POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Le roseau plie... (Ariana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 12/01/2013
Parchemins postés : 1656



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ariana Bedan


MessageSujet: Re: Le roseau plie... (Ariana) Jeu 26 Nov - 18:59

La maternité, pour Ariana, était un sujet délicat. Elle ne redoutait pas plus l'accouchement que l'éducation, que la grossesse. Tout, à peu près, lui semblait incompatible avec sa vie personnelle. A quel moment aurait-elle pu envisager un enfant ? Entre l'Intendance, le journal qui commençait tout juste et ses prochains investissements dans la radio, elle était foutrement incapable de concilier plus de facettes qu'actuellement. Elle voyait à peine Wayland – ce qui posait un problème évident – ou même Emma. Les jumelles, toujours aussi proches, devaient vivre sans se voir tous les jours. Depuis le renvoi d'Ariana de l'école de sorcellerie de Grande-Bretagne, tout était différent pour elles. Alors quand elle voyait l'énergumène que lui avait refilé le Ministre de la Magie, Ariana concluait avec fermeté qu'elle n'était pas faite pour être mère.
Et c'était probablement dû à sa propre mère qui ne lui avait jamais donné envie de la remplacer. Absente durant une bonne partie de la jeunesse des jumelles, la faute à la faiblesse d'esprit et à la drogue, elle avait simplement été regnié par ses filles. Emma, de nature plus conciliante, avait finalement acceptée de lui reparler de temps en temps. Ariana, tête de mule reconnue, refusait encore tout contact visuel, vocal ou tactile avec sa progénitrice. Son père s'efforçait tant bien que mal, d'organiser une rencontre, une entrevue, ne serait-ce qu'une discussion, mais à quoi bon ? Ariana continuait de prétendre qu'elle avait perdu sa mère et ne la pleurait pas. Bonne nouvelle. Résultat, difficile de s'imaginer mère quand on n'avait pas eu le droit de recevoir un exemple en la matière. C'était à se demander si le majordome de Krakendor, Rodulphus, n'était pas plus maternel que celle qui l'avait mise au monde. Triste vie.

Est-ce que Ruth avait pris cette place ? Peut-être. Elle connaissait depuis si longtemps sa cousine de l'Est, qu'elle n'aurait su dire si elle la considérait simplement comme une cousine proche de cœur, ou comme une soeur aînée, ou comme une mère affective. Tout était question de ressenti et d'instant présent. Actuellement, Ruth avait eu ce regard dur qu'Ariana ne connaissait pas. Le regard que tous les enfants étaient tenus d'avoir subi au moins une fois. Le regard fâché de leur mère prête à gronder. Et l'on s'étonnait encore qu'elle était capricieuse.

La clope c'était pas naturel. Caprice, encore. Elle ne trouvait pas ça dégueulasse, mais elle n'aimait pas particulièrement non plus. Elle ne s'y risquait que dans la sphère privée lors de moments tendus. Son éducation lui refusait de fumer en dehors de chez elle – après tout, c'était moldu tout ça – et se risquer à fumer pour un rien l'aurait fait chuter au cœur de la spirale infernale. L'éducation, encore et toujours, était au cœur de sa personnalité. Comme tout un chacun, elle ne s'était faite que par ses parents avant ses propres expériences. Son modèle avait toujours été son père. Aujourd'hui, elle changeait de cible, et perdue loin de ses repères, était incapable de trouver une quelconque personne à recopier. Elle se faisait toute seule. Elle pataugeait, elle essayait, elle ratait, mais on ne pourrait plus jamais lui reprocher de se reposer sur le dos des autres. Ni sur son nom. Ni sur son compte. Seulement sur elle-même.

Héritage d'une autre éducation. Celle de Valverde. Ingrate ? Probablement, mais elle la voyait pure. Une éducation dénuée de compassion, dénuée de sentiments. Elle était factuelle, purement pragmatique. Poudlard, Ministère, Azkaban, Intendance, Gazette. Tant d'endroits, de monde, qui l'avaient aidée à survivre, à comprendre, à se construire. En bien, en mal, avec de bonnes ou de moins bonnes habitudes, tout cela faisait qu'elle était aujourd'hui une jeune femme prometteuse et impulsive, réfléchie mais violente, agressive, mais habile.

