POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Protecteur des Re'ems ;; Membre du RCCM
    | Protecteur des Re'ems ;; Membre du RCCM

avatar
Date de naissance du joueur : 02/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2016
Parchemins postés : 18



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 10PV
Simeon Rosenthal


MessageSujet: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Sam 30 Avr - 23:59


Simeon Rosenthal


Identity



Mon nom  est Simeon Rosenthal mais on me surnomme parfois Simon, parce que les gens oublient de prononcer le "e", mais je vous jure qu'il y a une différence. J'ai 28 ans. Je suis originaire de Londres où j'ai vu le jour le 29 février 1970. Je suis actuellement célibataire, mais je le vis bien. J'ai étudié à Poufsouffle où j'ai obtenu un O en ASPIC de Soins aux créatures magiques et en botanique, un EE en métamorphose et un T en Défenses contre les Forces du Mal (oui, j'ai honte) et je travaille comme je peux, enchaînant les petits boulots minables sur le Chemin de Traverse. Je suis né-moldu. Ma baguette est un bel objet relativement souple et très agréable à tenir en main de 26,78 centimètres en bois de hêtre, pourvue d'un crin de licorne et mon patronus est un chevreuil. Enfin, on dit que je ressemble à Anton Yelchin.

We know who you are...


♦ Famille : Simeon est le cadet d’une fratrie de trois enfants. David, son aîné de trois ans, est un trentenaire affirmé et sûr de lui, tout ce que n’est pas Simeon. C’était un gamin assez populaire à Gryffondor, apprécié de ses camarades, joyeux et vif, qui n’apprécia pas voir sa cote de popularité baisser lorsque son petit frère entra à son tour à Poudlard. En effet, ce petit frère peu confiant et le nez un peu trop plongé dans les bouquins causa du tort à l’adolescent, entraînant davantage de tensions dans une relation fraternelle déjà en dent-de-scie.
David, c’était le garçon impatient d’avoir un petit frère avec qui partager toutes ses aventures, rêvant de lui voir apparaître, lui aussi, des capacités magiques, et qui se retrouva avec un petit freluquet qui se cassa la jambe à la première branche de l’arbre qu’ils escaladaient et ayant pour plus grande prouesse de Sorcellerie de changer la couleur des ailes d’un papillon. Si, en vérité, c’était effectivement une jolie prouesse de métamorphose pour un garçonnet de six ans, ce n’était pas vraiment du goût de l’aîné un rien plus frondeur.

Quant à Sarah, c’est la benjamine, de deux ans la puînée de Simeon. Énergique et fonceuse, elle a le caractère tumultueux de leur grand-mère. Bien évidemment, elle n’eut aucunement besoin du soutien et de la protection de ses deux frères lorsqu’elle entra à Poudlard, d’autant qu’elle aurait été bien en peine de trouver la deuxième chez Simeon. Gryffondor comme son premier frère, ils devinrent tous deux plus proches l’un de l’autre lorsqu’ils prirent de l’âge, tandis que Simeon, lui, s’éloigna par la force des choses de la fratrie avec laquelle il partageait bien peu.

Oui, Simeon est un peu comme la troisième patte d’un canard, mais il n’y a pas que des points négatifs au sein de leur famille. Car, en vérité, les frères et sœur ont quoi qu’ils en pensent un énorme point commun, assez important et extraordinaire pour qu’ils conservent l’un pour l’autre, malgré leurs différends, malgré certaines incompatibilités de caractère, une certaine promiscuité et une compréhension de l’autre plus aiguisée qu’eux-mêmes ne le soupçonnent. Issus d’une famille de confession juive et parfaitement moldue, ils ont tous trois été découverts comme sorciers par le Ministère de la Magie. Et ça, dans un monde moldu, ça rapproche, même quand on est enclin à se chamailler.

