POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Sam 25 Mar - 14:50

Il y avait une librairie, dans le Londres Sorcier, qu'Alexa avait découvert lors de ses études de Médicomagie. Pas bien grande, pas bien connue, sauf de ceux qui savaient bien ce qu'ils cherchaient, elle était quelque part, coincée entre une boutique quelconque et un animalier. Elle était tenue par un vieil homme un peu sénile, mais très gentil, qui savait trouver tout ce qu'on lui demandait, une fois qu'il avait compris la requête, ce qui prenait du temps. Cette librairie était l'Eldorado de tous les étudiants en Médicomagie. Et, depuis quelques temps, c'était de nouveau celui de la jeune femme. Alexa trouvait toujours ce qu'elle cherchait dans les rayons. Et, en ce moment, elle cherchait surtout des livres pour approfondir ses connaissances en Médecine. Pas qu'elle ne se souvienne plus de ce qu'elle avait apprit, mais elle voulait pousser les choses plus loin. Elle avait fait des études pour une spécialisation en potion, mais maintenant, elle voulait approfondir les autres domaines. Alors elle passait son temps à acheter des manuels, à les dévorer, et à revenir en acheter d'autres ensuite.

Et aujourd'hui, entre deux interventions, elle était venu faire de nouvelles acquisitions. Le vieil homme l'avait accueilli avec un sourire, le visage de la jeune femme commençant à s'imprimer dans son esprit. Il semblait l'apprécier, c'était un bon point, étant donné que la jeune femme avait élu cette librairie comme fournisseuse officielle de sa bibliothèque personnelle. Bref. Alexa était donc en train de parcourir les rayons et, actuellement, elle hésitait fortement entre deux manuels. Elle n'avait pas pris beaucoup d'argent, elle ne pouvait pas se permettre de prendre les deux, mais les sujets différaient complètement : l'un parlait de l'utilisation des sortilèges dans la Médicomagie, l'autre parlait des blessures dû à certaines créatures magiques. Alexa hésitait. Elle ne savait pas quoi prendre.

- Besoin d'aide ? demanda soudainement la voix du vendeur, non loin d'elle.
- Hein ? demanda Alexa, sortant de ses pensées. Euh... pardon, je veux dire... Enfin, c'est juste que je n'arrive pas à me décider, bredouilla la jeune femme en montrant les deux livres.
- Je vois. Pourquoi ne pas prendre les deux ? demanda le vieil homme, l'air très loin de la question qu'il venait de poser.

Alexa sourit devant son air complètement ailleurs.

- Je n'ai pas assez d'argent. Je ne peux en prendre qu'un...
- Si vous voulez, je peux vous garder l'autre jusqu'à la prochaine fois où vous viendrez.

Mais en voilà une idée qu'elle était bonne ! Alexa accepta l'offre, heureuse de pouvoir retrouver le livre la prochaine fois, puis passa en caisse, paya, enfourna son livre dans son sac et s'en alla. Elle avait finalement opté pour les sortilèges en premier. On verrait plus tard pour les créatures magiques.

Une fois hors de la librairie, qui, même si elle avait beaucoup d'avantages, sentait un odeur de poussière affreuse, la jeune femme prit une profonde inspiration puis se mit à marcher, l'air le plus naturel du monde. Elle tourna à la première ruelle sombre qu'elle croisa et, en quelques tours de baguette, ressortie métamorphosée. Si elle ne se déguisait pas devant le vendeur, qui, de toute façon, peinait à se souvenir de son visage, elle préférait ne pas prendre de risques dans les rues. Alors, cette fois, elle s'était fait blondes, conservant tout de même ses dreads, qu'elle n'avait pas le coeur à défaire, avait enfilé une paire de lunettes d'un bleu électrique, et avait transformé ses vêtements en quelques choses de plus... frais que ce qu'elle portait d'habitude. Adieu le noir, bonjour le bleu, le beige, et autres couleurs pâles. Eh bien, oui, le meilleur moyen de passer inaperçu, c'est d'agir comme si on voulait être remarqué.

Le Londres Magique, Alexa ne connaissait pas très bien. Elle lui préférait le Londres Moldu, qui restait un lien entre la jeune femme et ses origines. Mais c'était dans le monde magique qu'elle trouvait ce dont elle avait besoin. Alors elle alternait. Le Londres Moldus, elle y allait quand elle voulait oublier. Oublier tout ce qui se passait autour d'elle, tout ce qu'elle avait vécu et qu'elle vivrait encore...

Alexa secoua vivement la tête. Non ! Ne pas se laisser abattre, ne pas penser à ça. Surtout, ne pas penser à ça. La journée avait relativement bien commencé, elle n'avait pas eu l'esprit torturé par des pensées noires comme d'habitude. Enfin, pas autant que d'habitude. Un peu quand même. Mais Alexa ne pouvait tout simplement pas mettre son cerveau sur off, alors le fait que ses pensées se soient concentrées, la plupart du temps, sur autre chose que sa famille, c'était un bon point. De plus, elle avait eu une nuit un peu plus longue que d'habitude, aujourd'hui. Pas de cauchemars. Pour une fois, ça faisait du bien. Vraiment du bien. Ça lui permettait de souffler un peu. Alors, pour le moment, si elle pouvait éviter de penser davantage aux choses qui pourraient lui gâcher la journée, ce serait parfait.

Jetant un petit coup d'oeil à sa montre, vestige de sa vie d'avant, la jeune femme constata qu'elle avait encore beaucoup de temps devant elle avant de devoir rentrer au QG. Elle pouvait peut-être tenter d'aller faire un tour chez un apothicaire du Chemin de Traverse... Elle n'avait pas beaucoup d'argent, mais elle en avait peut-être assez pour quelques ingrédients assez difficiles à trouver - et que Rogue ne cultivait pas. Un coup d'oeil, ça ne coûtait pas grand chose. Et puis, Alexa avait toujours aimé fureter à la recherche d'ingrédients - même si l'odeur n'était jamais très agréable, dans ce genre de boutique. Prenant sa décision, la jeune femme rajusta son sac sur son épaule puis prit la direction de l'apothicaire le plus proche. Elle ne s'attarderait pas, de toute façon. Elle ferait vite, puis elle rentrerait au QG.

L'allée du Chemin de Traverse, comme à chaque fois, était bondée de monde. Soupirant, la jeune femme pénétra dans cette masse humaine puis tenta de se frayer un chemin jusqu'à la boutique qu'elle visait, quelques mètres plus loin. Soudain, alors qu'elle atteignait presque la porte, son regard se posa sur quelque chose qui lui fit perdre un peu de sa tranquillité. Deux agents de la police magique semblaient patrouiller dans la rue. Ils regardaient tout autour d'eux, la main prête à dégainer leur baguette. Alexa se rappela immédiatement qu'un rassemblement Merliniste était prévu aujourd'hui sur l'allée principale du Chemin de Traverse. Pour sur, cette équipe n'était pas la seule. Une autre devait être dans les parages, au cas où tout cela prendrait tro d'ampleur. Oh, Alexa n'avait rien à craindre dans l'immédiat, mais voir des policiers, savoir qu'elle n'avait pas de papiers valables... Non, elle le sentait mal. Elle avisa la boutique de l'apothicaire, regarda sa montre. Bien, tant pis, elle sauterait cette étape. Direction le QG. Maintenant. Elle n'avait pas envie d'avoir à faire avec la police. Pas aujourd'hui. Elle préférait éviter les problèmes aujourd'hui.

Tandis qu'elle faisait demi-tour, la foule se fit soudain plus compacte autour d'elle, et Alexa sentit quelqu'un la bousculer violemment. Irritée, la jeune femme se retourna, prête à sermonner la personne. Mais ce qu'elle vit lui coupa l'envie de le faire. L'homme qui venait de la bousculer était bien plus jeune qu'elle. Il devait avoir 17, peut-être 18 ans. Pas plus. Il n'avait pas une allure particulière, rien de remarquable, rien d'étonnant.

Mais Alexa aurait pu remarquer un fuyard les yeux bandés, maintenant.

Et lui, s'en était un. Il fuyait les deux flics qui arrivaient. Pas de manière désordonnée, mais de façon à ne pas se faire remarquer. Comme Alexa. Seulement, ses yeux le trahissaient. Ils s'agitaient dans tous les sens, à la recherche d'un plan de fuite.

Le contact entre le jeune homme et Alexa ne dura que quelques secondes. Rapidement, le fuyard reprit sa route, se mêlant à la foule. La jeune femme le regarda faire quelques instants. Elle l'observa attentivement, tandis qu'il s'éloignait. Puis, alors qu'il tournait dans une ruelle, la jeune femme se mit à le suivre. Pourquoi ? Parce qu'il fuyait. Et que s'il fuyait la police, il était peut-être de son côté. Et que l'Ordre avait besoin de combattants. Et puis... aussi un peu parce qu'il lui faisait penser à elle. Et qu'il était encore tellement jeune... Comment l'aborderait-elle ? Aucune idée. Qu'est-ce qu'elle allait lui dire ? Elle n'en savait rien. Mais elle devait savoir, au moins. Elle aviserait après.

Lorsqu'elle traversa la ruelle, le jeune homme tournant à peine au coin, Alexa changea une fois de plus d'apparence. Des vêtements bien plus discrets. Une cape noire, des vêtements un peu plus foncés. Juste de quoi ne pas avoir l'air trop décalé. Puis, en ressortant, elle prit la même direction que celui qu'elle suivait. Elle se tenait à une distance raisonnable, assez pour ne pas avoir l'air de le suivre, mais également pour ne pas le perdre de vue.

Rapidement, ils se dirigèrent vers les habitations, qui formaient la seconde partie du Londres Sorcier. Alexa grimaça. Les rues se faisaient moins bondées, et, bientôt, elles se feraient même désertes. La confrontation allait arriver. La jeune femme espérait juste que le fuyard lui laisserait l'occasion de placer quelques mots. Juste de quoi l'empêcher de la buter, ou de quoi avoir le temps de fuir.

