POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 14/01/2014
Parchemins postés : 353



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Magda Grey


MessageSujet: 4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya Dim 16 Nov - 14:41


On dit souvent qu'il n'y a rien de plus cruel qu'un enfant ou qu'un adolescent. Autant dire qu'on est pas loin de la réalité quand on le dit. Les enfants n'ont probablement aucunes limites. On leur apprend encore ce qui est bien ou mal, mais ça reste encore un concept abstrait pour la plupart. On pourrait dire pareil des adultes, et on ne serait pas bien loin de la réalité, mais c'est une autre histoire. Quand elle était petite, Magda ne ressemblait pas du tout à l'adolescente qu'elle était. Assez grosse, pas très assurée, on se moquait souvent d'elle. Ca avait duré un certain temps. Son frère tentait bien entendu de la protéger, mais il était tellement plus âgé qu'elle qu'il n'avait pas toujours le temps de faire attention à elle. Trop embarrassée pour admettre qu'elle était victime de brimade, elle n'avait jamais rien osé dire à ses grands-parents qui s'occupaient d'elle. Sa grand-mère l'aurait probablement exhorté de se prendre en main, et son grand-père lui aurait probablement appris un sort de magie noire pour se défendre, ou furieux, aurait été tancé les malotrus lui-même. Ses parents, quant à eux, trop occupés par leurs travails respectifs n'avaient pas le temps de voir que leur petite fille n'était pas bien dans sa peau.

Il avait fallu du temps pour que la tendance s'inverse. Il avait fallu H. L'admiration que la Gryffondor éprouvait pour son ancien capitaine n'était pas aveugle, elle provenait de la reconnaissance. Il lui avait donné une chance, et c'était quelque chose qu'elle appréciait. Réaliste, elle savait que le Gryffondor n'était pas le type le plus intelligent que la sorcellerie ait porté, mais ce n'était pas l'abrutis finit qu'on voulait bien croire. Non, il y avait chez H quelque chose en plus, mais peu de personnes s'en étaient aperçues. Quoiqu'il en soit, c'était trop tard désormais. En tout cas, c'était à lui qu'elle devait son changement radical de vie. En devenant membre de l'équipe, elle avait trouvé des amis, une famille, un soutient, et elle avait gagné en assurance.

Laissant parler une violence naturelle, elle était devenue batteuse. En faisant du sport de façon intensive, elle avait perdu du poids, et tout en s'occupant, elle n'avait plus eu le temps de se jeter sur les friandises. Son hygiène de vie avait changé, et son corps en témoignait. Elle était devenue une fille qu'il ne fallait pas chercher, le genre qui réglait les conflits par un coup ou un sort bien placé, plutôt que de tenter de discuter. On frappe d'abord, on discute après.

Son attitude lui avait valu peut de considération auprès de la gent féminine. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas la mode, c'était juste que ça ne venait pas en premier dans ses centres d'intérêt, sans compter qu'elle avait un style assez particulier, elle ne cherchait pas spécialement à plaire, elle portait ce qu'elle estimait joli, et confortable, ses goûts s'approchant plus des stars de rock puriste que des tops model sorciers que l'on voyait dans Sorcière Hebdo. De même, elle était proche des garçons depuis longtemps. Elle se douchait avec eux aux entrainements, riait à leurs blagues sexistes et parfois vulgaires. Pour l'adolescente, ils n'étaient pas des créatures étranges et inaccessibles dont elle n’en comprenait pas le fonctionnement. Non, ils étaient juste des potes et elle préférait leur compagnie simple et franche à celle de ses camarades féminines. Ca n'avait pas contribué à rendre ses relations avec les filles meilleures. Oh ca ne l'empêchait pas d'avoir des amis de son propre sexe. Elle n'était pas difficile après tout, et si on ne se mettait pas dans son chemin pendant un de ces mauvais jours, elle restait quelqu'un d'abordable et sympathique.

Toujours entourée, que ça soit par l'équipe de Quidditch, ou d'autre Gryffondor, il lui arrivait d'aimer la solitude, comme c'était le cas aujourd'hui. Même si le temps ou elle s'empiffrait de sucreries était bien loin, elle appréciait parfois manger de tout son saoul. C'était son péché mignon, et quoi de mieux pour le faire que le Potager ? Endroit peu, voir pas du tout fréquenter si ce n'était par le prof de Botanique lui-même. C'était un endroit de la serre ou l'on pouvait marcher sans tomber sur une plante carnivore qui essayait de vous bouffer. Mieux, on pouvait y trouver tout une variété de fruit qui allait faire son quatre heures. Elle se mit à cueillir des cerises. Et en croquât une tout en recrachant le pépin. Elle en était à sa treizième pour être exacte quand elle se retourna et aperçut un uniforme jaune et noir très, trop près d'elle. Elle n'avait rien entendu, absorbée comme elle l'était par ses fruits :

"Oh la Poufsouffle, tu m'as foutu la trouille. Qu'est-ce que tu fous là ?"

Elle regarda autour d'elle, il n'y avait personne d'autre. Haussant les épaules, elle tendit à la jaune et noir une partie de son butin :

"Une cerise pour ton silence ?"

