POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

I get lost in your eyes ft Yan Anderson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Historien ;; professeur au chômage
    |  Historien ;; professeur au chômage

avatar
Date de naissance du joueur : 04/03/1996
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 20/02/2017
Parchemins postés : 39



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Logan Wellington


MessageSujet: I get lost in your eyes ft Yan Anderson Sam 25 Mar - 15:14



I get lost in your eyes
Logan Wellington & Yan Anderson

Devant le miroir, un colosse doit se courber légèrement pour être en face de son reflet. Il plonge ses mains dans l’eau et l’envoie sur son visage dans une tentative vaine pour faire disparaître ses traits fatigués. Saisissant ensuite le peigne, il fait glisser les dents de plastique dans sa tignasse et la plaque en arrière. Pour l’occasion, il a rasé proprement sa barbe poivre et sel, qui orne harmonieusement sa mâchoire trop carrée. Sa coupe de cheveux est aussi revisitée. Le sorcier a su au fil des ans que les cheveux longs lui vont bien au visage, mais c’est loin d’être aussi pratique qu’un crâne rasé. Alors il a trouvé une solution satisfaisante. En effet, il porte les cheveux longs sur le dessus, rejetés en arrière pour donner du volume, mais les côtés de son crâne sont rasés.

Cette nouvelle image lui donne un peu plus d’assurance. Il gonfle le torse et ses yeux bruns sont pleins de détermination. Aujourd’hui, il va tenter de changer de vie. La période où il s’enfermait dans son appartement, seul et aigri est révolue. La vie vaut encore la peine d’être vécue. Logan Wellington a certes perdu l’amour de sa vie, mais ça ne veut pas dire qu’il doit se laisser mourir aussi. Ce n’est pas ce qu’elle aurait voulu. C’est pour ça qu’au début du mois, il a décidé de s’inscrire dans un programme de rencontre pour célibataire endurci. Et en cette belle matinée ensoleillée, il est prévu qu’il aille rencontrer quelques personnes dans un bar.

C’est un programme moldu, mais ça ne dérange pas le moins du monde notre colosse brun, habitué à la fois à la vie trépidante des sorciers, mais aussi à celle plus rationnelle des moldus. Après tout, son père en était un et il a passé sa petite enfance dans une école moldue avant que ses pouvoirs ne se révèlent et qu’il aille étudier à l’excellente école américaine Ilvermorny. Il passe un jean qui parait à la fois décontracté mais aussi assez moulant pour le mettre en valeur là où il faut, un haut simple et une veste en cuir. Le tout est un peu sombre, mais Logan est habitué à porter du noir, que ce soit en robe de sorcier ou en tenue moldue.

Pour ne pas se faire remarquer par des sorciers puristes dans la rue dans une telle tenue, Logan transplane aussitôt dans une avenue moldue qu’il connait, sa baguette cachée dans sa veste. Il déglutit légèrement, mais se force à marcher d’un pas rapide vers le lieu de rendez-vous. Il veut être l’attention d’une autre personne. Voilà trop longtemps qu’on n’a pas caressé sa peau rêche, qu’on a passé son bras au sien. Trop longtemps qu’il n’a pas goûté des lèvres chaudes  sur un visage souriant, et trop longtemps qu’il a fait rougir un beau faciès. Trop longtemps qu’il a senti un corps brûlant sous le sien…

Contenant ses pensées érotiques, Logan rentre dans le bar, les mains dans les poches. Il se dirige vers le bar et se prend aussitôt un café, espérant que ça lui donnerait un peu de courage. Puis le grand brun va s’asseoir sur une table libre et inspire un grand coup avant se redresser son dos. En espérant qu’il ne se prenne pas un râteau dès le début de la journée. Autour de lui, des personnes commencent déjà à se rapprocher, à flirter et à échanger des sous-entendus. Bordel. Il a envie d’aimer, lui aussi…

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Vendeur à la Ménagerie Magique
    |  Vendeur à la Ménagerie Magique

avatar
Date de naissance du joueur : 05/05/1985
Âge du joueur : 32
Arrivé sur Poudnoir : 25/02/2017
Parchemins postés : 24



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Yan Anderson


MessageSujet: Re: I get lost in your eyes ft Yan Anderson Lun 27 Mar - 19:26



I get lost in your eyes
Logan Wellington & Yan Anderson

La peur. Si cette personne existait, elle passerait ses jours en ma modeste compagnie, préférant s'occuper de moi que d'un autre. Je devrais la porter sur le dos, ou la traîner à ma suite comme le boulet d'un prisonnier, supportant son poids en plus du mien. Je devrais subir sans rien dire, alors même qu'elle pose sa main sur mes lèvres pour m'empêcher de parler, d'exposer une simple idée... Un vrai trouillard, un lâche. Chaque jour qui se lève, je me répète ça, sans ne jamais l'oublier. L'autre soir au bar avec Augusta, je m'étais tout simplement surpassé. J'avais réussis à imposer mes idées, avec plus de cran que jamais ! Depuis cette étrange et soudain événement, je fais en sorte de faire quelque chose de courageux au moins une fois par jour, afin de faire du courage quelque chose de plus en plus automatique, jusqu'à un jour peut-être surpasser la peur elle-même, la narguant d'un franc sourire au passage en guise de vengeance pour toutes ces années à me coller le train et à me coudre les lèvres d'un fil de ténacité.

