POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie

avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
Parchemins postés : 61



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Jeu 27 Oct - 21:16

Voilà. Elle avait espéré trouver de l'aide auprès de son patron, mais ce dernier l'avait juste coincé avec Drago Malefoy. Bon. D'accord. Il fallait qu'elle s'occupe de lui et elle savait bien que s'il ne repartait pas satisfait, le propriétaire du café n'allait pas être content. Et elle pourrait alors dire adieu à son poste. Son patron était certes un homme très agréable, très gentil, mais il ne tolérait pas, ou très peu, les erreurs. Et celle-là, c'était celle à ne surtout pas commettre. Aussi essaya-t-elle de se reprendre et de gérer ses réactions. Si Drago Malefoy devait rester ici un bon moment, il valait mieux pour elle, et pour lui, qu'elle agisse normalement. Enfin, en tout cas, avec un minimum de contrôle. Quoi que, les réactions de la jeune femme semblaient particulièrement amuser le jeune homme. Ce dernier ne cessait de sourire. Un sourire mi-taquin mi-enjôleur. Bon, ça restait gênant, mais il fallait dire que ça lui allait mieux que son air irrité. Oui, beaucoup mieux même. Enfin, ça lui allait bien, mais surtout quand il ne la regardait pas ainsi. Il ne cessait de la fixer, sans ciller, ses yeux gris pétillant d'une drôle de façon. Toujours un peu mal à l'aise, Athénaïs fit un petit sourire, ne sachant pas quoi faire d'autre. Finalement, après avoir goûté au jus de citrouille, il lui proposa à nouveau de prendre place à côté de lui. Manque de chance pour elle, il n'y avait que deux chaises à cette table. Sans doute le groupe d'amis, un peu plus loin, qui avait réquisitionné les autres. Bon, ben, dans ces circonstances... Délicatement, Athé prit place sur la chaise libre et posa ses mains sur ses jambes, après les avoir croisées.

- Je n'en doute pas, souffla-t-elle doucement, avec toujours un petit sourire gêné aux lèvres.

Sans s'en rendre compte, Athé commença à jouer avec les breloques qu'elle avait aux poignets. Elle était un peu stressée. Elle était beaucoup plus proche de lui maintenant, alors bon. Pas que ce soit désagréable, mais... bon, c'était gênant. Elle n'avait pas l'habitude de ce genre de situation. Pauvre Athénaïs. Bon... En tout cas, elle ne savais plus vraiment quoi faire maintenant. C'était bien beau de s'asseoir, mais : Et maintenant ? Elle n'était pas sûre de pouvoir trouver un sujet de discussion. De quoi est-ce qu'elle pouvait bien parler avec Drago Malefoy ? Du parti puriste ? Cela ne la gênait pas particulièrement, car elle était prête à entendre tous les points de vue, mais ses idées à elle était plutôt Merlinistes. Donc bon... Après, elle ne voyait pas bien de quoi discuter.

Finalement, après un petit silence, l'homme qui lui faisait face goûta la glace. Athé sourit. Elle était sûre que ça allait lui plaire. Personne ne pouvait résister à cette glace, pas même un Malefoy.

- Oui, c'est ça, acquiesça-t-elle doucement quand il répéta son prénom. Oh, c'est normal. Vous avez commandé la spécialité de la maison ! Le chef en est très fier, ajouta-t-elle avec un léger rire, en pensant à Jonathan, qui ne cessait de se vanter de son oeuvre.

Il y eut un petit moment de silence, durant lequel le jeune homme ne cessa pas de la fixer. Bon, c'était toujours un peu gênant, même un peu beaucoup, mais Athé commençait à se calmer. Bon, elle, elle ne parvenait pas à le regarder. Fixer son regard sur lui, c'était au-dessus de ses capacités. Ses yeux se posaient ça et là, sans jamais rester plus de quelques secondes sur l'homme qui lui faisait face. Oui, elle était plus calme, mais quand même. Elle n'allait pas devenir totalement détendu en un claquement de doigt, il fallait pas pousser non plus !

Soudain, Drago lui parla de son travail. Un petit sourire légèrement malicieux prit alors place sur ses lèvres. Personne ne se doutait jamais qu'elle était serveuse. Au Ministère, quand quelqu'un l'apprenait, ce qui restait rare, étant donné qu'elle n'en parlait pas à tout le monde, eh bien, ils étaient plutôt étonnés. On ne s'attendait pas à ce qu'une jeune femme si sérieuse dans son travail fasse un métier que beaucoup qualifiaient de "sous-métier". Athénaïs, elle, elle aimait bien le travail de serveuse. Le contact avec les gens, l'ambiance chaleureuse... Ça lui plaisait assez, même si elle ne voulait pas en faire son métier sur le long terme. Sinon, elle n'aurait pas fait ce stage au Ministère.

- En fait, je ne fais serveuse que le week-end, répondit-elle avec toujours ce léger sourire malicieux. La semaine, je suis en stage. J'ai réussi à en obtenir un au Ministère de la Magie. Au département de la Justice Magique.

C'était la petite fierté d'Athénaïs. Pour entrer au Ministère, il fallait déjà un certain niveau. Mais pour le département de la Justice Magique, il en fallait un encore plus élevé. Athénaïs avait travaillé dur à Poudlard pour obtenir le niveau qu'il fallait dans toutes les matières. Elle n'avait jamais fait partie de ces élèves ayant des facilités en cours. Elle, elle avait plutôt été plutôt le genre d'étudiante à se lever à cinq heure du matin pour réviser la Métamorphose, à passer des heures entières à la bibliothèque pour travailler l'Arithmancie, ou encore, à marcher en rond dans sa salle commune, un livre d'un kilo dans les bras pour apprendre les ingrédients d'un potion. Alors elle était vraiment fière d'avoir pu obtenir ce stage au Ministère, surtout dans le département qu'elle voulait. Combien de postulant s'étaient vu obligés de changer de département parce qu'il y avait eu de meilleurs résultats qu'eux ? Oui, vraiment, Athénaïs était plutôt fière.

Ayant repris un peu plus confiance en elle suite à ces pensées, Athénaïs osa finalement poser son regard sur celui qui lui faisait face. Toujours ce petit sourire, toujours ce petit air taquin. Ce petit éclat dans le regard. Clairement, ce n'était pas fait pour mettre à l'aise, mais Athé pensait maintenant pouvoir gérer. Un minimum.

- De ce que je sais, vous co-dirigez le Parti Puriste, c'est ça ? demanda-t-elle alors, plus par politesse que par réel interrogation.

Oui, toujours le vouvoiement. Elle ne savait toujours pas sur quel pied danser sur ce point-là. Elle préférait miser la sécurité. C'était également pour ça qu'elle enchaînait sur le Parti Puriste, qui était désormais la suite logique de leur conversation. Elle n'avait pas tellement envie de parler politique pour le moment, mais en tant que - potentielle- future employée du département de la Justice Magique, elle devait être capable de tenir un débat sans pour autant créer une esclandre. Et puis, elle n'était pas une de ces extrémistes qui restaient totalement sourds aux propos des autres. Elle, elle était capable d'écouter et de réfléchir aux arguments des deux camps. Merlinistes et Puristes défendaient deux points de vue radicalement différents, mais il y avait tout un chemin entre le simple adhérent au parti et le fanatique.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort

avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
Parchemins postés : 241



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Lun 14 Nov - 14:27


Sans la quitter des yeux, Drago prit délicatement une nouvelle bouchée de sa glace tandis qu’Athénaïs s’asseyait docilement en sa compagnie. Autre trait de caractère de Drago et peu étonnant le connaissant, il aimait avoir le pouvoir sur les femmes, être le dominant. Probablement une manière de se rassurer, un complexe de supériorité que son père avait engendré chez lui. Et voir cette gentille serveuse l’écouter au mot près gonflait l’orgueil du blond, déjà bien assez volumineux comme ça. En fait, la seule femme avec qui Drago se comportait de manière égale et respectueuse, c’était Astoria, car elle valait bien plus que cela. Elle était sa fiancée et avait donc plus de droits que les autres. Il n’avait aucun sentiment ou rapport charnel avec cette dernière, mais il estimait qu’il n’avait pas à avoir ce comportement de prédateur avec celle qui partagerait sa vie. Alors qu’avec une proie toute frêle comme Athénaïs, il pouvait s’en donner à cœur joie. La voyant toute intimidée et nerveuse, il ne put réprimer un sourire satisfait et ne se gêna pas de la détailler du regard maintenant qu’elle était près de lui. Il avait déjà remarqué ses jolis yeux noisettes qui trahissait si facilement ses émotions. Il avait déjà vu qu’elle était tout à fait charmante, et qu’à bien y réfléchir Drago pourrait très bien aller plus loin et s’amuser avec elle. Elle avait peut être l’air un peu coincée, mais c’était loin de le déranger, au contraire. Il pouvait lui apprendre.

Le jeune homme reporta son attention sur la glace, qu’il trouvait délicieuse. Drago était un grand  gourmand, et c’était bien avec de tels plats que l’on pouvait l’avoir et l’amadouer. Il en oublia même un court instant son désir pour la serveuse, écoutant celle-ci comme s’il s’agissait d’une conversation banale. Son petit rire charmant le fit doucement sourire, mais il se ressaisit aussitôt en se redressant pour retrouver une certaine prestance et sérieux.

    ▬ C’est un ami qui m’avait conseillé. Fit-il sur le ton de la conversation. Comme j’étais de passage, j’en ai profité pour venir voir. Et j’ai visiblement bien fait.


