POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 13/08/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 13/08/2014
Parchemins postés : 343


Maître du Jeu


MessageSujet: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Sam 18 Oct - 19:56

Deuxième jour.

Ce qu'il s'était passé la veille n'avait pas été prévu. Ou du moins, en image. Personne ne s'était dit que c'était possible. Tous s'attendaient à ce que les nés-moldus se battent pour la vie. Tous, pour la première épreuve, s'étaient précipités dans les gradins pour assister à des combats de chien qui se déchireraient pour la survie. Ils avaient été déçus, et le régime s'était admirablement bien servi de cette frustration générale. Un seul avait survécu, peut-être pas celui qui s'y attendait le plus. Mais il avait eu le courage de s'affirmer, contrairement aux autres qui avaient provoqué le désarroi du public. Le régime s'en fichait de ce qu'il se passait. De qui vivait ou non. Tuer des hors-la-loi bourbistes se résumait au quotidien depuis dix ans. Ce qui importait, et ce qui était fort, c'était la mise à mort pour ce public qui n'attendait que ça. Trois jours de pure folie sanguinaire. Trois jours où ils oubliaient de réfléchir et de remettre en cause leur position dans cette dictature. Trois jours supplémentaires pour les asservir.

Après les nés-moldus, ennemis premiers du régime depuis le début, c'était au tour des terroristes. Ceux qui faisaient peur. On crachait sur les sang-de-bourbes, mais on s'inquiétait de la présence des terroristes. Tout était évidemment contrôlé de manière à créer ces peurs.
Cependant, le régime avait tout construit. Après la haine folle d'une décennie, venait la peur de voir des gens dont on murmurait les actes avant de dormir. La folle colère se transformait en une peur silencieuse. Un stress supplémentaire. Comme si ces fous pouvaient soudainement grimper dans les gradins et tuer tout le monde.
Ils finiraient par se rendre compte qu'eux, le public, avaient le pouvoir. Et en seraient plus que fiers.
Illusions.

Quand on fit entrer les trois dangereux individus, toute la foule s'était tue. Ils ne criaient pas, à la différence de la première épreuve. Aujourd'hui, ou plutôt ce soir car l'Intendant avait décidé que cette épreuve aurait lieu au coucher du soleil.
Au centre de l'arène, une immense zone d'eau attendait paisiblement. Le bruit était éteint, les gorges serrées, les palpitations cardiaques déséquilibrées.
Les jeux commençaient.

«  Mesdames et Messieurs, nobles Sorcières et Sorciers de l'Intendance, humbles moldus protégés par l'Intendance, le Département de l'Education du Peuple et de la Culture vous souhaite la bienvenue dans les Arènes Magiques de Londres. Le Département de la Recherche du Ministère de la Magie Anglais, le Département de l'Environnement et des Créatures Magiques Anglais et le Département de la Sécurité Intérieure vous souhaitent un agréable moment. Tous les participants sont étroitement surveillés et ne pourront dépasser la limite rouge que vous voyez dessinée. Il en sera de même pour les créatures magiques qui seront successivement présentées à vos yeux lors des Jeux. »

Les gens agrippaient à leur siège. Comme si la petite voix annonçait le début de la pièce de théâtre, du match ou du film qui se jouerait devant eux. Ils étaient un public assoiffé de divertissements, tendus à l'extrême.

« Bourbistes ! Terroristes ! Devant vous, une piscine de vingt mètres de profondeur regorge de trois sacs d'armes. Sacs différents, de toute évidence. Vous avez cinq minutes pour les trouver, les détacher et les ramener à la surface. Une fois ces cinq minutes dépassées, un sortilège s'activera et les autodétruira, qu'importe où ils se trouvent si ce n'est sur les trois cercles que vous apercevez sur le bord de la piscine. Préparez-vous ! Cinq. Quatre. Trois. Deux. Un. C'est parti ! »


----
Hors-jeu:

Bienvenue à tous pour cette deuxième épreuve. Elle concerne les Terroristes. (Les PJ Mercurius, Light et le PNJ de Tommy sont donc appelés pour le grand plongeon.)

Je vous laisse poster l'arrivée de vos personnages et l'épreuve commencera.
Voici les statistiques de vos personnages.

Le personnage de Niko est mis à 10 PV pour cette épreuve. Le régime a en effet bourré de nourritures et exigé exercices physiques pour ceux qui se trouveraient trop faibles pour participer.

Niko — Mercurius Yakovski ; 10 PV - 3 PA
Lightounettequej'aime — Light Leonheart ; 15 PV - 4 PA
Tommy — William Bones ; 15 PV - 4 PA

Pour ce post de commencement, vous êtes priés de lancer un dé PA 3.
Si ce dé est réussi, vous accédez au sac et le remontez à la surface.
Si ce dé est raté ou bloqué, vous ne réussissez pas à remonter le sac à la surface. (Pour toutes les raisons imaginables, cela vous appartient.)
Si ce dé est renvoyé, vous ne réussissez pas à remonter le sac à la surface. Vous vous blessez obligatoirement en remontant à la surface et perdez ainsi 3PV.

Bons jeux à tous !

NB: Je rappelle que seuls les participants ont la possibilité de poster.
Si un de vos personnages est dans les gradins, il faudra le mentionner dans les rps annexes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 13/09/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/11/2012
Parchemins postés : 1364



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 14PV
Mike F. Witcher


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Sam 18 Oct - 20:17



Spoiler:
 

Il allait mourir.

Formidable. Vraiment. Le constat ne tirait cependant pas plus d'émotions que cela à Billy. William Bones de son véritable nom, était résistant, terroriste si l'on voulait. Il était irlandais et sang mêlé, poufsouffle. Il possédait un parcours qui n'avait pu que l'amener à devenir bourbiste et en bonne logique il était devenu un soldat du bourbisme. Il s'était battu contre les puristes, et cela l'avait mené ici même, dans cette geôle. D'abord à Azkaban, cela dit. Billy ignorait ce qu'il s'était passé depuis son entrée en prison, depuis sa capture. Il ignorait si ce qu'il avait fait et ce pourquoi il s'était fait capturé avait servi à quelque chose. Il s'en était passé, des choses. Billy avait agi avec, comme d'habitude, le plus grand sang froid et la plus grande nonchalance, ce qui le caractérisait toujours. Policier habitué à traquer les puristes en Irlande, il avait travaillé de bonne grâce avec la Vague pour évacuer la population et c'est lorsqu'il était avec la Vague que le pays était tombé. Il ne retournerait plus à Dublin, c'était fini. Mais William Bones n'était pas du genre à se plaindre. Cela l'affectait, bien sur, mais jamais il ne le montrerait. Pas son genre. Il avait donc rejoint la Vague, et il s'était battu. On lui avait donné plusieurs missions de filature. Une était importante : celle d'espionner et de convaincre le général moldu Roy Sellers de les rejoindre. Ce que Sellers avait fait. Mais Billy, lui , avait été repéré...et capturé.

