POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

[Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Langue de Plomb
    | Langue de Plomb
    avatar
    Date de naissance du joueur : 23/03/1997
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 21/02/2017
    Parchemins postés : 32



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Katarina D. Wander


MessageSujet: [Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser) Sam 11 Mar - 15:34



Que de mystères
Katarina n’était pas stressée. Il n’y avait aucune raison de l’être : elle avait eu le job, son entretien s’était bien passé, elle avait les compétences qui semblaient les intéresser, et puis, c’était quand même eux qui étaient venus lui proposer le poste. Donc, vraiment, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Pas la moindre appréhension.

Au  contraire, à présent que ces formalités étaient passées, c’était à son tour de jouer, pour ainsi dire. Elle allait devoir faire ses preuves   : non pas simplement éviter de leur faire regretter leur choix, mais leur prouver que celui-ci était le meilleur qu’ils avaient pu faire. Et cela commençait dès le premier jour, et même, elle en était convaincue, dès la première impression.

Elle s’avança dans l’atrium, du pas assuré de celle qui sait où elle va, se dirigeant directement vers l’accueil. Naturellement, elle était arrivée avec plus de quinze minutes d’avance. Il était hors de question pour Katarina d’être en retard, et encore moins de faire mauvaise impression dès le premier jour. Mais maintenant qu’elle était là, autant se déclarer tout de suite. Lorsqu’elle arriva près du bureau, la secrétaire leva les yeux vers elle en haussant les sourcils derrière ses lunettes d’un air ennuyé, comme pour lui demander ce qu’elle voulait. Katarina leva à son tour un sourcil devant tant d’amabilité, mais se retint de faire une remarque désobligeante. Ce n’était pas le moment : elle se contenta de se déclarer, affichant un sourire qui se voulait agréable, mais d’un ton un peu plus sec qu’elle ne l’avait souhaité.

- Katarina Wander. C’est mon premier jour au département de Mystères. Je suis un peu en avance.

La jeune femme commença à fouiller dans le désordre de ses document –Katarina grimaça presque face à tant de chaos, levant les yeux au ciel devant le  temps qu’elle prenait. C’était bien la peine d’arriver en avance. Alors qu’elle laissait échapper un petit soupir d’impatience, l’autre sembla enfin trouver ce qu’elle cherchait, et après avoir feuilleté ce qui semblait être un registre, elle lui annonça que la personne qui la prendrait en charge n’était toujours pas arrivée. Sans blague. Après un vague mouvement de tête en guise de remerciement, Katarina s’installa sur un des bancs proche de l’accueil. Dos droit, jambes croisées, une légère moue au coin des lèvres, elle dévisageait ceux qui passaient d’un regard un peu noir, sans vraiment le vouloir.

Etre de retour en Angleterre était à vrai dire très bizarre. Ca avait bau être son pays natal, tout ici lui semblait étranger. Les lieux étaient bien familiers, mais en même temps si inconnus. Certes, avec un gouvernement puriste à sa tête, le contexte était très différent de l’époque où elle l’avait quitté, alors que le Seigneur des Ténèbres venait d’être vaincu –  ou pas tant que ça, apparemment. Mais ce n’était pas vraiment cela. Elle était sensée se sentir chez soi ici mais, à vrai dire, elle s’était jamais sentie autant comme une étrangère dans les nombreux pays qu’elle avait pourtant parcourus - avec amertume, elle se crut se souvenir que ça avait peut-être toujours été un peu le cas ici. Et, elle ne connaissait personne ici, aucun visage familier ne lui revenait en mémoire.  Elle avait beau scruter les différents visages des nombreuses personnes qui passaient dans l’atrium, et notamment celles qui auraient pu être à Poudlard en même temps qu’elle, elle ne ressentait, au mieux, qu’une vague sensation de déjà-vu, au pire, un vide total. C’était frustrant, et très déstabilisant, d’être chez soi sans y être, et elle espérait que ce malaise s’estomperait vite à mesure qu’elle prendrait ses marques. Elle n’était  pas revenu pour perdre son temps à faire la fragile.

Un coup d’œil à l’horloge lui indiqua qu’il ne restait que quelques minutes avant l’heure officielle de son rendez-vous, et elle se dit que la personne qu’elle devait rencontrer n’allait sûrement pas tarder. En fait, elle n’avait reçu aucune information sur celui ou celle qui allait l’accueillir : elle ne savait pas si c’était un homme ou une femme, un simple collègue ou un supérieur, … Elle sortit son miroir de poche pour vérifier une dernière fois  son apparence : aucune mèche rebelle ne dépassait de son chignon, son maquillage était bien appliqué, parfait. Elle se redressa un peu sur son fauteuil, et son regard se porta sur les personnes qui approchaient de l’accueil, comme pour deviner laquelle était l’individu mystère.

A vrai dire, plutôt qu’anxieuse Katarina était surtout intriguée. Le poste de Langue-de-Plomb était entouré d’un mystère qui faisait sa renommée.  C’était d’ailleurs ce qui l’avait attiré très jeune, et encore maintenant. Elle supposait qu’on l’avait contacté pour ses connaissances et que le poste impliquait donc des activités de recherches, mais l’entretien était resté très vague et, au final, elle n’en savait pas beaucoup plus sur ce qui était pourtant à présent son métier. Oh, elle n’avait pas de doute sur le fait qu’il lui plairait –toujours plus que l’enseignement en tout cas. Et puis c’était tout de même un poste prestigieux, et une position au Ministère de la Magie était tout ce qu’elle pouvait espérer pour gravir les échelons. Mais tous ces secrets titillaient sa curiosité, et elle était impatiente de savoir enfin ce qui se cachait derrière tant de mystère, ce qui l’attendait, et surtout, de pouvoir enfin se mettre à la tâche.
FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Doyenne ;; Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Doyenne ;; Langue de Plomb
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 1070



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Re: [Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser) Dim 12 Mar - 15:44



- Anne.