Distribuer des compliments n’était pas dans ses habitudes, alors cette Athénaïs avait intérêt à s’en souvenir. Même si jouer au client satisfait pourrait l’aider à la séduire. Mais jusqu’à présent, il ne regrettait en effet pas d’être venu. Même si on lui avait dit deux jours plus tôt, qu’il aurait invité à s’asseoir avec lui cette effrontée qui avait osé le bousculer, il aurait juste stupéfixé l’idiot qui aurait omit l’idée. Mais fait était de croire que même Drago Malefoy, héritier du ministre et d’une grande famille de sang-pur, Mangemort et Co-Dirigeant d’un grand parti politique – quel pedigree n’est-ce pas ? Oui, il en était fier - était aussi capable de se fourvoyer.

A sa grande satisfaction, Drago remarqua qu’Athénaïs n’osait pas le regarder en face, signe que son plan d’intimidation fonctionnait. Même s’il était parvenu à détendre quelque peu l’atmosphère en jouant au gentil garçon enjôleur, il avait toujours les pleins pouvoirs sur la situation. Et de toute manière, elle n’était qu’une serveuse, il était normal qu’elle se tienne à carreau en sa présence, non ? A moins qu’elle n’était plus que ça. Car il fallait dire que, même si elle était bien jolie, être vêtue en serveuse n’était pas vraiment avantageux. En tout cas, il reflétait bien cette sous-carrière et une certaine pauvreté, alors que lui-même était sans cesse élégant dans ses somptueux costumes. En y pensant, Drago essaya de réprimer une moue de dégoût, qu’il eu du mal à contenir. Cette tenue du bas-peuple lui rappela qu’il était assit probablement en compagnie d’une pauvre, et pire peut être aussi d’une sale sang-de-bourbe. Un regard méprisant, Drago la toisa durement, comme s’il reprenait soudainement conscience. Fort heureusement pour Athénaïs, elle se rattrapa de justesse. Alors ainsi, elle travaillait – même si elle n’y gagnait pas sa vie, mais au moins c’était plus valorisant que ce poste – au Ministère. Peut être que sous la coupelle de Chapman Rosier, le grand oncle de Drago, elle apprendrait les bonnes valeurs de la société, qu’importe qui elle était d’origine.

    ▬ J’ai de bonnes connaissances dans ce département Fit-il d’un ton supérieur et fier. Pour avoir la chance d’y entrer, tu as dû avoir de très bons résultats à tes examens, ou peut être également des relations ?


Drago voulait savoir, de cette manière, à qui il avait à faire. Soit elle était très intelligente et avait de nombreuses capacités, soit elle avait un statut assez important pour connaître les personnes qu’il fallait. Ou bien était-elle les deux, comme lui, avec peut être un peu plus de modestie. Car s’il s’était élevé au rang de Co-dirigeant du parti Force-Puriste, c’était évidemment grâce à son père, mais il n’y serait pas resté s’il avait été le plus sombre des crétins. Il jouait d’ailleurs beaucoup sur sa position pour faire du charme à de jeunes femmes en devenir, telles que pouvait l’être Athénaïs. Souvent, si ces demoiselles désiraient des relations et avoir des avantages probables dans leurs carrières, elles tombaient volontiers dans les filets de Drago, à son grand plaisir. Après, est-ce qu’il les aidait vraiment ou pas après avoir fait sa petite affaire, c’était une autre histoire. Seules ses favorites avaient droit à un petit coup de main, car selon lui il fallait le mériter. Il n’allait tout de même pas s’abaisser à donner l’aumône à n’importe qui.

Ravi qu’elle en vienne à parler de lui – toujours content de ramener sa fraise l’autre Drago – il haussa les sourcils de fierté, sans oublier son sourire satisfait. C’était aussi une des raisons pour laquelle il appréciait son travail, l’effet que cela produisait. Absolument pas pour les côté politique, cette partie était la plus ennuyante. Mais bien parce qu’avec ce poste, il avait le pouvoir et la renommée. L’époque avait tellement changée depuis Poudlard, et sur ce point-ci Drago était plutôt satisfait. Tant qu’il en oubliait ses problèmes avec Lord Voldemort, le jeune blond était ravi de sa vie.

    ▬ Tout à fait, aux côtés de ma mère. Il faut bien que quelqu’un dirige le parti maintenant que mon père est ministre. Nous avons tous beaucoup à faire.


En réalité, pas tellement, surtout lui. Bien sur qu’il avait du travail, mais sa mère était si gentille qu’elle ne lui en laissait pas tant. C'est certain qu'il était bien lotti, le fils chéri. Mais ce n'est pas en vanter ses propres mérites et en parlant sans cesse de lui - elle savait surement déjà tout ce qu'il fallait sur lui - qu'il réussirait à la charmer. Et même s'il aurait bien voulu étaler sa vie parfaite encore un moment, Drago se pencha un peu en avant pour se concentrer sur la demoiselle bien sage.

    ▬ Mais assez parlé de moi pour le moment. Il décrocha un nouveau sourire en coin, semblant attentif à ce qu'allait dire la jeune femme. Tu as retrouvé ton… Frère, l’autre jour ?


Il aurait bien utilisé tout autre mot pour désigner son frère, mais elle se serait emportée et tout serait tombé à l’eau. Cet idiot de gamin n’en valait pas le coup. Au fur et à mesure qu’il observait Athénaïs, les idées de Drago devenaient plus claires, il savait parfaitement ce qu’il voulait d’elle. A première vue, comme toutes les autres, la faire grimper au rideau et assouvir ses désirs. Mais elle semblait moins idiote que les autres, alors peut être pouvait-il imaginer un peu plus qu’une simple nuit et adieu la compagnie. Continuons, et voyons. En attendant, Drago se resservit une bonne cuillerée de glace, il en avait presque terminée sa coupe alors qu'elle était conséquente. Une bien belle journée.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie

avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
Parchemins postés : 61



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Jeu 15 Déc - 22:07

Si la rencontre entre Drago et Athénaïs avait mal commencé, maintenant, on pouvait franchement dire que ça allait beaucoup mieux. Même si la jeune femme était encore un peu gênée par la présence du blon qui ne cessait de la regarder, elle appréciait tout de même la discussion. Elle avait penser que cela se passerait autrement, étant donné le petit accrochage qu'ils avaient eu deux jours plus tôt. Mais non. Pour l'instant, tout allait bien. Athénaïs avait pourtant un peu de mal à se dire que tout cela se passait réellement. Enfin, ce n'était pas comme si Drago Malefoy pouvait être abordée par n'importe qui dans la rue. Athénaïs en avait bien conscience. Même s'il n'était pas l'homme le plus connu en politique, il était tout de même le Co-dirigeant du parti Puriste. Dans la tête de la jeune femme, le jeune homme se trouvait au même niveau que Charles, qui était le porte-parole du Mouvement pour Merlin et un précieux ami de sa famille. Il n'était pas aisé d'approcher ces gens toujours occupés et médiatisés.

- Ce café est assez connu sur le Chemin de Traverse, dit alors Athénaïs, sortant de ses pensées. Et le chef met un point d'honneur à servir ce qu'il y a de meilleur. Personnellement, j'adore le chocolat d'ici, ajouta la jeune femme avec une certaine gourmandise. Je n'en ai jamais goûté d'aussi bon, et pourtant, Merlin sait que la chocolat ça me connait, rigola-t-elle ensuite.

Athénaïs n'était pas particulièrement gourmande, mais le chocolat, il ne fallait pas lui en promettre. C'était son péché-mignon. Il ne fallait pas chercher plus loin. Elle ne se refusait jamais une tasse ou quelques carrés, même au bureau. Quand ses collègues prenaient, eux, un café bien corsé, ou un thé vert sans sucre, elle, elle prenait un bon chocolat chaud bien onctueux et bien sucré. Cela faisait assez rire les autres, mais jamais de façon bien méchante. L'ambiance au travail était très agréable, malgré le fait qu'Athénaïs soit de Sang-Mêlé. Tout le monde n'avait pas autant de préjugés que le Directeur du Département de la Justice Magique, Chapman Rosier. Athé n'avait fait que croiser son patron et elle n'allait pas s'en plaindre. Oh, elle savait bien, en débutant ses études dans ce domaine, qu'elle ne se facilitait pas la tâche, mais elle espérait quand même rester tranquille le plus longtemsp possible.

- Oui, j'ai énormément travaillé pour entrer en stage au Ministère, répondit Athé à Drago, lorsque celui-ci l'interrogea sur la façon dont elle était parvenu à obtenir son poste. Je savais ce que je voulais et je savais ce qu'il fallait que je fasse pour, alors... J'ai quelques connaissances au Ministère, mais... je ne m'en suis pas "servi", déclara la jeune femme en mimant des guillemets avec ses doigts. Je n'avais pas envie qu'on puisse dire de moi que j'étais arrivé à quelque chose en m'appuyant sur les autres...

Athénaïs accordait une importante valeur au travail personnel.Elle ne jurait que par la détermination et l'huile de coude. Si on voulait arriver à quelque chose, il fallait travailler pour. Si elle n'avait pas ce travail, au café, comment sa famille parviendrait-elle à tenir le mois ? Si elle n'avait pas travaillé, comment aurait-elle eu ce stage ? Si elle ne se démenait pas elle pour garder sa famille unie, qui le ferait à sa place ? Personne. Alors compter sur soi-même, c'était l'essentiel. Et il fallait travailler. C'était comme ça qu'elle pensait sa vie. Athénaïs n'avait pas de facilités. Mais elle avait de l'ardeur et de la volonté. Alors elle travaillait, avec acharnement.

