POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Retour à l'envoyeur || Al

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 849



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Retour à l'envoyeur || Al Dim 26 Juin - 18:49


Les plans de Tom Sallybanks pour se faire du fric étaient généralement brillants. Ils flirtaient également souvent avec l'audacieux, le provocateur, le théâtral, mais aussi, et c'était sans doute pour cela que malgré une grande intelligence, une patience, et une méticulosité rares chez l'intéressé, ils allaient souvent de concert avec l'inconscience et le suicidaire. Tom Sallybanks était un parieur, un joueur : il faisait du quitte ou double à chaque coup, en pariant toujours sur lui-même. Cette dernière attitude témoignait d'un certain égocentrisme. Il était aussi flamboyant qu'il était irresponsable, aussi Robin des Bois qu'Arsène Lupin. Thomas croyait en sa chance. Il y avait un bon Dieu pour les branleurs comme lui, disait sa mère, et il était enclin à le croire, comme s'il buvait du felix felicis en permanence. Ou presque. L'épisode de la nuit précédent était là pour le lui rappeler, et cela lui tira une vague grimace, mais comme toujours, cela ne dura pas. Depuis qu'il était à Poudlard, Tom se croyait plus riche et plus malin que les autres, et à voir sa fortune, même s'il n'en faisait pas grand chose, cette affirmation était plutôt vraie, même si elle était un peu prétentieuse. Les conséquences négatives ? Oh, oui, il y en avait quelques unes, parfois. Sally l'admettait. Les retenues, lorsqu'il pariait à Poudlard. Azkaban lorsqu'il se prenait pour le roi du monde alors qu'il n'était qu'un simple batteur dans une bonne équipe de quidditch. Et Ernest Chambers maintenant qu'il était sans doute le pire des escrocs de la décennie. Mais ce n'était pas important. Ça en valait la peine.

Maintenant, est-ce qu'il était exactement sûr de vouloir impliquer Al dans tout ça ? Tom savait que son idée pouvait marcher, s'il cadrait bien les choses, s'il les expliquait bien, et s'il était un peu aidé par la chance habituelle qui le caractérisait. Salazar s'était comporté comme un con avec lui ce jour là, mais il ne pouvait pas le laisser tomber deux fois, non ? C'était moins l'appel de l'or qui guidait Sally que celui de l'adrénaline, du plan parfait, de pouvoir dire après coup «  ah les cons, on a réussi à les avoir ! ». Sur ce point, il différait beaucoup de Joseph. Son père vouait une dévotion quasi-religieuse au fric, qu'il utilisait comme un outil pour prouver qu'il n'avait besoin de personne. Mais tout de même, il n'avait pas fait tout ça pour rien, et le fait de voir tout ce fric lui échapper...ça lui brisait le cœur, en quelque sorte. Enfin, pas dans le sens sentimental. Il trouvait ça insultant et l'idée que ce gros taré de Chambers l'emporte sur lui juste parce qu'il avait l'avantage d'avoir une épée qui ressemblait à un couteau, ou le contraire, lui semblait être un défi profond lancé à son propre ego. Il n'était pas bien difficile de voir pourquoi son frère paniquait de temps en temps : Tom aurait fait n'importe pour prouver qu'il était meilleur que tout le monde.

Mais impliquer un ami ? Tout de même. Il avait besoin de Al, oui...mais ça allait être dangereux, sans doute, malgré ce qu'il vendait. Ou pas, si tout se passait bien. A vrai dire, Tom ne savait pas vraiment, ça allait être du au hasard, sans doute, mais il fallait faire confiance à cette sale bête. En plus, normalement, le plan n'avait pas de failles. Quatre-vingt-quinze pour cent de chance de réussite. Un bon ratio. Il s'était lancé dans des arnaques avec une probabilité de s'en sortir beaucoup moins élevée. Exemple, la dernière en date. Quarante pour cent, pour Chambers.

