POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Mar 11 Juil - 15:56

Alexa avait lâché la bombe comme ça, sans réellement réfléchir. Voilà, elle avait dit qu'elle faisait partie de l'Ordre. Parce que c'était toujours la première chose qui lui venait à l'esprit quand elle pensait à sa vie, celle de maintenant. Elle faisait partie de l'Ordre, et cela expliquait déjà beaucoup de choses. Le fait qu'elle n'existait presque plus dans le monde "normal", le fait qu'elle soit au courant d'un bon nombre de choses qui échappaient aux autres, et également le fait qu'elle se soit grandement amélioré dans les duels. Alors c'était normale qu'elle commence par ça. Et puis, il fallait le dire, elle avait balancé cette info pour éviter de parler d'autre chose. Pour éviter de parler de ce qui déchirerait John... Alexa n'avait pas envie d'asséner le coup de grâce à son frère à peine quelques instants après leurs retrouvailles. Elle avait juste envie d'attendre. Encore un peu. Un tout petit peu. Profiter de la joie de son frère. Profiter de son air soudain si soulagé et tellement heureux. On aurait dit qu'il venait de trouver le Saint Graal, et la sensation ne devait pas en être loin, en réalité.

- Calme-toi John, souffla doucement Alexa quand son frère s'assit à côté d'elle, secoué par la nouvelle. Ça va ? Tu te sens bien ? Attends...

Alexa retira sa sacoche et la posa sur la table, avant d'en sortir tout une batterie de potion, jusq'à trouver celle qu'elle cherchait. Une fiole au contenue rouge vif.

- Pimentine, déclara-t-elle. Si  tu te sens pas bien, tu peux en prendre quelques gouttes, je... Tu vas bien ? demanda-t-elle en posant une main sur son épaule.

Mais apparemment, John arrivait à tenir le coup. Enfin, du moins, assez pour arriver à poser des questions. Alexa pinça les lèvres et pencha légèrement la tête sur le côté, soudain un peu mal à l'aise. Elle faisait confiance à John. Elle était bien certaine que c'était lui. Mais... Est-ce qu'elle pouvait réellement tout dévoiler sur l'organisation ? Non. Elle avait un rôle, un devoir. Pour l'instant, elle ne pouvait pas trop en dire. Elle devait se contenter de raconter son histoire.

- Tu te rappelles quand... quand on avait rencontré ces gars, dans l'auberge où on s'était arrêté ? Ils nous avaient permis d'écouter Potterveille avec eux... Bah... Après, j'ai continué à suivre l'émission. Autant que je le pouvais. Et... Parfois, ils donnaient des indications sur qui contacter si on voulait les rejoindre. C'est comme ça que je les ai trouvé... J'ai mis un peu moins de deux mois à... à les rejoindre. Quand je les ais trouvé... Pas longtemps après, y'a eu la Bataille de Poudlard...

Le récit était difficile pour Alexa. Elle se rappelait de tout, et le dire à haute voix rendait tout ça tellement plus réel, tellement plus proche. Elle avait l'impression de voir un film défiler dans sa tête, comme si tout se rejouait dans son esprit, comme si son corps revivait vraiment tous ces événements. C'était troublant, c'était douloureux, mais Alexa devait continuer. Pour elle, et pour son frère.

- Je sais... souffla la jeune femme quand son frère redescendit en pression. Quand je les ais rejoint, c'était... tellement inespéré. J'ai passé tous les test avec succès, bien sûr, car je voulais vraiment me battre. J'ai été acceptée, et...

Alexa s'arrêta soudainement de parler. Elle se rendit compte, d'un seul coup, que, depuis tout à l'heure, elle ne parlait que d'elle. Elle disait ce qu'elle avait fait, ce qui s'était passé pour elle, ce qu'elle avait subi. Et John, à côté d'elle, qui attendait qu'elle parle... qu'elle parle de leur mère. Leur mère qui n'était plus, leur mère qui avait rejoint leur père quelques instants plus tard. Il attendait pour savoir, et Alexa... Alexa ne disait rien. Elle fuyait. Elle se cachait, comme une enfant fautive. Et c'était ce qu'elle était. Une enfant qui fuyait la punition de ses actes. Sa mère... C'était sa faute.

- John... Je... Je suis tellement désolée ! s'exclama soudain la jeune femme dans un sanglot déchirant. Je suis désolée, pardon ! Je suis tellement, tellement désolée...

La jeune femme était secouée de sanglots. Elle ne parvenait pas à se calmer. Son corps s'était soudainement mis à trembler, les larmes coulaient à nouveau sur ses joues, mais cette fois, il n'y avait aucun espoir, aucun bonheur. Ce n'était que de la tristesse, que de la culpabilité, quelque chose que la jeune femme gardait pour elle depuis tout ce temps et qui ressortait brusquement, qui écrasait de son poids la conscience d'Alexa. Elle avait besoin de le dire. Plus que ça, elle devait le dire. C'était son devoir. Son devoir à elle.