Lançant un discret regard à Drago, elle le dévisagea quelques secondes un peu plus attentivement. Cela se voyait sur lui qu'il faisait partie de ces familles aisées qui n'avaient pas besoin de se plier en quatre pour parvenir à vivre tranquillement. Néanmoins, Athé estimait que cela ne déterminait rien. L'ardeur au travail était quelque chose que tout le monde devait avoir, acquérir. Du moins, c'était ce qu'elle pensait. Ce n'était pas parce qu'on vivait dans le luxe qu'on devait ne rien faire de ses journées. Bien au contraire. Qui savait ce qui pouvait bien arriver ? Du jour au lendemain, on pouvait de retrouver sans rien, non ?  Enfin... C'était sûrement une perception d'avenir que les gens aisés ne percevaient pas. Pas comme elle.

Athénaïs sourit à Drago, choisissant de ne pas engager le débat sur le parti. La jeune femme n'était ni Merliniste, ni Puriste. Néanmoins, elle tendait plus à partager les idées du Mouvement pour Merlin, même si ele ne faisait pas vraiment dans la politique. Elle n'aimait pas juger les opinions des autres. Chacun avait le droit de penser ce qu'il voulait.

- Oh, euh... bredouilla soudainement la jeune femme quand Drago aborda finalement le sujet piquant qu'était son frère. Oui ! Oui, je l'ai retrouvé. Il était juste un peu plus loin, dans un café. Je lui avais promis une glace, alors...

Soudain, alors que le calme régnait sur le Chemin de Traverse, une série de détonations sonores et saccadées se fit soudain entendre. Sur la terrasse du café, il y eut des cris surpris et effrayés, et nombres de clients eurent de violents mouvements de recul. On vit alors débouler deux adolescents d'une ruelle, là où ils avaient sans aucun doute fait exploser des pétards. Derrière eux, deux agents de la Police Magique courraient, sûrement alertés par le bruit. Lorsqu'ils attrapèrent les deux jeunes, les terrasses alentour commençaient à se remettre de la soudaine terreur.

Assise sur sa chaise, Athé avait plus de mal. Son coeur battait à cent à l'heure et chaque pulsation lui faisait un mal atroce, comme une aiguille que l'on prendrait un malin plaisir à enfoncer violemment de façon régulière. Oh non, pensa-t-elle. Non, non, non. Pas maintenant. Ses mains, crispées sur le rebord de la table, avaient les jointures qui blanchissaient à vue d'oeil tellement elle serrait fort. Elle sentait des picotements partout dans ses bras, dans sa poitrine, comme des milliers de fourmis qui lui auraient parcouru le corps.

La jeune femme était en début de crise. Elle le savait, elle le sentait. Depuis le temps, elle avait appris à reconnaître les signes avant-coureurs. Et là, elle savait qu'il fallait qu'elle se calme rapidement avant que cela n'empire. Ce qu'il lui aurait fallu, c'était ses médicaments. Mais ils étaient dans son sac, dans la salle réservée aux employés et elle ne voulait pas se lever pour aller les chercher. Cela aurait attiré l'attention sur elle, et il y arauti eu des questions sur son état. Elle ne pouvait pas non plus utiliser sa magie. C'était banni. Les picotements dans son corps... C'était sa magie à elle qui faisait des sienne. Elle s'embalait. Et si elle ne se calmait pas rapidement, cela allait empirer. Elle voyait déjà le bout de ses doigts prendre une très légère teinte violette. Pas bon, pas bon, pensa-t-elle en tentant d'inspirer profondément. Gênée, elle détourna la tête, avec autant de naturel que possible. Il ne fallait surtout pas attirer l'attention de Drago. Pas de question. Il ne fallait pas que... que...

Prise d'une soudaine et vive douleur à la tête, la jeune femme siffla entre ses dents et porta une main légèrement tremblante à sa tempe. Calme-toi, calme-toi, pensa-t-elle. Elle savait qu'elle pouvait encore arrêter la crise. Il le fallait, de toute façon. Avant que cela ne dégénère réellement.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort

avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
Parchemins postés : 241



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Ven 27 Jan - 14:36


D’ordinaire, Drago ne posait ses yeux que sur de belles sang-pur, ou au pire des sang-mêlées supportant avec ferveur le parti puriste. Jamais encore il ne s’était allé à désirer une sorcière de seconde zone, serveuse d’un petit café et totalement inconnue de la haute sphère. Pourtant, elle était loin de passer inaperçue, aux yeux de Drago. Elle avait une beauté naturelle dépourvue d’artifices tous plus grotesques les uns que les autres. Elle n’avait pas l’air de se prendre la tête sur l’image qu’elle pouvait refléter aux autres, vivant simplement et prenant la vie comme elle vient. Rien qu’à y penser, Drago se dégoûta lui même. La jeune femme se détachait des autres, et il avait du mal à l’admettre. Le blond avait fréquenté pas mal de femmes, toutes aussi superficielles et désireuses de s’en mettre plein les poches. Oh jusqu’à présent, cela ne semblait pas lui déplaire. Elles étaient toutes comme lui, envieuses de pouvoir et hautaines à souhait, les hyènes étaient faites pour s’entendre. Alors que venait faire un chacal comme Drago près d’une jeune femme innocente comme Athénaïs ? Lui gâcher la vie ? Probablement, il semblait être doué dans cet art. Il adorait être le centre de l’attention, quitte à écraser les vermines qui lui bloquaient le passage. Il y a deux jours, Drago aurait volontiers écrasé Athénaïs comme un vulgaire insecte, pour s’être montrée aussi désobligeante.

Mais à croire qu’ils devaient se rencontrer de nouveau, et que Drago devait la voir autrement. Autrement que les autres, autrement que tout le monde. Au dessus, tout compte fait.

Il essaya par tous les moyens de ce sortir ces sottises de la tête. Non, il voulait juste se la faire, comme toutes les autres. Il hocha distraitement la tête en l’écoutant, la cuillère pleine de glace dans la bouche. Quand elle parlait, elle agitait ses mains sans s’en rendre compte, ce qui lui donnait un petit air attachant. Fronçant les sourcils, Drago se dit qu’elle n’avait rien d’attachant, qu’il devait cessé de se comporter comme un adolescent pré-pubère, quand bien même elle était belle. Non Drago, elle n’est pas belle, elle est bonne. Il doit continuer de se comporter comme tel, comme si elle n’était qu’une proie qu’il attendait de sauter vite fait bien fait.

Il se concentra de nouveau sur ce qu’elle disait. Visiblement, elle devait être très intelligente – encore une qualité que Drago ne préférait pas reconnaître – pour avoir pu entrer ainsi au département de la Justice Magique. Elle semblait avoir de l’ambition et ne voulait pas avoir à compter sur les autres pour s’en sortir, contrairement à Drago qui utilisait tout le monde comme ses marionnettes. Terminant sa coupe de glace en raclant bruyamment le fond, il reprit son ton quelque peu supérieur, tout en faisant mine d’être impressionné.

    ▬ Et bien, félicitation dans ce cas. Mais je pense que c’est toujours important d’avoir des relations, ce milieu n’est qu’une question de compétition. Il faut savoir compter sur ses compétences, mais ce n’est pas un mal d’utiliser ses connaissances pour gravir les échelons. Il est si simple de se faire écraser dans le milieu.


Drago ne donnait pas vraiment de conseils, il voulait juste paraître aimable pour se la mettre plus facilement dans la poche. Il aurait pu lui proposer de parler d’elle à Chapman, mais il savait que son oncle n’en aurait rien à faire que son neveu lui parle d’une stagiaire qu’il devait à peine connaître. Drago était en bon terme avec le patriarche Rosier, mais pas de là à avoir une quelconque influence sur lui. Rien que cette idée le faisait ricaner.

Passant à autre chose avant que le sujet de politique ne puisse dégénérer – ils devaient certainement avoir des idéaux contradictoires, et Drago ne voulait pas se la mettre à dos – la conversation s’orienta sur le frère de la demoiselle. Cet énergumène qui ne devait même pas avoir quinze ans et qui se prenait déjà pour Merlin. Deux secondes en sa présence avaient suffit à le détester, à souhaiter le voir réduit en bouillie. Mais le blond se contrôla, et écouta Athénaïs parler de son ennuyeux petit frère, jusqu’à ce qu’une détonation ne l’interrompe. Surpris, Drago se leva d’un bond, sortant sa baguette d’un geste vif. Autour de lui, les clients semblaient aussi avoir pris peur, et tous regardaient la ruelle d’un air méfiant. Et l’air de rien, deux morveux traversèrent la rue comme des idiots et se firent attraper rapidement par des policiers. L’événement se termina aussi vite qu’il n’était venu, et Drago siffla de mépris en rangeant sa baguette. Les adolescents étaient de plus en plus bêtes.

Le puriste s’apprêta à se rasseoir, lorsqu’il remarqua qu’Athénaïs semblait plus pâle qu’à l’ordinaire. Il la dévisagea en fronçant les sourcils, voyant bien que quelque chose n’allait pas. Qu’est-ce qu’elle était en train de lui faire celle-là ? Est-ce qu’il devait faire semblant de n’avoir rien remarqué ? Lui donner une petite baffe pour la faire se ressaisir ? Non, ça c’était juste idiot. Alors qu’il était là à la toiser d’un air incompréhensible, son état semblait empirer. Était-elle malade ? Ou quelqu’un lui avait-il lancé un mauvais sort ? Un court instant, Drago hésita à partir et la laisser faire la guignole toute seule, mais il agit sans réfléchir il lui prit sa main de libre. Il chercha à croiser son regard.

