POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Les poings contre les murs. [Mary]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Ven 14 Nov - 20:33

Le membre 'Mary Kane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 3' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 4' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'Dé PA 2' :

#3 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 13/08/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 13/08/2014
Parchemins postés : 343


Maître du Jeu


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Sam 10 Jan - 22:48

Le temps s'écoulait lentement aux yeux de Claude. Cinq putain de minutes, c'était quoi, dans une vie ? Pourtant, lui qui jouait avec la ligne vitale, c'était énorme. Il devait échapper à trois tarés qui lui voulaient tout, sauf du bien. Et c'était précisément ce qui le gênait. Claude n'était pas un vieillard compliqué. Il voulait finir sa vie sur un lit, sous sa couette, en s'endormant lentement, sûrement. Eux, ne le permettraient pas. Il courait, donc, sans jamais s'arrêter, même si la fatigue continuait de lui tirailler les entrailles. Vomir. Ce simple mot lui donnait les nausées. Il sentait son estomac à bout, à force de se dandiner de droite, à gauche, couplé au stresse de voir sa vie s'éteindre.
Il titubait par moment, chutant sur des cadavres d'ivrognes, ou quelques caisses et couettes en boule. Il aurait voulu sauter par une fenêtre et, comme dans tout film d'action moldu, tomber dans une benne pleine et s'enfuir à l'insu de ses poursuivants. Dans ces moments là, on comprenait enfin que la réalité n'avait rien à voir avec ce que l'on vendait à la population. La violence se banalisait, à l'écran, dans la presse. Mais la violence restait violente, cruelle, et ravageuse, elle percutait, terrorisé, et une fois face à elle, on ne pouvait que se sentir prisonnier. Derrière lui, il en entendait un arriver. Il le sentait, plus qu'il ne l'entendait en vérité. L'aura maléfique du type transperçait les murs, s'en devenait effrayant. Survivrait-il ?

Dans un autre couloir, deux types étaient tombés nez à nez avec Hoyt Volker, le très doué second du mercenaire Vaas. L'autre arborait un sacré sourire, couplé à une tête blasée. Il était dans un entre-deux qui laissait présager qu'il n'était pas bon de s'attaquer à lui. Mais pour les deux abrutis de junkies qui l'assaillaient, rien n'avait plus de sens, à cet instant, que de chercher l'embrouille. Hoyt tenta d'en enchaîner un, il évita.

-Hé. Pourquoi tu t'énerves ? On peut pas causer?

Sur ses belles paroles, le type, relativement chétif, tenta d'attraper le col de Hoyt mais se fit mettre à l'amande et se retrouva à terre plus rapidement qu'il ne l'avait prévu. L'autre, sur l'instant, tenta une approche par coup de poing qui fut esquivé sans mal. Oui, ils prenaient enfin conscience qu'ils venaient de mettre leur vie en péril pour une raison inconnue. Ironie du sort ou pure stupidité ?
A l'image de la drogue, c'était hallucinant. [/justify]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Sam 10 Jan - 22:48

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 4' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 12/08/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 13/08/2014
Parchemins postés : 22


PNJ


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Sam 10 Jan - 22:50

Les deux abrutis qui se présentaient à Hoyt n'étaient pas franchement inquiétantes pour lui qui avait vu bien pire. Hoyt, du haut de son jeune âge, avait vu bien des horreurs et en avait commis certaines. Il n'avait ne prétendait pas être un saint, cela dit. C'était une nuance très importante chez le jeune homme. Lui n'avait aucune prétention à être une bonne personne. Il faisait ce qui était nécessaire pour vivre, car ce qu'aimait par-dessus tout Volker c'était vivre. Il s'aimait également suffisamment égoïstement pour faire passer ce besoin vital de vivre, avant toute notion. Capable de tuer pour un rien si tant est que cela lui permettait de continuer sa route sans encombre, il n'était, de prime à bord, pas le type qu'on aimait rencontrer, ni côtoyer. L'autre tenta de lui attraper le col, d'un geste habile, Hoyt décala son avant-bras, le retourna et le cloua au sol d'un geste brusque mais maîtrisé. L'autre s'essaya au combat à main nu, mais échoua vainement dans sa tentative. Hoyt recula et écarta les bras.