Malgré tout, Simeon a de grandes difficultés avec eux, en particulier avec sa sœur, qui lui en veut de n’avoir pas rejoint l’Ordre du Phénix lorsqu’il en eut l’occasion, préférant « fuir lâchement » comme elle le lui répète, plutôt « qu’oser enfin se comporter comme un homme ». Son éloignement géographique n’aida pas à aplanir la situation et, aujourd’hui, s’il a revu David, il n’a pas réussi à renouer vraiment avec Sarah. De son côté, Simeon se sent profondément blessé par le jugement implacable de sa sœur, tandis que de l’autre, Sarah ne supporte pas de ne pas voir enfin son frère affirmer ses convictions plutôt que de continuer à fuir les affrontements. Elle est persuadée que, sans la maladie de leur grand-mère, Simeon ne serait jamais revenu en Angleterre, quand bien même une grande partie de leur famille y vit. Mais enfin, nous allons revenir sur tout ça en temps et en heure. Ou au moins en partie !


♦ Avis sur la situation actuelle : Simeon est fraîchement de retour à Londres, et bien franchement, ça ne lui plaît pas plus que ça. Le sorcier a quitté le Royaume-Uni aux premiers signes de tension entre nés-moldus et sorciers, terrifié par le sombre visage que prenait la vie sorcière. Loin des conflits et de la guerre, il vécut ses propres aventures dans des lieux et des pays improbables, et son retour au bord de sa bonne vieille Tamise lui replonge brutalement les pieds sur terre. Car, s’il était parvenu à éviter plutôt bien les problèmes liés à ses origines à l’étranger, la vie est devenue beaucoup moins rose à Londres. Né-moldu, sans emploi et sans le sou, il lui coûte terriblement de devoir revenir dans ce pays raciste et ségrégationniste et supporter ne serait-ce que la mention de ces Puristes dont le seul nom le révulse.
Il éprouve un mélange de remords et de résignation face aux tensions politiques actuelles. D’un côté, sa raison lui clame qu’il a bien eu raison de ne pas se mêler de la guerre et laisser l’apanage de la force et du courage à ses Gryffondor de frère et sœur pour rester loin, très loin, de la noirceur et de l’horreur. Car, il faut bien le reconnaître, si l’on est loin de la tyrannie dont Simeon avait entendu parler, au travers les journaux internationaux, la seule présence des mangemorts au Ministère est bien la preuve de l’échec cuisant de la Justice. Pourquoi se serait-il battu, au vu du cuisant échec de l’Ordre du Phénix ?
Son cœur, quant à lui, n’est pas exempt de la culpabilité d’avoir laissé frère, sœur et parents dans un monde aussi rude, leur tournant le dos pour ne pas voir ce qui lui faisait tellement peur. Il a été lâche et il en a parfaitement conscience. Seulement, que pouvait-il bien faire ? Il n’a pas les capacités de duelliste, ni la vaillance et la pugnacité de David ou de Sarah. C’est un rêveur, un extravagant, et, ses rêves brisés par l’âpreté de la vie en Angleterre, il ne serait certainement rien resté de lui.

Aussi revient-il aujourd’hui non pas par conviction, non pas parce qu’il croit en la démocratie fraîchement instaurée et représentée par l’antithèse même de l’idée qu’il se fait d’un gouvernement libre, mais pour venir au chevet de sa grand-mère malade. Une raison banale, un prétexte peut-être, à moins que ce ne soit un rappel à l’ordre ?
Toujours est-il que Simeon n’est pas du tout à l’aise dans sa ville natale et qu’il espère ne pas voir ses ascendances moldues s’ébruiter de trop. Il rêverait d’avoir enfin le courage de s’engager un peu plus, d’affirmer sans faiblir n’avoir pas honte de ses origines, mais il lui manque encore le courage de ses convictions.


Marginal ♦ Timide ♦ Sensible ♦  lâche ♦ ouvert d’esprit ♦ charitable ♦ curieux ♦ impressionnable ♦ bordélique ♦ passionné par la métamorphose et les créatures magiques ♦ inventeur de cocktails et boissons improbables ♦ amateur de thés de toutes sortes ♦ ne tient pas l’alcool ♦ adore la musique et fredonne souvent ♦ grand amateur de fondants du chaudron et de fizwizbiz ♦ a secrètement peur des hiboux et autres chouettes (vous avez vu les yeux qu’ont ces bestioles ?) ♦ Déteste Celestina Moldubec ♦ rêve de découvrir une nouvelle espèce magique ♦ est fasciné par les Re’em, qu’il aimerait voir apparaître parmi les espèces protégées ♦ a en horreur les personnalités lunatiques et les intolérants ♦ a tendance à bafouiller dès qu'il commence à être mal à l'aise ou nerveux ♦ Soutient les Canon de Chudley, car les rares fois où ils gagnent, c'est une véritable fête ! ♦ violoniste à ses heures perdues, mais ne vous attendez pas à lui voir jouer du grand classique ♦ gaucher ♦ a peur des balais depuis qu'il s'est emplafonné dans le Saule Cogneur en postulant au poste d'attrapeur de l'équipe de Poufsouffle, à douze ans.