Et Ruth ? Que lui apportait-elle ? Que lui rappelait-elle ? La famille ? Probablement. Pourtant, Ariana n'y croyait plus à tout ça. La famille, le soutien, l'entre-aide. C'était chacun pour sa gueule désormais. Elle vivait au milieu d'une meute de loups vivant chacun pour prendre la place de mâle Alpha, et s'il fallait achever sa propre fille pour cela, elle comprenait désormais que même Wiltord en était capable. Ça la faisait rire, finalement. Car après tout ça, elle avait compris le jeu sous-jacent que ses cousins ne comprenaient pas encore. Ni Emma, ni Haytham, encore moins Isaac, et n'évoquons pas Abarta qui était encore un jeune fougueux imbécile. Elle se demandait si Laura comprenait mieux le système. Depuis son début dans les rangs des ténèbres, Laura se faisait plus discrète, moins présente. Elle passait à l'occasion à l'appartement, mais rien de régulier. Ça posait problème, certes, c'était surtout intriguant. Pourquoi se déconnecter ainsi ? Avait-elle, elle aussi, saisi l'importance de vivre seul ici bas ? Ces questions qui pesaient sur le destin de chaque Sang-Pur finissaient par détruire Ariana.

Malgré le luxe et les paillettes, c'était chacun sa merde, et en cela, Ariana était aussi pauvre que ceux qu'elle méprisait au plus haut point.

Elle regagna le salon tranquillement, et se posta contre un mur et croisant les bras. Plus elle se tenait loin de ce gosse odieux moins le risque qu'il finisse tête et corps séparés était important. Ce n'était que de la prévention finalement. Elle acquiesça à la proposition. Merde, elle savait arrondir les angles Ruth. L'héritière des Bedan qui, bien sûr, en était incapable, se demandait souvent ce qui différenciait les deux cousines, malgré leurs âge et nom.
Elle aimait les enfants, c'était suffisant.

Ariana récupéra la tasse et retourna vers la baie vitrée, debout, portant le liquide à ses lèvres, manquant de se brûler. Elle dévisagea sa propre tasse et mit un certain temps à répondre.

-Je ne suis pas stressée.

Elle scrutait dehors, le regard vide. Elle devait penser à tant de choses. Elle ne s'en sortirait jamais.

-Enfin. Je sais pas. Mais entre l'Intendance, la Gazette et mes actions financières, je sais plus où donner de la tête. Tu comprendras qu'un gamin ce n'est pas vraiment ma prio...

Elle s'arrêta net. Confortablement installée au fond de son propre égocentrisme, elle n'avait presque pas analysé ce qu'avait dit Ruth. Elle prit une seconde ou deux de réflexion et se tourna légèrement vers sa cousine, le regard inquisiteur, un sourire en coin.

-Tu es enceinte?

Le visage de Ruth trahissait le secret – mais c'était voulu. Ariana gagna, sans lâcher du regard sa cousine, un siège, et prit place la main sur la bouche, la tasse dans l'autre main.

-Mais non ? De qui ? Depuis quand ? Tu l'appelles comment ? C'est une fille ? T'as une tête à avoir un garçon non ? T'as pas trop pris, ça va. Enfin, un peu quand même. Mais c'est bon signe. Il paraît. J'en sais rien. Et les nausées ? Tu vomis souvent ? Tu veux un truc ? Je dois avoir une potion pour l'estomac, attends, je reviens!

Elle se leva, posa la tasse sur la table basse, étalant quelques gouttes de café sur le bois ciré. Elle s'apprêtait à quitter la pièce, mais revint sur ses pas.

-Et tu sais très bien que je suis un danger pour ces machins là. Je l'ai jamais caché. Marraine, moi je veux bien, mais on va attendre ses dix-huit ans pour que je le garde hein ? Emma adore les gosses. Attends, je vais lui dire de venir, il faut ABSOLUMENT qu'elle l'apprenne. Elle va t'en vouloir de pas lui avoir dit d'ailleurs.

Changeant de direction elle gagna le buffet où sa baguette était posée. S'apprêtant à informuler un message par patronus, elle se ravisa, en souriant à sa cousine.

-Désolée, je fais n'importe quoi. Je suis un peu... prise de court je crois ? Haha.

