POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


    | Mangemort ;; Directeur de la Coopération Magique
    | Mangemort ;; Directeur de la Coopération Magique
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/08/1994
    Âge du joueur : 22
    Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2012
    Parchemins postés : 55



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Ferdinand L. Selwyn


MessageSujet: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Dim 10 Juil - 17:38


Evelyn Sophroniska


Identity



Mon nom est Evelyn Sophroniska mais on me surnomme parfois la psy'. J'ai soixante-trois ans. Je suis originaire de New-York où j'ai vu le jour le trois janvier mille-neuf-cent trente-cinq. Je suis actuellement veuve. J'ai étudié à Ilvermorny et je travaille comme Guérisseuse en chef du service Pathologie des Sortilèges et Psychomage à l'Hôpital Sainte-Mangouste. Je suis Sang-Mêlée. Ma baguette est taillée dans un Noyer noir, mesure vingt-six centimètres et composée d'une plume d'Oiseau-tonnerre et mon patronus est un python réticulé. Enfin, on dit que je ressemble à Patti LuPone.

We know who you are...


♦ Famille : Les origines familiales de Sophroniska sont floues. On est absolument certain que le nom qu'elle possède n'est pas celui de son feu-mari, décédé dans des conditions encore floues.
Il est probable que son nom usuel ne soit pas son nom de jeune fille ; nom qu'elle a préféré changer en arrivant en Angleterre dans les années quatre-vingt-dix. Ses origines sont floues et elle les a volontairement floutées. Si bien d'ailleurs qu'il est possible qu'elle ait fini par croire à ses propres inventions, laissant de côté bien d'informations véridiques.

Ellle demeure cependant très intéressée par les questions de famille, privilégiant celle des autres que la sienne. Ses nombreuses pratiques en Psychomagie lui permettent d'accéder au passé de ses patients, et de dénouer leurs relations familiales. Mais au fil des années, elle a tâché de s'éloigner de la sienne, la rendant opaque aux autres et surtout à elle-même.

Ses parents sont deux Sorciers. La mère, de Sang-Mêlé a épousé un homme né-moldu. Les deux s'étaient rencontrés à l'école, avant de connaître un mariage heureux dans la banlieue de New-York. Voilà tout ce qu'il est possible de connaître sur ses parents, puisqu'il s'agit là des seuls éléments qu'elle a révélés aux quelques personnes qui la côtoient.
Il n'est pas impossible que le père ait connu quelques problèmes de drogue et d'alcool, étant un commerçant américain sorcier proche de certains milieux mafieux qui avaient eux-aussi accès à des produits illicites. Certains proches des parents d'Evelyn affirment que les déboires du père l'ont conduit en prison, laissant les deux femmes seules.
De son côté, la mère d'Evelyn a toujours privilégié le confort financier. Simple vendeuse dans une boutique de vêtements, dans la rue sorcière principale de New-York, elle a toujours su mettre de l'argent de côté, même lorsqu'elle avait du mal à joindre les deux bouts. Malgré cette présence financière, elle se montra très peu présente pour sa fille qui, livrée à elle-même la journée, ne connaissait guère d'autres limites que celles qu'elle avait le courage de s'imposer. C'est ce désir d'aisance financière qui la poussa à se lier avec son employeur, rapidement devenu son amant. Homme peu charismatique mais très riche, il fut un troisième et indésirable élément qui vint rompre la relation très forte entre la mère et la fille.
La mère d'Evelyn et le directeur de la boutique sont aujourd'hui toujours en ménage. De fait, les seules informations que nous ayons pu trouver à propos d'Evelyn ne dépendent que de la version du second père qu'elle n'a jamais pu vouloir. Selon lui, ils ne cessèrent jamais de soutenir la jeune fille qui, mue par une jalousie extrême et une folie peu commune, ne fit que les remercier par des crises de nerfs incessantes. Elle disparut peu de jours après ses dix-huit ans et jamais plus ils n'eurent de nouvelles d'elle.


