POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 83



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Mer 5 Oct - 21:55

Le Chemin de Traverse, et c'était suffisamment rare pour le relever, était relativement calme. C'était le début d'après-midi pourtant, et il n'y avait pas tant de monde que ça dans les rues. Bon, cela restait quand même assez dense, mais Athénaïs avait déjà connu bien pire lorsqu'elle venait ici pour acheter ses livres, quelques temps avant la rentrée scolaire. Alors, pour elle, s'était parfait. De plus, il y avait un petit courant d'air très agréable qui faisait virevolter légèrement les cheveux de la jeune femme. C'était très agréable.

Une fois bien engagé dans l'allée principale, Athénaïs tourna la tête et son regard se posa sur Danny. Les jumelles et Ethan étaient restés à la maison, avec leur mère. Elle l'avait prise à part et l'avait bien rappelé à l'ordre avant de partir. Elle voulait passer un peu de temps seul à seul avec Danny. Sans vraiment comprendre comment elle s'y était pris, elle avait réussi à le traîner jusqu'ici, le faisant quitter sa chambre après bien des arguments. Finalement, le magasin de Quidditch avait dû faire mouche : elle lui avait promis de lui acheter ce qu'il voulait. Malgré le fait que les prix de la boutique soient un peu élevé, et qu'Athé n'avait pas tellement les moyens de dépenser sans compter, cela lui faisait plaisir. Parce qu'au moins, ça prouvait bien que Danny s'intéressait encore à quelque chose. Si seulement elle jouait au Quidditch, peut-être qu'elle aurait pu faire une partie avec son frère. Malheureusement, elle n'était jamais montée sur un balai et ne comptait pas commencer de si tôt. Alors tant pis. Au moins, Danny aurait un petit cadeau, même s'il ne l'utilisait pas tout de suite.

- Alors ? Des idées ? Qu'est-ce que tu comptes acheter ? demanda la jeune femme, tentant d'engager la discussion avec son frère, tout en regardant distraitement les vitrines.

La réponse ne vint pas immédiatement et un court et lourd silence plana durant ce laps de temps. Finalement, Danny ouvrit la bouche.

- Je sais pas... Peut-être une paire de gant. Ou un nécessaire à balai. On verra. Mais, de toute façon, t'y connais rien en Quidditch.

Athé fronça les sourcils.

- Ce n'est pas parce que je n'en fais pas que je ne sais rien là-dessus, Monsieur-le-pro-du-Quidditch, répliqua-t-elle en lui tirant la langue.

A dire vrai, Athé n'avait pas tellement envie de rire. C'est que ça coûtait cher un équipement de Quidditch. Mais bon... Il lui suffirait de tricher un peu sur ses médicaments pendant quelques temps. Bien sûr, son médicomage la sermonnerait. Mais il ne pourrait rien y faire, de toute façon.

Une fois devant la boutique de Quidditch, Danny accéléra le pas et s'approcha de la vitre. Tout était brillant et neuf. Athénaïs devait avouer que ça avait une certaine classe, tout cet équipement, mais vraiment, le Quidditch n'était pas fait pour elle. La danse, c'était plus son domaine. La musique, les mouvements parfaitement en accords. Le sol sous ses pieds, aussi. C'était un point important.

Ils finirent par entrer dans la boutique et là, Athé n'eut d'autres choix que de suivre son frère. Si elle savait quelques petits trucs sur le Quidditch, elle n'était pas pour autant une experte. Et son frère en savait bien plus qu'elle sur le sujet. Il la conduisit donc dans presque toutes les sections de la boutiques, et, contre toutes attentes, parla longuement de chaque chose qui pouvait l'intéresser. Athé l'écoutait presque religieusement, sans dire un mots. Elle avait trop peur de l'interrompre et de voir ce semblant de joie s'éteindre sur le visage de son frère. Alors elle se contentait de répondre de temps en temps, juste pour montrer qu'elle était attentive à ce qu'il lui disait. Du moment que son frère était heureux, ça lui allait.

Finalement, le choix de Danny se porta sur une nécessaire à balai flambant neuf. Ce n'était pas le plus cher, mais pas le plus bas prix non plus. Danny, contre toute attente, avait su faire un choix juste entre qualité et prix. Athé était soulagée. Elle avait promis de lui prendre ce qu'il désirait, et elle était heureuse de voir que Danny, pour le coup, n'avait pas été méchant. Il avait été juste. C'est donc le sourire aux lèvres qu'Athé passa à la caisse et paya. Elle retourna ensuite vers son frère, qui l'avait attendu devant la porte et lui tendit le paquet, un sourire aux lèvres.

- Et voilà ! Pour toi ! Ton balai sera comme neuf après !
- Exagère pas non plus hein, répondit l'adolescent avec un très, très léger sourire.
- Moi, exagérer ? Jamais de la vie, tu le sais bien.

Le sourire de Danny s'élargit légèrement et un rire s'échappa. Il ne dura que quelques secondes, mais Athénaïs n'en loupa pas une seule seconde. Elle en sourit davantage.

- Alors ! Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? Un truc à boire, ça te dit ? Ou une glace, comme tu veux !

Danny ne répondit pas, mais il hocha la tête, avec toujours ce très léger sourire aux coins des lèvres.

Ils sortirent de la boutique, et là, ils se retrouvèrent immédiatement face à une foule compacte. Athé écarquilla les yeux et balaya l'ensemble de la rue principale d'un seul coup. Eh ben ! Dire qu'elle trouvait ça calme quelques instants auparavant ! Elle n'arrivait même pas à voir la vitrine de la boutique d'en face !

- Eh bien ! Quel monde ! On retrouve tout de suite le Chemin de Traverse comme on le connaissait. Qu'est-ce que tu...

Elle s'arrêta net de parler. Elle venait de tourner la tête vers Danny, pour lui poser une question qui passait maintenant au tout dernier plan, et elle avait fait face au vide. Elle releva la tête. Où est-ce qu'il était ?

- Danny ? appela-t-elle en regardant autour d'elle. Danny ?

Elle s'inquiétait. Pas énormément, parce que Danny avait l'habitude de venir sur le Chemin de Traverse tout seul, surtout depuis que Poudlard avait fermé. Mais elle s'inquiétait quand même. Avec tout ce monde, qui sait ce qu'l pouvait bien lui arriver ? Avançant de quelques pas, Athénaïs parcourut la foule du regard. Elle ne le voyait nulle part. Pourtant, il ne devait pas être très loin ! Il n'avait disparut que depuis quelques minutes ! Où était-il ?

- Danny ? Danny ! Bon sang, mais où est-il ?

Oh non, c'était nul ! Elle qui avait prévu de passer un petit moment avec son frère pour le faire sortir un peu de sa bulle ! C'était le genre d'événements qui pouvaient pousser son frère à se refermer comme une huître en quelques secondes ! Il était devenu particulièrement susceptible.

- Danny ! Danny ! Da... !

Sa voix mourut dans sa gorge quand, sans faire attention, Athénaïs rentra dans quelqu'un. Elle n'avait pas regardé où elle allait, trop occupée à tenter de repérer son frère. Se reculant légèrement, elle releva la tête et elle allait s'excuser et passer son chemin quand les traits de l'homme qui lui faisait face la frappèrent. Bon sang !

- Vous... Veuillez m'excuser, se reprit-elle immédiatement. Je ne regardais pas où j'allais !

Devant elle, par elle ne savait trop quel jeu du destin, se trouvait Drago Malefoy. Plus grand qu'elle d'un an, et sûrement de quelques centimètres également, il n'était pas inconnu. Du moins, il ne l'était plus. Il s'illustrait dans le Parti Puriste et il faisait parler de lui dans les journaux. Sûr qu'être le fils du Ministre, ça devait aider, en un sens. Athénaïs et lui ne s'était jamais côtoyé. Jamais. Elle avait eu la chance de ne pas faire partie de ses têtes de turc, ce que d'autres n'avaient pu éviter. Elle, ce n'était qu'une Sang-Mêlée, et Malefoy semblait encore les tolérer.

Athénaïs, se souvenant soudainement de ce qu'elle faisait avant de bousculer Drago Malefoy, écarquilla légèrement ses yeux grands yeux bruns. Elle tourna ensuite la tête vers l'homme qui lui faisait face, oubliant qu'il n'était sûrement pas ravi de la rencontrer. Quoi que, il ne devait même pas savoir qui elle était.

- Excusez-moi, n'auriez-vous pas vu un garçon de 14 ans environ, brun, portant une veste en jean et un pull rouge. Mon petit frère s'est perdu et je ne le retrouve pas.

AthénaPis ne savait pas s'il allait lui répondre, l'envoyer promener, ou tout simplement l'ignorer. Mais elle se comportait avec lui comme elle l'aurait fait pour n'importe qui. Elle n'aimait pas placer certaines personnes au-dessus des autres et, de toute façon, Sang-Pur ou pas, il n'en restait pas moins qu'il n'avait qu'un an de plus qu'elle. Elle n'allait pas lui parler comme on parle à un adulte. Bien sûr, elle le vouvoyait. Mais ce n'était qu'une marque de respect lié à une certaine éducation.

Elle attendait la même chose de lui.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 338



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Ven 7 Oct - 23:41



Out of my way

Feat Athénaïs H. Moreau & Drago Malefoy


L'avantage à être un Mangemort dans la société actuelle, c'est que personne ne vient généralement te chercher des embrouilles, hormis peut être d'autres Mangemorts et quelques merlinistes téméraires. Membres intégrants du ministère, ils sont aujourd'hui plus respectés qu'autre fois. Mais beaucoup n'ont pas oublié qu'ils restent partisans du Seigneur des Ténèbres, et donc des personnes qui ne sont pas particulièrement fréquentables. Bien sur pour les puristes convaincus, ils ne peuvent être que des alliés de choix. Ils sont aujourd'hui libres d'agir sans avoir les représailles d'autrefois, et autant dire que c'est une grande fierté pour la majorité d'entre eux. En ce qui concerne Drago Malefoy, il vous tiendra à peu près le même discours que les autres, de l'honneur qu'il peut avoir en possédant la marque des Ténèbres. Évidemment qu'il vous l'affirmera, quels seraient les risques s'il disait le contraire ? Entre son père qui en serait particulièrement outré, car ce serait malgré tout une marque de défi envers lui, et les conséquences qui pourraient s’en suivre avec Lord Voldemort, vous pensez bien que Drago n’a d’autre choix que de se proclamer Mangemort auprès de ses comparses. Cela dit, cela ne l'empêche pas de profiter des avantages qu'il en tire. Il a toujours été ainsi, à se saisir du moindre pouvoir qu'il pouvait posséder. Alors tant qu'il n'a pas de risque, il utilise son statut pour avoir ce qu'il souhaite et éviter de se faire prendre entre deux murs par des brutes un peu limités.

