POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Cons et Cognards || Matha [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 14/01/2014
Parchemins postés : 353



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Magda Grey


MessageSujet: Cons et Cognards || Matha [Fini] Mar 10 Fév - 20:54

Serpentard – Gryffondor ou le match d’anthologie entre deux maisons rivales. Fut un temps où les Serpents ne pouvaient pas voir les Lions et l’inverse était également vrai. La rivalité entre les deux maisons était tellement exacerbée qu’il n’était pas rare de voir des conflits éclatés et des élèves « mystérieuses » blessés. Si l’unité des maisons de Poudlard était indispensable pour le purisme, la réalité n’était pas aussi parfaite. On ne pouvait pas reprocher aux vert et argent d’avoir détesté leurs condisciples. A l’époque où Potter et sa clique étaient encore à Poudlard, Gryffondor était LA maison du bourbisme. Triste époque où les sorciers choisis par le Choipeau pour étudier dans la noble maison de Godric Gryffondor avaient embrassé la voie des traîtres à leur sang et soutenu la plus grande fraude du monde sorcier, créant un fossé entre les différentes maisons qu’on avait cru irréparable.

Seul Serpentard c’était très nettement tenu éloigné de la pensée bourbiste, quitte à devenir le vilain petit canard face à un Albus Dumbledore favorisant la médiocrité dans son école. Bien entendu, Gryffondor, Serdaigle et Poufsouffle avaient eu leur lot d’élèves qui, dans l’ombre, avaient combattus le mouvement bourbiste comme ils le pouvaient, mais ce n’était pas suffisant. Rien d’étonnant à ce que les verts et argent soient fier de leur maison. Ils se pavanaient dans les couloirs comme les maîtres de Poudlard, conscients de leur supériorité, tandis que les rouge et or, agressifs, se battaient pour prouver que si un temps ils furent bourbistes, ce temps était désormais révolu.

Le match d’aujourd’hui avait été un bon exemple du désir des rouge et or de remonter la pente. H avait beau être partis, les Gryffondor restaient une équipe connue pour se violence et son jeu sans pitié. Magda était la seule batteuse de sexe féminin dans l’ensemble des équipes de Quidditch de l’école, mais ça ne l’empêchait pas d’être aussi violente que ses condisciples masculins. Ses coups de batte étaient dévastateurs, et en général on préférait se tenir éloigné d’elle autant que possible.

Cet après-midi, le combat avait été serré, leur gardien avait été nul à en mourir, et les poursuiveurs de Serpentard avaient fais un bon boulot. Dés les premières minutes 30 points pour Serpentard. Madga en aurait crié de rage si elle n’avait pas eu un attrapeur à distraire. Elle n’avait jamais été bonne en arithmancie, mais elle savait que si cet imbécile de Ravel attrapait le Vif d’or maintenant, Gryffondor n’avait aucune chance de gagner la coupe. Elle avait fait un signe à son coéquipier et ils avaient harceler Ravel tout le long du match pour l’empêcher de s’approcher du vif d’or pendant que leur supporter exhortait les poursuiveurs de Gryffondor de marquer avec le souaffle tout en maudissant leur gardien. D’ailleurs elle était certaine qu’Engels, le capitaine de l’équipe, était en train de lui passer un savon mémorable pour sa performance pitoyable. De l’avis de Magda, il allait probablement retenir la leçon, le pire ce n’était pas Engels, même si Sara était réputée pour ses coups de sangs effroyables. Non le pire, c’était sans doute de se voir huer par les gens de sa propre maison, et ce même s’ils avaient réussis à faire une égalité.

C’était d’ailleurs pour ça que Magda se retrouvait à l’infirmerie au lieu d’être dans les vestiaires à engueuler son gardien comme le faisait le reste de l’équipe, mais il ne perdait rien pour attendre. Après 1H40 de jeu, le score en était de 120 pour Gryffondor et 240 pour Serpentard. Les joueurs commençaient doucement à s’épuiser et l’impatience se faisait entendre dans les gradins. Pour la sixième fois du match, les deux attrapeurs virent le vif d’or en même temps, et se lançant à leur poursuite, Tom – leur attrapeur – avait un bon mètre d’avance sur Ravel et n’était pas loin de l’attraper. C’était sans compter sur le batteur de l’équipe des Serpentard, qui, loin d’être de cet avis avait lancé un cognard sur son attrapeur, s’il le recevait, s’en était fini du match et Serpentard gagnait. Elle avait foncé dans la direction du cognard bien décidé à dévié sa trajectoire et cet enfoiré de Ravel l’avait suivi, et au moment où elle allait dévier sa trajectoire, poussée sur le cognard probablement persuadé qu’une blessure distrairait Tom. Tom avait attrapé le vif d’or et elle av ait reçu le cognard de plein fouet. Résultat, deux côtes cassées et une chute qui lui laisserait de nombreux bleus. Autant dire que les insultes avaient fusées et que Ravel se prendrait un coup bien placé dés qu’elle sortirait de l’infirmerie.

Pour l’instant, elle était coincée, l’infirmière avait râlé et pester en la voyant arriver, déclarant que le Quidditch était une nuisance qui devait être éradiquée et lui avait ordonnée de rester là jusqu’à la fin de la journée sans bouger en attendant que ses os se ressoude correctement. Autant dire que Magda ne comptait pas écouter la vieille harpie. Rester la sans bouger ? Et puis quoi, elle ne voulait pas non plus qu’elle se mette à lire pour passer le temps ? Regardant autour d’elle, elle se demandait comment s’échapper au plus tout en mettant en place un plan pour casser les côtes de Ravel. Et pour qu’on ne puisse pas dire qu’elle était rancunière elle avait décidé de ne lui en casser que deux tout en lui faisant quelques bleus.
 

____________________________________


Dernière édition par Magda Grey le Jeu 5 Mar - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 08/02/2015
Parchemins postés : 112



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Mathangi Kahn


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Mar 10 Fév - 22:14

Serpentard contre Gryffondor, le classico à la sauce Poudlard. Matha toute ces histoires de rivalité elle s'en moquait comme de sa première chaussette trouée. Puriste / Bourbiste, tant qu'on la lassait faire son petit business dans son coin sans lui demander de compte. Et même la guéguerre entre maison lui passait au dessus de la tête. L'envie lui avait déjà prit de savater un ou deux Gryffondor, mais c'était parce que des enquiquineurs maussades de premier choix, pas spécialement parce qu'ils étaient rouge et or. Certains vert argent c'était également attiré ses foudres pour les mêmes raison, mais elle préférait toujours les mots aux poings.

Quand on lui avait posé le choixpeau sur la tête il y'a cinq ans il lui avait susurré qu'elle était difficile à cerner mais que sa malice la faisait pencher du coté du serpent. Elle en avait prit son parti, mais aurait sûrement pu s'accommoder d'une autre maison. Elle plaisait quand même bien sous l'égide du vieux Salazar, le purisme ne l'intéressait pas, mais l'ambition et surtout la ruse, ça c'était sa came.