crazyoilmachine pour Poudnoir




We know your story...


« Mesdames et messieurs, bienvenus sur notre vol à destination de Jérusalem. Nous vous invitons à éteindre vos téléphones portables et boucler vos ceintures. Je suis Lionel, votre commandant de bord, et vous informe que les conditions météorologiques sont idéales pour notre vol. La température est de 21 degrés et le vent souffle à… »
Simeon perdit le fil de ce que le pilote racontait dans son micro grésillant et regarda avec un mélange d’excitation et de nostalgie par-delà le hublot. C’était fait. Il partait. Pour la première fois de sa vie, il quittait l’Angleterre. Un sourire tout en dents mais crispé s’étendit sur son visage et il éprouva une envie de sautiller sur place. Cependant, le regard en biais de son voisin de siège l’en dissuada.
Il partait. Au fond, il en avait toujours rêvé. Il avait toujours voulu découvrir d’autres contrées verdoyantes, faire connaissance avec le soleil des pays du sud, faire la rencontre d’autres personnes, d’autres cultures peut-être plus humaines que celle fatiguée et usée par ses propres préjugés du Royaume-Uni. De l’air frais, de la chaleur, de nouveaux savoirs. Oh, comme cela le tentait !
Il n’avait plus rien à faire à Londres. Au fond, bien sûr, cela lui serrait le cœur. Derrière-lui, il laissait David, Sarah, papa, maman. Grand-mère l’avait félicité de prendre enfin son envol et lui avait raconté anecdote sur anecdote à propos d’Israël.
« Et ramène-nous enfin une fiancée ! » avait-elle exigé, pinçant la joue empourprée de son petit-fils.
Ils allaient lui manquer, mais il espérait, du plus profond de son âme, que ce n’étaient là que des aux-revoir. Ce n’était pas faute de leur avoir conjuré de laisser ces folies derrière-eux et de partir avec lui, mais il avait vite compris, à la gifle que lui avait retourné sa sœur, que ce n’était pas une option envisageable pour les courageux Gryffondor qu’ils étaient. Partout, on racontait que Vous-Savez-Qui était de retour. Les journaux démentaient, le Ministère atteignait des sommets en effort de désinformation, David et Sarah avaient rejoint l’Ordre du Phénix. Lui n’avait pas pu. Oui, il avait eu peur.
« N’as-tu rien appris de l’Histoire ? Tu crois que la solution, c’est la fuite ? Réveille-toi, Sim’ ! »
Bien sûr qu’il avait appris de l’Histoire ! C’était bien ce pourquoi il n’était pas assez fou pour rester ! Il savait très bien ce qui allait se passer si ce qu’on racontait sur le Seigneur des Ténèbres était vrai et si les choses dégénéraient effectivement. Il avait échappé, tout né moldu qu’il était, à la première guerre, et comptait bien ne pas se confronter à un deuxième épisode. Alors, le jeune homme avait empaqueté ses rares affaires, tous ses livres aux couvertures prématurément usées à force d’être lus, sa kippa qu’il n’avait plus portée depuis des temps immémoriaux et avait rassemblé ses économies pour s’acheter un billet sans retour vers la première destination qui lui avait semblé naturellement accueillante et rassurante. Il avait de la famille, là-bas. Il se ferait peut-être des amis. C’était un nouveau départ. Il n’avait plus besoin d’être le petit et insignifiant Simeon, qui n’avait d’autre courage que de se terrer dans les bibliothèques ou bien au chaud dans son lit, entouré de livres de zoologie et d’Histoire. Celui qui se cassait l’orteil de bon matin en se cognant dans la porte de l’armoire, le maladroit qui trébuchait et renversait son thé noir sur le tapis persan de la maniaque tante Rosa. Celui qui se prenait un verre d’eau en pleine face en un temps record au bar quand David le poussait vers la jolie fille qu’il regardait avec des yeux de merlan frit. David qui recommençait toujours, parce que ça le faisait rire et qu’il admirait la capacité extraordinaire que Simeon avait à se retrouver face à d’innommables pimbêches. « Un instinct sûr pour débusquer les morues ! » comme il disait. C’était vrai que ça allait au-delà du simple « pas de bol ».

