POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Visite à domicile (PV Alexa C. Turman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Lun 28 Mar - 19:27

[HRP] : Avec mes plus plates excuses pour le délais.

Il était difficile pour Severus d'admettre certaines choses. Et avoir tort en faisait partie. Il se comportait, à certaines occasions, comme un parfait imbécile. Cette visite à domicile faisait très certainement partie de ces cas. Le faisait-il sciemment ou était-ce quelque chose de purement involontaire ? Impossible à dire. Il se comportait et agissait selon ses propres sentiments, pas selon des schémas très élaborés de manipulations. Il ne voulait ni ne cherchait à plaire aux plus grand nombre. La seule personne à qui il voulait plaire était morte et enterrée depuis des années. Et il l'avait perdue bien avant même qu'elle ne meurt. Qui pouvait prétendre redonner à cette homme la lumière qui s'était éteinte il y a tant d'années.

Depuis lors, le feu de son esprit avait laisser la place à un roc de glace inerte et brûlante. Le froid, à bien des égards, est aussi dangereux que la chaleur. L'esprit de Severus Rogue était une étendue glaciale qui se dérobait le plus possible au soleil que les autres pouvait lui amener. Rien ne saurait faire bouger une chose aussi figée. Qui s'y tentait s'y brûlait. Il fuyait, aujourd'hui plus que jamais, les gens qui pourrait voir que ce continent de glace n'avait rien de lisse. Il se fissurait, se craquelait, se morcelait. Année après année. Mois après mois. Jour après jour. Le temps ne colmatait aucune des brèches de Rogue. Que du contraire. Plus il passait, plus elles s'élargissaient. Et chaque fois que quelqu'un s'approchait pour tenter de rapprocher les commissures de ses plaies, il ne pouvait s'empêcher de l'écarter avec véhémence et virulence. Il se montrait injuste et cruel face aux gens qui se montraient généreux et bons avec lui. Comme pour se protéger, s'immuniser de cette bonté qui ne fut vouée qu'au pire échec de sa vie et à sa plus grande perte aussi.

Severus Rogue était un homme profondément triste. Si triste que la tristesse elle-même semblait insuffisante pour définir entièrement un tel sentiment de solitude et de repli. Il prenait les caresses et les preuve d'affection ou d'empathie pour les stigmates qui reflétaient son infinie faiblesse. Chaque aide nécessaire était une honte accentuant la faible estime de lui-même qu'il avait vraiment. Il n'y a rien que détestait plus Severus Rogue que lui-même. On pourrait même sans doute affirmer sans se tromper qu'une glace-à-l'ennemi renverrait son propre reflet à Rogue si il y portait le regard.

Sev' ne pensait pas forcément à tout celà quand il se laissait faire en écoutant l’énième sermon de la gosse sur son besoin de repos, de soins et tout le tralala. Il se taisait car il n'avait pas envie de répondre, tout simplement. Ca le pesait, il en avait strictement marre de la situation, il ne désirais rien d'autre que de retourner à sa solitude et envoyer chier quiconque chercherait à le déranger. Pas de chance pour Miss Turman, c'était la seule personne présente. Il se montra cependant docile, c'était dans l'intérêt de tout le monde que tout se passe le mieux possible sans en venir aux baguettes. Il ne la tuerait probablement pas en duel chez lui, mais il n'hésiterait pas à violenter quelqu'un pour en être débarrassé, quoi qu'en dise Minerva.

Heureusement tout se passa dans le plus grand calme. Il obéit, en se taisant, la laissant faire une dernière inspection avant de se rhabiller. Elle finit par prendre progressivement congé alors qu'il la saluait d'un bref :


A dans deux jours Miss Turman.



Deux jours plus tard...


Rogue ne l'avouerait sans doute pas, mais sa situation s'était globalement très bien améliorer en seulement 48 heures. Bien mieux que pendant les dizaines de jours d'auto-médication. Sa mauvaise foi dirait qu'il avait fait le plus gros du travail pour elle, mais force était de constater que s'il était effectivement de bon conseil et très habil pour soigner autrui, il se montrait un piètre patient et un pire médicomage quand il s'agissait de lui-même. La jeune femme ne devrait pas spécialement tarder à venir le voir. Il avait effectivement abandonné la canne depuis lors, il avait même finit par préparer secrètement de la Pimentine pour en consommer selon les doses énoncées par la demoiselle. Il se garderait bien de le lui signaler.

Severus Rogue attendait sur un fauteuil, tranquillement, un grimoire sur les genoux, le bouqin n'était pas rédigé dans la langue de Shakespear mais celà ne semblait pas incommoder Rogue dans sa lecture. Il faisait face à l'âtre de sa cheminée, à sa droite se trouvait la table basse sur laquelle attendait un paquet emballé de papier kraft. L'emballage servait de toute évidence à protéger et non à embellir la chose contenue. L'ancien professeur ne semblait pas y prêter grande intention. Il finissait sa page alors que les flammes dansaient dans la cheminée en adoptant cette couleur verte qu'il appréciait tant.

____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Ven 1 Avr - 22:09

Il y avait des jours avec, et des jours sans. Pour Alexa, aujourd'hui était définitivement un jour sans, et ce depuis le réveil.

Déjà, elle avait passé une très, très mauvaise nuit. Encore les cauchemars habituels. Elle avait revu ses parents, son frère, du sang, des cris... En tout, elle n'avait dormi que trois heures. Les cernes sous ses yeux pouvaient en témoigner. Son réveil avait donc été extrêmement pénible, et ça, c'était une chose qui sapait complètement le moral de l'ancienne Gryffondor. Un mauvais réveil, c'était une mauvaise journée. Les blessés du QG l'avaient appris à leurs dépends. Elle n'avait pas cherché à être agréable, loin de là. Elle s'était contenté de faire les soins, sans décrocher un mot. Bien sûr, son habileté n'avait pas été affectée par son humeur et elle avait réalisé ses interventions à la perfection. Cependant, elle avait méchamment remis à leurs places les enquiquineurs qui parlaient ou qui se plaignaient trop. Elle n'était pas DU TOUT d'humeur à supporter leur babillage incessant et leur petits problème du genre " je m'ennuis " ! Elle aussi, elle avait des problèmes ! Est-ce que quelqu'un l'entendait se plaindre ? Est-ce que quelqu'un l'entendait pleurnicher ?! NON ! Bon, alors ils pouvaient bien se la fermer un peu ! Par les caleçons à pois roses de Merlin ! Il y avait vraiment des jours où elle ne supportait personne !

Poussant un profond soupir, la jeune femme posa les coudes sur la table de la cuisine et pris sa tête entre ses mains. Elle était complètement crevée. Et le bourdonnement des discussions qui l'entouraient n'était pas fait pour l'apaiser, au contraire. Elle était partagée entre la lassitude et l'irritation, entre la fatigue et le survoltage. Elle avait l'impression d'être à la fois prête à tomber de sommeil et prête à partir en guerre contre les Mangemorts. En plus, être scindée en deux de cette façon était également épuisant au possible. Elle ne s'était pas attendu à devoir soutenir un tel rythme en s'engageant auprès de l'Ordre du Phénix. Oh, elle ne regrettait pas son choix. Mais elle avait dix fois plus de travail que lorsqu'elle était Médicomage, c'était quand même impressionnant. Bien sur, ici, elle ne faisait pas que soigner les blessés. Elle aidait aussi aux autres tâches. Elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour faire avancer l'Ordre, qui était en sous-effectif. Mais elle avait parfois l'impression d'être proche du surmenage.

Et le pire dans tout ça, c'était que c'était loin d'être fini. Il restait le pire, le plus dur, le plus difficile. L'épreuve presque insurmontable.

La visite médicale de Severus Rogue.

Toute la journée, cette simple idée avait tiré son moral vers le bas. Cela avait alimenté une partie de sa colère. C'était comme un mal de tête désagréable qu'on ne parvenait pas à faire passer et qui nous tapait sur le système tout le reste de la journée, nous embrouillant l'esprit et nous irritant de plus en plus au fil du temps. Alexa détestait les maux de tête, et ça, c'était encore pire. Pendant deux jours, c'était resté là, dans un coin de son esprit, la rendant un peu morose par moment. Elle n'avait pas du tout été pressée d'atteindre le jour J et maintenant qu'elle y était, elle avait envie de figer le temps, voir de faire semblant d'avoir oublié le rendez-vous. Mais cette simple pensée la révoltait dès l'instant qu'elle lui traversait l'esprit. Elle était déterminée à mener sa mission jusqu'au bout et il était hors de question qu'elle laisse tomber un patient. Même si ce dernier était particulièrement insupportable. Elle se rendrait donc chez Severus Rogue, elle s'occuperait de lui avec professionnalisme et ensuite, elle rentrerait. Bien sûr, dans ce programme, elle ne tenait pas compte des dommage collatéraux qu'il risquait d'y avoir à cause de son humeur massacrante. Ça risquait fort de mal se passer, surtout s'il décidait d'y mettre de la mauvaise volonté.