- John... Quand tu m'as dit de fuir, ce jour-là... Le jour où Papa est mort... Si tu savais comme j'avais peur ! sanglota-t-elle. Je t'ai écouté, je suis partie, avec ma... avec maman... Mais je pouvais pas vous laisser ! s'exclama-t-elle en se prenant la tête entre les mains. Je devais venir vous aider ! Alors... Alors j'ai mis Maman à l'abris, puis je suis revenue. Mais... T'étais déjà plus là, John... Et Papa... Il...

Alexa avait la gorge nouée. Elle essayait de parler, mais c'était dur. Tellement dur. C'était une véritable torture. La jeune femme ne s'était jamais sentie aussi fragile. Elle avait l'impression de pouvoir s'effondrer d'un seul coup. Mais elle devait tout dire. Tout raconter. Parce qu'elle ne pouvait pas cacher ça à John. Elle n'en aurait pas la force. Pas à lui...

- J'étais effondrée... Et toi, t'étais plus là. Je savais plus quoi faire. Alors j'ai transplané, je suis retournée auprès de Maman... Et je sais pas... souffla Alexa, la voix tremblante, le regard fixé sur un point invisible. Je sais pas ce qui s'est passé. Peut-être qu'un Mangemort nous avait suivit dans le transplanage... Peut-être que Maman a prononcé le nom de Tu-Sais-Qui... Je sais pas John, je sais pas ! s'exclama-t-elle, ses larmes redoublant d'intensité. Mais quand je suis revenue, quand j'ai transplané pour retourner avec Maman... Par Merlin, John ! Elle était morte !

Et à partir de ce jour-là, Alexa s'était retrouvée totalement seule. Depuis ce jour-là, les cauchemars avaient commencé, ses nuits s'étaient écourtées. Depuis ce jour-là, la culpabilité la rongeait. Et toutes les excuses du monde n'effacerait pas ce qu'elle avait fait. Elle n'avait pas su protéger sa famille, et, qu'importe ce qu'elle pourrait faire, ce que John pourrait faire, elle serait toujours profondément marqué par la mort de sa mère.

Elle serait toujours profondément marqué par l'horreur du jour où sa famille avait volé en éclats....

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Contrôleur du Magicobus
    | Contrôleur du Magicobus
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 18/03/2017
    Parchemins postés : 68



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    John L. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Dim 16 Juil - 21:36



John était fou. La nouvelle était tombée, sans qu’il ne soit prévenu, sans même qu’il ne s’y attende. Des mois, presque des années qu’il espérait enfin les trouver. Il n’avait sans doute pas cherché au bon endroit, ni rencontré les bonnes personnes. Son vœux le plus cher, à présent, était d’éradiquer le mal, éliminer les Mangemort et leur abominable patron, combattre auprès de l’Ordre. Et ce matin-là, c’était Alexa qui lui ouvrait les bras. La personne qui comptait le plus à ses yeux lui offrait la chance dont il avait besoin. Il voulait la prendre dans ses bras, la serrer contre lui pour lui prouver toute sa gratitude, son amour pour elle. S’il ne se reprenait pas immédiatement, il allait exploser.

S’étant rassit, une main sur le front pour calmer les pulsations douloureuses de ses tempes. Alexa s’inquiéta pour lui, de sa réaction bien trop vive. Il fallait dire que toute cette excitation lui avait donné le tournis, mais il y avait de quoi. Il remercia sa sœur et accepta quelques gouttes de sa fiole. Oui, il allait bien, mais ça faisait beaucoup d’émotion d’un coup. D’abord il retrouvait sa chère sœur, puis maintenant cette annonce. Il devait se poser un instant.

Il se redressa tout de même, il ne pouvait perdre plus de temps. Il voulait tout savoir, entendre l’histoire de sa sœur, comprendre comment elle en était arrivée là et ce qu’elle avait vécu. Alors qu’elle avait une main sur son épaule, John attrapa l’autre pour encourager Alexa à parler. Ce ne serait peut être pas facile, mais il était là pour la soutenir. Il l’écouta avec attention, hochant la tête quand elle lui parla de l’auberge et de la radio. Bien sûr qu’il s’en souvenait, il n’avait jamais oublié, cessé d’y penser.

Il baissa les yeux lorsqu’elle parla de la Bataille de Poudlard. Il resserra l’étreinte de leurs mains pour lui donner du courage, tandis que ses propres souvenirs revenaient à la surface. Les Rafleurs en avaient parlé, le jour où il s’étaient échappés. Une semaine plus tard, le combat avait fait les gros titres. Peut être aurait-il pu agir, faire quelque chose, prévenir. Alexa avait été là-bas, avait risqué sa vie. Elle avait probablement vu des choses que John n’osait pas imaginer. Encore une fois, il rejetait la faute sur lui-même, convaincu qu’elle avait été en danger par sa faute. Il savait bien que c’était une battante, qu’elle pouvait en faire frémir plus d’un derrière sa baguette. Mais si rôle était de la protéger. Il avait échoué, encore une fois.

