas et qu'il était là pour ça, avant de s'enfoncer un peu plus dans la maison, direction le salon.
Gouttant sur l'ignoble tapis vert, alors que l'on voyait les dragons tous de retour au nid sous la pluie. Kimeria ne prit même pas la peine de regarder les tableaux. Aussi, elle demanda à Eileen, soucieuse de ce qu'elle en avait pensé :

« Ça a été ? Tu as trouvé ça comment ?»

Dans son soucis de vouloir bien faire, elle harcelait son invitée de questions, sans voir cela comme un problème, elle essayait de lui rendre le séjour le plus agréable possible, avec plus ou moins de réussite, elle attendait le verdict.
Trop occupée à écouter Eileen, elle n'avait pas vu sa mère dans l'embrasure de l'entrée de la cuisine. Sa mère avait l'air plutôt jeune, un visage fin et assez agréable. On comprenait aussi bien pourquoi Kimeria avait les cheveux très clairs, sa mère avait des cheveux blonds assez clairs, moins que ceux de sa fille, mais blond quand même, coupés courts, des yeux marrons. S'approchant de sa fille, juste à coté d'elle, qui venait juste de terminer sa phrase.

« Vous êtes rentrées ? Tu es toute mouillée ma puce ...»

Aussitôt elle prit la tête de sa fille avant de l'embrasser sur le front. Cette dernière, gênée de cette attitude maternelle devant son amie, se recula et se défit de l'étreinte avant de s'exclamer sur un ton de reproche :

« Maman !»

Avec un grand sourire, la mère posa son regard amical sur l'autre jeune fille présente. On voyait qu'elle était contente de pouvoir voir une amie de sa fille, cela lui faisait plaisir et elle était assez expressive comme femme, cela se sentait assez facilement. Elle enchaîna aussitôt, ne laissant pas Eileen isolée devant cette scène familiale.

« Tu dois être Eileen, enchantée, Kimeria nous a beaucoup parlé de toi.»

Sa fille, encore gênée par cette remarque, se retourna vers elle, fronçant les sourcils et réitérant :

« Maman !»

Oui ça la gênait, mais cela devait surtout gêner Eileen. À sa place, Kimeria aurait rougi, vraiment, elle aurait baissé la tête et se serait caché dans un trou de souris avant de remercier, mais difficile pour elle de vraiment savoir comment son amie allait réagir. Ce qui l'inquiétait était plus le caractère assez protecteur de sa mère … elle n'avait pas envie d'avoir la honte devant sa meilleure amie. Mais tout bon enfant savait que les parents étaient incontrôlables au possible …

« Vous voulez manger un morceau ? J'ai fait quelques cookies.»

A vrai dire, Kimeria avait plutôt pensé à aller se changer pour avoir l'air plus présentable et à ne pas mettre de l'eau partout, mais elle ne voulait pas contraindre Eileen. Haussant les épaules, elle lui demanda son avis.

« C'est comme tu veux ...»

Vraiment, elle espérait que l'attitude trop bienveillante de sa mère ne la dérangerait pas. Elle ne savait déjà plus vraiment où se mettre … ou comment passer d'un moment appréciable dans la réserve à une contrainte sociale chez elle. Ah vraiment, les humains étaient plus difficiles à comprendre que les dragons … elle espérait juste que ça ne gênait pas trop son amie … elle ne pourrait pas supporter de la perdre à cause de ses parents ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Mar 9 Déc - 1:35

Quoi qu’elle puisse en dire, cet endroit était quand même un petit coin de paradis si on oubliait le danger que représentait un élevage de dragons. Elle ne se sentait pas tellement ultra à l’aise dans les airs, mais là, sur terre, sur le sol, elle se sentait bien. Et elle aurait pu y rester un moment encore si Kimeria n’avait pas proposé qu’elles s’avancent pour aller voir les bébés dragons.

Mais elle s’était levée pour reproduire le moindre mouvement que la Poufsouffle faisait, elle avait trop peur de faire quelque chose de travers et de déclencher la colère d’un seigneur du ciel. Elle épousseta cependant ses vêtements, même si elle les avait fait faire exprès pour ça et qu’elle ne les remettrait probablement jamais elle voulait avoir l’air présentable. Elle attrapa donc elle aussi son balai et reproduisit le parcours de la petite MacFusty. Sauf quand celle-ci s’approcha un peu plus, Eileen préférait rester en arrière, finalement, bébés ou pas elle n’avait pas confiance, n’importe quoi pouvait arriver.


« Approche toi un peu plus si tu veux … »

Elle grimaça un peu. Ça ne la tentait pas des masses, elle voyait très bien d’ici c’était suffisant pour elle. Elle secoua négativement la tête. Concrètement elle s’en fichait que son amie voit qu’elle avait peur de ces petites bêtes parce que c’était le cas et que ce serait stupide de chercher à prouver le contraire. Elle regarda les animaux jouer entre eux. Bon. Ok. Ils étaient quand même mignons. Mais même. Elle n’approcherait pas plus.

« Par contre on n’a pas le droit de les toucher … c'est à cause de l'odeur. Si la mère revient et qu'elle ne sent plus son odeur, elle va penser que ça n'est pas ses petits et va les laisser mourir … »

Elle eut un tout petit rire et ajouta ensuite :

« Oh ne t’en fais pas, aucun risque que je les touche. »

* « J’aurais trop peur qu’ils me mangent la main. »* fut ce qu’elle s’empêcha de rajouter mais qu’elle ne put s’empêcher de penser.
Dingue d’avoir la trouille de si petits trucs qui ressemblaient presque à des peluches ou des jouets. Mais quand on voyait la taille définitive et adulte on avait de quoi avoir un peu peur. Au moins quand on réfléchissait un peu de manière rationnelle.


