POUDNOIR
Cher (e) Sorcier (e),
Tu viens de débarquer dans un monde de la Magie subissant la dictature cruelle et sanglante de Lord Voldemort !
Un Monde où tout n'est que pouvoir, les faibles ne survivent pas ou suivent péniblement les forts.

Poudnoir est un forum qui se veut le plus réaliste possible ainsi la violence des combats et l'atmosphère de cette dictature est retransmise le mieux possible.
Auras tu le courage de nous rejoindre ?
Forum RPG Harry Potter Post-Bataille de Poudlard

Partagez|

Rupture - Tom Sallybanks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Doyenne ;; Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Doyenne ;; Langue de Plomb
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 974



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Rupture - Tom Sallybanks Jeu 29 Juin - 16:51

Quand Anne avait rendez-vous avec Tom, il y avait quelque chose qu’elle aimait faire par dessus tout, c’était aller au rendez-vous dans la Range Rover de Tom. Certes, la voiture était modifiée et la conduite de Tom un peu incertaine - quoi qu'en un an, il s’était grandement amélioré -, mais Anne aimait ça. Ca lui donnait parfois l’impression de revenir à sa vie d'avant et d’être de nouveau une simple moldue dans Londres. Evidemment, c’était se voiler la  face. Il y avait vingt-cinq ans maintenant qu’elle était passé du statut de moldue à celui de sorcière et rien ne pourrait changer ce fait. Le voulait-elle ? Parfois, lorsqu’elle était épuisée après une journée de travail ou nue dans le lit à côté de Tom et qu’elle songeait aux secrets qu’elle gardait enfuis au fond d’elle.  Elle ne se serait trahie pour rien au monde, mais de temps en temps, elle rêvait que quelqu’un découvre ses secrets juste pour pouvoir, l’espace d’une heure, soulager le poids qu’elle portait. Ce genre d’envie lui passait rapidement, il suffisait qu’elle pense aux conséquences pour qu’elle arrête de rêver.

Dans la vie, tout était une affaire de conséquences. C’est parce qu’elle le savait qu’elle faisait toujours attention à ne jamais entraîner ses proches dans ses affaires. Elle ne voulait pas qu’ils puissent être mis en porte à faux à cause d’elle. Ca faisait partie des raisons pour lesquelles elle n’avait jamais expliqué à Tom, pourtant son compagnon et ami le plus proche depuis des années, qui elle était réellement. Par courtoisie, elle s’attendait à la même chose de la part des autres. De la part de Tom en particulier. Or, quand au détour d’une conversation au Ministère, elle apprit que ce n’était pas le cas, on pût dire qu’Anne fut furieuse.

Il ne fallut pas beaucoup de temps à Anne pour prendre sa décision. Après avoir évité Tom l’espace d’une semaine, prétextant beaucoup de travail au Ministère, elle lui avait proposé qu’ils se voient dans un restaurant moldu. Entre temps, elle s’était calmée et avait penser aux solutions envisageables. Aucune n’allaient faire plaisir à Thomas et elle espérait sincèrement qu’à défaut de garder une relation amoureuse intacte avec lui, elle pourrait au moins garder une amitié. Rien n’était moins sûr.

Il arriva, en retard, ce qui lui arracha un sourire. Anne l’embrassa, consciente que c’était probablement la dernière fois que ça arrivait. Ils s’installèrent, parlant de tout et de rien. Elle ne s’excusa pas pour son manque de disponibilité la semaine passée. Elle ne voulait pas être hypocrite. Son absence avait été volontaire, il ne servait à rien de prétendre le contraire. Quoique mal à l’aise, elle faisait ce qu’elle pouvait pour ne pas le montrer. A force, elle était passée maître dans l’art du mensonge, mais c’était également le cas de son amant songea-t-elle en le regardant.

Ce ne fut que qu’après le plat qu’Anne se décida à lancer les hostilités.

- Tom, j’ai quelque chose à te dire, annonça-t-elle sans détour. Ca ne va pas te plaire.

Elle but une gorgée d’eau et se tamponna délicatement la bouche avec sa serviette avant de poursuivre.

- Il y a des bruits qui courent sur toi au Ministère. Normalement, je n’aurais pas dû en entendre parler si ça avait été quelque chose de petite ampleur. Elle lui adressa un sourire qui n’avait rien d’amical. Je suppose que puisque c’est venu à mes oreilles, c’est un gros coup.Je t'épargne les détails, mais on m'a donné à penser que tu avais repris tes mauvaises habitudes,
rassure-toi les preuves ne sont pas suffisantes.
Elle but de nouveau une gorgée d’eau tout en tentant de contenir son agacement grandissant. Je ne peux pas Tom, je peux pas être associée à quelqu'un qui vit en dehors de la loi. Pas plus que tu ne peux pas l’être à moi alors que je suis susceptible de pouvoir t’arrêter. Ton père avait raison au moins sur ce point là.

