POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Aaliyah Zabini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Veuve noire ;; Membre de FP ;; Economiste
    | Veuve noire ;; Membre de FP ;; Economiste
    avatar
    Date de naissance du joueur : 25/03/1988
    Âge du joueur : 29
    Arrivé sur Poudnoir : 06/09/2016
    Parchemins postés : 91



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Aaliyah Zabini


MessageSujet: Aaliyah Zabini Mar 6 Sep - 19:36


Aaliyah Jehanne Zabini


Identity



Mon nom  est Aaliyah Jehanne Zabini mais on me surnomme parfois Ali. J'ai 37 ans. Je suis originaire de Leeds au Royaume Uni où j'ai vu le jour le 6 Juin 1962. Je suis actuellement veuve, sept fois veuve. J'ai étudié à Poudlard, à Serpentard et je suis économiste, mais surtout trop belle et trop riche pour travailler.Je suis de sang mêlé. Ma baguette fait 30.3 cm, bois d’if et cheveu de vélane et mon patronus est une murène.Enfin, on dit que je ressemble à Beyoncé Knowles.

We know who you are...


♦ Famille :

Saül Zabini : Le père. Mon père ? Probablement pas, et connaissant ma mère pas plus celui de mes sœurs. Mais il nous a donné un nom, un toit et de quoi manger, alors c’était le père et nous lui devions le respect. Un ancien de la police magique, il avait passé tellement de temps avec les voyous qu’il en était devenu un lui-même. En 1973 le ministère l’a renvoyé et a ordonné la destruction de sa baguette. Il a passé un an à Azkaban, quand il est sorti il avait une fille de plus et les huissiers avaient embarqué tout ce qu’ils pouvaient dans la maison. Alors il a commencé à boire, et à nous coller des trempes pour un oui ou pour un non, il disait que c’était de notre faute s’il était tombé si bas. Un soir il a voulu réparé le toit du taudis où on vivait, et comme il n’aimait pas le Perrier, il a glissé, on l’a retrouvé raide, au petit matin, on l’a balancé dans un trou et voilà, y’a pas eu grand monde pour le regretter. Quand je repense à lui, je me dis qu’il n’avait peut-être pas tort, et que sa vie aurait été moins minable s’il ne nous avait pas trouvées sur son chemin.

Eudoxie Duvalier : Ma mère, j’ai longtemps cru que c’était une moldue, ou au moins une cracmol, mais non, simplement un jour elle a décidé d’arrêter de se servir de la magie. Elle avait toujours été un peu allumée, incapable de travailler, juste bonne à attirer tous les hommes des alentours dans son lit. Puis avec les années elle est devenue mystique, exaltée, à voir le malin partout, même chez ses enfants. Moi surtout, elle disait que j’étais trop belle, que j’attirerai le malheur de tous ceux qui poseraient les yeux sur moi, elle m’obligeait à me cacher sous des voiles chaque fois que je sortais. Des fois elle pétait carrément les plombs et m’enfermait à la cave pendant des heures et me récitait des versets de la bible. Au moins pendant ce temps-là elle laissait mes sœurs tranquilles. Ça a été une vraie délivrance pour moi de partir à Poudlard. Puis vinrent les vacances de ’76, au matin de Noël on a retrouvé ma mère à poil, dans la rue, en train de lancer des sorts sur tout ce qui bougeait. C’était le coup de trop, après elle est entrée à St-Mangouste, pour ne plus en sortir. Je vais la voir de temps en temps, elle ne me reconnaît même pas, bien que je la soupçonne de faire semblant. Je sais pas ce qui a pu la foutre en l’air comme ça, j’espère juste que je ne finirai pas comme elle.


Et c’est comme ça que je me suis retrouvée chef de famille à 14 ans, avec trois petites sœurs et trente milles gallions de dettes. Et comme la charité était à la mode, plutôt que de nous coller dans un orphelinat, on a trouvé des familles d’accueil, des sorciers friqués en manque de bonnes actions, pour nous accueillir pendant les vacances, quand on n’était pas à Poudlard. J’avais un succès fous à l’époque, « la pauvre petite Aaliyah Zabini », si belle, si méritante, si gentille, si dévouée à ses trois sœurs, et travailleuse etc etc. C’était incroyablement humiliant, plus encore que la vie avec mes parents dans la porcherie qui nous servait de maison. Mais j’ai su tenir mon rôle, celui de l’indigente au cœur débordant de reconnaissance. J’ai pris tout ce qu’on me donnait avec le sourire, et j’ai encore des relations avec les familles qui m’ont accueillie, les Fawley, les Selwyn et quelques autres. Ça a duré jusqu’à mes 17 ans ce cirque, jusqu’à ce que je sois majeure et trouve d’autre moyens de subvenir à mes besoins.

