POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Sous le manteau [PV Dada]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 31/10/1997
Âge du joueur : 19
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2014
Parchemins postés : 53



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Alaska E. Maxwell


MessageSujet: Sous le manteau [PV Dada] Mar 30 Déc - 21:42

Il était exactement 2h37.
Les membres du club étaient assis au comptoir du bar, fermé à cette heure. Sauf Aaron Maxwell, et sa fille, président et vice-présidente, qui se tenaient debout de l'autre côté. Chacun avait une bière, mais là où l'ambiance aurait pu être à la rigolade, tout le monde était sérieux. On ne peut plus sérieux.

 - On a une escorte à faire demain. Un chargement. Qui vient ?


Ce n'était pas étonnant. Ils étaient souvent prévenus à la dernière minute. Mais cela ne posait jamais de problème. Le Eagle Motorclub était composé avant tout de motards sans famille, qui gagnaient ainsi un pognon dépensé pour des plaisirs futiles et l'amour de la route. Plusieurs mains se levèrent. Aaron récapitula.

 - Donc, Ethan, James, Josh, Ed... Non, toi tu restes Eagle.


Il venait de s'adresser à sa fille. Chaque personne, dans un organisation qui se veut légale sans l'être, avait un surnom. Et si entre eux ils s'appelaient généralement par leurs prénoms, Alaska avait toujours dérogé à cette règle. Depuis qu'elle était petite, son deuxième prénom, qui était également son surnom et le nom du club, c'était la manière de l'appeler la plus utilisée.

 - Quelqu'un viendra chercher un paquet demain, aux heures d'ouverture. Tu restes avec Jack, il te remplacera au comptoir quand tu seras... Occupée. Apparemment, c'est un intermédiaire qui passera chercher la marchandise, ils sont censés demander Eagle.

Aaron Maxwell était la seule personne qui avait une réelle autorité sur sa fille. Elle n'avait pas l'habitude d'écouter réellement quelqu'un. Mais lui, il lui avait apprit tout ce qu'elle savait à ce jour, lui avait inculqué toutes ses valeurs. Elle hocha la tête. Une fois qu'ils eurent fini de boire, ils partirent tous se coucher.

...

Elle s'ennuyait. A mort, même. Au milieu de l'après-midi il n'y avait jamais personne. Parce que ce n'était pas vraiment une ambiance familiale par ici. La devanture était celle d'un vieux pub irlandais, mais en plus sale, histoire de pas attirer les touristes. L'intérieur était à peu près pareil. Le sol, c'était du parquet délavé, parfois tâché. Ce n'était pas étonnant dans un bar. Mais ici, il y avait plus de chance que ce soit du sang que du café. Personne ne saurait faire la différence.
Les murs étaient gris, l'ambiance assez sombre. En face de l'entrée, il y avait le comptoir bordé de tabourets. Et quelques tables un peu éparpillées. De toute façon, il n'y avait pas besoin de beaucoup de places assises.
Alaska regardait le bar d'un air vide. Il n'y avait pas tout à fait personne. Il y avait la même bande de poivrots plus ou moins amis du club que tous les autres jours de la semaine. Elle décida de ne pas les voir.
Elle savait que derrière elle, il y avait sur le mur des dessins jaunis accrochés. Ses dessins, quand elle avait 6ans, et qu'elle coloriait pour s'amuser pendant les deals de son père. Elle sourit. Elle tourna la tête. A la droite de la pièce, après le comptoir, il y avait une porte. Grise, avec la mention " privé" , écrite dans une peinture rouge dégoulinante. Toujours le même décors.
Alaska avait hâte. Hâte que cet intermédiaire arrive, qu'il y ai de l'action. En plus, elle aimait bien les petits nouveaux. Son père l'avait mise un peu au courant plus tôt: c'étaient de nouveaux clients. Ils ne faisaient pas partie d'un gang, ou d'un club, à la connaissance d'Aaron en tout cas, donc pas de vérification de tatouages à faire.
Alaska aimait bien vérifier les tatouages. C'était toujours inspirant, pour les siens, et c'était une preuve d'appartenance à son monde. Au Eagle Motorclub, ils avaient tous les tatouages du club. C'était une évidence. Aujourd'hui, la jeune femme les avait laissé visibles. Elle portait un simple débardeur noir, un jean de la même couleur et ses énormes New Rock. Elle n'avait pas mis son cuir. Tant pis.
Elle se demandait comment tout ça allait se passer. Elle se demandait si les intermédiaires connaissaient son nom et son visage. Ça la faisait toujours rire, les petits nouveaux. Parce que quand ils demandaient Eagle, ils s'attendaient toujours à voir débarquer un grand musclé. Et c'était elle. La petite brune tatouée, la serveuse. Dans leur esprit, on ne pouvait pas être serveuse et vice-présidente d'un club de motard. Pour certains, on ne devrait même pas rouler. Alaska se moquait bien de tout ça. Elle était là, point barre.
Elle prit un chiffon, et se mit à nettoyer certains verres. Pour s'occuper. Jusqu'à voir une silhouette s'approcher du bar...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Mar 30 Déc - 22:47

Combien de temps s'était-il écoulé depuis que Mary était arrivée chez Vaas ? Des mois, presque une demi-année en réalité. Le temps passait si vite, on était déjà en Décembre, presque en Janvier. Janvier 2007, à la même époque, à Poudlard, elle s'était demandé si elle verrait l'aube de la nouvelle année. La réponse était devant ses yeux. Ici, dans cette usine désaffectée de Bristol, parmi les décombres de ce qui était devenu sa maison, le temps ne passait pas de la même façon. Les mois, les semaines, les jours, les heures, tout ça n'avait que peu d'importance en temps normal. Qui se fichait qu'il fasse jour ou nuit ? Personne, le crime n'avait pas d'heure, pas de politesse, pas de morale. On se souciait d'être à l'heure quand on avait une mission, un colis à recevoir. Vaas était formel, il avait une réputation et ils devaient l'entretenir. Ses hommes, qui en n'en méritaient d'ailleurs pas le titre, respectaient ce commandement à défaut de respecter quoique ce soit d'autre sur cette terre.

Quoique fort terre à terre, et encore plus ou moins ancrée dans la réalité, la vision des choses des hommes de Vaas finissait par rattraper l'adolescente. Elle perdait parfois la notion des jours et du temps. Elle avait passé le jour de Noël sans s'apercevoir que c'était Noël. Llew et elle sortaient rarement, prétendu mort, leur faire part était apparus en Juillet dans la Gazette du Sorcier, ils devaient éviter de se montrer là où ils risquaient d'être reconnus. Mais un adolescent reste un adolescent, et parfois, pour Mary l'atmosphère glauque et violente de l'entrepôt, les viols, les bagarres, le bruit, finissaient par avoir raison de sa patience, et elle se déguisait puis transplanait du côté moldu de Bristol.

Déconcertant, bruyant, rapide, elle se sentait toujours étrange à chaque fois qu'elle y mettait les pieds. Elle n'y était plus allée depuis ses huit ans, ses grands-parents y avaient veillé, et comme tout les puristes, elle détestait l'idée d'y aller. Désormais, elle devait apprendre, se familiariser avec une culture qu'on lui avait appris à mépriser, mieux elle devait pouvoir passer pour l'une des leurs.

Comment vaincre cette répulsion ? Comment trouver le courage de faire la part des choses, d'observer objectivement une société et ses occupants qu'on lui avait appris subjectivement à détester. Elle n'y arrivait pas. Curieuse de nature, elle avait de découvrir et d'apprendre. Timide, elle avait peur de se faire remarquer, de passer pour une idiote, de poser la question qui leur dévoilerait qu'elle était une sorcière. Puriste, elle ne pouvait pas s'empêcher de les mépriser parce qu'ils ne savaient pas utiliser la magie. Parce qu'elle avait dix-sept ans, qu'on ne lui avait pas appris à penser autrement. Ce n'était pas Vaas qui l'aiderait en ce sens. Certes, il lui avait dis de ne pas mépriser les moldus, d'apprendre ce qu'elle devait apprendre d'eux, et elle obéissait, mais elle n'était pas encore prête à passer ce mépris qui était le sien quand elle les côtoyait. Elle voyait leur technologie comme quelque chose d'admirable, mais étant le résultat d'une tare. Cette tare était l'absence de magie, le pourquoi ils étaient désormais dominés par les sorciers et le Seigneur des Ténèbres.

Mary avait passé quelques heures dans ce monde étrange avant de retourner à la sécurité que lui offrait l'entrepôt. Elle avait croisé Hoyt qui lui avait signalé que le boss la cherchait. Il lui avait proposé une clope avant qu'elle n'y aille et elle avait - comme à son habitude - religieusement refusé, et elle était montée dans le bureau de son père. Une bouteille à la main, les pieds sur le bureau, il lui avait expliqué sa mission, très simple selon ses dires. Ils avaient pris un nouveau fournisseur d'arme, sans préciser qui ils étaient et pourquoi il commandait. Un club de motard refourguait les armes et Vaas voulait savoir à quoi s'en tenir avant d'aller plus loin. Il avait passé une commande modeste, et il voulait envoyer quelqu'un sur place pour récupérer la marchandise et évaluer le groupe. Pourquoi elle ? Parce qu'elle ne ressemblait pas à quelqu'un du groupe de Vaas, qui pouvait imaginer la petite Mary en mercenaire ? Personne si ce n'était les gens faisant partie du groupe de Vaas, et encore, même eux - elle comprise- avaient encore un peu de mal avec le concept.