Ou juste de quoi avoir le temps de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Contrôleur du Magicobus
    | Contrôleur du Magicobus
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 18/03/2017
    Parchemins postés : 52



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    John L. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Lun 27 Mar - 17:47



On est plus forts à deux

Feat Alexa C. Turman & John L. Turman



La porte claqua derrière lui. Les rideaux de la chambre étaient toujours tirés, ne laissant qu'un filet de lumière pénétrer dans la pièce. Le parquet craqae sous les pas du jeune homme, qui se dirigeait vers la petite salle de bain, seule autre pièce mise à leur disposition dans cet hôtel. Il se passa de l’eau sur le visage, et rinça rapidement ses cheveux dégoulinants de sueur dans le lavabo. Face au petit miroir, il examina distraitement ses lourdes cernes, avant de retirer son t-shirt poisseux et de le jeter dans une corbeille. Courir lui fait du bien. Quand les rues sont encore vides et que le jour se lève à peine. Il expulsait toute cette énergie négative qu’il emmagasinait au fil des jours. C’est dans ces instants où il pouvait se retrouver seul avec lui-même, avant de retourner à la dure réalité.

Il revenait silencieusement dans la chambre, prenant garde à ne pas réveiller le jeune garçon étendu sur l’un des deux petit lits. Il se dirigea vers le sien, récupérant en dessous un bac rempli de fioles plus ou moins vides. Le jeune homme en prit quelques unes, en lu les étiquettes inscrites et les repositionna. Avec Noah, le jeune garçon, ils ont mis à jour leur plan la veille. La dernière fois, il avait échoué. Mais en étant mieux préparés, ils pourraient s’en sortir. Seulement, la création de Polynectar était longue et compliquée, aussi fallait-il être patient. Prêt à repartir chercher ce qu’il leur fallait, car ils n’avaient certainement pas assez d’argent pour s’acheter des potions toutes prêtes, le jeune homme enfila un pull par dessus son torse suant, attrapa sa baguette et sa cape de sorcier pour retourner vers la porte.

    ▬ Tu repars déjà ? Fit une voix dans son dos. John, tu viens juste de rentrer, et t'as à peine dormi cette nuit.
    ▬ Il nous manque des ingrédients, j'en aurais pas pour longtemps.


John se retourna. Noah était assis sur son lit, parfaitement éveillé. Il ne devait même pas dormir quand John était rentré de son footing matinal. Ce jeune garçon de dix-huit ans à peine était bien plus vigoureux et acharné qu’il n’y paraissait. Quand on le voyait, une grande gigue maladroite aux épais cheveux blonds indomptables, on le prenait facilement pour un gamin ridicule et inoffensif. Mais Noah avait de la suite dans les idées et plus d’un tour dans son sac.

    ▬ Laisse moi y aller cette fois.
    ▬ Hors de question, je n’en aurais pas pour longtemps.
    ▬ John, tu es épuisé ! Je ne sors jamais d’ici, moi aussi j’ai besoin de prendre l’air. Il fait une pause, scrutant le regard fuyant de son ami. Je n’en aurais pas pour longtemps, je serais prudent.


Travaillant régulièrement de nuit et même parfois plusieurs jours de suite dans le Magicobus, John n’avait en effet pas vraiment le temps de se reposer, si l’on y ajoute ses difficultés à dormir. Il pensait régulièrement à sa sœur Alexa, et à tout le travail qu’il avait fait pour essayer de la retrouver, en vain. Il n’entendait jamais son prénom, personne ne semblait la connaître et ne la voyait jamais nulle part. C’était comme si elle avait disparu de la surface de la terre. Peut être s’était-elle réfugiée loin, très loin d’ici. Qu’il ne la reverrait jamais, et qu’il devrait se faire une raison un jour ou l’autre. Mais en attendant, il savait qu’une résistance s’était mise en place, et même si Alexa n’en faisait peut être pas partie, il devait trouver un moyen de communiquer avec eux. Il voulait s’infiltrer au Ministère, et y trouverait certainement des documents sur cette résistance, dans des bureaux Mangemorts. Son avantage était de bien connaître de le terrain, ayant été Auror dans le passé. Mais pour l’heure, Noah avait peut être raison. Tout ce qu’il avait besoin, c’était d’une douche et d’un peu de sommeil. Il réfléchirait plus tard.

    ▬ Si tu n’es pas revenu dans vingt minutes, je viens te chercher.
    ▬ J’en profite pour te ramener la gazette.


John hocha la tête pour donner son accord, et il n’en faut pas plus à Noah pour attraper sa propre cape, enfiler son capuchon et sortir de la chambre d’hôtel. John s’en rendait bien compte, il surprotégeait le jeune garçon. Depuis qu’ils s’étaient échappés des griffes des rafleurs, qu’ils avaient perdu Riley et qu’ils cavalaient en permanence, John se sentait responsable de Noah, comme un grand frère. Et même si leur relation ne serait jamais égale à celle qu’il avait avec Alexa, il avait la sensation d’avoir ne serait-ce qu’un peu retrouvé une famille.

Au bout de quelques minutes à fixer la porte d’un air pensif, John se hâta de rejoindre la douche pour laisser l’eau chaude couler sur lui, ce qu’il attendait depuis plusieurs heures déjà. Il rejoignit rapidement son lit, allongé et regardant d’un air las le plafond, à attendre Noah ou de savoir s’il doit partir à sa recherche. Mais à peine eut-il baillé une fois qu’il s’endormit.

Cela ne faisait qu’une heure qu’il s’était assoupi, mais c’était déjà bien trop long. Noah était parti depuis trop longtemps, et John n’entendit aucun signe de sa présence dans la chambre, il n’y avait même aucune trace des ingrédients qu’il aurait pu ramener. Encore légèrement dans les vapes, mais aussi angoissé pour son ami, John ne perdit pas un instant pour attraper ses affaires et quitter la chambre en quatrième vitesse.

La rue de leur hôtel était presque déserte. Ils avaient préféré prendre une chambre dans un quartier peu fréquenté plutôt que d’aller se loger au Chaudron Baveur. La capuche de sa cape dissimulant une partie de son visage, John se hâta pour retracer le chemin vers leur Apothicaire. En temps normal, il ne fallait qu’une quinzaine de minute allez-retour pour faire le trajet et quelques achats. John craignait que Noah ne se soit fait prendre par un groupe de Mangemorts ou par des gars du Ministère qui d’une quelconque façon l’auraient reconnu. Il tourna à l’angle et entendit des voix, dont une qui ne pouvait être que celle de Noah.

    ▬ Qui êtes-vous ? Que voulez vous ?


Il les découvre. Noah, baguette tendue avec son air bravache et bien trop téméraire, fait face à une silhouette féminine, tournant le dos à John. Il voit que Noah l’a vu, et d’un simple regard se mettent d’accord. Silencieusement, John tire sa baguette de sa poche et s’approche doucement de la femme. Il dresse sa baguette, et d’un geste rapide et précis, la place dans le dos de l’inconnue à la manière d’un pistolet pour simple menace.

    ▬ Déclinez votre identité et vos intentions.


Ils étaient deux contre un, si la femme était intelligente, elle se montrerait docile. Il fallait simplement espérer qu’elle n’était pas hostile, sans quoi ils se devraient d’éliminer tout danger potentiel. En général, un petit coup d’Oubliette suffisait.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Mer 29 Mar - 21:31

Alexa n'avait pas une allure menaçante. Pas du tout. C'était même plutôt le contraire. Elle avait un visage amical et, même si elle ne souriait plus autant qu'avant, elle savait mettre les gens en confiance. Etre médecin obligeait à développer quelques particularités, et cette capacité à inspirer la confiance était quelque chose qui, généralement, aidait dans bien d'autres cas. Alexa avait eu tout le loisir d'en faire l'expérience depuis qu'elle avait commencé à exercer son métier. Surtout avec les enfants ou les gens très émotifs. Un sourire, une parole douce, et la situation se détendait en un claquement de doigt. C'était presque plus magique que tous les sorts qu'aurait pu lancer la jeune femme. Et c'était un peu sur ça qu'avait compté la jeune femme en se mettant à suivre ce garçon. Pas qu'elle espérait qu'il se calmerait instantanément en la voyant - elle l'avait quand même suivit depuis pas mal de temps et il y avait toutes les raisons de croire qu'elle était une fille louche - mais elle avait un peu compté dessus. Elle avait rapidement réfléchit à ce qu'elle lui dirait en premier lorsque la confrontation arriverait, et, maintenant, c'était le moment de faire face à ce jeune homme et de comprendre. Ce dernier venait juste de tourner au coin d'une ruelle et, en tournant à sa suite, la Médicomage s'était retrouvé face à lui. Alexa était une curieuse dans l'âme, et il était reconnu que la curiosité était un vilain défaut. Mais, pour la jeune femme, c'était un défaut qu'il fallait savoir exploiter. Et c'était maintenant ou jamais l'occasion d'appliquer cela.

S'arrêtant à une distance raisonnable, Alexa resta sans bouger, dans une attitude invitant à baisser sa garde. Son bras gauche le long du corps, sa main droite serrée sur l'anse de son sac. Sa cape cachait ses mouvements, aussi la jeune femme la dégagea-t-elle quelque peu, pour qu'il n'y ait pas de quiproquo si elle venait à bouger. Elle voulait juste poser quelques questions et aider ce jeune homme si les réponses convenaient à ses attentes. Rien de plus. Elle espérait juste qu'il ne la forcerait pas à en venir à des extrémités qu'elle ne voulait pas atteindre.

- Bonjour, dit doucement Alexa. Désolée de t'avoir suivi comme ça.

Le jeune homme la regarda, puis sortit sa baguette et la pointa sur elle, avec une attitude bravache qui fit presque sourire la jeune femme. Elle pouvait comprendre cette attitude. Bien sûr, ce garçon n'allait pas lui faire confiance comme ça. Elle-même aurait réagit de la même façon, voir plus vivement et brutalement encore. En fait, Alexa n'aurait même pas laissé le temps à la personne de parler. Elle aurait transplané ou attaqué directement. L'autre aurait volé à l'autre bout de l'allée et, soit elle aurait cherché à savoir ce qu'il lui voulait, soit elle serait partie sans demander son reste. Dans tous les cas, elle n'aurait pas été aussi patiente ni aussi calme que ce jeune homme. C'était à la fois un bon point - car cela lui évitait d'avoir à se défendre et à riposter - mais, d'un autre côté, le voir attendre, sans rien faire, sans rien dire, c'était un peu déconcertant. Il était en fuite, cela se voyait toujours sur son visage. Alors pourquoi n'attaquait-il pas immédiatement ? On ne pouvait pas laisser la place au doute quand on était traqué. Même si, parfois, agir ne changeait rien, pensa la jeune femme, l'image de son père et de sa mère s'imposant à son esprit.

