POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Visite à domicile (PV Alexa C. Turman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Jeu 18 Aoû - 14:25

Parler à Severus Rogue, parfois, celà s'apparente vachement à parler à un mur. A ceci près peut-être que contrairement au mur, Rogue a le choix entre écouter et s'en foutre. Il faillait l'admettre, on ne pouvait pas prétendre que l'attitude d'un tel homme soit franchement proche de la cordialité dans toutes les circonstances : son respect n'était pas universelle et se méritait.

Severus n'avait guère l'occasion de se montrer redevable envers quelqu'un. Il était dans une vision très économiste de la vie l'ancien Maître des Potions de Poudlard, on a rien sans rien et qui donne reprend et qui prend paye. Pour lui la gratuité de la gentillesse ou de la sollicitude était quelque chose d'étranger voire de mystique : il ne se souvient pas avoir un jour fait quelque chose sans arrière pensée, sans volonté sous-jacente, sans une forme de perfidie liée à son mal-être social.

Il ne savait pas comment se comporter avec les gens. C'était là sans doute la plus grande évidence et le plus grand paradoxe quand on sait le rôle qu'il a joué lors de la deuxième guerre. Rogue n'est jamais naturel, il est toujours dans un personnage et il se cache derrière des apparences plus ou moins bien articulées pour former un tout cohérent. Bien sûr, il laisse échapper des bribes de sa personne dans chaque posture qu'il revêt selon les circonstances, mais il était bien mal aisé de pouvoir comprendre qui il était vraiment tant le tri est difficile à faire.

Percer Severus Rogue à jour était une tâche insurmontable et c'est aussi pour celà que la jeune Turman était très probablement incapable de saisir entièrement l'attitude de son difficile patient. L'ancien Professeur n'avait certes rien fait pour l'aider dans cette tâche, mais on ne pouvait pas prétendre qu'elle aurait su beaucoup mieux faire si il était simplement rester passif.

Rogue la laissa faire pour cette dernière visite. Il ne s'en cachait pas, il avait hâte que tout ce bordel se finisse, et vite fait, alors il avait pris le parti de la docilité pour que la chose soit définitivement acquise. Bonne stratégie, la jeune femme, bien que toujours avide et encline à étaler ses conseils tous plus insupportables les un que les autres, termina sa tâche très rapidement et avec professionnalisme, bien plus que la dernière fois. Il la laissa parle sans l'interrompre mais ne manqua de ponctuer l'élan d'altruisme de la femme avec une remarque au cynisme et à la fausseté à peine cachée :


Je ne manquerai pas de vous contacter si nécessaire, celà va de soi...

Rogue se rhabilla sans demander un consentement quelconque à la personne face à lui. Il avait fait assez d'efforts pour aujourd'hui. Il la regarda un instant ranger toutes ses affaires devant lui alors que lui-même terminait de boutonner sa robe de sorcier. Son visage cireux trancha plus encore quand il eut terminé de replacer le col quelques centimètres sous ses cheveux graisseux. Il ne remercia pas pas la femme immédiatement, mais il savait que cela devrait se faire à un moment ou un autre, il préféra démontrer une gratitude de façon plus matérialiste.

Miss Turman, Minerva m'a parlé de soucis que vous rencontreriez pour vous approvisionner en plantes. Je pense que mon stock personnel ou mon jardin pourrait probablement satisfaire quelques lacunes de votre herbier si cela est nécessaire. N'hésitez pas à jeter un oeil au besoin en gage disons, de ma gratitude pour vos interventions.... certes hasardeuses ... mais nécessaires. Je vous prierai simplement de laisser au moins trois plans ou trois fioles de chaque espèce ici. Vous pouvez vous servir dans ce qui dépasse cette limite. Si vous avec besoin de quelque chose de précis qui est en nombre insuffisant, faites m'en part et je cultiverai prioritairement ce qui vous manque pour vous renflouer.

Ne regardez qu'au nécessaire, je ne suis pas votre jardinier et je ne cultiverai rien pour du superflus.

La réserve se trouve derrière la porte que vous aviez esquinter à votre dernière visite.


Rogue montra clairement sa volonté à ne pas l'accompagner. Il s'assit dans un fauteuil et fit voler à lui un ouvrage à la reliure or et bleue d'un coup de baguette magique. Il entama sa lecture sans vraiment surveiller la jeune femme.



____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 140



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Lun 22 Aoû - 18:00

Alexa allait partir. Elle pensait que c'était terminé, et que Rogue allait la mettre dehors en moins de temps qu'il n'en faut pour dire Quidditch. Elle avait déjà attrapé sa sacoche pour la passer à l'épaule. Mais là, elle ne pouvait plus faire un geste. Légèrement penchée au-dessus de la table basse, la main sur la hanse de son sac, Alexa était totalement figée. Avait-elle bien entendu ce qu'elle avait entendu ? Relevant la tête, elle posa son regard sur son ancien professeur de Potion. Stop. Pause. On rembobine. Bon. Elle venait de finir les soins. Donc elle lui avait donné les dernières recommandations, qu'il n'écouterait certainement pas. Il avait lâché un sarcasme, bien sûr. Puis... elle avait prit sa sacoche et...

Bug.

Attendez, on rembobine, juste une dernière fois.

...

QUOI ?!

Severus Rogue, professeur potionniste, génie en la matière, lui donnait accès à elle, Alexa Turman, son ancienne élève, ancienne Médicomage, et gamine aux compétences largement inférieures aux siennes, le droit, que dis-je, l'honneur de se réapprovisionner dans SA réserve, dans SES plants ! Alexa n'en croyait pas ses oreilles ! Non, elle devait sûrement être en train d'halluciner. Peut-être que quelques effluves d'une potion étaient parvenues jusqu'à la pièce et que... Non, Alexa, reprend-toi, pensa-t-elle en secouant légèrement la tête. Il t'a... il t'a... Oh mon dieu ! Il m'a donné la permission d'aller dans sa réserve ! pensa-t-elle, en tentant de contenir son enthousiasme. Elle exagérait sûrement un peu la chose, mais elle n'en croyait pas sa chance. La réserve du professeur Rogue ! C'était un peu comme si on lui ouvrait les portes du paradis. Elle avait l'impression d'être le roi Arthur à qui on venait de dire que le Saint Graal était dans la pièce d'à côté ! C'était... comme si on lâchait un gosse dans un magasin de bonbons !

- Vous... vous êtes... sérieux ? demanda-t-elle quand même, juste pour être sûre.

Cependant, pour ne pas voir ce droit lui passer soudainement sous le nez, elle baissa la tête et fila directement vers l'endroit indiqué. Elle ne ressentit presque aucuns remords à pousser la lourde porte de bois. Elle ne pensait qu'à la réserve que possédait le professeur Rogue. Bon, une fois la première joie passée, elle voyait bien l'avantage que cela donnait. Elle allait pouvoir renflouer le stock de l'Ordre. Pas de manière exponentielle, mais c'était déjà un début. Et il valait mieux ça que rien du tout.

Lorsqu'elle pénétra dans la pièce, une forte odeur lui agressa le nez, mais Alexa n'afficha qu'une légère grimace, habituée à l'odeur. Elle passait son temps à évoluer dans le labo de l'Ordre ces derniers temps, alors l'odeur c'était même incrusté dans certains de ses vêtements. Pour dire. Elle se demandait même parfois si elle n'en faisait pas un peu trop. Mais sa conscience la ramenait bien vite dans le labo si elle osait le quitter plus de deux jour d'affilé. Des gens avaient besoin de ces potions et elle ne pouvait pas les laisser.