Deux jours plus tard, elle arrivait en Irlande, elle avait transplané dans un de leur relais, et de là, elle s'était rendue au Eagle MotorClub. Le nom n'était plus inscrit sur la devanture, mais on ne pouvait pas s'y tromper. En y entrant, elle ressentit la même sensation que quand elle était arrivée dans la planque de son père pour la première fois. Elle avait abandonné ses robes de sorcière pudiques et sévères au profit d'un pantalon de tissus et d'un pull noir, ses cheveux bruns, roux étaient désormais détachés et non plus relevé dans un chignon serré, et elle ne portait plus de bijoux, mais ça ne l'empêchait pas pour autant de paraître déplacée dans ce bar. Sa tenue aurait mieux convenu à un café chic, son maintient et sa façon de se mouvoir trahissait sa bonne éducation que six mois d'entrainement n'avait pas encore su effacé, quand au reste, si elle n'avait pas un air effarouché, on voyait tout de même qu'elle ne se fondait pas dans le décor. De même contrastant avec son accoutrement à sa taille était attaché une ceinture à laquelle était fiché un étui rendant sa baguette invisible d'un côté, et de l'autre un révolver, petit calibre, qu'elle utilisait en mission, lui clairement apparent au vu de tous, malgré l'interdiction de porter des armes en Irlande et en Angleterre.

L'adolescente s'avança au bar, essayant de ne pas prêter attention aux regards qu'on lui lançait, elle avait beau en avoir l'habitude, ça la rendait nerveuse, voir agressive, et elle n'était pas là pour ça. Derrière celui-ci, une jeune femme, brune, très fine, tellement qu'on pouvait se demander si elle ne pouvait pas se briser en deux, mais Mary savait mieux que personne à quel point les apparences étaient trompeuses. Très tatouées, ses dessins attiraient son attention, mais elle se força à détourner le regard. Ce n'était pas poli de dévisager les gens. S'installant sur un tabouret qui avait connus des jours meilleurs - tout comme le reste du bar - elle dit :

"Une bière, et Eagle s'il vous plaît."

Après tout, la politesse ne fait jamais de torts.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 31/10/1997
Âge du joueur : 19
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2014
Parchemins postés : 53



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Alaska E. Maxwell


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Mar 30 Déc - 23:32

Une jeune fille était entrée. Elle était plutôt pas mal, brune, et surtout élégante. La première pensée d'Alaska fut qu'elle avait intérêt à surveiller les gars, parce qu'une fille pareille par ici, soit elle venait chercher l'aventure, soit elle la trouvait contre son grès. Elle était habillée chic, c'est à dire à l'opposé de l'endroit où elle se trouvait, et ça donnait une impression assez étrange. Et désagréable. Alaska n'aimait pas ça parce que ça attirait l'attention, et ce qui attirait l'attention attirait les ennuis. Son regard froid et perçant détaillait l'inconnue de haut en bas comme s'il s'agissait de son prochain repas.
La motarde n'avait pas l'air particulièrement forte ou impressionnante, d'accord. Mais dans ses poches il y avait une baguette et un flingue. Et dans son regard, il y avait toute la méchanceté et le mépris du Royaume-Uni, si elle le désirait. Cette fille ne méritait pas ça, mais l'idée d'avoir une espèce de gosse de riche dans son bar énervait Alaska. D'accord, elle avait pas de bijoux ou autres trucs voyants. Mais elle respirait le raffinement et l'éducation. Rien de ce qu'on trouvait habituellement ici. Ici, c'était l'honneur, la franchise. Et la force.
La gamine s'était approchée du comptoir, avec avant d'aisance que si elle était venue pour annoncer un décès: aucune. Alaska avait senti son regard se baisser sur ses tatouages, sans pour autant oser s'y attarder. D'un certain côté, ça lui donnait envie de sourire. Cette fille était à des millénaires d'elle. Leurs mondes semblaient ne jamais se croiser. Et pourtant.

"Une bière, et Eagle s'il vous plaît."


S'il vous plaît ? Il y avait encore des gens polis sur cette planète ? Déjà que cette fille n'avait aucune crédibilité, ce n'était pas en train de s'arranger. Et vu ce qu'elle venait de dire, c'était elle l'intermédiaire. Ils envoyaient les filles de son genre faire le sale boulot maintenant ? Le problème n'était pas qu'elle soit une fille, Alaska l'était aussi. Le problème n'était pas qu'elle soit jeune, car à son âge Alaska en avait fait de belles. Mais la lâcher ici, toute seule, alors qu'elle était aussi discrète qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine... Ces gens là n'avaient donc aucune conscience du danger que ça pouvait représenter ? Ça en devenait ridicule.
Elle toisa un instant la cliente, puis se mit à crier sans la lâcher des yeux.

- Jack, amène toi !

Alaska adorait ce petit jeu. Faire croire que le gars qui arrivait était Eagle, alors qu'en fait c'était elle. C'était elle qui avait les clefs, qui comptait l'argent, qui testait les flinguer et vérifiait les tatouages. C'était elle qui allait vendre des armes à une gamine, sans même se demander une seule seconde si c'était raisonnable. Dans la vie, les vendeuses donnent pas leur accord pour vendre un pull à quelqu'un, ici c'était pareil.
Jack n'avait pas l'air pressé. Il avait beau être impressionnant, il n'était encore qu'un membre à l'essai, et Alaska pensait qu'il serait bon pour lui d'apprendre à la craindre un peu plus. Ou à respecter ses ordres gentiment, au choix. Elle se glissa vers la porte séparant le bar de la partie privée. Elle y écrasa lourdement son poing droit avec une force qu'on ne lui soupçonnerait pas. Certains pourraient penser que c'était simplement la force d'une serveuse habituée à mettre dehors les poivrots, mais c'était autre chose.

- Jack !

Il entra dans le bar. Il dépassait Alaska d'au moins 15 centimètres, mais lorsqu'elle s'approcha d'un air menaçant, il recula sans même tenter d'afficher un air serein. Cette fille pouvait être carrément effrayante, il le savait. Et il avait vraiment peur qu'elle use de quoi que ce soit contre lui.

- Tu vas m'faire un plaisir de t'bouger l'derrière quand j't'appelle, et pas seulement quand t'es au lit. Sers une bière à la d'moiselle.

Le mec musclé, mais pas courageux, servit une bière sans broncher. Il lançait des regards en coin à sa " patrone" comme s'il craignait qu'elle vienne le disputer encore. Alaska n'en avait pas l'intention. Quand la gamine fut servie, elle lui fit un signe de tête pour qu'elle la suive. Ensuite, elle se dirigea vers la porte " privée" , l'ouvrit, entra dans le couloir qui se trouvait derrière, et avant de refermer derrière son invitée, glissa un dernier ordre au serveur.

- Mets nous un peu de musique.

Cela risquait d'être bruyant en bas il fallait couvrir le bruit au maximum. Elles étaient désormais au début d'un long couloir. De chaque côté, de nombreuses portes desservaient des chambres, une par membre, et au bout, se trouvait un genre de salle commune, qui ressemblait à un grand salon/cuisine. Là, il y avait un escalier caché, pour descendre au sous-sol. Là où se déroulaient toutes les affaires. Mais avant, il fallait s'assurer que cette fille était au courant. Parce qu'il y avait deux cas de figure: soit elle savait ce qu'elle venait chercher, et donc elle avait le droit d'inspecter la marchandise, de tester, de poser des questions. Soit elle ne savait rien, et on lui filerait la caisse fermée.

- Tu lui veux quoi, à Eagle ?

Elle ne dit pas encore que c'était elle, elle aimait trop ce suspens. Dévisageant encore la jeune fille- décidément elle n'arriverait pas à s'y faire- elle reprit.

- Une appartenance ?