Manquait plus qu'il y ait une rumeur dans l'école comme quoi la batteuse des Gryffondor venait s'empiffrer dans le potager entre deux matchs tiens.



____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 19/10/2012
Parchemins postés : 239



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Anastazia Vodianova


MessageSujet: Re: 4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya Lun 8 Déc - 0:33

Ce début d’année avait été plutôt solitaire pour Anya. Elle ne grognait pas pour autant mais parfois elle se prenait à imaginer comme ses journées seraient si elle les passait avec une vraie personne et pas seulement son chat ou ses souvenirs. Mais ça ne durait pas longtemps, elle trouvait une distraction et passait à autre chose. C’était probablement cette capacité à ne pas pouvoir réfléchir plus de dix minutes à la même chose qui l’empêchait de tomber dans la dépression. Ça et le fait qu’au fond elle s’en fichait, elle n’était pas triste, jamais, elle pensait pouvoir affirmer être joyeuse, avait rayé la colère en la confinant dans une petite partie de son cerveau, elle ne ressentait pas d’amour ou d’amitié à proprement parler mais elle était contente de pouvoir parler à quelqu’un d’autre qu’elle-même parfois alors elle appelait ça amitié et se donnait des airs, c’était sympa. Mais elle ne pouvait pas tellement faire ça, les nanas du dortoir cachaient mal leur épuisement lorsqu’elle commençait à parler pour ne rien dire, il y avait bien la petite nouvelle mais Anya avait grillé sa chance dès le premier jour sans même le faire exprès, maintenant la gamine la fuyait comme la peste et baissait les yeux lorsqu’elle la croisait, comme si Anastazia était le diable. On aurait pu lui accorder bien des adjectifs mais diabolique ne rentrait jamais en ligne de compte. Ce n’était pas de sa faute si son chat avait sauté au visage de la demoiselle quand même, elle ne lui avait donné aucun ordre. Étonnement, elle préférait qu’on se moque d’elle plutôt qu’on la craigne et donc elle ne se sentait pas très à l’aise avec ce sentiment qu’éprouvait sa camarade de dortoir.

C’est pourquoi elle avait décidé que quitte à être seule elle préférait l’être dehors. Aujourd’hui était le dernier jour du week-end et elle comptait bien en profiter, elle savait qu’elle ne bosserait pas de toute manière. Elle mit donc son pull, une cape et décida de se diriger vers la sortie. Elle eut grand mal à ne pas s’arrêter en passant à côté de la cuisine, ça sentait si bon … Mais elle réussit à ignorer l’appel de son ventre et grimpa les escaliers après avoir passé le tableau. Quand elle passa la porte, le vent la congela instantanément, vrai qu’il faisait froid dans ce pays, enfin ce n’était pas pire que chez elle. Frottant un peu ses bras elle avança puis commença à se diriger vers la lisière de la forêt interdite. Oh elle n’entrait jamais dedans mais elle aimait bien s’allonger juste devant, jouer avec sa baguette, dormir parfois mais la place était prise, des gens y étaient déjà installés et elle était à peu près sûre qu’une bande de Serpentard ne voudrait pas qu’elle s’incruste comme ça. Elle fit donc demi-tour, tout n’était pas perdu, il y avait des tas d’endroits où elle pouvait se rendre encore. Et avec la météo pourrie et changeante du coin les élèves ne devaient pas non plus se presser au portillon. Pour plus de sécurité elle décida d’aller dans le potager, elle aimait bien la botanique et puis c’était joli comme endroit, plein de couleurs, c’était joyeux, elle aimait beaucoup. Prise d’un élan soudain elle écarta ses bras et commença à marcher comme si elle était une funambule sur un fil, penchant tantôt à droite, tantôt à gauche tout en regardant le sol.
Elle marcha un moment comme ça, concentrée sur le moindre pas jusqu’à ce que ses pieds s’emmêlent et qu’elle ne manque de tomber. Elle reprit son équilibre puis leva le nez.

Tiens. Elle ne s’attendait pas à tomber sur un tel spectacle. Une Gryffondor était en train de récolter des cerises puis piochait avidement dans son butin de temps à autres. Sa tête, ou du moins ses cheveux puisque c’était tout ce qu’elle voyait pour le moment, lui disaient quelque chose, elle avait déjà dû la croiser en cours ou dans un couloir mais si elle ne lui avait jamais parlé il n’y avait aucune chance qu’elle ne se souvienne précisément d’elle, elle avait déjà assez de mal comme ça à se souvenir des gens qu’elle côtoyait souvent. Elle resta un moment comme ça à l’observer, amusée, elle se disait que si elle s’était retrouvée seule ici elle aurait probablement été tentée de faire la même chose, surtout après l’épreuve qu’elle avait infligée à son ventre en passant à côté de la cuisine sans même s’arrêter pour profiter de l’odeur. Elle avait dû faire preuve d’une grande force d’esprit et elle était en train de tout perdre en la regardant. Par Helga ce qu’elle voulait manger. Elle eut tout juste le temps de finir sa pensée que la Gryffondor se retourna pour cracher le noyau d’une cerise qui atterrit non loin des pieds de la Poufsouffle.