Secouant la tête, la jeune femme termina son assiette, la mit dans l'évier, puis monta à l'étage récupérer ses affaires. Elle se rendit ensuite rapidement à la planque, pour utiliser la cheminée. Une fois devant l'âtre, la jeune femme prit une profonde inspiration pour tenter d'apaiser un peu ses nerfs, puis elle balança la poignée de poudre dans les flammes et s'avança dans la cheminée, prononçant distinctement le nom de la maison de son ancien professeur. Elle ne mit que quelque seconde avant de pénétrer dans le salon de son patient.

Ce dernier semblait l'attendre de pied ferme, confortablement installé dans un fauteuil, un livre sur les genoux. Il semblait aller un peu mieux, si l'on en croyait les traits légèrement plus détendus de son visage. Elle devait avoir moins bonne mine que lui avec ses traits tirés et ses valises sous les yeux. De plus, aujourd'hui, ses dreads avaient décidé d'être impossible à dompter. Elle s'était contentée d'un grossière queue de cheval, juste manière de les attacher pour ne pas les avoir dans les yeux. Elle devait avoir l'air particulièrement négligée, mais elle s'en fichait un peu à vrai dire. Elle n'était pas là pour plaire, mais pour faire son travail. Alexa sourit mentalement en pensant que cela n'aurait sûrement pas plu à son ancienne collègue et amie, Ashley Prewett, cette grande maniaque. Elle imaginait parfaitement sa tête.

- Bonjour professeur Rogue, salua la jeune femme, sortant de ses pensées.

En allant pour poser son sac sur la table basse, comme la dernière fois, Alexa remarqua le petit paquet posé dessus. Elle haussa imperceptiblement un sourcil et le fixa un instant, avant de détourner le regard. C'était une mauvais idée que d'attiser sa curiosité sur ce petit paquet. Telle qu'elle se connaissait, si elle s'y intéressait trop, elle risquait de poser une question trop indiscrète qui pourraient mener à une situation fâcheuse. Il fallait qu'elle se concentre sur son patient.

- Est-ce que vous vous sentez mieux ?

Sa voix était un peu sèche et on sentait le ras-le-bol percer dans les intonations qu'elle prenait. Elle savait que ce n'était pas le meilleur moyen pour mettre son ancien professeur dans les meilleures conditions mais, hé ! Elle était pas obligée de tout le temps plaire à tout le monde ! Elle avait le droit de craquer de temps en temps ! Nom d'une goule ! Elle n'était pas faite en béton armé ! Elle n'avait pas non plus le mental d'acier de certain, même si elle n'était pas à plaindre de ce côté là !

La réponse à sa question fut plutôt positive et la jeune femme ne put s'empêcher d'afficher un petit sourire fier l'espace de quelques secondes. Savoir que son travail était bénéfique à quelqu'un était toujours plaisant, surtout si on savait qu'on l'avait bien fait. Une petite fierté personnelle qu'elle aimait beaucoup ressentir.

- Les soin ont été concluant alors, n'est-ce pas ? demanda-t-elle en se tournant vers son patient, sa trousse de soin dans les mains.

Elle voulait l'entendre le dire, mais elle savait qu'il ne le ferait jamais. Il avait sa fierté, et elle était immense. Peut-être même qu'il pensait qu'elle n'était en rien responsable de son rétablissement. Elle le voyait bien penser un truc du genre " je lui avais mâcher le travail ", ou autre chose dans le même style. Et cette pensée l'énervait davantage encore que ce qu'elle n'était déjà. On aurait dit une boule de nerf sur patte. Elle se sentait prête à exploser à la moindre remarque, c'était horrible.

- Bien, je vais vérifier que tout va bien. Veuillez me montrer votre blessure s'il vous plaît.

Aujourd'hui, aucunes explications de ce qu'elle comptait faire. Trop long, inutile - surtout avec le professeur Rogue - et c'était chiant aussi. Et elle n'avait pas envie de se faire chier aujourd'hui. Cette journée était assez pourrie comme ça, pas besoin d'aggraver les choses.

Poussant un long soupir qu'elle essaya de rendre le moins audible possible, la jeune femme se secoua mentalement et se concentra davantage sur son patient. Elle n'avait pas envie de passer son après-midi ici, merci bien !

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Lun 4 Avr - 16:42

On ne pouvait jamais vraiment prétendre que Severus Rogue fut un jour de bonne humeur. En tout cas pas depuis sa violente dispute avec Lily Evans. Pas une seule journée de bonheur en vingt ans. Mais il existe par contre des jours où il est de moins mauvaise humeur que d'autres. Comme si la vie se montrait un peu moins cruelle ou qu'elle permettait un peu plus de cruauté pour soulager sa si grande frustration.

Cette journée était de celles-là. Il s'était levé et avait marché normalement pendant toute la matinée, profitant de son regain de vigueur pour faire rebouter quelques plantes, pour en tailler d'autre et finalement pour terminer de préparer la potion tue-loup qu'il distillait gratuitement pour Lupin depuis des années. Minerva était passée début d'après-midi, après son repas, pour prendre la dite potion et l'amener au Loup-Garou. Elle s'était montrée courtoise et ravie de son rétablissement lui signalant entre ses lèvres pincées qu'il était aussi pâle et aigri que d'habitude, preuve qu'il allait mieux. Il ne rétorqua pas, il connaissait la femme depuis des années et fut un de ses élèves avant d'être un de ses collègues. Il savait où était sa place et il savait surtout qu'elle voulait le faire réagir. Tout son malin plaisir serait de ne pas lui accorder une réaction.

Une fois toute ces tâches accomplies, il dut admettre que la fatigue le retrouvait : il avait passé trop de temps à claudiquer et à s'aliter que pour retrouver un rythme de vie normal du jour au lendemain. Rogue était parfois un imbécile mais n'était jamais un idiot, jamais il n'eut l'idée que la jeune femme la soignerait d'un claquement de doigt et il n'avait pas accepter ce type de soin dans ce but. Cela relevait bien plus de la concession après d'âpres et virulent échange avec des personnes exigeant de lui cette compliance.

Il ne fut pas ravi de voir Turman sortir de l'âtre, mais il ne la repoussa pas avec le dédain dont il avait pu faire preuve à la fin de la séance précédente. Les choix de la médicomage avaient très clairement porté leur fruits, il ne pouvait que s'en réjouir, même si l'égo en prenait un coup. Rogue n'était pas un vrai masochiste à adorer souffrir pour rien. Il termina sa ligne vivement alors que la sorcière entrait en le saluant. Il répondit poliment. Sans plus. Elle lui demanda très rapidement comment il se sentait. Il répondit sans hésiter :


Oui je me sens mieux. La douleur qui était avant continue et peu supportable est maintenant très sporadique et bien moins intense. Un gêne tout au plus.


Il le disait comme il le sentait et le pensait. Il ne cherchait ni à minimiser la chose ni à l'exagérer pour attirer l'attention. Il claqua son grimoire en terminant sa phrase, il sortit très vivement sa baguette magique de manche gauche et d'un sort il fit ranger le livre sans sembler lui indiquer l'endroit où se ranger dans l'immense bibliothèque qu'était ce salon. Elle voulait le ré-inspecter après qu'elle se soit lancé des fleurs. Il ne dit rien car il n'avait pas de remarque à faire sur le fond des éloges qui étaient, globalement, méritées. Il ne les ferait pas ou ne les validerait pas car ce n'était pas dans sa nature, mais il ne pouvait que reconnaitre leur bienfondé. Il avait eut à l'esprit une phrase sur l'humilité mais préféra la taire : plus il parlait, moins cela irait, c'était une certitude.

Rogue se leva tranquillement et ôta robe et chemise, dévoilant son torse à son ancienne élève une fois de plus. Il n'éprouvait pas vraiment de gêne, en tout cas, il l'espérait, bien moins qu'elle. Lui ne faisait que ce qu'il avait à faire pour se faire soigner. Elle était dans une position tout autre car ce n'était pas le genre d'interaction qu'elle espérait avoir avec un ancien professeur. Il posa ses vêtements sur un fauteuil libre et attendit en écartant légèrement les bras de son corps frêle.

Je vous en prie.


