POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 02/02/2016
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Kimeria MacFusty


MessageSujet: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Sam 6 Fév 2016 - 18:16

Le soleil naissant des Hébrides était accueilli par un regard bienveillant. Celui d'une gamine à peine réveillée, mais qui savait quel jour on était. Difficile de ne pas y avoir songé, toute la famille n'arrêtait pas d'en parler depuis une semaine, autant dire que seul la dragoncelle aurait effacé cela des esprits.
C'est un jour comme un autre, songea Kim en se détournant de la fenêtre pour attraper des vêtements posés balancés là la veille au soir. Elle passa le couloir sans trop faire attention autour d'elle et se dirigea vers la salle de bain pour prendre une douche. Elle en sortit un quart d'heure plus tard pour retourner dans sa tanière et s'allonger sur son lit en feuilletant le dernier magazine sur les dragons que sa sœur lui avait ramené.
Elle ne descendit qu'une demi-heure plus tard, sa tignasse blonde encore humide, pour arriver dans le hall de la maison. Personne, pas un chat, ou un rat, ou quoi que cela puisse être, ou plutôt ne pas être dans le cas présent. Haussant les épaules, elle passa par la case cookies dans la cuisine, avant de sortir sur le pas de la maison pour grignoter. Difficile de se dire que d'ici quelques heures il y aurait du monde ici. Combien viendraient ? Elle ne le savait pas, mais elle espérait ne pas avoir à s'occuper d'eux.
Il fallait le dire, ça n'était clairement pas son idée, et elle trouvait ça … disons de mauvais goût. Elle n'aimait pas trop qu'on lui force la main, et préférait inviter des gens qu'elle connaissait et avait choisi pour découvrir sa vie, là, elle n'avait pas eu le choix. Qui a eu cet idée ? Papa ou maman ? Peut être un peu des deux, ça n'arrangeait rien de se dire que l'un comme l'autre était coupable, ce qui était fait, était fait et il fallait gérer, assumer. D'accord c'était intéressant de visiter une réserve de dragons, mais quand même, c'était foutrement dangereux. Le groupe aurait beau être encadré par le clan MacFusty, si une merde arrivait, c'était le meilleur moyen pour voir son existence sociale et sa bonne réputation détruites, si réputation il y avait.

Qu'on se le dise clairement, la gamine était anxieuse. Aucune de ses amies ne viendrait, cela avait été décidé par les concernées, et de ce fait, Kim ne connaissait personne du groupe qui allait arriver. Elle ne voulait pas qu'on la reconnaisse, elle, tout ce qu'elle voulait, c'était qu'on lui foute la paix, qu'on ne s'occupe pas d'elle, qu'elle n'existe pas à leurs yeux. Et forcément, il fallait que ça soit elle qui doive aller les chercher, encore un long périple, à n'en pas douter, et heureusement que sa sœur avait accepté de venir avec elle, sinon elle aurait probablement fait un accueil des plus déplorables.
Déjà elle n'aimait pas parler en public, encore moins à des gens qu'elle ne connaissait pas, et surtout pas dans son cadre de vie. Qui avait donc accepter de venir faire un truc dangereux dans le trou du cul du Royaume-Uni ? Pas quelqu'un de normal déjà. Sûrement les intellos qui aimaient étudier, ou ceux dont les parents étaient de véritables sangsues constrictors ( comprendre par là les avoir toujours sur le dos et qui sont étouffants ). Kim aurait pu faire partie des élèves qui subissaient ça, mais ses parents étaient bien trop occupés pour pouvoir l'envoyer faire ces trucs de bons élèves. Du coup, elle restait à la maison ou donnait la main, un truc que seul les enfants d'extérieurs pouvaient comprendre.
De toute manière, elle aurait fait pâle figure au milieu de ces élèves bosseurs. Vrai qu'elle n'était pas la meilleure élève, ni la plus mauvaise d'ailleurs, elle avait des notes correctes sans être excellentes, et avait sa matière préférée et détestée, à savoir respectivement soin aux créatures magiques et histoire la magie. S'il lui arrivait de briller en soin, et d'obtenir fréquemment un optimal, elle n'avait guère plus qu'un acceptable en histoire de la magie, et tournait plutôt aux alentours de piètres réguliers. Cependant, et c'était là une source de fierté latente, elle n'avait jamais obtenu plus qu'un troll, ce qui était un exploit quand on voyait l'acharnement de mauvaise foi qu'elle attachait à cette matière. Mais elle n'était pas là pour penser école, ça n'était qu'une journée, de balade et d'accompagnement, rien de plus, Poudlard n'était pas prêt de rouvrir quand on voyait les dégâts subis. Bon plan pour elle, cela signifiait qu'elle pourrait très probablement rentrer directement au RCCM après sa majorité et travailler avec ses parents dans la réserve. Peut être partirait elle un peu comme sa sœur, pour voir les autres dragons, mais ça n'était là qu'une idée provisoire et non un projet réel, de toute façon, toute sa vie était là et elle ne voulait pas s'en aller.

L'heure du repas approchait, et avec elle le coup de feu et de pression de la mère MacFusty. Ça n'allait pas être la fête de toute manière et Kim ne s'attendait pas à autre chose qu'une bonne grosse montée d'adrénaline avant une après-midi tendue. Finissant son biscuit, elle soupira avant de se relever et de s'étirer un coup, histoire de ne pas être totalement stressée. Elle retourna mettre la table pour quatre avant de sortir à nouveau mais pour se promener. Elle passa à coté du parc avec les chiens, rentra dans la cabane pour prendre son balais, un nimbus 2001 récemment acheté par ses parents, pour le boulot évidemment, et puis elle s'envola pour admirer un peu son chez elle qu'elle appréciait tant.
La petite Pouffy sourit devant cette vue. Au pied de la grande colline, il y avait un petit plateau avancé vers la mer. Surplombant les falaises, le groupement de bâtiments MacFusty se trouvait là. On pouvait voir un hangar, deux ou trois maisons en pierre, dont une clairement plus grande que les autres, et un chemin de sable qui ressemblait à une piste de décollage. La mer s'écrasait contre les falaises de la côte, falaises que l'on pouvait apercevoir sans le moindre problème alors qu'elles s'étendaient encore et encore. Le grand hangar métallique contenait du lisier, l'odeur étant retenue par une barrière magique, il n'y avait rien de gênant mis à part la vue. De l'autre coté, il y avait quelques cabanons pour le rangement de divers outils, ainsi que les niches des chiens du clan qui aboyèrent au passage d'une inconnue. Être gardien de dragons signifiaient aussi être plus ou moins fermier, ou tout du moins être capable de gérer du bétail, pour nourrir les bêtes en cas de disette. Mais ça, qui le savait en dehors des gens du milieu ? Personne ne se doutait de cela, et elle aurait très certainement une réputation de paysanne après la venue des autres élèves. Mais concrètement, quel habitant du pays du chardon ne l'avait pas …
Rien ne l'empêchait tout de même d'apprécier cette vie, perdue, loin de tout et proche de rien, si ce n'était des dragons, dont on devinait la présence sur les îlots lointains, îlots dont elle s'approcherait une fois encore l'après-midi qui venait, mais pas seule comme d'habitude. Secrètement, elle espérait une chose, ne pas passer à proximité de Veyperon, elle le connaissait, et savait pertinemment que tout le monde ne pouvait comprendre qu'on puisse avoir un lien privilégié avec une créature réputée très dangereuse et tout le tralala. Si même ses parents ne savaient pas tout, et étaient pourtant très tolérants à ce niveau, un inconnu crierait à la folie, mais un jour viendrait, où elle pourrait montrer à tous qu'elle avait eu raison de rêver.

En parlant de rêver, elle n'avait pas fait gaffe à l'heure qui tournait, et se trouvait donc surprise de voir sa mère arriver en transplanant dans la cour, et se dépêcher d'entrer dans la baraque en pierre. On y était, le grand rush arrivait. À contrecœur, mais ne pouvant délaisser sa pauvre génitrice, la miss se résolut à descendre de son perchoir, atterrissant, posant son balais, entrant dans la maison. Sa mère, stressée au possible, ne prit guère plus de temps pour la saluer qu'un simple bisou sur le front avant de lui demander de finir les préparatifs du repas. Et si Kim n'était pas cordon bleu, elle se devait d'improviser, le commis ayant tout de même un chef suffisamment compétent pour s'en sortir.
Une vingtaine de minutes plus tard, entrèrent alors les deux autres membres encore présents de la famille, le père MacFusty et la sœur aînée, Valéria. On aurait pu se demander pourquoi Demethrius, le frère cadet n'était pas là, tout simplement parce qu'il avait décidé de passer quelques jours chez ses grands parents maternels pour ne pas avoir à subir cette corvée de réception d'inconnus. Il fallait dire qu'il n'était pas en bons termes avec les autres membres de la famille et qu'il ne partageait absolument pas leur passion. Mais là n'était pas le sujet, les absents faisaient toujours de bons coupables de toute manière, et les deux nouveaux arrivés n'en faisaient pas partie. Ceux ci saluèrent la petite dernière, s'excusant du retard pour cause de tracasserie administrative, le ministère ayant tout de même demander l'aval du RCCM avec toute la paperasse qui s'imposait.
Autour du repas, on discuta des derniers détails de la visite, comment le groupe allait être géré, qui se chargeait de quoi, quelle serait la marche à suivre en cas d'attaque. Et si Kim aurait préféré que le groupe soit divisé en deux pour en avoir moins à gérer, son père lui répondit qu'ils n'allaient pas être si nombreux que ça, tout du moins pour ce premier jet de visite. Masquant un soupir intérieur, elle ne se sentait vraiment pas de devoir faire ça tous les jours … toujours était il que l'objectif de la journée était déjà de survivre à cette dernière.
Une fois la mangeaille terminée en vitesse, il fut convenu que le comité d'accueil serait exclusivement féminin et jeune, en l’occurrence, Kim avait été désignée pour cette tâche, et après avoir grommelé, elle avait reçu le soutien de sa sœur qui allait l'accompagner. Car se rendre au point de rendez-vous n'était pas tout près, et les Hébrides étaient tellement loin de tout, surtout là où elle habitait, que Kim n'aimait pas se rendre en ville, mais la chose était cette fois ci obligatoire.

