POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

La morsure du passé [Alexa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Vendeur à la Ménagerie Magique
    |  Vendeur à la Ménagerie Magique
    avatar
    Date de naissance du joueur : 05/05/1985
    Âge du joueur : 32
    Arrivé sur Poudnoir : 25/02/2017
    Parchemins postés : 32



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Yan Anderson


MessageSujet: La morsure du passé [Alexa] Lun 29 Mai - 22:14

Mes pas me guident enfin hors du bar, après au moins deux bonnes heures passaient là, à boire tout seul, comme un de ces habitués au nez rougi par l’alcool et les années à la consommer. Je suis pourtant heureux, je prends doucement l’habitude d’oser dire les choses au lieu de me murer dans mon intense silence et c’est un sentiment de liberté puissant, que j’aime à ressentir de plus en plus. Ça m’offre le sentiment d’être fort, de pouvoir oser grogner un peu le fond de ma pensée parfois, lorsque l’occasion se présente. Je rabats d’un geste souple mon col contre ma nuque afin de m’abriter du soir. Me lovant doucement dans mon trench-coat noir. L’air se fait frais, mais c’est tout sauf dérangeant après avoir passé tant de temps enfermé avec l’odeur d’alcool et de transpiration omniprésente, la chaleur moite que dégagent les gens lorsqu’ils sont euphoriques à cause de la boisson… Décidément, les bars sont vraiment des lieux agréables, mais seulement à petite dose. Les pauvres barmans et serveurs me paraissent si sérieux, tellement pleins de vie ! Alors que moi, à leur place, une simple journée suffirait à me tuer. Trop de monde, trop d’odeurs, trop de bruit sans arrêt… Le pire est sans conteste les bars et les boîtes de nuits moldu ! Y entrer est bien compliqué pour moi, juste y mettre les pieds me file un frisson de peur assez colossal.

Je prends une longue inspiration, emplissant mes petits poumons d’un air glacial, qui se trouve pourtant fort revigorant. Je pense faire un peu de marche, déambuler sur les pavés imparfaits de la rue sorcière, avant de transplaner jusqu’à chez moi pour retrouver l’étreinte accueillante de mon lit douillet et chaud. Je marche lentement, mon esprit s'envolant déjà hors de ma tête, alors que mes douces pensées vont à Logan. Le pauvre … Mon courage a été à la franche hauteur de ma stupidité ce jour-là. Il n’était pourtant pas bien méchant, mais ses simples mots ont réussi à me terrifier. Rien de pourtant choquant, mais il faut croire que le réservoir de courage ce jour-là était à sec. Je me mets donc en route, observant d’un œil distrait et absent les alentours. Il y a une chose que l’on peut reprocher aux sorciers, c’est l’architecture des bâtiments. La rue du chemin de traverse par exemple, je la trouve belle, autant que moche. Elle est très biscornue, les moldus au moins ont le sens de la symétrie des choses, parfois même un peu trop. Je lève les yeux, et mon regard s’arrête quelques secondes sur le lourd panneau suspendu à l’entrée d’un énième magasin de magie. Il est sculpté dans une planche de bois lourd et à chaque fois que je les aperçois, je me dis que si jamais l’un de ces trucs vient à tomber un jour et que le sorcier n’a pas le temps de lancer un wingardium leviosa, le malheureux en dessous rien d’avoir mal au crâne, de façon définitive…

Soudain, une voix qui m’est bien tristement familière m’interpelle. Mon prénom retentit encore, se réverbérant sur les murs de pierre de la rue. Je reste la tête enfoncée dans mon manteau et pivote à peine. Ce n’est que lorsque je suis sûr de qui est mon interlocuteur que je me retourne vraiment. Ce type est David. Il était à Serpentard du temps que j’étais à Serdaigle. Je ne reconnais pas le visage des hommes qui l’accompagnent, mais rien qu’à leur voix, je sens que la frayeur m’envahit. Je sens mal cette rencontre …

- Je te croyais mort de trouille depuis longtemps toi ! me lança-t-il, ses acolytes encore muets.
- Bonne soirée Damian.
- Un duel !