« Une fois, avec mon père, on a vu une dragonne manger un de ses petits parce qu'il n'avait plus son odeur … mais c'est rare. »

Si elle n’avait pas réussi à se contenir, ses yeux se seraient probablement ouverts comme jamais, ronds comme des soucoupes, mais elle conservait juste un sourire compréhensif sur le visage, elle ne voulait pas montrer à son hôte que ce qu’elle venait de lui raconter ne la rassurait pas du tout. Comme quasiment tout ce qu’elle lui disait depuis le début en fait. C’était à croire qu’elle voulait la faire fuir finalement. Et si elle ne la connaissait pas un peu elle serait très rapidement arrivée à cette conclusion.
Elle tenta de se reprendre et observa un peu plus les bébés jouer. Puis, lassée par le spectacle elle se contenta de scruter anxieusement le ciel, des fois que la mère ne pointe le bout de son nez, elle avait très peu envie de mourir cramée.
Puis vint la pluie. Génial. Vraiment. Elle attendit quelque secondes pour voir si Kimeria le remarquait, sinon elle se chargerait de le lui dire. Mais elle n’en eut pas besoin, heureusement la Poufsouffle sortait de sa rêverie et proposait de rentrer vers la maison.


« Il va bientôt pleuvoir des cordes, tu veux qu'on rentre ? »

Eileen avait très vite accepté, elle était pour même avant qu’elle ne pose la question, de toute manière elle commençait à s’ennuyer, regarder des bébés dragons n’était marrant qu’un moment. Elles filèrent donc sur leurs balais. Eileen pensa à un sort d’imperméabilité qu’elle aurait pu lancer sur elle-même et probablement Kimeria mais faire tout ça en plein vol était relativement compliqué. Elles volaient bien plus rapidement qu’à l’allée et pourtant la pluie qui leur tombait sur le visage ne faisait que leur obstruer la vue, d’ailleurs la Serpentard peinait à suivre sa camarade avec tout ça et elle crut plusieurs fois s’être perdue mais arrivait généralement à retrouver la tignasse blonde presque blanche de Kimeria. Elle faisait attention à toujours rester derrière elle, si elle s’était retrouvée seule elle pouvait être certaine qu’elle se serait perdue, elle ne connaissait pas le coin et la pluie n’aidait vraiment pas, elle ne savait même plus distinguer où était la falaise d’où elles étaient parties.
Mais bientôt elle put distinguer la maison pas très loin, un signe qu’elles ne s’étaient pas perdues. Elles descendirent vers le sol et Eileen freina histoire de ne pas se ramasser.
Parcourant le peu de chemin jusqu’à la porte de la maison derrière Kimeria, elle suivit ses indications et entra dans la maison apparemment ouverte. Ses parents devaient donc être à la maison. Elle ne saurait dire si c’était une bonne chose ou non.


« Je reviens, j'en ai pas pour longtemps. »

Puis la Poufsouffle repartit autre part et Eileen resta dans l’entrée, du bon côté cependant pour éviter d’être plus trempée qu’elle ne l’était déjà, pour peu que ce soit possible.
Quand elle revint elle lui lâcha une remarque qui se voulait drôle.


« Ça va, pas trop mouillée ? »

Souriant un peu elle haussa les épaules avant de lui répondre.

« Pas plus que toi ! »

Elle laissa ensuite ses bottes boueuses à côté de celles de Kimeria et lui fila sa veste qu’elle accrocha sur le porte-manteau. Bien, elle le ferait la prochaine fois. Elle la suivit ensuite jusque dans le salon, il faisait vieillot mais elle était toujours fascinée par les tableaux des différents nids.

« Ça a été ? Tu as trouvé ça comment ? »

Décidemment, vu le nombre de questions qu’elle lui posait elle devait vraiment être en forme, alors qu’à Poudlard elle était tout le temps effacée, intervenant rarement. Quelque part elle aimait bien cette nouvelle Kimeria, enfin ce côté de sa personnalité plutôt. Elle était plus agréable à côtoyer. Elle eut un sourire pour rassurer son amie.

« J’ai bien aimé. Enfin sauf la partie avec la pluie tout ça, on n’y voit vraiment rien et je n’ai pas l’habitude de voler dans de telles conditions. Mais le reste était cool. »

Elle espérait que ça lui irait, elle n’avait pas tellement réfléchi à sa réponse pour une fois, elle avait juste balancé ce qu’elle pensait. Elle avait vraiment apprécié même si elle avait passé la majeure partie du temps à craindre pour sa vie.

Puis une femme s’approcha des adolescentes. Elle était belle et avait des cheveux très clairs aussi, elle avait l’air chaleureuse, ni plus ni moins ce qu’Eileen avait imaginé, sauf qu’elle l’avait plutôt vue avec les cheveux longs.


« - Vous êtes rentrées ? Tu es toute mouillée ma puce ...
- Maman ! »

Typique. Eileen se fichait pas mal que la mère de Kimeria soit ultra proche d’elle. Au contraire, ça la changeait, elle découvrait une autre manière de voir la famille.
Mais elle eut aussi droit à ses quelques minutes d’attention et la femme lui adressa un sourire, son expression faciale montrait tout ce qu’elle pensait, ou alors elle était très douée pour faire semblant mais Eileen ne voyait pas trop pourquoi elle ferait semblant maintenant. Lui rendant son sourire, la Serpentard jeta un œil rapide à ses pieds et la tâche d’eau qui grossissait rapidement. Elle n’aimait pas tellement salir la maison des MacFusty, aussi moche qu’elle soit, c’était une question de politesse.
Mais elle n’eut pas le temps de penser plus longtemps.


« Tu dois être Eileen, enchantée, Kimeria nous a beaucoup parlé de toi. »

Kimeria grogna à nouveau et cette fois-ci le sourire d’Eileen fut des plus vrais, elle remarquait qu’elle réussissait plutôt bien dans sa petite entreprise et ça la ravissait.

« En effet. Heureuse de vous rencontrer Madame MacFusty. »

Elle ne perdait pas le nord et ne paraissait pas ébranlée par le fait que la mère de son amie s’intéresse un peu à elle, bien au contraire. Elle avait l’habitude de répondre à des sollicitations diverses en société et aimait même plutôt ça, elle jouait donc le jeu sans trop de problèmes, enchaînant sourires et salutations aimables, comme elle se devait le faire en tant que petite sang-pur bien élevée.