L’appel retentit dans ce qui servait de bureau à Anne Fraser et resta sans réaction de la part de l’intéressé. Le nouveau venu toqua sur la porte pourtant ouverte pour signaler sa présence et appela sa coll!ègue une nouvelle fois.

- Anne ?

Celle-ci, plongée dans un vieux parchemin parlant des priopriétés de la Belladonne sur le corps d’un sorcier n’avait pas entendu le premier appel, mais elle sursauta au second, reversant une partie de son thé sur son parchemin. Elle jura et se leva précipitement pour empêcher le liquide de tâcher sa robe de sorcière. Sans même prendre la peine de formuler le sort, elle l’informula et le thé s’evapora laissant sur le parchemin une tâche minuscule. Elle soupira de soulagement et se tourna vers le nouveau venu.

Llyod, son collègue et supérieur hiérarchique, de par son ancienneté et talent, se tenait dans l’embrassure de la porte, l’air embarrassé.

- Désolé, je ne voulais pas te surprendre.


C’était un homme en fin de quarantaine, plutôt séduisant dont le spécialité était la création de sortilège. Célibataire et toujours volage, il faisait parler de lui même dans les niveaux inféfieurs pour sa charisme et ses conquêtes multiples. Pour le moment, un dossier à la main, il avait la tête de celui qui va demander un service dans la minute. Ca ne rata pas.

- Dis-moi.

- Tu crois que tu pourrais me rendre un service, finit-elle à sa place avec un sourire qui se voulait amusé. Ca dépend, la dernière fois, tu m’as envoyé à ta place pour gérer une manifestation a un tournois de Bavboule.

Son collègue eu la bonne idée d’avoir l’air embarrassé et répondit, Oui, mais il y avait Adrian. Tu aimes bien travailler avec lui.

Anne se contenta de rire. Gérer Adrian pour ne pas qu’il crise dans ce genre de situation n’était pas ce qu’elle appelait un cadeau.

- Si je veux voir mon cousin, je l’invite à prendre un verre ou je vais à un dîner de famille tu sais. Lloyd eut l’air encore plus embarrassé et elle lui fit signe de venir avec son dossier. Donne-moi ça, tu me devras un dîner.
- Tu vas voir, c’est presque rien. En fait, est-ce que tu pourrais te charger d’accueillir la nouvelle demain ?
- Moi ? Elle haussa un sourcil interrogateur, c’était généralement lui qui s’en chargait.
- Tu es la plus haut placée après moi, dit-il en haussant les épaules. J’ai un rendez-vous que je ne peux pas manquer et ça me sucre mon jour de congé.

C’était donc la raison. La jeune femme se retient de rire et elle fit signe qu’elle s’en occupait. Ravis, son collègue lui adressa un sourire radieux et la laissa avec le dossier en précisant qu’il lui “revaudrait ça”. Anne y comptait bien, elle n’oubliait jamais une faveur et elle aimait particulièrement quand lui gens lui étaient redevables.

Une fois qu’il fut parti, elle ouvrit le dossier et sortit la photo en noir et blanc de leur nouvelle collègue. Elle en avait vaguement entendu parler, le département avait recruté une nouvelle chercheuse. Elle était d’ailleurs plutôt belle se fit-elle la réflexion. Elle s’étonnait que Lloyd ait fais passer la chance de l’accueillir lui-même, sa nouvelle conquête devait vraiment lui tenir à coeur. Elle mit son dossier de côté et s’intéressa de plus prêt au personnage et à sa scolarité.

- Sang-mêlée, célibataire, une famille sans histoire. Je vois.


Maintenant qu’elle y regardait de plus prêt, il lui semblait reconnaître son ancienne camarade de Serpentard. Un peu plus âgée qu’elle, elles ne s’étaient pas fréquentée durant leur scolaritée. La seule personne qu’Anne avait connu dans les plus âgés, c’était Hypérion et les membres de l’équipe de Quidditch. Elle parcourut le reste du dossier qui indiquait les pays qu’elle avait visité, les recherches qu’elle avait fait et bien sur sa spécialité : la magie runique. Ce n’était pas du tout le domaine d’Anne qui était spécialisé en Botanique, Potion et Métamorphose. Néanmoins, elle comprennait pourquoi on avait proposé à Llyod de l’acceuillir. Ils risquaient de travailler souvent ensemble.

Le jour de l’arrivée de Katarina, Anne arriva bien avant les receptionnistes de l’Atrium au Ministère. Puisque son programme de la journée était chamboullé, elle était passée s’occuper de sa serre tôt le matin pour être sûre qu’elle aurait le temps de le faire. Une fois sa tâche accomplie, elle rescendit les niveaux et en profita pour aller se changer rapidement chez elle. Puisqu’elle n’avait pas de missions extérieures, ni même de tâche salissante à accomplir, elle mit un soin tout particulier à sa tenue. Elle arriva à l’heure dite par poudre de cheminette et se dirigea d’un pas déterminé vers sa nouvelle collègue. Grande et fière d’apparence, elle incarnait l’aristocratie anglaise.

- Miss Wander. Elle lui tendit la main. Enchanté, je suis Anne Fraser. Venez, ne restons pas ici.

Elle tourna les talons et se dirigea vers l’ascenseur qu’elle venait d’apeller. Elle laissa Katarina passer devant elle et s’y engouffra à sa suite avant de faire la demande pour le niveau 9. Dans l’ascenseur, elle croise brièvement Adrian qui allait au niveau 2.

