POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 143



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Jeu 18 Mai - 22:45



Une place au soleil

Feat Thorolf Rowle & Achlys Kaustas-Deketh



C'était la première fois depuis que Poudlard avait fermé que les adultes avaient une bonne idée. Entre les cours particulier d'Histoire de la Magie, ou le Ministre qui veut éduquer tous les élèves au ministère, ils avaient tous la palme de l'adulte casse-pied. Surtout que ce fameux ministre parlait plus qu'il n'agissait, et Achlys voyait bien que Poudlard ne se rouvrirait pas de sitôt. C'était d'ailleurs assez désespérant. La jeune adolescente adorait la vie au château, à traîner près du feu de la salle commune, s'entraîner aux sortilèges en cachette avec Evan ou manger dans la grande salle avec ses amis Poufsouffle. Depuis la fermeture de l'école, Achlys n'avait pas retrouvé de tels moments. Oh, au début elle n'était pas totalement mécontente. Dans la tête de l'adolescente, fermeture rimait avec vacances prolongées. Alors les premiers jours, elle en avait bien profité. Puis les jours s'étaient rallongés, et traîner en pyjama sur le canapé ne semblait plus aussi génial qu'avant.  Plus le temps passait, plus elle se sentait inutile. Certains cours lui manquaient, et même quelques professeurs. Certains de ses amis n'habitaient pas à Londres, alors elle ne les avait pas revus depuis que Poudlard avait fermé. Elle passait bien du temps avec ses frères, mais ils étaient comme elle, ils tournaient en rond. Finalement, Achlys n'était pas en vacances. Elle s'ennuyait, point.

C'est là qu'un groupe de parents d'élèves avait prit une décision. Avant ça, ils s'étaient débrouillés pour faire cours à leurs enfants – ce qui n'était pas toujours une bonne idée, on ne s'invente pas professeur – ou à embaucher des enseignants particuliers – pas toujours plus judicieux. Seulement, et heureusement ils l'avaient compris, une année scolaire n'est pas faite que de leçons et évaluations. Ils goûtaient à nouveau à ce doux mot que l'on appelle vacances. Le soleil montrait à nouveau le bout de son nez, c'était l'occasion rêvée pour une virée à la plage. Alors ils étaient une vingtaine d'élèves à avoir pris la direction de la mer, sans oublier l'excitation qui allait avec. Quelques parents s’étaient proposés pour accompagner le séjour, et veillaient au grain. Tout âge et maison confondues, les élèves avaient bien l’intention de tous profiter. Et ce n’était pas l’excuse du voyage qui allait les empêcher de s’amuser. Parce qu’étudier les plantes maritimes utilisées en potions, ça allait bien deux minutes. Ces vacances à la plage ne duraient qu’une semaine, impossible de rester trop longtemps à écouter les adultes leur parler d’herbes mouillées.

C’était donc pour Achlys, le meilleur moment qu’elle passait depuis la fermeture de l’école de magie. Elle avait retrouvé quelques amis, profitait des activités et du soleil. Ils en étaient déjà à la moitié du séjour, ce qu’elle trouvait désespérant. Elle serait bien restée sur les côtes quelques semaines de plus. Cet après-midi, ils avaient tous prévu de se rendre à la piscine de l’hôtel, lézarder au soleil, prendre un bon jus de citrouille bien frais et discuter entre potes. Leur hôtel était réservé aux sorciers, mais ils partageaient la plage avec les moldus. Alors de temps en temps, se retrouver entre mages n’était pas désagréable, surtout que certains geignaient quand ils devaient se retrouver avec des moldus. Lys se dépêchait donc de finir son repas pour pouvoir sauter dans son maillot et filer en quatrième vitesse dans le grand bassin. Ils étaient interdis de sortir de table tant que tous n’avaient pas terminé, aussi elle lorgnait sur les assiettes des autres pour les inciter à se hâter. A côté d’elle, un Gryffondor de septième année semblait prendre un malin plaisir à prendre son temps pour ingérer sa cuisse de poulet. Elle lui aurait bien fichu au fond de la gorge s’il n’était pas aussi sympathique. Parce que c’était aussi ça, ce séjour. Achlys avait fait tout un tas de rencontre, et avait discuté avec presque tout le groupe. Même les quelques Serpentards qui étaient venus étaient assez cools. Elle s’était liée d’amitié avec une Serdaigle de son âge, avec qui elle avait rarement papoté à l’école.

Enfin, tout le monde semblait avoir terminé son repas, même les adultes qui étaient souvent les plus lents. La jeune blonde s’apprêtait à décamper vers sa chambre pour se changer, quand l’un des accompagnateurs se leva.

    ▬ Ce midi, c’est à Achlys et Thorolf de débarrasser et faire la vaisselle.


Évidement. A croire qu’il avait lu dans ses pensées et prenait un malin plaisir à la torturer. De toute manière, il fallait bien qu’elle y passe une fois dans le séjour. A choisir, elle aurait préféré que ce soit la veille, quand ils étaient partis étudier la Branchiflore. Non, c’était Prymnéus, son frère jumeau, qui avait eu ce cadeau. Sur ce, tous les autres élèves décampèrent aussi vite. Il ne resta bientôt plus que Lys et un autre garçon, ce fameux Thorolf. En fait, c’était l’un de ceux avec qui Achlys avait le moins parlé. Un Serdaigle de sixième année, qui avait un air plutôt sympathique.

    ▬ Ok, je ramasse cette moitié de la table et toi celle-là, ça te va ? Lui proposa-t-elle avec un sourire.


Parce qu’évidement, ils n’avaient pas droit à la magie. Alors soulever des assiettes ça passait, mais faire la vaisselle à la main, il n’y avait rien de plus pénible. Parfois, Lys se demandait comment faisaient les moldus. Elle savait qu’ils avaient recourt à ce qu’ils appellent technologie, mais rien ne pouvait remplacer la magie.

Aussitôt, Lys posa ses lunettes de soleil sur le sommet de la tête pour ne pas être gênée, elle commença à empiler les assiettes. Même si c’était généralement Scylla qui se chargeait du ménage à la maison, il leur arrivait d’aider leur sœur quand Egéon râlait qu’ils ne faisaient jamais rien. Et pour les punir, ils n’avaient pas droit d’utiliser leurs baguettes. Donc débarrasser façon moldu, Achlys savait faire. Elle s’attelait à mettre tous les couverts au dessus de sa pile branlante d’assiette, puis se tourna vers son camarades, ne faisant pas attention à ce qu’il faisait.

    ▬ Comment tu veux faire après, qui lave qui essuie ? Ou autrement, comme t’as l’habitude de faire.