Un dernier coup d'oeil, on respire et on se lance.


***************************************


Les deux sœurs parcouraient les rues tranquilles de la ville de Portnahaven. Difficile de ne pas voir le lien de parenté, car toutes les deux avaient des cheveux très clairs, Kimeria plus que sa sœur, mais elles se ressemblaient vraiment, il n'y avait pas de doute permis. Ces cheveux très clairs, ses peaux pâles, elles avaient tout en commun et appartenaient bien au clan MacFusty, elles le portaient sur elles. Outre la différence de taille, les tenues contrastaient entre l'une et l'autre.
Valeria avait opté pour son habituelle robe noire  assez longue et serrée qui lui affinait la silhouette, celle qu'elle mettait la plupart du temps pour aller travailler, surtout depuis qu'elle collaborait avec les mystères. Kim, quant à elle, avait enfilé une de ces tenues passe-partout, robe discrète et assez ample qui cachait le peu de formes qu'elles avaient, un tissu commun pour un banc clair estival très enfantin. On devinait là le monde qui les séparait.
La conversation était calme et posée alors que les deux jeunes filles marchaient, elles parlaient souvent mais guère de la vie de Kimeria, cette dernière ne s'étendait dessus qu'en cas d'extrême nécessité. Sa sœur, pourtant bienveillante, avait selon elle commis une énorme bourde en écrivant au ministère pour la visite, on ne lui avait pas fait confiance sur ce coup là, et cela se ressentait un peu dans leur relation, mais voilà, chacun reconnaissait ses torts et il fallait avancer. Les deux s'entendaient bien, contrairement à leur frère qui avait largement pris ses distances et le parti de ne pas traiter avec elles. Tout semblaient les opposer, si bien qu'il n'était pas rare qu'il y ait quelques tensions entres les aînés de Kimeria, cette dernière assistant, souvent impuissante, aux engueulades. Mais pas aujourd'hui, il y avait autre chose sur la table.
Les deux MacFusty arrivèrent devant le bureau de poste de la ville, là elles attendirent quelques instants avant que Valeria ne consulte sa montre et remarque qu'il était l'heure pour elle d'y aller.

« Bon, je vais y aller,  je dois récupérer les autorisations et les décharges au ministère. Les autres élèves devraient arriver d'ici peu, je reviens vite … bisous ma puce, à tout à l'heure.»

Elle déposa un bisou amical sur le front de sa sœur avant de s'engouffrer dans la ruelle à coté du bâtiment moldu, endroit par lequel se faisait la majeur partie du transit sorcier du coin.

« Reviens vite ...»

Désormais seule, elle regarda autour d'elle, cherchant des adolescents de , espérant la voir arriver d'ici quelques dizaines de secondes. La petite Poufsouffle prenait soin de détailler chaque personne autour d'elle, ne souhaitant pas rater un élève perdu qui ne devait pas connaître la ville. D'un coté il y avait le stress de rencontrer des inconnus et de l'autre l'excitation de passer de bons moments dans la réserve et de peut être se faire des amis, même si elle n'y croyait pas vraiment. Ce mélange la rendait étrangement nerveuse et heureuse. D'un coté elle avait hâte et de l'autre non … en attendant, elle cherchait toujours quelqu'un, peut être avaient ils sans le savoir croiser sa sœur ? Curieux tiens, elle le saurait probablement au repas ce soir, c'était amusant de se dire ça. N'osant pas faire plus, elle continua de scruter du regard les environs à la recherche d'elle ne savait trop quoi.
Fermant les yeux un moment, elle laissa le soleil caresser doucement sa joue, le vent frémir dans ses cheveux clairs, elle souffla, et profita de ces quelques secondes de tranquillité. Kim rouvrit les yeux, on y était, le vrai début de cette drôle de journée.

Les frangines MacFusty:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 6ème année

| Serpentard ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 25/09/2015
Parchemins postés : 262



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Niklaus Schulz


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Dim 7 Fév 2016 - 23:46

L’année 1998 avait l’école de sorcellerie Poudlard détruite. Au terme d’une longue campagne, Lucius Malefoy est élu Ministre de la Magie fin Août, infligeant une lourde défaite à son opposant Merliniste, Kingsley Shackebolt. Ce 25 Août 1998 marquait un moment décisif dans la politique sorcière anglaise puisque le mouvement puriste était légalement élu avec Malefoy à sa tête. Quoi de plus logique quand celui-ci avait axé sa campagne sur la réouverture de Poudlard. C’était des centaines de parents inquiets qui avaient demandé à ce que des mesures soient prises au plus vite pour permettre à leurs petites têtes blondes de reprendre l’école au plus vite. L’administration, forte de son succès, promis la réouverture au plus vite. Septembre, Octobre, Novembre, Décembre passèrent et les protestations des parents commencèrent à se faire entendre. Pas de communication de la part du Ministère de la Magie ou de Malefoy lui-même et aucune nouvelles sur l’avancement des travaux alors que la réouverture était prévue pour Mars. Où étaient passées les promesses du Ministère ? Est-ce qu’on s’était foutu de l’électorat ? En Janvier, on attendit le discours du Ministre avec impatience, mais les semaines passèrent et toujours rien, ce ne fut que fin Janvier qu’on entendit enfin le discours de bon vœux du Ministre. Sans surprise, la réouverture de Poudlard fut repoussée, provoquant la colère des électeurs ayant voté pour Malefoy puisqu’aucune nouvelle date n’avait été donnée pour la réouverture. La nouvelle idée du Ministre fut largement commentée. Ouvrir l’école dans le ministère lui-même ? Certaines parties du ministère étaient dangereuses, que dirait les dignitaires étrangers en voyant une horde d’élève traverser l’Atrium et qu’en était-il de la tranquillité des travailleurs. Autant dire que l’idée était loin de faire l’unanimité parmi le peuple.

Arriva ce qu’il devait arriver. Les taxes pleuvaient depuis plusieurs  mois déjà, les puristes organisaient fête sur fête mettant au paroxysme le mécontentement des parents. Dès Décembre, on voit un collectif de parents s’assembler, décidant d’une part de se constituer partie civile pour attaquer en justice le gouvernement Malefoy parce qu’il met en péril la scolarité et donc l’avenir des étudiants. Certes, les directives sont claires, prenez en charge la scolarité de vos enfants en attendant que l’école soit reconstruite, mais qu’en est-il des enfants dont les parents n’ont pas les capacités intellectuelles ou n’ont simplement pas le temps de prendre en charge les dites études ? Et si jamais l’école n’était de nouveau opérationnelle d’ici la période d’examen, les élèves en cinquième et septième années passeraient-ils d’officie où y devraient-ils refaire une année supplémentaire ? Ces multiples questions et le désir de faire quelques choses pour ses élèves laissés à l’abandon par certains parents avaient donc poussé plusieurs parents à créer un collectif.  Ce collectif, financé par quelques politiciens du Mouvement pour Merlin et des parents avait également pour but de proposer cours et encadrement aux étudiants désœuvrés.

En général, Niklaus évitait ce genre de truc comme la peste. Sa mère – pour ne pas changer -  avait été enthousiasmée en entendant parler de l’idée. Elle en avait parlé à son mari qui avait décidé qu’il fallait soutenir ce genre d’initiative. Ils avaient donné de l’argent anonymement, et même si Niklaus avait un professeur particulier, ils essayaient de l’inscrire à certaines activités pour qu’il se fasse des connaissances. Comme dit plus tôt, l’enthousiasme de l’adolescent était donc très réduit quand il s’agissait d’aller à ce genre de truc. Ici, il avait fait une exception à la règle, ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait contempler des dragons. La réserve des Hébrides n’était généralement pas ouverte au public et c’était un groupe très restreint qui allait pour y accéder. Pour une fois, Niklaus, réellement intéressé par l’activité, avait décidé d’y aller.