- Dure soirée à ce que je vois, eut-elle le temps de lui dire avant de sortir au niveau 9.

Après le brouhaha de l’Atrium et puis de l’assenseur, le silence religieux qui régnait au Mystère était un baume pour les oreilles d’Anne. Un court couloir séparait la porte de l’assenceur et celle qui donnait accès au département. Anne s’arrêta devant une porte noire lisse et se tourna vers Katarina. Elle lui tendit un badge en argent, le même que le sien, frappé au sceau du Ministère de la Magie.

- Voici votre badge, n’oubliez jamais de le porter. Entrons, je vais vous faire visiter.


La langue de plomb ouvrit la porte et les jeunes se trouvèrent dans une salle circulaire contenant douze portes, chacune éclairée par des flammes bleues. On avait réparé les portes, si bien qu’on ne trouvait plus trace des croix qu’Hermione Granger avait tracé sur les portes lors de leur infraction dans le département. La jeune femme se tient au milieu, indiquant à nouvelle collègue de faire de même.

Chaque porte mène à une partie bien spécifique du département. Elle lança un sort sur son badge et un signe apparut sur chacune des portes. Elle désigna la première.

- Voici la Salle de l’amour. Seul le directeur du département est autorisé à y pénétrer, elle est d’ailleurs vérouillée. A sa gauche, la salle de l’espace. C’est le lieu de travail des spécialités en astronomie et divination. A sa droite, la salle des pophéties. Elle vous est accessible, mais seul Armand Pretice, le gardien des propheties est autorisé à les toucher, sauf si l’une vous concerne.

Elle continua de lui expliquer les différentes salle en passant par la salle de la mort, celle des cerveaux, du temps et du futur, mais aussi les salles un peu moins obscure comme celle des plantes ou l’on trouvait la serre ou encore de l’administration où se trouvait leur bureau. Elle se dirigea d’ailleurs vers cette dernière et laissa la porte se refermer avant d’expliquer.

- A chaque fois que l’un de nous emprunte une porte, la salle se met à tourner de façon aléatoire pour empêcher tout visiteur indésirable de s’y retrouver. Notre badge est spécifique au langue de plomb et sans lui, vous serrez incapable de retrouver la salle dans laquelle vous devez aller. Aucune n’est jamais à la même place.


Elle se dirigea vers son bureau et invita la jeune femme à prendre place.

- Voici mon bureau, nous serrons plus à l’aise pour discuter. Comme je le disais tout à l’heure, je suis Anne Fraser, je travaille dans le département depuis dix ans et je serais une de vos supérieures, quoiqu’on ne fonctionne pas vraiment en ces termes ici.

Elle prennait rarement les nouveau venu en charge aussi ne savait-elle pas réellement quoi lui expliquer en premier.

- Jusqu’à l’élection de Lucius Malefoy, nous étions principalement un département en charge de la recherche magique et dans une certaine mesure, de la collecte d’information. Désormais, nous assurons plusieurs fonctions. Les oubliators ont été dissous, les éléments les plus remarquables ont été gardés et intégrés à nos rangs et de notre côté, nous avons été formé à leur fonction. De même, la collection d’information et l’espionnage sont devenus une de nos pérogatives. Pour éviter de renforcer la mauvaise image des mangemorts, les interrogatoires font aussi partie de nos fonctions et dans une certaine mesure, nous surveillons l’information. Les choses sont donc plus complexe qu’avant. Nous sommes essentiellement polyvalent, mais on ne travaille pas sur tout, chacun à sa spécialité. Pour ma part, je suis spécialiste en Botanique et par extension potion, mais également en métamorphose.

Elle faisait également de l’espionnage, mais comme toutes les personnes a qui on attribuait cette fonction, elle n’en faisait pas étallage, même au sein du département.

- On m’a dit que vous étiez spécialisée en Magie Runique de votre côté. Pour débuter, vous allez essentiellement faire de la recherche, le directeur a demandé que vous choisissiez un projet de recherche sur lequel travailler, avez-vous déjà une idée ? Evidemment, au fil du temps, on vous confiera d’autres projets, mais notre directeur de département aime qu’on ait tous des sujets de recherche personnel.


FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Langue de Plomb
    | Langue de Plomb
    avatar
    Date de naissance du joueur : 23/03/1997
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 21/02/2017
    Parchemins postés : 32



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Katarina D. Wander


MessageSujet: Re: [Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser) Dim 2 Avr - 19:02

Katarina D. Wander a écrit:


Que de mystères
La femme qui l’accueillit dégageait une élégance naturelle et discrète, elle avait un port aristocratique, et une assurance qui transparaissait autant dans son allure que le ton de sa voix. Elle ne semblait pas plus vieille que Katarina, mais celle-ci n’eut pas le temps de s’attarder plus sur son visage car, après une présentation rapide mais efficace, Anne tournait déjà les talons en direction de l’ascenseur. Katarina ne put que lancer un bref «  Enchanté », avant de la suivre d’un pas rapide, ravie de quitter l’effervescence  insupportable de l’Atrium.

Dans l’ascenseur,  la nouvelle Langue-de-Plomb tentait de ne rien montrer de son impatience. Etre si proche de lever le voile sur un si grand mystère la plongeait dans une sorte de tension qui ne faisiat que s’accroître à mesure qu’elle se rapprochait de l’étage supérieur. Quand enfin les portes s’ouvrirent, elle en retint presque sa respiration. Ce n’est que lorsqu’Anne prit la parole qu’elle sortit enfin de ses pensées, et se rendit compte d’à quel point son attitude était ridicule. Ce n’était qu’un fichu département, et elle était une adulte de plus de 30 ans, pas une gamine de 11ans qui découvrait Poudlard pour la première fois. Elle leva les yeux et ciel et décida de se ressaisir. Acceptant le badge qui lui tendait Anne, elle l’accrocha sur sa longue robe de sorcier, et le contraste de l’argent sur le noir de sa robe lui procura un sentiment de satisfaction et un sourire de fierté : elle était vraiment Langue-de-Plomb.