Donc il ignorait si ce qu'il avait fait avait servi ou pas. Et même que Glasgow allait, ou s'était produit. Il ne savait rien, sinon qu'on l'avait transféré d'Azkaban à une prison autre. Une prison où on le nourrissait plutôt bien et où il y avait du bruit. On ne l'emmerdait pas et il n'y avait pas de détraqueur. Tous les sens en alerte, Billy se doutait qu'il se passait quelque chose et cela ne manqua pas d'arriver.

Des jeux. Non, une arène. Oui, une arène. Et une foule grondante et ennuyante. D'autres gens dans l'arène. Un gamin et une femme. Bon, formidable. Et une piscine...pourquoi une piscine, allez savoir. Il regarda le tout d'un air vaguement absent. La fille, il l'avait déjà croisé au QG de la Vague. Le gamin, il avait l'air dans un sale état. Azkaban, sans doute. Il s'adressa à eux :

« On s'est déjà vu, je crois. Vous êtes Light Leonheart, c'est ça ? Je m'appelle Bones, Billy Bones. Je suis de la Vague. » Il se tourna vers le gamin. « C'est quoi, ton nom, à toi ? »

La foule grondait, et déjà on leur donnait des instructions. Bon. Magnifique, réellement. Plonger dans une piscine de vingt mètres de profondeur n'enchantait pas plus que ça l'ancien policier, mais bon, il n'avait pas trop le choix. Il sourit d'un air las :

« Je crois en Dieu, mais je vous avoue, là, je préférerais croire aux sirènes. M'enfin, pas le choix, hein. C'est parti pour la baignade. »


Au fond de l'eau, il n'entendrait pas les cris. Il nageait bien, plutôt bien, même si on ne voyait rien. Il prit une grande inspiration, et s'enfonça dans les profondeurs. Coup de chance, il trouva le sac presque du premier coup ou presque. La remontée fut plus difficile et il s'écroula en crachotant de l'eau sur la terre ferme. Mais le sac était au bon endroit. Ce qu'il ne fallait pas faire...tout ça en sachant qu'il mourrait tout de même, et que ça amusait les tarés qui venaient le voir mourir.

Mais ça le ferait marrer s'il survivait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Sam 18 Oct - 20:17

Le membre 'Mike F. Witcher' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 3' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 13/03/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 27/01/2011
Parchemins postés : 1151



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 15PV
Light T. Leonheart


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Sam 18 Oct - 21:41

Ca faisait combien de temps qu'ils étaient là ? Des heures, des jours, plus encore ? Tout paraissait flou, comme nappé sous une épaisse vague de brume, impossible à traverser. Par moment, on pouvait entendre des éclats de voix en provenance de l'extérieur depuis les cellules. Mille questions me passaient alors par la tête : que se passait-il, pourquoi, comment, combien de personnes il pouvait y avoir dehors ?
Quant au pourquoi j'étais là, j'avais bien ma petite idée. Je me souvenais vaguement de Glasgow, de la raison pour laquelle j'avais atterri ici et de ce qui avait suivi. J'avais la mémoire en morceaux mais je n'en faisais pas grand cas. Je me doutais bien que ça ne pouvait être que mieux ainsi.
A présent j'étais là, encore cage, et je me demandais ce qui m'avait pris pour aider des gens qui n'avaient aucun scrupule à me laisser pourrir dans ce genre d'endroit. J'étais la reine des connes. Ah, ça me faisait une belle jambe d'avoir voulu donner de ma personne pour une "noble cause", vraiment ! Tout ce que je gagnais, c'était un vieil enclos miteux et humide, et la suite s'annonçait bien joyeuse !
Bordel, mais pourquoi j'étais pas restée bien sagement dans mon coin après Poudlard, sans faire de vague ?

Je balançai ma tête en arrière, comme bien souvent lorsque je m’apercevais de ma connerie, et fixais le plafond d'un regard blasé. C'était vraiment con d'en arriver là. Bon, au moins, je savais pertinemment ce qui m'attendait : c'était enfin la fin de ce chiant et long voyage. Oui mais voilà, finalement, je commençais à me dire que j'avais pas trop envie de claquer. C'est marrant la façon dont on dit se foutre de la mort puis de changer d'avis quand elle finissait par montrer le bout de son nez.
Je me disais que j'avais vraiment vécu une vie de merde et que c'était pas possible de crever après un tel fiasco. Qu'est-ce que j'avais bien pu faire pendant tout ce temps gâché ? Ah, oui. Prendre parti. C'était la plus belle connerie que j'ai jamais faite. Une connerie répétée inlassablement, ceci dit.
Je n'étais pas d'accord avec les idées et les violences des puristes, ça je pouvais pas le nier. Mais l'opposition ne faisait pas dans la dentelle non plus et moi la première. Qu'est-ce qu'on en avait à foutre des Moldus, en fait ? Ils disaient ni merci ni merde, avaient passé leur temps à cramer ceux qu'ils accusaient de Sorcellerie dans des temps plus anciens, et ils n'avaient pas besoin des sorciers pour détruire leur monde eux-mêmes. Se battre pour leurs droits était vraiment une blague de mauvais goût.
Et dire qu'ils étaient là, à l'extérieur, à crier pour la mort de gens qui s'étaient tous faits avoir. Heureusement, ça je ne le savais pas encore.