Je me regarde fixement dans le miroir, comme si quelque chose n'allait pas. Bien sûr, tout ne va pas. J'ai l'impression de voir un étranger, la plaque rectangulaire réfléchissante devenant pareil à une fenêtre tout à coup. Une fenêtre qui me laisserait contempler un parfait inconnu. Moi qui suis habituellement à n'en avoir que faire de mon physique, regardant partout autour de moi sauf le miroir quand je me brosse les dents, je suis entrain de m'épier sérieusement. Voilà quelques jours de cela, ma démarche courageuse de la journée avait été de m'inscrire sur un site de rencontre. Quelle connerie ! Encore plus grosse que moi ; chose facile il est sûr. Le site de rencontre est un procédé moldu qui permet à ces derniers de se rencontrer lorsque la solitude devient trop récurrente. Et moi, j'ai envie de changement. Je passe le plus clair de mon temps dans le monde des sorciers ; le chemin de traverse, les bars ou magasins sorciers, mon magasin rempli jusqu'au plafond d'animaux magiques ou non, j'éprouve ainsi l'envie réelle de changer un peu d'air. Toujours vierge à 32 ans, il y a de quoi s'inquiéter sérieusement. J'ai toujours refoulé mon homosexualité, je n'ai jamais pu le faire avec une femme et résultat de l'équation, je suis toujours tout seul. Le site de rencontre moldu, j'avais espéré simplement m'y inscrire pour ne plus jamais m'y connecter. Mais une invitation m'a finalement fait changer d'avis. J'ignorais en prenant ce site qu'il était géré par des moldus ambitieux mais voilà que ces derniers avaient organisés une soirée de rencontre dans un bar pour les célibataires. Voilà une occasion pour moi de changer les choses et de peut-être conclure. L'avantage, c'est que je ne risque pas de recroiser le moldu si ça se passe mal avec lui, on ne peut pas dire que je sois souvent dans les lieux fréquentés par ces derniers et qu'il y a vraiment très peu de chance pour qu'un moldu se retrouve un jour dans ma boutique...

Je respire profondément et reprends courage comme je le peux. Je parviens enfin à me glisser sous la douche, me savonnant bien comme il faut. Une fois prêt, je sors, me sèche et m'habille comme je me sens à l'aise. Mes vêtements sont assez passe-partout selon moi. Allant plutôt bien dans un monde que dans l'autre, assez sobre et classieux sans jouer les m'as-tu-vu. Je pose mon chapeau sur mon crâne, me saisis de mon manteau et en route pour le bar aux moldus. Assez peu près à toute cette mascarade, je marche encore plus lentement que d'habitude, laissant le bar se remplir bien comme il faut afin que mon arrivée passe un maximum inaperçue. Je passe le pas de la porte, lentement, gardant mon chapeau enfoncé sur mon crâne bien comme il faut. Je me faufile au comptoir et commande un café au lait. Mais voilà que je me sens stupide, j'aurais tout simplement pu aller m'asseoir directement à une table. Serrant les lèvres, j'attends patiemment et calmement que l'on m'apporte mon café. Je souris, dis merci et l'attrape. Me voilà qui fuit en direction d'une table un peu plus reculée, mais lorsque la peur me laisse tranquille, il faut que la maladresse s'y mette ! Deux célibataires semblent avoir trouvé leur future conquête, mais l'homme laissait dépasser très légèrement sa jambe. Je trébuche lamentablement et chute sur une table, mon café allant se vider sur un homme seul, qui devait sans doute attendre quelqu'un. Je me redresse, les yeux grands ouverts en me rendant compte de ma bêtise. J'ai entièrement trempé la zone de son entre-jambe. Peut-être même brûlé !

- Oh mon dieu je suis vraiment désolé ! J'ai pas fait exprès pardonnez moi !



black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Historien ;; professeur au chômage
    |  Historien ;; professeur au chômage

avatar
Date de naissance du joueur : 04/03/1996
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 20/02/2017
Parchemins postés : 39



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Logan Wellington


MessageSujet: Re: I get lost in your eyes ft Yan Anderson Mer 12 Avr - 17:15



I get lost in your eyes
Logan Wellington & Yan Anderson

Au final, cette session de rencontres entre célibataires s’annonce plutôt bien. Le café est plein, assez pour ne pas qu’on entende un silence gênant dans la salle mais pas bondé au point de perdre la tête. La décoration n’est pas trop mal, ce n’est un pas un de ces bars modernes aux couleurs froides. Au contraire, le rouge est la couleur dominante des papiers peints, les chaises sont en bois et garnies de petits coussins pour le postérieur de ces messieurs-dames. Le portrait final du lieu ressemble trait pour trait à un bar typiquement sorcier en fait, avec ce goût pour la tradition exacerbée que les sorciers affectionnent tant, presque au point de ne pas vouloir évoluer. Il est certain que côté magique, on est bien loin de vivre  avec toutes ces machines moldues et ces designs futuristes.

Il n’y a qu’à voir la mode des sorciers. Les hommes portent toujours ces longues robes, et les femmes ont un peu plus de liberté de ce côté-là. Qu’est-ce que Logan donnerait pour enfiler son jean plus souvent… Mais avec le gouvernement conservateur actuel, ce serait passer pour un fou dangereux adorateur de moldus, voir même un révolutionnaire.

Quoi qu’il en soit, le colosse semble avoir trouvé chaussure à son pied. Une belle femme le contemple d’une autre table. Elle a des cheveux rouge et un regard pétillant, et quelques grains de beauté sur le bout du nez. Un portrait tout à fait charmant d’une femme qui semble de prime abord énergique et chaleureuse. Logan répond à son sourire et pose les mains sur sa table pour s’aider à se soulever, voulant visiblement rejoindre la belle pour commencer une discussion.