Les mains prises sous les assiettes, les lunettes de Lys lui tombèrent devant les yeux, maladroitement au bout du nez. Elle posa sa pile sur la table pour les replacer, et observa le Serdaigle, attendant sa réponse.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________


Dernière édition par Achlys Kaustas-Deketh le Mar 27 Juin - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Ven 19 Mai - 19:41

Depuis que le pouvoir avait changé de mains, Thorfinn Rowle vivait une sorte d'état de grâce. Auparavant, il n'était qu'un sang-pur de seconde zone, plus connu pour ses idées extrêmes et pour son peu de finesse que pour ses capacités à intégrer la caste dirigeante. Il se consacrait à ce qu'il appelait pompeusement « la gestion des affaires familiales », lesdites affaires ayant commencé à péricliter à partir des années 1960 et n'assurant à la famille qu'un train de vie précaire. Il n'avait jamais consenti à prendre un vrai travail, estimant que ce n'était pas digne de son rang, et préférant infliger aux siens une vie de gêne. On n'était pas chez Weasley, mais c'était tout juste. Les filles s'étaient transmis leurs robes et tous leurs vêtements, Thorolf et Roald de même, et les manuels scolaires avaient servi aux cinq enfants Rowle. À chaque anniversaire ou à Noël, Thorfinn s'arrangeait pour trouver un peu d'or, en vendant une babiole ou en empruntant à des amis compréhensifs, pour pouvoir offrir un petit quelque chose à sa progéniture.

Désormais, Rowle père affichait un sourire satisfait et ne rechignait plus à donner quelques Gallions d'argent de poche à sa marmaille. Et pour cause : il appartenait désormais au Ministère de la Magie, Bureau des Mangemorts. Faire respecter l'ordre et la loi, c'était taillé sur mesure pour lui, si bien qu'il avait accepté le poste avec jubilation, et même pas pour la paye (plutôt confortable) mais pour le plaisir que ce travail lui promettait. La vie s'était sensiblement améliorée au « manoir », quelques achats avaient pu être faits, et un jour, Thorfinn était rentré du travail avec un petit parchemin qu'il avait montré à ses fils.

-Tenez, on a reçu ça au bureau (il se rengorgeait de ce mot de « bureau » et ne loupait jamais une occasion de le placer). Un séjour en bord de mer, mais pas ici, dans le sud. Étude des plantes magiques. Ça vous dirait d'y aller ?

Roald et Thorolf prirent connaissance du programme, et le benjamin déclina immédiatement la proposition. Lui et les plantes, et les potions, ça faisait douze. C'est ainsi que Thorolf se retrouva, pour son plaisir, sans son petit frère, dans une sorte de village vacances pour sorciers du sud de l'Angleterre. Il retrouva l'un de ses amis de Serdaigle, avec qui il partagea sa chambre, ainsi que quelques camarades de classe des autres maisons, mais ce séjour était étrange dans le sens où ils étaient une bonne vingtaine, de tous les âges et de toutes les maisons, à se côtoyer presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il y avait tout un tas de gens que le jeune Rowle ne connaissait pas, et il se gardait bien de s'imposer dans les conversations ; si on lui posait des questions, il y répondait, mais sans oser les retourner. Finalement, il ne parlait vraiment qu'avec son compagnon de chambre et avec quelques autres sixième année. Le séjour lui plaisait, tant par le sujet étudié que par le cadre – le village vacances était équipé d'une piscine, d'un terrain de Quidditch, et le soleil était au rendez-vous – mais devoir cohabiter avec tous ces inconnus était parfois difficile. À Poudlard, au moins, on était entre gens de la même maison, et les tables étaient assez grandes pour ne pas subir de voisinage importun. Là, on avait à peine plus de places que de participants. Les mômes laissaient deux ou trois chaises vides à côté des adultes qui les encadraient (une belle bande de garde-chiourme, d'ailleurs), si bien qu'ensuite, on était un peu serré. Ce midi, Thorolf était arrivé parmi les derniers à table, et il avait dû se contenter d'une des places restantes, à côté d'une bande de filles de quatrième année qui l'avaient exaspéré tout le repas avec leurs idioties.

-C'est juste pas possible, déclarait l'une.
-Mais siiiiii... il m'a dit qu'il te trouvait super mignonne, chuchotait celle qui avait apparemment endossé le rôle d'entremetteuse.
-T'as trop trop de chance, il est trop trop beau ce mec, affirmait une autre.
-Il a dit que pendant que tout le monde serait à la piscine, il t'attendrait au terrain de Quidd, reprenait l'entremetteuse.

Et ça avait continué pendant un temps interminable, le tout entrecoupé de gloussements. L'entremetteuse, une nommée Sarah, avait des plans pour presque toutes ses copines, et Thorolf avait été obligé, bien malgré lui, de tout entendre. À sa droite, deux petits Gryffondor de deuxième année s'échangeaient leurs cartes de Chocogrenouilles. Pas moyen de discuter, ni d'un côté ni de l'autre. Jamais repas ne lui avait paru si long. Les gamins avaient avalé leur déjeuner en un rien de temps, pressés d'aller se baigner, mais les adultes, au bout de la table, faisaient durer le plaisir. Enfin, ils se décidèrent. Thorolf bondit sur ses pieds – il adorait l'eau et avait hâte de nager un peu – mais entendit son nom, associé à celui d'une inconnue, lâché par le chef de leur petite troupe. Débarrasser la table ? Tout le monde quitta la table en jacassant, laissant le garçon seul avec une élève qu'il ne connaissait que de vue – une Poufsouffle, lui semblait-il. Elle se mit aussitôt à empiler des assiettes, tandis que lui restait les bras ballants, interdit par la tâche inédite qu'on lui demandait d'accomplir. Enfin, il se décida à gagner le bout de table que sa camarade lui avait désigné, se sentant un peu humilié. Si Roald le voyait... Lentement, il empila quelques assiettes, dégoûté par les os de poulet et les divers restes qui s'y trouvaient. Certains mangeaient vraiment salement. Une assiette manqua de lui échapper, il la rattrapa de justesse mais en se trempant les doigts dans le ketchup et la peau de poulet... Vraiment dégueulasse. Et l'autre, là-bas, qui ramassait les assiettes comme si elle avait fait ça toute sa vie. Enfin, c'était une fille, hein ? Du bout des doigts, en s'efforçant de ne pas toucher la vaisselle sale, Thorolf ramena quelques assiettes jusqu'à l'évier, avant de rejoindre la table. Achlys lui demandait comment il préférait s'organiser pour la vaisselle, et il balbutia :

-Oh... euh... ben... comme tu préfères...

En fait, moi, j'ai surtout l'habitude de sortir de table et de laisser mes frangines faire la vaisselle, et si j'avais su qu'on me prendrait pour un elfe de maison, je serais même pas venu ici, brûlait-il de dire. Toujours du bout des doigts, avec des gestes précautionneux, il se mit à débarrasser les couverts des adultes, encore plus sales, si possible, que ceux des élèves. L'un d'eux avait même écrasé une cigarette dans son assiette.

-Putain, c'est vraiment des porcs, s'emporta Thorolf en refrénant une subite envie de vomir – l'odeur du tabac froid mêlée à celle des restes de nourriture, c'était trop. Et puis d'ailleurs...