A défaut d'être contre un régime où le plus fort l'emportait, j'aurais pu fermer ma grande gueule, faire profil bas et mener mon petit bout de chemin de mon côté sans me préoccuper de tout cela. Personne ne m'aurait fait chier. J'aurais même pu me faire des relations. De vraies relations, pas celles qui se servent de vous comme bouclier en pleine bataille.
Oui mais voilà, ça il aurait fallu y penser avant. Putain ce que j'avais envie de me mettre des baffes. Et ils étaient où à l'heure actuelle mes soi-disant alliés ? Oh ils se foutaient pas mal d'où j'avais pu passer, il était même certain qu'ils soient au courant sans qu'ils prévoient de faire quelque chose. J'étais qu'un dommage collatéral, une fois de plus. Ca devenait très lassant.
Il était trop tard de toute façon. C'était foutu. J'étais foutue. Et le pire c'est que je ne pouvais m'en prendre qu'à moi. Pourquoi t'as voulu être gentille, Blondie ?

Tout à coup quelqu'un vient, pour m'emmener. Pour aller où ? Je le sais même si j'ai pas une idée précise du lieu vers lequel on m'emmène. Je peux pas me tirer de là, aucun moyen de m'en sortir cette fois. Je baisse la tête et je continue d'avancer en regardant le sol.

La lumière m'éblouit alors qu'on ouvre des portes devant moi. Je suis obligée de tourner la tête en fronçant les sourcils pour ne pas me cramer les yeux.
Quand je les rouvre tout est calme, l'immensité du lieu est impressionnante. J'en ai le souffle coupé. Comme tous ces regards que je devine de loin dans la foule qui nous domine. Une arène. Quelle primitivité. Alors c'est ça qu'ils veulent ? Je balaye les gradins des yeux et me redresse bien malgré moi. Fierté familiale oblige. Ca se prétend juste ? Réalisent-ils seulement qu'ils vont regarder des gens s'entre-tuer, et pour quoi ? Pour l'exemple ? Pour la distraction ? Je pensais vraiment que l'être humain avait évolué depuis les époques barbares, mais je me trompais. Je m'étais battue pour la survie de ceux qui étaient là à attendre qu'on se déchire.

J'en étais écoeurée.

Ouvrez les yeux, merde ! Nous sommes des personnes ! DES PERSONNES ! ...Bande de cons.

J'avais même pas besoin de le hurler, ni de parler. De toute façon, qu'est-ce que ça aurait pu changer ? On était un jeu sans conséquence.

Je quittai les gradins des yeux et me dirigeai vers deux autres silhouettes plus avant, les dents serrées, le regard fixe. Je ne disais rien, pourtant je sentais mes intestins se nouer de colère.
Ce n'est qu'en arrivant à un mètre des deux autres que je relevai le regard. La présence d'un individu en particulier m'interpella.


« Mercurius ?! Qu’est-ce que tu fous là ?! »

Bon, la dernière fois qu'on s'était vu je lui avais claqué la porte au nez, mais je ne m'attendais vraiment pas à trouver un gamin dans ce genre de saloperie ! Ils en étaient réduis à ça ? A mettre des jeunes sorciers, des élèves, en pâture pour divertir la populace ?! Elle était où la justice là-dedans ?!

“Ca va ?!”

Question inutile, il avait une sale gueule -comme eux tous- et le fait qu'il soit ici n'allait rien arranger, au contraire. Je n'étais pas sa mère, ni sa soeur, encore moins sa copine ou sa pote, mais une ligne d'inquiétude barrait à présent mon front. Il pouvait pas mourir ici, quand même ! Je jetai un coup d'oeil à l'autre homme. Sa tête me disait quelque chose sans que je connaisse son nom. Lui par contre, il semblait en savoir un peu plus sur moi. Comme la plupart des hors-la-loi.
Il serait beaucoup plus expérimenté que Mercurius. Il n'aurait pas de mal à tuer un gamin.

Je n'arrivai pas à desserrer les dents. J'avais pas prévu de sauver la peau de quelqu'un d'autre que moi aujourd'hui mais les choses se compliquaient.
La justice, tu parles. Arrête donc, pauvre conne. Ca te suffit pas d'être dans la mouise ?

Le mec avait pas l'air méchant, peut-être qu'ils pourraient s'arranger pour ne pas s'étriper à bien y réfléchir ? Enfin vu comme je m'étais faite avoir par tout le monde, je pouvais pas me fier à une première impression de quelques secondes, surtout pas dans ce genre d'endroit. C'était la méfiance qui gardait les gens en vie, pas la confiance aveugle.

Et comme si cela ne suffisait pas, on annonçait des créatures et des sacs à aller chercher dans la flotte. Bah voyons, ça aurait été trop facile de nous donner nos baguettes, hein ? Non, il fallait qu'on aille se cailler le cul pour le plaisir de ces messieurs-dames ! D'ailleurs, Crow, si t'es là...un p'tit coucou en ton honneur, t'as été le plus malin de nous tous pour tirer tes billes du jeu quand il le fallait.


« Mercurius, dépêche-toi de récupérer de quoi te défendre. Traîne pas ! »

Avec un temps de retard, je m'élançai à la poursuite de Bones et plongeai tête la première dans une eau glacée et noire qui me donna l'impression d'un coup à l'estomac. J'eus envie de remonter pour ne plus avoir cette tenaille à la gorge mais je me forçai à nager vers le fond -si c'était bien vers le fond que j'allais-. Je n'avais plus aucune notion de bas ni de haut. J'aimais bien l'eau d'habitude, j'y étais un peu comme dans mon élément, seulement j'avais une forte appréhension des profondeurs. J'éprouvais toujours de la peur sans pouvoir l'expliquer, sans doute parce que je m'attendais à être attaquée par quelque créature que ce soit, me faire attirer par le fond et mourir asphyxiée. Cette simple pensée me fit accélérer le rythme. J'écarquillai les yeux à la recherche de contours distincts, la boule au ventre. Soudain je me retournai sans raison, "regardai" aux alentours. Il n'y avait rien. C'était dans ma tête, tout ça. Il fallait que je me dépêche, je n'étais pas la plus habile en apnée et je commençais à sentir mes poumons se vider d'un air viable au fur et à mesure.

Et là je devinai une forme, un mouvement de tissu ondulant dans l'eau, qui n'attendait que moi. Droit devant. Sans vérifier, je me saisis du sac, me dirigeai vers ce que je pensais et espérais être la surface. Mes poumons me brûlaient, je commençais à sentir la panique naître et étendre ses tentacules tout au fond de mon esprit.