Savannah, Daria & Zahra : Mes trois petites sœurs. Je me suis occupée d’elle depuis toujours, même avant qu’on enferme ma mère, elle était bien incapable de la faire. Puis quand on s’est retrouvées seule, j’ai pris les choses en main, à Poudlard j’avais toujours un œil sur elles, pour qu’elles marchent droit. Et même si on passait les vacances dans des familles séparées, je me suis toujours arrangée pour qu’elles ne manquent de rien. Une grande sœur modèle. Vous pensez qu’elles me montreraient un peu de gratitude ? Rien. Je me suis crevée pour elles, même pas un merci. Tout ce qu’elles font c’est mener des vies de princesses et me pomper mes gallions. Ces trois parasites, pourquoi je ne m’en suis pas débarrassée ? Parce que du point de vue de l’opinion publique, ça rapporte plus d’être l’aînée qui prend soin de ses sœurs chéries.

Blaise Zabini : mon fils. Il est né de mon premier mariage, à dix-sept ans avec Edward MacMillan. J’avais à peine dix-huit ans quand il est né, et aucun souhait d’avoir un enfant. Mais cette vieille charogne, la mère MacMillan, me prenait pour une suceuse de gallions, elle a fait ajouter une clause au contrat de mariage, disant que je ne pourrai hériter que si nous avions un enfant dans la première année de notre union. Soit. Et maintenant son fils chéri est six pieds sous terre, elle peut m’écrire autant qu’elle veut, jamais elle ne verra Blaise, et quand ça sera son tour de casser sa baguette, mon fils aura sa part d’héritage, je peux vous l’assurer. Bien fait, saleté de vieille harpie.
Je m’étais toujours occupée de mes sœurs, alors un gosse ça devait pas être bien plus compliqué, puis les nourrices ne sont pas là pour les caniches. Puis après neuf mois, Blaise est né, et d’un coup je me suis transformée en mère. Je m’en suis toujours occupée moi-même, et j’estime avoir réussi à ne pas trop mal l’élever. C’est un jeune homme de dix-huit ans maintenant, sérieux, travailleur, et beau, comme seul pouvait l’être mon fils. J’en suis très, très, fière. On est très proche et il sait bien que tout ce que j’ai fait, c’était pour lui, pour qu’il ait une vie agréable. Que dans la vie, c’est nous contre le reste du monde. Rien à voir avec mes sœurs, comme quoi, c’est bien les gênes des Duvalier qui sont pourris.

Solange Zabini : ma dernière, cinq ans déjà. C’est encore une petite poupée à mon image, et j’espère que ça durera encore un peu. Ils grandissent trop vite. J’espère que je réussirai son éducation aussi bien que celle de son frère. Son avenir est déjà tout tracé, elle héritera des concessions de pierres précieuses de son père. Pour l’instant tout ce qui l’intéresse c’est la pâte à modeler, dessiner sur le miroir de la salle de bain avec mon maquillage, et jouer à la princesse avec ma tiare des gobelins. Mais je suis sûre qu’en grandissant, elle sera reconnaissante de tout ce que j’ai fait pour elle. Et sinon, tant pis.

Aaliayah Jehanne Zabini-Duvalier-MacMillan-Fitzpatrick-Frederiksen-Parkinson-Selwyn-Carter-Belby, trop long. Je me suis mariée sept fois, mais j’ai toujours porté seulement mon nom et mes enfants aussi.

Quant à mes maris, voilà un petit résumé, j’ai mis en valeur leurs meilleures qualités.

Edward MacMillan : 75 000 gallions, 50 000 placés sur un compte bloqué pour Blaise.
Fenrir Fitzpatrick : 45 000 gallions, son transfert chez les Faucons de Falmouth.
Milton Frederiksen : un doctorat en économie, un duplex sur le Chemin de Traverse, 15 000 gallions pour la vente de ses droits d’auteurs.
Richard Parkinson : 150 000 gallions, une tiare en or et émeraude fabriquée par les gobelins.
Ecclesiaste Selwyn : 1.5  million de gallions, un manoir en Cornouailles.
Ebenezer Carter : 125 000 gallions, la moitié en action de ses mines de diamants.
Damoclès Belby : 60 000 gallions, le brevet de la potion tue-loup.


