POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Toute question mérite une réponse [PV Shepp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2013
Parchemins postés : 107



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 13PV
Gauthier Paravell


MessageSujet: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Lun 29 Sep - 12:11

Attention, ce RP va contenir des scènes de violence et de torture. Déconseillé aux sensibles.

La Bergerie était un endroit extrêmement particulier, reculé, éloigné, isolé et extraordinairement surveillé. Hiérarchisée par étage, la demeure était pensée pour qu'on ne puis ni y entrer ni en sortir sans que Paravell et Crow en soit informé. Ainsi, de part le transfert que les agent de Gauthier étaient en train d'opérer, on pouvait affirmer qu'il faisait une entorse au règlement interne en ne prévenant pas directement Lincoln.

Il était présent sur place, ce qui suffisait pour les hommes en faction. Mais dans les faits, Paravell était en train d'employer la bergerie comme si il était le seul à y décider. Mais l'Espion n'était pas fou. Si il se le permettait, c'est parce qu'il savait que Crow approuverait son acte avant même qu'il ne le pose.

L'espion fit installer John Sheppard dans la cellule capitonnée du dernier étage. Il ne pouvait pas s'y blesser volontaire ou s'y suicider si l'envie lui prenait. La chambre était prévue, pensée et adaptée pour que la personne qui s'y trouve enfermée, en dépit de tous ses potentiels efforts d'imagination, ne puisse pas y mourir.

Alors qu'il était attaché sur une chaise mi molle, Sheppard se trouvait au centre de la pièce qui était assez claire car illuminée par magie. Le sol était en pierre mais était modulable en matelas à la demande, tout comme les murs. C'était de la belle et cruelle magie qui opérait là. On dit que ce fut Brom qui donna les instructions aux enchanteurs des lieux.

Gauthier Paravell entra dans la pièce. Il était seul face à Sheppard. De son complet blanc, il ne restait plus que pantalon et chemise. Il avait revêtu un tablier dans une matière étrange proche du plastique. Son regard, habituelle assez inexpressif, semblait s'illuminer de joie et d'excitation face à cette situation.

L'Espion sortit sa baguette magique et fit apparaître un tourne-disque avec large pavillon. Il ouvrit le petit tiroir sous la machine à la main, sortit un CD et le posa. Il tourna la petite manivelle pendant une poignée de seconde, et la musique commença lentement à emplir la pièce. Une espèce de petit rythme au piano assez délicieux.


Vous aimez la musique John Sheppard ? Moi oui, beaucoup. Certains sons m'apaisent. Ecoutez ces quelques mesures limpides... Haaaaaa quel bonheur.

Le piano cessa pourtant de retentir depuis le pavillon. On commença à entendre des cris. Humains. Des gémissements. Des bruits de sussions, de percussion. Des bruits de fractures. D'autres hurlements. Des gémissements de gamines. Des bruits d'animaux accompagnant cris et pleurs comme un air accompagne sa mélodie.

La tête de Paravell dodelinait en rythme avec les cris d'une profonde souffrance qui auraient franchement écoeuré bien des hommes. Il sifflotait tandis qu'il dégustait ce moment privilégié. Ca lui plaisait. Indubitablement. On ne pouvait pas mimer une telle satisfaction. Il en bandait presque. Puis le disque arriva sur sa butée. Plus le moindre son. Une ambiance vraiment glauque s'installait, ponctuée par le petit crépitement de la point délogée de la spire du disque. Paravell eut un soupir déçu, puis il fit changea de disque.

Une femme criait. Elle se faisait visiblement violer et frapper à tour de rôle. On entendait la voix de Gauthier entrecouper les cris de questions. Le disque tourna, l'enregistrement du supplice se faisant de plus en plus espacé de périodes d'inaudibilité. Paravell semblait planer à côté de son pavillon alors qu'il dit :


J'adoooooooore ce bruit... C'est Sarah Jenkins. Elle fut la première que j'ai eut l'idée d'enregistrer. Vous savez, je n'ai pas besoin de disques pour revivre ces instants magiques d'intimité. J'ai la Mémoire Absolue. Je me souviens de chaque instant de chaque jour de ma vie. Mais voyez-vous, il n'y a pas meilleur souvenir que la propre voix de miss Jenkins pour faire revenir toutes ces petites sensations extraordinaires. On en viendrait presque à la regretter cette pauvre Sarah. Presque.

Oki doki. Je vais pas vous faire les 673 disques. Je crois que vous et moi avons singulièrement autre chose à foutre. Enfin, surtout moi que vous d'ailleurs. Bref. Soyons concis et clairs. Vous allez me parler. Que vous le vouliez ou non d'ailleurs. Tout le monde parle, c'est inévitable. La seule différence que votre volonté peut éventuellement faire sur cette discussion est vis-à-vis du moment auquel vous parlerez. Et dans l'état dans lequel vous parlerez aussi.

Je vais vous posez des questions. J'attends des réponses franches et honnêtes. Le veritaserum sort pas du pi des vaches, donc je préfère m'en passer, mais si on doit aller jusque à, nous irons. Soyez-en assuré !

J'ai pour vous 10 questions. Je veux dix réponses. Vraies.

Où se cache l'Ordre du Phénix ? Que fait cet abruti de Weasley ? La Vague les a-t-elle rejoins ? Où puis-je trouver Kingsley Shackelbot et son gouvernement en exil ? Que fait Limonkov ? Où se trouve Valentine ? Qui aide la résistance ? D'où tu connais le Ministre ? Quelles seront les prochaines cibles ? Qui sont les résistants exactement, je veux nom prénom adresse, leur nombre, leurs pornos préférés... Dis moi tout sur eux !

____________________________________

Attention : le vrai nom de Gauthier Paravell, Balthier de Lazom, n'est connu que de lui et Léon Brom, merci d'en tenir compte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 17876



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
John Sheppard


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Lun 29 Sep - 22:33

Certains signes furent précurseurs de son réveil, la tête effectuait quelques petits mouvements de droite à gauche à la recherche d’un appui pour pouvoir continuer sa sieste magique tandis que les dernières phalanges des doigts semblaient chercher quelque chose. Surement sa baguette magique qui ne le quittait jamais depuis son entrée dans la résistance et qui était désormais sienne d’un autre que lui. L’homme avait été vaincu et le vainqueur devenait possesseur, pour le plus grand malheur du vaincu. La baguette, c’était une partie de la vie de son sorcier. La plupart n’en connaissait qu’une, de leur 11 ans jusqu’à leur mort. Pour Sheppard, c’était le cas même si par mesure de précaution, il en avait dérobé deux autres.

Les mouvements corporels se firent plus nombreux allant jusqu’à lui faire ouvrir doucement les yeux. Le blanc éclatant des murs était un peu trop étincelant pour un réveil quelque peu brumeux et lui demanda un temps d’adaptation. Le gris du sol contrastait férocement avec le reste de la pièce et avait quelque chose de reposant pour les yeux même si sa consistance indiquait un endroit quelque peu daté. Les membres étaient entravés empêchant tout mouvement. La désagréable surprise ne le surprit guère.Baissant la tête, l’homme se remémora les derniers événements et était déçu de ne pas être parvenu à en emporter quelques-uns avec lui dont notamment Eccleston. Il n’avait même rien emporté du tout et s’était fait capturé.

Un hors la loi capturé était un hors la loi mort. Cet adage était d’autant plus important que Sheppard n’était pas un sombre inconnu qui avait décidé des jours au lendemain de s’opposer au régime en place. Il luttait depuis plusieurs années et avait depuis assassiné de sang froid de nombreux agents de terrain. Il n’était pas rare de rencontrer quelques affiches diffusées par l’Intendance de Grande Bretagne et collées sur des bâtiments publics délivrant une rançon pour des informations sur lui ou sa capture. Désormais certains pouvaient désormais prétendre à cette somme constituée de plusieurs dizaines de milliers de gallions.