Lentement, la jeune femme s'avança alors dans la Réserve. Cette dernière était immense. Plus que n'importe laquelle qu'elle avait pu voir jusqu'à maintenant en tout cas. S'approchant de l'étagère la plus proche, Alexa regarda le nom des ingrédients sur les étiquettes. Il y avait tellement d'ingrédients ! Tellement de produits ! Il y en avait même dont elle ignorait l'existence, ou qu'elle n'avait jamais vu en vrai ! Ainsi que d'autres au nom bizarre, comportant des sonorités étrangères ! Cette réserve était incroyablement riche. Alexa doutait même que le Ministère en possède une aussi fournie - et elle exagérait à peine. Non, vraiment, Alexa avait l'impression d'être au paradis. Le paradis des potionnistes.

Prenant une profonde inspiration et se calmant, Alexa sortit sa baguette et l'agita. Presque immédiatement, une plume et un parchemin passèrent la porte et atterrirent dans ses mains. Elle ne sortait jamais sans emporter de quoi écrire. Rapidement, et de mémoire, Alexa établit une petite liste de ce dont elle avait besoin en priorité. Puis elle se mit ensuite à la recherche de ce dont elle avait besoin. Il lui fallut un certain moment pour trouver tout mais, grâce à un classement d'une rigueur incroyable, cela alla tout de même assez vite. D'ailleurs, piquer l'idée du classement ne serait pas idiot, sachant qu'Alexa était une bordélique-née. Par soucis de tout bien conserver, elle transforma un autre parchemin en petit sac et appliqua un sortilège sur chaque ingrédient pour ne pas que le contact avec les autres ne change quoi que ce soit à leurs propriétés. Elle vérifia une dernière fois qu'elle avait bien tout ce qu'il lui fallait, puis elle mit le sac dans sa sacoche et referma cette dernière. Un sourire soulagé s'étalait sur ses lèvres. Elle avait largement de quoi refaire un petit stock. De plus, elle avait largement laissé de quoi faire à Rogue. Il lui restait bien plus de trois de chaque.

- Bien... J'ai tout ce qu'il me faut, souffla-t-elle alors en balayant la pièce du regard.

Soudain, une sensation qu'elle connaissait bien vint la prendre et la jeune femme pinça les lèvres. Non ! Mauvaise idée ! Fouiller dans la réserve de Rogue, c'était faire preuve de profondes pulsions suicidaires ! Mais, d'un autre côté... pensa Alexa en jetant un coup d'oeil à la porte qui menait au salon.  Elle n'était là que depuis quelques minutes. Elle pouvait bien farfouiller un peu, voir ce qu'il possédait. Il avait des choses qu'elle ne connaissait pas. Et, il fallait le dire, la curiosité était un défaut que possédait la jeune femme. Et elle n'avait jamais su résister bien longtemps.

Cédant finalement à cette envie irrépressible qu'avait Alexa de fureter un peu dans la réserve, la jeune femme se mit donc à déambuler parmi les étagère.

Pour d'autres, ceux qui n'aimaient pas les potions ou qui n'étaient pas passionnés, sa réaction était ridicule. Mais les potions, pour Alexa, c'était bien plus qu'une matière qu'elle adorait. C'était une passion. Comme le Quidditch était une passion pour certains. Alors quand elle avait l'occasion d'en apprendre un peu plus, elle en profitait. Certes, elle n'allait pas apprendre beaucoup rien qu'avec les noms, mais elle pouvait toujours faire des recherches plus tard. Il y avait suffisamment de livres dans la bibliothèque des Black.

Soudain, un éclat attira l'attention de la jeune femme et, immédiatement, cette dernière s'approcha de sa source. En fait, c'était des sortes de petites boules recouvertes d'une drôle de matière argentée qui reflétait la lumière de la torche qu'il y avait non loin. Fascinée par ce drôle d'ingrédient, Alexa s'approcha davantage. Une drôle d'odeur métallique s'en dégageait. De plus en plus intriguée, la jeune femme jeta un coup d'oeil vers la porte puis, d'un mouvement de baguette, fit léviter une de ces petite balles argentée jusqu'à elle. Elle ne prendrait pas le risque de le toucher, on ne savait jamais.

Tout à son examination, Alexa ne prêtait plus attention à ce qui l'entourait. Soudain, un craquement se fit entendre dans la pièce et alors qu'elle sursautait, le sortilège se brisa et, comme au ralenti, Alexa vit l'ingrédient emporté dans une longue chute vers le sol. Alors, sans réfléchir, Alexa tendit les mains.

A peine la surface argentée de la boule touchait-elle sa peau qu'elle comprit qu'elle n'aurait jamais dû toucher à cette chose. Le monde qui l'entourait explosa en des millions de couleurs et Alexa sombra immédiatement dans un état second, remplit d'hallucination. Elle tomba au sol et, avant de sombrer totalement, elle eut une dernière pensée :

Severus Rogue allait la tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Jeu 25 Aoû - 0:41

Severus Rogue lisait. Il lisait lentement, non pas parce qu'il éprouvait une difficulté à lire plus vite, mais parce qu'il prenais plaisir à prendre son temps dans ce genre de cas. Il était penché sur les travaux de feu Dumbledore sur l'utilisation du sang de dragon. Rogue les connaissait, il avait déjà lu ces papiers, mais les détails et la subtilité de deux utilisation lui échappait encore. Il préférait donc réviser pour ne pas commettre d'erreur si il était amené à s'en servir un jour.

Les membres de l'ordre étaient des gens compétent, y compris dans le domaine très spécifique des potions, Severus le savait. De ce fait, il savait également que les actes les plus complexes seraient pour lui, qui les surclassait dans ce domaine là. En duel de sorcellerie aussi, bien qu'il n'égalait pas le vieux Flitwick, champion internationnal et nationnal de la discipline. Seul Dumbledore et Jedusor avait défait le vieux professeur de Sortilège baguette à la main, c'est pour dire.

L'ancien maître des potions était concentré sur la lecture de l'étape de ignifugation du plasma draconien quand il entendit un bruit sourd retentir de sa réserve. Il soupira en posant son livre sur la table basse, décidément, cette gamine était une vraie plaie. Pire que Pandore. Il sortit sa baguette d'un geste vif car routinier, il ne prit pas la peine de formuler le lumos maxima qui se matérialisa par une sphère à la lumière oscillant entre le blanc et le verdâtre, cette dernière se plaça au dessus du corps de Turman, actuellement en prise à des convulsions. Rogue fit rapidement les quelques mètres le séparant de la malheureuse. Il regarda l'étagère devant elle, remarqua immédiatement l'absence d'une de ses cinq sphères d'Agonie.

Les Sphères d'Agonie sont issues d'une magie noire, très noire dirons certains même. Il s'agissait, pour les décrire très simplement, d'une matérialisation des souffrances ressenties par un ou plusieurs êtres humains. En posséder ou en fabriquer est un acte illégal, relevant de l'aller simple pour Azkaban pour une durée indéterminée. Le procédé pour en obtenir est sans égal de vicissitude et de perfidie : un homme torture une personne et un légilimens récolte les sensations et émotions de la personne, elles sont ensuite extraites sous la forme de souvenir, et, par un habile sortilège, on façonne les souvenirs en ces minerais métalliques sphériques.  Généralement on utilise du vif-argent comme support.

