POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année

avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 78



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Lun 22 Mai - 23:45



Révoltes Adolescentes

Feat Thorolf Rowle, Evan F. Rosier & Achlys Kaustas-Deketh



Emmitouflée sous la couette, avec seulement le bout de sa tête dépassant des draps, Achlys observait l’ombre de la dernière bougie allumée de la chambre. Ses camarades de chambre chuchotaient encore, se racontant leur après-midi géniale à la piscine. Lys faisait semblant de dormir, pour ne pas qu’on ai à lui poser des questions. Seulement, elle mourrait de chaud sous sa couverture, et priait pour qu’elles éteignent rapidement la lumière et aillent se coucher. Elle se repassait une énième fois le plan dans sa tête, lorsque la porte s’entrouvrit. Aussitôt toutes les filles se turent et regagnèrent en vitesse leur lit. Un homme passa la tête par l’ouverture, observant la bande d’adolescente avec ses yeux gros comme des billes. Achlys déglutit, dégoûtée par ce type aux sourcils bien trop fournis. Il leur intima de se taire et de dormir, et qu’il repasserait s’il entendait du bruit. Se mordant les lèvres, Lys attendit patiemment qu’il referme la porte et qu’il n’y ai plus aucun bruit.

Au bout d’une bonne demi-heure, elle entendit les respirations plus lentes de ses amies, qui s’étaient visiblement toutes endormies. La fenêtre de leur chambre grande ouverte laissait entendre les grillons. Le plus silencieusement que possible, la blonde descendit du lit, vérifiant que personne ne la voyait. A pas de loup, elle s’empara de sa veste, qu’elle enfila directement par dessus son maillot de bain, laissant ses cuisses découvertes. Un peu plus tôt dans la soirée, dès qu’elle était partie de la veillée, Lys avait enfilé son maillot et avait filé au lit. Quelques minutes plus tard, ses copines l’avaient rejoins dans la chambre, et avaient pensé qu’elle dormait déjà. Pour le moment, tout semblait bien fonctionner. Sans un bruit, elle attrapa ses sandales qu’elle garda dans la main, évitant de les mettre pour ne pas faire de bruit. Puis, elle se dirigea vers la porte et entreprit de baisser la poignée. Alors qu’elle tirait la porte vers elle, celle-ci grinça en s’ouvrant. S’arrêtant aussitôt, Achlys écouta le moindre indice que quelqu’un s’était réveillé, mais elle n’entendit que des ronflement. Poussant un soupir de soulagement, la jeune Poufsouffle sortit de la chambre en refermant la porte avec précaution.

Le couloir était noir et désert. Pieds nus, Achlys le parcouru lentement, angoissée de tomber sur quelqu’un… Ou quelque chose. Elle n’avait pas vu de fantôme dans l’hôtel, mais rien n’était impossible. Le Moine Gras ne lui avait jamais fait peur à Poudlard, mais ici l’ambiance était toute autre. Peut être qu’ils avaient eux aussi un esprit frappeur… Déglutissant, la blonde pressa le pas. Elle n’était pas forcément du genre à faire de grosses bêtises, peut être quelques petites farces mais jamais plus. Là, elle se sentait l’âme d’une aventurière, mais pas trop téméraire non plus. Après réflexion, elle se dit qu’elle aurait dû entraîner son frère avec elle. Mais il n’avait rien à faire avec elle se soir, et elle ne pouvait pas toujours se cacher derrière lui. Et finalement, elle pu sortir du bâtiment sans croiser personne, pas même un fantôme.

Une fois dans la cour principale, elle pu mettre ses sandales. Les cuisines de l’hôtel semblaient encore allumées. Hormis celles-ci, tout était sombre. Elle entendait au loin les vagues lécher le rivage, et se demanda comment pouvait bien être la plage de nuit. Mais ce n’était pas leur objectif de la soirée. Ses yeux balayèrent la cour, cherchant une silhouette. Mais elle était seule pour le moment, et se dit qu’elle ferait mieux d’attendre dans un coin, à l’abri des regards. L’un des surveillants pouvait déboulait à tout moment, et elle passerait un mauvais quart d’heure si elle se faisait prendre. La jeune blonde alla donc s’asseoir sur les marches dans l’ombre, où personne ne pourrait la voir. Les mains dans les poches de sa veste, elle fixa les graviers devant elle pour ignorer la douleur dans son ventre. Elle ne savait pas si elle était excitée ou angoissée. L’un ou l’autre, ce n’était pas une sensation agréable. Mais elle n’avait pas envie de reculer.