« Vous voulez manger un morceau ? J'ai fait quelques cookies. »

La faim, Eileen n’avait pas tellement considéré ce paramètre avant que la mère de Kimeria ne l’amène. Elle ne refuserait pas un cookie mais elle ne se sentait pas très à l’aise dans ses habits trempés et plus la tâche d’eau grossissait plus elle voulait s’éloigner pour arrêter de ruiner leur tapis.

« C'est comme tu veux ... »

Bien. Comme elle avait la décision finale entre les mains elle décida que personne ne pourrait lui en vouloir d’être polie.

« Avec plaisir. J’aimerais juste monter me changer rapidement pour arrêter de tremper votre intérieur et éviter de ruiner plus de choses encore avec toute cette eau. Je m’en veux déjà pour votre tapis. Si vous me le permettez bien évidemment. »

Le tout assorti d'un sourire qui va bien. Résultat d’une vie à toujours demander la permission. Chez elle, elle ne bougeait jamais le petit doigt sans demander à sa mère si elle pouvait ou pas, c’était comme ça qu’elle avait été élevée, elle s’assurait donc de ne pas gêner la mère MacFusty lorsqu’elle disait vouloir se changer d’abord.
Elle aurait pu simplement se servir de ce sort qu’elle utilisait pour se sécher les cheveux rapidement mais elle voulait changer de tenue et récupérer sa robe de sorcière, elle se sentait largement plus elle-même là-dedans qu’avec cette ensemble certes très pratique mais bien loin de son style habituel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Jeu 11 Déc - 17:32

Comment pouvait on dire non à un cookie ? Kimeria en raffolait, comme à peu près tous les membres de sa famille. C'était un délice pour les papilles comme pour les yeux, le croquant en bouche et la petite surprise gustative quand on tombe sur une pépite de chocolat, c'était unique. Un cookie, ça vous change la vie, ça rend de suite un moment plus agréable, et puis ça prend pas longtemps à manger, mais le goût reste bien dans la bouche, si dieu devait avoir une forme culinaire, ça serait très certainement un gigantesque cookie.
Qu'importait, pour l'instant il y avait seulement les deux jeunes filles, trempées, en train de ruiner un tapis, et des cookies qui leur tendaient les bras. Viens petit cookie, petit petit petit ! Cookie ! Viens par ici !

« Avec plaisir. J’aimerais juste monter me changer rapidement pour arrêter de tremper votre intérieur et éviter de ruiner plus de choses encore avec toute cette eau. Je m’en veux déjà pour votre tapis. Si vous me le permettez bien évidemment. »

Ah, bah ça sera pas pour tout de suite. Haussant les épaules, Kimeria afficha un sourire, Eileen semblait bien s'intégrer, mieux, elle faisait vraiment tout paraître agréable, un peu trop d'ailleurs, mais elle était comme ça, toujours très respectueuse, très polie, ça changeait de la jeunesse actuelle.
Ce fut la mère MacFusty qui répondit en premier, toujours avec le sourire alors qu'elle ôtait ses gants de cuisine, continuant de regarder Eileen avec une bienveillance certaine.

« Oui évidemment, tu es ici chez toi Eileen.»

Et ça, ça ne pouvait que lui faire du bien, du moins c'était ce que Kimeria en pensait. Ça ne la dérangeait pas que son amie soit vraiment bien intégrée à la famille, bien au contraire, c'était comme l'accepter, sans même vraiment la connaître, même si le plus jeune membre avait déjà un peu parlé d'elle, en bien évidemment, qui pouvait imaginer une seconde que Kimeria soit mauvaise langue ?
Relevant, que son amie s'inquiétait pour la survie du tapis, la gamine haussa les épaules avant d'ajouter naturellement et sans gêne :

« De toute façon il est moche ce tapis ...»

Elle n'avait pas vraiment dit ça dans le but de gêner son amie, c'était plus un moyen très maladroit de lui dire qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Mais sa mère la poussa légèrement pour lui indiquer qu'il n'était pas vraiment d'usage de parler ainsi, mais Kimeria releva la tête pour voir sa mère et conclure avec une franchise candide et naturelle.

« Quoi c'est vrai ...»

Se retournant vers Eileen, elle la regarda et ajouta avec un sourire amical, signe qu'elle pouvait y aller.

« M'attends pas, je vais ruiner encore un peu le tapis. »

C'était typiquement le genre de blagues qu'elle ne faisait pas à Poudlard, ça changeait vraiment de la voir ici, elle était plus vivante, plus heureuse, et cela se ressentait, elle se laissait aller à l'humour. Comme quoi, il suffisait de peu pour que la gamine soit pleinement épanouie, il fallait qu'elle soit chez elle. Oh certes, elle n'avait pas grand chose d'un adulte, elle avait toujours un comportement enfantin, caché à Poudlard sous une montagne de timidité, mais voilà, elle était heureuse ici, elle n'en demandait ni plus, ni moins.
De toute façon, son amie connaissait le chemin, elle était intelligente, elle devait s'en souvenir, au pire, la gamine la croiserait en haut si elle était perdue. Eileen partie, Kimeria se faufila dans la cuisine, échappant à sa mère pour chiper un cookie sur la plaque avant de repartir en courant dans le salon pour remonter, profitant de son gain dûment subtilisé.
Elle prit les escaliers et monta dans sa chambre avant de se changer rapidement. Exit les fringues trempées, elle attrapa un pantalon, un t-shirt et un pull qui traînaient là, sans prendre le soin de se sécher les cheveux, elle enfila sa nouvelle tenue avant de redescendre dans la cuisine, se posant là pour discuter avec sa mère qui faisait la vaisselle. Il n'était pas rare que cela se produise dans la famille, Kimeria discutait souvent comme ça avec sa mère, c'était un moyen d'échanger, elle ne se voyait pas arrêter de le faire, c'était un peu comme une amie, mais en différent, les délires n'étaient pas les mêmes, la relation non plus, c'était juste différent.
Profitant d'un deuxième cookie, la gamine se posa sur une chaise à coté de la table et du plat contenant les précieuses denrées divines.

