POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Suivre son chemin...[RP SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar
Date de naissance du joueur : 15/07/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2012
Parchemins postés : 268



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Minerva R. McGonagall


MessageSujet: Suivre son chemin...[RP SOLO] Sam 12 Déc - 17:38

[flashback]

Une nouvelle aventure commençait en haut des marches, bientôt la sorcière passerait les portes qui mènent à la Grande Salle, de là elle devra devant tout le monde attendre le verdict d'un chapeau qui parle. Sceptique, la jeune sorcière se pressa entre ses camarades et avança au cœur de la Grande Salle. Des centaines d'élèves attendaient attablés sous leur blason respectif de maison. Perdue dans ses pensées, elle fixa le faux ciel au dessus de sa tête. Les bougies flottaient comme si elles étaient bercées sur des vagues. Il y avait un léger bruit dû aux conversations, lorsque finalement le peloton s'arrêta, un vieil homme prit la parole face à l'assemblée, le silence retomba net.

Il se présenta comme le directeur de l'établissement et expliqua quelques points du règlement intérieurement, pour finalement laisser place à la cérémonie de répartition pour les nouvelles années. Les noms des nouveaux se succédèrent tranquillement, au bout d'une bonne demie heure, la liste attaqua les « M ».

-Minerva McGonagall, fut annoncé.

La sorcière s'avança après avoir réajusté son habit. Elle regarda autour d'elle comme si on l'interrogeait, silencieuse, elle écoutait les dires du choixpeau. Il semblait hésiter entre la maison Serdaigle – où on trouvait les érudits, férus de lecture et de savoir – et la maison Gryffondor – où les courageux se retrouvaient. Il hésita longuement, mais finalement il rendit son verdict : Gryffondor.
Minerva partit en direction de la table associée à sa nouvelle maison. Elle débuta ainsi un apprentissage long et complexe pour accomplir de grandes choses sans se douter de ce qu'elle pourrait entreprendre avec les années.



[fin du flashback]

Affaiblie Minerva ainsi joué avec le feu en se lançant dans l'apprentissage de la magie noire. Pourtant, elle avait déjà vu les dégâts que cette dernière pouvait engendrer sur des anciens mangemorts qui avaient été ses élèves par le passé. Mais au point où avançait les choses, elle avait voulu traiter le mal par le mal afin de tenter une nouvelle tactique. Un bien grand mal, son périple avait commencé en Bulgarie, le berceau de la magie noire, elle y avait trouvé de bonnes choses, enfin des pistes pour « bien débuter ». Cela sans encombres jusqu'au moment où elle y croisa Bellatrix Lestranges. Delà un duel s'engagea avec férocité, Bellatrix était en forme même si elle avait été diminué par ses années d'Azkaban. Même avec toute la volonté de la mangemorte, elle fini par prendre la fuite dare-dare.
Quand à Minerva, elle reçu quelques égratignures mais c'est surtout sa baguette qui ressentie les dommages de cet affrontement. Rares étaient les sorciers qui parvenaient à conserver leur baguette d'origine en si bon état à travers les âges. De premières faiblesses, craquelures se formaient sur le bois lisse. Malgré cet avertissement, l'écossaise poursuivit son apprentissage, quand elle avait une idée en tête...


Se fut quelques semaines plus tard, qu'elle revint en Grande-Bretagne. Les effets de la magie noire ne s'en prenaient plus seulement à la baguette, mais également à l'état de santé de sa propriétaire. Minerva affichaient des faiblesses physiques et psychologiques, pourtant elle continua. De retour sur le sol britannique, elle ne prit pas le risque d'être capturée, c'est ainsi qu'elle usa d'un sortilège de métamorphose sur elle-même, la vieillissant d'une dizaine d'années. Une fois n'est pas coutume, elle croisa la route d'un membre du Ministère, une certaine Ruth Alexïeva. Au début tout allait pour le mieux, la sorcière se renseignait sur la magie noire, elle se faisait même conseiller, mais la supercherie ne tarda pas à virer à un nouvel affrontement. Celui-ci fut plus violent et eurent des effets négatifs sur l'ancienne directrice adjointe de Poudlard. Des brûlures qui partaient du poignet pour remonter jusqu'à son épaule droite, mais la victoire était encore à Gryffondor. Cette fois-ci Minerva fui n'attendant pas son reste, elle savait que les alertes du Ministère ne tardaient pas à venir.