Au bout de quelques minutes, elle entendit quelqu’un marcher non loin d’elle. Elle se leva discrètement, puis se cacha à l’angle du mur pour observer le nouveau venu. Malheureusement, il faisait trop noir pour distinguer qui venait. De toute manière, il ne pouvait pas y avoir trente-six solutions. Soit c’était lui, soit elle tombait droit dans la gueule du loup. Tant pis.

    ▬ Thorolf ? chuchota-t-elle quand la silhouette s’approcha assez près pour qu’elle puisse se faire entendre.


Elle déglutit, attendant une réponse, espérant voir le visage de son camarade.
© Imaginary pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année

avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 12


Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Ven 26 Mai - 23:31

-Ben alors, qu'est-ce que tu as fichu ? On t'a attendu à la piscine ! T'es malade, ou quoi ?

Peter, les cheveux encore humides, venait de rentrer dans la chambre qu'il partageait avec Thorolf. Les autres occupants de la pièce, deux élèves de Serpentard de leur âge, arrivaient à leur tour, discutant avec animation. Tout le monde semblait s'être bien amusé. Dans le couloir, on entendait les conversations des autres garçons qui regagnaient leur dortoir, parlant fort et riant après une bonne après-midi dans l'eau. Thorolf ferma, dans un claquement sec, le livre qu'il avait fini par prendre pour tuer le temps, et lâcha, la voix tremblant encore de colère :

-C'est cet abruti de pion qui nous a consignés. Tu sais, le grand con avec une petite barbiche.

Peter n'en demanda pas davantage. Dès le premier jour, les adultes encadrant le séjour s'étaient distingués par leur sévérité et par leur goût pour les décisions arbitraires ; Thorolf n'avait pas besoin de raconter toute l'histoire, son ami comprenait qu'il avait dû se passer quelque chose de pas clair.

-T'es resté là tout l'après-midi, du coup ? Qu'est-ce que tu as fait ?

Thorolf haussa les épaules et marmonna qu'il s'était emmerdé ferme, sans développer. L'autre lui donna une tape sur l'épaule en signe de compassion, et entreprit de se changer pour le dîner. De son côté, le jeune Rowle se laissa tomber sur son lit en attendant que les autres soient prêts. Il ne parla presque pas durant tout le repas du soir, évita soigneusement de croiser le regard d'Achlys, et, surtout, de se faire remarquer par le pion qui les avait punis. Le dîner terminé, on leur accorda un petit moment de détente dans le jardin avant de monter se coucher. Thorolf fut le premier couché, bien qu'il n'eût guère sommeil ; il se tourna sur le côté, les yeux grand ouverts, et attendit. Son cœur battait à tout rompre, tellement fort qu'il se demandait si on n'allait pas l'entendre de l'extérieur. Ira, ira pas ? Il avait promis, mais plus il y réfléchissait, plus il trouvait que c'était idiot. Et s'il disait qu'il s'était endormi ? Elle ne saurait jamais que c'était faux, après tout. Oui, il allait faire ça. Cette décision prise, il chercha le sommeil, en vain. Les yeux fixés sur un rayon de lune, il entendit les pas du surveillant qui s'arrêtait devant chaque porte pour vérifier que tout était calme ; il n'eut pas une seule fois à rappeler les élèves à l'ordre. Tous dormaient déjà, probablement épuisés par une après-midi complète à la piscine. Seul Thorolf ne trouvait pas le sommeil. Martin, l'un des Serpentard, laissa échapper un ronflement sonore, et ce fut comme le signal que le jeune Rowle attendait. Il n'allait pas rester là à écouter ronfler ce crétin, si ? Aussitôt, en veillant à ne faire aucun bruit, il se glissa hors du lit, échangea son boxer contre un maillot de bain, enfila un short et un t-shirt et quitta la pièce. Pas la peine de prendre des chaussures, il avait l'habitude de marcher pieds nus. Le souffle court, il se faufila hors de la chambre, traversa silencieusement l'étage, attentif au moindre bruit. Il descendit l'escalier, le cœur battant si fort qu'il se demandait s'il n'allait pas faire une crise cardiaque. Dire qu'à Poudlard, il n'avait jamais quitté son dortoir en-dehors des heures autorisées ! Enfin, l'estomac noué, il arriva en bas de l'escalier. C'était le moment. Il ouvrit la porte avec mille précautions, priant pour qu'elle ne grince pas, et, avec l'impression de franchir le Rubicon, posa doucement les pieds sur les gravillons de l'allée. Il lui semblait à chaque instant que quelqu'un allait sortir derrière lui, et le rappeler. Il entendait déjà la voix menaçante, et sursauta en entendant quelqu'un – mais pas un pion, et pas menaçant – lui adresser la parole :