Ces sphères sont ensuite utilisable pour créer des potions de tortures extrêmes ou pour synthétiser des antidotes à la démence mentale. Quatre de ces cinq sphères avaient des origines très sombres : elles furent faites par un seul homme, le Seigneur des Ténèbres lui-même. Ce dernier était par ailleurs capable de torturer et d'extraire en même temps l'agonie des gens, preuve de son talent manifeste pour la torture et la légilimancie. L'une des sphères était le fruit de son amusement avec Igor Karkaroff. Ces objets étaient extrêmement rares et secrets, personne n'osait en synthétiser, mais Rogue ne pu les refuser : personne ne rejette un cadeau du Lord. Severus avait tout de même mi en garde Potter sur la création de telles choses lors des séance d'occlumancie. Il n'était pas obligé mais avait tenu à le faire, il devait savoir que le Seigneur des Ténèbres jouait avec ses victimes et se renforçait à travers elle. Il n'avait pas été clair et limpide bien sûr, mais la mise en garde, à demi-mot, fut bien présente dans la discussion : "le seigneur des ténèbres a pris plaisir à envahir l'esprit de ses victimes, il y créait des visions destinées à les torturer jusqu'à la folie ! Ce n'est qu'après avoir extrait la dernière exquise goutte d'agonie et après que ses victimes aient supplié de les achever qu'il se décidait à les tuer."

Comme tous les objets de magie noire, les Sphères d'Agonie Mentale sont dangereuses. Surtout lorsqu'on les touche. Elles transfèrent les souffrances d'agonies vers la personne entrant en contact direct avec elles. Celà s'apparente à des visions et des ressentis de souffrance très violents. Parfois on ressent même la mort de la personne dont est issue la sphère. Dans ce cas précis, le sorcier ayant touché la sphère peut finir en mort cérébrale.

Severus Rogue regarda par terre et vit la Sphère.  D'un geste de la baguette il la fit retourner à sa place : c'était là une urgence, la jeune femme ne survivrait pas à un second contact direct, c'était une certitude. Il la regarda attentivement convulser. Il fit un geste fou pour un sorcier moins habile que lui : il pointa sa baguette sur la tempe de la jeune femme et formula intelligiblement :


Legillimens !

La magie fit son effet et il entra dans la tête de Turman. Il vit ce qu'elle hallucinait. Il sentit des bribes de la violence qu'elle subissait. Une chance pour elle, elle était tombé sur l'unique sphère créé par Rogue lui-même alors que Lestrange était le tortionnaire. Il s'agissait d'une jeune femme subissant un interrogatoire musclé façon mangemort. La sphère n'allait pas jusqu'à la mort de la jeune femme, ainsi, Turman ne risquait pas la mort cérébrale. Rogue se retira de son esprit. Il savait quoi faire. Il n'y avait pas d'autres alternatives. Seule une souffrance peut chasser une autre souffrance. Il allait devoir se montrer plus violent que ne le fut Rabastan Lestrange. Plus haineux. Plus noir.

Severus Rogue se redressa et pris une grande inspiration. Il se remémora James Potter. La haine était toujours vive, comme le charbon ardent, la lui remémorer ne serait pas une chose compliquée. Il pointa sa baguette et formula sans la moindre once d'hésitation :


Endoloris !


La décharge magique fut intense, vive, animée par un sentiment vieux de plusieurs dizaines d'années. Une haine si grande qu'elle écrasait et consumait la vie entière de Rogue. Le Maléfice fut parfaitement exécuté et Turman hurla de douleur à s'en briser la voix, ses convulsions s'arrêtant nettes pour laisser place à la crispation des muscles devant la décharge de douleur si intense. Rogue poussa le maléfice longtemps, pas par cruauté mais de façon intelligente : plus long et plus violent serait le doloris, plus Turman aurait de chance d'échapper à l'influence de la Sphère d'Agonie. Il maintint le sort pendant environ trois ou quatre minutes, il ne saurait le dire avec précision. Puis il leva le maléfice et s'accroupit près de son ancienne élève.

Son attention se focalisa sur la jeune femme, il la sonda immédiatement avec un nouveau "legilimens". L'aura d'Agonie de la Sphère s'était retirée mais la jeune femme resterait marquée à jamais par les deux traumatismes successifs qu'elle venait de vivre. Rogue rangea sa baguette en la regardant d'un air mauvais. Il la laissa sur place, à moitié consciente. Il lui avait sauvé la vie en la torturant. Un paradoxe que la jeune femme ne comprendrait peut-être pas. Dans tous les cas son habitude de la torture lui dictait de laisser la femme où elle était, pour qu'elle retrouve ses repères là où elle avait perdu conscience. Rogue l'attendait dans le salon, toues les portes de sa demeure étaient fermées : la jeune femme ne partirait pas avant d'avoir parlé avec Severus de ce qu'elle venait de vivre.


____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 140



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Jeu 25 Aoû - 1:51

Alexa avait été torturée. Une fois. Une seule fois. Durant la Bataille de Poudlard. Elle s'en souvenait très clairement. C'était le seul souvenir un peu précis qu'elle avait en repensant à ce qu'il c'était passé là-bas. Elle se battait contre un Mangemort et le sort l'avait atteint. Elle s'était écroulé au sol et la douleur qu'elle avait ressenti avait faillit la tuer, elle en était certaine. Mais le sort avait vite été interrompu. Quelqu'un, elle ne savait pas qui, était venu à son secours et elle avait eu le temps de se réfugier à l'abris pour reprendre un peu ses esprits. Ensuite, elle avait repris le combat.

Là... Elle n'avait jamais ressenti pareil souffrance. Une souffrance plus grande encore que celle qu'elle avait pu ressentir ce jour-là. Une souffrance intolérable. Ses os la brûlaient, comme s'ils étaient chauffés à blanc. Sa peau semblait vouloir s'arracher à son corps. Elle sentait les lames de milliers de poignard lui traverser le corps, la colonne vertébrale. Son coeur était attiré par une force inconnu hors de sa poitrine. Son cerveau bouillait littéralement dans son crâne. Et cela ne s'arrêtait pas là. Chaque centimètres carrés de son corps semblait subir un traitement particulier. La douleur était intolérable, horrible, effroyable. Jamais Alexa n'avait ressentit une telle chose. Jamais elle n'avait souffert autant. Sans même s'en rendre compte, elle pleurait. La douleur devait trouver un exutoire. Elle criait, convulsait, criait encore, pleurait. Pitié ! hurlait-elle dans sa tête. Pitié, faites que ça s'arrête ! Elle ne se souvenait même plus d'où elle était. Elle ne se souvenait même plus de son prénom. Son corps entier était enveloppé de douleur et de souffrance. Non... Son corps entier n'était que souffrance.

Tout à coup, comme si ce n'était pas assez, la douleur, en un éclair, augmenta d'un cran. Elle hurlait, elle pleurait. Alexa n'était plus capable de penser. Son corps, tendu à l'extrême, allait craquer. Ses tendons étaient tellement tendu qu'elle étaient presque certaine de les entendre se déchirer à l'intérieur de son corps. La souffrance... Elle ne pouvait pas être définie. Elle était plus qu'atroce, plus qu'horrible. Elle était bien plus que cruelle. Et Alexa dérivait dedans. Son esprit se perdait. Elle se sentait partir, elle sentait ses force faiblir. Comme lorsqu'on relâche la pression. Aussi rapidement.

Et puis, d'un coup, tout cessa.

Comme une poupée de chiffon, molle, sans vie, Alexa retomba totalement au sol. Son corps entier portait encore le souvenir de la douleur, de la souffrance qu'elle venait de vivre. Elle était loin, perdu dans les limbes de son esprit. Elle n'était plus connectée au monde réel. C'était tout juste si elle percevait les frissons incontrôlable qui agitaient son corps, les larmes qui coulaient encore de ses yeux pour venir se perdre dans ses cheveux, les spasmes qui la secouaient par intermittence. Elle n'avait plus conscience de rien. Ne lui restait que le souvenir de la douleur. Son esprit s'en souvenait et elle savait qu'elle s'en souviendrait sûrement éternellement. Alexa avait l'impression qu'on avait torturé jusqu'à son âme. C'était plus que de la torture. Il n'y avait pas de mot, selon Alexa, capable de définir ce qu'elle avait été contrainte de vivre. Cette douleur... Non, il n'y avait pas de mots.