« Laisse tomber la crème, c'est pas bien grave. Je vais avoir besoin d'avoir la gueule un peu fracassée, encore. »
Tout pouvait servir à Tom. Il avait un don pour improviser et jouer de toutes les situations improbables qui frôlait, véritablement, le génie. Il secoua la fiole de potion : « Faut que je boive ça, encore ? » Il l'avala d'un coup. C'était encore plus dégueulasse que la première fois. « J'ai un plan. J'ai encore un ordre adressé à la banque pour récupérer deux cent cinquante mille gallions. Mais il faut se bouger : avant ce soir, il sera trop tard et on les perdra. »

Il jeta un coup d'oeil à l'armoire de Al, où il avait envisagé de piquer des affaires, sans voir vraiment ce qu'il y avait dedans, piqua un toast sur le plateau, et tout en mangeant, commenta :

« Je cherchais un costume, en fait. »
Il fit une pause, alluma une nouvelle cigarette, et commença à expliquer : « Si ça t'intéresse, ce fric, je vais t'expliquer. Faudra que tu fasses exactement ce que je dis, sans broncher, sans rien dire, sans poser de questions. Si tu es partant. Je t'oblige à rien. » Il désigna son vieux camarade du doigt inquisiteur : « Tu décides. Moi je propose. »

Il commença alors à expliquer, de manière claire, simple, avec des phrases rapides. Le plan s’enchaînait avec luminosité :

« Chambers a deux avocats, Melvin Fairfax et John Burgess. Je serais Fairfax, tu seras Burgess. David Hyatt, son nouvel avocat, était un escroc. Nous – Fairfax et Burgess – nous l'avons découvert. Il a déjà pris deux cent cinquante mille gallions. Moi, Fairfax, j'ai confronté Hyatt à son escroquerie. Il a voulu me tuer. J'ai réussi à m'échapper avec l'ordre. Nous allons faire disparaître l'argent pour le compte de monsieur Chambers, sur des comptes non référencés – monsieur Chambers est un bon client, nous espérons que Gringotts comprend à quel point la situation est fâcheuse, et que cette transaction ne doit pas être inscrite au registre. Nous ne sommes pas venus ici, et c'est pour cela que nous n'avons pas nos papiers d'identité. » Il fit une pause et précisa. «  Bien sûr, ces comptes n'appartiennent pas à Ernest Chambers, mais à moi, Tom Sallybanks, sous diverses identités. Ajoutons que Hyatt a deux complices qui vont se faire passer pour messieurs Fairfax et Burgess. Nous comptons sur le personnel de Gringotts pour les signaler à la police magique et faire le nécessaire, car ils vont venir, avec des papiers en règle, récupérer l'argent. Ce sont des faux, bien évidemment, car ce sont des escrocs. » Il  résuma avec un sourire : « En bref : de faux avocats jouent sur leur vraie escroquerie pour faire passer de vrais avocats pour de faux escrocs. » Il désigna l'armoire : « Burgess te ressemble un peu, et c'est un homme discret, il parle peu. C'est Fairfax la grande gueule. Avec une moustache comme la sienne, un costume, et la gueule défoncée, personne ne verra la différence. Voilà pourquoi je fouillais dans ton armoire. » Il réfléchit un instant et compléta : « Il y a le problème de la sécurité à l'entrée de la banque, des sondes de détections, mais ça, c'est contournable. Je vois comment faire. »

Entre temps, il avait mangé un deuxième toast et entamé une troisième tranche de pain, accompagnée de thé brûlant. Tom avait tout prévu, de A jusqu'à Z, y compris le temps de réaction de Fairfax et Burgess, qui n'arriveraient sans doute pas avant quatorze heures, même si Chambers les rappelaient en urgence : ils étaient au Canada pour affaire. Il écrasa sa cigarette et fixa de nouveau Al d'un air inquisiteur :

« Si t'as la frousse, ou si t'as des questions, c'est maintenant ou jamais, mon pote, après, on pourra plus reculer. »

Dos au mur, lui l'était déjà. Il s'en foutait.