    ▬ Hé, ça ne va pas ? Fit-il d’une voix plus douce qu’il ne l’aurait voulu. Tu as besoin de quelque chose ?


Le contact chaud de sa main irradia dans le corps de Drago. Elle n’avait vraiment pas l’air d’aller bien, alors au lieu de l’enlever prestement, il resserra délicatement la pression autour des doigts d’Athénaïs, essayant de capter son attention. Ce n’était vraiment pas dans ses habitudes d’être aussi préoccupé et attentionné envers les autres, mais vraiment pas. Avec quelqu’un d’autre, il aurait appelé un serveur et aurait signalé un problème. Pas dans l’intérêt de la personne, mais pour qu’on lui ôte ses propres soucis à lui. Il n’avait pas envie qu’on lui vomisse sur la table ou qu’on fasse un malaise devant lui. Que les faibles le laissent tranquille. Mais à croire que la jeune femme avait des effets sur le blond qu’il n’imaginait pas encore.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie

avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
Parchemins postés : 61



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Lun 6 Fév - 0:59

On ne pouvait pas dire de l'enfance d'Athé qu'elle n'avait pas été joyeuse. Enfin, de son point de vue, Athénaïs avait eu une enfance merveilleuse. Certes, cela n'avait pas toujours été tout rose. Quand elle était née, les parents de la jeune femme n'avaient aucune situation. Pas de maison, pas de travail fixe, très peu d’argent. Ils avaient vécu longtemps chez les parents de son père. Pendant les trois premières années de sa vie, ça avait même été eux qui avaient élevé la jeune femme. A l'époque, elle était bien trop petite pour comprendre, mais elle n'en avait jamais voulu à ses parents, d'une quelconque manière que ce soit. Au contraire. Par la suite, ils avaient fini par trouver une maison à eux, après que son père ait trouvé un boulot au Ministère. Et puis Danny était arrivé, la famille s'était agrandit. Et Athé aussi avait grandi. Toujours joyeuse, toujours en train de prendre soin de sa famille. Oui, vraiment, de son point de vue, son enfance avait été magnifique. Entourée de ses frères et sœurs, de ses parents, de la magie, Athé n'avait jamais manqué de rien. Elle n'avait jamais vécu dans le grand luxe, mais elle avait eu le plus important selon elle.

La seule petite ombre qu'il y avait pu avoir sur ce tableau, c'était sa maladie.

Cette maladie, elle l'avait hérité de son père. Et depuis toujours, Athé n'avait jamais été autorisé à ressentir d'émotions trop fortes. C'était un peu comme être cardiaque, mais en pire. Pas de trop grosse joie, pas de trop grands chagrins, pas de grandes colères. En fait, c'était un dérèglement magique. Athé n'avait jamais réellement compris sa maladie, malgré le fait qu'elle vivait avec depuis sa naissance et que son père l'ait eu avant elle. Mais ce qu'elle savait, c'était que, déjà enfant, elle avait dû apprendre à se contrôler. A ne jamais se laisser surprendre. Malheureusement, avec des petits frères et des petites sœurs, on ne pouvait pas toujours tout prévoir. Les crises arrivaient, parfois, mais Athé parvenait toujours à les contrôler. Des fois, elles arrivaient petit à petit. Alors là, c'était facile de les gérer. Mais parfois, elles arrivaient d'un seul coup. Parfois, elles lui tombaient dessus comme ça, sans que la jeune femme ne puisse y faire quoi que ce soit. Et alors, la panique s'ajoutait au reste et c'était bien plus difficile à gérer.

Malheureusement, c'était pile ce qui était en train de lui arriver.

Crispée au possible, les mains serrées sur le rebord de la table, les yeux mi-clos pour se concentrer davantage, Athénaïs était en train de paniquer de plus en plus, alors que l'idéal aurait été de se calmer. Mais là, impossible. Pour la simple et bonne raison qu'il lui était impossible de prendre ses médicaments, et que ce simple fait la faisait encore plus s'inquiéter pour son état. Elle aurait voulu se lever, mais... non... Ce qu’Athénaïs craignait le plus dans ces moments-là, c'était le regard des autres. Elle ne voulait pas... Elle avait déjà vécu ça, enfant. Les regards inquiets, pleins de pitié. Athé n'était pas le genre de personne à avoir une fierté immense. Mais... ça, elle ne le supportait pas. Donc elle tentait encore tant bien que mal de se contrôler. Malheureusement, cela ne sembla pas passer inaperçu. De toute façon, quand elle commençait à avoir mal à la tête, il n'y avait plus rien à faire à part attendre et espérer que ça passe en respirant profondément et en faisant redescendre son rythme cardiaque.

- Je... J'ai... juste... mal de tête... bredouilla-t-elle maladroitement quand Drago lui demanda ce qui n'allait pas.

Ce n'est qu'à ce moment-là qu'elle réalisa que sa main n'était plus libre. Baissant les yeux, elle prit alors conscience que la main de Drago était posée sur la sienne. Son regard s’accrocha à ce petit détail. Il avait vraiment de grandes mains, par rapport aux siennes, c’était impressionnant. Et on voyait nettement une différence de teint entre les deux : si Athé était un peu bronzée – elle avait profité de chaque rare rayon de soleils -, Drago, lui, était pâle.

La légère pression qu’exerça le jeune homme sur la main d’Athé perturba quelque peu la jeune femme. Elle ne pouvait plus quitter du regard ce lien. Ce n’était pas la première fois qu’un garçon la touchait : Athénaïs avait des amis et elle n’était pas avare quand il s’agissait de câlins. Mais c’était la première fois que cela la rendait toute chose. Il fallait dire que la jeune femme n’était pas vraiment insensible au charme du blond. Il avait de beaux yeux et de la prestance, dans son costume, même s’il dégageait quelque chose d’un peu sombre à toujours s’habiller en noir. Relevant légèrement les yeux, la jeune femme planta son regard dans celui de l’homme qui lui faisait face. Elle se rendit alors compte qu’elle s’était calmée. Pas entièrement – ce n’était pas aussi facile de faire passer une crise – mais la panique avait disparu.

Inspirant profondément, la jeune femme ferma les yeux, détourna la tête et, incapable de parler, se débrouilla pour presser à son tour les doigts de celui qui l’avait aidé, sans doute sans le savoir, à gérer sa crise. Il l’avait déstabilisée suffisamment pour lui permettre d’oublier sa panique, n’était-ce pas légèrement risible ? Ce geste était un remerciement tout de même bien dérisoire face à ce qu'avait fait Drago. Mais bon...

Il fallut encore quelques instants à la jeune femme pour que la crise se calme presque entièrement. Les picotements qu’elle avait ressenti quelques instants plus tôt ne ressemblaient plus à des centaines d’aiguilles mais plutôt à des fourmillements. Ça restait désagréable, mais ça allait passer.

Poussant un profond soupir de soulagement, la jeune femme passa sa main libre dans ses cheveux, les ébouriffant quelque peu au passage, et oublia de retirer sa main de celle de Drago. Bien sûr, comme après chaque crise, son corps était agité de tremblements incontrôlables. Ils n’étaient pas particulièrement violents, mais Athé les avait vraiment sentis en levant son bras. Elle avait néanmoins eu de la chance : cette crise n’avait pas été très puissante. Il lui était déjà arrivé d’en connaître des plus dures. La plus puissantes avait été le jour où elle avait appris la mort de son père : elle était heureusement à l’hôpital quand elle s’était écroulée, prise de convulsions intenses.

Tournant la tête vers Drago, elle lui fit un petit sourire, tentant de reprendre un air un peu normal. Elle espérait sincèrement qu’il n’allait pas poser de questions. Sa maladie était une chose dont Athé n’aimait vraiment, vraiment pas parler. La plupart de ses amis n’étaient même pas au courant.

- Désolée… Ne t’en fais pas, je vais bien. C’était juste… un petit coup de stress, ajouta-t-elle en tentant d’ajouter un rire léger à la suite de sa phrase.

Remarqua-t-elle qu’elle venait de tutoyer Drago pour la première fois ? Non. Ce qu’elle constata, en revanche, c’était qu’il ne la croirait jamais. S’il s’était inquiété, c’était qu’il avait bien vu quelque chose… Attendez… Il s’était inquiété ?

Athé, sans pouvoir s’en empêcher, sentit ses joues rougir. Par Merlin…

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort

avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
Parchemins postés : 241



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Dim 12 Fév - 17:19


Drago en avait, des amis. Mais ce n’était pas le genre d’amis sur qui on peut compter en toutes circonstances, celui en qui on peut avoir une confiance aveugle et qui nous soutiendra dans tous les mauvais moments. Les amis de Drago consistaient surtout en larbins utiles et en admirateurs, des fidèles au club. Il s’était toujours servi de Crabbe et Goyle comme de gardes du corps et de petits esclaves pour ses plans foireux. Il y avait bien Nott ou Zabini, mais on ne peut pas les qualifier de meilleurs amis pour la vie. Au final, Drago était un garçon qui était bien seul. Il fallait dire qu’il n’aidait en rien à sa situation, il n’était pas le genre de personne à être toujours présent en cas de problème, à être bienveillant envers son entourage ou à rendre service. Tout ce qui comptait pour lui, c’était d’être le centre de l’attention, mais qu’on laisse les problèmes loin de lui. Il ne se plaignait pas de la situation, là où un être normal aurait eu besoin de se sociabiliser. Mais normal ne s’applique probablement pas à Drago.

