POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Tabula rasa || James || Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2013
Parchemins postés : 154



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Wayland Witcher


MessageSujet: Tabula rasa || James || Terminé Ven 29 Aoû - 17:22

Entretien avec le ministre de la magie. Wayland avait hésité, très sincèrement, sur la démarche à tenir : écrire avant l'entrevue avec James Eccleston au directeur de la Sécurité Intérieure, John Mulciber, ou après ? Finalement, il s'était décidé pour après, pour la simple et bonne raison qu'il avait plus de chance d'être pris en formation dans la section anti-terroriste s'il exerçait déjà un métier en rapport avec la police au sein du régime que s'il était juste un élève sorti de Poudlard, certes avec des résultats corrects à ses BUSEs, mais un élève tout de même. Il pensait s'en sortir comme ça et espérait que ce serait vraiment le cas, mais ne vendait pas la peau du sombral avant de l'avoir tué. Oh, il y allait en confiance, pas de problèmes. Il ne pensait pas non plus que James Eccleston allait lui faire la peau, lui refuser un emploi, ou se révéler particulièrement acariâtre et mauvaise, le personnage ne laissait pas pressentir à Wayland ce genre de choses. Mais il ne s'agissait pas d'un banal sang mêlé chez qui il aurait pu arriver en terrain conquis, non. C'était également un mangemort, et qu'on le veuille ou non, sang pur ou pas, on ne faisait pas ce qu'on voulait avec ces gens là.

Donc il avait sollicité une entrevue pour être flic. Anaïs se serait probablement foutue de lui. Wayland en aurait presque sourit lui aussi, alors qu'il repensait à ça. Il y avait eu un moment où il était presque un hors la loi et, s'il ne prenait pas de came, aux States, il faisait n'importe quoi. Ils avaient l'habitude de faire la fête debout toute la nuit, de se faufiler dehors et de rechercher le vrai goût de la vie, de boire...c'était une période amusante, et douce. Dangereuse aussi... lorsqu'en volant les voitures de police avec les étudiants plus âgés, les professeurs disaient qu'ils n'en sortiraient pas vivants. Ce n'était pas faux, cela dit. Une partie de lui était morte là bas. Une partie de lui n'était pas revenue. Comme une partie de Way était morte avec ses parents. Mais il était vivant, résolument vivant. Il n'avait pas l'impression des les trahir, même si personne ne se serait attendu à ce qu'il devienne policier. On aurait peut-être même critiqué son choix, comme Ariana l'avait fait : mais elle le laissait faire. Wayland n'était pas un personnage compliqué : il laissait la route se dévider devant lui, se présenter à lui et il la suivait. Malgré, à cause, ou grâce aux obstacles qui se produisaient, il avançait. Son chemin, sa ligne étaient courbes, sans doute, mais jamais il ne s'était arrêté, et il gardait une qualité précieuse entre toutes : l'espoir de vivre. Abandonnez ceux qui s'abandonnent eux mêmes aurait pu être sa devise, et jamais Wayland n'avait toléré de s'arrêter, il avait besoin d'agir. L'indépendance passait par là. Ne rien faire, laisser le monde vous porter, c'était beau, mais il ne pouvait pas...oh oui, le hasard menait la danse, et Way trouvait qu'on sous-estimait beaucoup la part de chance et de destin dans la vie des gens, mais le hasard était à la vie ce que la chance était au destin, c'est à dire tout et pas grand chose à la fois. Il fallait forcer le destin pour réussir dans la vie. Il passait sa vie à forcer le destin, et à faire des choix. Après, le hasard décidait des conséquences, mauvaises ou non...Il faisait ce qu'il voulait, ce qu'il aimait, ce qu'il trouvait juste et logique, et après, il faisait un pari sur la vie. Il jouait. Il pariait juste sur la chance, l'excuse de faute à pas de chance. Il suffisait juste d'un mot d'un geste et hasard s'occuperait du reste. Il avait la folie des grands, peut-être...