Le gamin avait beau ne pas être de ceux qui désiraient sauver la patrie, combattre l’injustice la baguette à la main, il aurait préféré que sa vie ne soit pas épargnée. Mais il se doutait que l’Intendance le préférait pour l’instant vivant que mort, il était un être de choix. On ne capturait pas un Indésirable tous les jours… Un grincement suivit d’un claquement puis de pas lui indiquèrent que tous les membres de l’Intendance ne devaient pas être en train de participer à une grande fête pour célébrer sa capture. Demeurant tête baissée, Sheppard n’accorda pas un regard à son pseudo interlocuteur. L’envie de le défier du regard, de lui démontrer qu’il n’avait pas peur n’était pas présente en lui.Non il n’était pas en position de force et il était bien connu qu’il était un lâche, un homme préférant la fuite au combat acharné. Les battements rapides de son cœur, la moiteur de ses mains trahissaient la peur des événements pour la suite. Les années de lutte, de conditions difficiles avaient creusé son visage et la présence d’une barbe négligée de plusieurs jours lui donnaient quelques années de plus que son âge. Il ne dépassait pourtant pas le quart de siècle et demeurait en cela un gamin.

L’apparition de musique le poussa à relever la tête à la recherche de la source sonore, un vieil appareil moldu puis son regard se posa l’espace de quelques instants sur son visiteur. Vêtu de blanc, se fondant dans le décor de la pièce, il s’agissait de l’homme qui l’avait arrêté. Son nom, il ne l’avait pas retenu mais ce type était celui qui avait mis fin à toute son aventure, qui était parvenu à remonter jusqu’à sa cache. L’Aigle avait envie de savoir comment il avait fait pour le retrouver mais ce n’était pas à lui de mener la danse, plutôt à l’autre d’imposer sa musique criarde. Ce n’était plus de la musique mais bien des cris, des hurlements… Ces derniers hérissèrent les poils du garçon qui essaie de ne pas réfléchir à ce que ses hommes avaient pu endurer pour hurler de la sorte mais son imagination ne pouvait s’empêcher de lui donner quelques pistes. Tête baissée, Sheppard essayait de se vider la tête, de penser à autre chose mais c’était impossible avec ces bruits atroces. Cela cessa enfin… Le soupir de soulagement du jeune homme fut de très courte durée avant que de nouveaux hurlements se firent entendre. Cette fois, il y avait une autre voix, celle-ci était grave et Sheppard n’eut pas besoin de l’image pour l’associer à l’autre personne présente dans la pièce et qui ne pouvait s’empêcher de lui détailler la scène.

C’était inhumain de faire subir ça et encore pire de l’enregistrer pour le faire écouter par la suite. En tout cas l’effet était là. Si l’ex Serdaigle avait pu prendre ses jambes à son coup, il aurait certainement battu Ushain Bolt au cent mètres tellement cet enregistrement lui foutait les chocottes. Heureusement pour lui que ses vêtements empêchaient son interlocuteur de remarquer ses poils hérissés néanmoins le bout de ses mains étaient agités de très légers tremblements qu’il ne parvenait pas à contrôler. Serrant les dents, Sheppard s’efforçait de contrôler cette trouille qui le remplissait et porta une oreille attentive aux propos de son interlocuteur.

Ceci n’était que l’introduction de son interrogatoire, maintenant venait le moment des questions, de beaucoup de questions. Il y en avait même trop pour qu’il soit capable de se les remémorer dans cette position de stress. Plusieurs tournaient autour de l’Ordre du Phénix, de ses dirigeants et son interlocuteur risquait d’être déçu de ses réponses car il n’en avait pas. Une autre tournait autour de sa relation avec le Ministre de la Magie, à celle-là, l’homme pouvait répondre. Il n’avait pas grand-chose à dissimuler et peu à perdre maintenant. Après une petite phase de silence destinée à rassembler ses pensées, à tenter de formuler une  réponse correcte, il finit par briser le silence de la pièce.


« J’ai combattu Eccleston à plusieurs reprises….deux ou trois fois. »

La voix ne comportait pas de trace d’arrogance ou de mépris. Il avait essayé d’effacer toute trace de peur mais étant donné son état de stress, il ne pouvait tout contrôler. A croire que l'introduction sonore de son interlocuteur avait mis sheppard en condition pour parler.

« Pour le reste, je sais pas… J’ai plus de contact avec l’Ordre depuis un moment. A cause d’Eccleston… »

La réponse risquait de ne pas plaire mais Sheppard ne savait pas quoi répondre justement. A peine avait-il prononcé ses mots qu’il essaya de regrouper les quelques informations qu’il pouvait avoir mais c’était bien maigre tout cela. L’homme était un solitaire et son lien avec l’association Weasley-Granger était brisé depuis quelques temps maintenant. Gardant la tête baissée, fixant un point entre deux pierres, l’Aigle attendant la suite qui ne tarderait pas à venir, il en était certain.

____________________________________




"No one asks to be a Hero. It just sometimes turns out that way..."

Portoloin vers les liens utiles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.goodforum.net


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2013
Parchemins postés : 107



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 13PV
Gauthier Paravell


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Mar 30 Sep - 15:59

Attention, ce rp contient des passages de torture physique et morale, âmes sensibles s'abstenir.


Mouhahaha ! Ces gosses ne cesseront jamais de m'étonner !

Une gifle claqua vivement, comme un réflexe, tel l'écho de l'éclat de rire précédant. Elle n'était pas violente, juste humiliante. Il l'avait giflé comme on gifle un gosse récalcitrant. Un geste de mépris par l'autorité plus que de violence. Il s'approcha de Sheppard, tout en restant hors de portée d'un éventuel coup de boule, Paravell s'était déjà fait péter le nez comme ça, ça ne lui arriverait pas une seconde fois dans sa vie, parole de scout.

Tu sais, tu n'étais pas obligé de t'infliger ça boy. Mais soit. Si tu veux jouer jouons.

René, la mallette ! ... Qu'est-ce qu'il branle ce con ? RENE MALLETTE MAINTENAAAAAAANT.

La porte de la pièce s'ouvrit, le fameux René apporta une petite mallette en cuir façon valisette de médecin. Paravell le regarda alors qu'il se confondait en excuse, invoquant le fait qu'il n'avait pas bien entendu.

T'as chié René, tu casse le rythme. Dégage de là. Merci.

Gauthier attendit que la poignée de la porte fasse son clic sonore pour ouvrir la dite mallette. Elle avait vraisemblablement subie un enchantement d'extension perpétuelle indétectable. Il trifouilla dedans la tête la première, pestant un peu par moment. Puis il sortit un objet particulier ressemblant vaguement à un étau avec un pas de vis adapté.

Spoiler:
 

Regarde-moi.

Re-baffe.

Regarde-moi.

John Sheppard regarde toujours fixement le sol.

Tu vas me regarder bordel de merde ou je te couds les paupières ! Il l'aurait fait.

Bien. Tu vois quand tu mets un peu de bonne volonté, on peut avancer. Connais-tu cet objet ? Je lis dans tes yeux que non. Mais t'étais un serdaigle, donc à priori pas trop con. M'enfin toi t'es là et des poufsouffles résistants sont encore dehors, c'est moche la vie hein. Bref.

Je t'avoue que la torture magique, ça m'a jamais vraiment botté. J'ai essayé avec application, vraiment, mais au final on perd le contact humain de la relation tortionnaire et torturé. C'est quand même dommage. C'est sensé être un lien pour la vie ce style de rencontres. Tu m'oublieras jamais jusqu'à ce que tu crève dans des délais plus ou moins brefs d'ailleurs. C'est pas moi qui décide de ça à ce propos, donc pas la peine de demander, je te buterai pas. Ce serait mauvais pour ma carrière tu vois. Tu comprends n'est-ce pas, ça a rien de personnel. Moi c'est mon taf de faire parler les gens. Je gagne mon fric comme ça, en employant mes talents.