Toujours est-il que ce match entre les deux frères ennemis pour Matha c'était surtout du boulot, du boulot et du boulot. Nul doute qu'à la fin de la semaine elle serait aussi crevée que les membres des deux équipes. Toute cette agitation ambiante, ça aiguisait son sens des affaires et de la magouille. Elle était l'un des bookmaker officieux des matchs de quidditch de Poudlard.

Elle avait organisé sa semaine de la façon suivante:
Lundi jusqu'à jeudi: prospection divinatoire. Elle avait lu les lignes d'une quantité de main, afin de se constituer un petit stock de gallion. Elle avait également surveillé de près les entrainements des deux équipes.
Vendredi: journée enfermée à la bibliothèque, établir des cotes, des probabilités, bref elle avait cherché le moyen de se faire le plus de fric possible à coup sûr.
Samedi: elle avait prit les paris. Et si tout se déroulait selon ses prédictions, elle empocherai 55 gallions.

Bien qu'elle appréciait énormément le quidditch elle ne pouvait pas assister au match. Si elle était resté dans le coin, les gens seraient venu chialer pour récupérer leur flouze dès qu'ils auraient senti le vent tourner. Elle avait donc prétexté des crampes d'indisposition féminine et goûtait un repos bien mérité à l'infirmerie. Elle buvait une infusion coquelicot/romarin, en écoutant la rumeur du match. Mais impossible de deviner le résultat, Serpent ou Lion, les gueulards sont tous les même.

*55 gallion mon canard, avec ça je vais pouvoir me payer une belle paire de gant en peau de dragon, du boutefeu chinois, moui pas mal ça*

Ses élucubration furent interrompu par l'arrivé à l'infirmerie d'une patiente. Magda Grey. Elles ne se connaissaient pas, mais Matha avait garder un œil sur tout les protagonistes du match, surveillant leur état de santé de loin. Elle avait pu glaner quelque info sur la batteuse rouge et or, elle avait un tempérament volcanique. Elle n’apprécierait sûrement pas l'idée que Matha se fasse de l'oseille sur son dos. Mais curieuse comme un chat, celle ci engagea tout de même la conversation:

"Yop! Alors ce match? Qui c'est qui t'as amoché?"

Elle s'était relevé, assise sur son lit et adressait un faciès souriant à l'estropiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whirlpoolvisionofshame.tumblr.com/


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 14/01/2014
Parchemins postés : 353



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Magda Grey


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Mar 10 Fév - 23:18

En général, on évitait d’emmerder Magda. Simple constatation, conseil avisé, fait avérer, on ne l’emmerdait pas. L’instinct de survie y était souvent pour quelque chose. Elle était en septième année, et on se mettait rarement en travers du chemin des septièmes, sauf quand on avait un désir urgent de se voir défigurer. Les septième s’emmerdaient entre eux, et c’était très bien comme ça, on laissait les autres années se disputer entre eux ce qu’il restait de place au soleil. On aurait pu croire qu’on ne se mettait pas en travers de son chemin parce qu’elle était la petite fille au sous directeur, mais c’était lui faire insulte. Elle n’avait pas toujours été la petit fille du très aimé – mais cinglé – Professeur Grey. Elle avait longtemps été une élève anonyme parmi tant d’autre dont les seules qualités étaient son talent au Quidditch, sa force et le fait d’avoir pour frère un joueur de Quidditch un peu célèbre. Le respect ou la crainte qu’on lui portait, elle l’avait forgée seule et elle en était fière.

Maintenant que l’élite n’était plus, on se demandait qui prendrait la tête de l’école. Après tout, chaque génération voyait des élèves s’élever plus haut que les autres pour diriger les autres. Il y avait eu l’Armée de Dumbledore, la Dark Snake, l’Elite, le Quartel. Ils avaient mis en avant pour le meilleur et pour le pire des leaders, que ça soit Harry Potter, John Sheppard, Gabriel Lestrange, Maleficius Serpens, H ou encore Ariana Bedan. Les cours avaient recommencé depuis six mois, et personne n’avait encore tenté de prendre leur place. Après tout H avait fini dans un camp et on murmurait qu’Ariana devait son salut au front commun qu’avait fais les familles puristes pour défendre l’héritière.

A la tête de cette école, il y avait désormais deux élèves, et si tout se passait bien, il y en aurait deux autres qui les rejoindraient bientôt. Isaac Bedan et Magda Grey. Son grand-père leur avait confié une mission, et elle comptait bien la mener à bien tout en comprenant l’erreur de ses prédécesseurs. Leurs mouvements avaient eu un nom, quelque chose d’officiel, ils l’avaient rendu tangible. C’était une erreur. On ne peut pas punir quelque chose qui n’existe pas, et Magda comptait bien s’assurer que leur petite organisation resterait secrète.

Apparemment certains n’avaient toujours pas appris la prudence, et ça devait être le cas de la Serpentard qui lui adressait la parole. Sérieusement ? Est-ce que c’était le moment ? Est-ce qu’elle n’avait pas l’air d’être en train de chier de mal à cause de ce p***** de cognard ? Si encore c’était un Gryffondor, elle aurait peut-être passé l’éponge, mais un Serpentard alors qu’elle était blessée par un joueur de sa maison ? Fallait pas déconner ! Lorsqu’elle avait mal ou qu’elle était en colère, Magda n’était pas du genre à réfléchir avant d’agir. Certains de ses amis auraient même précisé qu’en toute occasion elle réfléchissait rarement avant d’agir. Elle était plutôt du genre à taper avant de parler ce qui pouvait s’avérer embarrassant dans certain cas. Ici ce qui sauva la gamine, ce fut l’incapacité de Magda a bougé. Objectivement, casser la figure de quelqu’un parce qu’il vous contrarie, c’est bien, le faire sans avoir l’air ridicule, c’est mieux. Et dans l’état où elle était tout mouvement brusque était déconseillé.

« J’ai l’air d’un commentateur sportif ? »

Aimable, mesuré, tout Magda : Ou pas !

« Egalité avec Serpentard. »

Elle dévisagea l’adolescente avec insistance.

« Je t’ai jamais vue toi, t’es dans quelle année le serpent ? »

Oui, il était possible que les adolescentes aient déjà eu cours ensemble, mais Magda n’était pas franchement attentive quand il s’agissait des années inférieures. Elle passait devant comme on passait devant les tableaux du château : sans y faire attention. Serpentard était le territoire d’Isaac, mais rien n’empêchait de regarder de quoi était composé ses membres. Ce fut probablement ce qui l’incita à converser avec Mathangi. Ca et l’ennui profond que promettait d’être l’infirmerie si elle n’arrivait pas à s’échapper. Puis qui sait ? Peut-être que l’adolescente pourrait lui être utile pour se barrer d’ici plus tôt que prévu.