C’est sans compter la maladresse d’un gringalet qui passait à côté de lui. Tout le contenu de son café se renverse sur son entrejambe et s’éparpille allègrement sur toute sa zone intime. Logan se fige quelques instants, pas bien sûr de ce qu’il vient de se passer, puis pousse un juron sonore lorsque la douleur monte et se fait pressante. Le colosse se tortille aussitôt sur son siège et se déboutonne le jean pour tenter de diminuer la brûlure en limitant les contacts entre le tissu et son cher caleçon. S'il n'était pas entouré de moldus, il aurait bien sorti sa baguette pour se soulager, mais le professeur n'a guère envie d'attirer l'attention sur lui.

- AH ! Bordel ! Vous ne pouviez pas faire attention ? Râle-t-il sans même jeter un coup d’œil au jeune homme.

Il est bien mignon de s’excuser, mais serait quand même mieux d’ouvrir les yeux quand il marche!

- Ramenez-moi un pichet d’eau et des serviettes au lieu de vous excuser ! Venez m’aider avant que je me brûle au second degré ! Aboie-t-il agressivement.

Quand Logan le veut, il peut être assez autoritaire. Le brun tamponne son entrejambe avec les serviettes qu’il a en sa possession et jette un coup d’œil vers la femme aux cheveux rouges. Un homme vient de s’asseoir à côté d’elle. Poussant un soupire, son regard se porte enfin sur le jeune homme à côté de lui. Ses yeux le détaillent avec surprise puis avec une certaine gourmandise, alors qu’il remarque que ce maladroit exaspérant est en fait… Plutôt sexy. Peut-être qu’il sera plus facile de le pardonner que prévu…

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Vendeur à la Ménagerie Magique
    |  Vendeur à la Ménagerie Magique

avatar
Date de naissance du joueur : 05/05/1985
Âge du joueur : 32
Arrivé sur Poudnoir : 25/02/2017
Parchemins postés : 24



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Yan Anderson


MessageSujet: Re: I get lost in your eyes ft Yan Anderson Jeu 13 Avr - 21:14



I get lost in your eyes
Logan Wellington & Yan Anderson

Il fallait que cela m'arrive, le jour où je décide de laisser ma trouille au vestiaire pour enfiler ma tenue de combat. Je voyais cette après-midi comme un genre de course de saut de haies. Plus encore qu'une course en réalité, il s'agissait pour moi d'un réel championnat, d'une épreuve importante où je ne devais pas échouer. Mon homosexualité n'est pas une chose que j'assume vraiment, je la cache, j'en ai clairement honte. Et je me disais que participer à cette rencontre pour célibataires moldus ne pourrait rien m'apporter de déplaisant. En effet, même si cela tourne mal, les moldus qui sont là, je ne les reverrai jamais. Ce n'est pas comme si c'était une rencontre de sorciers, au quel cas je n'aurais absolument pas pointé le bout de ma baguette. Je crois qu'à choisir, j'aurais finalement filé dans la forêt interdite pour aller voir les Sombrals. J'aurais été plus tranquille et ces magnifiques bêtes ne porteraient toujours pas le moindre jugement sur moi...

A l'instant de l'impact avec l'inconnu, parfaite montagne de muscles qui peut m'endormir d'une simple claque sur le nez s'il le souhaite, j'aurais préféré disparaître immédiatement. La légendaire cape d'invisibilité m'aurait à ce moment bien aidé ! Je suis persuadé que son détenteur aime à la porter lorsque la situation qui l'entoure devient trop dérangeante. Quant à nous, simples sorciers ou même moldus, devons faire face à la situation malaisante, même lorsqu'on est mort de honte comme maintenant. Moi qui cherchais à ne surtout pas me faire remarquer, je viens de lamentablement échouer. Le colosse sur qui j'ai renversé l'entier contenu de ma tasse pousse un cri sonore, qui a sans le moindre doute alerté toutes les personnes présentes dans le bar.

- AH ! Bordel ! Vous ne pouviez pas faire attention ?

Mon premier reflex est évidement de porter la main sur mon veston, sous lequel se cache ma baguette, mais je me ravise presque aussitôt, figé par ma stupidité. Je n'imagine même pas ce que le ministère m'aurait-fait s'il avait appris que j'ai failli dégainer ma baguette en plein milieu d'un bar moldu ! Et d'ailleurs, c'est maintenant que je me sens le plus idiot. Sans ma baguette, qu'est-ce que je peux faire pour stopper la brûlure ?

- Ramenez-moi un pichet d’eau et des serviettes au lieu de vous excuser ! Venez m’aider avant que je me brûle au second degré ! Aboie-t-il agressivement.

Comme une claque mentale, ses parents raisonnent. Je regarde à droite, à gauche, et me jette sur une table voisine qui avait, posé en son centre, le pichet d'eau glacial. Je m'en saisi et en jette la moitié environs sur les attributs de l'homme, freinant bien vite mon geste après l'avoir trempé jusqu'aux os à présent. Je regarde à nouveau partout autour de moi, me ruant sur des serviettes pour venir éponger son entre-cuisse mais encore une fois, je finis par lâcher prestement les serviettes... Je viens littéralement de le brûler, pour le tremper, pour enfin lui frotter une zone intime devant tout le monde, à un endroit où il était sans doute venu pour paraître classe, distingué et essayer de séduire une femme ou deux. Je me recule rapidement, posant ma main sur mon propre front. Je suis brûlant sous le stresse, mon cœur bat à cent à l'heure ... Me sentir plus stupide et empoté n'aurait pas été possible.