« Oh la Poufsouffle, tu m'as foutu la trouille. Qu'est-ce que tu fous là ? »

Un instant absorbée par cette vision du noyau roulant un peu dans l’herbe elle ne répondit pas tout de suite puis releva subitement la tête, heureuse de ne pas déclencher d’hostilité et sourit.

« J’me promène. J’aime pas trop être enfermée même si j’ai mon chat. Tu me diras que je pourrais le faire sortir avec moi mais j’préfère pas, il pourrait se perdre ou se faire attaquer, on ne sait jamais. Du coup j’ai décidé de l’abandonner pour sortir, parce que je n’avais pas bien envie de travailler non plus. De toute manière les ASPICs n’arriveront pas tout de suite, j’ai encore bien le temps. Si seulement je pouvais plus coller à la définition de ma maison et être plus travailleuse. Oui mais dans ce cas je ne serais pas là, avec toi, et ce serait dommage parce que t’as l’air gentille et que tu n’as pas encore essayé de me frapper. »

Mais si elle continuait à parler comme ça, ça allait probablement arriver plus vite qu’elle ne le pensait. Elle avait sorti tout ça d’une traite ou presque, s’arrêtant une fois pour respirer vraiment au milieu.

« Une cerise pour ton silence ? »

Elle ne savait pas trop si la miss lui demandait ça pour qu’elle arrête de parler de choses inintéressantes ou si c’était pour qu’elle ne dévoile pas qu’elle aimait bien faire un crochet par le potager pour se goinfrer de cerises. Elle ne se souciait pas de la réponse mais opta pour la première proposition, parce qu’elle ne concevait pas qu’on puisse avoir honte de manger. Elle qui passait son temps à faire ça et qui devait d’ailleurs un paquet de friandises traînant dans sa poche. Surtout que ça n’avait pas l’air d’affecter la silhouette de la demoiselle. Ou peut-être qu’elle faisait beaucoup de sport aussi, ça aidait pas mal ceci dit.
Elle hocha tout de même la tête, trop contente de se voir proposer des cerises. Ceci dit, pour obtenir n’importe quel silence que ce soit elle n’avait pas besoin de la soudoyer, une simple demande aurait fait l’affaire, Anastazia n’était pas trop chiante pour ça.

Mais elle attrapa la cerise avec gourmandise et la fourra dans sa bouche, elle alla tellement vite qu’elle failli la gober et commença à s’étouffer. Elle la recracha et en repris une autre avec un sourire d’excuse, cette fois elle la mâcha précautionneusement en faisant attention de recracher le noyau par terre.


« Tu viens pas souvent ici. Ou alors on a des emplois du temps vraiment décalés. »

Parce qu’Anya passait pas mal de temps entre la forêt interdite, la serre et le potager, été comme hiver et qu’elle ne se souvenait pas l’avoir déjà croisée là, mais elle aurait pu l’oublier, elle oubliait beaucoup de choses. Comme sa baguette, elle venait de s’en rendre compte. Elle avait laissé sa baguette sur son lit. Elle avait juste à espérer qu’elle y soit encore quand elle reviendrait et qu’on ne lui aurait pas joué de tour. Oh, avec un peu de chance Ethan se serait allongé dessus pour faire la carpette. Et déranger ce chat pendant qu’il bullait tranquillement était un risque que peu de gens étaient aptes à prendre, en tout cas elle était sûre que la nouvelle ne s’y risquerait pas vu le souvenir qu’il avait laissé sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 14/01/2014
Parchemins postés : 353



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Magda Grey


MessageSujet: Re: 4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya Ven 2 Jan - 21:44

Se faire chopper en train de se goinfrer de cerises ? Chiant ! Se faire chopper par une Poufsouffle, carrément embarrassant ... Pourquoi toujours regarder les Poufsouffle de haut ? C'était toujours la même chose depuis des générations. Il n'avait pas eu de chance il fallait dire. Sur les quatre maisons, les deux plus discrètes avaient hérités de femmes comme fondateurs tandis que celles qui s'étaient le plus illustrée- en bien comme en mal- au cours de l'histoire, avait eu des hommes à leur tête. L'emblème de leur maison ne donnait pas envie d'être montrer non plus. Un blaireau, quand Serdaigle, Serpentard et Gryffondor avaient respectivement hérité du Lion, Aigle et Serpent, animaux nettement plus noble. Il fallait également voir les couleurs choisies pour le blason et jaune et noir, quand les trois autres maisons avaient hérités de matériaux plus noble. Or, Argent, Bronze, qu'est-ce qui avait poussé Helga Poufsouffle à faire son blason jaune et noir, sans le moindre métal noble ? Etais-ce son manque de prétention, peu d'amour pour l'ostentatoire, la modestie, la pensée que l'habit ne faisait pas le moine ? Restait que les deux fondatrices de Poudlard avaient été bien moins marquantes que leur compagnon. Et si l'habit ne fait pas le moine, reste que celle-ci détermine souvent la nature d'un premier contact. Est-ce que Magda jugeait les gens en se basant sur leur apparence ? S'eu été mentir que de dire non. A ses yeux, tout le monde le faisait, on est plus aimable avec quelqu'un s'il est beau que s'il est laid. Réaction sans aucune base logique quand on y pensait, mais qu’à peu près 85% des gens avait. La Gryffondor ne se pensait pas extraordinaire, elle se savait dans la norme. Elle avait du talent pour le Quidditch, elle se battait bien, mais elle était ordinaire et ses réactions aussi. Ca ne faisait pas d'elle une idiote pour autant, elle ne mettait pas tout les Poufsouffle dans le même paquet. Elle avait tendance à les mépriser par habitude, parce que ça se faisait, comme un espèce de running gag qui se transmettait de génération en génération. Ca ne faisait pas d'elle quelqu'un de désagréable à leur égard, loin de là.