____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Mer 6 Avr - 21:35

Alexa, malgré toute sa mauvaise volonté, ne put s'empêcher de ressentir une pointe de soulagement quand son ancien professeur lui assura se sentir mieux. Du peu qu'elle pouvait juger, il ne mentait pas. Elle n'était pas une experte, mais elle espérait que l'expérience de la dernière fois lui avait appris à ne pas minimiser sa douleur. Elle l'espérait sincèrement, malgré l'irritation toujours présente. Elle n'était pas calme, elle n'était pas apaisée. Elle était prête à exploser. Elle avait l'impression d'être une bombe. C'était très désagréable.

Tandis qu'elle sortait ce dont elle avait besoin pour effectuer les quelques soins, son regard se posa à nouveau sur le paquet posé sur la table. Qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Pourquoi est-ce que Rogue l'avait mis là, bien en évidence ? Est-ce que quelqu'un lui avait apporté quelque chose ? Ou est-ce que, au contraire, il devait donner cela à quelqu'un ? Cette pensée irrita davantage la jeune femme. Il était hors de question qu'il sorte. Elle finissait tout juste de le soigner, si c'était ce qu'il avait derrière la tête, il pouvait toujours rêver. Quitte à le pétrifier pour le forcer à rester chez lui ! Enfin... Pour ça, il fallait déjà qu'elle parvienne à sortir sa baguette sans qu'il l'avadakadavérise sur le champ... Mais elle ne le laisserait pas sortir, de toute façon. S'il voulait se faire lincher, très bien, mais pas avant deux semaines, le temps que tout soit complètement rétablit ! Elle n'avait pas fait tout ce travail pour rien !

Lorsqu'elle se retourna vers lui, elle sentit immédiatement cette gêne très désagréable l'envahir et elle rougit. Bon sang ! Elle n'arrivait vraiment pas à passer outre ! Voir son ancien professeur torse nu, c'était vraiment déstabilisant ! Et puis cette manie qu'il avait d'écarter les bras, et ce "je vous en prie" ! C'était presque effrayant de le voir ainsi ! Il n'avait pourtant pas l'air d'être gêné le moins du monde, ce qui accentuait davantage le trouble de la jeune femme, ainsi que sa colère. Il jouait avec elle, il se moquait d'elle ! Il devait prendre un malin plaisir à la faire tourner en bourrique ainsi ! Ah ! Il trouvait ça frôle ! Et bien, pas elle ! Elle n'était pas d'humeur à se faire prendre pour une idiote.

- Vous pouvez baisser les bras, lâcha-t-elle sèchement, les joues rouges. Tournez-vous.

La jeune femme se tourna alors, attrapa le pot de crème qu'elle avait déjà utilisée sur lui la dernière fois, puis elle refit face au dos blanc et strié de cicatrices de Rogue. Immédiatement, sa colère diminua, sans pour autant disparaître. Elle se demandait quel genre de vie avait mené cet homme pour conserver de telles marques. Oh, elle savait qu'il était Mangemort. Cela devait sans doute être à l'origine de pas mal de cicatrices, mais toutes ne pouvaient pas venir de là. Si ? Elle ne savait pas. Et finalement, elle n'avait pas envie de savoir. Pour une fois, sa curiosité n'avait pas envie de se faire remarquer. Si elle avait été à Sainte Mangouste, elle aurait posé des questions. Elle était tenue au secret professionnel, et les patients se confiaient alors assez facilement. Mais là, même si elle conservait ce code du secret, elle savait qu'il ne lui aurait pas répondu. Il était trop fier pour ça. Il l'aurait juste envoyé balader. Elle ne se faisait pas d'illusions.

- Vous êtes prêt ? Je vais appliquer la pommade.

La jeune femme n'attendit pas de réponse et commença presque immédiatement à étaler l'onguent sur la blessure encore assez voyante.La jeune femme n'attendit pas de réponse et commença presque immédiatement à étaler l'onguent sur la blessure encore assez voyante. rentrer et aller hiberner sous sa couette. Mais avant, il fallait finir.

Tentant de se contrôler un maximum pour ne pas bâcler son travail, la jeune femme appliqua le remède avec des gestes lents, mais fermes. La douleur devait être partie, elle ne prenait aucun risque. Elle savait ce qu'elle faisait. Elle était au moins sûre de ça.

Une fois que la crème fut complètement appliquée et qu'elle eut disparue de la blessure, la jeune femme se recula. Elle remarqua alors quelque chose qui la surprit et l'irrita davantage. Ses mains tremblaient. Vraiment. Elle le ressentait jusque dans ses avant-bras. C'était... désagréable et très rare. Avant qu'elle ne devienne Médicomage, ces mains tremblaient souvent. Il suffisait d'un rien pour enclencher cela. Un peu de stress, de colère, ou même de fatigue. Des émotions trop fortes. Mais ça s'était arrêté quand elle avait commencé à exercer son métier. Alors... ça la surprenait. Elle devait être plus fatiguée que ce qu'elle ne pensait. Et puis, la vie ne l'épargnait pas en ce moment, et ce n'était pas le stress qui manquait. Et il ne fallait même pas parler de la colère.

Se détournant de son patient, en lui signifiant que c'était bon, la jeune femme ferma les yeux un court instant, le pot dans les mains. Elle prit une grande inspiration et expira lentement. Il fallait qu'elle arrive à se débarrasser de toutes ces émotions négatives. Si seulement elle avait pu faire un peu de Quidditch... Elle se serait franchement défoulée. Mais ce n'était pas possible, malheureusement.

Secouant légèrement la tête, la jeune femme tenta de se reprendre et s'empara de sa baguette.

- Bien. Je vais effectuer un dernier bilan pour... pour voir où on en est et... je pense que ce sera ok...

Elle était claquée. Elle n'en pouvait plus. Elle en faisait trop. Mais elle leva quand même sa baguette pour jeter le sortilège, ignorant ses mains tremblantes. Elle allait juste lancer un sortilège de bilan, ce n'était pas très compliqué. Même en étant un peu crevée et sur les nerfs, cela ne pouvait pas être dangereux. N'est-ce pas ?
se recula de quelque pas pour pouvoir avoir une vue d'ensemble par la suite et pointa sa baguette sur l'homme en face d'elle. Elle cligna des yeux. Pensa à la formule.

Et le sortilège jaillit, beaucoup trop puissant. Il fusa en direction du professeur Rogue.

Et merde !

La jeune femme comprit immédiatement ce qu'il venait de se passer et, avant même qu'elle n'ait pu réagir, le sortilège explosait contre le mur qui se trouvait derrière son ancien professeur. Sans trop savoir comment, l'éclair n'avait pas touché son patient, ni la bibliothèque. Il avait juste explosé une porte, qui menait elle ne savait trop où. Elle avait dû décaler sa main inconsciemment au dernier moment. Alexa ne comprenait pas ce qu'il venait de se passer et, sans savoir quoi faire, elle tourna la tête vers Rogue, les yeux écarquillés, la bouche entrouverte, une expression de surprise et de crainte sur le visage.

Elle venait de dégommer une porte.

Elle allait se faire dégommer.

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Mer 20 Avr - 22:53

Severus Rogue se moquait-il de Turman seule ou du monde entier ? difficile de le dire avec l'absolue certitude qu'une question aussi précise pouvait impliquer. Mais une chose était certaine, il se moquait au moins copieusement d'elle à certains égards. C'était un masque, une façon de se cacher, de se soustraire à la réalité de la vie, celle qui faisait qu'il lui était quelque part redevable de l'aide qu'elle pouvait bien daigner lui fournir en le soignant ainsi gracieusement et de façon relativement désintéressée. Oui relativement, il n'y avait pas là d'erreur.

Rogue ne pouvait pas penser que l'on s'intéresse à lui de façon totalement gentille, empathique ou désintéressée car lui même n'avait jamais au grand jamais établit de relation désintéressée dans tout sa misérable vie. Chaque maillon de la chaine qu'était son existence était le reflet d'une forme de volonté plus ou moins calculatrice de désirer quelque chose d'autrui. Il n'y avait pas de discontinuité dans son emprise sur les autres pour son propre salut. Rien qui ne fut gratuit. Rien qui ne fut fait seulement par compassion ou amour. Rien d'asymétrique. Tout était une forme de marchandage plus ou moins complexe où il devait gagner quelque chose qu'il désirait ou dont il avait un relatif besoin. Le pouvoir, l'argent, l'amour...

Les désir de Rogue s'étaient cependant très largement éteint en même temps que Lily Evans. Il avait divagué très longtemps quand il s'était embrouillé avec elle, se perdant dans ses propre troc et échange, faisant de mauvais choix induisant de trop grand coup. Accepter la marque des ténèbres c'était signer un véritable viager, un pacte avec le diable dans sa plus cruelle incarnation sur terre.