- Je suis... Vraiment maladroit ! L-Laissez moi ... Vous rembourser votre Jean si vous le désirez !

Vue l'étendu de la catastrophe, se serait une tenue au complète que je devrais lui payer. L'eau s'est étirée jusqu'à son t-shirt et le café aussi. Je n'ose même pas imaginer l'état de son caleçon en réalité. Toujours sans grande réflexion, je lui attrape le poignet et l'entraîne prestement à ma suite. avec un peu de chance, il y aura un séchoir dans les toilettes pour homme et je pourrai peut-être réparer ma bêtise, au moins limiter les dégâts. Je pousse donc la porte, lâchant enfin l'homme pour me précipiter vers le papier, en prenant en masse pour venir éponger l'homme, essayant d'absorber un maximum d'eau pour espérer le rendre parfaitement sec un peu plus tard grâce aux séchoirs à notre disposition. Je suis rouge de honte, presque un peu tremblant à l'idée de faire une autre connerie du même genre.

- Vraiment je suis désolé, je n'aurais pas du venir dès le départ je me doutais que se serait une pure imbécillité !

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Historien ;; professeur au chômage
    |  Historien ;; professeur au chômage

avatar
Date de naissance du joueur : 04/03/1996
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 20/02/2017
Parchemins postés : 39



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Logan Wellington


MessageSujet: Re: I get lost in your eyes ft Yan Anderson Mar 16 Mai - 20:47



I get lost in your eyes
Logan Wellington & Yan Anderson

Alors que Logan commence de nouveau à se détendre à la vue de ce beau brun qui s’affaire pour réparer sa faute autour de lui, il se crispe de nouveau lorsqu’il sent l’eau froide, voir même glaciale, qui déferle sur son jean. Bien vite l’eau pénètre le jean et il se mord la lèvre violemment pour ne pas gémir alors que le froid lui attaque l’intimité. Par merlin, ce sale petit moldu…

Mais le petit énergumène ne semble pas avoir fini ses bêtises  – c’est à se demander si c’est une caméra cachée  – puisqu’il se saisit d’un gros tas de serviettes et qu’il l’applique sur l’entrejambe de Logan. Médusé par tant de maladresse, Logan l’observe faire sans réagir, avec des yeux de hiboux tant ils sont écarquillés. Alors que le moldu frotte avec acharnement son intimité, le colosse le dévisage d’un peu plus près. Il est magnifique. Ses yeux clairs sont envoûtants, d’autant plus que l’anxiété qu’on peut lire dans ses prunelles lui donne un air vulnérable tout à fait au goût de Logan. Il a une mâchoire bien carrée et des cheveux volumineux et soyeux. De loin le plus bel homme de la salle.

Finalement, le jeune homme semble se réveiller et comme un fiévreux il porte la main à son front alors qu’il réalise ce qu’il a fait. Logan hausse les épaules à sa demande et ronchonne :

- Ecoute, on ne va pas….

Mais c’est peine perdue de raisonner avec un excité comme celui-là. On dirait un niffleur en face d’une belle pile de pièces d’or. Logan le laisse saisir son poignet et se lève avec lui, craignant qu’il lui fasse une autre connerie s’il le contredit. Un peu gêné de devoir passer devant les clients du bar, la plupart le sourire aux lèvres en voyant un tel désastre, Logan grommelle dans sa barbe et essaie de cacher la grande tâche d’eau sur son pantalon avec sa main libre. Encore heureux qu’il n’a pas enfilé un pantalon de toile ce matin, ce ne serait plus que du tissu détrempé et informe.

Voilà l’excité qui reprend du papier et tente d’éponger son entrejambe malmené. Il se penche vers lui, l’air gêné, les joues délicieusement rouges, les gestes fébriles et malgré cette maladresse à rendre fou plus d’un, il est… terriblement désirable. Comprenant un petit peu trop tard ce qu’il se passe dans son pantalon,  Logan lui saisit soudainement les poignets et le plaque contre le mur pour l’empêcher de se rendre compte de la bosse qui grossit indéniablement dans son caleçon. Logan relève le nez, à quelques centimètres du visage du bel inconnu. Son regard sombre se plonge dans les yeux clairs de son interlocuteur. Il a un si beau regard… Des lèvres pleines qui ne demandent qu’à être embrassées…  On dirait un ange tombé du ciel.

Logan cligne des yeux et finit par se reculer en s’éclaircissant la gorge, le lâchant finalement.

- Désolé. J’aimerais que… Tu arrêtes de me toucher à cet endroit-là.

Il passe sa main dans sa chevelure et saisit lui-même du papier, se séchant l’entrejambe et cachant également la petite bosse qui a décidé de le faire chier.

- Ça va, ce n’est pas trop grave… Enfin, t’en as fait des caisses, mais je survivrais. Il ricane doucement. Tu dois être un sacré maladroit.

Logan lui jette un coup d’œil. Et quand il sera sec, que va-t-il se passer ? Le petit brun va surement s’éclipser comme un voleur, et Logan ne le reverra jamais. Non…  ça, c’est hors de question. Il ne s’est pas fait brûler le pieu pour rien. Logan se redresse un peu.

- En fait, tu m’en dois quand même une. Alors si tu veux te faire pardonner, on va manger quelque part.

