POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Les bons comptes font les bons amis || Ash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 824



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Les bons comptes font les bons amis || Ash Lun 4 Juil 2016 - 14:21


Les affaires venaient parfois à Tom Sallybanks sans qu'il ne demande rien à personne. Après le coup plus ou moins réussi chez Chambers, il s'était décidé à se ranger un peu. Oh, chez lui, c'était une notion toute relative, car il n'avait jamais été véritablement honnête. C'était plutôt synonyme de « rester suffisamment borderline pour ne pas se faire trop remarquer ». L'illégalité latente dans laquelle vivait l'intégralité de la famille Emerald était tolérée par les pouvoirs publics sans trop de difficultés. Le Ministère de la Magie avait probablement mieux à faire que de s'acharner contre un mec comme Joe Emerald, qu'il utilisait parfois, sans parler de Tom Sallybanks : une petite frappe, un minable, un serveur à la botte du purisme, qui s'il était vaguement merliniste, ne représenterait jamais un véritable danger pour la société sorcière telle que les mangemorts l'imaginaient. Pire, il rendait vaguement service, comme son père. Il était utile, et peu dangereux : aucune raison de s'intéresser à lui, donc. Il avait bien mené sa barque et bien embobiné les gens. Le Ministère avait toutes les chances de courir toute sa vie après un arnaqueur imaginaire qu'il ne parviendrait pas à retrouver. Et si ça arrivait finalement, bah, il se contenterait de changer définitivement d'identité et ferait passer Tom Sallybanks pour mort. Ce ne serait pas la première fois, ni la dernière.

C'était la seule vie qu'il connaissait, et qu'il était capable de mener. Au mieux, il serait gentiment malhonnête : il continuait à parier, il continuait à boire, à casser la gueule de gens pour son père, et à vendre des substances pas très recommandables et des informations à ceux qui fréquentaient le Emerald's. Tom était un malin : il se savait sympathique et gouailleur ; personne n'arrivait à lui dire non, car il avait toujours le bon truc à proposer, selon son interlocuteur. Dans une autre vie, il aurait fait un excellent commercial moldu. Mais il ne pouvait pas, définitivement pas, vivre une vie honnête. Il n'était pas fait pour : le seul domaine où Thomas était bon, en effet, vraiment brillant, c'était être délinquant plus ou moins audacieux. Pour le reste, il s'ennuyait. Qu'est-ce qu'il aurait pu faire d'autre, de toute façon ? Avoir seulement un job honnête, vivre avec des potes dans un appart, puis se trouver une copine et vivre avec elle ? Et enfouir toute sa vie, toute sa pensée, tout ce qu'il était, véritablement, au fond de lui ? Se consumer lentement mais surement sous la pluie londonienne, et s'endormir, la nuit, en se demandant ce qu'il foutait ? Si ça, ça devenait sa vie, alors quelque part, ça le tuerait, Tom le savait. Il ne pouvait pas le supporter.

Alors, oui, il continuait un peu ses activités illégales, sans trop de problèmes – il méditait sur un plan à venir, mais il n'en trouvait pas, et commençait à réfléchir à rester, simplement, ce serveur un peu magouilleur qu'il paraissait être. N'avait-il pas gagné suffisamment d'argent ? Est-ce que ce n'était pas plus sûr ? En attendant, il suffisait de le trouver pour obtenir, contre le bon prix, des renseignements, ou tout ce qu'on voulait. Tom était moins méchant qu'il en avait l'air : il lui arrivait souvent d'aider des merlinistes, malgré l'acharnement qu'il avait pu mettre à arnaquer les plus riches d'entre eux – ceux là étaient des humanistes de façade, qui se foutaient de tout et de tout le monde, et qui ne pensaient en réalité qu'à leur gueule.

Des vrais merlinistes, il en connaissait, tout comme il avait connu des nés-moldus. Tom Sallybanks se foutait éperdument du sang des gens. Il était sang mêlé, fréquentait des sang purs, et des nés-moldus. Il avait connu et connaissait encore des mangemorts aussi bien que des membres du MpM ou de l'Ordre du Phénix – son propre frère n'était-il pas un membre acharné des deux organisations ? - et il savait que résumer en bien et mal chaque camp était plus compliqué qu'il n'y paraissait. Il n'aimait pas les attaches : si Tom se définissait comme merliniste, il pensait avant tout à sa gueule. Tous bien pensants et sympathiques, c'étaient quand même des juges approuvés par le ministère merlinistes qui l'avaient condamnés. Certes, Rosier Sr était un mangemort, mais en réalité, ça n'avait rien à voir : c'était juste un vieux con. La preuve, Adrian, son petit-fils, même en tant que mangemort, était bien plus raisonnable.

