POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


    | Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    |  Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    avatar
    Date de naissance du joueur : 15/10/1987
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 23/01/2016
    Parchemins postés : 60



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Owain Gallagher


MessageSujet: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Dim 11 Sep - 17:51

Des chocogrenouilles, par dizaines, sautillaient joyeusement dans toute sa boutique, bondissant sur les nombreuses piles de livres de sa librairie bordélique. Vêtu de rien, sinon d'une magnifique paire de chaussons licorne s'allumant de diverses lumières colorées à chaque pas, Owain lisait tranquillement un de ses anciens livres de classe. Les animaux fantastiques, le titre de son livre, était très agréable à lire, surtout les commentaires idiots des camarades d'école, certains mêmes ayant laissé des dessins, des petits personnages représentant les professeurs, se promenant à travers les pages ainsi que les textes, ce qui pouvait gêner la lecture parfois.

Peut de monde aujourd'hui dans la librairie, certains jours, elle restait carrément vide toute la journée, peut-être que les gens lisaient de moins en moins, ou peut-être n'osaient ils sortir de chez eux, ayant peut-être peur de tomber sur des choses effrayantes dans les rues, aller savoir. Or, Owain ne s'en préoccupait peut, que pouvait-il faire de plus de toute façon ? Il n'allait tout de même pas traîné les gens par la peau du cul, juste pour qu'ils viennent fourrer leur nez dans ses livres, ce ne serait pas civilisé comme comportement.

D'un vague geste de la main, le sorcier agita sa baguette, faisant venir à lui une de ces merveilleuses plumes sucrées, de celles qui donnent l'impression de flotter dans les airs quand on les mange, une sucrerie tout à fait surprenante. Owain aimait les sucreries, trop peut être, son frère ne cessait de lui dire qu'un jour, il ressemblerait à un gros chat paresseux, possible, ou était le problème ? C'est plutôt sympa les gros chats paresseux non ? Un bruit attira son attention, quelqu'un venait d'entrer, un type chauve vêtu d'une vielle cape de voyage violette, trempé par la pluie battante qui sévissait depuis une heure déjà.

L'homme jeta un coup d’œil au libraire, notant le fait que celui-ci était nu, s'attarda sur les chaussons ridicules, puis haussant les épaules alla s'enfoncer dans le chaos de livres et de fauteuils (parce que les fauteuils sont une bonne chose dans une librairie, incitant les gens à s'enfoncer dedans et lire, à vrai dire, Owain aurait été mieux en bibliothécaire qu'en libraire, n'étant pas un très bon vendeur). Le jeune homme reprit sa lecture, plongeant dans le chapitre consacré aux animaux exotiques, ah les chimères, les sphinx, les yétis, autant de créatures incroyables, qui donnaient des envies de voyages à Owain, peut-être partirait il un jour, explorer le monde.

En attendant, son attention fut de nouveau attirée par l'homme à la cape violette, celui-ci prenant le chemin de la sortie, avec quelque chose de planquer sous la cape en question, cherchait-il à voler un grimoire ? Certains étaient très vieux, ayant une certaine valeur, mais de là à les embarquer ainsi, ce n'était pas des manières ! Brandissant sa baguette, le libraire s'écria :

« Accio grimoire ! »

Tout naturellement le livre fonça droit vers lui, atterrissant un peu trop brusquement sur ton torse. L'homme à la cape violette, c'était arrêter, le fixant du regard, Owain c'était lever, nota distraitement qu'il était plus grand que son éventuel adversaire (ce qui, en cas de duel ne changeait pas grand chose en fait). Enfin, c'était ridicule, ils n'allaient pas se battre pour une histoire de livre si ? Or, notre cher sorcier détestait qu'on vole ses livres, les acheter oui, faire du troc avec ? Oui pourquoi pas, les voler ? Non, pas question ! De plus, pourquoi cet homme agissait ainsi ? S'ennuyait-il au fond ? Avait-il cherché à voler un livre puis à rester planter là comme un poireau juste pour le plaisir de faire un duel contre un libraire ? Totalement idiot comme comportement, mais parfois les gens pouvaient se montrer inventif dans la bêtise n'est-ce pas.

La tension était à son comble, chacun d'eux s'observant attentivement, ce qui vu de l'extérieur pouvait paraître tout à fait ridicule, deux hommes adultes immobiles, l'un d'eux carrément à poil (avec des chaussons s'illuminant de rose). Au moment, ou enfin, il se décida à lancer un sort, l'autre homme fut plus rapide et de ce fait, un sortilège de stupéfaxion le frôla de peu, une pluie d'étincelles rouges explosant sur le mur derrière lui, ce qui l'énervant au plus au point, le fit s'exclamer d'une voix forte :

« Non mais vous n'êtes pas bien ? Vous auriez pu abîmer un livre, s'pèce de vilain troll ! »

Pas une seule fois, il fut inquiété par le fait que ça aurait pu être lui, qui aurait pu recevoir le sort en question. Il répliqua par un sort de reducto, que l'homme réussi à esquiver à son tour puis qui le décida à bondir or de la boutique. Owain le suivit, peut soucier de se montrer nu en pleine rue, hurlant, visiblement hors de lui :

« ET NE REVIENS PLUS JAMAIS SI TU TIENS À TA PEAU ! »

Il resta un moment, là, sous la pluie de plus en plus forte, se demandant s'il n'allait pas suivre le voleur, toutefois celui ci devait être loin désormais. Toujours énerver, il retourna dans sa librairie, claquant la porte si fort qu'un carreau se brisa, il le répara aussitôt, les petits morceaux de verre allant se ressouder tout seul ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1022