Sans plus de cérémonie, il jeta l'assiette contenant le mégot directement à la poubelle, sans prendre la peine de la vider.

-On est pas leurs bonniches, non plus, déclara le jeune homme qui débarrassait une table pour la première fois de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 143



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Ven 19 Mai - 23:06



Dans le dictionnaire, à côté du mot adolescent, il devait y avoir écrit feignant. Évidemment, Achlys ne faisait pas exception à la règle. Elle était même plutôt douée dans son genre. A la maison, c’était le genre Moins j’en fais, mieux je me porte. Et s’il n’y avait qu’elle encore, mais quatre enfants sur six étaient de bons branleurs dans la famille Kaustas. Ils attendaient généralement qu’on les appelle pour mettre les pieds sous la table, et repartaient dans leur chambre avant que leurs aînés ne leur demande un peu d’aide. Parfois, ils n’étaient pas assez rapides et se tapaient toutes les corvées, mais ils se débrouillaient souvent pour déguerpir au bon moment.

Alors imaginez un séjour remplit d’adolescents avec un poil dans la main au moins aussi gros que celui de Lys. De suite, ils fuyaient dès que le mot corvées était prononcé. Mais les adultes étaient malins, au grand désespoir de chacun. Achlys ne voyait pas grand intérêt à se casser les genoux et faire la vaisselle tous les jours. C’était bien à ça que servait une baguette non ? Et l’hôtel devait bien avoir un personnel payé pour ça. Elle avait bien pensé utiliser la magie en toute discrétion, mais un Serpentard avait déjà tenté le coup le premier jour. Il s’était bien sûr fait prendre, et avait été interdit de piscine toute la journée. Même si Lys était tentée de sortir sa baguette, elle ne risquerait pas d’être privée du meilleur moment du séjour.

Soupirant, elle attrapa les dernières assiettes sur la table. Un première année avait laissé de la sauce bien grasse sur toute son assiette, même les bords. Si Lys savait qu’elle n’avait pas une éducation parfaite, certains n’avaient vraiment aucun respect. Elle au moins, elle faisait un effort – et elle n’avait surtout aucune envie d’en laisser une miette, c’était bien trop bon. Elle leva les yeux quand Thorolf se plaignit sans ménagement, alors qu’il n’avait pas dit grand-chose jusqu’ici. Il s’occupait des assiettes des accompagnateurs, et autant dire qu’elle comprenait ce qu’il vivait. Les assiettes étaient immondes. Les adultes voulaient se venger sur eux ou quoi ? A croire qu’ils étaient des mômes infernaux et impossibles à tenir. Alors oui, peut être que parfois ils ne faisaient pas beaucoup d’effort, mais tout de même. C’était eux les plus matures ici. Elle s’approcha de Thorolf, et dévisagea ses assiettes en fronçant le nez.

    ▬ Je suis certaine qu’ils font exprès pour bien nous faire chier. Grogna-t-elle pour lui répondre. En plus, ils en branlent pas une, on se demande qui est en vacances.


Achlys les imaginaient déjà étendus sur des transats près de la piscine, alors qu’eux se tapaient le sale boulot. Non mais sans blague, ils étaient dans un hôtel de luxe, ils n’avaient pas des elfes de maison ? Lys n’était pas pourrie gâtée et défendait les plus faibles, mais elle savait aussi que les elfes aimaient leur jobs tant qu’ils étaient bien traités. Autant les laisser faire, au lieu d’esclavager des enfants. Ça ne leur coûtait pas plus cher, et les elfes faisaient un meilleur boulot. Achlys se promit que, lorsqu’elle aurait sa propre famille, elle fonctionnerait comme une vraie sorcière. Magie et elfe de maison, rien d’autre. Ils avaient déjà mit plus de temps pour regrouper toutes les assiettes que Scylla pour nettoyer toute la cuisine.

Elle regarda d’un air perplexe son camarade jeter l’assiette dans la poubelle. Alors ouais, elle était assez dégueulasse, surtout avec le mégot écrasé dessus – pourquoi les gens fumaient, déjà ? - mais la mettre à la poubelle… ?

    ▬ T’es sûr pour la poubelle ? Ils vont voir qu’il manque une assiette... Grimaça-t-elle, peu convaincue. Ça va encore nous retomber dessus. Mon frère s’est fait engueulé hier parce qu’il restait de la sauce tomate sur une assiette.


Ça l’avait bien fait rire d’ailleurs. Mais maintenant que c’était son tour, elle riait bien moins fort. C’était Prym qui devait se ficher d’elle en ce moment, au bord de la piscine avec tous ses copains. Elle qui avait tellement eu envie de plonger avec les autres – et observer du coin de l’œil le torse musclé de Peter. Mettons plutôt les mains dans la crasse, c’était plus drôle !

    ▬ En plus, c’est eux qui se font payer ici, nous on a dû sortir le porte-monnaie pour venir et on est esclavagés ! C’est pas comme si on étaient tous blindés, on s’appelle pas tous Malefoy.


D’ailleurs, Astréos n’avait pas voulu venir et cela avait bien soulagé leur mère. Même si le séjour n’était pas si cher pour ce que c’était, il avait quand même fallu payer pour elle et Prym. Achlys se dit que lorsqu’ils rentreraient, elle ferait un peu d’effort pour aider leur sœur à la maison, pour les remercier. Surtout que là, ils pouvaient s’entraîner. Par merlin, ils étaient vraiment en vacances là ?

Soupirant de lassitude – elle devrait peut être lancer un sort sur les adultes, tiens – elle s’empara de sa pile et posa toutes les assiettes dans l’évier. Toute ce reste de nourriture puait le ketchup, qui n’était pas forcément une odeur que l’on voudrait porter en parfum. Fronçant le nez, elle s’empara d’un torchon qui traînait là, et se tourna vers le jeune garçon.

    ▬ Bon, du coup j’vais essuyer. J’crois que ça c’est le liquide vaisselle... Fit-elle en désignant un produit près de l’évier.


Après tout, il lui avait laissé choisir. Autant prendre la tâche la moins pénible. Au pire, ils échangeraient après. Il fallait quand même se serrer les coudes dans de tels moments.