Gardant les bras le long du corps, sa main droite se rapprochant de sa baguette, dans sa poche, la jeune femme fit un pas en avant, risquant un peu de sa sécurité déjà fragilisée.

- Tu devrais baisser ta baguette, déclara doucement Alexa. Je ne compte pas t'attaquer. Je t'ai suivi pour...
- Qui êtes-vous ? coupa soudain le jeune homme, avec une voix bien plus mature que ce à quoi s'attendait la jeune femme. Que voulez-vous ?

Alexa fronça les sourcils, un tantinet irrité. Bon, c'était justifié, ce genre de questions, mais Alexa aurait aimé finir de parler. Se faire couper la parole, c'était jamais agréable. Mais, pire que ça, c'était de se faire couper la parole par un gars méfiant alors que vous, vous saviez pertinemment que vous n'alliez rien lui faire. Comment faire comprendre, par les temps qui courraient, que la jeune femme voulait juste aider ce garçon ? S'il ne la laissait pas en placer une, cela n'allait pas être simple. Au final, soit elle aurait juste droit à un duel, qu'elle gagnerait sûrement, le jeune homme n'ayant sûrement pas l'expérience qu'elle pouvait avoir, soit elle finirait, grâce à elle ne savait quel miracle, à se faire entendre. Une façon de se faire écouter aurait été d'user de la force... Mais Alexa n'avait pas envie d'en arriver là. Après tout, elle n'était pas là dans le but de combattre, bien au contraire.

Soudain, alors qu'Alexa allait reprendre la parole, le regard du jeune homme se porta par-dessus son épaule. La jeune femme comprit alors qu'ils n'étaient plus seuls. Chose peu rassurante, la personne qui venait d'arriver semblait être du côté de celui qui lui faisait face. La main de la jeune femme se referma sur sa baguette en quelques secondes, le temps que le regard du jeune homme revienne sur elle. Et alors, l'adrénaline déferla. Alexa le savait, elle allait avoir du mal à éviter un combat. Ils étaient deux, elle était seule... Son esprit se mit à analyser la situation. Ses yeux se posèrent partout dans la ruelle, les plans d'action surgissant à la chaîne dans son esprit. La pointe de la baguette de l'autre sorcier se posa dans son dos, entre ses omoplates. Alexa se tendit. Son cerveau fonctionna encore plus vite. Tellement qu'elle n'entendit même pas les quelques mots que lui dit l'homme qui se trouvait derrière elle. Elle était, de toute façon, concentrée sur autre chose. A nouveau cachée par sa cape, la jeune femme plongea sa main gauche dans sa poche. Comme pour tous ses vêtements, cette dernière était agrandie magiquement. Mais, là, il n'y avait presque rien. Une plume, un encrier, et, le plus important, trois fioles. Alexa les avait préparées quelques jours plus tôt. Elle ne pensait pas s'en servir si tôt.

Bon. Fiole, baguette. Est-ce qu'elle était folle ? Oui, totalement. Est-ce qu'elle regrettait ce qu'elle allait faire ? Non. Est-ce que c'était totalement barré ? Ah ouai, carrément. Bon... Ready ? Go !

D'un seul mouvement, rapide comme l'éclair, aidée par son expérience lors de la bataille de Poudlard et par toutes les missions qu'elle avait accomplit jusqu'ici, la jeune femme recula d'u pas, bousculant la personne qu'il y avait derrière elle, puis elle se décala sur le côté, se retrouvant de profil entre les deux hommes - car oui, le nouvel arrivant été bien un homme, au vue de sa carrure, que sa cape ne cachait pas. Dans sa main gauche, vers l'inconnu, la fiole, qui brillait d'un vert fluorescent. Dans sa main droite, sa baguette, pointée vers le garçon. Bon, elle devait avoir l'air un tantinet prétentieuse, à faire croire qu'elle pouvait gérer les deux en même temps. En réalité, elle ne pouvait pas. S'ils décidaient d'attaquer, elle serait bien embêtée. Mais Alexa allait tenter de la jouer autrement. Le bluff, parfois, c'était pas mal.

Sans laisser le temps aux deux autres de réagir, la jeune Médicomage ouvrit la bouche et dit ce qu'elle avait à dire à toute vitesse, des fois qu'on l'interrompe en plein milieu.

- Bon, vous allez écouter, parce que j'ai pas envie de ma répéter. On baisse les baguettes, s'il vous plaît, je suis pas venue là pour ça. Sérieusement, si j'avais voulu faire un truc, j'aurais déjà agis, alors j'aimerais autant ne pas avoir de menace qui s'agite juste sous mon nez, c'est gênant, vous voyez ? Et, au cas où vous voudriez continuer à ne pas m'écouter, je vous préviens que je sais très bien me servir de ma baguette, et que cette fiole contient une potion explosive préparée par mes soins, et je pense pas que vous voulez connaître sa puissance dans l'immédiat. Donc, on se détend, je suis... je... je s...

La voix d'Alexa mourut dans sa gorge. Sa détermination disparut. Elle oublia le garçon qu'elle avait suivi. Qu'est-ce qu'elle faisait à l'instant ? Elle ne se souvenait plus. Où est-ce qu'elle était ? Aucune idée. Mais ce n'était plus le monde réel. Ce n'était plus le monde qu'elle connaissait. Si elle avait été croyante, elle aurait dit qu'elle était au paradis. C'était ce qui se rapprochait le plus de la sensation de ce qu'elle ressentait en ce moment. Elle était en train de rêver. En fait, tout ça était faux, c'était ça, hein ? Tout ce qu'elle venait de vivre, c'était encore un de ses rêves, n'est-ce pas ? Ça ne pouvait pas être vrai... Elle en avait rêvé tant de fois, ce n'était pas possible que cela devienne réel. Ce n'était pas possible... Ce n'était pas possible... Est-ce qu'elle aurait pu recevoir un sortilège sans s'en rendre compte ? Est-ce que tout cela pouvait être le fruit d'une hallucination ? Ce n'était pas possible... Ça avait l'air tellement réel... Ce n'était pas possible... Ce n'était... Ce...

Une larme roula doucement sur la joue d'Alexa. La perle salée brilla, puis disparut dans le cou de la jeune femme, aussi immobile qu'une statue. Une autre larme vint la remplacer. Puis une autre. Deux autres. Trois. Quatre. Huit. Puis un flot ininterrompu. La douleur arriva aussi. La poitrine d'Alexa se serra, son coeur emprisonné dans un étau de métal. Sa gorge sembla se bloquer, empêchant l'air d'entrer. Ses jambes, ses mains et ses épaules se mirent à trembler. Une drôle de sensation s'agitait en elle. C'était froid, ça faisait mal. Mais, en même temps, c'était tellement réel... Tellement que ça en venait à faire du bien. Une centaine de sentiments contradictoires explosaient à l'intérieur d'Alexa. La stupeur, la peur, la panique, la joie, la tristesse, la colère, l'euphorie, le soulagement. Et un tas d'autres. Tout un tas d'autres. Tellement que cela la clouait sur place. Elle ne parvenait plus à bouger. Et même si elle l'avait pu, Alexa n'était pas sûre qu'elle aurait fait le moindre mouvement. Pas plus qu'elle n'aurait dit quoi que ce soit. Parce qu'elle ne pouvait tout simplement pas y croire. C'était impossible. Ces suppliques ne pouvaient pas avoir été entendues. Les miracles n'existaient pas. Pas cela. Ça ne pouvait pas être aussi simple. C'était impossible... C'était...

C'était son frère.

Là, debout devant elle. C'était son frère. La capuche, la cape, tout cela ne comptait pas. Alexa voyait assez, Alexa connaissait suffisamment. Elle l'avait tellement regardé, elle avait passé tellement de temps avec lui, elle avait tellement vécu avec lui... Sa cape... Sa capuche... Elle ne les voyait même pas. Elle ne voyait que lui. Elle ne voyait que son visage, à moitié caché. Elle ne voyait que sa façon de se tenir. Elle ne voyait que ce qu'elle connaissait par coeur. Alexa ne voyait que son frère. Rien d'autre. Plus rien d'autre n'avait d'importance. Juste lui. Juste son frère. Juste son jumeau, là, en face d'elle. A moins d'un mètre. Vivant. En pleine forme. Debout, vif, l'esprit alerte. Son frère, entier. Vivant. Vivant. Vivant...

John.

Un électrochoc parcourut soudain le corps d'Alexa. Ses membres retrouvèrent soudain leur mobilité et le déluge de sentiment interne prit brusquement le dessus. Les larmes se mirent à couler plus brutalement. Un sanglot s'échappa des lèvres de la jeune femme, qui porta immédiatement ses mains à sa bouche. Elle ne s'en rendit pas compte, mais les sortilèges de métamorphose avaient cessé de faire effet. Elle était de nouveau elle-même. Elle était de nouveau elle, et son frère... son... Un nouveau sanglot secoua violemment la jeune femme, qui recula de quelques pas, pliée en deux. Elle ne lâchait pourtant pas des yeux son frère. Il était là, à quelques mètres d'elle.

Et, bon sang, elle avait tellement peur.

Peur que tout cela ne soit qu'un rêve. Peur de cligner des yeux et de se réveiller dans sa chambre, au QG. Peur de détourner le regard et de se rendre compte que l'homme qui lui faisait face n'était pas celui qu'elle pensait. Peur, peur de croire en ce qui se passait. Peur de croire et de tout perdre à nouveau. Elle ne voulait pas subir cette perte deux fois. Elle ne pouvait pas. Elle avait tellement peur de ça. S'il n'y avait pas eu ce sentiment, elle se serait précipité sur John. Mais là... Non, c'était plus fort qu'elle. Ses sanglots redoublèrent d'intensité. Elle voyait flou, maintenant.