Donc, pour en revenir à Tom, il n'avait pas prévu d'arrêter de faire des affaires, juste de se calmer. Mais il ne pouvait pas vraiment savoir qu'en allant ce soir là chez Ashley, une vieille amie de Poudlard, il allait trouver un deal en or – un deal honorable, en plus, ce qui n'était pas monnaie courante en ces temps troublés. Il connaissait Ashley depuis des années. Elle était un peu plus jeune que lui, et il se demandait encore comment il l'avait rencontré. Était-ce Adrian, qui était par sa mère lui aussi un Prewett, qui lui avait présenté ? Ou Theo, un autre cousin, lui aussi de sang pur ? A moins que ce  ne soit Anne, encore une autre cousine. Ou, au final, c'était peut-être bien Al, son vieux pote, qui sortait avec la guérisseuse en ce temps là.

Bref, ils se connaissaient assez bien pour qu'il accepte de venir prendre un verre chez elle – il espérait d'ailleurs que ledit Al n'en saurait jamais rien, car malgré le fait que son histoire avec Ash soit finie depuis quelques années maintenant, depuis la fin de leurs études même, il était resté assez jaloux et toujours concerné par la vie de la guérisseuse.

Aux dernières nouvelles, elle sortait plus ou moins par intermittence avec Theo. Tout ça passait au dessus de la tête de Tom, qui par principe, parce que c'était son meilleur ami, avait pris parti pour Aldébaran, l'accompagnant dans ses cuites quand ça n'allait pas fort à ce sujet, et approuvant vigoureusement toutes les insultes adressées à Theo. Il n'avait jamais bien compris non plus ce que Ash trouvait à Prewett – pas un méchant garçon, au demeurant, mais les relations amoureuses le rendaient vraiment imbuvable ; il se souvenait avoir du le sortir du Emerald's à cause d'une violente querelle avec Al – ni pourquoi elle se comportait comme ça avec Al. Ayant essayé de faire valoir son point de vue une fois ou deux, s'étant fait envoyer bouler parce que ce n'était pas ses affaires et qu'il fallait qu'il se taise à propos de Theo, et décidé à ne se brouiller avec aucun ami, Tom avait simplement résolu de ne plus en parler à Ashley. Ce jour là, en se rendant chez elle, il songea simplement, comme d'habitude, qu'il était triste que deux personnes faites pour être ensemble, comme Al et Ashley, s'empêchent elles-mêmes de l'être. Allez comprendre l'humanité. Il frappa à la porte avec un peu d’appréhension et sourit quand Ash vint ouvrir :

« Salut. J'ai apporté des tas de saloperies sucrées, y avait une promo chez Honeydukes. T'aimes toujours les patacitrouilles ? »

Le hibou disait qu'il fallait qu'ils parlent d'un truc sérieux, ce qui inquiéta un peu Tom : si c'était un quelconque mariage avec un quelconque Theo Prewett, il préférait éviter d'être impliqué. Quoique ce soit, le mot « sérieux » était rarement annonciateur de bonnes nouvelles. Il savoura donc son entrée dans l'appartement et ce qui serait probablement ses dernières plaisanteries débiles de la soirées :

« On peut toujours pas fumer, chez toi, je suppose ? »
Guérisseuse oblige, et maniaque de l'ordre, il avait droit à un cours sur les méfaits du tabac dès qu'il croisait Ashley. « C'est quand même vachement mieux rangé que chez moi. » Il sourit : « Alors, t'as des trucs à me dire ? » Il sourit d'un air provocateur : « Tu vas quitter Theo et t'installer avec Adrian. Je parie que c'est ça. »  

Ces deux là, avec leurs opinions si contraires, s'entendaient moyennement, d'où un certain amusement chez Tom. Mais en réalité, il était vraiment curieux. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien avoir à lui dire ?

____________________________________



WHO THE FUCK IS ROBIN HOOD ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Membre du Mouvement pour Merlin ;; Médicomage
    | Membre du Mouvement pour Merlin ;; Médicomage
    avatar
    Date de naissance du joueur : 03/06/1999
    Âge du joueur : 18
    Arrivé sur Poudnoir : 26/10/2015
    Parchemins postés : 251



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Ashley C. Prewett


MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis || Ash Lun 18 Juil 2016 - 0:39

Citation :
''Tom,
Il faut que nous parlions de quelque chose de très important et tu es la seule personne qui puisse m'aider. Passe chez moi ce soir ou demain soir. S'il te plaît, si tu n'es pas disponible préviens moi. Et n'oublie pas.''