« Vous avez été où ?»

Parlant la bouche pleine, ne se souciant pas un instant de la politesse, sa fille lui répondit normalement, comme tous les jours.

« Je l'ai emmené à la bordure, tu sais vers le nid à coté du poste de battue.

_ Et la mère était là ?

_ Au début oui, mais on est arrivées vers l'heure de la chasse, donc elle est partie après. »

La conversation continuait, au rythme du bruit de l'eau sur les ustensiles de cuisine.

« Papa dit qu'elle ne pourra pas garder tous ses petits, surtout pas où est situé le nid … »

_ Pourquoi, ils sont combien ?

_ Cinq ou six, je vois pas pourquoi il dit ça.

_ Le terrain de chasse est loin de son nid, et quand l'hiver va arriver, elle aura du mal à récupérer de quoi se nourrir en plus d'eux.

_ On pourra en garder un ou deux ici et ...

_ C'est non. Tu sais très bien ce qu'on en pense.

_ Mais maman ! Le ministère s'en fout depuis la levée du secret magique, pourquoi on pourrait pas ...

_ C'est non Kimmy. »

Baissant les yeux, la gamine sembla déçue, elle ne tenait pas à ce que les petits meurent bêtement comme ça, d'autant plus qu'elle était certaine de pouvoir les sauver, mais ses parents ne partageaient pas sa dévotion pour la cause draconique. À vrai dire, elle n'en parlait beaucoup, tous ses projets, ses envies de pouvoir dresser des dragons et vivre avec eux, tout ça elle n'en parlait pas. Même à sa sœur qui avait plus ou moins un travail de recherche. Aux yeux de tous, Kimeria était une enfant rêveuse qui voulait sauver les dragons, ça s'arrêtait là, ils ne connaissaient pas ses rêves, elle ne voulait pas en parler d'ailleurs, peut être par crainte d'être jugée, ou jusqu'au jour où elle aurait la force de leur prouver que tout était possible à condition d'avoir fourni le travail nécessaire.

« Tu comptes l'emmener où demain ?»

Relevant la tête, la gamine haussa les épaules.

« Je pensais aller au milieu de la réserve et pique-niquer la bas, si y'a du soleil. Je suis sûre qu'on va trouver des trucs intéressants à voir. »

Il arrivait à Kimeria de le faire parfois, prendre un sac à dos, quelques sandwichs, une bouteille d'eau, et un imperméable au cas ou, et hop, c'était parti pour une journée d'expédition dans les Hébrides. Bien sûr, Kimeria passait une grosse partie de son temps vers un dragon en particulier, mais ça, ses parents ne le savaient pas, ou du moins la jeune fille pensait que ses parents ne savaient pas. Elle se voyait les imaginer pensant qu'elle se baladait pour regarder un peu tout, et elle le faisait, au début, jusqu'à la pause du midi, où elle était rarement seule.
Mais cette fois, c'était différent, elle n'était pas seule, donc le programme serait autrement plus compliqué à mettre en place. La petite Poufsouffle n'avait pas encore d'idée précise sur le comment elle gérerait tout ça, elle pensait trouver une idée d'ici ce soir quand elle se coucherait. Elle avait tellement envie de lui montrer Veyperon, mais elle avait peur d'une éventuelle mauvaise réaction de l'un des deux … si ça ne se passait pas bien, elle ne savait pas si elle serait en mesure d'intervenir vraiment et efficacement. Elle devait y réfléchir, elle avait encore le soir et la nuit pour ça.

Attendant le retour d'Eileen pour attaquer son troisième cookie, Kimeria réfléchissait au programme du lendemain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Lun 15 Déc - 1:18

Contrairement à ce qu’elle avait imaginé, Eileen n’avait absolument pas eu besoin de faire des masses d’efforts pour s’intégrer, au moins avec la mère de Kimeria. Bien sûr elle était ultra-polie probablement trop mais elle faisait ça de manière relativement naturelle, elle ne faisait qu’obéir à ce à quoi on l’avait toujours habituée après tout. Et puis elle voulait faire bonne impression, c’était par ailleurs la seule chose qui occupait son esprit maintenant, que la famille toute entière de Kimeria l’apprécie. Elle se sentirait étrangement satisfaite d’avoir su se faire accepter par une famille entière alors qu’au fond elle ne correspondait pas du tout à la description que Kimeria avait dû faire d’elle, elle en était certaine. Voilà pourquoi elle se montrait parfaite, parce qu’elle l’avait toujours fait, partout, tout le temps, et qu’elle voulait juste se faire accepter.
Quelque part, ça allait encore plus loin que le simple fait d’être accepté par la famille de celle qu’elle manipulait pour éloigner absolument tous soupçons. Elle voulait être acceptée quelque part, sentir qu’on ne la rejette pas, qu’on l’aime et qu’on reconnaisse tous ces efforts qu’elle déployait sans arrêt, chaque secondes de sa vie, comme servant vraiment à quelque chose. Elle avait besoin qu’on l’apprécie à ce qu’elle estimait être sa juste valeur.
Elle avait transféré ce besoin de reconnaissance qu’elle éprouvait vis-à-vis de ses parents sur la famille de Kimeria sans même s’en rendre compte. C’était un premier pas comme un autre, il fallait juste espérer que personne ne vienne gâcher ce moment de joie et d’acceptation. Pour une fois elle ferait presque partie d’une famille, ce serait plus qu’elle n’avait jamais eu, elle s’en rendrait bien vite compte.