Il ne la coupa à aucun moment, se contentant de resserrer ses doigts autour de ceux d’Alexa, pour lui montrer qu’il était là, qu’il écoutait et compatissait. Il était persuadé que la jeune femme était un membre important de l’ordre, qu’on pouvait compter sur elle. Il avait tellement d’estime pour elle, quand il leva les yeux pour observer ses traits attristés, ils brillaient d’une fierté sans faille.

Il se replaça contre le dossier, ses yeux balayant la pièce. Il était pensif, repensant à tout ce qui leur étaient arrivé. Ils avaient eu mal, avaient été touchés en plein cœur. Mais ils se redresseraient, il ne pouvait pas en être autrement. Puis soudainement, il pensa à leur mère. Alexa n’en avait pas encore parlé, mais John devait lui demander. Où était-elle, avait-elle combattu elle aussi, pouvait-elle la voir bientôt. Il se tourna vivement vers elle, mais en croisant le regard de sa sœur, il eu un mauvais pressentiment. Sa pression sur la main d’Alexa se relâcha, il la dévisagea. Elle pleurait, elle s’excusait. Les traits de John s’affaissèrent. Il devrait sûrement la prendre dans ses bras, la consoler. Mais il était tétanisé par la peur, par ce qu’elle allait lui dire. Elle tremblait, sanglotait. Sa propre gorge se serrait. Il ne voulait pas la brusquer, lui faire mal, mais au fond de lui il voulait la secouer pour la faire cracher le morceau. Il allait craquer.

Puis elle lui raconta. Plus elle en disait, plus John s’effondrait. Il se leva lentement, ne lâchant pas la main de sa sœur. Les images de ce jour lui revenaient. L’attaque, la mort de leur père. Il leur avait crié de fuir, de ne pas se retourner. La bouche entrouverte, debout devant Alexa, il la regardait comme si elle était en train de lui mentir. Bien sûr que non. Elle était dévastée, et son rôle de grand frère devait être de l’empêcher de pleurer, de lui interdire de s’en faire pour ce qu’elle n’aurait pu changer. Mais lui même était anéanti par ce qu’elle lui disait. Puis elle lâcha ces mots, et John s’effondra. Il tomba à genoux devant elle, ses yeux larmoyants rivés dans ceux d’Alexa.

    ▬ Elle… Elle... souffla-t-il, ne pouvant le dire lui-même.


Elle était morte. Morte. Leur mère, celle qui les avait mis au monde, les avaient protégés, cachés, tant aimés. Assassinée de sang froid. Et Alexa avait subit tout ça, le même jour. La mort de leurs parents, sa propre disparition. Mais elle était là devant lui, toujours debout, vivante.

Il laissa les larmes couler, encore une fois. Ils étaient seuls, désormais. Il ne pouvait pas se morfondre et la lâcher, à aucun moment. Il attrapa les mains d’Alexa, les dégageant de son visage. Malgré le chagrin, ce désastre dans leur vie, il devait lui montrer qu’il était là, qu’il lui faisait confiance.

    ▬ Ne pleurs plus, je te l’interdis, lui ordonna-t-il en essuyant ses larmes du bout des doigts.


Il avait le visage de sa sœur entre ses mains. Il refusait qu’elle prenne tout pour elle, qu’elle se jette la faute. Il n’avait pas été là pour les soutenir, pour les protéger.

    ▬ Tu… Tu as été tellement courageuse Alexa, pardonne moi, la supplia-t-il, les larmes inondant ses joues. Je t’en prie, pardonne moi de ne pas avoir été là, pour toi, pour maman… Oh, Alexa. Pourquoi le ciel s’est acharné sur nous ?


Si John était fort, s’il ne craquait que rarement, cette fois il avait totalement lâché prise. Il s’abandonna aux larmes devant Alexa, à genoux devant elle, tremblant de peine et de désespoir. Toute la joie qu’il avait il y a quelques minutes l’avait quitté. Il était en proie à la douleur et au désarroi.Il enfouit sa tête entre ses mains, avachi sur les genoux de sa sœur. A cet instant, il haïssait la vie, ce qu’elle avait fait d’eux, ce qu’elle leur avait retiré. Il se demandait ce qu’ils avaient bien pu faire pour mériter ça, eux qui avaient toujours essayés d’être de bonnes personnes.

    ▬ Je te jure, je les vengerais Alexa. Tous, ils seront vengés. Ces ordures auront ce qu’ils méritent.


Il n’était plus vraiment le même. Il était animé par la haine, la rancœur, le besoin de vengeance. Il détruirait la vie de ceux qui avait détruit la leur. Ils paieraient tous pour ce qu’ils avaient fait à tous ces gens. Il vengeraient les morts, protégerait les famille. Il se promettait de tout faire pour ramener la paix. Il se leva d’un bon, la rage dans les yeux.