Logan grommelle :

- Putain, c’est long à sécher…

Il lui jette un nouveau coup d’œil, et finit par sourire en coin.

- Je m’appelle Logan. Et toi ?

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Vendeur à la Ménagerie Magique
    |  Vendeur à la Ménagerie Magique

avatar
Date de naissance du joueur : 05/05/1985
Âge du joueur : 32
Arrivé sur Poudnoir : 25/02/2017
Parchemins postés : 24



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Yan Anderson


MessageSujet: Re: I get lost in your eyes ft Yan Anderson Dim 21 Mai - 17:52

Logan Wellington a écrit:


I get lost in your eyes
Logan Wellington & Yan Anderson

Je frotte, je frotte, je frotte, ma main tenant le papier absorbant de façon assez fébrile … Je m’acharne sur la tâche, comme si frotter fort pouvait tout sécher en un clin d’œil. La honte me saisit véritablement désormais et je n’ai pas la moindre idée de comment y palier si ce n’est de faire disparaître la tâche et de sécher entièrement son pantalon, qu’il puisse retourner en salle et que moi je puisse fuir. Avec ma baguette en main, les choses seraient tellement plus simples et tout rentrerait si vite dans l’ordre, en quelques secondes, tout au plus… Je ne peux pourtant pas, je me sens à cet instant si stupide et maladroit. Comme un poulet qui possède des ailes mais ne peut pas s’en servir pour voler. Moi, j’ai actuellement une baguette cachée sous mon veston noir et il m’est interdit de m’en emparer, encore plus de l’utiliser. Absorbé dans ma besogne que je ne semble pas vouloir lâcher, je sens soudainement de larges paumes me saisir les poignets. L’inconnu me plaque contre le mur, me tenant loin de lui, s’étirant entièrement pour m’éloigner au plus possible de son entre-jambe. Son regard est d’abord écarquillé, comme celui que l’on a après un sursaut. Puis plus doux, gêné.

- Désolé. J’aimerais que… Tu arrêtes de me toucher à cet endroit-là.

Il me relâche, tandis que je reste quelques instants dans ma position. Il est grand et m’a foutu un léger frisson, j’ai bien cru que cette fois j’allais me prendre un coup de poing … Je sors de ma rêverie lorsqu’il bouge. Il va récupérer du papier, se frottant la tignasse pour finalement se remettre à se nettoyer lui-même. Je suis encore monstrueusement gêné, une sueur froide balayant mon dos en continu alors que je sens mon cœur battre à mille à l’heure. Ce qu’il y a de curieux, qui me rassure autant que cela ne m’inquiète, c’est que mon interlocuteur ne semble pas vraiment m’en vouloir. Ma peur s’évapore doucement, alors que mon faible courage reprend peu à peu les rênes

- Ça va, ce n’est pas trop grave… Enfin, t’en as fait des caisses, mais je survivrais. Tu dois être un sacré maladroit.

Moi qui voulait sortir de ma solitude, me voilà bien. J’étais censé rencontrer une femme aujourd’hui, juste pour essayer d’avoir un contact avec quelqu’un. Essayer de prendre mon courage à deux mains et de parler avec d’autres personnes que des clients dans ma boutique. Mais voilà qui est bien raté, le géant de muscle a raison, une fois qu’il sera sec, je partirai d’ici. Assez de bêtises, je me suis déjà fait bien trop remarqué pour aujourd’hui. Je me frotte doucement le front et m’imagine déjà devoir traverser tout le bar avec les quelques rires moqueurs de ceux qui se souviendront de ma connerie d’il y a quelques minutes...

- En fait, tu m’en dois quand même une. Alors si tu veux te faire pardonner, on va manger quelque part.

La surprise me saisit à la gorge, comme un collet se referme sur celle d’un lapin. Mon regard est figé sur lui. Est-ce qu’il m’invite clairement ? Un rancart ? Je ne veux pas admettre ouvertement que je suis gay. Je ne l’ai jamais fait et ne veut pas le faire maintenant. Comme un instinct, mes pas se décalent, j’étais littéralement prêt à prendre la fuite.

- Putain, c’est long à sécher…

Sur ces mots, je m’immobilise aussitôt. Oui, ma connerie est terriblement longue à effacer, je le vois bien. Dire non reviendrait à lui tendre directement la joue pour me prendre un coup. Je reste ainsi immobile, alors que ses yeux se relèvent soudainement sur moi. Ses grandes prunelles noires qui me fixent, accompagnées de cet immense sourire taquin.

- Je m’appelle Logan. Et toi ?

Je respire longuement, doucement. Courage. Courage. Affirmes-toi. Des tas de gens acceptent des repas chaque jour et personne n’en est encore mort. Je me redresse alors doucement et mets les mains dans les poches, l’observant fixement, la tête légèrement inclinée vers le bas. Un chiot qui hésite à mordre dans le bout de viande qu’on lui tend en somme. Le plus dur est souvent le premier pas. On a peur de se planter, de tomber dans un trou. J’ai la chance qu’il l’ait fait lui-même, car à présent j’ai un peu de clarté sur mon chemin pour ainsi éviter de me prendre un piège.

- Oui… Allons manger. Mais dans ce cas-là, loin d’ici. Je préfère les endroits tranquilles et discrets...