C'est grâce à sa marque des Ténèbres que Drago n'a aucune peur en se promenant dans l'Allée des Embrumes. Bien qu'il y ai déjà été maintes fois auparavant, il pouvait désormais s'y déplacer librement sans que l'on vienne lui poser des questions ou qu'il soit accusé de complot. Enfin en tout cas, c'est ce qu'il croit. C'est pour cette raison que le jeune puriste marche dans ces allées étroites et peu fréquentables, suivit de près par un elfe de maison peu rassuré. Ce dernier regardait autour de lui avec angoisse, collant aux basques son maître, qui lui même ne lui portait aucune attention. A plusieurs reprises, Drago s'arrêtait brusquement devant une vitrine, l'elfe le bousculant par mégarde. Pour le remettre à sa place, le blond lui donnait de petits coups de pieds sous les gémissements de la petite créature qui se confondait en excuses. Sans prêter le moindre intérêt aux plaintes retenues de l'elfe, Drago entra dans une sombre boutique à l'angle de la ruelle, sans perdre son air digne et fier. Seules de minuscules fenêtres laissaient entrer de la lumière dans la petite librairie. Hormis le vendeur, le jeune homme n'y croisa qu'une femme d'âge mûr et à l'air écervelée. Les ignorant délibérément, Drago se dirigea vers le rayon des livres de magie noire. Promenant ses doigts sur les étagères, le fils Malefoy en sortit divers ouvrages tels que Comment se débarrasser de son pire ennemi en dix leçons ou Combattre le mal par le mal. Evidemment, Drago avait quelques idées sur ce qu'il recherchait. Depuis quelques jours, il avait prit la décision de chercher une solution à son plus important problème : Lord Voldemort. Ses nuits étaient faites d'épouvante depuis qu'il se sentait menacé par le Seigneur des Ténèbres, il savait qu'à tout instant le mage noir pourrait refaire surface et contrôler sa vie. Alors, évidemment qu'il n'imaginait jamais qu'il serait capable de s'en débarrasser, il était loin d'être idiot. Il ne chercherait certainement pas à rivaliser avec lui, seulement trouver un moyen de lui échapper. Alors peut être trouverait-il une réponse dans ces livres, ou avec un peu de chance au moins un semblant de piste, même s'il n'y croyait pas vraiment.

Drago tendit plusieurs ouvrages à son elfe, qui se retrouva bientôt caché derrière une pile de livres. Sans une pointe de pitié pour lui, le blond alla payer l'achat sans se préoccuper du prix élevé. Il savait qu'il pouvait se permettre d'acheter tout ce qu'il souhaitait, ses parents lui renouvelaient régulièrement son compte en banque bien rempli. Ressortant à la lumière du jour, l'elfe sur ses traces, Drago put retourner d'un pas hâtif sur le Chemin de Traverse. Le soir même, il se pencherait sur ces écrits qui renfermaient peut être un indice. Quand il rejoignit la grande avenue de boutiques magiques, Drago fut bousculé par la foule. C'était bien ce qu'il haïssait dans cet endroit, le monde qui ne regardait même pas où il allait. Sifflant de mépris, il regardait les passants d'un air dédaigneux. Il savait que nombre d'entre eux étaient de sales Sang-de-bourbe, et que marcher près d'eux répugnait particulièrement le jeune puriste. Faisant signe à son elfe de maison de le suivre, Drago Malefoy se fraya tant bien que mal un passage, donnant des coups d'épaule aux personnes qui pensaient pouvoir passer trop près de lui. Tant bien que mal, l'elfe suivait son maître en passant son nez par dessus les bouquins qu'il portait à bout de bras. Drago pensait rejoindre sa mère, qui devait être dans une de ces quelques boutiques de haute couture. Il pourrait par la même occasion se réapprovisionner en costumes, les siens datant de l'année précédente. Mais quand il vit au loin le magasin d'accessoires de Quidditch, il se dit qu'y faire un détour ne serait pas une mauvaise idée. Voilà longtemps qu'il voulait changer son Nimbus 2001, complètement dépassé. Il souhaitait se procurer un balai dernier cri, avec lequel il pourrait frimer près de ses amis. Tandis qu'il s'approchait de l'enseigne, quelqu'un lui rentra dedans sans ménagement. Poussé en arrière, Drago bouscula son elfe de maison qui renversa tous ses livres par terre dans un cri d'affolement. Face au jeune homme, un garçon tout juste adolescent le regardait, sans avoir l'air de penser un seul instant à s'excuser. Il était vêtu comme un répugnant moldu, ce qui renforça le dégoût de Drago pour le malotru.

    ▬ Tu as intérêt à déguerpir de là morveux, ou je te fais comprendre pourquoi tu n'aurais même pas dû entrer dans mon champ de vision, pesta-t-il de sa voix froide en rajustant son costume noir.


Mais le regard menaçant du jeune blond ne sembla faire aucun effet. L'adolescent se contenta de lui faire un pied de nez avant de s'éloigner comme si de rien était. Visiblement, il ne savait pas à qui il avait affaire, ce qui ne fit qu'irriter le fils Malefoy. Portant sa main à sa poche intérieure, Drago s'apprêtait à sortir sa baguette, mais se ravisa aussitôt. Il aurait été bien inconscient de jeter un sort avec une foule si dense, même s'il ne s'agissait que d'un sort inoffensif pour rappeler le gamin à l'ordre. Maugréant, il épousseta sa veste et se tourna vers son elfe qui essayait tant bien que mal de rattraper tous les ouvrages sans se faire marcher dessus. Attendant avec une patiente que l'on ne lui connaissait pas que son elfe ai terminé, Drago s'en retourna vers la boutique de Quidditch, bien moins enclin à faire son petit shopping. Il ne prêtait aucune attention à la créature à bout de force, tout ce qu'il avait en tête c'était ce gamin malpoli. Outré d'être ainsi traité, la mauvaise humeur de Drago approchait son maximum. Autant dire qu'elle arriva à son apogée lorsqu'il se fit bousculer une nouvelle fois. Le nez froncé de colère, il dû se contenir pour ne pas pointer sa baguette vers le nouveau perturbateur. De son regard noir, il dévisagea la jeune femme aux cheveux courts qui se confondaient en excuses. Il n'en avait que faire de ses explications, il avait juste besoin de passer ses nerfs et elle était toute disposée à subir son courroux. Au vu de sa tenue, elle n'avait rien d'une mondaine ou d'une puriste qu'il aurait pu croiser, alors elle ne méritait même pas la pitié de Drago. Cependant, il était certain d'avoir déjà croisé son visage, et par méfiance, le jeune blond garda encore son venin quelques instants, au cas où.

    ▬ Si tu penses que je n'ai que ça à faire, me préoccuper de parasites comme ton frère, tu t'es trompée de personne.


Il se fichait royalement du dit-frère, même si la description convenait au jeune garçon qui l'avait bousculé il y a quelques instants. Et s'il s'agissait bien de lui, Drago ne ferait aucun effort pour aider la jeune brune à le retrouver, ça lui apprendrait à perdre un tel impertinent. Se redressant, regardant dédaigneusement l'agaçante jeune femme, le fils Malefoy se comporta d'autant plus froidement.

    ▬ Si tu étais plus responsable, tu ne serais pas là à geindre pour ce vaurien.


Drago aurait pu aussi bien s'arrêter là et repartir acheter ce fichu balai, mais il estima qu'il n'en avait pas terminé avec elle, déterminé à passer sa colère sur quelqu'un.

Enfin, peut être aurait-il mieux fait de passer son chemin.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 83



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Dim 9 Oct - 18:55

Athénaïs n'était pas du genre à porter un jugement sur quiconque avant de se faire sa propre opinion. Elle ne prêtait jamais attention aux rumeurs et aux ragots qui tournaient constamment, que cela fut à Poudlard ou au Ministère. Elle n'aimait pas ça, de toute façon. Elle trouvait que la vérité se déformait trop vite et que, finalement, on ne savait plus discerner où elle se trouvait. Pour ça qu'elle se comportait toujours de façon égale avec tout le monde, de manière à ne placer personne au-dessus, et personne au-dessous. La jeune femme ne se rendait pas vraiment compte de sa façon un peu naïve de voir les choses. Pour elle, c'était juste un système d'égalité mis en place dans sa tête et qu'elle appliquait à tout le monde. Néanmoins, il arrivait que les rumeurs soient fondées. Et lorsque Drago Malefoy répondit, de sa voix froide et irritée, Athénaïs pensa que cela pouvait être un de ces cas. Elle en avait entendu des belles à son sujet. Homme à femme, intransigeant, Puriste convaincu, fils à papa... Et bien d'autres encore. Pourtant, Athé n'y avait pas porté attention. Elle s'était comporté avec lui comme elle se serait comporté avec n'importe qui d'autre : avec respect et politesse. Aussi ne put-elle s'empêcher d'écarquiller les yeux lorsqu'il lui répondit. Cependant, en quelques secondes, la surprise laissa place à une expression plus dure. "Des parasites comme ton frère" ? Non, là, ce n'était pas possible. Athé ne s'énervait presque jamais. Quelque soit la situation, elle savait se montrer parfaitement calme. Mais il y avait une chose à laquelle il ne fallait pas toucher si on voulait qu'elle conserve le calme et la douceur qui la caractérisaient : sa famille. Et là, Drago Malefoy venait de faire une erreur d'autant plus grande qu'il s'en prenait à Danny.

- Je vous demande pardon ? demanda-t-elle d'une voix particulièrement froide. Si vous croyez que...

Il l'interrompit de sa voix froide et Athénaïs écarquilla davantage les yeux, outrée. Ce type se croyait vraiment tout permis ! De quel droit parlait-il ainsi d'elle et de son frère ?! Oh ! Oui, elle savait bien de quel supposé droit il parlait ainsi... Un Sang-Pur, une Sang-Mêlée. Bien sûr. Le narcissisme et l'égo de la supposée élite de la société. Ils se croyaient tout permis parce qu'ils avaient soi-disant un "sang pur". Athénaïs serra légèrement les dents, inspira profondément et fronça les sourcils, l'air sévère. S'il croyait qu'il pouvait faire et dire ce qu'il voulait avec elle, il se trompait. Elle n'allait pas s'énerver, mais elle allait lui faire comprendre très clairement qu'elle ne se laissait pas marcher sur les pieds.