L’ancienne serpentard ferma les yeux un moment. Elle y avait pensé toute la semaine, froidement, en se disant que c’était la meilleure solution, mais maintenant qu’elle devait l’annoncer, elle sentait sa résolution vaciller.

Je crois qu’il vaut mieux qu’on redevienne simplement amis, Tom.


Dernière édition par Anne Fraser le Sam 16 Sep - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 750



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Rupture - Tom Sallybanks Jeu 6 Juil - 16:33


Tom avait rouvert son autre appartement. Et c'était là qu'il était, observant une liste de noms d'un air sceptique – il ne savait pas très bien quoi faire de cette information : pour quelqu'un luttant contre les mangemorts, ce genre de trucs n'avait pas de prix, mais pour lui, ça ne valait rien – pendant que Fenton, lui parlait :

« Et tu vas lui dire quoi, à Anne ?

- La ferme, Fen.
- Tu sais très bien qu'elle va le découvrir. Il y aura des conséquences. Tu peux pas faire ça comme ça, maintenant. »

Tom se leva et regarda son frère ainé d'un air très moyennement disposé à la discussion. Fenton avait raison, bien sûr : il avait repris ses petites magouilles, et bien sûr, à un moment donné, ça allait coincer avec Anne. L'occasion était belle, évidemment, mais il savait bien ce qu'il avait dit. Et il savait aussi qu'il n'était pas correct. Mais si Tom n'avait pas vraiment d'excuse, il n'avait pas vraiment de solutions non plus. Rester un simple serveur parmi tous les employés de son père le rendait dingue, littéralement. Il s'emmerdait comme un rat mort, jusqu'à ce que Vance lui propose cette affaire de trafic. Alors oui, c'était certainement mal et illégal, mais c'était la seule chose qu'il savait faire de sa vie.

Il pouvait encore l'expliquer. Il pouvait essayer de trouver un terrain d'entente, avec Anne. Doux espoirs, douces illusions. Au fond, Tom jugea que si elle l'apprenait, il savait déjà ce que serait la réaction de son amie. Il la savait rancunière et prudente – surtout prudente. Anne Fraser était exactement le contraire de sa capacité à croire que rien ne pourrait jamais l'atteindre : c'était sans doute ce qui les différenciaient le plus, elle et Sally. Pour le reste, et c'était pour ça qu'ils s'entendaient bien, ils fonctionnaient de façon similaire.

Il avait essayé de faire des compromis. Vraiment. Mais c'était sans doute trop tard, et il ne pouvait rien sauver. Tom soupira en arrivant en restaurant : ça faisait une semaine qu'ils ne s'étaient pas vu et il se doutait qu'elle inventait des excuses pour ça. Et il ne se trompait pas.

Et ça faisait mal quand même. Un peu dépassé, un peu blasé aussi, il se pinca l'arrête du nez, soupira, chercha quelques instants quels mots employer.

« Je suppose que je savais qu'on aurait cette conversation à un moment ou un autre. »
Oui. Il se connaissait bien lui-même. « Je comptais t'en parler. Vraiment. Je sais que tu ne me crois pas. Mais vraiment, je l'aurais fait. » Il secoua la tête, d'un air désolé : « Je peux pas...je ne sais pas faire autrement. Vivre autrement. Ce n'est pas une excuse, je sais. Et je sais bien que ça changera rien. » Il haussa les épaules : « T'as déjà décidé, pas vrai ? »

D'une certaine manière, Tom savait déjà que c'était fini. Il savait aussi que c'était sa faute. Mais le jugement de Anne restait quand même impitoyable. Il lui renvoyait une sale image de lui, un peu tronquée, certes, mais une sale image de lui quand même. Celle du mec qui faisait exploser son couple pour une poignée de galions. Même si c'était sans doute plus profond que ça. Parce que de toute manière, il n'était pas sûr d'être capable de vivre comme ça toute sa vie. Alors il fallait encore prendre la même décision, encore et toujours. Partir ce soir, ou vivre et mourir de cette manière.

Cette fois encore, pour tous les deux, il lui semblait qu'ils choisiraient de partir. Mais ça le tuait. Vraiment. Même si c'était la meilleure chose à faire. Ca le tuait.  