Pour cette visite, ces parents lui avaient expliqué qu’il avait tout de même fallu obtenir l’aval du Ministère, mais également du RCCM pour tout organisé. Du haut de ses seize ans, Niklaus était loin de s’intéresser aux détails techniques, et le seul point qui retenait son attention, c’était les dragons. Le matin qui devait voir l’activité s’organiser, il se retrouva au ministère ou un peu moins d’une vingtaine d’élèves et quelques accompagnants étaient présents. Ils partiraient par Portoloin par groupe de cinq pour aller à Portnahaven où les attendait un représentant de la famille McFusty qui tenait la réserve.

Niklaus avec toute sa ponctualité allemande arriva dans les premiers. On l’inclut donc le premier groupe à partir et c’est probablement pour ça qu’il ne vit pas Cassidy qui faisait également partie de l’expédition.

« Premier groupe, par ici. », criât-on.

Il se dirigea vers l’accompagnant, un type assez jeune dans la trentaine qui tenait une vieille chaussure délacée. Ils posèrent tous leur main sur l’objet et quelques secondes après, ils étaient  à Portnahaven. Niklaus regarda autour de lui, appréciant le soleil qui remplaçait avantageusement la grisaille londonienne. Rien que pour ça, ça lui semblait valoir le coup.

Il s’éloigna un peu groupe puisque leur accompagnateur semblait chercher leur personne de contact. Il regardait un peu les boutiques en attendant lorsqu’il bouscula et fit tomber une jeune fille aux cheveux pâles, habillée en blanc. Gallant, il lui tendit la main pour l’aider à se relever :

« Désolé, je ne vous ai pas fait mal au moins ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1023



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Lun 8 Fév 2016 - 19:26

"C6"

"touché!"

"D6"

"Coulé, je suis sûre que tu triches bon sang!"

La partie de bataille navale entre Cassidy et sa grand mère prit fin lorsque Demelza entra dans la pièce, un parchemin à la main.

"Cassidy-trésor, j'ai une bonne nouvelle, le ministère a enfin décidé de reprendre en main les élèves et une sortie éducative va être organisée..." Annonça sa mère de son meilleur ton faussement enjoué.

"Ouai, bonne nouvelle, bonne nouvelle, j'attends de voir..." répondit la
gamine en levant des yeux circonspects.

"Les Hébrides, pour aller voir des dragons, c'est une bo..."

"Nan c'est pourri j'irai pas!"

"Je n'ai pas dit que je te laissais le choix!"

"Rien à cirer des dragons, je te dis que j'irai pas!"

"Oh que si!"

"Non je crois pas non!"

Le ton devenait de plus en plus aigre entre la mère et la fille jusqu'à ce que Seraphita se lève et aille se mettre entre les deux.

"Cassidy Hephzibah Faulkner, tu iras. Quant à toi Demelza, il serait temps que tu apprennes à diriger une famille." Déclara t-elle d'un ton péremptoire.

D'un même mouvement la mère et la fille croisèrent les bras, affichant le même air de défi obtus, mais gardant toutes les deux la bouche close, au sein de la maison, la parole de la matriarche avait force de loi.

" Bien! Et si vous n'avez rien à ajouter, dispersion des troupes, et au trot." termina la redoutable vieille sur le même ton sans appel.




***



Cassidy se leva de mauvaise humeur le jour de la sortie. Les créatures magiques ce n'était pas, mais alors vraiment pas son truc.  Les dragons, elle n'y voyait aucun intérêt, ils étaient gros et dangereux? Soit et alors? Les géants aussi, mais personne ne s'embarrassait à emmener des élèves en sortie pour aller les voir. En plus elle en avait déjà vu, quatre, en première année, pour le tournois des trois sorciers. Pleins d'écailles et de piquants, ils crachent du feu, ouai, les guignolos en pantalon flashy devant la gare centrale aussi ils crachent du feu, et on en fait pas tout un poème.

Bon au moins elle verrait les autres, avec un peu de chance. Ils ne lui manquaient pas réellement, mais peut être qu'ils auraient une ou deux bonnes histoires à raconter. Après tout, depuis le mois de mai, il y avait dû s'en passer des choses. Puis au final, même si c'était pour voir des crétins de dragons, ça faisait toujours une journée passée loin de Londres. Cassidy se sentait devenir folle, par moment, à force de passer toute ses journées enfermée dans cette baraque, avec pour seule compagnie une chatte paresseuse et une grand mère un poil ravagée.

Elle se prépara rapidement, son uniforme de Poudlard, l'écusson rouge et or de Gryffondor bien visible sur la poitrine, sa baguette, un bouquin (on ne sait jamais, peut être qu'on la laisserait se mettre dans un coin tranquille pour lire), une plume auto-encreuse et un parchemin.

Jugeant que, comme sa fille n'étudiait pas le soin aux créatures magiques, cette sortie serait en pure perte si elle n'y mettait pas son grain de sel, Demelza avait donné à Cassidy un devoir supplémentaire sur les propriétés curatives du sang de dragon.

*Un devoir sur le sang de dragon* rouspétait justement celle ci en fourrant ses affaires dans son sac *mais qu'est-ce qu'elle croit, que je vais en saigner un, pour voir à quoi ça ressemble de près?*

Non vraiment, si Cassidy devait écrire un devoir sur les propriétés magiques du sang de dragon, elle resterait tranquillement à la maison à étudier le bouquin de Dumbledore sur le sujet, ça serait amplement suffisant.

Elle rejoignit le ministère de la magie où le départ pour Portnahaven devait se faire en portoloin.

Déçue, pour l'instant elle était la seule Gryffondor du petit groupe, aucun de ses condisciples n'avait semblé vouloir participer à ce raout, dommage. Qu'est-ce qu'ils faisaient donc? Ils ne pouvaient quand même pas tous être en train de (encore) pleurer la mort de saint Potter? Quoique.

N'importe, tout ce monde là lui donnait mal à la tête et elle alla se trouver un coin tranquille pour patienter. L'heure du départ approcha, et un type tenant un vieux godillot à la main leur dit d'approcher. Décidément c'était un pur plaisir cette journée, non seulement il fallait aller voir des grosses bestioles inintéressantes au possible, mais en plus il fallait tripoter une vielle pompe crasseuse pour y arriver.

Le souffle court, elle débarqua dans le petit village. Et jeta un regard circonspect aux alentours, tout en essayant de repérer le comité d’accueil.

*Bonjour trou-du-cul-paumé-sur-mer*

Non, elle était formelle, la campagne, elle aimait pas ça.

A défaut du RCCM, elle aperçu deux connaissances : Niklaus et Kimeria. Elle avait connu l'un sur le chemin de traverse et l'autre était en cinquième année comme elle, elles avaient déjà eu des cours en commun, mais sorti de ça, elles ne s'était jamais adressé la parole, enfin pour autant que Cassie s'en souvienne.

Elle s'avança d'un pas tranquille pour les saluer tout les deux.

"Hey Schulz et MacFusty ! Comment va ?"


Dernière édition par Cassidy H. Faulkner-Nott le Mer 10 Fév 2016 - 21:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    |  Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    avatar
    Date de naissance du joueur : 15/10/1987
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 23/01/2016
    Parchemins postés : 60



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Owain Gallagher


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Mer 10 Fév 2016 - 0:38

Il en avait entendu parler, par des élèves, des parents, enfin des clients en gros. Des personnes qui allaient et venaient dans sa boutique, achetant des livres ou non, les ouvrants pour la plupart, afin d’y jeter un coup d’œil. Owain laissait faire, parce qu’il comprenait l’envie de lire des gens et, même si sa librairie n’était pas une bibliothèque, il ne voulait certainement pas priver les gens d’une bonne lecture, même pour quelques minutes. Lui en profitait bien après tout, affalé sur un fauteuil derrière son comptoir, parfois nu, plus souvent habiller avec un gâteau, et une tasse de thé. Enfin bref, il avait entendu parler de cette sortie et avait grandement envie d’y aller. Cela devait être chouette de voir de vrais dragons, pour de vrai, des machins crachant du feu et potentiellement, non ce n’était pas le mot, certainement dangereux plutôt.

Owain s’y voyait déjà, à chevaucher un dragon et, contempler le paysage vu d’en bas, volant tellement haut dans le ciel, plus haut qu’aucun balai ne pourrait l’emporter. Ce n’étaient que fantasmes bien entendu, ce qui n’empêcha pas le jeune homme d’échafauder toute une histoire sur cette simple image, tout en expliquant à son père en langage des signes (normal hein, vu qu’il était sourd), qu’il devait partir pour la journée et lui confiait donc la librairie. Le vieux paternel n’était jamais loin de toute manière, parfois Owain avait l’impression d’avoir un associé, ce qui n’était pas si mal, à bien y réfléchir. Tellement obnubilé par le simple fait de voir des dragons, de si belles créatures, que notre cher libraire avait omis un détail : aujourd’hui, il ne portait aucun vêtement, à part de grandes chaussettes à rayures jaunes et noirs, lui conférant une certaine allure que l’on pourrait qualifier de tout à fait ridicule. C’est ainsi, qu’il se trouva nu dans Pré au lard, heureusement que sa boutique ne se trouvait pas dans la rue principale, au moins ici, il n’y avait pas grand monde.