J'ai donc un petite passion pour l'artisanat moldu en matière d'instruments de tortures. Ils sont faibles mais dieu qu'ils sont inventifs ces mecs ! Ceci est la Vis. ce petit jouet sert à écraser toute sorte d'extrémités. Comme je suis un mec sympa, je vais commencer avec les doigts de ta main gauche.


Paravell mis les doigts en position alors que Sheppard se débattait un peu, la peur jouant son rôle. L'homme vêtu de blanc lui dit :

Chuuut chuuuut. Si tu te débats ce sera pire l'ami.

Allé c'est parti boudi. Chalalalala lala lalalala un petit tour, au petit jour, sur tes petits doiiiiiigts ! Chalalalala lala lalalala !


Gauthier actionna joyeusement la Vis en quelques tours sec en rythme via ses avant-bras musculeux. Sheppard eut tôt fait d'hurler alors que la première phalange de son majeur venait de rompre. Paravell tourna un demi tour de plus. L'annulaire céda, en même temps que l'index. Il dut comprimer un tour de plus pour se faire le petit doigt.

Bien. Arrête de chialer et écoute un peu. Je suis pas un crétin. Tu sais forcément des choses. Des choses que je sais pas et donc qui m'intéressent de savoir. Capito pépito ?

Parle moi de l'Ordre et de la Vague. Leurs organisation,  cachettes, les fils de cracmoles qui soutiennent la cause bourbiste par leur fric. Je veux des noms de personnes ou de lieux intéressants. C'est pas compliqué. Je sais que t'as fait des Serments dans ta vie et que ta langue peut pas fourcher. Sache que ce lieux a été enchanté de manière extrêmement subtile. La Magie ici présente, une invention du Seigneur des Ténèbres dit-on, empêche les gens de violer des Serments Inviolables pour se suicider. Si une info de ce type essaye de sortir, la magie bloquera ta langue contre ta volonté et ça, je le verrai. Je suis un mec généreux, je punirai pas si tu fais des efforts.

Si ça me plait ce que tu me dis, promis je te soigne ta petite mimine. Si ça me plait pas, je passe à la Gouttière. Et je te promets que tu n'as pas du tout envie de savoir ce qu'est une Gouttière.


Pendant tout ce temps, le tourne disque tournait, gravant à jamais les paroles comme les cris qui retentissaient.

____________________________________

Attention : le vrai nom de Gauthier Paravell, Balthier de Lazom, n'est connu que de lui et Léon Brom, merci d'en tenir compte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 17876



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
John Sheppard


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Ven 3 Oct - 23:33

Clac. La tête se déporta de quelques degrés sur la droite suite à la première atteinte physique et qui serait certainement suivi d’une belle liste. Revenant en position initiale, le garçon continua de fixer un point imaginaire tout en essayant de maitriser sa respiration pour retrouver un semblant de calme. C’était peine perdu et le cri de son interlocuteur à l’encontre d’un certain René le fit sursauter. Sheppard était sur les nerfs. Il l’avait toujours été durant sa vie. De plus lorsque les éléments lui échappaient ou que la situation prenait une tournure qui ne lui était pas favorable, il détalait or aujourd’hui il était impossible pour lui de choisir la solution de facilité, de prendre la fuite. Impossible d’appliquer cette stratégie qu’il avait appliqué une bonne partie de sa vie à sa situation actuelle.

L’attente sembla interminable mais qu’avait-il d’autres à faire que d’attendre un signal, une parole…Il n’était plus maître de son destin, c’était bien l’homme qui lui faisait face qui en décidait maintenant. Il distingua des sons métalliques, parfois quelques jurons lui indiquant que son bourreau était toujours présent dans la pièce mais ne chercha pas le moins du monde à attiser sa curiosité en tentant un regard dans sa direction. Par intervalles réguliers, ses yeux se fermaient quelques secondes dans une vague tentative de retour au calme, de repos mais quelques cliquetis métalliques ou pas e ramener à son état de départ. Après un temps certain, la voix de l’homme s’éleva de nouveau lui ordonnant de le regarder. Non-réaction de l’Aigle qui reçut une nouvelle claque et ne consentit qu’à lever les yeux vers lui pour ne voir la menace mise à exécution. Personne n’avait envie de se retrouver avec les paupières cousues… Personne.

Le regard bleuté du gamin passa rapidement de son interlocuteur de blanc vêtu à cet étrange appareil métallique dont il aurait largement préféré ignorer l’existence ainsi que le fonctionnement. Le teint du Hors la loi devait avoir perdu quelques teintes de couleur à la vue de cet appareil sadique et les tremblements de ses doigts s’accrurent. La peur de la suite des événements s’emparait de lui. L’heure n’était plus à la fuite, au combat magique mais bien à la torture. Il allait certainement souffrir comme il n’avait souffert et pourtant il avait déjà connu de nombreuses batailles et les blessures qui les accompagnaient. Cette souffrance n’aurait pas répis, pas de fin car il n’y aurait pas de délivrance, pas par sa main…. Son bourreau, habillé pourtant de la couleur de pureté, pouvait donc le briser physiquement, il ne pouvait lui ôter la vie. Cela ne rassura pas du tout le jeune homme qui baissa de nouveau la tête. Il n’avait aucun échappatoire, pas même la mort.
Les derniers mots tombèrent dans l’oreille d’un sourd.

Des doigts se refermèrent autour de son poignet gauche, Sheppard s’empressa de réagir tirant sur ses liens pour tenter d’échapper à la prise. Rien n’y fit. Ses quatre extrémités furent placées dans le support métallique, prisonniers. Il fit une nouvelle tentative pour s’extriper de là qui fut accueilli par la compression de ses doigts lui arrachant un gémissement plaintif. La pression s’accentua de plus en plus. La scène se déroulant dans son dos, il échappait au moins à ça même si la chansonnette de son bourreau ne faisait qu’accentuer la gravité de la scène. Le menton posé contre le torse, les dents serrés au maximum, la respiration rapide, Sheppard essayait de se « préparer » à encaisser l’inéluctable et lâcha un long cri plaintif lorsque la première phalange céda. La première de la série… Chaque cri du gamin indiquait à son bourreau qu’une ou plusieurs parties venaient de céder. La sensation d’écrasement était ignoble avant d’être remplacée par une violente douleur.

Son attention étant focalisée sur la douleur, Sheppard ne sentit pas de suite qu’on lui ôta la main malmenée de l’appareil, les doigts pendant lamentablement au bout de celle-ci, agités de tremblements qui n’étaient en rien contrôlés et qui n’avaient plus rien à voir avec le stress. Muscles, os, tout avait été brisé, broyé par l’ignoble appareil. Un mélange de couinements, de gémissements s’échappaient des lèvres du garçon qui avait gardé la tête baissée, le front désormais moite. Une claque de Paravell l’obligea à se focaliser sur autre chose que la douleur qui lui irradiait la main : les propos de ce sale type.
Signe négatif de la tête quant à la proposition de faire la connaissance de la Goutière. Il n’avait aucune envie de la rencontrer et encore moins de la voir à l’œuvre. Continuant d’adopter une position qu’on pouvait qualifier de soumise ou de résigner, Sheppard demeurait tête baissée essayant de trouver une réponse adéquate, celle qui lui permettrait de ne pas subir d’autres souffrances mais difficile de résonner dans son état, mélange de douleur et de beaucoup d’appréhension.