♦ Avis sur la situation actuelle : « […] Puriste de conviction. Grâce au programme d’accueil des enfants sorciers orphelins, j’ai eu la chance de fréquenter l’intimité des grandes familles sang-pur de notre monde. J’ai bénéficié de leur générosité, de leur amitié même et c’est tout naturellement que je partage en toute sincérité leurs idéaux. Et je crois, qu’en nous unissant, nous, sorciers, sorcières, sous la bannière de Force Puriste, nous pourrons bâtir une société idéale, purgée de la fange bourbiste et blablabla […] Vive le ministère, vive Lucius Malefoy ! »

Voilà en gros ce que j’ai raconté dans mon discours au dernier congrès du parti. Le purisme, j’m’en tape. Mais c’est là que le vent souffle en ce moment, alors je prends le frais, à l’ombre des riches et des puissants. J’ai rejoint Force Puriste pour entretenir mon cercle de relation et pour la déduction fiscale. Je m’investis, je mets ma beauté au service de l’image du purisme, je m’étais même fait écrire un beau discours pour le dernier congrès, je suis sûre que personne ne doute de l’honnêteté de mes convictions. Et je leur donne du pognon, plein de pognon, je fais ça pour mon fils. Blaise est un puriste convaincu, un peu trop à mon goût même, mais si je peux l’aider à se faire une place dans cette boîte et à grimper les échelons.

Lucius Malefoy, je dois bien dire que,  je l’admire, on a partagé plus d’une fois la même table à une de ces stupides soirées de charité, j’aurai jamais pensé qu’il puisse s’élever au rang de ministre, belle réussite. Par contre, sa politique est  désastreuse, du point de vue économique, ça me donnerait presque envie de reprendre du service au ministère. Plus tard peut être, quand Solange aura grandi.
Et le reste, l’ordre du phénix, les mangemorts ? Je m’occupe pas d’eux, ils s’occupent pas de moi, pourvu que ça dure. Et si le vent changeait brusquement de direction, j’ai assez de gallions pour m’offrir toutes les convictions merlinistes dont j’aurai besoin.

Je n’ai aucun idéal, juste beaucoup d’argent.


♦ Informations : Hypocrite, il est toujours compliqué de savoir ce qu’elle pense réellement ♦ Dévouée à sa famille, ses sœurs, ses enfants, elle est prête à tout pour eux ♦ Fière, de ce qu’elle est, de ce qu’elle a accompli ♦ Déterminée, quand elle a décidé quelque chose, rien ne peut l’arrêter ♦ Ambitieuse, avide d’argent et de pouvoir ♦  Rancunière, ne pardonne pas, n’oublie jamais ♦ Généreuse, elle finance tout un tas d’œuvre de bienfaisance ♦ Provocante, elle adore mettre en scène ses apparitions publiques ♦  Calme, elle évite toujours les conflits directs ♦  Calculatrice, elle ne fait jamais rien sans une contrepartie ♦ Polie, elle sait toujours rester à sa place ♦ Manipulatrice, elle n’hésite pas à utiliser les autres pour parvenir à ses fins ♦ Très sociable, elle a un don pour attirer les gens, et leurs bonnes faveurs ♦ Vénale, tout ce qui brille n’est pas de d’or, mais tout ce qui brille, est à elle ♦ Patiente, elle peut attendre son heure pendant des années, si il le faut ♦  Prudente, elle n’avance jamais sans avoir peser le pour et le contre ♦ Élégante, elle ne passe jamais inaperçue ♦ Paresseuse, elle a toujours su trouver quelqu’un pour faire son boulot à sa place ♦ Logique, elle ne se laisse jamais emportée par ses émotions ♦ Sa plus grande peur, la misère ♦ Autoritaire, n’aime pas être contredite ♦ Dure, elle ne pleure jamais, sauf aux enterrements, quand on la regarde ♦ Solitaire, elle ne fait confiance qu’à elle-même ♦ Aime les solitaires, 24 carats au moins, sinon rien ♦ Très belle, d’une beauté un peu inquiétante, certain prétendent qu’elle aurait des ancêtres vélanes, mais ça n’a jamais été prouvé ♦ On prétend aussi qu’elle aurait liquidé ses sept maris, mais ça n’a jamais été prouvé non plus.

crazyoilmachine pour Poudnoir




We know your story...




