POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Mystère & Suspens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année

avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 898



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Mystère & Suspens Ven 20 Jan - 11:17

« C’est quoi cette insinuation sournoise ? » se contenta de répondre Cassidy à la pique lancée par Anne.

L’adolescente n’était pas tout à fait certaine de savoir à quoi l’oubliator faisait référence. Le vert émeraude était certes la couleur des Serpentard, mais auquel donc voulait-elle faire allusion ? Il y avait deux Serpentards qui occupaient présentement une place prépondérante dans la vie de Cassie : d’un côté Evan Rosier, son fiancé officiel, de l’autre Niklaus, son fiancé officieux (si l’on peut dire.) Dans tous les cas, elle jugeait préférable que personne ne se préoccupe de sa vie sentimentale.

Cassidy aurait largement préféré qu’on l’éclaira sur un sujet brûlant, en quoi cela était-il important qu’une couleur de verni à ongle vous aille au teint ? Mais apparemment c’était une règle que tout le monde ici semblait connaître, la manucure affirma vertement qu’un vert émeraude serait d’un goût douteux avec la peau blanche de Cassidy et qu’un verni rouge pour une jeune fille aussi jeune était tout à fait inconvenant. Bon sang de sang pur, mais qui était le fils de cognard qui avait édicté des règles de bienséance pour le port du verni à ongle ? Et où les gens avaient-ils appris tout cela ? La Gryffondor se contenta de soupirer en pensant à la difficulté de la vie adulte et opta finalement pour une nuance de rose fushia.

L’esthéticienne commença sont travail, et très vite Cassidy commença, elle, a s’ennuyer. Pauvres moldus, et dire qu’elle aurait pu avoir des ongles roses en un coup de baguette, plutôt que d’être assise ici à attendre qu’on lui enduise le bout des doigts, un par un, avec un produit gluant, qui sentait mauvais et serait ruiné en moins d’une semaine. Pour la petite sang-pur devoir vivre comme une moldue serait une véritable et insupportable régression, contrairement à d’autre, jamais elle ne quittera le monde sorcier.

Heureusement la conversation se réorienta rapidement sur le sujet qui les avait menés ici en premier lieu, la mystérieuse sorcière qui avait trouvé refuge au sein de cet institut de beauté. Tout en sirotant le jus d’orange que lui avait apporté un jeune serveur affable. Elle tendit l’oreille, cherchant un moyen d’obtenir des informations sur Moira Brown. Heureusement pour les deux jeunes femmes, sa collègue semblait d’humeur bavarde.

Cassidy saisi l’allusion d’Anne au sujet de Lavande Brown et enchaîna le plus naturellement du monde. Brown était un nom très répandu, mais ça ne coutait rien de lancer une ou deux allusions pour voir si le poisson mordait à l’hameçon.

« Tout à fait, Lavande Brown. Elle est un peu plus âgée que moi, mais je sais qu’elle aussi a de la famille à Londres. Ce serait un hasard amusant, non ? Quelle soit de la famille de votre collègue. »
« Certainement mademoiselle. Vous savez ce qu’on dit, notre monde est tout petit. Mais malheureusement je ne pense pas pouvoir vous renseigner. »
« Ah ? Pourquoi ? »
« Je n’ai jamais entendu Moira parler d’une quelconque Lavande. Mais elle n’aime pas parler de sa famille, j’ai cru comprendre qu’ils étaient fâchés et qu’elle avait coupé les ponts. En tout cas Moira n’aime pas en parler. »
« Je comprends, je comprends. » Approuva Cassidy en terminant son jus d’orange.

Ce que comprenait surtout la petite sorcière, c’est que jamais elle ne serait amie avec une manucure, puisque visiblement celles-ci n’hésitaient pas à partager des détails de votre vie avec des inconnus.

Bon, ladite Moira disait avoir coupé les ponts avec sa famille. Parce qu’ils n’approuvaient pas un éventuel engagement ? Une décision d’aller vivre chez les moldus ? Pour leur propre sécurité peut-être ? Ou bien elle n’avait absolument pas coupé le contact et se contentait de dire ça pour ne pas qu’on lui pose plus de questions à ce sujet. Malheureusement ce n’était pas cette chère Edna qui aurait des réponses pour Cassidy et Anne à ce sujet. D’ailleurs ce n’était pas une preuve de quoi que ce soit, les sorciers n’avait pas l’apanage des disputes de famille.  