« C’est la faute de cet enculé de Ravel. »

Elle fit une grimace éloquente :

« J’allais renvoyer le cognard, mais il m’a poussé dessus, imbécile. »

Et il le paierait, ça ne faisait aucun doute. Si Magda avait su que Mathangi faisait des paris pour ramasser de l’argent, elle lui aurait conseillé d’en faire ça, parce qu’il y aurait eu pas mal d’argent à se faire. Et d’ailleurs, elle foutait quoi ici celle là ? Elle ne connaissait pas beaucoup d’élèves enclins à rater un match, même Mulciber et son vertige légendaire n’en n’avait jamais raté un. Sans la moindre gêne, elle lui posa la question :

« Et toi, t’es là pour quoi ? C’est pas commun de louper le match. T’as pas l’air malade pourtant. »

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 08/02/2015
Parchemins postés : 112



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Mathangi Kahn


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Mer 11 Fév - 13:23

Ouuuuuh volcanique et en éruption permanente de surcroit. C'était un autre match intéressant qui allait se dérouler dans ce temple de soin et de blancheur, qui allait prendre l'ascendant sur l'autre? Le courage et la force brute d'un coté et la ruse caressante de l'autre. Les paris sont ouverts bonne gens.

Magda pouvait froncer les sourcils, grogner et menacer tant qu'elle voulait, Matha, l'heureuse créature ne connaissait pas l'intimidation. Son habileté à manier les mots l'avait déjà tiré de plus d'une situation délicate. Comme le serpent elle se mouvait parmi les ennuis avant de disparaître dans un trou sombre. La politique de l'esquive à son meilleur niveau.

D'ailleurs la batteuse était physiquement hors d'état pour l'instant. Le risque de baffe venait de tomber à zéro. Zéro peut être pas, les caractériels sont souvent imprévisibles, il devait se situer à cing environ. Il fallait avancer calmement, un bouledogue même teigneux ne mord qui si on l'agresse.

"Du calme jolie lionne, y'a des malades ici, faut pas les agiter." conseilla Matha en s'étirant paresseusement de la crinière brune aux orteils.

Quels malades? C'était les seules patientes en transit à l'infirmerie pour l'instant, une blessée qui de toute façon ne devait pas connaître le calme et le repos et une habile simulatrice qui respirait la bonne santé.

Match nul hé? La serpentard laissa échapper un grognement d’approbation. Ça venait bien cette affaire ci. Ce soir elle aurait les poches un peu plus lourdes.

"Moi, oh je suis quasiment personne! Mathangi Kahn, cinquième année, une jeune fille sage et sans histoires."

Elle se demandait toujours à quoi pouvait ressembler l'époque où le nom de Kahn imposait le respect aux gens. Sa grand mère affirmait qu'il avait existé des temps immémoriaux où leur nom était associé à la puissance et à la richesse, où leur troisième œil était respecté et recherché. Mais c'était sans doute une pure légende. Tout ce que patronyme rapportait à Matha c'était au mieux de l'indifférence au pire un mépris de leur indigence à peine déguisé.


"Et puis quel serpent d'abord? Ai la gentillesse de ne pas me m'inclure dans vos ridicules querelles de maison."


Rouge, vert, bleu, jaune, la seule couleur qui importait à Mathangi c'était l'or, les espèces sonnantes et trébuchantes. Même les billets moldus elle crachait pas dessus.

"Argh! Quelle bourrique ce Ravel, il est délicat comme un coup de pied au derch', ça m'étonne pas de lui. M'abîmer un bon cheval comme toi, le salaud."

Elle sortit de sa poche et un petit carnet et y annota les dernières infos. Un match nul, Magda Grey blessée, il fallait prendre tout ça en compte, les paris sur la coupe de quidditch de Poudlard allaient eux aussi bon train. Sale affaire que cette blessure, Magda cotait fort dans les paris, c'était une bonne joueuse à l'avenir prometteur, les gens adoraient mettre leurs gallions sur sa tête. Les joueurs à l'infirmerie c'était des bénéfices en moins, rien ne brisait le cœur de Matha plus que ça.


"Moi? Oh ne te méprends pas j'adore le quidditch, mais j'ai des crampes menstruelles très douloureuses, ab-so-lu-ment dou-lou-reu-ses."
annonça t-elle avec une grimace de douleur très bien imitée.

"Tisane?" proposa t-elle en agitant la théière. "Le coquelicot c'est souverain contre la douleur. Si t'en prends une tasse, je te révélerai les troubles trépidations de ton avenir."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whirlpoolvisionofshame.tumblr.com/


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 14/01/2014
Parchemins postés : 353



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Magda Grey


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Sam 14 Fév - 16:19

C’est connu les chats jouent avec les souris, qu’arrive-t-il quand la souris tente de jouer avec le chat ? C’était ce que Mathangi était en train de faire avec Magda. Un serpent qui joue avec un gros lion. Le lion a beau être féroce, le serpent est assez rapide pour échapper à sa poigne. Des deux adolescentes, la vert et argent était probablement la plus maligne, ce n’était pas pour rien qu’on l’avait mise à Serpentard après tout. Ce n’était pas que Magda était bête, elle n’était pas H, et elle n’avait pas eu ses B.U.S.E.S. dans une pochette surprise, mais la ruse n’était pas son fort.  De fort mauvaise humeur, et allongée dans son lit d’hôpital, elle ne pouvait pas faire autre chose que passer ses nerfs sur sa cadette qui se foutait de toute évidence de sa gueule. Tout en faisant une grimace tandis qu’elle tentait d’atteindre la carafe d’eau, elle commenta :

« Des malades mon cul. Ya pas de place pour les gosses en porcelaine à Poudlard. Ils n’ont qu’à rentrer chez eux. »

De un, il n’y avait personne d’autres qu’elle deux dans cette maudite infirmerie. De deux, ce qu’elle disait n’était que la stricte vérité. L’inquisiteur Valverde avait amorcé le mouvement à l’époque où il dirigeait Poudlard, Bellatrix Lestrange en avait fais une règle. Les faibles n’avaient pas leur place à Poudlard. En témoignait ce malheureux Poufsouffle mort l’an passé parce qu’il n’avait pas su résister à une petite séance de torture. Après la course illégale de Quidditch qui avait eu lieu en Mai passé, son grand-père avait torturé un élève de chaque maison devant l’école toute entière, ou du moins, ceux qui avait participés au tournois. Il y avait eu elle, Nash Collins, Isaac Bedan, et un Poufsouffle joufflus dont elle avait oublié le nom. Il s’était évanouis en fin de torture et l’Inquisitrice avait ordonné qu’on le dépose dans un couloir le soir à la merci des détraqueurs. Depuis, on avait plus jamais entendu parler de lui, et personne n’avait osé demander ce qu’il était devenu. La réponse semblait pourtant évidente. Le baiser du détraqueur n’épargne personne. On aurait pu croire que cet évènement lui aurait mis un peu de plomb dans la tête, que ça l’aurait rendue plus raisonnable, moins tête brulée. Que nenni. Elle continuait de défier l’autorité, et de faire ce qui lui plaisait, tant que ça rentrait dans le cadre du purisme. L’Inquisitrice Lestrange était en un sens, plus juste que l’Inquisiteur Valverde, plus terrible, mais moins castratrice. Valverde voulait tout contrôler, tandis que Lestrange laissait les élèves vivre, faire la loi entre eux, et n’intervenait qu’en cas de force majeur. Et quel spectacle quand elle intervenait enfin. Ca dissuadait les bourbistes, s’ils en restaient – et ils en restaient très certainement - de montrer leur vraie nature au grand jour.