Voilà ce que c'était forcer le destin : agir, pour l'initier, et qu'il suive son cours. Voilà sans doute ce que faisait Wayland Witcher en entrant au Ministère de la Magie ce jour là. On lui remit un badge « visiteur » on le controla, et puis on l'expédia au niveau un, au bureau des Hautes Sphères, où un secrétaire aimable lui demanda de patienter un instant avant que le ministre ne le recoive. Il se demanda d'ailleurs pourquoi est-ce que c'était le ministre lui même qui le recevait pour un poste si subalterne. Yaxley devait être indisponible... Pendant qu'il patientait, il étudia sa propre mise – costume gris, sobre.  Wayland se demandait comment tout cela allait se passer, priant pour que James Eccleston ne soit pas du genre à faire des condoléances hypocrites ou à ne pas oser croiser son regard, des fois que le malheur serait contagieux, on ne sait jamais.

On finit par l'introduire dans le bureau de James Eccleston. Curieux, il s'était attendu à le trouver plus grand sans doute : mais il fallait dire que lorsqu'on mesurait un mètre quatre-vingt-onze comme Wayland il n'était pas improbable de dominer son monde. Il serra la main du ministre en le saluant poliment, attendant qu'il l'invite à s'assoir, s'il le voulait.

« Monsieur le Ministre. Je suis venu postuler, on a du vous informer, au sein de la brigade de police du ministère anglais. »


Ce n'était pas la meilleure entrée en matière possible, mais à vrai dire, Wayland ne voyait pas très bien quoi dire d'autre mis à part ce qu'il était venu faire ici, il n'allait pas faire une animation en plus. Puis ce n'était pas dans sa nature. Il allait droit au but, directement, tout simplement, sans jamais rien omettre, poli et courtois, mais franc, toujours. A quoi auraient servi des fioritures de toute façon ?


Dernière édition par Wayland Witcher le Dim 28 Sep - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 31/05/2012
Parchemins postés : 1504



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
James Eccleston


MessageSujet: Re: Tabula rasa || James || Terminé Sam 6 Sep - 19:54

Son agenda ouvert devant lui, James Eccleston, ministre de la Magie d'Angleterre, passait en revue les rendez-vous de la journée. Dans l'ensemble, c'était plutôt calme. Il avait consacré les premières semaines après sa nomination à recevoir tous les cons possibles et imaginables – le délégué du comité national des fabricants de chaudrons, le président du conseil d'administration du parc naturel magique de Cornouaille, la directrice de l'association nationale des Femmes puristes au foyer, enfin tout ce qu'on pouvait trouver de plus tarte dans la société sorcière. Le nouveau Ministre s'était profondément ennuyé lors de ces entrevues, même si, fidèle à sa courtoisie habituelle, il n'en avait rien laissé paraître et s'était appliqué à traiter ses interlocuteurs avec prévenance. Peu à peu, les rendez-vous de ce type s'étaient espacés dans son agenda, et heureusement. Désormais, le Mangemort avait un peu de temps à consacrer à son travail de ministre, et n'était plus seulement là pour faire des ronds-de-jambes à ces « représentants de la société civile » qu'il vomissait de plus en plus. Chacun était venu pleurnicher dans son gilet pour obtenir quelque chose – qui le monopole de la vente de chaudrons à Poudlard, qui une subvention pour son secteur « couture puriste et macramé magique », qui... Il ne savait plus. Tout cela dormait à présent dans des dossiers, bien alignés à droite de son bureau. Il avait l'enviable faculté de pouvoir chasser de son esprit les choses inutiles, comme le monologue du sympathique Théodore Bulltings, représentant du patronat sorcier. Si, par malheur, il devait un jour rencontrer à nouveau ce type, il suffirait de relire les notes prises lors de l'entretien pour se rafraîchir la mémoire. Il savait qu'un esprit méthodique comme le sien était un atout dans son métier, et appréciait cet avantage à sa juste valeur.

