POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Un Ministre peut en cacher un autre [Sheldon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 31/05/2012
Parchemins postés : 1504



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
James Eccleston


MessageSujet: Un Ministre peut en cacher un autre [Sheldon] Ven 16 Oct - 14:02

-Vous êtes sûr de ce que vous avancez ?
-Absolument certain.


Les deux hommes assis de part et d'autre du bureau restèrent silencieux un moment, les yeux fixés sur les documents étalés entre eux. Des cartes, des photographies, des rapports. Un épais dossier, tout juste sorti d'une chemise titrée sobrement « Glasgow », rassemblant toutes les informations connues sur le secteur tenu par les hors-la-loi. Enfin, James fit, d'une voix lente, comme s'il peinait à émerger de ses réflexions :

-Je vous remercie de m'avoir averti, Mornhill. Je vous revaudrai ça.

Le Ministre de la Magie écossais fit un geste pour indiquer que non, ce n'était rien, je vous en prie, et préféra en rester à des choses concrètes.


-Ce secteur-là – son doigt suivit le tracé de quelques rues repassées en rouge – constitue ce que nous appelons « la zone zéro », c'est-à-dire celle qui est sous leur contrôle. Inutile de vous dire qu'elle est ultra-sécurisée. Nos briseurs de sorts y travaillent sans relâche, mais les salauds d'en face ont toujours, jusqu'à présent, une longueur d'avance. Pas la peine d'essayer d'y entrer, vous seriez immédiatement repéré. Par contre, votre type a été vu plusieurs fois dans cette zone-là , en zone 1 – son index se posa sur un quartier délimité en orange. C'est la zone de front, celle dont nous sommes en train de reprendre le contrôle.

James ne put s'empêcher de sourire en l'entendant parler avec tant d'optimisme. La vérité était que cette zone était bien loin d'être reprise, même si la domination des bourbistes n'y était pas aussi absolue qu'en zone zéro. Poussé par une charité dont il n'était pas coutumier, il ne dit cependant rien ; inutile de froisser son prévenant collègue en lui rappelant l'échec  perpétuel qu'il essuyait à Glasgow. Personne n'aurait voulu être à la place du Ministre écossais lorsqu'il devait rendre compte à l'Intendant de l'avancée de la reconquête. Mornhill ne prit pas garde à cette réaction et poursuivit :

-Vous pourrez tenter une entrée par ici. C'est le pâté de maisons le plus calme de la zone un, celui qui sert de point de passage entre la ville et la zone bourbiste. Vous ne devriez pas être repéré immédiatement, mais une fois en zone un,votre sécurité n'est plus assurée.
-Ne vous inquiétez pas pour ma sécurité, je sais ce que je fais.


Mornhill avait l'air d'en douter, mais lui aussi garda le silence sur ce point. Il se demandait même s'il ne devrait pas avertir qui de droit du projet du Ministre anglais – un puriste, un Mangemort s'aventurant seul en zone bourbiste, c'était du suicide – mais Eccleston prit les devants :


-Pas un mot de cela à quiconque, y compris à l'Intendant, c'est vu ? Nous sommes seuls à être au courant, si la chose s'ébruite, je saurai où m'adresser.