« Jugson et sa Vague, j’en ai rien à foutre… Il est mort et c’est tant mieux… Je fais pas partie de l’Ordre… J’ai plus aucun contact avec Weasley depuis l’affaire d’Azkaban… Celle où je devais livrer le frère Weasley à Eccleston. ça fait un bon moment déjà… »

Il n’y avait aucune trace d’arrogance dans les propos du jeune homme qui se mettait à table en balançant les informations qui lui venaient en tête ne prenant pas la peine de les organiser ou de les reformuler. Les phrases étaient courtes lui permettant de reprendre son souffle, de prendre un peu sur lui.

« Ils ont changé de QG après ça… Ils sont plus à …. »

Le dernier mot ne put s’échapper de ses lèvres. Sa langue semblait s’être soudainement collée à son palais empêchant tout son de sortir de sa bouche et donc de délivrer la précieuse ex-localisation ou toute indication sur son emplacement. Révéler une telle information aurait dû lui coûté la vie mais il était toujours vivant comme en témoignaient les nombreux signaux provenant de sa main ainsi que les battements rapides de son cœur. Dommage pour lui, il avait au moins tenté…Son bourreau n’avait donc pas menti et lui avait tenté de révéler une information capitale. Levant les yeux vers son tortionnaire, il espérait vainement que cela serait pris en compte mais il n’avait que très peu d’espoir. Peut-être échapperait-il à cette gouttière mais que l’autre lui réservait-il ?


____________________________________




"No one asks to be a Hero. It just sometimes turns out that way..."

Portoloin vers les liens utiles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.goodforum.net


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2013
Parchemins postés : 107



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 13PV
Gauthier Paravell


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Lun 6 Oct - 11:02

Attention : Message violent contenant des scènes de tortures, âme sensibles s'abstenir.

Paravell n'était fondamentalement pas un homme normal. La cruauté était si viscéralement chevillé à son corps qu'elle en devenait presque une seconde nature pour lui. Il n'avait aucune pitié. Non pas que fondamentalement aider les gens le gênait, non, pas du tout. Il était simplement purement dénué de tout empathie. Il ne ressentait pas en lui le mal qu'il faisait subir à autrui, que du contraire, ça l'émoustillait, ça l'excitait presque.

Torturer l'amusait. C'était un divertissement particulièrement malsain, mais c'était le sien. Il avait fait de cette pratique abjecte et interdite mondialement son travail et la source de son immense richesse. Il fut un informateur, et personne ne savait comment il arrivait à obtenir des informations si complète sur des sujets tordus ou parfaitement dénués de médiatisation.

La réponse était pourtant évident, il prenait un malin plaisir à arracher ce type d'information. Soit par la subtilité de la ruse, soit par la violence de la torture.

Il sourit en regardant le gosse balancer ce qui lui venait à l'esprit. Sheppard ne résistait, en fin de compte, pas tant que ça. Paravell faisait souvent cet effet là à ces gens qui d'habitudes se voilaient la face en affichant un air grandiloquent. Il aimait les remettre à leur juste place.



Je vois que tu fais des efforts lucky boy. C'est bien. Je te félicite.

Oui Jugson n'est pas une grosse perte. Il a eut droit à un sort pire que la mort elle même. J'ai vu des photos de ce qui restait de lui après que le Seigneur des Ténèbres se soit, comment dire, divertit, et crois moi, si tu voyais ce qu'il était devenu, tu te féliciterais que ce soit moi qui m'occupe de ton cas et non Tu-Sais-Qui.

Tu ne passeras pas à la Gouttière. Dommage dommage, te verser du plomb fondu sur le corps m'aurait bien amusé. Mais je suis un homme de parole et tu éviteras ce châtiment, car je sais récompenser tes efforts.


Paravell prit une petite pause, qu'il utilisa à retirer la Vis de la main de Sheppard. Ce dernier jura copieusement de douleur alors que ses doigts brisés frottaient contre l'acier pendant ce geste.

Par contre captain obvious, tu as certes fait preuve de sincérité, mais tu continue singulièrement de me prendre pour un con. Et ça, c'est moche. Je suis un gars correct. Respectable. Je mérite une meilleure considération.

Tu me dis que tu ne fais partie ni de l'ordre ni de la vague. Certes ce serait louable de ta part d'éviter les ramassis d'ordures qui les composent mais juste après tu me parle de leurs QG. Ils sont si cons qu'ils acceptent n'importe quel mec dans leur QG ? Je n'y crois pas. Navré mais t'a forcément bossé avec eux ou pour eux pour avoir ce style de privilège.

Allons allons, ce n'est pas raisonnable de me faire croire le contraire mon ami. Tu voulais que je te punisse hein vilain garçon. Accordé.


Paravell refouilla dans sa mallette et il en sortit un objet pour le moins connu et courant dans la vie de tous les sorciers : une batte de Quidditch. D'un geste routinier Paravell en soupesa le poids, cherchant le point d'équilibre. Il arbora un sourire satisfait. Il la prit dans sa main gauche alors qu'il sortait sa baguette magique de la droite. D'un sort, il détacha les pieds de Sheppard de la chaise et les fit léviter à la verticale, perpendiculairement aux jambes tendues de Sheppard. D'un autre sort il les déchaussa.

Paravell regarda Sheppard dans les yeux alors qu'il rangeait sa baguette dans un fourreau blanc à sa ceinture avec lenteur. Les deux hommes savaient parfaitement ce qui allait se passer. Paravell prit une longue inspiration et la bloqua armant son geste. BLAM. Cri intense. Le coup s'était abattu avec une telle violence que même les genoux craquèrent à l'impact.


QUI FAIT PARTIE DE LA RESISTANCE ?

BLAM. Encore des cris. Le ton de Paravell n'avait plus rien d'humain. Il lui gueulait dessus. Le changement fut aussi brutal qu'inattendu.

QUI FINANCE LA RESISTANCE ?

BLAM. BLAM. BLAM. Gauthier s'excitait sur les pieds de Sheppard à coup de batte comme un véritable demeuré. Des veines et des muscles étaient déchirés par les morceaux d'os qui sortaient progressivement des pieds, l'un des endroits les plus innervé du corps humain.

QUEL ETAIT TON RÔLE DANS LA RESISTANCE ?

BLAM. BLAM. BLAM. BLAM. Temps de repos d'une poignée de seconde. BLAM. BLAM. BLAM. La sueur de Paravell gouttait sur son nez aquilin proéminent, ses veines ressortaient sur ses muscles contractés. On pouvait les voir car ses manches étaient enroulées jusqu'au coude. Son regard inhumain semblait contempler le vide absolu. Il souriait pourtant, chaque cri lui donnant plus de force pour porter le coup suivant. Il était au comble de son bonheur, en pratiquant la plus vile des inventions humaines. Légèrement essoufflé il reprit la parole :

J'espère que tu auras compris le respect petit aiglon. Je mérite ce respect. Je ne mérite pas qu'on me mente ouvertement.

Réponds-moi. Réponds-moi et ton calvaire s'achèvera.

____________________________________

Attention : le vrai nom de Gauthier Paravell, Balthier de Lazom, n'est connu que de lui et Léon Brom, merci d'en tenir compte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 17876



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
John Sheppard


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Mer 8 Oct - 18:52

« J’ai trouvé le QG pour l’Ordre… c’est tout. C’est tout… »

Les deux derniers mots avaient été prononcés avec une teinte de désespoir palpable. Sheppard essayait de se justifier, de faire comprendre à son bourreau qu’il n’y avait pas de liens forts entre lui et l’Ordre du Phénix mais il sentait de lui-même que cela ne suffirait pas à convaincre son interlocuteur. Oui, il avait été proche de l’Ordre du Phénix, suffisamment pour lui trouver un Quartier Général avec son acolyte, pour avoir participé à certaines opérations mais il ne s’était pas engagé en tant que membre de l’association de Ronald Weasley et désormais n’avait plus aucune relation avec lui. Oui, ils étaient dans le même camp, ceux qui luttaient contre le régime actuel mais certains membres de l’Ordre lui étaient tout aussi hostiles que les agents du Ministère.