Elle ne demandait rien de confidentiel évidemment. Mais c'était quelque chose qui se faisait, de se présenter quand on marchande. Si elle lui disait que non, tant pis. Si elle disait oui, il faudrait qu'elle le prouve, mais Alaska doutait qu'elle porte le moindre tatouage. D'ailleurs, elle se demandait si cette petite savait comment se passaient généralement ce genre de rendez-vous. Allait-elle lui demander de prouver son appartenance aussi, quand elle saurait qu'elle était Eagle ? Suspens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Ven 2 Jan - 23:51

Mary avait beaucoup de défauts. C'était une adolescente comme les autres, elle n'avait rien de parfait, rien d'extraordinaire. En réalité, elle était tellement ordinaire, qu'à l'école, elle en avait agacé plus d'un. Pâle et transparente, facilement oubliable, en particulier face à se pétulante jumelle Eléonore. Qui aurait pu croire qu'elles étaient sœurs si on exceptait la ressemblance physique. Elles étaient tellement identiques physiquement que leur différence de caractère étonnait toujours. Le jour et la nuit. Sa jumelle était son tout et son contraire, et c'était pour ça que les deux adolescentes ne s'étaient jamais supportées, reflet imparfait d'une réalité qu'elles ne voulaient pas contempler. Ce qu'il y avait de peu ordinaire chez elle, voir même d'extraordinaire, c'était son père. Qu'une fille aussi sage, bien élevée, bien mise, aussi ordinaire qu'elle, puisse avoir un pour père un des criminels les plus recherchés du monde, ça n'était pas commun. Que ce dit père ait pris la peine de venir la sortir de la situation dans laquelle elle s'était trouvée l'an passé l'était encore moins. L'ancienne Serdaigle n'était pas sa seule enfant. Il y en avait au moins deux : Elle et sa sœur. Elle n'avait jamais demandé pourquoi il n'était pas allé la voir, pourquoi est-ce qu'il s'était contenté d'elle, dans le fond, pour une fois, elle était heureuse d'être préféré à sa soeur, et c'était en partie ce qui lui valait la dévotion sans faille que sa fille avait pour lui. En dehors d'elle d'eux, Vaas devait avoir d'autres enfants inconnus, réaliste, elle ne doutait pas qu'il soit possible qu'il ait planté sa graine dés que c'était possible. Après tout, qui se soucie de savoir ce qui arrive a une fille violée ? Le tout était de savoir combien avait survécus au dit viol et combien il avait pu en engrosser sur son chemin. Question difficile vu la mémoire du personnage et le peu d'intérêt qu'il portait à ce genre de chose.

De prime abord, elle n'était pas faite pour être mercenaire. C'était pourtant ce qu'elle était, quoiqu'apprentie mercenaire était probablement plus juste. A peine dans le milieu depuis six mois, elle était encore un bébé à qui ont apprenait à trottiner. Chez Vaas pourtant, il n'y avait pas de demi-mesure. On faisait partie des siens ou on n’en faisait pas partie. Le choix avait été vite fais. Nul doute que certains doutaient encore de sa légitimité. Elle était après tout la seule femme du groupe. Seule femme, mais la fille du boss. Si ça ne lui donnait pas vraiment droit à un traitement de faveur, ça lui donnait une certaine aura. Le boss, celui qui n'en avait rien à foutre de rien, avait détruit un village entier pour récupérer sa fille. Démesurer ? Non, juste Vaas, et rien n'était démesurer pour cet homme hors norme. Lui semblait croire qu'elle avait ce qu'il fallait pour être des leurs. Il ne lui avait pas encore fais savoir qu'elle était indésirable et jusqu'à présent, elle n'avait pas fais de gaffe majeure. Elle apprenait le métier et elle avait prouvé plusieurs fois - sans vraiment savoir comment - qu'elle savait tuer et mettre ses scrupules de côté.

As-tu seulement des scrupules ? C'était la question qui la tenaillait. En avait-elle ? Oui, c'était ce qui la rendait moins efficace. Devait-elle continuer à en avoir ? La culpabilité la rendait humaine. La compassion aussi. C'était par compassion qu'elle avait tué cet homme dans le Suffolk sous les yeux de sa femme. La mort qu'elle lui avait accordée était douce en comparaison de celle que les hommes de Vaas lui auraient donnée. Combien de fois avait-elle tué depuis qu'elle était avec eux ? Elle avait perdu le compte. Au début, elle s'était dis qu'elle compterait, qu'elle aurait un chiffre, pour se souvenir, parce que ça lui semblait important sans qu'elle puisse se l'expliquer. Et finalement, le compte s'était perdu sans qu'elle puisse l'expliquer. Les premières semaines avaient été éprouvantes. Elle se souvenait encore de sa première mission avec Hoyt et Jagsper. La réalité l'avait frappée de plein fouet. C'est bien beau d'arriver dans un groupe de mercenaire, de vouloir en faire partie, mais il faut se frotter à la réalité. Son premier meurtre avait été facile, presque comme une lettre à la poste, elle n'avait eu qu'a pointé l'arme sur sa victime et a appuyer sur la gâchette, simple, un enfant aurait pu le faire. Par contre, se retrouver seule dans un labyrinthe obscur à chassé un ennemis presque invisible, la peur était doucement monté et avait atteint son paroxysme quand un toxicomane l'avait prise par surprise, elle s'était débattue la peur au ventre puis l'avait tué. Elle s'en souvenait avec une clarté presque douloureuse. Parfois ses souvenirs se faisaient flous, effacés par le temps, celui-ci restait clair dans son esprit, la peur et la terreur qu'elle avait ressentie aussi. Ca l'avait fais redescendre sur terre. A côtoyer Vaas, on se sent fort, un peu immortel. Elle avait vite réalisé qu'elle ne l'était pas, tout ce qu'elle pouvait faire s'était tenté de devenir forte parce que la mort pouvait l'attendre à n'importe quel tournant.

Cette mission ? Une des rares qu'elle faisait en solo. Jusqu'à présent, elle avait rarement été seule. Etrangement, elle était souvent accompagnée, que ça soit par Jack, Llew, Jagsper ou encore Hoyt. On faisait rarement des missions seuls dans ce milieu, ils n'étaient pas des espions, loin de là, rare étaient ceux du groupe qui faisaient dans la subtilité d'ailleurs. Mary était peut-être celle qui paraissait le plus "normal" dans le tas, si on pouvait encore parler de normalité la concernant. Après tout, quelle gamine normalement constituée choisit de laisser une petite fortune, une maison, une scolarité pour se faire passer pour morte et devenir Hors-la-loi ? Pas quelqu'un sain d'esprit à coup sûr, mais en comparaison avec les autres mercenaires, elle semblait normale. C'était peut-être pour ça qu'on l'avait envoyé ici. Parce qu'elle était diplomate - dans une certaine mesure -, mais également parce qu'on ne s'attendait pas à la voir.

Elle était décalée dans ce bar. Pas besoin d'être très intelligent pour le voir. Elle-même pourtant peu perceptive de ce genre de chose s'en rendait compte. Et elle avait volontairement accentué le trait. Mercenaire ou non, elle restait qui elle était. Mary avec sa bonne éducation, c'était autant une qualité qu'un défaut, et elle s'en servait comme elle pouvait, chacun ses armes, on ne peut pas changer du jour au lendemain. Elle avait parfois des accès de colère, il lui arrivait de ne pas toujours comprendre ce qu'elle faisait - comme la fois où elle avait demandé à Jack et Llew de l'aider à castrer un des mercenaires de Vaas -, mais elle restait principalement celle qu'on avait toujours connus.

Dans ce bar, personne n'avait jamais entendu parler d'elle. Et on la dévisageait parce qu'elle faisait de toute évidence tâche. Les tâches de sang et d'alcool au sol avaient bien plus leur place ici qu'elle. Mal à l'aise, ça ne l'empêcha pas de se percher sur un tabouret pour demander à boire et son contact. Elle était un des hommes de Vaas, ils n'avaient pas de nom si ce n'était celui du patron, rien à cacher, rien à revendiquer, ils étaient là et c'était tout. Le nom de Vaas était assez connu à lui seul pour ne pas devoir donner d'autres explications.

Il y eut un échange de regard, et Mary lut dans les yeux de la jeune serveuse quelque chose qu'elle avait souvent lut chez les autres. On la sous-estimait. Ca ne la gênait pas, c'était le genre de regard auquel elle était habituée. Elle préférait ça aux regards lubriques que lui lançaient certains hommes de son père. Ceux-là la mettaient toujours mal à l'aise, même six mois après, et si on n’osait pas trop la toucher depuis qu'ils avaient émasculé un homme, nul doute qu'un jour la lubricité de l'un d'entre eux vaincra la crainte que Vaas pouvait inspirer. La serveuse appela un Jack, son contact peut-être. Elle ne la lâchait pas des yeux, et ça demandait un certain effort à l'adolescente pour ne pas faire de même. Elle n'y pouvait rien. Ce n'était même pas de la peur, juste instinctif. Elle avait baissé les yeux la plus grande partie de sa vie, et par réflexe, elle avait tendance à les baisser quand elle était dans une situation gênante. Elle continua tout de même de regarder la jeune femme. L'avantage était peut-être pour elle ici. Mary n'avait jamais eu un visage très expressif, et si on ne pouvait pas dire qu'elle était à l'aise, rien d'autre ne transpirait pour autant dans son attitude. L'éducation que son grand-père lui avait donnée avait au moins eu cet avantage là à défaut d'en avoir un autre.