**

La carte dûment mémorisée, Eccleston ne mit pas longtemps à se lancer. Quelques jours de préparation, guère plus ; l'identité de la cible lui faisait perdre un peu de sa prudence, en réalité. Ce n'était pas tous les jours qu'on signalait, avec 100% de certitude, avoir repéré Misha Hamilton. Le Ministre tenait à éliminer lui-même ce traître, comme pour effacer la souillure d'avoir été lié, jadis, à lui. Moins d'une semaine après son entrevue avec le Ministre écossais, Eccleston, vêtu comme un simple moldu – jean, blouson de cuir au col relevé, bonnet enfoncé sur le crâne – entrait donc, peu avant l'aube, dans la zone 1 par le passage indiqué par Mornhill. Il ne rencontra aucune embûche dans cette première partie de l'opération (les deux camps semblaient avoir, d'un commun accord, déserté cette espèce de no-man's-land) et put s'avancer jusqu'aux abords de l'immeuble où Misha avait été vu. Un petit bâtiment de trois étages, à la limite de zones zéro et un, qui, selon les informations du Ministère écossais, servait d'hôpital de campagne aux bourbistes. Les protections magiques autour du bâtiment étaient particulièrement puissantes, aussi le Mangemort resta-t-il prudemment en retrait, en zone un, observant de loin les allées et venues. Les sorciers qui pénétraient dans l'immeuble surveillaient les alentours avant d'entrer ; aucun, cependant, ne repéra Eccleston qui s'était tapi dans un recoin, baguette en main, ses vêtements sombres se confondant avec le mur contre lequel il s'appuyait. Lui-même n'avait pas une pleine vue sur la rue qui débouchait à sa droite, à laquelle, par ailleurs, il ne prêtait pas une totale attention. Tout son esprit était occupé par l'hôpital, et par Hamilton qui devrait y entrer, s'il se conformait aux horaires observés jusque-là. Il suffirait alors de l'attirer un peu plus loin, et de le neutraliser. James n'envisageait pas de le tuer sur place ; pas question de bâcler cette plaisante tâche, alors qu'il attendait depuis si longtemps de pouvoir l'accomplir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar
Date de naissance du joueur : 07/05/1993
Âge du joueur : 24
Arrivé sur Poudnoir : 13/04/2014
Parchemins postés : 390



Pensine
Mon casier judiciaire est: sur le bureau de Crow
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Sheldon H. Ferguson


MessageSujet: Re: Un Ministre peut en cacher un autre [Sheldon] Lun 30 Nov - 23:30

Sheldon Ferguson, pourtant Premier Ministre, se retrouvait, de manière purement volontaire, au front. Ca ne changeait pas de d'habitude. Il avait toujours été au front. Toute sa vie. Et de manière plus concrète, quand votre République était un quartier assiégé, la question ne se posait pas réellement. Il combattait, et c'était comme ça. Il ne connaissait que ça, c'était son mode d'existence. Il ne savait pas ce qu'il cherchait dans la lutte. La victoire ? Oui, peut-être bien. Pour que tout ce qu'il avait sacrifié ne l'aie pas été en vain. Pour qu'il puisse dire qu'il avait servi à quelque chose, pas de manière héroïque. Peut-être aussi espérait-il que s'il gagnait, il prouverait à sa femme, à ses enfants, que ce combat qui avait bouffé sa vie, la leur, et détruit sa famille, en valait la peine. Peut-être qu'ils le verraient enfin comme un type bien, un type avec des convictions qui allait jusqu'au bout de ses idées, et qui méritait qu'on le respecte.

Sinon, peut-être que Sheldon Ferguson mourrait en essayant, dans une ville de misère. Sa ville. Putain, sa vie craignait, il le savait, mais voilà, il ne savait, ni ne pouvait rien faire d'autre, mis à part essayer. Il n'avait rien appris d'autre. C'était son seul moyen d'existence. La seule chose en laquelle il croyait. Qu'il connaissait. Qu'il savait faire. Se battre et prier pour des jours meilleurs. Et le jour où il en mourrait, il ne savait pas si la foule viendrait et applaudirait pour sa détermination et ses espérances. Qui savait ?

L'idée du jour était de conduire un petit nombre de volontaires, qui entraient en ordre dispersé, par des chemins diverses, à l'intérieur de l’hôpital de campagne de la ligne de front. Les protections tenaient pour l'instant bien le choc, mais le conseil des ministre, et Sheldon lui-même, jugeait qu'il commençait à être trop rapproché des combats, et qu'il fallait reculer. Ça ne plaisait pas à Ferguson, l'idée même de reculer, mais dans l'absolu, il préférait que sa fierté soit blessée – encore qu'il était habituée à cette honte de reculer, puis d'avance, puis de reculer, avec les anglais – plutôt que perdre des hommes, car ils en avaient déjà laissé beaucoup sur le carreau.