Mais puisqu’elle avait la bénédiction de la mère de famille, elle ne se fit pas prier pour grimper les escaliers jusqu’à sa chambre.
Enfin après avoir entendu la petite remarque de Kimeria sur le tapis qu’elle ignora, ce n’était pas son tapis après tout, elle essayait juste d’être sympathique, elle non plus n’aimait pas cette horreur en dessous de ses pieds mais elle le gardait pour elle, au moins devant les parents MacFusty. Et puisque la Poufsouffle ne voulait pas grimper tout de suite, elle fit simplement un sourire aux deux blondes et se sauva rapidement à l’étage.
Arrivée dans sa chambre elle s’assit sur son lit et se regarda un peu dans le miroir. Vrai qu’elle ne ressemblait à rien comme ça. Tellement qu’elle en prenait peur. Heureusement qu’elle avait demandé à remonter pour arranger tout ça. Histoire de leur montrer ce qu’elle était tous les jours, pas cette espèce de chose trempée, boueuse et moche.

Et puisqu'elle n’avait pas envie de redescendre tout de suite, elle lut d’abord quelques pages du Sorcière Hebdo qu’elle avait posé sur la table. Elle se décida à la reposer quand elle entendit Kimeria monter les escaliers pour aller se changer elle aussi.

Ouvrant son placard d’un grand geste, elle choisit la robe qu’elle estimait être la plus adaptée à la situation. Pas celle qu’elle avait mise en arrivant, grand Dieu non, elle avait encore un peu de respect pour elle-même. Si elle aurait bien aimé se laver avant de descendre elle y renonça car elle ne devait pas trop traîner et elle avait déjà reçu sa dose d’eau pour le moment.
Sa robe de sorcière rose très claire ne faisait pas aussi sophistiquée que celle qu’elle avait mise pour venir mais c’était très bien pour l’endroit où elle était et ce qu’elle prévoyait de faire, mais hors de question d’enfiler de vulgaires habits moldus et sans caractère, elle était définitivement passée à autre chose.
Elle sécha ses cheveux avec un sort qu’une de ses camarades de dortoir lui avait appris, elle l’utilisait à chaque fois qu’elle se lavait les cheveux maintenant, c’était tellement pratique …

Quand elle fut prête, elle prêta encore une grande attention à son reflet dans le miroir. C’était à se demander si un jour elle arriverait à s’intéresser autant à quelqu’un d’autre qu’elle ne s’intéressait à cette projection de son apparence physique. Il y avait bien sa cousine mais elle ne passait pas son temps à la regarder, elle l’appréciait pour ce qu’elle possédait à l’intérieur, pas pour son apparence physique. Même si on ne pouvait pas objectivement dire que Tiéphaine Anderson était laide, loin de là même, elle ne se mettait probablement pas assez en valeur mais elle n’était pas laide, elle était même plutôt jolie.
Kimeria aussi était jolie, mignonne, elle avait cette douceur enfantine qui lui donnait un charme certain. Si elle avait pu être plus sûre d’elle beaucoup de choses auraient été différentes, mais Eileen ne s’en plaignait pas, si Kimeria avait été plus sûre d’elle, la Serpentard ne serait clairement pas ici aujourd’hui.

Cessant de perdre du temps, elle arrangea une dernière fois sa robe, se contrôla une dernière fois dans le miroir et sortit de sa chambre. Quand elle fut arrivée sur le palier, juste en haut des escaliers elle marqua un temps d’arrêt, Kimeria discutait avec sa mère.


« - Papa dit qu'elle ne pourra pas garder tous ses petits, surtout pas où est situé le nid …

- Pourquoi, ils sont combien ?

- Cinq ou six, je vois pas pourquoi il dit ça. »

Elle voulut descendre à ce moment-là, se disant qu’elle n’interrompait pas grand-chose mais avant qu’elle ne puisse faire un pas la conversation continua sur un ton un peu moins gentillet.

« - Le terrain de chasse est loin de son nid, et quand l'hiver va arriver, elle aura du mal à récupérer de quoi se nourrir en plus d'eux.

- On pourra en garder un ou deux ici et ...

- C'est non. Tu sais très bien ce qu'on en pense. »

À ce moment elle continua à écouter du haut des escaliers, pas tellement par curiosité maladive mais plutôt pour savoir quand elle pourrait descendre sans les déranger, elle ne voulait surtout pas arriver comme un cheveu sur la soupe.
Mais elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle comprenait la mère de Kimeria. Des dragons. Dans une maison. Brr. Elle en frissonnait rien qu’à l’imaginer, elle avait déjà assez peur que l’un deux décide de cracher ses flammes sur la maison, s’il y en avait encore en plus qui vivaient à l’intérieur où juste à côté elle aurait sans doute fait une crise cardiaque depuis longtemps. Elle ne savait pas tellement pourquoi les parents de Kimeria ne voulaient pas qu’elle ait de dragons par là mais elle avait déjà répondu à ce pourquoi elle lui dirait clairement non. Cette gamine était vraiment différente.


« - Mais maman ! Le ministère s'en fout depuis la levée du secret magique, pourquoi on pourrait pas ...

- C'est non Kimmy. »

Au moins ça avait été le mérite d’être clair. Attendant un peu pour voir si la situation retombait, elle s’appuya contre le mur.

« Tu comptes l'emmener où demain ?»

Hmm. En effet, la mère avait totalement changé de sujet, comme pour signifier que la conversation était terminée.

« Je pensais aller au milieu de la réserve et pique-niquer la bas, si y'a du soleil. Je suis sûre qu'on va trouver des trucs intéressants à voir. »

Pendant la réponse de Kimeria, Eileen descendit tranquillement les escaliers, un sourire aux lèvres comme si elle venait juste d’arriver. Elle ajouta simplement une phrase elle-même.

« Oh, un pique-nique. C’est agréable comme idée. »

Plus un sourire. Encore. Elle avança ensuite pour aller s’asseoir en face de Kimeria et attrapa un cookie au même moment. Avec un sourire de satisfaction elle mordit une première fois dedans, avala et se tourna vers la mère.