- Non mais vous croyez être qui pour me parler sur ce ton ? demanda-t-elle en croisant les bras. J'ai la politesse de vous vouvoyer, premièrement, j'estime devoir recevoir un respect équivalent. Je ne me souviens pas vous avoir autorisé à me tutoyer. De plus, je ne vous permets pas de parler ainsi de mon frère et de moi-même ! J'ai eu la politesse de vous présenter des excuses et vous, vous m'insultez ? Ce n'est pas parce que votre nom est connu ou parce que vous vous pensez au-dessus des autres que... !

Athénaïs ne put pas terminer sa phrase. Derrière elle, un groupe de personnes se précipita soudainement à l'entrée du magasin de Quidditch devant lequel elle se tenait toujours, en poussant de grands cris. Athénaïs fut bousculée et se retourna pour voir qui venait de la pousser. Il y eu alors une grosse bousculade et Athénaïs se retrouva projetée en avant.

Ce qui se passa ensuite se déroula très vite et ne serait jamais arrivé si un elfe n'avait pas traîné quelque part devant les jambes de la jeune femme. Elle aurait pu se rattraper aisément, au lieu de trébucher sur la pauvre créature, de faire tomber une pile de livre, et, finalement, tomber elle-même. Oui, s'il n'y avait pas eu cet elfe, elle ne se serait pas étalée de tout son long en plein milieu de la rue.

Rouvrant les yeux, qu'elle ne se rappelait même pas avoir fermé, Athé se redressa sur son coude puis releva la tête. Elle se figea alors et écarquilla les yeux, le rouge aux joues. Non... Elle n'avait pas fait ça quand même ? La jeune femme analysa rapidement la situation, ce qu'il venait de se passer, et la position délicate dans laquelle elle se retrouvait. Et elle en vint à la conclusion que, si, elle l'avait fait.

Elle était littéralement tombée sur Drago Malefoy, l'homme qu'elle était en train de réprimander quelques secondes auparavant. Elle était étalée de tout son long sur le jeune homme. Et dans une position des plus gênante, qui plus est. Heureusement qu'elle n'avait pas mis de jupe aujourd'hui. Son jean venait de sauver son honneur. Rouge comme une tomate, Athé se releva à la vitesse de l'éclair, tout en prenant garde à ne pas faire mal au jeune homme qui avait sûrement dû amortir une grande partie du choc. Il devait s'être fait mal. Heureusement pour lui, son genoux s'était retrouvé assez bas lorsqu'elle était tombé, sinon, il aurait sûrement eu encore plus mal. Oh bon sang, c'était vraiment très, très, très gênant. Plus que ça même. Elle venait quand même de s'écrouler sur un homme en pleine rue. Bon, tout s'était passé très vite, et peu de personne avaient vu ce qu'il venait de se passer. Mais bon, quand même ! C'était vraiment très gênant. Tellement gênant qu'Athé en oublia l'irritation qu'elle avait pu avoir envers Malefoy, quelques instants auparavant. Ce sentiment venait d'être remplacé par une certaine inquiétude. Oh, elle n'était pas bien lourde, une cinquantaine de kilos toute mouillée, mais bon, quand même. Elle espérait surtout qu'il ne s'était pas trop cogné la tête. Naïve et trop gentille petite Athé...

- Vous allez bien ? demanda-t-elle en s'approchant de lui. Je suis terriblement désolée, j'ai été bousculée.

Poussée par un élan de gentillesse, Athé tendit la main pour aider Drago Malefoy à se relever. Elle ne savait pas s'il allait accepter ce geste ou pas, mais au moins, elle aurait fait preuve de politesse, ce qui semblait cruellement faire défaut au jeune homme. Enfin... Il allait sûrement être pire maintenant, à quoi s'attendait-elle ?

Une fois Drago debout, Athénaïs le détailla rapidement. Il ne semblait pas avoir particulièrement souffert de la chute. Enfin, elle ne pouvait pas en être sûre. Peut-être s'était-il cogné la tête ? Elle n'espérait pas. Parce que, de un, cela la rendrait davantage inquiète, et, de deux, l'homme qui lui faisait face était capable d'en devenir plus désagréable que ce qu'il n'avait montré plus tôt.

Reculant d'un pas pour le laisser respirer, Athé buta alors dans quelque chose. Elle baissa la tête et son regard se posa sur un livre épais à la couverture noire et lisse. La jeune femme se baissa et le ramassa. C'était un des livres de Drago. Un mauvais sentiment s'empara de la jeune femme quand sa main entra en contact avec la couverture et elle se dépêcha de déposer l'ouvrage sur la pile que soutenait péniblement l'elfe, qui avait ramassé les autres. En fait, elle le jeta presque dessus lorsque le picotement caractéristique d'une de ses crises lui parcourut le bout des doigts. Elle ne savait pas où il avait acheté ce livre, mais il était gorgé de magie. Et ce n'était certainement pas de la magie blanche...

Relevant la tête vers le jeune homme qui lu faisait toujours face, Athé redressa légèrement la tête.

- Je suis vraiment navrée. Vous avez mal quelque part ? Vous vous êtes cogné la tête ?

Stupide, naïve et trop gentille petite Athé...

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 338



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Dim 9 Oct - 21:43


Personne n’aurait pu nier que Drago Malefoy était un sale gosse de riche arrogant, et lui même ne s’en cachait pas. Il avait tout à fait de quoi se vanter, alors il n’avait aucune raison de ne pas le faire. Il était loin d’être n’importe qui, il ne voyait alors pas pourquoi il jouerait à être quelqu’un d’autre. Héritier de la célèbre famille Malefoy, sang-pur et sorcier qualifié – quand il n’avait pas trop peur pour se battre – il estimait qu’on lui devait le respect, avec bien plus qu’un simple pardon de politesse. Il n’écouta que d’une oreille distraite la demoiselle s’offusquer par son comportement, vérifiant que son costume était toujours correctement ajusté et non froissé. Il était de son devoir d’être présentable en permanence, et il ne se cachait pas d’être un peu coquet. Replaçant ses manches avec élégance, il ne redressa la tête vers la jeune femme seulement lorsque celle-ci monta d’un ton, visiblement en colère. Tandis qu’elle s’agitait ridiculement sous ses yeux, Drago la détailla d’un air dédaigneux. Il ne faisait que perdre son temps avec cette petite sotte, à l’écouter pester comme une enfant. Si elle était si décidée que ça à retrouver son imbécile de frère, elle cesserait de l’importuner et partirait à sa recherche. Mais non, madame voulait du respect, madame ne comprenait pas à qui elle s’adressait. Drago lui aurait bien fait remarquer que, s’il le voulait, il pourrait facilement parler d’elle au ministre en personne qui n’était autre que son père, et qu’elle pourrait oublier toute ses quelconques ambitions, si au moins elle en avait. Il était évident que les personnes n’ayant pas été gâtées par la vie cherchaient à s’en sortir, et il était si simple de détruire tous leurs espoirs. Il suffisait de voir comme le géniteur de la bande des Weasley s’en était sorti, pitoyablement. Comme eux, la jeune brune était vêtue bien simplement, Drago n’avait aucun doute quant à sa classe sociale. Oh, il devait admettre qu’elle avait un certain charme, mais un joli visage n’apportait pas du pouvoir. Avec un peu de chance, elle saurait épouser un homme convenable. Mais ô grand jamais elle n’aurait quelqu’un comme Drago, elle n’aurait jamais son statut ou même l’attention de quelqu’un comme lui.

Avec un soupir d’agacement, le blond s’apprêtait à la couper pour la remettre sèchement à sa place. Cette fille commençait à véritablement se sentir pousser des ailes, et Drago n’était certainement pas d’humeur. Elle ressemblait à un enfant de cinq ans voulant faire la leçon à ses parents : lamentable. Seulement, avant qu’il ne puisse la corriger méchamment, la foule devint plus dense. Pour un événement futile quelconque, un attroupement se fit devant la boutique de Quidditch, venant perturber leur délicate joute verbale. Une nouvelle fois bousculé, Drago ne comprit pas vraiment ce qui arriva par la suite. Tout s’enchaîna rapidement, et le jeune homme n’eut pas le temps de voir les choses venir.

Il entendit des gémissements, probablement ceux de son elfe, un fracas s’en suivit, et Drago se retrouva presque aussitôt à terre, déboussolé. Clignant des yeux pour reprendre ses esprits, il n’eut pas le temps de comprendre qu’un poids lourd lui tomba dessus, lui coupant le souffle. Grognant de mécontentement et légèrement sonné, Drago essaya de se relever sur ses coudes, mais fut stoppé direct dans son élan, se retrouvant nez à nez avec la fauteuse de trouble. Pour être nez à nez, ils l’étaient vraiment. Le visage presque collé au sien, Drago blêmit aussitôt, alors que les joues de la jeune fille devenaient rouge pivoine. Malgré sa grimace de dégoût, le blond ne pu s’empêcher de remarquer qu’elle était jolie, même de près. Elle ne perdit pas son temps étalée sur lui et se releva aussitôt. Déstabilisé, Drago resta dans sa position, fixant l’endroit où la brune se trouvait il y a quelques instants. Il était affreusement gêné, n’appréciant pas du tout la situation. De peur que quelqu’un l’ai surprit dans cette position embarrassante en pleine rue, il se leva hâtivement, repoussant de la main celle que lui tendait la demoiselle, qui semblait tout aussi gênée que lui. Se frottant les mains où de légères éraflures s’étaient faites et où les cailloux restaient collés, la colère prit rapidement place à la gêne, définitivement irrité du comportement de la jeune sorcière. Il allait lui dire qu’elle n’était qu’une incapable et qu’elle n’avait aucun intérêt à recroiser son chemin, lorsqu’elle se pencha pour ramasser quelque chose. La colère fit place à la peur en une fraction de seconde. Alors que la demoiselle rendit l’un des livres à l’elfe maladroit, Drago était persuadé qu’elle avait vu ce qu’il avait acheté. Bon d’accord, les Mangemorts étaient connus pour pratiquer la magie noire, mais le contenu de ces ouvrages restaient compromettants pour le fils du ministre. La dévisageant, de peur qu’elle fasse une quelconque remarque et d’avoir à la menacer pour qu’elle tienne sa langue, il fut rassuré lorsqu’elle s’excusa simplement une énième fois.

    ▬ Non non, ça ira comme ça, fit-il en rajustant une nouvelle fois ses vêtements, s’éloignant autant que possible de la jeune femme.