- C'est pas possible..., sanglota soudainement la jeune femme. C'est pas... Tu...

Un sanglot l'empêcha de continuer. Perdu, effrayée, Alexa se laissa glisser le long du mur qu'elle avait dans le dos. La fiole roula à terre dans un tintement de verre. Sa baguette rencontra le sol avec un bruit mate.

Mais plus rien n'avait d'importance.

Son frère était en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Contrôleur du Magicobus
    | Contrôleur du Magicobus
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 18/03/2017
    Parchemins postés : 52



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    John L. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Ven 31 Mar - 18:23



Depuis qu’ils s’étaient enfuis, John et Noah avaient toujours œuvré ensemble. Ils avaient appris à se méfier de tout inconnu au comportement louche, en devenant presque paranoïaques. Il faut dire qu’à être enfermés dans une cave durant des mois sans voir la lumière du jour et sans un repas et une hygiène descente, il y avait de quoi devenir fou. Certains soirs, John devait même réveiller Noah de force, qui se mettait à trembler et suer dans son sommeil. Parfois même, aucun d’eux ne dormait, bien trop angoissés pour pouvoir fermer l’œil. Aujourd’hui, après de longs mois de cavale, ils avaient pu reprendre du poil de la bête. Ils avaient repris du poids, de l’énergie et de la force. Il fallait dire qu’il y a quelques temps, ils étaient méconnaissables. John se disait souvent que si Alexa le voyait comme ça, elle aurait prit peur tant il n’avait plus que la peau sur les os. Il ne voulait pas qu’elle le voit ainsi, aussi affaibli. C’est pourquoi il redoublait d’effort pour redevenir celui qu’il était, vaillant et l’esprit vif. Désormais, l’on pouvait dire que le résultat était notable, bien qu’il ne soit plus aussi insouciant que jadis. Si tel avait été le cas, il n’aurait pas été cherché Noah dans cette rue aujourd’hui, il se serait dit que son retard était justifié par une halte dans une boutique ou une rencontre avec un ami. Mais il fallait croire qu’après tout ce qu’ils avaient vécu, ils ne pourraient plus être entièrement les mêmes.

La femme à qui ils avaient affaire n’avait pas l’air d’être stupide. Elle restait calme, malgré la baguette que John pointait dans son dos. Cela dit, elle devait bien avoir un plan, John n’était pas dupe. Il appuya un peu plus sa baguette contre elle, pour l’inciter à lui répondre. Au moindre mouvement, il s’apprêtait à lui jeter un sort, et il savait que Noah ferait de même. Mais avant qu’il n’ai pu lui demander une nouvelle fois son intention, la femme se dressa entre eux d’un seul geste, pointant sa baguette vers Noah et une fiole tendue vers John, qui semblait remplie d’une potion. Son mouvement fit basculer John en arrière, qui par la surprise manqua de s’étaler sur le sol, mais parvint à garder son équilibre. Il se repositionna aussitôt, Noah n’ayant lui-même pas bougé d’un pouce, bien que son expression soit différente, plus angoissée.

John serra les dents. Elle essayait de les effrayer, mais elle ne pourrait pas s’en sortir indemne si elle lançait le combat. Elle aurait peut être l’un d’entre eux, mais l’autre la toucherai aussitôt. Mais elle était maline et visiblement rapide, John savait qu’il allait devoir redoubler de méfiance. Il plissa les yeux pour scruter son visage. Une blonde avec de longs dreadlocks. Ses vêtements sombres dissimulaient ses courbes et son visage, il peinait à voir son expression derrière ses lunettes. Il détourna les yeux vers Noah, qui visiblement attendait un ordre de sa part pour agir, mais John n’eut le temps de rien, la jeune femme s’adressait déjà à eux d’un ton autoritaire.

Ton autoritaire qui se dissipa en murmures et restèrent au fond de sa gorge. Fronçant les sourcils, John ne savait pas comment agir. D’après elle, elle n’était pas hostile, mais n’hésiterai pas à se servir de sa baguette. Seulement là, d’un seul coup, elle ne semblait plus menaçante. Noah ne bougea pas, bien qu’interloqué, et garda sa propre baguette dirigée vers elle. John lui, l’avait légèrement abaissée, la bouche entrouverte et perturbé. La jeune femme avait tourné la tête vers lui et le dévisageait comme s’il était sorti de nulle part et qu’elle ne l’avait pas encore vraiment vu. Quand il vit la première larme couler le long de ses joues, son bras s’abaissa aussitôt et ses yeux écarquillés l’observèrent. Il n’osait rien dire, il ne comprenait pas ce qu’il se passait soudainement. Mais cette larme, il voulait l’enlever du bout du doigt, empêcher les suivantes de couler, dire à cette femme qu’elle n’avait pas besoin de pleurer. Mais il ne bougea pas, et sentait seulement sa propre gorge se serrer, sans qu’il ne comprit pourquoi. Alors que ses larmes déferlaient sur ses joues, et que son corps fut prit de petits soubresauts, John sentit sa propre vision se troubler. Sa main s’ouvrit machinalement pour lâcher sa baguette, qui percuta le sol sans qu’il n’y prête attention. Ses jambes lui dictaient de s’approcher d’elle, mais il n’arrivait pas à bouger, il ne comprenait pas pourquoi il voulait la rassurer, n’était-elle pas juste une inconnue ?

Peut être bien que non. Cette voix. Il était resté concentré sur Noah et sur la marche à suivre. Mais il connaissait cette voix. Un air autoritaire mais qui ne pouvait effacer une certaine douceur. Une fermeté qui cache ses émotions, émotions qu’elle n’avait pas pu garder en elle cette fois. Peut être qu’il n’avait pas voulu le reconnaître, qu’il avait attendu tellement longtemps qu’il n’avait plus d’espoir. Peut être qu’il se l’imaginait, comme il l’avait déjà fait tant de fois. Mais il l’avait reconnue avant même que son sortilège de métamorphose ne cesse de faire effet. Elle avait toujours été douée pour ce genre de chose, mais John l’avait à chaque fois percée à jour. Il fallait dire qu’il la connaissait presque mieux qu’il ne se connaissait lui même. Il comprenait ce qu’elle ressentait et sans avoir à lui parler, elle savait lui dire les choses.

Elle était submergée par les émotions, et il dû lutter pour ne pas lui-même se laisser avoir par les larmes. Il avait toujours voulu être le plus fort des deux, pour pouvoir la protéger. Il avait faillit à son devoir envers elle une fois, et ne laisserai jamais cela se reproduire. Alors qu’elle était secouée par les larmes, pliée en deux pour contenir toute cette douleur, cette peur et ce désarroi qu’il pouvait voir en elle, il abaissa lentement sa capuche, découvrant totalement son visage. Il était sensiblement le même qu’autrefois, peut être avec un regard plus dur et perçant qu’avant. Il avait beau être un ancien Auror, il n’avait pas encore vu la mort à cette époque là. Il ne l’avait pas tant espéré non plus, mais désormais il était encore plus prêt à se battre. Et maintenant qu’il l’avait retrouvée, il allait aller jusqu’au bout.

    ▬ Alexa, fit-il dans un souffle, qui se coinça dans sa gorge.


Elle avait déjà lâché sa baguette et reculé, accroupie contre le mur. Sa sœur était enfin là devant lui, désespérée de pouvoir enfin le voir, et il n’arrivait pas à bouger. Il voulait la prendre dans ses bras, la laisser verser ses larmes sur son épaule et ne plus jamais la lâcher. Ses jambes tremblèrent. Il parvint à les bouger, non sans mal, et à s’approcher lentement de sa sœur. Il ne voulait pas l’effrayer, de quelque manière que ce soit. Si lui avait eu peur de ne jamais la revoir, elle avait dû encore plus craindre pour sa vie. Heureusement, elle n’avait pas dû être seule. Il y avait leur mère, et John avait hâte de pouvoir enfin la revoir, reprendre sa vie avec les seules femmes qui comptaient vraiment pour lui.

Il se pencha doucement vers sa sœur, l’attirant timidement vers lui. Ces gestes étaient naturels avant, et il avait peur que ce ne soit plus le cas. Il avait pensé, en la revoyant, qu’elle se serait jetée dans ses bras. Mais la réalité était plus dure et plus violente. Il ne vivait pas dans un rêve. Ils avaient tous les deux vécu l’horreur, et ne pensaient pas un jour pouvoir retrouver une once de bonheur. Mais à présent, il trouverait son bonheur en elle. Sa sœur, la seule et l’unique.

    ▬ Je suis là maintenant. Il du faire une pause, pour ne pas lui même s’effondrer. On ne sera plus jamais séparés.


Il la serra contre lui, enfin. Son corps relâcha à son tour toutes les tensions qu’il gardait en lui. Silencieusement, des larmes perlèrent sur ses propres joues. Il ferma les yeux, souffla pour essayer de garder son calme. Son nez s’enfouit dans les longs cheveux de sa sœur. Elle avait toujours le même parfum, doux et rassurant. Il avait toujours essayé de faire bonne face, même dans les pires moments. Mais cette fois, c’en était trop. Elle était… Enfin là.

Le calvaire était terminé.

Tu peux compter sur moi maintenant.

    ▬ Est-ce que… quelqu’un peut m’expliquer ce qui se passe ? Survient soudainement la voix de Noah derrière eux.

© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Ven 31 Mar - 23:56

La douleur, Alexa connaissait. Sous plusieurs formes. La douleur de la perte, la douleur liée au doute, celle de l'impuissance et, plus que tout, la douleur pure, la douleur physique. Elle connaissait, elle savait ce que ça faisait. Mais, malgré tout, Alexa ne parvenait pas à s'y habituer. Est-ce qu'on peut réellement s'habituer à la douleur ? Sans doute pas. Peut-être. Des gens comme Severus Rogue devait être rôdé. Après tout, n'était-elle pas qu'une débutante dans le domaine ? Elle s'était engagée dans cette guerre par conviction, parce qu'elle faisait ce qu'elle pensait être juste. Mais avait-elle vraiment pesé le pour et le contre ? Oui, mais pas ce point-là. On se dit toujours qu'on sera fort, qu'on tiendra jusqu'au bout, qu'il suffit juste de serrer les dents et d'avancer, que ça passera quand même. Tellement innocent, tellement naïf... On ne pouvait pas juste serrer les dents. On ne pouvait pas juste relever la tête. Et Alexa le comprenait un peu plus chaque jour depuis la mort de ses parents. Cet événement avait été le début de tout. De la douleur, de la tristesse, de la solitude, de la guerre. La vraie. Celle qui se menait à l'intérieur, celle qui se menait contre soi-même. Et Alexa avait, chaque jour, dû se relever, seule, pour se battre. Au dehors. Au dedans. Elle n'avait cessé de se battre depuis ce jour. Elle s'était donnée à fond dans les soins, avait accepté toutes les missions qu'on lui avait donné, n'avait jamais rechigné à la tâche. Elle s'était battue. Seule. De toutes ses forces.

