POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


    | Serdaigle ;; 6ème année

| Serdaigle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 15/10/1987
Âge du joueur : 30
Arrivé sur Poudnoir : 30/04/2017
Parchemins postés : 37



Pensine
Mon casier judiciaire est:
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Thorolf Rowle


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Ven 25 Aoû - 20:16

On était bien, là, à discuter dans une piscine, en pleine nuit. Thorolf avait toujours aimé la quiétude de la nuit, propice, trouvait-il, à la réflexion et à la détente de l'esprit. Au « manoir », on le trouvait souvent à traîner dehors après la tombée du crépuscule, observant les étoiles ou écoutant simplement les mille bruits de la nature, amplifiés dans la pénombre. Il n'était pas téméraire, mais aucun de ces bruits ne lui avait jamais fait peur. Les animaux nocturnes vaquaient à leurs occupations et l'ignoraient royalement. D'autres auraient tressailli au moindre craquement, mais Thorolf se sentait à l'aise, comme si l'obscurité le protégeait. En général, il était seul à profiter de l'extérieur la nuit venue ; Roald n'aimait guère ces promenades bucoliques, et laissait son frère jouir en paix de sa solitude. Ce soir, c'était une première : il se trouvait en compagnie de deux personnes, et plutôt en bonne compagnie. Il en oubliait les surveillants, le couvre-feu, le fait qu'ils risquaient d'être punis si on les surprenait à se baigner à cette heure... Il n'était même plus en colonie, plus rien ne comptait que ce moment partagé avec Achlys et Evan. Une heure auparavant, il hésitait encore à se risquer hors de sa chambre... et s'il avait su qu'Evan allait débarquer, il fallait être franc, cela l'aurait certainement incité à rester sagement planqué dans son lit. Une arrivée en pleine nuit ne pouvait qu'être remarquée, et alors, bonjour les ennuis... Et puis non. Il avait faussé compagnie à ses camarades, évité les rondes des surveillants, Evan était arrivé, et rien de dramatique ne s'était produit. Ce n'était que cela, finalement, braver le règlement ? C'était si facile...

La discussion se poursuivait, à mi-voix même si Evan avait insonorisé l'endroit. Pas la peine de se glapir dans les oreilles, après tout, l'ambiance de la nuit se prêtait bien plus aux discussions discrètes. Pas gênés par la présence d'Achlys, les deux cousins évoquèrent la famille, entre le petit frère pénible de Thorolf et le redoutable grand-père d'Evan... elle allait se dire qu'ils étaient issus d'une famille de cas, et ce n'était pas loin d'être le cas. Heureusement que Thorfinn ne s'était pas proposé pour accompagner la colonie à la mer, comme son fils l'avait craint au début... Les Mangemorts n'étaient généralement pas des modèles de finesse, mais Rowle senior battait tous les records en la matière. Il n'aurait sans doute pas apprécié, d'ailleurs, que son fils aîné soit en train de barboter avec une sang-mêlée... Et justement, la voilà qui parlait du sang. Thorolf eut un rire amer :

-Juste un peu de liquide rougeâtre ? Ne dis jamais ça à un puriste. Chez les sang-pur, le sang, c'est une valeur sacrée. Quelque chose de vraiment important, c'est difficile à expliquer... on est élevés avec l'idée que c'est un héritage à préserver. Après, je suis d'accord, un sang-mêlé n'est pas moins sorcier qu'un sang-pur.

Il réfléchissait beaucoup à tout cela, se posait toutes sortes de questions, sans oser les formuler à voix haute. C'était d'ailleurs la première fois qu'il se laissait aller, en public, à une position pas vraiment puriste. Apparemment, on ne voulait pas le laisser s'embarquer dans un discours théorique comme il savait en faire : les deux sales traîtres qui l'entouraient unirent leurs forces pour le couler, et une brève lutte s'ensuivit. Il se laissa entraîner sous l'eau de bonne grâce – c'était un passage obligé, avec Evan – avant de remonter dans une traînée de bulles... Une nouvelle surprise l'attendait à la surface, en la personne d'Achlys qui s'agrippa à lui comme à une bouée. La jeune fille était essoufflée, et sa voix trahissait une certaine panique. Thorolf, stupéfait de se retrouver avec une fille pendue à son cou, n'osa pas esquisser le moindre mouvement qui risquerait de la déstabiliser, se contentant de dire :

-C'est rien, ça va aller... respire calmement, calme-toi.

Ils avaient vraiment l'air d'un couple de tourtereaux, à présent. Le Serdaigle crut lire un reproche dans le regard de son cousin, mais qu'y pouvait-il si Achlys avait choisi de s'accrocher à son torse à lui ? Il n'était pas merveilleusement à l'aise, il fallait le dire. À seize ans, il n'avait encore jamais eu de petite amie, et il était affreusement timide, assez pour se tenir raide comme un piquet tandis que sa camarade reprenait son souffle.