La gamine se présenta enfin, et Magda ne prit pas la peine de faire de même. En général, même si on ne connaissait pas tout le monde à Poudlard, il était difficile de louper les joueurs de Quidditch des différentes maisons tant les matchs enthousiasmaient la population. Amusant de qualifier la petite Kahn de gamine quand il ne devait pas y avoir plus de deux ans de différence entre les deux élèves, mais à leur âge, une différence même d’un an faisait beaucoup.

« Sage et sans histoire. C’est le patronyme des gens fabuleusement ennuyeux ça. »

Elle commençait à s’amuser, elle avait l’impression qu’on se jouait d’elle et de haut de ses dix-sept, ça lui semblait très audacieux de la part de la Serpentard. Décidant que pour le moment, elle n’était d’intérêt à s’énerver et sachant qu’elle n’était pas en état de le faire, la conversation se continua :

« Je n’ai rien contre les Serpentards, mais les maisons ont été crées pour une raison bien précise. La compétition entre les maisons n’est jamais qu’un moyen de donner le meilleur de nous-mêmes. S’ils n’y a pas de rivalité, comment veux-tu qu’on fasse des matchs intéressant. »

Elle haussa les épaules. Les choses étaient aussi simples que ça pour elle. Elle ne cherchait pas à voir plus loin. Tant qu’elle était à Poudlard, elle stagnait. Comme tous les septièmes, même en sachant que plus tard elle aurait la nostalgie de l’école, elle rêvait d’en sortir et d’aller affronter le monde extérieur. Peut-être qu’une fois dehors, la réalité se rappellerait à elle, peut-être serait-elle débordée par les évènements. Qui sait, le monde tourne parfois trop vite pour certaine personne, mais en attendant, elle rêvait se s’enivrer de la vitesse avec laquelle les vies se faisaient et défaisaient sous la bannière du purisme.
Mais son départ était loin et l’adolescente avait encore une demi-année à passer dans le château en ayant pas d’occupation plus existentielle que le résultat d’un match de Quidditch ou le résultat de ses A.S.P.I.C.S.

« Un cheval ? Et tu voudrais que je ne te compare pas à un serpent quand du centaure au cheval, tu choisis de mon comparer au ruminant sans cervelle ? »

Ou comment mettre les pieds dans le plat de façon éhontée. L’air de rien elle demanda :

« J’ai entendu dire qu’il y avait des paris sur le match de cet après-midi, t’as parié quoi ? »

Oh certes, Magda ne pouvait pas deviner qu’elle avait devant elle LA personne qui organisait tout çà, mais elle en avait entendu parler. Jusqu’à maintenant aucun élève de sa maison n’avait osé dire qu’ils pariaient contre eux.

Dévisageant de nouveau l’adolescente, elle eut un sourire septique en entendant parler de crampe douloureuse :

« Vachement bavarde pour quelqu’un qui chie de mal. Tu chercherais pas plutôt à échapper à quelqu’un qui veux ta peau ? »

Prenant une tasse de tisane qu’on lui proposait si aimablement, elle ricana à l’idée qu’on lui lise les lignes de la main :

« Moi et la divination … Tu résous les problèmes de cœur aussi peut-être ? Si on faisait quelque chose de plus drôle. Dis moi à qui tu tentes d’échapper, et tu pourras prédire si je vais lui casser la figure ou non. Ca fait longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de frapper autre chose que du cognard. »


____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 08/02/2015
Parchemins postés : 112



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Mathangi Kahn


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Sam 14 Fév - 22:55

Aucune des deux filles ici réunies n'était en porcelaine, ça c'est une certitude, mais il existe au moins deux façons d'être solide: soit vous êtes un roc bien planté que rien n'ébranle, pas même un coup direct à bout pourtant; soit vous êtes mou et fuyant et les coups glissent sur vous, vous accompagnez le mouvement des coups durs pour les faire dévier et reprendre l'avantage. Mais finalement tout ça c'était sans intérêt, la seule vérité c'était que la caravane des durs passait et que les faibles agonisaient sur le bas coté. Et cette leçon de vie là, Matha n'avait pas attendu Poudlard pour l'apprendre. "Marche ou crève", si sa famille était moins crasseuse ils auraient un blason et une devise et se serait celle ci.


"Mais oui Grey, t'es une dure toi, on a pigé, t'inquiète!"


Matha aussi était une dure, à sa manière. Façon mauvaise herbe tenace, on la sous-estimait beaucoup, à cause de son physique, pas bien grande, plutôt sèche et nerveuse, à cause aussi de son sourire, de sa bonne humeur et de ses mots enjôleurs, mais elle était plus coriace qu'elle en avait l'air. Son enfance de misère l'avait endurci, vivez vos onze première années dans une banlieue londonienne miteuse, au sein d'une famille d'escrocs affreux sales et méchants et ça vous passera à coup sûr le goût de la pleurnicherie.

La petite Serpentard risqua un sourire plein d'ironie quand on la qualifia d'ennuyeuse. L'ennui et l'oubli lui allait très bien au teint, certain trimaient pour la lumière et la gloire, elle ça faisait longtemps qu'elle savait qu'elle s'épanouissait bien mieux dans l'ombre et les coups fourrés. L'histoire de la mauvaise herbe, toujours. Elle ne s'irritait même du ton que prenait la Gryffondor pour s'adresser à elle, pourquoi chercher à prendre le dessus quand on pouvait paresseusement se laisser glisser sur le fil de la conversation.

"La compétition et la rivalité hein? Si c'est ça qui te fait te lever le matin tant mieux. Moi la seule bannière qui m'intéresse c'est celle de l'or, du fric, de la caillasse et éventuellement celle du pognon."


Chacun son trip après tout. Matha ne savait pas bien ce qu'elle voulait faire quand elle quitterait Poudlard. Seule certitude, elle irait là ou les gallions l’appelleraient. L'argent c'était sa lutte depuis qu'elle avait eu l'âge de comprendre que c'était le nerf de la guerre. Elle voulait juste se vautrer dans le luxe et laisser pisser, sous ses airs de voyou elle cachait une âme de petite bourgeoise sensée.


"Ne prends pas la mouche je voulais juste dire que t'étais une valeur sûre du quidditch Poudlarien."
cette manie de monter au créneau pour une métaphore de rien du tout, le roc avait un cœur de jeune fille en fleur.

"Moi parier? Voui j'ai parié, j'ai parié que j'arriverai à me faire une cinquantaine de gallion grâce au pognon des autres et..." elle laissait au bruit que faisait les pièces d'or dans sa poche le soin de terminer la phrase.