Combien de temps resta-t-elle allongée sur le sol de la réserve avant de reprendre conscience ? Aucune idée. Elle ne se souvenait même plus pourquoi elle était là, pourquoi elle était à terre, ce qu'elle faisait avant la douleur. Ouvrant péniblement les yeux, Alexa regarda devant elle, puis tenta de tourner la tête. Une vague de frissons incontrôlables la fit trembler de tous ses membres et elle étouffa un gémissement de douleur. Que c'était-il passé ? Ce fut la première pensée cohérente qu'elle parvint à formuler. Encore parcourue de tremblements de la tête aux pieds, Alexa tenta quand même de se redresser. Elle abandonna bien vite l'idée. A chaque mouvement qu'elle faisait, une nouvelle vague de frisson, réminiscences de sa douleur, s'abattait sur elle et lui faisait perdre et l'équilibre et la raison, à cause de la douleur qui revenait également. Certes, elle était bien faible comparée à celle qu'elle avait ressenti quelques instants plus tôt. Mais elle ne voulait plus avoir mal. Plus jamais de cette façon. Elle ne voulait plus jamais souffrir comme elle venait de souffrir.

Il lui fallut un long moment avant que quelques force ne lui reviennent. Cela devait bien faire une bonne heure qu'elle était là, allongée dans la réserve. Elle tremblait encore, mais moins qu'au début et, lorsqu'elle réessaya de se lever, elle y parvint. Certes, ses jambes étaient affreusement faibles et la soutenait à peine, mais elle parvint quand même à se mettre debout et à tenir. Juste quelques instants. La seconde d'après, elle s'écroulait à nouveau au sol. Inspirant une grande goulée d'air sous la douleur qui lui passa sur le corps comme une vague, Alexa serra les dents, le visage crispé. Lentement, elle s'essuya les joues, consciente désormais d'avoir pleuré. Puis elle passa un dread qui la gênait derrière son oreille, s'agrippa fermement à une étagère et se releva.Encore une fois, ses jambes tremblèrent, ainsi que l'intégralité de son corps, mais elle s'accrocha plus fermement et avança de quelques pas. Elle devait sortir de là. Elle voulait respirer. Sortir d'ici. Elle s'arrêta quelques instants, puis, finalement, parvint à sortir.

A peine fut-elle dans le salon que tout lui revint à l'esprit. Pourquoi elle était tombé au sol, où est-ce qu'elle était. Elle se laissa glisser jusqu'au sol et prit une grande inspiration qui ne la satisfit pas. Elle avait l'impression de manquer d'air. D'étouffer. Elle ne remarqua même pas la présence de l'homme en noir qui semblait attendre. Elle se releva péniblement et s'approcha de la fenêtre la plus proche. Elle s'effondra contre cette dernière et tenta de l'ouvrir pour avoir un peu d'air. Mais celle-ci resta fermée. Ce n'est que là, en faisant le tour de la pièce des yeux, qu'elle remarqua Rogue. Elle ne dit pas un mot et, faible, se laissa retomber au sol. Tout tournait autour d'elle. Elle ne se sentait pas bien. Elle avait besoin d'air. Elle avait besoin d'air.

- S'il vous plait... Ouvrez la... la fenêtre, murmura-t-elle, incapable de parler plus fort.

Bon sang... Elle avait l'impression d'être encore en train de délirer. Par moment, des picotements se faisaient ressentir dans son corps et elle se crispait, paniquée à l'idée que la douleur ne revienne à la charge une fois de plus. Mais non, tout se calmait l'instant d'après. Et alors, comme si cette question perçait brusquement son esprit, elle demanda.

- Qu'est-ce que... C'était quoi ?

C'était quoi cette chose qui avait faillit la tuer ? C'était quoi ? Cette satanée balle argentée. Pourquoi avait-elle tenté de la rattraper ? Pourquoi y avait-elle seulement posé les yeux dessus ? Pourquoi est-ce qu'il fallait tant qu'elle soit curieuse au point de ne pas savoir s'apposer des limites ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Laissant sa tête aller contre le mur dans son dos, Alexa entrouvrit les yeux, qu'elle ne se souvenait pas avoir fermé, et darda son regard voilé sur Rogue. Ah il devait bien se foutre d'elle. Ah il devait jubiler là. Il ne lui avait pas dit de faire attention, mais c'était implicite. Bien sûr qu'il fallait faire attention dans une réserve. Bien sûr qu'il ne fallait pas toucher à ce qu'on ne connaissait pas. Quelle idiote elle faisait. Ah oui, vraiment, il devait bien se foutre de sa gueule là. Elle, elle qui lui hurlait pas si longtemps que ça en arrière qu'elle n'état plus une gamine, qu'elle savait ce qu'elle faisait. Ah bah elle était belle la Médicomage, réduite à l'état de poupée désarticulée, affalée sur le sol, sans pouvoir ne serait-ce que bouger le petit doigt. Elle devait faire pitié à voir. Vraiment. Elle se faisait honte elle-même. Elle pensait avoir apprit des choses. Mais la première des choses qu'on apprend, en Potion, en Médicomagie, ce n'est pas de ne pas manipuler ce qu'on ne connait pas ? Oui, vraiment, quelle idiote elle faisait. Elle était ridicule. Et Rogue devait bien se foutre d'elle. Oui. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Jeu 25 Aoû - 14:21

Rogue n'attendait pas sans rien faire que la jeune Turman reprenne ses esprits et quelques forces suffisantes pour rejoindre le salon de son ancien professeur. Il mettait ce temps à profit pour réfléchir à ce qu'il dirait ou non à la jeune femme. Il hésitait beaucoup, il faut dire qu'il était très tentant de la laisser dans l'ignorance et de la renvoyer chez elle sans préavis. Mais il ne le ferait pas, il devait s'assure que la jeune femme de garde pas une animosité particulière à cause de ce qu'il avait été contraint de lui faire subir.

Il se foutait bien pas mal de ce qu'elle pouvait penser de lui, personnellement, mais il savait que Minerva et les autres anciens de l'Ordre verraient d'un mauvais oeil des tensions inutiles et supplémentaires au sein du quartier général. Rogue avait donc décidé de crever l'abcès directement, sans plus attendre, pour éviter que les mauvais réflexes ne s'installent durablement.

Il fixait la porte de la réserve, il ne regarda pas son horloge à balancier durant ce temps. Peut importe que l'attente soit longue ou non, il resterait aussi longtemps que nécessaire pour clarifier la situation. Il ne bougeait pas, comme si sa détermination était à ce point sans faille, qu'il n'hésitait pas. Rogue n'était pas anxieux et ne se sentait en rien coupable d'avoir torturer la jeune femme, il était serein à ce sujet, il savait qu'il avait fait ce qui était nécessaire. Et qu'il l'avait bien fait. Ce que la jeune femme pourrait en penser lui passait bien au dessus de la tête.

Les lattes de son plancher se mirent à grincer, preuve que la jeune femme approchait. Elle finit par apparaître dans l'embrasure de la porte. Elle avait une mine épouvantable et elle claudiquait en cherchant de ses mains désespérément des appuis. Elle traversa la pièce sans piper mot et finit par s'effondrer sur le rebord de la fenêtre de Rogue. Elle se laissa glisser au sol, faiblarde, et lui demanda d'ouvrir la fenêtre, ce qu'il ne fit pas.


Ouvrir cette fenêtre ne changera rien miss Turman. Si vous avez du mal à respirer c'est parce que votre diaphragme a encore les stigmates de votre mésaventure. Respirez longuement et lentement, la sensation passera.


La jeune femme de réagit pas visiblement à la remarque, sans doute était-elle trop lasse que pour protester. Severus au fond n'en avait cure du confort de la médicomage, elle semait ce qu'elle avait récolté.