____________________________________



WHO THE FUCK IS ROBIN HOOD ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Apothicaire mal embouché
    |  Apothicaire mal embouché
    avatar
    Date de naissance du joueur : 10/03/1981
    Âge du joueur : 36
    Arrivé sur Poudnoir : 30/08/2015
    Parchemins postés : 148



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Al Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Retour à l'envoyeur || Al Sam 2 Juil - 22:26

Sally la magouille. Tel avait été, de longue date, le surnom de Tom, mais aucun de ceux qui le lui donnaient n'imaginait à quel point ce sobriquet lui allait comme un gant. Al le voyait comme un type dans son genre, toujours à faire l'équilibriste entre le droit chemin et la si lucrative illégalité, mais sans se risquer à des manœuvres de trop grande envergure. Juste de quoi mettre un peu de piquant dans l'existence, et un peu de beurre dans les épinards, accessoirement. Le cadet Holmwood-Black n'avait guère envie de finir en prison, c'est pourquoi il se cantonnait à quelques embrouilles sans gravité – à son goût. Bien sûr, certains esprits chagrins pourraient dire que proposer à des adolescents de leur apprendre à fabriquer des drogues (ou leur vendre directement les fioles) était criminel ; pour lui, il ne s'agissait que d'un péché véniel. Tom avait goûté au confort glacé d'Azkaban, et il déconseillait formellement l'établissement. Al le croyait volontiers lorsqu'il déclarait qu'il préférait crever que de retourner dans cette putain de forteresse. Tous ceux qui y étaient allés une fois – et pas seulement en tant que condamnés, même les simples visiteurs – juraient ne jamais vouloir y remettre un pied.

Et donc, là, c'est le moment où tu dis à ton pote que son projet est super cool, mais que ça tombe mal, parce que tu as du lait sur le feu, et qu'il doit donc se démerder tout seul comme un grand.
Enfin, quand tu es un type normalement constitué.

Quand tu t'appelles Al Holmwood-Black, tu l'écoutes expliquer son plan, sans dire un mot, et à la fin, tu hoches la tête pour signifier que tu marches. Bien sûr, tu t'es dit que c'était quand même un peu foireux de prétendre pigeonner des Gobelins, que l'histoire des deux avocats sans papiers était plutôt difficile à gober, et que l'un dans l'autre tu risquais d'avoir chaud aux plumes, mais tu marches quand même. T'iras pas dire que tu ne cherches pas les ennuis, Ducon.

Rebouchant, comme Tom le lui demandait, son flacon de crème, Al se dirigea vers l'armoire, côté penderie, et se mit à fourrager. Il fallait sortir sans que Vega se rende compte de rien, décida-t-il en décrochant deux costumes, un noir et un gris sombre. S'il posait la moindre question sur l'absence prolongée de son rejeton, Grandma serait un alibi parfait. Il suffirait de dire qu'elle avait voulu qu'il lui fasse un peu de lecture, elle le confirmerait machinalement.


-Tiens, choisis, fit-il en posant les deux costumes sur le lit avant d'y ajouter des chemises et un petit assortiment de cravates.

Les deux jeunes gens étaient à peu près de la même taille, ce qui facilitait grandement le prêt de vêtements. Al ôta son uniforme de la boutique et enfila une chemise ; tout en s'habillant, il se répétait en silence les paroles de Tom. John Burgess, avocat, parlant peu. En gros, c'était Sally qui mènerait la danse. Moi, je laisse faire le maestro, et je prends des notes pour plus tard. Drôle d'impression, comme lorsqu'un grand frère décide de parfaire à sa manière l'éducation de son cadet. Tom offrait un cours particulier à Al, il aurait été idiot de ne pas accepter.


-Par contre j'aimerais bien que mon père puisse pas nous voir sortir d'ici,
poursuivit Al, occupé à nouer une cravate par-dessus sa chemise. On pourrait prendre la poudre de Cheminette, non ? Ça nous permettrait d'arriver au Chaudron Baveur, ni vu ni connu. Ça me semble mieux que personne ne nous voie sortir d'ici, tu crois pas ? En tout cas, il ne faut surtout pas que mon père nous voie, ou il me tue.