Simple, direct et concis. Le hibou était parti aux alentours de treize heures quinze, pendant la pause déjeuner d'Ashley et n'avait reçu, comme elle s'y attendait, aucune réponse. Le message était suffisamment clair pour que Tom comprenne qu'elle ne pouvait rien dire de plus dans une lettre et que ce n'était pas quelque chose d'anodin. Ce soir-là, Ashley n'avait pas discuté plus de cinq minutes avec ses collègues à la fin de leur service. Elle s'était pressée pour rentrer chez elle, histoire de ne pas faire attendre Tom si par miracle il était arrivé en avance -chose qui serait suffisamment exceptionnelle pour être soulignée si jamais c'était le cas. Une fois arrivée devant chez elle, ses suppositions se confirmèrent: pas de Tom en vue. Tant mieux, d'un côté. Elle allait pouvoir souffler un peu avant de le voir, et surtout, réfléchir à comment lui demander. Cette demande n'était ni très banale, ni très légale. C'est pour ce dernier point en particulier que Ashley avait fait appel à Sallybanks: elle le connaissait suffisamment pour se dire et presque être sûre qu'il serait en mesure de l'aider.

On frappa à la porte. Ashley posa (ou plutôt lança) la Gazette du jour sur la table basse en soupirant légèrement. Elle avait l'esprit ailleurs et n'avait, de ce fait, absolument rien retenu de sa lecture. Elle se leva sans se précipiter et se dirigea vers sa porte en lissant sa robe. Elle ouvrit la porte et sourit à Tom: on ne pouvait pas le considérer comme un retardataire dans la mesure où Ashley avait omis de préciser une heure dans son hibou. Cela n'avait effectivement aucune importance: l'essentiel résidait dans le fait que Tom soit présent, peu importe l'heure. Elle se décala afin de le laisser entrer et referma derrière lui la porte, qu'elle verrouilla d'un geste de baguette. Elle sourit à l'attention de Tom, qui avait ramené des ''tas de saloperies sucrées'', dont les Patacitrouilles que Ashley chérissait tant. En dépit de tous ses beaux discours, Ashley était quelqu'un de très gourmand, il lui était tout bonnement impossible de résister à deux choses (culinairement parlant): les Patacitrouilles et les Chocogrenouilles.

-Tu me connais, j'en mangerais jusqu'à m'en rendre malade, lui répondit-elle tout en s'avançant vers le salon, mais se retourna brusquement vers lui à l'entente du verbe ''fumer'', en fronçant les sourcils

-Il est absolument hors de question que je te voie avec ce.. truc en bouche chez moi. Ensuite, pour ce qui est de l'ordre... Il me semble que ce n'est pas très compliqué d'avoir un appartement plus rangé que le tien.

Effectivement, elle avait des choses à lui dire, même si le verbe ''demander'' serait bien plus approprié ici. Ou alors négocier. Parce qu'après tout, il y aurait une contrepartie venant de sa part. Si Tom acceptait le service qui lui serait demandé. Mais à vrai dire, tous les espoirs d'Ashley étaient placés en l'ancien Serpentard. S'il ne pouvait ou ne voulait pas l'aider pour une raison ou pour une autre, elle ne pourrait absolument rien faire pour venir en aide à ses amis. Tout sourire disparut de son visage à l'entente du prénom de son (ex) cher et tendre. Tom, cet inconscient, avait amené Theo et Adrian dans la conversation: erreur fatale. Dans la même phrase, en plus. Comme si parler de Theo ne lui était pas suffisant. Ashley ne lui avait-elle pas assez dit de ne pas (plus) se mêler de ses histoires de coeur? Elle sourit d'un air malicieux, et répondit immédiatement à Tom.

-Non, pas exactement: je suis enceinte de Theo. Et j'aimerais -enfin, nous aimerions, que tu sois le parrain. Je voulais proposer à Al, mais je ne suis pas certaine qu'il aurait accepté.

Ashley réussit à paraître pour sérieuse une dizaine de secondes avant d'éclater de rire. Cette éventualité l'amusait sincèrement, car après tout, cela aurait pu être vrai. Mais s'il y avait bien quelque chose qu'elle ne désirait pas en ce monde, c'était un enfant. Pas quelque chose pour elle, encore jeune, toute la vie devant elle. Mais elle s'arrêta bien vite de rire. Elle avait à présent l'air d'une gamine contrariée et faisait une moue boudeuse qui ne lui correspondait pas. Elle répondit à Tom, rapidement et d'une voix peu fière, accompagnant ses paroles d'un geste de la main.

-Ne me parle plus de lui. Je l'ai quitté il y a un mois. Et ce n'est certainement pas pour me marier à Adrian. Ce n'est pas que je ne l'aime pas, mais bon...La guérisseuse reprit une expression normale et retrouva sa voix habituelle. Après quelques secondes, elle le questionna. -Avant que je ne m'asseye, que veux-tu boire? Elle le regarda dans les yeux, en souriant légèrement. - Mais je ne t'ai pas fait venir chez moi pour te parler de mes amours: tu as mieux à faire et moi aussi. A vrai dire, j'aurais un service à te demander.