Elle posa ses grands yeux maryland sur sa compagne de chambre, une lueur de mépris amusé les alluma. Elle ne connaissait visiblement pas les rouages de la ruse, il n'y avait pas que la peur qui forçait les gens à profiter du secours de l'ombre et du repos de l'oubli temporaire. Mathangi n'était pas encore un patron de la mafia, et ses tarifs de bookmaker étaient réputés honnêtes et encore personne n'en était venu aux mains pour récupérer sa mise. A l'infirmerie, c'était les casses pieds qu'elle fuyait.


"Personne ne veut ma peau, pour l'instant, tout du moins. Ce que je fuis c'est les pleurnichards qui veulent que je leur rende de l'argent honnêtement gagné."


Et c'était encore deux choses qu'elle détestait, les chouineurs et les quémandeurs. Les jocrisses verseur de larmes elle les secouait avec la ténacité d'un bon ratier, les maussades et autre dépressifs lui foutait le bourdon et ceux qui réclamaient elle les envoyait se faire voir, rendre de l'argent, et puis quoi encore? Si certain offrent leur chemise à un type qui grelotte, Matha quant à elle, lui fauchait ses chaussettes, histoire d'être sûre de ne pas manquer.

"Par contre si tu tiens vraiment à fracasser le crâne de quelqu'un, y'a un rogaton de troisième année de Serdaigle qui m'a payé en or de farfadet..."


Le salaud, il payerait de toute façon. Le temps de peaufiner sa nouvelle formule de "potion laxative à retardement", Matha s'offrirait une revanche explosive. N'essayez jamais d'escroquer un escroc.


"Ne te moques pas du don ancestral qui coule dans le sang des Kahn depuis que le monde est monde"
déclara t-elle avec un sourire malicieuxl. "Et fais voir cette tasse que j'y lise ton avenir, la première consultation est offerte, ça serai con de ne pas en profiter."

C'est de la tisane, et quoi? Un Kahn peut lire l'avenir dans tout ce qu'il a sous la main, ligne de pieds pour les manchot, entrailles de n'importe quel animal et même dans le vomis d'ivrogne. C'est à ça qu'on reconnaît les vrais des charlatans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whirlpoolvisionofshame.tumblr.com/


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 14/01/2014
Parchemins postés : 353



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Magda Grey


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Sam 21 Fév - 21:58

En général, Magda ne suscitait pas de sentiments contradictoires. Les gens l’aimaient ou ne pouvaient pas la supporter. C’était rarement dans l’entre deux. Avec un caractère aussi tranché que le sien, on ne pouvait que marcher à ses côtés ou l’éviter. L’adolescente en était consciente, elle ne faisait pas l’unanimité et ça lui allait très bien comme ça. Elle n’avait jamais été une enfant qui cherchait à se faire aimer de tout un chacun. Elle préférait inspirer le respect et la peur que l’amitié. Pourtant en la regardant aujourd’hui, qui eut cru qu’il y avait quelques années de ça, elle était cette fille rondouillarde de Gryffondor dont on se moquait à cause de ses formes ? Magda n’avait pas toujours été cette adolescente rentre dedans. Elle avait été peu sûre d’elle, blessée par les commentaires que l’on faisait dans son dos. Cette façon agressive qu’elle avait de montrer aux gens qu’elle était forte était sa carapace. Une façon de prévenir les critiques, d’aller au devant, de les éviter. Etre sûre de soi, c’est un état d’esprit. Et même si 90% du temps, elle l’était, il restait ces dix petit pourcent qui remontaient parfois à la surface. La remarque de Mathangi lui tira donc une grimace. Elle savait reconnaître quand elle en faisait de trop. Haussant les épaules, elle se justifia :

« Ca ne fait jamais de mal de le rappeler. Disons que ce n’est peut-être pas indispensable à l’infirmerie. »

L’air de rien, Matha savait s’y prendre pour apaiser la Gryffondor. Un autre se serait probablement pris un sort bien placé. Quoique l’adolescente n’était pas égocentrique au point de se croire intouchable simplement parce que son grand-père était sous directeur. Magda n’était pas Sara. Loin d’égaler sa fougueuse capitaine de Quidditch, elle savait reconnaître quand elle y allait trop fort. Elle se disait que ça venait probablement de son éducation de sang-mêlé. Sara était la fille du Chancelier allemand, nul doute que parfois, son statut lui montait à la tête. Elle avait fais partie de l’élite, et nul doute que le renvoi d’Ariana, le départ de H, la mort de Llewelyn avait du être des coups durs pour cette fille peu habituée à se prendre des revers dans la figure.

Dans cette pièce, on aurait probablement pas pu trouver deux filles aussi différentes l’une de l’autre. Magda était franche, passionnée, impulsive, elle avait des idéaux et c’était eux qui la poussait en avant. La fille en face d’elle semblait dire ouvertement qu’il n’y avait qu’une chose qui l’intéressait, c’était le profit. Elle avait du culot, en particulier dans un monde où seul les idéaux et le sang définissaient les gens désormais. Haussant un sourcil, elle demanda :

« Donc si je comprends bien, il n’y a que le côté du gagnant qui t’intéresse, tant qu’il y a de l’argent, et peu importe leurs idéaux ? »

Drôle d’idée pour Magda. Oh bien sûr, elle comprenait l’attrait de l’argent, c’est bien pour ça qu’elle comptait devenir joueuse de Quidditch professionnelle, mais l’argent ne passait pas avant les idéaux. C’était ce qu’on lui avait appris depuis son plus jeune âge. Elle avait beaucoup à apprendre, elle qui ne se doutait pas que son grand-père adoré avait été longtemps connu sous le nom de « The War Doctor » quand il était mercenaire. Rien n’est tout blanc ni tout noir. C’est simplement plus facile de voir le monde comme ça. Se callant un peu plus confortablement sur ses oreillers, malgré ses côtes cassées, elle regarda attentivement la Serpentard. Elle pouvait paraître idiote parce qu’elle gueulait fort, frappait avant de parler, mais elle ne l’était pas. Magda voulait un futur éclatant, et pour ça, elle entendait bien s’entourer. Isaac Bedan était une valeur sûre. Nash Collins beaucoup moins. Qu’en était-il de Mathangi Kahn ? Avait-elle du potentiel ? Ce n’était pas aujourd’hui qu’elle le saurait, mais maintenant que la gamine avait éveillé son attention, et puisqu’elle n’avait rien d’autre à faire, elle décida de poursuivre :

« Je ne prends pas la mouche, c’est de l’humour. »

Elle haussa les épaules avec fatalité en maugréant :

« Godric que les Serpentards prennent tout à la lettre. »

Plus haut, elle ajouta :

« Contente de voir que je suis un cheval efficace sur lequel on peut parier, mais tu ne ferrais pas mieux de regarder les poursuiveurs, l’attrapeur et le gardien ? »

Dans une équipe de Quidditch, chaque joueur a sa place. Néanmoins, lors des réformes de 1934 sur le Quidditch, suite aux accidents arrivés lors de la coupe du monde de 1932, on envisagea de supprimer le rôle des batteurs. Le cognard – d’après les dires – était trop dangereux. Et le jeu, d’après les experts, pouvaient très bien se jouer sans batteur, qui était, d’après eux, le seul poste non indispensable dans une équipe. Finalement, on garda les batteurs, mais dans l’esprit des gens, ceux-ci travaillant toujours sans toucher le souaffle ou le vif d’or, ils restaient quand même les joueurs les moins intéressants de l’équipe.