Quoi qu'il en soit, son emploi du temps de ce mardi le laissait perplexe. Entre l'entretien avec Yaxley et une rencontre avec Ruth à Buckingham, il y avait écrit : « 11h : M. Witcher ». Mais, malgré son excellente mémoire, il était incapable de se rappeler ce que Mike pouvait bien lui vouloir. Il se tritura le cervelet un moment, puis, agacé, appela son secrétaire, occupé à classer de la paperasse dans la pièce voisine :

-Abraham !
-Monsieur le Ministre ?
-Qu'est-ce que c'est que ce rendez-vous avec Witcher, à onze heures ? Je l'ai vu vendredi et nous n'avions pas prévu de nouvel entretien.
-Avec Mike Witcher 
?

De son pas précipité, Cadwallader contourna le bureau pour venir regarder l'agenda ; lui aussi semblait perplexe, jusqu'à ce que son regard se pose sur la ligne que lui désignait son patron :

-Mais ce n'est pas un M, monsieur le Ministre, c'est un W... Vous avez rendez-vous avec le jeune Witcher, un cousin de M. Witcher... William, je crois. Euh, non, Wallace. Il vient postuler pour entrer dans la police.
-Ah, merci, Abraham. Vous pouvez retourner travailler.

De toute évidence, le prénom trouvé pour Witcher ne satisfaisait pas ; il continua de chercher, les sourcils froncés, en regagnant la pièce où il travaillait, et James l'entendit marmonner tandis qu'il reprenait son classement. On verrait bien, songea le Ministre en ouvrant les dossiers qui l'attendaient.

La matinée fila comme à l'accoutumée, et, à onze heures précises, Cadwallader fit entrer un grand jeune homme. Il eut une intonation curieuse en prononçant le prénom du visiteur, comme pour faire oublier ses hésitations de tantôt :

-Monsieur le Ministre, monsieur Wayland Witcher est là.

James se leva pour accueillir le garçon, et le regretta aussitôt en constatant la différence de taille entre eux. Ils se serrèrent la main – Eccleston apprécia la poignée de main ferme, signe de détermination – tandis que le jeune homme exposait le motif de sa visite.

-Oui, je suis au courant, monsieur Witcher. Asseyez-vous donc, nous serons plus à l'aise pour parler de tout cela.

Lui-même reprit place sur son fauteuil, tira d'un tiroir une feuille de parchemin vierge, puis, la plume prête à écrire, poursuivit :


-Vous désirez donc intégrer la Brigade de Police Magique. Pouvez-vous m'exposer un peu vos motivations pour ce travail, me dire ce que vous en attendez, pourquoi vous pensez être qualifié pour l'exercer ? Ah, et je suppose que vous avez apporté votre relevé de notes d'ASPIC. Mon secrétaire va en faire une copie pendant que nous parlons.

Il récupéra le papier à l'en-tête de Poudlard, et se leva pour le faire passer à Cadwallader sans quitter Witcher du regard. Belle carrure, c'était déjà un avantage pour la police. Beau gosse, ce n'était pas non plus à dédaigner. Il ne ressemblait pas énormément à Mike et James nota dans un coin de sa tête de se renseigner sur la nature exacte de leur parenté. Tous les sang-pur étaient cousins entre eux, restait à voir comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2013
Parchemins postés : 154