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Mer 14 Sep - 13:27

Cassidy émergea de la cheminée des Trois Balais, le pub de Pré-au-Lard. On était déjà en Septembre, et peut-être que cette année les élèves de Poudlard auraient le droit à une rentrée, ou pas. Dans le doute, il fallait tout de même qu’elle fasse l’acquisition de nouveaux manuels scolaires, elle avait des A.S.P.I.Cs à préparer. Le ministère ne se pressait pas pour mettre en branle la réouverture du collège magique, et se préoccupait de l’avenir des jeunes comme d’une guigne, mais ce n’était pas le cas de sa mère, qui la harcelait tous les jours pour qu’elle continue d’avancer dans le programme, école ou non. La Gryffondor aurait pu se rendre chez Fleury & Bott, sur le chemin de Traverse, mais elle s’était récemment disputée avec l’un des vendeurs, qui trouvait inadmissible qu’on mangea de la sachertort en plein milieu du département runes anciennes, et l’avait jetée dehors. Depuis, elle avait fait le serment de ne jamais remettre les pieds dans cet établissement, qui ne comprenait pas la beauté de l’association des livres et des pâtisseries germaniques. Elle avait bien pensé se rendre à l’Index sur l’allée des Embrumes, mais malheureusement, le catalogue de cette librairie était merveilleusement achalandé, sauf en ce qui concernait les manuels scolaires.

L’adolescente avait donc décidé d’aller les acheter à la librairie de Pré-au-Lard. Cette décision avait été la source d’une dispute de plus avec sa mère qui trouvait irresponsable l’attitude de Cassidy. Demelza trouvait que ce n’était rien de plus qu’un caprice, et que si elle avait été une moldue, jamais il ne lui serait venu à l’idée de traverser tout le pays pour aller acheter des livres d’école, simplement parce qu’elle s’était embrouillée avec un vendeur. Cassie avait répliqué que, justement, on était des sorciers et pas des moldus, et que la poudre de cheminette c’était pas pour les niffleurs de mon cul. Sa mère l’avait envoyée méditer sur son insolence dans sa chambre et la gamine avait juré que dès qu’elle aurait dix-sept ans elle se barrerait de cette taule infâme. Cris, pleurs, l’adolescence dans toute sa splendeur. Mais comme Cassidy était plus têtue q’un hippogriffe elle avait décidé de passer outre l’interdiction maternelle et de se rendre à Pré-au-Lard quand même. Ce que Demelza ignorait ne pouvait pas lui faire de tort, et si elle tenait absolument à surveiller sa fille, elle n’avait qu’à passer moins de temps à l’hôpital.

Elle ne s’était jamais rendue dans cette librairie auparavant, elle ne fréquentait le village que pour les sorties du weekend et, quand elle était à Poudlard, la bibliothèque de l’école lui fournissait bien assez de matière à la lecture, pour qu’elle n’ait pas le besoin d’acheter plus de livres encore. Cassidy était une véritable amoureuse des bouquins, le grain du papier, la douceur d’une reliure en cuir, tout cela la transportait. Elle ne dédaignait pas la douce odeur des ouvrages neufs, mais savait également apprécier les ouvrages d’occasion, en particulier ceux annotés par leurs précédents propriétaires. Elle raffolait de cette proximité avec des inconnus, et de tout ce que l’on pouvait apprendre sur quelqu’un en regardant la façon dont il avait traité son livre. Elle aurait bien aimé connaître la mère de famille débordée qui avait inscrit sa liste de course sur la page de garde des contes de Beedle le barde, le petit rigolo qui avait enluminé des bites au début de chaque paragraphe de l’histoire de Poudlard, le maniaque qui avait noirci méticuleusement tous les espaces des e,a,g,q,d,b,o,p du syllabaire runique, le futur mangemort qui avait orné de la marque des ténèbres un manuel de botannique,   ou même l’artiste qui avait rajouté des barbes aux sorcières célèbres de Noble par Nature : une généalogie des sang-purs, elle aimait particulièrement ce Manuel Avancé de Potion, ayant appartenue à une jeune Serdaigle qui y avait entouré de rose tous les H de l’ouvrage. Pour une mordue dans son genre, une sortie à la libraire c’était presque Noël.

Alors qu’elle se rapprochait, elle entendit une porte claquer, puis un bruit de verre brisé. Juste avant d’être bousculée par un homme vêtu d’une cape violette qui prenait la fuite, un énorme grimoire serré contre lui. Cassidy se remémora alors l’avertissement d’une de ses camarades rouge et or : « La librairie de Pré-Au-Lard ? Non vraiment, le libraire est, je sais pas, enfin bref, non. » Mais comme cet avertissement émanait de Mary-la-maniaque, celle-là même qui lui reprochait de n’avoir pas plus d’éducation qu’une goule simplement parce que Cassie se coupait les ongles de pieds sur la table de la salle commune, c’était probablement insignifiant. Cette fille faisait toujours une montagne de trois fois rien.

Cassie entra dans le magasin, jamais de sa vie elle n’avait vu un désordre pareille. Des piles de livres s’entassaient à perte de vue, et des chocogrenouilles bondissaient dans tous les coins, c’était le paradis, pas moins. Cet endroit conciliait deux de ses passions, les livres et les friandises. Au moins ici elle ne se ferait pas jeter si elle décidait de se taper une part de gâteau en feuilletant ses nouveaux achats. Elle chercha des yeux le fameux enfin-bref-non vendeur et l’aperçu enfin devant le comptoir.


« Excusez-moi, vous êtes… VOUS ÊTES A POIL ! » S’exclama-t-elle.


Plus gênée que jamais elle détourna les yeux de cette virilité qui se tenait au grand jour, l’air pas gêné du tout. Ce n’était absolument pas comme ça qu’elle avait imaginé sa première rencontre avec l’anatomie masculine. Elle n’avait même jamais imaginé cette rencontre, de toute façon. Par Salazar, la prochaine fois elle écouterait les conseils de ses camarades.  Elle gardait obstinément les yeux fixés sur une étagère lointaine et ne reconnut pas en Owain le jeune homme qui lui avait tendu un tract lors du carnaval Merliniste, ou l’accompagnateur de la sortie dans les Hébrides, elle ne remarqua même pas les chaussons licornes. Tout ce qu’elle voulait, c’était tenir son regard le plus loin possible de ce chibre, qui pendait là comme si de rien n’était.