Comment lui faire comprendre qu’il ne possédait pas d’informations importantes sur l’Ordre du Phénix ? Cette question hantait l’ex Serdaigle qui essayait de faire le tour de sa mémoire à la recherche d’une information mais surtout d’une réponse utile et qui convaincrait son interlocuteur. Il fut stoppé dans sa courte réflexion par de nouveaux bruits métalliques qui attisèrent sa curiosité mais surtout la peur de le voir s’approcher avec un instrument pire que cette « goutière ». Le haut du corps n’était plus visible, il était rentré dans la mallette à la recherche de quelque chose qui ne plairait pas au gamin. Il en sortit avec un objet connu de Sheppard et qui n’avait rien de moldu : une batte de quidditch.
Le sourire cruel de son bourreau n’indiquait rien de bon pour lui et l’incompréhension du garçon fut de courte durée quant à ses intentions. Elles n’avaient pas changé, il comptait toujours le briser un peu plus. Les pieds dénudés étaient agités de tremblements, redoutant tout autant que leur possesseur la suite des événements.


« NOooon… Fais pas ça… »

Spontanément le garçon avait tenté d’implorer la pitié de son tortionnaire mais celui-ci répondit en levant son instrument, prêt à frapper. Sheppard eut juste le temps de détourner la tête vers la droite, plissant les yeux pour ne pas assister à ça avant que le coup ne s’abatte violement sur son pied gauche. Ce ne fut pas un cri mais un hurlement qui s’échappa de ses lèvres et qui accueillit tous les coups qui suivirent. L’un d’eux fut pire que les autres lui faisant monter les larmes aux yeux avant qu’elles ne se déversent sur ses joues. Il n’avait pu les retenir, de cherchant pas à le faire tant la douleur était insupportable. Son pied gauche, si on pouvait encore appeler ça un pied, ne possédait plus sa forme originelle et était incliné selon un angle qui n’avait plus rien de normal. Le bout de pied avec les orteils pointait désormais vers le sol maintenu par la peau et quelques tissus précaires alors que le pied était maintenu à la verticale par magie.

Les signaux de douleur provenant de sa main semblaient presque insignifiants quant à ceux qui ne cessaient de lui parvenir de ses pieds ou plutôt ce qui en restaient. Ses extrémités ne ressemblaient plus qu’à une masse rouge avec quelques morceaux blancs apparents qui n’étaient autre que des morceaux d’os brisés, martelés et étaient agités de tremblements. Nerfs, os, vaisseaux sanguins, il ne restait plus rien d’indemne.

Le calvaire prit fin, le gamin ne s’en rendit pas compte de suite. La douleur ressentie était indescriptible, inhumaine. Les yeux mi-clos ne lui renvoyaient qu’une image vague, floutée de l’état actuel de ses pieds : des tâches d’un rouge sombre. La tête, penchée en avant, était agitée de petits mouvements de droite à gauche trahissant l’état du gamin. Il ne s’était pas évanoui, la plainte s’échappant de ses lèvres en témoignait mais il lui fallait se remettre de tout ça. Les mouvements respiratoires de sa poitrine étaient contradictoires avec les battements cardiaques rapides. Son teint pâle et moite mettait en évidence les sillons tracés par les larmes sur ses joues, qui disparaissaient ensuite sous les poils de sa barbe naissante.

Jusqu’où cet homme irait-il pour lui soutirer des informations ? Allait-il lui briser, broyer chaque os du corps pour qu’il se mette à parler ? Ces questions commencèrent à se développer dans l’esprit de l’ex Serdaigle. Il ne voyait qu’une issue à cela : la mort mais ce sale type ne le délivrerait pas. Il l’avait déjà prévenu et lui-même ne pouvait se délivrer. Une autre idée finie par faire son apparition dans l’esprit embrumé du garçon. Qu’il aille chercher lui-même les informations désirées. Sheppard n’était pas vraiment en état de prendre le temps de la réflexion, de savoir s’il désirait ou non qu’un type obtienne ce qu’il désire comme réponse. Il cherchait à en finir avec cette souffrance et prit la parole d’une petite voix après un certain temps.


« Uti...Utilise…. »

La voix du garçon ne dépassa pas le stade du murmure et se perdit dans un gémissement provoqué par un mouvement involontaire de son pied droit. Il lui fallut une bonne minute pour s’en remettre et pouvoir reprendre la parole entre coupée par des pauses nécessaires au souffle.

« Utilise…. Veritaserum pour… l’Ordre… mais je sais… pas. »

Il n’avait plus vraiment conscience des conséquences de l’utilisation de ce produit. L’autre désirait des informations, des réponses à ses questions, il les aurait par ce biais.



____________________________________




"No one asks to be a Hero. It just sometimes turns out that way..."

Portoloin vers les liens utiles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.goodforum.net


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2013
Parchemins postés : 107



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 13PV
Gauthier Paravell


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Jeu 9 Oct - 14:58

Gauthier Parvell commençait à connaitre John Sheppard. Comme il l'avait dit quelques heures plus tôt à son souffre douleur, en fait, dans le bon fond, un lien s'était tissé entre eux. L'un comme l'autre connaissait mieux que quiconque l'un et l'autre désormais. Ceci était parfaitement symétrique malgré l'asymétri inérente même à la relation qu'ils avaient l'un pour l'autre. Il était difficilement envisageable de confondre les rôles des deux protagonistes de ce petit interrogatoire.

Ils savaient d'ailleurs tous les deux que si les rôles furent échangés, ce serait bien différent. Paravell ne pourrait quasiment pas parler tellement il avait fait de Serments inviolables dans sa vie. Sheppard n'irait pas jusqu'aux extrémités auxquelles Gauthier était un parfait coutuminer. Le gosse n'avait pas la crueauté chevillée au corps comme Paravell pouvait l'avoir.

L'espion ne fut donc pas spécialement surpris de voir que l'aiglon se mettent à implorer qu'il soit clément alors qu'il le torturait. Il ne fut pas d'avantage supris de l'entendre réclamer du Veritaserum. Lui accorderait-il la fin du petit jeu si vite ? Gauthier hésitait, tiraillé entre le plaisir de faire souffrir Sheppard et la nécessité d'en tirer de bonnes infos. Il s'approcha de lui, approchant de sa victime et lui dit :


Ne regarde pas tes pieds boy, c'est pas si joli que ça à regarder.

Je vois que tu as compris l'importance de me respecter. 'est très bien, je t'en félicite. Tu te montre honnête, franc, presque grand.

Je comprends que tu veuilles en finir, que tu réclame le veritaserum, mais tu vois, si tu reste aussi honnête que maintenant, y a pas de raison de te forcer à boire cette merde pour que tu parle.


Paravell avait son propre passif avec ce breuvage magique, qui avait bien failli lui couter la vie par le passé. Il n'aimait pas lemployer, ça lui faisait remonter ce souvenir douloureux, et le revers de la médaille de l'incroyable mémoire de Gauthier était présent dans les souvenirs pénibles, toujours aussi précis et riche de détails que le reste. Un véritable fléau pour l'âme humaine que de revivre ad vitam aeternam les pires scène de sa vie dans sa tête. De ne pas pouvoir oublier sans se distraire.

La vérité concernant l'Ordre semblait évidente : John Sheppard avait été un pigeon crédule, un outil, employé par plus fort et plus dangereux que lui. Il ne l'interrogerait plus à ce propos. Il avait déjà obtenu la réponse la plus sûre du monde : l'homme fut rejeté des résistants traditionnels pour une quelconque raison. Probablement un désaccord. La mort de Jugson l'avait réjouit quasiment. Sa rancoeur pour les mangemort transcendant l'absolution de ceux ci par la traitrise, et ça, ce devait être un point de désaccord important avec les autres. Toute aide ne semblait pas bonne à prendre pour Sheppard, même quand il avait eut singulièrement besoin.