A ces mots, mon cœur se soulève. En cours, je me suis déjà battu contre lui. Il n’est qu’un farceur, mais aime humilier les autres. Je me suis retrouvé à l'infirmerie à cracher des limaces pendant plusieurs heures …

- Non.
- Aller ! Je suis certain que tu as progressé, ne pars pas défaitiste.
- Je refuse de me battre contre toi …
- Je vais t’y forcer. Promis, quand tu finis à terre, on arrête le duel.

Je le fixe un long moment. Je parlais de courage il y a peu, il est temps de me prouver à moi même que je ne suis pas un trouillard. Je me retourne et lui fait face. Lentement, je sors ma baguette afin de lui signifier que je suis partant. Pourtant, je n’ai pas le temps d’achever mon mouvement, que j’entends un sort. Un simple sort …

- Everte statim !

Mon corps entier se voit propulser en arrière alors que dans un hoquet, j’expulse tout l’air que mes poumons contiennent avant que mon dos ne rencontre brutalement les dalles au sol. Avec douleur, je me relève rapidement. Le duel est déjà fini selon ses mots précédents. Mais je ne compte pas lui faire se plaisir, pas maintenant qu’il a tapé sur ma faible fierté.

- Incarcerem !

De ma baguette jaillit plusieurs lianes brunes, venant s’enrouler autour des jambes de mon assaillant. Il tente de bouger, et aussitôt, le voilà à terre. Un léger sourire fend mes lèvres lorsque je réalise que nous avons un point partout.

- Le prochain à mettre l’autre à terre gagne !

Je laisse donc ses amis lancer le sort d’annulation, me préparant à relancer le duel … Mais moi qui cherche à la jouer à la loyal, son geste me pris de court. A peine fût-il à genoux, qu’un nouveau sort retentit.

- Colloshoo !

Par réflexe, je fixe mes pieds et tente de bouger, mais impossible. Lorsque mon visage se relève, les yeux ronds comme des billes, mon cœur se soulève. Le sort a déjà retentit, et me frappe au torse, mon épaule accusant le coup dangereusement. Mon corps entier chute, m’étalant sur le dos. J’aurais voulu hurler de douleur, mais au lieu de ça, mon corps est las. Stupefix a-t-il crié … Mon torse convulse, cherchant l’air que je n’arrive plus à lui fournir sous le souffle coupé. Mes yeux sont écarquillés, je ne peux même pas hurler, même pas parler, je ne peux que sentir le sang couler et les pas de mon adversaire s’éloigner...



[HRP : Liste des sorts, c'est par ici !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: La morsure du passé [Alexa] Lun 19 Juin - 14:44

Alexa n'avait pas bu une goutte d'alcool depuis qu'elle était entrée dans l'Ordre. Pas une. Toujours rester sobre, mettre de ses émotions et de ses gestes. Il fallait qu'elle garde l'esprit clair, qu'elle se concentre sur ce qu'elle avait à faire. Pourtant, la tentation de se laisser aller était grande. Après tout, un verre, qu'est-ce que c'était ? Et les potions contre la gueule de bois, ça servait bien à retrouver ses esprits, non ? A la limite, une petite Aiguise-Méninge si elle avait vraiment rien sous la main... Elle connaissait toutes ces astuces, elle les avait utilisées, avant. Mais non. Parce qu'elle ne pouvait pas se permettre de perdre le contrôle. Elle ne pouvait pas. Faire des potions, soigner les blessés, prendre en charge des missions, s'occuper du bon fonctionnement de certaines tâches simples... Il y avait tant à faire au QG de l'Ordre et en dehors. Il fallait qu'elle reste maîtresse de ses pensées, et pour ça, elle ne devait pas se laisser aller à boire ne serait-ce qu'un verre.

Alors qu'est-ce qu'elle faisait là, exactement ? Assise sur ce tabouret, accoudée au bar, à regarder tous les autres boire jusqu'à se rouler par terre. La plupart des personnes présentes ici étaient déjà saoules ou en passe de le devenir. Et elle, elle était là depuis un peu plus d'une heure, à les regarder, avec ce verre d'eau ridicule devant elle. Le barman lui avait bien proposé autre chose, on lui avait même offert un verre, mais elle avait décliné. L'eau lui allait très bien, même si elle trouvait ça particulièrement risible de s'asseoir devant un verre d'eau quand on était dans un bar comme celui-ci, et seule de surcroît. Enfin bon... De toute façon, cela faisait un moment qu'elle se disait qu'il était sûrement temps de rentrer. Alors, après un long soupir, Alexa se leva de son tabouret et s'en alla. Le verre d'eau ne coûtait rien.