Alors que s'il croyait que son fils s'était attardé avec Grandma, il n'oserait même pas râler. S'occuper de la grand-mère, c'était sacré, chez les Holmwood-Black. Vega savait que, lorsqu'on montait la voir, cela pouvait durer dix minutes comme deux heures, selon son état du moment. De toute façon, l'affluence de la boutique n'imposait pas la présence constante de deux personnes ; les jumeaux effectuaient surtout des travaux de manutention dans l'arrière-boutique, et assuraient la permanence lorsque leur père donnait cours, ce qui n'était pas le cas ce matin-là. Rendre visite à Grandma et l'aider dans son quotidien faisait plus ou moins partie de leurs fonctions, Vega ne pouvant assumer seul et la boutique et sa mère dépendante.


-J'lui dirai que ma grand-mère m'a retenu, marmonna Al, sans précisément s'adresser à Tom. Ce serait pas la première fois.

Il passa la veste de costume, s'observa un instant dans la glace. Un peu classieux, le mec. Ce genre de tenue lui allait bien ; cela le vieillissait un peu et lui donnait un air sérieux qui contrastait avec sa véritable personnalité. Il avait un peu de mal à se reconnaître dans ce personnage vêtu de sombre, impeccablement cravaté, qui lui souriait dans la glace.

-Tom, fit-il soudain, la voix grave, en regardant son pote via le miroir. Et si ça tourne au vinaigre ? Si ça foire ? On fait quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 849



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Retour à l'envoyeur || Al Ven 8 Juil - 13:00


Si Al Holmwood-Black lui avait dit non, là, maintenant, Tom Sallybanks l'aurait compris et accepté. Peut-être même qu'il n'aurait pas trop bronché en se faisant foutre dehors – mais ce genre de choses ne pouvait arriver qu'avec Fenton, qui avait une vague tendance à la morale, un travers dont n'était heureusement pas affligé son ancien camarade de quidditch. Donc, le non était une réponse envisageable. La dernière lueur de décence chez Sally était d'assumer ses conneries et ses arnaques : parce que c'était les siennes, il en portait la responsabilité, parce qu'il fallait répondre de ses actes lorsqu'on merdait. Et puis il y avait un certain panache, une certaine inconscience, chez Thomas : il était l'arnaqueur, et s'il se faisait prendre – ce à quoi il ne croyait pas une seule seconde, les gens étaient bien trop bêtes pour ça – il jouerait le jeu jusqu'au bout. Sallybanks n'était pas à proprement parler quelqu'un de courageux, mais il avait un certain orgueil, aussi bien qu'un certain goût pour le défi. Il perdait, lorsqu'un challenge lui était proposé, tout sens de la mesure, et il allait jusqu'au bout.  

Ce n'était pas une mentalité partagée par tous. Il soupçonnait Al de se rendre compte qu'ils faisaient une connerie et de le suivre quand même parce que lui, Tom, aurait fait pareil dans ce cas, sans poser aucune question, et pas réellement pour l'argent. Aldébaran aussi était un peu inconscient. Pour le coup, c'était très Gryffondor. Les histoires de maison faisaient toujours rire Thomas, et ce, depuis Poudlard. Il aurait pu aller à Gryffondor, et Al, bon...plus ou moins à Serpentard. C'était réducteur. Peu importait. Ils partageaient une certaine inconscience, et puisqu'ils étaient amis depuis toujours ou presque, il fallait bien qu'ils finissent par faire quelque chose de vraiment audacieux ensemble. Un truc à deux cent cinquante mille gallions chacun, par exemple.

Il s'empara du costume noir, l'assortissant d'une cravate bleu sombre, écoutant Al en même temps. Renonçant à nouer sa cravate lui-même, puisqu'il n'avait jamais su faire correctement et que ce n'était pas ce jour là qu'il avait le temps d'apprendre, il la tapota d'un coup de baguette magique et le nœud se fit de lui-même. Il murmura un autre sort, se créant ainsi une affreuse moustache noire proche de celle de Fairfax. D'un troisième sort, ses cheveux, à moitié gris – le coté Hyatt – et moitié châtain foncé – le coté Sallybanks – devinrent d'un noir de jais. D'un dernier sortilège, il les ramena en arrière. Fairfax avait à peu près son âge, mais le début d'une calvitie impossible à combattre, et l'air d'un escroc fini alors qu'il était l'homme le plus honnête du monde – et au passage, le plus aristocratique. Ce sang mêlé avait un grand-père membre de la chambre des lords, tout de même. Testant le personnage, Tom se prit à tester le personnage en testant un accent très londonien, mais un londonien chic, à l'élocution cordiale, presque brouillée, très différent du cockney mêlé d'un peu d'irlandais qui lui était naturel.