Il devait rapidement se débarrasser d’elle, ou elle commencerait à lui poser des questions auxquelles il ne voudrait pas répondre. Foudroyant l’elfe du regard, et se promettant de le corriger une fois au manoir, il se retourna dignement vers la jeune femme, essayant d’ignorer son estomac qui se tordait de crainte. Se donnant une contenance et essayant de changer de sujet, pour lui faire oublier ce fichu bouquin, il regarda en tout sens pour finalement dévisager l’attroupement de femmes – en grande partie, il n’y a qu’elles pour crier comme des délurées.

    ▬ Qu’est-ce qui leur prend à ces idiotes, à croire que plus personne ne sait se tenir, siffla-t-il froidement.


Il reporta son regard sur la jeune brune, qui elle ne semblait pas aussi superficielle, mais restait assez stupide pour rester près de Drago. C’était à croire qu’elle cherchait les ennuis, alors qu’elle aurait mieux fait de déguerpir à la suite de son frère au lieu de jouer à la gentille petite fille polie. Elle devait bien savoir à qui elle avait à faire, et il semblait à Drago le lui avoir fait comprendre. Avec un regard méchant et une voix aussi mauvaise que possible. Oh, ce que cette femme l’avait refroidit, alors que son après-midi semblait avoir bien commencée.

    ▬ Et bien, tu n’avais pas à faire ? Je croyais que tu devais chercher ton frère, au lieu de le laisser bousculer tout le monde. Il la regarda des pieds à la tête, la jugeant sans se cacher. Mais il imite parfaitement sa sœur à ce que je vois, quoi que lui ne sait même pas s’excuser.


La mauvaise graine ne sortait jamais de nulle part, et la famille de cette fille semblait remplie de mauvaises herbes.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 83



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Lun 10 Oct - 22:02

Athénaïs avait été obligé de grandir vite. Déjà parce qu'elle était l'aînée. Ensuite, parce qu'elle était malade, et son père aussi. Et, pour finir, parce que ce dernier était mort et que sa mère était tombée en dépression. Elle n'avait que 14 ans lorsque c'était arrivé. A 14 ans, elle avait dû prendre sa famille en main, s'occuper de l'éducation des jumelles et d'Ethan, gérer l'agressivité de Danny et, surtout, surveiller sa mère. Athénaïs avait été obligée de grandir vite, de prendre sur ses épaules des responsabilités qu'elle n'aurait dû connaître que plus tard. Elle était devenue une adulte avant l'âge. Après ça, cependant, et c'était peut-être une des conséquences de la chose, Athénaïs était devenue désespérément affectueuse. L'amour qu'elle portait à sa famille n'avait pas changé le moins du monde, mais pourtant, du jour au lendemain, Athénaïs avait commencé à être très démonstrative. Un câlin par-ci, une main dans les cheveux par-là, et un autre câlin, puis une tape sur l'épaule. Elle n'était jamais parvenue à dire si elle faisait ça pour montrer son affection ou pour sentir celle des autres. Toujours était-il qu'Athénaïs était quelqu'un de très affectueux, avec tout le monde.

Tout le monde, sauf la gente masculine.

Athénaïs était une jolie fille. La danse avait, d'une certaine façon, sculpté son corps, et elle avait également un beau visage. Les prétendants, du temps de Poudlard, n'avaient jamais manqué. Lors du bal de Noël, organisé à l'occasion du Tournoi des Trois Sorcier, elle avait reçu plusieurs invitations de garçon plus âgés. Mais elle les avait toutes déclinées. Parce qu'elle avait beau faire des efforts, essayer, elle n'arrivait jamais à être totalement à l'aise avec un homme. Elle ne savait jamais ce qu'ils pensaient, et c'était déstabilisant. Oh, bien sûr, elle avait bien eu des amis garçon lors de ses études à Poudlard. Mais c'était différent. C'était juste des amis. Il ne se serait jamais rien passé. Et elle savait ce qu'ils pensaient.

Alors autant dire que, lorsqu'elle était tombé sur nul autre que Drago Malefoy, Athénaïs, pourtant très tactile habituellement, avait vite reculé, les joues rouges tomate. Elle avait été beaucoup, beaucoup, beaucoup trop près de cette homme. Elle avait presque pu voir chaque nuances de ses yeux gris - Oui, ils étaient bien gris. Elle devait d'ailleurs avouer que, lorsqu'il n'ouvrait pas la bouche pour se montrer odieux, il était plutôt mignon. Non mais, à quoi tu penses Athé ? se reprit rapidement la jeune femme en détournant la tête. Tu deviens folle !

Comme elle s'y était attendue, il refusa l'aide qu'elle lui proposait et se releva tout seul. Une légère grimace étira ses lèvres et elle se baissa ensuite pour ramasser le livre. Une fois qu'elle l'eut posé sur la pile que tenait l'elfe, elle remarqua le changement d'expression de l'homme qui lui faisait face. Il n'avait plus l'air tellement en colère, mais plus paniqué. Elle lança un regard à la pile de livre, au jeune homme, se souvins de la sensation qu'elle avait éprouvé lorsqu'elle avait tenu le livre et comprit rapidement qu'elle n'avait absolument aucun intérêt à poser la moindre question sur tout ça. Elle se contenta donc d'hausser les épaules.

- Comme vous voulez.

Oui, elle persistait à le vouvoyer. Si lui avait décidé de ne pas montrer le moindre respect à son égard, ce n'était pas le cas de la jeune femme. Elle estimait que, tant qu'elle faisait preuve de respect, elle se trouvait au-dessus de celui qui faisait face. On n'avait pas idée d'être aussi... aussi narcissique, hautain et imbu de sa personne ! Et en plus, il osait faire des réflexions aux autres ! Bon, c'était vrai que ces filles étaient particulièrement agaçantes, à glousser et couiner pour un rien, mais bon, quand même !

Exaspérée, Athé poussa un bref soupir et fronça légèrement les sourcils. Tandis que Drago dévisageait le groupe d'hystérique, Athénaïs le détailla rapidement. Il était incroyablement blond. Tellement qu'on aurait pu croire que ses cheveux étaient blancs. Mais quelques reflets prouvaient bien que ce n'était pas le cas. Ensuite, il avait les yeux gris. Athénaïs, mêle si elle ne l'aurait jamais dit à haute voix, trouvait cela assez étonnant, voire même beau. Par contre, le costume intégralement noir tranchait incroyablement avec le reste. C'était étrange. Enfin bon, elle n'était pas là pour faire critique de mode hein. En fait, à la base, elle cherchait son frère, avant de tomber sur cet énergumène. D'ailleurs, ce dernier le lui rappela soudainement, de la manière la plus délicate qui soit.

Athénaïs aurait pu juste froncer les sourcils, lancer un "au revoir" et s'en aller. Sauf que Drago Malefoy avait laissé sous-entendre quelque chose qui ne lui avait pas, mais pas du tout plu.

- Pardon ? Vous êtes en train de me dire que vous avez croisez mon frère ? Vous n'auriez pas tout simplement pu me dire où il était au lieu de faire toute une histoire à cause d'une simple bousculade !

En fait, Athé était bien plus choquée qu'en colère, pour le coup. Non mais... Vraiment... Enfin, il lui suffisait juste de dire où était parti son frère et tout se serait arrêté là ! Il n'avait pas l'air ravi de lui parler ! Et bien, il aurait juste eu à lui indiquer une direction ! Même sans rien dire, Athé n'aurait pas relevé ! Vraiment, il y avait des moments où elle ne comprenait pas certaine personne. Pourquoi faire tout ça si c'était juste pour créer des problèmes ?

- Mon frère ne s'est peut-être pas excusé, ajouta alors la jeune femme en se penchant légèrement vers lui, les bras croisés, mais lui, au moins, ne s'est pas montré aussi grossier que vous.

Oui, grossier. Et alors ? Y'avait pas d'autres mots pour définir le comportement de cet homme. Il se croyait tout permis ! Athé n'était pas d'accord ! Et son frère pouvait bien attendre un peu, elle n'allait pas le laisser s'en tirer aussi facilement. Il allait voir qu'une petite Sang-Mêlée pouvait se montrer bien meilleure que lui, qui était un Sang-Pur. N'était-il pas censé avoir une éducation irréprochable ?

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 338



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Jeu 13 Oct - 22:23


Pour Drago, il y a deux mondes différents qui ne méritent pas d’être mélangés. Le sien, celui des sorciers de sang-purs, la suprématie du monde magique, les grandes familles nées pour régenter toute la communauté des sorciers et sorcières. Et puis tous les autres, qui ne valent pas mieux que les moldus. Oh, il a légèrement plus d’estime pour les Sang-mêlé, mais généralement il les met tous dans le même sac. Il est convaincu d’être supérieur de naissance, qu’avoir hérité du nom Malefoy lui octroyait certains pouvoirs. Il ne respecte que ceux qui ont la chance d’être nés comme lui, et se délecte à détester tous les autres. En grandissant dans la maison de Serpentard, il a pu côtoyer les véritables sorciers, ceux qui méritaient son intérêt, les sang-purs. Bien sur, il ne reconnaîtra jamais que de nombreux Sang-de-bourbe étaient et seront bien meilleurs que lui, mais comme toute la société exclusivement puriste, il n’accepte même pas de les considérer comme de réels sorciers. Avec la jeune femme qui se trouvait face à lui, il n’y avait que peu de doute possible. Drago connaissait presque toute la communauté des Sang-purs vivant en Grande-Bretagne, et jamais il n’avait vu son visage traîner dans les événements puristes. Il avait bien dû la croiser quelque part, à Poudlard peut être, car elle lui rappelait vaguement quelque chose, mais comme tous les Sang-mêlés ou Sang-de-Bourbe, il n’y prêtait pas attention. C’est pour toutes ces raisons que le jeune Malefoy estime qu’en venant le bousculer et le sermonner sur son comportement, la brunette se montrait particulièrement irrespectueuse, et qu’il était de son droit de se montrer arrogant et froid avec elle. Il en allait de la hiérarchie, et il se trouvait qu’elle était bien en dessous de lui. Elle s’agitait bêtement dans tous les sens pour lui faire comprendre qu’il n’était qu’un ingrat, mais elle lui faisait perdre son temps à croire qu’elle pouvait s’adresser à lui de cette manière.