Une fois dehors, la jeune femme se rend compte qu'il fait déjà nuit. Elle sait qu'elle devrait se dépêcher, mais elle n'a pas tant envie de que ça de retourner s'enfermer au QG. Il faut dire qu'il n'y a pas grand chose à y faire en ce moment. Au pire, elle prendra un hôtel côté moldu. Rentrer la nuit au 12 Square Grimmaurd amène plus de questions que ne pas rentrer du tout. Alors oui, sûrement ira-t-elle dormir à l'hôtel ce soir. Ça ne la dérangeait pas. Elle avait dormi dans la forêt, à l'affût de tout pendant un moment, dormir dans un hôtel n'était pas une épreuve insurmontable.

Se rendant soudainement compte qu'elle bouchait l'entrée et qu'elle était plantée là depuis plusieurs minutes, Alexa décida de bouger. Il n'y avait pas beaucoup de monde dans les rues. Ils étaient tous dans les bars, sûrement. Cette partie du Londres Magique était réputée pour ça. Quand on venait là, on savait ce qu'on voulait. Normalement, en tout cas, car ce n'était pas le cas de la jeune femme. Elle, elle se contentait de marcher, en regardant les lumières et en écoutant les bruits en provenance des établissement encore pleins. Elle avait l'impression d'être invisible, c'était plutôt agréable. Un peu comme si rien ne pouvait l'atteindre. Elle profitait de cette sensation, comme enfermée dans sa bulle. Elle n'avait même pas de pensées parasites venant l'importuner. Elle marchait juste, sans trop savoir où aller, sans trop savoir quoi faire, et ça faisait du bien de ne pas avoir de but.

Mais malheureusement, sa bulle finit par éclater brusquement, alors qu'elle tournait à l'angle d'une ruelle.

De toute évidence, c'était un combat de rue. Un règlement de compte ? Ça en avait tout l'air mais la jeune femme ne voulait pas s'avancer. Ce n'était pas ses affaires. Mais pourtant, en voyant les choses d'un peu plus père, quelque chose remua en elle : de l'indignation. Ils étaient plusieurs contre un seul homme, et pas des plus chaud pour un combat. Ce dernier était d'ailleurs déjà entamé. Apparemment, c'était à celui qui mettrait l'autre à terre en premier. C'était un enjeu raisonnable, et, au final, c'était du un contre un. Même si les coups étaient fourbes, ça restait honnête, étant donné que c'était un combat de rue. Néanmoins, Alexa n'aimait pas qu'on la joue ainsi quand l'adversaire la jouait à la loyale.

Alors, sans trop réfléchir, la jeune femme avança dans la ruelle, tandis que celui qui semblait être le plus rôdé aux combats achevait l'autre d'un stupéfix. C'était nul. Mais c'était tout de même bien joué. A la guerre comme à la guerre, dans une bataille, tous les coups sont permis. Alexa le savait, mais là, c'était différent.

- Je vois qu'on s'amuse bien ici, dit alors la jeune femme, faisant se retourner les hommes vers elle.

Ils sont quatre. Trois, plus celui qui combattait. Le premier n'a pas le temps d'ouvrir la bouche qu'Alexa lui envoie un Expelliarmus. Le deuxième a droit à un Expulso en plein dans l'estomac et, alors que le dernier commence à s'indigner, c'est un Petrificus Totalus qui le frappe de plein fouet. En fait, ils ne sont pas si bon que ça. C'est juste des gros bras qui font les durs mais qui n'en ont pas beaucoup dans la cervelle. La preuve, ils ne prenaient même pas la peine d'utiliser les Informulés.

- Mais t'es qui toi ? s'énerva celui qui menait le duel. T'as intérêt à dégager avant que je m'énerve vraiment ! C'est pas mon genre de faire des duels avec des nanas !

Alexa foudroya l'homme du regard et un stupéfix fusa. Son ton était pire que machiste. Comment ça, pas son genre ? Elle venait de mettre trois hommes au tapis, et il faisait encore le malin ? La jeune femme n'était pas d'humeur à supporter les remarques de ce type.

- La nana vient de mettre tes potes au tapis, alors c'est toi qui a plutôt intérêt à dégager avant que je m'énerve. Et emmène les avec toi, on laisse rien derrière soi.