Évidemment, Simeon ne se faisait aucune illusion. Il était timide, maladroit, mettait les pieds dans le plat, arrivait comme un cheveu dans la soupe, avait un visage extraordinairement prolixe en matière de changement de couleur, trahissant mieux que tout ses embarras et ses incertitudes, et il n’allait pas s’en défaire en fuyant le pays. Mais il laissait une chose, cependant, en Angleterre. Sa totale absence de talent utile. Bientôt, son Optimal en Soins aux Créatures Magiques, en Botanique et avec un peu de chance, son Effort Exceptionnel en Métamorphose allaient lui servir à quelque chose. Car il fallait reconnaître qu’ici, en Angleterre, on se fichait bien qu’il sache soigner la papatte à un croup. Demain, dans un instant, il allait enfin faire quelque chose de ses talents. Le sentiment de liberté qui l’envahissait en y pensant était extraordinaire. Il serait le meilleur ami des animaux magiques !


« Arrêteeeez-leeeeeeeEEeeeEEEeee ! »
Cours, Simeon, cours ! Tu craches tes poumons, d’accord, mais ne t’arrête pas. Ne… t’arrêtes… surtout… PAS !
Détalant comme un lapin sous barbituriques, Simeon trébucha dans une touffe d’herbe, fit de grands moulinets des bras, parti en avant et arrêta in extremis sa chute en prenant appui de la main sur le sol pour se propulser en avant aussi fort qu’il le pouvait.
« Transplane, andouille !
- Mais oùùù ? Transplaner oùùùù ?! »
Sentant l’énorme patte de la créature le frôler dans une détente toute en griffes, Simeon rentra les fesses en cherchant du regard un échappatoire. Là-bas, un gros arbre tendait ses branches vers le ciel. Il tourna sur lui-même, les griffes du Sphinx se plantèrent dans sa cape, qui se déchira sur la moitié tandis que le sorcier transplanait. L’instant d’après, il réapparaissait, échevelé et la cape en lambeaux, tout en haut du sycomore. Le sphinx freina des quatre fers et le chercha, l’air furibond. Heureusement, Youssouf parvint à force de négociations à convaincre l’impressionnante créature à retourner à son poste plutôt que de chercher à dévorer Simeon, le tout en moins d’une heure. Il n’aurait pas pu tenir plus longtemps. Mine de rien, transplaner pour se retrouver à cheval sur une branche et y rester planté sans pouvoir bouger, ça faisait mal à l’aine.
Une tige d’herbe sèche dans la bouche et les mains dans les poches, Youssouf s’avança jusqu’au pied du sycomore et leva un regard goguenard en direction du fuyard.
« Vous êtes vraiment sûr que vous voulez devenir magizoologue ? » demanda-t-il en insistant lourdement sur les mots, tout en mâchonnant son bout de paille.
« O…oui ! »
Youssouf ouvrit de grand yeux incrédules et haussa les sourcils.
« Eh beh, y a du boulot. Bon, descendez ! Y a plus de risque. Mais la prochaine fois, ne vous marrez pas en disant à un Sphinx que son énigme était facile et ne lui posez pas une colle en retour. Ça s’appelle partir du mauvais pied !
- D’acc.. d’accord ! C’est retenu ! »
Simeon gesticula sur sa branche, cherchant avec embarras un appui pour ses pieds.
« Euh… dites ? Vous auriez pas une échelle ? »
***
« Cher journal,
Ce matin, je me suis fait courser par un Sphinx. Trois jours que j’ai quitté Jérusalem et, déjà, je me demande quelle folie j’ai eu d’accepter cette mission en Égypte. C’est formateur, qu’ils disaient. Tout ce que j’ai appris, c’est que je dois me remettre au sport. M’y mettre serait plus correct. Oh, et que les sphinx n’ont pas franchement le sens de l’humour.
Quand j’étais gamin, je rêvais de voyager à travers le monde, de découvrir une nouvelle espèce de créature magique, de lui donner mon nom — le Rosenthus, j’en avais même fait un dessin — de survoler les paysages à dos de griffon et d’écrire des thèses encensées par la critique, qui révolutionneraient les Soins aux créatures magiques. Ça me semblait facile, évident, fait pour moi. Mais maintenant que je suis emmitouflé dans mon sac de couchage, dans ma tente à la toile battue par les vents glacés du crépuscule, je découvre une toute autre facette du métier. Ça ne fait que trois jours, mais déjà, j’ai tout le temps faim, tout le temps soif, j’ai chaud, j’ai cru mourir dix-huit fois d’insolation, et ce coup de soleil sur le nez ne veut vraiment pas partir. Mais cette fois, je n’abandonnerai pas. Je ne fuirai pas mon rêve, je ne le laisserai pas derrière-moi. Oui, un sphinx a tenté de me déchiqueter et ma seule cape est tombée au combat, mais je n’abandonnerai pas. De toute façon, qu’est-ce que je ferais d’autre ? Rentrer à Londres ? Oh, je lis les journaux. J’en mets même quelques coupures entre les pages de ce journal. Je sais ce qu’il s’y passe. C’était vrai, Vous-Savez-Qui est vraiment de retour. Quand vient le soir, toutes mes pensées se tournent vers David et Sarah. J’ai mal au ventre à la seule idée de découvrir un beau matin leur nom dans la Gazette que je me fais envoyer ici. Je suis parfaitement impuissant. Alors, le mieux que je puisse faire, c’est de persévérer ici. Oui, je vais parcourir le monde. Oui, je découvrirai une nouvelle espèce. J’accomplirai quelque chose, je réaliserai mon rêve. Parce que c’est le moins que je puisse faire. Sinon, j’aurais tout simplement fui comme le lâche que Sarah m’accuse d’être. »