« Ce sera une excellente idée, Burgess, comme toujours.  »
Il sourit, et reprit son timbre habituel, tout en enfilant sa veste : « Pardon, je règle les derniers détails de mon rôle. L'habitude. Mais oui, la poudre de cheminette est le moyen le plus sur, je pense. Oh, oui, j'oubliais, tu as encore tes lunettes de soleil ? Tu sais, les bleues ? Burgess en a toujours. Ce serait bien que tu les aies. »

Contrairement à l'oncle Vega, qui allait râler à coup sur. Il jeta un coup d'oeil au miroir et jugea que l'effet était réussi.Puis il récupéra l'ordre sur la table. Un peu de sang, mais bon, ça s'expliquerait facilement. Il se tourna vers Al avec un léger sourire et lui asséna une bourrade amicale :

« Si ça foire, toi, tu cours. Moi, je me démerde. »
Le ton était ferme, assuré. C'était moins un conseil qu'un ordre. « Tu disparais, tu te débarrasses de ce costume, tu dis que t'étais ici. Tu me laisses sur place, et tu préviens Fenton. Mieux tu ne fais rien, ils finiront par le prévenir quand même. Il est toujours avocat, même s'il n'exerce plus que pour mon père – et moi à l'occasion – il faut bien qu'il serve à quelque chose. » Nouvelle tape sur l'épaule, assortie d'un sourire confiant : « Mais ça se passera bien. On y va, mon vieux ? On va finir par manquer de temps. Je passe devant. »

Il articula clairement le nom du bar. Suivi par Al, ils arrivèrent un instant plus tard au Chaudron Baveur. Le vieux barman, Tom, les accosta :

« Bonjour,  monsieur Burgess, monsieur Fairfax. Oh, bah, dites donc, un client vous a cassé la gueule, ou quoi ? » Il retourna vers le comptoir : « Vous avez oublié votre chapeau et vos gants, la dernière fois. Tenez. Vous prenez un verre ?
-Je vous remercie, Thomas. Nous n'avons pas le temps. » Toujours la même voix, si différente de celle de Tom Sallybanks. Il coiffa le chapeau melon de l'avocat avec naturel et enfila les gants. Il était désormais la copie quasi conforme de Melvin Fairfax. « Une autre fois, sans doute. Merci pour le chapeau. »

Le patron du bar les salua, et ils purent émerger dans la rue. Gringotts n'était qu'à quelques mètres. Tom sourit, toujours amusé, alors qu'ils arrivaient à la queue devant le service de sécurité et ajouta à voix basse à l'attention de Al :

« Les gens ne font attention à rien, en fait. Il suffit de leur montrer quelque chose de reconnaissable. Ils se fixent sur les choses, et si tu leur donnes ce qu'ils veulent voir, ça marche. Ils ne regardent pas vraiment. Même moustache, mêmes lunettes, et ça passe. C'est assez facile, en fait. »


La femme devant eux avait un sac énorme ; un objet semblait déplaire à la sonde, à l'intérieur, et la faisait sonner. Saisissant l'occasion au vol, Tom lança un sort de capharnaum : ce n'était pas un sort de multiplication, il y avait autant de choses, mais il allait devenir quasiment impossible de retrouver quoique ce soit dedans.  Cela mettrait un temps infini. Il monta une marche pour adresser quelques mots à l'agent, qui paraissait excédé :

« Excusez moi, est-ce qu'il serait possible d'avancer ? Toute la queue est bloquée. »
C'était un quitte ou double, l'agent pouvait très bien l'envoyer valser, mais il leur fit signe de passer en levant les yeux au ciel. « Pas besoin de passer la sonde ? Non. Merci à vous, c'est très aimable. Venez, Burgess, nous avons une chance incroyable. Ah, je vois que ce guichet est libre. »