Elle n'avait plus qu'a espérer très, très fort qu'il accepte. Sinon, elle aviserait -ou pas.


Dernière édition par Ashley C. Prewett le Mer 3 Aoû 2016 - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 824



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis || Ash Jeu 21 Juil 2016 - 17:02


N'empêche, ça devait être sacrément emmerdant d'être un sang pur. D'aucuns disaient que c'était une vie de cocagne ; Tom Sallybanks n'en croyait pas un mot. On attendait des sang purs un comportement précis, une attitude, qui ne laissait pas de place à la liberté. Si ceux ci tentaient d'en sortir, ils devenaient aussitôt des parias mis au ban de la bonne société. Leurs idées, par ailleurs, étaient en général réactionnaires et peu évoluées. Toute la tradition à supporter, le poids des aieux et de leurs exploits, semblait former un carcan dont il fallait lutter des années pour réussir à penser par soi-même, et ce au prix de nombreux sacrifices, quand il ne vous écrasait pas définitivement et ne vous transformait pas en loque torturée, si vous aviez au départ un bon fond, ou en machine froide, mécanique et cruelle, si vous aviez des prédispositions à devenir une petite saloperie. En témoignait Adrian, qui n'avait jamais été un méchant garçon, et qui pourtant en était rendu à être devenu mangemort – et quel mangemort ! Ils devaient inspirer la crainte, mais il fallait être un gosse de six ans pour vraiment craindre Adrian Rosier, avec sa gueule d'ange, son rire prompt et efficace, et sa propension à faire la fête.

Dans le reste des désavantages à être sang pur, il y avait le fait qu'on ne pouvait pas sortir avec qui on voulait, comme on voulait, quand on voulait. On appelait ça les conventions. Certaines familles en étaient encore à arranger les mariages, et en témoignait la relation Ashley/Theo, même ceux qui bénéficiaient d'une plus grand marge de liberté finissaient avec une constance inquiétante par se retrouver en couple avec un cousin ou une cousine, comme une fatalité, une vraie malédiction, dont ils ne pouvaient pas se débarrasser. Tom avait fréquenté de nombreux sang purs dans sa vie – parfois même, il s'était fait passé pour l'un deux – et regardait toujours avec des yeux ronds ce milieu étrange qu'il ne parvenait pas totalement à comprendre, même si l'imiter ne lui posait plus particulièrement problème.

On était bien plus peinard lorsqu'on était sang mêlé. Il préférait, tiens, avoir comme grand-mère cette cruche de Juliett Paswell, son manque de courage face à la maladie et la dépression de son grand-père, Ed Emerald, que le vieux fou de Chapman Rosier. Ce type était un sale con, en plus d'être la bête noire des Emerald : selon Joe, et Tom croyait volontiers son père, il était à la source de la disparition de l'oncle Douglas. Et qui plus est, c'était lui qui avait condamné Tom à Azkaban. Un véritable enfoiré.

Pour autant, Thomas était loin d'être catégorique. Les sang purs étaient certes des sorciers avec une lignée plus vieille que la sienne – il pouvait discuter le « plus riche » de bien des manières : Joe était riche, il l'était aussi plus ou moins. Mais c'étaient des gens, avant tout, et comme chaque personne sur terre, ils étaient à la fois bourrés de défauts, tous ceux énumérés ci-dessus et d'autres encore, mais jamais entièrement mauvais.

Il savait ce que valait Adrian : il pouvait être insupportable dès qu'on parlait du purisme, mais à part ça, il restait un excellent pote. Theo, malgré sa fâcheuse manie de se comporter comme un con dès que Al était dans le coin – ledit Al ne faisant rien pour arranger les choses – restait un type bien. Quant à Ashley, sa vie sentimentale avait beau ressembler à une mauvaise chanson de Celestina Moldubec (mesurez le degré de nullité de la chanson, Moldubec n'étant déjà pas réputée pour la qualité de ses textes), elle restait tout de même plus merliniste que lui – un exploit, puisque Tom était désespérément et résolument sang mêlé et pas franchement ami de toute autorité, quelle qu'elle soit.