-Bah ouais, les gars, faisons comme ça. On peut causer.

Il attrapa par les cheveux celui qui était à terre et le souleva légèrement.

-Quelque chose à me dire touffe-touffe ? Hum ? Quoi ? Rien ? Oh. Pas très poli ça. Putain, les gars j'fais des efforts pour vous. Et voilà c'que j'récolte.

Il éclata la tête du gars face contre terre et tira son pistolet de sa ceinture pour lui tirer une balle dans la colonne vertébrale. La mort serait lente, douloureuse et il ne pouvait catégoriquement pas bouger. Hoyt fixa ensuite le plus bourru qui comprenait qu'il n'y avait pas trente-six choix possibles, ici. Soit il se défonçait pour planter l'espèce de taré d'en face, soit il crevait fusillé. Merde, la vie c'était pas ça.

-

Plus loin, Jagsper continuait d'arpenter les couloirs Il marchait plus qu'il ne s'affolait. De nature, il était un traqueur hors paire, à l'image d'un certain Lincoln Crow, Intendant du Royaume-Uni. Aussi, s'il y avait une chose que William comprenait plus que la normale c'était que la faute était inévitable  pour qui avait à fuir un autre. Il analysait ainsi chaque mètre parcouru. Rien n'y faisait, Claude continuait de courir et visiblement, il paniquait. L'idée d'être poursuivi ? Jagsper en doutait. Ses pas se faisaient plus précipités, plus hâtifs, comme pour gagner du temps. Ce n'était dû à la présence des subordonnés de Vaas. Il y avait quelque chose d'autre. Il tomba, un peu plus loin, sur un carrefour. Quatre voies – en vérité seulement trois étaient disponible puisqu'il excluait d'office celle d'où il provenait. L'instinct ne rentrait plus en compte. Jagsper ne faisait que trop rarement confiance à ses ressentis et son propre instinct. C'était maladif, il trouvait l'idée de se croire soi-même abject. Il se référait aux faits, à ce qui était visible, palpable, analysable. Selon lui, l'esprit humain était tout sauf analysable. On avait trop voulu le psychanalyser. On l'avait juger fou parce qu'il avait prétendu l'être. Il avait testé ce système jusqu'à en devenir lui-même une victime. Une fois à Hammerfall, la seule porte de sortie légale est létale.
Lui s'était dérobé, et avait désormais un avis construit et personnel sur le sujet. Analyser n'était possible qu'avec ce qui était réel. Et son esprit ne l'était pas. A ses yeux, il était mort voilà quelques temps, il ne vivait plus que pour servir un homme qui l'avait récupéré, à savoir Vaas. Le criminel mondialement connu et recherché avait cherché à lui rendre sa liberté, à le reconstruire. Il y croyait encore. Et pour ce simple geste, Jagsper se devait de lui être fidèle. Vaas, malgré tous les aspects néfastes qu'il inspirait avait fait bien plus pour ses hommes qu'on aurait bien voulu le croire. Mais cette dimension était tue, légendaire, mythique. Sauf pour les hommes du groupe qui en savaient beaucoup et savaient à qui il devait ce qu'ils possédaient.
Il passa par la droite. Claude s'agitait là-bas, il venait de chuter sur quelque chose, des caisses et des couvertures. Jagsper s'activa, précipitant ses pas jusqu'à courir. Il s'élança dans un nouveau couloir, avant d'en rejoindre un autre, plus un autre, et au fond de son dernier essai, il le voyait. Claude était là, courant pour sa vie. Un couteau s'élança depuis Jagsper jusqu'à la jambe de Claude. Il chuta, retira le couteau, mais parvint à se relever avant même que William ne l'atteigne. Mais il était lourdement affaibli, et il pissait désormais le sang comme un porc qu'on égorge s'enfuyant à travers l'abattoir. Il était condamné. Jagsper reprit son rythme de marche et haussa lourdement la voix, espérant que ses compagnons l'entendent, ce qui devait être le cas.