♦ Avis sur la situation actuelle : A New-York, de même qu'en Angleterre, Evelyn a toujours eu l'impression de pouvoir rester cloîtrer dans son cabinet puis à l'Hôpital Sainte-Mangouste. L'étude de toute la psychologie de ses patients l'a toujours passionnée, ne la liant guère au reste du monde. Taciturne, froide et discrète, Evelyn n'a jamais eu pour habitude de se lier au monde extérieur. Depuis qu'elle est à Sainte-Mangouste, elle est persuadée de suivre l'un de ses plus grands rêves: guérir certains sorciers de leur plus grandes psychoses. Ce projet, elle le mène avec encore plus de liberté depuis que Voldemort a gagné la Bataille de Poudlard. Les choses s'arrêtent donc ici. Pouvant agir sans rendre de compte à quiconque, se trouvant face à de plus en plus de patients qui prétendent notamment être persécutés par le Ministère, Evelyn a le sentiment d'être enfin la plus complète et la plus libre dans le métier qu'elle exerce.
Il est cependant évident qu'elle n'est qu'une folle parmi les fous, sûrement la plus folle de tous. Une folle bien utile pour les instances les plus secrètes du gouvernement qui lui confient des cas gênants politiquement en les faisant passer pour dégénérés.


♦ Informations : Evelyn a été internée dans un hôpital psychiatrique moldu sur ordre de son mari, entre 1955 et 1967. Elle a alors été diagnostiquée comme schizophrène ♦ Sa maladie n'a rien à voir avec sa magie, puisque son mari était au courant de sa véritable nature. Il arrive ainsi qu'Evelyn entre dans des crises de paranoïa, qui commencent toujours de la même manière: son père est autorisé à sortir de prison et elle tente de fuir l'endroit où elle se trouve pour qu'il ne puisse pas lui faire de mal ♦ En 1967, elle a réussi à mettre sous Impérium trois personnes travaillant à l'Hôpital Psychiatrique dans lequel elle était internée. C'est ainsi qu'elle réussit à détruire toute trace de son passage dans l'institution ♦ Il lui arrive toujours de faire quelques crises, bien que celles-ci soient seulement plus violentes que son comportement devenu habituel. Persuadée d'être traquée par les autorités américaines, elle soupçonne constamment certains de ses patients d'être des espions au service du gouvernement américain. C'est ainsi que dans quelques crises de folie, elle leur fait payer ses propres peurs en pratiquant des traitements psychiatriques et magiques plus dangereux et poussés ♦ Sophroniska a cependant un doctorat en Psychomagie, décerné par l'Institut des Etudes Magiques Supérieures en Médicomagie (IEMSM) de Washington et obtenu en 1979 ♦ C'est au romancier moldu Gide qu'elle emprunte le nom de famille Sophroniska lorsqu'elle s'inscrit à l'IEMSM. Un nom emprunté à son roman Les Faux-Monnayeurs ♦ Sophroniska a toujours été excellente dans les arts de la divination, et plus particulièrement l'hypnose qu'elle pratique avec ses patients ♦ Travailleuse, elle considère son travail comme sa raison de vivre et sa place à Sainte-Mangouste comme répondant à un grand et vaste projet ♦ Evelyn sait garder son calme en toute circonstance. C'est surtout le moyen pour elle de garder la main sur ses délires paranoïaques ♦ Lors de ses séances, Evelyn enregistre toutes les paroles de ses patients sur un phonographe à cylindre. Il lui arrive parfois de passer des nuits à réécouter ces enregistrements dans le but de comprendre au maximum ses patients ♦ Evelyn dort peu, sauf lorsque ses crises reviennent et qu'elle se soumet à un traitement plus coriace. Il lui arrive alors de dormir plus de douze heures par nuits ♦ L'amitié est quelque chose d'étranger à Evelyn. Changeant sans cesse de lieu de vie, elle ne s'est que peu liée aux gens qui l'entouraient ♦ Elle a été alcoolique pendant vingt ans, jusqu'à la mort de son mari. Depuis lors, elle ne consomme plus d'alcool, bien qu'elle en soit parfois encore fortement tentée ♦ Peu l'apprécient, à l'Hôpital Sainte-Mangouste. C'est sans doute lié au fait qu'elle se mélange peu avec les autres employés, préférant rester cloîtrée dans son bureau la plupart du temps ♦ Sophroniska est homophobe et pense que l'homosexualité est une perversion mentale qu'il faut soigner ♦ Durant son enfance, Evelyn a beaucoup lu de contes et de fables pour enfants. Ce goût pour la lecture ne l'a jamais quittée, si bien qu'elle passe toujours beaucoup de temps à lire des romans