« Vous pourriez vous rhabiller ? J’aimerai acheter mes manuels de cours… »

Dit plus clairement : je suis mineure et t’es là, le zgueg à l’air, c’est un très bon moyen de gagner un petit séjour à Azkaban. Ou pire, si cette histoire arrivait jusqu’aux oreilles de l’un des parents de la mineure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    |  Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    avatar
    Date de naissance du joueur : 15/10/1987
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 23/01/2016
    Parchemins postés : 60



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Owain Gallagher


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Dim 25 Sep - 17:02

Il ne c'était pas vraiment attendu à une visite, surtout pas la visite d'une élève de l'école, de ce fait sursauta – t – il quelque peut lorsqu'une voix résonna dans sa chère librairie. Évidemment, la jeune femme (oui, c'était une adolescente qui venait d'entrer et non encore un maboul ayant de drôles d'idées derrière la tête), n'était pas tout à fait ravie de le voir nu. Owain ne comprenait pas pourquoi, franchement, il ne voyait pas quel mal il pouvait y avoir de voir une personne nue, après tout n'étaient-ils tous pas fait pareil (personnellement, il s'en foutrait royalement si ses clients débarquaient à poil dans sa boutique, s'ils étaient à l'aise comme ça, grand bien leur fassent).

Ainsi, le jeune homme hésita, hésita entre l'envie de se comporter comme un adolescent rebelle idiot (chose qui n'était plus vraiment de son âge) et renvoyer chier la jeune femme puis rester nu ou tout simplement consentir à enfiler quelque chose, devait bien y avoir un vêtement quelque part non ?

Or, il ne savait pas qui était cette jeune femme, elle pouvait très bien être la fille de personnes importantes, qui pourraient décider qu'un séjour à Azkaban pour le libraire ne serait pas de trop pour avoir souillé l'innocence de leur petite fille, oui, c'était peut-être un prix trop gros à payer pour le plaisir de se balader le cul à l'air. Soupirant, s'exécutant, avec une mine boudeuse de celui à qui on vient de refuser une friandise, notre cher libraire pointa sa baguette au hasard, lançant le sort informulé d'accio vêtement, ce qui était bien vague. Un bruit ce fit entendre, les portes de la grosse armoire du fond s'ouvrirent puis une robe de sorcier fonça droit devant lui atterrissant en pleine figure.  

Il l'enfila sans plus de cérémonie, ignorant totalement le fait qu'elle était rose, couverte de motifs en forme de poneys ridicule à la crinière couleur arc-en-ciel (ou avait il déniché un truc pareil déjà ? Cela dit, elle allait fort bien avec les chaussons licornes, avec cet ensemble, il venait tout simplement de tuer le peu de crédibilité qu'il possédait). S'installant en tailleur sur le comptoir de sa boutique, il lança sur un ton étonné :

« Des manuels de cour ? Mais l'école n'est-elle pas encore fermé ? Pourquoi se faire chier à acheter des manuels de cour ? »

Certes, cela ne le regardait pas vraiment en fait, mais il se sentait intriguer et puis il trouvait que ce n'était pas un comportement très logique que d'acheter des manuels de cour (s'étant retenu au dernier moment, Owain avait failli ajouter « c'est complètement idiot » mais avait décidé que cela aurait pu être mal pris), alors que l'école était encore dans un sale état (ce qui n'était pas peut dire). Promenant une main sur sur le comptoir, il chopa une tranche de cheesecake, qui traînait par là, mordant dedans avec un plaisir évident, mettant des miettes partout sur sa si jolie robe.

« F'in, dois bien y en avoir qui traîne dans le coin, suffit de chercher, dans les piles de livres ... »

Piles de livres qui créaient dans cet endroit un bordel sans nom. Il pourrait lancer un sort d'accio, pour que les grimoires sortent de leur cachette mais, ses sorts avaient une trop nette tendance à être brutal, Owain ne voulait pas abîmer ses livres (les laisser prendre la poussière ? Bien sûr, cela créait une certaine ambiance n'est-ce pas). Il continua de dévorer son gâteau, comme si chaque boucher de ce cheesecake était la chose la plus merveilleuse au monde (ce qu'il n'était pas loin de pensée, en réalité), tout en replongeant dans son bouquin, ah il avait perdu la page, à cause de l'autre vilain voleur (s'il pouvait remettre la main dessus).

Owain n'était pas du genre à poursuivre ses clients dans la boutique, pas du genre à être sur leur dos en permanence, non, il était plutôt dans la philosophie de les laisser déambuler à leur guise (tout le contraire de son père, qui avait pris l'habitude de toujours avoir les gens dans son champ de vision, peut être était ce du à sa surdité, cela devait avoir un lien), de toute façon, elle devait bien savoir comment se débrouiller toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1022



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Jeu 29 Sep - 16:56

Les bruits de portes d’armoires qui s’ouvrent et de tissus dépliés informèrent Cassidy qu’elle pouvait cesser de fixer cette étagère lointaine comme si elle était la fée Viviane elle-même, et que l’original exhibo libraire avait enfin enfilé une tenue décente. Enfin ça, ça restait à voir, elle jeta un coup d’œil en coin, un rose pimpant faillit lui faire perdre un dixième de sa vue, mais au moins Owain n’avait plus le poireau à l’air. Bon ben voilà, Cassie avait vu un homme à poil, et maintenant on faisait quoi ? On allait boire un verre pour fêter ça ? Ah non c’est vrai, elle était rentrée ici pour acheter des livres à la base.