Il devait bien se trouver aussi des sang purs qui fumaient et qui rangeaient mal leur appartement. Ashley avait beau être plus jeune que lui, elle était bien plus raisonnable et bien plus prudente. Limite moralisatrice : un point commun de tous les sang purs, de Chapman Rosier à Adrian en passant par Theo, jusqu'à Ash elle même. Ça devait pour ça que Al ne pouvait pas être un sang pur : trop porté sur la déconne et l'amoralité pour être un vrai Black. Tom leva les mains en signe de défaite :

« J'avoue, m'man, ranger n'est pas mon point fort, je suis plus doué pour m'empoisonner au tabac et pour faire des cocktails. »
Il lui lança une patacitrouille en gage de paix.  « Bon, et plein d'autres trucs, mais ce serait trop long d'énumérer la liste de tous mes talents ici. »

Frimeur et hâbleur, voilà comment on pouvait définir Thomas Sallybanks. Jamais méchant, juste un poil moqueur, et sans doute pas très honnête, un vieux fond de loyauté et de gentillesse courait en lui. Il n'avait que très rarement laissé tomber les gens, et il était presque toujours là pour rendre service. Parfois pour des choses pas très légales, et même souvent. Ça ne lui posait pas problème. L'amitié était une notion qui ne s’embarrassait pas des lois, pour Tom. Il était tout à fait prêt à passer outre. Il écouta Ash plaisanter, resta interdit une seconde, puis éclata de rire, avant d'entendre  Ashley parler d'une énième séparation avec Theo.

« Et comme d'habitude, le prince charmant s'est transformé en gargouille et est un odieux personnage, j'ai compris. »
Jusqu'à la prochaine fois, eut-il envie d'ajouter, mais ça ne servait à rien. Theo et Ashley restaient pour lui deux mystères qu'il avait renoncé depuis longtemps à comprendre. Au lieu de quoi, il commenta avec une certaine bienveillance : « Tu devrais être moins dure pour Adrian. C'est pas un méchant garçon, et il a beaucoup payé pour les délires de son père et de son grand-père. »

Il le pensait sincèrement, mais bon, allez convaincre une merliniste comme Ashley que le monde ne se divisait pas entre gens biens et mangemorts. Tom laissa donc la conversation rouler sur un sujet différent :

« Je prendrais bien un Pur-Feu, si c'est pas trop alcoolisé selon tes critères...non, me parle pas de mon foie, pitié. »

Il sourit de nouveau : les leçons de morales glissaient sur Sally comme de l'eau.  On arriva finalement au sujet principal de la conversation : le motif qui avait poussé Ashley à l'inviter. En réalité, Tom était ouvert à beaucoup de chose. Il ne rendait pas forcément service gratuitement, mais  bon, c'était une amie, et il pouvait écouter avant de juger si la guérisseuse devrait payer ou non. Ce qui n'était pas obligé. Ça dépendait du risque qu'il prendrait.

« Eh ben j'écoute. Tant que c'est pas en rapport avec Theo, moi, ça me va, sinon Al me tuerait. »
Il sourit de nouveau : « Oups, deux noms interdits dans la même phrase. Je me dépasse, ce soir, pardon. » Il reprit son sérieux : « Bon, qu'est-ce que je peux faire pour t'aider ? »

Il avait juré de se ranger, il espérait simplement qu'elle n'allait pas lui proposer une arnaque à grande échelle. Sinon, Tom était mal.  

____________________________________



WHO THE FUCK IS ROBIN HOOD ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Membre du Mouvement pour Merlin ;; Médicomage
    | Membre du Mouvement pour Merlin ;; Médicomage
    avatar
    Date de naissance du joueur : 03/06/1999
    Âge du joueur : 18
    Arrivé sur Poudnoir : 26/10/2015
    Parchemins postés : 251



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Ashley C. Prewett


MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis || Ash Mer 3 Aoû 2016 - 17:31

Tom comprenait plutôt bien la manière dont Ashley voyait Theo à ce moment précis. Il fallait dire que ce n'était pas la première fois qu'ils se séparaient -et certainement pas la dernière. La remarque que lui fit Sally sur Adrian lui passa complètement au dessus. Et, pour lui faire comprendre, elle balaya sa remarque d'un geste de la main qui voulait dire ''parlons d'autre chose'' tout en fronçant les sourcils. Elle savait pertinemment qu'Al et Tom étaient amis avec lui, à son plus grand désespoir d'ailleurs, mais ce n'était pas une raison valable pour qu'elle fasse de même. Comment deux hommes comme Tom et Al pouvaient être amis avec un Mangemort?  Elle ne les comprendrait jamais. Pas un mauvais garçon, qu'il disait Tom. S'il n'était réellement pas un mauvais garçon, il ne serait pas Mangemort. Il n'y avait pas d'autre explication à fournir. Lorsque l'on se mettait à parler des Mangemorts ou des Merlinistes, Ashley n'avait plus aucune jugeote. Elle considérait ces deux camps comme le Bien et le Mal. Une vision purement manichéenne de la chose, alors que comme Tom avait tenté de lui faire comprendre, il y avait des bons et des mauvais partout. Notamment Adrian parmi les Mangemorts. Mais elle ne changerait pas d'avis, et continuerait de se comporter avec Adrian comme elle l'avait toujours fait.