crazyoilmachine pour Poudnoir




We know your story...




Pong. Pong. Pong. Trois coups.
Regard concentré.
Pong. Pong. Pong. Trois coups.
Perte de vitesse.
Il est très séduisant, votre maître.
Pong.
Et il a été bon avec vous.
Bon et généreux de son sang dont il m'a nourri.
Pong. Sourire.
J'aimerais le voir.
Vous le verrez.
Rires.
Menez-moi jusqu'à lui.
Quelle intelligence. Quelle intelligence. Je sombre et vous le savez. Chut.
Pong. Pong. Pong. Trois coups.
Vous ne risquez rien, avec moi. Accompagnez-moi. Voulez-vous? Nous marcherons ensemble. Rien que nous deux.
Pong. Pong. Pong. Pong. Pong. Pong. Six coups.
Que vois-je? Qu'est-ce que cela?
Pong.
Vous ne voulez pas voir ce que je vois. Non, vous ne voulez pas.

Sang. Corps déchiqueté. Mouvement autour de ce corps. Quel est ce mouvement?
Pong. Pong. Pong.
Une fois qu'on l'a vu, on ne peut l'oublier.
Où sommes-nous? Que voulez-vous me montrer?

Une gargote. New York.
Il y a toujours eu cette gargote, dans ce coin de rue. L'établissement le plus proche de Londres. De ce qu'il y a à Londres. A Londres. Baveur... Pong. C'est bien ça, Baveur. Pong. Le Chaudron Baveur, à Londres. Refuge pour sorciers en détresse. Soupe. Pong. A Londres.
La gargote est proche. C'est un Anglais qui la tient. C'est ici que tout a commencé.
Qu'a commencé quoi?
Notre vie.
C'est ici qu'ils se sont rencontrés. Ils ne le diront jamais parce qu'une gargote, c'est pas très romantique. Leur vie n'a jamais été romantique. Se sont-ils aimés? On ne sait pas, en réalité.
Est-ce encore le brouillard? Ou les effluves de l'opium qui nous entourent? Oh que cet endroit, sous nos yeux se dessine sans pitié ni élégance. Ils errent ici comme des âmes perdues, ne prennent en marche que des trains à vapeur déjà. Déjà. Vapeur. Pong. Pong. Pong.
Quelles vapeurs?
Les vapeurs des fumeurs. Ceux qui y dînent. Les dîneurs, oui. Ils fument et la gargote en est envahie. Ca les protège. Ils se sentent oubliés, là, dans la masse de la fumée. Ils font comme tout le monde. La société les oublie. Dans leur exception, ils font corps, ils font bloc. Bloc. Pong. Pong. Ils font bloc aussi, eux. Pong. Ils se sont installés dans ce petit coin. La fumée les atteint. C'est sûr. Bloc. C'est sûr, oui, elle les atteint. Pong.
Ils se connaissaient depuis trois ans et huit mois. Depuis que lui a son frère qui a vu elle. Elle. Pong. Elle la mère. La mère et le futur père ami de la mère. Père. Mère.
Ils se tiennent la main pour la première fois. Bloc. Ils sont un bloc dans l'immensité du collectif brumeux.
Nos parents.
Nos parents, c'est bien ça, oui. C'est. Bien. Ca. Oui. Pong.
Mais... Quel est ce bruit que j'entends?