-Achlys ? Par Merlin, tu m'as fait peur... souffla-t-il. Viens, restons pas là.

Il n'était guère prudent de tailler une bavette juste devant le bâtiment où logeaient leurs camarades et, surtout, les adultes qui encadraient le séjour. Ils ne devaient pas dormir de si bonne heure, et, un instant, Thorolf se demanda ce qu'ils pouvaient bien faire. Il était difficile d'imaginer ces gens dans un autre rôle que celui de surveillants d'une bande d'ados en goguette. Le Serdaigle se garda bien de communiquer ses interrogations à sa camarade, tandis qu'ils marchaient à pas pressés le long d'une haie qui leur cachait le bâtiment.

La piscine, enfin. Calme et scintillante au clair de lune, elle n'attendait plus qu'eux. Les deux adolescents vérifièrent d'un dernier regard qu'il n'y avait personne en vue, puis se mirent en maillot. Thorolf entra dans l'eau fraîche avec délectation. Ce n'était pas l'après-midi ensoleillée, mais pour lui qui avait l'habitude de se baigner dans les eaux de la mer du Nord, c'était tout à fait agréable. Il fit quelques brasses, et songea avec délectation qu'il était en train d'enfreindre toutes les règles. Il n'avait jamais osé le faire, jusqu'à ce que, de peur de passer pour un dégonflé aux yeux d'une jeune fille qu'il connaissait à peine, il se retrouve à presque minuit dans une piscine, à faire la planche en contemplant les étoiles. Il se rétablit et rejoignit Achlys – envie de discuter, allez savoir – mais, comme il allait parler, un bruit attira son attention et il chuchota :

-Tu as entendu ? On dirait qu'il y a quelqu'un...

Et là, ils étaient salement mal barrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


    | Serpentard ;; 6ème année

| Serpentard ;; 6ème année

avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 16
Arrivé sur Poudnoir : 29/06/2016
Parchemins postés : 83



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Evan F. Rosier


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Mer 14 Juin - 17:07

Le Manoir des Rowle était totalement différent de celui des Rosier. Il n'y avait pas photo. Evan vivait dans un véritable manoir. Chez lui, il y avait plus de pièces que nécessaire, une salle à manger immense, trois salons, ainsi que trois bureaux : un pour lui, un pour sa mère et un pour son père. Il y avait une salle de bain pour chaque chambre et, au rez-de-chaussée, il y avait une salle pour la pratique de l'escrime. Le jardin était immense, entretenu par trois jardiniers et il y avait même un endroit où on pouvait jouer au Quidditch. C'était immense, c'était beau. Bref, c'était Rosier. Et c'était  le seul bon point que sa mère avait trouvé à son marriage. Parce que, côté Rowle, ce n'était pas vraiment la même chose. Des années à dépenser l'argent sans compter, sans le gérer, avait fait de la famille de Grace une des familles de Sang-Pur les plus pauvres, si pas LA plus pauvre. Le Manoir familial, qu'ils avaient tout de même réussi à conserver, avait depuis longtemps perdu sa splendeur initiale. Aujourd'hui, il tombait en ruine. Si Grace avait essayé d'aider son frère à le maintenir en étât, elle n'avait pas insisté dès lors du premier refus de ce dernier, qui se noyait dans sa fierté. Au final, il était devenu Mangemort, comme elle, et la situation s'était améliorée.

Mais encore aujourd'hui, quand Evan se retrouvait devant le Manoir Rowle, il ne pouvait s'empêcher de se dire que Thorolf avait une sacrée volonté pour supporter ces conditions de vie sans broncher.