Alexa ne savait pas trop si c'était ses actes ou la façon dont elle avait parlé, mais l'homme la regarda un long moment, l'air de se demander s'il devait tenter un truc ou s'en aller, avant de finalement opter pour la seconde option et de transplaner avec ses potes. Une fois le plancher débarrassé, Alexa soupira puis s'avança vers celui resté à terre, un peu plus loin. Elle lança un Finite Incantatem pour le décoller du sol, puis elle se pencha vers lui

- Enervatum, souffla-t-elle.

L'homme sembla revenir à lui et, en experte de ce genre de cas, Alexa le rassura immédiatement.

- Ne vous en faites pas, les gars qui étaient là sont partis. Vous n'avez rien ? J'ai vu la fin du combat. Si l'homme avec qui vous vous battiez n'était pas très inventif, il n'en reste pas moins que son dernier sort était assez puissant. Dites-moi si vous avez mal quelque part : j'ai fait des études de Médicomage, je pourrais vous aider.

Alexa pensa soudain que cette situation ne lui était pas totalement inconnue. Ce n'était pas la première fois qu'elle portait secour à quelqu'un ainsi. Avec un petit sourire, la jeune femme pensa à Owain. Il faudrait qu'elle lui rende visite dans sa librairie. Surtout s'il mettait vraiment son projet de livre à l'oeuvre ! Mais pour l'instant, c'était de cet homme dont elle devait s'occuper.

- Comment vous appelez-vous ? demanda-t-elle.

Autant commencer par le commencement.

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Vendeur à la Ménagerie Magique
    |  Vendeur à la Ménagerie Magique
    avatar
    Date de naissance du joueur : 05/05/1985
    Âge du joueur : 32
    Arrivé sur Poudnoir : 25/02/2017
    Parchemins postés : 32



    Pensine
    Mon casier judiciaire est: vide
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 10PV
    Yan Anderson


MessageSujet: Re: La morsure du passé [Alexa] Dim 16 Juil - 17:30

Pour une fois que j’avais été courageux, je me rends à présent compte, que je n’avais été rien d’autre que stupide. Je ne suis normalement pas nul en duel, je sais que si je le veux, je le peux. Mais bien souvent le stresse que je ressens prime sur mes sentiments et surtout, sur mes capacités réelles. Je suis actuellement mortifié, j’ai bien failli y passer. Quelques centimètres plus à droite et il m’aurais eu en plein dans la gorge et à ça, je ne pense pas que j’aurais pu y survivre. J’entends qu’autre chose se passe autour de moi. Mais sans surprise, je suis pétrifié, incapable de me redresser pour admirer la mort venir m’enserrer de ses bras maigres. Je ne sais pas pourquoi, mais je suis sûr qu’ils vont m’achever avant de partir. Après un sort pareil, il me semblerait stupide qu’ils me laissent en vie, mais encore une fois, cela doit être ma peur qui parle pour moi. M’humilier, quelques années après notre dernière rencontre, doit bien le faire jubiler. Et d’ailleurs, sans regarder dans leurs directions, j’entends le crépitement, je sifflement strident de certains sorts. Sans que je ne comprenne ce qu’il s’est passé, des pas s’approchent de moi. Je couine malgré moi, bougeant mon bras droit sur le sol en cherchant ma baguette. Je ne la vois pas, je ne la sens même pas sous mes doigts, je ne sais pas où elle a volé. Mais lorsque dans mon champ de vision entre la personne que je croyais être mon assaillant, mon regard se fait curieux, perdu. Il ne s’agit plus de lui, mais bien d’une femme, de prime abord parfaitement inconnu. Elle prononça quelques mots et mon corps pu bouger plus librement, même si je n’en fis rien.

Je serre les dents, tremblant sous la douleur qui me mâche le thorax. Elle ne semble pas méchante. Mais malgré tout, je pense être sous le choc, car j’ai dans un premier temps beaucoup de mal à comprendre ce qu’elle m’a posé comme question. Je reste parfaitement immobile, alors qu’au lieu de me concentrer seulement sur ma douleur, j’essaye de localiser la zone précise. L’épaule sans le moindre doute. Je crois même entendre, dans un pur frisson de dégoût, quelques goûte de mon sang tomber sur les dalles de pierre en un petit son régulier. Je déglutis franchement, et ferme les yeux. L’odeur âcre de fer me monte aux narines et c’est la gorge broyée par un étau de stresse que je murmure d’une voix brisée quelques mots.