Katarina s’était préparée à un long couloir un peu angoissant ; en fait, c’était une immense pièce circulaire entourée de douze portes. Dans le silence profond qui régnait, seul le bruit de leur pas résonna tandis qu’elles s’avancèrent dans la pièce. Elle détailla du regard les différentes portes, qui étaient toutes identiques, tandis qu’Anne lui expliquait leur utilité. Porte de l’amour, des cerveaux, du temps, … Chaque nouveau nom l’intriguait plus que l’autre, lui donnait envie de se précipiter vers la porte pour l’ouvrir et voir ce qui se cachait derrière. Elle est obligée de sortir de sa transe lorsqu’Anne la conduit vers l’une de ces portes, et c’est avec réticence qu’elle la suit. Elle est presque un peu déçue de se trouver face à un simple bureau, banal et sûrement semblable à tous les autres du Ministère : il y a tant de choses à voir et découvrir dans cet étage plutôt que de s’enfermer dans un bureau, probablement pour des discussions administratives fort ennuyeuses… Enfin, il faut bien passer par là.

Anne est déjà repartie dans des explications sur l’utilité et le fonctionnement du badge, et Katarina écoute avec atteint. C’est un système ingénieux, elle en est presque admirative ; il est vrai que de nombreux secrets doivent sûrement être conservés à l’abri de tous et surtout des mauvaises intentions, tant pour le bien du gouvernement que de la Communauté Magique. Et les Langues-de-Plomb sont donc les seuls à avoir accès à tous ça… D’un coup, la présence du badge sur sa poirine de fait plus sentir, et elle est prise d’une nouvelle bouffée de fierté à l’idée de faire partie de ce cercle restreint.

Suite à un geste d’Anne, Katarina s’avance un peu plus dans la pièce pour prendre place sur un fauteuil, face à sa supérieure, et elle écoute avec attention ses explications. Ainsi, le Département des Mystères est plus proches du gouvernement qu’elle ne se l’imaginait, et à son service pour toutes sortes de tâches de confiance.. Elle décide de retenir l’information, il lui faudra être attentive à ce détail à l’avenir dans les positions politiques qu’elle pourrait afficher. Elle est tout de même soulagée de savoir que ses tâches se limiteront pour l’instant à un travail de recherche : c’est peu pour l’instant, quand on connait son ambition, mais c’est ce qu’elle sait faire, et c’est suffisant, au moins le temps de prendre ses marques en Angleterre. Et puis, elle aime la recherche. Au moins,e lle ne sera pas déstabilisée par rapport à ce qu’elle faisiat en France, et elle pourrait même continuer les recherches qu’elle avait commencées –s’il y a une chose que Katarina déteste, c’est un mystère non résolu, et elle avait laissé trop de travaux inachevés en France.
Anne la questionne enfin sur ses projets et elle se racle discrètement la gorge avant de répondre, sur un ton posé, mais qui se veut assuré.

- Et bien, quand j’étais en France, mes recherches m’ont amené à me pencher de plus prèssur la magie des baguettes, et c’est le projet sur le quel je travaillais avant de venir ici.. Je souhaiterai donc continuer à étudier de plus près les effets que peuvent avoir les runes gravées sur les baguettes . Dans certains pays, il n’est pas rare qu’une rune soit gravée sur la baguette d’un sorcier, mais cela reste une magie très simple, souvent même maladroite et sans vraiment d’effets, par manque de connaissances sur les runes. Je veux aller plus loin dans la recherche des possibilités nouvelles que peuvent apporter aux sorciers les runes gravées sur les baguettes.

Elle croisa les jambes, tenta de déchiffrer les pensées d’Anne, dont le visage restait impénétrable. Croiser le regard de sa nouvelle collègue fit soudain monter en elle une sorte de timidité, de manque de confiance, et elle fronça les sourcils pour ne pas détourner le regard. Elle détestait parler de ses travaux, et se sentait toujours très exposée quand elle devait révéler les sujets de ses études.

- Enfin, si le Ministère accepte que je travaille sur ce projet. Je comprendrais que ce ne soit pas le cas, je peux m’adapter.

Katarina se maudit un peu pour cette faiblesse passagère, qui, en plus de donner mauvais genre, n’était pas habituelle dans sa bouche.  Elle se redressa sur son fauteuil dans un geste qui tentait d’afficher l’assurance dont son discours manquait trop à son goût, et attendit nerveusement la réponse d’Anne.
FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Doyenne ;; Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Doyenne ;; Langue de Plomb
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 1070



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Re: [Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser) Mer 28 Juin - 15:10



Que de mystères
Quoique travaillant au Ministère de la Magie depuis plusieurs années, Anne n’aurait jamais pensé qu’on lui confierait l’accueil d’un ou d’une nouvelle collègue. Lors de l’arrivée de Lucius Malefoy au pouvoir, les choses avaient rapidement changer et avec la dissolution des langues de plomb, ils avaient gagné beaucoup de nouveaux collègues d’un coup. Ces nouvelles têtes avaient envahis leur département, l’animant de façon bien plus considérable que par le passé. Il avait fallu les former, les tester, leur trouver une place. Ca avait quelque peu ralentis le système de recrutement du département. Les Mystères étaient toujours à la recherche de nouveaux talents, mais encore fallait-il avait le temps pour les former. Katarina était donc un de leur tout nouveaux éléments depuis la nouvelle vague de recrues qu’ils avaient eus il y a deux ans.