Soupirant, le jeune homme poussa la grille du portail d'entrée et pénétra dans le domaine des Rowle. De ce qu'il savait, son oncle n'était pas là. Il était au travail, comme sa mère. Alors il trouverait directement Thorolf et n'aurait qu'à le convaincre de sortir. Evan ne savait pas encore où aller, mais ce n'était pas les endroits intéressant qui manquaient. Non, en vérité, le plus dur serait certainement de convaincre son cousin de sortir. Mais bon, Evan ne désespérait pas encore. Il allait bien trouver des arguments suffisamment convaincants pour faire sortir son cousin de sa tannière.

Evan arriva rapidement devant la porte et actionna l'énorme heurtoir de l'entrée. Il attendit ensuite quelques instants. Ce genre de heurtoir magique faisait résonner les coups dans tout le manoir. C'était pratique quand on avait de grandes maisons, comme celle-ci. Parce que, oui, même si la Manoir des Rowle n'était pas en bon état, il n'en restait pas moins grand.

- Qui est-ce ? demanda soudain le heurtoir.

Evan afficha un sourire moqueur en entendant la voix de Roald, qui tentait de paraître bien plus enfasé qu'il ne l'était en réalité.

- C'est ton cousin préféré. Ouvre-moi.

Il y eut un instant de silence, pendant lequel Evan imagina Roald en train de pester, de l'autre côté de la porte, puis il y eut un bruit de verrou et le battant s'ouvrit. Le jeune homme afficha alors un sourire à la fois éblouissant et irritant. Roald lui lança un regard peu amène, blasé et irrité.

- Qu'est-ce que tu veux, Evan ? demanda l'adolescent.
- Je voulais voir Thorolf. Il est là ?

Roald haussa un sourcil étonné et Evan fronça les sourcils. Ce n'était pourtant pas étonnant que le jeune homme vienne ici pour tirer son cousin de chez lui.

- Il est pas là ? demanda Evan.
- Bah non. Il t'a pas dit ?

Evan fronça davantage les sourcils. Dit quoi ? Thorolf ne lui avait rien dit de particulier. La dernière lettre qu'il avait reçu de son cousin remontait à... quelques jours, déjà. Mais il ne lui avait rien dit qui sorte de l'ordinaire ! "Bonjour, je vais bien, ça va toi ?, à bientôt", et puis c'est tout. Evan se sentait mis de côté, pour le coup. Pas qu'il demande à tout savoir de la vie de son cousin, mais s'il y avait un truc important, il aurait aimé le savoir. Juste pour pas avoir l'air idiot en se pointant chez lui et en se faisant refouler à l'entrée, comme il sentait que ça allait être le cas.

- Pas dit quoi ? siffla Evan, qui commençait à s'impatienter. Vas-y Roald, crache le morceau. J'ai pas que ça à faire.
- Ah bon ? répliqua Roald.

... Oui, bon. Si, concrètement, Evan avait que ça à faire. Mais ça, l'adolescent qui lui faisait face n'était pas obligé de le savoir.

- J'ai un truc à dire à Thorolf. Alors, il est où ? reprit Evan en soupirant.
- ... Il est parti dans une sorte de colo. Je sais pas trop ce que c'est, comme un séjour d'étude. Des parents d'élèves qui ont organisé ça.

Evan haussa les sourcils. Il avait entendu parler de ce séjour. Sa mère lui avait demandé s'il voulait y aller, et il avait dit non. Mais il ne savait pas que Thorolf avait su lui aussi, et qu'il avait dit oui. Sinon, il y serait allé aussi, ça aurait été franchement plus cool. Beaucoup plus que de rester ici à ne rien faire. Evan ne se sentait pas trop mal, mais il était un peu vexé. Thorolf aurait pu l'avertir. Enfin, il partait pour plusieurs jours, et il ne lui en disait rien. Pas qu'Evan devait être au courant de tous les faits et gestes de son cousin, mais bon... Quand même.

Un peu frustré, Evan soupira une nouvelle fois puis hocha la tête.

- Ok. Merci pour l'info Roald.