Ils font frire les poissons. Moi c'est l'odeur qui me gène. L'odeur qui entre moi, qui dévore mes habits, dévore mes nerfs et mes muscles, qui entre dans mon sang et qui tape, tape, tape. Tape. Tape. Pong. Pong. Pong. Quand le tatoueur pique dans la peau jusque dans la chair. Et que les éclaboussures de sang giclent et tombent. Pong.
Ont-ils un tatouage au sang qui tombe?
Elle oui. Elle en a plusieurs. Ils représentent tout pour elle. Tout. C'est l'essence même de cette existence. Douze ans qu'elle n'est pas revenue dans cette maison qu'est la sienne. Celle de sa famille. Que le temps tombe goutte par goutte qu'importe car elle n'est qu'une quémandeuse. Quémande, quémande. Quémande petit oiseau.
Douze ans qu'j'y suis pas allée, qu'elle dit. Douze ans qu'tu peux vraiment pas les saquer. Il arrive qu’on naisse chez des gens dont on ne comprend pas qu’ils nous soient proches ou reliés par le sang, et dont on s’éloigne. Volontairement. Douze ans.
Elle est partie parce qu'ils nous voulaient plus d'elle. C'est ce qu'elle lui raconte, dans la fumée, là. Là. Là, il l'écoute, parce qu'il aime entendre sa voix qui entre lui comme il entrera en elle un peu plus tard dans la soirée. Il aime se dire ça, ce genre de choses là. Là. Là, il aime se dire qu'elle est belle, qu'elle est poétique quand elle évoque sa vie détruite, détruite, détruite par ceux qui ne l'ont jamais comprise. Je t'aime. Je ne te comprends pas, mais je t'aime, qu'ils lui ont toujours dit à elle. Là. Là, il aime se dire ça parce qu'il aime se dire qu'il vit un moment où il est amoureux d'une femme qu'il couchera tout-à-l'heure dans ce putain, putain, putain, putain de pieux, putain de lit et à qui il fera l'amour. Car il lui fera l'amour autant qu'il l'a écoutée parler ce soir, ce soir, il l'a écoutée et elle a parlé. Il aime ça, ça. Se dire que leur relation, c'est parler et faire l'amour. Ce genre d'équilibre, de complémentarité dans l'ouvrage. Une bonne donne d'un tout. D'un tout. Tout. Tout. Pong.
Douze ans.
Elle dit qu'ils ne voulaient plus d'elle. Alors elle est partie. Elle est partie et lui il peut comprendre parce que lui, ah !, lui, ah !, je peux te le dire moi, moi, moi, lui, il peut comprendre parce que ses parents n'ont jamais compris qu'il n'était pas eux. Qu'il avait un petit quelque chose en plus, ou un petit quelque chose tout court. Quelque chose tout court. Tout court. Petit quelque chose tout court qui faisait qu'il devait lui aussi partir. Il est parti.
C'est bien ça, la magie.
La magie. Oui. Pong. Oui, la magie. C'est bien ça, c'est la magie. Pong. Pong. Oui. Pong.

Vous égarez, très chère. Tenez. C'est ma main. Prenez-la. Reprenez votre calme. Nous n'avons pas fini de marcher, vous voyez bien. Nous reprenons?

Pong. Pong. Pong.
Trois temps.

Oui, reprenons.

Pong. Pong. Pong.
Trois temps.