Mine de rien, il n'était pas si rassuré que ça. Voleur, tu trouveras, en guise de richesse, le juste châtiment de ta folle hardiesse. Il se souvenait de l'éclat de rire tonitruant de son père lorsqu'il l'avait accompagné à la banque pour la première fois. Si tu savais combien d'argent détourné légalement dort chez Gringotts, Tom, tu saurais que cette inscription ne veut rien dire. Mais penser à l'hypocrisie de l'endroit ne rassurait guère Thomas, en fait. Un gobelin au comptoir était libre. Il se dirigea droit sur lui, murmurant un dernier conseil à Al :

« Maintenant, quoique je dise, aucune contradiction, sinon on est foutu. Et quoiqu'il se passe, pas de descente dans les coffres. »
Le gobelin leva la tête vers lui. Tom reprit la voix de Fairfax : « Bonjour. Je souhaiterai rencontrer Atric. Je suis Melvin Fairfax, et voici mon associé, John Burgess. Nous sommes les avocats de monsieur Ernest Chambers.
- Bien entendu, monsieur Fairfax. » Le gobelin les observa tour à tour d'un œil sévère. « Puis-je voir votre baguette, ou un titre d'identité ?
- Nous avons un mandat signé par monsieur Chambers. » Il dégaina l'ordre. Même s'il y avait du sang dessus, la signature était parfaitement lisible et authentique. « C'est une affaire très urgente et confidentielle. Notre venue n'a rien d'officiel.
-Je regrette, mais l'ordre est au nom de...
- Cet ordre a été extorqué par une manœuvre fallacieuse à mon client. J'ai été molesté afin de récupérer ce document. J'exige de voir Atric afin de trouver une solution. Appelez le et voyez s'il refuse de nous recevoir. Je suis sur que monsieur Chambers, qui est au conseil d'administration de la banque, je vous le rappelle, sera ravi d'apprendre que vous refusez que ses avocats voit son banquier.
-Je...bon. Venez avec moi, messieurs. »

Le gobelin fit le tour du comptoir et les emmena jusqu'à l'une des multiples portes du grand hall de Gringotts. Elle donnait sur un salon confortable. Il adressa un clin d'oeil à Al. Pour l'instant, tout se passait bien. Peu après, un autre gobelin, un peu plus jeune, y entra. Lui aussi les inspecta d'un œil sévère, comme s'il cherchait à analyser ce qui n'allait pas dans leur attitude et dans leur présence, mais finalement, il lança :

« Monsieur Burgess et Monsieur Fairfax. Avez-vous fait une mauvaise chute, monsieur Fairfax ? On vous reconnaitrait à peine. Votre visage est très tuméfié. »

Tom s'autorisa un sourire compassé, tout à fait dans le style de l'avocat qu'il jouait. La vraie partie commençait maintenant, et il fallait s'attendre à ce qu'elle soit dure. Il salua le petit gobelin et répondit d'un ton égal :