    ▬ Je… Je les tuerais ! S’écria-t-il, ses yeux rivés dans ceux d’Alexa.


Si John avait un grand cœur, il s’était aussi découvert une part d’ombre.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Mer 19 Juil - 19:03

John était né à peine quelques minutes avant Alexa. Quelques minuscule petite minutes. Pourtant, Alexa avait toujours considéré comme étant son devoir de protéger son frère. Petite, à l'âge où les petites filles se retrouvent avec des poupées dans les mains, Alexa préférait suivre son frère, et jouer à la bagarre. Elle avait toujours voulu devenir plus forte, pour pouvoir protéger son frère, des dragons imaginaires quand ils étaient petits, des grosses brutes quand ils étaient à Poudlard, et des Mangemorts quand tout avait basculé. John était né à peine quelques minutes avant elle, mais elle avait toujours considéré comme étant de son devoir de le protéger. Alors là, maintenant, elle avait l'impression d'un échec cuisant. Elle n'avait su protéger personne. Alors qu'elle aurait donné sa vie pour sauver sa famille, aujourd'hui, elle était toujours vivante, et il ne restait plus que son frère, qu'elle achevait à petit feu, à coup de nouvelles plus dures les unes que les autres. S'ajoutait à cela cette culpabilité qui lui rongeait l'esprit, qui lui engourdissait les sens, qui serrait son coeur dans un étau qui se serrait, qui serrait, encore, et encore, toujours un peu plus. Elle souffrait depuis le jour où elle avait décidé de revenir en arrière pour sauver son père et son frère. Qu'aurait-elle pu faire d'autre ? Alexa avait des millions d'hypothèses à cette question. Elle aurait pu tout simplement rester avec leur mère, la plus fragile. Ou alors, la protéger et retourner aider son père et John. Ou alors, rester, et se battre, tout en protégeant leur mère. Alexa avait pensé à tellement de "Si" qu'elle en avait refait le monde, un monde dans lequel sa mère, son père et son frère étaient heureux, et bien tous vivants. Mais ce monde n'existait que dans sa tête. Son père était mort, sa mère aussi, et par sa faute. Et aujourd'hui, Alexa regardait son frère s'écrouler, accablé par la nouvelle qu'elle venait de lui annoncer. La jeune femme n'en finissait plus de pleurer. Chaque larme qui perlait sur sa joue était un regret, et ses pleurs étaient intarissables.

Effondrée, Alexa n'osait même plus regarder son frère. C'était la honte, et tout le reste, qui la forçaient à garder la tête baissées. Elle voyait, au travers du voile flou formé par ses larmes, ces perles d'amertume tomber au sol, pénétrer dans le tapis et disparaître. Elle aurait aimé faire la même chose : disparaître. Encore davantage lorsque John tenta de répéter les mots qu'elle avait eu tant de mal à dire. Oui, oui, leur mère était morte. Enterrée. Alexa avait au moins pu faire ça. Leurs parents étaient quelque part dans la campagne anglaise, à côté l'un de l'autre, endormis pour toujours. Ils ne les reverraient plus jamais...

Et puis, doucement, les mains de John se posèrent sur les siennes, les écartant de son visage. Alexa plongea ses yeux dans ceux de son frère. Il essuya ses larmes, lentement, tendrement, en lui disant de ne plus pleurer. A sa place, elle l'aurait haït. Elle l'aurait détesté, elle aurait été pleine de haine. Du moins, c'était ce qu'elle avait fini par se persuader, à force de retourner la situation dans tous les sens. Mais ce n'était pas le cas. John ne la haïssait pas. Il l'aimait encore, cette soeur qui avait failli à la mission qu'elle s'était confiée, cette soeur qui, aujourd'hui, portait un peu bien trop lourd pour elle. Il l'aimait encore, et Alexa l'en aimait davantage. Lentement, elle prit à son tour le visage de son frère entre ses mains, sans rien dire. Les larmes parlaient bien plus facilement qu'eux, à présent. Elle posa son front contre le sien, pleurant toujours. Non, elle n'était pas courageuse. Elle ne l'avait pas été, non. Elle avait juste survécu, elle avait avancé. Et il n'avait pas à s'excuser. S'excuser de quoi ? Elle était seule fautive dans cette histoire. La seule à devoir payer le prix fort, la seule à devoir porter le fardeau de la mort de leurs parents. Elle ne laisserait pas John le porter à sa place. Alors elle l'enlaça, elle passa ses bras autour de son cou, tandis qu'il s'effondrait sur ses genoux, parce que c'était la seule chose qu'elle pouvait faire. Elle avait fait des erreurs, et elle les assumerait jusqu'au bout. Mais il n'avait pas à en prendre la responsabilité. Malgré tout, elle serait toujours là pour lui éviter les peines, les douleurs de la vie, autant qu'elle le pouvait. Son étreinte se resserra, ses larmes perlèrent dans le cou de son frère, dans ses cheveux. La peine était grande, mais, partagée à deux, elle ne semblait plus si insurmontable.