Ils se sont aimés comme jamais, n'est-ce pas? Ils ont pensé que cet amour serait éternel, qu'un petit quelque chose s'était ajouté. Ce petit quelque chose qui fait la différence, qui sépare les amoureux des communs. De ceux pour qui l'amour n'est que chose palpable, délimitable, qui a ses propres limites. L'amour n'a pas de limites. Du moins, c'est ce qu'ils pensaient quand ils le disaient.
Ils eurent une fille. Une seule fille. Elle était ce qu'ils attendaient de plus. De plus. De plus. Elle était ce qu'ils attendaient de toute cette relation qui pour eux avait tout d'exceptionnelle. C'était l'aboutissement de cette anormalité, de cette sortie des chemins ordonnés par la normalité. La normalité.
Ils t'eurent, seule fille. La seule fille, c'est toi. Ce n'est pas moi. Moi. Là, ici, là c'était une autre personne. Une petite fille comme les autres, hein? Comme les autres petites filles, tu aimais jouer, tu aimais t'allonger dans ton lit glacial les soirs d'hiver et le sentir de réchauffer petit à petit. Tu aimais t'enfoncer doucement dans tes rêves pour ne plus en sortir. Le monde ne t'effrayait pas, non. Pas. Non, il ne t'effrayait pas. Pas. Il n'était juste pas ton monde à toi.
A toi. Pong.
A toi. Pong.
Identité. Nom. Seward. Evelyn. Née le trois janvier mille. Silence. Silence. Ne dis plus rien. Née le trois. Née Seward. Pong.

Pong. Pong. Pong.
Canne qui ne cesse de se mélanger au sol.
Elle frappe. Frappe. Frappe. Touche le sol. Touche.

Continuons.

Il fallait le tuer.
C'était lui ou moi. Il fallait le tuer parce qu'il allait tuer à son tour. Alors c'est avec la baguette qu'on l'a fait. Il fallait le faire, sinon il aurait tout dit. Tout dit sur tout et il fallait le tuer. Le tuer parce qu'un homme ne peut pas se contenter, comme ça, se contenter de la gargote, de la fumée et de la nuit sur le lit à faire l'amour. Il ne peut pas. L'homme doit aussi être violent, être dangereux. L'homme doit être et l'homme ne pouvait plus être. Alors il fallait tuer l'homme.
Le tuer aussi vite que possible.
Le brouillard et le sang. Toujours le brouillard et le sang. Sang et corps. Pong. Il fallait partir. Le brouillard avait pris sa position, promenant avec lui ses créatures de l'ombres. Érinyes à la poursuite de leur justice vengeresse. Il fallait partir parce que. Parce que sinon. Sinon. Pong.
Il était très séduisant, lui aussi.
Très, très. Très séduisant, lui aussi, oui.
Très séduisant. Grand, portant beau, Il avait réussi à trouver le ce pourquoi le rejet s'était toujours interposé. Il avait rendu belle la fragilité. Besoin de reconnaissance. Nécessité de donner aux autres, de se tourner vers les plus dangereux pour tout leur donner, pour qu'ils reconnaissent, tout. Tout leur donner. Pong. Il allait de soi que les deux allaient bien ensemble. Hein? Oui. Oui, ils allaient bien ensemble, comme le père et la mère avant.
Mais il n'y a pas eu de gargote, de lit, d'enfant. Il n'y a pas eu d'histoire d'amour. Pong. Une histoire d'amour, ça n'arrive qu'une fois et c'était déjà arrivé pour les parents, il ne fallait pas exagérer. Pas une deuxième fois.

Et maintenant? Maintenant, qu'est-ce que ce meurtre vous pousse à penser? Qu'entendez-vous?