- J-j’ai … Mal à l’épaule je … je crois que je saigne… Beaucoup…

En effet, je ne sens plus mes jambes, j’ai des Fourmies dans les doigts et les lèvres, il ne doit pas m’avoir loupé. Terrifié comme je suis d’un rien, je suis plutôt étonné et limite fier de réussir à rester conscient. Une plainte perfore le silence de la ruelle alors que je tente de bouger. J’ai réellement mal, la douleur en est cinglante et c’est par de multiples vagues que je ressens les effets de la blessure. J’ai aussi légèrement mal au crâne et au dos, mais vu ma rêche sur le sol, je n’en suis que peu étonné et je suis sûr qu’il ne s’agit que d’une douleur superflu. Quand bien même il s’agirait du contraire, je ne pense pas être assez bon dans le domaine médical pour me rendre compte que quelque chose d’autre que mon épaule ne va pas bien dans mon corps. Je suis pas mal sonné, tant bien que la femme doit me prendre pour un idiot, un faible. Ce que je suis surement …

- J’ai mal … Ca me tire, ça me lance … Aidez-moi…

Il s’agit d’une plainte, d’une supplication réelle. J’ai horriblement peur, après tout elle est concentrée sur moi, mais je ne peux même pas vérifier si nous sommes seuls dans la rue. Je ne sais même pas qui elle est, rien n’est là pour me rassurer, rien n’est là pour m’affirmer que cette femme veut réellement me venir en aide.

- Qui êtes-vous … ? Pourquoi vous m’aidez ? Comment vous vous appelez …

Je dois l’embêter avec mes questions, moi-même je ne sais pas pourquoi je les pose, je pense que sa voix me rassure. Mon regard se tourne lentement vers mon épaule, une tâche plus sombre que mon manteau s’est répandue sur mon torse. Un haut le cœur puissant me saisit, alors que l’odeur est on ne peut plus forte maintenant que j’ai le nez au-dessus. Et en proie à mon incroyable stresse, voilà que je débite une nouvelle connerie sans même avoir réfléchis. Une larme coule, mes nerfs craquent. Je n’ai jamais vu autant de sang en dehors de mon corps …

- Comment … Comment les filles font pour voir ça tous les mois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Ordre du Phénix ;; Médicomage

| Ordre du Phénix ;; Médicomage
avatar
Date de naissance du joueur : 16/07/2000
Âge du joueur : 17
Arrivé sur Poudnoir : 09/09/2015
Parchemins postés : 146



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 11PV
Alexa C. Turman


MessageSujet: Re: La morsure du passé [Alexa] Lun 24 Juil - 23:11

Alexa n'était pas sensible à la vue du sang. Même déjà petite elle n'avait pas peur. Et elle s'était encore davantage habitué à la vue du liquide rouge quand elle était devenue Médicomage. C'était fou le nombre de prélèvements sanguins qu'on pouvait faire dans une simple journée et sur un seul patient ! Alexa avait aussi eu à en manipuler. Ayant été spéacialiste en potion, elle avait souvent dû faire des tests sur le sang des gens, pour détecter telle ou telle maladie, ou encore pour vérifier si un remède serait compatible. Alors, quand elle vit le sang se répandre au sol depuis l'épaule de l'homme qui venait de se faire battre, Alexa ne paniqua pas. Il n'était pas aussi grievement blessé qu'il n'y paraissait, même si c'était impressionnant. La jeune femme avait déjà vu pire, notamment au QG. Certains s'étaient pris des sortilèges bien coriaces, avec une profonde part de Magie Noire. Il suffisait de penser au cas Rogue, et, d'un coup, tout paraissait moins grave.

- Calmez-vous, respirez profondément. Vous saignez, effectivement, mais tout va bien, ne vous en faites pas.

Alexa raffermit sa prise sur sa baguette et la pointa alors vers l'homme à terre. Elle lança un sortilège innofensif et, l'instant d'après, un bilan global de la santé du patient s'établit. Le sortilège qu'il avait reçu avait été puissant, et l'impact avait été dur à encaisser. Mais, dans l'ensemble, tout allait bien. Il avait juste était beaucoup secoué. Rien de bien grave, si ce n'était cette blessure à l'épaule. Et cette dernière serait vite soignée. Elle était plus impresionnante que grave.