Disparue pendant un bon mois, Minerva retourna chez elle, en Ecosse. Un retour aux sources était nécessaire pour soigner ses blessures. Son égo et son esprit de plus en plus meurtris par les effets malveillants de la magie noire. Voulant retourner au quartier général des résistants, elle transplana dans un premier temps à Godric's Hallow. Mais des alertes l'obligèrent à partir vers les côtes, à plus de 200 miles du village. Là-bas, elle trouva une bâtisse abandonnée. A bout de forces et tourmentés par de nombreux cauchemars, la sorcière s'endormit sans prendre le temps de se protéger. Traquée eue la visite « courtoise » de Lincoln Crow, membre imminent de l'Intendance. Il était venu seul et voulait discuter entendre de vive voix l'entreprise de McGonagall.
Il aurait fallu être aveugle pour ne pas voir l'état abominable de la sorcière, elle était loin de l'éclat de ses jeunes années découvrant la magie à Poudlard. Les deux sorciers savaient parfaitement qu'il y avait qu'un seul moyen de réussir dans le domaine de la magie noire : s'auto-détruire. L'assiduité de la vieille femme l'amenait à une nouvelle étape, toujours plus proche du point de non retour. Pourtant, elle continua.
L'entrevue avec Crow fut houleuse, non il n'eut pas de duel contrairement aux deux dernières, mais la conversation difficile à supporter pour l'animagi. Il était remarqué ses crises « d'identités » et les nombreuses brûlures le long des bras, de marques noires arpentaient ses bras, c'était comme si ses veines bleues devenaient noires. La cause : certains sorts et leurs effets sur le lanceur. Minerva crut à un moment qu'il allait la capturer, mais il jouait avec ses nerfs. Pourtant au bout d'une heure, le vent tourna et brusquement des sorts fusèrent l'air, Crow blessa la sorcière avant que cette dernière disparue dans un nuage de fumée. Elle avait à nouveau disparu, plus rien, comme si jamais elle n'avait été là. La chasse était lancée.


Après plusieurs transplanages, la sorcière arriva finalement devant une maisonnette abandonnée depuis des années. L'état extérieur montrait qu'elle avait été visité malgré les sortilèges de dissimulation et de protection. Tout était anéanti, chaos et brûlé à certains endroits. Il semblerait que les intrus voulurent entrer par la force mais sans succès. La baguette à la main, la vieille sorcière lança une multitude de sorts de zones afin de se protéger le temps de se soigner. Elle devait disparaître de la zone de conflit, elle aurait pu quitter le pays, mais pour aller où. Le seul endroit sûr qu'elle connaissait était « chez elle ».


A l'intérieur tout était poussière, les meubles cachés sous des draps qui devaient être blanc et qui sont grisâtres. Avec les dernières forces qui lui restaient, Minerva alluma la cheminée et resta un moment assise dans un fauteuil regardant les flammes s'embraser. Sa blessure à la cuisse avait été arrêté stoppé avec une corde trouvée dans la grange quelques minutes avant sa fuite et entrevue avec Crow. N'ayant plus le courage de se lever pour désinfecter la plaie, la sorcière perdit connaissance devant le feu.


-Minerva..., murmura une voix d'homme. Faites quelque-chose, il y a du sang partout...Minerva réveille-toi...


La conversation s'effectuait entre un tableau enchanté de l'âme d'un vieil homme et un fantôme silencieux qui restait dans l'ombre. Le tableau représentait le père de Minerva, un sortilège puissant avait permis à l'âme du patriarche moldu de « continuer » à parler à travers la mort à sa fille. Le fantôme quant à lui était celui-ci d'Elphinstone Urquart, le mari de Minerva, mort suite à une réaction allergique d'une tentacula vénéneuse. Le silence dans lequel il était, était selon lui, la meilleure des options, sa mort avait anéanti l'animagi. Il ne voulait pas la faire souffrir une nouvelle fois.


-Je vous en prie, réveillez-là...Je ne peux pas « bouger » d'où je suis...
-...
-Minerva...réveille-toi ma chérie...
-papa...


L'homme fini par sourire, soulagé. Pendant ce temps, la sorcière ouvrit les yeux et vit que le feu commençait à s'éteindre. Elle lança un sort en direction de la braise et la raviva. Le fantôme se cacha un peu plus de l'obscurité toujours aussi silencieux. Et dire ce que lorsqu'il était vivant, il était bavard, à l'écoute et surtout proche de Minerva.
La sorcière tenta de se redresser mais une douleur la crispa nette. Sa cuisse la fit souffrir, elle se retint de ne pas jurer même si la tentation était forte. Elle serra le garrot afin de trouver la trousse à pharmacie dans la salle de bain. Une fois lavée et pansée, la sorcière revint dans une tenue différente, en effet, elle avait opté pour un pantalon et d'un pull pour plus d'aisance dans ses mouvements, même si pour le moment, elle n'était pas en forme. Elle s'écroula à nouveau dans le canapé. Les yeux clos, elle s'endormit sans mal, pendant plus d'une heure, elle esquissait quelques sourires quand elle entendait au loin son père baragouiner, mais surtout, elle ne comprenait pas à qui il parlait.