Bien bien bien. Nous nous comprenons à présent.

Je n'ai plus grand chose à tirer de toi John Sheppard. Tu t'es trop isolé du monde que pour me le décrire d'un point de vue que je ne connaisse pas. Mais ta clandestinité isolée amène d'autres questions. Des questions qui, je le sais, ne seront pas soumises à des Serments Inviolables. Elles concernent des gens qui n'employaient pas ces méthodes sur des innocents, car c'était contre leur grandeur d'âme.

Parle moi des autres résistants clandestins non affiliés à l'Ordre ou la Vague. Je sais qu'il en existe plusieurs, des sorciers qui fut un temps arboraient la bannière de la Chimère avant que celle ci ne brûle en plein vol. Valentine est-il toujours en vie ? Le cas échéant sais-tu où il est ? Y a-t-il d'autres groupes t'ayant fait des avances dans l'ombre du monde ? Des Moldus ont-ils essayé de t'enrôler ou de te soutirer aide et information pour nous combattre. Nous savons que certains moldus s'organisent conjointement à la Résistance. Forment-ils un groupe uniforme ? Ont-ils un leader ? Si oui le connais-tu et sais-tu où je peux le trouver ?

Parle moi aussi de Mustang. Tu lui dois la vie, ça je le sais. Donc tu le connais, mieux que moi probabelement. Son suicide en Irlande pose des questions sur le rôle qu'il a eut et si il avait des contacts avec des organisations plus grande ou non. Parle m'en.

Le monde des sorciers t'a rejeté Sheppard. Le bourbisme bien plus cruellement encore que le Purisme. Tu as forcément dut chercher ailleurs ta tranquillité et de l'aide. Je veux savoir où, comment et avec qui. Sinon je vais devoir recommencer à te faire très mal. Plus encore que tu n'as mal maintenant.

Tu comprends ça ? Bien. Calme ta respiration, inspire-expire. Bien. Maintenant parle moi calmement. Je sais que tu as mal, pas la peine de gacher ton temps à m'en parler. Sois concis. La patience c'est pas ma plus grand qualité lucky boy.

____________________________________

Attention : le vrai nom de Gauthier Paravell, Balthier de Lazom, n'est connu que de lui et Léon Brom, merci d'en tenir compte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 17876



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
John Sheppard


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Sam 11 Oct - 23:36

Quelques tapes, presque « amicales », se firent ressentir sur l’épaule gauche du garçon attirant ainsi son attention et l’obligeant à se rattacher à la réalité. Les propos de celui-ci l’étonnèrent quelque peu, notamment les marques de familiarité et tranchaient complètement avec l’attitude du bourreau. Il y a encore quelques minutes, il s’était efforcé à lui broyer les orteils, à réduire ses pieds à l’état de masse rougeâtre sanguinolente dont l’écoulement goutte à goutte était toujours perceptible tout en lui gueulant dessus et là maintenant il agissait presque en paternel. Sheppard se manifesta en laissant échapper un grognement qui pouvait aussi correspondre à une réaction à la douleur dont il ne parvenait pas à s’habituer.

Personne n’était vraiment capable de s’adapter à ça, à moins d’être un surhomme ou un combattant extrêmement endurant. Lui n’était rien de cela, loin de là… S’il avait été un duelliste, il serait mort la baguette à la main. Ce frêle et fragile bout de bois était le seul objet qui distinguait le moldu et le sorcier. Il était né sorcier, avait toujours baigné dans un monde où la magie était présente et avait agi depuis deux-trois années comme un moldu, employant les mêmes méthodes qu’eux pour se fondre dans la masse, pour tuer et subissait maintenant leur méthode de torture. Oui, il finirait comme un simple moldu… La magie n’avait pas sa place dans cette pièce.

Son agresseur diffusa un flot de paroles continu. Dans la situation de peur, d’inconnu quant à son avenir, à la suite des événements, mais aussi de souffrance, le gamin n’était pas capable de porter une oreille attentive. Tête baissée et regard vague, certains mots retenirent l’attention de celui-ci comme Valentine, résistance moldue, groupe, Mustang, Irlande et surtout sa menace de recommencer à lui faire mal. Sheppard ne doutait pas des capacités de son bourreau pour lui réduire sa main droite et seule extrémité rescapée en une charpie. Peut-être même qu’il s’attaquerait à autre chose à l’aide d’autres instruments présents dans sa mallette de l’horreur. Rien que d’y penser, quelques frissons lui parcoururent le corps. Non, il n’avait vraiment pas envie d’en connaître le contenu.

L’Aigle ferma les yeux quelques instants pour tenter de regrouper le peu d’informations qu’il possédait dans sa mémoire. Il n’était pas de ceux qui étaient capables d’emmagasiner de très nombreuses informations et avait plutôt tendance à remplacer les inutiles comme de vieux souvenirs par des données plus utiles comme des noms de rues associés à des planques, des observations. Bref du concret. Ses souvenirs étaient vagues, parfois quelques noms ou quelques images notamment les visages lui venaient en tête mais son état ne lui facilitait pas la réflexion. Difficile de mettre de côté la douleur constante provenant de ses pieds tout comme les influx venant de ses doigts gauches comme pour lui rappeler de ne pas les oublier non plus. Sentant le regard pesant, menaçant de son agresseur sur lui, Sheppard stoppa sa réflexion pour laisser échapper les informations qui lui venaient en tête.


«Mustang…Edward Mustang… un putain d’auror… J’étais proche de lui… Il m’a sauvé la vie… On s’est séparé… Il a dû en emporter… pas mal avec lui… »

Les détails de son suicide en Irlande échappaient à la mémoire du garçon. Il en avait appris les circonstances dans une édition défraichie de la gazette des sorciers mais n’avait eu que le point de vue « officiel » et ne pouvait par conséquent pas en apporter davantage. L’homme au costume blanc laissa échapper un nouveau nom comme s’il se doutait que l’esprit de Sheppard avait besoin d’une piqure de rappel pour se remettre à fonctionner.

« Valentine… ça fait plusieurs années que… j’ai plus entendu parler de ce nom… Doit avoir quitté le pays… Il reviendra peut-être… »

Qu’il revienne ou non ne changera pas la vie de Sheppard vu qu’il ne serait plus de ce monde mais ça risquait de compliquer sérieusement les plans de l’Intendance et du Ministère de la Magie. Lui, Mustang et quelques autres étaient parvenus à défier le système en place en opposant une véritable guerre au régime en place. D’autres encore dans l’ombre pouvaient aussi rivaliser, peut être ceux qu’on attendait le moins : les moldus. Il les avait sous-estimés au début avant d’en apprendre davantage sur eux, de les connaître et de partager certains moments avec eux. Ils n’étaient pas si différents les uns les autres et eux-aussi semblaient bien décidés à défendre leur monde avec leurs armes. L’Aigle se rappelait de cet homme qui l’avait lui aussi ligoté à une chaise. Il ne parvenait plus à se rappeler le nom à ce moment précis mais se remémorait les circonstances de ce précédent interrogatoire. La lumière qui l’aveuglait, la voix grave de ce type, ses menaces… La situation lui semblait presque similaire à l’exception des tortures et de l’issue. Cet homme pouvait incarner la révolte, lui et ses hommes. Sheppard devait-il saboter les plans de la Résistance en parlant de lui ?!

Autant il s’était mis facilement à table en donnant les maigres informations dont il disposait sur la Résistance magique, autant là il marquait une hésitation. L’Aigle se rendait compte qu’il possédait une information inconnue de son interlocuteur et qui relevait d’un côté stratégique important pour l’opposition.