***
Deux ans s’étaient écoulés. Deux ans passés à une vitesse extraordinaire, deux ans au cours desquels la peur de voir paraître les noms des membres de sa famille dans la rubrique nécrologique de la Gazette avait peu à peu cessé de le hanter, tout comme sa culpabilité d’avoir fui quelque chose qu’il ne pouvait affronter. Deux ans ! C’était des premiers mois hasardeux, des précepteurs durs à cuire qui avaient placé la barre trop haut pour le plaisir simple de traumatiser ce petit anglais d’un mètre soixante-quinze. C’était Youssouf qui l’avait finalement chargé du soin des malagrifs tâchetés après son échec cuisant auprès des sphinx, c’était encore Finkie qui l’avait sauvé du terrifiant akephalos qui l’avait poursuivi, un soir où il s’était approché de trop près d’une sépulture cachée.
Ah, et Finkie, c’était le drôle de chat qui, dès le deuxième soir, était venu faire ses griffes sur la toile de sa tente, s’était enfui à l’aube avec l’une de ses chaussures pour lui faire traverser tout l’oasis dans lequel lui et l’équipe avaient fait leur bivouac, avait pissé sur le turban de Mohamed le jour où celui-ci avait poussé Simeon dans la mare à crocodiles « pour déconner »  et qui enfin, avait décidé qu’il passerait la nuit en boule sur le dos de l’apprenti magizoologue ou consacrerait sinon celle-ci à faire ses plus horribles vocalises devant sa tente.
Finkielkraut, grand félin à l’intelligence telle qu’elle se reflétait dans ses grands yeux d’or, était un intéressant croisement de mau égyptien et de fléreur. Il avait de ce dernier la queue de lion, la robustesse et la vivacité d’esprit. Aux yeux de Simeon, il ne lui manquait que la parole. Cela dit, il ne la lui aurait donnée pour rien au monde, il pouvait être déjà assez infernal comme ça.