Cassidy se tourna pour faire face au marchand, qui était désormais assis en tailleurs sur le comptoir, comme un genre de bouddha psychédélique. En plus de la robe rose à motif de poney, il portait fièrement une paire de chaussons licornes lumineux. Tape à l’œil, mais mignon. Cassidy esquissa un petit sourire, cette tenue aurait été mignonne et rigolote sur une adolescente dans son genre, mais sur un homme adulte c’était finalement assez étrange. Elle commençait de plus en plus à se demander si vraiment le jeune homme était bien tout à fait sain d’esprit. Il dégageait un aura de folie douce, mais maintenant qu’il était habillé et qu’elle pouvait le regarder en face, Cassie ne pouvait s’empêcher de penser que bien, bien qu’elle n’ait jamais foutu les pieds dans cette boutique, elle avait déjà croisé Owain auparavant, mais où ? Impossible de s’en souvenir.

Cassidy tressailli d’étonnement lorsque le libraire lui demanda pourquoi est-ce qu’elle venait acheter des livres de cours. De mieux en mieux cette échoppe, une grande première ce vendeur qui trouve étonnant qu’un élève vienne acheter des bouquins. Étonnant qu’elle soit encore ouverte avec une attitude pareille. Certes l’école était fermée pour le moment, mais elle finirait certainement par rouvrir un jour ou l’autre, et Cassie n’allait pas rester les bras croisé à attendre que le ministère se décide à agir. Tous les élèves étudiaient chacun dans leurs coins comme ils pouvaient, seuls, avec leurs parents ou des professeurs privés, mais aucun ne se la coulait douce en attendant que la vie reprenne son cours habituel. Alors elle ne voyait rien de singulier à vouloir acquérir de nouveaux manuels scolaires.

La Gryffondor répondit à mi-voix d’un ton moqueur.

« Oui mais je dois me maintenir à niveau si je veux pas finir libraire naturiste à Pré-au-Lard. »

L’école aurait été fonctionnelle elle aurait fait sa rentrée en sixième année, ses B.U.S.Es en poche. Ce qui compliquait d’ailleurs sa liste d’achat, n’ayant pas passé les examens elle devait spéculer sur ses probables résultats et les matières qu’elle serait autorisée à poursuivre pour les A.S.P.I.Cs.  Heureusement que la Gryffondor étaient une bonne élève et persuadée qu’elle pouvait réussir à décrocher au moins un A dans toutes les matières, ou presque, mais avait besoin de la botanique et de l’astronomie dans la vie ? Non, absolument pas.

Plus l’entrevue se poursuivait, plus il devenait évident pourquoi les gens allait majoritairement se fournir en livres chez Fleury & Bott, ici, le je m’en-foutisme était de mise. Tandis qu’il s’empiffrait allègrement de cheesecake, le vendeur semblait décidé à laisser Cassidy se débrouiller toute seule dans les piles de bouquins poussiéreux pour trouver ce dont elle avait besoin. Elle exhala un long soupir, l’envie de déguerpir en claquant la porte commençait à la démanger furieusement. Mais comme sa mère allait couler un plomb si elle revenait de Pré-au-Lard les mains vides, mieux valait s’armer de patience.  Par contre, hors-de-propos de s’y coller toute seule, c’était un vrai capharnaüm cette boutique, et le libraire était là pour faire son boulot, pas seulement pour le décorum.

« Alors » grommela Cassidy en sortant un parchemin de son sac « J’aurai besoin du Manuel des Sorts et Enchantements niveau 6, le Manuel Avancé de Métamorphose, le Traité Supérieur de Traduction des Runes, le Manuel Avancé de Préparations des Potions, le Précis d’Études Supérieures des Moldus, le Manuel d’Histoire Critique de la Magie et la Nouvelle Théorie de Numérologie. »

C’était les matières que Cassidy avait choisi de poursuivre en second cycle : histoire de la magie, arithmancie, runes anciennes, études des moldus et les potions. Mais elle n’avait pas pu se résoudre à abandonner les matières de magies « pratiques » comme la métamorphose ou les sortilèges, qui lui paraissaient indispensables, que vaudrait un sorcier adulte qui serait arrêté au niveau des B.U.S.Es en sortilège ? Cassidy ne comptait pas non plus laisser tomber la défense contre les forces du mal ou la magie noire, selon ce que le ministère souhaitait conserver comme matière. Cassidy avait une très nette préférence pour la Défense Contre les Forces du Mal, son naturel empathique faisait d’elle une bien piètre exécutrice des arts noirs, il ne faudrait pas compter sur elle pour assurer la relève de la tradition Mangemort de la famille, mais ses charmes du bouclier et ses patronus étaient impressionnants.

Tandis qu’elle cherchait les ouvrages dont elle avait besoin dans une montagne de livres à l’abandon, en espérant que le vendeur en faisait de même de son coté, elle trouva un gros volume à la reliure cuire rouge et noire. Un quelconque traité théorique de l’anarchisme certainement, mais soudain la mémoire lui revient. Anarchistes, manifestation, carnaval, tract : c’était là qu’elle avait déjà eu à faire au libraire, lors du carnaval Merliniste sur le chemin de Traverse. Cassidy avait bousculé tout le monde en essayant d’attraper un des tracts du groupuscule d’agités, et c’est là qu’Owain lui en avait tendu un. D’ailleurs maintenant que la mémoire lui était revenue, ce jour-là aussi son manque de pudeur lui avait été reproché, c’était une manie visiblement. Elle se releva et pointa vers Owain un index accusateur.