Une carte de chocogrenouille n’était pas une preuve suffisante, juste un maigre indice prouvant que Moira était en contact avec un ou des sorciers, mais pas qu’elle en était une elle-même. C’était peut-être tout simplement une banale moldue, avec un fiancé sorcier, par exemple.

Mais Cassidy ne baissait jamais les bras facilement, et continua la conversation sur un ton badin. Elle demanda si il existait un genre de book où l’on pouvait admirer le travail de Moira. On lui apporta un gros classeur qu’elle feuilleta en émettant quelques remarques admiratives. Les prestations de la supposée sorcière étaient certes magnifiques, mais rien ne permettait de les qualifier de « magique.» Mais la Gryffondor pensait qu’il y’avait encore un coup à jouer, alors elle prétendit être plus subjuguée par ses œuvres qu’elle ne l’était réellement, et continua à cuisiner Edna, en attendant que sèche sa seconde main fraîchement manucurée.

« C’est somptueux, Moira a vraiment beaucoup de talent, j’ai rarement vu des manucures aussi réussies »
« N’est-ce pas mademoiselle. »
« Absolument, où est-ce qu’elle a été formée ? J’ai une amie qui rêverait d’apprendre à en faire autant et qui cherche un bon établissement d’apprentissage de, euh, l’art ongulaire… »
« Ah ça, mystère. Moira déteste vraiment parler d’elle. Elle est arrivée ici un beau matin en disant qu’elle cherchait un poste, on avait besoin de personne à l’époque, mais après 5 minutes de discussion avec madame Drew elle commençait son service. »

Cette affaire devenait de plus en plus louche, être embauchée comme ça, sans références, en un claquement de doigt, alors que le salon n’avait besoin de personne. Étrange. La Gryffondor essaya de pousser encore un peu la bavarde Edna aux confidences indiscrètes.

« C’est pas une très bonne publicité pour une école, un élève qui refuse d’en parler, je ne suis pas sûre de la conseiller à mon amie » lança-t-elle d’un ton plaisantin.
« J’ai cru comprendre, à mot couvert, que Moira était élève dans un pensionnat, une école privée, du genre très sélecte, en Écosse ou quelque part dans le nord. Mais je ne crois pas que c’est là-bas qu’elle a appris à faire des manucures… » Continua la manucure, en appliquant les dernières retouches aux mains de Cassie.

Cassidy du se retenir pour ne pas lâcher un BINGO retentissant. Elle-même pensait bien qu’il existait en Écosse une école très privée où l’on pouvait apprendre à faire des manucures tout à fait saisissantes, et apprendre à se faire embaucher sans qu’on vous pose trop de question. Mais plutôt que de laisser exploser sa joie, elle se contenta d’un regard appuyé à Anne, nul doute qu’elle en tirerait les mêmes conclusions que l’adolescente.

La Gryffondor se leva, bien décidée à fouiner un peu plus pendant la pédicure, mais malheureusement elle fut coupée dans son élan par l’intervention d’un jeune esthéticien.

« Je crois qu’il est temps de s’occuper des sourcils de la jeune lady Moore. »

Depuis quand était-elle la jeune lady Moore ? Et qu’est-ce que ces gens voulaient à ses sourcils ? Avant qu’elle n’ait le temps de poser plus de question, elle se retrouve enfoncer dans un siège, avec à ses côtés un jeune homme armé de bandelettes de cire qui ne présageait rien de bon. Anne devrait faire cavalier seul pour l’instant, l’inspecteur Faulkner-Nott étant momentanément hors service.  
Elle lança un regard plein de détresse à son aînée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Langue de Plomb

avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 805



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Re: Mystère & Suspens Mar 28 Fév - 18:48

