POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Bon sang ne saurait mentir (Solo) || Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Apothicaire mal embouché
    |  Apothicaire mal embouché
    avatar
    Date de naissance du joueur : 10/03/1981
    Âge du joueur : 36
    Arrivé sur Poudnoir : 30/08/2015
    Parchemins postés : 122



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Al Holmwood-Black


MessageSujet: Bon sang ne saurait mentir (Solo) || Terminé Ven 22 Juil - 14:26

-C'est pas comme ça que ça marche, papa, finit par déclarer Orion, l'air dégoûté, dans le silence lourd. Tu vas finir en prison et puis c'est tout.

Le conseil de famille s'éternisait dans le salon des Holmwood-Black, et les esprits s'échauffaient quelque peu. Celui de Vega n'en avait pas besoin ; c'était lui, avec sa nouvelle lubie, qui avait rendu nécessaire la tenue en urgence de cette réunion au sommet. À la table familiale, le pater familias occupait la place d'honneur, au bout de la table ; Grandma, l'air très intéressé (mais Al la soupçonnait de ne rien comprendre de ce qui se disait), avait pris place à sa droite, Orion à sa gauche et Al aux côtés de son frère. Le benjamin de la famille regagna la table après avoir préparé du thé pour tout le monde, en étouffant un bâillement. Putain de réveil pour un dimanche matin, songea-t-il en servant sa grand-mère qui le remercia d'un sourire radieux.

Que s'était-il passé dans l'esprit de Vega ? Nul ne le savait, mais il avait en tout cas décidé d'aller dès le lundi matin déposer une requête officielle pour faire reconnaître ses droits au nom et à l'héritage Black. Ce qui n'était jusque-là qu'une lubie inoffensive devenait une dangereuse revendication, et il était désormais vital de dissuader Vega d'entreprendre la moindre démarche. Convaincu de vivre un moment fondamental de la vie familiale, il avait lui-même réveillé ses fils pour les informer, très solennellement, de ses intentions. Et depuis, le conseil de famille s'était mis en place, avec les jumeaux encore hirsutes, les yeux bouffis de sommeil. On prenait un petit déjeuner décousu tout en essayant de raisonner le paternel, et de temps en temps, Grandma lâchait une phrase décisive du genre "cette confiture d'abricots a drôlement le goût à l'orange".

Aucun argument ne semblait pouvoir ébranler la détermination de Vega, qui ne comprenait même pas les réticences de ses fils. Il ne demandait que son dû, répétait-il. Al était stupéfait de constater à quel point son père croyait à son histoire, échafaudée à partir de pas grand-chose mais devenue une certitude pour lui. Il était le fils d'Alphard Black, point. Plus d'une heure durant, il repoussa tous les arguments avancés par les jumeaux ; Al commençait à regretter l'absence de Betty, qui avait toujours fait preuve d'un bon sens assez percutant pour convaincre même Vega, et, sans y croire, il fit, pour appuyer les paroles d'Orion :


-Tu peux pas y aller comme ça, sans la moindre preuve, p'pa. Il faut constituer un dossier, comme ça personne pourra s'opposer à toi. On va s'en occuper, Orion et moi, si tu veux, t'as déjà assez de boulot comme ça, toi.

De manière inattendue, ces quelques mots lâchés sans y penser firent mouche. Vega accepta de différer sa démarche, en attendant le fameux dossier de preuves que les jumeaux devaient réunir. Passant vivement à autre chose, il fila à la boutique préparer des commandes, et Orion, tout en beurrant un toast pour Grandma, interrogea son frère :

-Et comment tu comptes t'y prendre pour réunir des preuves, voyons ?

Il y avait dans sa voix une nuance narquoise qui ne trompait pas : il refusait de participer aux recherches. Al n'avait pas eu le temps de réfléchir au problème, il avait seulement essayé de calmer son père, et il fit sur un ton vague :

-Ben... il suffirait de trouver un truc qui permette de prouver si p'pa est sang-pur, et le tour est joué.
-Il suffirait ?
persifla Orion. Y a des fois où je t'admire, tu sais. La naïveté à ce point, c'est rare.