Histoire bien entendu d’avouer que je ne veux pas que l’on me voit en la compagnie d’un homme ! Et d’ailleurs, je suis en accord avec moi-même. Je ne dirai rien au sujet de mon attirance pour les garçons de tout le repas et m’en irait sans rien demander de plus. Je ne le connais pas, et je savais très bien que je venais ici en guise d’expérimentation. Chez les moldus, je ne chercherai jamais le grand amour. C’est trop de complication. Quoi que d’ailleurs, je ne suis même pas sûr de chercher le grand amour chez les sorciers non plus. La pureté du sang est terriblement importante, qu’est-ce qu’on dirait de deux sorciers ensembles.... Des hommes, ça ne peut pas enfanter.

- Je m’appelle Yan … Mais ce repas est peut-être une mauvaise idée à y réfléchir… Je ne sais pas si vous aimeriez que l’on pense de vous que vous vous êtes uriné dessus.

Tentative habituelle de fuite. Chassez le naturel il revient au galop. Je suis tendu comme un manche à ballet, visiblement pas à l’aise. Mais étonnement, après cette phrase dénuée d’émotion, limite froide, je m'apaise un peu. D’une main un peu timide et peu assurée, je pointe le séchoir à mains. Le souffle de cet engin est chaud et vu comme il est grand, il lui suffirait de se mettre en dessous quelques minutes pour avoir un jean à nouveau sec.

- Enfin… sinon vous pouvez toujours essayer ce séchoir ?

Il est clair que j’ai envie de m’enfuir. La première occasion de lui dire au revoir sera d’ailleurs la bienvenue…

- Y a un truc sympas de l’autre côté de la rue … Un pub peu fréquenté…

Un pub où je pourrai aller m’éclipser avec lui dans le fond du lieu pour ne pas être trop remarqué ...

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Historien ;; professeur au chômage
    |  Historien ;; professeur au chômage

avatar
Date de naissance du joueur : 04/03/1996
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 20/02/2017
Parchemins postés : 39



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Logan Wellington


MessageSujet: Re: I get lost in your eyes ft Yan Anderson Mer 24 Mai - 0:58



I get lost in your eyes
Logan Wellington & Yan Anderson

Le jeune homme lui donne l’image d’un chat de gouttière particulièrement méfiant. Il hérisse le poil lorsqu’il rencontre une personne inconnue, il crache quand il ne sent pas en sécurité, et pourtant malgré son sale caractère, c’est le plus bel animal qui soit. Et ce chaton la est prêt à prendre la poudre d’escampette à la première occasion que Logan lui donnera. Il le sent, tout son langage corporel crie son envie presque douloureuse de fuir cette situation incongrue. Et pourtant, Logan ne veut pas le laisser partir. Il tente de le faire rester, et lui demander un repas en échange, comme une dette qu’il doit payer pour sa maladresse, n’est qu’une excuse pour le garder plus longtemps auprès de lui. Peut-être parce que son attitude le met au défi, peut-être parce qu’il est incroyablement séduisant, ou peut-être parce que sa maladresse est malgré tout assez sexy. Tout chez lui transpire une certaine aura de mystère, d’inconnu. Comme une couche de peinture dont il faut gratter la surface pour en révéler la vraie couleur.

Logan voit bien que sa proposition ne l’enchante pas plus que ça. Mais qu’importe. Même si c’est par un geste égoïste de sa part, il veut en apprendre plus sur ce drôle de moldu. Logan le fixe alors que le petit brun se tortille, l’air adorable, s’en vraiment savoir quoi répondre. Il finit par se décider et gonfle son petit torse avant de se jeter à l’eau.

Sa réponse arrache un grand sourire au professeur d’Histoire de la Magie, qui hoche la tête aussitôt. Pas si désintéressé que ça…

- Va pour un endroit calme et tranquille. On fait comme tu veux.

Logan fronce les sourcils à l’insolence de ce Yan, mais décide de ne pas se formaliser. Les chats griffent souvent, c’est bien connu. Logan peut supporter quelques unes de ses griffures.

- Ce que pensent les gens, je m’en contrefous.

Il fixe le séchoir et soupire. Si seulement il pouvait lui dire de sortir pendant quelques secondes, il pourrait se jeter un sort et le tour serait joué… Mais le colosse craint tout simplement que le chaton en profite pour filer. Il hoche donc la tête d’un air maussade et s’approche du séchoir. Il se contorsionne un peu pour mettre sa tâche en dessous -il ne manquerait plus qu’il doive se foutre à poil pour rapprocher le tissu du séchoir- et laisse l’air chaud faire son œuvre sur son jean. Il rigole doucement et lui fait un clin d’œil :

- C’est sûrement la pire introduction qu’on puisse faire, pas vrai ?

Enfin, la tâche se résorbe peu à peu, et son jean redevient à peu près sec. Logan rajuste son pantalon, vérifiant en tatânt discretement le tissu que sa baguette est toujours là, bien cachée, et se redresse.

- Je te suis, Yan.

Logan lui emboîte le pas docilement, sans plus se soucier du regard des clients. Il n’a jamais été le genre de personnes à porter trop attention au regard des autres. Maintenant que l’accident est passé, Logan ne se soucie plus des regards sur lui et son esprit s’allège un peu. Il rentre dans le pub que Yan avait mentionné et le suit, s’asseyant lourdement sur une table reculée de tout. Le pub est en effet très tranquille. Presque trop tranquille au goût de Logan.