Cela faisait presque une heure que les deux femmes étaient présentes dans le salon. C'était long pour des sorcières, en particulier quand pour la plupart, elles étaient capables de faire leurs soins seules. Si Anne appréciait sans nul doute un massage fait par une paire de mains agiles dans un salon, elle aimait nettement moins perdre une heure à se faire faire une manucure qu'elle aurait pu faire elle-même en cinq minutes. Néanmoins, on ne peut pas mener une double vie sans jouer le jeu. Or Anne devait être visible de temps à autre dans le monde moldu pour pouvoir jouer son rôle et surtout, elle devait se maintenir constamment à jour pour ne pas perdre le fil. Contrairement à la société sorcière, les moldus et leur technologie évoluaient à une vitesse effrayante. Il suffisait d'un an pour être perdu et devoir se remettre à la page. Il suffisait de voir l'évolution de leurs téléphones et ordinateurs pour en avoir la preuve ou encore de la mode. D'un autre côté, le monde sorcier était profondément rassurant. Statique -trop- on savait qu'on pouvait en partir et revenir dix ans plus tard tout en constatant que rien n'avait changé. Tout semblait immuable, mais était-ce réellement vrai ? Après tout, ils vivaient une révolution depuis deux ans, mais elle était bien plus politique qu'autre chose. En toutes circonstances, les sorciers restaient des sorciers.

Puisqu'elles étaient sorcières, elles n'avaient rien à faire ici. En peu de temps, Anne avait obtenu, grâce à la fille d'Hypérion, plus d'informations que celles-ci ne le pensaient. Recoupée avec les informations que son département possédait déjà, elle savait que ses collègues auraient le feu vert pour appréhender ladite Moïra rapidement. Or, elles n'étaient que trop restées. Désormais, il fallait se faire oublier ou du moins faire oublier les questions qu'elles avaient posées, et ce, sans l'aide de la magie. Autant dire que leur visite allait être abrégée.

Ce n'était peut-être pas plus mal d'ailleurs. Elle sentait Cassidy plus nerveuse qu'avant. Nerveuse, n'était peut-être pas le bon mot, mais c'était une adolescente. Du peu qu'elle connaissait la jeune fille, elle voyait bien que celle-ci avait du mal à rester en place quand elle n'était pas en présence de ses parents. Et puis, un adolescent reste un incontrôlable et la jeune femme préférait qu'elles mettent toutes les deux les voiles avant que son électron libre ne fasse une gaffe sans le faire exprès.

Elle eut donc un sourire amusé quand Cassidy se rebuffa sous sa pique et se contenta de répondre :

- Sournoise, moi ? Je suis blessée, après tout, ce n'est pas comme si je tenais plus du Serpent que du Lion.

Allusion perdue pour tout le monde sauf Cassidy et elle-même. Retournant à leur affaire, la discussion se poursuivit confirmant les hypothèses que le ministère avait déjà. Il fallait reconnaître ça à Cassidy, si elle n'était pas la subtilité même, elle restait tous de même douée pour tirer des gens ce qu'elle voulait tant qu'elle était dirigée. Anne eut presque un haussement d'épaules en y pensant. Elle n'était pas la fille d'Hypérion pour rien. La gryffondor devait autant tenir de son père que de sa mère.

La manucure tirant à sa fin, elle laissa sa jeune compagne se faire entrainer pour une épilation. Au vu de l'air paniqué de la jeune fille, elle en aurait presque eu des remords, mais elle lui fit un petit signe encourageant de la main et laissa la porte se refermer sur l'adolescent tandis que la - très courte - séance de torture commençait. Elle devait en avoir pour quinze minutes grand maximum, assez pour ce qu'Anne voulait faire en toute discrétion. S'adressant à la jeune femme qui s'était occupée d'elle, elle prétexta un mal de tête virulent et demanda s'il n'y avait pas un bureau calme où elle pouvait se reposer cinq minutes. On lui accorda de bonne grâce et on la conduisit dans le seul bureau du bâtiment en lui fournissant un antidouleur et un verre d'eau. On viendrait la prévenir dès que sa protégée aurait fini son soin.

Une fois seule, elle abandonna son air souffrant et sortit sa baguette. Elle trouva rapidement le dossier sur Moïra qu'elle cherchait et en fit un duplicata pour le ministère qu'elle rangea dans son sac. Il ne restait plus qu'à récupérer Cassidy, si personne n'était mort entre temps. On lui amena l'adolescent et Anne compatissante ne fit aucune remarque et se garda bien de sourire.

- Allons-y, je crois qu'on a fini.

Elle paya et sortit de l'établissement avec la fille d'Hypérion.