Anne se sentait surprise de savoir que c’était elle qui devait l’accueillir, mais également ravie. Il lui semblait que c’était un signe de confiance bienvenu, qui attestait qu’elle pourrait probablement monter en grade dans peu de temps. Or s’il y avait bien une chose que l’ancienne serpentard désirait, c’était monter en grade. Certains chercheurs n’étaient que des chercheurs. Quoique la profession soit parfaitement honorable, Anne rêvait de plus. Elle savait que sa position de sang pur était précaire. Il suffisait qu’une mauvaise personne sache ce qu’elle ne devait pas savoir et tout était compromis pour elle. Contrairement à beaucoup de ses pairs, elle ne comptait pas sur un beau mariage pour renforcer sa position. Elle voulait arriver au sommet et assurer elle-même sa position dans la société sorcière. Quand on désire se protéger, on ne peut réellement compter que sur sois-même.

Elle aurait tout le temps de s’occuper de son avancement plus tard. En attendant, il y avait sa nouvelle collègue et la jeune femme était curieuse d’en savoir un peu plus sur celle-ci et son domaine de recherche. Une fois dans le bureau, elles s’assirent pour discuter plus tranquillement. Les recherches de Katarina était intéressant. La magie runique était fort peu étudiée en Angleterre et rares étaient les personnes qui décidaient de prendre cette option que ça soit à Poudlard ou plus tard dans leur étude. Mal connue, mal exploité, elle faisait partie des domaines que les Mystères souhaitaient explorer plus en profondeur. La présence de leur nouvelle chercheuse prenait donc tout son sens.

- Un domaine très intéressant, s’entendit-elle commenter. Et aviez-vous déjà obtenu des résultats concluants lorsque vous étiez en France ?

Elle écarta d’un geste de main les doutes de sa nouvelles collègues quant à l’autorisation qu’elle pourrait ne pas avoir pour continuer ses recherches.

- Je pense que c’est exactement pour continuer vos recherches sur la magie runique qu’on vous a engagé ma chère. Votre sujet de recherche est libre, je suis certaine que notre directeur de département sera très intéressé par vos résultats.

Et quand elle le disait intéressé par les résultats, elle sous-entendait bien entendu les résultats positifs. Depuis que le département était aux mains des mangemorts, on avait bien fait comprendre aux employés qu’on attendait d’eux qu’ils ne perdent pas leur temps, mais ça, sa collègue s’en rendrait très vite compte elle-même.

- Simple curiosité de ma part, mais quel est le but des runes gravés. Augmenter la puissance des sorts ? La compatibilité entre la baguette et son propriétaire ou y-a-il autre chose ?

Déformation professionnelle, on ne pouvait pas entendre parler des recherches des autres sans avoir envie d’en savoir plus. Néanmoins, Anne ne voulait pas paraître obsédée par son travail aussi se permit-elle une question plus personnelle.

- J’ai vu dans votre dossier que nous étions à Serpentard ensemble, mais comme vous êtes plus âgée, je crois que nous n’avons jamais eu l’occasion de nous fréquenter. Vous êtes partie en France il y a longtemps ?

FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Langue de Plomb
    | Langue de Plomb
    avatar
    Date de naissance du joueur : 23/03/1997
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 21/02/2017
    Parchemins postés : 32



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Katarina D. Wander


MessageSujet: Re: [Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser) Lun 3 Juil - 0:01



Que de mystères
Katarina avait dévoué presque toutes les années de sa vie à la magie runique, c’était une discipline qui l’avait passionnée dès ses années à Poudlard, et elle était prête à la défendre corps et âme. En effet, c’était un domaine souvent laissé de côté, jugé trop théorique ou trop ennuyeux, et elle avait d’ailleurs été ravie, quand le ministère l’avait contacté, qu’on apporte aux runes un intérêt et une reconnaissance nouvelle. Certes, quand on savait qui était à la tête du ministère, on pouvait se poser des questions sur les raisons d’un tel intérêt pour ses recherches, mais toutes ces considérations éthiques passaient bien au dessus de la tête de Katarina, tant qu’elle pouvait continuer son travail. Elle avait donc l’habitude de s’expliquer sur son choix de spécialité et était bien trop souvent entrée dans des discussions très animées pour défendre sa passion – c’était d’ailleurs surement les seules occasions où on pouvait la voir dans cet état. Les questions d’Anne ne lui faisaient donc pas peur.

Cela ne voulait pas dire qu’elle était à l’aise. Il était en effet difficile de discuter quand on savait que la moindre erreur pouvait vous coûter cher. Certes, Katarina ne doutait pas de ses compétences et elle avait eu le poste, cet entretien avec Anne n’était donc qu’une formalité et non un entretien d’embauche. Mais une formalité qui serait déterminante pour la suite : la confiance et l’autonomie qu’on lui accorderait, les tâches qu’elle aurait, les opportunités futures,… Or, Katarina visait haut et voyait loin : son entrée au ministère n’était que la première étape, et autant faire une entrée qui se remarquerait si elle voulait  par la suite évoluer. Et pour cela, il fallait leur montrer ses compétences.

Ainsi, même si elle se sentit soulagée quand Anne tenta de la rassurer, elle n’était pas naïve et comprit très bien le sous-entendu qui se cachait derrière la question rhétorique d’Anne : ses résultats se devaient d’être concluants, et elle allait devoir le prouver. Mais, plutôt que de déstabiliser  la jeune femme, les questions intéressées  de sa nouvelle collègue sur ses recherches lui firent vite reprendre contenance.  Elle les prenait en fait comme une sorte de mise au défi, comme si elle avait quelque chose à prouver, et sa fierté l’obligeait à répondre avec une certaine sûreté.

