POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Lun 22 Mai - 23:45



Révoltes Adolescentes

Feat Thorolf Rowle, Evan F. Rosier & Achlys Kaustas-Deketh



Emmitouflée sous la couette, avec seulement le bout de sa tête dépassant des draps, Achlys observait l’ombre de la dernière bougie allumée de la chambre. Ses camarades de chambre chuchotaient encore, se racontant leur après-midi géniale à la piscine. Lys faisait semblant de dormir, pour ne pas qu’on ai à lui poser des questions. Seulement, elle mourrait de chaud sous sa couverture, et priait pour qu’elles éteignent rapidement la lumière et aillent se coucher. Elle se repassait une énième fois le plan dans sa tête, lorsque la porte s’entrouvrit. Aussitôt toutes les filles se turent et regagnèrent en vitesse leur lit. Un homme passa la tête par l’ouverture, observant la bande d’adolescente avec ses yeux gros comme des billes. Achlys déglutit, dégoûtée par ce type aux sourcils bien trop fournis. Il leur intima de se taire et de dormir, et qu’il repasserait s’il entendait du bruit. Se mordant les lèvres, Lys attendit patiemment qu’il referme la porte et qu’il n’y ai plus aucun bruit.

Au bout d’une bonne demi-heure, elle entendit les respirations plus lentes de ses amies, qui s’étaient visiblement toutes endormies. La fenêtre de leur chambre grande ouverte laissait entendre les grillons. Le plus silencieusement que possible, la blonde descendit du lit, vérifiant que personne ne la voyait. A pas de loup, elle s’empara de sa veste, qu’elle enfila directement par dessus son maillot de bain, laissant ses cuisses découvertes. Un peu plus tôt dans la soirée, dès qu’elle était partie de la veillée, Lys avait enfilé son maillot et avait filé au lit. Quelques minutes plus tard, ses copines l’avaient rejoins dans la chambre, et avaient pensé qu’elle dormait déjà. Pour le moment, tout semblait bien fonctionner. Sans un bruit, elle attrapa ses sandales qu’elle garda dans la main, évitant de les mettre pour ne pas faire de bruit. Puis, elle se dirigea vers la porte et entreprit de baisser la poignée. Alors qu’elle tirait la porte vers elle, celle-ci grinça en s’ouvrant. S’arrêtant aussitôt, Achlys écouta le moindre indice que quelqu’un s’était réveillé, mais elle n’entendit que des ronflement. Poussant un soupir de soulagement, la jeune Poufsouffle sortit de la chambre en refermant la porte avec précaution.

Le couloir était noir et désert. Pieds nus, Achlys le parcouru lentement, angoissée de tomber sur quelqu’un… Ou quelque chose. Elle n’avait pas vu de fantôme dans l’hôtel, mais rien n’était impossible. Le Moine Gras ne lui avait jamais fait peur à Poudlard, mais ici l’ambiance était toute autre. Peut être qu’ils avaient eux aussi un esprit frappeur… Déglutissant, la blonde pressa le pas. Elle n’était pas forcément du genre à faire de grosses bêtises, peut être quelques petites farces mais jamais plus. Là, elle se sentait l’âme d’une aventurière, mais pas trop téméraire non plus. Après réflexion, elle se dit qu’elle aurait dû entraîner son frère avec elle. Mais il n’avait rien à faire avec elle se soir, et elle ne pouvait pas toujours se cacher derrière lui. Et finalement, elle pu sortir du bâtiment sans croiser personne, pas même un fantôme.

Une fois dans la cour principale, elle pu mettre ses sandales. Les cuisines de l’hôtel semblaient encore allumées. Hormis celles-ci, tout était sombre. Elle entendait au loin les vagues lécher le rivage, et se demanda comment pouvait bien être la plage de nuit. Mais ce n’était pas leur objectif de la soirée. Ses yeux balayèrent la cour, cherchant une silhouette. Mais elle était seule pour le moment, et se dit qu’elle ferait mieux d’attendre dans un coin, à l’abri des regards. L’un des surveillants pouvait déboulait à tout moment, et elle passerait un mauvais quart d’heure si elle se faisait prendre. La jeune blonde alla donc s’asseoir sur les marches dans l’ombre, où personne ne pourrait la voir. Les mains dans les poches de sa veste, elle fixa les graviers devant elle pour ignorer la douleur dans son ventre. Elle ne savait pas si elle était excitée ou angoissée. L’un ou l’autre, ce n’était pas une sensation agréable. Mais elle n’avait pas envie de reculer.

Au bout de quelques minutes, elle entendit quelqu’un marcher non loin d’elle. Elle se leva discrètement, puis se cacha à l’angle du mur pour observer le nouveau venu. Malheureusement, il faisait trop noir pour distinguer qui venait. De toute manière, il ne pouvait pas y avoir trente-six solutions. Soit c’était lui, soit elle tombait droit dans la gueule du loup. Tant pis.

    ▬ Thorolf ? chuchota-t-elle quand la silhouette s’approcha assez près pour qu’elle puisse se faire entendre.


Elle déglutit, attendant une réponse, espérant voir le visage de son camarade.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Ven 26 Mai - 23:31

-Ben alors, qu'est-ce que tu as fichu ? On t'a attendu à la piscine ! T'es malade, ou quoi ?

Peter, les cheveux encore humides, venait de rentrer dans la chambre qu'il partageait avec Thorolf. Les autres occupants de la pièce, deux élèves de Serpentard de leur âge, arrivaient à leur tour, discutant avec animation. Tout le monde semblait s'être bien amusé. Dans le couloir, on entendait les conversations des autres garçons qui regagnaient leur dortoir, parlant fort et riant après une bonne après-midi dans l'eau. Thorolf ferma, dans un claquement sec, le livre qu'il avait fini par prendre pour tuer le temps, et lâcha, la voix tremblant encore de colère :

-C'est cet abruti de pion qui nous a consignés. Tu sais, le grand con avec une petite barbiche.

Peter n'en demanda pas davantage. Dès le premier jour, les adultes encadrant le séjour s'étaient distingués par leur sévérité et par leur goût pour les décisions arbitraires ; Thorolf n'avait pas besoin de raconter toute l'histoire, son ami comprenait qu'il avait dû se passer quelque chose de pas clair.

-T'es resté là tout l'après-midi, du coup ? Qu'est-ce que tu as fait ?

Thorolf haussa les épaules et marmonna qu'il s'était emmerdé ferme, sans développer. L'autre lui donna une tape sur l'épaule en signe de compassion, et entreprit de se changer pour le dîner. De son côté, le jeune Rowle se laissa tomber sur son lit en attendant que les autres soient prêts. Il ne parla presque pas durant tout le repas du soir, évita soigneusement de croiser le regard d'Achlys, et, surtout, de se faire remarquer par le pion qui les avait punis. Le dîner terminé, on leur accorda un petit moment de détente dans le jardin avant de monter se coucher. Thorolf fut le premier couché, bien qu'il n'eût guère sommeil ; il se tourna sur le côté, les yeux grand ouverts, et attendit. Son cœur battait à tout rompre, tellement fort qu'il se demandait si on n'allait pas l'entendre de l'extérieur. Ira, ira pas ? Il avait promis, mais plus il y réfléchissait, plus il trouvait que c'était idiot. Et s'il disait qu'il s'était endormi ? Elle ne saurait jamais que c'était faux, après tout. Oui, il allait faire ça. Cette décision prise, il chercha le sommeil, en vain. Les yeux fixés sur un rayon de lune, il entendit les pas du surveillant qui s'arrêtait devant chaque porte pour vérifier que tout était calme ; il n'eut pas une seule fois à rappeler les élèves à l'ordre. Tous dormaient déjà, probablement épuisés par une après-midi complète à la piscine. Seul Thorolf ne trouvait pas le sommeil. Martin, l'un des Serpentard, laissa échapper un ronflement sonore, et ce fut comme le signal que le jeune Rowle attendait. Il n'allait pas rester là à écouter ronfler ce crétin, si ? Aussitôt, en veillant à ne faire aucun bruit, il se glissa hors du lit, échangea son boxer contre un maillot de bain, enfila un short et un t-shirt et quitta la pièce. Pas la peine de prendre des chaussures, il avait l'habitude de marcher pieds nus. Le souffle court, il se faufila hors de la chambre, traversa silencieusement l'étage, attentif au moindre bruit. Il descendit l'escalier, le cœur battant si fort qu'il se demandait s'il n'allait pas faire une crise cardiaque. Dire qu'à Poudlard, il n'avait jamais quitté son dortoir en-dehors des heures autorisées ! Enfin, l'estomac noué, il arriva en bas de l'escalier. C'était le moment. Il ouvrit la porte avec mille précautions, priant pour qu'elle ne grince pas, et, avec l'impression de franchir le Rubicon, posa doucement les pieds sur les gravillons de l'allée. Il lui semblait à chaque instant que quelqu'un allait sortir derrière lui, et le rappeler. Il entendait déjà la voix menaçante, et sursauta en entendant quelqu'un – mais pas un pion, et pas menaçant – lui adresser la parole :

-Achlys ? Par Merlin, tu m'as fait peur... souffla-t-il. Viens, restons pas là.

Il n'était guère prudent de tailler une bavette juste devant le bâtiment où logeaient leurs camarades et, surtout, les adultes qui encadraient le séjour. Ils ne devaient pas dormir de si bonne heure, et, un instant, Thorolf se demanda ce qu'ils pouvaient bien faire. Il était difficile d'imaginer ces gens dans un autre rôle que celui de surveillants d'une bande d'ados en goguette. Le Serdaigle se garda bien de communiquer ses interrogations à sa camarade, tandis qu'ils marchaient à pas pressés le long d'une haie qui leur cachait le bâtiment.