Après tout, elle n'était violente que si on se mettait en travers de son chemin. Ici, la Poufousouffle ne semblait pas contraire, de prime abord en tout cas. Et quand bien même, elle ne le serait pas longtemps si c'était le cas. Il lui fallu un temps pour se relever, mais ce fut avec le sourire, la fille n'avait pas l'air méchante, mais la rouge et or savait a quel point les apparences pouvaient être trompeuse. Avant qu'elle n'ait eu le temps de dire quoique ce soit, sa camarade se lança dans un monologue qui ne semblait avoir ni queue ni tête, quelqu'un d'autre aurait probablement été désarçonné mais Magda avait un avantage incontestable sur les autres. Elle était la petite fille d'Atticus Grey, et on ne trouvait pas plus bavard qu'Atticus ou rarement. Pas le moins du monde embrouillée, elle la laisse parler et au moment opportun lui proposa son deal.

Sa demande obtient pour celle réponse la disparition d'une partie des cerises qu'elle avait en main, son acolyte dont elle ne connaissait toujours pas le prénom était déjà en train d'en manger une. Trop vite apparemment puisqu'elle commença à s'étouffer. Magda ne fit pas un geste pour l'aider et la regarda recracher sa cerise avant d'en prendre une autre avec un sourire d'excuse.

"T'étouffe pas la Poufsouffle, on va croire que c'est de ma faute, c'est quand même con de prendre mes cerises si c'est pour t'étouffer toute seule. Je t'ai demandé de garder le silence, pas d'essayer de te tuer pour le te taire."

Levant les yeux au ciel, un sourire tout de même amusé sur le visage, elle dégusta une autre cerise appréciant le goût à la fois sucré et un peu acide du fruit.

"Pour te répondre, faut pas croire tout ce qu'on dit dans les couloirs. Je frappe pas sans raison, et je te frapperai uniquement si tu ne te tais pas, mais ce n'est pas possible vu que tu as pris des cerises, les Poufsouffles ne sont pas du genre à revenir sur leur parole, si ? Quant à gentille, crois-moi, c'est pas ce que les gars de ton équipe de Quidditch disent après un match contre mon équipe."

Peur du côté bavard d'Anaztasia ? C'était mal connaître Magda et autant dire que la jaune et noir allait en avoir pour son argent. Quant au Quidditch, c'était un peu de fanfaronnade de la part de la Lionne, elle était connue pour être une batteuse particulièrement agressive sur le terrain, si pas plus que certains garçons, mais l'équipe jaune et noire ne se débrouillait pas mal en témoignait certains matchs joués l'an passé.

Quitte à bavarder, autant le faire assise, sans façon, elle se posa à terre, tapotant le sol et invitant l'adolescente à faire de même.

"C'est quoi ton nom au fait la Poufsouffle ? Moi c'est Magda Grey, batteuse des Gryffondor. C'est pas fréquent que j'vienne ici, j'vais plutôt dans les cuisines quand j'veux manger un bout, mais là j'avais envie d'air frais."

Il ne fallait pas toujours chercher midi à quatorze heures avec elle.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 19/10/2012
Parchemins postés : 239



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Anastazia Vodianova


MessageSujet: Re: 4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya Dim 15 Fév - 19:33

Dire qu’Anya avait été surprise que Magda ne bouge même pas le petit doigt pour l’aider était faux, ça faisait longtemps qu’elle avait compris que la bienveillance et l’entraide étaient deux qualités que peu de personnes manifestaient naturellement et envers tout le monde ici, elle ne voyait pas pourquoi Magda serait autrement que les autres. Elle ne lui en voulait pas ceci dit, elle n’avait même pas fait attention que la Gryffondor aurait pu lui taper dans le dos ou quelque chose comme ça. L’habitude tout simplement. La brune avait toujours été crédule, naïve même et si elle considérait que tout le monde avait du bien au fond de soi  elle savait s’avouer que les gens préféraient justement garder ce bon au fond d’eux plutôt que d’essayer de le faire ressortir pour se mettre à contribution des autres. Un peu comme elle, encore que si elle fût toujours prête à aider, sa maladresse et sa façon de se conduire donnait parfois l’occasion du contraire et surtout le fait que la plupart des élèves de l’école l’évitaient ne faisait vraiment pas avancer le schmilblick.
Peu importe, elle réussit à ne pas mourir étouffée, par un noyau de cerise ce serait con quand même, bien que le fait qu’elle meure en se goinfrant n’était absolument pas hors-sujet étant donné que c’était son passe-temps préféré.