L'adolescent haussa les épaules et Evan s'en alla après lui avoir demandé l'endroit exact où se trouvait son cousin. Une fois les grilles de l'entrée passées, Evan soupira. Comment est-ce qu'il allait bien pouvoir se rendre là-bas ? Non parce que y'avait plus près comme destination. Evan aurait pu transplaner, mais il n'avait pas encore son permis. Il était en train d'y bosser dessus, mais il n'avait pas encore passé l'examen. Il était venu ici avec un portoloin, que sa mère lui fournissait presque sur demande quand il s'agissait du Manoir Rowle - il valait mieux pas utiliser la cheminée. Pour rentrer, il en avait un autre, mais bon... Au final, il ne restait qu'une solution : utiliser le réseau de cheminette. Il y avait un endroit spécial dans presque chaque ville d'Angleterre, où on pouvait arriver sans avoir le malheur d'atterrir dans une maison de moldue.
Evan soupira puis sortit le portoloin de sa poche. Il ne devrait pas tarder à s'activer. Evan n'avait demandé que quelques minutes, juste le temps d'aller chercher Thorolf et de rentrer. Ah, tiens, d'ailleurs, la mornille qui servait de portoloin commençait à s'activer. Evan n'aimait pas tellement ce moyen de transport, mais bon... En quelques secondes, le jeune homme se retrouva chez lui, avec une drôle de sensation au creux du ventre. Il n'aimait vraiment pas ce genre de transport...

Déterminé, Evan alla jusqu'à la cheminée de l'entrée et attrapa une poignée de poudre de cheminette. Bien, maintenant... Thorolf allait comprendre sa douleur lorsqu'il le trouverait. Alors comme ça, on partait sans lui, sans même le lui dire ? Evan n'allait pas laisser passer un tel affront. Aussi lança-t-il la poudre dans la cheminée avant d'entrer dans l'âtre et de dire à haute voix la ville où devait se trouver Thorolf.

A l'arrivée, le jeune homme se retrouva dans une maison abandonnée qui ressemblait au hall d'un hôpital. Tout était affreusement propre. Et, sur le mur d'en face, il y avait un parchemin, avec tout un tas de règles et d'indications. Evan ne leur jeta même pas un coup d'oeil et sortit discrètement par la porte de derrière. Bien. Maintenant, il suffisait de savoir où se trouvait précisément son cousin. Et vite. La nuit était en train de tomber. Bon, Evan n'aurait peut-être pas dû s'y prendre aussi tard, mais il avait eu des choses à faire avant de pouvoir aller chercher Thorolf. C'était pas tout de sortir, mais le jeune homme avait quand même des examens à passer. Il ne pouvait pas se laisser aller. Les études seraient sûrement son seul moyen pour partir d'ici. L'argent y faisait aussi, mais Evan n'était pas opportuniste : il voulait faire les choses par lui-même.

Bref.

D'un mouvement de baguette, Evan traça le chemin qu'il devait suivre jusqu'à l'endroit où se trouvait Thorolf et se mit en route. Heureusement, le sortilège n'était pas visible pour les Moldus. C'était un sortilège de tourisme crée spécialement pour les Sorciers en voyage dans des zones où les Moldus avaient la majorité. Evan avait trouvé ce sort dans un manuel qu'il avait lu à Poudlard, et il savait qu'il lui serait utile un jour. Il ne s'était pas trompé.

Le jeune homme mit quelques minutes à arriver à destination et, une fois devant l'hôtel dans lequel devait se trouver Thorolf, un sourire en coin étira les lèvres d'Evan.

- Bon alors... Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ? soupira le jeune homme, amusé par la situation.

La nuit était tombée maintenant. Génial. Le plus drôle aurait été de trouver la chambre de Thorolf et d'entrer en douce. Mais Evan n'avait pas envie de devoir faire le tour de toutes les chambres pour trouver son cousin. Qui sait, il pourrait se tromper un peu trop et tomber sur la chambre des surveillants. Il ne voulait pas se faire repérer, merci bien...

- Bon, soupira le jeune homme. On va faire le tour, on verra bien...

Evan enfonça ses mains dans ses poches et commença à contourner le bâtiment. Il devait bien y avoir des entrées derrière. Evan trouverait une solution une fois là-bas.