Le dénommé Jack arriva, grand, bien plus qu'elle un tas de muscle, il dominait très nettement la serveuse en taille, mais celle-ci ne laissait nul doute dans son attitude. C'était elle qui était en charge, non Jack, n'était pas Eagle pensa-t-elle tandis qu'il lui servait sa bière, non sans jeter un coup d'elle non rassuré à sa collègue. Pas besoin d'avoir été à Serdaigle pour le savoir. Une fois servie, la serveuse lui fit signe de la suivre dans l'arrière boutique. Mary prit d'abord une gorgée de bière, puis sans discuter, elle se laisse glisser de son tabouret, et suivit la jeune femme. Avant de refermer la porte, celle-ci dit quelque chose au dénommé Jack qu'elle n'entendit pas, mais une fois la porte refermée, le son de la musique augmenta subitement. Elle avait eu quelque seconde pour regarder le couloir. Beaucoup de porte fermée, pas d'issue, ça ne ressemblait pas à un piège, mais comme on disait, deux précautions valent mieux qu'une. On entra très vite dans le vif du sujet, qu'est-ce qu'elle voulait à Eagle. Un vague sourire aux lèvres, elle s'appuya contre le mur et but une nouvelle gorgée de bière :

"Ca dépend à qui je parle, Eagle sait ce que je lui veux, mais il n'y a qu'à lui où elle que je suis habilité à parler."

Elle ne fanfaronnait pas, mais on lui avait appris à ne pas céder trop vite, il était probable que ça soit Eagle qui soit devant elle. Simple déduction au vu de l'attitude de la jeune femme, mais rien n'était certain, elle pouvait simplement la tester avant de l'amener au véritable Eagle. Quoiqu'il en soit, elle avait une longueur d'avance sur elle vu qu'elle savait probablement pourquoi elle était là. La seconde question fusa. Une appartenance ? Oui bien entendu. Néanmoins, elle n'avait rien pour le prouver, si beaucoup de "gang de seconde zone" ou de gros gang avaient tendance à marquer leur appartenance par un signe, il n'en était rien pour les hommes de Vaas. De prime abord, rien ne les distinguaient, et rien laissaient penser qu'ils étaient liés les un aux autres. C'était - du point de vue de l'adolescente - bien plus intelligent, mais elle n'était pas là pour contester la façon de faire des uns et des autres.

"Je fais partie du groupe de Vaas."

Avec un sourire, elle releva ses manches.

" Ca risque d'être compliqué à prouver."

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 31/10/1997
Âge du joueur : 19
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2014
Parchemins postés : 53



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Alaska E. Maxwell


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Dim 4 Jan - 8:35

Elle se mettait à l'aise. Alaska n'aurait pas vraiment pu dire si c'était une bonne idée. Bon d'accord, elle aurait sûrement fait pareil, mais la différence entre les deux, c'était déjà qu'Alaska devait bien avoir le double de son âge. Et ensuite, c'était qu'Alaska ne donnait pas du tout la même image. Quand vous croisez quelqu'un de tatoué, qui bosse dans ce genre de coins, vous ne vous attendez pas à ce qu'il présente autant de bonnes manières qu'une gamine comme celle qui était là. Et pourtant, c'était cette gamine qui était adossée au mur à boire sa bière, pas la serveuse.

"Ca dépend à qui je parle, Eagle sait ce que je lui veux, mais il n'y a qu'à lui où elle que je suis habilité à parler."


Lui ou elle. Alaska aimait bien cette petite finalement. Étant elle-même une fille, elle n'avait pas écarté la possibilité qu'Eagle soit autre chose qu'un de ces gros tas de muscles masculins. La notion même de tas de muscles semblait bien étrangère à Alaska. Elle était musclée pourtant, mais tout en discrétion, c'était une brindille en apparence. Ça tranchait avec le genre de gros loubards qu'on s'attendait à croiser par ici.

"Je fais partie du groupe de Vaas." 

Vaas. Tout le monde avait forcément déjà entendu parler de lui, surtout dans ce milieu. Les membres affiliés à ce genre de trafics avaient souvent bien plus d'informations que les autorités sur les criminels. Reconnu autant pour ses crimes de génie que pour sa folie, c'était impossible de passer à côté. Ce qui était surprenant, c'était qu'il ai choisi cette gamine dans son équipe. Mais Alaska n'aurait pas émis le moindre doute: ce n'était pas son groupe, et surtout, elle ne connaissait pas grand chose de leur mode de fonctionnement. Son propre père avait décidé de la faire entrer au club alors qu'elle n'avait que 16ans, elle était mal placée pour critiquer. Et puis, ici en tout cas, ils s'étaient bien rendu compte qu'avoir une fille dans l'équipe était un atout charme non négligeable dans certains cas. La petite avait remonté ses manches.

" Ca risque d'être compliqué à prouver."

Des bras vides, complètement nus. De toute façon, ça n'aurait rien apporté, elle ne savait pas quels tatouages portaient le groupe de Vaas, s'ils n'en portaient pas c'était mieux. L'autre solution était qu'elle n'était peut-être pas encore une membre à part entière, et donc pas tatouée, comme Jack. Lui ne possédait pas encore son cuir, et n'avait pas le droit d'afficher sur lui le tatouage du club.
De toute façon, Alaska était certaine que cette fille disait la vérité. En dehors du club, il n'y avait que le groupe de Vaas qui était au courant du rendez-vous, et puisqu'il était connu pour certains crimes de haute-volée, elle doutait qu'il laisse échapper ce genre d'informations. De toute façon, il faudrait être sacrément malade dans sa tête pour vouloir voler quelque chose à ce type. Alaska était certaine qu'il le ferait payer au centuple.

- Bien joué, Eagle c'est moi.

Elle ne prit pas la peine de le prouver par ses tatouages, cette fille n'en avait pas elle pouvait difficilement en exiger de sa part. Si elle regardait bien, il y en avait un sur son bras, perdu dans les nombreux dessins, qui indiquait " Eagle" . Le tatouage du club lui était par contre invisible: il était dans son dos.

- Pas d'problème pour l'tatouage. Faudrait être dingue pour voler un truc à c'type de toute façon.


Alaska s'avança alors vers le bout du couloir. Il y avait à cet endroit un genre de salle commune pour les membres du club, mélange entre un salon et une cuisine. Il ressemblait assez au bar; même couleur, même matériaux. La différence principale était la présence de deux énormes canapés vert foncés, c'est à dire d'une couleur qui n'était absolument pas assortie au reste. Les motards n'avaient jamais été reconnus pour leur sens de la décoration, de toute façon.
Alaska fit signe à sa partenaire de s'asseoir- enfin si elle voulait pas c'était tant pis pour elle- et elle s'assit dans le canapé d'en face. Ils étaient vraiment confortables ces trucs là, à défaut d'être beaux.

- Un p'tit récapitulatif d'la commande ?

Elle attendait que son interlocutrice rappelle le nombre d'armes commandées et le prix. Ils faisaient toujours ça, pour s'assurer avant tout qu'ils étaient bien d'accord. Après tout, ça ne servait à rien de descendre au sous-sol voir le matériel si le marché ne correspondait pas. Évidemment, celui pourrait toujours être annulé, si vraiment les armes ne correspondaient pas à celles attendues, ou si le prix proposé n'était plus suffisant. Cependant, Alaska se disait que Vaas devait être au courant des prix du marché, et donc ne devrait pas proposer quelque chose d'indécent. Son père ne lui avait pas dit exactement ce qu'il avait négocié, ce qui signifiait donc que c'était quelque chose de relativement habituel.

- On ira vérifier la marchandise après.

Alaska préférait préciser tout de suite. Parfois, elle tombait des véritables excités, qui semblaient prêts à lui sauter à la gorge avant même qu'elle ne parle, ce qui était plutôt désagréable. Elle se disait que la gamine -faudrait peut-être lui demander comment l'appeler- devait être quelqu'un d'un peu plus calme, mais elle n'avait pas grand chose pour le savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Dim 4 Jan - 16:54

En un sens, ce n'était pas spécialement bête d'envoyer Mary effectuer ce genre de mission. Jack ou Llewelyn auraient été tout aussi adapté. Ils paraissaient normaux. Ils se fondaient dans la masse, n'en était les bonnes manières de Mary, ils ressemblaient tout les trois à des adolescents normaux tout ce qu'il y a de plus banal. Le genre de personne qu’on n’interrogeait pas nécessairement quand ils voulaient se déplacer incognito, tout au plus, ils avaient besoin d'un peu de maquillage, quelques habits discret pour être sur de ne pas être reconnus, mais pas plus. Jagsper par exemple, n'était pas le genre de type à passer inaperçus, peu de gens l'avaient déjà vu sans son masque, et peu voulait le voir sans, mais il intriguait, attirait l'attention, sans compter que l'homme était presque muet, on pouvait compter sur les doigts d'une main les fois où on l'entendait parler, ça n'aidait pas pour les négociations. Quoiqu'il en soit, si Llew et Jack auraient pu faire l'affaire, restait qu'ils étaient probablement trop nerveux, et peu enclin à rester calme, des trois, c'était Mary la plus calme, la plus mesurée, même trop mesurée selon certains. On ne la voyait jamais se battre volontairement, rarement jurer, elle restait quelqu'un de discret. En partie à cause de son statut, celle de seule femme du groupe. Parmi la bande on trouvait des touts, des gens éduqués comme Hoyt, des violents, des cinglés, pire raclures que l'univers ait portée, une partie d'entre eux ne vivaient que pour suivre les ordres de leur chef et assouvir leurs instincts primitifs. Ceux-là elle les évitait. Elle avait un minimum d'instinct de survie, et elle savait que malgré les ordres de son père, en aurait bien un, un jour, pour tenter quelque chose.