« T'étouffe pas la Poufsouffle, on va croire que c'est de ma faute, c'est quand même con de prendre mes cerises si c'est pour t'étouffer toute seule. Je t'ai demandé de garder le silence, pas d'essayer de te tuer pour le te taire. Pour te répondre, faut pas croire tout ce qu'on dit dans les couloirs. Je frappe pas sans raison, et je te frapperai uniquement si tu ne te tais pas, mais ce n'est pas possible vu que tu as pris des cerises, les Poufsouffle ne sont pas du genre à revenir sur leur parole, si ? Quant à gentille, crois-moi, c'est pas ce que les gars de ton équipe de Quidditch disent après un match contre mon équipe. »

La rouge et or avait repris la parole et il fallait croire qu’elle aussi était douée pour la garder un moment. Tant mieux, pour une fois qu’Anastazia ne se retrouvait pas devant une carpe elle comptait bien en profiter. Ça lui rappelait un peu sa rencontre avec Mercurius, lui aussi était un vrai moulin à paroles malgré ce qu’on pouvait penser et la crainte qu’il pouvait inspirer à la plupart des élèves. Elle se demanda si la Gryffondor avait peur de Mercurius. Probablement pas, elle avait l’air vieille et intrépide. De toute manière la question s’envola bien vite de son esprit, remplacée par une autre. Cette remarque-ci ne se contenta pas de tourner dans sa tête.

« Je ne dénonce pas les gens, c’est pas gentil, j’ai pas peur, c’est juste pas gentil. »

Elle haussa les épaules, elle ne disait que la vérité, elle n’avait encore jamais vraiment rencontré quelqu’un ui lui fasse peur, elle effaçait toujours ce sentiment avant même de le ressentir en se répétant que tout le monde était gentil au fond, même quand ils se montraient horribles en surface. Mais elle essayait d’être gentille en surface étant donné qu’elle n’était ni profondément gentille ni même profondément méchante. Elle était juste profondément rien. Rien du tout. Ça avait de quoi être angoissant, pas étonnant qu’elle se persuadait tout seule que tout le monde était bon, c’était pratique, elle se comptait dedans.

« Je ne savais pas que tu jouais au quidditch. C’est normal que tu frappes les autres pendant un match de quidditch. C’est pas le but de jeu ? »

Elle le croyait sincèrement, elle était complètement naze dans ce sport et n’avait jamais essayé de retenir les règles, elle regardait les balles et les gens voler sans même savoir pourquoi ils le faisaient ou même pourquoi l’arbitre sifflait épisodiquement. Elle voyait souvent les joueurs repartir amochés, elle considérait ça donc comme normal et l’avait peu à peu considéré comme le but ultime du jeu. Elle aurait bien aimé trouver ça barbare mais elle s’en fichait juste, vide.
La Gryffondor lui proposa de s’asseoir à côté d’elle, la Poufsouffle accepta sans rechigner, ce genre de moments était rare et elle ne comptait pas laisser passer celui-ci. Elle avait raison, la rouge et or était gentille.


« C'est quoi ton nom au fait la Poufsouffle ? Moi c'est Magda Grey, batteuse des Gryffondor. C'est pas fréquent que j'vienne ici, j'vais plutôt dans les cuisines quand j'veux manger un bout, mais là j'avais envie d'air frais. »

Son nom. Elle ne voyait pas l’intérêt de le savoir de toute manière elle l’oublierait trente minutes après l’avoir quittée. Elle ne capta même pas que la demoiselle avait le même nom de famille que le prof de magie noire, elle faisait rarement les connexions comme celles-ci.

« Je m’appelle Anastazia. Mais tu peux m’appeler Anya si tu veux. Mais moi je ne joue pas au quidditch. J’ai essayé de passer les qualifications une fois pour rentrer dans l’équipe mais il paraît qu’il faut savoir voler parfaitement sur un balai. »

Elle haussa les épaules. Bien sûr elle savait qu’il fallait savoir voler pour jouer au quidditch, même pour elle ça paraissait évident mais elle s’était probablement imaginé qu’elle arriverait à rentrer quand même dans l’équipe, après tout ce n’était que pour s’amuser pour elle, mais les gens de l’équipe ne rigolaient pas eux. Quelle tristesse.

« C’est dommage que tu ne viennes pas souvent ici, c’est un chouette endroit, j’aime bien être là. »

Elle se laissa tomber sur le dos, arracha une poignée d’herbe et la laissa tomber à côté d’elle avant de tourner sa tête vers Magda. Puis quelque chose lui vint à l’esprit.