« C’est absolument délicieux Mme MacFusty. »

Vrai, elle en aurait bien mangé toute la journée. Mais elle se contenta de terminer relativement doucement celui qu’elle avait en main. Elle n’en reprit pas. Pas tout de suite en tout cas, elle n’aimait pas se jeter sur la nourriture et se goinfrer. Elle préféra tourner son regard vers Kimeria des fois qu’elle ait d’autres idées sur ce qu’elles allaient faire demain, après tout ça la concernait directement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 08/03/2014
Parchemins postés : 250



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Kimeria MacFusty Origins


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Mar 16 Déc - 19:23

« Oh, un pique-nique. C’est agréable comme idée. »

Elle revenait enfin, celle que l'on attendait pour un goûter tardif sûrement mérité. C'était à se demander si elle n'avait pas un sixième sens pour arriver au bon moment, elle avait le chic pour le faire, c'était d'ailleurs de là que leur amitié était partie à la base. En tout cas elle semblait plus sèche et autrement plus présentable. Tandis qu'elle s'avançait pour s'asseoir, Kimeria ne la lâchait pas des yeux.
Eileen avait toujours ce petit truc qui attirait l'attention en plus de sa beauté naturelle, elle savait se mettre en valeur, simplement et efficacement, cela fascinait assez son amie qui se demandait bien comment elle pouvait faire. En soi, sa robe rose pâle n'était pas des plus belles, du moins aux yeux de Kimeria, mais portée par Eileen, elle devenait un accessoire qui passait du lambda à autre chose. C'était un tout, on ne pouvait que s'attarder sur un élément de la mise en valeur, on voyait tout, on voyait Eileen et son image durement préparée à toutes les situations. Jusqu'à sa chevelure sèche, comment avait elle fait d'ailleurs – Kimeria l'ignorait totalement, elle avait tout réglé comme du papier à musique, et elle était là, ni en retard, ni en avance, et plus que présentable.
C'était étrange, narcissique et étrange, mais ça lui allait plutôt bien cette façon d'être toujours jolie, même avec une simple robe comme celle de Poudlard, ou encore en uniforme militaire puriste, Eileen arrivait à s'en sortir d'un point de vu esthétique, c'était à se demander si elle n'avait pas un don naturel pour ça.

En revanche, Kimeria ne faisait que peu attention à son apparence, voir même pas du tout. Elle n'était pas négligée, juste qu'elle n'aimait tergiverser quinze ans sur un vêtement. C'était peut être ça un de ses principaux défauts, le fait qu'elle ne fasse pas vraiment attention à elle. À Poudlard, elle n'avait pas vraiment à se soucier de son apparence, et c'était moins flagrant que chez elle, mais elle ne savait pas comment s'habiller pour être belle. Chez elle, elle ne faisait pas attention, fonctionnant au pratique plus qu'à l'esthétique, elle mettait le même genre d'habit, un pull et un jean, ou t-shirt jean, les robes très peu pour elle, ça n'était pas du genre pratique, surtout lorsqu'il fallait partir d'urgence dans la réserve. Elle n'avait jamais compris comment sa sœur parvenait à s'en sortir, à croire que cela faisait partie de la formation du Rccm …
Peu importait vraiment, mais quand on regardait les deux amis, on comprenait vite qu'elles n'étaient pas du même monde. L'aspect était peut être important, mais Kimeria n'avait jamais eu quelqu'un pour la conseiller, pour lui apprendre ce genre de trucs. Peut être sa mère quand elle était gamine et qu'elle lui brossait les cheveux, mais c'était tout. Cela faisait de la miss MacFusty une gamine affreusement banale au premier regard … et cela ne la gênait pas, ne préférant pas attirer l'attention sur elle.
À défaut d'être esthétiquement agréable, elle n'était pas grosse et ne se privait pas de se saisir d'un cookie une fois Eileen prête à se jeter sur le plan elle aussi.

« C’est absolument délicieux Mme MacFusty. »

Le verdict était tombé, comment pouvait il en être autrement ? C'était quelque chose que Kimmy appréciait vraiment, rentrer de la réserve et avoir un petit truc à grignoter, c'était agréable et ce genre de petite attention était des plus appréciables. Ça n'était pas toujours des cookies, parfois il y avait des muffins, des crêpes ou même des gaufres. En tout cas, il y avait une constance avec ce genre de petites gâteries …

« Merci Eileen. En tout cas, je suis sûre qu'il n'en restera pas une miette … »

Elle reporta son regard sur Kimeria, prise la main dans le sac, les pieds dans le plat … ou plutôt la main dans le plat et les pieds dans le sac ? Bref, la gamine avait déjà essayé d'attraper une autre victime gourmande. Démasquée alors qu'elle pensait passer inaperçue, elle haussa les épaules, gardant sa proie dûment gagnée selon elle.
Après tout, ils étaient faits pour être mangés non ? Et bien que leur funeste destin s'accomplisse, il n'en restera aucun à la fin de cette bataille finale. Au diable les bonnes manières, la gourmandise était un vice qui se devait d'être assouvi ! Oui ! Parfaitement, la gourmandise ou ce saint péché qui vous oblige à vous délecter sadiquement de la croquante pépite de chocolat. Ce moment de sensation unique quand le biscuit se fend sous votre dent, libérant un arôme que vos papilles apprécient grandement. Ce petit goût léger qui subsiste à la fin de la dégustation, laissant traîner une 'vague' envie d'en reprendre encore un … oui juste un dernier, ça ne peut pas faire de mal un dernier, n'est ce pas ? Un cookie, n'a jamais tué quelqu'un, ou alors ça n'est pas écrit dans les bouquins d'histoire de la magie, ça non. Sauf que ce 'dernier' cookie, bah c'était rarement le dernier en fait …

Profitant de ce petit silence gustatif, la mère MacFusty en profitant pour complimenter Eileen sur sa tenue.

« Tu as une très jolie robe, Eileen, tu es vraiment jolie avec.»