Les lueurs du matin réveillèrent la sorcière. Les bras à l'air elle constata les dégâts des sortilèges de magie noire sur elle. Elle se leva difficilement et s'attarda sur l'étagère de livres. Finalement en prit un, toujours silencieuse, laissant la maison encore endormie. Soudain, elle sentit une présence derrière elle, la baguette était sur la table non loin d'elle, trop faible, il serait difficile d'esquiver une attaque. Au pire, elle avait le grimoire à envoyer. La présence ne semblait pas bouger. Minerva secoua la tête, elle n'avait rien mangé depuis des lustres, elle se dit que c'était son esprit qui lui jouait des tours, en effet, la sorcière se retourna rapidement et personne n'était dans la pièce.


-Tu trembles ma chérie, je le vois d'où je suis.
-J'ai fais une bêtise papa, il faut que je me soigne.
-Reprends des forces avant.
-Je voudrai qu'il soit là...


Cela devait faire pratiquement vingt ans qu'elle n'avait pas craquée. A bout de forces, Minerva ne put retenir ses larmes. Sa blessure devait lui assigner une légère fièvre, elle perdait pied. Le patriarche lança un regard noir en direction du fantôme qui blessé de voir sa compagne dans un tel état, il voulait la prendre dans ses bras, la réconforter, mais il savait au fond de lui, qu'il lui ferait bien plus de mal à se tenant devant elle. A nouveau la sorcière tomba dans les pommes, son corps n'en pouvait plus, il luttait pour sa survie. La fièvre n'aida pas à lutter. Pourtant entre les réveils et le grignotage de la sorcière – elle avait prit suffisamment de fruits sur l'arbre à l'extérieur pour se nourrir – elle parvint à faire tomber la température au bout d'une semaine. Sa blessure semblait aller mieux, il n'était pas encore le cas de son esprit qui souffrait à son tour, mêlaient tantôt de la fièvre et folies tantôt des moments de lucidité.


-Il te manque.
-Des fois j'ai l'impression qu'il est là.
-Que ferais-tu si tu le voyais.
-Y a des fois, je me maudit de ne pas avoir accepté la première fois qu'il m'a demandé de l'épouser. Nous aurions été plus longtemps ensemble. Je sais ce que tu fais...il ne faut pas...l'aile droite est interdite aux troisièmes années...il ne devrait pas...il était allergique il le savait, j'en suis sûre !
-Minerva ! Concentre-toi sur un seul sujet.
-NON ! Non, Minerva, je ne le savais pas...


Le fantôme sortit de son mutisme et prit instinctivement sa compagne par les épaules comme pour la calmer. Les larmes perlèrent sur le visage vieilli de Minerva. Elle craqua et ne savait pas si elle délirait ou est-ce qu'il était bien là devant elle.

-Non..non, non, non tu n'ai pas là...tu..non...non finit-elle avant de sombrer à nouveau dans les bras de Morphée.

Les deux hommes se regardèrent, comme s'il y avait un « je l'avais dis que ça se passerait comme ça, qui avait raison ?! ». Des jours entiers de silence et de dialogues s'enchaînèrent. Minerva comprit pourquoi ce silence et Elphinstone expliqua qu'il avait toujours été là, mais il ne voulait pas la voir pleurer s'il venait à s'absenter. Il avait voulu qu'elle continue sa vie et non qu'elle vive avec un fantôme. Les semaines passèrent, Minerva avait repris des forces abandonnant définitivement la voie de la magie noire pour se défendre contre les forces du Mal. Elle n'était pas guérie loin de là, les brûlures et blessures subies lui faisaient encore terriblement mal. Après un long discours avec son père, elle opta pour embarquer avec elle le portrait de son père, qu'elle accrochera sur un mur au quartier général, elle ne voulait plus être séparée aussi longtemps du patriarche. Quand à Elphinstone, il accepta de la suivre également, comme promis, il resterait auprès d'elle. D'un comme un accord, les trois protagonistes retournèrent au QG afin de prêter main forte à la résistance. Cela faisait presque une année entière que la sorcière était partie pour un apprentissage qui a explosé en vol. Elle ne savait pas comment elle allait être accueilli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Suivre son chemin...[RP SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: PN origins :: Monde adulte
-