Alors, quand la demoiselle lui était maladroitement tombée dessus, Drago s’était senti particulièrement sali. Pas qu’il n’avait pas l’habitude d’être si proche physiquement d’une femme, mais généralement il n’était pas prit par surprise de cette manière, c’était dans un tout autre contexte et il ne se sentait pas aussi peu maître de la situation. Cette affreuse – quoique jolie – fille avait été bien trop proche de son visage, et il avait dû croiser de trop près son regard noisette. Son costume plein de poussière, il se sentait souillé. Bien sur, un coup de baguette et le voilà aussi beau et propre qu’avant, mais c’était cette fille qui l’avait renversé, et c’était impardonnable. Fort heureusement pour elle, elle avait vu les livres que Drago venait d’acheter, ce qui l’empêcha de se déchaîner sur cette petite sotte. Il désirait ardemment se débarrasser d’elle, le plus vite possible. A son grand soulagement, la jeune femme ne posa aucune question, et c’était sûrement même dans son intérêt. Drago la foudroya du regard, écœuré par ce qui venait de se passer.

Détournant le regard vers la boutique de Quidditch, le blond comprit qu’il ne pourrait même pas tenter de s’éloigner d’elle par ce chemin, la foule de filles hurlante n’ayant pas bougée. Il ne pouvait par rejoindre le magasin pour se trouver ce fameux nouveau balais, l’entrée était bouchée par ces hystériques. Jetant un bref coup d’œil derrière lui, il jugea son elfe d’un regard méprisant. Avec le monde qu’il y avait désormais sur le Chemin de Traverse, cet imbécile trouverait encore un moyen de renverser les ouvrages. Il ferait aussi bien de le renvoyer immédiatement au manoir et de déposer ses achats dans sa chambre. Il se débrouillerait bien tout seul par la suite, et au pire pourrait demander l’aide de sa mère. Il savait qu’elle serait contente de passer du temps avec lui. Peut être même ferait-il bien de la rejoindre de suite. Mais la jeune femme ne sembla pas l’entendre de cette oreille. Il aurait mieux fait de se taire, et de laisser cette andouille chercher son frère au lieu de relancer le débat. Mais l’entendre s’offusquer était aussi jouissif. Le môme qui l’avait bousculé lui avait manqué de respect, alors sa sœur en ferait les frais.

    ▬ Peu importe que je sache où il aille, ce petit morveux ne mérite pas mon attention. Il observa ses mains abîmées, comme si la jeune femme n’était pas là, puis reprit sur le ton du sarcasme. Et il n’avait pas l’air de te chercher, on dirait qu’il se porte même mieux sans toi, peut-être devrais-tu le laisser là où il est.


Il se mit à ricaner, prenant la demoiselle de haut. La voir un temps choquée, un temps furieuse le faisait jubiler. Il voyait bien qu’il avait touché un point sensible. Elle jouait à la gentille petite fille, mais parler de son frère et la voilà partie. En fait, Drago la trouvait ridicule. Il se serait bien amusé encore un peu, mais il avait autre chose à faire et la compagnie de cette fille n’était pas des plus agréables. Dédaigneux, il s’approcha d’elle, son visage à seulement quelques centimètres du sien. Avec un petit rictus et un regard des plus hautains, il lui répondit de sa voix froide et traînante.

    ▬ Pas grossier ? Il m’a gravement insulté, à croire qu’il ne savait pas à qui il avait à faire cet empoté. Enfin, j’ai bien comprit que si je voulais me débarrasser de toi, je devais faire un effort. Il s’est tiré par là.


D’un geste vague, il désigna la rue derrière lui. Puis, s’éloignant de nouveau, il fit un signe à son elfe pour lui ordonner de le suivre. Il irait acheter son balais plus tard, tant qu’il ne restait pas près de cette hystérique. Les femmes au sale caractère, il commençait à en avoir assez. Même Astoria était plus facile à vivre. Avant de s’en retourner, ses yeux gris fixèrent froidement la fille. Il n’oublierait pas son visage, et si un jour elle venait encore l’importuner, il se souviendrait d’elle et se débrouillerait pour lui mener la vie dure. Il lui jeta un sourire mauvais, avec une pointe de charme.

    ▬ Au plaisir de ne jamais te revoir !


Puis sur un demi-tour, Drago s’en alla fièrement, suivit de son elfe qui peinait à rester derrière sans entrer dans quelqu’un. Il espérait de tout cœur ne pas voir cette fille traîner une nouvelle fois dans ses pattes. Fille inconnue dont il ne tarderait pas à connaître le nom.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 83



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Sam 15 Oct - 21:53

Athénaïs s'était figée lorsque l'homme qui lui faisait face lui avait répondu. Ce qu'il lui avait dit sur son frère... Ça lui avait fait mal. Plus qu'elle ne l'aurait admis. Depuis la mort de leur père, Athénaïs faisait tout pour que Danny aille le mieux possible. Elle aimait son frère de tout son coeur. Elle l'aimait plus que tout. Alors entendre ce... ce crétin dire que Danny avait l'air bien mieux sans elle, ça lui faisait mal. Elle n'aurait pas dû le prendre autant à coeur, elle le savait bien. Il disait ça justement pour la blesser, elle aurait dû être plus intelligente. Mais c'était plus fort qu'elle. Sa famille, c'était son plus grand point faible. Sa mère, ses frères, ses soeurs... Elle les aimait tous tellement. Trop, peut-être. Mais c'était comme ça. C'était tout ce qu'elle avait. Et savoir que Danny avait pu partir sans aucuns problèmes... Non, de toute façon, ce n'était pas possible. C'était juste ce qu'avait dit ce petit prétentieux, juste pour la blesser. Athénaïs était sûre que Danny avait juste continué son chemin, sans s'apercevoir qu'elle ne le suivait plus. Il était sûrement en train de l'attendre au glacier, parce que refaire tout le chemin inverse dans la foule, ce n'était pas une bonne idée. Elle lui avait toujours dit que, s'il se perdait, il devait l'attendre quelque part sans bouger. Danny était donc sûrement en train de l'attendre.

...

N'est-ce pas ?

Elle ne trouva donc rien à répondre. Et, soudainement, le visage de l'homme qui lui faisait face se retrouva à quelques centimètres du sien. Piquant un fard monumentale, Athé eut un mouvement de recul mais elle s'arrêta net. Non. Elle n'allait pas se reculer. Ah il voulait jouer comme ça ? Très bien. Fronçant les sourcils, Athé, croisa les bras sur sa poitrine. Drago Malefoy se montra une fois de plus totalement dénoué de politesse puis, finalement, il lui indiqua la direction emprunté par son frère. Athé y lança un rapide coup d'oeil et fut soulagée de constater que Danny était bien allé en direction du glacier. Elle reposa ensuite son regard sur l'homme qui lui faisait face. Ce dernier lui jeta un dernier regard, puis il s'en alla, après une dernière remarque particulièrement dénuée d'intelligence. Athé le regarda s'éloigner quelques secondes, leva les yeux au ciel, puis partit rejoindre son frère.

- T'étais où ? demanda sèchement ce dernier lorsqu'elle arriva enfin et s'installa en face de lui.

Athé posa ses coudes sur la table et soupira en passant ses mains dans ses cheveux. Elle regarda ensuite son frère un moment et lui sourit.

- T'inquiète. C'était rien. Absolument rien.

Elle commanda ensuite une glace à la patacitrouille.

***

Deux jours avaient passé depuis la rencontre d'Athé et de Drago. La jeune fille avait relégué cet épisode irritant au plus profond de sa mémoire. Elle l'avait presque oublié. La vie avait continué son cours, de toute façon. Et aujourd'hui, Athénaïs travaillait. C'était samedi, et le week-end, Athénaïs travaillait en tant que serveuse dans un café du Chemin de Traverse. Oh, elle ne travaillait pas beaucoup. Mais il fallait bien qu'elle le fasse quand même. Parce que son stage au Ministère, c'était bien beau, mais tant qu'elle n'avait pas d'emploi réel, elle ne pouvait pas en tirer grand chose. Alors, en dehors, elle travaillait. Le café était bien agréable, ce qui rendait la tâche plus facile. Le patron était sympa, les autres serveurs aussi. Ce n'était pas le cas de tous les clients, mais Athé n'attendait pas plus d'eux. Le café était très populaire sur le Chemin de Traverse, aussi, une grande partie de la clientèle était... comment dire... plutôt élevée socialement. Il y avait même des Sang-Purs qui venaient parfois. Athé tentait alors d'être la plus aimable possible, ce qui n'était pas toujours facile. Enfin bon... Au moins, ce travail lui permettait d'offrir de petits cadeaux aux petits.

- Hé ! Athé ! C'est pas le moment de rêvasser ! s'écria soudainement le patron, alors que la personne avec laquelle il parlait s'en allait.

Athénaïs retomba soudainement sur terre, se tourna vers son patron et afficha un grand sourire désolé.

- Pardon chef ! J'y retourne !

Toujours souriante, Athénaïs retourna prendre les commandes des clients. Habillée d'une chemise fluide bleue pâle, d'un jean blanc et avec ses breloques dorées aux poignets, la jeune femme était une petite bouffée de fraîcheur. En plus, elle ne cessait de sourire. Il faisait beau, il faisait bon, sa mère s'était réveillée de plutôt bonne humeur, puis sa journée de travail avait également bien commencée.

Qu'est-ce qui pourrait venir gâcher ça ?

Alors que la jeune femme était en train de finir de prendre la commande d'un couple, elle entendit la chaise derrière elle racler contre le sol. Elle tourna à peine la tête pour vérifier que quelqu'un s'installait bien et elle lança, d'une voix joyeuse.

- Je suis à vous dans deux minutes ! Le temps de servir ces messieurs, dames !

Elle adressa ensuite un sourire aux deux personnes qui lui faisaient face et alla chercher leur commande. Elle ne remarqua l'air ébahit du propriétaire, ni celui presque choqué des autres serveurs qu'elle croisa. Elle se contenta de prendre la commande et de la servir. Elle se tourna ensuite vers le nouvel arrivant, passant à une autre page de son carnet de commande et prenant mieux son crayon en main.

- Bien ! J'espère que vous avez eu le temps de choisir ! Qu'est-ce que je vous sers ? demanda-t-elle.

Athénaïs releva la tête et, en quelques secondes, son sourire se figea. Oh par Merlin, Morgane et tous les plus grands sorciers de l'histoire... Qu'est-ce qu'elle avait fait pour mériter ça ?