Pour se protéger, plusieurs options, ce trouver un protecteur puissant. Ce n'était pas son genre, il fallait lui reconnaître ça, elle ne s'était jamais appuyée sur personne et ce n'était pas maintenant qu'elle allait commencer. Devenir assez forte et respectée ou crainte, que pour pouvoir assoir sa domination sans qu'on l'emmerde. La meilleure solution sur le long terme, mais elle était tout de même très loin du compte. Elle y arriverait peut-être un jour, mais l'ancienne Serdaigle savait qu'il lui faudrait des années avant que ça soit le cas, et ce, seulement si elle survivait aux différentes missions qui lui étaient attribuées. En attendant, elle choisissait la deuxième meilleure solution : se faire discrète. Elle était là, elle restait efficace, même si comme tout les nouveaux, elle avait eu des ratés, mais elle ne s'imposait pas, pas encore. Mary savait qu'elle n'avait aucune légitimité pour le faire. Contrairement aux gangs comme ceux d'Eagle, ce n'était pas un tatouage qui déterminait si elle faisait partie du groupe ou non, si elle en était un membre respecté ou pas. Non, c'était une question de "moment", on le savait et c'était comme ça. Et pour ce qui était de la notion de respect, eh bien, il fallait savoir que c'était une notion très floue chez les mercenaires de Vaas. Le monde n'était qu’un immense terrain de jeux, ne rien respecter, tout prendre, parce qu'on l'a décidé, c'était comme ça qu'ils vivaient, s'offrant au plus offrant, sans morale, sans arrière pensée parce que rien d'autre n'avait d'importance que leur bon plaisir.

Ils étaient la définition même de l'égoïsme, de l'indifférence, du chaos, et ça les rendait terriblement humain. On les comparait à des bêtes sauvages instables, et elle était certaine que les gens auraient aimés gardé cette image rassurante d'eux. La vérité, c'est qu'ils étaient aussi humains que n'importe qui, ils représentaient simplement ce que l'espèce humaine pouvait faire de pire. L'assemblage de tous ces vices poussés à l'extrême et dans le fond, ceux qui leur ressemblaient le plus c'était les mangemorts et les dirigeants des mouvements extrémistes qui voulaient faire tomber le Seigneur des Ténèbres. La seule différence, c'était qu'eux n'avaient pas besoin de caché leur vraie nature derrière des excuses. A cet égard, Mary faisait une bien piètre représentante de tout ce qui caractérisait les hommes de Vaas, c'était probablement pour ça qu'il l'avait choisie aussi, parce qu'elle surprenait. D'un autre côté, qui aurai cru qu'Eagle serait une femme. Mary n'avait envisagé cette possibilité qu'en voyait le comportement de la serveuse vis a vis de Jack, et encore, sans être sur. Elle en avait désormais la confirmation, et ça lui attira un sourire aimable. Comme quoi, certaines femmes arrivaient à faire leur chemin dans le monde. L'adolescente n'était pas particulièrement féministe, mais c'était une constatation qui lui faisait plaisir. Elle se souvenait de sa grand-mère qui plus jeune, avait voulu lui inculqué les bases de l'état de femme.

"Une femme, Mary, n'aura jamais de pouvoir par elle-même et grâce à ses propres capacités. Son pouvoir, son influence, si elle en a sera rarement légitime, où toujours donné par un homme, mais la plupart du temps, elle se ferra à travers lui grâce à une influence affective ou sexuelle. Je ne veux pas d'une petite fille qui se monte la tête et pense qu'elle pourra un jour devenir aussi importante qu'un homme."

Vision assez triste d'une vieille femme perdue dans une autre époque. Elle n'avait pas su, et elle avait refusé de vivre avec son temps, préférant se perdre dans des divagations datant de début du siècle, elle était âgée quand elle était morte, 103 ans, ce qui restait un âge honorable pour une sorcière, même si la plupart d'entre eux vivaient plus longtemps. Enfant, elle avait cru tout ce que la matriarche lui disait avec une adoration presque religieuse, maintenant, avec le recul, elle savait qu'elle avait eu tord, et si elle aimait toujours autant le souvenir qu'elle avait de sa grand-mère, elle ne pouvait pas s'empêcher de lui en vouloir de l'avoir enfermé dans une vision erronée du monde. Elle s'en voulait également, elle n'était qu'une enfant, facilement modelable et influençable, mais elle avait toujours cru ce qu'elle lui disait sans jamais osé remettre en question la parole de son aîné, à présent, voir que des filles comme Eagle sortait sur le devant de la scène, elle ne pouvait pas s'empêcher de trouver ça plaisant.

"Enchanté", répondit-elle sobrement.

Elle le faisait un peu exprès, pour peu, on aurait pu voir un sourire amusé poindre, mais elle préférait ne pas provoquer. Elle savait que sa politesse naturelle étonnait, voir choquait dans certains milieux ou il était plus naturel de craché au sol en recevant quelque chose que de dire merci, elle forçait donc un peu le trait. Les gens avaient tendance à la sous-estimer, c'était parfois un avantage non négligeable pour elle qui en avait si peu. Suivant la jeune femme, elle rit clairement à son commentaire sur Vaas :

"Probablement, certains diraient qu'il faut être cinglé pour travailler avec lui..."

Provocation, avertissement, rien de tout ça, simplement une constatation. Elle n'avait aucune raison de le faire, et elle n'était clairement pas en position de force. Si on avait tendance à la sous-estimer, elle était persuadée que c'était également le cas de la jeune femme devant elle. Mince, jeune, elle n'avait pas l'air de savoir se battre, et pourtant dans l'attitude du serveur, elle avait vu du respect mêlé à de la peur ce qui prouvait qu'elle en était tout à fait capable. Et puis Mary avait côtoyé Ariana, elle savait ce dont une femme était capable après tout.

Longeant le couloir, elles arrivèrent au bout où se trouvait une salle relativement accueillante. Ca ressemblait en quelque sorte aux salles communes de Poudlard, la cuisine en plus, la chaleur en moins. Néanmoins, il y avait dans la pièce deux canapés vert qui rendaient le tout plus accueillant. Sa compagne lui fit signe de s'asseoir, ce qu'elle fit sans discuter, posant sa bière entamée sur la table basse. Elle ne tenait pas très bien l'alcool, même si ça s'était amélioré depuis sa sortie de Poudlard. Mary avait découvert que pour savoir boire, il faut boire, question d'habitude, le corps s'adapté, la résistance se fait plus forte. Si elle n'était plus saoule au bout de trois bières, ça ne voulait pas dire qu'elle le tenait bien pour autant. Elle préférait donc boire lentement pour éviter d'avoir l'air bourrée. L'air de rien, c'était son premier deal en solitaire, et même si elle le gardait pour elle, ça avait quelque chose de stressant. Enfoncée dans le divan, les jambes croisées, elle paraissait encore une fois plus à l'aise qu'elle ne l'était en réalité. Son premier réflexe aurait été de s'assoir les jambes l'une contre l'autre, le dos droit, et non pas avachie dans le fauteuil, mais petit à petit, elle changeait ses habitudes, perdait sa rigidité. On lui demanda un récapitulatif de la commande, rien d'étonnant jusqu'ici, on l'avait prévenue qu'ils le ferraient et elle avait appris celle-ci par cœur pour ne pas devoir se balader avec un papier.

"Des ALPC"

Dans le jardon, armes légères et de petits calibres. Il n'avait pas commandé grand chose puisqu'ils testaient la qualité de la marchandise de leur nouveau fournisseur. Deux fusils de précision. Deux sortes de pistolets spécifiques. Cinq modèles de chaque sorte, si la commande était satisfaisante, ils continueraient de se fournir chez eux, mais c'était Vaas qui aurait le mot final.

"Cinq Desert Eagle, cinq P14-45, cinq Dragunov SVU et cinq AMP Technical Services DSR-1. Plus 1000 munitions pour chaque. Rappelez-moi le prix convenus ?"

Les deux fusils de précision, elle savait juste les reconnaître, on lui avait appris à monter et démonter les armes, mais elle était loin de savoir s'en servir, à sa portée, c'était principalement les armes comme le Desert Eagle qu'elle était curieuse de tester. Elle fit un signe de tête confirmant qu'elle était d'accord pour aller tester les armes après tandis qu'elle demandait le prix. Elle savait parfaitement quel prix Vaas allait payer pour la marchandise, mais on lui avait fais comprendre que si elle pouvait négocier le prix vers le bas, elle pouvait toujours tenter, sans les rouler pour autant, Vaas était ce qu'il était, mais il était toujours juste en affaire.