Les ados ont vraiment la vie dure.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Lun 22 Mai - 11:27

Jusque-là, le séjour en bord de mer s'était plutôt bien passé. Thorolf n'était jamais parti en vacances avec sa famille, cela lui faisait une occasion de découvrir la vie de touriste : prendre quelques photos souvenir, envoyer une carte postale à ses parents... autant d'expériences inédites pour lui. En bon Serdaigle, il appréciait réellement les cours qu'un spécialiste des plantes maritimes magiques leur dispensait, et faisait même partie des rares participants à avoir pris des notes. Le spécialiste en question avait offert aux élèves les plus passionnés des graines de quelques variétés étudiées, et Thorolf se promettait de bons moments dans son coin de jardin, à la maison, à cultiver ces espèces jusqu'alors inconnues de lui. Ce qui le contrariait le plus, finalement, était de devoir partager la plage avec les Moldus. Cela obligeait à une attitude la plus neutre possible, et ce n'était pas toujours évident. Au manoir, les enfants Rowle disposaient, en contrebas de la demeure, d'une petite crique que leur père « privatisait » magiquement pour leur usage ; Roald et Thorolf y disputaient des courses de balai acharnées, dont le but était de flanquer l'adversaire à l'eau. Rien de tel ici, on devait se contenter de marcher sur le sable, ou de se baigner pour les plus courageux – le jeune Rowle, descendant de Vikings et habitué des bains de mer frisquets, en avait fait partie.

Mis à part cela, il avait réellement apprécié ce séjour. Bien sûr, beaucoup d'élèves se plaignaient, en sourdine, de la surveillance trop stricte exercée par les adultes qui les encadraient ; le premier jour, ceux-ci avaient énoncé une liste de règles longue comme le bras, et s'étaient mis à punir ceux qui les enfreignaient. Thorolf n'avait pas trop souffert de cette discipline ; il n'était pas du genre à faire le mariole, et son père l'avait habitué aux exigences non négociables. D'autres semblaient beaucoup plus malheureux, presque prêts à fomenter une révolution pour pouvoir, enfin, aller prendre ce bain de minuit dont on parlait depuis le départ. Le jeune Rowle écoutait, s'amusait en silence de ces bravades d'adolescents, mais ne disait rien. Les adultes avaient beau le considérer, lui et les quelques autres « sages », comme d'éventuels soutiens de leur autorité, il refusait de jouer le cafard et de balancer les exploits de ses petits camarades. Lorsqu'on l'interrogeait, il ne savait jamais rien. C'était son attitude à Poudlard, et cela lui avait bien réussi ; il était bien vu des profs, puisqu'il ne se mettait jamais en situation d'être puni, et des élèves, puisqu'il gardait pour lui tout ce qu'il pouvait savoir de leurs infractions au règlement.

Et puis il y avait eu cette annonce. Débarrasser et faire la vaisselle, encore une expérience inédite. Thorolf était outré que la corvée ait pu tomber sur lui : pourquoi ne pas la confier à l'un des trois idiots qui s'étaient fait prendre, la nuit précédente, à essayer de s'introduire à l'étage des filles ? À quoi bon être sage et discipliné si cela ne permettait même pas d'avoir quelques privilèges ? Bref, il n'avait rien dit, comme à son habitude, et avait accepté la tâche sans broncher, même s'il pestait intérieurement. Sa camarade de corvée était déjà à pied d’œuvre, il n'allait tout de même pas la laisser se débrouiller toute seule... pourquoi pas, après tout ? C'était drôlement tentant... Et puis non. Son esprit de conciliation l'avait emporté : s'il faisait cela, il se mettait à dos tout le reste des participants au séjour. Bon gré mal gré, il s'était armé de courage pour remplir son devoir d'elfe de maison. Et du courage, il en fallait.

Achlys vint observer l'assiette qui causait l'indignation de Thorolf ; elle aussi trouvait cela dégoûtant, mais elle tiqua en voyant son camarade jeter l'objet du délit à la poubelle. Le jeune Rowle haussa les épaules :

-Je dirai que je l'ai cassée, ils peuvent quand même pas nous punir pour ça, si ?

Avec répugnance, il reprit l'assiette et la laissa tomber. Elle éclata sur le carrelage ; Thorolf sortit sa baguette, mais, se rappelant que la magie était interdite, alla chercher le balai pour récupérer les morceaux.

-Et voilà l'travail, commenta-t-il, pas mécontent de lui – ce n'était pas si souvent qu'il se laissait aller à une telle audace.

Tant bien que mal, ils achevèrent de débarrasser et remplirent l'évier. Achlys lui laissa, comme il fallait s'y attendre, le soin de laver la vaisselle, mais, devinant peut-être son embarras, eut la gentillesse de lui désigner le produit à utiliser.

-Allez, on va essayer de se dépêcher, fit Thorolf en ajoutant un peu de produit à l'eau. J'ai bien envie d'aller à la piscine, moi. Et toi aussi, je suppose.

Il prit l'éponge, toujours avec beaucoup de répugnance, et entreprit de laver une assiette. Pas terrible, et puis ça ne moussait même pas. Le gamin fronça les sourcils, hésita un instant, puis, se décidant soudain, versa la moitié du flacon de produit dans l'évier. Là, au moins, ça moussait ! Même un peu trop, en fait. Une petite montagne de mousse se formait sous le jet du robinet, cachant la vaisselle. Bon, ce ne devait pas être ça non plus qu'il fallait faire. Et puis, après tout, quelle importance ? Dans quelques jours, il rentrait chez lui et ne toucherait plus à une assiette sale.

Tandis qu'il lavait machinalement les assiettes, son regard fut attiré par la fenêtre, au-dessus de l'évier. Là-bas, un peu plus loin, on apercevait le bord de la piscine. L'un des surveillants, le plus impopulaire de tous, torse nu, le bide passant par-dessus la ceinture de son short de bain, déambulait d'un pas lent autour des élèves, cherchant sans doute quelqu'un à punir.

-Regarde-moi cette dégaine... On dirait une baleine, le mec. Il a vraiment tout pour plaire, celui-là. Je me demande ce qu'il fait comme boulot, tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 143



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Lun 22 Mai - 23:02



Achlys avait toujours aimé les voyages. Elle avait souvent envié Egéon, son aîné, pour avoir parcouru le monde en étant si jeune. Il lui répétait souvent qu’il ne se souvenait pas de la France ni même de l’Italie, qu’il était bien trop jeune. Même l’Islande ne lui revenait pas bien. Achlys, elle, se souvient assez bien des Pays-Bas. Leur mère leur avait donné naissance à Amsterdam, où il y avait passé toutes leurs plus jeunes années. La blonde et son jumeau avaient un tas d’amis sorciers là-bas, et il avait été difficile pour eux de partir vers Londres. Alors depuis ce jour, Lys s’était promise qu’elle y retournerait en voyage, et même qu’elle visiterait tous les pays du monde. Elle souhaitait pouvoir étudier et observer toutes les créatures magiques existantes, et apprendre des autochtones de nouvelles façons de pratiquer la magie. Elle n’avait pas souvent eu l’occasion de partir en vacances avec sa famille, car ils étaient trop nombreux et les séjours trop chers. C’est pourquoi aujourd’hui elle compte profiter de tout son temps ici, et que perdre son temps à faire la vaisselle ne l’enchantait vraiment pas. A choisir, elle préférait même écouter le type parler de ses plantes marines, parce qu’au moins elle y voyait un intérêt pour préparer ses potions.