Et puis, comme sa soeur avant lui, John passa de la tristesse à la colère. Alexa aussi avait appris à haïr, elle qui n'avait jamais haï de sa vie. Elle aussi, elle avait fait une place à la vengeance, dans son coeur. Elle aussi, elle avait décidé que ceux qui avaient fait ça mourraient un jour, et John empruntait le même chemin. Alors, tout à coup, Alexa se dit que son raisonnement ne pouvait pas être si mauvais, au final. Que la vengeance était une suite logique à tout ça, qu'elle était même légitime. Et que, au final, c'était tout ce qu'il leur restait, à eux, eux qui avaient tout perdu sans pourtant rien mettre en jeu.

Quand John se releva, Alexa fut emportée par son élan et se retrouva debout à son tour. Oui, elle suivrait son frère, elle le suivrait jusqu'au bout. Elle ferait tout pour le protéger des dangers qui les attendaient sur le chemin qu'ils allaient prendre. Elle serait là, elle expierait sa faute, et elle paierait pour ses erreurs, en vengeant les innocents et en soutenant la dernière famille qui lui restait.

- Alors on fait le même serment, John, souffla la jeune femme en essuyant doucement les traces de larmes sur les joues de son frère. On se vengera, tu vas voir. Ils paieront, tous, tous autant qu'ils sont. Tout ce qui est pris doit être rendu, et les vies qu'ils ont fauchées seront reprises.

Alexa avait déjà accepté le fait qu'elle n'était pas une bonne personne. Elle savait qu'elle ne le serait jamais. Quand on pensait à la vengeance, on se découvrait un côté sombre qu'on pensait pouvoir éviter toute notre vie. Quand on mettait la vengeance à exécution, on acceptait cette part de nous. Alors, pour la jeune femme, cette part faisait partie d'elle depuis un moment maintenant. Et elle l'acceptait totalement. Elle se reposait dessus, parce qu'il fallait bien qu'elle se souvienne de pourquoi elle faisait tout ça.

- Je serais toujours là, frangin, dit alors tout doucement Alexa. Et maintenant qu'on s'est retrouvé, maintenant qu'on est de nouveau à deux, tu verras, on sera plus forts. On a toujours été plus forts à deux, John. Et je te promets que tout ira mieux. Je te promets de tout faire pour que tout aille mieux.

Quitte à se perdre dans les ténèbres qu'elle fuyait tant, Alexa protégerait son frère. Quoi qu'il lui en coûte, elle le garderait en vie. Elle ne referait plus la même erreur.

Plus jamais.

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Contrôleur du Magicobus
    | Contrôleur du Magicobus
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 18/03/2017
    Parchemins postés : 68



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    John L. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Jeu 20 Juil - 23:32



Il ne lui en voulait pas, et ne lui en voudrait jamais. Alexa n’était en rien responsable de la mort de leur mère, de leur père. Il ne pourrait jamais la haïr pour ce qu’elle n’avait pas fait. Pourtant il comprenait pourquoi elle culpabilisait. Lui-même était persuadé que si leur père avait trouvé la mort ce jour là, c’était par sa faute. Il se disait parfois qu’il aurait dû prendre la place de Riley, et la laisser vivre avec Noah. Tous ces gens qu’il avait laissés mourir sur son chemin, avaient dépendu de lui à un instant T, et il n’avait rien fait pour les sauver. Il n’avait pas été où il fallait, fait les bons choix. Alors si Alexa s’en voulait pour leur mère, il ne pouvait pas le lui reprocher, quand bien même il ne l’accuserait jamais. Parce qu’au final, ce n’était pas tant leur faute, mais celle de tous les Mangemorts. C’était eux, les assassins. Eux, qui devaient subir la douleur des morts qu’ils avaient causés. Et à deux, ils leur feraient comprendre.

Mais en attendant, à cet instant où il apprenait la mort de leur mère, il avait besoin d’Alexa. Il avait baissé les armes, laissé tomber sa carapace pour s’abandonner à ses émotions. Si d’habitude, il refusait d’être faible devant elle, se donnait le devoir d’être celui qui protégeait l’autre, d’être toujours plus fort pour la soutenir, ce n’était pas le cas aujourd’hui. Il s’abandonnait dans les bras de sa sœur, vaincu par le chagrin. Il avait besoin d‘elle comme d’un enfant cherchant le réconfort de sa mère. Elle était désormais sa seule famille, la seule sur qui il pouvait vraiment compter, la seule qui le connaissait vraiment. Ce serait désormais pour elle qu’il vivrait, qu’il se battrait.  