Les risques qu'il avait cru prendre, dans l'économie boursière spéculative de sa vie, s'était tous trouvé être de très mauvais investissement et de piètres placement. Il ne connu que les pertes sèches, les dettes, les remboursement hasardeux, le relatif emprisonnement même de la liberté qu'il chérissait pourtant auparavant. Comment un homme roué de coup dans son enfance, harcelé, maltraité en vient-il à renouer avec de telles pratique de son plein gré ? Simplement pour une femme perdue. Pour la déception de toute une vie.

Les éclats d'un rêve brisés blessent plus encore un homme qu'aucun couteau pourrait le faire.

Severus Rogue était donc étranger à l'altruisme, lui qui se complaisait à l'isolement qu'il n'avait pourtant jamais vraiment supporté. Il donnait de la distance alors que la proximité était ce dont il avait à la fois le plus envie et le plus besoin dans sa vie. Turman ne faisait pas ce genre de calcul. Elle parvenait à avoir de l'empathie pour l'un des hommes qui s'était montré le plus cruel envers elle de toute sa vie. Une cruauté non physique ou sadique, mais une cruauté verbale, psychologique, d'autant plus moche qu'elle était gratuite.

Il obéit à ses commandements sans trop sourciller, il n'avait pas spécialement d'intérêt à désobéir. Il se laissa faire, docile et passif faute de véritablement avoir envie d'aide et de mettre la jeune femme à l'aise et confortable dans sa posture de clinicienne. Il faisait le strict minimum sans véritablement vouloir optimiser la chose. On exigeait de lui des soins, il acceptait les soins. Fallait pas demander qu'il les fasse avec le sourire et de l'optimise. Faut pas pousser Merlin dans les véracrasse.

Elle l'examina rapidement, puis s'évertua à appliquer de nouveau de la pommade sur son dos meurtris par miss Lestrange. La timbrée dégénérée des Blacks avait encore frappé fort. On ne pouvait pas prétendre que Bellatrix fut une sorcière faible, et elle le démontrait chaque fois qu'elle le pouvait. Ca l'amusait de le faire par ailleurs.

Ceci étant dit et fait, dans la plus grande nervosité du côté de la praticienne : Rogue sentait bien les choses à ce niveau là, il savait qu'il emmerdait la jeune femme à se comporter comme il le faisait, et il n'en avait cure. Tant qu'elle faisait son boulot comme elle le devait, il n'avait rien à redire. Il ne voulait de sa part ni de la sympathie ni une oreille attentive. Il voulait les soins et basta. Toujours nerveuse, presque énervée d'ailleurs, elle sortit sa baguette. Sa main n'était pas ferme. Son esprit était tourmenté. Sa position de corps mauvaise. Sa concentration sur la magie inexistante. Son Sang froid et sa posture aussi. Quoi qu'elle fasse ce serait pas très efficace. Il allait faire la remarque quand elle fit un geste comme pour se reprendre. Il ne dit donc rien : on ne pouvait pas être toujours au top. Tout le monde n'était pas Maugrey Fol'Oeil à bassiner "vigilance constante". C'était de la connerie, et preuve en est sa paranoia l'avait fait victime de Croupton junior.

Rogue ne bougea donc pas mais il sentit le souffle du sortilège le frôler quand la jeune femme relaxa la magie en l'informulant. Il ne comprit pas immédiatement ce qui s'était passé. Mais la jeune femme elle semblait avoir assez rapidement mesuré la portée de ce qui venait de se passer. Severus attrapa sa robe de sorcier de sa main gauche très vivement et sortit sa baguette de la manche gauche du vêtement. Il regarda les dégâts et la jeune femme alternativement, comme si il hésitait sur quoi corriger en premier. Il contrôla ses émotions. Avec maestria. Il n'allait pas hurler. Il n'allait pas la tuer. Il n'allait probablement pas la violenter. Mais il la tourmenterait, c'était une certitude.

Il fit un pas vers la porte et, d'une magie formulée de façon inaudible, il répara le bois ancien et reforma son mobilier. Il sembla comme vérifier quelque chose en passant sa main devant la porte reconstituée sans jamais la toucher. Comme si il sentait quelque chose, analysait un truc évident pour lui mais totalement imperceptible pour elle. Puis il fit volte face vers Alexa Turman. Il n'avait pas pris la peine de remettre une chemise alors qu'il s'avançait droit vers elle. Elle ne bougea pas, probablement tétanisée par la situation. Il ancra son profond regard noir dans les yeux de la jeune médicomage. Le ton ne fut pas très élevé. Il ne semblait pas excéder, il était dans une tension par contre très palpable de self contrôle qui, au final, démontrait un froide colère. Une très grande froide colère. Il y avait presque de la haine dans le ton infiniment méprisant qui adopta alors qu'il murmurait presque, il n'avait de toute façon pas besoin de parler fort, son visage s'approchant à quelques centimètres de celui de la pauvre fille :



Rangez cette baguette. Vous en avez bien assez fait. Réfléchissez bien miss Turman avant de vous retrouver à nouveau devant moi. Réfléchissez vraiment bien et rappelez-vous ce soir. La lutte contre le Seigneur des Ténèbres n'est pas un jeu de jeune fille capricieuse. Si vous êtes incapable de faire votre travail dans le salon d'un allier qu'apporterez-vous dans une bataille face à l'ennemi ?

Remballez vos affaires et disparaissez de chez moi avant que je ne me sente obligé de corriger votre insolence et votre suffisance comme vous le mériteriez.

Inutile de revenir, je me passerai volontiers de vos services.


Le dernier mot fut à tel point accentué qu'on aurait pu le prendre pour un injure. Rogue rompit le contact visuel et alla ramasser sa chemise qu'il enfila d'un geste. Il tourna le dos à la jeune femme alors qu'il commençait à reboutonner son vêtement.

____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Lun 2 Mai - 20:50

Lorsqu'elle était encore l'élève du professeur Rogue, Alexa avait souvent dû serrer les dents pour ne pas se laisser aller à lui répondre et à l'envoyer bouler, bien que ce ne fût pas l'envie qui lui manqua. Les Potions, elle avait aimé ça avant même de commencer les cours. Son père lui avait transmis une passion dévorante pour cette science et Alexa avait rapidement commencé à dévorer les livres et revues sur le sujet. Une fois à Poudlard, la jeune femme avait tout de suite compris que le professeur Rogue n'acceptait que les meilleurs, et elle avait tout fait pour l'être. Alexa était quelqu'un de déterminée : quand elle voulait quelque chose, elle faisait tout pour y parvenir. Elle se donnait les moyens d'atteindre ses objectifs, quitte à mettre sa fierté de côté. Et c'était ce qu'elle avait fait pendant ces sept années d'études à Poudlard. Les cours étaient parfois de véritables supplices tant le professeur Rogue pouvait se montrer acerbe et odieux. Elle y était arrivée et, même s'il devait s'en moquer royalement, Rogue y était pour quelque chose. Son objectif avait toujours été d'être la meilleure en potion, et elle y était parvenue. Elle avait un niveau élevé en la matière, et elle le devait entièrement à son professeur. Elle le savait.

Son rêve s'était concrétisé lorsqu'elle était devenue Médicomage. Le jour où elle avait été engagée, elle avait remercié le dur apprentissage que lui avait fait subir son professeur de potion. Elle y était arrivée et, même s'il devait s'en moquer royalement, Rogue y était pour quelque chose. Il avait accentué toujours un peu plus la détermination de la jeune femme à atteindre son objectif. La fierté était un carburant renouvelable et très compétant dont la jeune femme ne manquait pas et sur lequel elle s'était appuyée, sans trop le savoir, durant ses études à Poudlard. Et ça avait payé, la preuve en était le métier qu'elle avait réussi à obtenir avant que son monde ne bascule totalement.

Ses compétences en potions, en soins et en sortilèges médicaux avaient été très utiles lorsqu'Alexa avait rejoint l'Ordre du Phénix. Elle s'était donnée à deux cent pour-cent pour assurer les soins des blessés, de ceux qui avaient subis plus qu'elle lors de la bataille de Poudlard. Combien d'heures avait-elle passé, le nez au-dessus d'un chaudron, à préparer des potions de régénération sanguine, de la Pimentine, des baumes et autres onguents nécessaires aux soins ? Combien de temps avait-elle passé, plongé dans des manuels qu'elle avait emportés avec elle, pour élargir sa possibilité d'action dans le domaine des soins ? Elle avait fait beaucoup et si elle n'avait pas encore trop été sur le terrain, elle n'en devenait pas pour autant aveugle aux problèmes extérieurs.