Dernière édition par Al Holmwood-Black le Mer 9 Nov - 20:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Apothicaire mal embouché
    |  Apothicaire mal embouché
    avatar
    Date de naissance du joueur : 10/03/1981
    Âge du joueur : 36
    Arrivé sur Poudnoir : 30/08/2015
    Parchemins postés : 122



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Al Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Bon sang ne saurait mentir (Solo) || Terminé Dim 24 Juil - 18:32

Vega avait semblé oublier entièrement son projet de réclamation et la promesse d'Al, mais il ne fallut pas plus de trois jours avant qu'il ne revienne à la charge. Lors du repas du midi, il demanda soudain aux jumeaux si les recherches avançaient. Orion, avec un sourire en coin, répondit aussitôt :

-Plutôt bien, oui. Pas vrai, Al ?

Celui-ci, la bouche pleine, émit pour toute réponse un grognement qui n'engageait pas à grand-chose, mais que Vega accueillit avec une intense satisfaction. Profitant de ce que leur père se levait pour aller à la cuisine, Al murmura à l'adresse de son frère :

-T'es un véritable connard, toi... putain, tu risquais pas d'aller à Poufsouffle, la loyauté tu connais pas. Tu vas arrêter de m'enfoncer, oui ou merde ? Tu veux pas m'aider, c'est une chose, mais ferme au moins ta sale gueule !

Cela eut le mérite de faire comprendre à Orion que sa plaisanterie était allée trop loin. Vega se voyait déjà avec un épais dossier de preuves de ses déclarations, investi officiellement de l'autorisation de s'appeler Black et de prétendre à l'héritage... Sauf qu'Al, bien entendu, n'avait mené aucune recherche. Comment procéder ? Il n'avait jamais été un rat de bibliothèque, et il se trouvait confronté à une sacrée énigme. Prouver qu'une personne est de sang pur, et prouver sa filiation. Au début, il en avait parlé uniquement pour gagner du temps, en attendant la prochaine lubie de Vega. Mais à force d'y penser, cela l'intriguait de plus en plus.

Il commença par fréquenter les bibliothèques moldues de Londres, en prenant des kilomètres de notes. Il consulta des ouvrages sur la génétique, sur le sang, sur les tests ADN, sur tout ce qui lui semblait entrer dans son sujet. Le thème des tests génétiques l'intéressa particulièrement, mais cela n'avait aucune chance d'aboutir : aucun sorcier ne ferait jamais confiance à la recherche moldue sur un sujet aussi sensible que le sang, et en plus, il fallait un échantillon d'ADN pour comparer. Lequel des actuels descendants des Black accepterait de donner cet échantillon ? Mieux valait oublier cette idée.

Il se replia alors sur la Bibliothèque Nationale Sorcière. La tâche y fut moins aisée : les ouvrages qui l'intéressaient n'étaient pas en libre accès, et le bibliothécaire l'informa qu'il devrait remplir une demande écrite pour chaque livre qu'il souhaitait consulter. Al ne s'inquiéta pas trop de cet excès de formalisme, et poursuivit ses recherches des journées entières. Il compulsa des sommes sur le sang sorcier, sur la transmission de la magie, sur les familles de sang pur, et aussi sur les potions. Pratiquant cette discipline depuis son plus jeune âge, il avait tout naturellement pensé l'utiliser pour parvenir à déterminer si son père était de sang pur ou de sang mêlé – en somme, un Black ou un Holmwood. Piochant ici et là, il mettait au point des recettes qu'il s'employait à tester dans le petit laboratoire du Chemin de Traverse. Orion lui fichait une paix royale depuis leur prise de bec, mais Al le sentait intrigué par ces tâtonnements. Il n'était pas le seul ; les amis et connaissances à qui il demandait comme une faveur de se piquer le doigt et de lui donner une goutte de sang le regardaient comme s'il était devenu fou. Il n'avait parlé de ses recherches à personne ; il avait bien posé à Ashley quelques questions sur le sang et les examens de médicomagie s'y rapportant, mais en restant volontairement dans le vague. Il se prenait de passion pour ses recherches et ses tentatives pour mettre au point une potion, et certains de ses proches le trouvaient assagi, moins porté sur les filles, l'alcool et les duels. À vrai dire, la mise au point de sa potion lui procurait une excitation nettement supérieure à ce qu'il avait pu connaître jusque-là, si bien qu'il lui coûtait désormais de devoir abandonner son laboratoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Apothicaire mal embouché
    |  Apothicaire mal embouché
    avatar
    Date de naissance du joueur : 10/03/1981
    Âge du joueur : 36
    Arrivé sur Poudnoir : 30/08/2015
    Parchemins postés : 122