Grâce à elle, il était enfin en train de trouver la paix intérieure. Alors que les larmes ruisselaient sur ses joues, envahit de chagrin et de colère, il se laissait aller. Il libérait enfin ses émotions qu’il avait gardé pour lui depuis si longtemps. Ces deux longs mois de fatigue et de peur, enfermé par les Rafleurs. Le deuil de Riley. La crainte perpétuelle de perdre aussi Noah. Celle de ne jamais retrouver sa sœur. Ces jours, ces mois, ces années à marcher sans jamais trouver l’espoir d’avancer.  Toutes ces angoisses, ces nuits sans trouver le sommeil, ses colères, ses tristesses. Il évacuait tout à cet instant, dans les bras de sa sœur. Il l’avait retrouvée, enfin, et pourrait avancer et accepter grâce à elle. Tandis qu’elle lui faisait le serment qu’ils se vengeraient, qu’elle balayait les larmes de son frère du bout des doigts, John savait qu’il en serait ainsi. Ce qu’ils s’apprêtaient à faire ensemble n’était certainement pas une bonne chose. Mais John n’en avait jamais rien eu à carrer de ce que les autres pensaient, si ce n’est sa sœur. Mais Alexa était avec lui. Et si elle était à ses côtés, peu importait qu’ils se salissent les mains. Si le sale boulot devait être fait pour que cette terre soit débarrassée du mal, ils n’auraient pas honte de si coller. S’ils n’étaient pas des Ténèbres, ils seraient les démons de la Lumière. Les Mangemorts feraient mieux de surveiller leurs arrières. Ils seraient les Anges Noirs qui faucheraient leurs âmes.

    ▬ Je ne te lâcherais pas. Ils craindront le nom des Turman. Ils récolteront ce qu’ils sèment. Il attrapa la main d’Alexa, afin d’officialiser ce serment. Je jure de venger toutes les âmes perdues et celles en peine.


Il plongea ses yeux dans ceux de sa sœur, sellant leur accord. Puis, doucement, il la lâcha. Les yeux encore humides, il lui fit un sourire, emprunt de détermination. Il essuya les dernières larmes sur ses  joues, et observa le visage de sa sœur. Il voyait à quel point elle avait dû être marquée par tous ces événements. Si lui était toujours dévasté, il se promettait de lui rendre le sourire. Ils ne pourraient peut être pas retrouver leur vie d’autrefois, mais John mettrait tout en œuvre pour qu’Alexa puisse avoir l’existence qu’elle mérite. Heureuse et entourée des gens qu’elle aime. Il comptait bien veiller à ce que plus personne ne lui face de mal.

Fatigué et endeuillé, John soupira. Il se posa de nouveau sur le canapé, perdu par toutes ses émotions contradictoires. Si le choc était rude, et qu’il allait pleurer sa mère encore longtemps, il savait qu’il ne pouvait pas se laisser aller. Il était épuisé de tout, et pourtant tellement en colère. Il tourna la tête vers sa sœur, l’invitant à prendre place près de lui.

    ▬ Tu sais, si j’ai tenu pendant tout ce temps loin de toi, c’est grâce à l’espoir que j’avais de vous revoir, Maman et toi. Je… Je sais que j’ai eu raison de m’accrocher, puisque je t’ai retrouvée. Il se mit à déglutir, baissant les yeux. Et même si Maman… Enfin, s’il n’y avait plus que toi au final, je sais que j’ai bien fait de survivre. Je ne compte pas abandonner Alexa, pas après tout ça. Après ce que j’ai vécu pour te revoir enfin.


Il se redressa légèrement, et chercha le regard de sa sœur. Il ne comptait pas se plaindre de ce qu’il avait vécu, Alexa n’avait pas moins souffert. Mais s’il lâchait prise maintenant, il ne se relèverait pas. Non, ce serait tout le contraire. Il lèverait les armes.

    ▬ Je veux rejoindre l’Ordre.


Il décida qu’alors, plus rien ne saurait l’arrêter.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Mer 2 Aoû - 0:40

La haine, c'était une chose qu'Alexa avait tenté de rejeter, au départ. On avait toujours peur de ce sentiment, au début. C'était fort, c'était brutal, et c'était destructeur. C'était ça qui donnait envie de hurler à plein poumons, jusqu'à ne plus avoir de voix, qui donnait envie de tout détruire sur son passage, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien pour nous faire souffrir. C'était ça qui suivait la mort, ça qui empêchait d'avancer. La colère d'Alexa, sa culpabilité, sans qu'elle ne s'en rende compte, l'empêchait de faire son deuil. Et c'était la même chose pour John. Mais la haine, l'envie de vengeance avait cette particularité d'aveugler les gens, de les pousser à croire qu'ils étaient assez forts pour supporter ça. Alors qu'en fait, non. Ils étaient tellement inexpérimentés. Ils étaient de simples novices. Ils croyaient savoir ce que ça faisait de tout perdre. Mais ils ne se rendaient pas compte de tout ce qu'ils avaient encore, de tout ce qui pouvait encore leur être enlevé. Ils se pensaient fort. Oui, à deux, on est toujours plus fort. Mais ce n'était qu'une illusion, qu'un mirage. Ils allaient se rendre compte, très bientôt, que rien n'était plus difficile que de se battre, que d'avoir peur, que de douter à chaque instant, à chaque pas. Ils se pensaient prêts, mais ils ne le seraient qu'une fois qu'ils auraient affronté la vérité de cette guerre qui ne leur laisserait pas un instant de répis. Alors oui, ils se battraient. Peut-être seraient-ils ce duo, craint des ennemis, qui faucherait les âmes noires des Mangemorts. Mais ils perdraient beaucoup, en contre-partie. Et ils ne le savaient pas. Pas encore. Alors Alexa serra son frère dans ses bras, acceptant d'être ceux qui seraient le plus proches des Ténèbres. S'il fallait ça pour que le bien triomphe, alors oui, elle acceptait. Elle acceptait la vengeance, la haine, la colère, la culpabilité. Elle acceptait tout.