Soudain, alors que le jeune Serpentard arrivait près de la cour principale, des murmures se firent entendre et Evan se plaqua au coin du mur. Mince, c'était pas malin, il aurait dû essayer de se désillusionner. Si quelqu'un le voyait, il allait encore avoir des ennuis, et c'était pas le moment. Depuis son aventure dans la Forêt Interdite, Evan faisait davantage attention à ce qu'il faisait. Alors, doucement, il se pencha pour observer la cour. Il vit alors deux personnes, deux adolescents si on se fiait à leur allure. Evan reconnu immédiatement Thorolf parmi les deux, mais n'eut pas le temps de voir la seconde personne. Il reconnut tout juste la silhouette d'une fille que les deux s'éloignaient déjà. Evan les laissa prendre un peu d'avance, puis sortit de sa cachette. Un sourire moqueur étirait ses lèvres. Alors comme ça, Thorolf faisait le mur ? Et avec une fille en plus ? Décidément, son cousin devenait de plus en plus téméraire. Et Evan n'allait pas laisser passer une si belle occasion de se venger...

Discrètement, le jeune homme traversa la cour et suivit le même chemin que les deux autres avant lui. Une piscine. Les deux adolescents allaient à la piscine. Evan se cacha derrière la haie et afficha un sourire diabolique. Son plan était très simple : Evan allait faire capoter tout le rendez-vous de Thorolf - car ça ne pouvait être que ça - par sa simple et unique présence. Quoi de mieux qu'une entrée remarquée pour mettre mal à l'aise deux jeunes ados en train de batifoler dans l'eau ? Evan s'en délectait d'avance.

Décidé à entrer en scène, Evan avança discrètement jusqu'à l'entrée de la piscine mais, juste au moment où il allait entrer, son pied écrasa il ne savait trop quelle cochonerie que les gens avait laissé traîner là et tout le corps du jeune homme se crispa. Il était grillé. D'ailleurs, il entendit la voix de Thorolf le confirmer, un peu plus loin. Bon, et ben maintenant, plus d'hésitation, hein ? Evan afficha alors un sourire en coin et se redressa.

Bouh.

- Eh ben, eh ben, eh ben ! s'exclama Evan, un grand sourire aux lèvres. Mais qui voilà ! Mon cousin ! Ça alors, si je m'attendais à te trouver ici, ironisa le jeune homme. Et, en plus, je vois que t'es pas en mauvaise com...

Le regard d'Evan se posa alors sur la personne qui accompagnait Thorolf et le sourire du Serpentard vacilla un instant. Maintenant qu'il l'avait en face de lui, il reconnaissait parfaitement Lys, même dans la nuit. Et là, c'était la merde. Clairement. Surtout avec les réflexions de Thorolf sur le purisme. Il n'était peut-être pas extrémiste, mais bon... Personne n'était au courant, et ce n'était peut-être pas forcément une bonne chose que son cousin le soit.

Eh merde, pensa Evan.

Au final, il aurait peut-être mieux fait de rester chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année

avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 78



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Jeu 15 Juin - 12:14



Se tordant les doigts pour évacuer sa nervosité, Achlys fut surprise par un bruit. Quelqu’un ouvrait la porte, et la jeune blonde espérait de tout coeur que c’était son camarade. Dans le cas contraire, elle se prendrait un sacré savon. Au pire, elle inventerait une histoire de somnambulisme peu crédible. S’approchant silencieusement, elle héla la silhouette qui s’avançait. La personne sursauta et se tourna vers elle, dévoilant son visage. Achlys découvrit Thorolf avec soulagement.

    ▬ Non d’une chèvre, j’espérais bien que ce soit toi, soupira-t-elle, ignorant les jérémiades de son nouvel ami.


Les deux adolescents ne restèrent pas plantés là plus longtemps, ils devaient à tout prix éviter de se faire repérer. Plus ils avançaient vers la piscine, plus Lys se demandait s’ils avaient eu une si bonne idée que ça. Ils pourraient se faire virer du séjour pour une telle transgression des règles. Après, ils pourraient peut être passer pour des héros auprès de leurs camarades, ce qui serait bien une première pour la jeune fille. Ou bien de bons gros abrutis, au choix.

Secouant la tête pour chasser ses mauvaises pensées, Achlys préféra se concentrer sur leur objectif. Ils arrivèrent devant le large bassin, seulement éclairé par les astres. La Poufsouffle n’avait qu’une hâte, s’immerger dans cette eau fraîche et accueillante. Sans faire de bruit, elle retira son haut et laissa ses sandales derrière elle. Elle se sentait un peu gênée de se retrouver en maillot devant Thorolf, puisqu’ils n’étaient que deux et qu’elle avait l’impression d’être en petite tenue. Mais elle ne fit aucun commentaire, et le rejoignit dans l’eau. Elle entra très lentement, prenant le temps d’habituer son corps à la fraîcheur. La jeune fille sautillait sur place pour se réchauffer. Puis quand elle arriva au niveau de la taille, dans un élan de courage, elle termina de s’immerger.