Quand Simeon avait dû quitter l’Égypte, Finkie avait refusé de le laisser partir sans lui. Le chat l’avait suivi dans tous ses voyages, et heureusement. De son instinct sûr, il avait beaucoup appris. On n’apprenait pas à communiquer avec les animaux au travers des livres. En revanche, ce chat lui avait appris à approcher des bêtes réputées dangereuses sans s’évanouir de panique ou sans finir par se faire courser. Quand le chat faisait le gros dos ou feulait, Sim’ savait qu’il était temps de faire machine arrière. Et quand il partait en courant, le sorcier le suivait à toutes jambes.

Deux ans. L’Égypte, la Grèce, la Turquie et même le Japon. Simeon et Finkie avaient aussi séjourné dans un coin reculé de Chine, tout du moins en avait-il l’impression, mais il en gardait un étrange souvenir nébuleux, comme s’il s’était passé là-bas quelque chose dont il ne valait mieux pas se souvenir, ce dont il aurait de toute façon été parfaitement incapable.
Mais aujourd’hui, alors qu’il s’apprêtait à prendre le large pour l’Australie, la lettre lui était parvenue, apporté par un hibou à l’air tellement revêche que Simeon avait eu les doigts qui tremblaient en détachant le rouleau de parchemin.

C’était maman. Grand-mère était souffrante, sûrement mourante. Il fallait rentrer, elle l’en conjurait. Il lui manquait, et elle avait hâte de l’entendre raconter ses histoires de bêtes fantastiques de vive voix plutôt que par courriers interposés. Alors, le passé et la peur étaient revenus. Les souvenirs d’école, les bousculades dans les couloirs, les livres brûlés, sa petite sœur prenant sa défense face à des Serpentard sous les rires généraux.
Les petits boulots minables, la ménagerie magique à récurer les cages des boursoufs, les galères d’appartement, à rester coincé chez papa et maman. Londres, ses rues pavées inondée de monde affairé, la Tamise étincelante, le chant de Big Ben, le thé earl grey. Sarah et sa rancune chargée d’incompréhension, David et son haussement d’épaules résigné, pas étonné de voir le cadet prendre ses jambes à son cou. La guerre et tous ceux qu’il avait laissé dans ce moment noir de l’Histoire. Le simulacre de démocratie dont se moquaient les journaux étrangers et qu’encensait pourtant la Gazette du Sorcier. Malefoy au pouvoir, plus hypocrite et parvenu que jamais ne l’avait été cette famille, les explosions encore régulières de violence d’un côté comme de l’autre, les mangemorts au Ministère.

Simeon tourna les yeux vers la mappemonde qui lui servirait, demain, de portoloin pour l’Australie. Il n’avait pas découvert d’espèce magique. Mais, de retour en Israël, il s’était pris de passion pour les Re’em, chassés pour leur sang par les sorciers avides de vendre ce puissant ingrédient aux potionnistes du monde entier. Là où tout avait commencé, tout semblait prendre fin.
Il devait rencontrer sur l’île un expert en créatures magiques menacées pour discuter avec lui du cas des Re’em. Il voulait monter un plan de protection. Mais l’Angleterre le rappelait.
Et au fond, l’Angleterre lui manquait terriblement. Il ne pouvait pas tourner le dos aux appels de sa mère. Il devait raconter ses histoires à sa grand-mère avant qu’elle rende son dernier souffle, même s’il ne lui apportait pas de fiancée. La famille avant tout. Tant pis, ce n’était que partie remise. Et puis, qu’est-ce qui l’empêchait de continuer son œuvre depuis Londres ?  