- On y arrivera. Tu verras.

Epuisée par tant de chagrin, et par tout ce qui s'agitait en elle à ce moment précis, Alexa se laissa tomber avec son frère sur le sofa et se cala contre lui. Elle avait besoin de ce contact. Besoin de savoir qu'il était réllement là, que tout ça n'était pas qu'un simple délire. Elle avait besoin d'être rassurée. Alors elle posa sa tête sur son épaule et l'écouta. Elle s'en voulait de tous ces espoirs qu'elle venait de briser chez son frère. Elle s'en voulait terriblement. Mais elle était fière, aussi. De voir qu'il étiat toujours là, prêt à se battre, prêt à agir. Oui, il avait tenu. Il avait traversé tant de chose. Et, oui, il tiendrait encore. Il voulait s'engager dans l'Ordre ? Alexa n'en était même pas étonnée. Elle se serra davantage contre son frère.

- Je vais arranger ça, souffla la jeune femme, un peu calmée. Je vais parler de toi. Tu n'auras aucun mal à entrer. Je me porterais garante. Tu passeras quelques tests, et puis ce sera bon. Je te promets que tout ira bien.

Alexa aurait pu promettre la lune si John le lui avait demandé, et elle aurait tenu sa promesse. Elle était prête à tout pour son frère. Elle était prête à le soutenir jusqu'au bout. Elle serait là. Elle serait sa famille. Soudain, sans trop savoir pourquoi, Alexa pensa à son père biologique. Oui, peut-être qu'il était toujours vivant. Elle ne savait, elle ne l'avait plus revu depuis ses quatres ans. Et quand elle pensait que ce salaud devait être tranquille, dans son petit monde, à ne rien savoir d'eux. Elle sentit un regain de haine la prendre à la gorge. La vie était injuste. Son père, son vrai père, méritait la vie bien plus que cet autre, cet homme qui n'avait jamais su les assumer. Et sa mère, sa merveilleuse mère... Alexa ne cessait de la regrettait. Elle lisait et relisait ses livres, pour retrouver un peu de son souvenir. Elle n'avait même pas de photos... Et plus rien ne pourrait lui permettre de profiter une nouvelle fois de l'étreinte maternelle, de la voix chaleureuse de son père. Non. Plus rien. Il ne lui restait que John, et elle veillerait sur lui, même si elle devait donner sa vie pour ça. Elle voulait tout savoir, que plus rien ne les sépare.

- John... Parle-moi. Dis-moi. Qu'est-ce que tu as traversé ? Qu'est-ce qu'ils t'ont fait ? Est-ce que... est-ce que tu as beaucoup souffert ? demanda la jeune femme, les larmes revenant à la charge. Dis-moi. Je ne veux pas que tu souffres de tout ça. Je veux pas que ça te ronge. Je... Je veux plus jamais te voir souffrir !

L'étreinte de la jeune femme se referma autour de son frère et une larme roula de nouveau sur sa joue. Elle ne voulait plus jamais le voi pleurer. Elle voulait qu'il retrouve sa joie d'avant, celle qui faisait de lui ce trublion que tout le monde aimait tant. Elle voulait revoir ses yeux pétiller, elle voulait le revoir sourire comme il savait si bien le faire. Elle voulait qu'il redevienne comme avant, que tout redevienne comme avant. Elle voulait que la tristesse s'envole, loin, très loin d'eux. Elle voulait être forte. Elle voulait le protéger, l'aider, être un pilier pour lui, être aussi forte qu'il l'était pour elle.

- Désolée... J'essaie d'être forte, tu sais. J'essaie de rester debout, mais... tout ça... C'est trop pour moi. Trop de joie et de tristesse à la fois, souffla la jeune femme, la visage enfouis contre le bras de son frère. Je veux plus te voir souffrir. Et je ferais tout pour t'aider, pour te soutenir. On sera plus forts ensemble? Tu verras, John. A deux, on sera plus forts.

Et c'était une promesse. C'était promis, juré, caché. Alexa serait plus forte.

Croix de bois, croix de fer. Si elle ment, que les Mangemorts aillent en enfer.