Pourtant, étrangement, il n’a pas fuit les problèmes qui se profilaient quand Athénaïs a commencé à se comporter étrangement. Il aurait pu, elle ne représentait pas grand-chose pour lui. Sa lâcheté légendaire l’aurait bien incité à se lever, la regarder comme si elle était un monstre, et s’en aller sans demander son reste. Avoir la responsabilités des soucis des autres sur le dos, peu pour lui. Mais non, le blond était resté. Mieux, il avait tenté de calmer la jeune femme. Pas certain qu’il s’agisse d’un élan de bonté ou d’empathie, ce n’est pas une qualité qui lui appartient. Mais quand il l’a vue se mettre à trembler, là devant lui, il ne se sentait pas de la laisser dans son malheur. Il sentait qu’un combat intérieur lui disait de rapidement se barrer et que cette femme ne lui attirerait que des problèmes. Alors pourquoi ses jambes refusaient de bouger ?

Drago patienta tandis qu’Athénaïs se calmait peu à peu.  Il regardait ses lèvres trembler, ses yeux noisettes se fermer pour se concentrer sur sa respiration, ses joues rougies reprendre leur couleur douce de porcelaine. Il sentit la main de la jeune femme se presser légèrement en retour autour de la sienne. Il la lui caressa délicatement, pas en signe d’affection – n’exagérons rien, il ne la connaissait pas vraiment cette nana – mais plutôt pour concentrer son attention, qu’elle oublie ses tremblement et son soucis quelconque.

Enfin, elle tourna les yeux vers lui, d’un faible sourire. Jugeant qu’elle allait bien, Drago retira finalement sa main, se redressant pour retrouver sa posture naturelle, droite et fière. Rien qu’un coup de stress. Espérons qu’elle ne lui fasse pas le coup à chaque fois qu’il la verrait. Tu t’emballes là Drago, tu ne vas pas avoir besoin de la revoir autant que ça. Il baissa les yeux vers sa coupe de glace, vide. Il ne pouvait pas combler le silence en reprenant une cuillère. Il aurait peut être mieux fait de partir, tout compte fait. Cette fille était bizarre. Il n’allait certainement pas lui demander des explications sur sa petite crise de panique bidon, ça ne l’intéressait pas. Il ne voulait pas qu’elle se justifie pendant des heures de s’être donnée en spectacle. Drago préférait croire ça plutôt que d’assumer s’être inquiété pour elle ne serais-ce qu’une seconde. Il se racla la gorge, sortant quelques pièces et les déposa sur la table. Il fit signe à Athénaïs de patienter quelques instants, se levant pour rejoindre le comptoir à l’intérieur. Là bas, il y trouva le patron du café, dont les yeux s’illuminèrent en voyant Drago arriver. Le blond se pencha pour lui murmurer quelques mots à l’oreille, et déposa des gallions supplémentaires dans la main du patron. Avec un sourire satisfait, il revint vers la jeune femme et enfila sa veste déposée sur sa chaise.

    ▬ Je me suis arrangé avec ton patron, tu es dispensée de travail pour le reste de la journée. Il ne posera aucune question. Viens avec moi, maintenant.


Il avait surtout demandé à ce qu’il garde toutes les informations pour lui. Personne ne devait savoir qu’il avait discuté amicalement avec une Sang-mêlée de bas étage. Le petit pot de vin ferait certainement son effet, et Drago avait bien assez d’argent à balancer par les fenêtres pour se le permettre. Une fois rhabillé, il n’attendit pas qu’Athé réagisse pour retourner sur l’avenue principale du Chemin de Traverse. Il y avait toujours autant de monde, mais Drago les ignora complètement. Il se planta au milieu du chemin, attendant que la jeune femme le rejoigne. Il tendit le bras pour qu’elle le prenne, prêt à transplaner dès qu’elle l’aurait touché.

Ils arrivèrent dans une grande plaine, où avait été installé un grand terrain de Quidditch. Le matin même, Drago avait entraperçu qu’un matche se déroulait aujourd’hui même. Il ne pensait pas que l’information lui serait utile, mais il comptait bien impressionner Athénaïs de quelque façon que ce soit. Il savait qu’il n’y aurait certainement plus de places de disponibles – il s’agissait des quarts de finales, s’il avait bien comprit – mais avec son influence, il n’aurait aucun mal à s’en dégoter. D’ici, ils pouvaient voir la longue file des spectateurs qui attendaient leur tour pour entrer dans les tribunes. Sur leur droite, une queue bien plus courte : celle de la tribune d’honneur.

    ▬ J’espère que tu aimes le Quidditch.


Il amena Athénaïs vers le guichet des tribunes d’honneur. Sur leur passage, la file s’écarta. Certains commençaient à râler, mais ils se calmèrent aussitôt en voyant Drago. Sur ces personnes, il aperçu quelques têtes vaguement connues, mais il ne devait surtout qu’y avoir de riches sang-mêlés : autant dire des personnes peu signifiantes pour Drago. Finalement, ils passèrent devant tout le monde, arrivant devant une petite femme replète, les yeux baissés sur des papiers. Elle leur demanda distraitement leur ticket, sans leur accorder un regard.

    ▬ Deux places.
    ▬ Nous n’avons plus de places Monsieur, fit la femme, avant de lever la tête vers Drago, et d’ouvrir grand les yeux. Oh, mais, nous allons trouver un arrangement.
    ▬ Je l’espère bien.


Elle s’empressa de modifier les listes, rayant d’un coup de crayon des noms de parfaits inconnus. Elle leur accorda un grand sourire et leur tendit des places, leur souhaitant un bon matche. Sans la remercier, Drago insista pour qu’Athénaïs passe devant, et monte vers la tribune d’honneur. Derrière lui, il entendit un homme et sa femme se scandaliser de ne pas pouvoir entrer, alors qu’ils avaient réservés depuis des mois. Drago ne pu empêcher un rictus quand Athé eu le dos tourné.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie

avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
Parchemins postés : 61



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Jeu 16 Fév - 21:27

Athénaïs était vraiment gênée. Il fallait dire que comme première impression sur quelqu'un, il y avait mieux. Bon, certes, la toute première fois qu'ils s'étaient rencontrés, ils s'étaient engueulés. Mais là, elle avait carrément fait une crise. Y'avait vraiment meiux. A croire qu'elle ne pouvait pas rencontrer Drago Malefoy sans que Merlin ne décide de pimenter un peu le tout en la mettant dans des situations pas possibles. Bon, il fallait quand même dire que, jusqu'ici, tout s'était bien passé. Mais maintenant, Athé avait un peu de mal à regarder l'homme à côté d'elle. Ce n'était déjà pas évident avant, à cause de la manière dont il la fixait, mais maintenant, c'était encore plus dur. Qu'est-ce qu'il pouvait bien penser d'elle ? Enfin, ce n'était pas tout les jours qu'on voyait des gens faire ce genre de crise. "Un simple coup de stress"... Mais bien sûr... Qui croirait à un tel mensonge ? Même pas Athé. La jeune femme avait sorti ça dans la précipitation, sans réfléchir. Mais bon, heureusement pour elle, Drago n'avait rien dit. Elle lui en était reconnaissante.

Soudain, alors qu'elle se détendait un peu plus, Drago retira sa main de la sienne, attirant l'attention de la jeune femme, puis se leva et lui fit signe d'attendre. Intriguée, la jeune femme le regarda entrer à l'intérieur du bar et parler quelques instants avec son patron. Ce derneir avait des étoiles dans les yeux. La jeune femme fronça légèrement les sourcils de façon interrogatrice en voyant le jeune blond revenir et ce dernier l'informa soudainement qu'elle avait le reste de sa journée de libre. Légèrement interloquée, la jeune femme lança un regard à son patron, qui lui fit un grand sourire en faisant léviter ses affaires jusqu'à elle. La jeune femme attrapa son sac, puis se tourna vers Drago, réalisant seulement à cet instant que ce dernier était déjà au milieu de l'allée du Chemin de Traverse. Athé le rejoignit rapidement, un peu incrédule. Mais... Qu'est-ce qui était en train de se passer ?! Elle était assise la seconde d'avant, et là, elle se retrouvait en plein milieu d'une prairie.

Regardant autour d'elle, la jeune femme réalisa alors que, plus loin, un stade de Quidditch avait été installé. Ah oui, maintenant qu'elle voyait ça, elle se souvenait avoir vu des affiches comme quoi un match avait lieu aujourd'hui. Les Harpies de Holyhead contre les Flèches d'Appleby. Et c'était les quarts de finale. Athé écarquilla donc les yeux lorsque Drago lui demanda si elle aimait le Quidditch. Minute, il avait vraiment l'intention d'essayer d'avoir des places ?! Pour eux deux ?!

- Euh, oui, oui, j'aime le Quidditch, mais tu ne penses pas que...

Que toutes les places sont déjà prises et qu'on risque de nous refouler à l'entrée ? Athé ne termina pas sa phrase. Drago se dirigeait déjà vers l'entrée. Et pas vers l'entrée que la jeune femme aurait emprunté si elle avait voulu se rendre à un match de Quidditch. Non, lui, il se dirigea vers l'entrée de la Tribune d'Honneur. Par Merlin, pensa la jeune femme, mais comment peut-il penser avoir des places ?! On ne va jamais pouvoir entrer...