Une lumière s'alluma dans le bâtiment, là-bas, et attira son regard. Par Merlin... c'est vrai qu'on était en colonie, et que si un des idiots de surveillants s'apercevait de la fugue, on aurait de fameux ennuis... D'un geste maladroit, le jeune homme consulta sa montre : il était une heure du matin. D'une voix inquiète, il souffla :

-Achlys... on devrait peut-être rentrer, non ? Regarde, ça bouge...

Il lui montra la fenêtre éclairée, et elle acquiesça. Il leur fallait regagner leurs lits sans se faire repérer, à présent... Ils se hissèrent hors de l'eau, et Thorolf lança à son cousin :

-Merci d'être passé, hein... on a passé un bon moment. Le séjour se termine samedi, on peut se voir dimanche si je t'ai trop manqué d'ici-là, d'acc ? Envoie-moi un hibou. En attendant, faut qu'on y retourne, Achlys et moi.

Clin d’œil, sourire, et d'un mouvement de baguette, le gamin se sécha pour pouvoir se rhabiller. Il n'avait pas démenti les apparences qui devaient laisser croire à Evan qu'il sortait effectivement avec la Poufsouffle, trop loin de tout ça pour le faire. Moi, sortir avec une fille ? L'idée lui semblait absurde, comme s'il n'était pas concerné par ce genre de choses, comme si le simple fait d'y penser était une énormité. Son esprit était bien loin des frivolités lorsqu'il adressa un sourire à Achlys en lui disant :

-Quand vous voudrez, très chère.

Là-bas, dans le bâtiment, d'autres fenêtres s'étaient éclairées, sans qu'il y ait prêté attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 5ème année

| Poufsouffle ;; 5ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 21
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 232



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Dim 8 Oct - 18:23



Lys sentait que quelque chose changeait, à présent. C’était comme si bientôt, les échanges discrets avec Evan et les retrouvailles secrètes au coin d’un couloir étaient loin derrière eux. Elle comprenait les craintes de son meilleur ami, et redoutait elle-même d’avoir un jour affaire à Chapman, qu’elle craignait sans le dire à Evan. Mais en rencontrant Thorolf, et voyant qu’il n’y avait aucun problème à le fréquenter en présence du Serpentard, elle s’offrait l’espoir d’une amitié moins cachée, celle qu’elle avait toujours rêvé avec Evan. En plus, si tous les proches de son ami étaient du genre du Serdaigle, elle ne voyait pas pourquoi elle devait se priver de s’en faire des amis. Thorolf n’avait rien d’une brute ou d’un idiot, il avait beau être timide, il était franchement sympathique – et beau garçon avec ça. Plus elle y pensait, plus Lys était heureuse d’avoir braver les interdits ce soir.

Si ce débat infernal autour du sang pur exaspérait Lys, elle ne voulait pas lancer une discussion inutile sur le sujet. Elle leva simplement un sourcil dubitatif à la réponse de Thorolf, se gardant de lui dire que leur éducation avait quelque chose d’assez foireux. Mais Thorolf n’était pas crétin et sans doute pas aussi puriste que les autres, alors elle ne dit rien. La preuve, il discutait avec elle comme – ou presque – si elle était son égale. Distraitement, elle jeta un coup d’œil à Evan, se demandant l’opinion qu’il avait à ce sujet. Elle le savait Puriste, mais que pensait-il d’elle ? La prenait-il pour une inférieure à son sang, une moins bonne sorcière, moins méritante de pratiquer la magie ? Non, il lui disait souvent qu’elle était douée, et se montrait toujours adorable avec elle. Même si un doute s’était insinué en elle, elle préféra se persuader qu’il ne la voyait pas comme différente de lui même.

Puis vint la noyade du Serdaigle, et la tasse avalée de Lys. C’était idiot, mais elle paniquait d’avoir été à deux doigt de la noyade – elle exagérait juste à peine. Collée et agrippée à Thorolf, elle reprenait son souffle peu à peu. S’il semblait gêné, il essayait pourtant de la rassurer, et Lys ne pu lui en être que reconnaissante. Après être visiblement calmée, elle se décida à le lâcher, murmurant un désolé et un remerciement.

A cet instant, une des lumières du bâtiment s’alluma. Aussitôt, Lys se baissa dans l’eau pour que seule sa tête ne dépasse, craignant qu’ils ne se fassent repérer. Elle ne savait pas quelle heure il était, mais plus longtemps ils restaient, plus ils avaient de chance de se faire prendre. Thorolf proposa de rentrer avant qu’elle n’expose l’idée, et elle n’allait pas se faire prier. Ce genre de petites aventures étaient bien sympas, mais il valait mieux ne pas tenter le diable. Elle acquiesça, puis se tourna vers Evan pour lui faire un sourire.