Elle posa la question à laquelle il s'était préparé : celle sur les sphères, cause des maux de la jeune femme. Il ne répondit pas dans la seconde, il pris le temps de bien réfléchir à ce qu'il dévoilerait ou non. Les Mages Noirs, dont Rogue faisait partie malgré qu'il soit membre de l'Ordre, étaient des gens taiseux sur les secrets de leur art. Severus ne faisait pas exception à cette règle, et il serait peu précis dans sa réponse.


Qu'est ce que c'était... En voilà une question intéressante... De toute évidence une magie qui vous dépasse. Et de très loin.

Rogue laissa une bonne quinzaine de secondes de silence avant de reprendre :


Vous avez eut des cours de médicomagie avancée, la psychomancie ou les cours d'afflictions supérieurs devraient vous avoir parlé de ce à quoi vous vous êtes sottement exposée. Ces objets ont plusieurs noms : minerais de souffrance, pierre de torture, larmes de condamnés ou encore le plus usuel, la Sphère d'Agonie. Celà fait partie des artefacts les plus rares et des plus dangereux, mais ils sont également employés pour sauver des vies.

Je vois dans votre regard que vous êtes un peu perdue. Je vais vous rafraîchir la mémoire : ces objets génère une affliction grave sur qui les touchent. Vous ressentez une souffrance énorme et seule une souffrance supérieure à celle que l'artefact génère peut vous libérer de cette affliction. J'ai été contraint de vous désensorceler moi-même.

Vous vous rappelez sûrement de Katie Bell qui a failli mourir au contact d'un collier ? Le bijou était serti de sphères d'agonies très petites mais très puissantes. Elle ne doit sa survie qu'au fait que la surface de contact était ridiculement petite. Vous votre chance insolente et que vous avez choisi miraculeusement la plus faible de mes Sphères pour satisfaire votre malsaine curiosité. Si vous aviez touchée une des 4 autres, j'aurai du vous achever à la place de vous soigner.


Rogue restait assez vague, il omettait volontairement de parler de la façon dont les sphères étaient synthétisées et sur leur caractère très illégal et très rattaché à la plus noire des branches de la Magie contemporaine. Il se garda bien de dire que son traitement était un doloris maison pas piqué des hannetons également.


Severus prit une profonde inspiration et déclara :

Vous avez été exposée à ce qui pourrait s'apparenter à de la torture miss Turman. C'est un évènement éprouvant, autant pour le corps que pour l'esprit. En tant que membre de l'Ordre, il est de mon devoir de m'assurer que vous ne prendrez pas ça à la légère. Vous devez en parler. Je vous donne une occasion de le faire avec moi, ici et maintenant, alors que c'est encore bien frais dans votre esprit. Je peux parfaitement concevoir que vous ne souhaitiez pas en parler avec moi, mais dans ce cas vous ne sortirez d'ici que sous la condition que vous alliez trouver Minerva dès votre retour.

Et croyez moi, elle saura que vous devrez lui parler avant même que vous n'ayez fini de transplaner.

Que décidez-vous ?

____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 140



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Dim 28 Aoû - 20:41

Lorsque le professeur Rogue conseilla à Alexa de respirer, refusant par la même d'ouvrir la fenêtre, la jeune femme n'eut pas le courage de répliquer. Elle ne pouvait pas, de toute façon. Elle avait l'impression d'avoir les oreilles remplies de coton, son esprit nageant dans une sorte de brume épaisse dont elle ne parvenait pas à se tirer. Encore, par moment, son corps était agité de tremblements, toujours aussi incontrôlables. Cependant, elle écouta l'homme qui n'avait pas bougé d'un pouce et inspira profondément à plusieurs reprise. Si elle avait eu l'esprit clair, elle aurait su. Mais là... Elle parvenait tout juste à formuler une pensée cohérente. Alors réfléchir... Il ne fallait même pas y penser. Au bout d'un petit moment, elle constata effectivement que la sensation d'étouffement lui passait. Elle parvenait enfin à respirer à peu près correctement. Relevant la tête, Alexa adressa un regard de remerciement à son ancien professeur de potion. Elle ne dit pas un mot. Elle n'en avait pas la force et elle n'aurait sûrement pas réussi à lui dire merci de toute façon. Donc bon...

Les explications de l'homme parvinrent difficilement jusqu'à la jeune femme, qui pourtant tentait de toutes ses forces restantes de se concentrer sur ce qu'il disait. Mais impossible de réfléchir correctement, de penser de façon claire et lucide. Elle se sentait partir toutes les trente secondes et une lourde fatigue commençait à s'abattre sur elle. Néanmoins, elle garda les yeux ouverts et tenta de comprendre ce qu'il s'était passé. La Pierre de Torture. La Sphère d'Agonie. Alors c'était ça ? C'était ça qu'elle venait de toucher ? Ce maudit cailloux... Elle en avait entendu parler durant ses études. Ses professeurs l'avait mentionnée à plusieurs reprises, sans toutefois s'attarder dessus. Elle était connue comme très rare et très dangereuse, mais également très efficace si correctement utilisée. Et c'était ça qu'elle venait de toucher.

Alexa ne comprit pas tout de suite ce qu'impliquait le désensorcellement dont parlait Rogue. Puis elle compris. Seule une douleur plus forte pouvait anéantir l'emprise de la pierre. Elle fronça faiblement les sourcils.

- Vous m'avez lancé un Doloris..., souffla-t-elle.

Est-ce qu'elle lui en voulait ? ... Elle ne savait pas. Elle avait souffert. La douleur de la pierre était minime en comparaison de celle qu'elle avait ressentie ensuite. Alors elle aurait dû lui en vouloir. Mais s'il n'avait rien fait, elle serait sûrement encore en train de se tordre de douleur sur le sol de la réserve. Alors... Non. Non, elle ne lui en voulait pas. Il avait mis un terme à sa douleur. Certes, pour cela, il l'avait fait souffrir plus encore, presque jusqu'à la briser, mais il y avait mit un terme. Alors non. Soudain, perçant le voile qui entourait son esprit, une phrase qu'elle se souvenait avoir lu quelque part lui revint en tête.

Pour être capable de lancer le Doloris, il faut vouloir la souffrance de l'autre.

Posant alors un regard légèrement perdu sur Rogue, Alexa tenta de réfléchir. La haïssait-il à ce point ? Le sortilège qu'il lui avait lancé... La haine qu'il y avait derrière avait imprégnait chaque centimètres carrés de sa peau. Elle avait du mal à croire qu'elle ait pu se faire tant haïr par cet homme. Sinon, il n'aurait accepté ni ses soins, ni de la voir revenir, et il ne l'aurait certainement pas aidé. Alors à qui avait-il pensé quand il lui avait lancé ce sort ? D'où provenait une telle haine ? Et surtout... Depuis quand traînait-il tout ça ?

Bien sûr, Rogue ne manqua pas de glisser dans ses paroles quelques remontrances envers sa curiosité mal placé qui avait faillit lui coûter la vie. Alexa ne répondit pas, ne se révolta pas, ne tenta même pas de protester en disant qu'elle ne l'avait pas directement touché. Non, car elle savait bien que tout était de sa faute. Elle avait prit les ingrédients dont elle avait besoin. Elle aurait dû sortir, et non jouer à l'exploratrice. Cela lui aurait évité tellement de souffrance inutile. Tellement. Elle aurait pu rentrer tranquillement au QG et se reposer un peu avant de retourner à ses occupations. Mais elle ne pouvait de toute façon pas revenir en arrière, alors il ne servait à rien de s'attarder là-dessus.

- Je suis désolée, souffla-t-elle seulement. Je n'aurais pas dû...