-IL SAIGNE.

Et il n'y avait plus qu'à suivre les traces de sang, désormais.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Sam 10 Jan - 22:50

Le membre 'PNJ' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 3' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 4' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'Dé PA 2' :

#3 Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Dim 11 Jan - 0:16

Depuis combien de temps étaient-ils ici ? Des heures, quelques minutes ? Elle n'aurait pas su le dire, dans ce labyrinthe étrange et insoupçonné, le temps semblait n'être qu'une notion toute relative. Quelle importance dans le fond ? Est-ce que des gens comme eux se souciait vraiment du temps ? Vaas avait donné ses instructions, et tant qu'elles étaient respectées, le reste n'avait que peu d'importance. Hoyt et Jagsper étaient des habitués, elle était sûre que les choses serraient faites dans les temps. Leur présence avait quelque chose de rassurant. Elle était probablement la seule femme au monde à le penser, les deux hommes n'étant pas le genre de type que l'on fréquentait dans les endroits où se réunissaient la bonne société. Il n'empêchait qu'avec eux à ses côtés, elle se sentait rassurée. Elle avait l'impression qu'elle avait une chance de s'en sortir. Les choses évoluaient rapidement, en arrivant, elle ne s'était pas tout à fait rendue compte qu'elle risquait sa vie. C'était le genre de chose qu'on ne comprenait généralement qu'une fois devant le fait accomplis. En ce monde désormais, tout le monde était un ennemis potentiel si ce n'était le groupe très restreint des mercenaires de son père. Et encore, même eux n'étaient pas totalement digne de confiance. Elle apprendrait vite à ne dormir que sur une oreille, un couteau ou un flingue en dessous de son oreiller, sa baguette à portée. Un jour, si elle ne mourrait pas trop jeune, ce réflexe serait tellement bien acquis qu'elle ne pourrait plus faire sans. Viendrait un jour où l'on tenterait de la réveiller dans son sommeil pour lui dire quelque chose et qu'habituée à ne dormir qu'à moitié la personne se retrouverait un couteau sous la gorge. Elle était encore bien loin d'avoir cet état d'esprit. Pour le moment, elle n'était qu'une novice mal dégrossie à qui il fallait encore tout apprendre. Et pour apprendre, il fallait encore qu'elle reste en vie. Pour l'instant, ça semblait bien partis, elle était à peine blessée, mais ils n'avaient pas encore attrapé Claude. Les choses pouvaient encore changer. Dans ce genre de situation, il suffisait d'une minute, d'un infime moment de distraction, et tout pouvait se finir en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "Stupéfix".

Comme les autres, elle continuait de chercher Claude. Il fallait qu'elle reste en mouvement puisque le risque de se faire attaquer par les gens présents dans le labyrinthe. Certains tellement abrutis par l'alcool et d'autres substances moins légales qu'ils ne représentaient aucun danger. Même pour Mary qui n'était pas une combattante aguerrie. Il lui suffisait de les éviter, et le tour était joué. D'autres en revanche étaient rapides, et auraient fais n'importe quoi pour avoir d'argent, le plaisir de s'amuser, ou de violer une jeune fille d'apparence innocente. Plus qu'Hoyt et Jagsper, elle était une cible potentielle. Elle le serait toujours. Les femmes ne sont pas courantes chez les mercenaires. Elles n'étaient pas inexistantes, mais il fallait des femmes de caractères, fortes, et capables d'imposer le respect. Et surtout, plus important, de se défendre. Il faisait de plus en plus sombre dans les couloirs, et il fallut que Mary sorte sa baguette pour y voir quelque chose. Elle continua d'avancer, le plus silencieusement et rapidement possible, marchant sur des oeufs pour ne pas se faire repérer. Puis soudain, un cri brisa le silence, elle mit un moment avant de comprendre que c'était Jagsper qui criait. Elle avait tellement peu entendu le son de sa voix qu'elle avait du mal à le reconnaître, pourtant indubitablement, c'était lui, et il avait réussi à avoir Claude. Il ne restait plus qu'à le rejoindre tout en se fiant à son ouie. D'où provenait le son qu'elle avait entendu ?