Pong.
Les cris. Sans-cesse les cris et la ferraille qui couine et qui radote toujours la même chanson d'horreur. Les portes qui se ferment et les ongles qui se crispent sur le métal. Pong. Qui couine sur le métal. Les yeux qui hurlent la douleur de ne pas comprendre. Mais des yeux qu'on ne voit pas, quelle âme se perd alors? Quel morceau de vie oublie-t-on?
Ils sont là, ils ne comprennent pas. Maintenant, maintenant, maintenant, ce sont. Les cris. Pong. Les cris, la ferraille.
Le meurtre. Le meurtre ce n'est rien face aux cris. Le meurtre, c'est le silence imposé. C'est l'explication, le commencement. Le meurtre, c'est le Jadis, l'origine attendue. Attendue. Attendue. Tue. L'origine tue et silencieuse.
Le regard ne voit plus l'extérieur.
Le regard ne voit plus les horreurs commises au nom d'une idée absurde. Ils ont eux aussi un Maître. Un Seigneur. "Quand le règne du Seigneur des Ténèbres viendra, les créatures de la nuit reprendront leur territoire." Les créatures de la nuit sont revenues dans la brume. Toujours le même brouillard. Brouillard originel qui rassure et assure que demain tomberont ceux qui connaissent déjà l'éternité.

Vous ne regardez pas.
Non, je ne regarde pas.
Vous n'entendez pas.
Non plus.
Rire.
Non plus, non. Pong. Je ne veux pas entendre la ferraille. Elle désharmonise.
Que voyez-vous?
Londres, cette fois-ci. Londres, vraiment. Le brouillard, toujours. Londres et je marche. Je marche non parce que je dois me rendre quelque part. Non. Je marche pas que je sais que je suis suivie. Quelqu'un est derrière moi. Ce n'est pas une ombre. C'est bien plus menaçant. Ca m'attend. Ca sait que je suis là. Ca sait que je sais. Ca sait et rien que pour ça, je veux courir. Mais on ne peut échapper, n'est-ce pas?

C'est ça.
Pong. Pong. Pong. Trois temps. Trois coups.
C'est ça.
Je cherche en l'autre ce que je ne trouve pas en moi.
Rires.
Chut. Taisez-vous. N'entendez-vous pas?
Chuchotements.
Je cherche en l'autre ce que je ne trouve pas en moi. Je dissèque l'âme humaine. J'espère y voir la rédemption possible, la reconnaissance attendue, le pardon donné. Pong.
Le pardon.
Pong. Pong. Pong.

Je crois que nous avons terminé.
Oui. Nous avons terminé.
Fin des battements.
Réveil de la patiente.

    « je pense du mal.
    je n'aime personne,
    je ne vous ai jamais aimés, c'était des mensonges,
    je n'aime personne et je suis solitaire,
    et solitaire, je ne risque rien,
    je décide de tout,
    la Mort aussi, elle est ma décision
    et mourir vous abîme et c'est vous abîmer que je veux. » Juste la fin du monde, Lagarce







Behind the mask



♦ Pseudo : ErisValverdeHildegardeMadneJeremiasLBSerpensVernaAldureenetplussiaffinités ♦ Age : Vingt-deux ans, à peu près. ♦ Fréquence de connexion : En heure ou jours ♦ Avis & suggestions : J'en ai beaucoup (trop) dit. ♦ Comment as-tu connu Poudnoir ?  La question est: comment Poudnoir m'a-t-il connu? ♦ Multicompte :Nein. ♦ Veux-tu être parrainé ? : Oui, par Robichou, évidemment. ♦ Codes du règlement : .
crazyoilmachine pour Poudnoir

____________________________________

« Je vais te dire qui sont les monstres: les gens, en dehors de cette tente. Dans ta ville, dans toutes ces petites villes. Mes monstres, ceux que tu appelles dépravés, sont ces magnifiques héros qui offrent leur anormalité au monde. Ils donnent un rire frissonnant aux personnes en manque de spectacles. Chacun vit la vie qu'il a choisie. »


Dernière édition par Evelyn Sophroniska le Ven 7 Oct - 22:58, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Propriétaire du Emerald's ;; Parrain de la pègre

| Propriétaire du Emerald's ;; Parrain de la pègre
avatar
Date de naissance du joueur : 06/03/1996
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 08/09/2015
Parchemins postés : 80



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Joe Emerald


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Dim 10 Juil - 19:46

La description donne tellement envie Re-bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Mangemort ;; Directeur de la Justice Magique
    | Mangemort ;; Directeur de la Justice Magique
    avatar
    Date de naissance du joueur : 08/04/1988
    Âge du joueur : 29
    Arrivé sur Poudnoir : 27/06/2016
    Parchemins postés : 110



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: peu rempli
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 13PV
    Chapman Rosier


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Dim 10 Juil - 19:51

Elle est flippante. Point.