____________________________________




"No one asks to be a Hero. It just sometimes turns out that way..."

Portoloin vers les liens utiles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.goodforum.net


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2013
Parchemins postés : 107



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 13PV
Gauthier Paravell


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Lun 13 Oct - 11:23

Paravell éclata de rire, un rit teinté de son amusement véritable. Vu la situation, le geste pouvait glacer le sang de n'importe qui, mais il s'en foutait. Dans le bon fond, en avait-il seulement conscience, rien n'était moins sur, mais une chose était certaine, ce qui venait de lui traverser l'esprit lui avait procuré un rire vraiment spontané.

Il reprit sa respiration, se calmant progressivement bien que franchement de bonne humeur et il prit la parole, une fois de plus :


Tu sais Lucky boy... T'es pas le premier à avoir essayé d'éluder les questions face à moi. Le plus important dans les paroles d'un informateur, ce n'est pas ce qu'elles disent, mais ce qu'elles taisent. Et c'est d'autant plus vrai lors de séances comme celles ci.

Paravell se dirigea vers sa valisette, y trifouillant avec allégresse, comme enjoué à l'idée de pouvoir reprendre dignement le jeu. Alors qu'il cherchait les outils adéquat, il reprit la parole :

Ceci étant t'as raison pour le vieux Mustang. Il a pris de nombreuses vies en mourant. Il a failli se faire Valverde, une riche idée de tuer ce vieux con, j'ai jamais su le saquer. Dommage qu'un imbécile se soit interposé. Putain comment j'aurais été peinard... Un vrai rêve.

Bon où est cette fichue corde ? Haaaaa la voilà, juste sous la croix de Saint-André, elle se jouait de moi la coquine. Bien la cuve maintenant.

Mets toi à l'aise Shepp', les préparatifs seront un peu plus long cette fois ci, sois patient. Tu comprendras que je ne t'offre pas à boire, l'alcool te ferais saigner plus vite. Ce qui serait regrettable pour ta lucidité.


Paravell continua sa prospection, sifflotant "Un chaudron plein de passion" de Celestina Moldubec. Alors qu'il arrivait au second couplet il cessa son sifflement le temps d'un petit gémissement étouffé durant lequel il extirpa un récipient énorme de la valise, comme une vielle baignoire de bois du moyen-âge. Il reprit son sifflement où il l'avait interrompu alors qu'on entendait des bruits de bouteilles qui s'entrechoquent. Il en sortit une bonne douzaine. Elles ne comportaient aucune étiquette.

Il ne manque plus que la poulie... mais je la vois vraiment pas. RENE ?

René arriva avec promptitude cette fois-ci. Il parla à voix basse avec son patron, ce dernier finit par éclaté d'un rire spontané, déclarant un "c'est pas grave" sonore entre deux éclats. René resortit de la pièce après une tape amicale sur l'épaule, et Paravell prit sa baguette en main.

Oki doki. René m'a signalé que notre vieille poulie a rendu l'âme lorsqu'on a interrogé un sorcier russe de 168 kilos. Quelle idée d'avoir une panse pareille à un éléphanteau hein ?

Je vais en refaire une spécialement pour toi, c'est pas grave.


L'hypermnésie de Paravell avait un avantage vraiment extraordinaire pour les sortilèges domestiques, il en avaient mémorisé des milliers, allant de l'automatisation des broches d'un four à la réparation de balais magiques. Par contre sa vitesse de réappropriation et d'exécution laissait à désirer, tout comme ses réflexes dans une bataille. C'était un homme qui pensait bien trop, il ne savait pas agir rapidement et d'instinct, mais quand il avait du temps devant lui, il devenait efficace. Ainsi il murmura quelques mots et métamorphosa une planche qu'il avait sortit de son sac en une magnifique poulie ouvragée et huilée. Elle ne grincerait pas, pour ne pas entacher la qualité de l'enregistrement.

Alors qu'il la fixait au plafond après y avoir passé la corde, Gauthier s'approcha à nouveau de John. Lui parlant une fois de plus avec un air décontracté.


Tu sais, ce qu'il y a dans ces bouteilles là bas ? Non ? T'as pas une petite idée ? Quelle manque d'imagination grand dieu !

Tu connais les onguents désinfectant je suppose. Bien. Tu savais que les moldus avaient dans leur arsenal thérapeutique de l'alcool spécialement prévu pour désinfecter des plaies ? Ha je suis heureux de voir que tu savais ça. Tu sais ce que ça fait sur des plaies ouvertes ? Ouiii c'est ça. Ca pique fort.


Le regard de Paravell se posa sur la charpie qui servait de pied à John Sheppard. Il sourit, le torturé eut un regard paniqué, Gauthier rit de bon cœur. Il le fit léviter, juste après l'avoir détaché de sa chaise. L'homme était vertical les pieds meurtris pendant dans le vide. Il lui imposa d'avoir les mains dans le dos alors qu'il attachait la corde à ses poignets. Puis Paravell commença à remplir la cuve avec l'alcool à désinfecter.


Tu sais boy, maintenant j'ai la certitude que tu sais une chose que j'ignore. Et cette chose ne concerne ni Valentine, ni l'Ordre, ni la Vague, ni Mustang. Rien de tout ça. Tu sais comment j'ai deviné ? Dès que j'ai posé des questions larges tu les a évité. Et juste après, je t'interroge sur les autres résistants en dehors des groupes sorciers, comme des moldus ou des indépendants, et tu ignore encore la question. Il n'y a qu'un homme qui connait des réponses qui évite de les donner deux fois de suite. T'aurais dit un "je sais pas" je t'aurais peut-être même cru, mais maintenant, c'est trop tard.

Gauthier finit son remplissage en silence. Puis il se mit en position attrapant, de ses mains à présent gantées de cuir, la corde fermement. Il mit fin à la lévitation d'un coup de baguette, tout le poids de Sheppard était soutenu par les bras musculeux de l'espion. La victime sentait tout son poids peser sur ses épaules, causant les premières souffrance. Il commença à hurler alors que Paravell le descendait et le montait par des à-coups vifs et cruel mettant la résistance des os à rude épreuve. Jusqu'à présent Paravell avait évité de tremper les pieds de Sheppard dans l'alcool. Il bloqua magiquement la corde quelques centimètre avant que ça ne produise, et relâcha ses bras qui s'enflammaient sous l'effort. Il appliqua un silencio à Sheppard. Il ne voulait pas qu'il parle avant pour éviter la sentence. Cela intimait l'homme à comprendre qu'on ne se jouait pas de Gauthier Paravell.

Bien. Maintenant attendons. Paravell s'assit sur la chaise ensanglantée sur laquelle Sheppard fut ligoté auparavant.

Dans quelques minutes, tes clavicules vont lâcher. Les muscles antérieurs se déchirer. Les omoplates vont rompre aussi probablement. Et tes bras seront disloqués car libéré de leurs entraves anatomiques. Du coup ils passeront de 35° à 180° par rapport à ton tronc, et ça va faire plouf. La simple gravité va suffire pour arriver à ce fabuleux résultat. Car tes épaules ne sont pas conçue pour subir un tel traitement.

Paravell fit apparaître un verre de jus de citrouille qu'il commença à siroter en regardant le spectacle. Il attendit environ vingt minutes avant que ce qui fut décrit se produise, il leva le silencio, au premier craquement, avant la plongée. Elle arriva promptement, les cris avec également. Gauthier hurla très fort pour couvrir les cris de Sheppard :

CRACHE LE MORCEAU. BALANCE ET TU SORTIRAS DE LA CUVE !