Tout de même assez, pour que certain jette des coups d’œil effarés dans sa direction, ce qui exaspéra le jeune homme, les gens étaient ils tous obligés d’être si prude ? Haussant les épaules, Owain transplana, d’une part parce que c’était plus rapide, et aussi parce qu’il ne voulait pas abîmer ses chaussettes, de plus, il faisait un peu frais non pour se balader sans vêtements (certes enfant, il avait supporté température plus rude, il s’adoucissait en vieillissant). Arrivé chez lui, une petite maison à l’extérieur du village avec un ravissant jardin (envahi par les lutins et autres petites créatures de ce genre), Owain enfila en vitesse des vêtements qui se résumèrent à des chaussures, une robe et cape de sorcier, prenant également sa baguette, ne sortant jamais sans pour ainsi dire. Puis, n’oubliant pas de nourrir son armée de chat, il sortit pour transplaner de nouveaux, cette fois-ci direction le ministère.

Il y trouva un petit groupe, composé essentiellement d’adolescents, ce qui n’était guère étonnant, la sorti après tout avait un but éducatif (d’après ce qu’il avait compris en tout cas). Imitant le reste du groupe, notre libraire se trouva transporter, à l’aide d’une vieille godasse, au village ou devait commencer la visite. Owain n’aimait pas les porteloins, voyager de la sorte avait toujours eu le malheur de lui donner des nausées, de ce fait, il se sentis plutôt malade quant ils arrivèrent. Son teint avait viré au verdâtre et, pendant un instant, le sorcier se demanda s’il n’allait pas tout simplement vomir, là, devant tout le monde. Cela, serait tellement dommage, il ne voulait pas être malade, non pas quand il pouvait avoir la chance de voir des dragons, bordel ! Fort heureusement, à l’aide de grande inspirations, expirations, il parvint à s’en remettre, maudissant tout les porteloins, vilaines créatures !

Satisfait de ne pas avoir pourri le sol avec le contenu de son estomac (essentiellement, du gâteau), le jeune homme observa l’environnement, appréciant l’aspect général du village où il se trouvait, la campagne, c’était drôlement agréable à ses yeux. Il jeta également un coup d’œils aux autres personnes présentes, certains adolescents ne semblaient pas tout à fait ravis d’être ici, sûrement préféraient ils faire des conneries, ailleurs, ou boire une bonne biérraubeurre (quelle étrange boisson, Owain n’avait jamais supporter). Pauvres gosses, obliger d’obéir à leurs parents…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2015
Parchemins postés : 81



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
E. Maya Price


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Ven 19 Fév 2016 - 0:36

Les murs de la bibliothèque de sa chambre et éventuellement l’herbe du jardin étaient les seules choses que Maya voyait ces derniers temps. Elle travaillait, beaucoup, et lorsqu’elle avait terminé elle se promenait un peu derrière la maison. Elle parlait avec ses parents lorsqu’ils n’étaient pas trop occupés avec leurs cachotteries. Elle savait très bien dans quoi ils s’étaient engagés, elle ne comprenait simplement pas qu’il puisse la penser aussi stupide. Bien sûr ils voulaient l’épargner, mais Maya avait quinze ans maintenant, elle voyait mieux les choses, même si certaines continuaient à lui échapper.
Cependant elle voulait voir d’autres personnes, la Poufsouffle souffrait de cette solitude pesante et bien trop longue à son goût. Elle fouilla dans ses contacts un temps pour trouver quelqu’un. Elle finit par choisir une Serdaigle, à peu près de son âge et avec qui elle s’entendait plutôt bien lorsque Poudlard était encore ouvert, elle était la seule personne qu’elle n’avait pas trop peur d’incommoder en lui demandant de sortir, elle ne connaissait pas suffisamment les autres pour s’imposer à eux.

Le hibou revint rapidement, l’échange fut court et le rendez-vous fixé pour la semaine qui suivait, sur le chemin de Traverse. Rien de bien exceptionnel en somme.
Puis la Poufsouffle retomba sur son lit la tête dans ses oreillers, tout ça ne l’avait sortie que peu de temps de son ennui complet. Elle n’avait maintenant plus rien à faire et n’avait même plus envie de chercher. Elle s’était déjà presque résignée à ne plus rien faire de sa vie lorsque Susie, intriguée, vint se poser sur son lit. La Poufsouffle se laissa rouler sur le dos et caressa longuement la tête de sa chouette avant de lui donner du miam hibou.
En entendant sa mère monter les escaliers, elle se dépêcha de remettre Susie dans sa cage, hors de question qu’elle supporte un sermon, surtout pas aujourd'hui.
La femme, plutôt grande, entra dans la chambre de sa fille et avec un sourire chaleureux sur le visage lui indiqua d’un geste qu’elle avait quelque chose à lui dire.


« J’ai reçu une lettre de Jane, apparemment des parents se sont organisés et prévoient tout un tas d’activités pour les élèves désœuvrés comme toi. Ça a l’air sympa, d’ailleurs je crois que je vais me renseigner pour le rejoindre. Enfin bon. Ils organisent une sortie dans les Hébrides pour aller voir des dragons ! Des dragons Enfy ! C’est pas dingue ? Ça te tente non ? Allez dis oui ! »

Grace Price sautillait maintenant dans la pièce comme une adolescente de treize ans, et Maya ne put s’empêcher de rire en la voyant faire. Elle se leva de son lit avant d'accepter l’offre, bien entendu. Jamais elle n’aurait idée de refuser une proposition pareille, c’était une trop belle occasion, voir des dragons n’était pas permis à tout le monde et elle, Maya Price, petite Poufsouffle sans prétention se voyait offrir cette opportunité.
Elle laissa sa mère redescendre et sortit de nouveau Susie de sa cage, enfin elle allait pouvoir faire quelque chose d’excitant, ça faisait bien longtemps.

Les jours défilèrent très vite, Maya les passait à s’imaginer là-bas, devant les dragons, elle mourrait d’impatience, si bien que lorsqu’il fut temps pour elle de partir elle faillit oublier toutes ses affaires sur le canapé.
Mais elle arriva finalement au point de rendez-vous sans encombres et attrapa le portoloin en même temps que certains de ses camarades et l’accompagnateur. Peu habituée à ce genre de voyages, elle dû rester immobile quelque secondes pour que la terre cesse de tanguer autour d’elle. Lorsque ce fut chose faite, elle s’engagea sur le chemin que tout le monde venait de prendre, elle savait où elle était, Portnahaven, elle savait le placer sur la carte – elle avait vérifié plusieurs fois – mais elle ne connaissait vraiment pas le coin et pour cause, à part pour aller à Poudlard, elle n’avait jamais mis les pieds en Ecosse.

La jeune Poufsouffle jeta un regard rapide aux élèves présent et tenta d’en reconnaître quelques-uns. Tiens, Jessie, son amie Serdaigle, n’était pas venue. Hmm. Tant pis, elle ferait sans elle, ça lui donnerait l’occasion de se faire des amis, on n’en avait jamais trop. De loin elle put reconnaître une blonde, qu’elle avait déjà croisé en cours elle ne savait plus si elle était Gryffondor ou bien Serpentard. Peu après elle vit quelqu’un qu’elle connaissait déjà un peu mieux et pour cause elles partageaient la même maison et étaient arrivées à Poudlard la même année. Maya était fière de pouvoir dire qu’elle connaissait les noms et les visages de toutes les personnes de sa maison de la 3ème à la 7ème année. Elle savait se contenter de peu.
Kimeria était déjà entourée deux élèves, la fameuse Gryffondor/Serpentard de tout à l’heure et un autre garçon que Maya n’avait jamais eu l’occasion de croiser, peut-être était-il beaucoup plus vieux qu’eux, il n’en donnait pourtant pas l’impression. Guillerette, c’est presque en sautillant qu’elle s’approcha du petit groupe. Elle s’était rapidement remise du choc du transport par portoloin et avait retrouvé toute sa bonne humeur, celle-là même qu’elle avait tendance à perdre lorsqu’elle restait trop longtemps enfermée chez elle.