« Les gens parlent beaucoup de toi dans les couloirs ? Je ne le savais pas. J’ai pas tellement l’habitude de les écouter aussi faut dire, puis même si je le fais je finis généralement par l’oublier. Comme la dernière fois où j’étais allée voir Mercurius pour lui poser une question, ils m’ont dit que c’était une grosse brute mais c’est faux, il est gentil même, moi je l’aime bien et puis il ne m’a pas tapé dessus, je ne vois pas pourquoi tu le ferais. »

Puis elle se remit droite, fixant le ciel. Ça lui rappelait la fois où Taliesen l’avait retrouvée à côté du lac noir. C’était assez exceptionnel d’ailleurs qu’elle s’en souvienne encore, comme si le souvenir de celui qui avait été un ami qu’elle estimait ne voulait pas tout à fait s’en aller, pas comme tous les autres. Elle était juste contente quand elle pensait à Taliesen parce qu’il avait toujours été extrêmement gentil avec elle, différent encore des autres parce que lui n’avait pas peur de laisser son bon fond ressortir au lieu de l’enterrer sous des couches et des couches de mauvaises intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 14/01/2014
Parchemins postés : 353



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Magda Grey


MessageSujet: Re: 4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya Dim 1 Mar - 20:48

Drôle d’oiseaux que Magda venait de rencontrer. Yavait pas à dire, la Poufsouffle semblait particulière. Bavarde, elle l’était sans aucun doute, elle avait l’air d’avoir la capacité de parler sans reprendre son souffle tout en balançant un nombre incroyable de chose à la minute. Il en fallait pas mal pour impressionner la rouge et or. Après tout, son grand-père était un vrai moulin à parole. Un vrai, le genre qui ne se taisait jamais, même quand il aurait du. Il lui avait une fois avoué avec un grand rire que ça lui avait attiré bon nombres d’ennuis au cours de ses jeunes années. Même à son âge, il continuait d’être trop bavard, la seule différence, c’est que sa position sociale lui permettait de l’être. Qui aurait osé contredire le sous-directeur de l’école ? Personne a part Bellatrix Lestrange, et vu que son grand-père était encore en vie, Magda en déduisait qu’il avait appris à se taire devant plus dangereux que lui. Sage initiative quand on connaissait sa tendance à aller chercher les ennuis.

En attendant, si le bavarde de la Poufsouffle avait tendance a en déconcerté plus d’un, ce n’était pas le cas de Magda. Loin d’être gênée, elle en rajoutait une couche, c’était un peu à celle qui parlerait le plus. Aucun problème pour la Gryffondor, elle aimait tenir le crachoir, et surtout elle aimait les gens bavards. Les grands silences solennels l’ennuyaient toujours, et pire, la mettait souvent mal à l’aise. Pour combler le silence, elle avait tendance à parler. Après tout, elle venait d’une famille bruyante, les repas à table n’étaient jamais calmes, mais plein de vie, disputes, bavardes et commérages en tout genre. C’était comme ça qu’elle imaginait la famille et les discussions en général. Vives et pleines d’éclats.

« Tu ne fais pas un truc juste parce que ce n’est pas gentil ? »

Regard incrédule de la part de Magda. La phrase avait été dite avec un soupçon de dédain, comme si elle ne savait pas vraiment si la fille en face d’elle était sérieuse ou non. Pour la rouge et or, ça semblait inconcevable. Depuis quand est-ce qu’on ne faisait pas quelque chose juste parce que ce n’était pas gentil. Hallucinant. Est-ce qu’elle se foutait de sa gueule ou est-ce qu’il existait encore réellement des gens aussi gentil par nature ? A chaque fois que Magda rencontrait ce genre de spécimen, elle était partagée entre deux réactions contraires. L’exaspération d’une part, elle n’avait jamais vraiment pu supporter la naïveté, et l’attendrissement d’une autre. Ce genre de personne avait quelque chose d’unique, une espèce de bonté qui les rendait attachant malgré tout. Ca fonctionnait au cas par cas chez elle. Elle aimait et détestait les gens au feeling, dans le fond si le courant passait bien, vous pouviez bien avoir tout les défauts du monde, elle prendrait tout de même votre défense, mais pour ça, encore fallait-il que votre tête lui revienne.

« Tu te rends compte que dans la vie, les gens ne vont pas éviter de te faire des crasses simplement sous prétexte que c’est pas sympa ? Faut pas la jouer fairplay ma fille, ça va rien te rapporter dans la vie. »

Le problème avec des gens comme ça, c’est que souvent, ils ne souciaient pas de ce que chaque situation pouvait leur rapporter. C’était presque irritant selon Magda tant sa frisait bêtise. C’était humain que de vouloir tirer le meilleur parti d’une situation. Et si pour ça il fallait sauter par-dessus une règle ou deux, quelle importance ? La conversation dériva sur le Quidditch au grand plaisir de Magda et c’est avec enthousiasme qu’elle répondit :

« Frapper c’est pas vraiment le but, le but, c’est surtout de permettre aux poursuiveurs de garder le souaffle et d’empêcher l’attapeur d’avoir le vif d’or. T’aimes le Quidditch toi ? Je suppose que oui si tu as voulu passer les tests pour rentrer dans l’équipe. Ils ont eu raison de te recaler. C’est pas méchant ce que je dis, mais le Quidditch, c’est pas un sport de tapette. Ici, à l’école, on joue encore sagement, mais dans les matchs pro, ya des blessures vraiment sévères. Ya des joueurs qui sont déjà mort en plein match. Cette classe ! »

Oui, bon, c’était une façon de parler, mais pour des fans de Quidditch, c’était un peu cette idée de : mourir au combat. Bien évidemment, elle ne rêvait pas de mourir comme ça, mais c’était quand même plus glorieux que de mourir d’une maladie, non ?