____________________________________



WHO THE FUCK IS ROBIN HOOD ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | GOSSIP ADMIN ;;
    Doyenne ;; Langue de Plomb

| GOSSIP ADMIN ;;  Doyenne ;; Langue de Plomb
avatar
Date de naissance du joueur : 30/08/1989
Âge du joueur : 28
Arrivé sur Poudnoir : 05/01/2016
Parchemins postés : 974



Pensine
Mon casier judiciaire est: vide
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Anne Fraser


MessageSujet: Re: Rupture - Tom Sallybanks Jeu 6 Juil - 20:12

Anne n’avait jamais été une grande sentimentale. Ce n’était pas dans sa nature. Aussi, elle s’était dit que sa rupture avec Tom n’était qu’une formalité. Vraiment. Elle ferait ça de la façon la plus délicate possible, mais avec fermeté. L’inverse n’était pas envisageable. Pourtant, maintenant qu’elle était devant le fait accompli, ça lui brisait le coeur vraiment. Elle savait pertinemment qu’elle avait refusé de voir Tom pendant une semaine de peur de céder. Elle le connaissait par coeur, ses tatouages, son sourire mi rieur- mi moqueur, son attitude désinvolte, sa galanterie. Elle l’aimait, même encore maintenant, c’était ça qui était dur. Anne aurait bien voulu qu’ils puissent continuer leur bonhomme de chemin de la même façon insouciante, comme ils l’avaient fait pendant une année. A part leurs vieux amis - qui l’avaient vus venir - personne n’avait vraiment compris ce qu’il faisait ensemble. Dans son entourage, on disait qu’il n’était pas assez bien pour elle. A ceux là, elle répondait vertement qu’ils se valaient et qu’elle n’aurait pas pu trouver mieux. De son côté à lui, elle savait qu’on la voyait comme une bourgeoise sang-pur, une fréquentation dangereuse qui risquait de le gangrener. Ce soir, elle savait que des deux côtés, beaucoup de gens feraient la fête en apprenant leur séparation. L’idée de savoir que Joe et Fenton trinqueraient discrètement à leur malheur lui faisait déjà grincer des dents. Avant de s’en inquiéter, il fallait qu’elle tente de limiter les dégats ici.

- Non, Tom, je veux bien croire que tu me l’aurais dis. Le problème n’est pas là, tu le sais bien. En un sens, ce n’est même pas ce que tu fais le problème. Tu crois sincèrement que parce que je travaille au Ministère, je suis attachée à ce point à la légalité ? Tu me connais mieux que ça. Non, mon problème, c’est que ça se sache.

Est-ce qu’elle était sûre d’elle ? Oui, elle l’était. Ca ne l’empêchait pas d’hésiter un peu pour autant. Maintenant qu’il était là, elle avait envie de l’embrasser, de lui dire que ce n’était pas grave et de tout recommencer, mais ce n’était pas une option. Sa propre attitude n’aidait pas. Il était déjà défaitiste, convaincu que tout était perdu, il choisissait son mode de vie plutôt qu’elle. C’était ça qui lui donnait la conviction qu’il valait mieux que ça soit douloureux maintenant plutôt que dans quelques années, quand ils auraient trop investis dans leur relation pour s’en sortir sans dommage. Elle décida d’être honnête.

- Je t’aime, Tom. Vraiment, encore maintenant. Ca ne change pas en une semaine, mais ça va caller. Je crois que tu le sais comme moi et que c’est pour ça que tu n’essaies même pas de me récupérer. Dans le fond, toi aussi tu es décidé. C’est juste que c’est douloureux pour toi comme pour moi.

Elle avança sa main, par habitude, parce qu’elle voulait prendre la sienne, le toucher.

- Je ne pourrais pas supporter de te perdre dans cinq ans parce que ça sera irréparable. Je sais que tu vas m’en vouloir, me détester. Si ça peut te rassurer, c’est loin d’être agréable pour moi, mais je veux juste qu’on tente de ne pas se haïr.