____________________________________

Attention : le vrai nom de Gauthier Paravell, Balthier de Lazom, n'est connu que de lui et Léon Brom, merci d'en tenir compte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 17876



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 14PV
John Sheppard


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp] Mar 14 Oct - 22:40

Le rire de Paravell n’avait rien d’humain. Un rire suivait un moment de plaisir échangé avec un autre et était souvent communicatif. Il n’y avait pas une trace de sourire sur les lèvres du jeune homme mais plutôt un rictus de douleur provoqué par un mauvais réflexe de sa main malmenée. La panique s’empara une fois de plus du garçon en observant son bourreau replonger tête première dans sa valise à horreur. Peu importe ce qui sortait de là, le gamin s’attendait à souffrir or l’homme de blanc vêtu lui avait promis que ce serait pire que les tortures précédentes.

« Non… »

Cela ne dépassa pas le stade du murmure. Il le repéta à plusieurs reprises tout en ne lâchant pas du regard le spectacle offert gracieusement par son bourreau et son assistant. Une corde, une cuve…  Avait-il l’intention de le noyer ? Ou de le plonger dans un bain corrosif ? Ce genre d’idées n’aidait en rien l’ex Serdaigle à se calmer qui assistait impuissant à l’installation du matériel. Les signes de panique étaient visibles et ne pouvaient échapper à l’œil expert de son bourreau, il devait certainement en être ravi : les mouvements respiratoires de sa poitrine, les tremblements de ses extrêmités, le front moîte ainsi que les sueurs froides qui le parcouraient.

« Non… Non… fais pas ça…. S’il te plait…. Non…»

A plusieurs reprises, il l’implora d’arrêter ses manœuvres, de l’écouter mais il n’y avait rien à faire, l’autre semblait se délecter d’installer son œuvre. L’informer du contenu de la cuve ainsi que ses effets sur les plaies ouvertes n’arrangea rien. L’effet fut immédiat, Sheppard n’avait pas besoin de jeter un regard sur ce qui lui restait au niveau des pieds pour qu’il panique complétement. Il fondit en larmes et aurait été capable de se jeter à genoux devant son agresseur pour implorer sa clémence s’il avait pu le faire.

« NOOOOooon… Fais pas ça….  NOOOOOooon ! »

Ce n’était plus des murmures mais bien des cris, des injonctions que lançait le garçon qui espérait échapper à ça. Rien n’y fit. Paravell semblait se délectait de l’effet produit chez l’Indésirable n°3 et mit son plan diabolique à exécution. Il fut détaché, les liens tombant au sol mais la libération fut de très courte durée avant qu’il soit touché par un sortilège. Il eut l’étrange impression de se sentir léger ce qui permit de le déplacer juste au-dessus de la cuve.  S’il s’était efforcé de ne pas regarder l’état de ses pieds, là il était impossible pour lui de ne pas les voir pendant dans le vide. Il n’y avait plus aucune ressemblance avec des pieds. Cette découverte laissa le jeune homme bouche bée devant l’horreur de sa situation. Plouf… La première goutte de sang s’échappa de ses restes pour se mélanger au jaune inquiétant de ce liquide moldu.

La mise en place du lien lui écrasant les poignets l’un contre l’autre lui arracha un cri de douleur, ses doigts malmenés se retrouvant en contact avec ceux indemnes. Cela eut le mérite de détourner l’attention du gamin qui suivit du regard le trajet de la corde : de la poulie placé au-dessus de lui jusqu’aux mains gantées de cuir marron qui appartenaient à son bourreau. Un sourire sadique lui déformait les lèvres, il sembla s’accentuer lorsqu’il croisa son regard.


« Fais pas ça… Je te dirais ce que tu veux… NOOOOOOOO… »

Le dernier mot se transforma en un nouveau cri. La lévitation venait de prendre fin, seuls ses poignets supportaient son poids. Il avait beau ne pas être très lourd, il était même maigre pour quelqu’un de son âge, faute de bonnes conditions de vie, la position était très inconfortable. La douleur provenait essentiellement des omoplates et des clavicules. Il n’eut pas le temps de s’y habituer que la pression s’accentua sur ses poignets le faisant remonter d’un bon mètre avant de le faire immédiatement redescendre par à-coups. Chaque à-coup arrachait un hurlement au résistant qui sentait ses articulations mises à rude épreuve et semblant prêtes à lâcher, à se briser à tout moment. Le jeu morbide de yoyo cessa le laissant à quelques centimètres de la surface de la cuve. Instinctivement, l’Aigle avait plié ses jambes pour chercher à échapper au contact de ses pieds avec ce liquide dangereux, gagnant ainsi quelques centimètres de sûreté. Toute son attention était focalisée sur le fait de plier ses jambes.

« Arrête … Arrête… Je te dirais tout… … Brompto… »

Le dernier mot ne sortit pas de ses lèvres, la langue du garçon venant de se bloquer dans sa bouche. Il était pourtant en train de lâcher ses informations. Réduit au silence, les propos du tortionnaire parvinrent à John lui annonçant la suite des événements. Il n’y avait rien de rassurant et dans un ultime espoir d’y échapper, il tenta de modifier sa position en gesticulant pour la rendre plus supportable mais il n’y avait rien à faire.

La pression s’accentuait au niveau des épaules minute après minute. Les trais ainsi que les rictus qui déformaient son visage trahissaient la souffrance du garçon. Ce dernier fit preuve d’une belle détermination en maintenant ses jambes repliées jusqu’au bout mais ce fut son corps qui le trahit. Crac. Le sinistre craquement eut lieu une seconde avant d’entrainer une réaction en chaine. La clavicule droite céda libérant l’épaule de son logement tout en déchirant le trapèze et d’autres muscles destinés au bon fonctionnement de l’épaule. L’épaule gauche ne pouvant à elle seule retenir le poids du gamin, elle rompit un instant plus tard. Le hurlement qu’eut Sheppard n’égala pas celui qu’il poussa lorsque le bas de son corps se retrouva en contact avec le liquide désinfectant. C’était à se demander si même René situé de l’autre côté de la porte insonorisé ne l’avait pas entendu.

Ses jambes furent agitées de mouvements incontrôlables cherchant à ne plus être en contact avec ce liquide mais il en était baigné jusqu’au bas-ventre. La douleur ressentie n’avait aucun égal. Chaque fibre nerveuse lui renvoyait une sensation douloureuse. Impossible de dissocier les sensations provenant du bas et du haut du corps : certains morceaux d’os avaient, en cédant, sectionné les muscles, les vaisseaux sanguins positionnés au-dessus et un morceau de sa clavicule gauche avait transpercé son pull, le rendant apparent.. Le corps entier était agité de tremblements. Uniquement focalisé sur lui-même, Sheppard ne perçut même pas le cri de son tortionnaire, continuant de gueuler sa souffrance. Ses cris se répercutant en écho dans la pièce, il était impossible qu’une personne ne l’entende et après trentes secondes de supplice, il se tut laissant le silence reprendre ses droits.

Il n’y avait pas eu de signes précurseurs, ce fut soudain tout comme la rupture de ses épaules qui avait entrainé sa plongée. Ce fut l’acte de trop pour son esprit qui déconnecta tout lien avec la réalité. Personne ne pouvait supporter cet acte inhumain…  Les muscles se relâchèrent, se détendirent l’enfonçant de quelques centimètres supplémentaires dans la cuve imbibant davantage ses vêtements. Le liquide poisseux continuait de s’échapper de ses pieds et désormais aussi de sa bouche entrouverte, souillant le liquide jaune d’une teinte rougeâtre.

Son corps avait cédé, c’était désormais au tour de son esprit de faire de même.

____________________________________




"No one asks to be a Hero. It just sometimes turns out that way..."

Portoloin vers les liens utiles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.goodforum.net





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Toute question mérite une réponse [PV Shepp]

Revenir en haut Aller en bas

Toute question mérite une réponse [PV Shepp]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-