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Wayland Witcher


MessageSujet: Re: Tabula rasa || James || Terminé Lun 15 Sep - 11:46

Pourquoi être là ? Bonne question. Il n'était pas dans la nature des Witcher d'être des combattants, et Mike faisait un peu exception dans ce décor d'économistes et de propriétaires terriens, lorsqu'ils n'étaient pas juristes. Wayland aussi, à sa manière, puisqu'il était le second à décider de prendre cette voie militaire...mais sans doute pas pour les mêmes raisons. Il n'avait de toute façon pas beaucoup de points communs avec Mike. S'ils portaient tous les deux le même nom de famille, leur degré de parenté était assez éloigné puisqu'il remontait à un ancêtre mort à la fin du dix-neuvième siècle. Ce n'était pas le même caractère. Mike écrasait et détruisait, Wayland ne savait que construire. Le seul point commun dans leur caractère était sans doute l'ambition, mais une ambition qu'ils n'avaient pas les mêmes moyens de réaliser, et puis sans doute l'orgueil. Quoique là encore, on pouvait discuter de ça. Wayland avait toujours vu son cousin comme un jaloux de premier ordre qui essayait de se convaincre de sa valeur personnelle. Lui qui était-il ? A première vue un petit con rempli d'orgueil, riche et détestable. Façade. Il l'était sans doute, mais il était plein d'une lucidité sévère et désarmante sur le monde et sur lui même. Il réfléchissait, il observait, et il en venait à comprendre le monde d'une certaine manière. Bonne ou mauvaise, il ne savait pas : mais Way était parfois un peu obtus malgré un caractère relativement ouvert. Et il était difficile de lui faire changer d'avis. C'était simple, il était intelligent, il savait prendre du recul. Mais il jugeait que bien peu de gens autour de lui réfléchissaient, ce qui lui donnait donc de droit une supériorité intellectuelle sur le monde, et donc celui de ne pas les écouter. Et parfois, il se trompait uniquement parce qu'il n'avait pas voulu débattre.

Ici, il n'était pas là pour débattre, justement. Pas réellement. Pour s'expliquer sans aucun doute. Les motivations qu'il avait, Wayland Witcher estimait qu'elles ne regardaient que lui, mais fatalement, il était obligé de répondre. Il fallait qu'il fasse des sacrifices, il le savait bien. James Eccleston n'était d'une part pas un ennemi, et d'autre part il n'avait pas réellement le choix. Way avait toujours eu du mal avec l'autorité, quitte à passer pourtant pour un fils modèle assez longtemps, il agissait par lui même. L'indépendance et l'autonomie étaient ses deux credos. Alors oui, aller travailler au ministère était un sacrifice, mais c'était nécessaire, voire même indispensable. La deuxième raison pour laquelle il n'aimait pas expliquer ce qui l'amenait ici, c'était le manque d'envie : un réflexe défensif, en fait. Sans aucun doute. Moins on en savait sur lui moins on pouvait lui faire du mal. Il y avait également une certaine part de timidité, car malgré les apparences, il avait toujours du mal à parler de lui, trouvant ça inconvenant. Mais il essayait, et de toute façon, ici, il n'avait pas vraiment le choix.

D'autant que James Eccleston n'avait réellement pas l'air de lui vouloir du mal. Wayland espérait juste que ça passerait pour ses résultats d'ASPICs, qu'il remit au secrétaire pour qu'il les copie. Il n'était pas très doué en magie noire, quoiqu'il aie obtenu un Acceptable qu'il jugeait honorable puisque c'était la première année qu'il pratiquait cette matière, et sa participation était plus que correcte et honorable en Défense Absolue où son niveau, s'il lui rapellait bien, lui avait valu un Effort Exceptionnel bien mérité. En histoire de la magie, il avait obtenu un Optimal, mais pour un métier de terrain, Way n'était pas sur que cela serve. Cela dit si on revenait à des connaissances plus pratiques, il ne s'en était pas trop mal sorti en métamorphose, à ce qu'il lui semblait. Mieux qu'en potion, mais après tout, là, il ne postulait pas pour un poste de guérisseur...ça l'aurait mortellement ennuyé, déjà qu'il vouait une haine assez exceptionnelle à Hildegarde Madne, qui l'avait humilié en plein cours, il n'allait pas aller travailler dans sa branche.

Il s'assit comme le lui suggérait le ministre. La conviction de Way, à ce moment là, était qu'il ne s'agissait que la première étape sur sa route, et qu'un jour ce serait lui qui serait à la place du mangemort, à recruter des jeunes. Un jour, il serait arrivé au sommet. Sans doute n'aurait-il pas fait ce qu'il voulait et il n'aurait sans doute pas tout à fait la vie dont il aurait rêvé, ce serait encore une fois l'agonie de la lumière, comme il l'avait lu dans un magazine, mais il aurait eu le pouvoir et il les aurait brisé. Le pouvoir devait avoir un but pratique. C'en était un.