Elle sourit à la remarque de Tom et partit chercher la bouteille de whisky et deux verres, sans rien dire. Il ne perdait rien pour attendre. Néanmoins, on ne pouvait pas dire que Tom avait tort. Il était vrai qu'Ashley avait cette fâcheuse tendance à faire la morale à un peu tous ses amis lorsqu'ils fumaient, se battaient ou buvaient. Ashley ne fumait pas, ne se battait pas non plus et buvait de temps à autres. Par conséquent, Ashley prêchait les méfaits de la cigarette et de la violence à qui voulait bien l'entendre -ou pas, en fait. Elle imposait plus ses discours moralisateurs qu'elle ne les proposait. De fait, ses amis les connaissaient par cœur, mais elle leur ressortait quand même dès que l'occasion s'y prêtait. Une attitude tout bonnement énervante, en somme. Mais ça partait d'un bon sentiment: elle tenait à eux et n'avait que très peu envie qu'il leur arrive quelque chose, même minime. Or ils étaient tous des adultes depuis plusieurs années maintenant, et étaient donc parfaitement en mesure de se gérer eux-même. Elle revint au salon et posa sur la table la bouteille et les verres. Souriant toujours, elle remplit les deux verres en répondant au pic de Tom.

-Ça devrait aller pour cette fois, Sallybanks. Je t'accompagne même, c'est dire!

Ce n'était pas dans ses habitudes d'appeler les gens par leur nom de famille, d'autant plus lorsqu'il s'agissait de gens qu'elle connaissait. Alors que Tom enchaîna sur la vraie raison de sa venue, Ashley s'assit et reprit un air un peu plus sérieux. Elle ne savait pas trop par où commencer, si elle devait d'abord lui expliquer en détail de qui elle parlait et pourquoi elle allait faire appel à lui; ou commencer par lui demander ce qu'elle voulait et lui exposer les raisons par la suite. Le plus simple serait probablement de d'abord lui raconter et de finir par lui demander le fameux service. Elle leva les yeux au ciel en soupirant lorsqu'il évoqua Theo et Al. Ce n'était pas méchant, bien entendu,

-Il s'agit surtout de Matt et Jane Foster. Lui est né-moldu, elle est Sang-Mêlé. Je ne suis pas certaine que tu les connaisses vraiment. Par contre, il est probable que tu les aies déjà vus bar de ton père, ils sortent souvent et apprécient particulièrement l'Emerald's. Matt provoque beaucoup les puristes, un peu trop d'ailleurs. Il cette fâcheuse tendance à s'en prendre aux personnes plus hautes que lui, donc il se fait taper dessus. Mais il riposte et ne se laisse pas faire, alors il se fait virer. C'est aussi simple que ça.  Enfin, ce ne sont pas les seuls dans ce cas. C'est d'eux dont je te parle car c'est eux qui, je pense, ont le plus besoin d'aide pour le moment.

Elle marqua une courte pause, le temps de boire une gorgée de whisky, puis continua ses explications.

-Le problème? Des événements de ce genre risquent très fortement de leur retomber dessus un de ces jours. Jane ne se bat pas, mais elle protège son mari du mieux qu'elle peut, donc elle s'en mêle. Les deux là sont déjà venus sonner chez moi parce que Matt était blessé et qu'ils n'avaient aucune envie d'aller à Sainte-Mangouste -principalement en raison de son statut de sang. Ce n'est malheureusement pas quelque chose dont il est très fier. Autant te dire que ce n'est pas très drôle, comme situation... Et qu'elle pourrait être évitée.

Elle avait énoncé tous ceci d'une voix calme et posée, comme si elle ne faisait que réciter un discours qu'elle aurait préalablement préparé. Ce qui n'était pas totalement faux, dans la mesure  où  cela faisait plusieurs semaines qu'elle y réfléchissait. Le couple Foster faisait partie de ceux qui avaient été arrêtés à la suite du carnaval. Ils n'avaient pas été arrêtés pour le plaisir des brigadiers comme plusieurs autres personnes, non, leur arrestation avait été méritée. En revanche, les blessures qu'ils avaient récoltées ne l'étaient pas, même si elles n'étaient pas graves. Aucune sanction trop importante ne leur avait été attribuée mais à présent, ils avaient tout intérêt à se tenir à carreau -ce qu'ils ne faisaient évidemment pas. Peut-être que Tom comprenait d'ores et déjà où Ashley voulait en venir? Qu'il comprenne ou pas, elle enchaîna, malgré le fait qu'elle ait déjà beaucoup parlé.

-La situation pourrait effectivement être évitée si une bonne âme se chargeait d'évacuer les blessés avant que la police magique ou des puristes importants ne le fassent -car ça ne se passerait évidemment pas de la même manière. Et, si jamais la bonne âme n'était pas en mesure d'agir pour protéger les gens qui remuent un peu trop... Il y a quelque chose qui pourrait les sauver et leur éviter bien des ennuis: des papiers falsifiés.