"Tu ne vas pas remonter à temps. Tu vas mourir. Lentement, Atrocement lentement. Tu vas lutter pour chaque molécule d'oxygène jusqu'à épuisement, tu vas aspirer par réflexe. Et là tu te noieras."

Je battais des pieds le plus fort et le plus vite possible en priant pour réussir. A combien de mètres j'étais ? Et là je voyais une lumière. D'abord faible. Puis de plus en plus forte.
Je transperçai la surface d'un dernier battement et nageai aussitôt pour rejoindre la terre ferme, ma terre sainte, le plus vite possible en écumant comme un cheval hors d'haleine.
Je jetai le sac dans un des cercles, et m'affalai à côté, exténuée. Putain, mais c'était quoi leur problème ?

J'avais du mal à reprendre mon souffle mais la peur avait disparu, je respirais de l'air, enfin ! C'était la première fois que j'étais aussi heureuse de pouvoir respirer.
Petit à petit j'essayais de calmer ma respiration et glissai un regard à côté. Bones était le premier à être remonté. Ne manquait plus que Mercurius.

Je tournai la tête vers la piscine. Pourvu qu'il ne lui arrive rien.



Spoiler:
 


Dernière édition par Light T. Leonheart le Sam 18 Oct - 23:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Sam 18 Oct - 21:41

Le membre 'Light T. Leonheart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 3' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Dim 19 Oct - 1:08

Les bruits de pas du gardien se font entendre. Clap, clap, il arrive. Il avait survécu à l'assaut d'Azkaban, certains de ses collègues n'avaient pas eu cette chance. On avait exigé de lui qu'il aille courir après les échappés, coup de bol, il n'avait pas eu à courser le gros Bahr, il savait de quoi cette bête était capable à mains nues et avait eu de la chance. Alors il avait accueilli la nouvelle promotion de prisonnier, et elle était gratinée. Ce jour là, il se dirigeait vers la cellule d'un des tout premier crus, à peine après l'escapade, il payait pas de mine celui là, mais à regarder son comportement en cellule, on comprenait mieux qui il était …
Il se rapproche petit à petit, les bruits arrivent, ils lui paraissent plus clairs, encore et encore, les barreaux sont là, à quelques mètres, quelque chose est tapi dans l'ombre, recroquevillé, ça marmonne.

« Oh oui petit griffon, pourquoi es tu grognon ...»

Un gosse, il avait l'air d'un gosse, mais à ce qu'on lui avait dit, c'était plus que ça.
Il avait toujours ce petit sursaut en voyant ce gamin là dedans, ça faisait plus de sept mois qu'il était là dedans, et pas de barbe, un môme bon dieu … alors il se forçait à regarder, pour mieux se dire que c'était mieux ainsi. Sur le sol de la cellule, un grand cercle rouge contenant un triangle équilatéral, parfaitement incrusté. À la couleur, ça avait été fait avec du sang.
Ce gamin était devenu complètement cinglé, ça avait du lui prendre du temps pour dessiner ça, il n'avait pas hésité à se mutiler pour ça, c'était un truc de barge. Il savait que parfois il criait et parlait tout seul, mais on disait que les détraqueurs poussaient à ce genre de folie, mais de là à dessiner des symboles en s'écorchant avec ses ongles, il y avait un gouffre. C'était peut être mieux ainsi …
Comme d'habitude, il se baissait et glissait le plateau entre les barreaux, le déposant sur le sol froid, sans un mot, la gorge serrée. Il attendit quelques secondes, moment de flottement, et il se recula, c'était une désastreuse vision de voir ce que l'on pouvait faire à un être humain … quoi que, l'était il encore désormais ?


***********************************************

« Je les ai entendu l'autre jour, ils préparent un truc, c'est sûr !»

Jour un.

« Je sais pas, j'ai pas entendu précisément ce qu'ils disaient.

Oui, tu as raison, c'est louche, c'est encore une connerie pour me la foutre au …

JAMAIS ! JAMAIS ! »


Lentement, il tourne la tête pour fixer le mur de sa cellule, une étincelle dans un regard vide.

« Oui … c'est ça … ils sont là pour Moi ...»

De nouveau, il tourna la tête, le plateau de bouffe arrivait, et il était plus important que d'habitude, c'était un signe.


***********************************************


Jour deux. Levé tôt, quelque chose clochait, mais vraiment, plus de bouffe, de l’exercice, ça n'était pas pour l'entretenir, il n'y avait personne d'autre que lui et les gardiens. Ça ne l'empêchait pas de continuer de marmonner parfois, mais il s'exécutait, il y avait quelque chose derrière tout ça, quelque chose ou quelqu'un.
Double dose de bouffe le midi, ration correcte le soir, ça n'était désormais plus pour ses beaux yeux. Qu'importait, la bouffe était là, et la privation s'était trop faite sentir pour continuer de tergiverser, il faut manger.

Jour trois. Même rengaine, c'est confirmé, tout ça n'est pas anodin. Remise en forme, mais pourquoi donc ? Quels intérêts ont ils à faire ça ? Impossible à dire.

Jour quatre. C'est fixé, on a besoin de lui pour un truc gros. Les gardes ont fait un salut étrange, il se passe quelque chose d'énorme. Il aurait été sélectionné. Sélectionné pour quoi ? Il ne sait pas, l'entraînement l'avait épuisé.

Jour dix. Manger à sa faim n'avait jamais été aussi jouissif, les rations sont devenues de plus en plus importantes, comme si on voulait l'engrosser pour le bouffer. Rien à foutre, tant qu'il y a à bouffer, il bouffe, pas besoin de réfléchir plus loin.

Jour quinze. La condition physique était revenue, presque aussi bien qu'à son entrée en cellule, c'était dingue de voir ça, entraînement intensif, et maintenant que la bouffe suivait, il pouvait enfin continuer à augmenter ses aptitudes physiques, pas de limitation de temps comme pour le terrain de Quidditch, on va jusqu'où il peut aller, et les gardiens semblent bien partis pour souffrir eux aussi.

Jour vingt-trois. Peu à peu il retrouve ses esprits, c'est difficile à expliquer, mais sortir de la tour et être loin des détraqueurs le rend un peu plus lucide, enfin moins incohérent. Les hallucinations se font plus claires, elle est de retour, elle est là, elle et toutes les autres !