« Cher journal,
J’ai posé les pieds à Londres pour la première fois depuis plus de deux ans. Ça m’a fait bizarre, peur, et plaisir en même temps. Finkie est tout perturbé, sûrement parce qu’il sent que j’ai la gorge continuellement nouée. J’ai l’impression de rentrer dans une paire de bottes que j’avais oubliée et qui est devenue, entre temps, trop petite pour moi.
J’étais angoissé et inquiet, mais en même temps, fier. Parce que même si je n’ai pas encore réalisé la moitié de mes aspirations, j’ai quand même parcouru un bout de chemin. Quand je suis revenu à l’appartement familial en périphérie de la capitale, et après avoir pleuré de joie au moins autant que maman en la serrant dans mes bras pour la première fois depuis des lunes, j’étais heureux de m’asseoir à table, de voir les visages de mon père, de ma mère, de voir David — qui soit dit en passant, s’est fait une belle balafre sur la tempe — et Sarah, même si elle évitait mon regard.
Vraiment, j’étais content. Mais j’ai vite déchanté, quand j’ai voulu raconter un peu mes histoires.
« Oh, tu t’es occupé d’animaux ? C’est merveilleux ! » m’a brutalement lancé Sarah. « Nous, on a participé à une guerre. »
Ça a un peu refroidi l’ambiance, je dois le dire. En plus, Finkie a pissé sur son chandail dans les quinze minutes qui ont suivies. Il lui faudra un peu de temps pour se remettre — à Sarah bien sûr, car son chandail, lui, est fichu. Je la connais. Elle est impulsive et plus émotive qu’elle veut bien le montrer. Elle finira par se calmer. Ça me fait mal au cœur, mais ne serait-ce que pour les parents et pour grand-mère, je ne désespère pas qu’elle me laisse une chance de m’expliquer. Il lui faut juste un peu de temps.

En attendant, j’ai pas mal de préoccupations. Entre mes visites à grand-mère et ma recherche de logement, ce n’est pas la panacée. J’ai trouvé un petit boulot de serveur sur le Chemin de traverse, le temps de me retourner. C’est que je n’ose pas postuler au Ministère. Je vais me faire recevoir, avec mon nom et mes origines, non ? Je me suis fait virer de la salle après avoir renversé une soupe à la citrouille sur une vieille cliente acariâtre, et depuis, je fais la vaisselle. J’aurais peut-être dû retourner à la ménagerie magique, quand j’y pense… 
Un studio s’est libéré quelques rues plus loin. C’est une grosse arnaque et j’ai cru que son prix était une blague quand j’ai vu l’état de l’appartement, mais c’est le moins cher que j’ai trouvé. Les toilettes et la salle de bain sont à l’extérieur, Finkie et moi allons nous marcher dessus, mais on a connu moins confortable ! J’emménage demain. Le voisin de palier a l’air tout sauf sympathique. Finkie a grondé quand il l’a vu, j’espère qu’il ne lui laissera pas trop de « cadeaux » sur son paillasson, sinon je ne donne pas cher de nos carcasses !
Ah, Londres ! Je ne sais vraiment pas ce que je fiche ici, mais qui vivra verra ! »







Behind the mask


♦ Pseudo : On m'appelle Satan ♦ Age : Un jour d'hiver, dans les années 90 ♦ Fréquence de connexion : touuuus les jouuurs, je serais là. Et vous le regretterez bientôt, mwahaha. Hahahahaha ! AAAHAAAH… Hem. ♦ Avis & suggestions : C'est bien. ♦ Comment as-tu connu Poudnoir ?  J'ai suivi un cabillaud salé qui m'a montré le chemin. ♦ Multicompte : // ♦ Veux-tu être parrainé ? : Je n'ai besoin de personne NA ♦ Codes du règlement : .
crazyoilmachine pour Poudnoir

____________________________________

Je m'appelle Simeon, pas Simon !

Dans la balance de la destinée, le muscle ne pèse jamais autant que le cerveau. Et je ne dis pas ça parce que je ne sais pas me battre.



Dernière édition par Simeon Rosenthal le Dim 1 Mai - 13:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Langue de Plomb

avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 801



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Dim 1 Mai - 0:15

Bienvenue à toi :

On ne sait pas trop par quel miracle Al' a réussi à te trainer ici, mais c'est avec plaisir qu'on accueille ton superbe gaffeur *O*

Tu connais le chemin en cas de question !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | THE MOD ;; Serveur au Emerald's ;; Criminel

| THE MOD ;; Serveur au Emerald's ;; Criminel

avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 615



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Dim 1 Mai - 1:07

Oh mais j'adore, Siméon est vachement trop cool !
Bienvenue par ici, t'as déjà trouvé le chemin de la CB alors n'hésite pas Very Happy

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage

avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 16
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 102



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Dim 1 Mai - 1:16

Bienvenue sur PN ! :3

J'adore ton perso :3 Vraiment ! Si tu veux ton premier Rp sur le forum, je suis dispo quand tu veux Very Happy Envois-moi un hiboux si ça te tente Very Happy

Bisous :3

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | ORDRE DU PHENIX

| ORDRE DU PHENIX

avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1991
Âge du joueur : 26
Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2015
Parchemins postés : 94



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA5 - Sorcier Dangereux
Ma résistance magique est de: 12PV
Severus Rogue


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Dim 1 Mai - 10:17

Hellcome sur Poudnoir !