- Et bien, comme toujours dans la recherche, on avance beaucoup moins vite qu’on ne le voudrait. Mais les résultats sont là. Pour l’instant, j’ai surtout réussi à trouver comment améliorer la puissance des baguettes de manière générale, et petit à petit je trouve de plus en plus de combinaisons plus spécifiques, comme par exemple une rune permettant d’améliorer les sorts de défense.

Elle fit une pause, décroisa et recroisa les jambes pour la cinquième fois depuis le début de l’entretien. Méfiante à tord ou à raison, elle ne saurait le dire, mais elle ne pouvait s’empêcher de penser que la curiosité apparemment sincère de la Langue-de-Plomb pour son travail était en réalité calculée. Et ce n’était pas son expression qui allait lui donner un indice : le visage d’Anne Fraser semblait toujours figé dans ce masque un peu froid, et en tout cas beaucoup trop fermé pour y discerner un quelconque encouragement ou, au contraire, une mise en garde. Cependant, dans ses yeux semblait bien briller la lueur, légère mais bien présente, de la curiosité, qui était si familière à Katarina. En tout cas, la nouvelle Langue-de-Plomb appréciait l’intérêt qu’on lui portait, et, à la fois emportée dans ses explications et encouragée par les questions d’Anne, elle commença à détailler son projet.

- Je suis sure qu’on peut arriver à trouver des associations plus… « personnelles » entre chaque type de baguette et certaines runes, notamment en fonction du bois utilisé pour la baguette, de façon à ce que la rune vienne renforcer une des spécificités de la baguette.

Quand elle parlait de sa passion, Katarina oubliait parfois que tout n’était pas clair pour les non-initiés – un défaut qui avait été fort problématique lors de ses années passées à enseigner, mais sa carrière avait au moins eu le mérite de s’améliorer quelque peu sur ce plan. Elle gardait donc son regard fixé sur Anne ( qui le lui rendait bien )et tentait de guetter la moindre trace d’incompréhension sur les traits de cette dernière – en vain, car celle-ci gardait son expression poliment distante et professionnelle. Elle reprit ses explications pour répondre plus directement à la dernière proposition d’Anne.

- Pour la compatibilité entre la baguette et le sorcier, c’est plus compliqué. Il est tout à fait possible de renforcer ce lien grâce à une rune, et j’ai rencontré de très nombreux cas comme ça au cours de mes explorations, c’est une pratique courantes chez certaines.. « tribus », ou groupes de sorciers. Mais il faut que la rune soit gravée par le propriétaire lui-même pour que cela fasse effet. Elle ne peut pas venir d’une personne extérieure, comme par exemple un fabriquant de baguettes. Mais c’est en tout cas une magie qui peut être très puissante.

Eh bien, Katarina n’aurait jamais pensé, en se préparant à son entretien, qu’elle en viendrait à parler autant. Discuter de son travail avait un côté très personnel, comme si elle se mettait à nu, aussi ne s’étalait-elle que rarement sur le sujet dans la vue de tous les jours. Bien sûr, il en était autrement lorsqu’elle enquêtait sur le terrain ou lorsqu’elle discutait avec des collègues qui partageaient ses centres d’intérêt. Peut-être était-ce tout simplement parce qu’Anne était elle au aussi chercheuse.

Mais elle n’eut pas le temps de se demander plus longtemps si elle avait été trop bavarde que, déjà Anne changeait de sujet. Le ton plus personnel que prit la conversation ne surprit que légèrement Katarina : depuis le début, même si le professionnalisme était au rendez-vous des deux côtés, leur entretien avait la touche un peu décontractée des discussions entre collègues –ce qu’il était, d’ailleurs. Aussi, même si elle ne pouvait s’empêcher de faire preuve d’une certaine retenue, elle ne se montra pas trop réservée dans sa réponse, et n’hésita pas, même à raconter un peu sa vie –mais n’était-ce pas un peu ce qu’elle faisait depuis le début ?

-En effet, nous étions dans la même maison ... , confirma-t-elle. Et bien, j’ai passé un peu plus de 6 ans à Beauxbâtons. Mais j’ai en réalité quitté l’Angleterre bien avant, juste après Poudlard, en fait. Pour étudier les branches de la magie qui m’intéressait, c’était le mieux à faire. A vrai dire, c’est la première fois que je repose les pieds sur le sol anglais depuis cette époque.
Elle eut un léger haussement d’épaules à cette remarque, comme pour montrer que cela n’avait que peu d’importance pour elle –un mensonge complet, au vu du calvaire qu’avaient été ces derniers jours en Angleterre.


FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Doyenne ;; Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Doyenne ;; Langue de Plomb
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 1070



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Re: [Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser) Ven 14 Juil - 21:38



Que de mystères

L’humain ne finit jamais d’apprendre. C’est ce qui en fait une créature aussi passionnante. Pour le meilleur comme pour le pire, l’humain aime apprendre. Evidemment, elle faisait, ici, une généralité. On rencontrait bon nombre de sorciers comme de moldus qui n’auraient pas pu ouvrir un livre même si leur vie en dépendait. De même, ils y avaient ceux qui lisaient et tentaient d’apprendre sans jamais y arriver. L’homme ne naît jamais égal à son prochain en terme de culture. Il y avait bien entendu les capacités mentales, propre à chacun, mais également le bagage culturel familial. Très important, il était souvent déterminant dans la façon dont les goûts et les intérêts de chacun pouvait se former. Anne estimait que Poudlard avait un avantage tout particulier à ce niveau là sur les jeunes sorciers. Contrairement aux moldus, ils étaient, dès l’âge de onze ans, retiré à leur famille pendant plusieurs mois et les compteurs se remettaient à zéro pour tout le monde.

