POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Mystères et Ballon Gomme || Katarina D. Wander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | Poufsouffle ;; 6ème année

| Poufsouffle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 220



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Mystères et Ballon Gomme || Katarina D. Wander Mar 27 Juin - 15:55



Mystères et Ballon Gomme

Feat Katarina D. Wander & Achlys Kaustas-Deketh


L’adolescente se sentait autant à sa place dans le Londres sorcier que le Londres moldu. Depuis qu’elle tenait sur ses pieds, elle avait l’habitude de se promener parmi les non sorciers. Quand ils vivaient encore à Amsterdam, elle et Prymnéus – son frère jumeau – se rendaient souvent en ville pour déguster de délicieux stroopwafel, spécialité néerlandaise. Ils jouaient régulièrement au parc avec quelques jeunes moldus, se moquant parfois de leurs moyens de transport moins pratiques que les leurs. A plusieurs reprises, ils avaient manqué de révéler leurs pouvoirs. Mais leur mère avait été assez attentive pour seulement friser la catastrophe. Avec le temps, Achlys avait apprit à vivre entre ces deux mondes. Le matin, elle se levait et déjeunait devant la télévision, avant de s’entraîner aux potions et de faire un tour en balais. Elle jouait de la guitare et aux échecs version sorciers. Une aberration pour de nombreux sorciers qui ne connaissait rien au monde moldu.

Ce midi là, Achlys prenait le métro londonien en compagnie de sa sœur aînée, Scylla. La jeune blonde lisait le journal moldu par dessus l’épaule d’une femme assise près d’elle. Rien de bien intéressant, l’interview du gérant d’un petit café qui venait d’ouvrir. Se tenant à la barre, elle leva les yeux vers le plan de métro. Elles étaient bientôt arrivée. Quand les portes s’ouvrirent, les deux sœurs sortirent précipitamment, poussées par le mouvement de foule. Grognant silencieusement, Lys se dit que les moldus étaient aussi peu aimables que les sorciers quand un homme la bouscula pour passer. Scylla et Achlys se retrouvèrent rapidement dans les rues de Londres, marchant d’un pas vif. Elles ne tardèrent pas à se retrouver devant une cabine téléphonique des plus classiques.

    ▬ C’est ici, lui désigna sa sœur d’un geste de la main vers la cabine. Bon, tu te souviens de ce que tu dois faire, tu...
    ▬ Oui, je tape le code et je vais au Département de la Justice Magique, je m’assois quelque part et j’attends qu’Egéon termine. la coupa-t-elle, Scylla lui ayant déjà répété cinq fois la marche à suivre. T’en fais pas Lya, ce n’est pas la première fois que je viens au Ministère.


Achlys appelait systématiquement sa grande sœur Lya depuis qu’elle était petite. C’était comme ça qu’elle la nommait quand elle apprenait à parler, et n’a pas cessé de garder ce surnom depuis. Scylla lui fit un sourire et l’embrassa sur le front. Ce matin, avant qu’Egéon ne parte travailler, il avait proposé à Achlys, Prymnéus et Astréos de déjeuner avec lui à midi. Prymnéus avait déjà quelque chose de prévu avec des amis, et Astréos avait baragouiné une quelconque excuse pour ne pas avoir à sortir. Alors la jeune blonde avait été la seule à accepter, mais c’était l’occasion d’avoir un moment privilégié avec son aîné, ce qui était assez rare avec sa grande fratrie.

    ▬ A ce soir alors, tu passes le bonjour à Egéon de ma part, lui fit-elle, avant de s’éloigner dans la rue.


Se retournant dans la cabine, elle y entra et composa la combinaison 6-2-4-4-2. Elle écouta à peine la voix féminine lui parler, et patienta le temps que la cabine s’enfonce dans le sol et rejoigne l’Atrium. La dernière fois qu’elle était venue, c’était pour l’annonce de la réouverture de Poudlard… au sein même du Ministère. La jeune Poufsouffle avait assez peu apprécié la nouvelle, mais elle n’avait aucun pouvoir pour remédier à cette décision du gouvernement. Alors qu’elle avançait dans le grand hall, elle se dit qu’elle allait devoir s’habituer à côtoyer toutes ces personnes à l’allure trop sérieuse. Ses souvenirs du château lui paraissaient bien lointains.