Mais apparemment, Drago savait ce qu'il faisait. L'entrainant à sa suite, il devança tout le monde, s'attirant un regard étonné de la part de la jeune femme. Et, il fallait le dire, il y avait aussi une pointe de reproche. Et tous les autres qui attendaient depuis bien plus longtemps qu'eux ? Pour le coup, Athé ne trouvait pas Drago très juste. Mais bon, sûrement que quand on avait les moyens, on se permettait plus de choses, pensa la jeune femme en cachant une légère grimace en lançant un regard désolé à ceux qui étaient derrière eux. Drago était en train de demander deux places, et la jeune femme n'osa rien dire quand la femme leur assura de pouvoir leur réserver deux places. Heureusement pour Drago, Athé ne vit pas les deux noms se faire rayer de la liste. Elle pensa juste que deux places avaient été ajoutées. Coup de chance pour le Serpentard, car si la jeune femme avait vu ça, nul doute que la situation n'aurait plus été aussi agréable qu'elle l'était depuis qu'ils s'étaient revus au café.

Gentleman, Drago fit passer Athé devant lui après avoir récupéré les billets. La jeune femme lui offrit un sourire avant de monter les escaliers montant jusqu'à la tribune. En fait, elle ne se rendait pas encore bien compte de ce qui se passait. Etait-il possible qu'elle soit réellement en train de monter jusqu'à une tribune d'honneur pour regarder une match de Quidditch ? Bon sang, qu'elle aurait aimé pouvoir faire profiter Danny de cette occasion en or, pensa soudain la jeune femme. Il aurait tellement aimé... Bon, elle ne savait pas s'il aurait aimé les équipes, mais un match de Quidditch comme ça l'aurait ravi...

Une fois en haut, Athé écarquilla les yeux. Par Merlin, ils étaient vraiment aux premières loges ! La tribune d'honneur était une petite pièce avec des fauteuils confortables allignés devant une immense baie vitrée. Au fond de la pièce, il y avait un petit bar, ainsi que quelques tables. Le tout était, bien sûr, très luxueu. Après tout, ne venait ici que ceux qui avaient les moyens. Le stade ne devait pas être dans le même état...

D'une curiosité soudain enfantine, la jeune femme s'approcha de la baie vitrée. Elle regarda un instant les gradin en face, où la foule s'agitait, un petit sourire aux lèvres. S'était vraiment impressionnant à voir. Mais la jeune femme eut alors la mauvaise idée de regarder vers le bas et, immédiatement, elle sentit la sensation désagréable du vertige s'emparer d'elle. Elle se recula alors prudemment puis se tourna vers Drago.

- C'est incroyable ! C'est la première fois que je monte dans une tribune officielle !

En fait, c'était la première fois qu'elle assistait à un match de Quidditch. Oh, elle avait assité à ceux de Poudlard, ainsi qu'à ceux que son frère organisait avec ses amis, mais jamais à des matchs officiels.

Soudain, une pensée traversa l'esprit de la jeune femme et son sourire retomba un peu. Elle plongea son regard dans celui de Drago.

- Au fait, merci de m'avoir invitée ici, mais... enfin, je ne sais pas si je pourrais te rembourser ma place dans l'immédiat. Je ne vais pas te faire payer pour moi, après tout. C'est quand même une place de Quidditch, ajouta-t-elle avec un petit sourire.

Elle n'aimait pas s'imposer, ou se faire payer des choses. Enfin bon, là, pour rembourser la place, ça allait être coton. Surtout qu'elle ne pourrait pas emprunter dans le compte de la famille, puisque c'était juste elle qui avait profité de cette occasion. Décidément, suivre les gens comme Drago était compliqué, pensa la juene femme avant de secouer légèrement la tête, décidant de ne plus se prendre la tête.

S'installant aux côté de Drago, la jeune femme regardait tout autour d'elle quand, soudain, elle entendit, sur sa gauche, des voix s'élever d'un groupe de fille, qui tentaient de rester discrètes, sans succès.

- Eh ! Regardez ! C'est Drago Malefoy !
- Où ça ?! Oh, par Merlin, qu'il est beau !
- Il est beau ?! Il est magnifique tu veux dire !

Athénaïs, bien que cela était ridicule, se mit à rougir. Oh, elle savait bien que Drago Malefoy ne laissait personne indifférent. Elle connaissait bien sa réputation, même si elle n'en tenait pas compte. Et puis, ç'aurait été mentir que de dire qu'il ne faisait rien à la jeuen femme. Oui, Drago Malefoy était très beau. Et, soudain, Athé se demanda ce qu'elle faisait à côté de lui. Elle n'avait rien d'exceptionnel. Selon elle, elle n'était pas incroyablement belle, juste normale, et elle n'avait aucun rang. En plus de ça, on ne pouvait pas dire qu'elle avait une fortune qui pouvait se comparer à celle de Drago. Alors qu'est-ce qu'elle faisait là, assise à côté de lui, dans une tribune officielle, par Merlin ?!

- Eh, mais... C'est qui elle ? demanda soudain une des filles.
- Je sais pas... Sa tête me dit rien.
- Regardez-moi ces fringues... Non mais elle sort d'où elle ?

Athé devait sûrement être la seule à entendre ces filles. Drago n'avait pas l'air d'avoir réalisé leur présence. Mais, pour ce qui était d'Athé, elle, elle avait parfaitement conscience de ses filles, un peu plus loin. Bon sang, génial.

- Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs ! résonna soudain une voix. Voici que le match que vous attendez tous va commencer ! J'espère que vous êtes tous bien installés, car c'est parti !

Athé sourit puis tourna la tête vers Drago. Elle eut alors la surprise désagréable de trouver les cinq pestes - elle pouvait toutes les voir, maintenant - assises à côté de Drago, en train de minauder devant lui, en l'ignorant totalement. Athé se retint mais ne put s'empêcher de froncer légèrement les sourcils. Non mais on avait pas idée d'avoir un comportement comme celui-là... La jeune femme espérait sincèrement qu'elles allaient vite déguerpir, car elle n'avait pas envie de les entendre minauder et glousser tout le long du match.

Et non, ça n'avait rien à voir avec le fait qu'elles tournaient autour de Drago et qu'elle se retrouvait à côté comme une idiote !

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort

avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
Parchemins postés : 241



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Ven 17 Fév - 0:01


Pour Drago, rien n’était inaccessible pour peu que l’on ai de quoi payer et l’influence qui allait avec. Et tout ça, le jeune Malefoy l’avait, et s’il pouvait en plus l’étaler à la face du monde, il était le plus heureux des hommes. Même parmi les riches, il se situait généralement en haut du panier. De tout ceci, Drago se doutait bien qu’Athénaïs n’y connaissait rien. Il ne fallait pas avoir beaucoup de gallions en poche pour être serveuse. Il n’allait pas suffire grand-chose pour l’impressionner. Il déposa une certaine somme conséquente sur le guichet, ignorant les yeux rond comme des billes de la vendeuse, et suivit Athénaïs vers leur tribune. Il pénétra à sa suite dans la salle luxueuse et richement décorée, d’une démarche assurée et hautaine. Il accorda un rapide regard aux autres occupants, se demandant s’il n’aurait pas mieux fait de réserver la tribune complète pour ne pas être dérangé. Surtout pour qu’on ne l’y voit pas avec la demoiselle, qui avait clairement l’air d’une intruse au milieu de tous ces riches. Qu’importe, il ne laisserait personne venir l’importuner ou insinuer quoi que ce soit. Tandis qu’Athénaïs se dirigeait vers la grande vitrine, Drago s’éclipsa vers le bar. Il y demanda deux verres de leur meilleur Pur Feu, servis à leur siège. Il s’en retourna pour prendre les sièges les plus avancés et les plus confortables, leurs places attitrées par les tickets. De cette façon, il n’aurait pas à voir les autres occupants de la tribune. Il croisa les jambes et s’installa dignement, un bras posé sur le dossier, là où Athénaïs devrait s’asseoir. Quand il la vit se pencher pour regarder le stade, il ne put s’empêcher de sourire, probablement de satisfaction. Il était en train de faire son effet, et elle semblait ravie. Drago dirait certainement que ce sourire était pour son propre plaisir, mais c’était sans doute aussi de voir la jeune femme heureuse.

    ▬ Inutile, je ne verrais pas la différence, fit-il d’un haussement d’épaules quand elle insista pour le rembourser. Je t’invite, n’en parlons plus.


Drago laissa son bras derrière elle quand elle s’assit. Il aimerait bien la rapprocher de lui, mais il resta docile pour le moment. Alors qu’elle admirait la tribune qui n’était pas du même monde que le sien, le blond en profita pour l’observer du coin de l’œil. Elle ne s’était pas changée, il aurait peut être dû lui demander de porter autre chose, elle devait bien avoir une robe un peu plus élégante dans son sac. Mais il tint sa langue pour ne pas la froisser, même s’il trouvait qu’en effet, elle n’avait rien à faire ici. S’ils venaient à sortir de nouveau en public – restreint, Drago préférait qu’on ne lui pose pas de questions – il se verrait dans l’obligation de lui acheter une tenue descente, pour qu’au moins elle passe inaperçue. Il attendit qu’elle tourne de nouveau la tête vers lui pour engager la conversation.