Dans les armes demandées, elles étaient facilement identifiables sans avoir besoin d'être démontée. En particulier les fusils de précision et le Desert Eagle. Assez unique au monde, Vaas lui avait dit que c'était le plus puissant pistolet sur le marché, capable de tirer 50 munitions sur un seul chargeur, il avait un style de munition unique qui lui était bien spécifique, de très gros calibre, celles-ci faisaient 12,7 mm et était impossible à confondre avec un autre. Le plus difficile en particulier pour une néophyte comme elle, c'était le P14-45, clone du Colt M1911, il avait été modifié pour accepté un chargeur à double colonne avec une capacité de 14 coups, sans le démonté, seul un expert savait réellement voir la différence.

Attendant que son interlocutrice lui confirme le prix, elle prit la peine de se présenter.

"Je ne me suis pas présentée je pense, Mary."

Juste Mary, plus de Mary Kane, son nom de famille n'existait plus, c'était ce qui la reliait au passé, et elle n'avait vraiment pas besoin que l'Intendance apprenne qu'elle et Llew étaient toujours vivants.



____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 31/10/1997
Âge du joueur : 19
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2014
Parchemins postés : 53



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Alaska E. Maxwell


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Dim 4 Jan - 23:05

"Des ALPC"

Alaska avait presque envie de rire. Stoppée ici, cette explication avait quasiment autant d'intérêt que d'entrer dans une fromagerie et de demander du fromage. Heureusement, la jeune fille avait l'air de s'y connaître mieux que ça.

"Cinq Desert Eagle, cinq P14-45, cinq Dragunov SVU et cinq AMP Technical Services DSR-1. Plus 1000 munitions pour chaque. Rappelez-moi le prix convenus ?"


Ce n'était pas une commande incroyable. Il y avait des armes qu'Alaska qualifierait de passe partout, d'autre un peu plus rares, plus précises. Ce qui l'embêtait le plus, c'était qu'elle était censée rappeler le prix convenu, alors que son père avait relativement oublié. Génial, comme si elle connaissait le prix de ventes de toutes les munitions ! Les armes, ça allait plutôt bien, elle en vendait souvent... Mais les munitions, et par mille en plus !

- Je vais chercher la calculatrice.

Alaska n'était pas mauvaise en calcul mental, mais si elle pouvait éviter de passer pour une imbécile, elle n'allait pas se priver. En plus, jouer avec de l'argent, des gros chiffres... Et surtout avec l'argent des autres, c'était un exercice périlleux.
La femme n'eut qu'à se lever, s'approcher de la cuisine. La calculatrice était là, posée sur le plan de travail. Elle revint et s'assit à la même place. Elle avait déjà le nez penché sur les chiffres lorsqu'elle entendit la voix de la gamine.

"Je ne me suis pas présentée je pense, Mary."

Alaska leva les yeux, sans relever la tête. Tout à fait le genre de position qui pouvait signifier un grand " ça me fait une belle jambe". Mary, n'était qu'une intermédiaire, et vu son âge elle ne devait pas avoir une haute place dans la hiérarchie. Se présenter ainsi ne revêtait donc aucune espèce d'importance d'après la vendeuse. Vendeuse d'alcool, vendeuse d'armes... A part le prêt-à-porter, Alaska avait l'impression d'avoir déjà vendu de tout !
Se rappelant de la manière qu'avait eu la petite de saluer sa présentation, elle étira un sourire moqueur sur ses lèvres.

- Enchantée.

Si elle avait été capable de prendre une voix fluette, elle l'aurait certainement fait. Mais la cigarette lui avait interdit ce genre d'expériences. Elle se doutait bien que la petite grossissait le trait.
Elle se contenta alors de baisser les yeux sur sa calculatrice.

- J'ai plus l'prix exact, on m'a pas renseignée. Donc j'te fais un prix, et tu m'dis c'que t'en penses. Un Desert Eagle ça vaut à peu près 2300 euros, donc 5 ça fait 11500 euros. On rajoute les P14-45 à 1000 euros pièce, ça fait 16500 euros. Ensuite, les Dragunov SVU, 5 ça doit valoir 12500 donc ça nous fait 29000euros. Ensuite, 5 AMP Technical Services DSR-1 à 2000 euros pièces, ça nous fait 10000 supplémentaires soit 39000 euros. Enfin, les munitions...


Elle poussa un grand soupir, c'était dur à calculer, il lui faudrait des références qu'on avait oublié de lui donner.

- En se basant sur la boîte de 50 qui vaut... Environ 15euros, on arrive à 300euros les milles, soit 1200 supplémentaires. On arrive à 40200 euros, auxquels il faut ajouter les 5% pour le club...

Elle tapa encore quelques chiffres sur le vieux clavier à moitié effacé de la calculatrice. Tout ici était usé ou quoi ?!

- Donc, j'te propose 42 210 euros.

D'accord, dit comme ça, ça en imposait comme somme. Mais, pour le marché actuel c'était tout de même assez raisonnable, et des intermédiaires qui facturaient seulement 5% ça courrait pas les rues. Honnêtement, Alaska ne pensait pas que Mary allait refuser sa proposition. C'était un tarif tout à fait correct. Et pour détendre une atmosphère trop pleine de chiffres, Alaska ne put s'empêcher d'ajouter une petite blague.

- Bien sûr, faut rajouter les taxes, les impôts...

Elle rit. Pas que c'était particulièrement drôle, mais quand même, c'était une boutade bien sympathique d'après elle. Et puis, elle n'aimait pas l'ambiance tendue des négociations. Elles étaient deux filles qui étaient là avant tout pour se mettre d'accord, il n'y avait aucune raison d'être sur les dents. Vaas voulait des armes, Alaska et son club voulaient de l'argent. Ils étaient fait pour s'entendre.
Elle s'enfonça dans le canapé, se laissant aller contre le dossier. Elle adorait s'asseoir là, c'était tellement confortable qu'elle y aurait bien fait une sieste le devoir ne l'appelait pas. Enfin, le devoir... Façon de parler. Certaines personnes auraient du mal à considérer que leur devoir consistait à vendre des armes à une gamine, mais Alaska n'avait pas ce genre de problème de conscience. Si quelqu'un devait en avoir ce n'était certainement pas elle !
Tout ce qu'il lui restait à faire pour l'instant c'était attendre la réponse positive de Mary, ou au contraire sa nouvelle proposition. Elles étaient là pour négocier certes, mais Alaska était bien décidée à ne pas descendre son prix. Elle n'avait aucune idée de ce que son père avait donné comme chiffres, mais ça devait se situer par là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Sam 10 Jan - 2:01

Y-avait-il un désavantage à être de nature gentille quand on était mercenaire ? Question pertinente. Il existait plusieurs sortes de mercenaire de part le monde. Ceux de Vaas étaient un genre à part. Ce que d'autre appelaient des rebuts de la société, on pouvait les voir comme des génies du crime. Quoique c'était peut-être accordé trop de crédit à des hommes simplement obsédé par leur propre plaisir, la douleur des autres, et leur jouissance personnelle. Mary n'en était pas encore à ce stade, peut-être ne le serait-elle jamais. En attendant, elle apprenait à être égoïste, dans son milieu, c'était indispensable. Si elle faisait entièrement confiance à Llew et Jack, elle savait que pour le reste de sa vie, le groupe de personne à qui elle pouvait accorder cette confiance serait limité. Pour survivre, il faut avant tout être égoïste, penser à soi-même et comprendre que si on ne sait pas sauver sa propre peau, il y avait peu de chance pour quelqu'un le fasse à sa place.

Alaska, qu'elle ne connaissait que sous le nom d'Eagle pour le moment, ne semblait pas tailler dans le même bois qu'elle. Elle était bien plus à l'aise dans son rôle que ne l'était Mary. Plus légitime en quelque sorte, mais elle était née dedans. Ca changeait tout. L'ancienne Serdaigle quant à elle n'avait embrassé sa voie qu'une demi-année plus tôt. Dernièrement, elle avait pensé à Jill - comme à chaque fois qu'elle pensait à quelque chose de particulièrement féminin - et elle s'était faite la réflexion que si bon nombre de filles rêvent un jour de se réveiller et de s'apercevoir qu'elles appartiennent à une grande famille sang pur influente, peu d'entre elles s'imaginent un jour fille d'un puissant criminel. Ironiquement, l'adolescente se sentait plus à l'aise avec ce cas de figure. Si elle avait été sang-pur, elle aurait eu peur de décevoir, de ne jamais arriver à atteindre l'excellence qu'on aurait attendue d'elle. Elle savait que les pressions étaient terribles, que sa vie aurait été contrôlé de A à Z comme l'avait été celle de Llew, c'était probablement en partie pour ça qu'il l'avait suivit, et pas uniquement par pur amour. Septique jusqu'au bout, même si elle l'aimait et avait apprécié le geste, elle pensait qu'il y avait tout de même une part d'intérêt personnel dans son envie de la suivre. Elle comprenait, elle aurait probablement fait de même dans le cas inverse ou du moins, elle espérait qu'elle aurait eu le courage de le faire.