    ▬ C’était cool Rosier, tu vois qu’il n’y a rien à craindre à me présenter tes proches, chuchota-t-elle en lui faisant une brève étreinte pour lui dire au revoir..


Alors qu’elle sortit et se rhabilla en quatrième vitesse, elle lui fit un petit signe de la main en lui demandant de ne pas trop traîner ici. Elle lui promit de le retrouver quelque part à son retour de séjour, puis suivit Thorolf vers les dortoirs. Son meilleur ami loin derrière elle, Lys pu atteindre l’entrée des dortoirs sans encombre. Avec toute la discrétion dont elle était capable, elle ouvrit la porte pour laisser entrer le Serdaigle et passer à son tour. Ils leur suffisait de grimper les escaliers et de retourner chacun à leur étage puis leur chambre. Ça paraissait être un jeu d’enfant.

Tournant au coin d’un couloir, non loin des marches, Achlys fut surprise par une faible lumière et des bruits de pas. Quelqu’un s’approchait dangereusement.

    ▬ Attention ! Murmura-t-elle avec affolement.


Elle tira Thorolf vers elle pour éviter qu’ils se fassent repérer, et se cacha dans un recoin de mur où, elle l’espérait, ils ne se feraient pas repérer. S’ils étaient pris, ce serait leur fête. Aussi silencieuse que possible, elle écoutait les bruits de pas s’approcher, observant le couloir près d’eux. Tenant Thorolf tout contre elle dans ce recoin exigu, elle ne se rendit compte de sa proximité qu’à cet instant. Lys fixa son regard dans celui de Thorolf, comme si une gêne s’installait entre eux.

Puis, sans comprendre ce qui la poussa à agir ainsi, elle l’embrassa. Furtivement et doucement, assez rapidement pour qu’elle se dise Pourquoi j’ai fais ça autant que Oh c’est cool. Se détachant aussitôt, et les bruits de pas s’éloignant d’eux, elle cligna des yeux cent fois trop vite pour qu’elle ai l’air sûre d’elle.

    ▬ Euh… Je… Bonne nuit Thorolf, à demain, balbutia-t-elle en sortant du recoin, maintenant qu’ils étaient à nouveau seuls.


Elle lui fit un sourire gêné et un petit signe de la main, avant de filer vers les escaliers pour rejoindre son étage. Pénétrant dans la chambre endormie, elle grimpa dans son lit en sentant son cœur s’emballer, comme s’il essayait à tout prit de lui arracher la poitrine pour se barrer d’ici.

Elle avait embrassé Thorolf. Embrassé un garçon, pour la première fois et sans qu’elle ne s’y soit préparée. Elle ne maîtrisait pas la raison de son geste, mais elle l’avait fait.

Et en plus de ça, ç’a avait été plutôt agréable.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Serpentard ;; 7ème année

| Serpentard ;; 7ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 29/06/2016
Parchemins postés : 162



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 7PV
Evan F. Rosier


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier Lun 9 Oct - 21:51

C'était pas souvent qu'Evan pouvait passer un aussi bon moment avec Lys sans avoir peur de quoi que ce soit. Enfin, peur... C'était un bien grand mot, mais c'était un peu quelque chose dans le genre. De l'inquiétude, un peu de stress. Il fallait dire que c'était toujours de petits rendez-vous donnés à la va-vite entre deux cours, quand ils se croisaient rapidement dans les couloirs, à l'abri de tout le monde, de toutes les potentielles oreilles indiscrètes de Poudlard. Maintenant que cette relation éclatait, Evan se disait que ce n'était peut-être pas si grave. Ce qu'il ne prenait pas en compte, c'était ce qui alalit arriver après. Parce que cette relation n'avait existé jusqu'à présent qu'entre les quatre murs d'une salle de classe désaffectée, ou dans un recoin de la bibliothèque, tard le soir, ou bien encore dans un endroit isolé du Chemin de Traverse. Maintenant, ils allaient devoir se confronter au monde, et ça, ça allait être plus difficile. Etre préservé depuis si longtemps et être soudain projeté face au regard des autres, c'était un changement radical. Mais Evan n'y pensait pas pour l'instant, alors qu'il aurait dû. Il aurait dû faire plus attention. Il était parfois tellement inconscient, mais, au final, il ne restait qu'un gosse, un ado pas encore entré dans la vie d'adulte, et ce n'était de toute façon pas son genre de se projeter trop loin dans l'avenir : Evan vivait au présent, pas à un autre temps.

- Tu sais Lys, Chap, c'est un con, voilà tout, soupira le jeune homme. Personne a envie de l'avoir en face de soi, à part Alice, peut-être. Et je tiens à préciser que Faulkner ne fait pas partie de mes proches, elle envahit juste mon espace vital, ajouta le Serpentard avec un air tragique.