Il fallait qu'il continue. Il avançait dans la ville morte – car tout n'était ici plus que ruines – avec ses hommes, aujourd'hui comme hier. Il fallait cependant se faire le plus discret possible. Sheldon connaissait bien le secteur. Ils passèrent par des caves et des petites rues désertes, pleines de gravats poussiéreux, longeant les murs, évitant ainsi les hommes de l'Intendance qui auraient pu être embusqués sur le toit afin de les tirer comme des lapins ou de leur tendre une embuscade. Silencieux, discrets, le groupe s'approcha lentement de l’hôpital de campagne. Le secteur était à peu près désert. Il fit signe à ses hommes de se déployer dans la zone pour rejoindre par les chemins qui leur avaient été assignés l’hôpital. Les puristes n'étaient pas en vue mais a priori, ils n'étaient pas loin. L'écossais entendait les explosions habituelles. Il vérifia qu'il était bien armé, chargea son revolver – le bruit résonna étrangement dans la ville déserte – et fixa le silencieux. Ferguson ne voulait pas particulièrement se faire repérer. Il voulait réussir la mission, et faire signe aux renforts de se déployer en masse pour évacuer ensuite. Et quand les autres dingues arriveraient, ils seraient bien emmerdés, ils ne trouveraient personne. Oh, la gueule qu'ils allaient tirer, il en riait d'avance. Bien fait pour leur gueule. C'était à peu près là tout ce qu'il avait comme sentiment à l'égard des puristes.

C'était également à peu près tout ce qu'il pouvait faire.

Pour la première fois depuis longtemps, Sheldon était seul dans la ville, dans sa ville, et il trouva que le silence qui régnait n'augurait rien de bon. Il avait oublié ce que faisait la solitude. Elle créait l'angoisse. Et l'angoisse provoquait la paranoïa. Il n'y avait personne dans le coin, c'était désert. Il accéléra le pas malgré tout.

Personne, il n'y avait personne, personne ne lui voulait du mal, il suffisait de traverser la rue, et bim, l’hôpital serait là, juste devant lui, comme ça, presque par magie, il rentrerait, les autres seraient là, tout irait bien. Il fallait qu'il y rentre. Il écoutait en même temps autour de lui. Au moindre sort, éclat lumineux, explosion, détonation, la consigne était claire : mission annulée, repliez vous. Il tourna sur la gauche, pour prendre une rue latérale, et afin de tourner ensuite à droite pour entrer directement dans l’hôpital.

Normalement, il ne devait y avoir personne.

Sauf qu'il y avait quelqu'un.

Pas n'importe qui. Un anglais. Il ne se souvenait plus de son nom, mais c'était un mangemort – il fallait être soit de la résistance, soit un mangemort, pour avoir l'arrogance, ou la connerie, c'était selon, et Sheldon ne se positionnait lui-même pas très sûrement de ce point de vue, de se pointer comme ça ici, seul, et à découvert – et un anglais, ça, il en était sur. Sheldon retira le silencieux, mais il ne tira pas. Pourquoi ? Il se disait probablement que ce n'était pas loyal.

« T'es pas un peu con, toi ? »
Il tira en l'air. Juste pour prévenir. Pour dire repli. Pour signaler le danger. En espérant que l'autre n'aie pas de renforts. Pas trop proches en tout cas. Juste pour laisser le temps aux autres de se tirer, vite fait. Maintenant, s'il en avait, il devait être repéré, et si ça pouvait sentir le roussi pour lui, au moins, ça faisait diversion. Il jaugea le type d'un œil pas fin. « T'es le ministre anglais, hm ? » Ah, si, il savait qui c'était. Le mec avec le même nom que Christopher Eccleston, celui qui avait joué le neuvième Docteur. Docteur Who, bien sur. « Eccleston, hm ? Fin tu connais ton nom, je suppose. T'es pas idiot à ce point. Quoique pour se pointer ici, faut être un peu stupide. Ou t'es pressé d'en finir avec la vie, au choix. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre de PN Origins

| Membre de PN Origins
avatar
Date de naissance du joueur : 10/03/1981
Âge du joueur : 36
Arrivé sur Poudnoir : 31/05/2012
Parchemins postés : 1504



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
James Eccleston


MessageSujet: Re: Un Ministre peut en cacher un autre [Sheldon] Jeu 14 Jan - 22:02

ruth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5395



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Un Ministre peut en cacher un autre [Sheldon] Jeu 14 Jan - 22:02

Le membre 'James Eccleston' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé PA 3' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un Ministre peut en cacher un autre [Sheldon]

Revenir en haut Aller en bas

Un Ministre peut en cacher un autre [Sheldon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-