Elle avait beau s'être juré de ne jamais regarder en arrière, elle ne pouvait pas s'empêcher de le faire. Qu'est-ce que six mois si ce n'est un laps de temps particulièrement long et court à la fois. Ca lui avait permis d'apprendre de nouvelles compétences, de se développer, mais c'était également court. En partant, elle s'était enfoncée dans le monde adulte. Or, elle n'était encore qu'une adolescente. Le choc avait été brutal, et Poudlard n'était pas si loin. Elle y avait passé des bons moments, elle y s'y était fais, envers et contre tout des amis. Jellyka, Wayland, Jill, Tally, lui manquaient. On aurait presque pu croire qu'elle avait oublié la torture organisée par Ariana et exécutée par H, ou encore celle que Valverde lui avait infligée, son combat avec Nash, mais il n'en était rien. Elle avait simplement cette capacité de mettre de côté les mauvais moments - et Salazar savait qu'il y en avait eu - et de garder les bons en mémoire.

Eagle avait-elle été à Poudlard ? Si oui, dans quelle maison ? Elle était curieuse, et comme toujours, elle avait envie de poser la question. Néanmoins, sa timidité naturelle l'empêchait de le faire, coupler au bon sens. Peu importe à quel point elle était curieuse, ce genre de question ne se posait pas dans le cadre d'une négociation. En particulier quand Mary jouait un peu avec la jeune femme. Elle connaissait le prix, bien sûr, elle ne serait pas venue sans le savoir, mais elle voulait tester la personne qu'elle avait en face d'elle. Mary ne pouvait pas prouver qu'elle était un mercenaire, mais Eagle était-elle vraiment la personne avec qui elle devait traiter ? Encore peu au fait des coutumes de ce genre de groupe, un tatouage n'aurait rien signifié pour elle, ne constituait aucune preuve valable. Aussi posait-elle des questions et laissait-elle sa compagne faire ses calculs. La jeune femme était compétente, pas de doute, elle savait de quoi elle parlait. 42 milles euros et des poussières, le prix était raisonnable et en dessous de ce qu'elle avait envisagé de payer. Nul besoin de négocier à la baisse, en réalité, elle allait même leur accorder une petite rallonge. A titre personnel, la motarde lui plaisait bien. Elle ne savait pas ce que celle-ci devait penser d'elle, mais elle avait appris à faire abstraction de ce genre de chose, sans quoi elle n'aurait pas survécu à Poudlard. Elle avait du caractère, de la poigne, et même une pointe d'humour, c'était quelque chose qu'elle appréciait chez une femme. Se permettant de rire avec elle, elle répondit à sa boutade d'un air pince-sans rire :

"Aussi séduisant que puisse être l'Intendant Crow, il ne l'est quand même pas assez pour qu'on gâche autant d'argent dans les impôt, un strip-teaseur me coutera moins cher, et avec un couteau sous la gorge, il ne me coutera rien du tout. Economisons notre argent."

Adepte du sarcasme, de l'humour un peu décalé, elle étonnait souvent les rares fois où elle laissait paraitre cette facette de sa personnalité. Peu de gens s'imaginaient que derrière cet air guindé se cachait parfois de l'humour. Plus sérieuse, elle reprit :

"Le prix me semble correct, disons 45 000, une fois que j'aurais vu et tester les armes, je suis généreuse. "

Mary n'était pas spécialement généreuse en réalité. Elle avait reçu des instructions précises de la part de son père. Elle avait l'équivalent de 50 000 euros, c'était une somme qu'elle ne pouvait pas dépasser pour l'achat des armes. Selon la qualité de celle-ci, les respects de la commande, et le pourcentage demandé par le revendeur. Si elle pouvait baisser le prix à la bonne heure, mais en réalité, Vaas se fichait un peu de payer 45 000 ou 50 000 euros, pour lui c'était simplement une question de principe. Avec son père, ils avaient un peu une relation à deux vitesses sans qu'elle puisse exactement définir où ils se tenaient l'un vis à vis de l'autre. Dans le cadre du travail, il lui confiait de petites missions, et il y avait à peine deux semaines qu'il avait déclaré lui faire assez confiance que pour qu'elle puisse porter une arme à feu en permanence. C'était également la première fois qu'il lui confiait de l'argent. La somme pouvait paraître astronomique, mais en réalité, c'était à peine son argent de poche. Fille d'une médicomage célibataire, elle-même fille de la petite bourgeoisie anglaise, sans être riche, ils n'avaient jamais manqué de rien. Par nature, Mary n'était pas égoïste, aussi n'avait-elle jamais fais de demande extravagante. C'est à Poudlard, au milieu des héritiers des grandes familles puristes qu'elle s'était rendu compte à quel point son statut social était éloigné du leur. Elle se rappelait une séance mémorable de shopping avec Jill qui avait voulu lui faire acheter des sous vêtements tissé en soie de vélane. Le prix astronomique lui avait tourné la tête, et il avait fallu rappeler à sa pétulante amie qu'elle n'avait certainement pas les moyens de se payer quelque chose de ce genre. Désormais, elle avait plus d'argent qu'elle n'en avait jamais rêvé. De son point de vue - peut-être parce qu'elle était sa fille - elle avait l'impression de recevoir un traitement de faveur de la part de son père. Ils ne s'occupaient certainement pas d'elle comme un père traditionnel l'aurait fais, mais elle ne manquait de rien. Pas de compte en banque, pas de carte bancaire moldue, tout se payait en cash avec elle. Au début, elle n'avait pas trop osé lui demander de l'argent puisant dans ses propres réserves, et un jour prenant son courage à deux mains, elle avait abordé le sujet. Il avait ouvert un tiroir, tiré une liasse billet sans la compter, et l'avait lancé sur le bureau. Vingt mille euros, qu'allait-elle faire d'une somme pareille ?

"Ouai j'avais pas pensé que tu pouvais en avoir besoin."

Depuis, elle recevait de l'argent de façon irrégulière de la part de Vaas. Elle le mettait de côté et partageait avec Llew et Jack tout en se disant que si elle n'en avait pas besoin pour le moment, ça servirait toujours un jour. Ce genre d'évènement qui pouvait sembler anodin était en réalité particulièrement représentatif de la mentalité du groupe de Vaas. L'argent les intéressait pour le principe, mais ce n'était pas pour ça qu'il tuait, violentait. Ils étaient riche à millions mais vivaient dans un entrepôt délabré, non il y avait quelque chose de plus profond, un amour de la violence, et une façon de passer le temps, de s'amuser, de toujours repousser tout plus loin parce qu'ils n'avaient aucune limites. Alors qu'était 45 000 euros pour Vaas sinon rien ? Mary avait eu l'intention d'expliquer à son contact pourquoi elle leur donnait un petit extra, mais un bruit sourd l'interrompit alors qu'elle allait parler. Un cri, et quelque chose venait de tomber au sol. Par réflexe, sa main se porta à son arme à feu, sa baguette bien qu'invisible était là aussi, mais elle préférait ne s'en servir qu'en dernier recours. Elle interrogea Alaska du regard, l'arme n'était pas sortie, mais sa main restait proche, prête à le faire dans le cas échant. En six mois, elle avait appris qu'on était en sécurité nulle part.


____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 31/10/1997
Âge du joueur : 19
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2014
Parchemins postés : 53



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Alaska E. Maxwell


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Sam 10 Jan - 10:33

"Aussi séduisant que puisse être l'Intendant Crow, il ne l'est quand même pas assez pour qu'on gâche autant d'argent dans les impôt, un strip-teaseur me coutera moins cher, et avec un couteau sous la gorge, il ne me coutera rien du tout. Economisons notre argent."

Mary avait rit avec elle avant d'ajouter ça. Alaska aimait bien l'humour de la jeune fille. Bon, Crow était bien loin d'être son genre d'homme, et l'idée de le voir en strip-teaser était aussi désagréable qu'amusante. Au moins, ça détendait un peu l'atmosphère, elles s'entendaient plutôt bien, et tout se passait d'une manière plutôt sympathique. Alaska se demandait si travailler avec le groupe de Vaas serait toujours aussi tranquille. Après tout, Mary était quelqu'un qui lui semblait calme et encline à la discussion, ça rendait les choses faciles. Étaient-ils tous comme ça ? Ça l'étonnerait fort, ils n'auraient pas une telle réputation sinon...