« Bonjour tout le monde ! Kimeria ! Tu vas bien ? »

Elle ponctua sa question d’un large sourire et d’un geste de la main.
Persuadée qu’elle passerait un moment exceptionnel dans les Hébrides, elle n’arrivait pas à tenir en place et devait se retenir pour ne pas se montrer trop enthousiaste, le but n’étant pas de faire fuir tout le monde. Elle était aussi ici pour se faire des amis après tout.
Elle entendit deux ou trois personnes grogner au loin mais n’y prêta pas attention, rien ne pourrait venir gâcher cette journée, c’était absolument impossible, elle en était persuadée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 26/02/1992
Âge du joueur : 25
Arrivé sur Poudnoir : 02/02/2016
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Kimeria MacFusty


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Sam 20 Fév 2016 - 23:44

]
Cela avait un peu blessé Kim de savoir que personne de son groupe d'amies allait venir. Les amis, c'étaient ces gens qui étaient là dans n'importe quelle situation, bonne comme mauvaise, des gens qui se donnaient pour vous sans forcer attendre un retour. Une main tendue à un moment où on ne s'y attendait pas forcément, un sourire quand tout va mal, une petite tape dans le dos pour rassurer, un bonjour pour améliorer une journée maussade, l'ensemble de ces petits trucs avaient le don de rendre meilleur le quotidien de quelqu'un qui sait se réjouir des choses simples de la vie. Kim en faisait partie, ou s'efforçait d'en faire partie, elle avait sa notion bien à elle des petites choses de la vie. Par exemple, pour elle, voir un dragon passer au loin par sa fenêtre le matin en se levant, ça fonctionnait bien, presque aussi bien que sentir l'odeur des biscuits à peine sortis du four quand elle sortait de sa jambe. C'était bête, mais ça marchait bien avec elle, elle avait la banane toute la journée après ça, sans allusion simiesque aucune, bien évidemment. Enfin, elle se contentait de ça pour le moment, paraissait que pour certains, c'était l'odeur du napalm qui les faisait triper, elle n'avait jamais essayé, elle ferait probablement plus gaffe la prochaine fois qu'un dragon décide de cramer une partie de la côte, si cela pouvait être comparable. Après tout, brûler c'était brûler non ? Bon bien sûr, il y avait plusieurs degré d'atteinte, entre le doigt qui traîne sur la plaque chauffante ou le mec tout juste sorti du four, sans considération nazie bien évidemment, on distinguait le carbonisé du grillé, du cuit, ou à point, voir même bleu. Tous ces mots étaient bien beaux, mais distinguer la cuisson d'un reste de moldu un peu trop aventureux ou malchanceux, avouez que ça demandait : du boulot dans un premier, puis de l'expérience en la matière. Mais en général, qui disait fondue moldue, peu importe l'origine du moldu, ça signifiait du boulot pour les MacFusty, à tel point qu'à certains moments de leur vie, ils avaient hésité à demander une dérogation au ministère pour laisser les enfants utiliser la magie en dehors de l'école pour donner un coup de main. Vrai, quand vous avez un lézard géant volant à rattraper ou une quarantaine de moldus à passer par la case sortilège d'amnésie, ça n'était pas du luxe que d'avoir deux ou trois baguettes en plus. Bien qu'en ce moment, le laxisme d'origine purement administrative avait de quoi arranger un peu tout le monde, entre les réformes, les changements de postes, l'absence d'école, et tout le bordel politique, on laissait facilement passer un sort par ci par là, même s'il n'était pas improbable qu'un petit papier vienne vous rappeler que 'c'est pas bien de faire de la magie en dehors de l'école', et oui mais con, ton école, tu la mets où ? Dans ton cul ou ailleurs, peu probable qu'un gamin y aille, mais là n'est pas la question. Quoi que pour certains … anyway.

Kim était loin de tenir ce genre de raisonnement, petite innocente et pure jeune fille peureuse de cru écossais bien travaillé par des générations de scottish accent, elle n'avait jamais vraiment attiré les autres. Pas de petits copains, pas même un, rien de rien, elle était invisible, transparente à la gente masculine, à tel point qu'elle avait toujours sur elle l'image de la bonne copine qui n'y connaissait rien mais à qui on demandait des conseils, des fois qu'elle ait appris quelque chose par merlin dans un rêve la veille, sait on jamais …
Personne ne la connaissait vraiment en fait, on savait vite fait qui elle était, plus ou moins en fonction de si les dites personnes étaient ou non dans la même maison ou dans les mêmes cours, mais Kim ne disait pas grand chose, voir même rien. Les plus acides auraient dit d'elle qu'il s'agissait d'un bon animal de compagnie, fidèle toutou qui collait aux basques des autres, ou simple plante verte a but décoratif, elle était une jeune fille qui n'avait jamais vraiment été adaptée au 'social'. Son enfance y était pour beaucoup. Petite dernière de la famille, un frère et une sœur plus âgés, elle avait toujours été chouchouté, et ne s'en rendait pas toujours compte, son plan de vie était le même depuis sa venue au monde, elle reprendrait la suite de ses parents, et ça lui convenait bien comme ça.
La gamine n'était pas ingrate d'ailleurs, même si elle avait ses petites habitudes et caprices parfois, à quinze ans, elle n'était pas encore entrée dans l'âge ingrat. Aussi curieux que cela puisse paraître, pas de crise d'ado en vue, pour le moment. La miss était facile à vivre, encore plus à Poudlard, elle avait sa bulle, son univers, personne n'y entrait, et elle vivait très bien avec. Sa vie, c'était la réserve, les dragons, et rien d'autre.

Cela ne l'avait tout de même pas empêcher de râler à propos de la visite. D'ailleurs, les autres élèves ne devaient même pas savoir que c'était elle qui servirait d'accueil, elle était tellement invisible que seule une minorité devait savoir qu'il s'agissait d'elle. Selon toute vraisemblance, il ne pouvait y avoir que deux types de personnes qui pouvaient s'en douter : ceux qui avaient suivi des cours de soins aux créatures magiques lorsqu'il était vaguement question de dragons ( autant dire à peine dix minutes sur toutes les séances effectuées ) ou les filles de Poufsouffle de cinquième année qui avaient fait un peu gaffe à son coin à elle, difficile de ne pas remarquer les magazines de dragons ou quelques photos. Ajouté à cela, le premier jet de visite de la part du ministère, la probabilité qu'une personne d'un de ces groupes fassent partie de la visite : infinitésimale.
D'ailleurs, elle même n'était pas sûre de reconnaître les autres élèves, vaguement de vue ou de nom, mais rarement les deux, d'où le problème récurrent.
De ce fait, elle guettait sans vraiment de convictions, son attention diminuant drastiquement en fonction des secondes qui s'écoulaient, jusqu'à subir un choc d'un angle mort. Peu coriace, et encore moins épaisse, elle fut projetée au sol, tombant sur le dos, et grimaçant de douleur. En essayant de se rattraper sur les mains, elle s'était assez éraflée. Fronçant les sourcils sans avoir l'air méchante, puisque de toute évidence elle ne représentait pas la moindre menace, elle ne dit pas un mot, le temps de comprendre ce qu'il se passait. Regardant son agresseur, inconnu pour ainsi dire, quelle surprise, elle sentit que quelque chose n'allait pas. Il avait beau lui parler, elle était dans ses pensées, dans sa bulle, et quelque chose clochait, du coup, le garçon n'existait plus.
D'un regard presque alarmé, elle chercha autour d'elle. Sa main 'blessée' vint machinalement chercher dans ses poches et … merde, elle avait disparue !

Ignorant le gars, Kim repéra un bout de bois quelques centimètres plus loin, et sans plus réfléchir que ça, elle se jeta à moitié dessus, le ramassant le plus vite possible pour éviter tout problème. Les moldus ne savaient rien du monde de la magie, autant dire qu'ils ne savaient pas à quoi correspondait une baguette, mais Kim avait été élevé dans le but de ne pas briser le secret magique, comme tous les gamins de ces derniers siècles. Quand il lui arrivait d'aller chercher du bétail chez les paysans du coin, avec ses parents, elle ne disait jamais trop grand chose, par peur de faire une bêtise, elle n'était jamais seule en présence de moldus, simple précaution, et là, voilà qu'elle avait peut être commis une faute grave. Fourrant son bois de vigne dans sa poche, elle vit une blonde arriver, blonde qui harangua les deux ados par leur nom respectif. Cela voulait il dire qu'elles se connaissaient ? Kimeria n'en avait foutrement aucune idée, de visu, sa tête lui rappelait vaguement quelque chose, mais de là à avoir un nom … une autre élève de Poudlard ! Le groupe était donc là, mais pourquoi ne les avaient elles pas vu ? Pas d'uniforme, voilà le pourquoi du comment, en même temps, c'était logique, mais elle n'y avait pas vraiment pensé. Et pour l'instant, il n'y avait que cette fille et … ce gars inattentif, pas d'accompagnateur. C'était bizarre, le groupe devait avoir un adulte pour au moins faire le trajet jusqu'à la réserve, peut être ne s'agissait il pas du groupe. Après tout, les sorciers avaient le droit de se balader en terrain moldu, mais avouez que la coïncidence d'en croiser dans le trou du cul de l’Écosse ...

Se relevant d'elle même, sans attraper une quelconque main tendue, elle se sentit triste l'espace d'un instant. Il n'y avait d'amie à elle ici, elle était seule, et le comprenait à moitié maintenant. La petite Kimeria MacFusty, toujours entourée, était pourtant seule, livrée à elle même. Une larme aurait pu effleurer sa joue, si par pudeur elle n'avait pas considéré les autres, la jeune fille était sensible, un peu trop peut être, son propre bien passait par le celui d'autrui, elle voulait partager cela, vraiment, mais elle s'en révélait socialement incapable, trop pudique, trop peu confiante en elle pour oser. Elle devrait, elle le savait, mais elle n'avait pas la force de sa sœur, la détermination de son frère, ni encore moins l'aplomb de ses parents. Peut être que c'était ça son identité, mais dans ce cas, elle ne considérait pas cela comme très glorieux.
Sans Veyperon, elle n'aurait très certainement pas pu accepter le peu qu'elle était, elle se lisait en lui, comme personne ne pouvait faire échos à son être, et personne ne pourrait le comprendre, du moins elle le croyait, peut être était ce cela qui faisait fuir les autres. Oui. Peut être sentait il que son cœur était comme déjà occupé ? S'ils savaient … tous … s'ils le ressentaient, le vivaient.