« Je sais où je vous ai déjà vu, au carnaval Merliniste. C’était bien vous qui aviez des histoires avec la flicaille parce que vous vous promeniez à poil ? »

Bon, il était fort probable qu’Owain de son côté ne se rappela absolument pas d’elle, mais Cassidy était certaine que c’était bien le même jeune homme. Elle avait une bonne mémoire et était plutôt physionomiste. Et est-ce que ça lui rapportait quelque chose de savoir que les deux s’étaient déjà rencontrés ? Absolument pas, alors sans attendre vraiment une réponse affirmative de la part du libraire, elle se remit à la pêche aux bouquins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    |  Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    avatar
    Date de naissance du joueur : 15/10/1987
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 23/01/2016
    Parchemins postés : 60



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Owain Gallagher


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Dim 23 Oct - 0:16

Ah maintenant qu'elle le disait, en effet, il se rappela de la jeune femme, prenant son tract, elle avait eu l'air enthousiaste de prendre le dit tract d'ailleurs. Alors, qu'Owain n'avait pas une grande mémoire des visages, il se remémora cet instant assez facilement, drôle comment le cerveau fonctionnait parfois, il se rappelait également de l'autre empêcheur de tourner en rond. Eh bien, ce n'était pas la première fois qu'on l'arrêtait pour cause d'impudeur, ce qui ne l'empêchait pas de continuer, peut être par soucis de rébellion, ou parce qu'il était juste borné ou tout simplement parce qu'il ne comprenait sincèrement pas pourquoi cela posait un problème.

Peu importe, ce n'était pas vraiment le moment de se lancer dans des discours intérieur et philosophique sur l'intérêt crucial de se promener à poil, non car, la jeune femme en question semblait galéré dans ses piles de livres et qu'il pouvait bien bouger son cul n'est-ce pas. Ainsi, il se leva, puis alla s'enfoncer parmi les piles et les piles de vieux grimoires, cherchant ce qu'elle avait demandé. Un moment de silence passa, jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il devrait peut-être répondre à la question de sa cliente, les gens en général aimaient qu'on réponde à leur question non ? Prenant un livre, faisant partie de ceux demandés, Owain le posa avec délicatesse dans un coin à part et répondit d'un ton évasif :

« Oui, c'est moi, je ne faisais rien de mal pourtant, ne vois pas ou est le problème de se promener avec un drap autour de moi, on ne pouvait pas voir à travers ... »

C'est vrai quoi, un drap, c'est un drap, cela ressemblait presque à une robe de sorcier à bien y réfléchir. Une chocogrenouille sauta sur sa tête, ce qui le rendit encore plus ridicule qu'il ne l'était déjà, l'animal chocolaté se promena tranquillement parmi ses boucles, comme un vrai animal vivant, ce qui était quelque peu perturbant pour notre cher libraire. Il les laissait sautiller gaiement dans sa boutique, pour la simple et bonne raison qu'elles faisaient partie des rares sucreries qu'il ne mangeait pas, en effet, l'idée de manger des choses en forme d'animaux mignons (et bougeant comme de vraies bestioles) l'horrifiait totalement. Il savait, qu'elles n'étaient pas réellement vivantes, mais ne pouvait s'empêcher de sentir comme un monstre à l'idée de croquer leur tête, pauvres petites bêtes ! De toute façon, Owain ne faisait jamais preuve d'une grande logique et n'avait jamais prétendu non plus, en avoir. Quoiqu'il en soit, il trouva un autre bouquin de la liste, qu'il posa sur l'autre puis replongea dans le bordel ambiant pour tomber nez à nez avec un crâne humain.

Ce n'était pas un vrai crâne humain, juste un objet qu'il avait un jour métamorphosé pour une fête d'halloween, Owain ne se rappelait même plus ce qu'était l'objet à l'origine, peut être un livre. Se redressant, le jeune homme l'examina, le crâne lui souriait, il semblait tout à fait amical, peut être serait-il d'accord pour devenir son nouvel ami ? Comme ses figurines miniatures d'animaux magiques et Janine la cuillère parlante (hurlante, si on la plongeait dans des liquides trop chauds ou trop froids, un objet ensorceler qu'il avait trouvé dans une brocante, très amusante et philosophe à ses heures). Comme un idiot, il fit bouger les mâchoires du crâne s'imaginant que celui-ci parlait réellement, oubliant momentanément les livres ainsi que la jeune femme présente dans sa boutique. Owain pouvait se distraire d'un rien, de ce fait, ce n'était pas la première fois qu'il négligeait un client, fort heureusement le coffre de la famille à la banque Gringotts était loin d'être vide, tenir cette librairie tenait plus du plaisir à avoir tout un tas de bouquins que d'une réelle nécessité à les vendre (et puis son père aimait tellement cet endroit).

Un sourire se dessina sur ses lèvres suivi d'un gloussement idiot, comment pourrait il apeler ce crâne ? William, William le crâne pourrait être un nom tout à fait correct, c'était une question très importante en tout cas, plus que de chercher de vieux grimoires en cet instant. Non pas que le jeune homme n'aima pas les livres, bien au contraire, mais chercher quelque chose était tellement ennuyeux, d'ailleurs, la jeune femme ne pouvait-elle tout simplement pas essayer quelques sorts d'accio afin de les trouver ces fameux bouquins ? Où n'était-elle toujours pas autorisée à jeter des sorts en dehors de l'école ? Très bonne question, soudainement cela l'intriguait, plus que de savoir de quel nom il pouvait bien baptiser son charmant crâne. Le plus simple serait de demander, comme quelqu'un de normal ferait dans ce genre de circonstances. Or, Owain se contenta de fixer son crâne, réfléchissant à la question, s'imaginant jeter un sort à sa cliente, oh pas un sort pour la blessée, juste un sort pour voir si elle répliquerait (il ne pouvait réellement le faire, sinon son père l'étriperait et peut-être aurait-il quelques petits problèmes avec les parents de la gamine aussi, au passage). Tout de même, c'était terriblement tentant, juste un petit sort, cela ne pouvait pas faire de mal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1022



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Mar 25 Oct - 13:10

« Et donc votre passion dans la vie c’est de vous promener à poil ?  Je ne vous juge pas. » Conclu Cassidy, d’un ton qui, pourtant, respirait le jugement.

