POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Je me crois en enfer, donc j'y suis. || PV A. Bedan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 25/08/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 10/08/2014
Parchemins postés : 252



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Jeremias L. B. Serpens


MessageSujet: Re: Je me crois en enfer, donc j'y suis. || PV A. Bedan Ven 12 Sep - 15:54

La drogue avait ce petit quelque chose de dangereux qui donnait à voir une autre réalité. Au-delà du phénomène même de prendre de la drogue, la plupart de ceux qui le faisaient régulièrement n'avaient qu'une idée en tête: cracher au visage à la réalité qu'ils fuyaient. Que Jeremias s'y retrouve mêlé n'avait donc rien d'étonnant. Mais comme tout paradis artificiel, cela avait un prix ; ceux qui se trouvaient incapables d'accepter le monde tel qu'il était comme base se tuaient à petit feu. Au final, il n'y avait pas d'autre alternative que la mort. Longtemps Jeremias avait pensé que cette mort le sauverait de cette vie de merde, mais la drogue était devenue un médicament tout aussi dangereux que doux. Cela le sauvait quelques heures, avant que l'amère réalité des lendemains ne le rattrape. Il n'était alors pas véritablement beau à voir. Non pas amère, encore moins avec une gueule de bois, mais simplement pressé de recommencer et déchiré de ne pouvoir le faire.
Le plus glauque résidait dans les moyens qu'avaient ces jeunes qui se tuaient doucement. A ceux qui pensaient que la drogue sévissait principalement dans les milieux pauvres, on ne pouvait répondre que désormais, non. Tout au contraire, même. C'était également devenu une richesse, une denrée rare parfois inclue dans les milieux snobs et aristocrates. La drogue avait retrouvé ses origines. Tout était fait une hygiène totale, dans une classe maîtrisée, riche et charismatique. Et pourtant, l'effet était le même. Au-delà des castes sociales, la drogue réunissait tout le monde. Tous vivaient la même chose. Mais ce qu'il y avait de plus terrible, c'était l'argent qui coulait à flot pour quelques minutes d'un ailleurs. Ils ne comptaient plus, quand il s'agissait de se bousiller la santé.

Jeremias but presque tout le verre d'absinthe restant, pendant que l'américain s'affairait à en préparer plusieurs autres. Les cigarettes coulaient, si bien que son paquet acheté le matin même était déjà terminé. Il lançait des regards particulièrement séducteurs - et séduisants, à Vivien, qui n'étaient pas totalement insensible à ses charmes. La gamine, car elle devait avoir le même âge que Bedan, tout au plus, n'était pas vraiment comme les autres Sang-Pures qu'il avait déjà rencontrées, et surtout, avec qui il avait déjà couché. Elle ne semblait pas se préoccuper de demain, comme si ce qui ne l'intéressait pour ce soir n'était que profiter d'un moment autour de la drogue, et de l'alcool.
Car celui-ci c'était invité à la partie. Pressé de se détruire le foie, Platt était allé chercher une majestueuses bouteille de Whisky pur Feu qu'ils descendaient tous à une vitesse impressionnante. L'absinthe coulait à flot, les cigarettes embaumaient la petite pièce, les miroirs donnant l'impression alors qu'ils étaient bien plus que cinq. Platt s'emmerdait, à regarder son ami se rapprocher de Bedan tandis que Serpens ne faisait pas tapisserie à côté de Vivien. Les deux d'ailleurs s'étaient rapprochés, descendant de leur siège et s'allongeant par terre. Le grand brun, couché de tout son long, relevé sur le coude, observait attentivement Vivien assise en tailleur juste à ses côtés. Elle s'était également mise aux cigarettes, tandis que Jeff donnait à chacun un petit verre d'absinthe que Jeremias vida en quelques secondes.

Le tout commençait à lui donner une nausée agréable. Ce qui lui avait donné envie de vomir, au début, s'était transformé en une douce sensation dans son ventre. Ses membres s'allégeaient, sa mâchoire mal rasée devenait plus souple et plus prompt à parler. Et même s'il ne voyait pas les vaisseaux de ses yeux éclater à droite à gauche, il avait l'impression de voir les choses d'un autre oeil.
Tout ce qu'il pouvait rester de soucis s'évaporait en même temps que les cigarettes qu'il fumait. Exit les parents et le frère Serpens, enlevés trop tôt. Exit les pressions sur ses épaules, celui-là même qui était pourtant le chef d'une famille plus que puissante d'Ecosse. Jeremias Serpens quittait ce monde, dans un plaisir plus que délectable, à regarder à la fois Vivien et Ariana qui devenaient de plus en plus belles. Elle était plus vite touchée par les effets de l'absinthe, et il trouvait cela touchant. Elle se laissait quelque peu aller, et il n'était pas peu fier de lui avoir permis ce petit voyage. Y reviendrait-elle? Si oui, le ferait-elle à nouveau.
Vivien posa une main sur la cuisse du jeune-homme. Il n'avait pas entendu la proposition de Jeff. Un joint, oui, pourquoi pas. Drogue douce, préliminaires. Ce n'était que le début. Il était le premier à avoir l'honneur de démarrer ce que l'américain avait bien chargé en drogue. Le tabac ne se sentait que peu. Sa tête semblait s'adoucir à mesure qu'il tirait sur le frêle morceau de mort. Puis il le quitta, trop vite hélas. D'un regard d'enfant, il regarda son jouet aller dans les doigts de tout le monde avant de finir dans ceux de Bedan. Le regard qu'il lui lança avait tout de comique et de risible. Ariana le remarqua. Pauvre petit être. Elle lui donna la fin du joint qu'il s'empressa de fumer conjointement avec Vivien, qui se laissait de plus en plus aller.