Mais là, ce n'était plus possible.

Ce visage... Quand elle l'avait vu... Tellement de sentiments lui étaient tombés dessus. Tellement de choses qu'elle avait gardé pour elle depuis tellement de temps. Son frère était là devant elle, et elle s'était finalement laissé aller. Elle n'avait jamais aimé faire ça. Elle avait toujours voulu être forte. Devant lui, devant les autres. Mais là... Tout lui était tombé dessus. Elle avait ployé sous le poids de tout ça. Littéralement. Et maintenant, accroupie contre le mur, les bras serrés autour de son ventre, crispée par la douleur, par les larmes, par tout ce qu'elle ressentait, Alexa se laissait aller à pleurer. C'était trop pour elle. Trop brusque, trop soudain, trop inattendu, trop inespéré. La jeune femme était forte, mais pas assez pour supporter ça, malheureusement. Elle aurait pu se battre la seconde d'avant, et, maintenant, elle était à terre, sans que rien n'ait été fait. C'était tellement douloureux.

Soudain, tout doucement, Alexa sentit une étreinte se refermer autour d'elle. La jeune femme sursauta et faillit reculer, repousser ce contact. Elle releva la tête et son regard rencontra celui de son frère. Ses yeux brillaient. Les larmes étaient là, au bord, retenu par ses cils. Il se battait, lui aussi, pour ne pas céder. Alexa aurait dû faire pareil. Mais elle ne voulait plus. Elle ne pouvait plus. Là, maintenant, elle ne pouvait plus. Un nouveau sanglot la secoua et, dans un geste qui lui était autrefois familier, la jeune femme passa ses bras autour du coup de son frère et le serra contre elle. Elle remarqua immédiatement le changement. Il n'était plus comme avant. Moralement, elle le savait déjà. Ses yeux lui avaient tout dit. Mais son corps... Il était tellement plus maigre qu'avant. Pas à faire peur, mais elle le sentait. C'était léger, mais elle, elle savait. Elle l'avait tellement pris dans ses bras qu'elle sentait la différence comme si c'était elle qui avait changé. Cela lui déchira le coeur encore davantage. Elle serra plus fort ses bras autour de son frère. Le visage enfouit dans son cou, elle retrouvait cette chaleur familière qu'elle avait presque oublié, celle d'un contact humain avec un membre de sa famille. Et cela la calma. Un peu. Les larmes se tarirent doucement.

- J'y crois pas, souffla la jeune femme, la voix toujours un peu tremblante. Tu es vivant... Je croyais... que... J'ai imaginé le pire, ajouta-t-elle, les larmes revenant à la charge. Tu m'as tellement manqué...

Elle sentit son frère souffler dans son dos. Il retenait ses larmes. Alexa soupira aussi et tenta de stopper les siennes. Mais elle n'y arrivait pas. Il y avait trop à évacuer. Trop de choses à laisser couler. Pour l'instant, elle se contentait juste d'écouter les paroles de réconfort de son frère. Elle aurait aimé en dire aussi. Elle aurait aimé lui dire que tout allait bien, que, maintenant, ils étaient ensemble, que tout irait mieux. Elle voulait lui dire qu'elle ferait tout pour que ce soit le cas. Mais elle ne pouvait pas parler. Alors elle le serra encore plus fort contre elle. Elle voulait lui transmettre tout ce qu'elle avait en elle, toutes les pensées positives qu'il lui restait, tout ce à quoi elle s'était raccrochée pendant tout ce temps. Elle ne voulait pas le voir pleurer. Elle ne voulait pas le voir craquer. Elle voulait qu'il reste fort. Pour qu'elle le soit elle aussi. Elle voulait que tout redevienne comme avant, maintenant. Elle voulait qu'il puisse compter sur elle comme autrefois. Même si rien ne serait jamais pareil, elle voulait essayer. Essayer de retrouver son frère, qu'elle avait perdu depuis tellement longtemps. Elle voulait essayer de retrouver cette force qu'ils avaient, à deux.

Soudain, alors qu'Alexa avait occulté tout ce qu'il y avait autour d'elle, autre que son frère, une voix la ramena sur terre. Sursautant, à fleur de peau, Alexa se redressa et se souvint alors du jeune homme qu'elle avait suivit. Elle lui lança un petit regard, puis, lentement, elle se releva, entraînant John avec elle. Une fois debout, elle se recula légèrement et l'observa sous toutes les coutures. Un tout petit sourire étira alors ses lèvre et sa vue se flouta, les larmes restant prisonnières de ses cils. Elle se dressa sur la pointe des pieds - il avait toujours été plus grand qu'elle - et elle le serra une nouvelle fois dans ses bras. Elle n'en revenait toujours pas d'avoir cette chance. Il était vraiment là. Elle avait besoin de s'en assurer. C'était impossible de faire autrement.

Finalement, elle se tourna vers Noah, puis fronça légèrement les sourcils. Qui était-il ? Un ami de John sûrement, mais elle ne le connaissait pas. Il était bien plus jeune qu'eux. Elle jeta un regard un peu interrogateur à son frère. Elle ne voulait pas parler pour dire n'importe quoi. Et puis, elle était encore tellement abasourdie. Son frère était là, son frère était vivant. Elle l'avait retrouvé. Oh, comme leur mère aurait été contente. Elle aurait été tellement heureuse de les revoir tous les deux... Si seulement elle avait été encore en vie...

Les larmes revenant à la charge, Alexa s'agrippa au poignet de son frère. Elle avait besoin de contact. Elle avait toujours eu besoin de contact, depuis toute petite, et ce uniquement avec son frère et ses parents, mais là, plus que jamais, elle en avait besoin. Elle aurait pu le serrer dans ses bras et ne plus jamais le lâcher. Mais il y avait d'autre chose à régler. En outre, ils ne pouvaient pas laisser cet inconnu - pour Alexa - sans aucunes informations. Aussi la jeune femme prit sur elle pour inspirer profondément et tenter de se calmer, avant de se tourner vers le jeune homme.

- Pardon, souffla-t-elle. J'ai... Bon sang, par Merlin, Morgane et tous les autres, tu es vivant, répéta une nouvelle fois la jeune femme, en passant ses mains dans ses dreads, puis en s'essuyant les joues, un peu honteuse des traces de larmes. Si tu savais... Tout ce qui s'est passé... Bon sang, John..., ajouta Alexa, les larmes revenant à la charge.

Non, définitivement, elle ne pourrait pas expliquer quoi que ce soit dans l'immédiat. Elle avait toujours l'impression d'être dans un rêve. Le plus beau rêve de ces derniers mois.

Et, sincèrement, elle n'avait pas envie de se réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Contrôleur du Magicobus
    | Contrôleur du Magicobus
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 18/03/2017
    Parchemins postés : 52



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    John L. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Jeu 11 Mai - 22:29



Quand John était enfermé, c’est Alexa qui l’avait fait tenir. Il a toujours su qu’il finirait par la revoir, qu’elle l’attendait. Elle avait été sa force, alors qu’ils étaient à des kilomètres l’un de l’autre. Il n’avait jamais su si elle allait bien, mais c’était instinctif  chez lui. Toujours quand ils avaient été petits, il avait fait preuve de bien plus que de l’empathie pour sa sœur. Quand elle pleurait, qu’elle était submergée par le chagrin, il sentait ses émotions déferler en lui comme une vague dévastatrice. Une fois, alors qu’elle avait été malade pendant quelques jours, lui même avait eu mal au ventre. Il n’avait aucun symptôme, mais il n’y pouvait rien, il y avait un lien incompréhensible entre eux. Alors oui, même enfermé sous terre et à des lieux d’Alexa, il la sentait près de lui.

Bien sûr, Riley et Noah aussi, l’avaient fait tenir. S’il avait dû se retrouver seul là-bas, il serait certainement devenu fou. Qui sait, peut être aurait-il commencé à entendre des voix, à halluciner ou même en oublier son nom. Alors oui, il avait connu la douleur là-bas, cette expérience l’avait changé à jamais, mais il n’avait jamais été seul. Qu’en était-il d’Alexa ? Qu’avait-elle vécu, tout ce temps ? Quand il la voyait ainsi, enfin devant lui, John sentait son cœur se déchirer. Il s’en été toujours voulu de l’avoir abandonné, mais pas à ce point. Elle avait l’air torturée de le revoir, comme si jamais elle n’avait pas espéré le retrouver vivant.

Comment était-ce possible d’être aussi heureux et malheureux à la fois ? Heureux, tellement heureux de la revoir, saine et sauve et près de lui. Mais si malheureux de la voir avec tant de chagrin, de douleur et de peur. Cette fois, il n’hésita pas un seul instant, il la serra contre lui de toutes ses forces. Il ne voulait plus la lâcher, il ne voulait pas qu’elle croit qu’il l’abandonnerait une fois encore. Il voulait lui montrer que c’était la dernière fois qu’ils seraient séparés, et qu’il était prêt à tout pour son bonheur.

Alors que ses larmes coulaient en silence, John sentait le chagrin de sa sœur se calmer, lentement. Il voulait la réconforter, mais cette étreinte l’apaisait, lui aussi. Tous ses muscles tendus se relâchaient, se laissant lui même aller contre sa sœur. Il ne l’admettrait pas, mais il était aussi vulnérable qu’elle, en ces instants de retrouvailles. Comme un enfant perdu dans les bras de sa mère.

