POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Une journée normale (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 17/09/2013
Parchemins postés : 267



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 8PV
Isaac Bedan


MessageSujet: Une journée normale (solo) Mer 14 Oct - 13:50

Tu n'aurais jamais cru que ça puisse être possible, et pourtant t'y voilà. Isaac Bedan, bientôt dix-huit ans, fraîchement diplômé de Poudlard, et directeur d'une radio puriste branchée. À peine sorti de l'école et figurant déjà parmi ce qui compte dans le monde magique – normal, selon toi qui as toujours évolué dans cette grande bourgeoisie sorcière. Pour fêter l'obtention de tes ASPIC – cinq, un chiffre pas dégueu compte tenu de ton peu d'ardeur au travail – tu as claqué quelques centaines de milliers de Gallions pour acheter une petite maison en plein Londres avec ta copine. Une paille, pour quelqu'un comme toi dont le compte en banque est bien garni. Vous habitez sur Hyde Park Gate, à deux pas de chez Wayland et Ariana, et à quelques centaines de mètres de chez Haytham. La petite bande se reforme, dans un quartier huppé, et se partage entre fêtes et projets indécents de conquête du monde. Rien ne vous arrête. Vous vous flinguez à coups de drogues hors de prix, d'alcools rares et de nuits blanches. Et de sexe. Tu n'as connu que Jill dans ta vie, mais tu n'as même pas envie d'aller voir ailleurs. Elle t'en donne et t'en réclame assez. Avoir des enfants ? L'idée vous fait rire. Vous n'avez que dix-huit ans et la vie devant vous, pourquoi s'encombrer d'enfants ? Tout ce que vous voulez, c'est jouir l'un de l'autre, à présent que vous êtes libres. La fin de votre scolarité à Poudlard vous a pesé, comme une fin de peine à Azkaban. À présent, il n'y a plus rien pour vous empêcher de vivre comme vous l'entendez – et, si tu arrives en retard au travail, personne ne se permettra de t'engueuler puisque c'est toi le patron.

Chaque matin, tu pousses la porte capitonnée marquée « Directeur », après avoir fait l'aumône de quelques mots à ta secrétaire. Tes employés te saluent avec respect, mais tu sais bien ce qu'ils pensent : tu n'es qu'un morveux de dix-sept ans, et eux, des professionnels chevronnés, sont sous tes ordres ! Tu ne dois ta place qu'à ta fortune, à ton nom, au fait que ta cousine ait acheté cette radio, et à aucune espèce de talent. Tu le sais. Tu n'as jamais prétendu être doué pour tout cela. Tu diriges ta radio, en veillant à ce qu'elle reste la station branchée par excellence, c'est tout. En peu de temps, tu es devenu l'arbitre de toutes les branchitudes magiques. Tu représentes une jeune génération puriste, bien dans sa peau, à l'aise avec sa supériorité, insolente de richesse. On t'invite, on t'interviewe. Tu as une jolie gueule qui rend bien sur les photos. Il ne te manque rien, en fait. Rien pour être heureux.

Que fais-tu, toute la journée, dans ton bureau de directeur ? Pour être tout à fait franc, tu n'aurais pas besoin d'y passer tout ce temps. Tu as des assistants, des clampins qui te mâchent le travail. Alors pourquoi rester seul dans ce bureau ? Durant de longs moments, tu rêvasses en regardant le grand aquarium que tu as installé, ou bien en observant, de ta fenêtre haut perchée, ce que tu vois de Londres. À quoi penses-tu, Isaac Bedan ? À Jill, parfois. À tes parents, souvent. Où sont-ils ? Tu aimerais croire qu'ils veillent sur toi, mais quelque chose de puissant te dit qu'ils ne sont que des os quelque part sous terre. Valait-il la peine de mourir comme ils sont morts ? Tu ne devrais même pas te poser la question. Sept années d'éducation puriste à Poudlard devraient t'en avoir ôté la possibilité. Tu ne devrais pas être capable de réfléchir à cela. Tu le sais, et tu as un peu peur des questions et des doutes qui te viennent de plus en plus souvent à l'esprit. Si cela se savait, tu finirais dans une cellule d'Azkaban, ou pis encore. Si tous ces gens qui raffolent de toi, monsieur le Directeur, savaient ce que tu penses lorsque tu te trouves seul, plus aucune invitation ne te parviendrait. Tu ne serais plus ce jeune type branché qui hante toutes les soirées sorcières qui valent le coup, et qui s'envoie en riant de pleines coupes de champagne hors de prix. Tu ne serais qu'un réprouvé, la honte de ta caste, un traître à éliminer. Tel est le sort de ceux qui doutent du purisme.

Quand l'angoisse te serre la gorge, tu reprends ta cape, et tu quittes ton bureau. Ce soir, tu as une fête, un vernissage ou je ne sais quoi d'autre. Tu vas aller rire avec ces gens dont tu te fous éperdument, à quelques exceptions près. Tu vas picoler pour éviter de réfléchir, et puis finir la nuit dans les bras de Jill. Une journée normale, en somme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une journée normale (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-