La piscine, enfin. Calme et scintillante au clair de lune, elle n'attendait plus qu'eux. Les deux adolescents vérifièrent d'un dernier regard qu'il n'y avait personne en vue, puis se mirent en maillot. Thorolf entra dans l'eau fraîche avec délectation. Ce n'était pas l'après-midi ensoleillée, mais pour lui qui avait l'habitude de se baigner dans les eaux de la mer du Nord, c'était tout à fait agréable. Il fit quelques brasses, et songea avec délectation qu'il était en train d'enfreindre toutes les règles. Il n'avait jamais osé le faire, jusqu'à ce que, de peur de passer pour un dégonflé aux yeux d'une jeune fille qu'il connaissait à peine, il se retrouve à presque minuit dans une piscine, à faire la planche en contemplant les étoiles. Il se rétablit et rejoignit Achlys – envie de discuter, allez savoir – mais, comme il allait parler, un bruit attira son attention et il chuchota :

-Tu as entendu ? On dirait qu'il y a quelqu'un...

Et là, ils étaient salement mal barrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 6ème année

| Serpentard ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 29/06/2016
Parchemins postés : 109



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Evan F. Rosier


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Mer 14 Juin - 17:07

Le Manoir des Rowle était totalement différent de celui des Rosier. Il n'y avait pas photo. Evan vivait dans un véritable manoir. Chez lui, il y avait plus de pièces que nécessaire, une salle à manger immense, trois salons, ainsi que trois bureaux : un pour lui, un pour sa mère et un pour son père. Il y avait une salle de bain pour chaque chambre et, au rez-de-chaussée, il y avait une salle pour la pratique de l'escrime. Le jardin était immense, entretenu par trois jardiniers et il y avait même un endroit où on pouvait jouer au Quidditch. C'était immense, c'était beau. Bref, c'était Rosier. Et c'était  le seul bon point que sa mère avait trouvé à son marriage. Parce que, côté Rowle, ce n'était pas vraiment la même chose. Des années à dépenser l'argent sans compter, sans le gérer, avait fait de la famille de Grace une des familles de Sang-Pur les plus pauvres, si pas LA plus pauvre. Le Manoir familial, qu'ils avaient tout de même réussi à conserver, avait depuis longtemps perdu sa splendeur initiale. Aujourd'hui, il tombait en ruine. Si Grace avait essayé d'aider son frère à le maintenir en étât, elle n'avait pas insisté dès lors du premier refus de ce dernier, qui se noyait dans sa fierté. Au final, il était devenu Mangemort, comme elle, et la situation s'était améliorée.

Mais encore aujourd'hui, quand Evan se retrouvait devant le Manoir Rowle, il ne pouvait s'empêcher de se dire que Thorolf avait une sacrée volonté pour supporter ces conditions de vie sans broncher.

Soupirant, le jeune homme poussa la grille du portail d'entrée et pénétra dans le domaine des Rowle. De ce qu'il savait, son oncle n'était pas là. Il était au travail, comme sa mère. Alors il trouverait directement Thorolf et n'aurait qu'à le convaincre de sortir. Evan ne savait pas encore où aller, mais ce n'était pas les endroits intéressant qui manquaient. Non, en vérité, le plus dur serait certainement de convaincre son cousin de sortir. Mais bon, Evan ne désespérait pas encore. Il allait bien trouver des arguments suffisamment convaincants pour faire sortir son cousin de sa tannière.

Evan arriva rapidement devant la porte et actionna l'énorme heurtoir de l'entrée. Il attendit ensuite quelques instants. Ce genre de heurtoir magique faisait résonner les coups dans tout le manoir. C'était pratique quand on avait de grandes maisons, comme celle-ci. Parce que, oui, même si la Manoir des Rowle n'était pas en bon état, il n'en restait pas moins grand.

- Qui est-ce ? demanda soudain le heurtoir.

Evan afficha un sourire moqueur en entendant la voix de Roald, qui tentait de paraître bien plus enfasé qu'il ne l'était en réalité.

- C'est ton cousin préféré. Ouvre-moi.

Il y eut un instant de silence, pendant lequel Evan imagina Roald en train de pester, de l'autre côté de la porte, puis il y eut un bruit de verrou et le battant s'ouvrit. Le jeune homme afficha alors un sourire à la fois éblouissant et irritant. Roald lui lança un regard peu amène, blasé et irrité.

- Qu'est-ce que tu veux, Evan ? demanda l'adolescent.
- Je voulais voir Thorolf. Il est là ?

Roald haussa un sourcil étonné et Evan fronça les sourcils. Ce n'était pourtant pas étonnant que le jeune homme vienne ici pour tirer son cousin de chez lui.

- Il est pas là ? demanda Evan.
- Bah non. Il t'a pas dit ?

Evan fronça davantage les sourcils. Dit quoi ? Thorolf ne lui avait rien dit de particulier. La dernière lettre qu'il avait reçu de son cousin remontait à... quelques jours, déjà. Mais il ne lui avait rien dit qui sorte de l'ordinaire ! "Bonjour, je vais bien, ça va toi ?, à bientôt", et puis c'est tout. Evan se sentait mis de côté, pour le coup. Pas qu'il demande à tout savoir de la vie de son cousin, mais s'il y avait un truc important, il aurait aimé le savoir. Juste pour pas avoir l'air idiot en se pointant chez lui et en se faisant refouler à l'entrée, comme il sentait que ça allait être le cas.

- Pas dit quoi ? siffla Evan, qui commençait à s'impatienter. Vas-y Roald, crache le morceau. J'ai pas que ça à faire.
- Ah bon ? répliqua Roald.

... Oui, bon. Si, concrètement, Evan avait que ça à faire. Mais ça, l'adolescent qui lui faisait face n'était pas obligé de le savoir.

- J'ai un truc à dire à Thorolf. Alors, il est où ? reprit Evan en soupirant.
- ... Il est parti dans une sorte de colo. Je sais pas trop ce que c'est, comme un séjour d'étude. Des parents d'élèves qui ont organisé ça.

Evan haussa les sourcils. Il avait entendu parler de ce séjour. Sa mère lui avait demandé s'il voulait y aller, et il avait dit non. Mais il ne savait pas que Thorolf avait su lui aussi, et qu'il avait dit oui. Sinon, il y serait allé aussi, ça aurait été franchement plus cool. Beaucoup plus que de rester ici à ne rien faire. Evan ne se sentait pas trop mal, mais il était un peu vexé. Thorolf aurait pu l'avertir. Enfin, il partait pour plusieurs jours, et il ne lui en disait rien. Pas qu'Evan devait être au courant de tous les faits et gestes de son cousin, mais bon... Quand même.

Un peu frustré, Evan soupira une nouvelle fois puis hocha la tête.

- Ok. Merci pour l'info Roald.

L'adolescent haussa les épaules et Evan s'en alla après lui avoir demandé l'endroit exact où se trouvait son cousin. Une fois les grilles de l'entrée passées, Evan soupira. Comment est-ce qu'il allait bien pouvoir se rendre là-bas ? Non parce que y'avait plus près comme destination. Evan aurait pu transplaner, mais il n'avait pas encore son permis. Il était en train d'y bosser dessus, mais il n'avait pas encore passé l'examen. Il était venu ici avec un portoloin, que sa mère lui fournissait presque sur demande quand il s'agissait du Manoir Rowle - il valait mieux pas utiliser la cheminée. Pour rentrer, il en avait un autre, mais bon... Au final, il ne restait qu'une solution : utiliser le réseau de cheminette. Il y avait un endroit spécial dans presque chaque ville d'Angleterre, où on pouvait arriver sans avoir le malheur d'atterrir dans une maison de moldue.
Evan soupira puis sortit le portoloin de sa poche. Il ne devrait pas tarder à s'activer. Evan n'avait demandé que quelques minutes, juste le temps d'aller chercher Thorolf et de rentrer. Ah, tiens, d'ailleurs, la mornille qui servait de portoloin commençait à s'activer. Evan n'aimait pas tellement ce moyen de transport, mais bon... En quelques secondes, le jeune homme se retrouva chez lui, avec une drôle de sensation au creux du ventre. Il n'aimait vraiment pas ce genre de transport...

Déterminé, Evan alla jusqu'à la cheminée de l'entrée et attrapa une poignée de poudre de cheminette. Bien, maintenant... Thorolf allait comprendre sa douleur lorsqu'il le trouverait. Alors comme ça, on partait sans lui, sans même le lui dire ? Evan n'allait pas laisser passer un tel affront. Aussi lança-t-il la poudre dans la cheminée avant d'entrer dans l'âtre et de dire à haute voix la ville où devait se trouver Thorolf.

A l'arrivée, le jeune homme se retrouva dans une maison abandonnée qui ressemblait au hall d'un hôpital. Tout était affreusement propre. Et, sur le mur d'en face, il y avait un parchemin, avec tout un tas de règles et d'indications. Evan ne leur jeta même pas un coup d'oeil et sortit discrètement par la porte de derrière. Bien. Maintenant, il suffisait de savoir où se trouvait précisément son cousin. Et vite. La nuit était en train de tomber. Bon, Evan n'aurait peut-être pas dû s'y prendre aussi tard, mais il avait eu des choses à faire avant de pouvoir aller chercher Thorolf. C'était pas tout de sortir, mais le jeune homme avait quand même des examens à passer. Il ne pouvait pas se laisser aller. Les études seraient sûrement son seul moyen pour partir d'ici. L'argent y faisait aussi, mais Evan n'était pas opportuniste : il voulait faire les choses par lui-même.