Sa proposition de fracasser la tête de quelqu’un ne semblait pas l’emballer plus que ça. Pourtant Magda ne faisait pas cette proposition a tout le monde, et puis, pour une fois que c’était de bon cœur. Quel gâchis. Ecoutant les explications de la vert et argent, l’idée qu’on ait pu la payer en or de farfadet la fit rire :

« Et moi qui pensait que les Serdaigles étaient intelligent. Pourquoi pas, donne moi son nom, je lui apprendrais à compter. Je sais être persuasive il paraît. »

Tout en passant sa tasse de thé à Mathangi, elle demanda avec intérêt :

« Tu comptes te venger comment sinon ? »

Voyant que l’adolescente regardait la tasse, elle déclara avec un sourire narquois :

« Vas-y vend moi du rêve, je suis un public plutôt difficile tu sais. »

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 08/02/2015
Parchemins postés : 112



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Mathangi Kahn


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Dim 22 Fév - 16:28

Mathangi appréciait la compagnie de Madga, elle était peut être un peu brutale, mais elle trouvait sa franchise réjouissante. Puis même alitée avec deux côtes cassées elle gardait sa bonne humeur. Matha avait horreur des mous et des dépressifs chroniques. Ceux qui traînaient des pieds en gémissant elle n'avait qu'une seule envie: les secouer à grands coups de pied dans le derrière. Oui l'ambiance générale du pays n'était pas à la joie, mais ce n'était pas une raison pour se laisser aller à la morosité, la vie continue, il faut juste savoir la prendre du bon coté.

La question de la jeune fille laissa Matha un peu perplexe. Le coté gagnant? Elle n'avait jamais envisagé de se retrouver d'un coté ou de l'autre. Elle pensait qu'il devait y avoir en tout, peut être 2% de Puristes convaincus et 1% de Bourbistes. Le reste c'était des PCS, des pauvres cons de sorciers, qui essayaient de vivre le mieux possible de leur coté en restant loin des problèmes. Elle voulait être comme tout ces PCS, elle obéissait à l'ordre nouveau et continuait sa petite vie tranquille. Si certains voulaient s'encarter aux jeunesses Puristes et donner la chasse aux nés moldus et aux bourbistes, grand bien leur fasse mais Mathangi avait assez de ses problèmes personnels sans se faire refourguer ceux des autres. Quand un de ses voisins avait été soupçonné de tenir des réunions bourbistes, des types de l'Intendance était venus interroger les sorciers du quartier, elle avait répondu aux questions, sans en rajouter pour se faire bien voir, sans en cacher non plus, aussi simple que ça. On n'avait revu ni l'Intendance ni le voisin, les Kahn en avaient profité pour se brancher sur son arrivée d'eau, ça faisait toujours ça d'économisé, fin de l'histoire.

"Je suis de mon coté avant tout et je vais là où il y'a des gallions à se faire facilement. Des idéaux je m'en offrirai quand je serai riche. Chez moi on se bat pour garder notre toit au dessus de nos têtes, la politique on laisse ça aux riches."  

Mettre toute son énergie dans la construction d'un avenir éclatant et pur, c'était des loisirs de gens qui ne se demandaient pas si ils allait pouvoir payer le loyer ce mois ci. Si sa famille restait dans le sillage des sangs purs, c'est que c'était eux qui détenaient les richesses et tant que le vents ne tournait pas, aucune raison de changer de cap. Des charognards qui récupéraient les miettes d'or, une famille de miteux sans beaucoup d’intérêt, qui laissait le prosélytisme à ceux qui avait le temps pour ça. Les pauvres comme eux portaient toujours des robes trouées et tant que leur existence ne menaçait pas la politique, on les laissait gentiment croupir dans leur crasse, rien de nouveau sous le soleil.

"Vous m'intéressez tous, petits êtres lucratifs, mais au cas où tu l'ignores tu es une joueuse très populaire, les gens adorent parier sur toi. C'est eux qui font le marché, moi je m'adapte, si ils veulent mettre leur pognon sur qui va balancer un cognard dans le buffet de qui, je vais pas les en empêcher, hein?"

Un changement peut être du à la violence ambiante, mais les batteurs devenaient le centre de nombreux paris. Les poursuiveurs occupaient toujours la haut du panier, mais il y'avait de plus en plus d'enthousiasme de la part du publique pour les batteurs, voir des joueurs se prendre une balle, frappée à pleine vitesse, sur le coin de la tronche devenait pour certain une motivation pour aller voir les matchs. Mathangi avait été un peu étonnée, quand elle avait commencé sa petite entreprise, de voir des gens qui voulait tout miser sur les actions du batteur, puis elle avait finalement haussé les épaules et encaissé le flouze. Parier sur Pierre ou sur Paul, ça changeait rien à la machine du bookmaker au final.

Mathangi fronça les sourcils à l'évocation du Serdaigle, ce petit malin qui avait essayé de la rouler ne l'emporterait pas au paradis, vous pouvez en être sûr. Elle rechercha dans son carnet le nom de l’inconscient, un type sans histoire pourtant, mais ça commence toujours comme ça, la pente du crime.

"Atta, le vlà, Shane McPherson, troisième année, grand, brun, dégingandé, toujours l'air de tomber de la lune, j'aurai jamais pensé qu'il ferait des histoires ce gars là, 5 gallions sur Ravel qu'il avait misé, ce fils de cognard"

Mathangi se méfiait un peu de l'offre de Magda, quelle intérêt pouvait elle y trouver? Matha elle ne faisait jamais rien gratuitement, si la récompense était indirecte c'est que ça servirait ses intérêts à un moment donné, sans quoi elle passait sa route. L'altruisme? C'est le nom d'une créature magique ça, non? Enfin peut être que savater des gens c'était le loisir de la Gryffondor, chacun cultive les arts d’agrément comme il l'entend après tout.

"Si c'est pas toi qui le passe à la moulinette, cette gargouille abrutie, je lui fait boire une potion laxative à retardement, fabrication bibi, ses intestins et la salle commune de Serdaigle s'en souviendront longtemps, ça servira d'avertissement."


La recette avait été mise au point assez récemment. Elle avait fait le premier test hors labo sur une condisciple de Serpentard qui lui avait dit qu'elle la trouvait "puante", résultats plus que satisfaisant, versez subrepticement la potion dans le verre de la victime inattentive, 2H plus tard vous êtes vengé. Avalez le parchemin de la recette pour ne laisser aucune traces, autres que celles de votre revanche, bien sûr. C'était l'un des aspects déplaisant de la personnalité de la jeune Serpentard, sans être foncièrement méchante, elle pouvait se montrer assez vicieuse quand on la cherchait.