Puis elle s’était retrouvée avec celui-là, ce fameux Thorolf. Elle ne se souvenait pas lui avoir déjà parlé du séjour, mais Achlys appréciait déjà son état d’esprit. Un sourcil levé, la jeune adolescente observait le Serdaigle faire son petit numéro avec l’assiette. Sans dire un mot, elle le vit fracasser l’assiette au sol volontairement, ce qui lui fit arracher un sourire. C’était drôle, ce petit comportement insolent et innocent lui rappelait quelqu’un, mais cela ne pouvait être qu’un hasard.

    ▬ Dis moi, t’es un petit malin toi, fit-elle avec un sourire satisfait, approuvant la méthode.


De toute manière, elle ne pouvait pas en attendre moins d’un Serdaigle. Quand elle était en première année, elle s’était demandée si cette maison était vraiment plus douée que les autres, après tout ils n’avaient pas remporté la coupe des maisons depuis des années, à sa connaissance. Mais quand elle les voyait se débrouiller, elle ne pouvait pas avoir de doute. Ils étaient des petits génies, tous à leur façon.

S’emparant d’un vieux torchon – avec espoir qu’il essuie plus qu’il ne tâche – Lys observa son camarade commencer à laver les plats. Elle cligna des yeux quand les bulles formèrent une montagne dans l’évier, menaçant de le faire déborder. Elle ne pu s’empêcher de rire en le voyant faire, pas pour se moquer, mais parce qu’elle trouvait juste la situation drôle. Elle trouvait ce garçon comique, même si c’était presque malgré lui. Aussitôt qu’il eu déposée la première assiette, elle s’empressa de l’essuyer avec vigueur, puis alla la ranger dans le placard. Dire qu’avec sa baguette, tout aurait été tellement plus vite, ils auraient déjà pu se rendre à la piscine.

Essuyant avec lenteur les couverts, plus par dépit que pour s’appliquer, Achlys leva les yeux vers la fenêtre, pour voir le type que Thorolf désignait. Rien que de le voir, la blonde eu un frisson d’effroi. Ce gars avait tout de l’exacte opposé de l’idéal masculin de Lys. Et c’était certainement l’un des surveillants qu’elle aimait le moins. Elle était même persuadée que les autres adultes ne pouvaient pas le supporter.

    ▬ Il me répugne, surtout quand il vient nous voir dans les chambres le soir pour faire le couvre-feu. Quel pervers, siffla-t-elle, dégoûtée. Vu son bide à bière, s’il est patron d’un vieux bar ça m’étonnerait pas. Tu crois que c’est le père d’un des autres élève ?


A chaque fois, alors qu’elles étaient toutes en chemises de nuit, ce bouffon ouvrait la porte pour vérifier qu’elles étaient bien au lit. Une fois, il avait même failli voir une jeune de troisième année en train de se changer. C’était profondément malsain, et Achlys se demandait s’il n’y avait pas des réglementations sur le sujet.

    ▬ Viens, on échange, fit-elle au bout d’un moment.


Elle savait que mettre ses mains dans les restes de midi était la partie la plus pénible, et elle n’allait quand même pas le laisser tout faire. Il pourrait bien le lui reprocher sinon, et elle ne voulait se mettre personne à dos ici. Posant le torchon humide sur l’épaule du garçon, elle prit sa place devant l’évier, et plongea ses bras avec une grimace dans la piscine de bulles. De là où elle était, elle pouvait voir tous les autres se baigner. Elle avait terriblement chaud, et les voir tous plonger et rire sans eux la rendait folle de rage. Un court instant, elle cru voir l’autre type chauve et répugnant l’observer avec un sourire narquois. Quel sale type.

    ▬ Eh bien, on voit le bout, c’est la dernière ! s’exclama-t-elle soudain.


Elle attrapa la dernière assiette, et la lava en vitesse. Dès que Thorolf eu terminé à son tour, elle cria un hourra satisfait. Ils n’avaient qu’à demander à l’un des surveillants de venir vérifier leur boulot, et à eux la fraîcheur de l’eau, les éclaboussures et le bronzage intensif.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Mar 23 Mai - 19:10

Lentement, beaucoup trop lentement au goût de Thorolf, mais sûrement (du moins l'espérait-il), la corvée s'accomplissait. Passée la première réaction de dégoût, et en s'efforçant de ne pas trop y penser, plonger ses mains dans cette eau grasse n'était presque pas désagréable. Enfin, presque. Cela restait une épreuve pour l'enfant gâté qui n'avait jamais eu à se soucier de ces contingences, ses sœurs étant désignées d'office pour en écoper ; mais au moins, à la maison, la magie n'était pas interdite. Les frangines, même mineures, avaient bien le droit d'affiner leur pratique des sorts ménagers, et personne ne s'abaissait jamais à laver les assiettes à la moldue. Il fallait vraiment que ça tombe sur moi, cette connerie. Le jeune Rowle n'en remplissait pas moins sa tâche avec application ; il était finalement incapable de bâcler un travail, quel qu'il soit, sans se sentir coupable.

Et, à sa grande surprise, il parvenait tant bien que mal à lier connaissance avec sa collègue de plonge. Certes, beaucoup n'auraient pas parlé de « lier connaissance » lorsqu'on n'avait échangé que quelques phrases, mais pour un garçon timide comme Thorolf, c'était déjà un grand pas. Et dire du mal d'un des surveillants se révéla être un thème fédérateur et assez plaisant. Achlys mentionna les visites du type dans les chambres des filles, et le jeune Rowle lui lança un regard étonné :

-Sérieusement ? Il entre dans les chambres ? C'est drôle, ça, à notre étage ils n'entrent que si on fait du bruit.

Bien sûr, voir des adolescentes en petite tenue devait être bien plus intéressant que reluquer leurs homologues masculins, mais c'était assez douteux, tout de même... il y avait des petites de onze ou douze ans dans ce voyage, et Thorolf savait que si l'une de ses sœurs était surprise par un pervers en train de se déshabiller, il serait furieux...

-J'aurais pensé qu'à votre étage, c'était forcément une femme qui devait surveiller...

Pensif, il rinça une nouvelle assiette, le regard fixé sur le sale bonhomme au cœur de leur conversation. Achlys suggéra qu'il devait tenir un bar, et en profita pour se demander à voix haute s'il était le père d'un de leurs compagnons de séjour.

-Pour être le père de quelqu'un, faudrait qu'il ait une femme, déjà, déclara Thorolf. Et je me demande qui peut bien avoir envie de se taper ça. Moi, par exemple, il me débecte, même pas en rêve je couche avec lui... Enfin, si j'étais une fille, je veux dire, corrigea-t-il avec quelque maladresse. Et j'imagine que toi non plus, c'est pas comme ça que tu imagines le prince charmant.

Bien sûr, il y avait des tas de types moches mariés et pères de famille, mais celui-là, c'était différent. D'abord parce qu'il était négligé, et aussi parce qu'il picolait sec. Avec une femme pour lui remettre les idées en place, il aurait été moins porté sur la bibine et plus sur le savon senteur chèvrefeuille. Affaire classée, estima Thorolf. Un instant, il eut envie de demander à Achlys comment elle le voyait, son prince charmant – simple curiosité, inutile de sortir le pop-corn – mais il jugea la question déplacée.