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Al Holmwood-Black


MessageSujet: Re: Bon sang ne saurait mentir (Solo) || Terminé Mer 9 Nov - 20:33

Une goutte sauve, deux gouttes tuent.
Al avait entendu cet adage des centaines de fois alors qu'il s'initiait à l'art des potions sous la conduite de son père, et cette phrase si souvent martelée avait le don de l'exaspérer, lorsqu'il était jeune. Vega avait une manie des expressions figées, qu'il assenait sur un ton sentencieux aussi souvent que possible – dès que l'un de ses fils, point assez attentif à son travail, se trompait dans le dosage de l'un de ses ingrédients. Orion et lui avaient pris l'habitude de se moquer de leur père dans son dos, le singeant tandis qu'il prononçait sa phrase, la mine solennelle. Il en avait tout un répertoire, pour chaque situation. Sa connaissance des potions était encyclopédique, et il espérait transmettre à ses rejetons autant son savoir que cet instinct qui changeait tout. Des heures de préparation de mixtures diverses, ça laisse des traces. Quelques recettes qu'on connaît par coeur, un petit paquet d'astuces pour se faciliter la vie, et les proverbes de papa. Autant de choses qui avaient été utiles aux jumeaux durant leurs études à Poudlard : tous deux avaient obtenu la note Optimal à leur ASPIC de Potions, précisément parce qu'ils avaient fini par acquérir une familiarité avecla discipline bien supérieure à celle de leurs camarades. D'instinct, ils comprenaient comment améliorer une recette, ou quel ingrédient utiliser pour un effet précis. À Gryffondor, Al était une exception. Tout le monde détestait Rogue, sa stupide matière et ses commentaires assassins. Sauf lui. Il voyait Rogue comme un rival à vaincre, rien de plus. Un vrai connard, mais un simple concurrent. C'est pas parce que c'est lui qui tient le carnet de notes que je vaux moins. Je veux le prouver. Même s'il s'en fout.

Une goutte sauve, deux gouttes tuent.
Le dosage de la potion avait été un vrai casse-tête. Une fois les ingrédients à peu près validés, il avait fallu des semaines d'essais et d'ajustements pour obtenir un résultat. L'été était passé sans que rien de décisif ne se produise. Régulièrement, Al réalisait des expériences. Son sang, et celui de Moldus. Pour en obtenir, il avait dû mettre au point une stratégie ; les week-ends, il s'installait avec un livre dans un jardin public moldu, à proximité des jeux d'enfants. Immanquablement, l'un des bambins – voire plusieurs, en général – finissait par se blesser en jouant, et il suffisait de récupérer discrètement le mouchoir en papier que les parents avaient jeté à la poubelle après avoir nettoyé l'égratignure. La potion réagissait mollement au contact avec ces mouchoirs, jusqu'à ce que la dose parfaite de chaque ingrédient fût établie. Al eut alors la surprise de voir son sang demeurer bien rouge, tandis que les six échantillons moldus viraient du jaune à l'orange clair. Dans les jours suivants, il répéta l'expérience, en demandant du sang à ses amis, stupéfaits de cette requête. Tous s'y prêtèrent de plus ou moins bonne grâce – Anne, par exemple, commença par refuser, avant d'envoyer un petit flacon par hibou le lendemain. Ignorant la véritable nature de son sang, Al avait insisté auprès de ses amis de sang-pur et de sang-mêlé, laissant de côté, pour le moment, le problème des nés-moldus. Son but était d'affiner sa potion, déjà capable de distinguer sang sorcier et sang moldu, pour qu'elle désigne le sang pur. Était-ce seulement possible ? Le jeune homme l'espérait, faute de pouvoir y croire de manière sûre. Son premier succès ne lui suffisait pas ; il voulait désormais obtenir une manière de déterminer le statut du sang d'une personne, avec le plus de nuances possible. Moldu, né-moldu, sang-mêlé, sang-pur. Voilà ce que je veux, rien de moins. Pas pour les histoires à dormir debout du paternel, non, ou pas seulement ; parce que c'est un autre challenge, comme en septième année, et que c'est jouissif de le relever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bon sang ne saurait mentir (Solo) || Terminé

Revenir en haut Aller en bas

Bon sang ne saurait mentir (Solo) || Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique
-