Plutôt que de s'élancer sans réfléchir dans une direction inconnue dans l'espoir de le retrouver, elle prit quelques secondes de réflexion pour tenter de déterminer d'où semblait provenir la voix qu'elle venait d'entendre. Une fois qu'elle fut plus ou moins sûre, elle se mit à courir dans la direction qu'elle supposait être la bonne. Elle ne mit pas longtemps à trouver Jagsper qui était bien plus proche d'elle qu'elle ne l'avait supposé. Sans un mot, il lui pointa une direction du doigt. Elle se mit à courir plus rapidement, heureusement pour elle, même si elle n'était pas une grande sportive, elle avait un minimum d'endurance. Claude, quand à lui, n'était pas le genre d'homme à pouvoir piquer un sprint sans se retrouver au bord de la crise cardiaque, l'avantage était donc de leur côté. Elle ne mit pas longtemps avant de le rattraper, et cette fois-ci, c'est avec sa baguette qu'elle le visa sans manquer sa cible. Hoyt ne les avait pas encore rejoint, si bien qu'elle cria pour qu'il puisse les repérer :

"Hoyt, dépêches toi, on l'a presque."

Claude qui continuait de courir pour tenter de leur échapper semblait mal en point, et si Mary ne se trompait, il n'en faudrait plus beaucoup pour l'arrêter.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Dim 11 Jan - 0:16

Le membre 'Mary Kane' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 2' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 3' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 'Dé PA 2' :

#3 Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 13/08/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 13/08/2014
Parchemins postés : 343


Maître du Jeu


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Sam 28 Fév - 13:19

L'homme face à Hoyt venait de voir son ami mourir. Enfin, “ami”, était déjà un bien grand mot pour des drogués de la sorte. Quoiqu'il en soit, il comprenait assez facilement qu'il se battait maintenant pour sa vie, ce qui n'était jamais réellement arrivé. Du moins, pas aussi franchement. Il en aurait dégeulé si la peur de se retrouver encadré entre quatre planches ne le tenaillait pas au point de rester stoïque. Volker le chambra à coup de baffes qu'il contrait sans mal. Soudainement, un élan soudain le poussa à envoyer un coup de poing en pleine figure de Volker, puis à enchaîner d'un coup de genou dans les côtes. Il sortit un couteau, s'élança à l'assaut de Hoyt, et tenta de planter. Le jeune mercenaire esquiva habilement mais non sans mal, et pris la lame dans le bras. Ce qui valait toujours mieux que dans le cou. Il recula légèrement, reprenant sa défense et ses esprits. Etait-il mort ? Non ! Que diable, il allait se battre !

D'un autre côté, Claude continuait de courir. Il n'avait plus beaucoup de temps à tenir, à peine plus de trois minutes. C'était ridicule tellement c'était faisable. Pourtant, rien ne lui indiquait qu'il ressortirait vivant de cet endroit qu'il connaissait comme sa poche. Rapidement alpagué par la gamine qui suivaient les deux gros dingues de tueurs à gage, il tenta une esquiva et voulu s'échapper, mais le sang qu'il laissait derrière lui eut raison de sa rapidité. Elle l'enchaîna d'un sortilège qui le fit chuter à terre, heurtant le mur de plein fouet, laissant le sang couler sur le sol crade. Il se releva rapidement, titubant et plaça une main sur son crâne. Il se retourna et envoya une brique trouvée sur le par-terre en direction de la fille. Il la heurta de plein fouet. Une nouvelle chance de s'enfuir. Il devait continuer à courir.
Spoiler:
 