Elle reposa baguette et reprit place sur son siège. Elle était rarement submergée par les événements. Mais force était de constater que Ruth enceinte semblait affecter l'héritière des Bedans.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE PN ORIGINS

| STAFF DE PN ORIGINS
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 20/10/2013
Parchemins postés : 2092



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 13PV
Ruth U. Alexïeva


MessageSujet: Re: Le roseau plie... (Ariana) Lun 7 Déc - 17:31

Que vient-il à l'esprit des gens quand ils parlent de mangemorts ? Prestigieux ? Oui. Puissant ? Oui. Responsabilité ? Oui. Dangereux ? Oui. Leur vient-il seulement à l'esprit que si leur vie peut sembler enviable, ce n'est pas pour autant qu'elle est sans danger. Certes, eux-mêmes étaient dangereux, tout le monde le savait, personne ne le niait quand bien même on ne se rendait pas compte à quel point ils l'étaient. La plupart du temps pourtant, les gens oubliaient qu'on ne peut pas être dangereux sans côtoyer le danger quotidiennement. Plus que des dirigeants ou des combattants, ils étaient des symboles. Ils incarnaient le purisme, pour détruire un concept, il faut déjà détruire ses symboles. Lord Voldemort était un dieu, on imaginait pas l'atteindre directement. C'était donc à ceux qui le représentaient qu'on s'attaquait, à travers eux c'était l'idée même du purisme qu'on attaquait. Si l'un des mouvements bourbistes arrivait un jour à tuer un mangemort connu en plein jour, Ca serrait un grand coup porté à la stabilité de l'Etat qui serait porté. Si le purisme était une idéologie bien mise en place dans l'esprit de la majorité de la population, l'Etat, lui, était encore fragile comme l'avait prouvé l'attaque de Glasgow.

Leur vie était faite de danger, c'était le cas de tout ceux qui entraient en politiques. Même Ariana, pourtant encore peu expérimentée dans le domaine, deviendrait bientôt une cible de choix. Elle était jeune, appréciée, elle avait envie de faire parler d'elle et elle y arriverait. Il suffisait d'attendre quelques années et bientôt, certains groupes envisageraient sa mort ou sa capture. S'en rendait-elle compte ? Etait-elle consciente que tout ce qui la faisait monter au sommet augmentait aussi la menace qui pesait sur elle dès sa naissance. Héritière d'une grande famille sang pur puriste, elle avait, dès sa naissance, été une cible de choix, ce risque augmentait avec les années et sa popularité. C'était le cas de tous les enfants des dirigeants politiques. A travers eux, on pouvait atteindre les parents et donc les hautes sphères de l'Etat. Si les adultes se protégeaient bien eux-mêmes, ils en oubliaient parfois que leurs descendants courraient les mêmes risques une fois qu'ils n'étaient plus à l'abris dans les murs de Poudlard.

Parmi tous les dangers que comprenaient leur vie, être enceinte faisait partie des plus dangereux. On n'y pensait jamais quand on entrait dans les rangs. Un mangemort à pour vocation le combat et le service auprès du Seigneur des Ténèbres. On a jamais vu un mangemort refuser de combattre parce qu'il avait un rhume, tout comme on ne voyait pas Ruth rester en dehors d'un conflit parce qu'elle était à 7 mois de grossesse. Les ordres du Lord ne pouvaient être ignorés et celui-ci se fichait bien de savoir si vous alliez perdre l'enfant en combattant ou non. Ironiquement, une sang pur avait pour rôle de mettre au monde des enfants sangs purs en bonne santé. Ses deux rôles étaient ici en contradiction. Il y avait - en théorie - pour le moment, peu de chance qu'un conflit éclate, mais si c'était le cas, Ruth serait en première ligne comme les autres, peu importe son état. Dans une société aussi patriarcale que la leur, ne pas le faire eut été donné raisons à tous ses détracteurs qui affirmaient que les femmes n'étaient pas faites pour être au gouvernement et encore moins dans les rangs du Lord.