La jeune fille lui proposa d'échanger les rôles, ce qu'il accepta avec reconnaissance, même s'il se rendit très vite compte qu'il n'était guère meilleur pour essuyer les assiettes que pour les laver. Il manqua casser la première, trop glissante au sortir de l'eau, et il lui fallut un peu de temps pour prendre un coup de main à peu près passable. Dans le placard, la pile se reconstituait, et, au bout d'un petit moment, Achlys annonça qu'ils avaient terminé.

-Bonne nouvelle, ça ! On n'a plus qu'à aller le dire à l'un de ces messieurs... et à nous la piscine ! Bon, faudra supporter la vue de Mister Baleine, mais on essaiera de survivre...

Ils prirent soin d'essuyer le tour de l'évier et d'étaler le torchon pour qu'il sèche, avant de quitter l'endroit – que personne ne puisse leur reprocher quoi que ce soit. Thorolf ouvrit la porte avec un peu trop d'enthousiasme, et un bruit de choc, suivi d'une exclamation furieuse, accueillit les deux adolescents :

-Mais putain de merde ! Par les balloches de Merlin, vous pouvez pas faire attention, espèce de petits abrutis ! Vous pouvez pas vous douter qu'il y a quelqu'un ?

L'un des surveillants, visiblement occupé à somnoler à l'ombre du petit toit en attendant qu'ils aient fini, venait de se faire cueillir comme une framboise par la porte. Pour l'heure, il sautait sur place en tenant entre ses mains son pied nu, que Thorolf supposa donc avoir été la victime de son coup de porte involontaire.

-Pas possible d'être aussi cons ! Filez dans vos chambres, et que si je vous vois dehors avant que JE l'aie décidé, vous le regretterez ! Allez, dégagez !

Sans oser prononcer un mot, Thorolf et Achlys filèrent, le boiteux sur leurs talons – la confiance régnait et il voulait vérifier qu'ils exécutaient bien ses ordres. Ils le distancèrent facilement, et, tout en montant l'escalier, le Serdaigle, très gêné, murmura à l'adresse de sa camarade :

-J'suis désolé... je l'avais pas vu... j'espère qu'il va pas nous laisser là trop longtemps...

En même temps, il était difficile de voir un glandu à travers une porte fermée, et ils ne s'étaient pas imaginé que quelqu'un montait la garde – mais Thorolf se jugeait responsable de ce contretemps.

-Bon... à tout à l'heure ? fit-il timidement en arrivant sur le palier du premier étage, celui des garçons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 143



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Mer 24 Mai - 22:53



Si cette tâche ingrate avait au moins un mérite, c’était d’avoir permis à Achlys de rencontrer Thorolf. Jusqu’ici, elle l’avait trouvé un peu asocial et peut être trop porté cette histoire de plantes aquatiques. Mais en parlant avec lui, elle s’était rendu compte qu’ils avaient peut être des intérêts communs, et la critique du pire surveillant qui soit était une conversation des plus intéressantes. En y pensant, aucun des adolescent ici présent ne devait apprécier ce type, qui n’avait vraiment rien pour plaire. D’accord, il n’avait pas un physique agréable, mais si au moins il était sympa. Mais non, il était juste bête et moche. Ce n’était pas étonnant qu’il ai mauvais caractère avec tout ces défauts, peut être que Lys aussi serait ingrate si elle était idiote et laide comme un Scroutt à Pétard. Mais lui détenait vraiment la palme.

    ▬ Comment ça ? Je pensais qu’il faisait le tour de toutes les chambres ? Fit-elle, marquant un temps d’arrêt. T’as raison c’est bizarre, on devrait avoir une femme à la place...


Achlys était choquée d’apprendre ce qu’elle venait d’entendre. Même si elle trouvait le comportement de ce type très louche, elle ne pensait pas qu’il l’était autant ? Est-ce qu’elle devait en parler à un autre surveillant ? Non, si c’était pour avoir des problèmes ce n’était pas la peine, ils devaient certainement être déjà tous au courant. Remuant légèrement la tête, elle décida de ne plus y penser.

Elle émit un petit sourire en coin en entendant son camarade affirmer qu’il ne coucherait jamais avec ce bonhomme. Était-elle censée être étonnée ? Évidement que personne ne voulait coucher avec ce porc ! Même si pour Lys, l’idée de coucher tout court n’était pas vraiment quelque chose à quoi elle pensait régulièrement. La dernière fois qu’elle y avait songé, elle s’était retrouvée dans la librairie d’un type étrange qui comprenait tout de travers, et elle se souvint encore d’avoir rougi jusqu’aux oreilles. Alors elle avait beau commencer à s’intéresser aux garçons, elle ne s’imaginait pas encore aller plus loin qu’un bisou. Déjà qu’elle n’avait encore jamais eu de petit copain… Mais ça, elle ne le dirait certainement pas à Thorolf, il la prendrait certainement pour une gamine.

    ▬  Je ne pense pas qu’il puisse être le prince charmant de quelqu’un de toute manière, dit-elle en éludant la question implicite du Serdaigle.


Une fois qu’ils eurent échangés, la vaisselle semblait enfin diminuer. Pas que Thorolf lavait lentement, mais Achlys pouvait au moins voir combien d’assiettes il restait. Et enfin, la dernière arriva. Une fois que son nouvel ami – Achlys n’était pas certaine de pouvoir l’appeler ainsi, mais elle le considérait presque comme tel – et elle s’étaient assurés qu’il n’y avait rien de reprochable, ils s’éloignèrent avec joie de cet évier du démon. La jeune blonde avait tellement hâte de retrouver les autres à la piscine, et avait tellement chaud ici que l’idée de se prélasser dans l’eau fraîche la laissait rêveuse. A la suite de Thorolf, elle s’apprêtait à passer la porte quand ils entendirent comme un craquement, suivit d’un cri strident – tellement strident que Lys ne savait pas s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme. Seulement, elle eu rapidement la réponse quand un grand type apparu devant eux. Encore un des accompagnateurs que Lys n’appréciait pas beaucoup, mais elle se garda bien de dire quoi que ce soit tandis que l’autre leur balança des absurdités à la tronche. Mais alors elle ne s’attendait vraiment pas à ce qu’il leur ordonne de regagner leurs chambres, sans discussion. Elle le dévisagea comme s’il venait d’une autre planète, espérant qu’il allait se mettre à rire comme si c’était une blague. Mais non, il les bouscula presque devant lui pour qu’ils filent vers les dortoirs, ce qu’ils firent sans se le faire dire deux fois. Non mais, ça ne s’appelle pas de l’abus de pouvoir ça ?