Le compliment était sincère en plus d'être vrai. Kimeria ne rajouta rien, la bouche pleine d'un vice chocolaté, le reste dans une main, elle hocha positivement la tête pour montrer à son amie qu'elle était entièrement d'accord avec cette remarque.
Elle ne savait pas trop comment cela se passait chez son amie, mais ici, dans la famille MacFusty, on était plutôt cash. Et quand on disait cash, il fallait comprendre ça dans un sens particulier du terme. Lorsqu'on avait quelque chose à dire, on le disait, même si la manière était un peu … disons peu commode. Enfin ça, c'était Valéria et le père de Kimeria, ils avaient tous les deux une façon particulièrement directe de dire les choses, cela pouvait parfois froisser, mais au moins c'était dit. En revanche, la mère MacFusty était plus dans le compromis, toujours à essayer d'y mettre les formes, même si elle savait être autoritaire quand il le fallait. Et le frère de Kimeria, lui c'était autre chose, plutôt dans le non-dit, le sous-entendu, le sarcasme et les mièvreries, quelque chose qui n'était pas vraiment apprécié à la maison. Et Kimeria, souvent elle ne disait rien, le reste du temps elle oscillait entre franchise et tact, cela dépendait de la situation. Elle savait que ses paroles pouvaient blesser, mais n'y réfléchissait pas toujours.
En tout cas, le compliment se voulait véridique, et personne ne pouvait dire le contraire, c'était peut être juste surprenant pour Eileen que l'on dise les choses ainsi. Lorsqu'il y avait quelque chose de bien dans la famille MacFusty, on le disait, lorsqu'il y avait quelque chose de mal, aussi ; une sorte de compromis qui rétablissait un équilibre binaire.

Et subtilement, on vit une petite remarque partir. Comme ça. Pouf.

« Ce n'est pas souvent qu'on voit Kimeria dans ce genre de tenue ...»

Cette dernière soupira, elle ne voulait pas parler de ça. Non vraiment, elle trouvait ça embarrassant pour son amie, elle ne voulait pas l'impliquer dans ce genre de débat stérile, peut être par peur qu'elle se range du coté de sa mère d'ailleurs.
Elle ne dit rien le temps de trouver un sujet qui lui permettrait de servir de parade à ce thème glissant. Après un moment, pas si long que ça, elle trouva son bonheur. Intervention divine.

« Sinon, demain on va aller dans le cœur de la réserve, si tu veux. Tu verras c'est super grand, et je te montrerai mes coins à moi. Tu vas voir plein de trucs supers, ça va être génial !»

Du moins si le temps le permettait et il y avait intérêt. Kimeria souhaitait montrer l'étendue du travail de sa famille. Dit comme ça, gardien pour dragons, on avait l'impression qu'il s'agissait de rester planter au pied du nid et d'attendre, voir de rabattre la bête lorsqu'elle s'éloignait trop, mais le travail était autrement plus compliqué. Petit calcul pour le démontrer.
Un Noir des Hébrides adulte a besoin d'un territoire environ deux cent cinquante kilomètres carrés pour y vivre paisiblement et en toute tranquillité dans de bonnes conditions, sans compter les nids. Sachant que les Hébrides ont une surperficie approximative de sept-milles trois cents kilomètres carrés, réparties en plus de cent cinquante îles et terrains divers. Combien de dragons seuls peut on caser là dedans ? Pour les plus flemmards d'entre vous, la réponse est une trentaine.
Discutez le résultat sachant que le noir des Hébrides est un dragon plutôt agressif qui a légèrement tendance à sortir de sa zone de confort en plus de défendre férocement son territoire et qu'il se nourrit de viande, issue de sa chasse voir de sa cueillette parmi les troupeaux des paysans moldus.
Mais ça, si Eileen ne le savait pas, elle aurait tout le plaisir de recevoir ce petit cours de la part de son amie le lendemain dans la réserve, et elle constaterait à quel point le travail que cette dernière envisage nécessite une réelle passion en plus d'être chronophage à en mourir.

Peut être que son amie avait des questions ? Ou des suggestions ? Elle ne connaissait pas l'endroit et se référait uniquement à Kimeria, et cela ne devait guère être rassurant tant elle n'avait jamais vu cette amie forte ou même plus que compétente en classe. Oui, ça devait être effrayant de se dire que si un dragon décidait qu'elles étaient de trop, il y aurait probablement de la casse, ou alors il fallait beaucoup de chance, pourtant c'était un loisir de Kimeria, et elle était toujours là, en vie et intact. Mais à deux, fuir était plus difficile, et Eileen ne devait pas avoir l'habitude ou ce genre de réflexes. La Poufsouffle ne se rendait pas compte, mais elle prenait beaucoup de responsabilités avec son amie, elle ne ressentait pas le poids de ces dernières sur ses épaules, probablement parce que son esprit enfantin ne réalisait pas. Mais qui réalisait parmi les MacFusty ? Peut être la mère qui n'avait pas toujours vécu ici, mais pour les autres, ils avaient tous grandi dans cet environnement particulier et incroyablement hostile.

Il n'y avait pas à s'inquiéter de toute manière, pourquoi y aurait il un problème ? Non, il n'allait pas y en avoir, il n'y en avait jamais eu de toute évidence ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 12/03/2014
Parchemins postés : 574