"Le prix me semble correct, disons 45 000, une fois que j'aurais vu et tester les armes, je suis généreuse. "


C'était louche. Alaska n'avait pas l'habitude qu'on négocie ses prix à la hausse, et la simple idée de voir quelqu'un se montrer généreux dans ce domaine lui paraissait bien étrange. Soit cette petite était riche, auquel cas ça ne représentait rien pour elle et elle avait l'impression de dépenser une bagatelle, ce qui ne serait pas étonnant vu ses manières. Soit elle avait reçu l'ordre de payer exactement 45 000 euros. Soit c'était le prix convenu, qu'Alaska ne connaissait pas, et elle s'en servait pour passer comme une généreuse. Alaska se promit d'avoir une discussion à ce sujet avec son père. Et la prochaine fois, il avait intérêt à la mettre au courant correctement !
Elle allait donner son accord quand elle entendit un cri couplé à un bruit de chute. Elle avait directement tourné sa tête vers le couloir, du coin de l'oeil elle avait vu Mary porter la main à son arme. Alaska quant à elle, l'avait déjà sortie. En remarquant qu'elle n'avait que sa baguette sur elle, elle poussa un juron des plus fleuris. Si c'était un problème avec l'Intendance ou l'autorité en général, il vaudrait mieux qu'elle ait une arme à feu.
Alaska bondit du canapé. Elle courut vers la cuisine, ouvrit le tiroir des couverts et sortit un pistolet. Elle rangea sa baguette et se précipita dans le couloir.
Au club, il y avait des armes un peu partout. Une dans la caisse du bar, deux ou trois dans le salon et la cuisine, et généralement les membres en avaient aussi dans leurs chambres. Le sous-sol était leur entrepôt, lui aussi rempli d'armes. Si ça pouvait paraître étonnant, Alaska ne se souvenait pas que ça ait été différent un jour. Depuis qu'elle était toute petite elle avait toujours eu le choix entre des couverts et un flingue pour le petit déjeuner.
Elle ne jeta pas un seul regard à Mary. Après tout, celle-ci n'avait certainement aucun lien avec ce qui se passait, et peut-être pas envie de s'en mêler. Si elle la suivait tant mieux, sinon elle réglerait ça toute seule. Qu'est-ce que ça pouvait être ? Une blague de la part d'Ethan ? Un gamin qui voulait braquer le bar, ayant cru qu'ils étaient tous partis ? La police ? Un gang adverse ?
Alaska ouvrit la porte, avec autant de grâce et de discrétion qu'un bûcheron abattrait un arbre. Elle pointa directement son arme sur l'intrus.
Il était seul, un peu plus vieux que Mary à vu de nez. Il portait une cagoule mal mise qui laissait trop voir son visage, et tenait dans ses mains un fusil taillé pour la chasse. Le genre d'arme qui prenait du temps à être rechargée, et dont le seul avantage était de tirer deux coups à la fois. Fait pour tuer un sanglier, pas braquer un bar.
Alaska lança un regard incroyablement méchant à.... Jack. Au lieu de crier, et de renverser une bouteille de vodka par terre, il aurait dû sortir le pistolet de la caisse. Parfois, la vice-présidente désespérait d'en faire un jour un membre correct.
L'inconnu pointait son arme sur Jack, et lui parlait, mais celui-ci n'avait pas l'air de comprendre ce qu'il disait.
C'était du Gaélique.
Alaska avait donc devant elle un gamin qui demandait en Gaélique le contenu de la caisse. Avec un nombre de fautes de syntaxe impressionnantes. A l'époque où Alaska allait à l'école c'était une matière obligatoire, mais visiblement celui-ci n'était pas premier de la classe. Il devait donc utiliser ça pour revendiquer une appartenance à un quelconque groupe irlandais. Généralement ceux-ci recrutaient des membres bien plus à l'aise avec cette langue, pour des questions évidentes de compréhension: ils ne parlaient que comme ça entre eux. Il devait donc être tout seul dans sa mascarade, et vouloir intimider en faisant croire qu'il faisait partie d'un groupe plus dangereux. Ça aurait pu être une belle idée, dommage qu'Alaska connaisait à peu près cette langue. Elle servait parfois d'interprète pour le club, même si elle était loin de parler couramment.

 - Il veut l'argent d'la caisse Jack, mais c'est bourré de fautes évidentes. Il est tout seul j'pense.  


En disant ça, elle avait lancé un regard noir à l'inconnu, qui commençait visiblement à paniquer. Il était plus ou moins démasqué, qu'allait-il faire ? Alaska lança un regard par dessus son épaule, pour savoir si Mary était venue...

HRP: Si ça te va pas, je peux éditer, et surtout hésite pas à faire agir notre braqueur du dimanche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 15/08/2013
Parchemins postés : 1668



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Mary Kane


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada] Sam 10 Jan - 23:00

Qui était l'imbécile qui avait dit que la vie n'était qu'un long fleuve tranquille ? Elle aurait eu deux mots à lui dire. La vie n'avait rien d'un long fleuve tranquille. Elle ressemblait plutôt à une mer agitée pendant une tempête au mieux. Rien ne pouvait jamais se dérouler simplement où sans accroc, elle aurait presque levé les yeux au ciel. Heureusement pour elle, elle avait une patience à toute épreuve, mais l'idée que quelque chose puisse entraver ce deal l'exaspérait tout de même. Eagle ne lui avait pas jeté un regard, elle s'était levé et était partie de là où elles venaient, en direction du bar. Mary, sa main toujours à proximité de son arme hésita un instant. Une partie d'elle-même savait qu'il aurait mieux valu qu'elle ne la suive pas. Ca pouvait être n'importe quoi, et surtout ça pouvait être l'Intendance et elle ne devait pas tomber entre leurs mains. Elle avait réussi à passer pour morte jusqu'à maintenant, ce n'était pas pour faire briser sa couverture maintenant. D'un autre côté, elle n'était pas en sécurité pour le moment non plus, la pièce était très mal située, et sa seule issue de secours en cas de grabuge était le bar. Autre argument en faveur de sa curiosité était que s'il arrivait quelque chose à son intermédiaire, le deal n'avait plus de raison d'être et elle n'était pas certaine que Vaas apprécie le changement de plan, peu importait la raison qu'elle lui donnerait.

Il n'en fallu pas plus pour la convaincre. Quand avait-elle déjà été raisonnable ? La Serdaigle en elle adorait se jeter dans la gueule du serpent, ainsi soit-il ! Suivant sa comparse, elle la vit défoncer la porte qui menait au bar avec peu d'élégance. Il n'y avait qu'une seule personne dans le bar face à un barman un peu déconcerté. Il était plus âgé qu'elle, parlait une langue qu'elle ne connaissait pas, avec un sourcil septique, elle se demanda pourquoi le collègue d'Eagle faisait autant d'histoire pour pas grand chose. Il ressemblait à une caricature et n'avait pas grand chose d'effrayant. Hoyt lui avait une fois dit qu'un type qui doit cacher son visage pour commettre un crime n'est pas quelqu'un à craindre. Elle était d'accord avec le second de son père. C'était une question d'assurance si pas d'estime de soi. Comment pouvait-on tuer quand on avait peur de le faire à visage découvert ? C'est qu'on avait des choses à cacher où à protéger, ça les rendait vulnérable. Eux n'avaient plus rien si ce n'était eux-mêmes. On joue à pile ou face. Un jour c'est blanc, le lendemain ça sera noir. Rien de compliqué, pas de prise de tête.

Eagle semblait comprendre la langue que parlait l'homme. Du Gaélique si elle ne se trompait pas, mais elle ne l'aurait pas juré. Dans le fond, ils étaient dans le fin fond de l'Irlande ça n'aurait rien eu d'étonnant. Non, ce qui était étonnant, c'était son hésitation à tirer. Est-ce que c'était un type désespéré qui avait vraiment besoin d'argent, et qui était tombé sur le mauvais repère à attaquer, où faisait-il partie d'une organisation plus grande dont ses membres n'attendaient qu'un signal pour se ramener. Mary, bien que près de la porte, n'avait toujours pas touché à son arme même si sa main ne s'en éloignait pas. On évite de faire des mouvements brusque dans une prise d'otage, tout comme on évite de sortir son arme si on n’est pas sur de pouvoir tirer le premier. Il fallait choisir son moment, et il avait plutôt l'air du genre nerveux.

"Qui te dit que je suis tout seul salope."

Encore et toujours les insultes, elle aurait levé les yeux au ciel si elle avait pu, mais autant ne pas rendre leur agresseur susceptible.

"Pose ton arme à terre et je te ferrais rien. Toi aussi l'autre connasse."

Il parlait probablement d'elle, le bar ne comportant pas grand monde à cette heure, et encore moins des femmes armées.

"Pas de geste brusque ou je vous butte."

Il pouvait au moins en toucher l'une d'elles, et Mary n'était pas encore assez bonne tireuse que pour pouvoir l'abattre en un coup. Cette prouesse était réservée à des tireurs d'élite comme son père. Deux options, elle mettait son arme au sol et elle attendait un moment de distraction pour l'immobiliser avec sa baguette où elle trouvait une opportunité pour tirer, et avec un peu de chance, Eagle et Jack réagissait assez vite pour l'immobiliser. La diversion vient du serveur. Elle sortit lentement l'arme, sans faire de geste brusque quand Jack fit tomber un verre, l'homme qui avait les yeux braqués sur elle détourna les yeux un bref instant, assez pour que Mary tire dans son mollet lui arrachant un cri de douleur.

Spoiler:
 

____________________________________


Dernière édition par Mary Kane le Dim 11 Jan - 0:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sous le manteau [PV Dada]

Revenir en haut Aller en bas

Sous le manteau [PV Dada]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-