Quelqu’un de plus raisonnable aurait certainement laissé choir le sujet du naturisme, mais Cassie ne serait plus Cassie le jour où elle s’empêcherait de dire tout haut tout ce qu’elle pense. Et en l’occurrence, pour l’adolescente, aimer se promener le poireau à l’air, et plus particulièrement quand il y avait un risque de croiser d’autres personnes, était une attitude qui passait l’entendement. Cassidy pouvait être assez puritaine sur certains sujets, en particulier les garçons, la nudité et le sexe. Si certaines de ses camarades avaient déjà allègrement sauté le pas, Cassidy, pour son cas, n’avait même jamais embrassé un garçon, et se disait que ce n’était pas demain la veille qu’un tel événement aurait lieu. Une fois, lors d’une énième fiesta improvisée dans la salle commune des Gryffondor, un garçon lui avait passé la main dans le dos et elle avait juré de la lui tranchée si il s’avisait de recommencer. Et c’était là le summum de son tableau de chasse masculin. Il va sans dire que l’éducation maternelle, pourtant pas la dernière à la bagatelle dans sa folle jeunesse, n’y était pas pour rien dans ce comportement de vierge de fer, avec pour conséquence de considérer le naturisme comme une forme de loisir totalement inadaptée.

La Gryffondor avait dit ce qu’elle avait à dire, et ne prêta pas vraiment attention à une quelconque réponse du libraire sur le sujet. Les chances pour qu’ils tombent d’accord étant maigres, il n’y avait pas de raison d’ergoter là-dessus pendant des plombes. Et à la place mieux valait se concentrer sur la recherche des livres dont elle avait besoin.

Cassidy aurait bien eu recours au sortilège d’attraction pour faciliter les recherches, puisque Pré-au-Lard était une zone exclusivement sorcière ou même les mineurs pouvaient avoir recours à la magie sans que le ministère ne puisse les détecter. Elle maîtrisait parfaitement ce sortilège, mais n’osait s’en servir, en raison du désordre phénoménal de la boutique. Les piles de livres montaient parfois jusqu’au plafond dans un équilibre des plus précaire, et elle n’était pas certaine que la violence d’un accio balancé aux quatre vents ne conduirait pas à un pur désastre. Du genre mourir étouffée sous une pile de vieux livres d’occasion, sentant le moisi. Et même si dans l’absolu cela reviendrait juste à mettre un peu plus de désordre dans le désordre, elle ne se sentait pas de taille à affronter plus de désordre. Alors elle s’en tint à la bonne vieille technique de fouille façon moldu.

Après plus d’un dizaine de minute passée à tourner autour des piles de bouquins, elle aperçut enfin l’un des ouvrages dont elle avait besoin, le Manuel Avancé de Métamorphose, coincé entre Lever le Voile du Futur et un Traité d’Oniromancie. C’est McGonagall qui en aurait fait une tête en voyant ça, la métamorphose coincée entre deux volumes de divination. Le respect était officiellement mort.

Cassidy ne put néanmoins pas s’empêcher de feuilleter l’un des deux livres, elle avait toujours été intriguée par le contenu des cours de divination. Elle était elle-même une véritable voyante et avait catégoriquement refusé de suivre ce cours. La divination occupait déjà bien assez de place dans sa vie de tous les jours sans qu’elle s’inflige en plus la douleur de perdre un temps précieux à s’adonner à une activité aussi crétine que d’essayer de lire l’avenir dans des résidus de feuille de thé au fond d’une tasse. Cassidy n’avait jamais pu s’empêcher d’offrir un sourire débordant de cynisme à ses camarades qui peinaient autour d’un minable jeu de tarot et étaient après coup persuadés d’en savoir plus long que tout le monde sur le futur.

« Débilos, débilos… » Souffla-t-elle, en remettant l’indigeste ouvrage au sommet de la pile.

L’adolescente repris les recherches là où elle les avait laissés. Elle dans une autre tour de livre un candidat de sa liste, la Manuel Avancé des Potions. Pour l’instant elle utilisait celui de sa mère, mais la jeune Demelza y avait consigné beaucoup trop de chose personnelles, cela devenait un peu gênant. Alors Cassie avait décrété qu’il était grand temps pour elle d’acquérir son propre exemplaire. Elle s’empara du bouquin, et vit la pile vaciller dangereusement mais sans s’écrouler pour autant. Bon sang de sang pur, venir acheter ses manuels ici c’était gagné en sus une partie de jenga géante.

« Et de deux ! »

Cassidy en profita pour regarder comment Owain se débrouillait de son côté. Bien visiblement, il tripotait un crâne, et semblait avoir complètement oublié l’existence de sa cliente. Ce type n’était qu’une blague, c’était pas croyable, comment la boutique pouvait-elle ne pas couler ? Déjà il foutait les clients hors de son magasin sans ménagement, se traînait au milieu des livres dans le plus simple appareil et finalement faisait comme si les clients n’étaient tout simplement pas là. Et en plus il laissait de la bouffe traîner un peu partout.

Cassie attrapa au vol l’une des nombreuses chocogrenouilles qui s’ébrouaient en toute liberté au milieu de la librairie. Elle la décapita sans ménagement, avant de s’adresser au vendeur sur le même mode.

« Hey dites, quand vous aurez fini de faire mumuse, ça vous dérangerait de me chercher les livres dont j’ai besoin ? »

Cassidy n’était pas quelqu’un de naturellement patient, et ce capital s’amenuisait encore lorsqu’elle faisait face à quelqu’un d’incompétent, du genre Owain présentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    |  Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    avatar
    Date de naissance du joueur : 15/10/1987
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 23/01/2016
    Parchemins postés : 60



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Owain Gallagher


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Dim 13 Nov - 17:35

Elle était agacée et, c'était tout à fait compréhensible à vrai dire, il devait paraître complètement con à la regarder comme ça ou encore à jouer avec un putain de crâne. Ce n'était pas vraiment un comportement digne d'un libraire, ni même d'un adulte de pratiquement quarante ans. Bref, elle était agacée et Owain le sentait bien, or, ce ne serait peut-être pas une bonne chose pour le commerce, que l'adolescente rapporte à tout le monde, que le libraire de Pré au Lard était un incapable. Non pas que le commerce eu une réelle importance à ses yeux, néanmoins, cette boutique était précieuse pour son père, alors autant essayer de rattraper la situation n'est-ce pas. Ainsi, il se remit à la recherche des livres en question, tout en se disant que c'était terriblement ennuyeux comme activité, se concentrer deux minutes sur une tâche aussi fastidieuse lui paraissait insurmontable. Prenant ceux déjà trouvés, puis les déposants délicatement sur le comptoir, il lança d'un ton détaché :