Alors la remarque de Rogue la blessait. Elle la blessait, et la révoltait. De quel droit se permettait-il de la juger de capricieuse ? Elle était prête à tout pour faire avancer la cause pour laquelle elle se battait ! Et elle était prête à démentir quiconque oserait dire le contraire ! Elle n'était plus une élève aujourd'hui, elle était une adulte ! Une adulte qui avait atteint ses objectifs et qui était prête à se battre ! Alexa n'allait certainement pas se laisser démolir par un vieil acariâtre incapable d'être aimable, fier comme elle ne savait pas quoi et – Par Merlin ! - affreusement horripilant !

- Vous savez quoi ? lâcha-t-elle, véritablement en colère. Je ne vous permets pas ! Vous dites que je suis capricieuse ? Ce n'était pas vous qui disiez qu'on ne parle pas sans savoir ? s'exclama-t-elle en le pointant du doigt, oubliant totalement qu'il était encore torse nu. Vous vous permettez de juger ce que vous ne savez pas ! Je fais beaucoup pour l'Ordre ! Certes, je ne suis peut-être pas aussi expérimentée que vous ou le professeur McGonagal, mais je me donne au maximum de mes capacités ! Alors vous pouvez garder vos réflexions pour vous ! s'écria-t-elle en repoussant l'homme qui lui faisait face en apposant ses mains sur son torse. Vous ne voulez plus de mes soins ?! Très bien ! Je m'en vais ! Si le sortilège revient, vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous-même ! Parce que vous savez quoi ? Personne d'autre ne serait assez fou pour venir vous aider ! cria-t-elle, réellement survoltée. J'ai été assez bête pour faire cette erreur, croyant pouvoir vous… vous supporter, mais d'autres seront sûrement… plus intelligents !

Elle avait décidé de tous dire, quitte à se faire tuer. Cet homme ! Elle ne pouvait pas supporter davantage de sa part ! Elle était venue, elle avait mis de côté son aversion somme toute assez normale pour venir l'aider, pour venir lui prodiguer des soins, et… et… ! Bon sang ! Quelle idiote elle avait été d'accepter de venir en aide à ce… ce type !

Révoltée, la jeune femme ramassa ses affaires en quelques secondes et, sans lancer un seul regard à l'homme qui se trouvait en face d'elle, elle transplana sur le perron du QG de l'Ordre. La porte se referma derrière elle en claquant, faisant trembler les murs de l'honorable maison des Black.

***

Assise sur son lit, Alexa fixait sans ciller sa sacoche, qui semblait la narguer depuis la commode sur laquelle elle reposait. Cela faisait trois jours qu'elle était partie de chez son ancien professeur de potion et sa sacoche n'avait pas bougé d'un pouce depuis qu'elle l'avait jetée là. Elle ne l'avait pas touchée, ne l'avait pas regardée. Elle n'y avait même pas pensé ! Mais aujourd'hui, elle ne pouvait s'empêcher de la fixer, son regard oscillant entre cette foutue sacoche et son réveil. À cette heure-là, trois jours avant, elle était encore chez le professeur Rogue. Et elle aurait dû y être hier également, mais elle n'y était pas allée. Le professeur Rogue avait clairement fait comprendre que s'il la revoyait, il la tuerait. Ou, du moins, il lui ferait passer un sale quart d'heure. Elle n'avait pas éprouvé le moindre remords quant à son comportement. Durant trois jours, Alexa avait conservé en elle la colère qu'avaient apporté les répliques cinglantes de son ancien professeur de potion. Mais aujourd'hui… Aujourd'hui, cette fichue sacoche lui faisait éprouver de la culpabilité. Depuis qu'elle s'était réveillée, ce matin, et qu'elle avait posé son regard sur son sac, elle s'était sentie mal. Elle n'avait cessé de penser aux conséquences que son départ avait bien pu provoquer chez son patient. Car oui, elle considérait encore Rogue comme son patient. Elle lui avait prodigué des soins, elle avait été responsable de sa santé, alors il était son patient. Et elle s'en voulait de ne pas avoir terminé les soins. Elle n'avait pas pu vérifier que tout allait parfaitement bien, et elle s'inquiétait. Oui, malgré ce qu'il lui avait dit, malgré la rancœur qu'elle éprouvait, elle s'inquiétait quand même. Parce que Rogue était important, qu'il était expérimenté et que – bon sang ! - c'était un être humain ! Cinglant et affreusement désagréable, mais un être humain quand même !

Poussant un profond soupir, Alexa se redressa et fixa plus intensément la sacoche, son cerveau tournant à plein régime. Que faire ? Prendre le risque, ou être certaine de rester en vie ? Y aller, ou ne pas y aller ? Tenter la chose, ou pas ? Soudain, Alexa poussa un grognement rageur et soupira furieusement.

- Putain ! Ma pauvre Alexa, t'es trop... stupide ! s'écria la jeune femme en se levant d'un bond de son lit, sa décision prise.

Elle attrapa rageusement sa baguette et sa sacoche, enfila cette dernière, ouvrit à la volée la porte de sa chambre et descendit quatre à quatre les escaliers du QG, jusqu'en bas. Une fois sur le perron, elle ne prit pas le temps de réfléchir à ce qu'elle faisait et elle transplana.

Ce ne fut que quand elle atterrit dans le jardin de son ancien professeur que la jeune femme sentit sa détermination flancher légèrement. Il allait la tuer. Il allait vraiment la tuer. Elle n'allait pas survivre à son impulsivité – maudite soit-elle ! Respirant un grand coup, Alexa secoua légèrement la tête et bomba le torse. Elle était une Gryffondor ou pas ? Bon ! Prenant son courage à deux mains, la jeune femme s'avança alors jusqu'à la porte et toqua. Lorsque cette dernière s'ouvrit, elle ne laissa pas le temps à son ancien professeur de parler.

- Je suis venue pour finir mes soins ! Je m'excuse de ce que j'ai pu dire la dernière fois, je n'aurais pas dû et je regrette ! Mais, s'il vous plaît, laissez-moi finir les soins ! Je vous promets que je vais bien cette fois-ci ! Je ferais tout comme il faut ! S'il vous plaît, laissez-moi vous soigner ! Je… Je m'inquiète ! soupira-t-elle avec un peu de colère dans la voix, s'en voulant à elle-même d'être tellement inquiète pour l'homme qui l'avait remballé trois jours plus tôt.

Alors là, soit il lui claquait la porte au nez, soit il la tuait, soit il la faisait entrer… Franchement, elle était presque pour qu'il lui claque la porte au nez. Mais, connaissant son ancien professeur de potion, cette solution se trouvait en troisième, après la possibilité qu'il la fasse entrer et celle qu'il la tue. En fait, elle penchait plutôt pour la première option. Il allait la tuer. C'était certain.

Adieu monde cruel !

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Jeu 5 Mai - 15:38

Severus Rogue aimait-il le conflit ou était-il tout simplement incapable de vivre paisiblement ? Vaste question. Une chose était certaine, la jeune demoiselle, qui n'était qu'étudiant il n'y a pas encore si longtemps que ça, n'avait pas véritablement apprécié à sa juste valeur le discours que lui prodigua son ancien professeur. On pouvait y voir une forme de cruauté, exercée avec plus ou moins de raffinement vu la précision des piques et leur caractère très individualisée plutôt que générique, mais dans la réalité, il y avait une forme d'empathie dans ce qu'il faisait.

Il ne se contentait pas d'être méchant, salaud, enculé, tortionnaire, connard et autre qualificatifs dégradant possibles pour le simple plaisir de l'être. Bien sûr s'amuser à ridiculiser autrui était une part indéniable du processus, mais il y en avait une autre, plus inattendue peut-être qui était celle de faire mal aux gens pour les faire avancer. Rogue le pensait, la vie est injuste. Et c'est par l'injustice qu'il s'évertue à faire grandir les gens qui sont ou furent sous sa responsabilité. On ne peut pas être prêt à quoi que ce soit si on ne vous a pas démontrer les règles du jeu tacite de pouvoir qui s'exerce dans tous les choix de la vie.

Severus Rogue avait le courage de la plus grande franchise avec tout le monde : dire ce qu'il pensait ne le dérangeait pas, pas plus que d'être jugé par les gens. Cela faisait longtemps qu'il n'avait plus cure de ce qu'autrui pouvait bien penser de lui tant que cela ne mettait pas sa vie en danger. Ici, clairement, la fille n'était pas une menace et elle avait encore besoin qu'on lui fasse la leçon. Alors leçon il y aurait, de plus cruelle et la plus injuste des manières : l'humiliation.