« J'ai peur que chute ne soit pas le terme approprié. C'est à ce sujet que nous venons vous voir. »
 Il ménagea un peu son effet, et s'installa confortablement dans un fauteuil alors que le banquier gobelin leur désignait un siège. « Avant toute chose, je pense que vous avez croisé David Hyatt, qui était le nouvel avocat de monsieur Chambers. Notre client avait de nombreux projets avec ce monsieur et lui a déjà cédé deux cent cinquante mille gallions. Nous avons cependant découvert que ce personnage n'était pas avocat mais un vulgaire escroc, n'est-ce pas, Burgess ? Il était trop tard pour récupérer l'argent déjà donné, mais il s'était volatilisé avec cet ordre. » Il posa le document sur la table. « Nous avons donc rendu visite à Hyatt en espérant pouvoir le convaincre de se rendre – à défaut d'être honnête, nous le pensions intelligent – mais lui et deux de ses complices nous sont tombés dessus et m'ont passé à tabac. Je ne dois ma survie qu'à John ici présent. » Clin d'oeil : ce n'était pour le coup qu'un semi-mensonge. « Il a également réussi à récupérer l'ordre.
- Ceci est bel et bon, monsieur Fairfax. » Atric paraissait manifestement intéressé, mais aussi un peu incrédule. « Mais je ne vois pas en quoi notre établissement pourrait vous aider aujourd'hui.
-Nous savons que Hyatt ne cessera pas de vouloir nuire à monsieur Chambers. Nous savons également que toute cette histoire, révélée au grand jour, sera un véritable scandale. Cet argent doit être mis à l'abri. » Il fit une pause, et expliqua : « L'identité de David Hyatt est connue, nous savons et vous savez à quoi il ressemble. Mais il est très probable que ses deux complices viennent vous voir. Burgess a vu du polynectar chez eux, et de faux papiers. Ils vont probablement essayer de se faire passer pour nous, de manière très réaliste. Il ne faudra rien leur donner, il faudra appeler la police magique. » Assurer ses arrières. Gagner du temps : deux principes qui gouvernait l'action d'un bon voleur. « Notre visite, elle, doit rester confidentielle. Rien ne doit filtrer, nous ne sommes pas venus. Nous devons mettre cet argent en sécurité. Nous demandons donc votre aide pour le transférer sur un compte hors de votre banque. Il n'a pas d'existence officielle. Nous voulons éviter la découverte de ce compte. Nous voulons éviter le scandale, également. Notre présence ne doit être notée nulle part. Nous ne sommes jamais venus. Monsieur Chambers est un vieux client, il est membre du conseil d'administration de la banque. Sa fortune est considérable. » Il fit une pause. Tout se jouait maintenant. « Pensez-vous pouvoir faire quelque chose pour nous ? »

Le gobelin examina l'ordre. Puis Tom. Puis Al. Puis l'ordre de nouveau. Il se passa quelques instants de pure terreur pour Tom – ils allaient se faire dénoncer, juger, enfermer, ça allait foirer – avant que Atric prenne de nouveau la parole :

« Nous allons inscrire ceci sur le numéro de compte de votre choix. Vous n'aurez qu'à voir avec les représentants de votre banque étrangère. La transaction sera immédiate et nous ne l'inscrirons pas sur les registres. Aucune trace ne sera conservée, mais nous comptons, bien sûr, sur la reconnaissance de monsieur Chambers...

-Cela va de soit. » Tom dicta le numéro de compte – domicilié aux Iles Caïmans, l'argent était en fait en Suisse par une combine fiscale complexe. « Monsieur Chambers est d'une nature généreuse. » Il observa le gobelin tapoter des touches d'une machine complexe et ancienne, qui transpirait la magie. « Est-ce fait ?
-La transaction est conclue. Vous pouvez détruire l'ordre. »
Ce que Tom s'empressa de faire. Le gobelin se leva, et ils firent de même, rejoignant la sortie. « Au revoir, messieurs. Transmettez les amitiés de Gringotts à monsieur Chambers.
-Nous n'y manquerons pas. » Tom était déjà debout, presque dans le hall. « Venez, Burgess. »

Ils traversèrent tout le hall pour ressortir, un peu éblouis, sur le Chemin de Traverse. Ils descendirent quatre à quatre les marches. Dehors. Ils étaient dehors. Tom n'avait jamais été aussi heureux de dire ça. Il dénoua sa cravate et la fourra dans sa poche. Dans la foule sorcière, personne ne remarqua le coup de baguette qu'il s'asséna à lui même pour faire disparaître sa moustache.

« Et si on allait chez moi prendre un verre chez moi ? Je crois qu'on l'a assez mérité. »


Il se sentait lui même moyennement bien, le contre-coup de ses blessures sans doute, et de l'arnaque en elle même, et il avait besoin d'un remontant. Il devait être pâle comme la mort, et il avait besoin de s'asseoir.


Spoiler:
 

____________________________________



WHO THE FUCK IS ROBIN HOOD ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Retour à l'envoyeur || Al

Revenir en haut Aller en bas

Retour à l'envoyeur || Al

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique :: Chemin de Traverse :: Boutiques
-