Bref.

D'un mouvement de baguette, Evan traça le chemin qu'il devait suivre jusqu'à l'endroit où se trouvait Thorolf et se mit en route. Heureusement, le sortilège n'était pas visible pour les Moldus. C'était un sortilège de tourisme crée spécialement pour les Sorciers en voyage dans des zones où les Moldus avaient la majorité. Evan avait trouvé ce sort dans un manuel qu'il avait lu à Poudlard, et il savait qu'il lui serait utile un jour. Il ne s'était pas trompé.

Le jeune homme mit quelques minutes à arriver à destination et, une fois devant l'hôtel dans lequel devait se trouver Thorolf, un sourire en coin étira les lèvres d'Evan.

- Bon alors... Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ? soupira le jeune homme, amusé par la situation.

La nuit était tombée maintenant. Génial. Le plus drôle aurait été de trouver la chambre de Thorolf et d'entrer en douce. Mais Evan n'avait pas envie de devoir faire le tour de toutes les chambres pour trouver son cousin. Qui sait, il pourrait se tromper un peu trop et tomber sur la chambre des surveillants. Il ne voulait pas se faire repérer, merci bien...

- Bon, soupira le jeune homme. On va faire le tour, on verra bien...

Evan enfonça ses mains dans ses poches et commença à contourner le bâtiment. Il devait bien y avoir des entrées derrière. Evan trouverait une solution une fois là-bas.

Soudain, alors que le jeune Serpentard arrivait près de la cour principale, des murmures se firent entendre et Evan se plaqua au coin du mur. Mince, c'était pas malin, il aurait dû essayer de se désillusionner. Si quelqu'un le voyait, il allait encore avoir des ennuis, et c'était pas le moment. Depuis son aventure dans la Forêt Interdite, Evan faisait davantage attention à ce qu'il faisait. Alors, doucement, il se pencha pour observer la cour. Il vit alors deux personnes, deux adolescents si on se fiait à leur allure. Evan reconnu immédiatement Thorolf parmi les deux, mais n'eut pas le temps de voir la seconde personne. Il reconnut tout juste la silhouette d'une fille que les deux s'éloignaient déjà. Evan les laissa prendre un peu d'avance, puis sortit de sa cachette. Un sourire moqueur étirait ses lèvres. Alors comme ça, Thorolf faisait le mur ? Et avec une fille en plus ? Décidément, son cousin devenait de plus en plus téméraire. Et Evan n'allait pas laisser passer une si belle occasion de se venger...

Discrètement, le jeune homme traversa la cour et suivit le même chemin que les deux autres avant lui. Une piscine. Les deux adolescents allaient à la piscine. Evan se cacha derrière la haie et afficha un sourire diabolique. Son plan était très simple : Evan allait faire capoter tout le rendez-vous de Thorolf - car ça ne pouvait être que ça - par sa simple et unique présence. Quoi de mieux qu'une entrée remarquée pour mettre mal à l'aise deux jeunes ados en train de batifoler dans l'eau ? Evan s'en délectait d'avance.

Décidé à entrer en scène, Evan avança discrètement jusqu'à l'entrée de la piscine mais, juste au moment où il allait entrer, son pied écrasa il ne savait trop quelle cochonerie que les gens avait laissé traîner là et tout le corps du jeune homme se crispa. Il était grillé. D'ailleurs, il entendit la voix de Thorolf le confirmer, un peu plus loin. Bon, et ben maintenant, plus d'hésitation, hein ? Evan afficha alors un sourire en coin et se redressa.

Bouh.

- Eh ben, eh ben, eh ben ! s'exclama Evan, un grand sourire aux lèvres. Mais qui voilà ! Mon cousin ! Ça alors, si je m'attendais à te trouver ici, ironisa le jeune homme. Et, en plus, je vois que t'es pas en mauvaise com...

Le regard d'Evan se posa alors sur la personne qui accompagnait Thorolf et le sourire du Serpentard vacilla un instant. Maintenant qu'il l'avait en face de lui, il reconnaissait parfaitement Lys, même dans la nuit. Et là, c'était la merde. Clairement. Surtout avec les réflexions de Thorolf sur le purisme. Il n'était peut-être pas extrémiste, mais bon... Personne n'était au courant, et ce n'était peut-être pas forcément une bonne chose que son cousin le soit.

Eh merde, pensa Evan.

Au final, il aurait peut-être mieux fait de rester chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Jeu 15 Juin - 12:14



Se tordant les doigts pour évacuer sa nervosité, Achlys fut surprise par un bruit. Quelqu’un ouvrait la porte, et la jeune blonde espérait de tout coeur que c’était son camarade. Dans le cas contraire, elle se prendrait un sacré savon. Au pire, elle inventerait une histoire de somnambulisme peu crédible. S’approchant silencieusement, elle héla la silhouette qui s’avançait. La personne sursauta et se tourna vers elle, dévoilant son visage. Achlys découvrit Thorolf avec soulagement.

    ▬ Non d’une chèvre, j’espérais bien que ce soit toi, soupira-t-elle, ignorant les jérémiades de son nouvel ami.


Les deux adolescents ne restèrent pas plantés là plus longtemps, ils devaient à tout prix éviter de se faire repérer. Plus ils avançaient vers la piscine, plus Lys se demandait s’ils avaient eu une si bonne idée que ça. Ils pourraient se faire virer du séjour pour une telle transgression des règles. Après, ils pourraient peut être passer pour des héros auprès de leurs camarades, ce qui serait bien une première pour la jeune fille. Ou bien de bons gros abrutis, au choix.

Secouant la tête pour chasser ses mauvaises pensées, Achlys préféra se concentrer sur leur objectif. Ils arrivèrent devant le large bassin, seulement éclairé par les astres. La Poufsouffle n’avait qu’une hâte, s’immerger dans cette eau fraîche et accueillante. Sans faire de bruit, elle retira son haut et laissa ses sandales derrière elle. Elle se sentait un peu gênée de se retrouver en maillot devant Thorolf, puisqu’ils n’étaient que deux et qu’elle avait l’impression d’être en petite tenue. Mais elle ne fit aucun commentaire, et le rejoignit dans l’eau. Elle entra très lentement, prenant le temps d’habituer son corps à la fraîcheur. La jeune fille sautillait sur place pour se réchauffer. Puis quand elle arriva au niveau de la taille, dans un élan de courage, elle termina de s’immerger.

Maintenant qu’elle était habituée, Achlys se déplaça doucement dans la zone où elle avait pied, observant son camarade nager à sa guise. Elle observa le ciel étoilé, profitant de la douce brise nocturne. Lorsque Thorolf revint vers elle, elle se dit qu’elle pourrait lui poser plus de questions personnelles, apprendre à le connaître. En fait, à part le fait qu’il soit un Serdaigle, elle ne savait rien de lui. Mais avant qu’elle ne s’adresse à lui, un bruit soudain la fit sursauter. Instinctivement, elle s’agrippa au bras de Thorolf, se retournant pour voir d’où venait le son. Pitié, faites que ce n’était qu’un lézard!

Et alors, contre toute attente, ce fut un visage bien connu de la jeune fille qui apparu devant eux. Achlys entrouvrit la bouche de surprise, si étonnée qu’elle ne pensa pas à lâcher le bras de Thorolf. Mais qu’est-ce que Evan Rosier faisait ici ? Celui-ci ne l’avait visiblement pas encore vue, car il s’adressa au troisième larron comme s’il le connaissait depuis longue date. Puis, soudainement, il comprit qui elle était et perdit son sourire vicelard.

    ▬ Par Morgane, Evan, mais d’où tu sors ? Fit-elle, complètement déboussolée.


Puis, elle comprit une chose. Evan semblait bien connaître Thorolf. Et Achlys avait rarement l’occasion de rencontrer les proches du Serpentard, avec qui elle était pourtant très proche. Mais monsieur avait le sang-pur et des idées arrêtées sur les fréquentations à avoir, aussi savait-elle qu’il s’assumait pas franchement son amitié avec la blonde. Parfois, Lys le lui reprochait. Elle ne demandait pas à intégrer le groupe d’ami d’Evan, mais qu’il admette au moins qu’il était ami avec une Sang-mêlée, et que ça ne changeait pas sa vie pour autant. Peut être qu’elle allait pouvoir tirer avantage de la situation, et faire une petite farce à son ami. Après tout, il n’avait rien à faire là, autant se venger de sa petite blague.

    ▬ Vous vous connaissez ? Demanda-t-elle en observant les deux garçons.


Elle voulait d’abord éclaircir la situation.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Lun 26 Juin - 23:20

Comme un poisson dans l'eau : cette expression prenait tout son sens lorsqu'on observait Thorolf se mouvoir dans la piscine. Autant il pouvait souvent être mal à l'aise sur la terre ferme, autant, une fois dans l'eau, il semblait parfaitement dans son élément. Il nageait en produisant à peine quelques rides à la surface de l'eau, dans un silence complet. Bien sûr, ça ne valait pas la mer, la mer du Nord grisâtre dans laquelle il se baignait si souvent avec son frère, mais c'était tout de même bien appréciable de pouvoir se tremper un peu. C'était même mieux que de se baigner en même temps que tous les autres idiots, qui passaient leur temps à sauter en éclaboussant tout et à hurler. Là, c'était calme, on avait de la place, c'était parfait – ou presque : le risque d'être surpris gâchait tout de même un peu le plaisir. Thorolf n'était décidément pas un rebelle. Il ne pouvait s'empêcher de penser à ce qui se passerait si un des surveillants venait à les trouver là, et, anxieux, épiait les alentours, sur le qui-vive. Dans le silence de la nuit, le moindre bruit prenait une importance démesurée, comme ces battements d'ailes, là-bas, dans les arbres, ou le choc de cette fenêtre qu'on fermait, de l'autre côté. Tout semblait mauvais présage au jeune Rowle, peu habitué à transgresser les règles et pas vraiment tranquille d'avoir osé le faire.