Alors qu’elle atteignait les ascenseurs,  elle chercha sur un plan le niveau du Département de la Justice Magique, où travaillait son frère. Elle ignora les regards qui se posaient sur elle, comme si une jeune ado comme elle n’avait rien à faire ici. Son attention se porta plus particulièrement sur le Département des Mystères. Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas. Alors qu’elle entrait dans l’ascenseur avec quelques employés, elle chercha une potentielle explication à ce nom. Que pouvaient bien faire ceux qui travaillaient dans ce département ? Avec un nom pareil, c’était un appel à la curiosité.

Elle pénétra au niveau 2, où de nombreuses personnes circulaient sans lui prêter attention. Elle se sentait un peu petite dans toute cette foule, mais tenta de se repérer dans ces longs couloirs. Elle remarqua une dame derrière un long bureau, qui devait être une sorte de secrétaire générale du département, ou du moins se chargeait de l’accueil. Un peu intimidée, mais courageuse, Achlys se dirigea vers elle.

    ▬ Excusez moi, je cherche Egéon Kaustas-Millet, il travaille au Service des...
    ▬ Il est sorti un moment, il va revenir, lui répondit la secrétaire sans lever les yeux vers elle.


Faisant la moue, Lys comprit vite qu’elle n’aurait pas plus d’informations et qu’elle faisait perdre son temps à cette femme. Soupirant et grommelant, la blonde s’éloigna pour flâner dans les couloirs, espérant tomber sur le bureau d’Egéon et l’y attendre. Mais le Ministère lui semblait être un véritable labyrinthe, et se faire bousculer par des personnes pressées commençait à l’agacer. Elle parvint à retrouver son chemin vers les ascenseurs, décidant d’aller faire un tour à des niveaux moins fréquentés. Elle se dit qu’elle avait obligation de visiter le Département de contrôle et de régulation des créatures magiques, étant certaine qu'elle finirait par le rejoindre un jour. Mais elle repensa soudainement au Département des Mystères, et alors son trajet fut décidé.

Au fur et à mesure des niveaux, l'ascenceur se vida. Elle se fit toute petite et discrète dans un coin, histoire de ne pas se faire remarquer. Puis enfin, elle déboucha sur un long couloir très sombre, qui ne répondait en aucun cas à ses questions. Tout au fond, une grande porte. Achlys fut frappée par le silence et surtout le vide de ce couloir. Personne ne circulait, ce qui était aussi angoissant que soupçonneux. Mais quand la jeune fille avait une idée douteuse dans le crâne, elle voulait aller au bout. Elle s’avança donc vers la grande porte, ne se doutant pas un seul instant qu’elle ne pourrait jamais la passer. Mais avant qu’elle l’atteigne, elle ne sembla plus seule dans le couloir.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Langue de Plomb
    | Langue de Plomb
    avatar
    Date de naissance du joueur : 23/03/1997
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 21/02/2017
    Parchemins postés : 31



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Katarina D. Wander


MessageSujet: Re: Mystères et Ballon Gomme || Katarina D. Wander Sam 8 Juil - 14:09