« Nous pourrions faire un duel, oh rien de bien méchant, juste quelque chose d'amusant, mais un vrai duel. Tu gagnes, tu peux partir avec tous tes grimoires gratuitement, tu perds, ma foi, tu les payeras. Comme tu l'as souligné, je suis débile n'est-ce pas, je n'ai pas non plus l'air très compétant et je suis sûr que tu dois penser que je suis pratiquement un cracmol, aller savoir, c'est vrai, un sorcier digne de ce nom ne se balade pas à poil dans une librairie miteuse. Alors, peut-être que tu gagneras facilement et puis tu pourras le raconter à tous le monde, comment tu as pu humilier le libraire exhibitionniste du village, comment tu l'as mis à terre, se serait fun non ? Ou pas… En tout cas, ce n'est pas négligeable, de pouvoir repartir avec toute une collection de grimoires, gratuits. T'obliges pas à accepter, c'est juste une proposition, histoire de rendre les choses plus… Disons… Distrayantes ! »

Assis de nouveaux sur son comptoir, à côté des grimoires trouvés ainsi que d'un paquet de fiwisbizz, Owain souriait. Peut-être qu'elle allait repartir, en jurant, se promettant de ne plus jamais foutre les pieds ici et qu'elle irait dans une autre librairie, c'était tout à fait probable comme réaction. Les grimoires, il y aurait toujours quelqu'un pour les acheter en fin de compte, parfois, il pouvait tomber sur des clients aussi peu conventionnel que lui, parfois certaines personnes se fichaient bien des rumeurs courant dans les rues et puis, ses grimoires étant tous d'occasions, c'était parfois mieux d'aller chez lui pour des raisons aussi terre à terre. Cela dit, le jeune homme avait vraiment envie de faire ce duel, pourquoi il n'en avait aucune idée, pas besoin d'y avoir une raison si ?

« Je n'emploierais pas de sorts que tu ne connais pas, pas de sorts que j'ai pu apprendre en passant mes ASPIC ou encore en dehors de Poudlard. »

Prenant sa baguette, le sorcier la pointa de nouveau sur lui, changeant sa si ridicule robe à têtes de poneys, pour finalement se retrouver avec une robe noire, tout ce qu'il y avait de plus banale. Il enleva ensuite ses chaussons, qui auraient plus convenus à une gamine de cinq ans qu'un homme adulte mais, peut importe, puis les envoya valdinguer, ceux-ci allèrent de ce fait se poser sur une étagère. Ensuite, le libraire commença à ranger les diverses grimoires, qui retournèrent tranquillement sur leurs étagères, comme si la jeune femme avait accepté son deal, alors qu'elle n'avait encore donnée de réponse. D'ailleurs, la question de savoir si elle pouvait faire de la magie en dehors de Poudlard lui revint en mémoire, ce qui annulerait le duel si jamais elle ne pouvait pratiquer. Fronçant les sourcils, il lui posa tout bonnement la question, n'étant plus à ça prêt, de paraître complètement idiot :

« Tu es autorisé à pratiquer la magie non ? En dehors de l'école, vu qu'elle est détruite, humm. »

Après tout, c'était totalement inédite comme situation, l'école détruite, une image bien sinistre d'ailleurs, à chaque fois qu'il tournait la tête vers le château ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Gryffondor ;; 5ème année

| Gryffondor ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 25/03/1988
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 21/09/2015
Parchemins postés : 1022



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Cassidy H. Faulkner-Nott


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Jeu 19 Jan - 14:56

Cassidy se contenta de rouler nerveusement les yeux au ciel en écoutant le petit laïus du libraire. Pour autant qu’elle se souvienne elle ne l’avait nullement traité de débile, et n’avait aucun souvenir d’avoir à aucun moment manifester l’envie de l’humilier. Non content de parler aux objets inanimés, le jeune homme semblait également prompt à prêter l’oreille à ce que ceux-ci lui racontaient. A moins qu’il ne soit réellement très susceptible et ne considère que le simple fait d’évoquer la possibilité qu’il fasse son travail ne soit un affront inacceptable, qui doivent invariablement se finir dans le sang. Certes Cassidy n’était pas, et de loin, la jeune fille la plus polie de la terre, mais de là à verser dans le crime d’honneur pour une remarque à peine teintée de sarcasme juvénile.

« Et donc, quand vous avez terminé de vous promener le jonc au vent et de discuter avec des têtes de morts vous provoquez en duel des enfants… Soit. » Commenta la jeune femme d’un air dubitatif.

Elle comprenait beaucoup mieux maintenant pourquoi sa condisciple lui avait fortement déconseillé de se rendre dans cette librairie, le vendeur n’était pas juste un peu excentrique, c’était au-delà du réel et il était complètement siphonné. Très clairement elle aurait eu meilleur temps de se scier une guibole plutôt que de mettre un pied dans cette satanée échoppe. Un duel, contre un adulte en plus, alors qu’elle-même n’avait même pas passé ses B.U.S.Es. Mais d’un autre côté, la perspective d’avoir tous ces beaux livres à l’œil était extrêmement tentante. D’ailleurs elle aurait bien eu besoin d’un nouveau stabilisateur pour son balai, et en économisant l’argent de ses livres elle pourrait intelligemment le réinvestir.

Dans le fond, le bon sens recommandait de prendre rapidement la fuite car toute cette histoire sentait la folie de trop près, mais quel Gryffondor n’avait jamais fait preuve de bon sens ? Certainement pas Cassidy en tout cas. Elle approuva d’un signe de tête les conditions du duel proposé par Owain.