Les derniers mots étaient tombés et, avec eux, le service implicite. Ashley engloutit rapidement la Patacitrouille que Tom lui avait donnée en arrivant et entreprit d'ouvrir un autre paquet. Elle hésita quelques instants, et choisit finalement les baguettes à la réglisse. Une fois fait, elle laissa le paquet ouvert sur la table et reprit son verre dans ses mains, sans pour l'instant y retoucher. Elle faisait tourner le liquide dans son verre et reposa ses yeux sur Tom. Elle avait quelque peu oublié de préciser à Tom qu'évidemment, il bénéficierait d'une contre-partie.

-Il est évident que ce ''service'' ne serait pas à sens unique, tout comme je peux parfaitement comprendre que tu ne veuilles pas m'aider.

Ashley était sincère: si Tom ne voulait pas ou ne pouvait pas l'aider pour une raison quelconque, elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Néanmoins, il restait la seule personne qui avait les capacités et la possibilité de l'aider. Elle verrait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 824



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis || Ash Mer 24 Aoû 2016 - 11:47

De manière générale, on pouvait dire que Thomas Sallybanks était plutôt merliniste que puriste. Ou plutôt qu'il avait des idées proches des merlinistes. Car s'il méprisait somptueusement le gouvernement des mangemorts et qu'il n'hésitait pas à détrousser quelques sang purs naifs et trop surs d'eux, il n'avait pas beaucoup plus d'estime pour les merlinistes. Il lui arrivait de les détrousser également. Et il méprisait leur attitude moralisatrice : Fenton en était un bon exemple. Il fallait bien qu'il mange, et il ne supportait pas qu'on le rabaisse, et ne supportait pas l'autorité. De plus, il réussissait l'exploit d'avoir des amis dans les deux camps. La personnalité des gens l'intéressait. Leurs opinions, beaucoup moins. Il y avait un monde entre ce pensait croire Adrian et qui il était réellement, tout comme il y avait un monde entre lui et un véritable merliniste. En fait, il ne reconnaissait aucune autorité, aucune règles, mises à part les siennes. Anarchiste, lui ? Pensez donc ! Il ne s'intéressait même pas vraiment à la politique, autant dire qu'il n'y avait strictement aucune chance qu'il se classifie nulle part – parce qu'il n'en avait pas envie. Non, il arrivait simplement que ses idées soient souvent plus proches de celles des merlinistes que de celles des puristes. Tom ne jugeait pas les gens par rapport à leur sang, il n'avait pas envie qu'on lui impose quoique ce soit parce qu'il était sang mêlé, et il ne voyait pas vraiment l'avantage qu'il voyait à être sang purs. Sans vouloir rien dire contre Ashley ou Adrian, vu ce qu'on leur imposait et les idées débiles de leurs familles, il y avait plutôt de quoi les plaindre. Il ne voyait en quoi ils étaient supérieurs – la plupart étaient simplement très cons et semblaient porter une pancarte immense avec noté dessus « escroquez moi je vous en supplie » - ni ce qui leur donnait le droit de martyriser toute une partie de la population sorcière.

Du coup, il compatissait au sort des nés-moldus, et des sang mêlés qui n'avaient pas le courage de se foutre de la gueule, sans que personne ne s'en rende compte, ce qui était le plus beau. Mais de là à aller s'engager dans le Mouvement pour Merlin, ou plus grave encore, dans l'Ordre du Phénix, il y avait un pas que Tom ne voulait résolument pas franchir. Même s'il écoutait Shacklebolt, même s'il était plutôt d'accord avec le MpM, il tenait à sa propre peau et à ses propres intérêts avant tout. Il était égoiste, il l'avouait, mais lui au moins ne faisait de mal à personne. Même les gens qu'il volait s'en remettaient très bien : qu'est-ce que c'était, cent mille gallions, qu'en on en possédait cinq millions, après tout ? Alors finirait-il par franchir le pas ? Oui, sans doute : il n'en était pas si loin, même s'il prétendait le contraire. Il aurait suffi qu'il voit une horreur plus grosse qu'une autre, ou qu'il soit lui même attaqué, pour passer du coté actif du combat. Car après tout, Tom était déjà à la frontière de l'activisme : si Ashley lui demandait de l'aider, ce n'était pas totalement par hasard.

La famille Emerald avait sa petite réputation dans le milieu plus ou moins légal de Londres, qui croisait souvent celui, qui, un peu underground, cachait les activistes politiques. Joe fournissait souvent des papiers, parfois même gratuitement, à des gens dans le besoin. On pouvait dire de manière soft qu'ils rendaient service aux gens, mais les idées du père comme du fils dérivaient vers celles du merlinisme. On pouvait peut-être tiquer sur cette notion, parce qu'il y avait un certain amour pour l'argent et un mépris grossier de la part de Joe quant au MpM et à l'Ordre, mais Tom savait que son père était moins méchant qu'il en avait l'air et qu'il râlait plus qu'il n'agissait. Quant à lui, tout ce qui pouvait emmerder les autorités, quelles qu'elles soient, le faisait rire.