Perdue dans ses pensées, elle ne réagit pas vraiment, elle était ailleurs, loin, très loin, et rien ne semblait pouvoir l'enlever à ce songe éveillé. Si une petite chanson avait pu la bercer, elle aurait été comme enveloppée par ce manteau mental invisible, étreinte de bonheur, où plus rien ne pouvait lui enlever ce sentiment unique, de se donner, de recevoir, et d'être bien.
Le regard dans le vide, perdu, aussi blanc ou presque que ses cheveux, elle aurait voulu ressentir ça tout le temps, et si seulement quelqu'un pouvait lui apporter ça …
Il fallut une voix un peu plus familière pour la faire cligner des yeux.

« Bonjour tout le monde ! Kimeria ! Tu vas bien ? »

Elle regarda avec un petit sourire, officiant de première réponse à celui de sa camarade, la jeune fille s'approcher à sa manière. Kim la connaissait, enfin comme Kimeria pouvait connaître quelqu'un d'extérieur à son cercle intime, mais pas en dehors de son entourage. Maya, dont elle ignorait totalement le nom complet, était de la même année qu'elle en plus d'appartenir elle aussi à Poufsouffle. Toutefois, les deux se connaissaient sans se connaître, faute d'appartenir au même groupe d'amies, elles se parlaient parfois, comme on peut parler à un voisin, à un collègue que l'on verrait tous les jours. À cet instant, en ce lieu hostile, Maya était bien la seule présence familière un peu rassurante qu'elle trouvait à proximité, il ne fallait pas plus pour qu'elle se raccroche à cela et s'ouvre un peu plus à la discussion, sans pour autant être totalement à l'aise.
Elle ignora inconsciemment les deux autres pour détailler son amie de fortune et lui répondre de sa petite voix peu assurée et timide :

« Bonjour Maya … »

Elle tiqua sur le tu vas bien, assez spécifique, en regardant sa main éraflée, sans en comprendre principalement le sens premier, elle répondit de manière assez hors sujet.

« Ça va, c'est rien … »

Elle dépoussiéra un peu sa robe, toujours partiellement dans sa bulle. Peut être que les autres allaient la prendre pour une débile égoïste, sans savoir qu'elle était un peu particulière … surtout au niveau de sa vision des choses. Kimeria n'était encore qu'une gamine, qu'il s'agisse de son esprit ou de son corps, elle n'avait rien d'une jeune femme, et cela se ressentait aisément.
Une fois cette courte tâche terminée, la question qu'elle posa se révéla assez stupide, mais elle ne le comprit pas vraiment.

« Tu viens pour la visite ?»

Comme si elle pouvait être là pour autre chose, elle doutait de beaucoup de choses, et passait souvent pour plus niaise qu'elle ne l'était, mais la jeune fille était ainsi faite. Dans son empressement, elle ne laissa pas sa collègue répondre, et ajouta en parlant vite, comme si elle avait fait une bourde quelconque et qu'elle devait se rattraper.

« Ma sœur est partie au ministère pour chercher les autorisations, elle va vite revenir … »

Elle n'avait pas forcément fait gaffe au fait que les gens ne savaient peut être pas que ses parents géraient la réserve. Vrai qu'il fallait la connaître un minimum et partager un peu d'intimité avec elle pour le savoir, peut être Maya avait elle été au fait de ça, lors d'un passage près de la table de nuit de son amie de fortune au dortoir. Pour les autres, peut être avaient ils, dans leur perspicacité des grands jours, noté que la gamine n'avait pas fait le voyage avec eux, et qu'il pouvait s'agir du comité d'accueil. Quoi qu'il en soit, elle fut surprise de ne pas voir d'adulte avec eux, et demanda maladroitement, toujours en regardant pudiquement Maya, par confort au détriment des autres qu'elle ne connaissait pas et avait peur de fixer au cas où elle serait mal à l'aise.

« Vous … vous avez pas d'accompagnateur ?»

De son air surpris et introvertie, comme hermétique au propre du contrat social, à savoir l'échange, elle regardait, presque paniquée, l'autre Poufsouffle, en quête d'une réponse. Elle ne voulait pas que cela se passe mal … pas lors de la première visite, pas devant les autres élèves de l'école. L'anxiété comment ça à monter tout doucement, elle voulait que tout se passe bien aujourd'hui ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1023



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Ven 26 Fév 2016 - 19:07

Elle posa sur les deux adolescents déjà présent un regard plein de malice.

« Oserai-je te demander ce que tu as fait à cette jeune fille pour qu'elle est l'air aussi déboussolé ? » persifla Cassidy en s'approchant de Niklaus.

Si elle se permettait d'apostropher le Serpentard avec autant de légèreté, c'est qu'elle savait d'avance qu'il ne se vexerait pas pour si peu, il lui avait déjà prouvé lors de leur première rencontre qu'il partageait son goût de la plaisanterie mordante et de l'ironie grinçante.

En tout cas, Cassidy trouvait la présente situation absolument réjouissante, il y'avait là assez de matériel pour taquiner Niklaus pour au moins dix ans, voir plus si elle se montrait créative. Mais sa campagne de sous entendus graveleux à peine commencée fut déjà interrompue par l'arrivée de deux autres participants : une autre élève de Poufsouffle, décidément les cinquième année s'étaient déplacées en masse, pression parentale pour les BUSEs, sans doute, et un adulte, totalement inconnu au bataillon lui par contre.

Elle leur adressa un salut désinvolte, et comme les deux Poufsouffle semblaient se connaître et engageaient la conversation dans leur coin, elle reporta son attention sur son copain allemand.

« Quoi de nouveau, vieux satyre ? » apostropha t-elle en riant.

Tant que le nouveau dans la vie de son camarade n'incluait pas une demande insistante de la part de la mère de ce dernier de rencontrer les parents de Cassidy, elle serait ravie de l'entendre. Dans le cas contraire, il serait toujours envisageable de couper momentanément les ponts afin d'éviter à tout le monde se moment très gênant.

Pour l'instant Niklaus était le seul du petit groupe qu'elle était contente de retrouver, et pour cause, c'était le seul qu'elle connaissait réellement. Elle n'avait en commun avec les deux autres que leur condition de cinquième année et le fait d'avoir partagé quelques cours en commun, en des temps déjà quasi immémoriaux. A Poudlard Cassidy n'entretenait que peu de relations avec les élèves qui n'étaient pas de sa maison, si ce n'est son oncle Théo, et un ou deux autres semis permanent de l'infirmerie. Et de plus, l'an dernier, son statut de sang pur et de petite fille de mangemort avait contribué à l'isoler encore d'avantage des autres élèves.

Cette sortie aurait pu être l'occasion de se sociabiliser un peu, à voir, elle attendrait un peu pour savoir si ça valait le coup de se rapprocher de tout ce monde là. Mais en attendant, elle préférait se raccrocher à Niklaus qu'elle connaissait et appréciait, et croiser les doigts pour que d'autres Gryffondor pointent le bout de leur baguette, on allait quand même pas laisser les Poufsouffle dominer le groupe ? Si ?

« Attends, marche, bouge pas ! C'est toi qui t'occupe de la visite ? » demanda t-elle à Kimeria avec une moue dubitative.

Visiblement la jeune fille n'était pas très à l'aise en public, alors si elle devait promener tout un troupeau d'ados dans une réserve de dragons, ça allait encore être soigné cette sortie scolaire. Elle reconnaissait bien là la patte d'incompétence façon usine à gaz des associations de parents... Il était grand temps de rouvrir Poudlard avec un vrai directeur à poigne pour remettre de l'ordre dans ce lupanar administro-éducatif.

« Mon père m'a dit que le ministère avait essayé d'organiser une escorte pour l'occasion, mais ils ont pas réussi à mettre la main sur les préfets de Gryffondor » lâcha t-elle, hilare.

D'un léger coup de coude dans les côtes de Niklaus, elle en profita pour l'éclairer sur la finesse de sa plaisanterie, puisqu'il était profane en hiérarchie Poudlarienne

« Granger & Weasley, pour ton information. »

Insolente devant l'éternel, la mort de Potter ainsi que la fuite de ses deux fidèles amis étaient une source inépuisable de plaisanterie pour Cassidy. On aurait pu penser quelle s'en lasserait, mais non, les mois défilaient et c'était toujours aussi drôle.

Retrouvant un peu de son - sérieux -, elle apostropha Owain qui n'avait rien demandé, avec la politesse et la délicatesse qui la caractérisait, la douceur d'un scroutt à pétard moyen quoi.