1980 : enterrement d’Edward MacMillan

Nous sommes réunis ici, afin d’honorer la mémoire de mon époux, Edward MacMillan. Nous nous somme rencontré, encore jeunes et insouciants, pendant nos études à Poudlard. J’étais élève de Serpentard, vert et argent mais c’est pour le rouge et pour l’or que battait mon cœur. Edward et moi étions inséparables, deux cœurs jumeaux. Il a toujours été là pour moi, il savait comme personne redonner le sourire à la pauvre petite orpheline. Oui, Edward avait un cœur d’or, que j’aimais plus que tout. Très tôt, son sens inégalé de la justice le poussa vers une carrière d’auror, et je l’accompagnais dans tous ses cours, décidée à être le roc sur qui il pourrait s’appuyer le long de cette route difficile. Sitôt majeurs et diplomés, dix A.S.P.I.C.s à nous deux, nous nous somme mariés. Pourquoi attendre, quand on est face à l’évidence. Et très vite notre union fut couronnée par la promesse d’un enfant à venir. Edward marcha droit vers sa destinée, et je l’attendais, assurant sa descendance. Malheureusement, il fut fauché par le malheur dès sa première année de formation, par la cruauté d’un redoutable mage noir. Laissant derrière lui une famille effondrée, une épouse esseulée et un petit garçon orphelin. Mais je sais qu’avec l’aide du clan MacMillan, qui m’a si généreusement reçu en son sein, moi la petite fille perdue, nous feront en sorte que son sacrifice n’ait pas été vain, et que son fils, Blaise, deviendra avec les années, le digne héritier des valeurs de courage et de noblesse qu’incarnait son père. Repose en paix, Edward.

1983 : enterrement de Fenrir Fitzpatrick

Comment décrire ma rencontre avec Fenrir, notre regretté et très cher ami ? Quand nos regards se sont croisés pour la première fois, c’était comme si un cognard nous avait foncé droit dessus. J’étais une jeune étudiante en économie, et lui, l’étoile montante du quidditch irlandais. Nous étions jeunes, fous, nous nous sommes mariés sans attendre. Et le réveil fut brutal. Mais notre amour était sincère, vrai, et nous avons tout fait pour que fonctionne cette union. C’était la plus merveilleuse des qualités de Fenrir, jamais il n’abandonnait, ne baissait les bras. Nous avons surmonté les affres de la passion, pour bâtir une histoire solide. Il est devenu un père pour mon fils orphelin, et mon cœur était submergé de joie quand je voyais les étoiles au fond de ses yeux, tandis que son papa brillait dans les stades. Hélas, à la veille de son transfert chez les Faucons de Falmouth, Fenrir s’est envolé trop haut, pourchassant le vif d’or, il s’est écrasé sur les pales d’un hélicoptère. Ma peine de perdre mon époux dans des circonstances si tragiques est grande, mais je la surmonterai, et pour que vive sa mémoire, j’utiliserai la somme record de son transfert, pour la création de la fondation F. Fitzpatrick, qui permettra aux enfants les plus pauvres d’accéder aux équipements de quidditch et de participer à des stages d’été, chez nos plus grandes équipes. Adieu Fenrir, jamais nous ne t’oublierons, puisse l’étoile montante que tu étais, briller pour encore mille ans.

1987 : enterrement de Milton Frederiksen

Nous sommes venus ce soir, dire au revoir à Milton Frederiksen. Mon mari, mon maître, et tellement plus encore. Il était mon professeur, et m’a accompagnée pendant toute la rédaction de ma thèse. C’est le cœur serré que je lui dédie mon diplôme. Sans son aide, jamais je n’aurai pu terminer, cette thèse, c’est aussi un peu la sienne. Bien sûr, à ses débuts notre relation a fait du bruit et a enfanté les plus viles rumeurs. Mais existe-t-il encore des gens, pour penser qu’après trois années de mariage, mon affection pour Milton était strictement utilitaire. Personne je pense. J’ai accompagnée, en épouse dévouée sa longue et pénible maladie. Ces heures furent sombres et difficiles, et quand finalement nous étions si proche de la rémission, la main  invisible, cruelle et toute puissante de la maladie referma ses doigts autour de sa gorge. Forte de tout ce que j'ai pu apprendre auprès d'un ami si cher, d'un professeur si talentueux, d'un mari si aimant, j'assurerai la pérennité de ses recherches et de ses travaux, afin que jamais, nous n'oublions l'homme exceptionnel qu'était Milton.