Sans un bruit, le jeune homme s'approcha de sa camarade ; après tout, ils n'allaient pas seulement se baigner, sans échanger la moindre parole ? Le Serdaigle était curieux d'en savoir un peu plus sur la demoiselle qui l'avait décidé à faire le mur en pleine nuit. Il fallait qu'elle ait sacrément du caractère pour réussir cet exploit. Il avait commencé par refuser farouchement de s'associer à cette équipée nocturne, jusqu'à ce que la crainte de passer pour un dégonflé finisse par lui faire accepter, malgré lui. Alors, qui était la tentatrice ? Elle n'avait pas l'air bien diabolique, vue comme ça. Une inoffensive élève de Poufsouffle – pas la maison la plus réputée pour ses rebelles, d'ailleurs. Un point commun avec Serdaigle. Les élèves des deux maisons étaient, de toute l'école, les moins portés sur l'aventure et la prise de risques inutile. Ils laissaient volontiers aux autres les violations du couvre-feu et les retenues qui allaient avec. Étrange que cette nuit, Poufsouffle et Serdaigle se soient précisément unis pour un bras d'honneur en forme de sortie non autorisée...

Thorolf cherchait comment engager la conversation – pas facile de se mettre à discuter avec une fille inconnue, surtout quand on voulait éviter de faire du bruit – lorsque les événements se précipitèrent, lui tordant désagréablement l'estomac. Un bruit, des pas, Achlys qui agrippait son bras, et... et cette tronche d'idiot d'Evan qui faisait une entrée aussi foireuse qu'un flan pas cuit. Sans faire attention au fait que sa camarade lui tenait toujours fermement le bras, Thorolf fit :

-Mais... qu'est-ce que tu fous là, toi ?

Pas très accueillant, oui, bon, mais Rosier junior était censé se trouver à des centaines de kilomètres... Qu'est-ce qui avait pu lui donner l'idée extravagante de venir, en pleine nuit, sur le lieu de séjour de son cousin ? Il s'imaginait tomber sur lui, comme ça, juste parce qu'il se pointait ? Bon, dans les faits, c'était le cas, mais si on raisonnait en termes de probabilités... Trêve de raisonnements. Achlys semblait aussi médusée que les deux garçons, et, chose encore plus étrange, elle s'adressait à Evan comme si elle le connaissait bien.

-Un peu, qu'on se connaît. C'est mon cousin, expliqua Thorolf d'un air sombre. Me demande pas ce qu'il fait là, je n'y comprends rien moi-même. Mais... vous vous connaissez, tous les deux ?

Evan ne lui avait jamais parlé d'une quelconque Achlys, et même d'une Poufsouffle. Il s'en souviendrait – il avait une mémoire redoutable. Par exemple, il était capable de se souvenir des années que ce crétin d'Evan avait failli les faire noyer, et même pire, les faire surprendre par un surveillant en arrivant en fanfare... et alors, il se vengerait. D'ailleurs...

L'ami Rosier n'avait pas l'air particulièrement enchanté de trouver son cousin préféré avec Achlys. Thorolf ne voyait pas bien le visage du Serpentard dans l'obscurité, mais il lui semblait bien que la façon dont il s'était interrompu dénotait une certaine contrariété. Le jeune Rowle prit conscience à cet instant de la pression d'Achlys sur son bras ; il se tourna vers elle, lui adressa un sourire, et se dégagea doucement pour sortir de l'eau.

-Qu'est-ce que tu fiches là, Evan ? Il s'est passé quelque chose de grave ? demanda-t-il à mi-voix, rattrapé par son anxiété, en posant la main sur l'épaule de son cousin.

Maintenant qu'il y pensait, c'était sans doute pour ça qu'Evan débarquait sans prévenir. Un truc urgent, un décès, peut-être... Son estomac se noua encore plus à cette pensée. Mais non, il ne serait pas arrivé en se marrant. Remarque, quand on est capable de se pointer en pleine nuit sans savoir où on met les pieds... Non, ce n'était pas possible. Si quelque chose s'était passé, on aurait envoyé un hibou, alerté les adultes qui encadraient le séjour, fait quelque chose de plus réfléchi que débarquer au petit bonheur la chance comme avait fait Evan. La nécessité de se venger apparut avec encore plus de force à Thorolf après cette montée d'inquiétude.

Achlys était sortie de l'eau, elle aussi, et les rejoignait. Thorolf et elle n'eurent besoin que d'un regard pour se comprendre ; sans un mot, d'un commun accord, ils saisirent Evan chacun par un bras, et le jetèrent à l'eau, sans se soucier du bruit que sa chute risquait de causer. Un partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 6ème année

| Serpentard ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 29/06/2016
Parchemins postés : 109



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Evan F. Rosier


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Ven 14 Juil - 14:41

Evan n'avait pas prévu tout ce qui était en train de se passer. Il n'avait rien prévu du tout, en fait. Il avait juste pensé que Thorolf serait dans sa chambre et qu'il lui ficherait une trouille bleue en venant le surprendre en pleine nuit. Mais rien ne se passait ainsi. Déjà, il n'avait pas prévu que Lys ferait aussi partie du voyage - elle aurait pu le prévenir, elle aussi, qu'elle allait dans cette foutue colonie de vacance ! -, mais, en plus de ça, il n'aurait jamais parié sur le fait qu'elle et Thorolf deviendraient suffisamment proches pour aller se baigner ensemble en pleine nuit. Quand on savait à quel point son cousin était doué pour aborder les gens... C'était déroutant, et il fallait dire que le Serpentard ne savait plus comment réagir. Déjà, l'accueil était moyen. Non mais, est-ce que c'était comme ça qu'on accueillait son cousin et son meilleur ami ? Evan n'en était pas tellement sûr. Mais l'expression choquée de leur visage compensait assez ce fait. Le Serpentard les trouvait risibles, même si la situation, elle, ne l'était pas tellement que ça. Après tout, il se retrouvait maintenant au même endroit que son cousin, Sang-Pur, et que sa meilleure amie, Sang-Mêlée.

Evan n'avait pas vraiment les même idées qu'un Puriste. Pour lui, un Sang-Mêlé n'était pas forcément à condamner. Tout dépendait de ce qu'il valait. La plupart était davantage sorcier que moldu, selon lui. Mais certains tenait plus de "l'autre côté". Alors Evan était tolérant. Pour ce qui était des Sang-de-Bourbe, il ne comprenait tout simplement pas comment cela pouvait exister. Soit on était sorcier, soit on était moldu. Quand un des deux parents était sorcier, que l'enfant le soit aussi était normal en soit. Mais quand les deux parents étaient moldus, comment pouvaient-ils pondre des mioches sorciers ? C'était une question que se posait souvent Evan.

Enfin bref.

Donc, dans l'ensemble, Evan n'avait rien contre les Sang-Mêlés. Alors pourquoi cachait-il son amitié avec Lys ? Il y avait plusieurs raisons à cela. Déjà, avoir une meilleure amie impliquait un lien fort, et Evan était quelqu'un de protecteur envers ceux qu'il aimait. Il ne pouvait donc pas laisser cette relation éclater au grand jour. Il était presque certain que si cela venait à arriver, Chap s'en mêlerait, et s'il y avait bien une chose dont Evan était sûr, c'était que le vieux était bien capable de faire plonger Lys et toute sa famille avec. Et ça ne devait pas arriver. Ensuite, et c'était là la deuxième raison importante, sa mère n'était pas aussi tolérante que lui. Elle tolérait les Sang-Mêlés avec de grandes capacités, ceux qui avaient des parents sorciers, ceux qui étaient dans les grandes instances, qui faisaient "grandir la magie". Alors pas sûr qu'une simple gamine à peine en cinquième année et sans capacités particulières s'attire ses bonnes grâces...

Mais bon, pour l'instant, inutile de penser à tout ça. Il était grillé. Comment pourrait-il bien se tirer de là ? Il n'y avait aucun moyen. Alors il devrait faire avec...

- Ce que je fais là ? Je vous retourne la question ! Il fait nuit, et vous êtes en train de faire trempette. Je crois pas que cet endroit soit ouvert même la nuit, hein ? déclara-t-il avec un sourire moqueur. Eh ben... D'habitude, c'est moi qui la joue rebelle. Les choses changent...

C'était presque étrange pour Evan de tomber sur ce tableau. S'il savait Achlys un peu plus téméraire, il ne l'aurait jamais pensé capable de transgresser les règles à ce point. Quand à Thorolf, ça ne lui correspondait tout simplement pas. Lui, c'était le gentil petit garçon qui préférait se conformer docilement au règlement et se coucher tôt pour éviter les ennuis. Et voilà que ce même garçon se retrouvait à presque minuit dans une piscine sûrement pas ouverte à cette heure-là, et, en plus de ça, avec une fille. D'ailleurs, Evan n'appréciait pas trop ça. Il avait trop de fois fait le même coup pour pouvoir penser que c'était innocent...

- Mais sinon, pour répondre à votre question, je suis passé chez mon cher cousin un peu plus tard dans la soirée, et là, son frère m'annonce que Môssieur n'est pas chez lui. Merci de m'avoir mis au courant Thorolf, j'ai eu l'air malin, tiens, soupira Evan en croisant les bras.