    ▬ Je te raconterais tout, souffla-t-il, quand Alexa retrouva doucement la parole. Je te promets de ne plus te laisser maintenant. Tu m’as maquée aussi, Alexa.


Il tenta d’essuyer ses larmes dignement, se desserrant de leur étreinte. Il lui fit un sourire réconfortant, avant qu’elle ne se lève, remarquant la présence de Noah. Clignant des yeux, John se redressa à son tour, emporté par l’élan de sa sœur. Alexa le serra une nouvelle fois contre elle, ce qu’il ne pouvait certainement pas refuser. Elle avait l’air en bonne santé et toujours aussi forte, c’était rassurant. Puis, ils se tournèrent enfin vers Noah. John lui-même avait complètement oublié le jeune homme, Alexa avait occulté tout le reste. Le pauvre ne devait pas comprendre grand-chose. Pourtant, il lui avait souvent parlé de sa sœur, et Noah savait à quel point elle lui avait manqué.

John laissa sa sœur se remettre doucement, sentant sa main autour de son poignet. Le contact de sa sœur avait toujours réussi à calmer ses émotions, n’importe lesquelles. Il savait qu’elle en avait besoin, autant qu’il en avait lui-même besoin. Il posa un regard doux sur elle, comme il ne l’avait pas fait depuis bien longtemps maintenant.

    ▬ Nous avons beaucoup de choses à nous dire, je crois. John se tourna alors vers Noah. Noah, je te présente ma sœur, Alexa. La seule et l’unique. Alexa, voici Noah. Sans lui, je me serais retrouvé bien seul.


John voulait tout savoir, comment allait leur mère, où Alexa avait vécu pendant tout ce temps, si elle avait réussit à trouver la résistance, comment elle avait vécu… tout ce qu’il s’était passé. Et surtout, que c’était-il vraiment passé ? John avait bien lu les journaux, mais les médias n’en disaient jamais assez. Il avait tant à lui dire, et tant à lui demander. Mais avant, peut-être devaient-ils se poser deux minutes, faire redescendre leurs émotions.

    ▬ Alexa ? LA, Alexa ? Incroyable ! fit Noah, les yeux écarquillés. Oh euh… Vous voulez peut être que je vous laisse ? Je peux rentrer à l’hôtel...


Oui, LA Alexa. Parce qu’il n’y en avait qu’une, et aux yeux de John, elle était sans conteste la meilleure.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Mer 24 Mai - 15:58

Alexa avait vécu les premiers temps post-bataille dans une sorte de mouvement perpétuel. Elle n'avait cessé d'aller et venir, de soigner des gens, de faire des missions pour l'Ordre. Mais, au final, tout ça, ça n'avait servit qu'à s'occuper. S'occuper l'esprit, s'occuper les mains, occuper son temps. S'occuper pour ne pas penser, pour penser le moins possible, pour être fatigué et pour tomber comme une masse à la fin de la journée. Agir, tout le temps, parce que s'arrêter, c'était penser, c'était revoir tout un tas d'anciens souvenirs. C'était revoir la mort de ses parents, la perte de son frère, et toute l'horreur de la guerre. La jeune femme avait donc tenté de bouger le plus possible. Peut-être pour ça qu'elle avait accepté d'aller soigner Rogue, même si elle savait parfaitement que cela allait mal tourner à un moment ou un autre. C'était peut-être même pour ça qu'elle y était retourné, même s'il y avait eu, ce jour-là, une part réelle d'inquiétude au sujet de son professeur de Potion. Mais, au final, depuis, Alexa ne cessait de se demander si elle n'aurait pas mieux fait de rester au QG. Parce que la douleur... La douleur avait brisé cet élan qu'elle avait. La douleur l'avait immobilisée, et tout ce qu'elle avait fuit pendant si longtemps l'avait rattrapé en quelques secondes. Tout lui était tombé dessus sans qu'elle ne puisse rien y faire, sans qu'elle puisse réagir.

Exactement comme John à cet instant.

Au départ, elle n'avait fait que suivre ce garçon, Noah. Parce qu'il avait l'air perdu. Parce qu'il avait l'air d'avoir besoin d'aide et que, si c'était quelqu'un de bien, cela aurait fait un combattant de plus pour l'Ordre. Et puis, elle s'était retrouvée dans cette ruelle. Elle avait cru devoir se battre. Finalement, elle avait eu l'impression de s'être fait avoir.Et puis... Et puis tout s'était arrêté, à nouveau. Tout avait vrillé en quelques secondes seulement. Tout avait changé. Son frère, qu'elle avait cru ne jamais revoir, s'était soudainement dressé devant elle. Vivant, en relativement bonne santé, debout. Devant elle. Devant elle. Coup dure, malgré la joie de le revoir. Effondrement de toutes les forces de la jeune femme. Mais, par Merlin, par Morgane la Fée et par les Fondateurs, c'était affreusement bon de pouvoir à nouveau serrer John contre elle, de le sentir juste à côté d'elle, de le savoir juste là, là, à seulement quelques millimètres d'elle.

Mais il fallait faire un effort. Un petit effort. Elle était dure, elle était solide. Elle était forte, et se relever, elle l'avait déjà fait. Elle le referait autant de fois que nécessaire. Et avec John à ses côtés, ce serait désormais bien plus simple. Tout serait plus simple. Tellement plus facile à supporter. Tellement plus facile...

- Bonjour, souffla Alexa quand John lui présenta celui qu'elle avait suivit. Alors comme ça, tu t'appelles Noah... Enchantée, dit la jeune femme en tendant la main, tentant de faire preuve d'un peu de savoir-vivre. Désolée de t'avoir suivi comme ça... Et merci. Merci d'avoir veillé sur mon frère, ajouta-t-elle avec un minuscule sourire naissant aux coins des lèvres.

Après les larmes, elle avait maintenant envie de rire. De rire, de sauter, de crier, de rentrer au QG et de hurler partout qu'elle avait retrouvé son frère. Elle voulait danser, retrouver la joie de vivre, être heureuse enfin, après tout ça. Après la mort de son père. Celle de sa mère. Alexa avait retrouvé son frère et elle voulait maintenant retrouver sa joie de vivre. Enfin... Avant, il allait falloir parler. Parler de tout ce qui c'était passé pour chacun d'eux.

- Tu n'as... pas besoin de partir, souffla la jeune femme à Noah, lorsque ce dernier proposa de s'en aller. Enfin... on a... beaucoup de chose à se dire. Des choses dont on doit parler... Mais... Si tu as aidé mon frère pendant tout ce temps... Alors tu peux rester...

En vérité, Alexa aurait aimé être seule avec John. Seule pour lui parler de leur mère, de tout ce qui c'était passé, de l'Ordre, de ses missions. Et John devait lui dire tout ce qui lui était arrivé. Tout. Dans les moindres détails, elle voulait savoir. Parce que, désormais, ils étaient deux. Et qu'ils devaient partager leur poids à deux.

Se tournant vers son frère, Alexa le regarda, le dévisagea. Il avait changé. C'était écrit sur son visage. Dans ses yeux. Alexa soupira et posa ses mains sur les épaules de son frère. Il était toujours un peu plus grand qu'elle. Au moins une chose qui n'avait vraiment pas changé.

- John... J'ai énormément de choses à te dire. Mais pas ici. Pas là. C'est trop... Trop compliqué, soupira-t-elle en sentant sa gorge se serrer. Je... J'ai peut-être un endroit où... Mais... Je ne sais pas.

Alexa pensait à ces maisons. A ces maisons que l'Ordre possédait et qui servait normalement de passage pour utiliser les réseaux de Cheminette. Mais elle n'était pas sûre. Pas sûr d'avoir le droit, malgré le fait qu'elle soit certaine que John rejoigne l'Ordre après. Pas sûre également de pouvoir y aller dans son état. Transplaner là-bas en étant aussi chamboulée, c'était... peut-être un peu dangereux. Quoi que... S'ils transplanaient ensemble, avec son frère... Peut-être cela pourrait-il marcher. Néanmoins, Alexa n'était pas sûr de pouvoir emmener Noah. Même si elle lui était reconnaissante pour avoir aidé et soutenu son frère, elle ne lui faisait pas confiance pour autant. Elle ne connaissait pas Noah et, même si elle l'avait suivit au départ pour le ramener dans l'Ordre, elle n'avait pas prévu de l'intégrer aussi rapidement. Et puis... C'était peut-être complètement puérile et immoral de penser à ça, mais... Alexa était un peu jalouse aussi. Jalouse de savoir qu'une autre personne avait pu profiter de la présence de son frère, alors qu'elle aurait tout fait pour être avec lui. C'était idiot, mais c'était comme ça. John était son jumeau, et, malgré tout, elle ne supportait pas qu'il s'éloigne d'elle en nouant trop de liens avec d'autres personnes. Et c'était vrai pour son jumeau également.

Néanmoins, ce n'était pas à elle de le dire à Noah. Elle ne pouvait pas lui dire de partir ainsi. Après tout, c'était elle qui l'avait suivit. C'était elle qui avait traversé la foule sur un simple instinct pour pouvoir lui parler. Elle ne pouvait pas lui dire, maintenant, qu'elle ne voulait plus de lui, qu'il devait partir. Elle préférait que ce soit John qui le fasse, s'il voulait le faire. Sinon, la jeune femme ferait avec. Elle faisait souvent avec, cela ne changerait pas de d'habitude.

- Il y a une maison, dit alors tout doucement la jeune femme, de manière à ce que Noah entende mal ce qu'elle disait mais que John comprenne parfaitement. On pourrait aller là-bas, c'est sécurisé, j'y suis déjà allé plusieurs fois pour... Enfin... Bref. Je...

Alexa soupira et posa sa tête contre l'épaule de son frère. Elle qui avait tant de facilité à parler, d'habitude... Rien que quelques instants plus tôt, elle était là, en train de passer un savon à ses potentiels agresseurs. Et là, elle n'arrivait plus à s'exprimer normalement. C'était navrant. Mais les pensées de la jeune femme se bousculaient dans sa tête. Un coup, elle avait envie de pleurer, un coup, elle avait envie de hurler de joie. C'était épuisant. Et puis, surtout, Alexa pensait à une chose. Une chose qui s'imposait de plus en plus au fur et à mesure que le temps passait. Elle allait devoir annoncer tant de choses à son frère...