1990 : enterrement de Richard Parkinson

Aujourd'hui nous retournons à la terre l'un de ses enfants. Mon époux regretté, Richard Parkinson. Je ne puis décrire le chagrin, et la solitude dans laquelle sa mort me laisse. C'était un homme passionné, par la vie, par l'amour et par les goules. La sauvagerie de ces dernières ayant eu raison de cette force de la nature. Richard et moi nous sommes rencontré au ministère, alors que j'étais la jeune assistante du directeur du bureau du commerce magique international. Nous passions notre vie au bureau, si ce n'est pour une ou deux escapades dans sa grande propriété du Yorkshire. Nous étions animés par la même flamme, la même envie, celle de tout faire pour le bien de la communauté sorcière. Nous étions mariés depuis deux ans déjà, et malgré les reproches de sa famille et de la mienne, nous étions heureux ensemble. Richard avait une volonté que rien ne pouvait stopper, même pas nos trente cinq ans de différence. Et c'est le cœur lourd et empli de regrets que je le rend à la terre qui l'a vue naître, si chère, à son cœur. C'est avec une peine immense que je constate qu'aucun membre de la famille Parkinson n'a daigné faire le déplacement pour rendre un dernier hommage à cet homme dévoué et exceptionnel. Étant la seule bénéficiaire du testament de Richard, j'ai décidé de revendre tout ses biens et de faire établir un centre de protection des goules dans son domaine du Yorkshire. Le centre Parkinson pour les goules enragées, j'espère qu'ils sauront apprécier cette délicate attention. Au revoir Richard, ce temps passé à tes coté, m'a paru une seconde de bonheur et d'éternité.

1993 : enterrement d’Ecclesiaste Selwyn

Quels mots sauraient d'écrire qui était réellement Ecclesiaste Selwyn ? Certes, il était tétraplégique, sourd presque aveugle et accusait un lourd retard mental. Mais son âme était belle, jeune et scintillante. Je ne vous dirai pas que c'était l'amour qui nous avait réuni, non, bien sûr. Mais il existe d'autres liens qui peuvent unir les gens, des liens tout aussi solides, et beaux. La famille Selwyn avait toujours été un port d'attache pour moi, dans le tumulte de mon enfance et quand on m'a proposé de devenir sa femme, j'ai accepté avec bonheur. Accompagner ce brave garçon dans ses tourmentes, c'était un honneur, et bien le minimum que je pouvais faire pour une famille qui m'avait tant donné. Je savais que notre temps était compté d'avance, Ecclesiaste était déjà très malade à la veille de nos noces. Mais ce temps passé à prendre soin de lui, je ne l'ai jamais regretté. J'ai tout quitté, mon travail, ma carrière, pour essayer de lui apporter un fin paisible, dans la chaleur de son manoir de Cornouailles. La route fut longue, parfois très dure, mais si c'était à refaire, je reprendrai le même chemin, sans hésiter. Ecclesiaste, puisse tu désormais te trouver dans un monde meilleur, sache que tu fut, le meilleur des maris.

1995 : enterrement d’Ebenezer Carter

Nous vous remercions d'être venu assister aux funérailles d'Ebenezer Carter. C'était un homme solitaire, usé  précocement par la vie, il n'avait pas beaucoup d'amis et avait tourné le dos à sa famille. Seul comptait pour lui ses concessions de pierre précieuses, et ses deux plus beaux joyaux, sa femme et sa fille, Solange. Et pourtant, Ebenezer était une homme merveilleux, pour qui savait percer sa carapace. Comme moi même j'avais su si bien le faire, lorsque j'étais sa collaboratrice au bureau du commerce magique international. Il était fonceur, buté, colérique, mais je l'aimais, d'un amour si cher, si pur et si brillant. Quel dommage qu'il ait toujours refusé de m'écouter, et pourtant, combien de fois l'ai-je mis en garde contre la dangerosité des excavatrices.  Il reposera désormais, là où il était le plus heureux, au fond de ses mines de diamants. Et je sais que de là, il regardera avec émotion, sa fille, son héritière, prendre la suite des opérations, dans quelques années. Et qu'il sera fière d'elle, aussi fière que je l'ai été d'être la femme de cette pierre brute. Puisse-t-il trouver le repos éternel, et sa descendance prospérer.