- Je t'offre quelque chose pour te remercier de ta contribution. Tu pourras me donner tes impressions. Où alors, je te dépose devant chez ta mère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année

avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 898



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Mystère & Suspens Mar 11 Avr - 15:08

Si le bureau des Mangemorts était en quête de nouveaux moyens de torture raffinés, ils pouvaient se tourner vers les salons d’esthétique des moldus, ils auraient pu y apprendre une ou deux choses utiles. Cassidy n’arrivait pas à comprendre pourquoi quelqu’un se soumettrait de son plein gré à une séance d’épilation des sourcils. Quand ils en eurent fini avec elle, la Gryffondor eu l’impression qu’on avait remplacé ses sourcils par des charbons ardents. Il fallait vraiment être un esprit malsain pour penser à arracher les poils d’un autre être humain à l’aide de bandes recouvertes de cire. L’adolescente ne put réprimer une grimace en contemplant son reflet dans le miroir qu’on lui tendait, elle avait maintenant l’air d’une de ces godiches qui s’affichaient toutes dents dehors sur les couvertures de Sorcière Hebddo. Que la dragoncelle emporte tous ces foutus moldus.

L’héritière de la famille Nott se retint à grand peine d’envoyer un bon coup de genou dans les parties de l’esthéticien, pour faire disparaitre ce petit sourire satisfait de sa face de lune, et alla rejoindre Anne tout en pestant intérieurement contre cette barbarie imméritée. Un seul poil vous manque et tout est dépeuplé, comme dirait l’autre. En retrouvant son aînée, Cassie comprit que celle-ci avait obtenue toutes les informations sur Moira Brown dont elle avait besoin. Tant mieux, la Gryffondor en avait assez de ce salon de beauté et de sa lumière blafarde, et accepta joyeusement l’idée d’enfin se tirer d’ici.

« Après un coup pareil » Cassidy pointa un index rageur en direction de ses sourcils mutilés « vous pouvez bien me payer un verre, ouai. Mais dans le Londres sorcier, j’ai ma dose de moldus pour l’instant. »

Si Cassie aimait étudier les moldus, passer du temps en leur compagnie l’amusait pendant un quart d’heure mais pas plus. Ils étaient tellement primitifs. Vraiment, elle n’arrivait pas à imaginer ce que le monde sorcier et le monde moldu avait à gagner à se fréquenter. Non, c’était certainement mieux pour tout le monde  que les deux univers restent fermement cloisonnés. Chacun chez soi, et les licornes seront bien gardées.

Pendant le trajet en voiture qui ramenait les deux jeunes femmes vers des lieux plus familiers, elle sortit un miroir de son sac et contempla une fois de plus les dégâts.  Elle avait presque du mal à se reconnaître maintenant.

« Y’a un sortilège pour les faire repousser ? Regardez-moi ça, j’ai l’air d’une vraie nunuche fanfreluche comme ça ! »

Bien à l’abri, sous les lumières tamisées du Chaudron Baveur, Cassie savourait un jus de citrouille bien frais. Ça, c’était une boisson honnête, pas comme cette concentration acide de coca-cola ou cette pisse aromatisée qu’ils appelaient du jus d’orange. Pauvres moldus, même une boisson correcte ils ne savaient pas faire.

« Alors, qu’est-ce que le ministère va faire de cette Moira maintenant ? » demanda-t-elle à Anne.

Cette petite affaire dans laquelle elle avait été embarquée avait piqué sa curiosité au vif, et Cassie se ferait couper la tête plutôt que de renoncer à en connaître la fin. Elle avait certes aidé à en découvrir un peu plus, mais il y’avait encore une montagne de découvertes à lever sur ce cas. En tout cas elle espérait qu’Anne aurait la gentillesse de la tenir au courant.

« C’était plutôt marrant en fait. Je vais peut-être bien demander à grand-père si je peux travailler au département des mystères cet été ! »

La septième année à Poudlard approchait à grand pas, et la nécessité de se décider pour un emploi futur aussi. Cassie n’aurait jamais vraiment cru que ça l’intéresserait le département des mystères, mais finalement. Puis si papy Nott pouvait lui filer un passe-droit pour aller voir ça de plus près, elle n’allait pas s’en priver. Ce n’était pas si mal de bosser pour le ministère en y regardant bien, y’avait la sécurité de l’emploi, et les salaires étaient pas dégueulasse. Bon faudrait cirer un peu les pompes à Lulu, mais vous savez, les ministres, ça va, ça vient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne






Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mystère & Suspens

Revenir en haut Aller en bas

Mystère & Suspens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Moldu :: Les Rues Piétonnes
-