Regardant autour d’elle, Magda commenta sa remarque :

« Ouai, c’est sympa ici. Mais franchement, quand j’ai du temps libre, je préfère le terrain de Quidditch. S’tu veux pas être seule, t’as qu’à prendre à grailler et venir dans les gradins, ya toujours du monde. »

Elle tiqua lorsqu’elle entendit parler de H et tout de suite, Anastazia eut toute son attention :

« Je sais pas si on parle de moi. Je suppose, on parle de touts les joueurs de Quidditch, mais pas de moi plus qu’une autre. T’as connu H ? Comment ? J’suis d’accord, c’était un type bien. Ca me fais chier qu’il ne soit plus ici. »

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 23
Arrivé sur Poudnoir : 19/10/2012
Parchemins postés : 239



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Anastazia Vodianova


MessageSujet: Re: 4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya Mer 4 Mar - 14:18

Prise par un soudain ennui – alors que la Gryffondor était tout sauf ennuyeuse – Anastazia se retrouva à rouler sur le ventre pour être face à face avec l’herber. C’était une impulsion, une envie soudaine, et par habitude elle se laissait mener par ses désirs et envies, elle ne faisait jamais de résistance à ce niveau-là. Elle savait très bien que se retrouver face contre le sol ne lui servirait à rien, elle avait quand même choisit  de rouler. Elle attrapa de nouveau des touffes d’herbes en écoutant Magda parler. Oh une question ! Intéressant. Mais la réponse à cette question était prévisible. Que voulait elle qu’elle réponde à part …

« Oui. »

Elle avait lancé ça en continuant de tripoter les brins d’herbe et sans même lui accorder un regard. Après quelques instants elle s’expliqua, ce n'était pas son genre de s'arrêter à un simple oui, elle valait mieux que ça.

« J’essaye de faire en sorte que personne n’ait quoi que ce soit à me reprocher. Parce que j’suis gentille tout le temps. Mais ça ne fonctionne pas bien, apparemment les gens n’aiment pas plus les gens parce qu’ils sont toujours gentils. Mais je m’en fiche je ne fais pas ça pour qu’on m’aime. Sinon j’aurais raté mon coup hein ? » Elle s’accorda un petit rire nerveux avant de continuer. « Mais des fois je me trompe et je fais des trucs pas gentils parce que je ne savais pas que c’était méchant. Mais quand on me dit, après j’apprends et je ne fais plus. »

Elle s’était retournée sur le dos et s’était assise pendant sa phrase si bien que celle-ci fut entrecoupée de moments où la Poufsouffle reprenait son souffle, elle ne pouvait pas tout faire en même temps. Drôles de galipettes qu’elle faisait là, elle se sentait toujours obligée de bouger quelque chose pendant qu’elle parlait, c’était plus fort qu’elle, ou alors elle pensait à autre chose. Elle ne pouvait pas se concentrer seulement sur la conversation, c’était trop pour elle. Vous imaginez bien à quel point elle souffrirait en cours si elle n’avait pas un parchemin à froisser ou même une plume à faire jouer entre ses doigts pendant qu’elle essayait de se concentrer.
Elle aurait pu ajouter que si elle était gentille c’était un choix plus que sa nature profonde, mais elle ne le ferait pas, parce qu’elle refusait de l’avouer à haute-voix, elle avait déjà du mal à se le dire à elle-même. Mais elle aurait pu très bien se transformer en monstre à la place de ce qu’elle était maintenant.


« Tu te rends compte que dans la vie, les gens ne vont pas éviter de te faire des crasses simplement sous prétexte que c’est pas sympa ? Faut pas la jouer fairplay ma fille, ça va rien te rapporter dans la vie. »

Elle haussa les épaules. Magda ne serait pas la première à lui dire ça, mais ils pouvaient bien tous essayer de la débaucher, elle n’avait jamais eu une volonté aussi forte que lorsqu’il s’agissait d’agir correctement et jamais méchamment. Et pourtant, Merlin savait que se contenter de faire ce qu’elle voulait sans se soucier de ce que les autres ressentent ou de ce qui est inscrit dans les règles serait bien plus simple. Peut-être un jour serait-elle lassée de tous ces efforts pour se maintenir du bon côté de la barrière, d’être pacifique et peut-être se laisserait-elle basculer du côté qui lui demanderait le moins d’effort. Après tout elle torturait des furets sans ciller, sans même ressentir le moindre remord, elle regardait des gens mourir devant elle sans même ressentir de peine. Qu’est-ce qui l’empêchait d’embrasser ce « don » qu’elle avait et de laisser tomber tous ces principes moraux ? Pas grand-chose, et le jour où elle perdrait ce qui lui permettait de ne pas se laisser aller elle ne savait pas ce qu’elle deviendrait. Elle préférait par ailleurs ne pas y penser.
C’était tous les jours qu’elle avait à choisir entre le bien et la facilité, si elle avait été à Poudlard en même temps qu’Harry Potter peut-être aurait-elle eut quelques mots à dire à Dumbledore mais en attendant, cette phrase n’avait jamais été plus adaptée à une personne.

Magda répondit à la question d’Anya à propos du quidditch. Tant mieux, elle était contente que le sujet change.