Ho naturellement elle n'était plus l'ado fragile impressionnée par un professeur tyrannique. Elle ne décida pas de se taire. Elle voulut se montrer plus digne que l'image pourtant si vraie qu'il avait pu lui renvoyer d'elle-même. Elle s'était comportée comme une enfant et s'était faite réprimandée comme cette enfant méritait de l'être. Elle n'avait pas agi avec le discernement des adultes. Elle avait laisser son être influencer ses actes. Ca aurait pu bien plus mal se terminer. Et Rogue ne pouvait, voire ne devait, que marquer le coup devant une telle épreuve.

Rogue ne cilla pas quand elle l'insulta à son tour. Il ne pipa mot. Il se laissa même bousculer sans chercher à éviter le contact. Il se contenta de la regarder avec froideur, dédaignant ce qu'elle crachait comme venin. Il ne méprisait même pas de telles paroles car les mépriser serait encore leur accorder trop d'importance. Quand elle eut finit il pointa de sa baguette la cheminée avec ses yeux noirs plongés dans ceux de la jeune femme qui n'eut d'autre choix que de plier bagage pour partir.

Rogue était de nouveau seul dans sa belle maison. Il fit quelques pas dans son salon, scrutant les lieux de son regard livide. Il regardait le vide se réinstaller autour de lui, omniprésent. Le bruit sourd du silence lui flanquait presque la migraine alors que ses pensées divaguaient. Il s'assit dans un des fauteuils et pris dans la poche intérieure gauche de sa robe de sorcier un morceau de parchemin soigneusement plié. Il le déplia, révélant l'écriture fluide et élégante qu'il ne se lassait jamais de relire. Les mots étaient à jamais gravés dans sa mémoire pourtant.

"ait jamais pu être ami avec Gellert Grindelwald. Personnellement, je crois qu'elle a un peu perdu la tête!

Avec toute mon affection,

Lily "

Ses yeux se remplirent de larmes alors qu'ils fixaient encore la signature de Lily Evans. Il les laissa couler pour une fois.



Trois jours plus tard.

L'absence de soin n'avait pas véritablement handicapé la guérison de Severus Rogue. Mais il fallait l'admettre, si allait toujours de mieux en mieux, ça allait très certainement moins vite mieux qu'avant. Il s'en contenait, au moins on lui fichait la paix avec ces conneries. Il allait bientôt pouvoir reprendre une part pleinement active au sein de l'ordre. On ne pouvait pas prétendre qu'il aie jamais eut tel rôle : avait il servait de hibou de luxe entre Dumbledore et Jedusor, il ne s'était jamais impliqué directement dans la lutte armée proprement dite. Il serait bien assez temps de le faire : les gens avec ce type de destin ne vivent généralement pas très vieux.

Mais la mort il ne s'en préoccupait plus vraiment. Vivre ou mourir, au final, ça le laissait un peu indifférent. Mais ce qui l'ennuierait, ce serait de mourir avant d'avoir achevé Voldemort. Ca ce serait vraiment problématique. Cet homme, si tant est que l'humanité soit assez large pour encore l'y inclure, devait mourir. Par tous les moyens possibles et imaginable. Il DEVAIT crever. Et si Severus pouvait avoir la satisfaction de l'achever, alors peut-être pourrait-il être fier de lui une fois dans sa vie.

Il était en pleine élaboration de Polynectar pour le compte de l'Ordre quand il entendit faiblement frapper à sa porte. Rogue n'attendait personne, ainsi, par réflexe, il s'empara de son bâton et n'hésiterait pas à s'en servir. Il sortit de la pièce attenante à la droite du hall d'entrée : son laboratoire de potion personnel avec l'ensemble de sa réserve volée dans les ruines de Poudlard quelques semaines plus tôt par Flitwick et Georges Weasley. Il franchit les dix mètres de distance en quelques secondes à peine, ouvrant la porte lentement, restant sur ses gardes durant tout le mouvement. Il fut surpris de revoir la jeune Turman. Il la fixa avec intensité et arqua un sourcil pour l'inciter à s'exprimer.

Il l'écouta tout en rangeant sa baguette dans sa manche gauche de façon relativement ostentatoire : il ne se cacherait pas de faire preuve de l'élémentaire prudence. On pouvait remarquer une moue dubitative sur son visage et lorsqu'elle eut fini, il répondit très ouvertement et de façon très cynique :


Si vous êtes inquiète alors ça change tout...

Il marqua encore quelques secondes d'hésitation puis finalement, estimant qu'il était bon pour l'Ordre de maintenir une forme d'union le temps qu'il le serait nécessaire, il plia et ouvrit la porte plus grandement, la laissant entrer dans le couloir.

Le hall de Lover's Tear était on ne pouvait plus à l'image de Rogue. Sombre car éclairé d'une seule torche peu vivace, inquiétant car décoré de photographies et lithographies d'hommes, souvent nus, subissant des maléfices et froid car seule de la pierre séparait les portraits.

Il la guida vers le salon qu'elle connaissait déjà, la manoeuvre nécessitant de passer par un bureau pourvue d'une grande table et d'un secrétaire de bois rougeâtre visiblement très ancien. Les murs étaient occupés par des étagères sur lesquelles reposaient des bocaux remplis de toutes sortes de cadavres de créatures ou de plantes rares baignant dans le formol. Une cheminée était également présente mais n'était clairement plus fonctionnelle. Des pierres étranges et des bibelots visiblement de savante utilité la décorait. Rogue entra le premier dans le salon et demanda :


Que fera-t-on aujourd'hui ? A part exploser mon mobilier bien entendu.


____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Lun 30 Mai - 20:51

Alexa regretta immédiatement sa dernière phrase quand son ancien professeur de potion lui fit une réflexion particulièrement cynique en retour. Elle aurait dû fermer sa grande bouche au lieu de dire qu'elle s'inquiétait, même si c'était quand même la vérité. Elle aurait dû savoir que Rogue ne la raterait pas sur ce coup-là. Mais bon, elle allait passer outre. Peut-être qu'elle avait été totalement ridicule, mais au moins, il la laissait entrer. Alexa était d'ailleurs assez surprise qu'il la laisse passer. La jeune femme aurait été prête à parier qu'il la laisserait là, sur le pas de la porte. Mais non. Et elle n'allait pas s'en plaindre. Elle allait pouvoir faire ce pour quoi elle était venue, à savoir terminer les soins. Elle savait bien que cela n'allait pas être une partie de plaisir. Elle le savait aussi la dernière fois. Et Alexa était prête. Elle allait le supporter encore un peu et, après, Severus Rogue allait revenir dans l'Ordre. La jeune femme ne doutait pas qu'il allait faire avancer les choses. Il en savait plus que tout le monde sur les Mangemorts. Son expérience allait leur être utile et nécessaire.

Prenant une grande inspiration, la jeune femme s'engouffra alors dans la maison du professeur Rogue, un frisson lui parcourant la colonne vertébrale quand elle passa devant lui. C'était le même que celui qu'elle ressentait, avant, quand elle entrait dans les cachots qui lui servaient de salle de classe. Un petit frisson d'appréhension, mêlé avec un peu de malaise. C'était impressionnant quand on avait onze ans. Moins quand on en avait vingt-quatre et qu'on avait passé sept ans à le ressentir. Alexa était désormais une habituée.

Lorsque la porte se referma derrière elle, la pièce dans laquelle elle se trouvait fut soudain plongée dans une semi-pénombre bien à l'image du propriétaire des lieux. Balayant rapidement ce qui l'entourait du regard, Alexa ressentit alors un léger malaise. La décoration, si on pouvait l'appeler ainsi, était très… sombre. Lugubre. Morbide, même. Sur les murs, des tableaux représentant des hommes trônaient, habillant légèrement la pierre brute des murs. Alexa les détailla rapidement, un sourcil haussé, sceptique. Premièrement, les hommes semblaient éprouver une douleur immense et insoutenable. Alexa se demandait comment est-ce qu'on pouvait aimer afficher ainsi la douleur et la souffrance. A croire que celle que ressentait Rogue ne lui suffisait pas, il fallait en plus qu'il s'impose celle des autres, même si ce n'était que des tableaux. La jeune femme ne comprenait pas vraiment les goûts « artistiques » de son hôte. Et, franchement, elle ne voulait pas comprendre. Et deuxièmement, pourquoi diable ces hommes étaient-ils nus ?! pensa la jeune femme en détournant le regard, interloquée. Son ancien professeur ne semblait pas avoir de problème avec le corps en général. Il ne semblait pas pudique pour un sou, et s'en était assez gênant. En plus, pensa la jeune femme, elle allait encore devoir lui demander de se dévêtir pour pouvoir lancer le sort de bilan, qu'elle avait, comme qui dirait, raté, la dernière fois. C'était affreusement gênant.