Mystères et Ballon Gomme

Feat Katarina D. Wander & Achlys Kaustas-Deketh


Cela faisait quelques semaines déjà que Katarina travaillait au Département des Mystères, et elle pouvait le dire sans peine : son poste de Langue-de-Plomb lui plaisait énormément. Oh, son travail n’était pas si différent de ce qu’elle faisait à Beauxbâtons, puisqu’il était pour l’instant limité à la recherche ; d’autant plus que le ministère l’avait laissé continuer les travaux qu’elle avait commencé là-bas.  Mais cela lui convenait totalement. Contrairement à ce qu’on pouvait penser, elle n’avait pas choisi ce poste uniquement pour le prestige ou les opportunités qu’il offrait. Non, Katarina s’intéressait véritablement aux magies runiques et  tenait à faire avancé ce domaine encore trop méconnu (an tout cas des Anglais), et ce n’était pas qu’une question de mérite. Et en cela son transfert au ministère était une vrai évolution. En effet, le travail avait beau être le même qu’en France, le cadre était totalement différent. Déjà, elle était dispensée de la corvée de donner des cours aux élèves de Beauxbâtons, et elle ne pouvait pas die que c’était une activité qui lui manquait. Ca avait été un véritable calvaire pour elle, de passer des heures à tenter d’expliquer avec des mots simples ce qui, pour elle, était déjà  d’une simplicité enfantine ; à des élèves qui, elle en était sûre, ne faisaient même pas l’effort de chercher à comprendre ce qu’elle disait, et qui n’appréciaient pas à sa juste valeur cette discipline pourtant passionnante, tout ça parce qu’ils étaient emplis de préjugés sur ce qui était intéressant et ce qui était ennuyeux. Et puis, franchement, autant le dire, elle avait beau avoir réussi à se faire respecter de ses élèves, il n’en restait pas  moins que les adolescents étaient pour elle les êtres les plus insupportables qui existent – après les enfants, peut-être. Tout ça pour dire qu’à présent, elle pouvait se consacrer entièrement à ses travaux, et elle ressentait bien que cela lui permettait d’avancer beaucoup plus vite que lorsque son temps était divisé. Mais le changement de lieu était aussi bénéfique. Le Département des Mystères était un lieu plein de ressources, et elle avait ici accès à de nouveaux ouvrages, de nouveaux outils, voire même de nouvelles rencontres, qui lui permettait tous d’aborder ses recherches sous un autre angle. Ici, le ministère n'avait pas besoin de s'emcombrer des mêmes restrictions qu'à Beauxbâtons, dont le statut d'école impliquait de nombreuses contraintes, tant pour la sécurité des élèves que pour maintenir la crédibilité de l'école.

On pouvait donc dire qu’un souffle nouveau soufflait sur ses recherches, et Katarina était décidée à en faire usage au maximum. Elle n’était pas stupide, et pour avoir voyagé souvent, elle savait très bien que cela s’estomperait à mesure qu’elle s’enracinerait au Département des Mystères, l’inspiration des premiers jours n’était que passagère. C’est pour cela qu’elle passait bien plus de temps que d’ordinaire enfermée dans son bureau. Katarina était par nature un bourreau du travail, qui dédiait une grande part de son temps à sa vie professionnelle : il n’était pas rare de la voir s’éterniser le soir, sauter des repas, rouvrir certains ouvrages une fois chez elle juste pour « vérifier quelque chose » ou parce qu’elle venait soudainement d’avoir un clair de génie qu’elle ne voulait pas laisser passer. Mais il y avait des moments, quand elle bloquait sur un point particulièrement pointu ou au contraire quand elle était emportée dans un élan qu’elle ne voulait pas perdre, où c’était encore plus vrai, et c’était le cas ces dernières semaines.

Ainsi, aujourd’hui, elle avait passé la matinée enfermée dans son bureau, penchée sur une vieille, baguette à marmonner  des vieilles incantations et formules compliquées, des ouvrages mystérieux ouverts un peu partout sur son bureau, sur son fauteuil, et même par terre. Depuis trois jours déjà, elle bloquait : elle avait beau essayé toutes les formules qu’elles connaissaient, et même celles qu’elle avait découvertes dans les livres du ministère, elle n’arrivait pas à avoir l’effet voulu, alors qu’elle savait, pourtant, qu’elle était tout près du but. Autant dire que la frustration était à son comble.

Complètement absorbée par son travail, elle n’avait pas vu l’heure passer, et sûrement pas celle du repas. La concentration lui avait fait oublier la faim, mais il était venu un moment où c’en était trop pour son ventre, qui avait protesté par un gargouillement bruyant et des tiraillements désagréables. Cela avait momentanément fait revenir la jeune Langue-de-Plomb à la réalité pour se rendre compte qu’effectivement, elle avait peut-être légèrement faim. Mais ce n’était pas le moment, elle était à deux doigts de trouver ce qu’elle voulait, et il ne fallait surtout pas qu’elle se déconcentre, alors elle retourna à son travail et tenta d’oublier les protestations de son ventre. Au vingtième gargouillement, elle poussa un cri énervé et ferma violement le livre qu’elle tenait. Il fallait s e rendre à l’évidence : elle n’avançait toujours pas, et la faim ajoutée à la frustration n’aidait pas. Elle se frotta légèrement les yeux de pouce et de l’index en poussant un long soupir. Bon, prendre une petite pause ne lui ferait pas de mal, ça ne lui prendrait pas plus de trente minutes, et elle reviendrait  avec l’esprit frais.