Aïe. Et voilà, la question piège. Après tout, c'était bien normal qu'ils la posent. Evan connaissait Lys, il connaissait aussi Thorolf, mais aucun des deux n'étaient au courant de ça, et, maintenant qu'ils se connaissaient... Comment dire que c'était l'heure des révélations. Evan n'était pas terriblement partant pour ça, mais avait-il seulement le choix ? Il n'en avait pas l'impression. Si Thorolf s'occupa de répondre à Lys quand elle demanda s'ils se connaissaient, Evan savait bien que c'était à lui de répondre à la question de son cousin...

- Hum... Euh... Disons que... balbutia le jeune homme, avant de soupirer.

Il avait confiance en Thorolf. Autant tout dire, ça irait plus vite.

- Bon. Ok, ok. Je vais te dire, mais tu dois jurer de ne pas en parler. Si sa remonte aux oreilles de ma mère ou, pire, de Chap, je me ferais étriper, et Lys subira à peu de choses près le même sort, vu ? Bien. Bon, ben, Thorolf, souffla ensuite Evan en se frottant l'arrière de la tête, je te présente Achlys Kaustas-Deketh... Ma meilleure amie depuis maintenant trois ans.

C'était une déclaration qu'Evan n'était pas prête de refaire. Il espérait sincèrement qu'Achlys l'avait appréciée à sa juste valeur, parce que, même si ce n'était pas la plus expansive qu'on pouvait faire, c'était déjà un peu trop pour le jeune homme, qui n'avait pas l'habitude de prononcer les mots "Meilleure amie". Enfin bon... Thorolf semblait déjà regagné par son anxiété habituelle, et Evan lui fit un sourire en coin.

- Tu crois vraiment que si y'avait eu un problème, je serais venu te chercher jusqu'ici ? J'y serais pas allé par quatre chemin, je serais directement allé voir les responsables et j'aurais réveillé tout l'hôtel, tu me...

Evan s'arrêta subitement de parler. Les Serpentards avaient une certaine prédisposition pour flairer les pièges. Il fallait dire que, la plupart du temps, c'était eux qui les faisaient, alors reconnaître leurs propres techniques n'était pas bien compliqué. Aussi Evan prit il conscience de la main de Thorolf sur son épaule et du regard échangé entre les deux qui lui faisaient face en seulement quelques secondes. Mais ces quelques secondes furent juste suffisantes pour que, sans pouvoir rien y faire, Evan se retrouve à l'eau. Heureusement, il évita de boire la tasse et, en donnant un grand coup au fond de la piscine, remonta rapidement, entièrement trempé.

- Non mais... Je peux savoir ce que j'ai fait pour mériter ça ?! s'exclama alors le jeune homme en dégageant les cheveux qui lui retombaient devant les yeux. Bande de traîtres ! Ah, celle-là, je suis pas prêt de l'oublier, vous pouvez me croire ! déclara-t-il en sortant de l'eau et en s'asseyant sur le rebord de la piscine.

Le jeune homme se regarda un instant puis, en maugréant contre les deux autres, tout fier de leur blague, entreprit d'enlever ses vêtements. Après tout, il était trempé maintenant, ça ne servait plus à rien de faire des manières. Le jeune homme retira alors l'intégral de ce qu'il portait - chemise, chaussures, pantalon - à l'exception, bien sûr, de son caleçon - fallait pas pousser, hein - qu'il changea en maillot de bain. Une fois fait, il se releva et se tourna vers les deux autres, les sourcils froncés. Il sortit alors sa baguette et l'agita, créant ainsi une bulle insonorisante autour de la piscine. Bien. Maintenant, au moins, personne n'entendrait les cris d'agonie de ses victimes...

- Tu sais quoi Lys ? Je suis hyper déçu, déclara-t-il en s'approchant de la jeune femme. Si tu voulais me voir torse nu, fallait le dire tout de suite. Y'a pas de manières entre nous, tu le sais bien, ajouta-t-il avec un grand sourire moqueur. Mais pour l'instant...

Et, en quelques secondes, Evan attrapa la jeune femme, la souleva et la jeta à l'eau, sans même une once de remord quand la jeune femme fit la bombe bien malgré elle et éclaboussa tout autour. Quitte à être mouillé, autant en profiter pour martyriser un peu les deux autres.

Et ce n'était que le début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Dim 16 Juil - 12:21



Dans l’entourage d’Achlys, il y avait des filles qui mettaient tout en œuvre pour être entourées de garçons, être populaires et plaire à la gente masculine. Ça n’avait jamais été le cas de la blonde, qui ne comprenait pas ce comportement. Elle se sentirait gênée d’avoir tous les regards tournés vers elle, en particulier ceux des garçons. Elle commençait à peine à s’intéresser au sexe opposé, qui n’avait été jusqu’alors que de potentiels nouveaux amis. Il suffisait de voir avec Evan, voilà maintenant plusieurs années qu’ils se fréquentaient, et elle n’avait jamais réfléchit à autre chose que leur amitié, à  laquelle elle tenait beaucoup. Il fallait aussi dire que ces derniers temps, elle ne rencontrait pas tellement de nouveaux garçons. Alors elle n’avait jamais pensé pouvoir être attirée par l’un d’eux. Mais elle commençait à y réfléchir, se poser des questions, imaginer des choses qu’elle ne pourrait jamais dire tout haut. Cette fois c’était bon, elle était entrée dans l’adolescence avec toutes les hormones qui allaient avec.

C’est pourquoi elle évitait de trop regarder Thorolf dans les yeux, ou même ailleurs. S’il y a quelques années elle n’aurait pas pensé qu’un maillot de bain n’était pas si innocent que ça, c’était sans doute tout le contraire aujourd’hui. A se retrouver seule et si peu vêtue avec un garçon – sans compter ses frères – c’était une première. Mais alors qu’elle commençait à être gênée de la situation, l’intervention de l’idiot de service semblait tomber à point nommé, bien qu’au fond Achlys appréciait la seule compagnie de Thorolf.

L’arrivée d’Evan était particulièrement surprenante, et visiblement préméditée. Mais ce qui étonna le plus Achlys, c’était que le Serpentard n’était pas venu pour elle, mais pour Thorolf. Peut être qu’Evan ne lui parlait pas souvent de ses fréquentations, mais elle ne se souvenait à aucun moment avoir entendu parler de Thorolf. Ou bien alors, elle n’écoutait pas. Ce n’était pas impossible.

Mais premièrement, ce que voulait savoir Lys, c’était ce que son abruti de meilleur ami faisait ici, en pleine nuit et loin de chez lui. Comment avait-il fait pour savoir où il était, et pourquoi être venu ? A faire autant de bruit, il allait les faire repérer, et s’en était finit de ce superbe séjour. Mais monsieur préféra répondre par une autre question, ce que eux faisaient dans cette piscine à cette heure.

    ▬ Ce qu’on fiche dans cette piscine ne te regarde pas Evan, tu ne fais même pas parti du séjour ! Et pour ta gouverne, on a de très bonnes raisons d’être ici ! Ronchonna-t-elle, surtout pour la forme. Depuis quand on a besoin de s’appeler Evan Rosier pour être des rebelles ?


Finalement, Evan vint éclairer leur lanterne. Il souhaitait rendre visite à son cousin, très bien. Il n’aurait pas pu avoir la jugeote de venir en pleine journée, d’attendre un peu ? Non, monsieur voulait leur apporter plus d’ennuis qu’ils ne pouvaient déjà en avoir. L’arrivée d’Evan faisait beaucoup râler Achlys, pourtant la jeune fille adorait le garçon, et était au fond ravie de le voir, comme toujours. Il n’était simplement pas prévu dans ses plans.

Cependant, tout ceci n’expliquait pas comment les deux garçons se connaissaient. Heureusement, Thorolf vint à son secours, lui expliquant qu’ils étaient cousins. Achlys se serait bien mise des baffes, évidemment qu’ils étaient de la même famille, pourquoi n’aurait-elle pas pu y penser plus tôt ? Tous les Sang-purs étaient plus ou moins cousins, particulièrement ici au Royaume-Unis. Elle-même avait une tripotée de cousins en Grèce. Mais si elle devait penser à Evan à chaque fois qu’elle rencontrait un Sang-Pur, cet idiot traînerait sans cesse dans son esprit. Elle fit couler un regard de reproche à Evan, comme si tout était de sa faute – alors que pour une fois, ce n’était pas le cas.

    ▬ Je sais que chez vous, on a plus de cousin qu’il n’en faut, mais tu aurais pu me parler de Thorolf, si vous êtes proches. Il est chouette en plus, t’avais pas à me le cacher, lui reprocha-t-elle gentiment.


Elle fit un sourire sympathisant au Serdaigle. Elle le pensait, Thorolf était un garçon intéressant. Comme Evan avait pu le faire, il ne s’était pas montré méprisant avec elle, pour la seule raison qu’elle était de sang-mêlé. S’il avait la même famille raciste et extrêmement puriste qu’Evan, alors elle était touchée.

Mais ce soir, ce serait Evan qui détiendrait la palme. Lys aurait pensé qu’encore une fois, il aurait caché leur amitié, inventé une histoire grotesque pour ne pas avoir à raconter leur lien qui était si cher aux yeux de la jeune fille. Si Achlys tenait énormément à Evan, celui-ci allait lui prouver qu’il n’en pensait pas moins. Il expliqua tout à Thorolf, leur amitié, pourquoi il la cachait. L’entendre dire de telles choses à voix haute, et à quelqu’un qui lui était proche, n’avait pas de prix pour Achlys.

    ▬ Evan... Murmura-t-elle, totalement touchée par la déclaration de son ami.


Elle était émue, elle ne se souvenait même pas avoir entendu Evan lui dire un jour ce qu’il pensait vraiment de leur relation. Elle lui fit un grand sourire, comme pour le remercier. Un jour, elle devrait lui rendre la pareille.