Emboîtant le pas de son ancien professeur, la jeune femme sortit rapidement les tableaux de son esprit et se remit en condition de travail. Elle devait être totalement irréprochable. La jeune femme ne comptait pas laisser l'occasion à Rogue de se moquer d'elle. Elle allait lui montrer qu'elle était capable. Elle allait terminer ses soins avec un professionnalisme et une amabilité implacables. Son hôte n'allait rien pouvoir faire d'autre que de se laisser faire sans rien dire. Bien sûr, il y aurait des réflexions. Mais des mots restaient des mots. Elle ne les laisserait pas l'atteindre. De toute façon, il ne la connaissait sûrement pas suffisamment pour l'atteindre. Si elle muselait sa fierté, non-contente de clouer le bec à Rogue, elle pourrait terminer ses soins plus rapidement. Alors, tout ce qu'elle allait faire, c'était être polie, professionnelle et surtout, surtout, irréprochable.

Une fois qu'ils furent dans le salon, qui était à nouveau impeccable, une nouvelle pique s'abattit. Alexa grimaça intérieurement, mais ne laissa rien paraître. Elle lança rapidement un regard à la porte qu'elle avait quand même fait exploser la dernière fois et pinça les lèvres, légèrement gênée.

- Oui, hum… Je m'excuse pour… ça. Mais il n'y aura rien d'autre que des soins aujourd'hui, c'est certain, ajouta-t-elle en déposant sa sacoche sur la table.

Se rappelant soudain de sa dernière visite, elle se demanda vaguement ce qu'était devenu le petit paquet qu'elle avait vu. Elle espérait sincèrement que ce n'était pas une chose qu'elle aurait dû ramener pour l'Ordre. Il n'aurait plus manqué que ça.

Se reconcentrant rapidement sur les soins, elle se tourna vers son patient.

- Bien. Comment vous sentez-vous ? Est-ce que vous allez mieux ? Aucun retour de la douleur, ou quoi que ce soit dans le genre ? demanda-t-elle.

Normalement, tout allait bien. Mais on n'était jamais trop prudent. Alexa espérait juste que le professeur Rogue ne lui fasse pas le même coup que lors du sortilège de Purge. Elle n'était pas sûre d'apprécier la chose. Et puis, il devait comprendre, par Merlin, qu'elle était là non pas pour le laisser se débrouiller seul avec ses blessures mais pour l'aider. Rogue semblait avoir du mal avec le principe d'entraide, mais il allait devoir s'y faire. S'il croyait pouvoir aider l'Ordre avec si peu d'esprit d'équipe, il se trompait largement. Alors, oui, Alexa savait à quel point il était nécessaire pour tout le monde de savoir se débrouiller tout seul. Sauf qu'on n'était jamais vraiment tout seul. Dans les missions, on était impliqué à plusieurs et si l'un des membres agissait en solo, s'était toute la mission qui tombait à l'eau. Il le savait sûrement. Mais quelque chose faisait dire à Alexa qu'il s'en fichait royalement, et que, si jamais il estimait les autres incapables - ce qui ne manquerait pas d'arriver - il n'était pas impossible qu'il parte faire ce qu'il avait à faire en solo. Et ça, c'était inacceptable. L'Ordre avait énormément besoin de Rogue. Une grande partie des membres qualifiés étaient morts durant la bataille de Poudlard. Les troupes de l'Ordre se composaient donc en grande partie de nouvelles têtes encore un peu incapables. Alexa ne se leurrait pas, elle faisait encore partie de cette catégorie. Certes, elle avait de grandes capacités très utiles en soins, en sortilèges guérisseurs et, surtout, en potions. Mais il lui manquait l'expérience du terrain, ce qui faisait qu'un homme comme Rogue avait dix fois plus de chances de survivre qu'elle si jamais ils se retrouvaient face à des Mangemorts. Alors ils avaient désespérément besoin de lui. Mais pas blessé. Et, si possible, avec un minimum d'esprit d'équipe.

Sortant finalement sa  baguette de sa poche, la jeune femme s'apprêta à demander l'inévitable, rougissant déjà légèrement. Bon sang, pourquoi n'avaient-ils pas inventé un sortilège de bilan qui pouvait passer à travers les vêtements ?

- Je vais vous demander d'ôter votre chemise, pour ne pas interférer avec le sort, s'il vous plaît, demanda-t-elle finalement, le ton le plus neutre possible. Une fois le sortilège de bilan effectué, je vous demanderais de vous retourner.

Une fois qu'elle eut face à elle le torse nu de son ancien professeur de potion, la jeune femme poussa un très léger soupir. Bien. Le sortilège. Elle l'avait. Elle le connaissait. Elle l'avait pratiqué de nombreuses fois, car s'était un sortilège très utilisé dans la Médicomagie. Alors elle n'avait aucune raison de refaire l'erreur de la dernière fois. Prenant une grande inspiration, la jeune femme pointa alors sa baguette vers la tête de son patient, puis la fit descendre à la verticale. Elle fut instantanément soulagée en voyant que tout se passait parfaitement bien. Une fois que le sortilège fut fini, elle fit un petit cercle. La zone de la blessure s'illumina alors légèrement et Alexa se pencha donc pour observer la blessure, lorsque Rogue se fut retourné. Bien. C'était parfait. Le sortilège était définitivement anéanti. Alexa était plutôt contente. Le professeur Rogue ne risquait définitivement plus rien. Bien sûr, il devait rester encore une petite gêne dans les mouvements. Il allait falloir un peu de temps pour que Rogue puisse à nouveau retrouver toute sa fluidité de mouvement. Pas encore pour maintenant les grands tournoiements de cape, pensa Alexa, un sourire légèrement moqueur aux lèvres.

Notant dans un coin de sa tête de dire au professeur McGonagal de ménager Rogue une fois ce dernier de retour dans l'Ordre, Alexa attrapa sa sacoche et en sortit une nouvelle fois la pommade qu'elle devait appliquer une dernière fois.

- Bien, je vais appliquer la pommade. Ne vous en faites pas, c'est la dernière fois, ajouta-t-elle, sachant pertinemment que ça devait lui plaire autant qu'à elle.

Bien. Pour le moment, tout allait plutôt bien. Elle savait qu'elle ne pourrait jamais dire que tout allait parfaitement bien en étant en compagnie de Rogue. C'était dommage. C'était un homme qui devait sûrement être très intelligent. Elle se demandait vraiment à quoi ressemblait une conversation calme et normale avec lui. Enfin bon, elle savait bien que cela ne resterait qu'au stade de question. Elle ne pourrait jamais vraiment parler avec lui. Tout au plus, ils pourraient échanger quelques paroles sans se lancer de piques. Deux ou trois. Pas plus. Haussant les épaules, Alexa se dit que, de toute façon, elle ne devait sûrement pas perdre grand-chose. C'était Rogue quoi.

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Lun 27 Juin - 16:24

Severus Rogue regardait la jeune femme avec un air entre le mauvais et le mépris. Il ne savait pas vraiment se décider dans ce qui devait être affiché, alors, lâchement, il se décida à ne pas décider. Que pouvait-on redire de la situation : rien de neuf somme toute : il la fixait pour la mettre mal à l'aise, comme toujours, il se délectait d'y parvenir, comme toujours, il la pressait de marcher vers le salon en assurant un bon train, insuffisant pour que la curiosité logique et malsaine de l'être humain qu'était Turman ne puisse s'assouvir que partiellement en jetant des coups d'oeil brefs lors du petit bout de chemin au travers de Lover's Tear.

Une fois arrivé dans le salon, les chose reprirent leur cours normal : elle faisait son job, lui faisait en sorte que ça se passe le moins mal possible dans la limite de ses compétences sociales et de son humeur du jour. Il se trouvait déjà conciliant et magnanime de l'avoir laissée entrer une fois de plus. La foutre dehors aurait sans doute été tout aussi profitable, surtout pour ses nerfs.

Elle présenta des excuses une fois que les premières paroles de Rogues furent dissipées dans le silence pesant de la maison d'un être si solitaire. Il ne fit pas mine de les accepter ou de les refuser : dans le bon fond, il n'en avait cure, il ne se prêtait pas au jeu des politesse quand il n'était pas nécessaire d'éviter de s'y soustraire. Ca lui rappelait trop ses face à face avec le Seigneur des Ténèbres que de se montrer toujours courtois et toujours enclin à courber l'échine. Il n'y a pas de place pour de la fierté lorsque l'on parle avec le Seigneur des Ténèbres. Jamais. Les paroles de la jeune femme furent reprises de volée, comme un poursuiveur de talent pourrait le faire :


Oui miss Turman, c'est certain.