Evan écouta ensuite Lys parler du sang, sans rien dire.

La position du jeune homme n'était pas simple. Il était de Sang-Pur, par conséquent, son éducation était tout ce qu'il y avait de plus Puriste, d'autant plus que sa mère était une Mangemorte dont les idées étaient tournées vers cette doctrine depuis des années. Cependant, Evan n'était pas un fanatique, et encore moins un Puriste convaincu. Non, lui, il avait cette attitude, ce je-m'en-foutisme qui faisait qu'il n'en avait presque rien à faire du statut du sang. Est-ce qu'il considérait Lys comme une sous-sorcière ? Non. Est-ce qu'il considérait les Sang-de-Bourbes comme des sous sorciers ? Non plus. Il ne pensait pas que la magie puisse varier d'une personne à l'autre. C'était une puissance que les sorciers eux-même ne comprenaient pas, et un Sang-de-Bourbe pouvait valoir autant qu'un Sang-Pur sur ce plan-là. Cependant, Evan ne pouvait s'empêcher de se poser des questions. Comment ? Comment est-ce qu'il pouvait y avoir des sorciers naissant dans des familles moldues depuis plusieurs générations ? Comment est-ce que les Cracmols pouvaient exister ? La magie était puissante, pourquoi sautait-elle aprfois des générations entières, pourquoi se retrouvait-elle parfois là où on ne l'attendait pas ? Evan voulait savoir. Il avait lu beaucoup de choses sur le sujet. Mais il n'y avait aucune réponse claire, ou, du moins, elles se contredisaient toutes. Alors pour un amoureux de la magie comme le jeune homme, c'était un mystère qui l'obnubilait.

- Le sang, pour les Sang-Purs, c'est plus que ce qui coule dans nos veines, Lys, expliqua Evan, l'air soudain assez sérieux. Je ne suis pas particulièrement Puriste, vous le savez tous les deux, je m'en fiche pas mal de tout ça, mais de par mon éducation - et toi aussi Thorolf - j'ai appris que le sang était une institution, un héritage, qui englobe non seulement une certaine pureté, mais aussi un amour sincère de la magie. Enfin, de base, c'est censé être ça. On s'est beaucoup éloignés de cet idéal, si tu veux mon avis.

Puis après ça, Lys sauta sur Thorolf, avec la tentative de le noyer, mais le piège se retourna contre elle et, avant même que le Serpentard ait pu faire le moindre geste, la jeune femme ressortait de l'eau, recrachant celle qui était entrée dans ses poumons. Elle s'accrochait à Thorolf comme à une bouée de sauvetage et, soudain, Evan les vit réellement tous les deux ensembles. Ils étaient proches. Evan n'était pas habitué à ce genre de... spectacle. Il fallait dire qu'il avait toujours l'habitude de voir Lys seule, avec lui, rien qu'avec lui. Et Evan n'était pas du genre partageur. Mais il ne dit rien, se contentant d'afficher un petit air surpris. Eh bien, eh bien...

- Hum ? Déjà ? demanda Evan en tournant la tête vers le bâtiment, constatant qu'effectivement, des lumières s'allumaient. Ouai, c'était cool, affirma-t-il en faisant un sourire à Lys, avant de la serrer dans ses bras et de sortir de l'eau à son tour. Bon, et bien à plus les gars ! Thorolf, je t'enverrais un hiboux quand tu seras rentré. Enfin, si j'y pense, tu sais bien que moi et ce genre de choses, ça fait trente-six mille... Allez, ciao !

Sur ce, Evan regarda les deux blondinets s'éloigner, et se rhabilla, puis s'en alla à son tour après avoir retiré le sortillège d'insonorisation et avoir remis la piscine en état.

Une fois à l'extérieur, Evan retrouva aisément le chemin qu'il avait emprunté, et se retrouva de nouveau devant la grande bâtisse qui servait à accueillir la colonie de vacance. Il la regarda un instant. Il ne savait pas si c'était vraiment une bonne chose que sa relation avec Lys se sache, mais bon, que pouvait-il y faire, maintenant ? Rien. Il pouvait juste rentrer chez lui. Et vite, parce que, vu l'heure, si sa mère le prenait en train de rentrer en douce, nul doute qu'elle lui ferait remarquer "qu'on n'était pas chez n'importe qui ici, et qu'il n'avait pas à disparaître ainsi sans dire où il allait, même s'il était majeur". Oui, Evan adorait sa mère.

S'éloignant de la bâtisse, le jeune homme ne se doutait pas de ce qu'il venait de se apsser dans cette dernière. Et il valait mieux pour lui qu'il ne le sache pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Revenir en haut Aller en bas

Révoltes adolescentes || Thorolf Rowle & Evan F. Rosier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Autres Lieux

 :: Reste du Monde
-