Elle se saisi de la tasse de sa voisine de lit, fit tourner la tasse dans sa main, vida la dernière goutte et se pencha sur les signes laissés par les feuilles:

"Voyons ça, un sceptre, une échelle et un tambour, de nouvelles responsabilités te feront progresser socialement mais éveilleront les médisances."

Clair et précis. Elle ne savait pas vraiment si ça venait de son troisième oeil, mais Mathangi voyait toujours des symboles très nets dans les tasses, jamais elle n'hésitait pour savoir si c'était un âne ou un chien, un gland ou un diamant. Du coup elle ne s'embarrassait pas d'air mystérieux et de voix éthérée, elle connaissait la signification de tout les symboles, savait les articuler pour faire une prédiction juste et ne donnait pas dans le chichi; des faits, pas de simagrées.

"Mais si ça te suffit pas,  je peux toujours te faire le coup du Sinistros, avec les yeux révulsés et la voix d'outre tombe."


Dernière édition par Mathangi Kahn le Mer 25 Fév - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whirlpoolvisionofshame.tumblr.com/


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 14/01/2014
Parchemins postés : 353



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Magda Grey


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Lun 23 Fév - 23:52

Le statut social en fonction de l’argent n’avait jamais inquiété Magda. De classe moyenne avec des parents qui gagnaient leur vie de façon très correcte en travaillant pour l’état, elle ne s’était jamais posée de questions. Oh bien entendu, elle était très loin d’être un Isaac Bedan ou une Jill Witcher qui dépensaient sans compter comme si l’argent poussaient sur les saules cogneurs, mais la question de savoir si elle était dans le besoin ou non ne l’avait jamais effleuré. En ce qui concernait son avenir, elle ne pensait donc pas en termes d’argents, mais bien de gloire. En bonne représentante de sa maison, elle était une vraie tête brûlée pressée de connaître de l’action. Contrairement à Matha, elle pouvait se permettre en terme d’idéaux avant de penser à l’argent puisque sa famille la soutiendrait toujours. Quelle existence épuisante ça devait être de toujours être à la recherche de l’argent. Elle aurait pu s’apitoyer sur Mathangi si ça avait été dans son caractère, mais heureusement pour Magda, elle n’était pas du tout du genre à s’apitoyer sur le sort d’autrui. Au mieux, ça lui faisait hausser les épaules. Si les Gryffondor étaient loyaux et solidaires entre eux, les puristes qu’ils étaient, avaient également appris à penser à eux-mêmes avant tout depuis leur plus jeune âge.

« Tu voudrais peut-être bien laisser la politique tranquille, mais elle, elle ne te loupera pas. »

Magda n’était pas connue pour ses paroles d’une grande sagesse. Ce n’était pas ça qu’on venait chercher chez elle. En général, les plus jeunes venaient la trouver à la recherche d’une protection comme il avait pu le faire avec H à une époque. Tel des gentils asservis, ils lui rendaient menus services en échange d’une protection. Magda avait donc sous ses ordres un réseau d’élèves plus jeunes bien pratique selon les circonstances. Si Ariana avait voulu régenter Poudlard en inspirant un respect proche de la terreur, Magda le faisait plus naturellement en liant des relations de redevance avec autrui. En échange de protection, ils lui devaient des services, et en échange de ses services, ils avaient droit à une protection. Echange équivalent ou presque qui lui rapportait bien plus d’avantages que d’inconvénients. Pour une fois, c’était un conseil gratuit qu’elle délivrait, conseil d’autant plus essentiel qu’elle ne disait pas de conneries – pour une fois.

« Tu ferrais bien de choisir un camp quoique t’en pense, ou quelqu’un le ferra pour toi, et ça ne sera peut-être pas celui que t’espérait. »

Avertissement, conseil amical ? Qui pouvait savoir. Désormais à Poudlard, tout pouvait avoir un double sens. Dans le cas de Magda c’était encore plus significatif. Selon les indications qu’elle et Isaac fournirait à son grand-père, la vie d’un élève pouvait drastiquement changer. L’intérêt, c’était que contrairement à ce que l’élite avait été, ce qu’Isaac et Magda représentaient était secret, personne ne changeaient donc d’attitude en leur présence comme ils avaient pu le faire du temps de l’élite. Certes, Magda était la petite fille du professeur Grey, mais c’était un statut qu’elle n’avait jamais mis en avant, plutôt modeste quant à ses origines. Comme quoi, même un Lion peut jouer au Serpent si l’envie lui prend. En attendant, elle prenait son temps, la tête de la Serpentard lui revenait bien, et elle attendrait de demander à Isaac s’il avait entendu parler de la diseuse de bonne aventure de sa maison. Si lui n’en avait pas entendu parler, sa copine aurait probablement quelque chose à dire là-dessus. Cette fille avait l’air au courant de tous les potins qui circulaient dans cette école.

Ainsi donc, elle intéressait la galerie, ça la fit rire et grimacer en même temps. Il paraît que rire quand on a les côtes cassées n’est pas exactement le meilleur plan qui soit.

« Grand bien leur fasse, si ça les amuse de tenter de savoir qui va se prendre un cognard dans le giron. »

Avec un sourire goguenard, elle enchaina :

« C’est pourtant simple, si je peux, j’aurais tout le monde avec le gardien et l’attrapeur de préférence. »

Elle n’avait jamais compris cette obsession des batteurs à vouloir viser les poursuiveurs à tout prix. Ils étaient des cibles idéales une fois le souaffle en main, ou dans la zone de tir, mais le gardien et l’attrapeur étaient des proies bien plus intéressantes. Une fois mis sur la touche, le match étaient presque gagné d’avance. En particulier quand on savait que les remplaçant ne valaient jamais les titulaires.

Embrayant sur l’idiot qui s’était cru malin en réglant ses paris en or de farfadet, Magda eut un sourire mauvais.

« Shane McPherson. Un troisième, je ne risque pas de connaître mais je connais quelques personnes qui m’indiqueront qui s’est. »

Entendant la somme qu’il avait misé, elle eut un reniflement dédaigneux très peu féminin :

« Cinq gallions, tss, c’est déjà trop de parier autant sur ce fils de centaure. Aucun goût ce gamin. »

Apparemment, en plus d’être roublarde, Mathangi était débrouillarde, le genre de fille que Magda appréciait. Elle avait toujours eu horreur des filles qui ne savaient rien faire d’autre que glousser comme un troupeau de dinde et se réfugier dans les jupes des garçons dès qu’elles avaient des emmerdes. Mathangi n’avait pas le physique pour aller tabasser qui l’emmerdait, mais elle semblait avoir d’autres atouts qu’elle mettait à profit sans le moindre scrupule. En somme une fille selon ses goûts.