Elle soupira de nouveau, et se dépêcha d’enlever son masque et sa tenue de Langue-de-Plomb pour enfiler une tenue moins reconnaissable. Elle avait opté aujourd’hui pour une longue robe de sorcier bicolore aux manches amples, dont le haut, qui se resserrait à la taille, était blanc et la jupe noire. Un bref coup d’œil dans le miroir lui indiqua qui fallait qu’elle refasse ce qu’il restait de son chignon, ce qu’elle s’empressa de faire d’un geste d’experte. Ce n’était pas parce qu’elle était pressée qu’elle devait ressembler à un elfe de maison. Après tout, elle ne savait jamais quand elle pouvait tomber sur un personnage de haute importance, ici. Cinq minutes plus tard et son badge bien accroché sur sa tenue de ville, elle traversait le hall d’un pas pressé, prête à manger le plus vite possible pour revenir plus en forme, et, si possible, plus calme.

Quelle ne fut pas  sa surprise lorsqu’elle aperçut une adolescente à l’entrée du Département des Mystères. Ses sourcils se froncèrent et elle se rapprocha de la jeune fille, qui ne l’avait pas encore vu, trop occupée à regarder autour d’elle d’un air émerveillé. Le Département des Mystères était fermé au public, c’était une règle d’or que tout le monde connaissait. Il n’y avait que deux possibilités : soit la petite s’était perdue et trompée d’étage, soit elle avait volontairement brisé cette règle pour venir ici. Son expérience de la curiosité mal placée des ados et de leur refus de l’autorité ne la faisait pas hésiter une seule seconde. Elle leva les yeux au ciel devant sa chance. Elle était pressée ET énervée, elle n’avait vraiment pas de temps à perdre à s’occuper d’une gamine. Elle traversa cependant les derniers mètres qui les séparaient pour se planter face à elle, la surplombant de ce qu’elle espérait être une hauteur intimidante.

-Puis-je savoir ce que vous faites là jeune fille ?

Son ton sec claqua froidement dans le couloir désert. Elle fixait la petite, le regard dur, les lèvres pincées, attend ant les explications de cette dernière d’un air qui ne laissait aucun doute sur le peu de patience qu’elle avait.

© Imaginary pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Poufsouffle ;; 6ème année

| Poufsouffle ;; 6ème année
avatar
Date de naissance du joueur : 19/12/1996
Âge du joueur : 20
Arrivé sur Poudnoir : 28/10/2016
Parchemins postés : 220



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA2 - Elève Connaisseur
Ma résistance magique est de: 6PV
Achlys Kaustas-Deketh


MessageSujet: Re: Mystères et Ballon Gomme || Katarina D. Wander Lun 24 Juil - 20:53



L’on dit souvent que la curiosité est un vilain défaut, et Achlys était remplie d’intérêt pour ce qui ne la regardait pas forcément. Elle se posait souvent des questions qui n’avaient pas lieu d’être, ou qui pouvaient lui attirer des ennuis. La blonde était une experte dans l’élaboration de plans tordus, n’ayant pas peur de défier l’autorité quand elle estimait sa cause juste. Mais Achlys était encore une adolescente, et elle ne se doutait pas qu’à quinze ans, son jugement n’était pas toujours approprié. Pourtant, peut-on reprocher à la jeunesse son insouciance et sa soif de réponse ? Ou sa révolte pour défendre ses idées et peut être aspirer à un monde meilleur ? C’était peut être cette candeur qui la menait ici, enfreignant sans doute quelques règles mais se sentant légitime de vouloir comprendre.

Si elle était curieuse, elle avait également une certaine proportion à s’ennuyer. Et chez Achlys, s’ennuyer, c’était avoir de mauvaises idées. Celles qui pouvaient la distraire, qui n’étaient pas les meilleures et qui étaient souvent synonymes de problèmes. Elle n’avait pas vraiment prit le temps d’attendre son frère, là haut. Un petit tour du département de la Justice Magique, et elle s’était lassée. Il fallait dire qu’elle était venu un certain nombre de fois au Ministère de la Magie, et elle n’avait jamais prit la peine de le visiter. Si après tout elle allait y étudier, autant commencer rapidement à faire des repérages. Surtout que son frère et sa mère y travaillaient, et qu’elle ne comprenait jamais rien quand ils parlaient boulot. Coopération Internationale par là, Magenmagot par ci. C’était beaucoup de grands mots pour peu de compréhension pour la jeune fille. Les conversations à table le soir devenaient parfois longues quand on ne comprenait rien. Lys se disait même, qu’en visitant les locaux, elle aurait de quoi raconter à Egéon ce midi, elle pourrait même l’impressionner d’en savoir autant.