Parce qu'ils avaient une vie très incertaine, les sorciers prévoyaient un parrain et une marraine à ses enfants qui veilleraient sur eux si quelque chose arrivait aux parents. Bien entendu, l'enfant avait toujours - en général - une famille proche qui ferrait le nécessaire, mais la relation avec un parrain ou une marraine avait quelque chose de très fort chez eux. Aussi proche qu'un père ou une mère, c'était le genre de personne sur qui on pouvait compter envers et contre tout. Ruth lorsqu'elle avait appris qu'elle attendait des jumeaux, avait pensé à Ariana pour plusieurs raisons. Elle était proche de sa cousine, et s'il devait lui arriver quelque chose, elle savait pouvoir compter sur elle pour s'assurer que ses enfants recevraient l'éducation puriste qu'elle voulait qu'ils aient. La seconde raison était plus personnelle et stratégique. Elle estimait qu'après tout ce qui c'était passé, Ariana avait besoin de recevoir de sa famille une marque importante de confiance. Une preuve qu'on croyait en son sens des responsabilités, ses capacités, mais également une preuve qu'elle était toujours aimée et tenue en haute estime par une partie de sa famille. Ruth admettait que son idée était peut-être idéaliste, il était également possible qu'elle ne marche pas, mais en dehors de toutes ses considérations pratiques, Ruth éprouvait un amour sincère pour sa cousine, et c'était ce qui avait motivé sa décision en premier lieu.

Elle la regarda paniqué et s'agiter dans tout les sens avec un sourire attendrit avant d'éclater de rire. Elle s'approcha d'elle alors qu'elle était assise et l'embrassa sur le front, geste qu'elle ne devait plus avoir fait depuis les onze ans de sa cousine quand elle avait déclaré qu'elle faisait désormais partie des "grands" et qu'il fallait la traiter comme telle.

"Ne t'inquiète pas, tu sais bien que tu resteras toujours ma préférée même si j'ai des enfants."

Elle lui fit un clin d'oeil complice et ajouta :

"Ne dis rien à Emma, c'est encore un secret pour le moment, je ferrais une annonce officielle dans quelques mois, mais pour le moment, c'est plus sûr que peu de personne soient au courant."

Elle s'assit en face d'Ariana, sa tasse de café en main pour répondre à ses questions :

"Pour le moment, je suis bientôt à trois mois, je n'ai pas pris grand chose à part un peu de ventre, mais ça se cache facilement. Fille ou garçon, je ne sais pas encore, peut-être les deux en fait. Le médicomage m'a dit que j'attendais des jumeaux, mais d'après ce qu'on a pu voir, ça serrait de faux jumeaux à priori. Il est trop tôt pour savoir le sexe, mais il y a des chances que ça soit une fille et un garçon. "

Elle posa une main protectrice sur son ventre et souris avant de continuer :

"Les nausées ont été insupportable le premier mois, mais ça va mieux, j'ai de la chance que la situation soient calmes pour le moment, Glasgow a été un peu éprouvant je t'avoue, apparemment j'étais déjà enceinte à ce moment là."

Elle haussa les épaules signifiants que c'était passé et but une gorgée de café :

"Ils sont de Mike, tu t'en doutes. C'est Wayland qui va être contrarié.", ajouta-t-elle avec humour en référence à sa tentative de poutch envers Mike.

"Je suis une femme mariée après tout, tu sais bien que la fidélité est ma principale qualité."

Elle eut un petit rire, et fit un sourire complice à sa cousine. Qui la connaissait un peu savait qu'elle avait eu ses années de croqueuse d'hommes, et il n'y avait rien de plus étonnant que d'imaginer Ruth fidèle à quelqu'un fusse-t-il Mike. Plus sérieusement elle reprit :

"Je me doute que les enfants, ce n'est pas encore ta tasse de thé, et si ça se trouve, ça ne le sera jamais. Je ne fais pas partie de ses femmes qui estiment que le seul devoir d'une sang pur et de repeuplé le monde avec des enfants sangs purs, tu le sais. A ton âge, ça ne m'attirait pas plus que ça non plus. Tu sais à quel point ce que Mike et moi faisons est dangereux. Les parents de Mike sont morts et même si les miens sont toujours vivants, je veux pour mes enfants, une personne de référence. Quelqu'un sur qui ils peuvent compter envers et contre tout, mais aussi quelqu'un d'extérieur qui défendra nos intérêts. Tu ne le sais sans doute pas, mais à la mort de John, c'est Mike qui reprendra le flambeau et ensuite, nos enfants. Ce qui veut dire qu'une fois mort, ils hériteront de la direction de trois grandes familles, ils seront le traits d'union. J'espère que si quelque chose devait nous arriver, ils pourront compter sur toi. Nous ne sommes pas immortels, la mort des parents d'Isaac l'a prouvé."

____________________________________


“How do you move on? You move on when you finally understands that there is no turning back.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Le roseau plie... (Ariana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-