Elle se tut. Elle n'avait pas tellement la force de parler et déjà la fatigue revenait à la charge. Néanmoins, ce n'était pas fini. Lorsque Severus Rogue reprit la parole, Alexa lui lança un regard qui aurait pu être noir dans d'autres situation, mais qui resta vague. Pourrait s'apparenter à de la torture ? Ce qu'elle venait de vivre... Elle ne le souhaitait même pas à son pire ennemi. C'était pire que de la torture. Bien pire. Elle avait vu des choses qui l'avaient profondément marqué, même si ce n'était pas très clair dans sa tête. De la souffrance, de la souffrance. De la haine. Douleur, douleur. Oui, c'était bien de la torture qu'elle venait de subir. C'était certain.

- En parler avec vous... souffla Alexa avant de lâcher un rire très nerveux devant le comique de la situation. Je n'aurais jamais pensé à ça... Mais que j'en parle avec le professeur McGonagal, ou avec vous, ça ne changera rien. Et puis... je n'arriverais sûrement pas à me lever dans l'immédiat, dit la jeune femme en grimaçant légèrement.

Alexa prit quelques instants pour rassembler ses esprits et respirer un bon coup, puis elle releva la tête et planta son regard dans celui de l'homme qui lui faisait face.

- Vous voulez que je dise quoi ? C'était... atroce. Mon sang bouillait dans mes veines, mes os étaient chauffés à blanc... Mon corps entier... Il n'y avait plus rien d'autre que la douleur. Et de la haine aussi. Je ne me souviens pas d'autre chose. J'en venais presque à oublier qui j'étais...

Un violent frisson lui traversa le corps et Alexa se tut un instant. Elle ferma les yeux, prit une profonde inspiration et continua.

- Vous avez déjà subit le Doloris ? Eh bien c'était la même sensation. Je le sais, j'en ai déjà prit un. Mais c'était tellement, tellement plus puissant...

Les larmes lui montèrent soudain aux yeux et Alexa cessa de parler. Elle détourna légèrement la tête. Elle était dans un état lamentable. Vraiment lamentable. Et encore, apparemment, elle avait eu de la chance d'après Rogue. Si elle était tombée sur une autres de ces boules... Non, elle ne préférait même pas imaginer.

Relevant la tête, Alexa regarda à nouveau son ancien professeur.

- C'est tout ce que je peux dire... Je n'arrive pas à vraiment mettre des mots sur ça...C'était... atroce.

Atroce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Mer 21 Sep - 23:51

Severus Rogue ne présentait aucun signe d'une quelconque empathie envers la jeune femme assise dans son salon. Il venait de la torturer pour lui sauver la vie et ça lui faisait à peu près autant d'effet qu'un café un peu trop dilué. Tout au plus c'était un peu dommage.

Etait-il en colère après la jeune femme ? Non pas vraiment. Elle avait fait une erreur et elle l'avait payée vraiment très chère cette erreur. Plus chère qu'elle n'aurait bien voulu payer probablement. Il se satisfaisait amplement de ça, il n'en rajouterait pas des tonnes pour l'enfoncer encore d'avantage. Il se positionnait comme il était sensé le faire en tant que membre de l'ordre et non en tant qu'homme individuel : si ça n'avait tenu qu'à lui, il aurait laissé cette gourde se faire buter et aurait jeté le cadavre dans la mer au bout de son jardin. La vie de Turman ne l'intéressait tout simplement pas. Il ne s'en cachait pas.

Il l'écouta autant qu'il en était capable. Il ne la coupa pas, ne chercha pas à freiner ou à accélérer le débit des paroles de la jeune femme. Il se montra aussi distant que d'habitude. Aussi froid. Aussi désintéressé. Sa présence dans la pièce n'avait fondamentalement rien de rassurant ou de strictement positif. Il lui forçait la main pour en parler directement. Elle ne le savait pas sans doute, mais c'était le mieux à faire pour elle. Rogue lui le savait et faisait en sorte que ça arrive. Pas que ça lui plaise de jouer à Freud avec une gosse, mais parce que c'était la seule chose d'utile à faire pour éviter des problèmes ultérieurs. Le pragmatisme était roi dans la demeure de Severus Rogue.

Il se montra sans la moindre réaction à tout ce qu'elle put lui dire. Que ce soit l'affirmation exacte qu'il l'avait torturée de sa main, que ce soit l'atrocité du mal qu'elle avait vécu, le fait qu'elle se soit plongée elle-même dans les derniers instants de souffrance de la victime de Rabastan et lui. Il se demandait si elle se souvenait de choses précises. Il allait investiguer la chose probablement.

Il la laissa parler aussi longtemps que nécessaire pour qu'elle vide son sac. Il voyait qu'elle butait, que ses pensées se perdaient dans l'évènement et plus dans la discussion. Elle le regarda en termianant le atroce puis baissa les yeux. Il se leva, s'approcha d'elle et dit froidement :


Regardez-moi !


La jeune femme n'obtempéra pas immédiatement, il dut renouveler l'ordre une paire de fois. Il le fit, patiemment. Il attendit une poignée de secondes que leur regards soient bien ancrés l'un dans l'autre et dit :

C'est terminé miss Turman. Ce n'est qu'un souvenir.

Vous vous souviendrez. Longtemps. Vos nuits ne seront plus pareilles pendant quelques semaines. Mais comme toute personne ayant subit la violence et la souffrance vous apprendrez à vivre avec. Vous n'oublierez jamais ce que vous venez de vivre. Jamais.

Non, je n'ai jamais eut à recevoir un Doloris miss Turman. Mais il n'y a pas besoin de subir un impardonnable pour souffrir. Vous n'êtes pas aveugle, vous avez vu les vestiges de mon passé sur mon dos et toutes les épreuves auxquelles on peut être confronté ne laissent pas de cicatrices...

Je ne vous mentirai pas pour rendre votre réalité plus douce. Qui a souffert ne cesse de souffrir. On ne s'affranchit jamais de la cruauté de la vie miss Turman. Au mieux on apprend à la gérer et à vivre malgré ce qu'elle a brisé.

Vous apprendrez vous aussi. Avec le temps.

____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 140



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Dim 25 Sep - 21:02

Alexa était fatiguée. Epuisée. Et elle tremblait encore. Un peu. Parce qu'elle se souvenait et que le simple fait de se rappeler lui donnait l'impression de ressentir à nouveau la douleur. La douleur. Celle qu'elle avait tenté d'expliquer à Rogue, qui n'avait rien dit. Elle n'en éttendait pas moins de lui. En fait, ça lui convenait plutôt bien. Elle n'avait pas envie de savoir ce qu'il pensait d'elle à cet instant précis. Sûrement pas beaucoup de bien. Cela ne changeait sûrement pas beaucoup de d'habitude, mais là, tout de suite, Alexa n'avait pas envie de savoir. Elle avait envie qu'on la laisse là, assise par terre, et qu'on la laisse dormir jusqu'à ce qu'elle se sente mieux.

Néanmoins, cela ne semblait pas être le cas de son ancien professeur de Potion. Ce dernier, et elle mit un moment à le comprendre, tentait de lui faire relever la tête pour le regarder. Lorsque l'ordre l'atteignit enfin, Alexa releva la tête et planta son regard dans celui de l'homme qui lui faisait face, les sourcils légèrement froncés. Allait-il finalement dire ce qu'il pensait de tout ça ?

Non. Pas vraiment. Ou du moins, pas dans le sens qu'Alexa avait pensé.