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Contrôleur du Magicobus
    | Contrôleur du Magicobus
    avatar
    Date de naissance du joueur : 19/12/1996
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 18/03/2017
    Parchemins postés : 68



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    John L. Turman


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman Mer 2 Aoû - 12:38



Il savait qu’il se laissait bien trop prendre par ses émotions. Alexa  avait toujours été plus douée que lui, pour ça. John n’avait plus qu’une envie, déchaîner sa haine et détruire la vie de tous ceux qui avaient anéanti la leur. Il était impulsif, rancunier, et se découvrait vengeur et violent, son cœur était noircit par cette animosité. S’il n’était pas envahit de tristesse, à cet instant là, il aurait sans doute été démolir les murs de cette maison, par pure rage. John savait qu’il allait devoir se contrôler, ne pas céder, être capable d’avancer sans désirer la mort du moindre mage noir qu’il pourrait croiser. Pendant deux ans à cavaler, il était parvenu à se maîtriser, à choisir le combat ou la fuite, mais n’avait jamais agit inconsciemment. Seulement cette fois, c’était trop. Ils l’avaient affamé, torturé, brisé. La mort de leur mère sonnait le glas de la révolution.

Avoir sa sœur tout contre lui parvenait à apaiser ses pulsions. C’était la seule personne qui parviendrait à le contenir, à présent. La seule en qui il pourrait avoir une véritable confiance, qu’il s’autoriserait à écouter et à vraiment aimer. Il allait aussi devoir prendre soin de Noah, le protéger et lui apprendre à se défendre seul. Ils rejoindraient tous les deux l’Ordre, vengeraient ceux qu’ils avaient aimé. Ils avaient Alexa désormais, et pour John, plus rien n’était impossible. Il caressa tendrement la tête de sa sœur alors qu’elle se posait contre lui. Il devait se montrer fort pour elle, il ne devait pas se laisser submerger.

    ▬  J’ai confiance Alexa, je sais que tu feras ce qu’il faut, soupira-t-il, épuisé par le chagrin et la haine.


Là-bas, il apprendrait. On lui enseignerait ce qu’il fallait savoir sur leur adversaire, il rejoindrait le bataillon et participerait aux missions. On calmerait sa colère, apaiserait ses peurs et l’aiderait à combattre. Il savait qu’il en avait besoin, qu’on le tienne un peu par les rênes, qu’on lui remette les idées en place. John se rendait bien compte que s’il se laissait faire, il ne deviendrait qu’un animal sauvage enragé. Il n’était plus vraiment sociabilisé, depuis deux ans. Noah avait été le seul à qui il parlait vraiment. Ils avaient souvent dû dormir à la belle étoile, parfois le ventre vide. Ils auraient sans doute dû revenir à Londres plus tôt, mais tout était encore trop frais, ils avaient dû laisser le temps au temps, attendre qu’on les oublie. Désormais, le Gouvernement était concentré ailleurs, c’était maintenant qu’il fallait frapper.

John se retourna vers sa sœur et lui attrapa la main, la serrant fort contre son cœur. Il se devait de lui dire la vérité, et ne prendrait pas de pincettes. Ce serait dur, mais elle devait accepter comme il essayait lui-même de le faire.

    ▬ Ça va me ronger, Alexa, tu ne peux rien y faire et tu ne dois pas te faire du mal pour ça. Je vais en faire des cauchemars, parfois, je vais même hurler la nuit. Mais tu ne devras pas t’en faire, c’est mon corps qui évacue, c’est le processus d’acceptation, de guérison. Mais tu seras là pour me soutenir, et je serais là pour calmer tes peurs. Tu as raison, tant qu’on est ensemble, plus rien ne peut plus nous arrêter. Il fit une longue pause, cherchant comment il pourrait raconter ce qu’il avait vécu. Je suis resté deux mois là-bas, chez les Rafleurs. On était enfermés dans une cave, plusieurs nés-moldus. C’est là que j’y ai rencontré Noah, il avait aussi perdu ses parents. Certain d’entre nous sortaient et ne revenaient jamais, probablement tués. C’était difficile, là dedans, j’ai été brisé Alexa. Puis il y a eu la fois de trop. Nous avions décidé d’unir les forces qui nous restaient, de fuir. Et la fuite dure depuis deux ans, à présent.


Il ne parla pas de Riley. Pas parce qu’il souhaitait la cacher à sa sœur, mais parce que parler d’elle était toujours douloureux. Peut être pourrait-il partager ça avec elle un jour, mais c’était encore trop tôt. John avait l’impression que, s’il évoquait son nom, ses souvenirs avec elle s’envoleraient à jamais. Même Noah ne parlait jamais d’elle, voulait sans doute aussi conserver sa mémoire en lui.

    ▬ Tu sais, le Sortilège Doloris est encore plus douloureux que ce que l’on raconte. Son regard était noir, vengeur. A leur tour de savoir ce que souffrir veut dire.


La sentence était tombée.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman

Revenir en haut Aller en bas

On est plus fort à deux, frangin || John L. Turman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique
-