La menace était tacite mais bien présente. Il ne fit pas de vague en accompagnant la parole d'un geste, il estimait que parler suffisait pour le moment. Il ne voulait se montrer trop désagréable, mais si il peut fermer les yeux sur quelque chose, Rogue ne peut en revanche pas prévaloir qu'il daignait oublier ou véritablement pardonner. La rancune c'est comme le chiendent : pas besoin ded s'en occuper pour que ça refasse surface.

Severus obéit aux commandements qui lui étaient adressés pour que les soins se déroulent dans de bonnes conditions. Sa docilité n'avait d'égale discipline que sa volonté à faire en sorte que la rencontre s'achève le plus vite et le mieux possible. Il en avait marre d'être materné par une gamine, et franchement assez de rester cloitré chez lui sans agir véritablement pour l'Ordre. Rogué n'était pas un idiot à la fibre héroïque comme Black : il savait que le travail e l'ombre était un atout important et un mal nécessaire pour que les actions se déroulent sans accroc, mais Rogue n'avait fait partie des gens écartés du terrain jusqu'à présent et il ne pouvait pas prétendre que ça lui plaisait d'être mis au placard le temps de sa convalescence. Alors il fallait se montrer ouvert et digne et achever ces soins.

Il répondit à l'anamnèse avec précision, comme d'habitude, précisant que tout allait mieux, que tout se soignait bien et que rien ne lui avait parut anormal ou étrange. Il ne perçut pas le moindre signe de rechute, mais il ne pouvait pas tout voir naturellement, sinon, elle ne serait pas ici. Il tut cette dernière pensée, préférant éviter que Turman ne se sente pousser des ailes en entendait qu'il admettait qu'elle lui fut utile. Il préférait la garder dans le doute. Douter c'est salvateur car ça vous pousse à exceller. Elle annonça qu'elle devait remettre de la pommade. Encore. Il en avait marre de sentir sa chemise coller au baume des heures durant. Il soupira légèrement d'agacement mais opina du chef en disant :

Allez-y mettez cette dernière dose...

____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Ven 1 Juil - 15:19

Le baume à base d'essence de Murlap était un cicatrisant particulièrement rapide et efficace. Lorsqu'elle était encore à Sainte Mangouste, la jeune femme s'en servait souvent. Elle ne trouvait pas mieux que ce produit pour refermer totalement une blessure, cicatriser correctement une plaie ou même diminuer l'importance d'une autre. De plus, c'était elle qui faisait son propre baume. Elle n'avait pas tellement confiance en les apothicaires sur ce plan-là. Même si ces derniers étaient obligés d'avoir un certains niveaux en potions pour exercer leur profession, il n'en restait pas moins qu'un baume "fait maison" était beaucoup plus efficace. Cependant, depuis quelques temps, une inquiétude grandissante envahissait la Médicomage. Le stock d'ingrédients de l'Ordre diminuait à vitesse grand V. Bien que la plupart des blessés se remettent de plus en plus, des soins somme toute relativement importants restaient à faire et la jeune femme avait peur de ne pas parvenir à les mener à bout avec le peu de matériel qu'il lui restait. C'était vraiment problématique. Elle voyait l'expédition forcée au Chemin de Traverse se rapprocher de plus en plus. Alexa n'avait pas vraiment peur d'être reconnue, parce qu'après tout, elle n'avait pas joué un très grand rôle dans la Bataille de Poudlard. Elle était juste un combattant parmi tant d'autre. Cependant, un "Et si..." hantait constamment son esprit quand elle pensait à aller refaire ses réserves chez un apothicaire. Et le doute ne l'aidait pas à prendre une décision pourtant de plus en plus évidente.

Néanmoins, malgré la diminution de ses stocks, la jeune Médicomage ne diminuait pas l'intensité de ses soins. Il fallait que ces derniers restent au maximum de leurs capacités, pour que ses patients puissent guérir le plus vite possible. Aussi n'avait-elle pas hésité à appliquer la dose habituelle de baume sur la cicatrice du Professeur Rogue, même si la quantité du soin diminuait de plus en plus. Elle voulait le voir totalement remis le plus vite possible. Comme d'habitude, elle effectua sa tâche avec le plus grand soin et le plus de douceur possible; pour ne pas blesser davantage l'homme. Il n'aurait plus manqué qu'elle aggrave son cas. Un léger sourire étira ses lèvres à la réplique de l'homme, qu'elle ne pouvait qu'approuver. Il était temps d'en finir. La gêne d'être aussi proche de son ancien professeur était toujours présente, bien que moins forte. Heureusement d'ailleurs, parce qu'Alexa n'aurait pas pu supporter autant de visites dans une ambiance aussi lourde et tendue, qu'elle ne faisait pourtant tout pour arranger.

Une fois que la jeune femme eut terminé d'appliquer le soin, elle se redressa, attrapa sa baguette de sa main droite, encore propre, et se jeta un nouveau sortilège de nettoyage pour retirer ce qu'il restait de baume. Elle rangea ensuite immédiatement son bâton dans sa poche, histoire de ne pas trop rappeler l'accident de la dernière fois, puis elle rangea son matériel dans sa sacoche. Bien. Les soins étaient désormais terminés. Il ne manquait plus qu'un dernier sortilège de bilan, pour vérifier une dernière fois l'état de son patient, et elle pourrait retourner au QG de l'Ordre. Elle se tourna alors vers son ancien professeur de Potion. Sans trop savoir pourquoi, un petit sourire étirait ses lèvres. Etait-ce le fait d'être parvenu à la fin de ces soins relativement difficiles à exécuter ? Ou le fait de ne plus devoir stresser avant de venir ici ? La satisfaction du travail bien fait ? Peut-être un mélange de tout cela. Alexa n'avait pas le temps ni l'envie de s'appesantir là-dessus.

- Bien. Professeur Rogue, je vous annonce que les soins sont officiellement terminés, déclara alors la jeune femme en croisant les bras. Il ne me reste plus qu'un dernier sortilège de bilan à vous lancer, pour être totalement sûre de votre santé, puis j'aurais terminé.

Elle ressortit à nouveau sa baguette, rassembla ses esprits et lança le sortilège. La zone de la blessure s'illumina une ultime fois, faiblement. Le halo qui l'entourait diminuait légèrement de seconde en seconde. Bien. Parfait. Tout était définitivement en train de se remettre. Un sourire étira plus franchement les lèvres de la jeune femme et cette dernière se redressa. Elle planta alors son regard dans celui de Rogue. Elle était plutôt fière d'elle. Cette fierté de mener des soins jusqu'au bout, de savoir qu'on venait d'aider quelqu'un, qu'on venait de soigner une personne. Cette fierté tellement typique des Médicomages. Un peu narcissique, mais c'était parfois bien de se jeter des fleurs. Ce n'était pas les autres qui allaient le faire pour vous.

- Eh bien, tout est parfait. Vous êtes définitivement soigné. Il ne restait pas grand-chose à faire, mais maintenant, vous êtes totalement débarrassé du sortilège de Bellatrix ! Il en me reste plus que quelques recommandations à vous faire et vous pourrez retrouver le calme, ajouta-t-elle, sachant pertinemment que sa présence devait être un vrai supplice pour l'homme en face d'elle. Premièrement : du repos. Vous êtes certes soigné, mais il vous faudra attendre quelques jours avant d'être totalement certains que tout va bien. Je dirais deux ou trois. Et deuxièmement : si quelque chose vous arrive, si la douleur vous reprend, si quoi que ce soit vous paraît étrange, surtout, rappelez-moi immédiatement. Qu'il soit deux heures du matin, midi ou que sais-je encore, vous m'envoyez un patronus, insista-t-elle. Les sortilèges de Magie Noire sont vicieux, alors, s'il vous plaît, prévenez-moi immédiatement.

Elle avait un gros doute sur le fait qu'il l'écoute, mais elle ne pouvait malheureusement rien faire. Rogue n'était pas de ceux qu'on contraignait, elle le savait. C'était lui qui faisait plier les autres, et non l'inverse. Néanmoins, la jeune femme espérait sincèrement que ses recommandations restent dans un coin de sa tête. Elle était prête à se déplacer à n'importe quelle heure, même à minuit s'il le fallait. Un patient passait avant son sommeil, c'était évident. Elle l'avait toujours fait, et elle continuerait à le faire aussi longtemps qu'elle serait capable de soigner et d'aider les autres.

Bien. Et maintenant, elle avait finit. Les soins étaient terminés. Elle allait devoir partir. Le coeur plus léger, et, bizarrement, le sourire aux lèvres. Si quelqu'un la croisait à son retour au QG et qu'elle lui disait qu'elle revenait de chez Rogue, personne ne la croirait.

On ne revenait pas de chez Rogue avec le sourire, normalement. Normalement.

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman)

Revenir en haut Aller en bas

Visite à domicile (PV Alexa C. Turman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde :: Demeures
-