Les quelques mots qu'il prononça eurent un effet non-négligeable sur Alexa. Elle savait ce que c'était que de souffrir. Peut-être pas autant que lui. Elle était jeune, encore innocente, d'une certaine façon. Dire qu'elle savait ce qu'était la souffrance était une bien grande expression, qui était pourtant vraie, à un certain degré. Alexa connaissait la douleur de la perte. Elle connaissait celle de la solitude, de la fatigue. Elle connaissait maintenant celle de la haine. Alors oui, elle connaissait la souffrance. A un degré moindre que celui de Severus Rogue, c'était certain. Et Alexa espérait bien ne jamais atteindre une telle connaissance dans ce domaine. Elle avait eu tout le loisir d'observer les marques sur son dos. Et elle ne pouvait qu'imaginer tout ce qu'il avait pu subir. Lui, il connaissait la douleur. Depuis longtemps. On aurait même pu dire qu'elle faisait partie de sa vie. Il ne semblait jamais heureux. Et Alexa...

Alexa ne voulait pas devenir comme ça.

Alors elle se releva. Péniblement, mais elle se releva. Il avait raison. Elle n'oublierait pas. Elle allait avoir des nuits plus courtes. Elle allait se souvenir, tout le temps. Elle n'oublierait pas. Mais, comme il l'avait dit, elle vivrait avec. Et elle se battrait avec. Elle se battrait avec... Mais elle ne souffrirait pas éternellement. Il se trompait sur ce point.

Lentement, Alexa passa ses mains sur son visage, soupira, attendit quelques instants, puis laissa ses bras retomber le long de son corps. Ses yeux croisèrent alors ceux onyx de Rogue et elle le regarda quelques instants, en silence. Finalement, elle ouvrit la bouche.

- Merci. Vous avez raison. Vos mots sont justes. Mais...

Elle hésita quelques secondes, puis un maigre sourire étira ses lèvres. Elle venait de subir une épreuve qu'elle n'avait pas eu le temps de prévoir. Et la voilà déjà prête à contredire ce qu'on lui disait. Etait-elle si idéaliste ? Elle trouvait ses propres pensées tellement naïves... Mais elle voulait y croire. Personne n'était destiné à souffrir éternellement.

- Je ne pense pas que la vie soit si injuste, souffla-t-elle très bas.

Ce murmure aurait pu ne pas s'entendre s'il ne régnait pas un silence pesant dans la pièce. Immédiatement, Alexa trouve des dizaines d'arguments pour contrer cette simple phrase. Mais elle les repoussa. Certes, la vie lui avait prit sa famille. Son père et sa mère étaient définitivement partis. Son frère était peut-être prisonnier quelque part, ou alors mort également. Elle se battait dans l'ombre. Mais la vie ne pouvait pas être si injuste. Il viendrait forcément un moment où le bonheur viendrait. Alors, à ce moment-là, il faudrait être prêt à ouvrir les bras pour l'accueillir.

- La vie n'est pas facile. Mais elle n'est pas que douleur et souffrance. Sinon, nous ne viendriions pas au monde. Je pense qu'il suffit juste de... de ne pas oublier d'ouvrir grand les yeux. C'est souvent quand on ne regarde pas que le bonheur en profite pour nous passer sous le nez.

Il fallait qu'elle arrête de parler. Elle délirait encore, c'était sûrement ça. Mais, d'un autre côté, elle avait l'impression d'avoir un peu raison. Ce qu'elle disait lui rappelait son père. Elle se souvenait l'avoir déjà entendu dire des choses comme ça. Ça lui avait toujours fait du bien de savoir qu'il n'y avait pas que des mauvais côtés dans la vie. Et, d'une certaine façon, elle espérait que l'homme qui lui faisait face cesserait de voir les choses avec ce voile noir sur les yeux. Il y avait un temps où on pouvait être heureux. Cet homme l'avait amplement mérité. Alors certes, on était en guerre. Mais justement. C'était le moment où jamais de profiter de ces petits moments où la souffrance se dissipait.

- Je sais que ce que je dis peut paraître naïf, surtout en ce moment, souffla-t-elle en détournant le regard. Mais je pense que c'est juste. Au moins un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Jeu 6 Oct - 23:10

Il est compliqué de remplir une coupe qui est déjà pleine. Voilà ce que l'on pouvait dire de et à Severus Rogue lorsque l'on tentait de lui apprendre quelque chose. Peu importait la chose finalement, il ne cherchait pas à s'instruire auprès d'autrui. Les autres ne l'intéressait pas. L'avis des autres encore moins. Le savoir des autres parfois mais de façon très limitée et très intéressée.

Rogue ne pouvait pas mépriser autant Turman qu'en cet instant. Son positionnement naïf, crédule, presque enfantin lui donnerait presque des haut le coeur tellement il s'emplissait de mièvrerie. Le fils de l'infâme Tobias Rogue ne pouvait pas accepter dignement ce qu'il entendait. Ca le révulsait, ça lui retournait les tripes, ça le dérangeait, profondément. Chaque mot d'Alexa Turman était une brûlure dans l'esprit stigmatisé et brisé de son ancien professeur des potions.

Elle ne pouvait pas comprendre. Personne ne pouvait comprendre. Souffrir est simple. Usuel. Utile d'une certaine façon également. Mais souffrir n'est pas et ne doit jamais être une habitude. Car cette habitude est pernicieuse, tangente au cercle vicieux qu'est le cycle de la vie. Rogue ne pouvait pas comprendre que les gens soient aveugle avec cette vérité absolue de l'existence.

Avait-il tord ? Oui probablement. Avait-il conscience d'avoir tord ? Oui peu-être. L'admettrait-il ? Jamais. Sa vie avait été brisée le jour où son coeur vola en éclat comme un globe de cristal. Rogue avait vécu toute sa vie dans l'illusion d'être aimé un jour par quelqu'un. Toute sa vie. Jusqu'à ce que James Potter et Lord Voldemort n'arrête le sablier de son existence. Les rêves sont beaux lorsque l'on dort, mais rien, jamais rien ne remplace indéfiniment la laideur de ce que l'on retrouve lorsque l'ont est réveillé.

Severus Rogue ne dormirait plus jamais pour qu'aucun rêve ne puisse plus jamais entacher la vérité du monde.

Il regarda très attentivement son ancienne élève de son regard noir, son ton n'était plus teinté de son habituel cynisme. Il y avait dans sa prise de parole une gravité nouvelle, sèche, brute et loin d'un positionnement simplement cruel.


Si vous ne pensez pas la vie injuste, c'est parce que vous n'avez pas assez vécu. Le temps vous montrera vos erreurs.

Rogue se tut pendant quelques secondes. Le temps sembla se suspendre pendant un silence lourd et pesant. Il cessa de fixer la jeune femme, préférant se tourner vers une bouteille de vin et un verre posé non loin de la cheminée sur une espèce que tabouret en fer forgé. Il regarda la boisson mais n'esquissa pas le moindre geste pour aller se servir. Il parla comme s'adressant tout autant à lui-même qu'à son interlocutrice :


Il ne faut pas se mentir à soi-même. On ne gagne jamais à croire que des rêves sont des réalités. Jamais.

Reposez-vous autant que nécessaire, ensuite vous êtes libre de partir.


Severus Rogue n'ajouta rien, il se dirigea vers son bureau, silencieux.