Achlys se rendit compte qu’elle tenait toujours le bras de Thorolf quand celui-ci se dégagea doucement pour sortir de l’eau et rejoindre son cousin. Lentement, elle fit de même, alors que ces deux là s’expliquaient. Elle échangea un regard bref avec le Serdaigle, et furent plus rapides qu’Evan, qui avaient pressenti le piège. Les deux plus jeunes agrippèrent leur visiteur, et le lancèrent à l’eau d’un même mouvement. Même si Evan avait l’air d’un poisson dans l’eau, Achlys ne pu s’empêcher de rire avec gaîté. Elle ne s’était pas vengée pour la venue inattendue du Serpentard, contrairement à Thorolf. C’était simplement de bonne guerre entre les deux amis, et une façon – peut être un peu tordue – de lui montrer qu’elle aussi, elle tenait à lui. Ses rires redoublèrent quand il protesta en revenant vers eux. Elle essayait de se reprendre, tandis que le garçon se dégageait de ses fringues trempées, se retrouvant bientôt comme ses compères, en maillot de bain.

Elle lui fit un grand sourire innocent, pendant qu’il s’approchait d’elle en la charriant. Elle lui tira la langue, encore une fois il se la jouait beau gosse irrésistible, ce qui la faisait toujours rire.

    ▬ Oh oui Evan, montre moi ton merveilleux torse, se moqua-t-elle gentiment, d’une fausse voix de midinette enamourée. Tu sais à quel point je… Hé, attends, tu fais quoi là ? EVAN, NON !


Il l’avait soulevé en un instant, et sans aucun mal. Elle essaya de résister, s’accrochant au cou d’Evan pour ne pas se faire balancer comme une malpropre. Mais il était bien plus fort qu’elle, et elle fut plongée dans l’eau fraîche en un temps record. Elle remonta aussitôt à la surface, recrachant l’eau qu’elle avait avalée. Elle lança un faux regard courroucé à son ami. Ses longs cheveux blonds lui collant le visage, elle retourna sous l’eau pour les replacer, en profitant pour revenir vers les deux garçons. L’air de rien, et sans quitter Evan des yeux, elle s’approcha de Thorolf. Se tenant non loin du rebord, il était à sa portée. Rapide comme un serpent, elle attrapa le bras du Serdaigle et le tira dans l’eau avec elle. Elle n’attendit pas qu’il remonte pour sortir prestement de la piscine, courir vers Evan, prit sa main et le tira autant qu’elle pu pour les jeter tous les deux dans l’eau.

    ▬ Attention à la bombe !


Elle sauta, entraînant le Serpentard avec elle. Cette fois, ils étaient tous à l’eau.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 21



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Sam 5 Aoû - 19:15

Toujours en train de râler, Evan. Même lorsque c'était lui qui arrivait comme un cheveu sur la soupe et fichait une frousse bleue à Thorolf, il trouvait le moyen de grogner. C'était une seconde nature, chez lui. Thorfinn ne l'appréciait pas beaucoup, précisément à cause de cette effronterie et de cette tendance à vouloir avoir toujours raison. Il avait longtemps craint que le jeune Rosier ne déteigne sur son propre fils, mais, les années passant, il avait fini par se rassurer : même en fréquentant son cousin, Thorolf restait un gamin réservé, à des lieues du caquet infernal d'Evan. Les deux garçons se complétaient assez bien, finalement. Le Serpentard semblait naturellement diriger le duo, avec son audace et son assurance, mais le Serdaigle ne se laissait pas pour autant mener par le bout du nez. Plus réfléchi, il savait faire valoir son point de vue, et était même l'une des rares personnes dotées d'un pouvoir magique exceptionnel, celui de pouvoir faire changer Evan d'avis. Bien souvent, il se demandait comment il faisait pour supporter ce cousin râleur, roublard et un peu trop charmeur. Lui à côté devait sembler terne et ennuyeux. Et pourtant, le duo fonctionnait bien. Étrange alchimie, en somme. Thorolf avait souvent envie de donner des gifles à Evan, et la réciproque devait être vraie... Comme là, par exemple. Il arrivait sans prévenir, en pleine nuit – à se demander ce qu'il avait prévu pour la suite des événements – et il râlait parce qu'il avait dû passer chez les Rowle pour savoir où était son cousin. Celui-ci écouta le récit de cette palpitante aventure et railla :

-Attends, laisse-moi deviner pourquoi tu râles comme ça. Tu as été attaqué par le dragon attaché à l'entrée ? Ou alors tu as marché sur l'un des crocodiles... ah, non, encore pire, tu as dû parler à Roald ! Pauvre chéri, va...

Evan et Thorolf faisaient souvent bloc contre « les petits ». Roald était proche de deux autres cousins de son âge, Jared Flint et Gawain Travers, et l'un des principaux buts des trois mioches semblait être de contrarier les deux aînés. Parler avec Roald avait dû être une rude épreuve pour Evan, et inversement.

-Ta mère a dit à mon père que t'étais pas intéressé par ce séjour, et je savais que si je t'en parlais, j'allais me faire charrier. Alors désolé pour l'outrage que je t'ai fait, ô noble cousin, mais il me semble que tu t'en remettras.

Avec Evan, Thorolf était volontiers goguenard – le cousin fonctionnait comme cela. Il fallait piquer un peu son orgueil pour le faire réagir. Cependant, la suite rendit au Serdaigle son sérieux habituel. C'était une véritable déclaration, quelque chose d'assez rare pour ne pas se moquer : Evan affirmait son affection envers quelqu'un. Thorolf ne put, cependant, s'empêcher de plaisanter sur un point :

-Tu t'imagines que je vais aller en parler à ton grand-père ? Tu sais, moins je le vois, mieux je me porte, hein... T'es quand même un sale cachottier, Rosier. Moi qui croyais que tu avais confiance en moi...

Il fit une mimique tragique pour bien manifester sa grande réprobation, mais la rage d'Evan jeté à l'eau le fit rire. Râler, encore et toujours. Tandis que son cousin se déshabillait, le Serdaigle adressa à Achlys un clin d'oeil, en murmurant : « bien joué ». Ils n'avaient laissé aucune chance à l'ennemi – mais ça allait changer. Evan, torse nu, se révélait plus musclé que lui, et en plus, lui avait le droit de pratiquer la magie. Même à deux contre un, ils allaient avoir du mal à venir à bout du Serpentard. Achlys, qui s'était moquée du corps d'Apollon d'Evan, fut la première à être punie : dans un grand bruit d'éclaboussures, elle fut projetée dans l'eau ; Thorolf, méfiant, se mit à surveiller Evan, mais le danger venait de celle qu'il croyait son alliée. Tandis qu'il observait les moindres faits et gestes de son cousin, il sentit des mains s'agripper à ses chevilles, et bascula dans l'eau. Pas rancunier, il ne se précipita pas pour se venger ; au contraire, appréciant la fraîcheur de la piscine, il préféra faire la planche tandis qu'Achlys sortait en courant pour revenir immédiatement avec Evan. Heureusement que le Serpentard avait lancé un sort d'insonorisation, sinon tous les participants au séjour seraient déjà descendus voir ce qui se passait. Une fois tout le monde dans l'eau, les esprits se calmèrent un peu et Thorolf demanda, en regardant distraitement les étoiles :

-Bon, Evan... tu disais que si ton grand-père entendait parler d'Achlys, il t'étriperait... pourquoi tu dis ça ? T'as bien le droit d'avoir des amies, non ? Ou alors...

Il s'interrompit, comprenant soudain. Il ne s'habituerait jamais à l'intransigeance qu'on prônait dans la famille de son cousin. Tous deux avaient été élevés dans le purisme, mais les Rowle n'avaient pas le rigorisme des Rosier. Le parrain d'Evan était d'ailleurs un Sang-mêlé, James Mulciber, grand ami de Thorfinn ; de fait, Thorolf avait moins de préjugés au sujet du statut du sang, et il n'avait même pas demandé à Achlys quel était le sien. De toute façon, comment aborder le sujet ? C'était d'une indélicatesse... « Bonjour, tu as quel âge, tu es dans quelle maison, ton sang est-il pur ? ». De toute façon, sa synthèse sur le purisme commençait à prendre un tour nettement plus critique à mesure qu'il réfléchissait à ce problème du statut du sang.

-Et t'avais l'air moyennement content de nous voir ensemble... Ça devrait te faire plaisir, pourtant, pas vrai Achlys ? Après tout, on est les deux soleils de ta vie, hein...

Il s'éloigna d'une grande brasse pour éviter des représailles après cette énième moquerie, un sourire narquois aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 6ème année

| Serpentard ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 29/06/2016
Parchemins postés : 109



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Evan F. Rosier


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Dim 13 Aoû - 17:25

Un rebelle. C’était le mot qui caractérisait sûrement le mieux Evan. Si, par certains aspects, il collait parfaitement à l’image qu’on se faisait d’un adolescent de Sang-Pur,  le jeune homme n’était pourtant pas le parfait petit Puriste. Déjà, il n’avait pas le même point de vue sur les autres « classes » de sorciers. Pour lui, les Sang-Mêlés restaient des sorciers, et il ne les détestait pas. Pour ce qui était des Nés-Moldus et autres Cracmoles, pour Evan, c’était plus un gros point d’interrogation qu’une haine profonde. Il se demandait juste comment ça pouvait exister. Qu’est-ce qui avait permis de faire en sorte que des sorciers naissent dans des familles moldues ? Qu’est-ce qui avait fait que certaines familles sorcières engendrent des personnes dépourvues de tous pouvoirs magiques ? Qu’est-ce qui clochait ? Pour Evan, c’était davantage des anomalies que des usurpateurs. Mais ce n’était pas le seul point sur lequel Evan se rebellait. Il refusait de se soumettre aux ordres. Chap en faisait les frais, mais ce n’était pas tout. Il ne voulait pas coller à l’image du parfait petit Sang-Pur. Quand on lui parlait mariage, enfant, et tout le reste, le jeune homme sentait quelque chose se tordre dans son ventre. Il avait une violente répulsion pour tout ce qui touchait de près ou de loin à un emprisonnement social. Il avait déjà vu les dégâts que ça pouvait produire, il n’avait pas envie de tester les choses par lui-même. Alors oui, Evan était un rebelle qui, s’il ne faisait pas exploser tous les codes, refusait qu’on lui impose ceux qu’il jugeait comme inutile.