Si besoin, n'hésite pas à t'adresser aux autres membre de l'administration, mais j'ai pas envie de répondre à tes questions, t'as été méchante avec moi sur FB.

Bonne fiche !

____________________________________
DC : Lucius Malefoy
Origins : Léon Brom, Gauthier Paravell, Lord Voldemort, Stanley Hodge, Naesala Gamp
Merci d'adresser tout mp préférentiellement sur le compte de Léon Brom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Protecteur des Re'ems ;; Membre du RCCM
    | Protecteur des Re'ems ;; Membre du RCCM

avatar
Date de naissance du joueur : 02/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2016
Parchemins postés : 18



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 10PV
Simeon Rosenthal


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Dim 1 Mai - 10:18

Ahahahahah !
Si c'est comme ça, j'annule tout !




Merci tous, ça avance ! :study:

____________________________________

Je m'appelle Simeon, pas Simon !

Dans la balance de la destinée, le muscle ne pèse jamais autant que le cerveau. Et je ne dis pas ça parce que je ne sais pas me battre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre du Mouvement pour Merlin ;; Médicomage
    | Membre du Mouvement pour Merlin ;; Médicomage

avatar
Date de naissance du joueur : 03/06/1999
Âge du joueur : 18
Arrivé sur Poudnoir : 26/10/2015
Parchemins postés : 251



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Ashley C. Prewett


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Dim 1 Mai - 13:50

(re)Bienvenueeee

Bonne suite et fin de fiche :

____________________________________


Cassidy a écrit:
En vrai elle l'a pas vraiment gagné

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Protecteur des Re'ems ;; Membre du RCCM
    | Protecteur des Re'ems ;; Membre du RCCM

avatar
Date de naissance du joueur : 02/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2016
Parchemins postés : 18



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Elève Supérieurement doué
Ma résistance magique est de: 10PV
Simeon Rosenthal


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Dim 1 Mai - 13:57

J'ai finiiiiii !

____________________________________

Je m'appelle Simeon, pas Simon !

Dans la balance de la destinée, le muscle ne pèse jamais autant que le cerveau. Et je ne dis pas ça parce que je ne sais pas me battre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR

avatar
Date de naissance du joueur : 01/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 25/12/2008
Parchemins postés : 321


Choixpeau Magique


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée] Dim 1 Mai - 14:19


  Vous voilà validé !


 
Une jolie fiche, bien rédigée, très agréable à lire avec un personnage qu'on a hâte de voir en jeu. On a déjà de la peine pour lui en voyant ce qui l'attend !

Vous voilà validé, c'est parfait !
Que faire à présent ? Avant de jouer, n'oubliez pas de :


- De demander votre premier RP ici, si vous ne vous ne souvenez pas de ce qu'est le premier RP, vous trouverez cette partie du règlement ici.
- D'avoir un avatar aux dimensions demandées (200*320)
- D'inscrire votre avatar dans le registre ici et également votre patronus Ici

En jeu, n'oubliez surtout pas de :

- Prendre en compte le système des PVs et PA lorsque vous faites un duel
- Ne pas hésiter à poser des questions au Staff si vous avez des problèmes
- Participer à la vie du forum en souhaitant la bienvenue aux membres, en votant pour les top-sites, etc.
- Prévenir lorsque vous êtes absent ici.

Et pour finir :

- Amusez-vous ! N'oubliez pas que c'est un jeu, bon RP à vous.




 





 
   crazyoilmachine pour Poudnoir


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée]

Revenir en haut Aller en bas

Simeon « Wait for it… » Rosenthal [validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Bienvenue sur Poudnoir

 :: Présentation des Membres :: Adultes :: Fiches validées
-