Un peu difficile quand on est celle qui initie la rupture, tu ne crois pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


    | THE MOD ;; Coach de Ballycastle ;; Criminel

| THE MOD ;; Coach de Ballycastle  ;; Criminel
avatar
Date de naissance du joueur : 12/06/1995
Âge du joueur : 22
Arrivé sur Poudnoir : 29/11/2015
Parchemins postés : 750



Pensine
Mon casier judiciaire est: bien rempli
Mon niveau magique est: PA3 - Sorcier Adulte
Ma résistance magique est de: 12PV
Tom Sallybanks


MessageSujet: Re: Rupture - Tom Sallybanks Ven 7 Juil - 18:59


Tom Sallybanks ne connaissait que deux modes de rupture d'une relation : celui du sang et des larmes était le premier. L'autre, c'était lié à lui, parce qu'il était ce qu'on appelait un beau parleur, un séducteur. Tout semblait facile, naturel. Les séparations se passaient bien, il expliquait, elles comprenaient, tout se passait bien, c'était ahurissant. Celle-ci, celle que Thomas vivait présentement avec Anne Fraser, il avait un peu l'impression d'y être un étranger, un témoin, un observateur. Ca ne ressemblait à rien de ce qu'il connaissait. Il hésitait, elle hésitait. Deux pas en avant, un en arrière.

Mais c'était difficile, il fallait bien le reconnaître. Ils avaient des regrets, tous les deux, ça se voyait. Regrets, regrets, de ce qu'ils allaient perdre, et pour Tom, peut-être des meilleurs jours de tous les temps. Mais bien sûr que ça ne pouvait pas continuer comme ça. Ca aurait fini en une succcession de ruptures et de réconciliation. De pauses et de retours. Alors que les derniers jours arrivent maintenant, pas vrai ? Pas vrai ?

Il secoua la tête en écoutant Anne, fixa de nouveau son regard dans le sien.

« Tu te souviens ce que je disais à propos de Ashley et Al ? Qu'il était triste que deux personnes faites pour être ensemble s'empêchent elles-mêmes de l'être ? Je pensais pas qu'on en viendrait là, nous aussi. »


Il avait accepté une part de concession. Il avait tenté le coup. Mais il était à présent sûr qu'il ne pouvait pas continuer. Anne ne le voudrait pas. Et lui ? Lui jugeait que ce n'était pas si grave, qu'il y aurait bien des solutions, qu'après tout on s'en foutait de l'apparence. Il aurait voulu dire ça, et d'autres choses encore. Il aurait voulu être capable d'être en colère, et puis de partir en claquant la porte, mais ça le rendait simplement triste. Il haussa les épaules :

« Je n'essaye pas parce que je nous connais. On ne changera pas d'avis, ni toi, ni moi. Je t'aime aussi, Anne, mais tu sais bien aussi que je me fiche des apparences, de tout ça. »
Il fit un geste vague, qui pouvait désigner toutes sortes de choses. Conséquences. Risques. Peurs. Problèmes. Il ne voulait pas que ça tourne au règlement de compte, il ne le voulait vraiment pas. Ce n'était pas un jugement, juste une incompréhension, une vraie différence entre eux. « Ce n'était pas une erreur. D'essayer. Et j'aurais préféré que ça se finisse autrement. C'est tout. Ou que ça ne se finisse pas, d'ailleurs. »

Mais ni lui ni elle ne feraient de concessions. Et ils le savaient. C'était renoncer à ce qu'ils étaient au plus profond d'eux.

« Je ne déteste pas, Anne. C'est juste que c'est dur. De renoncer. Alors je crois que je préférerais encore dire au revoir. Tu sais, qu'on garde un souvenir qui soit autre chose que de la fatigue, autre chose que des larmes. » Ne pas s'embrasser, ne pas se toucher, sinon c'était fini. Ils n'y arriveraient pas, alors que c'était devenu nécessaire. « Alors on peut peut être en rester là. On ne va continuer comme ça durant des heures. On ne peut pas. » Tom ne voulait pas rester. D'une certaine manière, il libérait Anne aussi en faisant ça. Il détourna les yeux. « Tu me manqueras. Je sais que ce n'est pas bien de le dire, que ça ne facilite pas la tâche, mais c'est vrai. »

Ils s'en remettraient. Il voulait bien y croire. Il y aurait des moments difficiles mais ça passerait. Ils avaient passé un certain nombre d'années à être de simples amis. Ce ne serait pas comme avant, mais c'était la seule solution. Aller de l'avant. Ensemble.

Il voulait la liberté, Sallybanks. Une liberté radicale. C'était rare. C'était cher. C'était terriblement cher.

Goodbye, we try, it was the best day ever...

____________________________________



WHO THE FUCK IS ROBIN HOOD ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rupture - Tom Sallybanks

Revenir en haut Aller en bas

Rupture - Tom Sallybanks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POUDNOIR :: 

Londres

 :: Londres Moldu :: Les Rues Piétonnes
-