Jour vingt-huit. Leurs encouragements sont là et lui permettent d'avancer, ça va être un massacre dans les jours qui suivent, H serait il enfin de retour ?

Jour trente-deux. L'entraînement prend une nouvelle tournure, fini les pompes et le footing, on attaque maintenant quelque chose de plus physique. Il s'agit de soulever des poids, mais à quoi ça sert tout ça ? Ils ne savent pas encore.


***********************************************


Jour trente-cinq.

«Puisque je te dis que tu vas être impliqué dans un truc physique. »

Elle était là, dans son habituelle tenue de tous les jours, lui avec des lambeaux sur son dos, y avait il une logique à tout ça ?

« Mais quoi alors ? Tu vois bien qu'ils bavent rien !

_ Je te dis qu'on va vite le savoir. À mon avis ils organisent une compétition et ont besoin de têtes pour y aller.

_ Et pourquoi moi ? J'ai rien demander à ces cons là.

_ Parce que t'es jeune, t'es pas mal, t'as du charisme, ils le savent, ils veulent envoyer du lourd avec de fortes personnalités.

_ Mais c'est quoi le plan ? On fait ce qu'ils disent et basta ?!

_ Parle moi fort, ils vont t'entendre ...

_ oui, je disais, c'est quoi le plan ?

_ Le plan, pour l'instant on se tait, on dit rien, on fait ce qu'ils nous demandent et on attend ?

_ C'est ça ton plan ?! Ne rien faire ?!

_ T'as une meilleure idée peut être ? Retourner en cellule et me voir partir, ça te conviendrait mieux ?

_ Pas faux ... »


***********************************************


« Debout là dedans !»

C'était pas l'heure pourtant. L'ancien lion se retourna pour regarder le garde qui l'attendait, il était en tenue de fonction, mieux coiffé que d'habitude, pas d'exercice visiblement, c'était quelque chose d'autre.
H s'assit sur son 'lit', qui tenait plus de la planche que d'autres choses, mais c'était tout de même mieux que le sol. Passant une main sur son visage, il ouvrit grand les yeux. Pas de détraqueurs depuis qu'on l'avait changé de bâtiment, ça sentait bon tout ça. Dans un moment de lucidité, il lâcha :

« Deux secondes, je me réveille, t'as le temps d'te j'ter un café.»

L'autre fit non de la tête avec un grand sourire, il avait pris l'habitude de ce comportement et s'y était peut être un peu attaché.

« Ok mais dans deux minutes je veux que tu sois prêt.

_ Pas de soucis gros. »

S'étirant un bon coup, les articulations de l'ancienne légende du Quidditch à Poudlard craquèrent, le corps se réveillait petit à petit, la forme était là, visiblement, mieux que quand il était arrivé ? Peut être pas, mais une chose était sûre, il ne ressemblait plus aux cadavres des trois mois précédents. S'attardant sur le reste de sa cellule, Kim était là, prête et belle comme d'habitude.

«Une demi heure plus tôt que d'habitude, c'est le grand jour. On va enfin être fixés. »

Elle avait raison, c'était le moment de vérité, le pourquoi du comment serait là, et H en avait passablement rien à foutre, c'était pas lui le cerveau de la bande, nan, lui faisait dans la force brute et le dégueulasse, dans le spectacle. Il ne le savait pas encore, mais ça allait peut être jouer en sa faveur.

« Du coup, on fait quoi ? On attend et on improvise ?»

L'autre hocha la tête.

«Exactement.»

La réponse de l'ex gryffondor se résuma en un haussement d'épaule.

« Ça me va.»

Le garde revint avec un plateau dans une main, et dans l'autre, une tasse de café, qu'il finit avant de refiler la pitance au fauve, le laissant engloutir rapidement le truc. Après quoi, il le laissa tranquille un moment, puis revint le chercher avec deux de ses copains.
Là ils ouvrirent la cellule, prenant chacun d'un coté le gamin, comme pour l'escorter, direction … bah direction il savait pas où.
Continuant d'avancer, il aperçut un truc au loin, une porte. Petit à petit, ils s'en rapprochèrent, jusqu'à ce que les deux gars reculent et le mettent en joug avec leur baguettes, l'habitué lui, restait là alors que la porte s'ouvrait. Une tape dans le dos au champion, avant qu'il ne glisse :

« Bon courage, tu en auras besoin. »

Et puis on lui ordonna d'avancer. Relevant la tête, il se protégea les yeux avec son bras avant de pénétrer dans l'alcôve de lumière. Clignant des yeux, il enleva son bras, découvrant alors la scène magistrale. La bouche à moitié ouverte, il tourna la tête, effectuant un tour sur lui même pour admirer ça. Bon dieu, des gradins, des portes qui s'ouvrent …

«Une arène ...»

H n'en croyait pas ses yeux, c'était impressionnant, vraiment impressionnant, tout cet espace, tout ce monde, l'endroit en lui même était fascinant. Tout prenait son sens, l'entraînement physique, la bouffe, il voulait faire des combats.

« Les bâtards ...»

Oui, et ça se promettait d'être intéressant. Le mélange d'excitation et d'envie d'en découdre, cette montée soudaine d'adrénaline, ça lui avait manqué tout ça, ne restait qu'à voir ce qu'on allait organiser pour le spectacle.
Silencieuse, la foule regardait ce champion s'avancer, ce gladiateur des temps modernes, c'était à la fois oppressant et glorifiant, même si H aurait préféré des clameurs, cela augmentait la tension, le pied, il n'avait pas ressenti pareil truc depuis la torture de … de … bah merde, il ne savait plus comment cette suceuse s'appelait, tant pis. Continuant d'avancer, il parla à Kim qui marchait à coté de lui.

« Je fais quoi là ?! Je leur fais coucou ?»

_ Reste calme, salue et attend de voir ce qu'il se passe … fais comme au Quidditch, sois le favoris de la foule.»