Sally n'avait pas de respect pour grand chose, de toute façon, à commencer par sa propre morale et par sa propre hygiène de vie. Il avait parfaitement conscience conscience de ce qu'il faisait, simplement, puisque c'était drôle et profitable et que prendre des cuites était autant inscrit dans son ADN que sa capacité formidable à arnaquer des gens sans jamais se faire prendre. Mais c'était tout ce qu'il savait faire : jamais personne, et pas même Azkaban, n'avaient su le détourner de cette voie. Alors vous pensez bien, les leçons de morales de Ashley Prewett, maintes fois entendues et répétées, ne lui faisaient ni chaud ni froid. Il ne fallait pas s'y tromper : il savait qu'elle voulait bien faire, mais entre bien faire et faire à la manière de Tom Sallybanks, il y avait un sacré pas que plus de quinze ans d'amitié ne suffisaient pas à lui faire franchir. Il avait beau la connaître depuis Poudlard, c'était toujours la même réaction qui revenait : au mieux il ne tenait absolument pas compte de ce qu'elle disait, au pire il en remettait une couche en rajoutant de quelles autres horreurs il était capable – en plus du fait que fumer tuait, Ashley paraissait aussi considérer que toute activité illégale était foncièrement mauvaise et que Al et surtout lui, Sally, étaient deux gosses irrémédiablement dépourvus de toute faculté d'intelligence et de discernement, ce qu, s'ils étaient tout à fait honnêtes, n'était pas totalement faux – adorant la voir s'énerver toute seule pour des choses qui pour Tom, n'étaient pas si graves. Oh, il savait bien qu'elle s'inquiétait : c'était en grande partie pour ça que Ash n'était pas du tout au courant de toutes ses activités illégales – même les plus soft, faites pour Joe. Sa réputation suffisait entièrement.

Réputation, qui, Tom l'espérait, n'allait bientôt plus être que ce qu'elle était : une réputation fausse. Il avait dit qu'il se rangerait, il voulait vraiment essayer de le faire. C'était pour Anne autant que pour lui, parce qu'il fallait bien à un moment qu'il arrête. Pourtant, il écouta jusqu'au bout ce que lui disait Ash. Un léger sourire éclaira finalement son visage lorsqu'elle eut terminé et il lança sur la plaisanterie :

« Toutes ces années à me traiter de vulgaire criminel pour aujourd'hui faire appel à mes talents de faussaire, c'est marrant parfois, la vie. »


Il attrapa une patacitrouille et la mâchonna d'un air pensif en réfléchissant à la proposition d'Ashley. Il aurait du dire non. Mais c'était une amie. C'était des gens qui n'avaient rien fait à personne après tout. Et c'était dans ses capacités. Ce n'était pas grand chose, même pas un plan de grande envergure.

« D'accord. » Il fit craquer ses jointures. « Je peux fournir des faux papiers s'ils sont interrogés sur leur statut du sang. Et uniquement le statut du sang.  Mais qu'on soit bien clair : je peux dire que Matt Foster est sang mêlé, même avec des ancêtres très éloignés. Ça c'est possible. Pour la baguette, je ne peux rien faire : à moins qu'il en change en donnant un autre nom, et même là, je ne peux rien garantir, il sera toujours Matt Foster. » Il but une gorgée de whisky : « Cela dit, la modification du statut du sang devrait suffire, je pense. Et il vaudrait mieux qu'il se tienne un peu tranquille quelques temps. Histoire qu'on l'oublie un peu. »

Comme lui. Mais Tom commençait à se dire qu'il serait toujours utile d'avoir une ou deux contrepartie : une médicomage, ça pouvait toujours servir. Il sourit de nouveau et attrapa une chocogrenouille :

« Je te ferais pas payer pour ça, et normalement ça devrait être prêt d'ici une semaine. Mais il se peut que de temps en temps j'ai besoin de matos de médicomage. Ou d'une guérisseuse, carrément. » Bon, normalement, non, plus trop : il fallait vraiment qu'il se contente de se tenir à carreau. Mais deux ou trois potions pouvaient être utiles, on ne savait jamais ce qui pouvait se passer au Emerald's. « Ou que je débarque ici en urgence en plein milieu de la nuit. » Il sourit : « Je ne pose pas de questions, tu ne poses pas de questions, et on s'aide. C'est un arrangement correct, non ? »

____________________________________



WHO THE FUCK IS ROBIN HOOD ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les bons comptes font les bons amis || Ash

Revenir en haut Aller en bas

Les bons comptes font les bons amis || Ash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique
-