Cette éducation privilégiée qu’ils recevaient ne menait pas tout le monde au même endroit. Il suffisait de prendre des élèves d’une même promotion pour le constater. Du petit groupe d’ami qu’ils formaient, Al était devenu apothicaire, Adrian, mangemort et enfin Tom était passé de joueur de Quidditch professionnel à serveur et malfrat à temps partiel. Kararina, par contre, avait pris le même chemin qu’elle, mais des années plus tard. N’empêche qu’elles étaient toutes les deux chercheuses. En un sens, ça créait des liens puisqu’elles partageaient cette curiosité commune et comme les moldus l’auraient dit, cet amour de la science. Il n’était donc pas étonnant qu’Anne soit intéressée par les recherches de la jeune femme. Si elles avaient travaillé dans le même domaine, évidemment, son nouvelle collègue aurait pu se méfier. Qui sait ? Ce n’est pas parce qu’on travaille aux Mystères que l’on est honnête et qu’on ne peut pas voler l’idée d’un collègue. La chose était déjà arrivé plus d’une fois, mais les deux femmes ne travaillaient pas dans le même domaine. Loin de là. Son intérêt était purement désintéressé ou peut-être pas tout à fais.

- Intéressant. Evidemment, les résultats ne sont pas toujours ceux qu’on attend, mais la magie n’est pas quelque chose d’exact. Il peut toujours y avoir un paramètre hasardeux. Le mental du sorcier y est toujours pour beaucoup dans l’efficacité ou non d’un sort par exemple. Un de mes collègues, je devrais dire de nos collègues, fait des recherches pour voir à quel point cela peut altérer ou non l’efficacité d’un sort. Je vous le présenterai si ça vous intéresse.

La discussion intéressait Anne au plus haut point aussi n’eut-elle aucun scrupule à continuer dans cette direction.

- Puisque vous étudiez les Runes, je ne serais pas votre supérieure directe lorsque vous monterez en grade. Ca sera ma collègue Hélène Stone. Vous la rencontrerez bientôt, j’ose dire qu’elle sera intéressée par vos théories.


En tant qu’initiée, c’est à dire nouvelle venue au département des mystères, Katarina n’appartenait pas une porte en particulier. L’expérience, les divers travaux qu’elle présenterait, ainsi que les missions qu’elle menerait à bien la feraient monter en grade pour devenir confirmée. Ainsi, plus tard, si elle avait de la chance et du talent, peut-être se verrait-elle confier un poste de doyenne.

- Toujours par curiosité, envisagez-vous de vous concentrer sur une magie en particulier ? Par exemple, mettons, la métamorphose. En dehors de ça, avez-vous déjà eu des effets particulièrement négatifs ? J’ai l’impression qu’on oublie toujours d’aborder cette partie de la question.

Anne écouta les réponses de sa collègue et puis la conversation pris un tour plus personnel, Katarina avouant avoir beaucoup vécu en France et fort peu en Angleterre. Sachant que le bureau n’était pas le lieu pour avoir pour avoir des conversations privées, elle ne répondit que très brièvement.

- J’ai rarement été en France. Un très beau pays et un tel passé historique, par contre, il y a les français et ça, ça dissuade, dit-elle en riant. Plus sérieusement, elle ajouta : Londres doit vous paraître bien étranger maintenant. Allons prendre un verre à l’occasion, nous pourrons faire plus ample connaissance et vous reprendre pieds dans la ville.

Elle se leva, estimant qu’elle avait fini et montra le bureau qu’on avait réservé à Katarina.

- Je vous laisse prendre vos marques. Si vous avez besoin de moi n’hésitez pas, vous savez où me trouver.






FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Langue de Plomb
    | Langue de Plomb
    avatar
    Date de naissance du joueur : 23/03/1997
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 21/02/2017
    Parchemins postés : 32



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Katarina D. Wander


MessageSujet: Re: [Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser) Sam 19 Aoû - 23:36

Quand on se lance dans une carrière dans la recherche, on a l’habitude d’être entourée de gens curieux.  Des collègues, des chercheurs étudiant la même discipline, des amateurs, ou de simples personnes intéressées par vos travaux….Autant dire que Katarina était habituée aux questions sur son travail, et c’était même une chose à laquelle elle était préparée : savoir en dire assez sans pour autant tout dévoiler, ne pas trop s’emballer dans ses explications pour ne pas perdre l’autre, … Et puis pas la peine de le cacher : elle aimait ça. Certes, elle considérait ses travaux comme une part très personnelle de sa vie et éprouvait donc toujours une gêne lorsque les questions devenaient trop précises,  mais à part ça elle aimait parler d’elle, de ses exploits dont elle était particulièrement fière, de sa discipline qui, si elle restait encore trop incomprise, intriguait quand même pas mal de personnes et suscitait chez eux un certain respect tellement tout cela leur semblait compliqué. Katarina aimait être une érudite, et surtout, être considérée par les autres comme une érudite.