« Une femme partage ton lit, ce soir?
Qui sait? Si Bedan n'est pas trop morte et qu'elle ne s'endort pas dans mon lit, sans-doute pas non.
Cool !
Cool? Je dors comme un con tout seul et tu trouves ça cool?
Fais pas le gosse. Je viendrai te border.
Ahah. Vas te faire foutre !
C'est ce que je comptais faire, oui. Mais après t'avoir calmé un peu. »

Il lui fit un sourire à la fois narquois et fier, lui le tout puissant Serpens qui ne quittait pas sa condescendance même avec quelques grammes dans chaque oeil.
Platt dormait déjà. Sa bouteille lui servant d'appui, personne n'osa le réveiller et c'est Vivien qui quitta le groupe pendant quelques secondes pour aller chercher plusieurs bouteilles de vin. Jeremias leva la tête vers une Bedan plus qu'excitée et lui lança d'une voix qu'il pensait discrète: « C'est quoi, déjà, le sort pour éviter que vous soyez en cloque? » Charme le plus total.

Le vin arriva, avec deux personnes assez louches qui, au vu de leur look, n'avaient strictement rien à faire dans une telle soirée.
Jeremias s'occupait à rouler un joint et ne s'en occupa pas. Ils discutèrent rapidement avec Vivien puis disparurent. Cette dernière semblait concentrée, et contente d'être là. Elle se réinstalla, presque assise contre le corps allongé de Serpens.
« Tiens, Bedan, prends du vin » lança-t-il alors qu'il faisait se rejoindre les deux bouts de la feuille de cigarette et que Vivien tendait une bouteille au plus offrant.

Tout tournait de plus en plus vite. Il pensait qu'il pourrait faire n'importe quoi, et que cela n'aurait strictement aucune importance, encore moins une quelconque incidence sur son existence. Le monde perdait sa pression et ses contraintes. Et pour une fois, il avait l'impression d'enfin contrôler la situation, sans se rendre évidemment compte qu'elle lui échappait totalement.
Il avait passé le morceau de joint à quelques autres, alors que Platt se réveillait soudainement et continuait à boire du Whisky en parlant presque tout seul.
Vivien interpella Serpens en lui caressant doucement le torse. Il la regarda, lui qui jusqu'ici échangeait quelques mots sur des choses qu'il avait déjà oubliées avec Jeff. Elle lui montra ce qui ressemblait à une seringue. Le jeune-homme comprit assez rapidement et lui fit un sourire plus qu'approbateur.

« Elle a été nettoyée.
J'espère.
Je suis tout sauf quelqu'un de sale.
On verra ça ! »

Nouveau sourire.
Puis il termina son verre s'absinthe pendant qu'elle laissait entrer délicatement l'aiguille dans l'une des veines du jeune Serpens. Quelques secondes et tout était fait. Il sentit très rapidement une extase totale, et cela n'allait pas le quitter pendant des heures. Cela ressemblait sans-doute à un quasi orgasme qui n'en finissait pas. Ou plutôt, les quelques secondes qui précédent l'orgasme, le moment où on retient de plus en plus pour encore plus profiter de cette sensation exceptionnelle et qui disparaît très rapidement.
Vivien avait passé une autre seringue à Jeff et Ariana, pendant que lui profitait silencieusement et de manière solitaire du moment. Elle plaça une main sous sa chemise, sans qu'il sache pourquoi, et sans-doute n'était pas le seul à ignorer pourquoi elle faisait ça. Elle déboutonna entièrement et s'appliqua à caresser le torse fin de Serpens, tandis qu'il continuait à fumer son joint et à vider son verre de vin.