Le colosse soulève le menu et disparaît quelques instants derrière, jetant un œil aux plats proposés. Pas de la grande gastronomie, mais tant qu’il y a de la bonne viande avec des pommes de terre, ça suffira amplement pour l’américain. Il repose son menu et dévisage ce cher Yan, bien plus proche maintenant qu’ils sont en tête à tête sur une table pour deux. Il hausse un sourcil en se perdant quelques instants dans ses yeux clairs et finit par sourire en coin :

- Tu étais venu pour te trouver une compagnie alors ? Il n’y a pas mieux que les rencontres en face à face pour vraiment pouvoir juger les gens. Sur internet, ce n’est pas pareil.

Il se repose contre son dossier avec un air plus détendu maintenant qu’il a coincé son chaton sur une chaise en face de lui pour le temps d’un repas.

- Alors, on fait les présentations ?  Moi je suis professeur d’histoire. Au début, j’étais prof d’histoire américaine, vu que je suis né la-bas, mais depuis que je suis ici, j’enseigne l’histoire britannique. Je suis aussi historien, je cumule les deux métiers.

Le colosse rit doucement et l’observe avec amusement :

- Je parie que tu m’avais imaginé en videur, ou boxeur. A chaque fois que je vais dans une bibliothèque, je fais sensation ! Et toi ? Tu me parles un peu de ta vie?

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Vendeur à la Ménagerie Magique
    |  Vendeur à la Ménagerie Magique

avatar
Date de naissance du joueur : 05/05/1985
Âge du joueur : 32
Arrivé sur Poudnoir : 25/02/2017
Parchemins postés : 24



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: Non évalué
Ma résistance magique est de: Non évaluée
Yan Anderson


MessageSujet: Re: I get lost in your eyes ft Yan Anderson Dim 28 Mai - 13:35



I get lost in your eyes
Logan Wellington & Yan Anderson

- Va pour un endroit calme et tranquille. On fait comme tu veux.

Je suis légèrement surpris, si ce n’est beaucoup. En effet, moi qui le vouvoie depuis le départ pour instaurer entre nous une certaine distance, me voilà bien embêté. Il semble déjà prendre ses aises, il ne manque plus qu’il m’appelle « chaton » et me voilà qui fuit en courant jusqu’au premier coin de rue pour transplaner loin de mon cauchemar éveillé. Je suis stressé, de plus en plus. Déjà qu’il m’en faut vraiment peu pour avoir peur, réel trouillard des contacts humains que je suis… Je n’ai jamais été aussi loin avec un homme et ça me perturbe profondément.  Aussi loin, ça comprend bien sûr un simple rendez-vous futile. Si ça se trouve, le destin se moque de moi d’ailleurs, car combien de change il y avait pour que je renverse ma boisson sur ce qui semble être surement le seul gay ou bisexuel du bar. Rien ne me confirme qu’il l’est, mais pour inviter un inconnu après qu’il nous ait trempé et humilié, il faut avoir un penchant pour lui tout de même. Je me suis promis de changer et c’est la seule raison qui fasse que je sois encore là, avec loin.

- Ce que pensent les gens, je m’en contrefous.

Une phrase simple, qui pose pourtant très bien les bases de son caractère. Bon sang, en le connaissant si peu, je suis déjà mort de jalousie d’une telle attitude. Je n’ai même pas le quart de son courage, c’est ce qui me perturbe surement le plus. Déjà que je suis moitié moins tout que lui… Une montagne de muscles puissants face à une baguette magique bon marché ! C’est la première comparaison qui me vient en tête quand je nous aperçois l’un face à l’autre dans le miroir des toilettes de ce fichu bar... Il doit presque faire deux mètres, c’est quasiment vingt-cinq centimètres de plus que moi ! Pourtant, son côté joueur et introverti me rassure et me fait prendre conscience que ma bêtise passée n’était pourtant pas la fin de ce beau monde. Lorsqu’il rejoint le séchoir, je me contente de regarder ailleurs, d’avoir l’air occupé. Aussi, c’est à ce moment-là que je remarque que sur mes mains, il y a la faible présence légèrement collante du chocolat que j’ai renversé. Je n’aime pas le café, mais je me dis que ça aurait surement été moins collant. Je glisse mes mains sous l’eau, laissant le liquide froid laver doucement mes mains.

- C’est sûrement la pire introduction qu’on puisse faire, pas vrai ?

Je le regarde sans me tourner, laissant mon regard se balader sur lui à l’aide du miroir. J’hoche doucement la tête à ses paroles, plutôt d’accord avec lui. Notre rencontre aura été riche d’émotions, surement très surprenante et marquante pour nous deux. J’esquisse un très léger sourire, que je perds aussitôt lorsque je baisse les yeux, prenant sa place sous le séchoir pour sécher mes mains. Je me sens encore stupide, mais ça va mieux. Je me détends un peu au fur et à mesure que les minutes s’écoulent dans le sablier.

- Je te suis, Yan.

J’acquiesce de nouveau, prenant mon courage à deux mains. Sans lui adresser un regard, je m’empresse de pousser la porte battante des toilettes alors que sans vraiment prendre le temps d’observer si on me regarde ou si on me pointe du doigt, je traverse tout le bar, l’air tendu comme un élastique.  Je sors enfin du lieu et soupir de plaisir. Je me sens soudainement à l’abri, mais ce sentiment tranquille fuit bien vite lorsque je tourne les yeux pour apercevoir le colosse qui me suivait. A chaque fois que je pose mes yeux sur lui, je suis perturbé par sa taille. Il me paraît tout simplement immense ! Une baffe de sa part suffirait à me décoller la tête.