    ▬ Je nous ai commandé de quoi boire. Si tu souhaites quelque chose n’hésites pas à demander, c’est à mes frais.


Le barman ne tarda d’ailleurs pas à venir leur tendre leur verre, accompagné de quelques amuse-gueule qu’il déposa sur une petite table basse près d’eux. Certains diraient que Drago en faisait trop, et qu’Athénaïs se sentirait sûrement plus mal à l’aise qu’impressionnée. Mais le blond voulait jouer de ses atouts, et s’il en avait bien un, c’était son argent. Et d’expérience, il savait que quiconque était attiré par l’argent, quoi qu’on en dise. Il porta le verre près de son nez pour en sentir la liqueur, tandis que le match était officiellement lancé. Dans les gradins extérieurs, les spectateurs semblaient s’agiter et crier sans relâche, mais les grandes vitres étaient parfaitement isolantes, impossible d’entendre le bas peuple. Alors que les joueurs faisaient leur apparition sur le terrain, Drago se vit dérangé par cinq petites minettes. Toutes vêtues et coiffées avec élégance, elles étaient venues s’asseoir à sa gauche. Levant un sourcil, il les observa d’un air intrigué. S’il n’y avait pas eu Athénaïs avec lui, nul doute qu’il en aurait grandement profité. Cela allait sans dire qu’elles avaient plus de prestance que cette dernière, mais Drago les trouvait étrangement vulgaires. Elles se pavanaient devant lui en ignorant totalement Athénaïs. Tandis qu’elles gloussaient et jacassaient comme des pies, Drago les ignora royalement – bien qu’il apprécie l’idée d’avoir un harem à ses pieds – et se tourna vers Athé, un sourire en coin.

    ▬ Ne fais pas attention à elles, lui dit-il, presque dans un murmure. Elles s’en iront quand elles verrons que je suis venu pour toi.


Il se prit son verre pour trinquer avec elle, avant de le porter à ses lèvres et reprendre le match en cours. Déjà vingt points pour les Harpies. Drago n’était pas vraiment venu pour profiter du spectacle, mais à vrai dire il ne s’en désintéressait pas non plus. Voilà longtemps qu’il n’était pas monté sur un balais, et ça lui manquait. Il n’a jamais eu l’occasion de foutre une raclée à Potter, et avoir laissé passé cette chance lui donnait la rage.

    ▬ Excusez nous Drago, l’interpella soudain l’une des gamines.
    ▬ Monsieur Malefoy, la coupa-t-il court et sans ménagement.
    ▬ Oh Monsieur Malefoy, roucoula une autre. Je suis Natasha Garen, peut être que vous connaissez mon père ? Il...
    ▬ Non, continua le blond sans leur accorder un regard.
    ▬ Mais il travaille au ministère, et...
    ▬ Comme vous le voyez, je suis accompagné, leur siffla-t-il d’un ton cinglant.
    ▬ Qui, cette fille ? Ricana une troisième en pointant Athénaïs du doigt. Elle a l’air d’une souillon ! Même mon elfe de maison a plus de classe !


Elles se mirent toutes à pouffer de plus belle. Il n’en fallu pas plus à Drago pour les fusiller d’un regard noir. Il retira son bras du dossier et fit un signe au type au physique de gorille qui était posté à l’entrée. Celui-ci vint demander aux jeunes filles de regagner leur place et de laisser Monsieur Malefoy et sa dame regarder le match en paix, et qu’ils avaient réservé ces fauteuils pour eux. D’une mine dégoûtée, elles se levèrent toutes, sans oublier un regard mauvais envers Athénaïs. Reniflant de mépris, Drago reprit sa position, cette fois en effleurant l’épaule de la jeune femme, ses doigts frôlant le tissu de sa manche, à la limite de la caresse. Ils étaient plus proche maintenant, seuls quelques centimètres les séparaient. Le présentateur cria à un nouveau but des harpies, et Drago avait le regard rivé sur les balais virevoltant devant eux.

    ▬ A la prochaine remarque, je les fait sortir d’ici, grogna-t-il autant pour lui même que pour sa compagne.

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Stagiaire du Ministère de la Magie
    | Stagiaire du Ministère de la Magie

avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 28/09/2016
Parchemins postés : 61



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 10PV
Athénaïs H. Moreau


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Ven 24 Fév - 18:37

Athénaïs n'avait jamais connu le luxe. Pas que sa famille soit réellement pauvre, mais elle ne nageait pas non plus dans l'argent. Il arrivait qu'ils doivent se serrer la ceinture à la fin du mois. Avant, quand le père de la jeune femme était toujours en vie, et que sa mère travaillait comme professeur de danse, ils avaient une vie plus aisée, c'était certain. Mais, aujourd'hui, il n'y avait plus qu'Athé qui travaillait. Sa mère touchait un petit quelque chose également, grâce à, ou à cause de, sa dépression. Mais ce n'était pas grand chose. En tout cas, c'était bien loin de l'opulence dans laquelle semblait vivre Drago. Il avait les moyens, c'était certain. Athé le savait bien, mais le voir le montrer ainsi, c'était différent. Déjà, il avait payé le patron pour que ce dernier la laisse partir, et ensuite, il lui payait un billet pour un match de Quidditch. Dans la tribune d'honneur. Et pour des quarts de finale. Athé, n'ayant pas su quoi dire, s'était alors contentée d'accepter l'offre de Drago de lui offrir son billet. Il y avait de quoi être impressionnée, quand on n'avait pas l'habitude. Et gênée, aussi. Il fallait dire qu'Athé n'était pas très à l'aise dans la tribune. Elle se rendait bien compte des regards des autres sur elle, et des quelques chuchotements très discrets qu'elle parvenait parfois à surprendre. Il fallait dire qu'elle n'avait même pas eu le temps de se changer. Même si sa tenue lui semblait quand même assez normale - elle entendait par là qu'elle n'avait clairement pas l'air d'une fille négligée -, il semblait évident que ce n'était pas ce que l'on attendait de ceux se présentant dans ce genre d'endroit.

C'est donc légèrement gênée qu'Athénaïs hocha la tête lorsque Drago lui annonça qu'il leur avait commandé à boire. Elle n'avait même pas remarqué son bras sur le dossier de son fauteuil. Nul doute que si elle s'en rendait compte, elle ferait concurrence à une tomate bien mûre. Il fallait dire que la jeune femme n'avait jamais réellement été à l'aise avec... ce genre de rapprochement. Et, même pour quelqu'un comme Athé, qui conservait encore une part de son innocence enfantine, les intentions de Drago étaient assez claires. Il n'était pas là juste pour discuter et passer un bon moment, en tant qu'ami. Il voulait plus. Athé ne savait juste pas à quel point. La pauvre...

Finalement, au bout d'un moment, le barman apporta leurs boissons et les amuse-gueule. Athé le remercia et attrapa son verre. Whisky Pur-Feu. Athé n'était pas particulièrement portée sur ce genre de boisson, mais si ce n'était qu'un verre, alors elle n'allait pas dire non. De toute façon, il aurait été impoli de le renvoyer, et Athé était suffisamment dans ses petits souliers sans avoir besoin de se faire davantage remarquer.

Mais il y en avait un qui n'avait apparemment pas besoin de faire quoi que ce soit pour se faire remarquer. Les filles qu'Athénaïs avait remarqué quelques instants plus tôt étaient maintenant installées à côté de Drago. La jeune femme leur lança un petit regard. Elles étaient toutes élégamment habillées, bien coiffées, bien maquillées. Athé les trouvait jolies, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être un peu irritée. Après tout, la façon dont elles avaient parlé d'elle laissait clairement sous-entendre ce qu'elles pensaient. Athénaïs ne jugeait jamais les gens au premier abord. Du moins, elle essayait de rester la plus neutre possible avant de se faire sa propre opinion. Mais quand elle voyait d'autres gens faire l'inverse de ce qu'elle tentait de faire, elle ne pouvait s'empêcher d'être un tantinet irrité. D'autant plus que, là, ça se tournait vers elle. Néanmoins, elle ne dit rien, se contentant de regarder le match. Elle sentit alors Drago se pencher légèrement vers elle et lui souffler qu'il ne fallait pas qu'elle fasse attention à ce que disaient ces filles, qu'il était venu pour elle. Comme prévu, Athé rougit. Elle se sentait parfaitement idiote à ne pas savoir se contrôler davantage. Elle se força donc à sourire à Drago et replaça une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Elle aurait aimé dire quelque chose à Drago, mais elle se contenta de trinquer, avant que son attention ne soit attiré par le match. Les Harpies venaient d'augmenter le score.

Cependant, il suffit d'un seul moment d'inattention pour que les filles fondent sur Drago. La première qui s'adressa au jeune homme attira à nouveau l'attention d'Athénaïs. Elle observa l'échange sans rien dire, s'étonnant des réponses particulièrement froide de Drago. Elle ne put s'empêcher de se sentir contente en constatant que Drago ne l'oubliait pas au détriment des autres. Mais son humeur se glaça quand elle entendit une des pimbêches - oui, elle était irritée, maintenant - souligner son "manque de classe". Fronçant les sourcils, elle regarda alors la fille qui venait de parler droit dans les yeux. Si Athé n'était pas quelqu'un qui aimait s'énerver, elle ne se laissait pas marcher sur les pieds pour autant. Alors elle ne se laisserait pas insulter sans rien faire. Et ça, Drago le savait.