Alors qu’ils regagnaient le bâtiment, Thorolf se pencha vers elle pour s’excuser de sa maladresse, avec une gêne palpable. La jeune Poufsouffle lui fit un sourire réconfortant, elle ne voulait pas qu’il prenne tout pour lui.

    ▬ Non mais attends, t’as rien à te reprocher, t’y peux rien si c’est un abruti finit.


Personne de sain d’esprit n’enverrait deux adolescents dans leur chambre pour lui avoir cogné le pied. Non mais ils sortaient d’où ces guignols ? Lorsqu’ils arrivèrent à l’étage des garçons, le jeune homme se tourna vers elle timidement.

    ▬ Oui, à tout à l’heure Thorolf ! Lui répondit-elle d’un signe de la main.


Puis, sous la surveillance de l’autre idiot, elle monta à l’étage supérieur pour rejoindre sa chambre. Elle ne regarda même pas si le surveillant l’avait suivit, et claqua furieusement la porte derrière elle. Elle grimpa sur son lit et s’étala de frustration, étouffant ses grognements dans son oreiller. S’il y avait bien une chose qui mettait l’adolescente hors d’elle, c’était l’injustice. Aucun d’eux n’avait mérité de se retrouvés enfermés là, c’était absurde. Parfois, elle se demandait pourquoi on donnait toujours raison aux plus âgés, alors qu’ils n’étaient parfois pas plus dégourdis que des enfants de huit ans. Monde injuste.

Au bout d’un long quart d’heure, Achlys en eu marre de tourner en rond. Elle avait essayé de comater dans son lit, mais il faisait trop chaud pour une sieste. Elle avait ouvert un bouquin, mais elle n’arrivait pas à se concentrer sur sa lecture, trop occupée à penser aux autres dans la piscine. Elle n’allait quand même pas rester là à attendre qu’on veuille bien la faire sortir. Et à bien y réfléchir, elle avait peut être une idée.

Lentement, elle ouvrit la porte, puis passa la tête pour vérifier que le couloir était désert. Il n’y avait pas un chat à l’horizon, alors la jeune fille se dépêcha de rejoindre les escaliers. Elle passa discrètement la tête par dessus la rambarde, et retint son cri de frustration en voyant le surveillant fumer dans les escaliers. Aucun moyen de descendre par là, pourtant elle voulait aller voir Thorolf. Alors qu’elle rejoignait sa chambre, elle réfléchit à ce qu’elle pouvait faire. Elle ne devait surtout pas se faire prendre, alors il n’était pas possible de lui lancer un sort. Elle ne pouvait pas non plus se risquer à utiliser une de ces farces et attrapes des jumeaux Weasley. Puis, alors qu’elle fouillait dans son placard à la recherche d’une idée, elle tomba sur son balais. Achlys l’avait emmené avec elle quand elle avait apprit que l’hôtel disposait d’un terrain de Quidditch. Finalement, il allait être bien plus utile que prévu.

Glissant une chaise sous la poignée, elle espérait que ce système qu’elle avait mainte fois vu dans des films de moldus fonctionnait. Puis, elle ouvrit en grand sa fenêtre, qui donnait sur la plage. Personne ne risquait de la voir sortir par là. Elle se pencha en avant pour s’assurer que la voie était libre, puis enfourché son balais, et s’élança en avant. Elle descendit lentement pour atteindre les fenêtres de l’étage d’en dessous, s’approchant de chacune d’elle pour voir si c’était la chambre de son camarade. Puis, alors qu’elle pensait tomber encore sur une pièce vide, elle aperçu la silhouette de Thorolf. Se rapprochant de la vitre, elle se mit à taper le poing contre le carreau.

    ▬ Pssst ! Siffla-t-elle pour appeler le garçon.


Elle agissait peut être stupidement, ou était en train de s’attirer toutes les galères possible, mais Achlys était du genre à défier l’autorité quand elle estimait qu’elle avait raison. Et pour le coup, elle était sûre de faire le bon choix.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Dim 11 Juin - 14:04

Putain. D'enculé. De. Bâtard. De. Merde. Va. Fister. Des. Sombrals.

À peine entré dans sa chambre, Thorolf adressa – pas trop fort, on ne sait jamais – cette charmante apostrophe au pion, exactement comme ça, avec les pauses dues à l'indignation et tout. Le gamin claqua la porte, signe d'une révolte qui ne lui était pas coutumière, et se laissa tomber sur son lit. Bon, je pleure ou quoi ? Non, quand même, mais le cœur y est. Se faire punir pour ça ! Être con comme ce mec, ça devrait être interdit et puni de la prison à perpétuité. Quand je serai ministre, je ferai une loi comme ça. Enfermer les cons. Bon, faudra construire des prisons, mais ça créera des emplois. Non, des bagnes, tiens ; comme ça, les cons enfermés seront obligés de travailler à la place de ceux qui resteront dehors. Je mettrai en place une Commission de Régulation des Cons Magiques, et toi, salopard, tu peux déjà noter sur ton agenda que tu seras le premier à passer devant. Enfin, si tu t'es pas fait déglinguer avant par quelqu'un d'autre : abruti comme tu es, il y a quand même un risque.

Le gamin passa un bon moment à ruminer son hostilité contre ce pion, agrémentant ses pensées vengeresses d'insultes choisies. Il y trouva d'abord une forme de satisfaction, mais très vite, cela devint frustrant et il chercha un dérivatif à sa colère. Lire ? Il avait pris plusieurs livres avec lui, car il était du genre à dévorer plutôt qu'à lire. Il prit un des bouquins au hasard, tomba sur le dernier opus d'une série de romans d'aventure qu'il aimait beaucoup, et... ben non. Il eut beau essayer plusieurs fois de se concentrer, il dut se rendre à l'évidence : il lisait et relisait les mêmes phrases sans rien y comprendre, tant son esprit était ailleurs. Il rangea soigneusement le livre dans sa valise, tourna quelques instants en rond, bâilla – et cela lui donna l'idée de faire la sieste. Le séjour était assez fatigant, entre les réveils aux aurores, les diverses activité et l'ambiance dans le dortoir qui n'était pas vraiment propice à un coucher à l'heure dite. Il ferma donc les rideaux, se déshabilla, s'allongea, et... ben rien non plus. Il passa bien vingt minutes à se tourner et à se retourner, les yeux pourtant lourds, sans parvenir à trouver le sommeil.

-Fait chier !