Mais il y avait une chose qui surpassait toutes les autres.

Comment est-ce que la jeune femme était censée annoncer la mort de leur mère à son frère ?

Comment ?

Comment... ?

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Contrôleur du Magicobus
    | Contrôleur du Magicobus
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 18/03/2017
    Parchemins postés : 52



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    John L. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Jeu 22 Juin - 13:43



La mort de Riley avait été un nouveau désastre dans la vie de John. Il ne l’avait peut être pas tant connu, mais il l’avait aimé, le temps de leur enfermement. Elle avait un courage qu’il savait rare, elle n’avait à aucun moment perdu sa bravoure, pas même avant la mort. Elle s’était sacrifiée pour lui permettre de vivre, pour que Noah et lui puissent s’enfuir. Jamais il ne pourrait l’oublier, ni rencontrer une autre femme avec cette témérité et sa noblesse d’esprit. Pourtant, John en avait toujours connu une, qui avait été près de lui à chaque instant de sa vie. Et aujourd’hui encore plus, il ne pouvait qu’admirer sa sœur. Alexa était une battante, qui n’hésitait pas un seul instant pour protéger ses opinions, ou même la vie de ceux qu’elle aimait. Alors que lui avait été enfermé, humilié et maltraité au fond de cette cave, Alexa avait aussi dû connaître la douleur, l’horreur. Il savait que dehors, la vie n’avait pas fait de cadeau. Il n’avait aucun droit de se plaindre devant elle, parce qu’elle n’avait certainement pas eu beaucoup plus de chance que lui. Mais il était de nouveau là pour elle, pour la protéger, la consoler, la soutenir. Ils étaient de nouveau ensemble, envers et contre tous.

La jeune femme semblait s’être ressaisie, même si John comprenait à quel point leurs retrouvailles avaient pu la perturber. Comment aurait-elle pu savoir qu’il était encore en vie, qu’elle le reverrait ou qu’ils pourraient à nouveau faire front ensemble ? Ces derniers mois, John n’avait fait que se cacher, et n’avait vécu que pour retrouver sa sœur et rejoindre la résistance, alors qu’elle avait dû continuer à se battre. Il se sentait honteux de ne pas avoir pu l’aider, de ne pas avoir été là pour combattre à ses côtés. Alors il se promettait, à cet instant précis, qu’il allait sécher les larmes d’Alexa à tout jamais, et l’accompagner dans ses batailles. Plus rien ni personne ne saurait les arrêter.

Il observait avec un doux sourire sa sœur se présenter à Noah, qui serra la main de cette dernière. Il avait été son petit protégé pendant tout ce temps, aussi s’était-il grandement attaché à lui. Alors il était fier de pouvoir les présenter l’un à l’autre, deux des personnes les plus chers à ses yeux. Quand Alexa proposa à Noah de rester, ce dernier jeta un coup d’œil incertain à John. Il n’avait pas vu sa sœur depuis trop longtemps, et Noah savait qu’il souhaitait pouvoir lui parler en face à face, se confier à elle sans aucun filtre. Noah et lui n’avaient rien à se cacher, mais sa relation avec Alexa était bien trop intime, trop personnelle pour que Noah s’immisce entre eux le jour de leurs retrouvailles. Et ça, le garçon le savait.

John tourna les yeux vers sa jumelle, qui lui proposait de partir d’ici, de se parler à l’abri d’oreilles indiscrètes. De toute manière, ils étaient déjà trop à découvert.

    ▬ Je te suivrais là où tu souhaites aller Alexa. Acquiesça-t-il avec sérieux. J’ai confiance en toi, tu sais ce que tu fais.


Il voyait bien qu’elle hésitait. Mais John n’avait pas le moindre doute, elle savait des choses et elle devait sans doute les garder confidentielles. Pour beaucoup de citoyens cela ne paraissait peut être pas, mais ils menaient une guerre. Le gouvernement mènerait le pays à sa perte, et beaucoup d’innocents pourraient perdre la vie. John était près à se battre auprès de sa sœur, aussi lui poserait-il des questions sur ses projets, si elle avait trouvé la résistance, et il espérait qu’elle pourrait se confier à lui. Il était prêt à donner sa vie s’il le fallait pour ce combat.

Mais avant ça, il se tourna vers Noah, qui attendait les bras ballants, ne sachant trop que faire. John s’approcha du garçon, plongea ses yeux dans les siens et posa une main sur son épaule. Il voulait lui faire comprendre que toute cette histoire était du sérieux, et qu’il n’allait pas plaisanter. Noah était loin d’être stupide, et avait beaucoup mûrit ces derniers temps. Mais il était encore jeune, et ne comprenait peut être pas toujours la portée des événements, malgré toutes les horreurs qu’il avait pu vivre.

    ▬ Rentre à l’hôtel. Je te tiendrais au courant par hibou, je n’en aurais pas pour très longtemps.
    ▬ Tu dis toujours ça John. Que ce passera-t-il le jour où tu en auras pour longtemps ? Bougonna le jeune homme.
    ▬ Ne t’inquiète pas, je suis avec Alexa et rien ne pourra nous arriver. Enferme toi dans la chambre et ne sors que si c’est vraiment nécessaire. J’ai ramené des bouquins la dernière fois, si tu veux t’occuper, et il y a de quoi manger si tu as faim. Si tu as quelque chose d’important à me dire, fait comme d’habitude, mais ne prends pas de risque inutile.
    ▬ Oui, Papa, répondit-il avec une moue moqueuse.
    ▬ J’ai confiance en toi Noah.


Le jeune homme lui fit un sourire. Ils avait beaucoup d’affection l’un pour l’autre, et la confiance régnait entre eux. Noah jouait parfois à l’adolescent rebelle, mais il ne contestait jamais vraiment les décisions de John. Et celui-ci devait admettre que le garçon apeuré qu’il avait rencontré, avait bien grandit. Noah se tourna vers Alexa, et lui lança un sourire poli et sincère.

    ▬ Et bien, à bientôt, probablement. C’était un plaisir de te rencontrer, John m’avait beaucoup parlé de toi. Il hésita un instant, son regard passant de l’un à l’autre. Prends soin de lui, surtout.


Il leur fit un signe de la main, ajusta la capuche de sa cape, et s’éloigna en direction de leur hôtel. Soupirant, John le regarda partir, comme pour s’assurer qu’il ne lui arrivait rien. Puis il tourna à l’angle d’une rue, et disparu. John se retourna vers sa sœur, étudiant ses traits, marqués par tout ce qu’elle avait pu vivre. Il avait tant à lui dire, mais aussi tant à savoir.

    ▬ C’est un bon garçon tu sais, murmura-t-il, autant pour sa sœur que pour lui-même. Très bien, où devons nous aller ?


Maintenant qu’il l’avait retrouvé, il n’allait pas la lâcher de si-tôt. S’il le fallait, ce serait eux deux contre le monde entier.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 141



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Mar 27 Juin - 23:30

Alexa avait toujours été un peu possessive envers son frère. Surtout enfant. Elle n'aimait pas le voir jouer avec d'autres personnes qu'elle. C'était SON frère, SON jumeau. C'était avec elle qu'il devait être. Il devait toujours être avec elle. Avec le temps, cette jalousie s'était un peu atténuée, parce que la maturité avait pris sa place chez la jeune femme. La même chose s'était produite chez son frère, bien sûr. En grandissant, ils avaient compris qu'ils n'étaient pas que tous les deux, qu'il y avait d'autres gens, et qu'il n'y avait aucun danger à être séparé l'un de l'autre. Mais cela n'empêchait pas cette vieille amie la jalousie de revenir de temps en temps, de ressortir du fin fond du coeur d'un des deux jumeaux. Parce que, malgré tout, ils restaient liés par quelque chose de bien plus fort que ce qui pouvait unir tous les autres. Ils étaient frère et soeur, et même mieux que ça, ils étaient jumeaux. Alors, pour Alexa, retrouver cette sensation de jalousie, c'était presque retrouver une vieille amie. Parce que oui, elle était un peu jalouse. De Noah. Parce qu'il avait eu son frère avec lui pendant tout ce temps, alors qu'elle, elle était restée seule. Et maintenant, elle avait envie de se serrer contre son frère et de défier Noah de l'approcher. Comme une enfant. C'était ce qu'elle avait l'impression de redevenir, à cet instant. Une gamine de huit, neuf ans, qui veut que son frère reste avec elle plutôt qu'il aille jouer avec ses copains.

Mais là, il n'y avait pas de copains, et Alexa savait bien que John la suivrait. Il ne la laisserait plus seule, et elle non plus, elle ne le laisserait jamais plus tomber. Plus question de fuir. Plus question d'obéir à cet ordre ridicule une seule fois de plus.

Un sourire aux lèvres, Alexa savoura le fait d'entendre son frère dire qu'il avait confiance en elle. Elle était remontée à bloc. Elle était de nouveau pleine d'espoir, pleine de vitalité. Ses traits tirés n'étaient qu'un vieux souvenir. Voilà, elle recommençait à rayonner, comme avant. Elle avait retrouvé son frère, et maintenant, elle était de nouveau entière, alors tout irait bien. John lui faisait confiance, elle lui faisait confiance, et maintenant, c'était eux contre le reste du monde. Les Mangemorts avaient plutôt intérêt à faire attention à eux, parce que la vengeance des Turman serait glaciale. Pire que ça, même. Elle serait particulièrement indigeste pour ses victimes.

Finalement, par rapport à Noah, ce fut John qui prit la décision. Avec fermeté, il lui conseilla d'aller s'enfermer dans la chambre de leur hôtel et Alexa se rendit soudainement compte d'une chose. Que John entre dans l'Ordre, celui lui avait paru comme l'évidence même. Mais qui disait John disait donc, par la même, Noah. Après tout, si il avait aidé son frère, Alexa n'allait pas le laisser dehors, à la merci des Mangemorts. Et puis, elle l'avait bien suivi pour ça, au départ. Alors... Oui, il faudrait en parler. Mais plus tard. Quand ils seraient à l'abris des oreilles indiscrètes. Pas avant. Alexa avait très bien pu être suivie, tout comme John ou Noah. Il fallait rester sur ses gardes.