Devant elle se tenait Drago Malefoy.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 338



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Dim 23 Oct - 21:14


Lorsque, deux jours plus tôt, Drago avait rejoint sa mère dans une boutique de vêtements chics, il avait renvoyé son elfe chez lui pour que Narcissa ne soit pas au courant de ses récents achats. Il lui avait brièvement parlé de son souhait pour un nouveau balais et d’un petit tour chez Barjow et Beurk pour justifier sa longue absence. Généralement, sa mère gobait tout ce qu’il disait, alors il n’avait eu aucun mal à mentir un peu sur ses activités. Tandis qu’elle lui demandait d’essayer un tout nouveau costume, tout aussi noir et élégant que les autres, elle lui apprit qu’ils allaient avoir de nombreux dossiers sur lesquels se pencher, en tant que dirigeants du Parti puriste. Généralement, Drago était épargné de ce genre de travaux, mais cette fois sa mère avait besoin d’un peu de main d’œuvre et il ne pourrait y échapper. Ils étaient alors rentrés chez eux, et dès le soir-même elle lui confia d’affreuses tâches qui lui prendraient certainement une bonne semaine.

C’est pourquoi, en ce samedi ensoleillé, Drago était enfermé dans son bureau du QG de la Force Puriste, qu’il partageait avec sa mère. C’était une pièce décorée avec goût, à l’image du manoir Malefoy. Classieuse, sans en faire trop. Un peu froide peut être, mais c’était tout ce que Drago avait connu. A l’autre bout de la pièce, Narcissa semblait concentrée, plongée dans le paquet de fiches étalées face à elle. Elle notait activement sur ses feuilles, ce qui déconcertait Drago. Lui, ne parvenait pas à se focaliser sur ses propres dossiers. La petite fenêtre, seule source de lumière de la pièce, l’appelait à l’extérieur. Le soleil semblait briller et réchauffer les pavés extérieurs, et le blond s’imaginait déjà à la terrasse d’un café, sirotant un jus de citrouille bien frai. Son regard dériva sur sa sacoche entrouverte, posée à ses pieds. Il pouvait y voir un livre dépasser, l’un de ceux qu’il avait acheté deux jours plus tôt. Il avait eu un peu d’espoir d’avoir le temps de le consulter, mais il n’avait jusqu’à présent pas eu droit à une pause.

Soupirant d’ennui – parce qu’il fallait dire que tout ceci ne l’intéressait pas vraiment, il releva les yeux vers sa mère. Il ne pouvait pas rester là toute la journée, où il avait l’impression de perdre son temps. Il s’était toujours dit que la politique n’était pas pour lui, qu’il trouverait une passion ailleurs. Il se racla la gorge pour obtenir l’attention de sa mère, et lui fit un de ces sourires d’anges auquel elle était toujours sensible.

    ▬ Mère, j’ai besoin de prendre l’air, j’étouffe ici. Je vais continuer de travailler à l’extérieur, si cela ne te gêne pas ?


Avec son air de mère bienveillante et aimante, Narcissa laissa Drago s’échapper sans même discuter. Il se leva aussitôt, fourrant quelques dossiers, une plume et un encrier dans sa sacoche. Il fit le tour du bureau pour embrasser sa mère sur la joue, et ferma la porte derrière lui. D’un pas décidé, il traversa un long couloir sombre, où de nombreuses portes donnaient sur des salles de réunion ou d’autres bureaux. Drago préférait, en général, ne pas traîner par ici. Pas qu’il ne se sentait pas à sa place parmi tous ces puristes, au contraire, mais il sentait enfermé lorsqu’il se retrouvait dans les locaux du parti.

Dès qu’il mit un pied à l’extérieur, le blond se sentit immédiatement mieux, comme s’il pouvait enfin respirer. Plus le temps passait, et plus il se disait qu’il s’épanouirait certainement mieux dans un autre métier. Mais avec ce poste, il avait la gloire, et c’était grâce à son père qu’il en était là, il ne devait pas le décevoir. C’est pourquoi il viendrait à bout de ces dossiers, mais pas aujourd’hui. Il n’avait pas encore eu le temps de jeter un œil aux ouvrages de magie noire, et il voulait prendre du temps pour les consulter.

Rapidement, Drago rejoignit l’allée principale du Chemin de Traverse. Comme à son habitude, elle était remplie de monde. Mais cette fois, le jeune puriste pouvait circuler sans se faire trimbaler de gauche à droite. Il n’avait pas oublié cet épisode d’il y a deux jours, où une certaine énergumène et son frère l’avaient bousculé impunément. Mais depuis, l’humeur était revenue. La brise qui secouait ses cheveux et le soleil doux contre sa peau apaisait son caractère enflammé. Il se surprit même à sourire, ce qui n’arrivait pas si souvent ces derniers temps. Il était toujours agacé et irrité par le moindre petit problème, alors qu’aujourd’hui, il se sentait détendu. Peut être était-ce aussi parce que cette nuit, il avait dormi d’un sommeil sans rêve, uniquement réparateur.

Repérant plus loin un charmant petit café, dont le nom ne lui était pas inconnu, Drago décida de s’y arrêter. Il avait bien besoin de se rafraîchir, et de se poser tranquillement à une table pour feuilleter ses livres sans se prendre la tête. La terrasse n’était même pas bondée, et le blond y trouva facilement une table un peu plus isolée. Il était suffisamment éloignée de la rue passante et des autres clients pour ne pas se sentir épié, mais assez proche pour ne pas non plus avoir l’impression d’être seul au monde. S’installant sur la chaise d’une jolie petite table ronde, Drago se débarrassa de la veste de son costume, qui n’était pour une fois pas totalement noir. Il retroussa les manches de sa chemise blanche, et desserra sa cravate grise pour être plus à l’aise et ne pas avoir trop chaud. Il entendit vaguement une serveuse lui signifier qu’elle arrivait, et sorti de sa sacoche le fameux livre. La couverture en cuir, ornée  d’un titre en relief doré, était des plus magnifiques, mais il était clair qu’il était rempli de magie noire. Ne faisant pas attention aux regards étonnés qu’on lui lançait, il se mit à feuilleter le bouquin, s’arrêtant parfois sur quelques pages semblant intéressantes. Il ne prit pas la peine de regarder la carte, sachant exactement ce qu’il désirait. Theodore lui avait déjà conseillé ce café, avec obligation de goûter à leur glace.

Drago ne releva pas la tête lorsque la serveuse s’approcha enfin, se fichant pas mal qu’on le trouve à lire un livre de magie noire. Il était un Mangemort après tout, la magie noire était un peu leur rayon. Tant qu’on ne lui posait pas de questions. Et, il n’avait pas prit le livre qui lui attirerait le plus d’ennuis, de toute manière.  La tête posée sur une main et l’autre tournant une page, il passa sa commande d’un ton neutre, sans arrogance mais pas plus d’amabilité.

    ▬ Un verre de Jus de Citrouille, avec glaçons, et une glace de plume en sucre avec supplément citron.


Pour le s’il vous plaît, on repassera. Il était déjà bien gentil de ne pas se comporter de façon supérieure, comme à son habitude. Il était généralement ingrat avec les serveurs, qu’il considérait comme un sous-métier. Mais il n’avait pas l’envie d’être hautain aujourd’hui, simplement de se concentrer sur ses affaires sans se préoccuper d’embêter les autres pour satisfaire son ego.

N’entendant pas la réponse de la serveuse, Drago finit tout de même par redresser la tête, pour croiser le regard de celle qu’il ne s’attendait vraiment pas à voir. Cette même fille exaspérante qui l’avait importuné deux jours plus tôt. Dans d’autres circonstances, Drago aurait vu rouge. Mais à croire que sa bonne humeur surpassait ses mauvais souvenirs, il se contenta d’afficher un sourire. Oh, pas de ceux qui sont bienveillants ou aimables, mais un sourire plutôt… Taquin. En fait, la situation l’amusait, alors qu’il aurait plutôt demandé un autre serveur un autre jour, insultant la demoiselle de tous les noms, furieux de la revoir.

    ▬ Tiens donc, comme l’on se retrouve. Je ne pensais pas que l’on se croiserait de sitôt.


Le monde devait véritablement être petit pour qu’ils se retrouvent si peu de temps après, dans un endroit si inattendu. Il ne pensait même jamais la revoir, mais il n’en était pas malheureux. Vêtue en serveuse, la jeune femme était charmante, et cette fois Drago ne pouvait pas se le cacher. Finalement, une bonne glace, un jus bien frai et une jolie fille près de lui, la journée n’était pas si mal partie. Bien qu’il n’avait aucunement l’intention de s’excuser – il ne le faisait jamais car il était toujours certain d’avoir raison, Drago voulu se montrer plus courtois, cette fois. Plus charmeur, surtout. Il ne souhaitait pas forcément l’attirer dans son lit, même pas vraiment à vrai dire, mais une bonne compagnie lui ferait plaisir. Sauf si cette fois encore, elle se comportait comme une peste, mais dans une autre situation peut être n’était-elle pas aussi agaçante.

    ▬ Comment vas-tu, aujourd’hui ? D’un air légèrement aguicheur, il tapota la table pour désigner la chaise face à lui. Pourquoi ne viendrais-tu pas t’asseoir un peu avec moi ? Nous n’avons pas eu le temps de discuter, la dernière fois. Je ne suis pas si méchant que j'en ai l'air.


Enfin, qu’elle le serve d’abord, elle était tout de même serveuse, qu’elle face son job avant.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    avatar
    Date de naissance du joueur : 16/07/2000
    Âge du joueur : 17
    Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
    Parchemins postés : 83



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Mer 26 Oct - 21:12

Depuis le temps qu'Athénaïs travaillait dans ce petit café, c'était la première fois qu'elle restait muette comme une carpe, ne trouvant pas quoi répondre. Figée, son crayon suspendu au-dessus de son carnet de commande, les yeux écarquillés, la jeune femme ne savait pas comment réagir. Il fallait dire que la dernière fois qu'ils s'étaient vus, même si cela n'avait duré que quelques secondes, cela n'avait pas été des plus agréable. Athénaïs s'en souvenait. Heureusement, elle n'était pas du genre à tenir rigueur aux gens pour de petits accrochages comme celui qu'ils avaient eu. Non, elle devenait rancunière quand on touchait à ce qui lui tenait vraiment à coeur. Pas que sa fierté ne soit pas importante pour elle, tout au contraire, mais bon, il y avait tout un monde entre ça et un poignard dans le dos. Bref. Pour Athénaïs, donc, cette histoire était terminée. Elle avait même penser ne plus jamais recroiser Drago Malefoy. Il fallait le dire, ils n'évoluaient pas dans les mêmes sphères. Elle, elle n'était qu'une petite Sang-Mêlée qui peinait un peu à joindre les deux bouts, tandis que lui était un Sang-Pur vivant dans un manoir immense et mangeant avec des couverts en argent. Il y avait une grande différence.