« Frapper c’est pas vraiment le but, le but, c’est surtout de permettre aux poursuiveurs de garder le souaffle et d’empêcher l’attrapeur d’avoir le vif d’or. T’aimes le Quidditch toi ? Je suppose que oui si tu as voulu passer les tests pour rentrer dans l’équipe. Ils ont eu raison de te recaler. C’est pas méchant ce que je dis, mais le Quidditch, c’est pas un sport de tapette. Ici, à l’école, on joue encore sagement, mais dans les matchs pro, y a des blessures vraiment sévères. Y a des joueurs qui sont déjà mort en plein match. Cette classe ! »

Oh. Elle savait qu’il y avait une histoire de balles mais elle voyait tellement plus souvent les gens se recevoir des trucs dans la figure qu’elle avait facilement pris ça pour le but du jeu. Et quand bien même elle avait demandé à faire partie de l’équipe, elle aurait été incapable de nommer correctement les balles ou les postes. Elle avait juste eut envie de faire les sélections d’un coup alors elle y était allée, aussi simple que ça. Ceci dit elle n’en voulait pas au capitaine de l’équipe de quidditch de Poufsouffle. Elle n’en voulait jamais vraiment à qui que ce soit, c’était inutile.
Elle écouta les règles simplifiées tout en sachant très bien qu’elle oublierait probablement tout ça très rapidement, mais au moins faisait-elle un effort pour une fois. Des blessures sévères ? Bof. Elle n’avait pas peur de se faire mal, ou même de mourir concrètement, elle ne comprit cependant pas ce que la Gryffondor trouvait de classe dans le fait de mourir pendant un match de quidditch. Même elle, Anastazia Vodianova, trouvait ça vraiment bizarre, c’était dire. Elle n’eut pas le temps de réfléchir plus que Magda continua sur sa lancée mais sur un autre sujet. Peut-être Anastazia avait-elle enfin trouvé quelqu’un à son niveau depuis que Mercurius n’était plus dans le coin. Et toujours chez les lions, il fallait croire que cette maison voyait des gens biens évoluer en son sein.


« Ouais, c’est sympa ici. Mais franchement, quand j’ai du temps libre, je préfère le terrain de Quidditch. S’tu veux pas être seule, t’as qu’à prendre à grailler et venir dans les gradins, y a toujours du monde. »

Elle nota la proposition dans sa tête avant d’acquiescer.

« D’accord, d’accord. Je viendrai sur le terrain de quidditch la prochaine fois. Mais j’sais pas si je vais pouvoir transporter tout ce que j’voudrais manger. Je mange beaucoup. »

La dernière phrase était sortie sur un ton neutre, c’était juste une évidence qu’elle soulignait ici. Magda lui posa ensuite des questions sur H, elle avait l’air de bien l’aimer. C’est vrai qu’il était gentil. Avec un sourire, Anastazia reprit la parole.

« J’avais besoin de parler d’un petit problème d’ordre animal avec quelqu’un Je n’avais pas pensé à lui ne premier mais j’ai entendu des gens dire qu’il avait fracassé la tête de quelqu’un et qu’il était dangereux. C’est un peu pour ça que j’ai voulu y aller. Mais comme je le pensais, il est sympa en fait, les gens s’en font pour pas grand-chose. On a passé un peu de temps dans la forêt interdite et il m’a parlé de toutes les bestioles qu’il avait pu voir, c’était bien. »

Elle n’hésita même pas une seconde pour dire à Magda qu’elle avait traîné dans la forêt interdite, elle n’avait même pas réfléchi au fait que la Gryffondor aurait pu aller la dénoncer à l’instant même où elle aurait entendu cette phrase. D’ailleurs si Anya avait été traînée dans le bureau de l’inquisitrice ou de son bras droit elle n’aurait pas nié, ce n’était pas son genre. Ceci dit il y avait prescription, les faits avaient eu lieu alors que LeeRoy était encore à la tête de Poudlard. Cette époque paraissait affreusement lointaine à la Poufsouffle, tellement lointaine que tout était flou dans ses souvenirs. Mais pas la rencontre avec Mercurius, ça l’avait tellement marquée qu’elle s’en souvenait encore précisément, une chance quand on connaissait un peu la demoiselle.

« C’était confortable. »

Sa pensée lui échappa et elle l’annonça à haute voix au lieu de la garder à l’intérieur. C’était ce qui lui revenait le plus aisément à l’esprit quand elle pensait à sa rencontre avec Mercurius. Parce qu’elle lui était tombée dessus et qu’il était confortable. La Gryffondor ne comprendrait peut-être pas mais après tout, c’était plutôt une réflexion pour elle-même à la base. Elle répondrait à toutes les questions possibles, comme d’habitude, mais en attendant, elle était trop occupée à revivre la scène dans sa tête pour payer attention à ce qui pouvait se passer autour d’elle. Elle avait cette manie de s’enfermer dans sa tête sans prévenir, même lorsqu’elle était en plein milieu d’une conversation intéressante. Ça pouvait agacer les gens mais elle ne le remarquait même pas, c’était naturel chez elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: 4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya

Revenir en haut Aller en bas

4, 5, 6, cueillir des cerises || Anya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-