Maintenant qu’elle était habituée, Achlys se déplaça doucement dans la zone où elle avait pied, observant son camarade nager à sa guise. Elle observa le ciel étoilé, profitant de la douce brise nocturne. Lorsque Thorolf revint vers elle, elle se dit qu’elle pourrait lui poser plus de questions personnelles, apprendre à le connaître. En fait, à part le fait qu’il soit un Serdaigle, elle ne savait rien de lui. Mais avant qu’elle ne s’adresse à lui, un bruit soudain la fit sursauter. Instinctivement, elle s’agrippa au bras de Thorolf, se retournant pour voir d’où venait le son. Pitié, faites que ce n’était qu’un lézard!

Et alors, contre toute attente, ce fut un visage bien connu de la jeune fille qui apparu devant eux. Achlys entrouvrit la bouche de surprise, si étonnée qu’elle ne pensa pas à lâcher le bras de Thorolf. Mais qu’est-ce que Evan Rosier faisait ici ? Celui-ci ne l’avait visiblement pas encore vue, car il s’adressa au troisième larron comme s’il le connaissait depuis longue date. Puis, soudainement, il comprit qui elle était et perdit son sourire vicelard.

    ▬ Par Morgane, Evan, mais d’où tu sors ? Fit-elle, complètement déboussolée.


Puis, elle comprit une chose. Evan semblait bien connaître Thorolf. Et Achlys avait rarement l’occasion de rencontrer les proches du Serpentard, avec qui elle était pourtant très proche. Mais monsieur avait le sang-pur et des idées arrêtées sur les fréquentations à avoir, aussi savait-elle qu’il s’assumait pas franchement son amitié avec la blonde. Parfois, Lys le lui reprochait. Elle ne demandait pas à intégrer le groupe d’ami d’Evan, mais qu’il admette au moins qu’il était ami avec une Sang-mêlée, et que ça ne changeait pas sa vie pour autant. Peut être qu’elle allait pouvoir tirer avantage de la situation, et faire une petite farce à son ami. Après tout, il n’avait rien à faire là, autant se venger de sa petite blague.

    ▬ Vous vous connaissez ? Demanda-t-elle en observant les deux garçons.


Elle voulait d’abord éclaircir la situation.
© Imaginary pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année

avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 29
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 12


Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Hier à 23:20

Comme un poisson dans l'eau : cette expression prenait tout son sens lorsqu'on observait Thorolf se mouvoir dans la piscine. Autant il pouvait souvent être mal à l'aise sur la terre ferme, autant, une fois dans l'eau, il semblait parfaitement dans son élément. Il nageait en produisant à peine quelques rides à la surface de l'eau, dans un silence complet. Bien sûr, ça ne valait pas la mer, la mer du Nord grisâtre dans laquelle il se baignait si souvent avec son frère, mais c'était tout de même bien appréciable de pouvoir se tremper un peu. C'était même mieux que de se baigner en même temps que tous les autres idiots, qui passaient leur temps à sauter en éclaboussant tout et à hurler. Là, c'était calme, on avait de la place, c'était parfait – ou presque : le risque d'être surpris gâchait tout de même un peu le plaisir. Thorolf n'était décidément pas un rebelle. Il ne pouvait s'empêcher de penser à ce qui se passerait si un des surveillants venait à les trouver là, et, anxieux, épiait les alentours, sur le qui-vive. Dans le silence de la nuit, le moindre bruit prenait une importance démesurée, comme ces battements d'ailes, là-bas, dans les arbres, ou le choc de cette fenêtre qu'on fermait, de l'autre côté. Tout semblait mauvais présage au jeune Rowle, peu habitué à transgresser les règles et pas vraiment tranquille d'avoir osé le faire.