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Eileen A. Anderson


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen] Ven 9 Jan - 21:46

Si pour Eileen, être plus que présentable et même agréable à regarder dans son entièreté elle comprenait peu à peu que ce qui lui était acquis à elle et à sa famille (elle ne se voyait pas descendre pour un repas habillée comme une souillon ou de manière modeste et ses parents non plus ne s’attendraient pas à la voir descendre habillée comme ça) ne l’était pas pour toutes les familles, particulièrement les familles sang-mêlés et dans ces familles ceux qui n’avaient pas tant d’argent qu’ils ne voyaient pas le bout de leur fortune. Elle commençait à le comprendre. Ou en tout cas elle en avait un petit aperçu avec Kimeria qui lui offrait toujours une tête mémorable en la voyant arriver, elle devait dire que ça faisait longtemps que personne ne lui avait offert ce genre de regard sur un rythme aussi rapproché et ça lui faisait plaisir évidemment, toute narcissique qu’elle était, elle jubilait en voyant concrètement la finalité de tous ces efforts pour paraître meilleure qu’elle ne l’était. L’admiration et l’amour étaient des sentiments qu’elle voulait bien provoquer chez les autres, elle n’appréciait pas tellement qu’on la haïsse ou qu’on la craigne de toute manière, elle n’avait jamais voulu s’imposer comme figure de terreur, elle laissait ça au Seigneur des Ténèbres et à ses mangemorts si ça les amusait. Elle était relativement gentille en surface la plupart du temps et contrairement à ce qu’elle s’imaginait, elle n’était pas non plus tout le temps en train de comploter contre ses camarades, même si tous ses moindres mouvements étaient réfléchis. Bien sûr elle ne niait pas le fait qu’elle se laissait vite aller à ses tentatives de manipulation, plus ou moins fructueuses selon la personne se trouvant en face d’elle. Là en l’occurrence ça fonctionnait plutôt bien, enfin il fallait espérer que ça continue comme ça pour le dîner, puisque ce serait déjà un tout autre challenge, si elle voulait réussir à passer tranquillement elle devrait peut-être mettre un peu plus encore de vérité dans son discours.
Enfin. Elle essaya de ne pas trop y penser, pour l’instant il fallait déjà qu’elle continue à faire bonne impression auprès de la mère MacFusty.
Elle lui offrit un rapide.


« Merci beaucoup. »

Lorsqu’elle mentionna le fait qu’elle était jolie avec cette robe et imagina quelques instants comment serait-elle si ses parents lui faisaient plus souvent, ou plutôt tout court, ce genre de compliments. C’était ça le problème avec eux, ça coulait tellement de source qu’ils ne prenaient même plus le temps de l’apprécier, tout ce qu’ils savaient faire était remarquer et surtout faire remarquer quand quelque chose n’allait pas dans ce domaine. Usant.
Elle se prenait donc à apprécier un peu plus que ce qu’elle aurait pu imaginer ce séjour, elle était surtout bien mieux ici, au chaud et au sec que dehors devant des dragons terrifiants bien sûr, mais elle se mettait presque à envoyer cette cohésion et cet amour dans le foyer et elle avait hâte, en ce sens, de rencontrer le reste de la famille. Elle ne savait pas qu’elle avait déjà dû croiser le frère MacFusty un jour dans la salle commune ni même qu’elle avait vu Valeria, la sœur de Kimeria, tout à l’heure en arrivant via le réseau de cheminées.
Elle laissa de côté le fait que Kimeria se goinfrait de cookies depuis tout à l’heure et décida, exceptionnellement de se resservir une fois, mais pas plus. Elle croqua donc dans son deuxième – et manifestement dernier – cookie tout en suivant le reste de la conversation.

La petite pique partit sans même qu’Eileen ne la voit venir. Vrai que Kimeria n’avait pas l’air de faire très attention à sa tenue. Ceci dit on ne pouvait pas dire qu’elle était laide et il était vrai qu’avec quelques efforts elle rendrait probablement mieux. Très vite, Eileen se mit à se figurer Kimeria dans une des robes de sorcière qu’elle avait pu amener, choisissant laquelle pourrait le mieux lui aller, avec quelle coiffure, quelles chaussures, quels bijoux, c’était une Kimeria transformée qu’elle avait à l’esprit quand elle baissa son regard et retomba sur la réalité. Ce fut un plus grand choc que ce qu’elle n’imaginait, elle aimerait bien essayer une fois, de lui montrer comment on fait, rien que parce que dans le fond elle n’avait pas choisi de lui faire du mal et que si elle pouvait lui laisser des trucs utiles elle se sentirait peut-être mieux, même s’il fallait reconnaître que la petite blonde ne se soucierait probablement pas de ce moment lui avait gentiment appris à s’habiller quand cette dernière lui planterait un couteau dans le dos. Choisissant de se taire pour continuer à grignoter son cookie, elle ne perdait cependant pas l’idée.


« Sinon, demain on va aller dans le cœur de la réserve, si tu veux. Tu verras c'est super grand, et je te montrerai mes coins à moi. Tu vas voir plein de trucs supers, ça va être génial ! »

Perspective réjouissante donc, tant qu’elle contenait moins de dragons terrifiants. Elle aimait bien se retrouver, libre, dans la nature, juste moins d’être entourée de bêtes sauvages.
Pour une fois elle n’essayait même pas d’imaginer les dangers, elle se doutait bien qu’en cas de problèmes elles mourraient probablement toutes les deux sur place mais elle essayait vraiment de ne pas y penser. Comme si ça rendait la chose moins réelle.


« J’ai vraiment hâte de voir tout ce que tu as à me montrer demain Kimeria ! »

Un intérêt feint et un sourire de circonstance (même si quelque part elle avait vraiment envie de voir ce que demain leur réserverait), emballé, c’est pesé. Allez hop. Arrête de me parler de dragons maintenant tu veux, ça fait quand même peur ces trucs-là.

« Quand est-ce que je verrai le reste de ta famille ? »

Ce n’était pas tellement poli mais elle tentait de s’adapter pour faire un peu moins coincée et psychorigide. D’habitude elle se serait contentée d’attendre et de voir mais là elle voulait vraiment le savoir et puis si ça permettait de vaguement relancer une conversation elle était tout aussi gagnante.

Elle avait presque envie de repartir sur le sujet précédent, les goûts vestimentaires de Kimeria, mais elle jugeait ça relativement indélicat puisque la demoiselle avait pris soin de ne pas répondre à la provocation de sa mère. Peut-être pourrait-elle essayer de passer en fourbe plus tard, après tout c’était un peu une des spécialités de sa maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen]

Revenir en haut Aller en bas

Les liens sacrés de l'amitié [Pv' Eileen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-