« Joli, tu es des ressources. J’ai toujours apprécie voir de l’originalité dans les vengeances des autres. Moi, tu t’en douteras, je prends rarement la peine de faire de la subtilité. »

Et pourquoi le faire quand elle n’en avait pas besoin ? Elle n’avait jamais été fille à s’embarrasser de chose superficielle. C’est probablement pour ça qu’elle avait toujours méprisé la divination et ceux qui la pratiquait. Oh bien sur, elle ne remettait pas en cause l’existence de la discipline, elle savait que les vrais voyants existaient, mais combien d’entre eux possédaient vraiment le troisième œil dans le ramassis de charlatans qui se prétendaient voyants ? Magda ne croyait pas un seul instant à la prédiction que sa compagne allait lui faire, principalement parce qu’il y avait de quoi douter des capacités de l’adolescente, et ensuite parce qu’elle faisait partie de ce genre de personne qui ne voyait pas l’avenir comme quelque chose de tracé, mais bien quelque chose qu’on formait.

Au programme nouvelles responsabilités, ça c’était déjà le cas. Progression sur l’échelle sociale, elle avait bien du mal à voir comment, à moins de se taper un sang-pur et tout le monde avait vu ce qui était arrivé à la petite Kane quand elle avait osé en faire un truc d’officiel. Non très peu pour elle, elle préférait rester où elle était. Quant aux médisances, c’était le genre de choses qu’elle ne craignait pas, et qu’elle faisait également très vite taire. La mention lui tira un éclat de rire bruyant :

« Oh putain, fais chier, j’suis pas sensé rire avec ça. A quel point tu crois aux prédictions que tu vends aux petits peuples ? »

Inutile de dire que Magda s’estimait au dessus de la masse.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 08/02/2015
Parchemins postés : 112



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Mathangi Kahn


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini] Mer 25 Fév - 19:59

"Si tu ne t'occupes pas de politique, la politique s'occupe de toi. Si tu t'en occupes prends garde aux chiens de garde de l'état." chantonna la Serpentard.

Sages paroles extraites d'une chanson de Witch'assin, le groupe de hip-hop préféré de Matha. Bien qu'elle doutait fortement que sa nouvelle comparse soit une de leur fan. Elle aurait pu citer une autre chansons du groupe et lui répondre que "la politique pour quoi? Le dernier ministre que j'ai vu avait plus de vices que le dealer de ma rue." Mais elle préféra couper court à la conversation, la conversation prenait un tour qui ne lui convenait guère. Ce dernier conseil que lui donna la Gryffondor avait un arrière goût d'avertissement, très léger certes, mais Mathangi préféra escamoter le sujet avec une pointe d'humour:

"Ouai, ouai, j'irai prendre ma carte au PPA en sortant d'ici. 'Fin si y demandent pas trop cher de cotisation."

Mathangi n'avait aucune envie de se laisser entraîner dans ces histoires de puriste, ou pire encore dans des histoires de bourbistes. Les puristes, encore on pouvait se faire des gallions avec ça, mais elle n'avait que 15 ans et largement le temps de voir venir. Pour l'instant s'en mettre plein les fouilles grâce à l'argent de poche de ses condisciples bien nés lui suffisait. Sans rien laisser paraître, elle se résolu à être sur ses gardes en présence de Magda, en attendant de voir où ceci la mènerait. Un serpent averti en vaut deux, elle trouverait certainement un moyen de se faufiler loin de cette difficulté. Bien que la Gryffondor soit restée plus qu'évasive, il allait falloir se méfier. C'était peu être de la paranoïa, mais par les temps qui courent une saine paranoïa pouvait vous sauver la vie. Elle ne soupçonnait nullement Grey de tramer mais quoi que se soit, mais c'était dans sa nature, ceux qui s'intéressait de près à la politique la rendait nerveuse, ils sentaient les ennuis de trop près.

Elle reprit la conversation d'un ton badin.

"C'est qu'un Serdaigle, tu rentres dans la bibliothèque en criant -McPhersooon-, et t'avoines le premier qui se lève. Mais pourquoi tu le fracasserais pour moi? Tu veux quoi en échange?"

Pourquoi donc est-ce que Magda Grey, Gryffondor de septième année irait jouer les hommes de main pour une cinquième année, de Serpentard de surcroit. Certes Matha appréciait l'offre à sa juste valeur, après un coup pareil plus personne n'oserait essayer de l'arnaquer, ça oui. Mais ça lui paraissait quand même trop beau pour être totalement honnête. Et même elle n'était pas assez bête pour signer un contrat, même un simple accord verbal, sans en connaître toutes les clauses. Puis si l'autre jeune fille voulais de l'or, elle pouvait aller se gratter, Mathangi Kahn ne partage pas son or, vu? Elle pourrait presque avoir du sang gobelin dans les veines. Remarquez c'était peut être de là que venait cette bizarre obsession, et cette radinerie sans bornes.

La gamine eu un sourire de fierté. Elle aimait qu'on reconnaisse son talent pour la magouille et les coups fourrés. En particulier pour son petit talent en matière de potions vicelardes, c'est qu'elle se donnait du mal pour les créer. En général elle partait d'une base connue pour y ajouter sa touche personnelle. Elle ne partageait jamais ses recettes, la vengeance à la potion elle essayait d'en faire une signature.

"C'est vrai que t'es plutôt old school, mais je le respecte, c'est une technique qui a de la gueule. Mais si un jour tu cherches quelque chose de plus subtil, viens me trouver, j'aurai bien un truc pour toi en stock."

De toute façon, nécessité fait loi, et Matha n'avait pas le physique pour jouer les gros bras. Alors elle se débrouillait avec ce qu'on lui avait donné, l'instinct sournois et le talent dans l'art du chaudron.

"Je ne me trompe jamais, toutes les femmes première née de ma famille sont des voyantes. Si tu me crois pas..."
répondit elle en haussant les épaules et en faisant négligemment cliqueter la multitude de bracelet colorés de ses poignets.

Elle n'aimait pas qu'on se moque du don de sa famille. C'était leur fierté et leur fardeau à la fois. Ils se disaient toujours que c'était à cause de ça qu'ils vivaient en paria mais les Kahn faisait bon usage de leur double vue. Et ils estimaient que grâce à leur troisième œil, ils se situaient bien au dessus du vulgaire pékin de la rue.

"Mais bon, c'est qu'une tasse de thé, ça sert à rien de se mettre la ratte au court bouillon pour ça."

Il n'y avait pas "un" avenir, mais "des" avenirs. La tasséomancie était une technique vouée à l'avenir à court terme, un avenir plutôt futile et qui pouvait être modifié par la volonté. Celui des lignes de la main était plus personnel, plus profond, alors que l'avenir inscrit dans les étoiles, était quand à lui bien plus vague, mais bien plus inéluctable. Ceci ne concerne absolument pas l'horoscope de sorcière hebdo, qui n'est lui qu'une vaste fumisterie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://whirlpoolvisionofshame.tumblr.com/





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cons et Cognards || Matha [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Cons et Cognards || Matha [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Poudlard
-