- Depuis que c’est moi le plus âgé, donc moi, par conséquent, qui vous ait enseigné une bonne partie de ce que vous savez sur « l’art de se rebeller », ricana Evan. Alors un peu de respect, les gosses.

Oui, bon, ils n’avaient que un et deux ans de moins que lui. Et alors ? Le Serpentard restait le plus âgé. Ils avaient tous les deux suivis son exemple. Et point barre. Non mais.

Une fois que tout fut expliqué, Evan lança un sourire à Thorolf.

- Bingo ! Ton si charmant petit frère est venu m’ouvrir. T’imagine bien que j’allais pas laisser ça passer, hein. Pas tous les jours que je peux l’asticoter sans que ton père passe par là et nous reprenne. Mais je suis vexé, quand je lui ai dit que c’était son cousin préféré qui venait le voir, il a même pas réagit, soupira tragiquement Evan.

Oh oui, le Serpentard aimait se donner en spectacle. Le jeune homme était un divertissement à lui tout seul. Si on le laissait parler, il était capable de mener la danse pendant une durée indéterminée. Mais bon, il fallait bien dire que c’était toujours plus agréable quand il y avait quelqu’un contre qui il pouvait se retourner, ou qui alimentait son propre délire. C’était ça, ce petit goût de la mise en avant, avec cette pointe de sarcasme et d’ironie, de moquerie, qui faisait qu’on appréciait Evan. Il n’avait pas peur de la foule, pas peur des gens dans leur globalité, et s’il y avait bien une chose dont il se fichait royalement, c’était l’opinion des autres. Il n’avait honte de rien, pas même de sa relation avec Lys, même s’il n’en disait jamais rien à personnes. Mais il fallait qu’elle comprenne que c’était mieux pour elle que ça ne se sache pas.  Et, une autre personne dont Evan n’avait absolument pas honte, c’était bien Thorolf. Les deux formaient un duo relativement étrange, ce genre de duo dont on ne comprend pas le fonctionnement, mais il marchait. Et si Evan n’avait jamais parlé de Thorolf à Lys, c’était tout simplement qu’il n’y avait jamais pensé.

- Mais si, j’ai dû t’en parler. Seulement, tu ne m’écoutais pas, voilà tout. J’allais souvent le rejoindre après qu’on se soit vu. Et puis, je n’ai aucune raison de cacher Thorolf. C’est plutôt lui qui passe son temps à se mettre en retrait. Enfin, je vois que c’est en train de changer, ajouta-t-il en lançant un regard amusé à son cousin.

Et puis, il y eut la grande déclaration d’amitié. Si Evan n’était pas du genre à être intimidé par une foule, ou même par n’importe qui, en fait, là, il devait avouer qu’il n’en menait pas très large. Y’avait pas idée d’être aussi gênant, parfois… Légèrement mal à l’aise, le jeune homme remercia la nuit, qui cachait très bien la légère couleur rose sur ses joues, puis se reprit, faisant un grand sourire à Lys, qui semblait plus que touchée par sa déclaration. Que son crétin de frère vienne lui dire qu’il ne méritait pas son amitié, après ça, tiens ! D’ailleurs, en pensant à ça, Prymnéus, le cher frangin de Lys, devait être là aussi, à bien y penser. Ils ne faisaient jamais rien l’un sans l’autre, à moins qu’Evan n’entre dans l’équation, ce qu’il ne se gênait pas de faire le plus souvent possible.

- Ah… Ce bon vieux Chap, ricana Evan, avec une ironie mordante. T’as raison, et moins on en parle, mieux je me sens aussi. Laissons-le dans son manoir, ça sera bien mieux, déclara le Serpentard. Et je ne suis pas un cachotier, mon cher. J’assure mes arrières, c’est tout. Et tu sais bien que je te fais confiance, arrête ton char, tu vas me faire pleurer.

Et puis « plouf ». Voilà ce qu’il récoltait d’être trop sentimental. Et un Evan à l’eau, un ! Non mais vraiment ! Ces gosses ne perdaient rien pour attendre, foi de Serpentard, il prendrait tout son temps pour se venger. Et il commencerait par Lys, pour la peine. Non mais. C’était comme ça qu’on remerciait ses envolées sentimentales ? Un peu de respect pour ses sentiments, merde ! C’était pas souvent qu’il était sérieux comme ça ! Alors, tandis que la jeune  rentrait innocemment dans son jeu, le jeune homme la souleva comme de rien et la jeta à l’eau. Allez ! On se rafraîchit les idées, ma petite dame !

- Bon. Et de une. Alors ? Tu disais quoi ? Ah oui, mon merveilleux torse, ricana Evan. Je vais la retenir celle-là, on sait jamais, elle pourrait servir.

Evan avait l’habitude de charrier Lys. En fait, le jeune homme était l’incarnation même de « qui aime bien châtie bien ». Enfin bon, oui, sauf avec Faulkner. Mais pour les autres, il passait toujours une grande partie de son temps à les taquiner, à les chercher, se moqueur gentiment, toujours avec ce sourire en coin un poil exaspérant. C’était sa façon d’être, et il valait mieux ça qu’un gars trop sérieux, non ?

D’ailleurs, sa réputation semblait mettre Thorolf sur ses gardes. Il regardait Evan d’une drôle de façon, et, juste pour rire, Evan lui fit un grand sourire angélique. Non… Pas tout de suite… Ce ne serait pas très Serpentard de faire le même coup deux fois de suite.  Il fallait innover, un peu. Rester imprévisible. Et puis, au final, il n’eut même pas besoin de faire quoi que ce soit. Ce fut Lys qui se chargea elle-même de mettre à l’eau son cousin, ce qui fit bien rire Evan. Ah bah voilà ! Voilà ! Et sans même lever le petit doigt, en plus de ça ! Mais, apparemment, la Poufsouffle n’en avait pas terminé. A peine sortie de la piscine qu’elle se précipitait déjà vers lui. Elle lui attrapa la main et le tira avec elle dans l’eau. Evan y alla de bonne grâce, cette fois, ne luttant pas trop, se laissant emporter par son amie. Il se retrouva alors rapidement dans l’eau, avec les deux autres, et remonta rapidement à la surface. Il en profita pour projeter une grande gerbe d’eau vers Lys, l’arrosant une nouvelle fois.

- Attends voir, toi, je saurais me venger en temps voulu. Tout bon Serpentard sait attendre, ajouta-t-il en lui lançant un regard à la fois amusé et plein de promesses de vengeance.

L’atmosphère était bien plus détendue que quelques instants plus tôt. Evan en profita pour nager un instant. Il avait passé pas mal de temps avec Thorolf, petit, et s’il n’était pas aussi doué que lui pour nager, il avait tout de même un bon niveau. Plus que certaines autres personnes.

Finalement, il s’arrêta à côté de Lys, et s’accouda au rebord de la piscine, tandis que Thorolf lui demandait quel était le problème. Evan grimaça. C’était pourtant évident.

- Bah, t’as une idée globale du taux de pourriture du vieux, non ? demanda Evan. Il me reproche déjà de m’habiller comme un Sang-Mêlé quand j’enfile mes costumes, alors imagine s’il entendait dire que j’étais ami avec une Sang-Mêlée.  En fait, si ça venait à se savoir, je suis presque sûr qu’il s’arrangerait pour détruire la vie de Lys, et c’est pas spécialement ça dont j’ai envie. Alors oui, ok pour les amies, mais tu vois, faut bien choisir, hein. Non mais qu’il se mêle de sa vie et qu’il me laisse tranquille, avec ces principes datant du Moyen-Age, soupira Evan, les sourcils froncés.

Enfin bon. Ce n’était pas le moment de parler de ça. Il valait mieux se concentrer sur le moment présent. Evan était comme ça. Il ne regardait pas en arrière, ne se projetait pas trop loin dans l’avenir, et, surtout, préférait profiter des petits plaisirs plutôt que d’embrouiller son esprit avec ce vieux Chapman. Il était très bien où il était, et il en allait de même pour Evan.

Et puis Thorolf passa à un autre sujet. Oui, ce n’était jamais bien sympa de parler du sang quand il y avait plusieurs catégories dans le même espace. Tout pouvait très vite dégénérer.

- Pas content, pas content… Disons que ça doit bien faire trois ans que cette amitié tient à l’abris des regards indiscrets, et vous voir tous les deux, là, comme ça, ben… Ça m’a pas fait sauter de joie, je dois l’avouer. Mais ça va mieux. C’était juste une sorte de… choc ? Bah quoi, je m’attendais pas à retrouver mon cousin et ma meilleure amie, ensemble, en pleine nuit, dans une piscine ! s’exclama-t-il en levant les yeux au ciel. Oh, mais bien sûr. Que ferais-je sans vous, soleils de ma vie ? demanda ensuite Evan, avec une voix plus aigüe, battant des cils comme une adolescente sous le charme.