- Pardon ? intervint-elle, d'une voix tout de même très calme, malgré son irritation grandissante. Cela va peut-être vous paraître étrange, ironisa-t-elle légèrement, mais je ne vous permets pas de m'insulter ainsi, mesdemoiselle. Je n'ai peut-être pas ce que vous considérez comme "la classe", mais moi, j'ai au moins de l'éducation. Cela ne semble pas être votre cas, auquel cas, vous feriez preuve de respect, au moins pour la tranquillité des gens.

Oh oui, elle allait loin. Ces filles étaient certainement bien plus haute qu'elle socialement, bien que plus jeunes qu'Athénaïs. Mais la jeune femme n'allait pas se faire rabaisser sans rien dire. Non mais, pour qui se prenaient-elles ? Elle n'était peut-être pas une Lady, ou une fille « bien née », mais elle n'était pas une moins que rien, et elle ne permettrait à personne de la rabaisser ainsi. Alors c'est avec un calme à peine feint qu'Athénaïs croisa les jambes et se renfonça dans son fauteuil. Après tout, elle ne souhaitait pas faire d'esclandre. Pas dans un endroit comme celui-ci. Elle préférait calmer le jeu d'entrée et gérer le tout avec diplomatie. Si ces filles étaient suffisamment intelligentes, elle feraient ce qu'avait dit Drago : elle s'en iraient.

- Mesdemoiselles, vous êtes en train de rater le match, dit alors Athé d'une voix un peu plus calme. Je ne sais pas si vous êtes venues ici pour ça, mais il serait dommage d'avoir payé pour rien, n'est-ce pas ?

Traduction : Je ne désire pas m'énerver davantage, je passe un bon moment, et je vous serais grée de ne pas venir le gâcher. Athé espérait que les filles ne feraient pas de problèmes. Elle n'avait pas envie de gâcher le bon moment qu'elle passait avec Drago et, même si la jeune femme n'était pas une immense fan de Quidditch, elle avait quand même envie de profiter de ce match.

Soudain, alors qu'Athénaïs se calait un peu mieux dans le siège, elle sentit le bras de Drago, qui passait juste derrière sa nuque. Ça ne rata pas. La jeune femme rougit et inspira profondément pour se calmer. La main du garçon effleurait à peine son épaule. D'un seul coup, les bras de la jeune femme se couvrirent de chair de poule. Athé n'aurait su dire la raison réelle de ce frisson. Etait-ce dû au frottement léger de sa chemise ? Ou... à la présence directe de ce bras ?

Bizarrement, les pestes n'avaient soudain plus grand intérêt pour Athé.

____________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort
    | MODERAFOUINE ;; Co-Dirigeant du FP ;; Mangemort

avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 16/09/2016
Parchemins postés : 241



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA4 - Adulte Supérieur
Ma résistance magique est de: 12PV
Drago Malefoy


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé] Sam 20 Mai - 2:00


Drago avait toujours obtenu, ou presque – certaines n’étaient pas sottes ou naïves –  l’attention de toutes les femmes qu’il voulait. Il était certainement beau garçon, mais le prestige de son sang, sa posture politique, sa richesse et son influence attiraient facilement les minettes. Peut être étaient-elles toutes aussi profiteuses que lui, il n’avait donc pas à avoir de remord, n’est-ce pas ? Certaines avaient peut être espoir qu’il les épouse, d’autres voulaient juste pouvoir se vanter auprès de leurs copines. Mais à sa connaissance, aucune n’était vraiment tombée amoureuse, comme il ne s’était jamais en-amouraché de l’une d’elle. Il n’avait même aucune intention de commencer, cela ne serait qu’une perte de temps d’être transi amoureux. Mais, à ce jour, Drago ne savait pas qu’il n’aurait aucun moyen de contrôler ses sentiments, malgré tout ce qu’il pourra faire pour les rejeter.

Cette Athénaïs, il l’aimait bien. Elle ne l’ouvrait pas beaucoup, était plutôt du genre docile mais n’était pas pour autant ennuyante à mourir. Physiquement, elle lui plaisait. Vraiment beaucoup. Socialement, elle n’était pas à la hauteur de ce qu’il avait l’habitude de fréquenter. Mais tout compte fait, simplement la courtiser n’engageait à rien. Il pouvait bien lui passer sur le corps, les sang-purs s’en fichaient. Il ne devait juste pas se balader à son bras en société. C’est pourquoi cette petite sortie serait probablement la première, et la dernière. Il allait lui faire un peu d’effet, et une fois qu’elle serait dans sa poche il ne se montrerait plus jamais en sa présence face au peuple. Il avait toujours une réputation à préserver. Dans cette tribune, il n’y avait pas beaucoup de monde pour les observer. Des riches, mais pas des personnes importantes. Personne n’écoutait vraiment ces gens là. Au pire, ils répandaient des rumeurs, mais aucun Sang-Pur n’était pas victime de rumeurs. Non, Drago était serein pour ce qui allait advenir entre lui et Athénaïs.

Son verre de Whisky à la main et un petit toast dans l’autre qu’il porta à la bouche, le puriste observait le match d’un air discret. Drago n’était pas forcément porté sur l’alcool, quoi que peut être un peu plus dernièrement avec toutes ces réceptions, et parfois de légères dépressions. Il réfléchissait à ce qu’il allait pouvoir dire et faire pour rendre Athénaïs folle de lui. Contrairement à d’autres, elle n’avait pas l’air stupide, lui faire la sérénade ne suffirait probablement pas. Parfois, il n’avait même rien à faire – c’était d’ailleurs plus simple – mais là, il avait du challenge. Athénaïs n’avait pas l’air d’être le genre de fille à séduire tous les garçons sur son passage, elle était timide et sérieuse. Elle le respectait et était polie avec lui, c’était tout ce qu’il demandait. Elle devait même se trouver chanceuse, parce qu’il n’était pas n’importe qui après tout.

Quand les cinq gamines s’étaient approchées, Drago n’avait pas pu s’empêcher de lorgner sur elles. Oh, elles étaient sans nulle doute très jolies. Mais il avait en ce moment une bien plus belle femme à ses côtés, et il ne comptait pas se laisser emballer comme un bleu par une troupe de jeunes filles en fleur. Il préférait les ignorer, et se concentrer sur son rencart – parce que là, c’en était bien devenu un. Mais les cinq autres étaient pires que des sangsues, et elles n’avaient pas l’intention d’abandonner. Il pensait sérieusement à demander à les faire déguerpir au vigile quand Athénaïs le devança. Jusqu’ici douce comme un agneau, elle se mit à rugir comme une lionne. En cet instant, elle lui rappela la jeune femme colérique d’il y a trois jours, que Drago avait presque oublié. En fait, elle avait son petit caractère. Le blond ne pu s’empêcher de ricaner quand il vit les mines renfrognées des adolescentes. Le Mangemort aimait bien voir les autres se faire clouer le bec, surtout quand c’était par quelqu’un qui était de son côté.

Comme prévu, il appela le grand bonhomme pour faire dégager les cinq pucelles, qui tiraient la tronche au grand bonheur de Drago. En fait, Athé et lui faisaient un bon duo. En y pensant, c’était vraiment dommage qu’elle ne soit pas de Sang-Pur. Enfin, peut être pourrait-il la considérer comme Blaise, si elle avait plus d’argent et une meilleure position dans la société. Quel gâchis.

    ▬ Je n’imaginais pas que tu avais une telle fureur en toi... fit-il, coulant vers elle un regard intense. J’apprécie.


Sous son bras, il sentait la jeune femme frémir. Conforté dans l’idée qu’il lui faisait un certain effet, Drago resserra doucement son étreinte, attirant Athénaïs vers lui. Il gardait toujours une certaine distance pour ne pas l’affoler, mais cette fois il caressait son bras sans retenue, avec une certaine douceur qu’on ne lui connaissait pas. Il dirait que c’est uniquement pour continuer à faire son effet, mais toucher la peau douce et laiteuse de la jeune femme ne lui déplaisait pas. Il retint lui même un frisson, qu’il oublia aussi vite qu’il était venu.

    ▬ Alors dis moi, qu’est-ce que tu penses de tout ça ? Fit-il en désignant la tribune, le match et cette place de choix qu’ils avaient.


Drago voulait tâter le terrain pour connaître la bonne méthode à employer pour se la mettre dans la poche. Il voulait savoir s’il était sur le bon chemin et s’il avait une chance avec elle, même s’il n’en doutait pas vraiment. Il avait fait effet même auprès des cinq jeunes filles sans avoir rien fait. Son nom suffisait. C’était un sentiment qu’il adorait.

    ▬ Tu sais, ces filles sont peut-être riches et ont une bonne position, mais tu es plus intéressante qu’elles.


Il jouait peut-être un peu des violons, certains diraient qu’il en faisait trop. Mais au fond, il pensait ce qu’il disait, même s’il n’assumerait jamais. Il aimait être entouré de gens fortunés et haut placés, c’était indéniable. Mais Athénaïs n’avait sans doute pas besoin de ça pour rayonner. Attention, il devenait peut-être un peu niais. Mais que voulez-vous, elle était vraiment belle. Et plus il la regardait, plus il s’en rendait compte.

Mais pour le moment, il n’imaginait pas autre chose que d’en faire une maîtresse de choix. Après tout, il était fiancé et sa situation actuelle lui convenait. Athénaïs ne serait là que pour l’amuser et lui apporter bonne compagnie. Elle ferait juste partie de ses meilleures prises.

HRP:
 

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Trop de bonté en moi, vous savez... || Drago [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique :: Chemin de Traverse
-