____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 140



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman) Mer 12 Oct - 18:30

Alexa n'était pas idiote. Elle savait bien qu'elle aurait beau dire, expliquer, crier, hurler même, jamais elle ne parviendrait à faire que Severus Rogue change d'avis. Ce n'était pas le genre d'homme à écouter les autres, encore moins quand ces autres étaient d'anciens élèves à lui. Il pensait par lui-même, avec ses seules connaissances, avec ses seules expériences, ses seules fautes. Il n'accordait pas, ou peu de crédit à ce que pouvaient dire les gens autour de lui. Parfois, ça pouvait arriver. Enfin, Alexa le pensait. Il n'était pas possible de rester totalement hermétique aux avis extérieur. Cependant, Severus Rogue défiait tout. Il était donc tout à fait possible qu'il soit ainsi. Il n'écoutait personne d'autre que lui-même. La vie l'avait fait ainsi et il ne changerait plus. Du moins, il ne changerait plus tant qu'il resterait sourd aux autres. Alexa estimait qu'on avait toujours quelque chose à apprendre des autres. Que se soit de leurs erreurs, de leurs réussites, de leurs expériences. Il y avait toujours une leçon à retenir. Il suffisait d'écouter, de regarder, de prêter attention à ce qui nous entourait. Severus Rogue ne faisait pas ça. Ou du moins pas pour les bonnes choses. Il ne semblait concentrer son attention que sur le mauvais aspect de la vie. Mais pourtant, il n'y avait pas que ça. Et il suffisait d'ouvrir les yeux pour le voir. C'était ce que la jeune femme pensait et, si elle n'était pas aussi têtue que l'homme qui lui faisait face, elle défendait tout de même son point de vue. Tout comme elle défendait le fait qu'il n'y avait pas que des coups bas dans la vie. Peut-être son manque d'expérience jouait-il contre elle, comme venait de le dire Rogue. C'était même certain. Elle n'avait que 24 ans après tout. Peut-être aussi que c'était juste une façon de se rassurer, de se dire que tout irait mieux un jour. De se dire que tout ce qu'elle avait vécu et vivrait encore serait finalement un jour du passé qu'elle regarderait de temps en temps, pour se souvenir. Ou peut-être que c'était vrai. Du moins, ça l'était pour elle. C'était sa vérité. C'était ce qu'elle croyait. Elle savait bien que chacun pensait d'une façon plus ou moins différentes. Mais c'était sa vérité à elle. Chacun avait la sienne.

La jeune femme décida donc, par respect pour la façon de penser de Rogue, et aussi parce qu'elle n'avait pas la force de tenir un nouveau débat, de ne pas répondre à son ancien professeur de potion. De toute façon, elle se sentait toujours faible, elle continuait à trembler, et elle avait déjà fait des exploits pour parvenir à tenir un raisonnement correct. Elle se contenta donc de fixer l'homme sans rien dire. Ce dernier ne la regardait même plus. Il s'était plongé dans elle ne savait trop quelles pensées. Il semblait tellement torturé... Un lourd silence s'abattit quelques instants dans la pièce, aucuns bruits ne venant le briser. La jeune femme profita de ces quelques instants de calme pour fermer les yeux et faire un peu le vide dans son esprit. Elle se sentait quand même un peu mieux. Oh, elle n'aurait sûrement pas la force d'assurer d'autres soins dans l'immédiat, mais rentrer lui paraissait faisable. Par contre, elle ne garantissait aps de son état à l'arrivée. Fatiguée d'avance, Alexa soupira légèrement et passa une main toujours tremblante dans ses dreads. Elle grimaça légèrement. Elle sentait comme une gêne dans la plupart de ses muscle, qui s'étaient tous violemment contractés lors de sa "crise". Elle connaissait cette sensation. Il y avait un moment qu'elle ne l'avait plus ressentit, mais elle s'en souvenait. Elle l'avait souvent ressentit après d'intenses entraînements de Quidditch. Elle allait avoir des douleurs pendant plusieurs jours. Mais la jeune femme préférait largement quelques courbatures à la douleur qui les avait crées.

Finalement, après une dernière parole qui aurait pu paraître de bon sens pour quelqu'un d'autre qu'Alexa, Severus Rogue conclut l'entretien. Voilà. C'était fini. On n'avait plus besoin d'elle ici. Il lui laissa ensuite la possibilité de se reposer. La jeune femme hésita un instant. Alexa aurait pu accepter l'offre et rester encore quelques instants pour se remettre d'avantage ce qui n'aurait pas été un luxe. Mais elle préférait rentrer au QG. Elle se sentait désormais inutile ici et, de plus, elle n'était pas sûre qu'accepter la proposition réjouirait le propriétaire de la maison. Il lui avait sans doute dit ça par politesse. Ou quelque chose dans le genre. Et de toute façon, elle ne se voyait pas rester ici pour se reposer. Aussi alla-t-elle ramasser sa sacoche, vérifiant que tous les ingrédients pris dans la réserve étaient bien dedans. Non pas qu'elle n'ait pas confiance en Rogue, bien au contraire, mais c'était un automatisme de vérifier le contenu de son sac à chaque fois qu'elle le perdait de vue quelques instants. Une fois fait, elle revint et interpella rapidement son ancien professeur de potion, qu'elle voyait se diriger vers son bureau. Elle ne tenait pas à partir comme une voleuse sans rien dire, sans même saluer la personne. Et puis, il l'avait quand même aidé. Ce n'était pas très correct.

- Professeur Rogue ! Je tenais... bredouilla-t-elle une fois face à lui. Je tenais à vous dire pardon. Et à vous remercier aussi. Pour les ingrédients, et pour... tout le reste, ajouta-t-elle, ne sachant pas comment qualifier l'aide apporté par le Doloris. Je ne vais pas vous embêter plus longtemps, vous devez en avoir assez de m'avoir dans les pattes. Alors... j'espère vous revoir bientôt au QG, déclara-t-elle en tendant la main à l'homme qui lui faisait face.

Allait-il la serrer ? La repousser ? Qu'allait-il dire ? Un personnage tellement imprévisible, tellement mystérieux... Alexa ne savait pas prévoir ses réactions. Elle était toujours dans le doute quand elle faisait face à Severus Rogue, et ce depuis toujours. De toute façon, qui pouvait se vanter de connaître parfaitement le sombre professeur de potion ? Dumbledore peut-être... Mais il était désormais relégué au rang de tableau, alors bon... De toute façon, c'était comme ça, on n'y pouvait rien. Elle ne cessait de le répéter : on ne changerait pas Severus Rogue. Mais elle espérait tout de même sincèrement qu'il irait mieux.

- Oh ! s'exclama-t-elle alors. Et les recommandations tiennent toujours. Venez au QG si vous vous sentez mal.

Oui, elle était têtue. Très même. Elle n'atteignait pas encore le niveau de Rogue, mais cela ne saurait tarder. Alexa était une Gryffondor, non ? Est-ce qu'on pouvait faire plus têtu ? La jeune femme ne pensait pas. Et puis, de toute façon, elle était en droit de faire ces recommandations. Jusqu'à preuve du contraire, Severus Rogue restait son patient. C'était elle qui s'en était occupée, avec, certes, quelques petits problèmes, mais quand même. Elle l'avait soigné. Et une blessure de ce genre ne guérissait jamais totalement. Elle était certaine de revoir Rogue en tant que patient. Peut-être pas immédiatement. Elle ne l'espérait pas. Mais un jour... Enfin, pour l'instant, il allait bien. C'était le plus important.

- Bien. Je vais y aller. Au revoir, professeur.

Alexa se tourna alors vers la cheminée, jeta une poignée de poudre de Cheminette et disparut dans les flammes. Elle se retrouva alors comme les autres fois dans la petite maison de passage. Elle se sentait déjà fatiguée mais elle préféra ne pas se laisser tenter par le sofa qui lui ouvrait grand les bras. Elle sortit et transplana jusque sur le perron du QG. Elle atterrit tant bien que mal et dû se retenir au cadre de la porte d'entrée pour ne pas s'écrouler. Ses jambes recommençaient à trembler. Elle se dépêcha alors de rentrer de monter les escaliers. Au passage, elle indiqua à Lisa qu'elle ne pourrait pas assurer les autres soins de la journée et qu'elle la laissait gérer, puis elle alla s'enfermer dans sa chambre et se jeta sur son lit.

Elle s'endormit comme une masse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Visite à domicile (PV Alexa C. Turman)

Revenir en haut Aller en bas

Visite à domicile (PV Alexa C. Turman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde :: Demeures
-