En attendant, il fallait bien qu'il s'explique. Il essaya d'être clair et concis, pour ne pas paraître confus ni vexer Eccleston, puisqu'il n'entendait pas rester à vie au Ministère.

« Eh bien, comme vous le savez peut-être, mes parents sont décédés à Glasgow. Ils se sont battus pour le purisme, et j'aimerais suivre leur exemple. Non par idée de vengeance, la colère ne mène à rien de bon sinon à l'échec. Je crois réellement que le purisme a fait beaucoup pour moi, l'Etat aussi, et je trouve ça juste de les payer en retour. Ce serait, une forme de rétribution, je pense, de lutter contre les ennemis du peuple – nos ennemis. »
Il marqua une pause un peu méditative : « Je crois qu'à terme, pour être honnête, j'aimerais travailler à la Sécurité Intérieure. Je sais que pour l'instant je n'ai pas le niveau, mais je voudrais commencer à servir maintenant : ainsi, quand je l'aurais, je pourrais intégrer ce département. Grâce à ce travail au ministère. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 37
Arrivé sur Poudnoir : 31/05/2012
Parchemins postés : 1504



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
James Eccleston


MessageSujet: Re: Tabula rasa || James || Terminé Ven 26 Sep - 13:59

Quelles sont vos motivations pour travailler au Ministère ? Depuis son entrée en fonction, James avait déjà posé cette question un bon nombre de fois. Les réponses se ressemblaient toutes et, pour être honnête, lui-même aurait pu dire la même chose : apporter sa contribution à l'édification de l'Etat puriste, servir la Magie, être utile à la nation après avoir tant reçu d'elle. La réponse en elle-même n'avait pas vraiment d'intérêt : personne n'allait prendre le risque de dire qu'il postulait au Ministère par hasard, pour nourrir sa famille ou parce que la cantine y était excellente. Il fallait un peu d'idéologie pour ambitionner d'entrer au Ministère, et c'était la raison pour laquelle Eccleston tenait à rencontrer personnellement chaque candidat à certains postes. Pour entendre leurs arguments, juger lui-même de leur sincérité, voir s'il y avait quelque chose dans leur regard alors qu'ils étaient invités à s'expliquer. Il ne voulait pas d'imbéciles tout juste bons à ânonner un discours soigneusement appris à l'avance. Il avait besoin d'hommes et de femmes de conviction, capables de lui prouver leur sincérité.

Il ne quittait pas Wayland Witcher du regard, cherchant à percevoir les véritables pensées du jeune homme. Le Ministre ne savait rien, ou presque, de ce garçon. Le peu d'informations qu'il avait l'incitait à la bienveillance : fils de héros du purisme, orphelin depuis peu, petit ami d'Ariana Bedan. Élève sans histoire à Poudlard l'année précédente, après avoir fréquenté diverses écoles étrangères. Autant dire un élément potentiellement intéressant, tant par sa position dans la bonne société sorcière que par sa connaissance de l'étranger.

Wayland Witcher semblait convaincu, un bon point pour lui. Il parlait avec aisance, prenait son temps pour réfléchir, s'expliquait clairement. Tandis qu'il répondait, scrupuleusement, aux questions du Ministre, Abraham Cadwallader entra en silence, déposa sur le bureau d'Eccleston les documents qu'il avait copiés, et ressortit sans mot dire. James prit le relevé de notes du garçon pour le consulter tout en l'écoutant. Des notes correctes, pas vraiment exceptionnelles – sauf en histoire de la magie, ce qui n'avait aucune utilité pour un poste dans la police.

Il y eut un bref silence après les explications du jeune Witcher, puis le Ministre reprit :

-Je vois ici que vous avez obtenu des notes assez moyennes en Magie noire... En Défense absolue, c'est très correct, en revanche. Et en potions...