« En espérant que vous soyez un homme de parole. » se contenta-t-elle d’ajouter, les dents serrées.

Elle balaya littéralement d’un geste de la main la petite voix dans sa tête qui lui conseillait de renoncer, parce que son adversaire était très certainement un sorcier mieux formé qu’elle, parce qu’il n’était peut-être pas un dingo inoffensif comme il en avait l’air de prime abord mais peut-être bien un dangereux psychopathe qui l’enfermerait d’un un bocal de formol pour l’éternité après l’avoir stupéfixé.

Mais un bon Gryffondor se devait de toujours rester droit dans ses bottes, et foncer au-devant du danger.

« Non je suis encore mineur, mais si je me retrouve devant le Magenmagot pour usage excessif de la magie je leur expliquerai que vous vous baladiez à poil au vu et au su des jeunes filles. »

Et une fois ceci prit en considération peut-être qu’Owain et Cassidy serait autorisé à partager une cellule à Azkaban, qui peut savoir ?

La Gryffondor sentit son estomac se contracter douloureusement, non seulement elle s’apprêtait à enfreindre la loi sur la restriction de l’usage de la magie chez les sorciers, mais en plus c’était son premier duel à proprement parlé. Elle n’était certainement pas prête pour ça, mais qui sait, avec la chance des débutants, parfois…

Elle se concentra et pointa sa baguette en bois de rose sur Owain. Il avait bien dit que c’était un duel pour s’amuser, non ? Alors amusons nous.

« EXPELLIARMUS »

Et regarda avec un sourire satisfait la baguette de son adversaire s’envoler dans le désordre de la boutique.


Dernière édition par Cassidy H. Faulkner-Nott le Dim 29 Jan - 16:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | STAFF DE POUDNOIR

| STAFF DE POUDNOIR
avatar
Date de naissance du joueur : 22/01/1990
Âge du joueur : 27
Arrivé sur Poudnoir : 09/07/2007
Parchemins postés : 5393



Pensine
Mon casier judiciaire est: Rien à reprocher
Mon niveau magique est:
Ma résistance magique est de:
Admin


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Jeu 19 Jan - 14:56

Le membre 'Cassidy H. Faulkner-Nott' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé PA 3' :

Résultat :

____________________________________
Administrateur.
Poudnoir 2014 Action !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.poudnoir.com


    | Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    |  Libraire exhibitionniste de Pré-au-Lard
    avatar
    Date de naissance du joueur : 15/10/1987
    Âge du joueur : 30
    Arrivé sur Poudnoir : 23/01/2016
    Parchemins postés : 60



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Owain Gallagher


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy) Sam 21 Jan - 22:46

Il regarda avec surprise sa chère baguette volée à travers la pièce, pour finalement atterrir avec un bruit sourd derrière son comptoir. La jeune femme avait commencée fort et, avait gagnée son premier grimoire, parce que oui, il était un homme de parole. Il ne releva pas ses paroles, ne pouvant s'empêcher tout de même de les imaginer, elle et lui, devant le Magenmagot, à expliquer de long en large, leur duel et, le fait qu'il se balade à poil devant les gens, il se demanda comment réagiraient tous ces grands sorciers, devant un imbécile fini et une adolescente rebelle. Mal sûrement, mais bon, ils n'allaient pas en arriver jusqu'à de telles extrémitées si ? En attendant, Owain alla tout simplement chercher sa baguette chérie, prenant un grimoire au passage qu'il mit de côté. Baguette de nouveau en mains, il déclara :

« Voilà un premier grimoire pour toi. »

Il réfléchit, quel sort jeter ? Quel genre de sort les élèves se jetaient entre eux ? En y repensant, Owain se rendit compte qu'il n'avait jamais participé à des duels, il en avait fait pourtant des conneries, mais des duels non, curieux. En fait, c'était son tout premier duel (Un peu triste, finalement, il manquait réellement de vie sociale, peut être devait-il se faire quelques amis de son âge… Où peut être pas, les adultes étant parfois si ennuyeux.) Or, un sort lui vint à l'esprit, un sort plutôt hilarant pour le lanceur, beaucoup moins pour la victime, mais, ils faisaient un duel non ? Autant ne pas prendre trop de pincettes, sinon ce ne serait pas amusant du tout. Pointant sa baguette vers son adversaire, le jeune homme s'exclama :

« Levicorpus ! »

À son plus bonheur, la jeune sorcière se trouva suspendue en l'air pas la cheville. Il était peut-être un peu trop agressif non ? En tout cas, c'était marrant, tellement, qu'il était bien tenté de la laisser flotter pendant des heures, juste pour le fun. Toutefois, la voix de son frère se fit entendre, la voix de sa conscience qui avait toujours la voix de son frère (parce qu'il était un grand moralisateur), une voix donc qui lui conseilla de la relâchée. De toute façon, pourquoi la garder suspendue ainsi ? Parce que dans cette position, elle ne pouvait pas faire grand chose, ce qui n'était pas du jeu. De ce fait, d'un geste désinvolte, il relâcha son emprise, non sans avoir recouvert le sol de coussins, histoire qu'elle ne se blesse pas en tombant (Un geste qui pouvait paraître sympathique, ça l'était, dans une certaine mesure et d'un autre côté, le libraire n'avait aucune envie d'avoir des problèmes avec les parents de Cassy, déjà que ce duel n'était pas une idée si lumineuse que ça…). Il sourit, quelle riposte allait-elle lancer ? Quel sort subirait-il ? Owain était impatient de le découvrir, il allait peut-être regretter son sort, ou pas, en fait, c'était follement excitant, de ne pas savoir, n'est ce pas ?


Dernière édition par Owain Gallagher le Jeu 26 Jan - 23:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy)

Revenir en haut Aller en bas

Heureusement, le ridicule ne tue pas (Pv Cassy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Ecosse

 :: Pré-au-Lard
-