Et dans un coin de sa tête, le visage apaisé de Maleficus ne le quittait plus. Dans ces uniques moments, toute son envie de vengeance disparaissait. Il haïssait, mais avec une forme de lassitude nonchalante qui le coupait de toute réalité.
La musique continuait sa danse canaille et la jeunesse s'oubliait de plus en plus. C'était magnifique à vivre. Un peu moins à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Je me crois en enfer, donc j'y suis. || PV A. Bedan Ven 26 Sep - 19:13

Ariana avait la hargne. Réellement. Elle l'avait. L'envie de vaincre, de réussir, d'être au sommet d'une société qui l'avait déjà rejetée une fois. Au fond, elle voulait surtout démontrer par ses actions qu'ils avaient eu tort. Trouble obsessionnelle, le début de la folie. Obnubilée par un seul objectif, elle ne percevait pas les nuances de gris parsemant sa triste vie. Pourtant, ce soir, elle chutait. Loin de toute son intégrité, toutes ses valeurs, elle fuyait sa propre personnalité, sa conscience, ses responsabilités. Elle chutait lourdement sans s'en rendre compte, insensible à la douleur, elle était fermement convaincue d'éviter le sol. Difficile à prévoir, pourtant. Qu'en savait-elle ? Probablement rien. Pourtant, elle s'obstinait à croire qu'elle détenait la vérité vraie, même dans cet état d'ébriété avancé.

Elle posait sa nuque contre le cuir froid du canapé. Observant le plafond d'un air amusé, pensif, détendu, naturel somme toute. Elle ne ressentait plus rien, n'était même plus capable d'aligner trois mots, ni deux idées d'ailleurs. L'autre buse dont elle avait oublier le nom était là, il se rapprochait, la charmait, elle riait, s'amusait. Elle le regardait, lui donnant un espoir vain, elle savait qu'elle ne franchirait pas le cap, simplement car il la faisait rire. Elle ne couchait pas avec ceux-là. Et encore moins aujourd'hui. Alors pendant qu'il lui parlait, bave coulant le long de ses grosses lèvres repoussantes, elle lui caressait hautainement le visage, d'un signe de domination assumé et moqueur.
Ne comprenait-il pas ?

Comme la plupart de ceux qui essayaient sans avoir une once de chance avec elle, il était obnubilé. Alors elle l'écoutait sans réellement l'observer, mimant son désintérêt notoire. Qu'en avait-elle à foutre qu'il ait été sur le stade de Quidditch de Barcelone l'an dernier ? Il était sans aucun doute plus bourré, ou défoncé, qu'elle. Et elle en riait. Sans prévenir, elle lui mit un doigt sur la bouche et l'incita à se la fermer définitivement. L'autre ne broncha pas, observant la demande divine.

-Tu sais quoi... Jeff, c'est ça, Jeff. Boucle la. Tu seras tellement plus mignon.

Elle lui adressa un grand sourire attendrissant, avant de se retourner et d'attraper son verre, le remplir d'un geste lent et le vider de nouveau sans culpabilité. Elle voyait flou, mais elle se sentait étrangement bien. Son regard se déporta vers Vivien qui leur amenait des seringues. Ariana ne réfléchissait pas. Elle n'avait aucun respect pour la vie à cet instant précis, et dès lors, demanda à Jeff de la piquer.
La pointe pénétra sa douce peau. Elle lâcha un gémissement lorsque, progressivement, le contenu se déversa dans ses veines. L'échange sanguin dont l'aiguille était l'intermédiaire était d'un tragique sans nom. Elle, le visage même du jeune purisme, sombrait dans la déchéance. C'était presque à en croire que la jeunesse ne croyait plus en rien, plus même en ce qui la faisait vibrer depuis tant d'année. Pourtant, Ariana était une puriste, vivante et féroce. Elle n'avait juste plus envie de suivre un gouvernement qui l'avait trahie. L'obsession ne la quittait jamais.

Délirant sans jamais s'arrêter réellement, elle se leva. Plus loin, Quelqu'un avait mis un vinyle en route. Une musique entraînant s'élançait depuis quelques minutes dans la pièce sans qu'on ne l'ait réellement remarqué. Alors Ariana se leva, et dansa, lentement, en transe. Elle vivait avec elle-même. Elle évoluait dans un milieu dangereux, et elle ne semblait même pas s'en rendre compte. Triste vie.

La soirée continuait, et se terminait, sans même qu'Ariana ne l'ait prévu. Elle sombrait, et lorsqu'elle rejoignit son appartement, elle ne s'en rendait pas compte. Comment était-elle revenue ? Qui sait ? Même Jeremias n'avait pas dû être à même de lui raconter l'histoire de cette déchéance. Il l'entraînait, mais elle le rejoignait avec entrain. Qui était le responsable ? Probablement personne. Ils étaient jeunes et cons. La révérence, un point final.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Je me crois en enfer, donc j'y suis. || PV A. Bedan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-