Ce fut peut-être la raison qui fit qu'Athé fut particulièrement étonnée lorsque l'homme qui lui faisait face, au lieu de se mettre en colère comme elle l'aurait pensé, afficha un sourire en coin. La jeune femme ne put s'empêcher de lui trouver un certain charme. Sans son costume intégralement noir et avec sa cravate défaite, il paraissait plus accessible, plus décontracté. Et puis, il aurait fallu une mauvaise foi évidente pour dire que Drago Malefoy n'était pas beau. Et c'était peut-être ça qui gênait le plus Athé, qui était elle-même inconsciente de son propre charme.

- Euh... bredouilla-t-elle vaguement, avant de se reprendre rapidement, se rendant compte qu'elle devait paraître ridicule. Je dois avouer que je ne m'y attendais pas non plus...

Et... elle ne savait plus quoi dire. On était censé parler de quoi avec un homme avec qui on s'était presque engueulé en plein milieu de la rue principale du Chemin de Traverse ? Par Merlin et Morgane, que le monde sorcier était petit... Pourquoi avait-il fallu qu'elle retombe sur lui ? Bon, il paraissait bien plus agréable que deux jours auparavant, c'était déjà un bon point. Cependant, Athé en était presque plus perdue. Elle n'avait pas de problème à s'affirmer devant ses frères et soeurs, ni même devant ses patrons, les gens qu'elle croisait au Ministère ou ses amis. Mais il fallait que leur relation soit clairement définie. Qu'il y ait une limite quelque part. C'était pour ça qu'elle ne savait pas comment réagir face à la gente masculine. Elle savait bien qu'il pouvait y avoir plus, et le plus, elle n'avait jamais testé. Pas l'envie, pas le temps. Sauf qu'à dix-huit ans, après sept ans parmi des ados aux hormones plus ou moins travaillées, on commençait forcément à se poser de plus en plus de questions quant à cette absence de relations. Et Athé n'aimait pas ça du tout. Pour ça qu'elle n'était jamais à l'aise avec les garçons. Elle ne savait aps ce qu'ils pensaient, et il se pouvait bien qu'ils pensent à un "plus", quand elle, elle ne pensait qu'à une amitié, au mieux. Rah, c'était gênant ! Elle réfléchissait trop ! Beaucoup trop !

- Je vais bien, merci, répondit néanmoins le plus calmement possible la jeune femme. Et vous ?

Elle ne savait jamais si elle devait tutoyer une personne qui avait son âge quand elle était au travail, ou dans un cadre professionnel. Du coup, Athé faisait primer la sécurité et restait au vouvoiement. Et puis, ça prouvait qu'elle savait se tenir, rester professionnelle, et, surtout, qu'elle était polie.

Soudain, face à l'air que prit Drago Malefoy, Athénaïs ne put s'empêcher de rougir. Cette situation était vraiment très bizarre. Elle ne savait pas ce qu'il s'était passé avec lui, mais on lui aurait dit qu'il avait subit un sortilège de confusion qu'elle n'aurait pas trouvé cela étrange. C'était même plus que plausible. Pourquoi se montrait-il soudain si gentil ? Il s'était montré exécrable la dernière fois. C'était étrange... Et puis, il avait l'air d'apprécier la situation. Un peu trop même. Athé était de plus en plus gênée, même si elle tentait de ne rien montrer.

- M-M'asseoir ? répéta-t-elle, particulièrement étonnée par la proposition. Euh... C'est à dire que je suis en plein service et... enfin, je... ne sais pas...

Athé tourna la tête vers l'intérieur du café. Accoudé au bar, son patron et les autres serveurs la regardaient, bouche-bée, comme s'ils venaient de voir un extraterrestre. Et dire que la jeune femme avait espéré trouver du soutien de ce côté-là... Faisant tout de même une tentative pour décoincer la situation, Athé fit discrètement un signe vers le client inhabituel, de façon à ce que ce dernier ne voit rien, et, comme par magie, son patron sembla reprendre vie. Se redressant, il réajusta rapidement sa chemise et sortit la rejoindre du pas le plus digne qu'il avait en réserve. Athé retint difficilement un soupir de soulagement.

- Oh ! Monsieur Malefoy, quelle surprise de vous voir ici ! Si je m'attendais à un tel honneur ! s'exclama la gérant du café avec un large sourire et tout le respect qu'il avait en ressource. Je vois qu'Athénaïs est déjà présente pour prendre votre commande ! Cette jeune femme est une vraie perle, une de mes meilleures serveuses !

A quoi est-ce qu'il joue ?! se demanda Athé en affichant un petit sourire tout gêné. Il avait l'air bien trop content pour quelqu'un venant l'aider à se tirer d'une situation délicate. Il ne semblait pas avoir compris le moins du monde que la jeune femme ne savait pas comment se tirer de ce pétrin. Si on pouvait appeler cela comme ça. Et il avait les yeux qui brillaient trop pour qu'il puisse être honnête. Il avait quelque chose derrière la tête.

- J'espère que vous appréciez la terrasse de notre café ! Si vous avez besoin de quoi que ce soit, surtout n'hésitez pas ! Tenez ! J'ai une très bonne idée ! Athénaïs, dit-il en se tournant vers la jeune fille, un immense sourire aux lèvres, tu vas prendre soin de Monsieur Malefoy ! S'il a besoin de quelque chose, assure-toi qu'il soit satisfait ! N'oublie pas qu'ici, le client est roi !

Une légère pression sur l'épaule, un dernier salut tout aussi respectueux envers le jeune blond, puis le patron disparut, laissant Athénaïs légèrement sonnée. La jeune femme mit un certain temps à comprendre qu'elle venait de se faire avoir en beauté. Lorsque l'information fut digérée, la jeune femme se tourna vers Drago Malefoy, ne sachant plus quoi faire. Elle afficha alors un sourire un peu gênée et lâcha un petit rire nerveux en passant une main dans ses cheveux, faisant tinter ses breloques.

- Eh bien... si je m'attendais à ça... J'espère que cela ne vous dérange pas, mon patron prend souvent des initiatives pour les clients pour les satisfaire, sans vraiment chercher à savoir si cela leur convient. Il tente de suivre son instinct, donc... Hum, bredouilla-t-elle en se rendant compte qu'elle disait n'importe quoi. Bien, je... Je vais aller chercher votre commande, dans ce cas, et... je reviens tout de suite.

Comment ça, elle fuyait presque en courant ? Pas du tout. Elle se dépêchait juste d'aller chercher la commande d'un client et... Oui, bon, d'accord, elle fuyait. Pour quelque minutes, mais elle fuyait. S'approchant du comptoir, la jeune femme soupira et se passa à nouveau une main dans les cheveux. Elle inspira et expira plusieurs fois jusqu'à être plus détendue. C'est ce moment-là que choisit son patron pour surgir sans prévenir devant elle, lui donnant une belle frayeur.

- Athénaïs ! Vient là, approche ! Je veux que tu t'occupes de ce jeune homme avec tout le professionnalisme donc tu sais faire preuve. Je t'enlèves toutes tes autres tables de l'après-midi, tu ne t'occupes que de lui, c'est entendu ? Martin s'occupera du reste.
- Mais, je...
- Allons, Athé ! Je ne peux pas laisser passer un si bon client ! Et puis, je sais que tu seras parfaite pour t'occuper de lui. Les Sang-Purs... Ils ont souvent des exigences qui nous dépassent, alors je préfère palier à toutes éventualités. Bien ! Quelle était sa commande ?

Athé baissa le regard sur son carnet et souffla de soulagement en se rendant compte qu'elle avait eu la présence d'esprit de noter sa commande, entre deux paroles gênées.

- Un verre de Jus de Citrouille, avec glaçons, et une glace de plume en sucre avec supplément citron. Euh... Ouah, il est déjà venu ? demanda-t-elle face à la précision de la commande.
- Ah non, sinon, je m'en souviendrais ! répondit le patron en s'activant immédiatement.
- En tout cas, il sera sûrement ravi ! Il a commandé notre spécialité, n'est-ce pas patron ?

Pour toute réponse, un rire fier s'éleva. Athé se permit un sourire. Elle se détendait. Elle commençait à... comment dire... se faire à la situation ? Elle était serveuse. Certes, elle ne l'était que le week-end, mais quand même. Elle devait faire preuve de sang-froid. Surtout si elle devait un jour intégrer la Justice Magique. Elle devait savoir se maîtriser.

La commande fut prête en quelques minutes. Le patron ramena alors le toute sur un plateau et le donna à Athé avec un sourire ravi.

- Allez ! Va lui apporter tout ça !

Athé se contenta de sourire légèrement et repartit, le plateau maintenu en l'air par sa main droite. Lorsqu'elle fut de nouveau devant la table, elle prit une grande inspiration et afficha un léger sourire.

- Et voilà ! J'espère que vous n'avez pas trop attendu !

Et voilà. Le plateau était maintenant sur la table, et elle, elle avait les bras ballants. Est-ce qu'elle devait s'asseoir ? Attendre ? Retourner à l'intérieur et le laisser tranquille ? Oh, bon sang ! Ce que c'était compliqué  !

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
    Parchemins postés : 338



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
    Ma résistance magique est de: 12PV
    Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Jeu 27 Oct - 13:34


Drago était aux anges, vraiment. Il ne regrettait absolument pas de s’être échappé de ce bureau trop étroit et de la présence de sa mère. Sa bonne humeur, déjà plutôt présente en cette belle journée, venait de grimper d’un bond. Ce qu’il aimait tout particulièrement, c’était de voir que personne n’était indifférent à sa présence. Qu’il inspire l’admiration, l’intimidation, la curiosité ou même la haine, il préférait tout ceci à l’ignorance. Grâce à ceci, il se sentait encore plus important. Et en voyant la mine déconcertée de la demoiselle, Drago ne pouvait être plus satisfait. Elle semblait particulièrement surprise de la présence du blond dans le café où elle servait, ce qui était tout à fait logique. En soit, Drago ne fréquentait presque jamais de tels endroits. Il préférait généralement se montrer dans des lieux publics fréquentés par des Sang-purs, où il ne traînait pas avec de répugnants sangs impurs. Cependant, alors que là bas on le traitait plus on moins comme un égal, il appréciait la manière dont on le regardait ici. A peine s’était-il assit qu’il avait fait son petit effet. Il se sentait être le centre de l’attention, et il jubilait. Dès qu’il jetait un coup d’oeil à une table voisine, les clients baissaient aussitôt le regard, comme s’ils étaient soudainement fascinés par le contenu de leurs verres. Un sourire narquois se dessina sur le visage du jeune homme. Si l’après-midi continuait ainsi, peut être reviendrait-il. Finalement, peut être se sentait-il mieux ici, à se faire aduler, au lieu d’entendre parler politique à longueur de journée ou d’avoir sans cesse peur qu’il fasse une erreur que son père apprendra. Particulièrement satisfait de la situation, et bien décidé à en jouer, Drago s’installa confortablement sur sa chaise, prêt à assister à tout ce qui allait suivre.