- Chut, souffla doucement Alexa, quand l'homme gémit doucement sa douleur. Tout va bien, je suis là pour aider, ne vous en faites pas. Je m'apelle Alexa Turman, et, si je vous aide, c'est parce que vous en avez besoin. Maintenant, calmez-vous et laissez-moi faire, d'accord ? souffla doucement la jeune femme. Vous pourrez parler quand vous serez de nouveau sur pied, pas avant.

La jeune femme fit un petit sourire rassurant à son patient puis pointa alors sa baguette sur l'épaule de l'homme. Le sang qui s'en écoulait disparut rapidement, comme aspiré par le sol. La jeune femme déposa alors sa fidèle saccoche - dont elle ne se séparait jamais - au sol et lança un accio informulé. Rapide comme l'éclair, une minuscule fiole en surgit et Alexa l'attrapa au vol avant de dévisser le bouchon.

- Je vous préviens, ça risque de ne pas faire du bien. Du moins, pas sur le moment. Le dictame, c'est jamais une partie de rigolade. Serrez les dents et attendez que ça passe. Attention... Un... Deux... Trois...

L'essence de dictam n'était jamais une partie de plaisir. Généralement, pour diminuer la douleur de la régénération, on diluait le tout avec une solution spéciale. Mais là, pas le temps pour ça. Alexa pinça les lèvres et, lentement, versa quelques gouttes de l'essence sur la blessure. L'effet ne tarda pas à se faire voir. La peau se tendit, se reforma et, en quelques secondes, la plaie s'était refermée, laissant place à une zone où la peau était légèrement plus rouge. La douleur avait dû être relativement copieuse pour le pauvre homme. Ce n'était pas tous les jours qu'on se faisait soigner ainsi, sans aucune préparation, à la dure, sur le sol d'une ruelle sombre, et tout ça au beau milieu de la nuit. Alexa en venait presque à éprouver de la peine pour ce pauvre homme, qui devait subir tout ça.

- Ah ça ! répondit Alexa, en éclatant soudain de rire. Tout le monde sait que les femmes sont moins chochotes que les garçons, n'est-ce pas ? se moqua-t-elle gentiment, tentant de faire sourire ce pauvre gars, toujours étendu à même le sol. Vous vous sentez mieux ?

C'était étonnant de voir Alexa passer d'une attitude relativement amicale à celle d'une Médicomage professionnelle, d'un personne sûre d'elle qui savait ce qu'elle faisait et qui s'occupait de ses patients avec professionnalisme. C'était ça, être un Médecin. Savoir mettre ses patients en confiance tout en restant concentré, c'était ça, le super-pouvoir des Médicomages. Et Alexa en avait tellement usé, ces derniers temps, que c'était presque devenu comme une seconde nature.

Sortant une nouvelle fiole de son sac, Alexa tenta doucement de relever le pauvre homme, qui, quand même, se trouvait toujours à terre.

- Comment vous appelez-vous ? Et, par Merlin, qu'est-ce qui s'est passé avec cet homme pour qu'il vous envoie un sort si puissant ?

Parce que, oui, c'était bien joli d'aider ce type, mais si c'était lui qui avait engagé le duel, il allait se prendre un savon copieux. Si la jeune femme n'avait pas de problèmes pour aider les gens qui se faisaient attaquer, elle ne se gênait pas pour réprimander ceux qui se prenaient des retours de bâtons. Il fallait pas pousser, si on cherchait, c'était normal qu'un jour ou l'autre on finisse par trouver. Alexa avait souvent expérimenté ça durant sa scolarité. Elle avait souvent cherché, avec son frère, et ils avaient aussi souvent trouvés. Et c'était Rogue, le plus souvent, qui s'occupait du retour de bâton.

C'était la bonne époque.

Et maintenant, elle se retrouvait au milieu d'une ruelle, avec un homme blessé sur les bras, au beau milieu de la nuit. Disons que c'était une... toute autre époque ?

____________________________________

Fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La morsure du passé [Alexa]

Revenir en haut Aller en bas

La morsure du passé [Alexa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Magique :: Chemin de Traverse
-