Le Ministre fit la moue avant de poursuivre :

-Je ne vais pas y aller par quatre chemins, monsieur Witcher. Votre candidature est intéressante, mais ces notes me gênent un peu. Ne partez pas, précisa-t-il en souriant, je ne suis pas en train de dire que je vous refuse le poste. Accordez-moi un instant, je vous prie.

Il se leva, pour ouvrir la porte de communication entre son bureau et celui de son secrétaire. Les deux hommes échangèrent quelques paroles que Witcher ne put saisir, puis le Ministre reprit sa place en annonçant :

-Nous devrions pouvoir faire affaire. Vous dites vouloir entrer à l'Intendance, vous n'êtes pas le premier à me faire part de cette ambition. Le Ministère est souvent vu comme une sorte de préparation à une carrière dans les services de l'Intendance. Je regrette de ne pas pouvoir garder mes meilleurs éléments, mais que voulez-vous ? C'est ainsi. J'ai donc veillé à ce que le Ministère de la Magie dispose du meilleur système de formation possible, de manière à former des agents efficaces. N'allez pas vous imaginer que vous avez fait un choix par défaut en venant ici. Je puis vous assurer que notre formation destinée aux agents débutants est d'excellente qualité.

À nouveau, toujours silencieux, Cadwallader entra, et déposa une brassée de documents sur le bureau du Ministre. Trois dossiers reliés de cuir, et une mince liasse de parchemins.

-Merci, Abraham, fit Eccleston avant de reporter son attention sur son visiteur. Très bien. Voici ce que je peux vous dire aujourd'hui, monsieur Witcher. Votre candidature est retenue. Vous entrez donc dans la Brigade de Police magique. Cependant, vous en conviendrez, certains de vos résultats d'ASPIC sont un peu faibles, et nous ne voulons pas prendre de risque. Vous suivrez donc une formation adaptée au sein du Ministère, à raison d'une journée par semaine, pour vous améliorer dans les domaines qui vous posent problème. Vous allez voir, ce n'est pas du tout la même chose qu'à Poudlard : notre but est de faire de vous un agent efficace et polyvalent. Est-ce que cela vous convient ?

Le garçon risquait de ne pas être enchanté de devoir encore suivre des cours – aucun jeune agent ne l'était, mais ils n'avaient pas lieu de se plaindre de la formation qu'ils recevaient et qui était dispensée par des agents reconnus. Ils étaient sur le terrain quatre journées par semaine, ce qui leur permettait d'assouvir leur besoin d'action, et consolidaient leurs connaissances et leur maîtrise magique le reste du temps.

-Eh bien, si vous souscrivez à ce programme, je vais demander à monsieur Yaxley de vous affecter à une équipe. Vous serez sous les ordres d'un chef d'équipe que vous devez considérer comme un référent. N'hésitez pas à lui faire part de vos questions ou de vos difficultés, il est là pour ça. Avez-vous des questions, agent Witcher, avant de passer dans la pièce voisine pour y récupérer votre badge et quelques autres bricoles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2013
Parchemins postés : 154



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Wayland Witcher


MessageSujet: Re: Tabula rasa || James || Terminé Dim 28 Sep - 18:26

Il n'était pas là pour rester au Ministère. Wayland l'avouait. Il ne manquait pas non plus d'ambition, il l'admettait bien volontiers aussi : mais le pouvoir ne l'intéressait pas en lui même. Il n'était qu'un moyen de ne pas laisser les gens influer sur sa route, sur sa vie, son indépendance. Way aimait son autonomie, il aimait décider par lui même de son chemin : les blessures, les bleus, les bosses, les déceptions que la vie lui réservait il les acceptait. Mais seulement si c'était des conséquences de ce qu'il choisissait lui : responsable, il voulait bien assumer les conséquences de ses actes. Sans aucun souci, Wayland était d'accord. Mais subir ça, subir l'assaut, qu'il ne comprenait pas, d'un type qu'il ne connaissait pas et à qui il n'avait rien fait, il le refusait. Il n'avait rien fait à Ben Mulciber, mais si Limonkov comptait essayer de le détruire, il se défendrait. Jamais il ne s'était laissé faire, par personne. Personnage relativement pacifique dans son ensemble, Way n'était pas quelqu'un de particulièrement haineux. Mais oui, là, il voulait bien l'avouer, dans le fond, il y avait de la colère en lui. Alors bien sur, il ne faisait pas partie de ceux qui agissaient comme ça, d'un coup : il se méfiait de ses émotions et moins de ce qu'il pensait. Malgré tous les raisonnements tordus qu'il pouvait avoir, et malgré le fait que souvent, cela pouvait le conduire à se planter.