La jeune serveuse mit un temps avant de réagir. Drago lui adressa un signe de tête pour l’inciter à répondre, sans omettre d’ajouter une pointe de charme au regard. A la voir tenir son petit crayon et son petit carnet en l’air, manifestement choquée de le voir là, Drago n’en était que plus amusé et décidé à jouer avec elle. Il n’était que plus fier de lui lorsqu’elle bafouilla pour se ressaisir. Le blond sentait qu’il avait une certaine emprise sur elle, et elle en devenait… Craquante ? En tout cas, suffisamment attirante et innocente pour que Drago choisisse de faire d’elle sa nouvelle proie. Elle n’avait plus l’air de la gamine écervelée qu’il avait croisé deux jours plus tôt, celle qui s’entêtait à se rendre insupportable et à le bousculer à tout va. Mais plutôt d’une petite biche intimidée par le lion fier qui avance vers elle, et Drago se sentait tel ce lion, à cet instant. Comme le roi des animaux, tous le craignaient et l’admiraient, ô comme il se sentait puissant. Et cette façon dont cette jeune femme le vouvoyait, cela lui donnait des frissons, il se sentait tellement supérieur que cela en devenait presque affligeant, mais il faut bien cela pour flatter son ego. De toute manière, il en fallait peu pour le vanter.

    ▬ Il semblerait que la journée se profile bien, alors je ne peux qu’être pour le mieux.


Bien entendu, il parlait de sa présence à elle, ce qu’il lui fit plus ou moins discrètement comprendre dans un petit haussement de sourcils, toujours munit de son sourire en coin. Il vit à la manière de rougir de la jeune femme qu’il avait fait son petit effet, ce qui ne put que l’encourager à se montrer aussi… Charmant. Parce que Drago n’est pas soudainement devenu gentil, aimable ou tout ce qu’il s’en suit, il avait seulement décidé de profiter de la situation, et ressortait simplement son côté séducteur. On n’apprivoise pas une femme en l’insultant et lui criant dessus à tord et à travers, sauf pour les plus masochistes peut être. Et pour se montrer si courtois, Drago devait bien parfois faire des efforts de comportement, mais le jeu en valait souvent la peine. Et en voyant la mine perplexe de la brunette quant à sa demande de s’asseoir avec lui , le jeune homme savait qu’il refermait petit à petit ses griffes sur elle.

    ▬ Oh, je ne pense pas que cela puisse poser problème, ne t’inquiète pas pour ça.


En effet, tous ici l’avaient reconnus, et il en allait très certainement de même pour le patron de ce petit café. Alors, avec un client tel que lui – jetons lui encore des fleurs, il n’en a jamais assez – personne ne se permettrait de le contrarier, non ? C’est d’ailleurs en voyant s’approcher un homme que son sourire sournois s’élargit. Sa démarche retenue indiquait à Drago qu’il souhaitait faire bonne impression, et le blond doutait qu’il se déplaçait ainsi constamment. Drago, lui, avait toujours ou presque une attitude de noble, car c’était dans son sang et dans son rang, ce qui n’était certainement pas le cas d’un propriétaire de petit café. Mais Drago ne voulait pas se montrer dédaigneux aujourd’hui, seulement apprécier de se faire flatter encore et encore.

Quand le patron de la serveuse vint le saluer, Drago lui fit un signe de tête et un sourire se voulant aimable – ce qui lui était assez difficile. Cet homme en faisait des caisses, mais avec un égocentrique comme le fils Malefoy, ce n’était jamais trop. Croisant les doigts et se redressant, pour avoir l’air d’un véritable homme politique important, Drago tourna le regard vers la jeune femme – prénommée Athénaïs d’après son supérieur. Il ne put s’empêcher de reprendre son sourire en coin, légèrement moqueur mais surtout très satisfait. Même s’il avait peut-être raison, le propriétaire ne complimentait pas qu’à moitié sa serveuse. Elle semblait terriblement gênée, ce qui amusait Drago au plus haut point. Il aimait provoquer ce genre de situation où il était maître de tout. Le patron du café voulait visiblement bien plaire à Drago, et engagea sa serveuse à servir exclusivement le fils Malefoy.

    ▬ Et bien, pour le moment je n’ai pas à me plaindre, fit Drago avec un regard appuyé vers Athénaïs. J’apprécie l’idée, mademoiselle semble être une bonne serveuse en effet.


Et, sur un dernier salut empli de politesse, l’homme s’éloigna, laissant les deux jeunes gens seuls. Haussant un sourcil, Drago observa sa serveuse attitrée, attendant une réaction quelconque. Posant sa tête sur ses mains entrelacées, il se mordit délicatement les lèvres, satisfait de la tournure que prenaient les choses. Il allait pouvoir profiter pleinement de la présence de cette demoiselle, et elle n’aurait aucun moyen de s’échapper, son patron la surveillait. Son emprise se resserrait. Athénaïs semblait toute confuse, et il y avait de quoi. Si Drago avait plus d’empathie envers les autres, il l’aurait sans doute trouvé adorable, quoi qu’il la trouvait toujours aussi mignonne. Elle s'empressa d’excuser son patron et de se justifier,  mais Drago fit un geste de la main comme pour chasser cette conversation. Qu’elle arrête donc et qu’elle parte lui chercher sa commande, ce qu’elle s’empressa de faire aussitôt.

Une fois éloignée, Drago reporta attention sur son livre. Finalement, il n’aurait peut être pas tant de temps pour analyser ces textes remplis de magie noire. Cependant, peut être valait-il mieux. Maintenant qu’il était de bonne humeur et que son après-midi commençait plutôt bien, il n’allait pas s’embrouiller la tête à penser à ses multiples peurs et cauchemars. De toute manière, il savait parfaitement que ces maudits bouquins ne l’aideraient absolument pas, il n’y avait aucun moyen pour se débarrasser de l’emprise du Seigneur des Ténèbres, autre que sa propre volonté. Dans un soupir, Drago ferma le livre avant de le glisser dans sa sacoche. Il valait mieux que cette serveuse ne le remarque pas, sinon elle finirait par poser des questions indiscrètes. Et il avait bien d’autres projets pour elle. Quand il releva la tête, il entendit un rire provenant de l’intérieur du café, mais Drago n’y prêta aucune attention.

Plaquant son dos contre le dossier de la chaise, se tenant bien droit et reprenant son air hautain, il croisa les regards des autres clients, qui s’empressaient de reprendre leurs conversations quand il les observait. Évidement, voir le patron s’adresser directement à un client était peu habituel, et même ceux qui fréquentaient souvent le café ne devaient pas souvent voir ça. Mais, il était Drago Malefoy, et il méritait toute l’attention du monde, au moins d’après lui. Il leur jeta alors des regards dédaigneux et méprisants, eux aussi devaient le prendre pour un client important, et ne pas se mêler de ses affaires.

Lorsqu'Athénaïs revint, Drago reprit son air le plus charmeur. Souplement, elle déposa sa commande devant lui. Théodore semblait avoir raison, cette glace était assez impressionnante et très appétissante. Au moins, s’il ne tirait rien de la jeune femme, il aurait bien mangé. La demoiselle resta face à lui, sans faire un geste de plus. Prenant son temps, Drago prit son verre et bu lentement quelques gorgées de jus de citrouille, ne la lâchant pas pour autant du regard. Et toujours sans se précipiter, il reposa son verre sur la table, se léchant délicatement les lèvres. Puis, il haussa les sourcils et reprit son sourire en coin, désignant d’un geste de la main la chaise face à lui.

    ▬ Alors assieds-toi donc, ne sois pas timide, fit-il avant d’ajouter en susurrant d’une voix suave, je ne mords pas.


Il laissa échapper un petit rire plutôt doux, particulièrement amusé et joueur. Se rapprochant de sa table, il prit sa cuillère et prit un peu de glace le temps que la demoiselle réagisse. Une fois dans la bouche, Drago sentit immédiatement la plume en sucre lui fondre sur la langue, avant que le citron ne vienne réajuster le tout, et le jeune homme devait avouer que c’était délicieux. S’il devait mettre cette glace dans une liste de ses plats favoris, elle devait bien se trouver dans son top cinq. Relevant la tête vers la jeune femme, il ne pu réprimer un véritable sourire, pour une fois. On verrait presque ses yeux briller.

    ▬ Athénaïs, c’est ça ? demanda-t-il avant de reprendre une petite bouchée. Cette glace est succulente, mes compliments au chef. Peut être que je reviendrais la déguster, à l’occasion.


Puis, reprenant son sérieux, ou plutôt son attitude enjôleuse, Drago laissa sa glace pendant quelques instants pour reporter son attention sur cette serveuse. Maintenant qu’elle était plutôt calme, contrairement à leur première rencontre, elle n’avait pas l’air de la même personne. Elle était beaucoup plus énergique et fière, la dernière fois. Mais comme aujourd’hui, il avait les pleins pouvoirs sur elle, il était évident qu’elle devait se contrôler. Il aurait pu s’amuser à se montrer exécrable avec elle, elle n’aurait pas pu lui répondre au risque de perdre son job, mais autre chose l’intéressait.

    ▬ Alors comme ça, tu es serveuse. Je ne l’aurais jamais deviné. C’est que… Tu fais plus sérieuse que ça. Enfin, même quelqu’un comme moi peut se tromper.


Pour Drago, être serveur était un dernier recourt pour les plus pauvres de cette société, hormis peut être dans un très grand restaurant, et encore. Quand il avait rencontré – ou plutôt c’était fait violemment bousculé – Athénaïs, elle lui avait semblé plus intelligente qu’une simple serveuse. Enfin, il s’était peut être trompé, il n’avait finalement à faire qu’à une simple citoyenne lambda, probablement une sang-mêlée – il n’osait pas imaginer qu’elle puisse être une sang-de-bourbe. Enfin, voyons jusqu’où la conversation les portera. Elle était tout à fait au goût de Drago, mais peut être finirait-elle comme toutes les autres que Drago avait fréquenté.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique :: Chemin de Traverse
-