« Hey m'sieur l'adulte, c'est vous l'accompagnateur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 6ème année

| Serpentard ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 25/09/2015
Parchemins postés : 262



Pensine
Mon casier judiciaire est: peu rempli
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Niklaus Schulz


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Dim 28 Fév 2016 - 15:27

Pour le commun des sorciers, voir des dragons n’était pas une chose courante. Dans l’imaginaire moldu, il était probable que dans leur histoire fantastique, ils aient l’impression qu’avoir des dragons près de soit était une chose courante. C’était une idée stupide bien entendu. Les dragons n’étaient pas des jouets et encore moins des créatures que l’on pouvait apprivoiser. Ils étaient les Seigneurs du Ciel. Leur sang, leur propriété magique, leur force et surtout leur rareté en faisait des créatures recherché, mais rare étaient ceux qui avaient le don de pouvoir travailler avec eux. Niklaus avait toujours trouvé le concept des zoos stupides. Petit, avant qu’il ne développe cette haine et frayeur pour les moldus, il se souvenait que ses parents l’avaient emmené dans un zoo moldu. Des lions, des singes, des serpents, on trouvait bon nombres de créatures dans cette espèce de cage géante. Le but de ce genre d’endroit lui échappait encore maintenant. La nécessité de garder les dragons dans des réserves étaient clair pour lui. Les créatures étaient dangereuses et pouvaient causer énormément de dégâts ainsi que révéler leur présence aux moldus. On ne pouvait pas les laisser entièrement libre s’eu été de la folie. Par contre, personne ne cherchait à restreindre de la sorte le reste des créatures magiques et personne n’auraient envisagé des les parquer dans un endroit pour venir le faire visiter aux sorciers désœuvrés. Là encore, les sorciers montraient leur supériorité aux moldus puisqu’on ne parlait pas d’animaux et bien de créatures magiques ayant le plus souvent leur communauté, conscience propre et vivant de leur façon. Bien entendu, pour contredire Niklaus, on aurait pu mettre en avant le sujet des gobelins et des elfes de maison, mais en ce qui concernait les premiers, il vous aurait répondu qu’ils l’avaient bien cherchés, quant au second, ils étaient heureux et ne vivaient que pour servir ne pleuraient-ils pas quand on essayait de les libérer ? Il ne serait jamais venu à l’esprit du jeune homme que des siècles de conditionnement étaient peut-être à la base de leur caractère et que ce n’était pas dans leur nature profonde.

Heureusement, il n’était pas là pour faire une dissertation sur l’indépendance des créatures magiques, mais bien pour voir des dragons en chair et en os. Rien qu’à l’idée, il n’en pouvait plus d’impatience. Il ne l’aurait probablement jamais dis tout haut, mais son rêve d’enfance avait été de chevauché un dragon. Oh bien sûr, depuis, il savait que c’était assez irréaliste comme rêve, mais l’idée de pouvoir en voir un ne l’empêchait pas d’être réellement exciter. A vrai dire, il n’avait d’ailleurs pas pensé aux gens avec qui il serait. L’activité en elle-même était tentante et il avait désespérément besoin de tuer l’ennui. Qui eut cru qu’un adolescent en viendrait un jour à regretter l’école. Et puis il était possible qu’il tombe sur des gens sympas. Niklaus avait cet avantage indéniable sur les autres, il savait mettre à l’aise et était donc à l’aise en toute compagnie. Il était passé maître dans l’art de se rendre agréable sans être pour autant accessible. Il était le compagnon idéal même si rarement l’ami de quelqu’un. Les amis, les vrais, il les comptait sur les doigts d’une main, mais ça les autres n’avaient pas besoin de le savoir.

En arrivant, il avait bousculé une fille et il s’était dis que c’était la bonne occasion de faire connaissance, il ne s’était pas attendu à la voir aussi effarouchée et à ne pas accepté son aide pour se relever. Elle semblait d’ailleurs ne pas faire attention à lui et elle se releva pour aller parler à une de ses connaissances. Pas vexé, ni même déconcerté pour un sous, il haussa simplement les épaules, il aurait l’occasion de faire connaissance plus tard sans compter qu’il y avait mieux pour retenir son intérêt pour le moment.

« Cassie, je ne savais pas que tu venais. »

Exception parmi les exceptions, elle eut droit à un sourire sincère de sa part même si elle ne pouvait probablement pas faire la différence. Puisqu’elle était d’humeur à badiner, il suivit le mouvement sans demander son reste :

« Ma chère, vous vous méprenez et me prêtez de fausses intentions. », répondit-il de sa voix la plus guindée.

Désignant du doigt sa victime, il se défendit :

« J’ai bousculé la demoiselle par inadvertance et je ne faisais que tenter de venir à son secours, nul besoin de faire une crise jalousie pour si peu, je n’ai d’yeux que pour vous. »

Il lui fit une fausse révérence en lui lançant un sourire moqueur. Ainsi était pris celui qui croyait prendre.

Puisque les deux Poufsouffle semblaient se connaître, il discuta un moment avec Cassie pendant que le groupe se mettait en place.

« Rien de particulier. La vie me semble d’un ennui tellement mortel que je me suis dis que cette sortie scolaire était une bonne idée. Bon, en vrai, je dois bien l’avouer,  j’ai toujours été fasciné par les dragons. »

Il désigna son écharpe verte et argent et signala :

« Sinon, je m’intègre et prends les couleurs de ma maison, je crois qu’elles me vont comme un gant, tu en penses quoi ? Et toi, qu’est-ce que tu deviens ? »

Ils n’avaient pas vraiment eu l’occasion de se croiser depuis leur petite excursion dans l’Allée des Embrumes.

Ils discutèrent un moment avant de s’approcher des deux filles de Poufsouffle dont celle qu’il avait bousculé tout à l’heure semblait faire partie de l’organe organisateur. Cassidy – probablement à raison – avait l’air assez dubitative sur la façon dont l’association des parents avait organisé l’évènement. Coupant court, il entreprit de se présenter pour détendre un peu l’atmosphère :

« Cassie, tu pourrais me présenter au moins. Tu sais que je débarque de nulle part. »

Offrant un sourire aux jeunes filles, il se présenta donc lui-même :

« Je suis Niklaus Schulz, j’ai été transféré cette année à Poudlard. Je viens de Salem. Je connais déjà Cassidy, mais je n’ai pas encore eu le plaisir de rencontrer d’autres condisciples de Poudlard. »

Ce qui avait de bien quand il était avec Cassidy, c’est qu’il avait un peu l’impression d’être Hitcher et Hatcher, deux comiques sorciers assez connu dont le premier était d’une correction et d’un sérieux sans faille tandis que l’autre mettait toujours les pieds dans le plat. Niklaus ne faisait que rarement de vague, tandis que Cassidy était un monstre de délicatesse qui fonçait dans le mur avec une régularité étonnante.

Il rit à sa blague parce qu’il la jugeait drôle une fois qu’on l’eut éclairé sur l’identité des anciens préfets de Gryffondor tout en se disant qu’il aurait évité de faire une blague pareille sans connaître l’opinion politique des gens présents. Passant d’un sujet à l’autre plus, elle se tourna vers l’homme qui semblait être leur accompagnateur et s’en fut l’apostropher. Se tournant vers Kimeria il demanda :

« Il a en effet l’air d’être un accompagnateur, tu le connais ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2015
Parchemins postés : 81



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
E. Maya Price


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Lun 29 Fév 2016 - 11:56

Avec l’arrivée de Maya, un petit groupe commençait à se former, rien de bien extravagant mais on pouvait peut-être considérer ça comme un bon départ, enfin si les gens continuaient à affluer. Sinon tant pis, ce n’est pas la Poufsouffle qui râlerait, elle avait toujours trouvé plus simple de faire connaissance et d’être au plus près du sujet lorsqu’elle était en comité réduit.
Ceci dit elle n’était pas tout à fait perdue ici, pas qu’elle aurait été excessivement gênée elle avait plutôt tendance à se faire des amis facilement, il y avait Kimeria. Si les deux jeunes filles ne se connaissaient pas au point d’en être meilleures amies, elles avaient le même âge et appartenaient à la même maison, forcément ça créait des affinités.
La demoiselle avait eu l’occasion de croiser MacFusty dans la salle commune ou en cours de temps à autres et si elles n’avaient jamais beaucoup parlé, la blonde n’avait pas l’air mauvaise et pour l’instant ça suffisait amplement à Maya.


- Bonjour Maya … Ça va, c'est rien … Tu viens pour la visite ?

Maya répondit d’un sourire aux salutations hésitantes de Kimeria et ignora sa seconde réponse, elles ne devaient probablement pas avoir compris la même chose, peu importe, ça n’avait absolument rien d’important, ce n’était que pures formalités. Quant à savoir si elle venait pour la visite ça paraissait relativement logique et Kimeria sembla s’en rendre compte ou être tout particulièrement pressée puisqu’elle enchaîna presque automatiquement mais surtout très rapidement sur autre chose avant même que Maya ait eu le temps de penser à une réponse.

- Ma sœur est partie au ministère pour chercher les autorisations, elle va vite revenir …

Bien. Elle ne savait pas si elle devait s’inquiéter ou non du fait que le clan MacFusty n’ait pas encore les autorisations mais elle se figura qu’il devait y avoir une explication parfaitement logique derrière tout ça et laissa couler, elle n’était pas vraiment embêtante comme demoiselle. Si Maya avait tout d’abord pensé un peu naïvement que la jeune MacFusty était elle aussi ici pour assister à la visite, elle se ravisa en prenant pleinement conscience de ce que la phrase de sa camarade de maison impliquait. Cela étant dit, ça paraissait relativement logique, lorsque l’on partageait un dortoir avec Kimeria MacFusty on ne pouvait que remarquer sa passion, son obsession même, pour les dragons. Elle se souvenait avoir inspecté plusieurs fois du regard le coin de son interlocutrice, comme elle l’avait fait, d’ailleurs, avec toutes les autres filles de son dortoir. Maya était curieuse mais surtout elle était toujours avide d’en apprendre plus sur les autres, elle aimait connaître leur vie, leurs peines, leurs passions, sa curiosité ne se limitait pas au domaine scolaire.