- Un plaisir pour moi aussi, assura Alexa, en rendant son sourire à Noah, refoulant sa jalousie au plus profond d'elle-même. Ne t'en fais pas, je le garderai en un seul morceau.

La jeune femme fit un clin d'oeil à l'adolescent, et ce dernier s'en alla. C'était étrange ce qu'Alexa ressentait pour ce garçon. Elle le trouvait très sympathique, de premier abord, mais il y avait toujours cette petite rancune, qui serait sûrement passagère : Noah ne semblait pas être quelqu'un que l'on pouvait haïr sans difficultés. Alexa finirait sûrement par l'apprécier, surtout si John, lui, l'appréciait déjà.

- Je n'en doute pas, souffla la jeune femme quand son frère confirma ses pensées. S'il en est là, ce doit être vraiment quelqu'un de bien. Et puis, si toi tu l'apprécies, je ne me fais pas de soucis : ce doit vraiment être un chouette garçon.

Sur ces paroles, Alexa se tourna vers son frère et le fixa droit dans les yeux. Elle lui attrapa alors le bras et lui fit un sourire.

- Accroche-toi.

Une seconde plus tard, la jeune femme avait transplané sans encombre là où elle l'avait prévu. C'était la maison dont elle s'était servie pour transiter jusqu'à celle du professeur Rogue, quand elle s'était occupée de ses soins. Généralement, il n'y avait personne, et c'était le cas aujourd'hui. S'écartant de son frère, Alexa agita sa baguette, ouvrant ainsi les stores de la fenêtre. Il n'y avait pas de risque qu'on les voit de l'extérieur : la maison était entourée de tout un tas de sortilèges, dont un repousse moldu très puissant et un sort d'illusion assez conséquent également.

- Voilà. Ici, nous pourrons discuter au calme. On ne craint rien, ne t'en fais pas. Je suis souvent venue ici.

Une fois que la jeune femme eut tout de même vérifié que tout était ok, elle se tourna vers son frère et lui fit un immense sourire, avant de revenir le serrer dans ses bras. Là, son sourire se fana quelque peu.

- Tu sais que... ça va pas être facile. De parler. De tout se dire, de... ressasser ces souvenirs-là. Il s'est passé tellement de choses... Je sais même pas par quoi il faudrait commencer, tu vois.

La jeune femme leva les yeux vers son frère, après s'être reculée. Elle passa une main dans ses dreads et se laissa tomber sur le sofa, juste derrière elle. Elle ne savait vraiment pas par quel bout prendre la chose, par quoi commencer. Le mieux aurait été de partir du moment où ils s'étaient séparés, mais... La mort de leur mère arriverait trop tôt sur le tapis. C'était le rôle d'Alexa de le dire à son frère, mais c'était également son rôle de tenter de le protéger par tous les moyens possibles et inimaginables. Pourtant, elle ne pouvait pas lui mentir. Elle ne lui avait jamais menti. De toutes façons, ça ne servait à rien. Il devinait qu'elle ne disait pas la vérité à chaque fois qu'elle essayait.

- En fait, souffla-t-elle soudain, y'a peut-être une chose par laquelle je peux commencer...

Son regard se posa sur son frère et la jeune femme se redressa.

- John. Je fais partie de l'Ordre du Phénix.

Autant commencer par un bonne nouvelle. On verrait après pour la suite... Pour les coups durs...

Parce que son rôle, c'était aussi de le protéger par tous les moyens possibles et inimaginables.

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Contrôleur du Magicobus
    | Contrôleur du Magicobus
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 18/03/2017
    Parchemins postés : 52



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    John L. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Jeu 29 Juin - 20:23



Régulièrement, John se demandait comment leur société en était arrivée là. Comment les sorciers s’étaient retrouvés à être aussi divisée et à élire un incompétent extrémiste. Il ne comprenait pas comment les Mangemorts étaient venus au pouvoir et comment John avait pu tout perdre en si peu de temps. Pour ces diverses raisons, il était prêt à se battre, pour sa liberté et les droits de chacun. Il voulait venger tous ces morts, son père, Riley, les parents de Noah et tous les autres. Aucun d’eux n’avait mérité de mourir. Ils étaient tous de bonnes personnes, qui valaient tellement plus que le plus misérable des puristes. Il en avait assez de fuir, assez de se cacher. Maintenant qu’il avait enfin retrouvé Alexa, le temps des combats était venu.

Il s’assura que Noah retournait bien en direction de leur hôtel. Au fil des jours, il voyait le garçon grandir et prendre en maturité. Lui qui était si terrifié et nerveux quand ils s’étaient rencontrés, il est devenu ce jeune homme brave et débrouillard que John appréciait tant. Il en était certain, Noah se battrait à ses côtés jusqu’à la fin. Ils avaient trop vécu de souffrance et de craintes ensemble pour ne pas se soutenir et combattre ensemble. A force de croiser des ennemis, ils avaient apprit à attaquer d’un même geste, ils connaissaient par cœur les faiblesses de l’autre. C’est comme ça qu’ils avaient pu survivre.

Mais maintenant, il avait aussi Alexa, qu’il connaissait encore mieux que Noah. Il leur était souvent arrivé de se provoquer en duel, histoire de se mesurer l’un à l’autre. Et John devait dire qu’ils étaient capables de rivaliser. Chacun connaissait les stratégies de l’autre, et c’était un atout comme un inconvénient. Mais quand ils combattaient ensemble, c’étaient de vraies furies.

John acquiesça quand Alexa lui fit part de son avis sur Noah. Il apprécierait vraiment que les deux s’entendent, et il n’avait aucun doute de la part du garçon. Il craignait plus pour sa sœur, sachant qu’elle était au moins aussi jalouse qu’il pouvait l’être. Mais il fut rassuré, elle ne semblait pas tellement distante à son égard. Satisfait, il haussa un sourcil quand elle lui attrapa le bras et lui conseilla de s’accrocher. Parfois encore, elle arrivait à le surprendre.

Ils transplanèrent instantanément, mais John s’y était préparé. Ce à quoi il ne s’attendait pas, c’est l’endroit où ils se retrouvèrent. Les yeux grands ouverts de curiosité, il examina la pièce autour de lui. La maison ne semblait pas bien grande. Le salon disposait d’une cheminée et de quelques meubles, mais la décoration ne semblait avoir rien de personnel. C’était comme si personne ne vivait ici, ou alors se contentait du strict nécessaire. Il tourna la tête vers sa sœur, l’interrogeant du regard. Était-ce ici qu’elle vivait désormais ? Leur mère avait-elle prit refuge dans cette petite maison ? Il avait tant de question à lui poser, mais il allait prendre son temps. Il finirait par tout savoir, inutile de précipiter les choses.

Alexa fit le tour de la pièce, ouvrant les stores. Elle lui assura qu’ici ils ne courraient aucun risque, et John n’en douta en aucun cas. Seulement, il se sentait à découvert avec toutes ces fenêtres ouvertes vers la rue. Mais il faisait confiance à Alexa, alors ne dit pas un mot. Il avait simplement prit l’habitude d’utiliser un faux nom, de toujours prendre garde où il allait et de se terrer comme un vulgaire rat. Parfois, il se dégoûtait. Lui qui était si joyeux et vivant autrefois, il avait souvent l’impression qu’il n’était plus que l’ombre de lui-même. Mais il ne voulait pas montrer ce côté de lui même à sa sœur, elle le découvrirait bien assez vite.

Il la serra de nouveau contre lui, posant sa tête sur celle d’Alexa, l’encerclant de ses bras. Lui non plus n’était plus souriant. Ils savaient qu’ils allaient devoir parler, et que ce serait difficile. Ils avaient sans doute tous les deux vécus des moments graves.

    ▬ Je sais, Alexa. Mais je suis prêt à parler, à t’écouter. Nous sommes de nouveau là l’un pour l’autre. Et même si c’est difficile, on se soutiendra.


Il la lâcha pour la regarder, lui faisant un faible sourire. L’imitant, il s’installa sur le fauteuil derrière lui, face à Alexa. Il savait qu’elle souhaitait parler, alors il n’allait pas commencer. Il voulait surtout savoir tout ce qu’il avait pu manquer, et ce qu’elle avait vécu en son absence. Tout ce que John espérait, ce que ce ne serait pas trop dur à entendre. Mais il ne se faisait pas tant d’illusion. Les deux jeunes gens accrochèrent leurs regards, prêt à lever le mystère.

Et cette première révélation fut tellement meilleure que ce que John avait imaginé. Il écarquilla les yeux sous la surprise, bouche bée. Il avait cherché à rejoindre la résistance, l’Ordre du Phénix, depuis si longtemps. C’était comme si toutes les bonnes nouvelles lui tombaient dessus. Il se leva d’un bond, soudainement regonflé à bloc.

    ▬ Par les sous-vêtements de Merlin, Alexa ! C’est merveilleux, si tu savais depuis combien de temps je les… Je vous cherchais ! Noah et moi n’avions qu’un objectif, les rejoindre ! Et te  retrouver aussi, évidement. Par Godric et tous les autres, il faut que je m’asseye.


Aussitôt, il se rassit, la main sur le front. Il s’était soudainement prit de spasmes excités et d’une migraine malvenue. Mais il était bien trop heureux pour y faire attention. Ses yeux brillaient d’un nouvel éclat, étant restés ternes depuis bien trop longtemps.

    ▬ Comment… Quand les as-tu trouvé ? Que font-ils, qui sont-ils ? Comment les rejoint-ont ? Voudront-ils de nous ? Est-ce que... Il se tut, toujours aussi estomaqué. Pardon je m’emporte, mais tu comprends, je m’attendais à tout sauf à ça !


En sachant qu’Alexa était avec eux, John fut rassuré. Parce qu’elle avait été protégée, qu’elle n’avait pas été totalement seule. Si un jour il avait l’occasion de rencontrer les autres membres, il ne pourrait jamais assez les remercier. Il allait leur devoir à tous une reconnaissance éternelle. Sa petite sœur allait bien.

Du moins, il l’espérait de tout coeur.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman

Revenir en haut Aller en bas

On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique
-