Re-bienvenue, tu sais où trouver le staff en cas de besoin Wink

____________________________________

The necessary evil.
What are u doin' ? Tryin' to live ? Tryin' to fight ? × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Mangemort ;; Directeur de la Coopération Magique
    | Mangemort ;; Directeur de la Coopération Magique
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/08/1994
    Âge du joueur : 22
    Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2012
    Parchemins postés : 55



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Ferdinand L. Selwyn


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Dim 10 Juil - 21:05

Merci à tous les deux !

____________________________________

« Je vais te dire qui sont les monstres: les gens, en dehors de cette tente. Dans ta ville, dans toutes ces petites villes. Mes monstres, ceux que tu appelles dépravés, sont ces magnifiques héros qui offrent leur anormalité au monde. Ils donnent un rire frissonnant aux personnes en manque de spectacles. Chacun vit la vie qu'il a choisie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre du Mouvement pour Merlin ;; Médicomage
    | Membre du Mouvement pour Merlin ;; Médicomage
    avatar
    Date de naissance du joueur : 03/06/1999
    Âge du joueur : 18
    Arrivé sur Poudnoir : 26/10/2015
    Parchemins postés : 251



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Ashley C. Prewett


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Dim 10 Juil - 21:17

Re-bienvenue
Bonne fin de fiche! :

____________________________________


Cassidy a écrit:
En vrai elle l'a pas vraiment gagné

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 30/08/1989
    Âge du joueur : 27
    Arrivé sur Poudnoir : 28/06/2016
    Parchemins postés : 331



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Juliet Birch


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Lun 11 Juil - 9:25

Je tarde un peu, mais rebienvenue pour ce personne qui promet d'être haut en noirceur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Serdaigle ;; 5ème année ;; Membre de FP
    | Serdaigle ;; 5ème année ;; Membre de FP
    avatar
    Date de naissance du joueur : 07/10/1995
    Âge du joueur : 21
    Arrivé sur Poudnoir : 28/06/2016
    Parchemins postés : 198



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
    Ma résistance magique est de: 6PV
    Alice Rosier


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Lun 11 Juil - 12:54

Re-bienvenue par ici !!
Bonne fin de fiche, Msieur l'prof !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 6ème année

| Serpentard ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 07/05/1998
Âge du joueur : 19
Arrivé sur Poudnoir : 23/01/2016
Parchemins postés : 8



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Arizona H. Kellys


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Lun 11 Juil - 22:32

Re bienvenue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Mangemort ;; Directeur de la Coopération Magique
    | Mangemort ;; Directeur de la Coopération Magique
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/08/1994
    Âge du joueur : 22
    Arrivé sur Poudnoir : 18/10/2012
    Parchemins postés : 55



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Ferdinand L. Selwyn


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Mar 12 Juil - 9:55

Merci à vous !

____________________________________

« Je vais te dire qui sont les monstres: les gens, en dehors de cette tente. Dans ta ville, dans toutes ces petites villes. Mes monstres, ceux que tu appelles dépravés, sont ces magnifiques héros qui offrent leur anormalité au monde. Ils donnent un rire frissonnant aux personnes en manque de spectacles. Chacun vit la vie qu'il a choisie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 21/11/1994
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 17/10/2015
Parchemins postés : 81



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
E. Maya Price


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours Ven 15 Juil - 2:33

Rebienvenue et bon courage pour la fin de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours

Revenir en haut Aller en bas

E. Sophroniska ♦ Psychomage, schizophrène, raciste— En cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Bienvenue sur Poudnoir

 :: Présentation des Membres :: Adultes :: Fiches validées
-