Dernière édition par Maître du Jeu le Sam 28 Fév - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Sam 28 Fév - 13:19

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé PA 4' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 'Dé PA 2' :

#2 Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 12/08/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 13/08/2014
Parchemins postés : 22


PNJ


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary] Sam 28 Fév - 14:21

Hoyt n'en revenait presque pas. Il avait reçu plusieurs coups de suite, et s'était retrouvé dans une position délicate, celle de devoir éviter d'urgence un coup de couteau et de se faire planter lourdement dans le bras gauche. L'autre s'était reculé légèrement et semblait gagner la confiance dans un combat de toutes façons déséquilibré et qui était à l'avantage du mercenaire de Vaas. Ce dernier prit le couteau à pleine main et l'extirpa d'un coup sec lui arrachant un rictus de douleur aiguë. Il jeta le couteau à terre, et souffla avant de s'avancer face à l'ennemi qui tenta de lui assigner un coup, qui fut évité. Les poings de Hoyt se glissèrent sans mal dans le ventre de son adversaire qui se courba de douleur. Le genou défonça le crâne du drogué avant qu'il se s'étale de tout son long sur le sol. Volker sortit alors son couteau de chasse d'un poche de son treillis et ouvrit sans ménagement la gorge de sa victime qui endura l'horreur pendant plusieurs secondes avant de perdre connaissance, puis la vie.

Jagsper, de son côté, continuait de suivre la piste laissait par Claude. La gamine l'avait touché. C'était déjà une bonne nouvelle, on s'approchait de la fin de la traque. Il parcourait les couloirs avant de tomber sur Mary. Elle s'était prise une brique en pleine figure, difficile de s'en remettre quand on avait à peine dix-sept ans et qu'on avait jamais pris réellement part à une grosse castagne générale. Jagsper la tira et l'adossa contre un mur. Il se releva alors et d'un pas précipité poursuivit Claude sur deux couloirs avant de l'apercevoir à l'autre bout du corridor. Sortant son arme à feu, il tira un coup qu'il manqua, amenant le propriétaire des lieux à paniquer. William lâcha un souffle d'exaspération et revint sur ses pas pour s'occuper de Mary qu'il aida à lever et qu'il épaula pour marcher parmi les corridors.

Plus loin, Hoyt avançait en sifflant. La démarche de caïd lui allait bien, il gonflait le torse et laissait apparaître ses muscles non pas exubérants mais finement taillés et d'une élégance pure. Au détour d'un croisement de couloir, il tomba nez à nez avec Claude et d'un geste vif et efficace lui empoigna le cou d'une main, puis serra.

-Putain, merde, Patron, tu gambades vite un peu.

Il le jeta à terre et lui assigna un coup de pied dans le ventre, obligeant le vieillard à dégobiller ses tripes. Hoyt se pencha, attrapant le col du type et le releva pour le plaquer contre un mur. A l'angle du mur, quelques mètres plus loin, Jagsper et Mary arrivaient.

-Les sangs-de-bourbe ? Sont où?
-De ? Les quoi ? Je... on parle de quoi là ? Non parce que moi j...

Une claque frappa la joue du vieillard. De nouveaux dénis eurent raison d'une nouvelle gifle. Puis une autre, une autre, et finalement Hoyt perdit patience et s'approcha d'une fenêtre. Il jeta l'homme à travers et le rattrapa avant qu'il ne chute plusieurs mètres plus bas.

-Où?
-D'ACCORD ! OK ! EN BAS ! LA CLE EST DANS MA POCHE, S'IL VOUS PLAÎT!

Le mercenaire le releva et le plaqua au sol, plaçant son genou sur sa colonne vertébrale. Il lui fouillait les poches et récupéra une petite clé en métal. Il l'observa un instant avant d'enfoncer légèrement son genou dans le dos de sa victime.