Les questions d’Anne et sa curiosité non cachée, plutôt que de la mettre mal à l’aise, la flattaient. Mais, plus encore, elle aimait cet intérêt sincère qu’elle percevait dans le ton de sa collègue. Il n’était pas ici question d’admiration, de jalousie ou de méfiance, mais simplement une volonté d’en savoir plus sur un sujet qui avait l’air de vraiment l’intéresser. C’étaient ces discussions que Katarina préférait, et qui lui rappelait pourquoi elle s’était lancée dans la recherche avant tout – parce qu’elle était elle-même animée de cette même curiosité. A vrai dire, sa propre langue la démangeait, et elle avait bien envie de retourner à Anne ses questions, de lui demander sur quoi elle travaillait. Botanique et potion, qu’elle avait dit – des domaines que Katarina ne connaissait que fort peu, elle n’avait pas vraiment eu besoin de s’y intéresser plus que ça depuis Poudlard. Elle n’appréciait pas trop ce rapport inégal, de se dévoiler un peu trop à quelqu’un dont elle ne savait pas grand-chose. Mais ce n’était pas vraiment le moment ; pour l’instant, mieux valait savoir rester à sa place. Elle aurait tout le temps d’en apprendre plus sur sa collègue. Celle-ci lui parlait justement d’un autre chercheur qui étudiait un domaine des plus intéressant et, même si poser des questions la démangeait, elle se retint, après tout Anne le lui présenterait bien assez tôt ; aussi se contente-t-elle de répondre un bref « Ce serait avec plaisir », accompagné d’un sourire poli.

Déjà, Anne en revenait à l’essentiel en lui annonçant le nom de sa véritable supérieure. Le nom d’Hélène Stone ne lui disait rien, et elle se demanda vaguement si elle étudiait elle aussi les Runes, ou simplement un domaine de la magie qui en était proche. Dans tous les cas, il serait intéressant d’en savoir plus, et elle nota mentalement qu’il faudrait se renseigner sur les travaux de cette dernière, si possible avant de la rencontrer histoire de savoir un peu mieux à qui elle aurait à faire. La petite voix de l’ambition dans un coin de sa tête lui ricana qu’elle voulait surtout connaître son âge, mais Katarina la fit taire : elle était loin d’en être là, et elle allait sérieusement devoir apprendre à maîtriser son impatience. Et puis, changement de pays signifiait retour à la case départ, elle n’était à présent qu’une nouvelle qui allait devoir faire ses preuves.

D’ailleurs, c’est comme si Anne lisait dans ses pensées puisqu’elle aborda sans cérémonie les questions délicates. Encore une fois, Katarina apprécia direct avec lequel elle posait ses questions, sans tourner autour du pot, mais avec simplicité et professionnalisme.

- Oh, bien sûr, il y a eu des effets plus ou moins négatifs, répondit-elle, croisant ses mains sur ses genoux. Le plus commun, et ça a été la première difficulté qu’on a du essayer d’éliminer, c’est que cet excès de puissance qu’a la baguette puise énormément dans l’énergie du sorcier, qui s’affaiblit très rapidement. Nous avons réussi à réduire cet effet pour que la consommation d’énergie soit la plus minime possible, mais au début nous avons eu le cas d’une baguette très puissante,  pratiquement invincible, mais qui ne permettait à son sorcier de ne jeter qu’un seul sort, il s’évanouissait juste après.

La conversation dévia ensuite sur un sujet plus léger, mais qui ne mettait pas Katarina plus à l’aise – s’étaler sur sa vie personnel n’était pas un plaisir. Mais décidément, Anne semblait ne pas se départir de son professionnalisme, puisqu’elle écourta la conversation par ce qui semblait être un trait d’humour, accompagné d’une invitation à se revoir. Katarina sourit poliment à sa blague, mais grimaça mentalement en se disant qu’elle ne savait sûrement pas à quel point c’était vrai.  Elle repensait encore à quel point elle trouvait les gens là-bas insupportables - mais, à vrai dire, c’était peut-être plus dû à son caractère  asocial qu’aux Français.

- Ce serait avec plaisir. Je suis heureusement de retrouver l’Angleterre – et les Anglais !

Elle fut elle-même surprise de la sincérité de son propos, mais elle appréciait sincèrement la proposition. Comme l’avait fait remarquer Anne, son retour en Angleterre la plongeait dans un état étrange : elle n’était pas en terre étrangère, mais elle n’était pas (plus ?) chez elle. Cette sorte de nostalgie qui l’habitait semblait la rendre plus sociable. Et puis, elle ne perdait pas le Nord, et nouer des liens avec une collègue, et plus encore une si haut placée, ne pouvait qu’être bénéfique.

Sur ces mots, Anne se leva, comme pour marquer la fin de l’entretien. Katarina se félicita mentalement. Il s’était plutôt bien passé, elle était satisfaite de sa prestation, et discuter avec Anne avait été plutôt agréable. Elle suivit cette dernière qui lui présenta son nouveau bureau. Il ressemblait à tous les autres, à l’exception qu’il était vide de dossiers ou de quelconque décoration, ce qui le rendait encore plus impersonnel. Comme lorsqu’on lui avait remis le badge des Langues de Plombs, elle sentit un sentit de fierté l’envahir à l’idée d’avoir franchit un nouvel échelon. Elle ne repartait pas de zéro, si elle était arrivée jusqu’ici, c’est parce qu’elle avait construit son parcours. Ce n’était là qu’une nouvelle étape dans son ascension qui, elle l’espérait, ne faisait que commençait.
Elle se tourna une nouvelle fois vers Anne, et lui adressa un nouveau sourire poli, quoique peut-être plus sincère et fier que les précédents.

-Je vous remercie. Je viendrai vous voir si besoin.

Tandis que sa collègue, son travail fini, s’éloignait, Katarina prit place dans son fauteuil. Le seul objet qui reposait sur le bureau était le fameux masque des Langues de Plomb qu’elle caressa un moment du bout des doigts, encore dans ses pensées, avant de le porter à son visage, qui ne s’était pas encore départi de son sourire fier.  Elle commença alors à sortir différentes affaires de son sac. Il était temps de se mettre au travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser)

Revenir en haut Aller en bas

[Premier RP] Que de mystères (avec Anne Fraser)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Ministère de la Magie :: Niveau 9, Département des Mystères
-