Donc voilà. Il était là, et il attendait le bon vouloir du Ministre de la Magie. Peut-être pas le plus impressionnant des mangemorts, mais un mangemort tout de même et par définition, Wayland restait un peu sur la réserve avec lui : la méfiance, c'était ce qui était de mise avec ces gens là. Non, pas le manque de respect, mais une certaine crainte. Il fallait dire que l'expérience qu'il avait avec les deux mangemorts qu'il connaissait le mieux, à savoir Mike, son cousin, et Bellatrix Lestrange, ancienne Inquisitrice de Poudlard, ne portait pas exactement à la confiance. La crainte, oui. Le respect, peut-être. Mais pas le reste. D'autant que son destin dépendait ici de James Eccleston.

Des dossiers meilleurs que le sien, Wayland le savait, il y en avait. Il fallait dire qu'il s'était certes réveillé un peu tard pour choisir sa profession, il était au courant aussi. Il comptait sur sa volonté et son honneteté, car il détestait la flagornerie et l'hypocrisie – et il priait pour que ça soit aussi le cas de James Eccleston – et il ne parlait qu'avec franchise. On lui avait donné ses motivations, il avait donné ses motivations, sans transiger plus.  

Oui, évidemment, les notes. Cette manie de s'intéresser seulement à la magie noire...ça le désespérait. Oui, nul en magie noire, peut-être, mais pas mauvais en sortilège, encore moins en défense absolue, avec des notes correctes en botaniques et en métamorphose – idéal pour dépister des empoisonneurs et se déguiser pour une filature. Encore, la magie noire, d'accord. Il voulait bien que ça soit gênant pour le poste qu'il demandait, sans souci. Mais les potions ? Sérieusement ? Il ne comprenait pas l'utilité. Il se demandait donc si ça allait passer...mais non. Pas réellement.

Il allait se faire refouler, et s'il partait d'ici sans poste, il ne savait pas ce qu'il allait faire. Diriger sa branche familiale était intéressant, mais trop peu pour lui. Et il n'avait pas le courage d'affronter le « je te l'avais bien dit » qui viendrait sans aucun doute à la bouche d'Ariana s'il lui racontait ça. Heureusement, James Eccleston ne semblait pas à tout à fait décidé à le virer. Wayland, un peu condamné à écouter jusqu'au bout, se sentit un peu mieux lorsqu'il lui dit qu'il acceptait de le prendre. Formation ? Il venait justement pour ça, il n'allait pas cracher dessus, après tout.

« Je suis là pour servir, monsieur le Ministre. Si ça vous convient, alors ça me convient. »


Pas flagorneur, mais intelligent. Servir, oui, mais servir qui ? Personne à part le purisme, et peut-être lui même. Et comme il n'avait pas de questions, il salua le ministre :

« Non monsieur, pas de questions. »

Après quoi Eccleston lui signifia que l'entretien était terminé. Ce fut le secrétaire qui lui fit signer divers papiers, dont un certificat d'aptitude physique, avant de lui remettre son badge et de l'expédier obtenir un uniforme au niveau deux, après quoi on lui présenta son chef d'équipe, le chef Carter, comme Wayland découvrit qu'on l'appelait assez rapidement, un bourru, mais pas méchant, et ses missions. La vie, la vraie, commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tabula rasa || James || Terminé

Revenir en haut Aller en bas

Tabula rasa || James || Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-