-Où ça, en bas?
-Derrière le bar, y'a une trappe, elle mène dans les caves. Y'a une porte cachée derrière des caisses de vin ! Je vous y amène, vous verrez!
-Hum.

Hoyt se releva, Claude également et d'une voix fébrile remerciait le mercenaire de l'épargner. Le second de Vaas ne perdit pas cent ans, sans réellement réfléchir, d'un geste nonchalant, il attrapa Claude dans le dos et le balança à travers la vitre d'ores et déjà cassée. Le bruit de chute de Claude se termina par celui de sa collision mortel avec le sol, plusieurs mètres plus bas, mais Hoyt était déjà parti en direction du bar, ne s'attardant même pas à savoir si Mary et Jagsper le suivaient ou non.

En bas, ils retrouvèrent les débris du combat entre eux et les trois premiers protagonistes, piliers de comptoir et fidèles garde du corps officieux du patron du bar, Claude. Hoyt sauta par-dessus le bar, se laissa aller à un brin de vandalisme en faisant tomber une bonne quinzaine de bouteilles à terre qui volèrent en éclat, avant de se saisir d'une bouteille de Vodka des plus alléchantes. Il en dégusta quelques gorgées avant de lancer la bouteille à Jagsper. Volker retira alors le tapis qui régnait en maître sur le sol. Il découvrit ainsi une trappe qu'il ouvrit sans mal grâce à la clé donnée, bénévolement, par Claude. La trappe laissa place à une cavité descendante de plusieurs mètres dont on ne voyait pas le fond. Sortant son arme, il descendit par l'échelle.

Déposant à peine ses pieds sur le sol terreux de la cave, il se saisit de sa baguette et informula un lumos basique mais diablement efficace qui illumina toute la pièce. Les caves du bar étaient crades et des caisses d'alcool s’entassaient ça et là. Hoyt ne perdit pas réellement de temps, il explosa les caisses à coups de bombarda ce qui dégagea rapidement le passage jusqu'à la fameuse porte de métal évoquée par Claude. Devant, il se retourna en direction de ses deux acolytes.

-Sortez vos armes.

Il inséra la clé à l'intérieur de la serrure et tourna lentement avant d'ouvrir la porte brusquement. La porte laissa se dévoiler une pièce sordide où une vingtaine de personnes étaient entassées les unes sur les autres, dans le noir complet. Hoyt baissa son arme lentement.

-Allez les filles, on vous sort de là. Allez, hop hop hop.

Les hommes, femmes et enfants présents ne prirent aucun risque et sortirent de la pièce pour venir se regrouper dans les caves. Jagsper ne les lâchait pas d'un iota. Son canon pointé sur eux. Hoyt revint vers eux et fit le tour du groupe, l'air sympathique, détendu, agréable.

-Bien, on nous a envoyé vous récupérer pour vous sortir du merdier dans lequel vous êtes plongé. On en a pas l'air, tout ça, tout ça, c'est vrai. A vous de nous croire, ou pas. En attendant, vous allez me suivre tranquillement, et pour éviter tout débordement mes acolytes vont fermer la marche. Maintenant on se la ferme et on marche.

Les derniers mots furent plus durs, laissant aucune place à l'interprétation. Le groupe remonta donc jusqu'à l'intérieur du bar. Hoyt envoya Jagsper récupérer une fourgonnette qui pionçait de l'autre côté de la rue. William était doué pour voler les véhicules, aussi ils n'eurent pas à attendre plus d'une quinzaine de minutes pour faire entrer tous les sangs-de-bourbe à l'arrière du fourgon.
Hoyt prit les commandes, les deux autres assis à côtés de lui. La mission était accomplie et bientôt ces impurs se retrouveraient entre les mains de l'Intendance.
Spoiler:
 


Dernière édition par PNJ le Sam 28 Fév - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les poings contre les murs. [Mary]

Revenir en haut Aller en bas

Les poings contre les murs. [Mary]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-