A voir ce nom, Département des Mystères, Achlys était persuadée qu’elle trouverait ici toutes ses réponses. Peut être était-ce une sorte de point d’information, où l’on pouvait venir poser toutes les questions que l’on voulait et une sorte d’oracle vous répondait. Elle y voyait quelque chose de mystique, plus grand que la magie elle-même. En fait, alors qu’elle s’approchait à pas lents de la porte, elle s’imaginait tout et n’importe quoi. Que faisaient les gens qui travaillaient là, que se cachait-il derrière cette porte, était-ce véritablement un mystère ou juste un nom un peu pompeux. Dans sa tête, les idées fourmillaient, jusqu’à ce que quelqu’un l’interpella et la fit sursauter.

Elle se tourna vers une grande dame, apprêtée sobrement mais élégante. Pour Lys, c’était le genre de femme que l’on avait pas envie d’embêter. Son air strict et froid fit grimacer la jeune fille. Elle aurait pu tomber sur n’importe qui, mais il fallait que ce soit une femme qui avait l’air d’avoir un balais coincé dans le côlon et tout le reste. C’était en tout cas ce que les gens sérieux faisaient à Achlys. Elle chercha ses mots, espérant qu’avec un peu de politesse, elle en apprendrait plus.

    ▬ Bonjour Madame. Je suis une élève, je viens pour la visite organisée. Vous savez, celle qui vise à faire découvrir le Ministère aux étudiants, comme Poudlard rouvrira ici à la rentrée. J’étais aux toilettes, et j’ai perdu le groupe.


Comment ça, elle mentait ? Si ça n’avait rien de Poufsouffle, cela n’en était pas moins du Achlys. Peut être que ses fréquentations déteignaient sur elle, mais la jeune blonde pouvait être convaincante quand elle le voulait. Elle ne se doutait simplement pas qu’il n’y avait aucune chance pour que ce qu’elle avance soit vrai.

    ▬ Comme la suite se passe ici, je me suis dit que je pourrais attendre les autres à ce niveau.


Lys fit un sourire poli et un peu trop grand à cette femme. Si elle avait un visage d’ange, parfois Achlys se comportait comme un petit diable. C’était son petit côté rebelle qu’elle cachait sous sa bienveillance habituelle.
© Imaginary pour Epicode

____________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | Langue de Plomb
    | Langue de Plomb
    avatar
    Date de naissance du joueur : 23/03/1997
    Âge du joueur : 20
    Arrivé sur Poudnoir : 21/02/2017
    Parchemins postés : 31



    Pensine
    Mon casier judiciaire est:
    Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
    Ma résistance magique est de: 11PV
    Katarina D. Wander


MessageSujet: Re: Mystères et Ballon Gomme || Katarina D. Wander Ven 27 Oct - 1:27

Katarina D. Wander a écrit:


Mystères et Ballon Gomme

Feat Katarina D. Wander & Achlys Kaustas-Deketh


Il n’y avait pas de visite du Ministère. Katarina en était sûre, c’était encore des balivernes. cette petite se foutait d’elle. Sourcils froncés, lèvres pincées, Katarina écoutait la gamine face à elle lui sortir ses mensonges avec la plus grande assurance, et elle n’avait qu’une seule envie, c’était de la virer sans ménagement et d’appeler la sécurité du Ministère pour qu’ils s’occupent de son cas. Après tout, il était bien précisé que cet étage était interdit, tout le monde le savait, la petite le savait, Katarina savait que la petite savait, et il ne faisait aucun doute qu’elle avait volontairement contourné les règles, alors elle avait qu’à en subir les conséquences. Mais voilà, maintenant, Katarina doutait. A part concernant le Département des Mystères : ça elle, n’avait aucun doute là-dessus, il n’était pas à visiter et la blondinette essayait de la mener en bateau.  Mais sinon, qu’est-ce qu’elle en savait elle,  si les élèves devaient visiter le Ministère ? C’était bien le genre de projet faussement charitable que le Parti Puriste était capable d’inventer pour faire croire qu’il se souciait de ses citoyens et augmenter sa côte. Elle aurait l’air maline, si la petite disait vrai.