Sans un bruit, le jeune homme s'approcha de sa camarade ; après tout, ils n'allaient pas seulement se baigner, sans échanger la moindre parole ? Le Serdaigle était curieux d'en savoir un peu plus sur la demoiselle qui l'avait décidé à faire le mur en pleine nuit. Il fallait qu'elle ait sacrément du caractère pour réussir cet exploit. Il avait commencé par refuser farouchement de s'associer à cette équipée nocturne, jusqu'à ce que la crainte de passer pour un dégonflé finisse par lui faire accepter, malgré lui. Alors, qui était la tentatrice ? Elle n'avait pas l'air bien diabolique, vue comme ça. Une inoffensive élève de Poufsouffle – pas la maison la plus réputée pour ses rebelles, d'ailleurs. Un point commun avec Serdaigle. Les élèves des deux maisons étaient, de toute l'école, les moins portés sur l'aventure et la prise de risques inutile. Ils laissaient volontiers aux autres les violations du couvre-feu et les retenues qui allaient avec. Étrange que cette nuit, Poufsouffle et Serdaigle se soient précisément unis pour un bras d'honneur en forme de sortie non autorisée...

Thorolf cherchait comment engager la conversation – pas facile de se mettre à discuter avec une fille inconnue, surtout quand on voulait éviter de faire du bruit – lorsque les événements se précipitèrent, lui tordant désagréablement l'estomac. Un bruit, des pas, Achlys qui agrippait son bras, et... et cette tronche d'idiot d'Evan qui faisait une entrée aussi foireuse qu'un flan pas cuit. Sans faire attention au fait que sa camarade lui tenait toujours fermement le bras, Thorolf fit :

-Mais... qu'est-ce que tu fous là, toi ?

Pas très accueillant, oui, bon, mais Rosier junior était censé se trouver à des centaines de kilomètres... Qu'est-ce qui avait pu lui donner l'idée extravagante de venir, en pleine nuit, sur le lieu de séjour de son cousin ? Il s'imaginait tomber sur lui, comme ça, juste parce qu'il se pointait ? Bon, dans les faits, c'était le cas, mais si on raisonnait en termes de probabilités... Trêve de raisonnements. Achlys semblait aussi médusée que les deux garçons, et, chose encore plus étrange, elle s'adressait à Evan comme si elle le connaissait bien.

-Un peu, qu'on se connaît. C'est mon cousin, expliqua Thorolf d'un air sombre. Me demande pas ce qu'il fait là, je n'y comprends rien moi-même. Mais... vous vous connaissez, tous les deux ?

Evan ne lui avait jamais parlé d'une quelconque Achlys, et même d'une Poufsouffle. Il s'en souviendrait – il avait une mémoire redoutable. Par exemple, il était capable de se souvenir des années que ce crétin d'Evan avait failli les faire noyer, et même pire, les faire surprendre par un surveillant en arrivant en fanfare... et alors, il se vengerait. D'ailleurs...

L'ami Rosier n'avait pas l'air particulièrement enchanté de trouver son cousin préféré avec Achlys. Thorolf ne voyait pas bien le visage du Serpentard dans l'obscurité, mais il lui semblait bien que la façon dont il s'était interrompu dénotait une certaine contrariété. Le jeune Rowle prit conscience à cet instant de la pression d'Achlys sur son bras ; il se tourna vers elle, lui adressa un sourire, et se dégagea doucement pour sortir de l'eau.

-Qu'est-ce que tu fiches là, Evan ? Il s'est passé quelque chose de grave ? demanda-t-il à mi-voix, rattrapé par son anxiété, en posant la main sur l'épaule de son cousin.

Maintenant qu'il y pensait, c'était sans doute pour ça qu'Evan débarquait sans prévenir. Un truc urgent, un décès, peut-être... Son estomac se noua encore plus à cette pensée. Mais non, il ne serait pas arrivé en se marrant. Remarque, quand on est capable de se pointer en pleine nuit sans savoir où on met les pieds... Non, ce n'était pas possible. Si quelque chose s'était passé, on aurait envoyé un hibou, alerté les adultes qui encadraient le séjour, fait quelque chose de plus réfléchi que débarquer au petit bonheur la chance comme avait fait Evan. La nécessité de se venger apparut avec encore plus de force à Thorolf après cette montée d'inquiétude.

Achlys était sortie de l'eau, elle aussi, et les rejoignait. Thorolf et elle n'eurent besoin que d'un regard pour se comprendre ; sans un mot, d'un commun accord, ils saisirent Evan chacun par un bras, et le jetèrent à l'eau, sans se soucier du bruit que sa chute risquait de causer. Un partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne






Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Revenir en haut Aller en bas

Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde
-