Thorolf, rageur, se releva, rouvrit les rideaux, et reprit sa marche. Il était un garçon calme d'habitude, rester à l'intérieur ne le dérangeait pas, mais là, l'injustice dont il avait été victime l'empêchait d'accepter la situation. Et penser aux autres idiots qui profitaient de la piscine ! Il exhala un profond soupir à cette évocation, rouvrit sa valise pour y prendre ses parchemins, trempa sa plume dans l'encre et... ben toujours rien. Il avait pourtant réfléchi, ces derniers jours, à un paragraphe, l'avait composé dans sa tête, en avait soupesé chaque terme, mais rien ne lui revenait. Découragé, il se laissa à nouveau tomber sur son lit, se releva au bout d'un moment pour se remettre à faire les cent pas, se posta près de la porte dans l'espoir d'entendre quelque chose, et alterna ces trois passionnantes activités durant la majeure partie de l'après-midi, à grand renfort de soupirs excédés. Sans déconner... le punir lui, Thorolf Rowle ! Gamin modèle ou presque ! L'un des rares élèves de Poudlard (un peu d'exagération ne fait jamais de mal) à n'avoir jamais été mis en retenue en six ans ! Enfin, si une fois, mais ça ne comptait pas, c'était juste parce que McGonagall était une vieille facho. Il n'avait même jamais été rappelé à l'ordre, ayant toujours tout fait pour l'éviter. Et voilà qu'on le traitait comme s'il avait délibérément essayé de blesser un surveillant ! C'était mal le connaître.

La distraction finit par venir – par tomber du ciel, au sens propre. Alors qu'il entamait sa deux-cent-quarante-et-unième longueur dans le sens lit-fenêtre, les yeux fixés sur le sol, il entendit tambouriner contre le carreau. Relevant promptement la tête, il manqua tomber en reconnaissant Achlys, sur son balai, en vol stationnaire devant sa fenêtre. Il se précipita pour ouvrir et accueillit la jeune fille d'un :

-Mais t'es pas bien ! On va se faire tuer ! Viens, entre avant que quelqu'un te voie !

Il ne put retenir un regard d'envie en direction du balai ; lui-même volait sur une antiquité héritée de son père, et encore avait-il pu, en sa qualité d'aîné, s'emparer du moins délabré des balais disponibles au manoir. Impossible, dans ces conditions, de briguer une place dans l'équipe de Quidditch de Serdaigle. Encore une injustice, bordel. Mais ce n'était pas le moment ; Achlys était sans doute venue là dans un but bien précis.

-Qu'est-ce que tu fais là ? Tu veux fuguer ?

Il parlait dans un souffle, à voix très basse, craignant qu'un surveillant ne passe à ce moment dans le couloir. Pas téméraire, le petit Serdaigle craignait déjà de se faire sanctionner pour l'évasion d'Achlys, avec laquelle il n'avait rien à voir ; alors fuguer, quitter le bâtiment ? Désobéir ouvertement aux ordres du sale con qui les avait punis ?

-Tu ferais mieux de retourner dans ta chambre, imagine s'il vient vérifier qu'on est bien là...

Quelqu'un d'autre se serait dit qu'ils ne risquaient pas grand-chose ; après tout, on n'était pas à Poudlard, et qui oserait renvoyer à la maison le fils d'un Mangemort reconnu ? Mais Thorolf se sentait terriblement nerveux. Nerveux, et un peu jaloux du balai d'Achlys, aussi, mais c'était une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 143



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé] Dim 18 Juin - 10:19



Achlys n’a jamais eu de gros problèmes de discipline quand elle était à Poudlard. Elle avait peut être eu quelques heures de colle avec le Professeur Rogue, et ne parlons pas du Professeur Ombrage. Elle avait bien essayé de berner Rusard à quelques reprises, mais elle n’avait jamais complètement enfreint le règlement. Ce soir, ils étaient loin de Poudlard. Peut être que sortis du cadre scolaire, elle se voyait pousser des ailes. Et contre toutes ses attentes, c’était terriblement excitant d’aller à l’encontre des règles. Et puis, de toute manière, ce n’était pas si grave d’entrer par la fenêtre dans la chambre d’un garçon, si ?

Quand Thorolf la vit, elle ne pu s’empêcher de pouffer en voyant sa réaction. Évidement qu’il ne s’y attendait pas, mais la tête qu’il faisait en venant lui ouvrir valait de l’or. Quand il l’invita – non sans un reproche – elle ne perdit pas une seconde et s’engouffra dans la chambre. C’était quelque peu délicat avec son balais, mais elle parvint à se poser sur le sol de justesse, manquant de foncer dans l’armoire. Cette chambre est bien trop étroite pour voler, se dit-elle, et puis on ne vole pas dans une chambre non plus Achlys. Une fois sur ses pattes, elle posa le balais sur un des lits, ne faisant pas vraiment attention à si elle en avait le droit ou non. Elle fit le tour de la pièce, ignorant un peu les questions de son camarade. Il s’agissait bien d’une chambre de garçon, la plupart des lits étaient dans un bordel innommable. Elle se pinça le nez en passant devant un caleçon jeté au pied d’un lit, se demandant comment le garçon qui couchait là faisait pour ne pas avoir honte. Elle s’approcha d’une autre couche, qui lui semblait plus rangée que les autres.

    ▬ Je suis certaine que c’est le tien, t’es du genre propre et soigné toi, je me trompe ?


Elle lui fit un grand sourire, mi-sincère mi-moqueur. Elle ne connaissait pas vraiment ce garçon, mais Thorolf avait l’air de quelqu’un d’atypique. Ce qui, aux yeux d’Achlys, ne pouvait le rendre que plus intéressant.

Elle posa ses fesses sur le lit tout bien rangé, ne se posant pas plus de question. Puis, d’un air un peu trop sérieux, elle s’apprêta à lui fournir des explications.

    ▬ Bon, si je suis là, c’est pour me venger. Ils peuvent bien se la jouer autoritaires, ce n’est pas une raison pour faire preuve d’injustice.


Elle balaya de la main les paroles du Serdaigle. Elle ne pensait pas qu’il fallait s’en faire pour le surveillant, il était bien trop occupé à tirer des lattes dans les escaliers. Si ça se trouve, il attendait même une des surveillantes pour pouvoir lui rouler des pelles en paix. Elle le soupçonnait de fréquenter l’une des accompagnatrices, et pas la plus jolie ni la plus appréciable. Mais qui se ressemble s’assemble, comme on dit.

    ▬ T’en fais pas, je crois que ses clopes vont le retenir un moment. Au pire, tu me cacheras.


Elle réfléchit un moment à ce qu’ils pourraient faire pour se venger, et jusqu’où ils pourraient aller. Elle n’aimerait pas se faire virer du séjour, alors soit ils devaient être extrêmement discrets, soit ils ne devraient pas faire de grosses crasses. Mais la discrétion rajoutait du piment.

    ▬ Bon alors, une idée ? Faudrait vraiment faire un truc interdit, en plus ce serait excitant non ?


Achlys avait des étoiles dans les yeux. Pour une fois qu’elle enfreignait les règles, elle le faisait pour la justice. Elle en faisait peut être un peu trop, mais elle était persuadée qu’il n’y avait que ça à faire. Dans sa tête, Thorolf et elle étaient comme des espions qui allaient préparer leur plan d’attaque. Elle n’avait jamais vraiment perdu son âme d’enfant.

Ils ne se doutaient pas que leur soirée allait être riche en émotions.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Une place au soleil || Thorolf Rowle [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde
-