Est-ce que Katarina avait déjà dit qu’elle détestait les ados ? Parce que c’était le cas. Bon, il y a peu de monde que la femme supportait vraiment – pas les adultes ennuyeux et médiocres, ni les vieux râleurs et à la masse, encore moins les enfants chouineurs. Mais les ados –les ados !- c’était les pires. Des gamins qui se prenaient déjà pour des adultes et jouaient les rebelles, qui ne connaissaient pas le respect et pensaient qu’à s’amuser et préparer des coups foireux. Enfin, c’était peut-être parce qu’elle avait dû les supporter trop longtemps.
Ah ! Elle avait bien fait de quitter l’enseignement, cette carrière ne collait pas vraiment à son caractère. Non pas que ses élèves lui manquaient de respect. Au contraire, elle pouvait se vanter d’avoir réussi à maitriser ses classes. Son allure sévère y était sûrement pour beaucoup. Mais ils étaient là, avec leur sourires provocants et leur bouille bien trop innocente pour être sincère, et elle avait bien trop peu de patience pour tout ça. Enfin, elle avait appris à rester agréable, parce que quand on est prof il y a apparemment des règles à respecter et elle tenait à son job, et puis il fallait bien sauver les apparences. Mais elle était bien contente que tout ça soit derrière elle.

Enfin, c’est ce qu'elle croyait.

Regard de biche et pommettes bien hautes, le démon face à elle lui offrait un de ces sourires-là. Un de ceux qui donnent des envies de meurtre. L’avantage c’est que, maintenant, il n’y avait plus aucune conscience professionnelle pour l’empêcher de lui crier dessus, ou plutôt l’insulter froidement, la menacer, voire même lui jeter un maléfice. Après tout, elle l’avait cherché. Mais il y avait toujours les apparences, la réputation. Regrettable.  Katarina inspira, poussa un long soupir et, à présent plus apaisée, elle étira ses lèvres dans un sourire poli et avenant.

- Tu as dû te tromper d’endroit, il n’y a pas de visites à cet étage.

C’était dit d’un ton faussement indulgent, un peu condescendant (parce que s’il y a une chose que les ados détestent, c’est qu’on les prennent pour des enfants, et s’il y a une chose  qui rend Katarina heureuse, c’était de voir les gens frustrés), mais dont la fermeté ne laissait aucun doute sur le fait que ce n’était pas à remettre en question, surtout quand elle continua :

- Tu as de la chance, je sortais justement. Je vais te raccompagner à l’Atrium, ils sauront te dire où est ton groupe.

Son sourire se fit plus hypocrite. Elles savaient toutes les deux qu’il n’y avait pas de groupe. Qu’est-ce qu’elle allait inventer maintenant, pour s’en sortir ? Elle commença sans plus attendre à se diriger vers l’ascenseur, le regard posé sur la petite blonde, à moitié pour vérifier qu’elle la suivait bien,  moitié pour juger sa réaction.

Elle aurait peut-être dû la laisser continuer dans le couloir, la voir se perdre dans la salle des portes. Peut-être qu’elle serait restée coincée des jours avant de retrouver son chemin et que ça lui aurait passé l’envie de recommencer. Mais non, il y avait dans les salles du Département des Mystères des objets bien trop précieux pour être dévoilés sans risque à n’importe qui, Katarina elle-même n’avait jamais mis les pieds dans certaines salles, et elle n’osait même pas imaginer les dégâts qu’elle aurait pû causer. Non, la raccompagner à la sortie c’était bien, c’était raisonnable, et avec un peu de chance, la petite la suivrait sans broncher, n’est-ce pas ? Elle espérait, parce qu’elle avait vraiment très faim.


© Imaginary pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mystères et Ballon Gomme || Katarina D. Wander

Revenir en haut Aller en bas

Mystères et Ballon Gomme || Katarina D. Wander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Ministère de la Magie :: Niveau 9, Département des Mystères
-