1999 : enterrement de Damoclès Belby

Je suis honorée de vous avoir réuni ici, afin d'accompagner mon dernier époux dans l'autre monde et inaugurer le salle Damoclès Belby de l'hôpital St-Mangouste, pour les patients atteint de lycanthropie. La lutte contre cette terrible malédiction était le combat de Damoclès dans la vie, et je ferai en sorte qu'il perdure dans la mort. C'est par l'entremise de ma fondation pour les enfants malades qui nous nous étions rencontré, avec un cœur grand comme le sien, l'inventeur de la potion tue-loup ne pouvait rester insensible à la détresse de ces chers petits. Nous devînmes des collaborateurs, d'abord, unis autour d'un même projet, puis mari et femme, unis par les liens sacrés du mariage. Mais ce cœur, si dévoué, cessa de battre la semaine dernière, l'âge n'épargnant personne, pas même les meilleures des âmes de ce monde. Et je servirai au mieux, l’intérêt de toute notre communauté, armée du lourd héritage qu'il m'a laissé, sa lutte contre la lycanthropie deviendra mienne. Repose en paix, Damoclès, l'épée de lumière dans les plus sombres ténèbres.

«  Bon, vous commencez à connaître la chanson, ça fait sept fois que je fais ça, merci à tous, une collation vous attends dans la pièce d'à coté et à la prochaine. »





Behind the mask


♦ Pseudo : La loutre (des ténèbres) ♦ Age : avant la fin de la Pologne communiste ♦ Fréquence de connexion : toujours là, ou presque ♦ Avis & suggestions : . ♦ Comment as-tu connu Poudnoir ? . ♦ Multicompte : Oui. ♦ Veux-tu être parrainé ? : Nope ♦ Codes du règlement : .
crazyoilmachine pour Poudnoir


Dernière édition par Aaliyah Zabini le Mar 6 Sep - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    | Membre du MpM ;; ODP ;; Briseuse de sort chez Gringott
    avatar
    Date de naissance du joueur : 30/08/1989
    Âge du joueur : 28
    Arrivé sur Poudnoir : 28/06/2016
    Parchemins postés : 493



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Juliet Birch


MessageSujet: Re: Aaliyah Zabini Mar 6 Sep - 19:43

Te voiciiiiii

Ce début de fiche est grandiose, je suis clairement impatiente de voir l'histoire

Entre veuve, je te love déjà

____________________________________



Fighters and Scars

By COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 01/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 25/12/2008
Parchemins postés : 329


Choixpeau Magique


MessageSujet: Re: Aaliyah Zabini Mar 6 Sep - 20:24


  Vous voilà validé !


 
Bon,

je ne te fais pas attendre, tu connais la chanson. J'ai adoré cette fiche. Aaliyah est juste PARFAITE. Puisse ses sept maris reposer en paix et toi venir hanter les hommes de PN.

Vous voilà validé, c'est parfait !
Que faire à présent ? Avant de jouer, n'oubliez pas de :


- De demander votre premier RP ici, si vous ne vous ne souvenez pas de ce qu'est le premier RP, vous trouverez cette partie du règlement ici.
- D'avoir un avatar aux dimensions demandées (200*320)
- D'inscrire votre avatar dans le registre ici et également evotr patronus Ici

En jeu, n'oubliez surtout pas de :

- Prendre en compte le système des PVs et PA lorsque vous faites un duel
- Ne pas hésiter à poser des questions au Staff si vous avez des problèmes
- Participer à la vie du forum en souhaitant la bienvenue aux membres, en votant pour les top-sites, etc.
- Prévenir lorsque vous êtes absent ici.

Et pour finir :

- Amusez-vous ! N'oubliez pas que c'est un jeu, bon RP à vous.




 





 
   crazyoilmachine pour Poudnoir


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | ADMIN DES POURRIS ;; Rédacteur Chef de la Gazette

| ADMIN DES POURRIS ;; Rédacteur Chef de la Gazette
avatar
Date de naissance du joueur : 07/10/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 22/01/2016
Parchemins postés : 330



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Hypérion A. Nott


MessageSujet: Re: Aaliyah Zabini Mer 7 Sep - 16:44

OMFG

J'adore Laughing
La puterie est en marche les amis ! J'adhère.

Re-bienvenue ici Cassouille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Aaliyah Zabini

Revenir en haut Aller en bas

Aaliyah Zabini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Bienvenue sur Poudnoir

 :: Présentation des Membres :: Adultes :: Fiches validées
-