Sauf que là c'était un peu différent. Avançant encore, n'ayant pas encore remarqué les deux autres glandus, il leva son bras droit et salua la foule silencieuse. Rien à foutre, il fallait se mettre les gens dans la poche, et ça, le showman H savait le faire. La bataille ne se gagnait pas que dans l'arène, il y en avait une autre d'engagée à cet instant.
Bientôt, il put rejoindre le centre de l'arène, sorte de gros bassin pas beau avec beaucoup beaucoup d'eau, comme si on avait planqué le kraken de Poudlard là dessous. Dans un second temps, le gamin put distinguer la silhouette des autres gladiateurs. Il y avait une baraque, un putain de rouquin de merde et … oh putain de bordel de merde de sa chienne de pute de vie de chibre mou.

« Mercurius ?! Qu’est-ce que tu fous là ?!

_ Putain ! Blondie ?!»

Qu'est ce qu'il foutait là ? Bonne question.

« Bah la même chose que toi.»

Réponse exacte et tout à fait réaliste, ne dissimulant pas le fait qu'il en avait foutrement aucune idée. Bon si un peu quand même, les arènes en général, c'était pas pour des rassemblements de panda, ou pour que les gens se fassent des calins géants, c'était pas non plus pour des gang-bangs, quoi que … en général c'était plus 'just fight to the death, please'.

“Ca va ?!”

Il allait lui répondre quand Kim intervint, posée à coté de Blondie sur le plot.

«Méfie toi d'elle.»

Vrai que dans une arène, on avait pas toujours des amis, mais ils avaient au moins baisé ensemble, ça rapprochait fatalement. Alors qu'il allait répondre, l'autre se mêla à la conversation.

« C'est quoi, ton nom, à toi ? »

La réponse vint du immédiatement.

« Demande à ta mère rouquin, elle doit s'en souvenir !»

« Bourbistes ! Terroristes !

_ Coucou ...

_ Devant vous, une piscine de vingt mètres de profondeur regorge de trois sacs d'armes. Sacs différents, de toute évidence. Vous avez cinq minutes pour les trouver, les détacher et les ramener à la surface. Une fois ces cinq minutes dépassées, un sortilège s'activera et les autodétruira, qu'importe où ils se trouvent si ce n'est sur les trois cercles que vous apercevez sur le bord de la piscine. »

Attends, attends, attends. C'est quoi ce trip ? Fallait pas égorger les deux autres, mais buter des bestioles ? C'est quoi ce truc zoophile là ? Bon ok, ça faisait toujours chié de buter quelqu'un avec qui on avait probablement passé un bon moment au pieu, mais quand même, des bestioles ? Rah pourvu que le rouquin se fasse bouffer, ça serait bien fait pour sa gueule quand même.

« Préparez-vous ! Cinq. Quatre. Trois. Deux. Un. C'est parti ! »

A peine avait il eu le temps de comprendre que les autres commentaient déjà, il écouta cependant la blonde qu'il connaissait un peu.

« Mercurius, dépêche-toi de récupérer de quoi te défendre. Traîne pas ! »

Il haussa un sourcil. C'était quoi ce conseil de merde, bien sûr qu'il allait le faire, c'était pas comme s'il avait envie de se faire bouffer.

« Hey ! T'es pas ma m...»

Et voilà qu'elle avait déjà plongé. Mais putain c'était quoi son problème à elle ? Elle voulait pas écouter ses explications, ou au moins la réponse. Tant pis.
Constatant qu'il était le dernier encore à la surface, il décida de se mettre le public dans la poche, putain c'était le moment où jamais de leur faire comprendre qu'il était là pour eux et avec eux !
Comment faire ? Facile, pour ces dames. Il enleva son t-shirt, révélant, malgré les sutures au niveau de son cou, un corps assez bien taillé, raffermi par la bouffe supplémentaire qu'on lui avait refilé. Et pour les autres ? Bon dieu oui ! Coup de poker, du spectacle ! Tapant sur son torse, poing fermé, il effectua ensuite le salut qu'il avait vu plusieurs fois effectués par ses gardiens, vociférant alors :

« LA VICTOIRE OU LA MORT !»

En vrai gladiateur. Il effectua ensuite un plongeon dans le bassin. Pas moyen de voir correctement dans ce truc de merde. C'était chaud, l'eau n'était pas forcément chaude en plus, mais il fallait aller au fond et trouver les trucs. Battant des pattes, le lion arriva à l'endroit et tâtonna un peu à l'arrache, espérant y trouver quelque chose …

Et là coup de bol, un sac ! Oh putain c'était le bon plan ça, s'il y avait un dieu, il était avec lui pour le coup ! Attrapant ce dernier par la gueule, il le plaqua contre lui en mode 'c'estlemienamoimonprécieuxpastouchésinonjemords'. Après quoi, il souffla pour le nez, l'air allait manquer, grouille garçon, faut speeder. Les bras le long du corps, il remonta à la surface le plus vite possible. Une fois la tête hors de l'eau, il regarda où était son spot ? Et oui, pas question d'en bouger pour l'instant. Nageant jusqu'au dernier spot libre, il posa le sac sur ce dernier puis se hissa là. C'était physique, mais heureusement que l'entraînement était là, c'était vraiment le bon plan.
Une fois debout, il se courba, plaça ses mains sur ses jambes pour reprendre son souffle. Et merde, la foule, il l'avait oublié, oh putain, il fallait jouer le jeu !

Brandissant son sac comme un trophée, il le laissa ensuite retombé au sol, puis balança ses cheveux imbibés d'eau en arrière avant de les plaquer soigneusement, pour ces demoiselles.
Profitant de ce moment là, il tourna la tête vers blondie avant de hocher la tête positivement. En langage H ? Toi, moi, alliance ? Ou du moins ensemble jusqu'à ce que le rouquin rende l'âme. C'était le meilleur moyen de s'en sortir.
Soufflant un coup, il regarda le sac à ses pieds … il fallait l'ouvrir et voir ce qu'on avait bien pu lui donner.

« Voyons voir ce qu'on a foutu là dedans ...»

Blondie ferait mieux de faire pareil avant de se retrouvée étripée par le rouquin.