Si l’on devait étudier le coin de Maya on se rendrait vite compte que sa passion principale est sa famille, la table de chevet, comme le petit bureau et l’espace qui lui était alloué sur le mur étaient recouverts de photos d’elle et ses parents et de lettres de ces derniers, elle n’avait pas de posters de quidditch ou de groupes musicaux en vogue, ça l’intéressait bien entendu, mais pas assez pour trouver une place sur son mur. Ensuite on remarquerait la citrouille. Beaucoup, beaucoup de citrouille, même la plupart de ses articles scolaires et de ses habits étaient de cette couleur. On la retrouvait sous toutes ses formes, des bonbons, des gâteaux aromatisés, du jus – bien sûr – ce genre de choses, même elle avait peine à comprendre parfois d’où elle tenait cette passion, ce n’était pourtant pas la chose la plus trépidante au monde mais elle s’en contentait.
Puis il y avait ses livres, eux étaient entassés au fond de sa malle elle n’avait pas la place de les ranger correctement.

Pour en revenir à Kimeria, bien sûr elle aurait pu simplement être une passionnée là pour la visite mais ses affirmations faisaient dire le contraire à Maya, pas que ça soit très important pour elle de toute manière, elle était juste contente de la voir, qu’elle organise la visite ou qu’elle ne la suive.
Quant à sa sœur, peut-être l’avait-elle croisée sur le chemin, c’était possible, mais elle avait tellement peu fait attention qu’elle n’avait pas dû la remarquer, tant pis, elle la verrait lorsqu’elle serait de retour.
C’est après sa dernière question que Maya se rendit compte que sa camarade ne s’adressait qu’à elle et qu’elle évitait soigneusement de regarder les deux autres élèves qui avaient donc préféré se mettre à parler eux aussi de leur côté, Maya trouva ça quelque peu dommage, elle préférait largement être inclue dans des discussions de groupe c’était nettement plus sympathique.
Kimeria demanda s’ils étaient venus accompagnés et si Maya se souvenait plutôt vaguement d’avoir été escortée par quelqu’un lorsqu’elle avait emprunté le portoloin elle ne se souvenait plus si cette personne était restée ou si elle était juste chargée de faire le transport. Elle ne tilta pas tout de suite que ça pouvait être l’homme un peu étrange qu’elle avait remarqué du coin de l’œil tout à l’heure. Elle bafouilla un peu en cherchant une réponse jusqu’à ce que la demoiselle qu’elle avait identifiée comme étant Cassidy Nott – ou Faulkner, ou peut-être les deux elle n’en était pas sûre, elle sortait ça d’un vieux coin de sa mémoire – n’apostrophe l’homme en question en lui demandant s’il n’était pas l’accompagnateur.


« Apparemment si. Mais il ne s’est pas tellement présenté donc je n’en suis pas certaine. »

A peu près au même moment, le garçon inconnu de tout à l’heure se présenta. Niklaus Schulz. Fou comme ça sonnait allemand. Si la gamine avait été plus portée politique et plus intéressée par le jeu des ambassades, elle aurait peut-être su ou aurait deviné qu’il avait un lien avec l’ambassadeur allemand en Angleterre, Hansjörg Schulz, mais là elle était dans le flou le plus complet.
Elle le salua de nouveau d’un mouvement de la main avant de se présenter elle-même.


« Maya Price, je suis en cinquième année chez Poufsouffle, enfin j’étais, j’imagine que c’est un peu différent maintenant. »

Il fallait reconnaître que sans Poudlard, les maisons n’avaient presque plus aucun sens ou en tout cas ça en avait clairement moins, mais c’était plus par habitude qu’elle citait sa maison à Poudlard, et aussi parce qu’elle était extrêmement fière de faire partie de la maison d’Helga Poufsouffle.
Elle aurait voulu poser plein de questions sur Salem à Niklaus mais en même temps elle ne voulait pas se montrer excessive c'est pourquoi elle continua d'une manière plus sobre.


« Je suis ravie de te rencontrer Niklaus, j’espère que tu t’adaptes bien à l’Angleterre et surtout que tu auras vite l’occasion d’étudier à Poudlard. »

Alors ça c’était moins sûr, vu comme c’était parti, elle ne savait pas s’il ne serait pas diplômé avant que les élèves ne puissent mettre de nouveau un pied à l’intérieur de château qui avait vu grandir des générations de sorciers.

« Au fait Kimeria, comment est-ce qu’on se rend jusqu’à la réserve en partant d’ici ? »

Elle aurait peut-être eu sa réponse en patientant un petit peu mais la question lui passa par la tête alors elle la posa, c’était aussi simple que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1023



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs] Mer 16 Mar 2016 - 19:24

« Mouai, mouai, on dit ça... » puis elle agita un index soupçonneux sous le nez de Niklaus « Mais attention, je t'ai à l'œil ! »

Si Cassidy se permettait de jouer au « petit couple » de façon aussi désinvolte avec Niklaus, c'était car elle savait que tout ceci ne portait pas à conséquence et que pour le jeune homme non plus, ce n'était rien de plus que de la comédie.

Du moment que l'histoire du « fiancé » -même prétendu- n'arrivait pas jusqu'aux oreilles d'Hypérion Nott, la virilité du jeune homme ne risquait rien.

Puis ça l'amusait de laisser les autres croire qu'elle pouvait avoir un petit ami, et de se sortir de son image de garçon manqué un peu frappa-dingue, pour être comme toute les autres gamines de son âge. Alors si le reste voulait croire que c'était sérieux entre eux, qu'ils y aillent, tient! Ça leur donnerait de quoi causer.

Puis c'était amusant car tout les opposait tellement qu'ils finissaient par se compléter: la distinction et la discrétion de Niklaus faisait valoir la vivacité et l'énergie de Cassidy et vice versa.

« Serpent... » se contenta t-elle de commenter en désignant l'écharpe verte et argent de son camarade et pointant ensuite son propre écusson rouge et or.

D'ailleurs en y regardant de plus près elle devait être la seule a avoir mis son uniforme de Poudlard pour la sortie. Pourtant c'était extrêmement pratique pour permettre de se retrouver. Et les moldus? Quoi les moldus? Les moldus ne remarquaient jamais rien, sans quoi ils se serraient aperçus depuis longtemps que des sorciers vivaient parmi eux. Et même si ils avaient croisé un groupe d'élèves en robe, ils auraient sans doute simplement pensé que ceci n'était rien d'autre qu'une de ces écoles privée fantaisistes en balade, elles étaient florissante ces dernier temps.

« Moi? Oh ma mère en a marre de me voir à la maison, alors elle m'a forcée à participer à cette sortie et pour être bien sûre que je ne m'amuse pas trop elle m'a collé un devoir sur les propriété curatives du sang de dragon. »

C'était l'un des aspect extrêmement Serdaiglien de la personnalité de Demelza, tout divertissement qui n'avait pas au moins un fond éducatif était une pure perte de temps. Et comme l'éducation de Cassidy était la priorité numéro un de sa vie, elle était constamment sur son dos pour s'assurer qu'elle ne s'adonnait à rien de trop futile.

« Ma mère vit avec l'angoisse permanente que je néglige ma scolarité. »

Et il y avait de quoi, si elle avait laissé faire Cassidy à sa guise, celle ci vivrait en pyjama entre un pile de bouquin d'histoire de la magie et une autre d'étude des moldus, sans se préoccuper du reste. Si, de son chat, mais Nietzsche n'étant qu'une créature non magique, elle n'avait aucun intérêt (enfin pour Demelza.)

« J'me tracasse pas pour toi, t'es assez grand pour te présenter à tout ce beau monde sans mon aide. »

D'ailleurs il se tira très bien tout seul de ce périlleux exercice, et sûrement mieux que si c'était sa camarade qui s'était chargée de son introduction.

Elle adressa ensuite à Maya une moue admirative, c'était une leçon d'accueil et de politesse rondement menée, Cassie  avait beaucoup à apprendre de cette jeune fille.

« Ouai, et moi c'est Cassidy Faulkner-Nott, Gryffondor, cinquième année et ministre de mon cul sur la commode. » Non, elle était irrécupérable.

Elle jeta un regard circonspect à Owain qui restait silencieux dans son coin, puis chuchota en direction des autres.

« Nan, il a pas l'air d'un accompagnateur, lui, il a l'air bizarre, c'pas pareil. »

Puis elle se tourna vers Kimeria et lui demanda avec sa proverbiale délicatesse:

« Ça vient cette visite ou on s'la taille en biseau? »

L'astrologie prétendait qu'elle était Lion ascendant scorpion, pur mensonge, elle était Scroutt ascendant à pétard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs]

Revenir en haut Aller en bas

Aller chatouiller un dragon qui dort [Pv Visiteurs]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde
-