Je me rends d’un pas plus tranquille jusqu’au pub et entre, habitué à l’ambiance calme de cet endroit, je m’empresse d’aller vers le fond de l’établissement. Une table pour deux nous y attend et c’est avec joie que je me mets sur le côté banquette. Je m’y enfonce, me lovant contre le cuir brun qui revête l’assise. J’attrape le menu, observant les plats qui sont proposés avec une certaine déconcentration. Si jamais il me propose de m’inviter, je vais refuser c’est certain. Je ne veux pas qu’il me considère comme acquis. Surtout, c’est un moldu. Je suis pour le mélange des sangs, je suis d’accord avec le fait de se révéler aux yeux du monde, mais peureux comme je suis, je ne veux pas me compliquer la vie en laissant entrer dans ma vie quelqu’un à qui je serai obligé de mentir jusqu’à ce qu’il découvre la vérité et me traite de monstre …

- Tu étais venu pour te trouver une compagnie alors ? Il n’y a pas mieux que les rencontres en face à face pour vraiment pouvoir juger les gens. Sur internet, ce n’est pas pareil.

Juger. Voilà un mot avec lequel je crois avoir bien du mal. C’est le jugement des autres qui me fait tant peur ! C’est la peur d’être ridicule aux yeux de quelqu’un qui me frêne…

- Alors, on fait les présentations ?  Moi je suis professeur d’histoire. Au début, j’étais prof d’histoire américaine, vu que je suis né là-bas, mais depuis que je suis ici, j’enseigne l’histoire britannique. Je suis aussi historien, je cumule les deux métiers.

Un professeur ? Jamais je n’aurai parié là-dessus. Avec une carrure aussi imposante, je l’aurais cru bouché ou charpentier. Je suis persuadé qu’il peut me soulever au-dessus de sa tête avant que je ne puisse dire Mandragore. Ses bras me fichent la trouille. Une simple étreinte me briserait les os. Ça doit pourtant être si agréable pour les câlins, se sentir protéger ... Un frisson de surprise me saisit, ma mâchoire se contracte et mes yeux s’écarquillent légèrement. C’est vraiment moi qui viens de penser ça ?! Je me redresse, fronçant légèrement les sourcils. Il est pour moi hors de question de craquer. Ces années passées à refouler mes envies et mes excitations commencent visiblement à être pesante, pour mon corps comme pour mon esprit…

- Je parie que tu m’avais imaginé en videur, ou boxeur. A chaque fois que je vais dans une bibliothèque, je fais sensation ! Et toi ? Tu me parles un peu de ta vie?

Sa voix grave me fait sortir de mes pensées, tout ça pour constater qu’effectivement, il a bien raison. Professeur fait bien partit des métiers que je lui aurais attribués en dernier. En tout cas, s’il ne me ment pas, professeur veut dire qu’il est un minimum intelligent. Même si tous les professeurs du monde ne sont pas des agneaux tout doux, surtout chez les moldus, au moins je peux espérer être tombé sur quelqu’un de réfléchis. Ce qui m’inquiète, c’est sa réaction quand je m’enfuirai à la fin du repas … Le serveur survint soudain pour prendre ma commande. Je fais une légère moue. Je n’ai même pas lu ! Je fais signe à l’homme en face de moi de prendre sa commande, à laquelle je ne prête d’ailleurs pas attention. Je lis rapidement le menu. J’adore les choses équilibrées et la bonne cuisine, aussi, mes yeux s’arrêtent nette sur un bagel au saumon accompagné d’une salade composée ; mozzarella tomate et huile d’olive. J’en salive rien que de lire la composante du menu. On pourra bien dire ce que l’on veut, même si les moldus sont imparfaits, ils ont pourtant des tas d’idées plus savoureuses les unes que les autres !

« Je prendrai le bagel au saumon avec sa salade ! » Je dis cette phrase surement un poil trop haute, trop joyeuse, mais pourtant un rien me rend heureux c’est bien vrai. Même si pour le coup, ce fût surement un peu trop démonstratif pour si peu. « Excusez-moi … »

Je souris doucement, un peu gêné. Après tout, autant se jeter à l’eau. Dans le pire des cas, je rentrerai chez moi mouillé, mais je n’en serai sans doute pas mort. Je tends la carte au serveur, je n’en aurai de toute façon plus vraiment besoin. Je respire doucement et rempli mes petits poumons d’air, ce dernier parfumé par la nourriture en cuisson. Mon corps se détend un peu contre le siège, tandis que je salive déjà de mon plat qui arrivera bientôt.

«  Comme le laisse entendre mon léger accent, je suis un canadien. Mon travail est un peu moins intéressant, je suis vendeur d’animaux dans une animalerie. Vous avez dû vous en rendre compte, mais je suis bien plus à l’aise avec les animaux qu’avec les hommes. »

Je prends une gorgée d’eau et pose le verre devant moi. Mes doigts glissent sur le matériau alors que j’en enlève progressivement la buée. Je serre un peu les lèvres et observe le pub aux alentours pour éviter de trop le regarder dans les yeux.

« Quant à cette histoire de compagnie … Pas vraiment. Ma situation est compliquée, je dirai que je suis venu ici pour répondre à un défi personnel. Et vous ? Vous avez la tête d’un mannequin américain, ça m’étonne que vous ayez besoin de venir dans ce genre de convention douteuse pour trouver quelqu’un non ? »

black pumpkin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I get lost in your eyes ft Yan Anderson

Revenir en haut Aller en bas

I get lost in your eyes ft Yan Anderson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Détente

 :: Archives :: RP Monde Magique
-