Hrp:
 


Dernière édition par Mercurius H. Yakovsky le Dim 19 Oct - 1:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Dim 19 Oct - 1:08

Le membre 'Mercurius H. Yakovsky' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 3' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 13/08/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 13/08/2014
Parchemins postés : 343


Maître du Jeu


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Dim 19 Oct - 12:19

La première épreuve avait été réussie. Tous s'en inquiétaient encore plus. Ils voulaient évidement que les Terroristes meurent le plus vite possible. Mais cette réussite ne faisait qu'ajouter à la crainte ambiante. Eux, s'ils avaient eu à accomplir cette épreuve, ils étaient certains qu'ils n'y seraient pas arrivés. Et des esprits déjà corrompus par le mal et la peur avaient conclu que si les bourbistes y étaient arrivés, c'est que la haine de tuer les tenait trop par les tripes pour qu'ils abandonnent comme ça. Ils les détestaient ainsi encore plus, et en avaient peur. Ils voulaient qu'au plus vite ils meurent, et s'en réjouiraient.
Ces trois personnes devenaient ainsi les représentants du terrorisme. Ceux en quoi tous avaient le plus peur. Mercurius était, qui plus est, connu pour ses actes à Poudlard. Beaucoup de familles avaient entendu parler de Poudlard et de l'Elite. Tous avaient eu peur en voyant LeeRoy partir, puis Valverde devenir Intendant. Tous étaient soulagés désormais de voir qu'Ariana Bedan avait été exfiltrée de l'Ecole, et que Mercurius se battait ici pour sa vie.

Pendant qu'ils posaient leurs sacs respectifs sur les cercles correspondants, la piscine se vida entièrement. Le sortilège fut rompu, et chacun put ouvrir son gain.
Mercurius reçut un poignard, une arbalète, des bandages et une bouteille d'eau. Quant à Light, elle ne dut se contenter que d'un sachet de poudre où l'inscription "Inflammable sur plantes jugées très dangereuses" se faisait lire. William Bones reçut une une baguette magique très fragile, et un filet. Là se trouvaient les armes pour les combats qui se tiendraient.

Pendant ce temps, le trou causé par la piscine fut de nouveau rempli. Le sol dur se changea en terre sèche et d'immenses arbres poussèrent en quelques secondes. Beaucoup furent impressionnés. Rapidement, du haut des gradins, on apercevait les participants, un sortilège faisant apparaître une lumière là où ils se trouvaient. Les terroristes, cependant, ne voyaient plus la constitution totale du lieu. Ils étaient entre la forêt et les jeux du cirque, attendant leur sort.

Un silence de plomb tomba.
Silence inquiétant, dérangeant. Chacun attendait, analysant le moindre petit bruit qui pourrait signifier quelque chose. Quelques ouvertures laissaient passer des bourrasques de vent.

Puis quelques ombres laissèrent comprendre que tout commençait enfin. Pattes, toiles, bruit d'arbres qui craquent, sensation soudaine de dérangement.
Une Acromentule apparut avec ses deux petits. Elle était à l'âge quasi adulte, tandis que les deux autres montraient une carrure légèrement moins dangereuse.
Tout autant apeurées que ceux qui servaient de spectacle, elles coururent dans tous les sens, sûrement excitées par quelques sortilèges envoyés. Et le premier réflexe de la plus petite d'entre elle fut d'attaquer quand elle se trouva face à un ennemi potentiel. Bones fut touché, les deux autres purent se coucher.

Tout commençait enfin.

--
Hors-jeu:

- Lancé de dé PA 3 élève en fonction de l'ordre de réponse.
1: Tom
2: Light
3: Niko
Le Dé lancé représente l'attaque de la petite Acromentule. Tom, ton PNJ perd donc trois PV.

- Pour cette épreuve, vous devez lancer au maximum deux dés. Vous pouvez voir via privé pour une organisation groupée (armes, tactiques, etc.) Toutefois, cette organisation devra aboutir avant demain, à la même heure. Auquel cas, l'un de vos personnages mourra.
Une seule et même personne peut lancer les deux dés, via une seule arme. Tout comme deux personnes peuvent le faire avec deux armes différentes. Cela dépend de ce que vous choisissez.

De même, les deux bébés acromentules étant protégés par leur mère, vous devez abattre cette dernière avant de vous occuper des deux.
Pour cela, vous allez devoir lancer deux dés PA 5.
Si les deux sont réussis, l'Acromentule perd 7 PV.
Si l'un des deux seulement est réussi, l'Acromentule perd 3 PV.
Si les deux sont échoués ou bloqués, l'Acromentule ne perd rien.
Si les deux sont renvoyés, vous perdez chacun 3 PV.
Si l'un des deux est renvoyé, vous perdez chacun 1 PV.

A la suite de votre post, je lancerai un dé adulte PA 3 et un dé PA 4 pour signifier l'attaque de l'Acromentule.

- Statistiques:
Mercurius Yakovski : 10 PV - 3 PA
Light Leonheart : 15 PV - 4 PA
William Bones :12 PV - 4 PA

Acromentule adulte: 18 PV - 5 PA
Acromentule bébé 1: 13 PV - 4 PA
Acromentule bébé 2: 13 PV - 4 PA


Dernière édition par Maître du Jeu le Mar 28 Oct - 8:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5341



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Dim 19 Oct - 12:19

Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 3 (élève)' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com



avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 22/10/2011
Parchemins postés : 897



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 7PV
Mercurius H. Yakovsky


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2 Lun 20 Oct - 9:59

A peine hors de l'eau que la piscine se vidait déjà. Mais ça, H n'y fit pas vraiment attention, trop occupé à sortir tout le bordel de son sac, voilà qu'on l'avait gâté le garçon. Le poignard fila dans une poche de son pantalon, suivi d'un 'viens là toi', puis il y eut ce drôle d'appareil de chasse qu'était l'arbalète. Il n'y avait jamais touché, mais le principe était simple, il fallait, viser et envoyer le carreau, le plus tendu était pour maintenir la distance, car recharger était long et souvent problématique en cas de combat, il fallait toucher et faire mouche, auquel cas, il fallait avoir des jambes. Le reste l'enchanta moins, même si les bandages pouvaient avoir leur utilité, tout comme la petite bouteille de flotte qu'il garda fermé, sait on jamais, ça pouvait servir si le combat venait à traîner. En enfilant son t-shirt, H jeta un coup d’œil à coté de lui.
Scrutant les autres, le lion vit la mine déconfite de la blonde et de son sachet de weed maison, sans doute bien sympa pour accepter la mort de manière sereine. Pour ce qui était du rouquin, le fumier avait eu la chance de tirer une baguette et un filet, la charogne pouvait utiliser la magie, ça allait être difficile pour rivaliser. Prêt à emboîter un carreau et à trucider le putain de roux, le lion fut perturbé par le changement d'arène, c'était à peine s'il avait eu le temps d'armer son moyen de pression à distance, dommage, il ne perdait rien pour attendre, car une fois mort, la bataille pour la baguette commencerait.
Le terrain se changea en forêt assez rapidement. Qui disait forêt, disait bestiole, et H connaissait suffisamment bien les créatures magiques pour savoir que la plupart appréciaient cet environnement peu familier aux sorciers. Se déplacer dans la jungle sans machette et sans baguette, ça allait être galère, et le poignard ne servirait pas à grand chose si ce n'était égorger un autre participant, et l'idée venait de germer dans son esprit, c'était la porte de sortie la plus évidente.