Oui, le jeune homme avait peut-être presque dix-huit ans, mais il n’en était pas lus mature pour autant. Evan afficha ensuite un sourire amusé, puis fit un clin d’œil à Achlys, accompagné d’un discret signe de tête vers Thorolf. Oui, elle s’était retournée contre lui. Mais quel mal y avait-il à former une nouvelle alliance pour se venger du sale coup de son cousin ? Rien du tout, du point de vue d’Evan.

Un Serpentard restait un Serpentard, et l’heure de la vengeance était venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Lun 14 Aoû - 14:44



Lys observait et écoutait l’échange entre les deux garçons. C’était bien la première fois qu’elle voyait Evan interagir avec l’un de ses proches. Elle avait toujours été exclue de l’entourage de son meilleur ami, pour la protéger. Elle avait beau connaître et comprendre les raisons, elle ne pouvait s’empêcher d’en être frustrée. Pas que les amis d’Evan l’intéressaient particulièrement, mais elle se sentait parfois inexistante, comme si elle n’était personne pour lui. Elle savait bien que c’était entièrement faux, mais malgré elle… Elle souhaitait se sentir importante. Après tout, ils étaient meilleurs amis, ce n’était pas le genre de chose que l’on devait cacher. Se retrouver au détour d’un couloir, se rejoindre sur les marches de la tour d’Astronomie, des petits sourires discrets dans la grande salle, des regards complices quand ils se croisent à la Bibliothèque. Mais jamais de grandes accolades en public, jamais des Alors, tu as eu combien à ton devoir de Sortilège ? quand il y avait d’autres personnes à proximité, jamais de Lys, pourquoi tu pleures ? quand Evan la surprenait en larmes alors qu’il passait avec son groupe d’ami. De nombreuses fois, elle avait eu besoin de lui, et jamais il n’avait été là. Elle avait eu besoin de ses mots rassurants, de ses encouragements, ses entraînements, son humour à deux noises et son sourire sûr de lui. Et bien trop souvent, elle n’avait rien trouvé de tout ça.

Étrangement, Lys se reposait peut être trop sur Evan. Elle lui en demandait beaucoup, cherchait son attention, réclamait sa présence. C’était sans doute très puéril comme réaction, mais elle comptait beaucoup sur son meilleur ami. Elle avait pourtant un certain nombre d’amis, mais ils étaient plus de bons camarades, au final. Il y en avait bien deux ou trois avec lesquels elle était plus proches, mais elle n’avait jamais ressenti autant d’affection pour eux que pour Evan. C’était étrange, et sûrement assez peu moral, mais c’était lui qu’elle sauverait en premier dans un incendie. Si on ne devait pas compter sa famille, bien évidemment.

Alors ce soir, elle était heureuse. Elle avait rencontré malgré elle un proche d’Evan – particulièrement sympathique qui plus est – et son meilleur ami ne semblait pas en être spécialement offusqué. Il discutait même avec Thorolf comme si de rien était, comme si c’était une situation des plus normales. Et ça, ça faisait du bien à Lys. Se sentir intégrée, appréciée par ceux qui fréquentaient Evan. Lys écoutait les deux garçons avec amusement, appréciant particulièrement l’humour de Thorolf. Si elle même aimait se moquer d’Evan, elle ne manquait pas de rire quand les autres en faisaient autant. C’est pourquoi elle souriait à chaque remarque du jeune Serdaigle.

Elle tourna la tête vers Evan, qui lui répondit. Elle n’avait absolument aucun souvenir d’une conversation où Thorolf était le sujet, Lys était certaine que son meilleur ami faisait preuve de mauvaise foi. Elle avait déjà entendu parler de Alice et Adrian, évidemment de Chapamn – et autant dire qu’elle n’avait pas hâte de tomber dessus un jour, même Egéon grimaçait en entendant son nom – et même de certains cousins éloignés comme Drago Malefoy. Mais alors Thorolf, jamais. C’était pourtant possible qu’elle avait la tête ailleurs quand Evan lui parlait de lui, qu’elle n’ai pas écouté particulièrement, mais elle aurait bien fini par entendre ce nom un jour ou l’autre. Non, c’était Evan qui n’était pas un cousin digne de ce nom. Elle se contenta de lever les yeux au ciel, habituée par ce comportement. Elle tourna alors la tête vers Thorolf.

    ▬ Je n’ai pas eu l’impression que tu sois si réservé ! La preuve, tu m’a suivie jusqu’ici, c’est brave, ça ! Le complimenta-t-elle. Et si c’est le genre de choses que tu ne fais jamais, bravo. J’admire les gens qui se dépassent.


Elle ne pourrait pas dire ça à Evan, il était déjà un rebelle dans l’âme. Mais si Thorolf était le garçon sage qui préfère éviter les ennuis, elle lui tirait son chapeau. Lys lui fit un grand sourire, certaine que ça encouragerait le Serdaigle à faire un peu plus de folies à l’avenir. Ce n’était peut être pas le genre de choses que l’on devait encourager, mais Achlys était persuadée qu’une vie sans aventures et quelques transgressions ne valait pas le coup. De toute manière, ils ne faisaient pas réellement de mal, personne n’irait les envoyer à Azkaban pour avoir été dans une piscine. Et tout ceci n’était-il pas excitant ?

Elle pu voir que Thorolf, en plus d’être audacieux ce soir, était aussi malicieux. A eux deux, ils envoyèrent Evan valser dans la piscine. Voir le Serpentard barboter et râler – pour changer – faisait beaucoup marrer la jeune fille. Elle échangea un regard fier avec Thorolf, ces deux là, ils faisaient la paire. Mais c’était sans compter sur Evan, qui balança Lys à l’eau, par pure vengeance. Son torse de bébé nageur il pouvait bien se le carrer là où elle pensait. Elle devait se venger. Aussitôt pensé, aussitôt fait. Ils se retrouvèrent tous les trois à l’eau, trempés et décomplexés. Evan jura qu’il se vengerait à nouveau, ce qui lui valu un tirage de langue de la jeune fille.

    ▬ C’est ça, j’ai peur de toi Evan. Essaye un peu pour voir, si tu crois qu’on est des petits agneaux dociles à Poufsouffle, tu te fourres le doigt dans l’œil !


C’était de la simple provocation, mais elle l’attendait. Elle voulait lui prouver qu’elle serait à la hauteur de sa vengeance.

Alors qu’elle nageait sur place, profitant de l’eau fraîche, Evan vint près d’elle. Il continua sa conversation avec Thorolf, Lys n’en perdant pas une miette. Elle n’hésita d’ailleurs pas à s’incruster dans la conversation, après tout elle était concernée.

    ▬ J’admets que, même si je te reproche parfois de me mettre à l’écart, je n’ai aucune envie de subir la colère de ton Grand-Père. Egéon m’en parle souvent, ça n’a pas l’air d’être un tendre, fit-elle à Evan, frissonnant d’effroi. Pourtant, tu vois bien qu’il n’y a pas de problèmes avec tes autres proches. Cassidy s’est montrée très gentille avec moi, et Thorolf est adorable. Tu devrais arrêter de t’inquiéter.


Elle soupira, excédée par cette situation depuis trop longtemps. Enfin, elle se sentait décomplexée. A forcé, elle commençait à se demander si quelque chose ne clochait pas chez elle, pour qu’Evan refuse de la présenter à qui que ce soit. En quoi son sang était-il un argument valable, de toute manière ?

    ▬ Et puis faut arrêter avec vos soucis de sang, c’est juste un peu de liquide rougeâtre. J’suis pas moins sorcière que vous.


C’était peut être la porte ouverte à de longs débats et quelques engueulades, mais elle trouvait toujours l’argument stupide. Elle avait beau être tolérante et avoir deux puristes face à elle, Lys n’en restait pas moins une Merliniste dans l’âme.

Elle sourit néanmoins quand Evan les affubla d’un petit surnom mielleux. Il en faisait toujours trop, mais Lys était définitivement sa plus grande fan et son meilleur public. D’un regard complice, ils montèrent rapidement un plan. Avec son ami, Lys se tourna vers Thorolf d’un air innocent. Puis, sans prévenir, ils se jetèrent sur lui pour lui plonger la tête sous l’eau. N’ayant pas vraiment de force et s’attaquant tout de même à un garçon bien plus grand qu’elle, Lys s’accrocha de toutes ses forces à Thorolf, espérant l’entraîner avec elle sous l’eau. La tête immergée, elle parvint avec l’aide d’Evan à le tirer au fond.

Mais avec tous ces mouvements, Lys se prit un bras un peu trop agité dans le ventre et bu la tasse. Elle chercha à remonter à la surface, mais elle paniquait. C’était sans doute absurde, mais la peur prenait vite le pas sur la raison lorsque l’on se sentait se noyer. Finalement, elle s’accrocha au torse de Thorolf, ce qui l’aida à avoir un repère et remonter. Elle l’enlaçait presque, mais c’était la seule prise qu’elle avait trouvée, et la seule chose qui parvenait à la calmer. Cela aurait tout aussi bien pu être Evan, mais c’était au jeune Serdaigle qu’elle s’agrippait de toutes ses forces.

    ▬ P… Pardonne moi Thorolf... Toussa-t-elle, reprenant sa respiration comme elle le pouvait. J’ai eu la peur de ma vie.


Elle n’osa pas se défaire pour autant, comme si elle irait se noyer si elle lâchait le Serdaigle. Elle avait besoin de deux minutes pour se calmer. Toutes ces mises à l’eau commençaient à faire trop.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Revenir en haut Aller en bas

Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde
-