Le silence pesant laissait présager le pire, et lorsque l'on eut droit à des bruits vicieux, le lion put reconnaître ces derniers entre milles. Oh ça n'était pas la première fois qu'il croisait ce genre de bestiole, d'abord en retenue avec un autre groupe d'élèves ( qui auraient du gagner un pagne en poil de Touffu ) et une autre fois avec une Poufsouffle nympho, mais là, il avait préféré prendre la poudre d'escampette. En d'autres termes, il était peut être en terrain connu, le danger n'en restait pas moins présent.
Alors à la vue des trois bestioles, le Gryffondor se dit qu'il était mal barré, surtout lorsqu'une petite se jeta sur le rouquin pour le bouffer. Ce fut un bordel sans nom à mesure que les mignonnes tournaient partout et dans tous les sens, ne sachant que faire. L'une d'elle passa à coté d'un Mercurius quasi immobile, il savait qu'en ne faisait pas remarqué, il allait éviter de les affronter. Mais c'était inévitable, il fallait tenter sa chance, tôt ou tard, auquel cas cela partirait vite en couille. Redressant lentement son arme, il visa la grosse, sans doute la mère, l'objectif était simple l'amocher et se barrer, sous le coup de l'énervement, elle allait peut être cherchée à bouffer le rouquin, probablement cible la plus faible à leurs yeux puisque déjà mordu.
Ajustant le tir, le lion visa les mandibules, puis les yeux, il fallait handicaper la plus grosse, et en lui supprimant une partie de sa vue ou de ses mandibules, elle allait de suite déchanté la cocote.

Le carreau partit, frappant la coquine entre les deux cibles, la transperçant alors qu'elle criait de douleur, un cri strident qui glaçait le sang, mais pas le temps de tergiverser, il fallait quitter les lieux et vite. Gardant son matos avec lui, il commença à prendre la direction opposée au combat, puis eut un moment de flottement, il oubliait quelque chose. Blondie … elle avait voulu bien faire … bah foutu pour foutu, ça ne serait pas elle la menace, ni son sachet de weed. Il lui lança alors avant de détaller :

« Putain Blonde bouge toi ! Faut pas rester là ! »

Sous-entendu, suis moi grognasse, je gère. Il était vrai que H s'imposait comme une vraie menace pour les bestioles, il avait bien amoché la mère. Ces créatures étaient intelligentes, très intelligentes, certaines pouvaient même parler disait on, mais là, il n'était pas question de leur faire la causette, juste de les latter ou de leur échapper. S'attaquer à H, c'était se mettre en danger, elles l'avaient vu, et les dégâts n'étaient pas minimes, le prédateur n'était peut être pas qui on croyait. Qu'importe, le gamin avait déjà pris la poudre d'escampette, laissant son copain sans âme avec trois copines. Quant à la blonde ? Il ne s'en occupa pas tout de suite. Se calant dos à un tronc d'arbre, il reprit son souffle.
C'était le moment d'être bien attentif, il fallait gérer la chose bien comme il faut, auquel cas, ça se terminerait très mal.
Ces quelques secondes parurent des heures. Et puis il y eut un bruit, mais un bruit particulier, comme celui d'une course, des pas, dans sa direction. Sortant de sa cachette, l'arbalète armée avec un carreau prêt à partir, il pointa son arme dans la direction du bruit. N'y trouvant aucune menace, il se demanda comment piéger les bébêtes par la suite, car elle n'allait pas se contenter que du rouquin, il fallait trouver une combine. Comment faire … et puis l'idée lui vint naturellement, le bon vieux système du leurre et de l’appât.

Regardant autour de lui, il trouva là plusieurs buissons, oui, le bon plan. S'éloignant un peu, il énonça son plan, plus pour lui même que pour qui pourrait l'entendre.

« Si jamais elles nous traquent, elles nous repéreront à l'odeur … il faut les attirer ailleurs, et qu'elles ne nous repèrent pas ... »

Enlevant son t-shirt, il le roula en boule et le jeta dans le buisson le plus proche, histoire de les attirer par là au cas où. Après quoi, il ramassa un peu de terre du mieux qu'il put pour s'en enduire le corps, sous les aisselles, dans les cheveux, puis sur le torse, le pantalon, histoire de ressembler un maximum à son environnement.
Les arbres étant trop hauts pour grimper sur ces derniers, il chercha un endroit pour espionner le buisson et se tenir à bonne distance. S'écartant un peu, il se planqua derrière un autre arbre, surveillant de temps à autre ce qui venait en direction du buisson.

Objectif survie : phase un terminée. Restait à tenir, avec un peu de chance, elles ne le retrouveraient pas de sitôt, auquel cas, il se tenait prêt à les accueillir, arbalète armée. Le poignard toujours planqué, les bandages et la bouteille d'eau en poche, c'était le moment de montrer qu'il en voulait et qu'il ne comptait pas mourir ici.
H is back bitches !

 Statistiques: 
Mercurius Yakovski : 10 PV - 3 PA
Light Leonheart : 15 PV - 4 PA
William Bones :12 PV - 4 PA

Acromentule adulte: 11 PV - 5 PA 
Acromentule bébé 1: 13 PV - 4 PA 
Acromentule bébé 2: 13 PV - 4 PA


Dernière édition par Mercurius H. Yakovsky le Lun 20 Oct - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2

Revenir en haut Aller en bas

Panem et circences ! || Partie II - Epreuves 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-